Merck Serono Biotech Center

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Merck Serono Biotech Center"

Transcription

1 Merck Serono Biotech Center

2 Merck Serono Merck Serono est la division spécialisée dans les médicaments de prescription innovants de Merck KGaA, un groupe pharmaceutique et chimique mondial. Merck Serono, dont le siège est basé à Genève (Suisse), recherche, développe, produit et commercialise des médicaments innovants issus de la synthèse chimique et de la biotechnologie, visant à aider des patients dont les besoins médicaux sont insatisfaits. Merck Serono dispose d une expertise à la fois pour les médicaments obtenus par synthèse chimique et pour ceux issus de la biotech nologie. En Amérique du Nord (États-Unis et Canada), les activités de Merck Serono sont menées sous la dénomination EMD Serono. Merck Serono met à la disposition des patients des médicaments phares dans les domaines de l'oncologie (Erbitux ), de la sclérose en plaques (Rebif ), de l infertilité (Gonal-f ), des troubles endocriniens métaboliques et cardio-métaboliques (Glucophage, Concor, Saizen, Serostim ), ainsi que du psoriasis (Raptiva ). Avec un investissement annuel de 1 milliard d'euros en Recherche & Développement, Merck Serono a pour objectif de poursuivre la croissance de ses activités dans des domaines thérapeutiques spécialisés, dont les maladies neurodégénératives, l'oncologie, la fertilité et l endocrinologie, ainsi que dans de nouveaux domaines thérapeutiques émergeant de sa R&D tels que les maladies auto-immunes et inflammatoires. Plus d informations sur et

3 Les activités du MSBC Recherche Département Cell Sciences Développement de procédés Banque cellulaire Développement de milieux de culture Culture cellulaire Purification Nouvelles technologies Production Production de Rebif (interféron bêta-1a) pour les marchés mondiaux Production de nouvelles molécules pour les essais cliniques Fonctions supports Contrôle qualité Assurance qualité Maintenance Ingénierie Finance Informatique Ressources humaines Rebif Rebif (interféron bêta-1a) est un médicament pouvant modifier l évolution de la maladie, utilisé pour traiter les formes récurrentes de la sclérose en plaques. Il est similaire à la protéine d interféron bêta produite par l organisme humain. Inauguré en avril 1999, le Merck Serono Biotech Center (MSBC), situé à Corsier-sur-Vevey (Canton de Vaud, Suisse), est l un des plus importants centres de biotechnologie au monde. Le MSBC produit actuellement pour le marché mondial, la substance active de Rebif (interféron bêta-1a), médicament de Merck Serono destiné au traitement de la sclérose en plaques ; ainsi que différentes molécules destinées à des essais cliniques. Le MSBC obéit aux réglementations les plus exigeantes en matière de production industrielle. Le centre a passé avec succès onze inspections des autorités réglementaires de plusieurs pays, incluant les États Unis, les pays membres de l Union européenne et la Suisse. Depuis mai 2005, le MSBC est certifié ISO 14001:2004, la norme d excellence internationale pour la protection de l environnement. Projet d agrandissement pour accueillir la production de la substance active d Erbitux Merck Serono prévoit d agrandir le MSBC pour accueillir d ici 2012, la production de la susbtance active d Erbitux (cetuximab), médicament destiné au traitement du cancer. La construction des nouvelles installations est prévue entre 2008 et La production d Erbitux devrait commencer en 2012, après l homologation des nouvelles installations par les autorités de santé. Merck Serono investira plus de 300 millions d Euros (environ 470 millions de CHF) dans ce projet qui devrait créer d ici 2012, plus de 200 nouveaux postes pour des biologistes, des ingénieurs, des techniciens et du personnel de laboratoire. Homologué en Europe en 1998 et aux États-Unis en 2002, Rebif a reçu des autorisations de mise sur le marché dans plus de 80 pays. Erbitux Erbitux est un anticorps monoclonal IgG1 qui cible le récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR). Il est indiqué dans le traitement du cancer colorectal et du carcinome épidermoïde localement avancé de la tête et du cou (cancer ORL). Erbitux a obtenu une autorisation de mise sur le marché dans plus de 60 pays. Représentation du futur site après agrandissement Nouvelles infrastructures prévues : Deux nouvelles lignes de production (une pour Erbitux et une pour de futurs produits) au sein du bâtiment principal existant Un entrepôt/centre logistique Une station de traitement des eaux usées Des infrastructures de support (places de parc, murs de soutènement) Des routes d accès internes et une nouvelle loge de sécurité

4 Les cellules utilisées au MSBC Dans ses processus de fabrication, le MSBC utilise des lignées cellulaires spécifiques et reconnues : CHO, NSO et SP2/0. Toutes ces cellules sont des cellules de mammifères cultivées à des fins de recherche et de production à l échelle industrielle. Ces cellules sont très proches des cellules humaines. Une fois que le gène d intérêt est introduit dans ces cellules, elles sont capables d exprimer des protéines semblables ou identiques à celles présentes dans l organisme humain. Ces protéines constituent les substances actives des médicaments de Merck Serono. Patrimoine génétique humain MSBC avant agrandissement du site 250 employés litres de capacité totale des bioréacteurs 2 lignes de production Production de la substance active de Rebif, et de molécules destinées aux essais cliniques MSBC après agrandissement du site 450 employés litres de capacité totale des bioréacteurs 4 lignes de production Production des substances actives pour Rebif et Erbitux, et de molécules destinées aux essais cliniques De la cellule au produit: le processus de production biotechnologique au MSBC La technologie de l ADN recombinant est une méthode efficace, sûre et fiable permet - tant la production à l échelle industrielle de molécules complexes, qui ne pourraient pas être obtenues par synthèse chimique. Le MSBC a l avantage de disposer de procédés intégrés de transposition d échelle, qui permettent à Merck Serono de transformer plus rapidement des avancées scientifiques en production industrielle. Gène Vecteur d expression Transfection et sélection Sécretion de la protéine recherchée Cellules de mammifères Les opérations réalisées au MSBC comprennent : Le développement d une banque de cellules La production de protéines dans des bioréacteurs La filtration et la purification pour obtenir les concentrations de protéines les plus pures possibles Un gène spécifique est introduit dans une cellule de mammifère, ce qui lui permet d exprimer la protéine souhaitée En matière de biosécurité, les lignées cellulaires CHO, NSO et SP2/0 sont classées BSL1 (niveau de risque le plus bas, ne présentant aucun risque ou un risque négligeable pour la santé humaine et l environnement). Ce classement a été établi par les autorités fédérales suisses chargées de l environnement (OFEV). Ces cellules sont couramment utilisées dans l'industrie pharmaceutique depuis plus de 20 ans, en Suisse, dans l'union européenne et aux États-Unis. Développement des lignées cellulaires utilisées en production Au MSBC, la première étape du processus de production biotechnologique est réalisée au sein du département Cell Sciences. Ce département développe la lignée cellulaire sur laquelle reposent toutes les étapes ultérieures de production d une protéine à visée thérapeutique. Le département Cell Sciences réalise les étapes essentielles suivantes: Insertion dans les cellules hôtes, du gène codant la protéine à visée thérapeutique recherchée Sélection des cellules recombinantes les plus performantes Congélation des cellules dans des ampoules et conservation à -180 C dans de l azote liquide Constitution d une banque de cellules par le département Développement de Procédés

5 Qu est-ce qu un bioréacteur? Un bioréacteur est un réservoir dans lequel les cellules peuvent développer les réactions biologiques nécessaires à l expression de la protéine à visée thérapeutique. Dans des conditions optimales, les cellules peuvent s y multiplier et produire les protéines. Les conditions environnementales qui règnent dans le bioréacteur débit d oxygène, température, ph et vitesse de perfusion font l objet d une surveillance et d un contrôle minutieux afin de permettre la multiplication des cellules. En dehors de l environnement stable et stérile du bioréacteur, les cellules ne peuvent pas survivre. Production des protéines dans les bioréacteurs L étape clé du processus de production se déroule dans les bioréacteurs. C est dans cet environnement stérile et automatisé que les protéines à visée thérapeutique sont produites à partir des cellules recombinantes précédemment développées par le département Cell Sciences. Merck Serono utilise pour sa production des bioréacteurs à technologie de perfusion ainsi que des bioréacteurs à technologie «fed-batch»: Dans la technologie de perfusion, l alimentation du bioréacteur en milieu nutritif et la récolte du produit se déroulent en continu, sur une période relativement longue (allant jusqu à plusieurs mois). Le mode «fed-batch» consiste à fournir le bioréacteur en milieu nutritif en continu sur une courte période (jusqu à trois semaines) ; puis la production est récoltée en une seule fois. Le mode «fed-batch» est mieux adapté à la production à grande échelle. La capacité des bioréacteurs du MSBC va de 5 à litres. Le projet d extension prévoit l installation de 8 nouveaux bioréacteurs d une capacité de litres chacun. Le bioréacteur constitue un environnement optimal pour la production de protéines à partir d une culture cellulaire La production en bioréacteur suit les étapes suivantes : Représentation des futurs bioréacteurs de litres Une ampoule contenant les cellules est extraite de la banque de cellules. Après décongélation, ces cellules se multiplient dans le milieu de culture. Lorsque leur nombre est suffisant, les cellules sont introduites dans le bioréacteur. La culture cellulaire est alimentée en milieu nutritif (eau, sucre, sels minéraux, vitamines), et en air pour fournir l oxygène. Les cellules produisent un mélange de différentes protéines, à partir duquel sera isolée la protéine à visée thérapeutique recherchée. Des contrôles réguliers sont réalisés afin de vérifier l état de la culture cellulaire et la qualité du produit obtenu. Le mélange de protéines produites est récolté et séparé des cellules. Le milieu de culture restant (eau, nutriments et débris cellulaires) est inactivé à haute température (80ºC) avant d être transféré à la station de traitement des eaux usées.

6 Purification Les protéines contenues dans les mélanges extraits des bioréacteurs sont purifiées en plusieurs étapes consécutives, de façon à isoler la protéine à visée thérapeutique recherchée. La chromatographie et la filtration sont les deux principales technologies utilisées pour purifier la protéine à visée thérapeutique produite dans le bioréacteur. Il existe différentes techniques de chromatographie, parmi lesquelles la chromatographie d exclusion stérique. Ce type de chromatographie fonctionne sur le principe du tamis, en permettant aux protéines de passer à travers une résine à différentes vitesses, en fonction, par exemple, de leur taille. La purification est terminée lorsque la matière première finale (la substance active du médicament) est considérée comme ayant atteint un degré de pureté maximal. La chromatographie est une méthode physique pour séparer la protéine cible La recherche de l excellence industrielle Dans l industrie biotechnologique, le grand nombre de paramètres à maîtriser dans le processus de production, la complexité des protéines elles-mêmes et les contraintes réglementaires strictes, font de ce type de production un véritable défi. Le MSBC obéit aux réglementations les plus exigeantes en matière de production industrielle : Les autorités de santé inspectent régulièrement le MSBC, qui a d ores et déjà passé avec succès, onze inspections de la part, entre autres, de la FDA, de l EMEA et de Swissmedic. Chaque campagne de production fait l objet d un contrôle qualité approfondi tout au long du processus de production, évaluant la pureté, la stabilité et l activité des substances produites. Toutes les opérations de production de Merck Serono sont conformes aux critères de Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF ou cgmp current Good Manufacturing Practices), les standards internationaux de référence pour la production industrielle et les contrôles qualités de l industrie pharmaceutique. En matière de production industrielle, l'entreprise a pour philosophie «l'excellence dans les opérations». Cette philosophie se reflète dans son objectif d améliorer en permanence les procédés de production industrielle à travers de nouveaux objectifs, et le partage des meilleurs savoirs-faire à travers tous les sites de production de Merck Serono. La protéine interféron bêta-1a, substance active de Rebif, fait l objet de contrôles qualité approfondis

7 Environnement de travail Afin que les produits obtenus soient de la meilleure qualité possible, l équipe expérimentée du MSBC accorde la plus grande attention au contrôle de l environnement de travail. Ceci se traduit par : La filtration de l air de la zone de travail, de façon à réduire le taux de particules. Le contrôle de l humidité et de la température de la zone de travail, pour empêcher les concentrations bactériennes. L utilisation, à chaque étape du processus de production, d eau et de matières premières d une très grande pureté. Une procédure spécifique d accès et des mesures d hygiène et de désinfection rigoureuses. Environnement extérieur Comme le spécifie son code de conduite, Merck Serono agit de façon responsable à l égard de l environnement et de la communauté de Vevey. Le MSBC met régulièrement en place des mesures visant à réduire sa consommation d énergie et ses déchets. Depuis mai 2005, le MSBC est certifié ISO 14001:2004, la norme d excellence internationale pour la protection de l environnement. Les déchets liquides et solides produits sur le site sont soit recyclés, soit éliminés en toute sécurité. Les déchets liquides sont essentiellement constitués des eaux utilisées pour les milieux de culture dans les bioréacteurs, et des eaux de lavage. Au terme de chaque cycle de production, le milieu de culture restant (eau, nutriments et débris cellulaires) est inactivé à une température élevée (80 C) avant d être acheminées vers la station de traitement des eaux usées; tandis que les eaux de lavage sont directement envoyées à la station de traitement des eaux usées. Les déchets solides, constitués principalement de tenues de travail jetables, de plastique et de papier, sont soit recyclés soit envoyés à l incinération. Les solvants sont incinérés. Dans le cadre de son projet d extension, le MSBC construira une station de traitement des eaux usées de pointe, qui permettra de ne pas surcharger la station d épuration locale. Cette nouvelle installation utilisera les technologies les plus innovantes, contribuant ainsi à limiter la consommation d eau sur le site. Par exemple, une partie des eaux usées sera recyclée vers le système de refroidissement du MSBC. Le MSBC organise des journées portes ouvertes à l intention du public intéressé par une visite du site. Le MSBC informe régulièrement les autorités suisses, les communes voisines et les associations de protection de l environnement, des modifications majeures du site.

8 Merck Serono 9, Chemin des Mines 1202 Genève Tel. +41 (0) Merck Serono Biotech Center Route de Fenil Z.I. B 1809 Fenil-sur-Corsier Tel. +41 (0)

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la fabrication des produits de thérapie génique, en termes de sécurité

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 12 juin 2012. CONTACT PRESSE Séverine VOISIN Tél. : 01 45 59 59 45 presse@arc-cancer.net

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 12 juin 2012. CONTACT PRESSE Séverine VOISIN Tél. : 01 45 59 59 45 presse@arc-cancer.net DOSSIER DE PRESSE Mardi 12 juin 2012 NOUVEAU TRAITEMENT POUR LE CANCER DU POUMON ET LE MELANOME : LA FONDATION ARC POUR LA RECHERCHE SUR LE CANCER SOUTIENT LES TRAVAUX D UNE ÉQUIPE DE CHERCHEURS À MONTPELLIER

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement

Roche Diagnostics France. Manuel Qualité Sécurité Environnement Manuel Qualité Sécurité Environnement «Notre stratégie place le patient au cœur de nos préoccupations, avec l ambition d améliorer sa santé et sa qualité de vie. Inscrite dans une perspective de développement

Plus en détail

Le programme de distribution

Le programme de distribution Le programme de distribution Ce document décrit en bref les concepts de la distribution de solutions de Management de Flotte (AVL) produits par GPS4NET. Les informations présentées ont un caractère purement

Plus en détail

Des solutions adaptées à vos besoins. pharmacie

Des solutions adaptées à vos besoins. pharmacie Des solutions adaptées à vos besoins pharmacie Dynamisez votre potentiel sur un marché effervescent Le développement de produits issus des sciences de la vie s inscrit dans un contexte particulier. Qu

Plus en détail

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Communiqué de presse Bâle, le 24 janvier 2013 La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY)

Plus en détail

dossier de presse ******************************************************************************+ ( #

dossier de presse ******************************************************************************+ ( # v e n d r e d i 1 9 j a n v i e r 2 0 0 7 dossier de presse en présence de!"#$%&, vice-président du conseil général '( ) ******************************************************************************+

Plus en détail

Qualité et innovation en opposition?

Qualité et innovation en opposition? Qualité et innovation en opposition? JOURNEE SUISSE DE LA QUALITE 2009 Fin de la qualité? 16 juin 2009, Berne Straumann est un fournisseur éminent sur le plan mondial dans le domaine des implants et prothèses

Plus en détail

ISOVOLTINE. Huile isolante pour transformateurs

ISOVOLTINE. Huile isolante pour transformateurs ISOVOLTINE Huile isolante pour transformateurs HUILE ISOVOLTINE pour TRANSFORMATEURs Sécurité et longévité Un transformateur sous tension est soumis à des températures très élevées. Le lubrifiant empêche

Plus en détail

Médicaments: Ruptures de Stocks Rupture d Approvisionnement. Complexité de la chaine d approvisionnement pharmaceutique

Médicaments: Ruptures de Stocks Rupture d Approvisionnement. Complexité de la chaine d approvisionnement pharmaceutique Médicaments: Ruptures de Stocks Rupture d Approvisionnement Complexité de la chaine d approvisionnement pharmaceutique Supply Chain une activité très réglementée Dossier enregistrement Fabricants de Principes

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

CQP Conduite de procédé de fabrication en biotechnologies

CQP Conduite de procédé de fabrication en biotechnologies CQP Conduite de procédé de fabrication en biotechnologies Page 1 Référentiel de compétences 2 2 Passerelles avec les autres CQP 6 3 Indications sur le référentiel de formation 7 4 - Mise en relation des

Plus en détail

Communiqué de presse. Merck Serono. 18 septembre 2008

Communiqué de presse. Merck Serono. 18 septembre 2008 Communiqué de presse 18 septembre 2008 Merck Serono annonce le lancement de l'essai clinique ORACLE MS destiné à évaluer la cladribine en comprimés chez des patients à risque de développer une sclérose

Plus en détail

Prise de position de la Fondation Gen Suisse sur la «révision totale de la loi fédérale sur l analyse génétique humaine»

Prise de position de la Fondation Gen Suisse sur la «révision totale de la loi fédérale sur l analyse génétique humaine» genetictesting@bag.admin.ch Zurich, le 20 avril 2015 Prise de position de la Fondation Gen Suisse sur la «révision totale de la loi fédérale sur l analyse génétique humaine» Mesdames, Messieurs, Nous vous

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts ANNEXE III Rapport de la commission au Parlement européen et au conseil sur le réexamen de la directive 94/19/CE relative aux systèmes de garantie des dépôts (COM(2010)369/2) 1 FR FR FR COMMISSION EUROPÉENNE

Plus en détail

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 --

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Discours de Michel Vandepoorter, Ambassadeur de France à Malte Mesdames et messieurs, La question du financement

Plus en détail

Bioréacteur à membrane HUBER VRM Ultrafiltration sur membrane rotative

Bioréacteur à membrane HUBER VRM Ultrafiltration sur membrane rotative Bioréacteur à membrane HUBER VRM Ultrafiltration sur membrane rotative VRM Membrane rotative d ultrafiltration Membranes plaques pour le traitement des eaux La solution du futur conçue pour répondre aux

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

MECANISME FINANCIER ELENA BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT (BEI)

MECANISME FINANCIER ELENA BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT (BEI) MECANISME FINANCIER ELENA BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT (BEI) 1 Contents Introduction Critères d admissibilité et de sélection Comment solliciter une aide au titre d ELENA 2 INTRODUCTION 3 1.1 Energie

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Ministère des Solidarités, de la Santé et de la Famille

Ministère des Solidarités, de la Santé et de la Famille Ministère des Solidarités, de la Santé et de la Famille Direction générale de la Santé Sous-Direction de la gestion des risques des milieux Bureau des eaux DGS/SD7A N Personnes chargées du dossier : Philippe

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Analyse de cycle de vie

Analyse de cycle de vie Valorisation des déchets plastiques des ménages Analyse de cycle de vie Note de synthèse 17 mars 2014 1. Contexte de l étude La taxe sur les sacs à ordures ménagères (dite «taxe au sac») introduite dans

Plus en détail

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire Thérapie anti-âge Revitalisation cellulaire La qualité du fonctionnement de notre organisme diminue avec l âge, en particulier les systèmes physiologiques importants tels que : Le système immunitaire,

Plus en détail

Vers un Nouveau Mode Opératoire des Systèmes Bancaires. 1. Introduction

Vers un Nouveau Mode Opératoire des Systèmes Bancaires. 1. Introduction Vers un Nouveau Mode Opératoire des Systèmes Bancaires 1. Introduction Augmenter les revenus et réduire les coûts opérationnels représentent pour toute société deux moyens d augmenter leur profitabilité.

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

CEFBIOP Centre Européen de Formation à la Bioproduction

CEFBIOP Centre Européen de Formation à la Bioproduction CEFBIOP Centre Européen de Formation à la Bioproduction Le 30 mars 2010 Didier Prigent / Réjane Bihan Atlanpole Biotherapies Sommaire Concept de la formation délivrée par le CEFBIOP Pourquoi une formation

Plus en détail

Communiqué de presse. 28 juin 2010

Communiqué de presse. 28 juin 2010 Communiqué de presse 28 juin 2010 Les résultats d une enquête internationale aident à comprendre les évolutions en matière de fertilité et les freins au recours à une aide médicale en cas d infertilité

Plus en détail

*Thème principal : La gestion des risques à l hôpital

*Thème principal : La gestion des risques à l hôpital 15/11/ La Qualité Les référentiels La démarche Qualité : processus, indicateurs Le système documentaire Evaluation de la qualité Gestion de la Qualité et des Risques dans le monde de la Santé : circuit

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

www.solutions-tmi.com

www.solutions-tmi.com CARAFE FILTRANTE DAFI Les vertus d une eau de source chez soi et à volonté GARANTIE 2 ANS CARAFE FILTRANTE DAFI Capacité globale : 3,3 L utile : 1,5 L Indicateur changement cartouche manuel / électronique

Plus en détail

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech 1 Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech La politique environnementale 2 Chaque année, la Direction s engage sur une politique environnementale en choisissant quelques objectifs prioritaires.

Plus en détail

#4.1.006version f1.0 Gestion/opération des installations Entretien des installations et de l équipement d entreposage des échantillons

#4.1.006version f1.0 Gestion/opération des installations Entretien des installations et de l équipement d entreposage des échantillons Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT installations Numéro de PNF Remplace: EM 001.001 Objet: 4.1.006 Version f1.0 Entretien des installations et de l équipement d entreposage des Date d entrée

Plus en détail

MT-5096-2004. Système de gestion des gaz SYSTÈME CENTRAL D APPROVISIONNEMENT POUR LES GAZ MÉDICAUX

MT-5096-2004. Système de gestion des gaz SYSTÈME CENTRAL D APPROVISIONNEMENT POUR LES GAZ MÉDICAUX MT-5096-2004 Système de gestion des gaz SYSTÈME CENTRAL D APPROVISIONNEMENT POUR LES GAZ MÉDICAUX 02 D-1213-2009 Les gens à travers la planète font confiance aux produits et services de Dräger. Dräger

Plus en détail

Algeria. Halim RECHAM Président GS1 Algeria

Algeria. Halim RECHAM Président GS1 Algeria TRAÇABILITE Halim RECHAM Président GS1 Le GS1 DataMatrix t au service du Médicament Sommaire Définition du Médicament Le marché Algérien du médicament. La contrefaçon des médicaments et son impact sur

Plus en détail

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Sommaire exécutif Analyse des solutions de rechange pour l entreposage des déchets miniers Rév.03 Août 2015 SOMMAIRE EXÉCUTIF

Plus en détail

Fournisseur de Solutions Globales Pour vos Filtrations et périphériques associés

Fournisseur de Solutions Globales Pour vos Filtrations et périphériques associés Fournisseur de Solutions Globales Pour vos Filtrations et périphériques associés Le Groupe Sartorius Grâce à la diversification de ses activités et à la mise au point de nouvelles technologies, Sartorius

Plus en détail

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel SPP Politique Scientifique Journée d étude 30 octobre 2003 ITUH - Bruxelles Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel Tests cytogénétiques : utilité en médecine du travail Difficulté

Plus en détail

POLITIQUE D ACHATS ÉCORESPONSABLES

POLITIQUE D ACHATS ÉCORESPONSABLES POLITIQUE D ACHATS ÉCORESPONSABLES DE LA DE LA SOCIÉTÉ DES ÉTABLISSEMENTS DE PLEIN AIR DU QUÉBEC Politique d achats écoresponsables de la Sépaq 1. PRINCIPES La présente politique d achats écoresponsables

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

II.Foire aux questions

II.Foire aux questions Questions et réponses sur Marguerite, Fonds européen 2020 pour l énergie, le changement climatique et les infrastructures II.Foire aux questions 1. Quelles sont les spécificités du fonds Marguerite, et

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

Catalogue des matériaux de référence

Catalogue des matériaux de référence Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Catalogue des matériaux de référence DR-12-CMR Édition : 2011-01-17 Pour toute information complémentaire sur les activités du Centre d expertise

Plus en détail

Domaine général de formation : Environnement et consommation Axe de développement : Utilisation responsable de biens et de services

Domaine général de formation : Environnement et consommation Axe de développement : Utilisation responsable de biens et de services LIENS AVEC LE PROGRAMME DE FORMATION DE L ÉCOLE QUÉBÉCOISE AGROALIMENTAIRE LA TRANSFORMATION DU LAIT EN FROMAGE Domaine général de : Environnement et consommation Axe de développement : Utilisation responsable

Plus en détail

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES JEUDI LANCEMENT DE LA SECTION REGIONALE SFSTP NORD METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES Eliane Bauthier-Loiseau SFSTP /TechnologieServier INTRODUCTION

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique

pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique Invitation de l industrie pharmaceutique à l adresse du nouveau gouvernement fédéral : pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique Le secteur des entreprises pharmaceutiques

Plus en détail

REACH (1) : VERS UNE CHIMIE DURABLE EN EUROPE?

REACH (1) : VERS UNE CHIMIE DURABLE EN EUROPE? SANTE - ENVIRONNEMENT REACH (1) : VERS UNE CHIMIE DURABLE EN EUROPE? La production mondiale de substances chimiques a explosé depuis 1930 passant de 1 million de tonnes à 400 millions de tonnes aujourd

Plus en détail

L utilisation des gazomètres en Biotechnologie. C. Prier, Merck-Serono Aubonne

L utilisation des gazomètres en Biotechnologie. C. Prier, Merck-Serono Aubonne L utilisation des gazomètres en Biotechnologie C. Prier, Merck-Serono Aubonne 1 Agenda Présentation de la à Merck Serono Importance des gazomètres pour la 1 an dans le département 2 Agenda Présentation

Plus en détail

www.elephant-vert.com 1

www.elephant-vert.com 1 www.elephant-vert.com 1 L AGRICULTURE FACE À DES DÉFIS INÉDITS 3 L Afrique au cœur d un carrefour stratégique 1. 2. 3. 4. 5. Défi sanitaire: 1 Africain sur 4 souffre encore de malnutrition. Dans les pays

Plus en détail

Production Production Le monde Pieralisi par lots continue la seule entreprise «produit clé en main» Notre société est certifiée UNI EN ISO 9001

Production Production Le monde Pieralisi par lots continue la seule entreprise «produit clé en main» Notre société est certifiée UNI EN ISO 9001 Méthode traditionnelle C est le même principe que celui utilisé dans l Antiquité. Avant trituration, les olives sont défeuillées et lavées dans des machines spéciales pour éliminer toutes les impuretés

Plus en détail

Granulométrie Laser. Expertise - Innovation - Solutions. Expertise - Innovation - Solutions. Votre partenaire en analyse de particules. www.cilas.

Granulométrie Laser. Expertise - Innovation - Solutions. Expertise - Innovation - Solutions. Votre partenaire en analyse de particules. www.cilas. Expertise - Innovation - Solutions Expertise - Innovation - Solutions Granulométrie Laser Production Recherche et Développement Contrôle Qualité Laboratoire d analyse Votre partenaire en analyse de particules

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER Ce dossier a pour objectif d informer les professionnels de santé prescripteurs sur la sécurité sanitaire associée aux prothèses fabriquées par

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS Décembre 2012 GUIDE A L INTENTION DES AUTORITES COMPETENTES POUR LE CONTROLE DE LA CONFORMITE AVEC LES ACTES LEGISLATIFS DE L UE

Plus en détail

Solutions Laboratoires

Solutions Laboratoires Solutions Laboratoires Créons le Bien-Être Solutions Laboratoires Des espaces de travail sûrs et fonctionnels pour les professionnels des laboratoires. 2 Les solutions Halton Vita offrent une gestion intelligente

Plus en détail

Guide pratique des aides à Guide pratique pour la propriété intellectuelle les études de faisabilité en Wallonie

Guide pratique des aides à Guide pratique pour la propriété intellectuelle les études de faisabilité en Wallonie Guide Guide pratique pratique des pour aides à la les propriété études de intellectuelle faisabilité en Wallonie SOMMAIRE 1. L innovation technologique... 2 2. Le cadre légal des aides... 2 2.1. Recherche

Plus en détail

Qu est-ce que le marquage CE?... P4. Directive «produits de construction» (DPC)... P5. Principe de l évaluation de la conformité...

Qu est-ce que le marquage CE?... P4. Directive «produits de construction» (DPC)... P5. Principe de l évaluation de la conformité... GUIDE DU MARQUAGE GUIDE DU MARQUAGE Sommaire Principe Qu est-ce que le marquage CE?... P4 Directive «produits de construction» (DPC)... P5 Principe de l évaluation de la conformité... P6 Principe et application

Plus en détail

IntegraGen Résultats annuels 2013

IntegraGen Résultats annuels 2013 Clinical Genomics Experts COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE IntegraGen Résultats annuels 2013 Chiffre d affaires en augmentation de 14% Lancement du test Arisk2 en vue d évaluer le risque d autisme

Plus en détail

Recherche et enseignement supérieur

Recherche et enseignement supérieur MISSION INTERMINISTERIELLE Recherche et enseignement supérieur Autorisations d engagement : 24,56 milliards d euros Crédits de paiement : 24,16 milliards d euros Emplois de l État : 120 010 équivalents

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES

EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES «La conformité à la réglementation en vigueur, la prévention des pollutions ainsi que la recherche d amélioration continue de la

Plus en détail

LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES

LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES LE CONCEPT DE L EXPLOITATION IMPLANTÉ AU MTQ ET LE PROGICIEL DÉVELOPPÉ À L APPUI DE LA PRISE DE DÉCISION EN ENTRETIEN ESTIVAL DES ROUTES Philippe Veillette, ing. Anne Baril, ing. Ministère des Transports

Plus en détail

Cette fiche vous fournit les éléments essentiels qui vous permettront de mieux comprendre les enjeux du chauffage dans votre logement.

Cette fiche vous fournit les éléments essentiels qui vous permettront de mieux comprendre les enjeux du chauffage dans votre logement. Si vous voulez construire une nouvelle maison ou entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du bien-être

Plus en détail

LE GÉNIE PHARMACEUTIQUE

LE GÉNIE PHARMACEUTIQUE LE GÉNIE PHARMACEUTIQUE ou le rôle d un ingénieur chimiste dans le domaine pharmaceutique Mario Jolicoeur, ing., Ph.D. Professeur adjoint département de génie chimique École Polytechnique de Montréal Les

Plus en détail

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada Assemblée des Premières Nations Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada 2012-2013 1 Contexte Les Chefs en assemblée de l Assemblée des Premières Nations (APN)

Plus en détail

Inauguration de l Incubateur de start-ups

Inauguration de l Incubateur de start-ups Inauguration de l Incubateur de start-ups à Paris Région Nord Express, Paris 18ème le 16 juin 2014 Paris le 16 juin 2014 Pour diffusion immédiate COMMUNIQUE DE PRESSE Le i-lab d Air Liquide et Paris Région

Plus en détail

Il y a longtemps que nous songeons à intégrer la planification énergétique dans la planification générale (urbaine, financière) de la commune, sans

Il y a longtemps que nous songeons à intégrer la planification énergétique dans la planification générale (urbaine, financière) de la commune, sans Il y a longtemps que nous songeons à intégrer la planification énergétique dans la planification générale (urbaine, financière) de la commune, sans en prendre le temps. L outil CECV a été le déclencheur

Plus en détail

2, rue Nicolas Bové L-1253 Luxembourg. Tel +352 26 25 44-1 www.iwi.lu

2, rue Nicolas Bové L-1253 Luxembourg. Tel +352 26 25 44-1 www.iwi.lu 2, rue Nicolas Bové L-1253 Luxembourg Tel +352 26 25 44-1 www.iwi.lu 00 Sommaire 01 IWI... 03 1.1. Nos activités...04 1.2. Notre histoire...04 1.3. Notre philosophie d entreprise...05 02 Nos solutions

Plus en détail

ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES FORMER PRÉPARER AGIR

ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES FORMER PRÉPARER AGIR Leaders mondiaux dans les systèmes de formation aux incidents NRBC/Matières Dangereuses ENTRAÎNEMENT EN CONDITIONS RÉELLES DE GESTION DES INCIDENTS NRBC ET MATIÈRES DANGEREUSES FORMER PRÉPARER AGIR INTRODUCTION

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. 1. Introduction Contexte général

TERMES DE REFERENCE. 1. Introduction Contexte général REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, URBANISME, HABITAT, INFRASTRUCTURES, TRAVAUX PUBLICS ET RECONSTRUCTION CELLULE INFRASTRUCTURES Projet d Appui à la Réouverture

Plus en détail

LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA

LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA LE TRANSPORT COLLECTIF : UNE FORCE ÉCONOMIQUE POUR LE CANADA Avis présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes dans le cadre des consultations prébudgétaires du gouvernement du

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

Offres d'emploi S&I R&D

Offres d'emploi S&I R&D Offres d'emploi S&I R&D Présentation Prestataire de services pour l industrie pharmaceutique, Quality Assistance (QA) est une société de référence en sciences analytiques liées au développement de médicaments

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/GE.3/2014/3 Distr. générale 18 février 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation. Séminaire international sur les infrastructures éducatives

Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation. Séminaire international sur les infrastructures éducatives Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation Séminaire international sur les infrastructures éducatives Guadalajara, Jalisco, Mexique, 24-27 février 2002 Organisé par le Programme

Plus en détail

On en vient maintenant au test lui-même.

On en vient maintenant au test lui-même. On en vient maintenant au test lui-même. 6 Avant d envisager la technologie elle-même, quelques mots sur le diagnostic prénatal non invasif qui est réalisé historiquement à partir du sang maternel. On

Plus en détail

POLITIQUE D ASSURANCE QUALITÉ DU FONDS MONDIAL POUR LES PRODUITS DE DIAGNOSTIC. (publiée le 14 décembre 2010, amendée le 5 février 2014)

POLITIQUE D ASSURANCE QUALITÉ DU FONDS MONDIAL POUR LES PRODUITS DE DIAGNOSTIC. (publiée le 14 décembre 2010, amendée le 5 février 2014) POLITIQUE D ASSURANCE QUALITÉ DU FONDS MONDIAL POUR LES PRODUITS DE DIAGNOSTIC (publiée le 14 décembre 2010, amendée le 5 février 2014) PRINCIPES FONDAMENTAUX 1. Les crédits de subventions octroyés par

Plus en détail

Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique

Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique Formation à distance pour les examens professionnels fédéraux en informatique Brevet fédéral d informaticienne en technique des systèmes et réseaux TIC Brevet fédéral d informaticienne de gestion 1. :

Plus en détail

Princeps, copies, génériques : quelles différences?

Princeps, copies, génériques : quelles différences? Princeps, copies, génériques : quelles différences? Pr Odile CHAMBIN UFR Pharmacie Dijon 1 Introduction 1 ère définition des génériques en 1996. Développement des génériques depuis 1998 avec le droit de

Plus en détail

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal Réunion intermédiaire du Sous-comité du SREP Nairobi, Kenya 8 et 9 mars 2012 SREP/SC.IS.2/Inf.3 17 février 2012 Point 7 de l ordre du jour Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail

Construire une Stratégie Gagnante pour la Filière Française à l Export. 19 Novembre 2013 Marc Benmarraze, Président

Construire une Stratégie Gagnante pour la Filière Française à l Export. 19 Novembre 2013 Marc Benmarraze, Président Construire une Stratégie Gagnante pour la Filière Française à l Export 19 Novembre 2013 Marc Benmarraze, Président La filière française peut devenir leader en amenant plus rapidement ses innovations sur

Plus en détail

Manuel de Management, Qualité et Environnement

Manuel de Management, Qualité et Environnement Manuel de Management, Qualité et Environnement 2015 2017 Objet et domaine d'application Le présent manuel de management a pour objet de décrire les engagements pris par le Groupe Loxam ainsi que son organisation

Plus en détail

Guide pour le jury CQP

Guide pour le jury CQP Guide pour le jury CQP CPNEIS 26 06 2012 - Page 1 sur 23 Sommaire 1. Le rôle du jury dans le processus CQP.3 2. Règles déontologiques pour le fonctionnement du jury...4 3. Production : guide pour le jury

Plus en détail

Les défis du financement des transports

Les défis du financement des transports Les défis du financement des transports Nous sommes tous, dans le monde d aujourd hui, usagers des transports, et donc consommateurs de mobilité. Pour se rendre au travail, pratiquer un loisir, partir

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Respecter l existant Pour garantir l avenir

Respecter l existant Pour garantir l avenir Respecter l existant Pour garantir l avenir Spécialiste de la valorisation et du traitement de déchets Séché environnement propose une offre environnementale globale aux entreprises Avec les meilleures

Plus en détail

LEGISLATION, ENREGISTREMENT ET PROCEDURES DE CONTROLE DES MEDICAMENTS VETERINAIRES DANS L UNION EUROPEENNE

LEGISLATION, ENREGISTREMENT ET PROCEDURES DE CONTROLE DES MEDICAMENTS VETERINAIRES DANS L UNION EUROPEENNE LEGISLATION, ENREGISTREMENT ET PROCEDURES DE CONTROLE DES MEDICAMENTS VETERINAIRES DANS L UNION EUROPEENNE Dr David Mackay Session 3: Coopération régionale et internationale pour la législation, l enregistrement

Plus en détail

OFI AM PUBLIE UNE ÉTUDE

OFI AM PUBLIE UNE ÉTUDE OFI AM PUBLIE UNE ÉTUDE SUR LA PRISE EN COMPTE DES CRITÈRES ESG DANS LE CAPITAL INVESTISSEMENT Les PME ETI financées par le capital investissement en Europe sont de bons élèves en matière d intégration

Plus en détail

Notice d instructions

Notice d instructions Ce chapitre est essentiel pour la sécurité tant des installateurs que des opérateurs de l installation. Lire impérativement ce chapitre avec attention avant de commencer à mtre en œuvre le S 3000 ou la

Plus en détail

Support d échange ionique HyperCel STAR AX

Support d échange ionique HyperCel STAR AX Life Sciences USD 2831(2) Support d échange ionique Support de chromatographie d échange d anions «tolérant aux conditions salines» Support de chromatographie d échange d anions utilisable à l échelle

Plus en détail

Les relations entre. Externalisation sur les sites industriels. Concilier performances économiques et environnementales

Les relations entre. Externalisation sur les sites industriels. Concilier performances économiques et environnementales Externalisation sur les sites industriels Concilier performances économiques et environnementales L externalisation, une pratique qui se généralise parce que chacun des partenaires y est gagnant : l industriel

Plus en détail

La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada

La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada FONDATION DES MALADIES DU CŒUR ET DE L AVC La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada Mémoire à l intention

Plus en détail

Directives pour le contrôle interne Association suisse des banquiers (ASB) Juin 2002

Directives pour le contrôle interne Association suisse des banquiers (ASB) Juin 2002 Directives pour le contrôle interne Association suisse des banquiers (ASB) Juin 2002 2 Table des matières Préambule 3 I. Définition, objectifs et délimitation 4 II. Surveillance par le management et culture

Plus en détail

Les grands enjeux scientifiques du début du XXIème siècle. Jean-Yves Le Déaut

Les grands enjeux scientifiques du début du XXIème siècle. Jean-Yves Le Déaut Les grands enjeux scientifiques du début du XXIème siècle Jean-Yves Le Déaut Séances sur les biotechnologies Séance 1 : 25 février 2009 Introduction sur les biotechnologies Avec Pierre TAMBOURIN, Directeur

Plus en détail

Megafol Protein. Augmente la valeur de la récolte.

Megafol Protein. Augmente la valeur de la récolte. . Augmente la valeur de la récolte. Quantité supérieure de protéines dans les grandes productions de blé. Quantité supérieure de protéines et meilleure digestibilité de la luzerne. augmente la quantité

Plus en détail

Plan de présentation. Le cadre de référence. Cadre de référence en sécurité alimentaire

Plan de présentation. Le cadre de référence. Cadre de référence en sécurité alimentaire Cadre de référence en sécurité alimentaire Micheline Séguin Bernier Dt.P., M. Sc. Direction de santé publique Le 7 mai 009 Révisé le mai 009 Plan de présentation Volet Cadre de référence en matière de

Plus en détail

sommaire Introduction 2-3 Le DPE dans la Recherche & Développement GSK 4-5 Le DPE dans la R&D GSK France 6-7

sommaire Introduction 2-3 Le DPE dans la Recherche & Développement GSK 4-5 Le DPE dans la R&D GSK France 6-7 sommaire Introduction 2-3 Le DPE dans la Recherche & Développement GSK 4-5 Le DPE dans la R&D GSK France 6-7 Un centre de développement pharmaceutique intégré 8-9 Support de développabilité aux Centre

Plus en détail