Gard. Synthèse. développe les solidarités. Damien ALARY. «Accueillir, écouter, informer et accompagner, nous sommes chaque jour à vos côtés.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gard. Synthèse. développe les solidarités. Damien ALARY. «Accueillir, écouter, informer et accompagner, nous sommes chaque jour à vos côtés."

Transcription

1 Gard développe les solidarités Le «Accueillir, écouter, informer et accompagner, nous sommes chaque jour à vos côtés.» Damien ALARY Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille Synthèse

2 Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille Direction de la petite enfance, de l enfance et de la famille 1 /93

3 10/11/ Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille - Page 2 sur 93

4 Sommaire Sommaire 3 Introduction 4 1. Le cadre méthodologique 6 2. Les travaux des groupes 6 Partie 1 diagnostic et état des lieux 8 I. Point de situation socioéconomique dans le département du Gard 9 1. ÉLEMENTS SOCIOECONOMIQUES 9 2. SITUATION DE L ENFANCE ET DES FAMILLES 10 II. État des lieux des dispositifs gardois LA PROTECTION MATERNELLE INFANTILE (PMI) Accueil de la petite enfance La périnatalité Favoriser la construction du lien parent / enfant, prévention des handicaps Prévenir et dépister le handicap Promouvoir la santé de la famille et de l enfant Participation des équipes PMI aux missions de protection de l enfance L AIDE SOCIALE A L ENFANCE (ASE) Les prestations d aide à domicile Accompagner le soutien à la parentalité Les prestations d'accueil des mineurs et des jeunes majeurs La prévention de la maltraitance et la protection des enfants Les politiques de prévention en direction des familles 26 Partie 2 Les orientations et les fiches action 28 Orientation 1 : Améliorer l accompagnement des enfants et des familles, le suivi et la promotion de la santé 31 Point de situation 32 Les constats 32 Les préconisations 32 Les fiches actions 34 Orientation 2 : améliorer l accompagnement des jeunes de moins de 25 ans 44 Point de situation 45 Les constats 45 Les préconisations 46 Les fiches action 48 Orientation 3 : Améliorer l accueil de l enfant 59 Point de situation relatif à l accueil de la Petite enfance 60 Les préconisations relatives à l accueil de la petite enfance 60 Point de situation relatif à l accueil ASE 62 Les préconisations relatives à l accueil ASE 62 Les fiches action 64 Orientation 4 : améliorer les connaissances relatives à la petite enfance, l enfance, l adolescence les jeunes et la famille, dans leur environnement _ 83 Point de situation 84 Les préconisations 84 Les fiches action 86 Les fiches action transversales aux 3 premières orientations 88 10/11/ Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille - Page 3 sur 93

5 Introduction Le nouveau schéma départemental de la Petite Enfance, de l Enfance et de la Famille a la particularité d être le 1 er schéma regroupant les thématiques de la Petite Enfance (PMI) et de l Enfance (ASE). En cela, en plus des lois spécifiques aux champs de la Protection Maternelle et Infantile, et de l Aide Sociale à l Enfance, il s inscrit dans la logique des préconisations de la Loi du 5 mars 2007 réformant la Protection de l Enfance qui affirme la primauté de la prévention et de l accompagnement tout en garantissant la protection de l enfant par un accueil adapté chaque fois que la situation familiale requiert une séparation de l enfant et de sa famille. L activité de prévention de la PMI dans ses missions propres auprès d un public large et de proximité dans le domaine de la promotion de la santé, met l accent sur la prévention en périnatalité, la prévention précoce des handicaps et la planification et l éducation familiale. Les accompagnements de prévention des atteintes à la santé et aux liens parents-enfants, en soutien à la parentalité, apportent à cette nouvelle orientation des missions de la protection de l enfance, une longue expertise et une articulation précieuse. Ce schéma est aussi le premier schéma prenant en compte la nouvelle organisation du Département en directions thématiques et 4 Unités Territoriales d Action Sociale et d Insertion (UTASI). En articulation avec le PDILE et le Schéma départemental d organisation sociale et médico-sociale en faveur de l autonomie des personnes, ses objectifs visent à toujours mieux prendre en compte les besoins des enfants et des familles en améliorant la qualité de l accompagnement, en équilibrant l offre de services sur les différents territoires, en optimisant la dynamique partenariale existante entre l ensemble des acteurs institutionnels et associatifs. Ces trois schémas, traductions opérationnelles des orientations du Schéma général des politiques sociales constituent par ailleurs la concrétisation des orientations du projet de mandat ; ils constitueront l ancrage des projets sociaux de territoire en cours d élaboration. En référence au précédent schéma de l Enfance et au projet de service Actions de prévention médicosociale des évolutions significatives sont intervenues : - dans l organisation de la protection de l Enfance par la création de la Cellule de recueil, d évaluation et de traitement des informations préoccupantes concernant les mineurs en danger ou en risque de l être et la révision des procédures ad hoc ; cette instance bien repérée par nos partenaires (Justice, Éducation nationale, services hospitaliers ) traduit la mobilisation des acteurs dans la prise en charge de ces situations. - dans le renforcement des réponses de proximité par la création des UTASI garantissant une approche globale de l usager et une transversalité des réponses qui lui sont apportées. - dans le développement d un partenariat de grande qualité avec les Centres Hospitaliers de Nîmes, Alès, Bagnols-sur-Cèze et limitrophes, notamment par la signature de conventions dont la mise en œuvre est déclinée au sein de protocoles spécifiques à chaque structure tenant compte des particularités locales en périnatalité. - dans la redéfinition de la mise en œuvre des missions des Centres de Prévention et d Éducation Familiale, outil essentiel de prévention auprès des adolescents et des jeunes adultes. - dans la finalisation du schéma conjoint CAF/CG d accueil de la Petite Enfance - dans une meilleure prise en compte des problématiques liées aux adolescents en grande difficulté par la création du réseau RESAGARD, rattaché au Centre Hospitalier d Alès et le développement d un réseau de familles d accueil spécialisées. 10/11/ Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille - Page 4 sur 93

