SYNTHESE DU SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS COMMERCIAUX DU MARCHE FINANCIER REGIONAL

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SYNTHESE DU SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS COMMERCIAUX DU MARCHE FINANCIER REGIONAL"

Transcription

1 Union Monétaire Ouest Africaine Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers SYNTHESE DU SEMINAIRE DE FORMATION DES ACTEURS COMMERCIAUX DU MARCHE FINANCIER REGIONAL Cotonou, le 28 juin 2006 Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de Développement du Marché Financier de l UMOA et en vue du renforcement du professionnalisme des acteurs commerciaux du marché, le Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) a organisé, les 26, 27 et 28 juin 2006, à Cotonou au Bénin, à l intention des Sociétés de Gestion et d Intermédiation (SGI), Sociétés de Gestion d OPCVM (SGO), Sociétés de Gestion de Patrimoine (SGP) etc., un séminaire de formation sur le thème : «Techniques de recherche, d analyse et d intermédiation financière». Cette formation a été co-animée par le Professeur Bara ALAYA, formateur en marchés financiers et Monsieur Mohamed Fadhel ABDELKEFI, Directeur Général de la société Tunisie-Valeurs. Les principaux thèmes développés par les deux experts s articulent autour des trois journées de formation comme ci-après : I. JOURNEE DU 26 JUIN Présentation du business model et de l expérience de Tunisie-Valeurs en matière d intermédiation boursière, d études et de recherche, 2. Examen de la problématique de l analyse financière dans le contexte africain : manque de transparence, accès difficile à l information, problèmes de gouvernance, opacité des données financières diffusées, 3. Introduction aux difficultés du métier d analyste financier : l analyse financière, science ou art? La présentation de ces différents modules a été suivie de débats qui ont abouti aux conclusions et recommandations ci-après : toute société d intermédiation financière doit mener en son sein une activité réelle d analyse financière. Cette activité, loin d être un centre Site web : 1

2 de coût, constitue une preuve de crédibilité et de professionnalisme de l intermédiaire. L expérience de Tunisie Valeurs est la preuve que l activité d analyse financière a, dans une certaine mesure, un lien direct avec le succès d une société de bourse. Elle peut donc constituer pour une SGI, un véritable avantage concurrentiel. Elle rassure les épargnants et oriente les investisseurs étrangers dans le choix de leurs conseils locaux ; l analyse financière est à la fois une science et un art. A cet égard, elle doit être menée suivant une démarche méthodique qui va de l examen de l environnement macroéconomique de l entreprise à une analyse approfondie des caractéristiques spécifiques du marché ; le difficile accès à l information financière chiffrée est une caractéristique des marchés naissants. Cependant, il ne doit pas constituer un blocage au développement de l activité d analyse financière. En effet, une grande partie des informations nécessaires à la conduite d une bonne analyse financière (origine et historique, activité, production, process et R &D, réseau de distribution, management, actionnariat, etc.) peut s obtenir en dehors des données chiffrées diffusées dans les états financiers de l entreprise ; les qualités principales recherchées chez l analyste financier sont l indépendance de jugement, le sens critique, l intégrité intellectuelle et matérielle. II. JOURNEE DU 27 JUIN 2006 La deuxième journée de formation a été consacrée à la présentation et au diagnostic des différents éléments des états financiers. Les principaux modules développés sont : 1. le diagnostic financier de l entreprise : cartographie du bilan, du compte de résultat de l entreprise et du tableau des flux de trésorerie, 2. la boîte à outils de l analyste financier, les principaux soldes intermédiaires de gestion, le calcul des ratios clés et leur interprétation, Les échanges entre les participants et les animateurs ont conduit aux conclusions suivantes : Au titre de la définition et de l utilité du bilan - le bilan et le compte de résultat fournissent d importantes informations sur l entreprise. En effet, le bilan d une entreprise renseigne sur la valeur de son patrimoine, sa politique d investissement et sa situation financière ; la valeur du patrimoine est obtenue par la différence entre actif total et dettes. Cette valeur est également connue sous l appellation d actif net ; Site web : 2

3 le bilan permet de s assurer que la politique d investissement est en adéquation avec les aspirations de l entreprise. Des ratios relatifs à l intensité capitalistique de l entreprise, au taux d obsolescence de l outil de production, à son taux de renouvellement et à la trésorerie qu il génère, permettent à l analyste financier d apprécier cette adéquation ; la situation financière de l entreprise peut s apprécier à travers l évolution des principaux postes du bilan, en déterminant et en rapprochant du fonds de roulement, le besoin en fonds de roulement de l entreprise. Quelques ratios spécifiques tels que celui du niveau d endettement connu sous l appellation de «gearing», ainsi que ceux de solvabilité et de liquidité, permettent également d avoir une première appréciation de la santé financière de l entreprise. En ce qui concerne la définition et l utilité du compte de résultat - le compte de résultat renseigne sur la «richesse» créée par l entreprise au cours de ses différents cycles ; - les soldes intermédiaires de gestion permettent de reconstituer étape par étape la formation du résultat net, et ne doivent pas être confondus ; - la valeur ajoutée indique le poids économique de l entreprise. Elle traduit le niveau de richesse créée par l entreprise, à partir des matières consommées ; - les différences entre les notions de résultat brut d exploitation (RBE ou EBITDA), de résultat d exploitation (RE ou EBIT), de résultat courant et de résultat net sont fondamentales; - une démarche méthodique d analyse financière du compte de résultat suppose l examen du contenu de chaque poste de charge et de produit. Une attention particulière doit être portée sur les postes «autres charges», «autres produits» qui fonctionnent généralement comme un «fourre-tout»! Au titre des principaux ratios de rentabilité - le chiffre d affaires, principale source de revenu de l entreprise, doit être disséqué et analysé en termes de volume, de prix, par zones géographiques, par type de produits, d activité, etc. ; - la structure et l évolution des marges de la société renseigne sur sa situation sur le marché. Une entreprise en situation de monopole ou leader n aura pas beaucoup de mal à maintenir ses marges. Il n en est pas de même pour un «suiveur» ou un «challenger». L analyste devra donc approfondir sa connaissance du positionnement de l entreprise étudiée par le biais d une matrice BCG par exemple ; - l analyse de la rentabilité doit tenir compte des risques de change, des effets de saisonnalité et du périmètre de l activité appréciée ; Site web : 3

4 - plusieurs types de marges peuvent être calculés : la marge brute (CA-Achats consommés/ca), taux de marge d exploitation (résultat d exploitation/ca), taux de marge nette (résultat net/ca), etc. - les principaux indicateurs de rentabilité que les investisseurs internationaux considèrent avec le plus d intérêt sont le rendement des actifs (Return On Assets (ROA)) et la rentabilité financière (Return On Equity (ROE)). Au titre des tableaux de flux de trésorerie - l entreprise ne valant que par sa capacité à générer de la liquidité (cash), le tableau des flux de trésorerie a été commentée ; - les flux de trésorerie générés par une entreprise se répartissent entre le cycle d exploitation, le cycle d investissement et le cycle de financement ; - les flux de trésorerie peuvent être déterminés suivant une méthode directe, ou par une méthode indirecte. La méthode directe part des recettes et dépenses d exploitation alors que celle indirecte est conçue à partir du résultat net. Les cas pratiques étudiés et les échanges ont permis de consolider ces différentes notions nécessaires à une bonne analyse financière. A cet égard, il a été retenu que les principaux indicateurs sur lesquels un analyste financier devrait s attarder sont entre autres l EBITDA, le Free Cash Flow (flux de trésorerie disponible), le Gearing, le Return on Assets (ROA) et le Return on Equity (ROE). III. JOURNEE DU 28 JUIN 2006 Au cours de la troisième journée, les animateurs ont présenté les notions de coût de capital et les différentes méthodes d évaluation d une entreprise. Le détail des notions abordées se présente comme suit : 1. Calcul du taux d actualisation : coût des fonds propres, coût de la dette, notion de coût moyen pondéré du capital (CMPC) ou Weighted Average Cost of Capital (WACC) ; 2. Notions de taux d intérêt sans risque, de prime de risque et détermination et interprétation du coefficient bêta ; 3. Détermination du taux d actualisation en pays émergents : ajustement du coût moyen pondéré du capital ; 4. Méthodes de valorisation d une entreprise : concept, forces et faiblesses : a. méthode des flux de trésorerie disponibles actualisés ou Discounted Cash Flows (DCF) ; b. méthode des multiples ; Site web : 4

5 c. méthodes patrimoniales : actif réévalué, goodwill, etc. A l issue de la présentation il a été retenu par rapport aux différentes méthodes d évaluation que : Taux d actualisation et méthode DCF le taux d actualisation est un paramètre clé de la valorisation d une entreprise. Il représente le taux de rendement minimal exigé par les apporteurs de capitaux que sont les actionnaires et les prêteurs ; c est le coût moyen pondéré du capital ; la méthode DCF est une méthode fondamentale, basée sur la notion de flux futurs. Elle permet de tenir compte du potentiel de l entreprise, de son marché ainsi que des évolutions de son environnement socioéconomique et politique ; les flux de trésorerie disponibles (Free Cash Flows) utilisés dans la méthode DCF traduisent de façon précise, la capacité de l entreprise à générer de la trésorerie destinée à rémunérer les apporteurs de capitaux. Ils représentent de ce fait, un indicateur pertinent de la richesse attendue de l exploitation future de l entreprise évaluée ; la méthode DCF limite l horizon des projections financières à cinq (05) ans. L hypothèse de base étant la continuité de l exploitation, il est déterminé une valeur terminale qui tient compte du taux de croissance à l infini. Cette valeur terminale ajoutée aux flux actualisés, permet d obtenir la Valeur de l Entreprise (VE) ; la principale faiblesse de la méthode DCF est sa sensibilité aux hypothèses retenues dans la formulation des prévisions financières ; la détermination de la valeur terminale fait également l objet de quelques critiques. Méthode des multiples la méthode des multiples consiste en la valorisation de l entreprise à partir d un ratio ou multiple observé chez une entreprise comparable ou en référence au marché ou au secteur d activité ; l évaluation par la méthode des multiples comporte les quatre (04) étapes ci-après : (i) (ii) (iii) (iv) constitution d un échantillon d entreprises comparables, calcul des multiples, application des multiples, prise en compte d une décote d illiquidité. Site web : 5

6 les multiples généralement utilisés sont : (i) le multiple du chiffre d affaires calculé à partir du rapport (Valeur de l Entreprise (VE) /Chiffre d affaires (CA)), (ii) le multiple de l EBITDA ou de l Excédent Brut d Exploitation (VE/EBE), (iii) (iv) (v) le multiple de l EBIT ou Résultat d Exploitation (VE/RE) le multiple des Free Cash Flow (VE/FCF) le PER l utilisation du PER (Price Earning Ratio), rapport du prix d une action au bénéfice par action de l entreprise, est très courante. En effet, ce ratio permet d identifier les valeurs sur-évaluées et celles qui sont sousévaluées. A titre illustratif, un PER trop faible indique une sous évaluation alors qu un PER trop élevé signifie que le titre est surévalué. Il est important de noter que la valeur du PER varie suivant les secteurs et les pays. la méthode des multiples présente l avantage de la simplicité. Cependant, elle ne peut s appliquer à des entreprises déficitaires. Méthodes patrimoniales les méthodes patrimoniales permettent de valoriser l entreprise à partir de son patrimoine, ses capitaux propres comptables ; la méthode de l actif net réévalué consiste à calculer l actif net comptable et à le réajuster par rapport aux non valeurs, aux gains et pertes potentiels ainsi qu en tenant compte des appréciations et/ou dépréciations de valeurs ; la méthode du goodwill est, quant à elle, essentiellement basée sur la notion de rémunération de l actif économique, à un taux sans risque ; le goodwill est considéré comme une rente issue de l exploitation de l actif économique ; les méthodes patrimoniales ne présentent pas d avantage particulier. Elles donnent une vision trop statique de l entreprise, se basent sur son passé et la déconnectent de son activité courante. Elles sont pourtant très utilisées par les commissaires aux comptes. A titre illustratif, un cas pratique relatif à l évaluation de la société KARTHAGO a été examiné. Les forces et les faiblesses de la démarche de valorisation adoptée par les analystes financiers chargés de cette évaluation, ont été discutées. Site web : 6

7 En conclusion, il a été indiqué que la méthode DCF constitue la plus utilisée par les analystes financiers. Les autres méthodes sont également utilisées, mais dans une moindre mesure. CONCLUSIONS A l issue de cette formation, les trois principales conclusions ci-après ont été retenues : la nécessité d une amélioration significative de l analyse financière produite par les SGI dans les notes d information diffusées à l occasion des opérations financières (emprunts obligataires, offres publiques de ventes d actions, etc.) conduites sur le marché financier régional, l urgence du développement par les SGI, en leur sein, d une activité réelle d analyse financière fondamentale, soit individuellement, ou par pool, à usage des investisseurs de façon générale, mais surtout en vue d attirer vers le marché financier régional les investisseurs étrangers qui en font une exigence pour leurs interventions, La publication régulière par les SGI de notes de recherche approfondies destinées au public, qu il s agisse de clients actuels ou de prospects, de manière à améliorer la qualité de l information diffusée sur le marché financier de l Union. Site web : 7

SOMMAIRE DÉTAILLÉ AVANT-PROPOS... 1

SOMMAIRE DÉTAILLÉ AVANT-PROPOS... 1 AVANT-PROPOS... 1 Clés d accès... 2 INTRODUCTION... 3 1. Le contexte économique des évaluations d entreprises... 3 Les évaluations d entreprises se multiplient...... 3 dans un contexte de plus en plus

Plus en détail

Introduction en bourse

Introduction en bourse OPF U.A.D.H Prix d introduction 6,5Dt Prix de la quotité : 13.000Dt (1 action nouvelle + 1 action ancienne) Période de sousription : Du 13 au 20 Mai inclu Capitalisation boursière: 240 MDt Ratios de valorisation:

Plus en détail

Evaluation d entreprises: Méthodes de valorisation. Walid YAICHE. www.fusacquis.com

Evaluation d entreprises: Méthodes de valorisation. Walid YAICHE. www.fusacquis.com Evaluation d entreprises: Méthodes de valorisation Walid YAICHE FusAcquis Marché Des Entreprises www.fusacquis.com FusAcquis Acquis Marché Des Entreprises I. Méthodes patrimoniales 3 II. Méthodes basées

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

Hannibal Lease : Introduction sur le marché Principal

Hannibal Lease : Introduction sur le marché Principal Informations boursières : Secteur: Leasing Prix: 9,500 dinars Valeur Nominal: 5 dinars Nombre d actions offertes: 1 740 000 actions nouvelles Montant de l offre : 16 530 000 dinars Jouissance des actions:

Plus en détail

De la valeur d entreprise à la valeur des capitaux propres

De la valeur d entreprise à la valeur des capitaux propres De la valeur d entreprise à la valeur des capitaux propres Agnès PINIOT, Membre de la Commission Evaluation des entreprises de la Compagnie Nationale des Commissaires aux comptes (CNCC) Olivier PERONNET,

Plus en détail

CHAPITRE 1 ANALYSE FINANCIERE

CHAPITRE 1 ANALYSE FINANCIERE CHAPITRE 1 ANALYSE FINANCIERE Capital social avant opération : 539 790, divisé en 1 799 300 actions de 0,3 de nominal Ouverture du Placement : 18 octobre 2007 Clôture du Placement : 7 novembre 2007 1 ère

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

La Mission d'évaluation : méthodologie et outils d'analyse

La Mission d'évaluation : méthodologie et outils d'analyse La Mission d'évaluation : méthodologie et outils d'analyse I- Contexte de l'évaluation et perspectives... 2 1) Contexte de l évaluation... 2 2) Les demandeurs de l'évaluation?... 2 3) Perspectives... 3

Plus en détail

Chapitre 9. L évaluation des actions

Chapitre 9. L évaluation des actions Chapitre 9 L évaluation des actions Introduction Comment déterminer la valeur des actions? Loi du prix unique : le prix d un actif financier doit être égal à la valeur actuelle des flux futurs auxquels

Plus en détail

Cellcom en Bourse. 06 Janvier 2014. Intermédiaire en Bourse Introducteur Chef de file du syndicat de Placement. Membre du syndicat de Placement

Cellcom en Bourse. 06 Janvier 2014. Intermédiaire en Bourse Introducteur Chef de file du syndicat de Placement. Membre du syndicat de Placement Cellcom en Bourse Intermédiaire en Bourse Introducteur Chef de file du syndicat de Placement Membre du syndicat de Placement Evaluateur 06 Janvier 2014 Plan de la présentation I- Présentation de la société

Plus en détail

La valeur de l entreprise. Avec nos partenaires

La valeur de l entreprise. Avec nos partenaires La valeur de l entreprise Avec nos partenaires Sommaire Introduction : Une évaluation, pour quoi faire? 1 Les déterminants essentiels de la valeur 2 Approches et méthodes d évaluation 3 Situations particulières

Plus en détail

Société Tunisienne industrielle du papier et du carton

Société Tunisienne industrielle du papier et du carton Mars 2014 DÉPARTEMENT RECHERCHES Société Tunisienne industrielle du papier et du carton Recommandation: Souscrire Prix d introduction: APERÇU SUR LA SOCIÉTÉ 5 DT La SOTIPAPIER «Société Tunisienne Industrielle

Plus en détail

ZETA BIOTECH INSCRIPTION SUR LE MARCHE LIBRE D EURONEXT PARIS. : Augmentation de capital par émission de 206.065 actions nouvelles

ZETA BIOTECH INSCRIPTION SUR LE MARCHE LIBRE D EURONEXT PARIS. : Augmentation de capital par émission de 206.065 actions nouvelles ZETA BIOTECH INSCRIPTION SUR LE MARCHE LIBRE D EURONEXT PARIS Capital social avant opération : Ouverture du Placement : Clôture du Placement : 1 ère cotation : Prix de souscription : 4,85 par action Valorisation

Plus en détail

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu Les valeurs à dividende et comment les choisir Qu est-ce qu un dividende et comment une entreprise le verse-t-elle? Le dividende

Plus en détail

SEMINAIRES DE DIRECTION

SEMINAIRES DE DIRECTION SEMINAIRES DE DIRECTION Conçus spécialement pour les membres de la direction, ces séminaires sont concis et pratiques. Ils peuvent prendre la forme de présentations avec études de cas à l appui, ou de

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Finance I. Les bases de l analyse financière... 7. Avant-Propos... 3

TABLE DES MATIÈRES. Finance I. Les bases de l analyse financière... 7. Avant-Propos... 3 TABLE DES MATIÈRES Avant-Propos... 3 Finance I. Les bases de l analyse financière... 7 Fiche 1. Introduction à l analyse financière... 9 Fiche 2. Fiche 3. Fiche 4. Fiche 5. Fiche 6. Fiche 7. Fiche 8. Fiche

Plus en détail

LES FUSIONS-ACQUISITIONS EN ESPAGNE Novembre 2013

LES FUSIONS-ACQUISITIONS EN ESPAGNE Novembre 2013 LES FUSIONS-ACQUISITIONS EN ESPAGNE Novembre 2013 16 Avenue Hoche 75008 Paris tel.: +33 1 71 18 18 91 Paseo de la Castellana, 141 -Edif. Cuzco IV - 28046 Madrid tel.: +34 91 113 85 09 Index Marché des

Plus en détail

Introduction : Problématique de l évaluation

Introduction : Problématique de l évaluation Introduction : Problématique de l évaluation Nous évoquerons d abord les utilisateurs de l évaluation des sociétés, ensuite les méthodes classiques d évaluation que nous prolongerons par l approche générale

Plus en détail

L ÉVALUATION DES ACTIONS

L ÉVALUATION DES ACTIONS L ÉVALUATION DES ACTIONS PLAN A. Le modèle général du dividende actualisé ; B. Le modèle du dividende actualisé à croissance unique; C. Le modèle du dividende actualisé à croissance multiple ; D. La valeur

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Louvain-la-Neuve, le 27 mars 2009, 16h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET PROFITABILITÉ : BSB TIENT SES PROMESSES! La croissance de la société s est

Plus en détail

IAS 36. Détermination de la juste valeur. William Nahum. Président de l Académie des Sciences et Techniques comptables et Financières.

IAS 36. Détermination de la juste valeur. William Nahum. Président de l Académie des Sciences et Techniques comptables et Financières. William Nahum Président de l Académie des Sciences et Techniques comptables et Financières Présente IAS 36 Détermination de la juste valeur En partenariat avec IAS 36 Comment déterminer la juste valeur

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

UE 2 - FINANCE Niveau M : 140 heures - 15 ECTS. 1. La valeur (20 heures) 1.1 La valeur et le temps. Bulletin officiel n 11 du 18 mars 2010

UE 2 - FINANCE Niveau M : 140 heures - 15 ECTS. 1. La valeur (20 heures) 1.1 La valeur et le temps. Bulletin officiel n 11 du 18 mars 2010 UE 2 - FINANCE Niveau M : 140 heures - 15 ECTS 1. La valeur (20 heures) 1.1 La valeur et le temps La notion de valeur est centrale en finance et sera présentée sous les angles financier et mathématique

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES... 15. Table des matieres

TABLE DES MATIERES PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES... 15. Table des matieres TABLE DES MATIERES PRÉFACE................................................ 9 INTRODUCTION........................................ 11 PARTIE I. EVALUATION DES ENTREPRISES............... 15 CHAPITRE 1. CONTEXTE

Plus en détail

MONEYLINE FR0000054298 MOL FAIR VALUE: 39.96

MONEYLINE FR0000054298 MOL FAIR VALUE: 39.96 Julien Méha julien@nexfinance.fr www.nexresearch.fr 4 mai 2006 MONEYLINE FR0000054298 MOL FAIR VALUE: 39.96 Données boursières K 2004 2005 2006e 2007e 2008e Dern. Cours 36,94 Chiffre d'affaires 27 314

Plus en détail

Capital immatériel et valeur intrinsèque des grandes entreprises

Capital immatériel et valeur intrinsèque des grandes entreprises ORGANISATEURS PARTENAIRES Capital immatériel et valeur intrinsèque des grandes entreprises Eric GALIEGUE Asset Valuation Services Sébastien GRANDFILS Goodwill management INTEGRER L IMMATERIEL DANS L EVALUATION

Plus en détail

Guide sur les méthodes d évaluation d entreprise dimanche 19 décembre 2004, par Pantaleo Elicio url:

Guide sur les méthodes d évaluation d entreprise dimanche 19 décembre 2004, par Pantaleo Elicio url: Guide sur les méthodes d évaluation d entreprise dimanche 19 décembre 2004, par Pantaleo Elicio url: http://seminaire.samizdat.net/article.php3?id_article=48 Quelles sont les méthodes d évaluation d une

Plus en détail

Définition et finalités de l analyse financière

Définition et finalités de l analyse financière Définition et finalités de l analyse financière FICHE I Définition L analyse financière recouvre un ensemble de techniques et d outils visant à traduire la réalité d une entreprise en s appuyant sur l

Plus en détail

PARTENARIAT ASSAD THE ABRAAJ GROUP BUSINESS PLAN 2014-2019

PARTENARIAT ASSAD THE ABRAAJ GROUP BUSINESS PLAN 2014-2019 PARTENARIAT ASSAD THE ABRAAJ GROUP BUSINESS PLAN 2014-2019 GROUPE L ACCUMULATEUR TUNISIEN ASSAD 18 SEPTEMBRE 2014 PROPRIETE ASSAD Sommaire 01 02 03 04 05 06 07 08 PRESENTATION DU GROUPE PERFORMANCE DE

Plus en détail

Keyware voit son profit doubler en 2013

Keyware voit son profit doubler en 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE 13 mars 2014 Keyware voit son profit doubler en 2013 Bruxelles, Belgique le 13 mars 2014 Keyware (EURONEXT Brussels : KEYW), fournisseur de premier plan de solutions en matière de

Plus en détail

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Objectifs de la session 1. Introduire le «dividend discount model» (DDM) 2. Comprendre les sources de croissance du dividende 3. Analyser

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

L administrateur et l investisseur

L administrateur et l investisseur L administrateur et l investisseur Enjeux Désigné par l assemblée générale, le conseil doit agir dans l intérêt et pour le compte de tous les actionnaires. A long terme, l intérêt social doit nécessairement

Plus en détail

IAS 17 Aujourd hui et demain

IAS 17 Aujourd hui et demain IAS 17 Aujourd hui et demain Analyse comparative et application au travers du secteur de la grande distribution Promoteur : Monsieur Yvan STEMPNIERWSKY Auteur : Florence HENOUMONT Le leasing : un mode

Plus en détail

Analyse financière adaptée aux marchés financiers

Analyse financière adaptée aux marchés financiers Analyse financière adaptée aux marchés financiers Sommaire Partie I : Éléments préalables à maîtriser 1- Familiarisation avec le marché boursier marocain 2- Analyse du profil boursier des sociétés cotées

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Résultats du premier semestre 2009 Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Bonne résistance des ventes au S1, des résultats impactés par

Plus en détail

La valorisation d'entreprises innovantes. Eric Rattier

La valorisation d'entreprises innovantes. Eric Rattier La valorisation d'entreprises innovantes Eric Rattier Plan de l intervention 1. Introduction 2. Quelles méthodes utiliser pour valoriser une entreprise innovante? 3. Conseils pour utiliser la méthode des

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

Analyse financière Groupe Magasin Général

Analyse financière Groupe Magasin Général Secteur : Distribution Cours au : 133,400D Nominal : 5D Nombre de titres : 2 296 250 titres Points clés : Doyen du secteur de la distribution avec plus de 80 ans d expérience ; Actionnariat de référence

Plus en détail

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière Plan Le bilan - présentation et signification des postes Structure en grandes masses - Le BFR Les ratios de structure

Plus en détail

RESULTATS AU 31 MARS 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE DU 11 MAI 2015 :

RESULTATS AU 31 MARS 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE DU 11 MAI 2015 : Jacquet Metal Service - Rapport d activité 31 mars 2015 1 2 RESULTATS AU 31 MARS 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE DU 11 MAI 2015 : 1 er trimestre 2015 Chiffre d affaires 316,5 m (+8,5% vs T1 2014) EBITDA +14,2

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE MARCHÉS ET TRANSACTIONS

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE MARCHÉS ET TRANSACTIONS TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE 5 EXTRAITS, POUR RAPPEL, DE L AVANT- PROPOS DU TOME 1 7 SIGLES ET ABRÉVIATIONS 9 LISTE DES TABLEAUX 11 TOME 2 MARCHÉS, TRANSACTIONS, PLACEMENTS PREMIÈRE PARTIE MARCHÉS ET TRANSACTIONS

Plus en détail

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE Alerte info COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE JANVIER 2016 Préparation des informations à fournir sur la situation de trésorerie et les sources de financement dans le rapport de gestion Pour

Plus en détail

EVALUATION D ENTREPRISE

EVALUATION D ENTREPRISE EVALUATION D ENTREPRISE «Combien vaut mon entreprise?» EVALUATION PLAN DU MODULE 1) Objectifs et enjeux de l évaluation Pour le propriétaire Pour le repreneur 2) Évaluation : apports et limites 3) Rappel

Plus en détail

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE

ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE ÉVALUER LES RISQUES ET LES AVANTAGES DE L EMPRUNT À DES FINS DE PLACEMENT Emprunter à la banque afin d investir plus de fonds et d améliorer ses gains peut être attrayant pour plusieurs investisseurs,

Plus en détail

Chapitre 1 : Responsable de la note d opération... 9. 1.1. Responsable de la note d opération... 9

Chapitre 1 : Responsable de la note d opération... 9. 1.1. Responsable de la note d opération... 9 Sommaire Flash sur l opération d augmentation de capital de la société Ateliers Mécaniques du Sahel et d admission de ses actions au marché alternatif de la cote de la bourse... 4 Chapitre 1 : Responsable

Plus en détail

Entreparticuliers.com

Entreparticuliers.com Recommandation : Valorisation Résultats semestriels Type de marché: code bloomberg: code reuters: code ISIN: Nombre d'actions: Capi. boursière (m ): Flottant: ALENT:FP ALENT.PA FR0010424697 3 522 000 34,9

Plus en détail

DSCG 4. Comptabilité et audit CORRIGÉS DU MANUEL. 2 e édition

DSCG 4. Comptabilité et audit CORRIGÉS DU MANUEL. 2 e édition DSCG 4 Comptabilité et audit CORRIGÉS DU MANUEL Robert OBERT Agrégé des techniques économiques de gestion Docteur en sciences de gestion Diplômé d expertise comptable Marie-Pierre MAIRESSE Docteur en sciences

Plus en détail

SOMMAIRE. Assurances Salim

SOMMAIRE. Assurances Salim SOMMAIRE 1- Le secteur des assurances en Tunisie 2- Présentation de la socièté «ASSURANCES SALIM» 3- Stratégie de développement et perspectives d avenir 4- Evaluation 5 -Caractéristiques de l offre Assurances

Plus en détail

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

Enquête auprès des membres du CLIFF et de la SFAF

Enquête auprès des membres du CLIFF et de la SFAF Enquête auprès des membres du CLIFF et de la SFAF Enjeux de la directive Transparence en matière de publication et de traitement des informations trimestrielles Sommaire Principaux constats... 3 Présentation

Plus en détail

Lancerment de nouvelles activités :

Lancerment de nouvelles activités : Note d Information MAC SA- Intermédiaire en Bourse Ae TECH Février 2013 RECOMMANDATION : SOUSCRIRE APERÇU SUR LA SOCIÉTÉ Opérant dans le secteur des technologies de l information et de la communication,

Plus en détail

Petit Déjeuner des Start Up le 24 juin 2005

Petit Déjeuner des Start Up le 24 juin 2005 Petit Déjeuner des Start Up le 24 juin 2005 LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR FONDS PROPRES 1) Quelle caractéristique du financement par fonds propres? 2) Que financer par des fonds propres? 3) Par quels

Plus en détail

14 rue de Bassano 15 rue de la Baume 75116 Paris 75008 Paris STERIA

14 rue de Bassano 15 rue de la Baume 75116 Paris 75008 Paris STERIA Olivier PERONNET Olivier GRIVILLERS FINEXSI Expert et Conseil Financier HAF Audit & Conseil 14 rue de Bassano 15 rue de la Baume 75116 Paris 75008 Paris STERIA Société Anonyme au capital de 14.876.895

Plus en détail

Information comptable et management financier

Information comptable et management financier Information comptable et management financier APPLICATION Diagnostic financier Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor,

Plus en détail

LES COMMANDEMENTS DU BUSINESS PLAN. Séminaire Conseil-Organisation. Par Gézia Damergy. SeminaireCO-TA.11

LES COMMANDEMENTS DU BUSINESS PLAN. Séminaire Conseil-Organisation. Par Gézia Damergy. SeminaireCO-TA.11 LES COMMANDEMENTS DU BUSINESS PLAN Séminaire Conseil-Organisation SeminaireCO-TA.11 Par Gézia Damergy A quoi sert un business plan? C est un document de travail qui aide à bâtir son projet C est un document

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS Ce chapitre est consacré à la valorisation par les cash flows actualisés ou DCF. Cette méthode est basée sur la capacité d une entreprise à générer des flux

Plus en détail

La gestion actions. Nicolas Pelletier Responsable de la Gestion active actions américaines BCV Asset Management 06.11.2015

La gestion actions. Nicolas Pelletier Responsable de la Gestion active actions américaines BCV Asset Management 06.11.2015 Master en Droit et Economie / Automne 2014 / Prof. F. Alessandrini La gestion actions Nicolas Pelletier Responsable de la Gestion active actions américaines BCV Asset Management 06.11.2015 Sommaire 1.

Plus en détail

PROCESSUS DE GESTION. GESTION Palatine Asset Management ACTIONS WWW.PALATINE-AM.COM AM.COM

PROCESSUS DE GESTION. GESTION Palatine Asset Management ACTIONS WWW.PALATINE-AM.COM AM.COM PROCESSUS DE GESTION GESTION Palatine Asset Management ACTIONS WWW.PALATINE-AM.COM AM.COM Processus de gestion actions La gestion de Palatine Asset Management est active et pragmatique Le processus est

Plus en détail

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat Chapitre 2 L analyse du compte de résultat I- Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) A- Intérêt de la mise en place des SIG B- La mise en œuvre des SIG 1- Le tableau des SIG Voir annexe 1 2- L analyse

Plus en détail

Communication financière du 27 mai 2014

Communication financière du 27 mai 2014 Communication financière du 27 mai 2014 Plan A. Présentation de SYPHAX Airlines B. Réalisations 2013 C. Contexte et perspectives D. Business Plan 2014-2017 Plan A. Présentation de SYPHAX Airlines B. Réalisations

Plus en détail

Chiffre d affaires consolidé de 3 581 millions d euros, en hausse de 15 %, + 6 % à périmètre et taux de change constants

Chiffre d affaires consolidé de 3 581 millions d euros, en hausse de 15 %, + 6 % à périmètre et taux de change constants 15.13 Croissance du chiffre d affaires de 15 % à 3 581 millions d euros Croissance du chiffre d affaires première monte de 16 %, + 7 % à périmètre et taux de change constants, supérieure de 6 points à

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT

COMMUNIQUE DE PRESSE DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT COMMUNIQUE DE PRESSE DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT VISANT LES ACTIONS ET OBLIGATIONS REMBOURSABLES EN ACTIONS DE LA SOCIETE INITIÉE PAR CONSEILLÉE PAR PRÉSENTÉE PAR Prix de l Offre : 3,20

Plus en détail

1 Rappel des spécificités de fonctionnement en Franchise

1 Rappel des spécificités de fonctionnement en Franchise Table ronde finance Conférence du CEDRE Afin de fixer au lecteur l objet des débats sur les besoins spécifiques du financement des réseaux, nous rappelons en premier lieu l analyse des besoins pour envisager

Plus en détail

GROUPE FLO GROUPE FLO

GROUPE FLO GROUPE FLO GROUPE FLO Le 28 juillet 2011 1 Faits marquants du 1 er semestre 2011 Poursuite de la progression de l activité Progression de + 5,3 % du total des ventes sous enseignes, à 289,6 M Progression de + 1,6

Plus en détail

- 08 - L ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS REELLES

- 08 - L ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS REELLES - 08 - L ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS REELLES Objectif(s) : o Pré-requis : Prise en compte des plus-values et moins-values et impact sur la situation financière d'une entreprise. o Principes

Plus en détail

ELEMENTS CLES DU 1 ER SEMESTRE 2012

ELEMENTS CLES DU 1 ER SEMESTRE 2012 RESULTATS DU 1 er SEMESTRE 2012 Paris, le 31 août 2012 3,6 millions d abonnés mobiles : 5,4% du parc français en moins de 6 mois 54% de parts de marché des recrutements haut débit : clair leadership sur

Plus en détail

Introduction en Bourse de la Société. Réunion d analystes

Introduction en Bourse de la Société. Réunion d analystes Introduction en Bourse de la Société «Assurances SALIM» Réunion d analystes 22 Février 2010 & Membre d Sommaire I. Le secteur des assurances en Tunisie i II. Présentation de la société «Assurances SALIM»

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise?

Comment valoriser une entreprise? Comment valoriser une entreprise? Les patrons de PME françaises ont en général peu d idées de ce que vaut leur entreprise, ou alors des idées approximatives voir fausses. Ils ne se poseront la question

Plus en détail

L ENTREPRISE ET LA BANQUE

L ENTREPRISE ET LA BANQUE L ENTREPRISE ET LA BANQUE 1. Le financement bancaire des entreprises L intermédiation bancaire dans les économies modernes peut-être appréhendée à travers les multiples fonctions qui sont assumées par

Plus en détail

ADOPTION DU REFERENTIEL COMPTABLE INTERNATIONAL IFRS ( International Financial Reporting Standards) PRINCIPALES DIVERGENCES ET CHIFFRAGE DES IMPACTS

ADOPTION DU REFERENTIEL COMPTABLE INTERNATIONAL IFRS ( International Financial Reporting Standards) PRINCIPALES DIVERGENCES ET CHIFFRAGE DES IMPACTS ADOPTION DU REFERENTIEL COMPTABLE INTERNATIONAL IFRS ( International Financial Reporting Standards) PRINCIPALES DIVERGENCES ET CHIFFRAGE DES IMPACTS Les comptes consolidés du groupe SILIC sont établis,

Plus en détail

webconférence mieux comprendre les données financières d Orange web conférence mardi 10 juin

webconférence mieux comprendre les données financières d Orange web conférence mardi 10 juin webconférence mieux comprendre les données financières d Orange 1 recommandations pratiques penser à bien régler le son de votre ordinateur en cas de souci technique, vous pouvez nous contacter aux numéros

Plus en détail

SOCIÉTÉ EXEMPLE. Valorisation

SOCIÉTÉ EXEMPLE. Valorisation SOCIÉTÉ EEMPLE Valorisation 2014 Synthèse des méthodes 566 452 642 566 559 025 Valeur de l'entreprise Coefficient de pondération 426 107 489 032 Méthode du Goodwill gearing 426 107 1 Méthode de l EBITDA

Plus en détail

Table des matières. Introduction 7

Table des matières. Introduction 7 Table des matières Introduction 7 Chapitre 1 Survol des marchés de valeurs de placement 11 Les valeurs permettant l atteinte de l objectif de la sécurité financière 13 Les assurances sur la personne 13

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail

Rapport financier semestriel

Rapport financier semestriel Le 1 er juin 2012 Rapport financier semestriel Au cours du premier semestre 2012, le Groupe a enregistré une forte croissance de son activité (+8,1%), notamment liée à une période de soldes hiver favorables,

Plus en détail

Chapitre 3 : l évaluation des actions

Chapitre 3 : l évaluation des actions Chapitre 3 : l évaluation des actions 11.10.2013 Plan du cours Modèle d actualisation des dividendes rendement, gain en capital et rentabilité modèle d actualisation des dividendes Application du modèle

Plus en détail

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise.

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise. Chapitre 1 L ANALYSE FINANCIÈRE DÉFINITION L analyse financière à terme regroupe l ensemble des techniques destinées à étudier la gestion à terme de l entreprise pour prévoir, et pallier les besoins de

Plus en détail

Les principales causes d échec d une création d entreprise

Les principales causes d échec d une création d entreprise CHAPITRE 1 Les principales causes d échec d une création d entreprise Introduction «[ ] Échouer, c est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente [ ]» Henry Ford Depuis ces dix dernières

Plus en détail

ENTREPRENEURS & RÉGIONS

ENTREPRENEURS & RÉGIONS FIP ENTREPRENEURS & RÉGIONS N 9 FIP ENTREPRENEURS & RÉGIONS N 9 ILE-DE-FRANCE - BOURGOGNE - RHÔNE-ALPES PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR Société de gestion agréée AIFM et AMF par l Autorité des Marchés Financiers

Plus en détail

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace.

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. LES RATIOS 1) GENERALITES 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. 2) utilité Illustrer des informations Mesurer des objectifs

Plus en détail

Société anonyme au capital de 50.666.526 Euros ZA Le Clos Mesnil BP 32 27110 LE NEUBOURG

Société anonyme au capital de 50.666.526 Euros ZA Le Clos Mesnil BP 32 27110 LE NEUBOURG Cabinet BLOIS BROSSARD SA Société anonyme au capital de 50.666.526 Euros ZA Le Clos Mesnil BP 32 27110 LE NEUBOURG RAPPORT GENERAL DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS Exercice clos le

Plus en détail

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Montant des cash-flows dans le cas des entreprises endettées et non endettées

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Montant des cash-flows dans le cas des entreprises endettées et non endettées Cours de gestion financière (M1) Séance (8) du 20 novembre 2015 Avantage fiscal de l endettement Plan de la séance du 20 novembre Avantage fiscal de l endettement entreprises non endettées Déductibilité

Plus en détail

LA THEORIE FINANCIERE

LA THEORIE FINANCIERE ANALYSE FINANCIERE DEFINITIONS Ensemble de méthodes et d instruments qui permettent de traiter les informations comptables et de gestion en vue de formuler une appréciation de la situation financière,

Plus en détail

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds ENTREPRISE ET PATRIMOINE RDV TransmiCCIon 23 mai 2013 Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds Conseil en fusions-acquisitions et ingénierie financière Intégrité indépendance

Plus en détail

La reprise d entreprise

La reprise d entreprise Les nouveaux outils de financement de la reprise La reprise d entreprise Se faire accompagner d un investisseur financier Pourquoi, avec Qui et Comment ouvrir son capital? 1. Pourquoi? Le capital investissement

Plus en détail

CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant?

CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant? CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant? Promotion Petit Poucet 2008 er et 3 mois de conseil 10 lauréats récompensésp Diagnostic personnalisé offert aux 30 finalistes Conception : Agence Cavernamuth www.cavernamuth.com

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Master 1 Droit et Management

Master 1 Droit et Management Master 1 Droit et Management Cours de Management Financier 24 h CM MCC : écrit terminal de 2 h Enseignant : Jean-Marc Bascourret Management Financier Objectif : appréhender et maîtriser les principales

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages I. Consignes générales Le dossier répond à des critères d exigences qui ont été définies par le référentiel de

Plus en détail

Approche, risques et valorisation

Approche, risques et valorisation Studiedag Journée d études Overdracht en overname van KMO s Transmission et reprise de PME Approche, risques et valorisation Hilde WITTEMANS Réviseur d entreprises Table des matières 1. Tendances dans

Plus en détail

Consort NT. Un challenger à découvrir

Consort NT. Un challenger à découvrir EuroLand Finance Expert en Valeurs Moyennes Services informatiques Marché Libre Consort NT Un challenger à découvrir Cours au 03/04/06 : 8,6 Fair Value : 10,1 Décote : 14,9 % Revue annuelle EDITORIAL La

Plus en détail

Marchés Financiers. Cours appliqué de finance de marché. Actions

Marchés Financiers. Cours appliqué de finance de marché. Actions Marchés Financiers Cours appliqué de finance de marché Actions Aoris Conseil - Emmanuel Laffort 1 Actions - Généralités Caractéristiques Partie du capital Participants Banques (comptes propres, comptes

Plus en détail

INTRODUCTION. Logique financière vs logique industrielle

INTRODUCTION. Logique financière vs logique industrielle INTRODUCTION Logique financière vs logique industrielle Multiplication des faillites de PME/ difficultés d accès au crédit bancaire. Difficultés de grands groupes pourtant performants au niveau industriel

Plus en détail

Financement sur le marché des capitaux

Financement sur le marché des capitaux SIX Group SA Selnaustrasse 30 Case postale 1758 CH-8021 Zurich www.six-group.com Contact: Media Relations pressoffice@six-group.com Financement sur le marché des capitaux Principes Processus Avantages

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TOME 1 *

TABLE DES MATIÈRES TOME 1 * TABLE DES MATIÈRES TOME 1 * Tableaux Tome 1.............................................. Figures Tome 1............................................... xiv xix Introduction................................................

Plus en détail

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON NB : Pour réussir cette APS il est indispensable de connaître (et d être capable de définir) les notions relatives à l analyse fonctionnelle du bilan et du compte

Plus en détail