Mise en place d une Banque Nationale des Données Géologiques TERMES DE REFERENCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mise en place d une Banque Nationale des Données Géologiques TERMES DE REFERENCE"

Transcription

1 PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P IDA H589 ZR TF Mise en place d une Banque Nationale des Données Géologiques 1. Description du Projet PROMINES TERMES DE REFERENCE Le Projet de la Bonne Gouvernance comme Facteur de Croissance du secteur minier, PROMINES en sigles, est un projet d assistance technique au Gouvernement de la République Démocratique du Congo cofinancé par la Banque Mondiale et la Coopération britannique DFID. L objectif de PROMINES est le renforcement des capacités des principales institutions chargées de gérer le secteur minier, d améliorer les conditions propices à une augmentation des investissements dans les activités minières et des recettes tirées desdites activités, et de favoriser l accroissement des retombées socio-économiques issues des activités minières artisanales et industrielles dans les zones du Projet. PROMINES poursuit trois objectifs spécifiques : (i) Renforcer les capacités institutionnelles en vue d une gestion efficace, responsable et transparente du secteur des mines ; (ii) Rendre l environnement plus favorable à un accroissement des investissements dans le secteur minier et des revenus qu il génère. (iii) Améliorer les impacts socioéconomiques de l activité minière artisanale et industrielle dans les zones cibles. PROMINES intervient en synergie avec les autres projets mis en œuvre par le Gouvernement avec ses partenaires techniques et financiers. Les activités du Projet sont regroupées en 5 composantes : A. Accès aux Ressources B. Renforcement des capacités de gestion du secteur C. Amélioration de la transparence et de la redevabilité D. Développement durable du Secteur E. Gestion, coordination et suivi du Projet La gestion et l exécution de PROMINES est assurées par une Unité d Exécution du Projet, UEP PROMINES, constituée au sein du Ministère des Mines et placée sous l autorité du Ministre des Mines. Son rôle consiste à la mise en œuvre des différentes composantes du projet, notamment l élaboration des plans de travail annuels, la mise en œuvre des activités, la passation des Page 1 sur 22

2 marchés, la gestion financière, et le suivi et l évaluation. Elle coordonne les réunions des divers comités de supervision et rend compte de l avancement du projet. Le Ministère des Mines quant à lui, appuyé par la Cellule Technique de Coordination et de Planification Minière, CTCPM, est responsable de la coordination globale et de la facilitation de la mise en œuvre du projet, de l approbation des plans de travail annuels et des budgets, de l approbation des rapports d avancement soumis par l UEP, de la résolution de tout éventuel conflit entre les différentes entités impliquées dans la mise en œuvre et le suivi des orientations et recommandations du Comité Stratégique de Coordination. La réalisation des différentes activités à charge de PROMINES sera assurée par des (groupements de) consultants, firmes, institutions et cabinets spécialisés ayant un calibre international, sous la coordination et la supervision de l UEP PROMINES. 2. Contexte de la Mission La composante A de PROMINES - «Accès aux ressources» se compose en deux volets A1 - A2, dont le volet A2 se rapportant au «Développement des infrastructures de géo-données». Cinq (5) grandes activités sont retenues dans ce volet A2; à savoir : 1. Le renforcement du réseau géodésique national, 2. Les études gîtologiques et la quantification des ressources minérales des gisements sélectionnés dans le domaine public, 3. Les études géophysiques aéroportées régionales sur des zones sélectionnées, 4. Les études géologiques régionales sur des zones sélectionnées, 5. La mise en place d une banque nationale des données géo scientifiques. Les présents termes de référence couvrent spécifiquement l activité 5 - «mise en place d une banque nationale des données géo scientifiques». LA MISE EN PLACE DE LA BANQUE DES DONNÉES GÉOSCIENTIFIQUES NATIONALE Constat : Il n existe pas de banque des données géo scientifiques nationale satisfaisante en RDC et les quelques banques existantes ne sont que rarement stockées et gérées dans des systèmes informatisés en-line. Les quelques banques informatisées publiques qui existent ont été développées par des organisations ou compagnies étrangères, sont gérées et hébergées sur des serveurs hors du pays. Les informations analogiques existantes sont dispersées physiquement sous forme d archives, collections, bibliothèques et cartothèques, tant au sein des différentes agences du Ministère des Mines que d autres organismes (para)étatiques Congolais, parfois même à l extérieur du Pays. La plupart des fonds documentaires et de collections dans le domaine public sont difficiles d accès étant donné que les infrastructures et les services en charge de leur archivage ne sont pas toujours opérationnels. Page 2 sur 22

3 Solution : PROMINES fournira une assistance technique au Gouvernement pour l acquisition et/ou le rapatriement et/ou la digitalisation de données géo scientifiques historiques, traitant de la géologie, des ressources minérales, de la géophysique du Pays, auprès de leurs détenteurs au niveau national et international et leur transfert sous forme informatisé au Congo. PROMINES organisera et améliorera les conditions d archivage et de conservation de toute donnée analogique ou digitale recueillie lors de l exécution de PROMINES, et ce tant pour les données rapatriées, que pour toute nouvelle donnée, information et produit qui sera généré dans le cadre des travaux exécutés par des tiers sous l égide des 5 activités du volet A2 de PROMINES, cité plus haut. PROMINES appuiera pour cela la mise en place d'une structure SIG/BD nationale (Système d'informations Géographique et de Banques de Données) de ces données historiques, permettant également l ajout de nouvelles données, la gestion centralisée des données, la mise à disposition des données à des tiers, la production de documents cartographiques à différentes échelles, de rapports de synthèse, etc.... Seront défini également les conditions d'accès et d utilisation aux données par les utilisateurs potentiels congolais et internationaux. Le projet PROMINES appuiera le développement d une infrastructure TIC (technologie de l information et de communication), performante, capable d héberger la structure SIG/BD nationale et d offrir les fonctionnalités requises, tant en Intranet du Ministère des Mines qu en Internet (WebGIS). Constat : La majorité des documents, cartes, synthèses existantes couvrant la totalité du Pays, reflètent l état des connaissances et des paradigmes géo scientifiques des années -60 du siècle passé. Depuis la publication dans les années 1970 des dernières cartes géologiques, métallogéniques couvrant cette partie de l Afrique centrale, bon nombre de concepts ont été développés dans les Sciences de la Terre qui ont stimulé une révolution dans la pensée scientifique, tant au niveau géologique, que de la métallogénie, gîtologie et l évaluation du potentiel minier d un Pays, d une région. Au courant des dernières décennies, la compréhension de la géologie de la RDC, de la métallogénie et de la gîtologie de gisements (potentiels) a progressé de façon dramatiquement différente de région à région du Pays suite à des contraintes politiques et économiques. Certaines zones ont été sujettes à des travaux scientifiques ou de prospections récentes avec des techniques modernes, et/ou le sont encore actuellement, tandis-que d autres sont restées virtuellement nonvisitées et étudiées depuis 50 ans. Solution : PROMINES se propose de mettre à jour les connaissances relatives à la géologie, les ressources minérales et la couverture géophysique au niveau national. Page 3 sur 22