6 - dans le développement du service de Placement Familial qui s est attaché les 5 dernières années à conforter la sécurisation des procédures d agrément et de recrutement, à prendre en compte les nouvelles dispositions règlementaires, à rechercher à équilibrer sur le territoire une offre d accueil adaptée aux besoins des enfants, à améliorer le suivi professionnel des familles d accueil. Des points restent à améliorer ou à conforter : - Un travail de cadrage des pratiques et des postures professionnelles en matière d accompagnement et de travail en réseau. La production de référentiels amorcée dans le précédent schéma doit se poursuivre et s accompagner d actions de formation pour garantir une véritable harmonisation des pratiques, la professionnalisation des acteurs. - La complexité des évolutions sociales et familiales nous conduit à revisiter la palette de réponses qui peuvent être proposées aux familles. Le dispositif gardois, pourtant riche en savoir faire et en équipements, n échappe pas aux questionnements posés au plan national : modes de garde de la petite enfance, dépistage précoce et prise en compte adaptée des handicaps, santé des jeunes, prise en charge des adolescents les plus en difficulté, accueil des familles, santé des enfants accueillis confiés au service, etc. - La politique en faveur des jeunes de 18 à 25 ans est à ce titre un axe fort du schéma et un enjeu essentiel pour la collectivité. - La territorialisation de nos interventions, amorcée dans la démarche de repositionnement de l intervention sociale, doit, au travers du schéma, trouver sa concrétisation en termes de lisibilité, d adaptation et d anticipation des réponses aux besoins de chaque territoire. - Un travail de communication à l attention des professionnels en interne et en externe ainsi qu à l attention des usagers est à envisager afin de faire connaitre les ressources en termes d outils, de dispositifs, de professionnels existants pour l accompagnement des familles. - Ces orientations et ces inflexions doivent, par ailleurs, s accompagner d une démarche d appui et d évaluation de leur mise en œuvre en continu sur les 4 UTASI du Département, au moyen du développement d un contrôle qualité et d une veille exercée par les directions thématiques (réactualisation des procédures, règlements, protocoles ). C est pourquoi la démarche enclenchée avec le présent Schéma se poursuivra dès son entrée en vigueur au 1 er janvier /11/ Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille - Page 5 sur 93

7 Méthodologie adoptée 1. Le cadre méthodologique Les travaux du Schéma, qui ont débuté en septembre 2010, ont réuni l ensemble des partenaires concernés par les thématiques de la petite enfance, de l enfance et de la famille : les services de l État, de l Éducation nationale, ceux des collectivités territoriales, la Caisse d allocations familiales, la Caisse primaire d assurance maladie, le Centre hospitalier universitaire et les autres Centres hospitaliers, les services judiciaires, le secteur associatif intervenant dans le secteur de la petite enfance, de la prévention et de la protection de l enfance. L organisation des travaux, de la phase de définition des thématiques à la rédaction des fiches actions s est articulée autour de la structure suivante : un comité de pilotage chargé d arrêter les orientations et les thématiques de travail, d arbitrer les différentes étapes de l élaboration et de valider les propositions ; un comité technique chargé de valider les thématiques, de définir les modalités de travail, de coordonner la réflexion et réorienter la démarche une cellule de régulation des travaux 12 groupes de travail de professionnels 4 groupes de travail composés d usagers-citoyens selon les principes de la Charte de concertation Pilote du schéma, la Direction petite enfance, enfance, famille (DPEEF) a proposé, avec les directeurs des Unités territoriales d action sociale et d insertion, les quatre thématiques validées par le comité de pilotage le 20 janvier Les travaux des groupes Les quatre thématiques validées par le Département ont été travaillées par 12 groupes de travail et 240 professionnels dont plus de la moitié issue des institutions, associations et établissements partenaires du Conseil général. Chaque groupe de travail a été animé par un pilote externe au Département et un pilote interne. Trois des quatre grandes thématiques ont fait l objet d une déclinaison au sein de groupes de travail associés à des objectifs précis. 10/11/ Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille - Page 6 sur 93

8 Thématiques : L accompagnement des Familles = 3 groupes de travail ont été constitués en référence à des publics ou des problématiques prioritaires L accompagnement en périnatalité L accompagnement des jeunes (18 / 25 ans) L accompagnement des enfants, des adolescents et des familles La Promotion de la Santé = 5 groupes de travail ont été constitués pour adapter les réponses et impliquer tous les professionnels sociaux et médico-sociaux dans la prise en compte de la problématique santé et du handicap. Accompagner les familles dans le suivi de la santé de leur enfant Améliorer l accès au suivi prénatal précoce des femmes en situation de fragilité Améliorer le suivi de la santé des enfants (0 à 6 ans) porteurs de handicap Améliorer la démarche santé chez les jeunes adolescents et les jeunes adultes (18-25 ans) Garantir le suivi de la santé des enfants confiés à l ASE Améliorer l accueil de l enfant = 3 groupes de travail avec l objectif de : garantir la qualité de l accueil de la petite enfance (2 sous groupes) garantir la qualité de l accueil des enfants confiés au département : efficacité et adaptabilité (2 sous groupes) garantir la qualité de trois dispositifs spécifiques : visites médiatisées, accueil d urgence et SAPMN Améliorer les connaissances relatives à la petite enfance, l enfance, l adolescence, les jeunes et les familles dans leur environnement. Le groupe travail constitué avait pour objectif principal de définir un périmètre d observation partenariale des politiques sociales et des dispositifs de protection de l enfance (Loi du 5 mars 2007 préconisant la création d un observatoire départemental). Ces groupes de travail ont mené leurs réflexions au travers de 2 à 3 séances d une journée chacun avec un objectif précis, devant aboutir pour chaque thématique à la proposition d une ou plusieurs fiches action déclinant les programmes opérationnels à mettre en œuvre sur la durée du schéma jusqu à leurs modalités d évaluation et de communication. A ces groupes de professionnels se sont ajoutés des groupes d usagers co-animés par la Mission évaluation, organisation et pilotage (MEOP) destinés à recueillir leurs points de vue et leurs attentes : 1 groupe de jeunes de 15 à 25 ans sur la santé ; 1 groupe de jeunes de 18 à 25 ans sur l accompagnement ; 1 groupe de parents d enfants accueillis dans les structures d accueil de la Petite Enfance sur la qualité de l accueil de la Petite Enfance ; 1 groupe de jeunes parents et de femmes enceintes sur l accompagnement en périnatalité. Le panel de parents d enfants confiés au service de l Aide Sociale à l Enfance n a pu être constitué dans le laps de temps imparti. Cette modalité pourrait s envisager dans le cadre de la poursuite des travaux. 10/11/ Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille - Page 7 sur 93

9 Partie 1 diagnostic et état des lieux 10/11/ Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille - Page 8 sur 93

10 I. Point de la situation socioéconomique dans le département du Gard 1. ÉLEMENTS SOCIO-ECONOMIQUES Avec une croissance annuelle de 1,3% depuis 1999, qui reste très soutenue (+1,6% entre 2007 et 2009), le département du Gard bénéficie d un fort dynamisme démographique. Évolution de la population en Languedoc-Roussillon Estimations de population Gard Languedoc- Roussillon France métropolitaine et DOM Année Année Année 2009 (p) (p) résultats provisoires / Source : Insee Bien que l essentiel de la croissance démographique puisse être imputé aux flux migratoires, le taux de natalité est proche de la forte moyenne nationale avec 12,7 dans le Gard contre 12,8 dans l hexagone en La part des jeunes y est par ailleurs plus importante, le département comptant en effet sensiblement plus de jeunes de moins de 25 ans (29,5%) que de personnes âgées de 60 ans et plus (24%). Cette bonne santé démographique est cependant desservie par un niveau élevé de précarité et notamment de chômage, dont le taux est toujours supérieur à la moyenne nationale depuis 10 ans (12,7% au 31 décembre 2010 contre 9,3%). Les autres indicateurs pointent un contexte général difficile : le Gard se situe en effet parmi les 9 départements français où le taux de pauvreté est le plus élevé 1. Taux de pauvreté et intensité de la pauvreté année 2008 Taux de pauvreté Niveau de vie médian des personnes sous le seuil de pauvreté Gard 18% 747 par mois Languedoc-Roussillon 18,1% 753 par mois France métropolitaine 13% 770 par mois Source : Insee Le seuil de pauvreté est fixé à 60% des niveaux de vie médians, soit 950 en Repères Chiffres Languedoc-Roussillon n 03 - avri l /11/ Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille - Page 9 sur 93

11 2. SITUATION DE L ENFANCE ET DES FAMILLES En 2008, le département du Gard comptait familles avec enfants dont 26,3% de familles monoparentales, soit un taux relativement élevé eu égard à la moyenne nationale (20%). Le taux de scolarisation des jeunes de moins de 18 ans est toutefois satisfaisant, à 98,4% de la population âgée de 3 à 17 ans. Structure de la population de mois de 25 ans par classe d âge année 2008 Nombre % rapporté à la population totale Nombre de naissances Moins de 3 ans ,4% 3 à 5 ans ,6% 6 à 10 ans ,1% 11 à 17 ans ,7% 18 à 24 ans ,7% Source : Insee, RP2008 exploitation complémentaire La situation des familles monoparentales est particulièrement précaire, celles-ci étant en effet massivement sans activité. Part des enfants * dont les parents ne sont ni en emploi, ni retraité, ni étudiant année 2008 Parmi l ensemble des enfants Parmi les enfants vivants dans une famille monoparentale Parmi les enfants vivant dans une famille constituée d'un couple Gard 14,9% 41% 7,8% Languedoc-Roussillon 13,2% 36,6% 6,6% France métropolitaine 9,3% 31,4% 4,6% *Les enfants pris en compte sont les individus âgés de 0 à 17 ans Source : Insee, RP2008 exploitation complémentaire Indicateurs de délinquance concernant les mineurs en 2010 (données PJJ) nombre de mineurs faisant l objet d un suivi PJJ au pénal sur le département: 809 se répartissant ainsi : 81 pour l UEMO de Bagnols-sur-Cèze, 132 pour l UEM d Alès, 289 pour l UEMO Cévennes Camargue, 24 CEF Nîmes, 11 UEAJ Nîmes, 35 UEHC Nîmes, 237 UEMOVIA Domitia ; nombre de mineurs suivis sur le département dans le cadre d une mesure d investigation : /11/ Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille - Page 10 sur 93

12 Indicateurs de protection de l enfance : Sur le nombre d informations préoccupantes traitées en 2010 et égal à 1 901, la proportion des garçons reste supérieure à celles des filles. Ainsi, en 2010, 53% des garçons ont fait l objet d une IP contre 47% des filles. Dans le détail, si les tranches d âge de garçons jusqu à 10 ans sont significativement plus élevées que celui des filles, la tendance s inverse à l adolescence notamment en ce qui concerne la tranche d âge des ans ou les filles sont nettement plus nombreuses. La prééminence des adolescentes, dont la situation de danger a été perçue comme suffisamment intense pour faire l objet d un signalement judiciaire, s amplifie lorsque l on observe le profil des IP réorientées et en provenance du Parquet des mineurs Garçons Filles /11/ Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille - Page 11 sur 93

13 Répartition territoriale Le nombre des situations de mineurs faisant l objet d une IP et le nombre de situations transmises à la justice en tenant compte de la densité du nombre d enfants de ces territoires sont inégaux selon les territoires. Ainsi, de manière générale, le nombre de signalements est plus élevé au nord du département. Les informations préoccupantes dans le Gard Informations traitées par Alerte enfance Gard - Année 2010 y compris copies pour information des signalements directs au Parquet Total : 1901 y compris 41 informations préoccupantes hors département ou sur des secteurs non déterminés Secteur non déterminé : Nbre de décisions " justice " directe (enfants) / milliers d'enfants Densité des situations faisant l objet d une information à la Justice entre 8 et 10 entre 6 et 8 entre 4 et 6 entre 2 et 4 moins de 2 10/11/ Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille - Page 12 sur 93

14 2% 13% Violences physiques Violences psychologiques 25% 5% Violences phy. et psych. Violences sexuelles 8% Négligences 10% 5% Négligences lourdes Diffi. Éducatives sans violences Enfant se mettant en danger 12% 6% 14% Environnement non adapté à l'e Non renseigné Difficultés repérées ensemble du département L analyse des difficultés repérées pour les situations des mineurs reçues montre que la moitié du nombre de recueils d informations préoccupantes fait état de violences et de négligences correspondant aux situations de prévention de mauvais traitements que nos services traitaient avant la Loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance, et que l autre moitié parait répondre à la notion de risque de danger et l élargissement des situations prises en compte avec un traitement dans le cadre de la prévention comme préconisé par le législateur. 10/11/ Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille - Page 13 sur 93

15 II. État des lieux des dispositifs gardois 1. LA PROTECTION MATERNELLE INFANTILE (PMI) 1.1. Accueil de la petite enfance Afin de promouvoir la qualité de l accueil de la petite enfance, le Département a souhaité s engager audelà de sa compétence légale en mettant en œuvre les objectifs suivants : La valorisation de l accueil individuel afin d optimiser le nombre de places disponibles et ainsi augmenter l offre Le développement de l accueil collectif sur des territoires peu ou pas couverts La poursuite du développement des Relais Assistantes Maternelles en équilibrant les territoires L intégration des enfants issus de familles en situation précaire par le développement du multi-accueil La poursuite du Relais d Accompagnement Petite Enfance Handicapée L accompagnement des élus locaux dans leur politique d accueil de la petite enfance Ces objectifs ont été inscrits dans le précédent document programmatique, le Schéma d accueil de la petite enfance, élaboré en Les établissements et services d accueil des enfants de moins de six ans : Le département délivre les autorisations ou avis d ouverture des établissements et services d accueil et en assure la surveillance et le contrôle. Au 31 décembre 2010, le département comptait 123 établissements ou services d accueil. La capacité d accueil totale en établissements et services d accueil sur l ensemble du département du Gard ressort en conséquence à places de multi-accueil dont : places d accueil collectif 143 places d accueil familial. Le Relais Accompagnement Petite Enfance Handicapée (RAPEH) Les missions de cette équipe départementale cofinancée à 50% par les services de la CAF sont de : proposer un accompagnement, le plus précoce possible, des familles ayant un enfant en situation de handicap de moins de 6 ans, en particulier dans leur projet de socialisation de leur enfant. favoriser une interaction et un lien permanent entre différents partenaires partageant ce même objectif, grâce à une complémentarité de compétences. En 2010, 76 familles ont bénéficié d un accompagnement par le RAPEH. En lien avec la CAF, plusieurs documents ont été élaborés pour permettre d enrichir une réflexion des accueillants, d harmoniser leurs pratiques, de les soutenir dans les projets d accueil afin de favoriser un accueil de qualité : le contrat d accueil personnalisé le projet d accueil individualisé la charte de l accueil de l enfant en situation de handicap 10/11/ Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille - Page 14 sur 93

16 Les Relais Assistants maternels (RAM) Créés par la Loi du 27 juin 2005 relative aux assistants maternels et aux assistants familiaux, les Relais Assistants Maternels ont pour mission : d organiser un lieu d information, d échanges, d orientation et d accès aux droits des assistants maternels, des parents et des candidats à l agrément, de contribuer à la professionnalisation de l accueil individuel, de participer à une fonction d observation des conditions locales d accueil des jeunes enfants. En 2010, le Département compte 15 RAM, dont 12 à temps complet, 2 à mi-temps et 1 relais interdépartemental situé à Ganges dans l Hérault. Par ailleurs, en partenariat avec les différents acteurs œuvrant autour de l accueil de la petite enfance (CAF, PMI, gestionnaires, associations, RAM...), une charte des RAM a été élaborée afin d améliorer le service offert aux familles et d assurer une plus grande professionnalisation des assistant(e)s maternel(le)s dans l ensemble des RAM. Les assistants maternels et familiaux Le département délivre l agrément des assistants maternels et des assistants familiaux, assure la surveillance et le contrôle et organise la formation. Au 31 décembre 2010, le Département compte : assistants maternels et familiaux pour une capacité d accueil de places dont : places d accueil chez des assistants maternels places d accueil chez des assistants familiaux Agrément Assistants Maternels Assistants Familiaux Total La création des UTASI a amené des questionnements sur l articulation entre l instruction des projets et le suivi des structures par la CAF et la DPEEF, d une part, et le contrôle des structures d accueil collectives (EAJE) par les médecins Chefs de service PMI des UTASI et leurs équipes, d autre part. De même, la qualité et la sécurité de l accueil chez les assistantes maternelles demandent un étroit partenariat entre le service d instruction et de contentieux (DPEEF), les équipes PMI réalisant les évaluations, les contrôles et les décisions d agrément, et les RAM impliqués dans l accompagnement professionnel La périnatalité Conformément aux dispositions du Code d Action Sociale et des Familles et du Code de la Santé Publique, les compétences dévolues au département du Gard en matière de prévention, de protection et de promotion de la santé de la famille et de l enfance sont inscrites dans la Loi n du 5 mars 2007 réformant la Protection de l Enfance. La mise en œuvre des missions de Protection Maternelle et Infantile permet le repérage précoce des difficultés des familles afin de proposer l accompagnement et le soutien par des professionnels des domaines médicaux et sociaux. La prévention, axe majeur de la protection de l enfance, accentue la nécessité d une articulation renforcée avec les autres acteurs participant à l accompagnement des familles. 10/11/ Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille - Page 15 sur 93

17 L accent est mis sur la périnatalité : La circulaire du 4 juillet 2005 : relative à la promotion de la collaboration médico-psychosociale en périnatalité encourage le rapprochement de ces champs. Le plan périnatal recommande de développer une approche plus humaine de la naissance. Il prévoit l entretien prénatal précoce du début de la grossesse, l accompagnement global des femmes, de l anténatal au postnatal et le développement du travail en réseau avec les professionnels de la naissance. La Loi réformant la Protection de l Enfance est venue réaffirmer ces recommandations, aussi dans le Gard un certain nombre de conventions et de dispositifs ont été élaborés en périnatalité avec les partenaires afin de rendre efficient et cohérent l accompagnement des familles lors de la venue d un enfant Coordination et articulation avec les services hospitaliers publics et privés dans le champ de la périnatalité Depuis de nombreuses années, des professionnels des services de Protection Maternelle et Infantile travaillent en lien avec les équipes des services de maternité, de néonatalogie et du service de pédiatrie 225 patientes enceintes ont été rencontrées dans les maternités en 2010 par les sagesfemmes de PMI familles ont été rencontrées par les puéricultrices de PMI au cours de leurs passages en service hospitalier. Les puéricultrices ont par ailleurs participé à 46 actions collectives d information en maternité. 655 femmes enceintes ont bénéficié d une visite à domicile d une sage femme territoriale, suite à une liaison faite à partir des maternités du département, et des maternités des départements limitrophes (Clinique de Ganges, Centre Hospitalier d Avignon, Centre Hospitalier d Arles). Dès le postnatal immédiat, à la sortie de la maternité ou à la sortie de l hospitalisation de leur enfant en service de néonatologie ou de pédiatrie, familles ont pu bénéficier de l intervention d une puéricultrice territoriale à domicile ou au centre médico-social, à la suite d une liaison envoyée avec leur accord au territoire par une sage-femme ou une puéricultrice. lors du séjour en maternité ou lors de l hospitalisation de leur enfant dans un service spécialisé, familles ont été rencontrées Actions d accompagnement organisées au sein des centres médico-sociaux Les consultations prénatales Les sages-femmes de PMI ont réalisé en 2010, 276 entretiens prénataux précoces soit une augmentation de 60 femmes rencontrées pour un entretien prénatal précoce. Nombre de séances Nombre de consultants Nombre de consultations /11/ Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille - Page 16 sur 93

18 Actions d accompagnement à domicile Au sein de chaque circonscription départementale, une sage-femme territoriale effectue le suivi des femmes enceintes rencontrant des difficultés médico-psycho-sociales et nécessitant une intervention à domicile. Évolution du nombre de femmes rencontrées Évolution du nombre de visites à domicile Après une baisse du nombre de femmes rencontrées en 2009 pour différentes raisons, en 2010, le nombre de femmes ayant bénéficié d une visite à domicile par une sage-femme de P.M.I. est sensiblement le même qu en 2007 et 2008 Les monitorings Les monitorings sont effectués sur prescription médicale lors des visites à domicile, voire en consultation pour les femmes enceintes bénéficiant d un suivi médico-social. Évolution du nombre de monitorings Actions collectives Préparation à la naissance et à la parentalité et autres actions collectives Nombre de séances de préparation à la naissance et à la parentalité effectuées Nombre de futures mères inscrites à ces séances séances individuelles de préparation à la naissance et à la parentalité ont par ailleurs été effectuées. Attribution d une aide ménagère ou d'une travailleuse familiale 65 femmes enceintes ont été rencontrées dans ce cadre. Il s agit d aider essentiellement des femmes ayant besoin d un soutien au cours de leur première grossesse et n entrant pas dans les critères d attribution d une prestation de la CAF. Bénéficiaires Nombre d heures Participation moyenne horaire , , , ,08 10/11/ Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille - Page 17 sur 93

19 1.3. Favoriser la construction du lien parent / enfant, prévention des handicaps Actions de prévention de santé et d accompagnement à la parentalité organisées au sein des Centres Médico-Sociaux Les consultations médicales Ces consultations constituent avec les permanences puéricultrices le premier pilier du dépistage précoce des handicaps et de l accompagnement à la parentalité, surtout dans les premiers mois de vie des nouveau-nés et plus longuement pour les familles rencontrant des difficultés. Nombre de points de consultations Nombre de séances de consultations Nombre de consultants Nombre d examens médicaux Dans le département, 43 lieux, essentiellement au sein des Centres Médico-Sociaux, accueillent les séances de consultations petite enfance. Celles-ci sont mises en œuvre et effectuées par les médecins pédiatres et généralistes, les puéricultrices, infirmières et éducatrices de jeunes enfants des équipes PMI des territoires. Les permanences 1051 permanences ont été organisées par les puéricultrices et infirmières dans les Centres Médico- Sociaux, soit une stabilité de cette activité. Évolution de la fréquentation des permanences Permanences CMS Enfants en ayant bénéficiées L objectif de ces permanences est d accompagner les familles dans la prise en compte des besoins de leur enfant. Elles s inscrivent en complémentarité des consultations et des visites à domicile. Actions d accompagnement à la parentalité à domicile L accompagnement à domicile, deuxième pilier de la PMI, est orienté vers les familles les plus en difficulté dans le domaine de la fonction parentale. En 2010, visites à domicile ont été effectuées, parmi lesquelles 4 926, soit 92 % font suite à une liaison de professionnels (dont la moitié proviennent de professionnels des maternités et services de pédiatrie) (76% en 2009). Nombre d enfants concernés Nombre de visites à domicile Nombre d enfants bénéficiant d un suivi à domicile (familles les plus en difficulté) Il existe un intense questionnement des professionnels impliqués dans ces suivis à domicile : quel public privilégier, quelle durée des suivis, que faire devant un refus de la famille, quelle complémentarité avec les autres outils PMI, quel contenu, quelle communication avec les familles, quelle possibilité de s inscrire aux côtés des équipes ASE en prévention, si besoin? 10/11/ Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille - Page 18 sur 93

20 Les actions collectives enfin complètent le triptyque des outils PMI : elles sont très diverses, ciblent en règle générale le public le plus en difficulté, sans exclure d autres familles demandeuses, dans un but de mixité sociale, l échange avec des pairs étant ainsi en règle générale plus fructueux. Chronophages, leur coût en énergie et en temps de préparation et d évaluation est compensé par leur efficacité reconnue en termes de prévention, mais les professionnels s inquiètent du soutien à ces actions parmi leurs multiples tâches. Les lieux d accueil parents-enfants Le département compte 12 Lieux d Accueil Parents/Enfants (LAPE) qui participent à la mise en œuvre d actions d accompagnement précoce à la fonction parentale afin de prévenir les difficultés que peuvent rencontrer les parents avec leurs enfants et favoriser la construction du lien parent/enfant. inscrits passages Séances hebdo Séances /an Passage 1H/1an Passage/ 3h/1an CBA Nîmes ,24 3,72 Azur Nîmes ,68 5,04 Beaucaire ,72 5,16 Alès ,17 6,52 la M d M Nîmes ,55 7,65 Villeneuve ,63 7,9 Marguerittes ,72 8,1 Sommières ,9 8,73 Vauvert ,44 13,32 Total ,81 62,42 moyenne ,55 2,66 98,66 2,45 7,35 Ganges ,58 7,75 Avec une moyenne de fréquentation de plus de 7 personnes (enfants et parents) par séance de 3 heures sur l année, ces séances sont dans l ensemble très fréquentées. Le travail partenarial départemental autour de la petite enfance et la parentalité déjà riche dans lequel ces LAPE s inscrivent, mérite d être développé. Sur un total de enfants concernés par les IP, 207 évaluations impliquant l équipe PMI (manquent les chiffres de Nîmes Sud et Nîmes Est), 44 suivis prioritaires PMI ont été déclenchés à la suite de ces IP (2009 : 35 suivis PMI pour 907 enfants concernés par des IP évaluées 231 fois par l équipe PMI) Autres actions collectives d accompagnement à la parentalité Ateliers de massage des bébés : 107 séances d ateliers «massage des bébés» ont été menées, avec une moyenne de 5 à 10 nourrissons avec leur(s) parent(s) : cette action collective est développée pour la deuxième année consécutive sur 8 lieux, dans des modalités adaptées au public du micro-territoire. Actions de soutien et de promotion de l allaitement : 93 séances d actions collectives postnatales (groupes parents-enfants et groupes soutien à l allaitement) ont été menées. Par ailleurs, trois nouveaux Programmes Relais Allaitement de la Leche League (PRALL) sur les secteurs de Bessèges, Bagnols sur Cèze et Nîmes centre ont été créés. Ces réseaux de santé publique communautaire permettant un soutien de mère à mère pour favoriser l allaitement maternel sont venus renforcer le réseau existant sur le secteur d Uzès. 10/11/ Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et de la famille - Page 19 sur 93

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Objectifs : indiquer les objectifs de prévention du Service départemental de Protection Maternelle et

Plus en détail

Schéma départemental de prévention et de protection de l enfance et de la jeunesse 2012-2016

Schéma départemental de prévention et de protection de l enfance et de la jeunesse 2012-2016 Schéma départemental de prévention et de protection de l enfance et de la jeunesse 2012-2016 www.hauts-de-seine.net Une ambition renouvelée au service de la protection de l enfance dans les Hauts-de-Seine

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

(Commission Permanente du 19 octobre 2012)

(Commission Permanente du 19 octobre 2012) (Commission Permanente du 19 octobre 2012) Les principaux aménagements sont les suivants : Concernant la Protection Maternelle et Infantile : - La capacité d accueil des enfants de moins de 18 mois limitée

Plus en détail

Règlement Départemental d Aide Sociale PRÉAMBULE. aide sociale aux personnes handicapées,

Règlement Départemental d Aide Sociale PRÉAMBULE. aide sociale aux personnes handicapées, Février 2008 PRÉAMBULE L aide sociale qui relève de la compétence des conseils généraux depuis les lois de décentralisation de 1983 comprend des prestations et services destinés aux personnes qui se trouvent

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT Guide Pratique Protection de l enfance PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

Sommaire. Introduction...p 2. Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3

Sommaire. Introduction...p 2. Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3 Sommaire Introduction...p 2 Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3 Présentation des structures au programme de la journée thématique Enfance-Famille..p 4 Le service éducatif

Plus en détail

Dép. 75 «Enfant présent»

Dép. 75 «Enfant présent» Dép. 75 «Enfant présent» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Créée en 1987, l association Enfant Présent, dispositif multi-accueil à caractère préventif, dispose de plusieurs

Plus en détail

PériNatalité et petite enfance

PériNatalité et petite enfance Périnatalité et petite enfance Comment naître dans le 19 e arrondissement? L inscription à la maternité Il est important de s inscrire à la maternité le plus tôt possible pour assurer un suivi de grossesse

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

Les maisons d assistants maternels

Les maisons d assistants maternels GUIDE Direction de l Enfance et de la Famille Les maisons d assistants maternels Édition 2014 Sommaire Sommaire 3 Préambule 4 PARTIE 1 - DÉFINITION et PRINCIPES GÉNÉRAUX I. DÉFINITION 6 1- Les codes 6

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel»

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d adaptation progressive en milieu naturel SAPMN- du Gard a

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres HOME DES FLANDRES 355, Boulevard Gambetta 59200 TOURCOING 03.20.24.75.78 Fax : 03.20.11.02.49 LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain Géré par le Home des Flandres 337 bis rue du Brun Pain 59200

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS Appel à projet hébergement et accompagnement éducatif MIE JMIE octobre 2014 1

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

L ACCUEIL DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT PROTÉGÉ

L ACCUEIL DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT PROTÉGÉ Guide Pratique Protection de l enfance L ACCUEIL DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT PROTÉGÉ grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger L ACCUEIL DU MINEUR ET DU JEUNE MAJEUR Ce

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

ENFANCE EN DANGER OU EN RISQUE DE DANGER GUIDE PRATIQUE A L USAGE DES PROFESSIONNELS

ENFANCE EN DANGER OU EN RISQUE DE DANGER GUIDE PRATIQUE A L USAGE DES PROFESSIONNELS ENFANCE EN DANGER OU EN RISQUE DE DANGER GUIDE PRATIQUE A L USAGE DES PROFESSIONNELS SOMMAIRE 1. REFORME DE LA PROTECTION DE L'ENFANCE ET MISE EN ŒUVRE DEPARTEMENTALE.. 3 1.1 Les obligations découlant

Plus en détail

PROGRAMME INTERDÉPARTEMENTAL D'ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS ET DE LA PERTE D'AUTONOMIE

PROGRAMME INTERDÉPARTEMENTAL D'ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS ET DE LA PERTE D'AUTONOMIE PROGRAMME INTERDÉPARTEMENTAL D'ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS ET DE LA PERTE D'AUTONOMIE Proposition de révision 2014 I - Le contexte de la réactualisation du PRIAC 2014/2017 1. Le champ du PRIAC Le PRIAC

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

LA CELLULE DÉPARTEMENTALE DE RECUEIL, DE TRAITEMENT ET D ÉVALUATION

LA CELLULE DÉPARTEMENTALE DE RECUEIL, DE TRAITEMENT ET D ÉVALUATION Guide Pratique Protection de l enfance LA CELLULE DÉPARTEMENTALE DE RECUEIL, DE TRAITEMENT ET D ÉVALUATION grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger LA CELLULE DÉPARTEMENTALE

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS?

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS? Mise à jour Septembre 2011 Un assistant maternel est agréé par le Conseil général. Il peut moyennant rémunération, accueillir habituellement et de façon non permanente des mineurs : - à son domicile (art.

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

DELEGATION DU SERVICE PUBLIC DEPARTEMENTALE DE TELEASSISTANCE TELEASSISTANCE 77

DELEGATION DU SERVICE PUBLIC DEPARTEMENTALE DE TELEASSISTANCE TELEASSISTANCE 77 DELEGATION DU SERVICE PUBLIC DEPARTEMENTALE DE TELEASSISTANCE TELEASSISTANCE 77 Rapport présentant les caractéristiques de la délégation de service public DPAAH 03/12/2010 Page 1 sur 6 1. Contexte du projet

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ,

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015 entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, LA MINISTRE DÉLÉGUÉE AUX PERSONNES AGÉES ET A L AUTONOMIE, LA MINISTRE

Plus en détail

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD)

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) PREFET DE LA VIENNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) [Référence : stratégie nationale

Plus en détail

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ L explosion de l activité professionnelle des femmes et la situation géographique de la commune d Aumetz et de notre

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Projet Etablissement : Années scolaires 2013/2016

Projet Etablissement : Années scolaires 2013/2016 E.R.E.A. Alain Fournier 99 rue des Blanches Fleurs - BP 20190 21205 BEAUNE Tél : 03 80 22 33 21 Fax : 03 80 22 82 86 Courriel : erea21@ac-dijon.fr Académie de Dijon Date de transmission au rectorat Vie

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation Bureau R4 Dossier suivi par Denise Bauer Tél. : 01 40 56 52 78 Mel. : denise.bauer@sante.gouv.fr

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE)

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Réflexion sur les enjeux municipaux et pistes d action en lien avec le dossier de la petite enfance André

Plus en détail

Guide d'auto-évaluation des établissements d'enseignement supérieur

Guide d'auto-évaluation des établissements d'enseignement supérieur Guide d'auto-évaluation des établissements d'enseignement supérieur avril 2008 Les références européennes pour l auto-évaluation 1 Le processus de Bologne qui vise à créer un espace européen d enseignement

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

le guide de l adoption

le guide de l adoption développe les solidarités www.gard.fr le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Programme détaillé Analyse des actions de prévention précoce en PMI

Programme détaillé Analyse des actions de prévention précoce en PMI Programme détaillé Analyse des actions de prévention précoce en PMI La formation continue du Centre d Ouverture Psychologique Et Sociale (Copes) s adresse à tous les acteurs du champ médical, psychologique,

Plus en détail

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS

Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS Synthèse du rapport d activité 2007 du CCAS I- Moyens financiers Budget 2007 : Recettes totales = 3.604.581 dont : Budget CCAS : 1.487.913 Budget annexe SSIAD : 438.284 Budget annexe MAD : 1.678.384 Dépenses

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM)

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) Edition 2008 2013 CDAJE 38 Commission départementale de l accueil des jeunes enfants CDAJE 38 1 Par dérogation à l article

Plus en détail

2015-2016-2017. Entre,

2015-2016-2017. Entre, Convention n Relative aux contributions respectives de l association «Jeunesse et Cultures», des Communes de Charmes, Thaon-les-Vosges et du Conseil général des Vosges à des actions dites de prévention

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

Guide de création d une maison d assistants maternels (MAM)

Guide de création d une maison d assistants maternels (MAM) 2013 (MAM) Édito Le Conseil général et la Caisse d allocations familiales du Finistère favorisent le développement des modes d accueil de la petite enfance Le Conseil général du Finistère et la Caisse

Plus en détail

Groupe d appui àla protection de l enfance. Des dispositifs de soutien à la parentalité dans le cadre de la prévention

Groupe d appui àla protection de l enfance. Des dispositifs de soutien à la parentalité dans le cadre de la prévention Groupe d appui àla protection de l enfance Des dispositifs de soutien à la parentalité dans le cadre de la prévention Septembre 2011 Créé à l initiative de la Convention Nationale des Associations de Protection

Plus en détail

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013 Note de recommandation Médecins du Monde Concertation sur la Réforme de l Asile Octobre 2013 Introduction Cette note de contribution est rédigée dans le cadre de la concertation sur la Réforme de l Asile,

Plus en détail

CONVENTION. «Etude épidémiologique sur la santé des mineurs et jeunes majeurs confiés à l Aide Sociale à l Enfance en Languedoc-Roussillon»

CONVENTION. «Etude épidémiologique sur la santé des mineurs et jeunes majeurs confiés à l Aide Sociale à l Enfance en Languedoc-Roussillon» Centre Régional d'etudes d'actions et d'informations Centre Régional d'etudes d'actions et d'informations Observatoire Régional de la Santé du Languedoc Roussillon 135 Allée Sacha Guitry - ZAC Tournezy

Plus en détail

édito sommaire Le Conseil des étrangers Edito 1 Accès aux droits 2 Apprendre le français 5 Accès aux soins 6 Citoyenneté 9

édito sommaire Le Conseil des étrangers Edito 1 Accès aux droits 2 Apprendre le français 5 Accès aux soins 6 Citoyenneté 9 avec le soutien de édito sommaire Edito 1 Accès aux droits 2 Apprendre le français 5 Accès aux soins 6 Citoyenneté 9 N Retrouvez au dos les lieux sur le plan Notre ville est riche de sa diversité, qui

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

La préfiguration des contrats de ville de nouvelle génération

La préfiguration des contrats de ville de nouvelle génération Comité d animation des sites préfigurateurs des contrats de ville - 18 juin 2013 - Paris La préfiguration des contrats de ville de nouvelle génération Éléments de cadrage Le comité interministériel des

Plus en détail

RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON

RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON Etape E : recueil du positionnement des partenaires institutionnels Vincent BAUDOT Septembre 2014 Société

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES Sommaire : Les missions page 2 Les secteurs d interventions page 2 Les contacts privilégiés page 3 Les cibles : A La restauration collective 1. Objectifs

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Structures petite enfance MEMENTO

Structures petite enfance MEMENTO Structures petite enfance MEMENTO Préambule : Les documents qui suivent ont été élaborés à partir de documents de la CNAF. Les fiches qui suivent ne sont en rien exhaustives. Elles ont pour but de vous

Plus en détail

Contribution de Médecins du Monde

Contribution de Médecins du Monde Contribution de Médecins du Monde Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et les exclusions des 10 et 11/12/12 Thématique Hébergement / logement Cette contribution fait suite à la participation

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

au service de chacun!

au service de chacun! Les associations sanitaires et sociales : au service de chacun! Petite enfance Handicap Jeunes en danger Santé Personnes âgées Pauvreté, Exclusion * «L association est la convention par laquelle deux ou

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE

PLANIFICATION STRATÉGIQUE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Le CRDITED de Montréal est une organisation innovante qui vise l excellence. Il contribue significativement, avec ses partenaires, à la participation sociale des personnes ayant

Plus en détail

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE La grande conférence sociale a permis d établir une feuille de route ambitieuse, qui engage ensemble l Etat, les

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail