Les systèmes de cash pooling consistent à optimiser les frais financiers d un groupe de sociétés.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les systèmes de cash pooling consistent à optimiser les frais financiers d un groupe de sociétés."

Transcription

1 FAQ Cash pooling La centralisation de trésorerie Définition Les systèmes de cash pooling consistent à optimiser les frais financiers d un groupe de sociétés. Il existe deux grandes catégories de cash pooling : le cash pooling physique (aussi appelé Zero Balancing Account) et le cash pooling notionnel. Le cash pooling physique consiste à effectuer un transfert physique de fonds entre les comptes des sociétés et un compte centralisateur de la société jouant le rôle de pivot. Cette technique permet de concentrer physiquement, et généralement automatiquement en un point unique, par devise, tous les soldes créditeurs et débiteurs d un groupe de sociétés et donc l ensemble des liquidités disponibles d un groupe. Par ailleurs, le cash pooling physique permet généralement plusieurs paramétrages tels que le choix de la périodicité (quotidienne, hebdomadaire, ), les types de seuils (pas de seuil minimum, montant minimum pour que la remontée puisse se réaliser), etc. Le cash pooling notionnel, à l inverse du précédent, n engage pas de transfert physique entre les comptes. Chaque entité garde donc ses liquidités. Q1. Comment fonctionnent ces deux types de cash pooling? Le cash pooling physique Au sein d un groupe de sociétés, on définit une société pivot et des sociétés. La société pivot sera titulaire du compte centralisateur sur lequel seront centralisés les soldes des comptes sélectionnés des sociétés. Les comptes participants et le compte centralisateur peuvent être domiciliés dans des établissements différents. Chaque jour, les soldes positifs et négatifs de chaque compte participant sont transférés automatiquement par la banque vers le compte centralisateur. Sur le plan comptable, la société pivot devra tenir un compte courant au nom de chaque société participante sur lequel seront enregistrés tous les transferts la concernant. Les intérêts créditeurs et débiteurs de chaque société participante seront calculés et réglés sur la base des soldes de ce compte courant.

2 Schéma Principe du cash pooling physique (sans paramétrages spécifiques) Société Pivot Compte Centralisateur Solde net : +80 Transfert de 100 Transfert de 50 Transfert de 30 Société Participante A Compte Participant A Solde : +100 Société Participante B Compte Participant B Solde : -50 Société Participante C Compte Participant C Solde : +30 Le cash pooling notionnel Au sein d un groupe de sociétés, on définit des sociétés pour lesquelles les soldes créditeurs et débiteurs des comptes seront cumulés et compensés quotidiennement. A la fin de chaque période déterminée, mensuelle ou trimestrielle, les intérêts créditeurs ou débiteurs du groupe des sociétés sont calculés sur la base du solde cumulé en valeur des comptes participants, prenant donc en compte l intégralité des soldes. Une répartition des intérêts ainsi calculés sera ensuite effectuée entre les sociétés sur la base de leurs soldes respectifs. Schéma Principe du cash pooling notionnel Solde fusionné A + B + C : +80 Société Participante A Compte Participant A Solde : +100 Société Participante B Compte Participant B Solde : -50 Société Participante C Compte Participant C Solde : +30

3 Q2. Quels sont les avantages et inconvénients de ces deux types de cash pooling? Cash pooling physique Cash pooling notionnel Avantages Inconvénients Simplicité du concept Technique largement répandue tant sur le plan national qu international Disponibilité physique de l ensemble des liquidités sur un compte unique permettant l optimisation des placements Gestion centralisée du solde consolidé Compensation réelle des positions Sous certaines conditions, possibilité de domicilier les comptes dans des établissements différents Contrôle des liquidités des sociétés Optimisation et réduction de l utilisation des lignes de crédit Diminution de la taille du bilan consolidé du groupe (endettement net) Création de prêts intersociétés à chaque transfert entraînant lourdeur comptable et coûts administratifs Coûts des transferts Impact psychologique du vidage physique des comptes à prendre en considération pour les sociétés Impacts fiscaux liés aux prêts intersociétés à étudier au cas par cas, notamment en termes de retenue à la source, de limite de déductibilité des intérêts, de ratios de souscapitalisation, etc. Simplicité technique de mise en œuvre Pas de prêt inter société à comptabiliser Chaque société participante garde son autonomie sur ses comptes Pas d incidence fiscale Réduction des coûts administratifs Pas de frais de transfert Possibilité de fusionner des positions multidevises Faisabilité juridique à valider pays par pays Nécessité de mettre en place un certain niveau de garantie (lettre de confort, garantie simple ou croisée) entre les participants pour que la banque puisse compenser les soldes, dans la mesure où la législation locale l autorise Nécessité pour le gestionnaire du cash d avoir une vue sur tous les comptes participants pour déterminer son solde cumulé Tous les comptes participants doivent être domiciliés dans un établissement bancaire unique N optimise bien que les positions de trésorerie inversées Nécessité de maintenir des lignes de crédit au niveau des sociétés

4 Q3. Quelles sont les méthodes utilisées par ces deux types de cash pooling? Le cash pooling physique Le cash pooling physique propose deux méthodes : la méthode directe, relative à une structure simple, et la méthode indirecte, relative à une structure complexe. La méthode «directe» consiste à effectuer les opérations de cash pooling directement sur les comptes commerciaux. Ce système permet de limiter le nombre de comptes à suivre en comptabilité. Toutefois, le nombre d écritures de prêt / emprunt reste identique. La méthode «indirecte» consiste à effectuer des opérations de nivellement à partir d un compte dit «miroir» ou «reflet» (compte ouvert spécialement pour chaque société). Ce compte miroir est techniquement et juridiquement un compte bancaire dont le solde est l inverse du compte principal. Sa position est fusionnée avec celle du compte bancaire commercial dont il est le miroir / reflet. Ce système permet d isoler les écritures cash pool des écritures commerciales. Le cash pooling notionnel On distingue deux grandes méthodes pour effectuer la répartition des intérêts : la fusion d échelle d intérêts et la réduction de marge bancaire. La fusion d échelle d intérêts consiste à calculer, à la fin de chaque période, les intérêts créditeurs et débiteurs pour chaque compte en fusionnant l ensemble des positions quotidiennes en valeur. Le prélèvement, mensuel ou trimestriel, sera effectué par la banque sur le compte centralisateur. La répartition des intérêts entre les sociétés sera réalisée par la société centralisatrice sur la base d une clé pouvant être la somme des mouvements créditeurs et débiteurs de la période considérée. Il est à noter que cette opération peut être partiellement ou totalement sous-traitée à la banque. La réduction de la marge bancaire est la bonification par la banque du taux d intérêt de chaque entité du fait de sa situation par rapport aux autres entités. Cette méthode n est pas à ce jour la plus utilisée.

5 Synthèse - Tableau comparatif des deux types de cash pooling Réduction des frais financiers Optimisation fiscale Réduction de la taille du bilan Coût de fonctionnement Contraintes juridiques Zero balancing Annule les marges Retenues à la source + Ligne de crédit uniquement sur la société centralisatrice Administration interne Comptabilité Comptabilisation - - Pooling notionnel Réduit ou annule les marges + Pas d incidence Tirage sur chacune des lignes locales Recherche de garanties - Très peu d administration ++ Pas d incidence Pour en savoir plus sur nos offres, n hésitez pas à : consulter notre site internet vous rapprocher de votre conseiller commercial habituel, vous connecter sur le site de la Communauté des trésoriers d'entreprise de Natixis

Société A Compte. Société B Compte. Société F. Société E. Compte pivot. Compte. Compte. Société D. Société C. Compte. Compte

Société A Compte. Société B Compte. Société F. Société E. Compte pivot. Compte. Compte. Société D. Société C. Compte. Compte La gestion de trésorerie de groupe 1. L organisation de la trésorerie dans un groupe 2. Les contraintes réglementaires, juridiques et fiscales 3. La centralisation du risque de change 1. L organisation

Plus en détail

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Comptabilité 155 INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Etre capable d assurer le suivi quotidien des opérations courantes dans une entreprise afin de faciliter les échanges avec son expert comptable. Assistante

Plus en détail

Problématique SEPA. second et débitrices de tout ou partie des comptes bancaires (multi-banques) des de notre lettre d information

Problématique SEPA. second et débitrices de tout ou partie des comptes bancaires (multi-banques) des de notre lettre d information E D I T O R I A L N 02 / OCTOBRE 2007 - É D I T O R I A L N ous avons le plaisir Problématique SEPA Introduction vous présenter Pour les directions financières et pour les trésoriers, le SEPA pose É D

Plus en détail

L État. Chapitre 06. Introduction. Mise en situation. Doc. 1 TVA déductible et TVA collectée

L État. Chapitre 06. Introduction. Mise en situation. Doc. 1 TVA déductible et TVA collectée L État Chapitre 06 Introduction Le chapitre traite de la notion de, point 5 du programme : - Calcul - Comptabilisation Dans ce chapitre, on s efforcera de montrer qu il s agit d une taxe en définitive

Plus en détail

Division Moyennes et Grande Entreprises Les éditions de Sage trésorerie. Sommaire

Division Moyennes et Grande Entreprises Les éditions de Sage trésorerie. Sommaire Les éditions de Sage trésorerie Sommaire 1. Préambule... 4 2. Trésorerie... 6 Paramétrage... 6 Edition des sociétés... 6 Edition des banques.... 7 Edition des natures.... 8 Edition des affectations des

Plus en détail

DOCUMENT AFTE MODALITES PRATIQUES DE FONCTIONNEMENT D UNE GESTION DE TRESORERIE CENTRALISEE DANS UN GROUPE : LES OPERATIONS DE TRESORERIE

DOCUMENT AFTE MODALITES PRATIQUES DE FONCTIONNEMENT D UNE GESTION DE TRESORERIE CENTRALISEE DANS UN GROUPE : LES OPERATIONS DE TRESORERIE MODALITES PRATIQUES DE FONCTIONNEMENT D UNE GESTION DE TRESORERIE CENTRALISEE DANS UN GROUPE : LES OPERATIONS DE TRESORERIE DOCUMENT AFTE Commission Organisation de la gestion de trésorerie dans les groupes

Plus en détail

APPRENDRE A TENIR SA COMPTABILITE

APPRENDRE A TENIR SA COMPTABILITE APPRENDRE A TENIR SA Module 1 : Préparer des états comptables Personnes devant tenir la comptabilité d une entreprise 3 jours Connaître les documents commerciaux nécessaires à la production des états comptables

Plus en détail

Reprise intégrale des données de la comptabilité Sesam dans Topal Solutions Reprise du plan comptable et des écritures d Abacus à Topal Solutions

Reprise intégrale des données de la comptabilité Sesam dans Topal Solutions Reprise du plan comptable et des écritures d Abacus à Topal Solutions FONCTIONS «COMPTABILITÉ GÉNÉRALE» TOPAL SOLUTIONS V. 7.5 Le module de base de la comptabilité générale permet à 2 utilisateurs de gérer jusqu à 5 mandats. Ce module vous offre les fonctions suivantes:

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

ORGANISME DE PLACEMENT COLLECTIF DE TYPE A

ORGANISME DE PLACEMENT COLLECTIF DE TYPE A ANNEXE A ORGANISME DE PLACEMENT COLLECTIF DE TYPE A HYPOTHÈSES RELATIVES AUX EXEMPLES N o 1 À N o 4 : Le prix à la date de l opération est de 10 $ la part pour le Fonds d actions et de 11 $ la part pour

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Préface... Introduction... 1

TABLE DES MATIÈRES. Préface... Introduction... 1 TABLE DES MATIÈRES Préface................................................ VII Introduction........................................... 1 CHAPITRE 1. Création de valeur en matière de trésorerie........

Plus en détail

Nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation en France : Conditions de déductibilité des intérêts financiers*

Nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation en France : Conditions de déductibilité des intérêts financiers* Nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation en France : Conditions de déductibilité des intérêts financiers* * sur compte courant ou prêt Sommaire 1. Avant propos 2. Ancien dispositif 3. Pourquoi

Plus en détail

Les bases de la comptabilité (2)

Les bases de la comptabilité (2) 28 octobre 2009 Les bases de la comptabilité (2) Notions de débit et de crédit Les écritures comptables sont passées selon le système dit "en partie double". Dans ce système, tout mouvement ou variation

Plus en détail

PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS

PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS 1 ère ANNEE (30 semaines + 4 semaines de stage) POLE 1 COMPTABILITE ET DES L ENTREPRISE. Notions générales sur l. Les principes

Plus en détail

Compte Optimum CBC. Placez et rentabilisez vos excédents temporaires de liquidité

Compte Optimum CBC. Placez et rentabilisez vos excédents temporaires de liquidité Compte Optimum CBC Placez et rentabilisez vos excédents temporaires de liquidité Vous avez des excédents temporaires de liquidités? Le compte Optimum CBC est un compte à vue réservé aux personnes morales

Plus en détail

Définition 1. Problématique SEPA. Pour les directions financières et pour les trésoriers, le SEPA pose. qu il va falloir opérer au sein des structur

Définition 1. Problématique SEPA. Pour les directions financières et pour les trésoriers, le SEPA pose. qu il va falloir opérer au sein des structur Newsletter n 01 / Septembre 2007 Newsletter N 03 / JANVIER 2008 Newsletter n 01 / Septembre 2007 É D I T O R I A L ÉE DDI TIO TR IOA LR I A L N ous avons le plaisir Problématique SEPA de vous présenter

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

LE CONTROLE DES COMPTES. Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie. Modalités : TABLE DES MATIERES

LE CONTROLE DES COMPTES. Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie. Modalités : TABLE DES MATIERES LE CONTROLE DES COMPTES Objectif(s) : o o o Lettrage, Apurement des comptes d'attente, Contrôle du compte banque. Pré-requis : o Maîtrise du fonctionnement des comptes de tiers et des comptes de trésorerie.

Plus en détail

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie.

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie. PricewaterhouseCoopers s.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard Laurier, bureau 1700 Sainte-Foy (Québec) Canada G1V 5C2 Téléphone +1 (418) 522 7001 Télécopieur +1 (418) 522

Plus en détail

Annonces internes SONATRACH RECHERCHE POUR SA DIRECTION COORDINATION GROUPE FINANCES DIRECTION COMPTABILITE ET FISCALITE:

Annonces internes SONATRACH RECHERCHE POUR SA DIRECTION COORDINATION GROUPE FINANCES DIRECTION COMPTABILITE ET FISCALITE: Annonces internes SONATRACH RECHERCHE POUR SA DIRECTION COORDINATION GROUPE FINANCES DIRECTION COMPTABILITE ET FISCALITE: Un (01) Chef de service Centralisation «Coordination et Liaison» Un (01) Chef de

Plus en détail

Informatique & Finance

Informatique & Finance Informatique & Finance Analyse Gestion de trésorerie Version Finance V10 : 10.3.3 LTI Softinvest Parc des Poteries 10, rue Paul Eluard BP 24 Tél. +33(0)3 88 10 55 66 67033 Strasbourg cedex 02 Fax +33(0)3

Plus en détail

Comptabilité générale m.ka$h ^^!!

Comptabilité générale m.ka$h ^^!! Journal 1 LE JOURNAL LE JOURNAL, LE GRAND LIVRE, LA BALANCE Au lieu d être présentées dans des comptes schématiques les opérations commerciales sont enregistrées chronologiquement dans un registre appelé

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion de trésorerie Optimiser la gestion financière de l entreprise à court terme Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3250-4

Plus en détail

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 I L ENTREPRISE ET LA FAMILLE La famille est une entreprise La famille dépend de l entreprise La famille et l entreprise se gèrent de la même manière mais indépendamment

Plus en détail

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES 230 CLASSE 1 : COMPTES DE TRESORERIE ET D OPERATIONS AVEC LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET ASSIMILES 1 - CONTENU DE LA CLASSE 1 La classe 1 enregistre, outre les espèces,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS Application... 1 Normes comptables canadiennes pour les entreprises à capital fermé... 2 Applicabilité pour toutes les entreprises à capital fermé...

Plus en détail

Les travaux de justification des comptes sont indispensables pour établir des états financiers fiables. En effet, ces travaux vont permettre :

Les travaux de justification des comptes sont indispensables pour établir des états financiers fiables. En effet, ces travaux vont permettre : Les travaux de justification des comptes sont indispensables pour établir des états financiers fiables. En effet, ces travaux vont permettre : - De détecter les erreurs éventuellement commises au niveau

Plus en détail

Le Parti libéral du Canada. États financiers cumulés 31 décembre 2010

Le Parti libéral du Canada. États financiers cumulés 31 décembre 2010 États financiers cumulés Le 23 juin 2011 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés 99, rue Bank, Bureau 800 Ottawa, Ontario Canada K1P 1E4 Téléphone +1 613 237 3702 Télécopieur +1

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 15 et 16 octobre 2009 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz. relations bancaires

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 15 et 16 octobre 2009 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz. relations bancaires Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 15 et 16 octobre 2009 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz Gestion de la trésorerie et relations bancaires Animé par : Yvon SAINTILAN, Expert-Comptable

Plus en détail

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Structure du cours Introduction à la comptabilité Comptabilité générale et comptabilité analytique: Objectifs, définition et champ d action Du patrimoine

Plus en détail

Le système comptable. Le système comptable Obligations légales. Le système comptable Obligations légales

Le système comptable. Le système comptable Obligations légales. Le système comptable Obligations légales Obligations légales Plan comptable Les documents de synthèse Obligations légales Obligation de tenir une comptabilité : tout commerçant doit tenir une comptabilité de ses recettes et dépenses. il doit

Plus en détail

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4)

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4) RELEVÉ DES PRÊTS (NOUVEAUX ET EXISTANTS) OBJET Le présent relevé a pour objet de fournir de l information sur les taux d intérêt imputés et les fonds avancés à l égard des nouveaux prêts comptabilisés

Plus en détail

Programme de Formation

Programme de Formation LesGuidesSAP.com Le site de formation en SAP Programme de Formation Certification SAP 2014-2015 LesGuidesSAP.com SOMMAIRE UNITE 1 : INTRODUCTION AUX SOLUTIONS SAP... 3 UNITE 2 : VUE D ENSEMBLE DU MODULE

Plus en détail

Formation Atmansoft :

Formation Atmansoft : La particularité de la mise en place d une gestion de trésorerie, c'est-à-dire afin de devancer ses engagements, de connaître ses besoins et de respecter ses lignes d autorisations de découvert est devenu

Plus en détail

Sage FRP Treasury Universe Edition Module Cash L expert en gestion de trésorerie et flux financiers

Sage FRP Treasury Universe Edition Module Cash L expert en gestion de trésorerie et flux financiers distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Sage FRP Treasury Universe Edition Module Cash L expert en gestion de trésorerie et flux financiers Le module Cash de Sage FRP Treasury Universe Edition est une

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie JUIN 2013 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le

Plus en détail

bilan Le bilan n est plus ce qu il était.

bilan Le bilan n est plus ce qu il était. Le n est plus ce qu il était. Février 2015 Comment comprendre ce que représente le d une entreprise et pourquoi sa structure initiale logique a été fortement transformée par la financiarisation qui touche

Plus en détail

Chap. 9 : L affectation du résultat

Chap. 9 : L affectation du résultat 1 / 9 Chap. 9 : L affectation du résultat L affectation du résultat de l exercice N est une opération de l exercice suivant N+1. Les bénéfices peuvent être maintenus dans l entreprise (mis en réserves)

Plus en détail

taboo Ciel avec Réussir sa compta Nathalie Crouzet Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12263-3

taboo Ciel avec Réussir sa compta Nathalie Crouzet Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12263-3 Nathalie Crouzet sans taboo Réussir sa compta avec Ciel Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12263-3 Table des matières AVANT DE COMMENCER... 1 Le rôle de la comptabilité 1 La comptabilité : outil de

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 16 et 17 octobre 2008 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz. relations bancaires

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 16 et 17 octobre 2008 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz. relations bancaires Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 16 et 17 octobre 2008 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz Gestion de la trésorerie et relations bancaires Animé par : Yvon SAINTILAN, Expert-Comptable

Plus en détail

Puissant logiciel de prévisions financières et de suivi budgétaire, HannaH vous aide dans l élaboration de plans financiers et de budgets.

Puissant logiciel de prévisions financières et de suivi budgétaire, HannaH vous aide dans l élaboration de plans financiers et de budgets. Logiciel de Prévisions financières et Suivi budgétaire Puissant logiciel de prévisions financières et de suivi budgétaire, HannaH vous aide dans l élaboration de plans financiers et de budgets. HannaH

Plus en détail

SESSION 2013 UE2 FINANCE

SESSION 2013 UE2 FINANCE DSCG SESSION 2013 UE2 FINANCE Éléments indicatifs de corrigé Réseau CRCF - Ministère de l'éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 1/6 1 DOSSIER 1 : ÉTUDE DE CAS LE CAS PRIC Sous-dossier 1 1. Après

Plus en détail

Les meilleures solutions pour exploiter, développer ou transmettre votre pharmacie

Les meilleures solutions pour exploiter, développer ou transmettre votre pharmacie Les meilleures solutions pour exploiter, développer ou transmettre votre pharmacie Aix-en-Provence, le 7 novembre 2013 www.axten.fr www. cabinet-ecoute.fr Programme Introduction I. L exploitation en nom

Plus en détail

Gérer sa trésorerie. Fiche. au quotidien. Sage 100 Trésorerie Version 16. Déroulement des étapes à suivre pour gérer sa trésorerie quotidienne.

Gérer sa trésorerie. Fiche. au quotidien. Sage 100 Trésorerie Version 16. Déroulement des étapes à suivre pour gérer sa trésorerie quotidienne. Gérer sa trésorerie Fiche au quotidien Déroulement des étapes à suivre pour gérer sa trésorerie quotidienne. Sage 100 Trésorerie Version 16 Sommaire Introduction... 3 Etapes préalables... 4 L incorporation

Plus en détail

- 02 - LES STOCKS : INVENTAIRE ET VARIATIONS. Traitements comptables relatifs aux différents stocks (après inventaire physique).

- 02 - LES STOCKS : INVENTAIRE ET VARIATIONS. Traitements comptables relatifs aux différents stocks (après inventaire physique). - 02 - LES STOCKS : INVENTAIRE ET VARIATIONS Objectif(s) : o Traitements comptables relatifs aux différents stocks (après inventaire physique). Pré-requis : o Maîtrise du fonctionnement des comptes de

Plus en détail

Lettre aux communes 1/2012. Tableau de bord : dynamique financière d une collectivité publique

Lettre aux communes 1/2012. Tableau de bord : dynamique financière d une collectivité publique Lettre aux communes 1/2012 Tableau de bord : dynamique financière d une collectivité publique En 1990, les recettes et les dépenses cumulées de l ensemble des communes suisses représentaient respectivement

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

LE SYSTEME FINANCIER EN COMPTABILITE

LE SYSTEME FINANCIER EN COMPTABILITE LE SYSTEME FINANCIER EN COMPTABILITE SOMMAIRE LE RAPPROCHEMENT BANCAIRE... 2 LES PRETS... 5 LES EMPRUNTS... 5 LES CONCOURS BANCAIRES... 11 CONSTITUTION D UN CAPITAL... 11 LA TRESORERIE PREVISIONNELLE...

Plus en détail

THEME 5 : L ORGANISATION DU TRAVAIL COMPTABLE ET LES SOURCES LEGALES ET REGLEMENTAIRES DE L ORGANISATION COMPTABLE

THEME 5 : L ORGANISATION DU TRAVAIL COMPTABLE ET LES SOURCES LEGALES ET REGLEMENTAIRES DE L ORGANISATION COMPTABLE UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013 2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 5 : L ORGANISATION DU TRAVAIL COMPTABLE ET LES SOURCES LEGALES ET REGLEMENTAIRES

Plus en détail

Gestion de la trésorerie

Gestion de la trésorerie Conseils Economiques Généraux Gestion de la trésorerie Petit-déjeuner des Start-ups du 28 février 2003 Office de la Promotion Economique du Canton de Genève 1 Start-ups Paramétrisation du projet «Start-up»

Plus en détail

Qualiac Finances MULTI-LANGUES / MULTI-LEGISLATIONS. MULTI-ENTITES (groupe, société, établissement)

Qualiac Finances MULTI-LANGUES / MULTI-LEGISLATIONS. MULTI-ENTITES (groupe, société, établissement) Qualiac Finances Qualiac Finances est le fruit de plus de trente années d expérience en édition de logiciels comptables et financiers. Qualiac propose aux moyennes et grandes entreprises nationales et

Plus en détail

TOUTE LA LUMIÈRE SUR VOTRE BANQUE GUIDE DES CONDITIONS TARIFAIRES

TOUTE LA LUMIÈRE SUR VOTRE BANQUE GUIDE DES CONDITIONS TARIFAIRES TOUTE LA LUMIÈRE SUR VOTRE BANQUE GUIDE DES CONDITIONS TARIFAIRES Pour la clientèle des Entreprises Conditions applicables au 1er Janvier 2015 Il fait de vous notre priorité. Il nous relie. Il contient,

Plus en détail

Comptes BCV Entreprises : conditions et tarifs

Comptes BCV Entreprises : conditions et tarifs clientèle ENTREPRISES Comptes BCV Entreprises : conditions et tarifs Valables dès le 1 er janvier 2014 Proche de vous Des solutions à vos besoins En tant que partenaire financier de référence des entreprises

Plus en détail

D exia CLF Banque. Conditions et Tarifs

D exia CLF Banque. Conditions et Tarifs D exia CLF Banque Conditions et Tarifs Mise à jour au 1 er octobre 2010 Sommaire Le compte bancaire... p. 3 Les règlements et encaissements... p. 3 Les opérations sur effets de commerce et Loi Dailly...

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Cahier des spécifications techniques des fichiers Infocentre EPN

Cahier des spécifications techniques des fichiers Infocentre EPN Cahier des spécifications techniques des fichiers Infocentre EPN Version du 26 juin 2015 Ce cahier des spécifications techniques a pour objet de prendre en compte les nouveaux états de comptabilité budgétaire

Plus en détail

FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE

FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE Deuxième PARTIE FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE 1. OBJET L obligation de fournir les éléments d identification correcte des opérations relevant de la balance des paiements repose sur les

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 30 septembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 30 septembre 2015 (en millions

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime technique Division de la formation administrative et commerciale Cycle supérieur Section gestion Comptabilité Classe de 13CG Nombre de leçons: 3.0 Nombre minimal

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

Exercice 11 du cours de Gestion Financière à Court Terme : Evaluation de conditions bancaires

Exercice 11 du cours de Gestion Financière à Court Terme : Evaluation de conditions bancaires Exercice 11 du cours de Gestion Financière à Court Terme : Evaluation de conditions bancaires Le Groupe MODEX comprend des filiales en France et à l étranger dans le secteur de l habillement. Les activités

Plus en détail

Introduction à la comptabilité

Introduction à la comptabilité Introduction à la comptabilité L activité économique consiste à produire des biens et des services utiles et suffisamment rares susceptibles d être vendus. Cette production se déroule au sein des entreprises.

Plus en détail

Plan de trésorerie : savoir évaluer, gérer et financer ses besoins

Plan de trésorerie : savoir évaluer, gérer et financer ses besoins Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 5 et 6 octobre 2006 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz Plan de trésorerie : savoir évaluer, gérer et financer ses besoins Animé par : Valérie

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe

Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe Nouvelles règles de sous-capitalisation : Révision nécessaire et optimisation des financements intra-groupe Conférence du 21 octobre 2008 Intervenants: Dominique GAVEAU Avocat fiscaliste, diplômé Expert-Comptable,

Plus en détail

Corrigé du DS du 7 décembre 2011

Corrigé du DS du 7 décembre 2011 Corrigé du DS du 7 décembre 2011 DOSSIER 1 : PREVISIONS DE COUTS 1. Rappelez le rôle d une comptabilité de gestion et indiquez en quoi elle est contingente. La comptabilité de gestion (ou comptabilité

Plus en détail

GESTION COMMERCIALE M.2

GESTION COMMERCIALE M.2 GESTION COMMERCIALE M.2 Le progiciel de GESTION COMMERCIALE est destiné à gérer les Clients et les comptes auxiliaires qui leur sont rattachés. Il est composé de 5 applications. APPLICATIONS M.2.1. GESCOM

Plus en détail

Les tarifs. bnpparibas-personalinvestors.lu. A new way to invest. Expatriés Applicable à partir du 01.07.2011 (Les tarifs affichés sont TTC)

Les tarifs. bnpparibas-personalinvestors.lu. A new way to invest. Expatriés Applicable à partir du 01.07.2011 (Les tarifs affichés sont TTC) Les tarifs Expatriés Applicable à partir du 01.07.2011 (Les tarifs affichés sont TTC) A new way to invest bnpparibas-personalinvestors.lu Ce document est destiné à informer sur les tarifs des opérations

Plus en détail

Information sur notre société et notre comptabilité

Information sur notre société et notre comptabilité Information sur notre société et notre comptabilité Qui est ICN? Informatique et Conseils du Nord Créée en 1984, la société ICN s est spécialisée dans la réalisation de logiciels spécifiques notamment

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2013 ISBN : 978-2-21255434-2

Groupe Eyrolles, 2013 ISBN : 978-2-21255434-2 , 2013 ISBN : 978-2-21255434-2 Sommaire Abréviations... 9 Introduction... 11 Principes sur l automatisation des calculs grâce à la codification de la liasse fiscale... 11 Contenu détaillé des lignes du

Plus en détail

(en millions d euros) 2012 2011 2010

(en millions d euros) 2012 2011 2010 D.16. INTÉRÊTS NON CONTRÔLANTS Les intérêts non contrôlants dans les sociétés consolidées se décomposent comme suit : 2012 2011 2010 Intérêts non contrôlants de porteurs d actions ordinaires : BMS (1)

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

le document justificatif (facture, avoir, reçu, relevé, ticket ) l activité de l entreprise qui est à l origine de l opération.

le document justificatif (facture, avoir, reçu, relevé, ticket ) l activité de l entreprise qui est à l origine de l opération. Le Système d Information Comptable 6 Le traitement des informations comptables 6.1 L information comptable L information comptable externe comporte : la date (le jour de l événement comptable) la nature

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

Comptabilité générale. Prof. Jean-Pierre Chardonnens

Comptabilité générale. Prof. Jean-Pierre Chardonnens Comptabilité générale Prof. Jean-Pierre Chardonnens Monnaies étrangères Transactions internationales Importation en USD Banque USD Importateur suisse Biens USD Fournisseur américain Exportation en USD

Plus en détail

LA REPARTITION DES BENEFICES D UNE SOCIETE

LA REPARTITION DES BENEFICES D UNE SOCIETE LA REPARTITION DES BENEFICES D UNE SOCIETE SCHEMA D AFFECTATION DU BENEFICE REPORT A NOUVEAU ANTERIEUR (part des bénéfices non répartis les années précédentes) RESULTAT NET DE L EXERCICE + + PRELEVEMENT

Plus en détail

POLITIQUE DE FINANCEMENT À COURT TERME

POLITIQUE DE FINANCEMENT À COURT TERME POLITIQUE DE FINANCEMENT À COURT TERME DU COMITÉ DE GESTION DE LA TAXE SCOLAIRE DE L ÎLE DE MONTRÉAL (Adoptée le 16 décembre 2004 par la résolution 24 par le Comité de gestion de la taxe scolaire de l

Plus en détail

Visual. Concept. Logiciel de Comptabilité et de Gestion Commerciale

Visual. Concept. Logiciel de Comptabilité et de Gestion Commerciale Visual Concept Logiciel de Comptabilité et de Gestion Commerciale Visual Concept Description générale Etats consultables avec impression Générateur de listes Boîte à outils (simplification des manipulations)

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

CAS SWANN ENTRAÎNEMENT AU DS SUR LES ÉTATS DE RAPPROCHEMENT BANCAIRES

CAS SWANN ENTRAÎNEMENT AU DS SUR LES ÉTATS DE RAPPROCHEMENT BANCAIRES CAS SWANN ENTRAÎNEMENT AU DS SUR LES ÉTATS DE RAPPROCHEMENT BANCAIRES Le comptable le l entreprise SWANN vous transmet en annexe l extrait du compte Crédit Agricole (tenu par l entreprise) ainsi que le

Plus en détail

ACADEMIE DE CAEN REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE

ACADEMIE DE CAEN REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE LES OPERATIONS COURANTES CONNAISSANCES Les produits d exploitation les obligations relatives aux ventes La ventilation

Plus en détail

LES OPÉRATIONS EXCEPTIONNELLES

LES OPÉRATIONS EXCEPTIONNELLES LES OPÉRATIONS EXCEPTIONNELLES I. Les achats d immobilisations Les immobilisations sont des biens matériels et immatériels qui sont achetés par l entreprise afin de servir de façon durable à son exploitation

Plus en détail

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne Direction Générale des Douanes et Droits Indirects Programme des épreuves Concours d inspecteur des douanes interne CONCOURS INTERNE Analyse, parmi plusieurs sujets proposés, d un dossier sur l organisation,

Plus en détail

Principes et Techniques Comptables 1 er degré

Principes et Techniques Comptables 1 er degré Principes et Techniques Comptables 1 er degré Thème 1601... 4 Séquence thématique 1...4 Séquence thématique 1 > Exercice 1... 4 Séquence thématique 1 > Exercice 1 > Consigne 1... 4 Séquence thématique

Plus en détail

Planification financière

Planification financière Planification financière Orientation Monsieur Lindenbluth est le propriétaire d un magasin spécialisé dans la vente de jouets et de trains miniatures. Votre fiduciaire a reçu le mandat de le conseiller

Plus en détail

Comptabilité de l état

Comptabilité de l état Instruction codificatrice N 05052PR du 14 décembre 2005 NOR : BUD R 05 00052 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique Comptabilité de l état Analyse Livre 7 Trésorerie Date d application

Plus en détail

Cash & Treasury Management

Cash & Treasury Management Cash & Treasury Management La pierre angulaire d une gestion efficace du fonds de roulement Ce white paper réalisé par Belfius Banque et TriFinance s adresse aux CEO, aux CFO et aux trésoriers des moyennes

Plus en détail

Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation

Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation I - Les étapes du processus de consolidation II - La détermination du pourcentage d'intérêts (PDI) III - Organisation et techniques comptables de la consolidation

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011-1 - SOMMAIRE ETATS DE SYNTHESE Etat de la situation financière au 1 er janvier

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008 Assurance PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule 3 Article 1 Objet du contrat 4 Article 2 Dépenses garanties 4 Article 3 Durée du contrat 4 Article 4 Etablissement du compte d amortissement

Plus en détail

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire

Chapitre 8. Les règlements et le rapprochement bancaire Chapitre 8 et le rapprochement bancaire Les opérations financières Le rapprochement bancaire Les moyens de règlement sont divers : espèces, chèque, virement, carte bancaire, lettre de change, etc. Ils

Plus en détail

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition RÉSUMÉ DU MODULE 4 La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition Le module 4 porte sur l utilisation de la méthode de l acquisition pour comptabiliser et présenter les filiales entièrement

Plus en détail

EIP L engagement individuel de pension pour le dirigeant d entreprise indépendant Fiche technique

EIP L engagement individuel de pension pour le dirigeant d entreprise indépendant Fiche technique EIP L engagement individuel de pension pour le dirigeant d entreprise indépendant Fiche technique Nom du produit Description Engagement de Pension - EIP Un engagement individuel de pension d une société

Plus en détail

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA.

Les banques font payer certains de leurs services. Il s agit généralement de commissions soumises à TVA. CHAPITRE 4 LES BANQUES I. LES COMMISSIONS ET LES AGIOS SUR DECOUVERT Les entreprises doivent surveiller l évolution de leur solde bancaire. Ce suivi permet de prévenir d éventuelles défaillances qui conduiraient

Plus en détail

BAREME GENERAL DES CONDITIONS DE BANQUE

BAREME GENERAL DES CONDITIONS DE BANQUE BANQUE COMMERCIALE DU NIGER (B.C.N) BAREME GENERAL DES CONDITIONS DE BANQUE I- du compte 1.1 Conditions d ouverture et de clôture de compte 1.1.1 Ouverture de compte (avec remise de la Convention de compte)

Plus en détail

Le bilan et le compte de résultat

Le bilan et le compte de résultat Le bilan et le compte de résultat L entreprise enregistre un très grand nombre d opérations : cet ensemble considérable d informations doit être résumé et structuré. Deux documents de synthèse sont donc

Plus en détail

Ta b l e d e s m a t i è r e s

Ta b l e d e s m a t i è r e s Ta b l e d e s m a t i è r e s Avant-propos... 11 première partie les Systèmes comptables chapitre I : La préparation des enregistrements... 15 1. La précomptabilisation... 15 1.1. Principe de la précomptabilisation...

Plus en détail