4 3. Objectifs de la Mission Par le présent appel à propositions, des (groupements de) consultants, firmes, institutions et cabinets spécialisés ayant un calibre international (le consultant) sont invités à présenter une offre pour des travaux visant la «mise en place d une banque nationale des données géologiques». Vu la spécificité du sujet, une connaissance spécifique de la RDC, tant au niveau géo scientifique qu au niveau général, sera indiquée. L objectif (les délivrables) de ces travaux est de permettre au Ministère des Mines de la RDC d être doté à terme de : 1. Un système performant SIG/DB de ses données géo scientifiques nationales, 2. Une infrastructure TIC offrant les fonctionnalités requises, tant en Intranet qu en Internet 3. Une cartographie géologique nationale mise à jour. 4. Un inventaire de ses ressources minérales mis à jour. 5. Une cartographie géophysique nationale mise à jour. 6. Une connaissance moderne de la géologie, de la métallogénie, gîtologie de ses ressources minérales au niveau national. 7. Des géo scientifiques ayant une connaissance moderne de la géologie, de la métallogénie, gîtologie de ses ressources minérales au niveau national, régional. 8. Des gestionnaires ICT-géomatique formés, capables de gérer les systèmes et infrastructures opérationnelles ; des opérateurs SIG/DB formés, capables de digitaliser, encoder les sources d information existantes au sein du Ministère des Mines. 9. Une documentation exhaustive sur les systèmes et infrastructures TIC-géomatiques. 4. Organisation de la Mission Le Consultant réalisera ses services à Kinshasa, avec possibilité de retour à son siège central à des fins de travail bibliographique, de digitalisation, de synthèse et d analyse géo scientifique, de développement géomatique, de rapportage ou toute autre forme d'activité nécessaire au bon déroulement du programme. Le cas échéant, il établira un siège de travail à Kinshasa pour son équipe. Les charges qui en découlent seront comptabilisées dans les frais de réalisation du programme par le Consultant. Pour réaliser les services, le Consultant fera appel à des spécialistes dans les différentes matières stipulées dans l appel qu'il mettra à la disposition, selon les besoins qu il aura identifiés et suivant un calendrier qu il aura spécifié. Dans le cas où les agents du Consultant seront hors du Congo, ils devront être disponibles en permanence, par téléphone ou courrier électronique, pour des consultations ponctuelles. Le Consultant travaillera de pair avec la CTCPM, qui coordonnera la collaboration de tous les services et organismes nationaux impliqués dans l'exécution du volet A2 de PROMINES. Le Consultant identifiera, au sein de son équipe, un Chef de Projet, qui sera son contact et représentant principal durant toute la durée du Contrat, auprès de l'uep-promines et de la CTCPM. Page 4 sur 22

5 La supervision technique de l exécution des services par le Consultant sera assurée durant toute la durée du Contrat par une équipe indépendante de consultants mis à disposition de l UEP- PROMINES par le MRAC, Belgique (Musée royal de l Afrique centrale, Tervuren), dont le Chef de Projet est le Dr. Max Fernandez-Alonso. Le Consultant doit s'assurer d'une étroite collaboration avec les consultants indépendants. Ces derniers doivent être en mesure de fournir, à tout moment, soit sur propre initiative, soit sur demande de l UEP-PROMINES et/ou CTCPM, un rapport quant au respect par le Consultant des stipulations du cahier des charges et des règles de l'art. Le Consultant sera pour cela sujet à de possibles visites de supervision et de coordination des consultants indépendants, tant en RDC, qu'à son siège. Le Consultant a l'obligation de «formation sur le tas» avec des homologues Congolais. Il adjoindra à cet effet aux travaux de son équipe à Kinshasa le personnel scientifique et technique Congolais (CTCPM, CAMI, l'administration Générale des Mines) qui sera mis à sa disposition par le biais de la CTCPM. Les charges qui en découlent seront comptabilisées dans les frais de réalisation du programme par le Consultant. Le Consultant a l'obligation de transfert des connaissances à ses homologues Congolais. Il proposera des solutions court-terme (cours, séminaires, stages) et long-terme (bourses de spécialisation, études 3e cycle, master, doctorat) à cet effet. Les charges qui en découlent seront soit comptabilisées dans les frais de réalisation du programme par le Consultant, soit donné à titre indicatif dans le cas où le Consultant obtiendra à cet effet des sources de financement externes. 5. Etendue des services - Livrables Schématiquement, la banque nationale des données géologiques peut se concevoir selon le schéma suivant : Page 5 sur 22

6 Ce qui se peut se traduire en 6 lignes d activités pour aboutir aux délivrables identifiés dans le point 3: Développements géo-ict 1. Fourniture de l Infrastructure TIC- géomatique une infrastructure fonctionnelle 2. Conception d un système SIG/DB et WebGIS un système SIG/DB opérationnel Données, connaissances 3. développement de la couche géologique du SIG la géologie de la RDC mise à jour aux paradigmes actuels. 4. développement de la couche ressources minérales du SIG les connaissances des ressources minérales de la RDC mise à jour aux modèles métallogéniques actuels. 5. développement de la couche géophysique du SIG les données géophysiques publiques sur le territoire de la RDC uniformisées. Formation et documentation 6. Organiser des approches de formation de techniciens, opérateurs et géo scientifiques des équipes formées, leurs connaissances mises à jour 7. élaborer une documentation une documentation exhaustive à disposition. 1. Fourniture de l infrastructure TIC- Géomatique Les travaux comprennent de manière générique les activités suivantes : développement d une infrastructure TIC (technologie de l information et de communication) au sein du Ministère des Mines, performante, capable d héberger la structure SIG BD nationale et d offrir les fonctionnalités requises, tant en Intranet du Ministère qu en Internet (y compris WebGIS). Une pré-étude technique a été entreprise par des experts indépendants, renseignant l état des lieux au niveau des infrastructures et équipements TIC au sein du Ministère, qui a permis de définir les sites potentiellement les mieux aptes à héberger l équipement TIC (serveurs etc.) du présent projet PROMINES. Néanmoins, ces emplacements requerront quelques travaux ou aménagement préalables. Deux sites ont été retenus : Le Cabinet du Ministre des Mines Le CAMI (Cadastre Minier) Travaux à entreprendre Il faut faire usage au maximum de l infrastructure existante, sans perdre de vue certains aspects comme la redondance, les solutions alternatives, la disponibilité et la sécurité. Page 6 sur 22

7 L emplacement de la salle serveur principale se situe au Cabinet du Ministre. C est l emplacement qui offre la meilleure protection et la meilleure garantie de continuité et de disponibilité pour le futur nœud national. L emplacement de la salle secondaire est au CAMI. Le modèle suivi est [N+N]: dédoublement de l équipement et des infrastructures. Le site du Cabinet du Ministre est le site principal (production), le CAMI fait fonction comme site secondaire (secours, backup) en cas de problèmes au site principal. On utilisera des solutions open source (gratuites) tant que possible pour les OS et applications des serveurs. Les actions techniques pour arriver à une infrastructure fonctionnelle se déclinent en 3 types ; dans chaque salle serveur: 1. Aménagement de la salle serveur. 2. Installation / adaptation du système de protection électrique. 3. Infrastructure matérielle informatique à mettre en œuvre (serveurs, OS, switch, firewall, stockage, backup, ). Formation et Documentation 1. Organiser la formation d une équipe de gestion, ou la mise à jour des connaissances du personnel existant, dans la gestion de toutes les fonctionnalités de l infrastructure installée. 2. Fournir la documentation complète qui comprend au moins un manuel d installation, une description complète et détaillée de l utilisation et de l entretien normal des équipements installés (hardware) ; 3. Fournir la documentation complète des OS, logiciels, modules installés, des configurations effectuées sur les serveurs (virtuels), le (sous-)réseau, le node central, les systèmes SIG/DB, etc Conception d un Système SIG/DB et WEBGIS De manière générale, le système à implémenter consistera en un système SIG en Intranet et des fonctionnalités DB et WebGIS en Intranet et Internet. Le système à développer doit pouvoir s intégrer aux protocoles spécifiques définis par l Open Geospatial Consortium (OGC), qui se sont imposés depuis une dizaine d années comme standards de faits pour la publication en ligne de données géo référencées. Nous recommandons fortement que les solutions développées dans le cadre de ce contrat soient compatible avec les protocoles et standard suivants édictés par l OGC et INSPIRE. Page 7 sur 22

8 La compatibilité avec les standards OGC et INSPIRE est fondamentale car elle permet l interopérabilité technique, à la fois pour l importation et l exportation de (méta) données, de/vers d autres portails similaires (citons notamment les projets OneGeology et EuroGeoSources), ainsi que la possibilité d exploiter les données issues de PROMINES dans des outils SIG individuels ( desktop GIS ). On utilisera des solutions open source (gratuites) tant que possible pour les systèmes et applications à fournir et/ou développer. Travaux à entreprendre Les actions techniques pour arriver à une infrastructure fonctionnelle se déclinent en : 1. Mise en place de l architecture générale informatique qui se divise en plusieurs couches principales : a) un fournisseur de données statiques b) un fournisseur de données dynamiques c) un nœud central d) un nœud public - service internet e) les clients graphiques étendus visualisant les données f) les clients graphiques pour l accès aux données g) un système SIG h) un système de bases de données Page 8 sur 22

9 Devront également être prévu les moyens de gestion de cette architecture ; seront défini également les conditions d'accès et d utilisation aux données et informations par des utilisateurs du Ministère en intranet et par les utilisateurs potentiels congolais et internationaux en internet. 2. Mise en place d'une structure SIG et BD nationale (Système d'informations Géographique et de Banques de Données) de métadonnées et données géologiques, géophysiques, des ressources minérales, et des métadonnées (inventaires) des collections analogiques et digitales du Ministère; permettant l ajout de nouvelles(méta) données, l édition et mise à jour des (méta) données existantes, la consultation centralisée des (méta)données selon certains niveaux d autorisation, l utilisation et la mise à disposition des (méta)données au sein du Ministère dans des applications «desk-top», la production de documents cartographiques à différentes échelles (au stade prépress), de rapports de synthèse, etc. 3. Organiser et améliorera les conditions d archivage et de conservation de toute donnée analogique ou digitale recueillie lors de l exécution de PROMINES, et ce tant pour les données rapatriées, que pour toute nouvelle donnée, information et produit qui sera généré. Les travaux d encodage, saisie, digitalisation des multiples sources d informations (les collections)actuelles du Ministère des Mines ne font pas partie du présent appel, SAUF pour les données géologiques, géophysiques et ressources minérales (points 5.3, 5.4 et 5.5) Formation et Documentation 1. Organiser la formation d une équipe de gestion, ou la mise à jour des connaissances du personnel existant, dans la gestion de toutes les fonctionnalités de l infrastructure générale. 2. Organiser la formation d une équipe de gestion, ou la mise à jour des connaissances du personnel existant, dans la gestion de toutes les fonctionnalités de l infrastructure DB/SIG 3. Développer des modules de formation pour des d encodeurs, du personnel de saisie et des superviseurs pour le système d inventaire et de gestion de collections 4. Développer des modules de formation pour des d encodeurs, du personnel de saisie et des superviseurs pour les BD et SIG. 5. Fournir la documentation complète des serveurs (virtuels), des systèmes logiciels, modules installés, des configurations effectuées, etc Développement de la couche géologique du SIG Mise à jour des connaissances Géologiques Les cartes géologiques publiées, couvrant (une partie) du territoire national de la RDC, ont toutes les mêmes handicaps: ces documents, et les principes qu ils représentent, n ont plus été revus depuis presque 50 ans. C est le résultat d un désinvestissement graduel qui aboutit aujourd hui au fait que la carte géologique de la RDC au 1/ publiée en 1974 est jusqu à ce jour le seul document de référence géologique pour le territoire national. Malheureusement, ce document est basé sur des données, connaissances, principes et points de vue datant au mieux des années -60 du siècle passé. Page 9 sur 22

10 Depuis 1974, le paradigme de la tectonique globale des plaques et son application aux âges Précambriens, en association avec la reconstruction des supercontinents, ainsi que le concept des cycles de supercontinents, c.à.d. la fragmentation, dispersion et le (ré) assemblage de blocs continentaux, sont des concepts qui ont stimulé une révolution dans la pensée géologique. Le concept des cycles de supercontinents permet d envisager les temps géologiques dans une perspective dynamique et globale, - planétaire qui illustre l évolution successive à travers les temps géologiques des super continents. Ce concept peut être appliqué à l Afrique d aujourd hui (une des masses continentales les plus importantes du globe terrestre), et en particulier à l Afrique centrale. Il était donc devenu impératif de mettre à jour la cartographie géologique nationale de la RDC, de pair avec une redéfinition des unités stratigraphiques selon ces concepts modernes, dans une vision de l histoire géologique de la RDC déterminée par les processus géodynamiques qui contrôlent cette partie de l Africaine: L histoire anté-rodinia (premiers noyaux continentaux vers 3000 Ma; Columbia à c Ma) Assemblage de Rodinia et les orogénèses Grenvilliennes à c Ma Fragmentation de Rodinia Assemblage de Gondwana et les orogénèses Pan Africaines à 550 Ma Fragmentation de Gondwana et le Karoo Assemblage de Pangea Fragmentation de Pangea, ouverture de l océan Atlantique et développement de Rifs continentaux dans la plaque Africaine depuis c. 250 Ma La plaque Africaine aujourd hui Travaux à entreprendre Les travaux comprennent de manière générique les activités suivantes : 1. l acquisition et/ou le rapatriement et/ou la digitalisation de données historiques, traitant de la géologie du Pays, auprès de leurs détenteurs au niveau national et international et leur transfert sous forme informatisé au Congo 2. Recoder, uniformiser, retraiter les données recueillies en appliquant les nouveaux paradigmes de connaissances, la nouvelle stratigraphie, les introduire dans la structure DBMS/SIG nationale développée 3. mettre à jour les connaissances relatives à la géologie au niveau national Formation et Documentation 1. produire des moyens de diffusion (notices, monographie, cartes) 2. Organiser des sessions de formation pour les géologues-homologues Page 10 sur 22

11 4. Développement de la couche ressources minérales du SIG Mise à jour des connaissances ressources minérales La RDC possède un potentiel important en termes de ressources minérales, notamment pour plusieurs de ses provinces métallogéniques et de ses gisements, qui sont de classe mondiale. L exploitation organisée des ressources minérales de la RDC a débuté il y a plus d un siècle, et se poursuit actuellement par la présence ou le lancement de grands projets miniers (e.g. Tenke- Fungurume, Anglo Gold Ashanti), lesquels contribuent pour une part significative au PIB de ce pays. Cependant, en dépit des nombreuses activités qui s y sont développées, le potentiel minier du pays reste encore méconnu. Une des façons de procéder est de travailler sur des banques de données alimentées par le plus grand nombre de données géologiques et minières possible. En ce qui concerne la RDC, plusieurs bases de données relatives aux ressources minérales existent; cependant, les données qui y sont présentées sont trop parcellaires pour avancer significativement la connaissance et l estimation du potentiel de la RDC. Il existe une vaste quantité de données acquises au cours des activités historiques et récentes de prospection minérale en RDC, lesquelles ont été entreprises par les institutions et sociétés privées et publiques nationales et étrangères. Malheureusement, seulement une fraction de cette information se trouve encore aujourd hui en RDC. Effectivement, une grande partie de celle-ci a été perdue ou dégradée suite aux pillages et aux conditions de gestion et d entreposage peu optimales. Ce qui reste est réparti entre les différentes institutions et parastatales actives dans des ressources minérales comme le Ministère des Mines, CTCPM, CAMI, CRGM, UNILU, UNIKIN, MIBA, Gécamines, pour ne citer que les plus importantes. Cependant, la majeure partie de cette information se retrouve également dans les archives d institutions de recherche géologique européennes (Belgique, France, ) pour les archives «historiques» ( ), ainsi qu auprès de différents opérateurs miniers actifs dans le pays depuis l institution du code minier en Finalement, l activité de recherche fondamentale dans les universités et les centres spécialisés nationaux ou internationaux ne s est pas arrêtée, et a contribué depuis l indépendance à l accumulation et à la publication graduelle des connaissances sur les phénomènes métallogéniques du sous-sol congolais. Le besoin réel de compilation, d analyse et de modélisation de toutes ces données à travers une inventorisation régulière et une cartographie de synthèse s impose donc. Cette information élaborée pourra servir de base à l inventaire des ressources minières du sous-sol, au développement des indices et des gîtes identifiés et à une éventuelle quantification des ressources minérales contenues dans les gisements ciblés du domaine minier non concédé. Travaux à entreprendre Les travaux comprennent de manière générique les activités suivantes : Page 11 sur 22

12 1. l acquisition et/ou le rapatriement et/ou la digitalisation de données (publiques) traitant de ressources minérales du Pays, auprès de leurs détenteurs au niveau national et international et leur transfert sous forme informatisé au Congo 2. Recoder, uniformiser, retraiter les données recueillies en appliquant les modèles métallogéniques actuels, les introduire dans la structure DBMS/SIG nationale développée 3. mettre à jour les connaissances relatives aux ressources minérales au niveau national Formation et Documentation 1. produire des moyens de diffusion (notices, monographie, cartes) 2. Organiser des sessions de formation pour les géologues-homologues 5. Développement de la couche Géophysique du SIG Mise à jour des connaissances Géophysiques Plusieurs jeux de données publiques existent qui couvrent une partie du territoire national. Il y a lieu de rassembles le tout au bénéfice tant de la profession géologico-minière que pour des buts de recherche scientifique. Gravimétrie En ce qui concerne la gravimétrie terrestre, il existe actuellement stations validées sur l ensemble de la RDC sont issus de levés gravimétriques et magnétiques principalement situés dans la cuvette centrale du Congo (premier levé en et ensuite entre ). A cela il faut ajouter : stations de l Observatoire Géologique de Lamont Doherty - 27 stations du réseau de Base du Congo Belge réalisé par le service météorologique du Congo Belge mesures de l ObservatorioAstronomic de la Universidad de la Plata 1900 points ont été réalisés sur la province du Katanga. En ce qui concerne la gravimétrie satellitaire, la National Geospatial-Intelligence Agency EGM (EarthGravity Model) Development Teamproduit un modèle gravimétrique(public)complet jusqu à l ordre et degré harmonique sphérique 2159; des coefficients additionnels l étendent jusqu au degré 2190 et ordre 2159 Magnétisme Il existe des données magnétiques terrestres qui ont été mesurées en même temps que les données gravimétriques décrites plus haut. Il existe quelques 6000 stations. Concernant les données aéroportées, durant les années -90 du siècle passé, un consortium de centres de recherche (Leeds University, International Institute for Aerospace Surveys and remotesensing ITC, Pays Bas) et de compagnies pétrolières actives en Afrique, a lancé le AfricanMagneticMapping Project - AMMP qui avait pour but de créer une couverture aéromagnétique la plus complète possible du continent africain, en utilisant les données Page 12 sur 22

