La situation économique et financière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La situation économique et financière"

Transcription

1 Bulletin Institutionnel de SMA Gestion DOCUMENT RESERVE EXCLUSIVEMENT AUX CLIENTS PROFESSIONNELS AU SENS DE LA DIRECTIVE MIF La situation économique et financière «Un certain nombre de participants ont émis la volonté de ralentir le rythme de rachats d actifs dès la réunion de juin si les informations économiques reçues d ici là montrent des preuves d une croissance suffisamment solide et durable» Compte-rendu de la réunion du comité de politique monétaire de la Fed, mai 2013 MAI 2013 Le Fed se prépare à resserrer alors que la BCE est contrainte à plus de soutien! La Fed, précurseur des politiques de «quantitative easing» (son bilan a dépassé les 3000 milliards de dollars en janvier, soit environ 20% du PIB américain), pourrait être la première banque centrale à ralentir son programme de soutien aux marchés. Si jusqu à présent, l institution poursuit ses achats de titres (pour un montant mensuel de 85 milliards de dollars), le compte rendu du dernier Comité de politique monétaire (FOMC) fait état de divergences entre certains membres quant à la poursuite de ces politiques. Ce discours semble pour l instant davantage tester la réaction des investisseurs vis-à-vis d un éventuel ralentissement du QE qu il ne le planifie réellement. A l inverse, la BCE réfléchit de son côté à un plan d action pour relancer le financement des PME de la Zone Euro. Malgré la baisse de son principal taux directeur à 0,5% en mai, les PME (notamment d Europe du Sud) font toujours face à une pénurie de crédit qui risque de mettre en péril la reprise économique. L institution s interroge sur la forme que pourrait prendre cette nouvelle aide : réactivation du marché des ABS? Rachat de créances douteuses de pays d'europe du sud afin de soulager la pression qui pèse sur leurs banques? Taux de rémunération négatif pour les dépôts des banques auprès de la BCE afin de stimuler la distribution de prêts? Baisse du taux d intérêt à 0,25% pour stimuler la demande? La Chine ralentit et inquiète La chute de l'indice PMI des directeurs d'achats du secteur manufacturier chinois sous le seuil des 50 en mai vient doucher les espoirs d'une reprise de la croissance au deuxième trimestre. Le FMI a confirmé cette crainte en abaissant sa prévision de la croissance chinoise pour 2013 de 8% à 7.75%. Selon l organisation internationale, la Chine devra donner «une impulsion décisive pour rééquilibrer et augmenter les revenus des ménages». Cette transition n est pas sans danger pour l activité du pays dont le modèle économique est basé sur les exportations et le faible coût de sa main d œuvre. La croissance n est pas le seul sujet d inquiétude des investisseurs. L endettement excessif menace désormais le pays. Le niveau global d endettement est difficile à chiffrer, tant la transparence et la fiabilité des indicateurs sont discutables. Il est néanmoins estimé par certains autour de 200% du PIB. Au-delà de ce niveau élevé, c est d une part, l inquiétante vitesse d endettement et d autre part, son faible effet positif sur la croissance, qui inquiètent. A cela s ajoute la nébuleuse du crédit «informel» («shadow banking») qui ne cesse de croître. Les marchés actions en hausse Les marchés actions ont poursuivi leur progression. En mai, le CAC 40 gagne +2,38%, l Eurostoxx 50 : +2,13%, le S&P500 +2,08% (portant sa performance cumulée depuis le début de l année à +14,34%). L indice américain renoue ainsi avec ses plus hauts historiques effaçant la totalité des pertes provoquées par la crise des subprimes Seul le marché actions japonais ralentit quelque peu la cadence (Nikkeï 225 : -4,32% en mai) après son spectaculaire rallye (+27,58% depuis le début de l année, Cf. Thème du mois). Les marchés actions émergents restent en revanche atones, (MSCI Marchés émergents : +0,15% en mai, -0,79% depuis le début de l année). Sur les marchés obligataires, les taux de la dette 10 ans ont légèrement remonté mais se maintiennent toujours à des niveaux extrêmement bas (1,51% pour le Bund allemand, 2,13% pour le Bond américain au 2/06/2013). Les marchés de dette privés sont relativement stables (aux Etats-Unis, spread de la catégorie Investissement : 114 points, et de la catégorie Spéculative : 459 points, en Zone Euro, spread de la catégorie Investissement : 166 points, et de la catégorie Spéculative : 462 points). Avertissement : Ce document non contractuel a été réalisé à titre d information et ne constitue pas un conseil d investissements. SMA Gestion (Groupe SMABTP), Agrément AMF N GP , avenue Emile Zola, Paris cedex 15 1

2 La gestion INTERVIEW DU MOIS Interview de Philippe DESURMONT Directeur Général de SMA Gestion Responsable de la gestion Actions et Matières premières Que pensez-vous des niveaux actuels des marchés actions des pays de l OCDE? Philippe DESURMONT : Nous n appréhendons pas les marchés financiers sur une base «top down». Nous privilégions une analyse individuelle des titres ce qui nous permet par aggrégation d obtenir une valorisation des indices boursiers (cf. graphique). En examinant l Eurostoxx 50 par exemple, nous constatons un renchérissement significatif des marchés actions européens, qui dépassent la borne haute de l intervalle de valorisations de la période De ce point de vue, les marchés actions européens présentent donc globalement peu d opportunités d achat à bon compte. Seules certaines entreprises cotées demeurent encore très abordables. Mais il s agit essentiellement de sociétés qui font face à des problèmes structurels (activité domestique confrontée à un environnement économique dégradé, marché structurellement en décroissance ) qui justifient en partie ces niveaux peu élevés de valorisation. Les marchés actions peuvent-ils encore progresser? PhD : Les tenants d une approche «top down», sur la base d indicateurs classiques type PER, jugent les marchés actions notamment européens peu chers dans une perspective historique. Selon eux, la marge de progression peut donc sembler importante et la hausse des marchés actions pourrait se poursuivre. Mais en y regardant de plus près, on constate que les marges opérationnelles des entreprises cotées sont aux plus hauts historiques. Les sociétés ont appris des crises précédentes et se sont déployées pour profiter de la croissance des pays émergents. Elles ont fait d importants efforts de gains de productivité, jouissent d un faible taux d imposition, de frais financiers historiquement bas et ont réussi à endiguer la progression des coûts salariaux. La question est donc celle de la pérennité des niveaux de marges atteints Le potentiel de hausse des marchés actions semble alors moins assuré. Quelles sont, selon vous, les perspectives de rentabilité à moyen terme des sociétés cotées des pays de l OCDE? PhD : On peut raisonnablement penser que dans les années à venir, les frais financiers et les taux impositions seront appelés à augmenter. Par ailleurs, l essentiel des gains de productivité (restructurations, désendettement ) est derrière nous. Les sociétés seront alors tributaires de la demande pour maintenir ou accroitre leurs marges. Or, le paradoxe est que pour stimuler la demande dans les pays de l OCDE, la consommation devra être soutenue par une hausse des salaires! Le gain pour les sociétés serait dès lors contrebalancé par la hausse des coûts salariaux! Ces éléments amèneront tôt ou tard une normalisation des valorisations et donc probablement une correction plus ou moins forte des marchés actions. Il est cependant difficile de se prononcer sur le timing de ces ajustements. 1,50 1,45 1,40 1,35 1,30 1,25 1,20 1,15 1,10 1,05 1,00 0,95 0,90 0,85 0,80 mai-09 juil-09 sept-09 nov-09 févr-10 Cours/Valeur d équilibre* de l Eurostoxx 50 avr-10 juin-10 sept-10 * Estimation selon la méthodologie de valorisation de SMA Gestion. La valeur d équilibre de l Eurostoxx 50 est obtenue par l aggrégation de celles de chaque titre qui le compose. Avertissement : Ce document non contractuel a été réalisé à titre d information et ne constitue pas un conseil d investissements. SMA Gestion (Groupe SMABTP), Agrément AMF N GP , avenue Emile Zola, Paris cedex 15 nov-10 janv-11 avr-11 juin-11 aout 2011 oct-11 janv-12 mars-12 mai-12 août-12 oct-12 déc-12 mars-13 mai-13 2

3 BATI ACTIONS INVESTISSEMENT - FR (I) - FR (P) Classification AMF Actions internationales Frais de gestion max Actif au 31/05/2013 2% TTC VL au 31/05/ , GESTION ACTIONS ZONE EURO mois YTD 1 an 3 ans 5 ans depuis volatilité 52 s création** BATI ACTIONS INVESTISSEMENT 2,09 11,23 32,46 36,28 25,53 44,49 10,34 Euro Stoxx 50 TR 3,26 7,32 38,14 17,56-13,02 13,77 16,18 ** 07/06/05 Bati Actions Investissement Euro Stoxx 50 BATI ACTIONS ARBITRAGE FR (I) FR (P) Classification AMF OPCVM Diversifié Frais de gestion max 2% TTC Actif au 31/05/ VL au 31/05/ , Bati Actions Arbitrage Eonia 1 mois YTD 1 an 3 ans 5 ans depuis volatilité 52 s création* BATI ACTIONS ARBITRAGE -0,57 2,07 2,66 ** ** 3,25 2,68 Eonia 0,01 0,02 0,14 ** ** 0,21 0,01 * 16/02/2012 Les chiffres cités ont trait aux années écoulées et les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Il est recommandé avant toute décision d'investissement de consulter les prospectus. Sources : Europerformances 3

4 GESTION OBLIGATAIRE ZONE EURO BATI CREDIT PLUS - FR Classification AMF Frais de gestion max Actif au 31/05/ Obligations et autres titres de créances en euros 1% de l'actif net hors OPCVM VL au 31/05/ , Bati Crédit Plus Eonia Iboxx 1 mois YTD 1 an 3 ans 5 ans depuis création* volatilité 52 s Sensibilité BATI CREDIT PLUS 0,13 1,24 6,84 15,49 39,55 45,43 1,61 2,00 IBOXX Corporate Overall All T -0,20 1,77 8,98 19,16 37,27 36,06 2,50 4,38 EONIA capitalisé 0,01 0,03 0,11 1,46 4,65 9,24 0,01 *10/05/07 BATI TAUX FR Classification AMF OPCVM Diversifié Frais de gestion max 2% TTC Actif au 31/05/ VL au 31/05/ , Bati Taux Euro MTS 3-5 ans Eonia Iboxx 1 mois YTD 1 an 3 ans 5 ans depuis volatilité 52 s création* BATI TAUX 0,08 0,54 2,88 ** ** 3,97 0,79 Eonia 0,01 0,03 0,11 ** ** 0,22 0,01 EuroMTS 3-5 ans -0,57 1,05 6,54 ** ** 7,54 2,30 Iboxx -0,20 1,77 8,98 ** ** 11,51 2,50 * 15/02/2012 Les chiffres cités ont trait aux années écoulées et les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Il est recommandé avant toute décision d'investissement de consulter les prospectus. Sources : Europerformances 4

5 BATI MATIERES PREMIERES- FR (I) - FR (P) Classification AMF Diversifié Date de création : 14 juin 2012 Frais de gestion maximum 2,5% de l actif part I et 3% de l actif part P GESTION MATIERES PREMIERE Conformément à la réglementation AMF, nous ne pouvons diffuser les performances du fonds BATI MATIERES PREMIERES car il n a pas encore atteint un an d existence. Commentaires sur les marchés des matières premières : Sylvain BERTHELET, CFA, gérant analyste Matières Premières Aurélien BONNEVIOT, gérant analyste Matières Premières L environnement : En mai, les cours des matières premières sont restés sous pression. Les chiffres macro-économiques ont été contrastés mais les attentes d une croissance chinoise moins dynamique et d une reprise de l économie américaine dominent toujours. Dans ce contexte, les métaux précieux ont reperdu une bonne partie du terrain reconquis lors des dernières semaines d avril. Seul le palladium s est apprécié, probablement porté par des attentes d un marché en déficit et un marché automobile américain robuste. Le compartiment énergétique a présenté une tendance baissière. Si quelques inadéquations apparaissent au niveau local, l offre physique est relativement abondante sur le plan global. Les prix agricoles ont aussi baissé lors de cette même période. Il semble que ce soit un ajustement après avoir connu des hausses de prix marquées en début d année (produits tropicaux notamment) et des craintes de s les tardives en raison de la météo (grains américains particulièrement). Les métaux industriels ont paradoxalement affiché une petite reprise des cours mais celle-ci s effectue sur des niveaux bas quand on considère l historique récent. Les réductions de capacités annoncées n ont eu que peu d effet au regard des craintes de ralentissement de la consommation chinoise. Notre gestion : L environnement actuel est délicat : de nombreux opérateurs anticipent une réduction des interventions de la Réserve Fédérale sur les marchés de capitaux et donc un mouvement de raffermissement du dollar ce qui a tendance à nuire aux matières premières et notamment à l or ainsi qu autres valeurs dites «refuges». Le contexte actuel de recherche de rendement et de nette baisse de l aversion au risque renforce ce climat défavorable. Sur le moyen terme, nous pensons que le chemin vers une croissance durable et une solution à l endettement des Etats est encore étroit et que l hyperactivité des banques centrales (comme celle Banque du Japon récemment) implique aussi des risques. Aussi le compartiment des métaux précieux reste attractif sur longue période à nos yeux. Nous avons renforcé notre exposition au platine à des cours que nous avons jugés proches des coûts de production. Nous avons initié une ligne sur le café, les cours actuels reflètent des attentes de récolte importante mais nous semblent attractifs sur le moyen terme. Nous avons en revanche coupé notre position sur le sucre. Malgré des prix bas, il est probablement nécessaire d attendre encore avant de se repositionner sur ce marché toujours en net excédent. Matières premières agricoles Métaux précieux 31/05/13 Δ mois Δ /05/13 Δ mois Δ 2013 Blé (USc/bu) 705,50-2,3% -9,3% Or ($/once) 1392,60-5,4% -16,9% Maïs (USc/bu) 662,00-3,1% -5,2% Argent ($/once) 22,24-7,9% -26,3% Soja (USc/bu) 1510,00 2,9% 6,4% Platine ($/once) 1461,80-3,0% -5,0% Café (USc/lb) 127,05-5,9% -11,6% Palladium ($/once) 751,05 7,6% 6,8% Sucre (USc/lb) 16,55-6,3% -15,2% Coton (USc/lb) 79,36-7,2% 5,6% Métaux industriels Energie 31/05/13 Δ mois Δ /05/13 Δ mois Δ 2013 Cuivre ($/t) 7309,00 3,6% -7,8% Pétrole - Brent ($/b),39-1,9% -9,6% Aluminium ($/t) 1906,00 1,9% -8,1% Pétrole - WTI ($/b) 91,97-1,6% 0,2% Nickel ($/t) 14825,00-3,7% -13,1% Gaz Naturel ($/b) 3,98-8,3% 18,9% Zinc ($/t) 1927,00 3,2% -7,4% Essence ($/Gal) 277,89-0,8% -1,2% Plomb ($/t) 2201,00 8,6% -5,5% Mazout ($/b) 279,21-2,8% -8,3% Etain ($/t) 20900,00 2,6% -10,7% Gasoil ($/Gal) 844,75-0,1% -8,9% Les chiffres cités ont trait aux années écoulées et les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Il est recommandé avant toute décision d'investissement de consulter les prospectus. Sources : Europerformances 5

6 Le Thème du mois L OFFENSIVE JAPONAISE DE MONSIEUR ABE En 2013, le Japon semble plus que jamais décidé à tourner la page de la déflation. Le nouveau gouvernement de M. Abé affiche un programme ambitieux mais pas sans conséquence pour le reste du monde. Le Japon, une économie en déflation chronique et surendettée L éclatement de la bulle boursière et immobilière en 1990 a fait sombrer le Japon dans la «Décennie Perdue». Ainsi, entre 1990 et 2000, le pays a connu une croissance du PIB négative, une hausse du chômage, des faillites d établissements financiers ainsi qu une très forte augmentation de l endettement public. La banque centrale du Japon (BoJ) a essayé de relancer la croissance avec une politique monétaire de «taux zéro» couplée à des plans de relance mais sans succès. Plus de 20 ans plus tard, les résultats se font toujours attendre, la croissance demeure atone et l inflation est quasi nulle. Ces politiques ont par ailleurs conduit à la très forte dégradation des comptes publics : endettement public = 212% du PIB (fin 2012) et déficit public = -9,9% du PIB (fin 2012). Contrairement à certains membres de la Zone Euro, le Japon ne subit pas la pression des marchés pour rétablir sa situation financière (sa dette étant dans sa quasi-totalité financée par l épargne domestique). Néanmoins, pour réduire son endettement et renouer avec une croissance durable et auto-entretenue, le pays, de par son modèle économique, est dépendant de la croissance et du commerce mondial. qui voit sa balance commerciale tomber dans le rouge. L industrie constitue une composante significative du PIB domestique (28%) et les exportations japonaises ont permis au pays, entre 1980 et 2010, de dégager de très importants excédents commerciaux. Mais depuis quelques années, l attractivité des produits japonais se réduit. D une part, la compétitivité «coût» s est fortement érodée à l international avec l appréciation du yen ( alimentée par la politique de «taux zéro» pratiquée bien avant ses partenaires commerciaux). D autre part, la compétitivité «hors coût» des produits japonais s est nettement détériorée (l industrie électronique par exemple a perdu son leadership sur de nombreux marchés). Parallèlement, l arrêt du nucléaire (conséquence de Fukushima) a provoqué une forte augmentation des importations d énergie. En conséquence, la balance commerciale japonaise est devenue déficitaire depuis Si la situation perdure, c est la capacité du Japon à auto financer ses déficits publics qui serait remise en cause, et ce d autant que le vieillissement de la population devrait à l avenir réduire le taux d épargne des ménages. Face à cette situation très problématique à moyen terme, un nouveau gouvernement a été élu (décembre 2012) sur la base d un programme de politique économique très agressif. «Abenomics» Déterminé et ambitieux, le nouveau chef du gouvernement, M. Abé, veut sortir à tout prix son pays de la déflation. Baptisé «Abenomics», son programme de redressement comprend des mesures de relance de l'investissement par la dépense publique, et des injections massives de liquidités (1.400 milliards de dollars dans l'économie en deux ans!!) conduites par la Banque du Japon, pour mettre fin à 15 ans de déflation. Le nouveau gouverneur de la BoJ, M. Kuroda a ainsi relevé son objectif d inflation à 2% (contre une inflation constatée de -0,70% actuellement) et a annoncé vouloir «faire tout ce qui est possible pour vaincre la déflation». A court terme, force est de constater que les investisseurs semblent convaincus! Le marché actions japonais s offre un puissant rallye depuis l été 2012 ( Nikkeï 225 : +55,3% entre le 24/07/2012 et le 31/05/2013). De plus, la volonté affichée d affaiblir le yen a conduit à une forte dépréciation de la monnaie (-24,2% face à l euro, -17,7% face au dollar entre le 30/09/2012 et le 31/01/2013) qui devrait stimuler les exportations A elles seules, les mesures de stimulations budgétaires et monétaires ne suffiront pas à faire repartir durablement la demande interne et à redresser l économie japonaise. Elles doivent s accompagner de réformes structurelles, longues et difficiles à mettre en place, et qui ne sont pas garanties de succès (M. Abé doit les annoncer au cours du mois de juin). De plus, rétablir la compétitivité des exportations avec la politique monétaire de la BoJ et la dépréciation du yen risque de se faire au détriment de nombreux pays (Corée du Sud, Taïwan, Allemagne ). Si le plan de M. Abé échouait, il est fort à parier que le Japon n aura réussi qu à exporter sa déflation au reste du monde. A terme, c est donc le risque d une guerre des monnaies qui plane, et plus généralement, d une dégradation du climat coopératif. 6 Avertissement : Ce document non contractuel a été réalisé à titre d information et ne constitue pas un conseil d investissements. SMA Gestion (Groupe SMABTP), Agrément AMF N GP , avenue Emile Zola, Paris cedex 15

7 Nous contacter SMA Gestion 114, avenue Emile Zola Paris cedex 15 Ralph BOUCHONNET Alix TOLEDANO Avertissement SMA Gestion a apporté le plus grand soin à la synthèse des informations qui ont permis l élaboration du présent document. Ces informations ont été obtenues auprès de sources considérées comme fiables, toutefois, aucune garantie n est donnée quant à la fiabilité ou au caractère complet de ces informations. Ce document s adresse aux clients professionnels au sens de la directive MIF. Ce document non contractuel a été réalisé à titre d information et ne constitue pas un conseil d investissement. Les informations contenues dans ce document ne sauraient être considérées comme une recommandation d investissement, ou une incitation de quelque nature que ce soit à investir, ni comme une offre d achat, de vente ou de souscription d instruments financiers. Les opinions qui y figurent reflètent le sentiment de SMA Gestion au moment de sa parution et sont susceptibles de changer sans avis préalable. Elles ne sauraient toutefois constituer un quelconque engagement ou garantie de SMA Gestion. Les performances affichées sont celles des OPCVM (source Europerformance), elles ne tiennent pas compte des frais liés aux supports sur lesquels ils sont souscrits. Les chiffres cités ont trait aux années écoulées et les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Il est rappelé qu il appartient à chacun de vérifier l adéquation de l investissement avec la situation patrimoniale et personnelle de chaque investisseur potentiel et de consulter le prospectus de chaque OCPVM avant toute souscription (prospectus disponible sur le site de l AMF : ou sur le site internet de SMA Gestion). Le dernier rapport annuel, qui comporte des informations en termes de risques, de commissions et de coûts, peut être obtenu sur simple demande écrite à l adresse suivante : SMA Gestion 114, avenue Emile Zola Paris Cedex 15. Dans le cadre de sa politique de responsabilité sociétale et conformément aux conventions signées par la France, SMA Gestion exclut des fonds, qu'elle gère directement, toute entreprise impliquée dans la fabrication, le commerce et le stockage de mines antipersonnel et/ou d'armes à sous munitions. Toute reproduction partielle ou totale de ce document est interdite, sans l autorisation préalable de SMA Gestion, sous peine de poursuites. Édité par SMA Gestion, Société de Gestion de Portefeuille au capital de euros, 114 avenue Émile Zola, Paris Cedex 15. Agrément AMF N GP97 133, RCS Paris

La situation économique et financière

La situation économique et financière Bulletin Institutionnel de SMA Gestion DOCUMENT RESERVE EXCLUSIVEMENT AUX CLIENTS PROFESSIONNELS AU SENS DE LA DIRECTIVE MIF La situation économique et financière «Construire un Japon fort, prospère, où

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 PERFORMANCE DES MARCHÉS ACTIONS EN 2014 (EN EURO) PERFORMANCE DES MARCHÉS OBLIGATAIRES EN 2014 (DEVISES LOCALES) Monde 19,5%

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

La situation économique et financière

La situation économique et financière Mars 2011 La situation économique et financière «Le fusil à éléphant est rechargé et la gâchette me démange» Warren Buffet Extrait de la lettre annuelle aux actionnaires de Berkshire Hathaway, 26 février

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Comment investir dans une conjoncture volatile?

Comment investir dans une conjoncture volatile? Erwan MARREC, Responsable de la Gestion Quantitative et de l'ingénierie Financière, Federal Finance Gestion Federal Finance 4 lignes métier Gestion Collective Gestion Institutionnelle Gestion Privée Épargne

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Note de gestion. Note de Gestion 15 Janvier 2015. 15 janvier 2015

Note de gestion. Note de Gestion 15 Janvier 2015. 15 janvier 2015 Note de gestion 15 janvier 2015 En début d année, il est d usage de se livrer à l exercice du bilan de l année écoulée et de tracer des perspectives pour l année qui débute. Il est intéressant de constater

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Guerre des changes : fin de l acte II? Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients D ans un monde marqué par un

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

1-4. PRIX DES PRODUITS DE BASE 10/06/2013

1-4. PRIX DES PRODUITS DE BASE 10/06/2013 En effet, après avoir subi un fort recul à la fin de (1.564$ l once fin ), le prix de l or a repris son envol au début de l année, profitant de l abondance de la liquidité à l échelle mondiale et de l

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

LA LETTRE ÉPARGNE SALARIALE. Actualités. Nos fonds CIES plébiscités. www.regardbtp.com : tous en ligne! L épargne salariale ne connaît pas la crise

LA LETTRE ÉPARGNE SALARIALE. Actualités. Nos fonds CIES plébiscités. www.regardbtp.com : tous en ligne! L épargne salariale ne connaît pas la crise LA LETTRE ÉPARGNE SALARIALE JANVIER 2015 www.regardbtp.com RBTP 0001 - V4-01/2015 - Document non contractuel. ÉDITO PARTICULIERS Découvrez dans cette lettre annuelle, les nouveautés de l épargne salariale

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Le point éco par Swiss Life AM

Le point éco par Swiss Life AM Lundi 12 janvier 2015 Le point éco par Swiss Life AM Une WEB conférence animée par Eric Bourguignon Directeur de la gestion taux et crédit 1 Sommaire Bouleversement dans l environnement économique international

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

FINANCE. Rapport de gestion. A Plus Dynamique A Plus Patrimoine A Plus Talents A Plus Obligations L E S F O N D S D E F O N D S

FINANCE. Rapport de gestion. A Plus Dynamique A Plus Patrimoine A Plus Talents A Plus Obligations L E S F O N D S D E F O N D S L E S F O N D S D E F O N D S A PLUS FINANCE L INNOVATION DANS LA GESTION A Plus Dynamique A Plus Patrimoine A Plus Talents A Plus Obligations Rapport de gestion semestriel au 30/06/2014 COMMENTAIRE de

Plus en détail

Rapport annuel Exercice clos le 31 octobre 2014 SAFIR 1) Politique de gestion Le fonds finit l année à +2.19% contre +12.56% pour l indice composite 50% MSCI DM World Net Return (dividendes nets réinvestis)

Plus en détail

Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens?

Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens? Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens? 11 JANVIER 2016 Par Yves Maillot Directeur gestion actions européennes Natixis Asset Management S uite au fort

Plus en détail

Petits déjeuners investisseurs

Petits déjeuners investisseurs Résolument actifs Résolument actifs Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Perspectives économiques Mars 27 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 2 2 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Résolument

Plus en détail

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire 1 MOIS EN 10 IMAGES Chaque mois, SYZ Wealth Management publie dans «1 mois en 10 images» un survol de l activité économique dans le monde. Une image valant parfois plus qu un long discours, nous choisissons

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc

1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc 1.1.2. L évolution des cours des matières premières exportées par les pays de la Zone franc En 8, les cours des matières premières, à l exception du nickel, ont enregistré à nouveau, en annuelle, une progression

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

INVESTMENT NEWSLETTER

INVESTMENT NEWSLETTER Chère cliente, Cher client, L objectif de notre bulletin d information est de communiquer sur deux points qui nous sont essentiels : 1. Environnement macro-économique 2. Notre stratégie d investissement

Plus en détail

LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 31 décembre 2014

LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 31 décembre 2014 LE FONDS GENERAL DE SPIRICA Reporting au 31 décembre 2014 Objectif de gestion Style de gestion Modalités de gestion L objectif de gestion du fonds euros de Spirica est de dégager, sur la durée, une performance

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Perspectives Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Une approche mesurée du risque s impose : la prise de risque maitrisée est la solution AUTEUR : STEFAN HOFRICHTER

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS ACTIFS FRANCAIS CORRIGÉS DE L INFLATION DE JANVIER 1950 À JUIN 2011 PERFORMANCE ANNUALISÉE ACTIONS 5,9 % MONÉTAIRE 1,2 % IMMOBILIER 5,2 % OR 1,1 %

Plus en détail

La Chine atterrit et le marché décolle!

La Chine atterrit et le marché décolle! Que s'est-il passé en avril? Focus Marchés Commentaires de marché En avril, le ralentissement économique du premier trimestre est confirmé par les chiffres de croissance publiés en Chine et aux Etats-Unis.

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015 Sur la période 11 mai 2015 au 10 juin 2015, la performance du fonds est en retrait de -1.04% par rapport à son indicateur de référence*. Néanmoins, depuis le début d année, GF Fidélité surperforme son

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14 Edition du 07 décembre 2015 Actualités du 31 novembre au 04 décembre 2015 Marchés Actions 04/12/15 CAC 40 4691-4,9% -5,2% 9,8% Eurostoxx 50* 3310-5,1% -3,8% 5,2% S&P 500 2050-1,9% -2,5% -0,50% Marchés

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part B : FR0010789784 Part C : FR0010800300 Dénomination : AFIM EONOS 5 Forme juridique : FCP de droit français Compartiments/nourricier

Plus en détail

Donner du sens à votre investissement

Donner du sens à votre investissement Donner du sens à votre investissement Une offre de fonds Développement Durable pour une épargne socialement responsable Les fonds socialement responsables investissent dans les entreprises qui ont mis

Plus en détail

LES POINTS CLES DU MOIS DE MARS

LES POINTS CLES DU MOIS DE MARS N 12 avril 2013 LES POINTS CLES DU MOIS DE MARS 1. La zone Euro est de nouveau sous pression, avec la crise politique ouverte en Italie, 2. Le sauvetage chypriote, témoignant pourtant de la volonté européenne

Plus en détail

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 26/04/2013 J. Blanchard CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 ----ooo---- A défaut de convergence, la transparence Les dernières prévisions économiques du FMI sont plutôt en retrait. Le PIB mondial

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque,

Le CAC vu de Nouillorque, Le CAC vu de Nouillorque, (Sem 34, 24 aout 12) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ La FED sème le doute Fin de l apesanteur euphorique Le pétrole mène la danse

Plus en détail

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N 2 «Point de vue» La lettre d information de LGF Patrimoine SOMMAIRE PAGE 1 2 > Les marchés financiers Les marchés, l économie, l actualité PAGE 3 4 > Les SCPI, un outil de

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

Macro Network Consensus

Macro Network Consensus 3 ème trimestre 2015 NUMERO 3 Macro Network Consensus Le Macro Network Consensus consulte les économistes de la place de Genève et de Paris pour établir un consensus macroéconomique européen sur les risques

Plus en détail

OUESSANT. Vivienne investissement. Printemps-été 2015. Rapport de gestion. L analyse quantitative au service de la gestion active

OUESSANT. Vivienne investissement. Printemps-été 2015. Rapport de gestion. L analyse quantitative au service de la gestion active Ce document est destiné à des investisseurs professionnels uniquement Vivienne investissement L analyse quantitative au service de la gestion active OUESSANT Rapport de gestion Printemps-été 2015 Vivienne

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 SOMMAIRE FRANCE 1. Forte révision à la hausse des budgets d investissement dans l industrie manufacturière : +2% pour 2014 et +3% pour 2015 2. Dépenses

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Petit rappel des faits Partie I : Marché des actions et banques centrales Mars - juillet 2012 :

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 30-06-2015 COMMENTAIRE DE 1 er SEMESTRE 2015 Le premier semestre 2015 a été caractérisé par le

Plus en détail

'%# % % '%#$! %!6# %: %%!# &!"! %! % "%!'"% %%!# %:.!#%'%!"%5#"%!$5!"!4"%5#"%!$!!"!4 "% 5#"%!$"! %!!%''4 "% 5#"%!$"! %!!%''

'%# % % '%#$! %!6# %: %%!# &!! %! % %!'% %%!# %:.!#%'%!%5#%!$5!!4%5#%!$!!!4 % 5#%!$! %!!%''4 % 5#%!$! %!!%'' !! !"!!#$"%! "&%!'() (*)#%!%'!!!'! '"%' +%,!-$#!#"%!%'## $"!!%%%$ '!. /% %# "!%' "%! %,! %''!/# '%# % % '%#$! 01.!#0 %"%%%.!%''!"%!'"%"%#!'##%2#!!"!3.!"%&#"%!$&!"!!!"!4"%5#"%!$"!%!!% ''4 "% 5#"%!$ "!

Plus en détail

En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté,

En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté, FICHE PAYS ASIE : CRISE OU COUP DE FREIN À LA CROISSANCE? Département analyse et prévision En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté, malgré une baisse de régime durant l été. Son dynamisme

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1 L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 10 1.1 L environnement macroéconomique

Plus en détail

COMPARER DES CLASSES D ACTIFS

COMPARER DES CLASSES D ACTIFS 01 COMPARER DES CLASSES D ACTIFS INVESTIR EN ACTIONS : LA PERTINENCE D UNE GESTION DE CONVICTIONS AU TRAVERS DE SYCOMORE FRANCECAP FONDS DE CONVICTIONS 100 % ACTIONS FRANCE Eligible au PEA, Sycomore Francecap

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail