PLAN DIRECTEUR DE LA GOUVERNANCE ÉLECTRONIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN DIRECTEUR DE LA GOUVERNANCE ÉLECTRONIQUE"

Transcription

1 PLAN DIRECTEUR DE LA GOUVERNANCE ÉLECTRONIQUE

2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 3 1. OBJECTIFS STRATEGIQUES La transparence L inclusion et la participation L efficience et l efficacité La compétitivité économique La connaissance La conformité au cadre défini au niveau des organisations internationales 5 2. DOMAINES D ACTION Organisation et gestion Identification et documentation des différentes procédures existantes Simplification et réduction du nombre de procédures Méthodes et procédures formalisées Mise à disposition de services en ligne De l administration «papier» vers l administration électronique Travail à distance et services à distance Vote électronique Formations Contenu et services Production de contenu Diffusion de contenu Numérisation Classification et archivage Utilisabilité Accessibilité Inventaire des services à offrir sous forme électronique Technologies et infrastructures Interopérabilité Veille technologique et stratégique Infrastructures Éducation et formation elearning Formation aux nouvelles technologies Sécurité et vie privée Action et prévention Réaction Législation Veille Cadre législatif 25

3 INTRODUCTION Dans ce document, «Gouvernance électronique» signifie : L ensemble des mesures ou décisions qui contribuent à définir le cadre dans lequel évoluent la société du savoir, l administration électronique et plus généralement les TIC. Nous nous limiterons à parler de la gouvernance électronique publique (Public egovernance), la gouvernance électronique des entreprises (Corporate egovernance) dépassant le cadre de notre mission. La gouvernance électronique publique s inscrit dans un cadre plus large qui est celui de la modernisation de l État et englobera notamment des mesures de standardisation, de mise en œuvre de moyens technologiques, de refonte organisationnelle et de réforme administrative. - Page 3 sur 25 -

4 1. OBJECTIFS STRATÉGIQUES La gouvernance électronique répond aux préoccupations de la stratégie de Lisbonne dont elle poursuit les principaux objectifs : 1.1. LA TRANSPARENCE Une bonne gouvernance exige évidemment des gouvernants qu ils communiquent de manière claire, précise et accessible pour chaque citoyen et chaque entreprise les décisions prises, les normes légales en vigueur, les pratiques ou procédures administratives. A cette fin, il y aura lieu de produire et de diffuser sous une forme compréhensible et accessible les informations et de mettre à disposition des citoyens les services fournis par l État d une manière simple, utilisable et accessible L INCLUSION ET LA PARTICIPATION Tous les citoyens sont égaux. Il faudra donc inclure et laisser participer tous les membres de la société à la vie publique, afin de permettre à tout le monde de profiter effectivement des informations et services mis à sa disposition. Cela pourra se faire à travers des programmes de formation, à travers des informations bien structurées, facilement compréhensibles et de qualité ou bien encore par le biais d une démocratisation de l accès aux nouvelles technologies. Il n y aura pas qu une seule manière de réduire le fossé numérique, et le problème sera à attaquer sur tous les fronts en même temps L EFFICIENCE ET L EFFICACITÉ L efficience en ce qui concerne l organisation et le fonctionnement des structures de l État devra permettre de fournir, en réduisant les coûts et les échéances, des services de qualité qui répondent aux besoins des citoyens. Afin de réaliser cet objectif, il y a lieu de simplifier autant que possible les procédures et libérer les administrations, les entreprises et les citoyens des charges administratives superflues. Il s agira de chercher la simplicité et l efficacité. Les administrations pourront ainsi se concentrer sur les services et procédures réellement utiles et nécessaires. Les entreprises se trouveront déchargées et pourront davantage se concentrer sur leurs activités productives et gagneront ainsi en compétitivité. Les citoyens pourront bénéficier de services qui répondent à leurs vrais besoins de manière rapide et sous une qualité optimale. La recherche de l efficience sera forcément liée de très près au grand chantier de la réforme administrative LA COMPÉTITIVITÉ ÉCONOMIQUE La bonne gouvernance électronique permettra d augmenter la compétitivité de l État et du secteur économique privé. Elle créera un environnement favorable au développement de nouvelles activités. Elle contribuera à créer un État plus dynamique, plus réactif. Elle permettra d accélérer et de rendre plus efficaces les contacts et les procédures entre le secteur privé et le secteur public. Par ailleurs, la compétitivité pourra être stimulée par l État via des mesures, à l attention des entreprises, de promotion du recours aux TIC pour augmenter leur efficience interne et donc leur - Page 4 sur 25 -

5 productivité (certificats, prix, ). L État sera aussi appelé à encourager et favoriser la recherche et l innovation dans le domaine des TIC LA CONNAISSANCE Un autre pilier de la gouvernance électronique sera sûrement l augmentation des connaissances et du savoir de tous les membres de la société. Cette problématique a de nombreuses facettes et s avère très complexe. La gouvernance électronique ne pourra pas agir sur toutes les facettes de cette problématique, mais seulement sur certaines d entre elles. Les autres tomberont sous le champ de la bonne gouvernance en général. Les niveaux où la gouvernance électronique pourra agir sont ceux de la production de savoir, de sa diffusion aussi large que possible, de la formation dans le domaine des TIC, de la promotion de nouvelles manières d apprendre (e-learning) rendues possibles par les TIC. Mais ces apports ne pourront que compléter les efforts qui doivent être entrepris au niveau de l éducation et de la formation en général. Les TIC ne pourront pas constituer de remède miracle dans ce domaine, mais seront tout au plus une des nombreuses médecines à disposition LA CONFORMITÉ AU CADRE DÉFINI AU NIVEAU DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES Le Grand-Duché est membre de nombreux organismes internationaux, notamment de l UE. Il devra donc rester dans la mesure du possible en phase avec les évolutions qui se feront à ces niveaux là. Le programme eeurope de l UE fixe des objectifs ambitieux dans le domaine de la gouvernance électronique à tous les membres de l UE. Le Luxembourg ne pourra se permettre de ne pas participer à cette course à la modernisation et devrait même chercher à se classer parmi les premiers de la classe. Faute de quoi sa compétitivité, sa crédibilité au sein de l UE et son image de marque en général en souffriront. - Page 5 sur 25 -

6 2. DOMAINES D ACTION Sont décrits ci-dessous les différents aspects qui devront être pris en considération par les multiples chantiers de la mise en œuvre de la gouvernance électronique. Ce chapitre a pour objet de fournir une vision très large des mesures qui devront être successivement inscrites dans le plan d action qui identifie des projets de réalisation à court et à moyen terme ORGANISATION ET GESTION Tout ce chapitre est en relation étroite avec la réforme administrative et constitue à de nombreux égards un de ses principaux chantiers. La réforme administrative ne peut être menée à bonne fin que si des changements profonds quant au fonctionnement et à l organisation des ministères, des administrations (gouvernementales ou communales) et des autres organismes publics sont réalisés en parallèle. Les mesures proposées dans ce chapitre ne concernent pas seulement l administration gouvernementale au sens strict mais aussi en principe la gestion et l administration des organismes paraétatiques ou d autres organismes qui exercent dans les faits et malgré leur statut différent des fonctions d un service public (sécurité sociale, santé, ). L Administration doit à tous les niveaux se comprendre comme étant au service du citoyen. Elle doit se comprendre comme service public et tous ses actes et ses procédures doivent placer le citoyen et ses attentes et besoins au centre des préoccupations. Les projets qui visent à introduire les TIC dans les organismes conduisent souvent à faire éclater au grand jour, à rendre patentes les insuffisances de l organisation existante. Ils peuvent ainsi constituer une chance de réformer et de moderniser les processus et les manières de travailler. Cette chance doit être saisie dans la mesure du possible IDENTIFICATION ET DOCUMENTATION DES DIFFÉRENTES PROCÉDURES EXISTANTES La première chose à faire est d établir une liste de toutes les procédures et processus qui existent au niveau de l État et d analyser aussi leurs impacts par rapport aux organismes externes. Il faudra évidemment aussi décrire en les documentant ces différentes procédures. Cette liste peut alors servir de base à l identification des procédures qui ne sont peut-être plus nécessaires ou qui pourraient être simplifiées SIMPLIFICATION ET RÉDUCTION DU NOMBRE DE PROCÉDURES Sur base de la liste évoquée sous le point précédent, il est possible d identifier les procédures qui ne sont plus d actualité, plus nécessaires ou qui pourraient être simplifiées. Les mesures législatives éventuelles nécessaires devront aussi être identifiées. Ce travail ne peut être réalisé pour l essentiel que par les organismes publics concernés eux-mêmes. Vu qu ils sont la plupart du temps les seuls à disposer dans le domaine en question de la compétence et des connaissances nécessaires. La gouvernance électronique ne doit et ne peut pas se résumer à une activité de simple reproduction des processus et procédures administratives existantes sur le plan électronique. Elle n a de sens et de raison d être que si elle analyse à chaque fois de manière approfondie et consciencieuse l existant pour découvrir à quel niveau des suppressions de procédures, des simplifications ou des réaménagements profonds seraient souhaitables pour permettre d avancer un peu plus vers le but d un État transparent et efficient. Ce n est qu après qu il peut s agir de traduire électroniquement ces nouvelles manières de procéder réduites à l essentiel et au vraiment nécessaire. - Page 6 sur 25 -

7 Cette manière de procéder permet aussi d économiser globalement beaucoup d argent. D une part, via la plus grande efficience des méthodes de travail ainsi produite, d autre part, parce qu on ne gaspille pas de l argent pour traduire électroniquement des procédures superflues ou inutilement compliquées MÉTHODES ET PROCÉDURES FORMALISÉES Les procédures qui restent suite au travail d analyse fait sous le point précédent doivent être formalisées. Le souci de simplicité et de transparence doit guider ce travail de formalisation. La gouvernance électronique ne peut être réalisée que si l État formalise les procédures existantes et définit des procédures formalisées là où il n y en a pas du tout. Ceci doit être fait dans le triple but de la transparence, de l inclusion et de l efficience MISE À DISPOSITION DE SERVICES EN LIGNE Les travaux évoqués sous le point précédent peuvent servir à identifier les services qui pourraient être proposés de manière plus efficace sous forme électronique. Ces services devront être intégrés à moyen terme avec des applications back office pour pouvoir constituer une réelle plusvalue en ce qui concerne le déroulement en interne du travail. Pas chaque service doit obligatoirement et directement être proposé aussi sous forme électronique. Il faudra à chaque fois évaluer les bénéfices qu une mise à disposition d un service particulier sous forme électronique apportera, d une part, au citoyen et, d autre part, en ce qui concerne le fonctionnement interne de l organisme public ou de l État dans son ensemble. Devront être mis en ligne prioritairement les services qui promettent un retour sur investissement élevé DE L ADMINISTRATION «PAPIER» VERS L ADMINISTRATION ÉLECTRONIQUE Il s agit de passer d une administration focalisée sur le support «papier» qui est considéré comme le seul pouvant prétendre à la qualité d original et le seul qui puisse garantir l authenticité d un document vers une administration où le dossier électronique a la qualité de l original et où la communication via des supports papier devient de plus en plus exceptionnelle et est réservée à la communication avec les organismes ou personnes qui n auraient pas encore d accès aux moyens électroniques modernes. Gestion électronique de documents (GED) Introduction d une GED dans tous les organismes publics ou qui offrent un service public. Cela implique la mise à disposition de ressources humaines et financières supplémentaires considérables et la mise en place d une structure d encadrement, dédiée au déploiement de la GED dans les organismes publics, hautement compétente au niveau technique mais surtout au niveau de la redéfinition de processus et de procédures et au niveau des capacités de gestion et d organisation d organismes publics. Normes en ce qui concerne l archivage et le classement La réalisation du projet GED et d autres projets en relation avec la gestion électronique de documents (p. ex. CMS) impliquent que soient définies pour l ensemble de l État aussi rapidement que possible des règles précises et adaptées aux besoins en ce qui concerne l archivage et des règles globales et viables en ce qui concerne le classement, les métadonnées et la structure des documents électroniques qui seront gérés par le système GED. - Page 7 sur 25 -

8 Logiciel commun centralisé pour la gestion de tous les formulaires de l État Il s agit de disposer d un outil commun qui permette de mettre à disposition, sous une forme accessible et ergonomique, tous les formulaires de l État de manière centrale, de rendre l envoi de formulaires sous forme papier inutile et d intégrer les applications back office à mettre en place. Promotion de l utilisation du courrier électronique Le courrier électronique devrait devenir le moyen habituel de communiquer. Les données envoyées par courrier électronique existent de toute façon déjà sous forme électronique et le courrier électronique a l avantage de la rapidité et de l efficacité. Pour réellement pouvoir réaliser quasi la totalité des communications de manière électronique à l avenir, il faudra néanmoins disposer, d une part, d une signature électronique avancée ou, pour certains domaines, peut-être même qualifiée et, d autre part, mettre en place des solutions d archivage performantes pour le courrier électronique. Il faudrait aussi définir une charte pour l utilisation du courrier électronique qui définit les règles et normes à respecter en la matière. Messageries intégrées Pour minimiser le recours à des voies de communication non électroniques et pour faciliter et rendre plus rapide et efficient le travail de l agent public, il faudrait progressivement mettre à disposition des messageries intégrées pour tous les agents. De telles messageries permettent de gérer les différentes formes de communication ( , fax, téléphone, sms, etc.) à partir du même client installé sur l ordinateur. Elles ont l avantage de mettre directement à disposition tous les messages ou documents qui passent par ces messageries sous forme électronique et de permettre à l utilisateur de recourir toujours à la même base de données centrale pour toutes les coordonnées liées à une personne. Mise en place d un outil collaboratif ergonomique Pour augmenter la productivité du travail des agents publics, pour simplifier et rendre plus efficace la collaboration et la communication entre les agents publics, la mise en place d un outil collaboratif pour l ensemble des agents publics doit être poursuivi. Cet outil, pour remplir son but, doit être très facile à utiliser et être intégré avec les autres outils déjà utilisés (client , calendrier, contacts, etc.). Gestion électronique de la comptabilité et des procédures comptables Au-delà de l infrastructure SAP mise en place, il faudrait garantir que toutes les procédures liées de près ou de loin à la comptabilité (demandes d engagement, visas, factures, etc.) puissent se dérouler sous forme électronique du début jusqu à la fin sans qu il y ait encore transmission de documents sous forme papier et nécessité de gérer et de saisir les mêmes données à plusieurs endroits et dans différentes bases de données. Solution commune pour le paiement en ligne Pour pouvoir offrir un certain nombre de services en ligne, il faut disposer d une possibilité de laisser payer le citoyen en ligne ou encore via son téléphone portable ou un autre outil. L État doit donc mettre en place une solution centrale pour le paiement en ligne qui réponde aux différents besoins qui peuvent exister. - Page 8 sur 25 -

9 Marchés publics en ligne L État va poursuivre le projet de mettre en ligne sous forme de service électronique complet les procédures en relation avec les marchés publics. Les procédures back-office devront être adaptées en conséquence. Gestion du contenu audiovisuel Les photos, enregistrements audio ou vidéo devraient aussi dans la mesure du possible être disponibles sous forme numérique et être classés et indexés dans des bases de données. Faute de quoi ce contenu est virtuellement inexistant vu qu il ne peut être retrouvé et accédé que très difficilement. Vu qu il n est pas envisageable de numériser dans des délais courts tout le contenu ancien de ce type, il faudrait au moins essayer de garantir que le nouveau contenu produit le soit dans la mesure du possible directement sous forme numérique. Recourir dans la mesure du possible à des appareils photos numériques de qualité, à des enregistreurs numériques ou à des caméras vidéo numériques serait donc indiqué. Gestion des congés Pour simplifier le travail des différentes personnes en charge de la gestion du personnel au niveau des organismes publics et pour simplifier et rendre plus transparente les procédures liées aux demandes de congé et la gestion des congés en général, un outil central de gestion doit être mis en place. Cet outil doit permettre de définir des procédures d autorisation de demandes de congé et doit fournir aux agents publics eux-mêmes et aux personnes en charge de la gestion du personnel à chaque moment une vue exacte et transparente de la situation (types de congé, congés restants, congés de maladie, etc.). Système d information géographique (SIG) central et commun De nombreux projets ont besoin d un système d information géographique. Au lieu de créer pour chaque projet une solution ad hoc, il faut accélérer et concrétiser les initiatives déjà en cours pour mettre en place un système d information géographique central commun qui puisse être personnalisé et adapté aux différents besoins. Ce système doit être intégré avec l infrastructure mise en place pour les sites web. Le système permettra notamment la localisation des différents organismes publics et le calcul des trajets pour parvenir via transport public ou privé aux différents organismes. Il devra aussi être utilisable pour la localisation du patrimoine naturel ou culturel (sites archéologiques, édifices, plantes, etc.). Ce projet doit évidemment être poursuivi ensemble avec l Administration du cadastre et de la topographie, qui devra être le fournisseur des cartes et des données géographiques de départ, et les autres acteurs déjà actifs dans le domaine. Responsable pour la gouvernance électronique Pour pouvoir assurer la réalisation du plan directeur dans les organismes publics, ces derniers doivent disposer de personnes compétentes qui sont en charge du dossier de la gouvernance électronique et qui le font avancer en interne. Ces personnes doivent jouer un rôle comparable à celui d un CIO (Chief Information Officer) dans une société privée. Ils sont responsables de la transition de leur organisme vers les méthodes de travail et de communication modernes basées sur les TIC. Cette nouvelle fonction exige des compétences managériales élevées. Elle devrait être réservée à des personnes qui connaissent parfaitement le fonctionnement de leurs organismes respectifs et qui disposent par ailleurs des connaissances nécessaires pour - Page 9 sur 25 -

10 comprendre comment ils peuvent améliorer l organisation du travail et les flux d informations grâce aux TIC TRAVAIL À DISTANCE ET SERVICES À DISTANCE Le travail à distance peut, pour certaines fonctions, être une alternative intéressante à la manière de travailler habituelle. Il présente l avantage de permettre, dans certains cas de figure, de mieux concilier vie professionnelle et vie familiale. Il ne doit cependant pas entraver le fonctionnement normal d un organisme. La possibilité d accéder à distance (p.ex. de son domicile ou de l étranger) de manière sécurisée et simple (via VPN ou une autre technologie) à l ensemble des documents, applications ou services nécessaires pour pouvoir travailler doit exister à moyen terme pour chaque agent public. L opportunité de recourir plus souvent à des téléconférences pour des réunions doit être étudiée. Cette manière de travailler (moins de déplacements) pourrait permettre des gains de temps et donc d efficacité importants. Les services à distance doivent être promus ou mis en place là où ils peuvent constituer une plus-value pour le citoyen ou pour l organisme public. Les services de télémédecine 1 ne sont qu une des possibilités dans ce domaine. On pourrait imaginer des call centers d un nouveau type qui via vidéo-téléphonie pourraient constituer une sorte de bureau d assistance aux citoyens à distance VOTE ÉLECTRONIQUE Pour les élections législatives de 2009 un système de vote électronique sera mis en place comme application pilote dans au moins un bureau de vote. Ce système devrait se baser sur des interfaces web et être très facile à utiliser. Les citoyens devraient normalement toujours encore se rendre au bureau de vote mais y voteraient au moyen du système de vote électronique. Les résultats seront ainsi disponibles dès la clôture du bureau de vote et devraient normalement être plus corrects que des résultats issus d un comptage manuel des votes. Pour les personnes qui ne peuvent pas se rendre au bureau de vote (maladie, déplacement à l étranger, ), sera mise en place, suite à la soumission d une demande motivée préalable, une possibilité de vote via extranet sécurisé qui utilisera le même système de vote électronique que celui utilisé dans le bureau de vote FORMATIONS Toutes les initiatives décrites plus haut doivent évidemment être accompagnées de mesures de formation conséquentes. Les agents publics doivent dans ces formations apprendre comment utiliser à bon escient les nouveaux outils technologiques mais il s agira aussi de leur expliquer le pourquoi des changements. Ces projets ne pourront réussir à moyen terme que s ils rencontrent l adhésion des premiers concernés, les agents publics eux-mêmes. Les agents publics doivent être formés aux TIC, aux nouvelles méthodes de travail, aux nouvelles procédures. Ils doivent assimiler les nouveaux savoir-faire, comprendre les raisons des changements demandés, se familiariser avec les règles communes (normes, chartes, référentiels, lignes directrices, bonnes pratiques, etc.) qui devront être mises en place. 1 En télémédecine, on distingue 5 types de services à distance : la téléconsultation, la télésurveillance, la téléchirurgie, la téléformation et les réseaux de soins (transfert d'informations médicales entre professionnels de santé, patients et médecins). - Page 10 sur 25 -

11 2.2. CONTENU ET SERVICES PRODUCTION DE CONTENU Pour avancer vers la société du savoir, la condition de départ est de disposer d abord de savoir sous une forme communicable, transmettable. Il ne suffit donc pas de disposer de savoir dans la tête des gens mais il faut encore que ce savoir soit fixé d une manière ou d une autre sur un support accessible par d autres êtres humains. Il faut donc produire du contenu, qui est du savoir mis en forme de manière à ce qu il puisse être communiqué aux autres personnes. Or, auprès de l État, beaucoup de savoir n existe pas sous forme écrite ou sous une autre forme accessible. Il faut donc d abord le produire, c est-à-dire rédiger, photographier, filmer, etc. Culture de l écrit L État luxembourgeois fonctionne encore souvent de manière plutôt informelle. Beaucoup de procédures et manières de travailler ne sont pas fixées par écrit mais sont simplement le fait d habitudes qui se sont instaurées au cours du temps ou de pratiques de telle ou telle personne. Ce manque de formalisation a sûrement pu avoir ses avantages dans le passé parce qu il peut permettre une certaine flexibilité et, le cas échéant, une plus grande réactivité. Il présente toutefois aussi le désavantage du manque de transparence et du risque du favoritisme. Pour que le savoir-faire, les connaissances et les procédures ne soient pas accessibles qu à quelques personnes mais disponibles pour un plus grand nombre, il faut instaurer une réelle culture de l écrit. Les agents publics doivent s habituer à documenter systématiquement toutes les procédures et activités d une certaine importance. Ceci afin de partager leurs connaissances avec d autres agents publics mais aussi pour créer les procédures formalisées nécessaires pour assurer la transparence recherchée et pour permettre la mise en ligne sous forme électronique de certains services. Lors de la formalisation des procédures, la définition de procédures lourdes et complexes doit être évitée dans la mesure du possible. La simplicité est ici comme partout un des maîtres mots. Rédacteurs professionnels Pour pouvoir produire le contenu nécessaire, il faut disposer de personnes qui connaissent le domaine concerné, qui aient les compétences rédactionnelles nécessaires pour pouvoir écrire des textes clairs, lisibles et corrects et qui disposent en fait du temps nécessaire pour se consacrer à cette tâche. Or des personnes qui réunissent ces 3 qualités sont une denrée rare au niveau de l État. Souvent on trouve des personnes qui connaissent leur domaine mais qui n ont jamais appris à communiquer de manière compréhensible pour des personnes externes au domaine ou qui n ont simplement pas le temps, parce qu ils sont déjà surchargés par d autres tâches, de s occuper encore de la rédaction de textes de qualité. L engagement ou la formation en interne de personnel supplémentaire dédié aux travaux rédactionnels est donc souvent nécessaire. Faute de quoi les sites Internet et les bases de données ne disposeront pas du contenu nécessaire. Et une des conditions de succès de la gouvernance électronique est la disponibilité de contenu de qualité (c est-à-dire accessible, lisible, correct et aussi concis que possible). Images, sons et vidéos numériques L image, le son et les vidéos devraient, comme cela est déjà en règle générale le cas pour le texte, être acquis dans la mesure du possible directement sous forme numérique. Cela évite des - Page 11 sur 25 -

12 procédures fastidieuses de numérisation et permet de disposer directement du contenu. Il faut évidemment encore classifier de manière intelligente et cohérente ce contenu. Faute de quoi on ne peut tout de même pas le retrouver. Annuaire central Un annuaire commun central et unique devrait être mis en place pour l ensemble de l État. Cet annuaire devrait comporter toutes les coordonnées (téléphone, téléphone portable, fax, , adresse de l organisme public, fonction, etc.) des différents agents publics. Il devrait aussi dans la mesure du possible être à chaque moment à jour, ne pas comporter de doublons et être facilement intégrable dans les différents clients usuels et les messageries intégrées à mettre en place. Les données de cet annuaire central devraient aussi être récupérables sur les sites Internet, extranet ou intranet. Ceci afin d éviter des conflits entre les différentes informations publiées, de garantir des informations aussi récentes que possible et de ne pas forcer les rédacteurs à saisir les mêmes informations à différents endroits. Une gestion des droits performante devra être mise en place pour limiter l accès à certaines informations plus sensibles aux personnes autorisées DIFFUSION DE CONTENU Pour que la production de savoir ait un sens, il faut évidemment aussi se donner les moyens pour permettre la diffusion au plus grand nombre possible de ce savoir. Tout savoir qui n existe qu au fond d une armoire est en principe perdu pour le reste de l humanité. Il faut donc créer des canaux de diffusion efficaces, modernes, rapides et accessibles par le plus grand nombre possible de personnes. L édition et l imprimerie traditionnelles continueront sûrement encore à jouer un rôle très important dans ce domaine pour longtemps, mais l Internet est devenu le canal de diffusion à privilégier de plus en plus à l avenir : - L Internet a l avantage de l actualité des informations. - Il permet aussi de joindre un très grand nombre de personnes à des coûts très avantageux. Le coût d un site n est que très marginalement affecté par le nombre de personnes qui le visitent visiteurs / jour ne coûtent pas plus d argent que 10 visiteurs / jour. Dans l imprimerie, chaque exemplaire diffusé constitue un coût supplémentaire. - Les informations sur Internet sont accessibles tout le temps et à partir de n importe où. - L Internet permet de trouver l information recherchée rapidement et de manière ciblée. - L Internet permet d offrir à côté du contenu des services et de l interactivité. Pour que la diffusion de l information soit efficace et transparente, il faut que l État dispose d une politique de diffusion de l information cohérente et compréhensible par l utilisateur. L État ne doit donc pas multiplier inutilement les canaux de diffusion pour le même type d information. L État doit chercher à regrouper les informations de même type sur des portails centraux. Est à considérer comme étant du même type ce que le citoyen standard considère comme tel et non pas ce que tel ou tel organisme public a tendance à considérer comme du même type. Le but recherché doit toujours être en premier lieu la diffusion efficace et transparente du contenu et des services et non pas la mise en valeur de tel ou tel organisme public particulier. Stratégie cohérente La première chose à faire dans le domaine de la diffusion est de définir une stratégie claire et cohérente en la matière. Si l État multiplie de manière désorganisée et non coordonnée les canaux de diffusion, il travaille, d une part, de manière globalement inefficiente à plusieurs égards et, d autre part, ne répond pas aux besoins du citoyen. Il ne parvient ni à atteindre ses buts communiquer de manière cohérente vers le plus grand nombre possible, diffuser les informations - Page 12 sur 25 -

13 au moindre coût en ressources humaines et financières possibles ni à satisfaire les buts de l utilisateur, c est-à-dire trouver les informations recherchées rapidement, simplement et structurées selon ses besoins et attentes. En matière de gouvernance électronique, la diffusion des informations et la mise à disposition de services électroniques se fait pour l essentiel via des sites web (Internet, extranet ou intranet). Il s agit donc avant tout de définir une politique de diffusion cohérente et transparente pour ce domaine. Ce travail a déjà été réalisé en partie via la Charte de normalisation de la présence sur Internet de l État adoptée le 30 mai 2002 par la Commission nationale pour la société de l information (CNSI). Cette charte devra être complétée et adaptée, d une part, suite aux enseignements tirés des expériences des 2 dernières années, d autre part, suite au besoin qui se fait jour de garantir aussi une certaine cohérence aux extranets et intranets. Une nouvelle version de cette charte est d ailleurs en phase d élaboration et pourra être proposée pour l été Le principe global à retenir est qu il est dans l intérêt à la fois de l État et de l utilisateur de réduire au strict minimum nécessaire et utile le nombre de présences sur Internet de l État. Une multiplication anarchique des sites ne serait pas un signe de la productivité bien orientée des organismes publics et de l avancement sur le chemin de la gouvernance électronique mais plutôt la preuve du manque d un concept qui tient la route. Le but ne doit pas être d offrir un maximum de sites différents mais bien plutôt de proposer les présences Internet qui constituent une réelle plus-value pour l utilisateur. Pour minimiser le double emploi, la concurrence contre-productive entre différents sites publics dédiés en partie à des tâches identiques ou similaires, il faut donc mettre en place une planification «urbanistique» des différentes présences Internet publics. Vision «urbanistique» de la présence Internet publique Ce portail est, d une part, un site qui offre des informations très générales sur tous les aspects du Grand-duché de Luxembourg, d autre part, un répertoire thématique de liens qui renvoient vers des sites qui permettent d approfondir les sujets et qui proposent des informations détaillées. Ce site s adresse évidemment au public luxembourgeois mais aussi plus spécialement aux étrangers qui ne connaissent rien ou presque rien au Luxembourg. Il sert à offrir un premier aperçu et à diriger, à orienter ensuite vers des sites dédiés. Guichet unique Ce portail horizontal est destiné à offrir en ligne l ensemble des formulaires, des procédures et des services proposés par l État au sens large (Gouvernement, communes, pouvoir judiciaire, pouvoir législatif, organismes paraétatiques, ). Le but est de proposer tout, en fonction du profil choisi et en fonction de la situation particulière, via un seul portail central. Ceci afin de permettre à l utilisateur de trouver facilement, rapidement et de manière transparente le service ou la procédure qu il cherche. Sans qu il soit obligé de découvrir d abord quel ministère, quelle administration ou quel autre organisme public est en charge de la matière respective. Ce projet ambitieux a été commencé via la réalisation du guichet unique pour entreprises qui est allé en ligne en novembre A terme le guichet unique pour entreprises devra être fusionné avec le guichet unique pour citoyens à mettre en place pour former ensemble un guichet réellement unique qui réponde à la fois aux besoins des entreprises et des particuliers. Le portail des marchés publics devrait aussi logiquement être fusionné d abord avec le guichet unique pour entreprises et être finalement une partie du guichet unique à mettre en place. - Page 13 sur 25 -

14 Autres portails horizontaux Parmi ces portails on retrouve, entre autres, (portail de l information et de la communication politique du gouvernement), le portail des statistiques et le portail de la législation. Ce dernier portail doit à moyen terme couvrir tous les aspects de la procédure législative, de l élaboration du projet ou de la proposition de loi jusqu à la promulgation. Il doit aussi permettre la recherche sur les normes légales qui ne sont pas des lois (règlements, arrêtés, ). Ne devraient cependant figurer sur ce portail que les aspects qui sont en rapport direct avec les normes légales. Liste des portails horizontaux identifiés jusqu à présent : 1. Portail de la législation (en réalisation ; en est une première partie importante) 2. Portail des impôts (à réaliser) 3. Portail des statistiques (en réalisation) 4. Portail de l information et de la communication politique du gouvernement (en ligne : ) 5. Portail de la gouvernance électronique (en ligne ; à faire évoluer ; ) Portails thématiques Des portails thématiques verticaux qui couvrent chacun des thèmes importants traités par l État sont à mettre en place. La maîtrise d ouvrage pour chacun de ces portails revient évidemment au(x) ministère(s) - respectivement administration(s) - compétent(s) dans le domaine concerné. L avancement des travaux en la matière dépend donc essentiellement du ou des ministères (ou administrations) en charge de la thématique. Liste des portails thématiques identifiés jusqu à présent : 1. Portail de la santé (à réaliser) 2. Portail de la sécurité sociale (à réaliser) 3. Portail du travail (à réaliser) 4. Portail du logement (à réaliser) 5. Portail de l éducation (à réaliser) 6. Portail du tourisme (réalisé en principe via le portail de l ONT : ) 7. Portail de l économie et des finances (à réaliser) 8. Portail de la culture (en réalisation) 9. Portail de l environnement (en ligne ; à faire évoluer : ) 10. Portail de la recherche (en ligne ; à faire évoluer : ) 11. Portail de la fonction publique (en ligne : ) 12. Portail de la jeunesse (en ligne ; à faire évoluer : ) 13. Portail du troisième âge (à réaliser) 14. Portail des sports (à réaliser) 15. Portail de l agriculture (à réaliser) 16. Portail des transports (à réaliser) 17. Portail de la justice (à réaliser) Il faudra veiller à fédérer aussi ici dans la mesure du possible et à ne créer que des portails thématiques pour les grands thèmes qui chapeautent un ensemble de sous-thèmes. Donc réaliser p. ex. un grand portail qui couvre l ensemble du secteur de l éducation et de la formation et non pas plusieurs portails dont l un s occuperait de l enseignement secondaire, l autre de l enseignement universitaire et un troisième de la formation continue. Les portails thématiques proposent, d une part, les procédures et services de leur domaine (de manière identique à ce qui sera proposé sur le guichet unique) mais aussi, d autre part, toutes les informations nécessaires et utiles autour du thème qu ils traitent. Ces informations ne vont pas, pour une très grande - Page 14 sur 25 -

15 partie, se retrouver sur le guichet unique qui n offre que les informations en rapport direct avec les procédures ou services qu il offre. Sites institutionnels Des sites institutionnels, c est-à-dire qui présentent un ministère, une administration ou un autre organisme public, ne devraient être réalisés à l avenir que si la preuve est apportée qu ils constituent une réelle plus-value pour le citoyen, correspondent effectivement à un besoin de l utilisateur et n entrent pas en conflit avec un des portails à réaliser. Pour beaucoup d organismes, notamment les ministères, une présentation standardisée sur le guichet unique devrait parfaitement suffire pour atteindre le but de pouvoir présenter brièvement l organisme en question, ses compétences, son organisation et les personnes de contact. La réalisation pour ce type de présence Internet d un site séparé est souvent à maints égards difficile à justifier en ce qui concerne le rapport entre le coût en ressources humaines et financières nécessaires et les bénéfices qu on peut recevoir en retour (nombre de visiteurs, diffusion efficace des informations). Un site institutionnel d un ministère n a p. ex. qu environ un dixième des visiteurs d un portail. Cette disproportion va encore grandir si les portails s étoffent en proposant plus de contenu et de services. Les sites institutionnels risquent souvent aussi de concurrencer inutilement les portails qui traitent de sujets semblables et de contribuer ainsi à rendre floue et moins efficiente la diffusion du contenu et des services de l État. Newsletters Des newsletters devraient être mises en place de manière systématique sur les portails et les sites. Elles permettent de diffuser des informations (via ou même sms) sans forcer l internaute de consulter activement le portail en question. Pour être réellement utiles, ces newsletters doivent pourtant pouvoir être adaptées simplement aux différents besoins des utilisateurs. Ce dernier doit dans la mesure du possible pouvoir définir dans le détail quelle newsletter il veut recevoir. Il faudrait donc mettre en place au niveau central une newsletter qui soit personnalisable et facilement adaptable aux exigences spécifiques de chaque site. Accès transversaux Il faut mettre en place sur chaque site une possibilité de recherche transversale qui permette, outre la recherche sur le site lui-même, de rechercher sur l ensemble des sites gérés par le système rédactionnel (Content Management System : CMS) central mis en place. Il devra aussi être possible à moyen terme d accéder à partir de n importe quel site géré par le CMS central à l ensemble de toutes les publications et de tous les formulaires publiés sur les autres sites gérés par le CMS. De même l ensemble des informations gérées dans les différents agendas des sites devra être accessible aussi de manière centrale de manière à permettre à l internaute de voir d un seul coup toutes les activités qui ont lieu à une date précise. Les annuaires proposés sur les sites devront aussi rapidement que possible tirer leurs informations directement de l annuaire central de référence à mettre en place (cf. point ). Ceci afin d éviter les doubles saisies et les risques d incohérences ou de divergences entre des informations publiées à différents endroits. Personnalisation et authentification Des possibilités de personnalisation (adaptation aux besoins d un utilisateur spécifique) et d authentification doivent être mises en place pour les sites Internet. Cela est nécessaire pour pouvoir proposer des extranets sécurisés flexibles, pour pouvoir proposer des services où l identification fiable de l internaute est nécessaire et pour pouvoir cibler l information diffusée en fonction des besoins que définit l utilisateur pour soi-même. - Page 15 sur 25 -

16 Intranets et extranets La diffusion des informations ne pourra pas se faire que via des sites Internet publics. Des services ou informations destinés à des publics restreints spécifiques devront être mis à disposition via des extranets sécurisés. Des intranets devront être mis en place pour assurer la diffusion au sein des organismes publics ou au sein de l État dans son ensemble. Devra notamment être mis en place un intranet central pour l ensemble de l État qui regroupe toutes les informations et services nécessaires ou utiles pour les agents publics dans l exercice de leur travail. Médias traditionnels Les médias traditionnels (presse écrite, télévision, radio) ne devront pas être négligés dans la définition de la politique de diffusion générale du contenu et des services. Ils constituent toujours encore et pour probablement longtemps un puissant moyen de communication qui doit être pris en compte pour transmettre les informations sur l avancement des projets ou sur la mise à disposition de nouveaux services ou contenus qui autrement risqueraient de passer inaperçus NUMÉRISATION La numérisation est un des chantiers importants des années à venir. Pour pouvoir mettre à disposition des utilisateurs du savoir, des documents, etc., il faut d abord que le patrimoine en question soit disponible sous forme numérique et soit archivé de manière structurée. Il est autrement impossible de faire profiter de ces richesses un grand nombre de personnes et donc de permettre la diffusion aussi large que possible du savoir et des connaissances dans la société. La numérisation est aussi essentielle pour permettre de réaliser l efficience recherchée. Seuls des documents numériques classifiés de manière professionnelle peuvent facilement et rapidement être retrouvés. Nous devons dans les années à venir franchir le pas d une organisation qui se repose essentiellement sur les documents en papier vers une organisation où presque tout existe sous format numérique et où le papier ne joue plus qu un rôle secondaire. Il ne s agira pas seulement de numériser les documents papier mais à moyen terme aussi l ensemble du reste du patrimoine (tableaux, sculptures, photographies, ). Les musées, bibliothèques et archives seront parmi les acteurs les plus concernés. Il ne sera pas possible de numériser tout dans un Échéance court. La priorité devra être donnée au patrimoine qui risque d être perdu à jamais faute de numérisation rapide et à la mise en place de procédures dans tous les organismes concernés qui garantissent que tous les nouveaux objets ou documents seront directement et complètement numérisés CLASSIFICATION ET ARCHIVAGE Le contenu de toute sorte, même numérisé, n est vraiment retrouvable et donc vraiment utile que s il a d une manière ou d une autre été classé et structuré. Cette structuration du contenu doit obéir à des standards généralement partagés et ne peut pas être l œuvre des choix arbitraires d une personne. L Etat a donc besoin de définir des normes dans tous les domaines qui définissent la manière et les règles de classifier et d archiver. Les projets à attaquer dans ce domaine sont notamment la définition d un schéma de classement thématique valable pour tous les organismes publics. L opportunité de la mise en place d un thésaurus complet doit être étudié. Les métadonnées obligatoires et communes doivent être définies pour chaque type de document. Ces métadonnées communes devront être les mêmes dans les différentes bases de données centrales qui gèrent des documents (Web Content Management ; Enterprise Content Management ; etc.). La mise en place de modèles word (.dot) - Page 16 sur 25 -

17 standards communs à tous les organismes publics pour certains types de documents est à poursuivre. De tels modèles (templates) standards permettent de disposer de documents structurés de manière identique qui pourront être récupérés beaucoup plus facilement par des systèmes de gestion électronique de documents. Des archives électroniques doivent être mises en place. Tous les documents administratifs doivent exister à moyen terme sous forme numérique. Le dossier numérique doit devenir le dossier qui a la qualité d original. Les versions papier qui circuleraient encore n étant que des copies qu il ne faudrait pas archiver. Il faut à cette fin définir des règles d archivage claires et précises : Quel document doit être archivé? Pendant combien de temps? Qui aura accès à quel type de document? UTILISABILITÉ Il ne suffit pas de mettre à disposition des utilisateurs du contenu. Il faut encore que ce contenu soit présenté sous une forme utilisable et compréhensible pour lui. Les textes doivent être lisibles. Les classifications mises en place doivent avoir un sens pour le commun des mortels. La structure des sites web doit répondre à une logique que tout un chacun peut comprendre et qui n est pas réservée à un cercle restreint d élus. Les applications et services proposés aux utilisateurs doivent disposer d interfaces ergonomiques et doivent pouvoir être utilisés de manière intuitive et conviviale. Tout contenu et tout service qui ne remplira pas ces critères ne sera pas accepté, guère utilisé et donc en fin de compte inutile. Le but des travaux dans le domaine de la gouvernance électronique est l utilisation effective par un aussi grand nombre que possible de personnes. Il ne s agit pas de faire de l art pour l art. Pour parvenir à ces fins, il faut agir sur différents fronts : Normes et lignes directrices Des normes et lignes directrices encore plus précises et complètes seront définies et regroupées dans un document. Beaucoup de principes peuvent être repris des études d utilisabilité faites au niveau international et des expériences récoltées pendant les dernières années. Intégration dans la gestion standard des projets L utilisabilité doit devenir une tâche clairement identifiée dans les projets. Elle doit être intégrée comme une mission centrale dans la gestion de chaque projet qui proposera des services via une interface à des utilisateurs finaux, c est-à-dire la très grande majorité des projets. L utilisabilité doit être prise en compte dès le début du projet et sera normalement un des principaux éléments qui contribueront à la définition des spécifications fonctionnelles d un projet. Elle ne doit pas être un aspect géré de manière accessoire par un membre de l équipe de projet qui a d autres tâches importantes (p. ex. un développeur ou un designer graphique) mais par de vrais professionnels en la matière formés dans le domaine de l utilisabilité et disposant de l expérience nécessaire. Formations Des formations spécifiques seront organisées autour du sujet de l utilisabilité pour sensibiliser les acteurs des projets et pour communiquer les principes, les standards et les lignes directrices du domaine. - Page 17 sur 25 -

18 Tests et validations Les projets devront être soumis systématiquement par des professionnels neutres à des tests d utilisabilité. Cela à la fin et au cours d un projet. Les projets seront aussi soumis à une validation finale quant à leur utilisabilité. Labels de qualité et benchmarks Des labels de qualité, qui intégreront l aspect de l utilisabilité, seront définis pour identifier clairement les projets exemplaires et pour inciter les maîtres d ouvrage à poursuivre l excellence. Des benchmarks réguliers, qui intégreront l aspect de l utilisabilité, seront faits pour identifier le niveau de qualité des projets et les progrès faits ou à faire encore ACCESSIBILITÉ L objectif de l inclusion poursuivi par ce plan directeur conduit automatiquement et directement à l obligation de veiller dans tout ce qui est réalisé à le garder accessible pour tous. Accessibilité signifie : - compatibilité dans la mesure du possible avec toutes les plateformes techniques qu un utilisateur pourrait utiliser ; - indépendance du client web (browser) installé sur l ordinateur de l utilisateur ; - non-imposition dans la mesure du possible de solutions techniques propriétaires qui forceraient l utilisateur d installer sur son ordinateur des logiciels propriétaires ou même payants ; - compatibilité dans la mesure du possible avec tous les clients via lesquels un utilisateur pourrait accéder aux sites ou aux applications (PC, PDA, télévision, etc.) ; - garantir le bon fonctionnement des sites et des applications proposées indépendamment des préférences personnelles et des paramètres de sécurité que l utilisateur a défini sur son PC ; - permettre aussi aux personnes qui souffrent d une déficience physique ou mentale quelconque d accéder au contenu proposé et d utiliser les services mis à disposition. Ceci signifie entre autres le respect des lignes directrices WAI édictées par le W3C. Il est clair qu il s agit ici d un but ambitieux et qui ne pourra sûrement pas être réalisé directement partout. Il n empêche qu il faudra dans la réalisation de chaque projet avoir aussi cet objectif en tête et essayer de s y conformer le plus possible. Pour parvenir à ces fins, il faut agir sur différents fronts : Normes et lignes directrices Des normes et lignes directrices précises et complètes seront définies et regroupées dans un document. Les normes WCAG (Web Content Accessibility Guidelines) de la WAI (Web Accessibility Initiative) du W3C (World Wide Web Consortioum) sont déjà d application et sont très complètes. Elles devront peut-être être complétées par quelques autres règles. Intégration dans la gestion standard des projets L accessibilité doit devenir une tâche clairement identifiée dans les projets. Elle doit être intégrée comme une mission centrale dans la gestion de chaque projet qui proposera des services via une - Page 18 sur 25 -

19 interface à des utilisateurs finaux, c est-à-dire la très grande majorité des projets. L accessibilité doit être prise en compte dès le début du projet. Formations Des formations spécifiques seront organisées autour du sujet de l accessibilité à destination des responsables de projets et des rédacteurs web qui auront la tâche importante de veiller dans leur travail quotidien à respecter les normes WAI. Tests et validations Les projets devront être soumis systématiquement par des professionnels neutres à des tests d accessibilité. Les projets seront aussi soumis à une validation finale quant à leur accessibilité. Labels de qualité et benchmarks Des labels de qualité, qui intégreront l aspect de l accessibilité, seront définis pour identifier clairement les projets exemplaires et pour inciter les maîtres d ouvrage à poursuivre l excellence. Des benchmarks réguliers, qui intégreront l aspect de l accessibilité, seront réalisés pour identifier le niveau de qualité des projets et les progrès faits ou à faire encore INVENTAIRE DES SERVICES À OFFRIR SOUS FORME ÉLECTRONIQUE Un inventaire complet des services à offrir un jour sous forme électronique devra être dressé. Cet inventaire devra prioriser les services en fonction de la clientèle (entreprises / personnes privées), du nombre d interactions par année et de la complexité et du coût de la réalisation. Il sera possible ainsi de commencer avec les services les plus utiles et de garantir qu il y ait un réel retour sur investissement TECHNOLOGIES ET INFRASTRUCTURES INTEROPÉRABILITÉ L interopérabilité est un des défis majeurs à réaliser. Elle constitue une des conditions nécessaires pour garantir le succès de la gouvernance électronique dans son ensemble. Des voies pour y parvenir sont la coordination entre les différentes initiatives et projets, la centralisation dans la mesure du possible des infrastructures et solutions techniques mises en place, la définition de normes pour les échanges de données, l utilisation de standards généralement reconnus et de technologies ouvertes. - Page 19 sur 25 -

20 La gouvernance électronique concerne les administrations et institutions de l État, les communes, les organismes de sécurité sociale, le secteur médical, les entreprises, les citoyens et les échanges internationaux. Elle repose sur une collaboration optimale entre ces différents partenaires : Les objectifs de réalisation devront couvrir les différents axes d interopérabilité : - GI (Government Internal) Les échanges électroniques avec les partenaires tiers ne feront du sens que si les outils de collaboration au sein des administrations auront été mis en place. - G2O (Government to Organisation) Cette relation permettra de décharger considérablement les entreprises dans la mesure où les échanges d informations pourront se faire d ordinateur à ordinateur grâce à la normalisation de messages-types. Une structure d échange spécifique sera mise en place pour le secteur médical. - G2G (Government to Government) Les échanges normalisés entre les partenaires publics contribueront à faciliter les démarches administratives du citoyen et garantiront la cohérence des informations détenues par les différentes institutions. - G2C (Government to Citizen) Le citoyen pourra accéder aux services publics à travers un guichet virtuel unique ; il pourra de la même façon consulter le dossier électronique de ses données personnelles détenues par les administrations. - G2IG (Government to International Government) Cette relation permettra d échanger électroniquement des informations dans le cadre des accords entre les différents pays. Les interactions entre les différents partenaires seront de trois types : - Accès aux informations ou participation à la société de la connaissance (recherche de contenu par les citoyens / entreprises) ; - Communication d informations entre partenaires (échange de documents électroniques) ; - Interaction transactionnelle (traitement interactif intégré des demandes de service). - Page 20 sur 25 -

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

1. Présentation de l ADIE. 2. Approche e-sénegal. 3. Notre approche des formulaires 5. Conclusions

1. Présentation de l ADIE. 2. Approche e-sénegal. 3. Notre approche des formulaires 5. Conclusions 1. Présentation de l ADIE o Qu est ce que l ADIE? o Notre mission o Nos activités 2. Approche e-sénegal o o o Double Approche Approche e-gouvernement Approche e-citoyen 3. Notre approche des formulaires

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

Votre Infrastructure est-elle? La gestion de contenus d entreprise. mieux structurée et connectée

Votre Infrastructure est-elle? La gestion de contenus d entreprise. mieux structurée et connectée Votre Infrastructure est-elle? La gestion de contenus d entreprise mieux structurée et connectée Tous les contenus d entreprise à portée de main Aujourd hui, au sein de toutes les organisations, l information

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

ReNo, le référentiel r rentiel de normalisation Web du Gouvernement luxembourgeois. Gautier Barrère

ReNo, le référentiel r rentiel de normalisation Web du Gouvernement luxembourgeois. Gautier Barrère ReNo, le référentiel r rentiel de normalisation Web du Gouvernement luxembourgeois (adopté le 25 octobre 2007) Gautier Barrère re Paris Web 2008 1 Qui suis-je? Gautier Barrère Ergonome «Human factor» -

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT ECM & RM

ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT ECM & RM ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT PLAN Introduction Partie I : le records management Qu est ce que le RM? Les principes du RM Les objectifs du RM Les enjeux du RM Les étapes de la mise

Plus en détail

REFONTE DU SITE INTERNET

REFONTE DU SITE INTERNET Commune de Lannilis REFONTE DU SITE INTERNET CAHIER DES CHARGES Maitrise d ouvrage : Commune de LANNILIS - Mairie 19 rue de la Mairie 29870 Lannilis Tél. 02 98 04 00 11 - Email : mairie.lannilis.m@wanadoo.fr

Plus en détail

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Cloud Objectifs Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Favorisez une croissance rentable simplement et à moindre

Plus en détail

Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions

Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions Qwam Content Intelligence Denis Guedez Consultant Qwam Content Intelligence

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

L accessibilité numérique. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes

L accessibilité numérique. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes L accessibilité numérique Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes L accessibilité est la facilité d accès à un lieu, un service ou un produit. Disposer d une bonne accessibilité

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

CELCAT est un leader mondial de la gestion d emploi du temps et du suivi de l assiduité des étudiants dans l enseignement supérieur.

CELCAT est un leader mondial de la gestion d emploi du temps et du suivi de l assiduité des étudiants dans l enseignement supérieur. CELCAT Timetabler Le gestionnaire interactif d emploi du temps CELCAT est un leader mondial de la gestion d emploi du temps et du suivi de l assiduité des étudiants dans l enseignement supérieur. Notre

Plus en détail

Référence client ELO Groupe Reclay

Référence client ELO Groupe Reclay Référence client ELO Groupe Reclay Gestion des factures entrantes avec ELO: de la saisie à la comptabilisation. Le partenaire Business ELO nous a convaincu de la flexibilité d ELOenterprise. Avec la suite

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)?

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)? OBJET Les dossiers et l information sont d importants biens stratégiques pour une organisation et, comme c est le cas d autres éléments organisationnels (ressources humaines, capital et technologie), ils

Plus en détail

Logiciel de capture et de gestion des flux de documents MOINS DE PAPIER, PLUS D EFFICACITÉ.

Logiciel de capture et de gestion des flux de documents MOINS DE PAPIER, PLUS D EFFICACITÉ. Logiciel de capture et de gestion des flux de documents MOINS DE PAPIER, PLUS D EFFICACITÉ. un FLUX DE TRAVAIL AUTOMATIQUEMENT AMÉLIORÉ. C est un fait, même si votre bureau est parfaitement organisé, les

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

Optimisez vos processus Votre succès n en sera que plus grand

Optimisez vos processus Votre succès n en sera que plus grand >> Optimisez vos processus Votre succès n en sera que plus grand Le ELO DocXtractor est une solution intelligente vous permettant de traiter vos factures de façon automatisée. Le cheminement d une facture

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan (Extract du livre blanc) Introduction... 2 Continuité des pratiques

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

pour réussir Conseils vos projets de de dématérialisation de documents et processus Démarrez

pour réussir Conseils vos projets de de dématérialisation de documents et processus Démarrez pour réussir vos projets de de dématérialisation de documents et processus Conseils Démarrez 10 conseils pour réussir son projet 2 1. Faire une étude d opportunité 2. Définir le cadre de son projet 3.

Plus en détail

D O S S S I E R. Espace du savoir et Bureaux virtuels pour enseignants et élèves. Luxembourg, le 20 septembre 2004

D O S S S I E R. Espace du savoir et Bureaux virtuels pour enseignants et élèves. Luxembourg, le 20 septembre 2004 D O S S I E R D E P R E S S E 0 4 Espace du savoir et Bureaux virtuels pour enseignants et élèves Luxembourg, le 20 septembre 2004 myschool! - le portail intranet de l Education nationale Le Ministère

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Nous simplifions et accélérons votre transformation digitale. Tous les étudiants. Toutes les ressources. En tout temps.

Nous simplifions et accélérons votre transformation digitale. Tous les étudiants. Toutes les ressources. En tout temps. Nous simplifions et accélérons votre transformation digitale. Tous les étudiants. Toutes les ressources. En tout temps. À propos de Texidium Tous les étudiants. Toutes les ressources. En tout temps. Kivuto,

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente CRM Service Exemples de secteurs concernés Société de commerce et de négoce Société de services informatiques Cabinet de formation Cabinet de recrutement Société de sécurité et de nettoyage Société de

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

SGQRI 008 : DISPOSITIONS TRANSITOIRES ET FINALES. Le 13 mai 2013

SGQRI 008 : DISPOSITIONS TRANSITOIRES ET FINALES. Le 13 mai 2013 SGQRI 008 : DISPOSITIONS TRANSITOIRES ET FINALES Le 13 mai 2013 SGQRI 008 : DISPOSITIONS TRANSITOIRES ET FINALES Table des matières Introduction... 1 Les trois standards sur l accessibilité du Web...

Plus en détail

Royaume du Maroc Le Chef du Gouvernement

Royaume du Maroc Le Chef du Gouvernement Royaume du Maroc Le Chef du Gouvernement Administration électronique : quelle gouvernance? M. Abdellatif MOUATADID Instance Centrale de Prévention de la Corruption «Simplification & Dématérialisation :

Plus en détail

Le Cisco Smart Business Communications System

Le Cisco Smart Business Communications System Le Cisco Smart Business Communications System Smart Business Brochure Le Cisco Smart Business Communications System Aujourd hui, les petites entreprises sont confrontées à une concurrence accrue. Une

Plus en détail

Personne à contacter : Françoise LE GUERN

Personne à contacter : Françoise LE GUERN Mairie de Guingamp 1 place du Champ-au-Roy BP 50543 22205 GUINGAMP cédex Tél : 02 96 40 64 40 Fax : 02 96 44 40 67 Email : mairie@ville-guingamp.com Personne à contacter : Françoise LE GUERN SOMMAIRE 1

Plus en détail

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise)

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Développer la communication et le travail collaboratif pour mieux servir le citoyen Thomas Coustenoble

Plus en détail

Projet «Banque Carrefour» - Note d orientation. Réception de la demande : 20/07/2011. Délai de remise d avis : 30/09/2011

Projet «Banque Carrefour» - Note d orientation. Réception de la demande : 20/07/2011. Délai de remise d avis : 30/09/2011 AVIS Réf. : CWEDD/11/AV.1149 Projet «Banque Carrefour» - Note d orientation 1. DONNEES INTRODUCTIVES Demandeur : Ministre-Président, Rudy DEMOTTE Décision du Gouvernement wallon du 14/07/2011 Réception

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Sports.gouv.fr. Dossier de presse. Juin 2013

Sports.gouv.fr. Dossier de presse. Juin 2013 Dossier de presse Juin 2013 Sports.gouv.fr Le ministère en charge des Sports lance son nouveau site d informations et de services en ligne pour le grand public et les acteurs du sport Sommaire 1/ Un nouveau

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

Xerox DocuShare en tant que gestion de contenu d entreprise (ECM) pour SAP R/3 Intégration sans transition à l environnement système SAP

Xerox DocuShare en tant que gestion de contenu d entreprise (ECM) pour SAP R/3 Intégration sans transition à l environnement système SAP Xerox DocuShare en tant que gestion de contenu d entreprise (ECM) pour SAP R/3 Intégration sans transition à l environnement système SAP Introduction L archivage de données et de documents ne joue de nos

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

www.lafamily.ch en 16 différences

www.lafamily.ch en 16 différences Cas d étude no 3 www.lafamily.ch en 16 différences juin 2003 Le mandat réalisé avec QuickSite de transformation du site existant de Lafamily.ch, centre globale d information pour les familles, à été de

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME PACK ON DEMAND Solution SaaS pour PME 1 Yourcegid RH Pack On Demand : Solution de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, dédiée aux PME, en mode SaaS. Un grand souffle sur les ressources humaines

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010 Livre Blanc Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique Mai 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

Archives et factures électroniques

Archives et factures électroniques Archives et factures électroniques Edito En 2001, le Conseil de l Union Européenne a publié la Directive 2001/115/CE relative à la facturation. Son objectif était de simplifier, de moderniser et d harmoniser

Plus en détail

Intervenant : Peut-on innover en communication interne?

Intervenant : Peut-on innover en communication interne? Intervenant : Peut-on innover en communication interne? L innovation par l intranet 2.0 Conseil général des Hauts-de-Seine 1. Le contexte du projet 1. Le contexte du projet 1.1 Le contexte Un intranet

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Présentation du site Internet du Ministère des Transports

Présentation du site Internet du Ministère des Transports Présentation du site Internet du Ministère des Transports Luxembourg, le 16 juillet 2007 Page d entrée «A la Une» avec les dernières actualités 1 Les objectifs et caractéristiques du projet Dépassant de

Plus en détail

LA FÉDÉRATION FRANCO-TÉNOISE. Appel d offres. Refonte du site Web de la Fédération franco-ténoise et ses services

LA FÉDÉRATION FRANCO-TÉNOISE. Appel d offres. Refonte du site Web de la Fédération franco-ténoise et ses services LA FÉDÉRATION FRANCO-TÉNOISE Appel d offres Refonte du site Web de la Fédération franco-ténoise et ses services Date de lancement : le 17 décembre 2015 Date limite de soumission : le 17 janvier 2016 Page

Plus en détail

Web Elite. Web Elite. Créateur de solutions de gestion

Web Elite. Web Elite. Créateur de solutions de gestion www.groupe-cogeser.fr Elite est une solution multi-sociétés, multi-établissements, multi-conventions collectives, multi-contrats. Elite s adresse aux PME, PMI et grands comptes, associations quel que soit

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD1 Exercices Exercice 1 : Décrivez les facteurs internes qui ont un impact sur les communications réseau. Les facteurs internes ayant un impact sur les communications sont liés à la nature

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

Une collaboration complète pour les PME

Une collaboration complète pour les PME Une collaboration complète pour les PME Êtes-vous bien connecté? C est le défi dans le monde actuel, mobile et digital des affaires où les entreprises cherchent à harmoniser les communications entre employés,

Plus en détail

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique La gestion Citrix Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique Dans les environnements informatiques complexes, une relation de support technique proactive s avère essentielle.

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Microsoft Office system 2007 16 Février 2006

Microsoft Office system 2007 16 Février 2006 Microsoft Office system 2007 16 Février 2006 Attendu d ici la fin de l année 2006, Microsoft Office system 2007 inclut des applications, serveurs et services innovants et perfectionnés. Il a été conçu

Plus en détail

Gestion des e-mails par ELO

Gestion des e-mails par ELO >> La gestion du cycle de vie du courrier électronique comme La bonne décision pour aujourd hui et pour demain Les solutions de gestion du contenu d entreprise (Enterprise Content Management/ECM) de ELO

Plus en détail

Espace Numérique de Travail (ENT)

Espace Numérique de Travail (ENT) Espace Numérique de Travail (ENT) (http://ent.univcasa.ma) Qu est ce que c est l ENT? Définition et objectifs Services offerts et futurs Comment j utilise mon ENT? Accéder à mon espace ENT Obtenir mon

Plus en détail

7 INNOVATIONS QUI TRANSFORMENT LES SERVICES PAIE ET RH

7 INNOVATIONS QUI TRANSFORMENT LES SERVICES PAIE ET RH 7 INNOVATIONS QUI TRANSFORMENT LES SERVICES PAIE ET RH LES 7 INNOVATIONS QUI TRANSFORMENT LES RH C est en 1970 qu apparurent les premiers logiciels destinés au monde des ressources humaines et plus particulièrement

Plus en détail

G.E.D. Gestion Électronique des Documents

G.E.D. Gestion Électronique des Documents G.E.D Gestion Électronique des Documents L externalisation de vos logiciels entreprises : une solution aux problèmes de coûts, de sécurités et de réactivités Que ce soit par la communication, par les échanges

Plus en détail

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Délégué/e/s à la formation Rôle et missions (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Sommaire: 1. Considérations générales sur le rôle et les missions du délégué/e à la formation...

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Logiciel de capture et de gestion des flux de documents MOINS DE PAPIER, PLUS D EFFICACITÉ.

Logiciel de capture et de gestion des flux de documents MOINS DE PAPIER, PLUS D EFFICACITÉ. Logiciel de capture et de gestion des flux de documents MOINS DE PAPIER, PLUS D EFFICACITÉ. un FLUX DE TRAVAIL AUTOMATIQUEMENT AMÉLIORÉ. C est un fait, même si votre bureau est parfaitement organisé, les

Plus en détail

Termes de référence. Formation en structures et gouvernance de coopératives minières

Termes de référence. Formation en structures et gouvernance de coopératives minières Termes de référence Formation en structures et gouvernance de coopératives minières 1. Contexte et justification L exploitation minière artisanale est une activité de survie qui touche des centaines de

Plus en détail

SERVICE PUBLIC & ORGANISMES GOUVERNEMENTAUX

SERVICE PUBLIC & ORGANISMES GOUVERNEMENTAUX LES SECTEURS Leader Européen sur le marché des contrôleurs d accès haute performance, Communications sécurise les réseaux IP à destination des utilisateurs nomades, visiteurs ou employés (BYOD). Les solutions

Plus en détail

Avaya IP Office Centre de contacts

Avaya IP Office Centre de contacts Avaya IP Office Centre de contacts Un centre de contacts multicanal simple et fiable pour IP Office Le centre de contacts Avaya IP Office déploie l innovation Avaya dans les centres de contacts pour les

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif L école éloignée en réseau Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement Au plan administratif La gestion et l organisation d un projet ÉÉR dans une commission

Plus en détail

Nos solutions pour l'education

Nos solutions pour l'education Nos solutions pour l'education Microsoft Éducation Engagement Microsoft Programme Microsoft Education E-learning et soutien scolaire Bénéfices clés pour tous Microsoft Live@edu Présentation Principes de

Plus en détail

Placez les collaborateurs au cœur de votre SIRH

Placez les collaborateurs au cœur de votre SIRH Avéis-Rh est le logiciel de gestion de vos Ressources Humaines. Orienté utilisateurs, doté d une interface épurée et intuitive, Avéis-Rh s adapte à votre structure et à votre environnement. Placez les

Plus en détail

DOCSaaS Cloud Computing Solutions

DOCSaaS Cloud Computing Solutions DOCSaaS Cloud Computing Solutions LA Plateforme Multiservices Documentaires spécialisée dans le document d entreprise www.docsaas.fr Gagnez en sérénité Mettez du «SMART» dans votre gestion documentaire.

Plus en détail

Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne

Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne Introduction Définitions La Charte Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne Introduction Les sociétés signataires (les Sociétés ) ont élaboré une charte de bonnes pratiques

Plus en détail

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi. Module: Organisation 3.3. L informatique dans la structure d une organisation Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.dz Plan Introduction Informatique dans les organisations Rattachement

Plus en détail

UNE EXPERTISE UNIQUE : LA PAIE ET LES RESSOURCES HUMAINES

UNE EXPERTISE UNIQUE : LA PAIE ET LES RESSOURCES HUMAINES SOLUTIONS & SERVICES PAIE/RH POUR RÉPONDRE AUX BESOINS SPÉCIFIQUES DE L HABITAT SOCIAL UNE EXPERTISE UNIQUE : LA PAIE ET LES RESSOURCES HUMAINES 25 25 ANS D EXPÉRIENCE DES SOLUTIONS ET DES SERVICES SUR

Plus en détail

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com L essentiel Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base web aucotec.com Les défis La globalisation des structures d ingénierie avec le travail en réseau sur des sites dispersés

Plus en détail

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT FONCTIONNALITÉS GESTION DE PORTEFEUILLE Stratégie d approche permettant de sélectionner les investissements les plus rentables et de créer de la valeur Paramètres

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Dossier de presse L'archivage électronique

Dossier de presse L'archivage électronique Dossier de presse L'archivage électronique Préambule Le développement massif des nouvelles technologies de l information et de la communication (TIC) a introduit une dimension nouvelle dans la gestion

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/09/12/11 87-11 Projet de loi modifiant la loi modifiée du 1er août 2007 relative à l organisation du marché de l électricité Avis de la Chambre des Métiers Par sa lettre du 29 juillet 2011, Monsieur

Plus en détail

ARCHITECTE DE COMPÉTENCES E-LEARNING EXPO DU 24 AU 26 MARS 2015 À PARIS - PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 4.1-4.2 STAND F40

ARCHITECTE DE COMPÉTENCES E-LEARNING EXPO DU 24 AU 26 MARS 2015 À PARIS - PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 4.1-4.2 STAND F40 DOSSIER DE PRESSE Le Service Formation Continue de l Université de Strasbourg, ARCHITECTE DE COMPÉTENCES E-LEARNING EXPO DU 24 AU 26 MARS 2015 À PARIS - PORTE DE VERSAILLES PAVILLON 4.1-4.2 STAND F40 LE

Plus en détail

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG)

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Contact entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Tel: +41 415 520 504 Email: sales@onlogis.com Visibilité et controle sur vos opérations, n importe où et à tout moment... Onlogis

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Allianz Suisse. Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service

Allianz Suisse. Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service Allianz Suisse Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service Qualité de service élevée et orientation conséquente vers

Plus en détail