13 recueillies durant les différentes campagnes de prospection des compagnies privées. Il a été décidé à l époque de recalculer le tout sur une grille avec une anomalie résiduelle à 1km à une altitude de 1km avec un système de coordonnées équatoriales Mercator. Le résultat est resté propriétaire de ces compagnies pétrolières jusqu en 2010, après quoi elles sont mise à disposition du Public contre paiement par GETECH, Leeds. Pour la RDC, la principale zone de couverture est la cuvette centrale du Congo Radiométrie (+ Aéro-Magnétisme) Données sous forme analogue du Katanga, consistant en un set de cartes aéromagnétiques et radiométriques de l arc Lufilien. Celui-ci comprend 15 feuilles au 1/ de données aéromagnétiques et 15 feuilles au 1/ de données radiométriques ainsi que 5 feuilles au 1/ Archives et Données de la COHYDRO La COHYDRO possède des données géophysiques relatives à la cuvette centrale, de la zone d effondrement de l Upemba et du graben Tanganyika. Cependant l'accès à ces données est conditionné par une autorisation du Ministère des Hydrocarbures. Pour le graben du Tanganyika, il existe 12 dossiers, 11 articles et 27 cartes «géophysiques», 67 profils sismiques et des données digitales aéromagnétiques. Il existe pour la cuvette centrale plusieurs fichiers qu il faudra consulter notamment à propos d un rapport sur l interprétation qualitative et quantitative des données aéromagnétiques de la cuvette centrale du Congo, ainsi que des cartes à l échelle du 1/ Il existe une grille gravimétrique et le détail des levés ainsi qu une étude aéromagnétiques faites par la CGG en fichiers de données sismiques au format SEGY (format international d échange de données), ainsi que plusieurs lignes sismiques digitalisées. En plus de cela, il existe des rapports (rapports d évaluation, rapports sur les données sismiques et leur acquisition), et 31 profils sismiques. Travaux à entreprendre Les travaux comprennent de manière générique les activités suivantes 1. l acquisition et/ou le rapatriement et/ou la digitalisation de données géophysique du Pays, auprès de leurs détenteurs au niveau national et international et leur transfert sous forme informatisé au Congo 2. Recoder, uniformiser, retraiter les données recueillies en appliquant les nouveaux paradigmes de connaissances, les introduire dans la structure DBMS/SIG nationale développée 3. mettre à jour les connaissances relatives à la couverture géophysique au niveau national Page 13 sur 22

14 Formation et Documentation 1. Produire des moyens de diffusion (notices, monographie, cartes) 2. Organiser des sessions de formation pour les géologues/géophysiciens homologues 6. Calendrier, Etapes et Approche du Projet Les services du prestataire couvriront une période de trois (3) ans. Calendrier Afin de permettre la coordination avec d autres Contrats du même volet A2 qui seront exécutés par d autres prestataires, le calendrier devra obligatoirement suivre le chronogramme général suivant : action An1 An2 An3 0 (Mobilisation) J+1; M1 1 TIC J+7 ; M2 J+19; M3 2 SIG-DB / WebGIS J+4 ; M4 J+19 ; M5 3 Géologie J+19 ; M6 4 Géophysique J+19 ; M6 5 Ressources minérales J+19 ; M6 J+26; M7 J+35 ; M8 J+26; M9 J+35 ; M10 J+26; M11 J+35 ; M12 6 (Rapportage final) J+36 ; M13 J : date de signature du Contrat J+1, J+2 : 1, 2,... mois calendrier après la date de signature M1, M2 : bornes indicatives (milestones) - M1 : équipe 100% opérationnelle - M2 : équipement installé ; - M3 : équipement 100% opérationnel - M4 : prototype système développé ; - M5 : système 100% opérationnel - M6 : toute donné accessible, rapatrié, recodé, digitalisé, prêt pour injection dans SIG; - M : intégration, inventaire national, mise à jour des données terminé ; accessible par Intranet Page 14 sur 22

15 - M : connaissances mises à jour ; rapports, monographies, synthèses finalisées ; accessible sur Internet. - M13 : tous rapports remis. APPROCHE : Considérations générales Les services se réaliseront selon une approche et un plan de travail présenté par le Consultant, basé sur les informations fournies au point 5. Le Consultant sera responsable de l'organisation des travaux, de la logistique et de la fourniture de tous les équipements requis. Tous les frais inhérents au bon déroulement des travaux devront être inclus dans l offre. Le Consultant devra fournir un dossier technique exhaustif détaillé de la démarche, de l'organisation et des moyens qu'il se propose de mettre en œuvre pour assurer, soit sur place, soit à partir du siège, le bon déroulement et l aboutissement des services d assistance à PROMINES. Ce dossier technique devra être constitué selon les percepts de la méthode de gestion de cycle de projets (project cycle management), comportant les stratégies et approches préconisées, des organigrammes, la composition de l équipe, des schémas et calendriers des activités, le cadre logique + les IOV (Indicateurs Objectivement Vérifiables)et MDV (Moyens de Vérifications) ; ainsi que éventuellement des commentaires ou remarques sur les approches discutées au chapitre 5, ou toute autre suggestion ou alternative relevante. Le Consultant agencera à ce but tous les travaux à envisager en «groupe d activités - GA» (work packages). Chaque GA sera développé mentionnant ses objectifs spécifiques, ses cibles (les délivrables attendus et produits à implémenter) intermédiaires et définitives à atteindre, les travaux et activités à entreprendre, les moyens et ressources humaines à mobiliser, les IOV et MDV, les problèmes principaux qui pourront se poser et les solutions possibles ou alternatives à envisager. Le tout sera référé dans un chronogramme GANTT mensuel, illustrant l échéancier des travaux, quel GA (ou sous-activité) dépend du bon accomplissement d un précédent, ainsi que les interactions éventuelles entre GA, ainsi que les bornes M «milestones» indicatives, permettant le suivi des travaux,... Périodes de Garantie, Assurances, Contrats d entretien Spécifiquement pour le matériel géomatique et TIC (hard et software) le Consultant devra inclure dans son offre l acquisition des équipements et licences de logiciels nécessaires, et les procédures qu il mettra en place pour garantir leur bon fonctionnement après livraison, les accords qu il aura conclus éventuellement avec les fournisseurs des équipements et logiciels (réception provisoire, tests, réception définitive). Il devra également mentionner les périodes de validité de garantie, le type de couverture matérielle, les délais et conditions de remplacement en cas de panne ou mauvais fonction (d équipement) ou les conditions d intervention / d assistance du fournisseur du/des logiciels durant cette période. Dans le cas de logiciels «open source» (ou équivalent Page 15 sur 22

16 comme p.ex. «copyleft») il devra mentionner les conditions et délais d intervention / assistance de ses spécialistes ou sous-traitants. La période d amortissement du matériel géomatique et TIC (hard et software) sera de 5 ans, calculé à partir du jour d entrée en vigueur de la garantie. Le Consultant devra également donner à titre indicatif, les coûts annuels de contrats d entretien de l équipement ainsi que des logiciels après la fin de leur période de garantie. La période considérée sera 5 ans moins la période de garantie. Durant le délai de garantie et les années après, le tout totalisant 5 ans, le Consultant fournira sans frais supplémentaires un service d assistance à distance au Ministère des Mines pour l équipement TIC, les logiciels et applications installés, développés dans le cadre du marché. Les conditions de service seront définies dans un SLA (service level agreement) qui sera joint à l offre. Tous les équipements, données et logiciels achetés ou fournis dans le cadre du marché seront la propriété du Ministère des Mines mais resteront sous la responsabilité exclusive du Consultant jusqu à la fin du Contrat. Tous les équipements, les médiums originaux des logiciels et applications - et leurs codes d activation de licence- achetés dans le cadre du projet devront être livrés en bon état au Ministère des Mines à la fin du Contrat. Par conséquent le Consultant devra inclure dans son offre les frais d assurance et d entretien durant la durée des travaux des équipements, logiciels, applications achetés et fournis. Le Consultant aura la responsabilité de maintenir une couverture d assurance appropriée selon les directives de la Banque Mondiale concernant la perte ou les dommages aux équipements logiciels, applications achetés dans le cadre du marché. Droits intellectuels, Propriété Le Consultant cèdera à la fin du Contrat l ensemble de la propriété intellectuelle des produits découlant de l exécution du Contrat au Ministère des Mines, en ce compris tous les travaux exécutés, les données récoltées, les codes sources développés et codes objets des programmes développés, les résultats intermédiaires obtenus, la méthodologie spécifiquement développée, et plus généralement tout ce qui découle des différents stades et de l ensemble de l exécution du Contrat, ci-après dénommés les résultats. Ladite cession n englobe ni ce qui se trouve ou se trouvera dans le domaine public, ni ce qui est déjà en possession du Consultant juste avant le début des travaux; dans ce cas le Consultant donnera un inventaire des «résultants» pour lesquels il détient les droits. Les droits cédés incluent tous les droits à des brevets pour la période légale applicable dans chaque pays, les marques, tous les droits d auteur, les droits voisins et droits sui generis du producteur de logiciels et les autres droits de propriété intellectuelle susceptibles de protéger les résultats, ainsi que les autres droits éventuels de même nature, de manière à laisser au Ministère des Mines le contrôle de la diffusion et/ou de l exploitation des résultats. Page 16 sur 22

17 Contrôle de Qualité Le Consultant devra démontrer être capable d effectuer les travaux requis selon les règles de l art, normes et standards internationales en la matière, tant pour la gestion globale de projets d envergure, (p.ex. ISO 9001), que techniques (p.ex. INSPIRE, ISO 19115/ISO 19139, OGC) et scientifiques (p.ex. C.V. de ses cadres scientifiques impliqués dans le Contrat). Il a obligation de mettre en œuvre des procédures de contrôle de qualité tant internes qu externes (si besoin), qu il documentera dans son offre et intègrera dans son échéancier et la description des GA entrepris. Le Chef de Projet du Consultant doit s'assurer que les méthodes de contrôle préconisées (par GA) sont strictement respectées par toute son équipe. Il devra approuver, en signant, chaque rapport et chaque produit, et ainsi certifier que le travail a été exécuté conformément à la méthodologie préconisée et, s'il y a lieu, aux normes internationales en la matière. Ateliers Des ateliers seront organisés à Kinshasa pour faire le point sur les différents travaux en cours, coordonner éventuellement avec les exécutants d autres contrats du volet A2 de PROMINES, et permettre le suivi de la part des experts indépendants du MRAC. Pour les travaux géomatiques et TIC, les ateliers se tiendront le mois précédant celui durant lequel une des bornes M2-M5 reprises dans le chronogramme général sera atteinte, ainsi que durant le sixième mois d activités entre les bornes ; soit J+3, J+6, J+12, J+18. Pour les travaux géo scientifiques les ateliers se tiendront le mois précédant celui durant lequel une des bornes M6-M12 reprises dans le chronogramme général sera atteinte, ainsi que durant le sixième mois d activités entre les bornes ; soit J+6, J+12, J+18, J+25, J+31, J+34. Ces ateliers rassembleront les différentes équipes du Consultant et leurs homologues du Ministère des Mines, responsables de l exécution des GA respectifs, les experts indépendants du MRAC, des cadres des agences et divisions du Ministère des Mines invités par la CTCPM à participer, des cadres de l UEP PROMINES ainsi que, le cas échéant, des représentants de la communauté professionnelle géologique et minière du Pays invités par l UEP PROMINES. Le financement et l organisation des ateliers relèvent de la responsabilité du Consultant. Enfin le Consultant participera à un symposium qui sera organisé par PROMINES à la fin des travaux du volet A2, après la remise des rapports et des différents produits finaux. Formation Comme cela a été indiqué aux chapitres 4 et 5 ci-dessus, le Consultant devra assurer la formation des homologues mis à sa disposition par le biais de la CTCPM. Pour initier cette formation «sur le tas», les personnels concernés auront suivi, durant le mois de mobilisation (J+1), un premier séminaire de formation formelle à Kinshasa, en vue d'une remise à jour de leurs connaissances respectives géomatiques, TIC, géologiques, géophysiques ou métallogéniques et gîtologiques. Page 17 sur 22

18 D autres séminaires ou formations de courte durée, relevées dans le chapitre 5, et les propositions pour des formations de longue durée sont à proposer par le Consultant dans son offre. Besoins en matériel et services Le Consultant devra inclure dans son offre les besoins en matériel et services qu il compte acquérir pour les besoins du Contrat, hormis les équipement et logiciels géomatiques TIC, qui sont à énumérer séparément. Suivi et Evaluation Hormis les IOV et MDV renseigné par le Consultant, les indicateurs applicables au suivi et au contrôle de l exécution des travaux et des délivrables (intermédiaires et finaux) seront les suivants : TIC Le nombre et type de matériel TIC à livrer et les échéanciers de livraison Les dates des échéanciers de travaux infrastructuraux planifiés (électricité, conditionnement d air,... Les résultats des rapports de réception provisoire, tests, réception définitive GIS/DB WEBGIS Le nombre de modules SIG/DB et WebGIS et leur état d avancement (attente, développement prototype, test/débogage, développement opérationnel, implémentation finale) Les couches d information de base, principales (géologie, géophysique, ressources minérales), de métadonnées et ancillaires ( externes) à intégrer dans le SIG/DB et le nœud central et leur état d avancement (attente, digitalisation, développement prototype, test/débogage, développement opérationnel, implémentation finale) Géologie Le nombre de cartes géologiques rassemblées, rapatriées Le nombre de cartes digitalisées, et leur état d avancement (attente, digitalisation objets points vecteurs, polygones, compilation de l information stratigraphique dans la table d attribution en DB, (re)projection) Le nombre et type de sources d information (dossiers d archives, publications, images satellitaires,...) consultées, utilisées pour encadrer les travaux d analyse et réinterprétation Après digitalisation, le nombre de cartes analysées, réinterprétées, finalisées, intégrées dans la couche «géologie» du SIG Géophysique Le nombre de sets de données rassemblés, rapatriés Le nombre de sets retraités et leur état d avancement (attente, traitement, finalisé) Le nombre de sets intégrés dans la couche «géophysique» du SIG Page 18 sur 22

19 Ressources Minérales Le nombre et type de sources d information (dossiers d archives, publications, images satellitaires,... ) consultées, utilisées pour l inventaire des ressources minérales Le nombre d indices digitalisés et leur état d avancement (attente, digitalisation objets points vecteurs, polygones, compilation informations dans la tables d attribution en DB) Après digitalisation, le nombre d indices analysés, réinterprétés, finalisées, intégrés dans la couche «ressources minérales» du SIG Pour chacun des thèmes géoscientifiques, les chiffres, quantités et paramètres sont à fournir par le Consultant dans les rapports d activités; ces indicateurs sont directement mesurables par les experts indépendants du MRAC. Générique : La qualité des produits SIG/DB (couches et bases de (méta) données) préliminaires et finaux, y compris les produits pré-press. Évaluation à faire par les experts indépendants du MRAC, après réception des produits en question. La qualité des formations court terme dispensées au personnel du Ministère des Mines, associé aux travaux en tant qu homologue (stages, séminaires, et formation sur le tas lors des travaux de terrain). Cet indicateur repose sur une évaluation subjective à court terme par le personnel congolais concerné de leurs connaissances et expériences améliorées. La qualité du transfert de connaissances long terme Cet indicateur repose sur une évaluation à long terme par le Ministère des Mines de l efficacité accrue du personnel concerné. 7. Rapports D'une manière générale, au terme de tous les 6 mois, le Consultant rédigera et soumettra à l'uep- PROMINES un rapport administratif et financier couvrant ses actions durant le semestre. D'une manière spécifique, au terme de chaque étape (milestone M), dans l'exécution de différentes missions du Contrat, le Consultant rédigera et soumettra à l'uep-promines : un rapport synthétique sur l'état des lieux du Projet ; un rapport synthétique des activités entreprises, résultats obtenus durant cette étape; un rapport synthétique sur la qualité scientifique et/ou la conformité technique des résultats et des solutions acquis durant cette étape; Tout autre rapport ou document requis, faisant partie des livrables pour cette étape. D'une manière générale, au terme du Contrat, le Consultant rédigera et soumettra à l'uep- PROMINES un rapport exhaustif sur l'état des lieux et les acquis du Contrat, un rapport général administratif et financier de toute son intervention ainsi que ses recommandations éventuelles Page 19 sur 22

20 pour la préparation des phases suivantes du volet 2 «Développement des infrastructures de géodonnées» de la composante A «Accès aux Ressources» du Programme PROMINES. 8. Profil du Consultant Le Consultant devra nécessairement avoir un calibre international et disposer d'une connaissance profonde de la géologie et des ressources minérales de la RDC, ou, le cas échéant d un pays ayant un contexte géologique et minier semblable à la RDC ; ainsi que du développement et de la mise en œuvre en intranet, internet de systèmes DB/SIG et WebGIS. Dans le cas où le Consultant n est pas enregistré en tant que compagnie de droit Congolais, il aura l obligation de s associer avec un/des (groupements de) consultants, firmes, cabinets spécialisés Congolais. Durant le Projet, le Consultant devra désigner un Chef de Projet. Celui-ci sera le point focal pour toute activité du Consultant et le représentera auprès de l'uep-promines et du Ministère des Mines. Il devra en outre aligner les experts requis pour l'accomplissement de ses différentes missions. D'une manière spécifique, les disciplines principales suivantes devront être assurées par le Consultant durant le projet : Chef de Projet (à combiner avec une des disciplines Sciences de la Terre); Chef d équipe géomatique (à combiner avec une des disciplines géomatique -TIC) Géologie régionale de la RDC ; Géophysique ; Gîtologie Métallogénie ; SIG - Géomatique - Cartographie digitale ; Développement et gestion de systèmes DB de (méta)données, de SIG développement et gestion d'applications intranet, internet de produits SIG et bases de (méta) données, production de documents «pré-press» Planification, installation de systèmes TIC, administration de systèmes et de réseaux. Le niveau de formation du Chef de projet sera celui de Docteur (ou équivalent) et disposant d'au moins quinze (15) ans d'expérience dans son domaine d'expertise, et de cinq (5) ans dans la gestion de projets similaires de même envergure. Pour les disciplines en Sciences de la Terre, le niveau de formation minimum sera celui de licencié / maîtrise (ou équivalent) et disposant d'au moins dix (10) ans d'expérience dans son domaine d'expertise. Le niveau de formation du Chef d équipe géomatique et TIC sera celui de ingénieur (ou équivalent ; filière technique) OU de licencié / maîtrise (ou équivalent ; filière académique) et disposant d'au moins dix (10) ans d'expérience dans son domaine d'expertise, et de cinq (5) ans dans la mise en œuvre de projets similaires de même envergure. Page 20 sur 22

Mise en place d une connexion haut débit entre le Bureau central du CAMI et ses bureaux provinciaux de Lubumbashi, Bukavu, Kindu et Kisangani

Mise en place d une connexion haut débit entre le Bureau central du CAMI et ses bureaux provinciaux de Lubumbashi, Bukavu, Kindu et Kisangani PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 Mise en place d une connexion haut débit entre

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES Conception et Mise en place d un Système National d informations Statistiques du Secteur Minier Termes de

Plus en détail

PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA. 9 ème FED

PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA. 9 ème FED PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA 9 ème FED TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN DEVELOPPEUR PHP/MySQL POUR LA REALISATION D UNE PLATEFORME DE GESTION DES ACTIVITES DE FORMATION

Plus en détail

9 ème FED TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CONSULTANT-FORMATEUR OU CABINET DE CONSULTANTS SPECIALISE EN NUMERISATION

9 ème FED TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CONSULTANT-FORMATEUR OU CABINET DE CONSULTANTS SPECIALISE EN NUMERISATION PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA 9 ème FED TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CONSULTANT-FORMATEUR OU CABINET DE CONSULTANTS SPECIALISE EN NUMERISATION ET CREATION DE

Plus en détail

Audit du Système d Informations géologiques et minières - SIGM

Audit du Système d Informations géologiques et minières - SIGM RÉPUBLIQUE DE GUINÉE MINISTÈRE DES MINES ET DE LA GÉOLOGIE (MMG) PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER (PAGSEM) GUINÉE Financement: IDA N H 8040 GN Audit du Système d Informations géologiques

Plus en détail

études régionales zones Nord Katanga, Sud Katanga, Equateur Ouest

études régionales zones Nord Katanga, Sud Katanga, Equateur Ouest REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER (PROMINES) études régionales zones Nord Katanga, Sud Katanga, Equateur Ouest TERMES DE REFERENCE A. DESCRIPTION DU

Plus en détail

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 Création d un comité de formation continuelle

Plus en détail

L élaboration de politique et pratiques gouvernementales pour éliminer le travail des enfants dans les mines de Kolwezi, sud-katanga

L élaboration de politique et pratiques gouvernementales pour éliminer le travail des enfants dans les mines de Kolwezi, sud-katanga PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 L élaboration de politique et pratiques gouvernementales

Plus en détail

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE HONNEUR FRATERNITE JUSTICE INSPECTION GENERALE D'ÉTAT TERMES DE REFERENCE

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE HONNEUR FRATERNITE JUSTICE INSPECTION GENERALE D'ÉTAT TERMES DE REFERENCE REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE HONNEUR FRATERNITE JUSTICE INSPECTION GENERALE D'ÉTAT TERMES DE REFERENCE POUR LA MISE EN PLACE D UN SYSTEME DE GESTION DES MISSIONS DE L IGE Liste des abréviations IGE

Plus en détail

Recrutement d un Consultant pour Améliorer l'approvisionnement Local de l'industrie Minière en République Démocratique du Congo.

Recrutement d un Consultant pour Améliorer l'approvisionnement Local de l'industrie Minière en République Démocratique du Congo. REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER «PROMINES». Termes de Référence. Recrutement d un Consultant pour Améliorer l'approvisionnement Local de l'industrie

Plus en détail

Ouverture de l appel : 04 Septembre 2015 Clôture de l appel : 18 Septembre 2015 ---------- AMI N 33.2015

Ouverture de l appel : 04 Septembre 2015 Clôture de l appel : 18 Septembre 2015 ---------- AMI N 33.2015 Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE

MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE République Française MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE ARRÊTÉ portant création et fixant les conditions de délivrance du certificat de spécialisation «technicien conseil en systèmes informatisés

Plus en détail

Développement et mise en place d'un Bureau Virtuel d'aide à l Insertion Professionnelle(BVAIP) (www.bvaipucar.rnu.tn)

Développement et mise en place d'un Bureau Virtuel d'aide à l Insertion Professionnelle(BVAIP) (www.bvaipucar.rnu.tn) MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE de CARTHAGE Cellule PAQ- de L Université Programme d'appui à la Qualité - Capacité de Gestion (PAQ-CG) Intitulé du Projet:

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 Pour le recrutement d un Consultant International

Plus en détail

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa Direction Coordination Groupe Associations: OC SONATRACH / FCP:

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa Direction Coordination Groupe Associations: OC SONATRACH / FCP: Bourse de l emploi Annonces internes Sonatrach recherche pour sa Direction Coordination Groupe Associations: OC SONATRACH / FCP: Un Directeur Technique; Un Directeur HSE ; Un Directeur Appros & Contrats;

Plus en détail

Mise à disposition d une plateforme de veille et d analyse sur le Web et les réseaux sociaux

Mise à disposition d une plateforme de veille et d analyse sur le Web et les réseaux sociaux Ministère de la Culture et de la Communication Secrétariat Général Délégation à l Information à la Communication (DICOM) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Personne publique contractante Ministère

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/2 ORIGINAL : anglais DATE : 15 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel - Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 18 mars 2011 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-neuvième session Vienne, 22-24 juin

Plus en détail

POLITIQUE MUNICIPALE

POLITIQUE MUNICIPALE POLITIQUE MUNICIPALE POLITIQUE NUMÉRO : OBJET : SF-2003-01 ATTRIBUTION DES CONTRATS DE SERVICES PROFESSIONNELS DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 11 février 2003 RÉS. N O. : CM-2003-160 DATE DE RÉVISION : 30 mars

Plus en détail

1. Contexte et justification

1. Contexte et justification Termes de Référence pour l assistance technique à la Cellule de Gestion des Projets et des Marchés Publics du Ministère de la Santé Publique en République Démocratique du Congo 1. Contexte et justification

Plus en détail

Terme de référence Spécialiste Gestion financière

Terme de référence Spécialiste Gestion financière Terme de référence Spécialiste Gestion financière Sous la supervision générale du Directeur Général de l A.N.P.I, Agence d Exécution du projet les consultants auront pour mission : 1. Le SGF sera responsable

Plus en détail

des systèmes d'information

des systèmes d'information Responsable du pilotage de systèmes d information E1A21 Pilotage, administration et gestion des systèmes d information - IR Le responsable du pilotage de système d'information définit et fait évoluer un

Plus en détail

Conditions d utilisation du service e-plug.net e-backup

Conditions d utilisation du service e-plug.net e-backup Page 1 sur 6 Conditions d utilisation du service e-plug.net e-backup Entre e-plug.net, entreprise individuelle, ayant son siège social au 19 rue Georges Pompidou 80300 Ville sur Ancre et immatriculée au

Plus en détail

Termes de référence. Formation en structures et gouvernance de coopératives minières

Termes de référence. Formation en structures et gouvernance de coopératives minières Termes de référence Formation en structures et gouvernance de coopératives minières 1. Contexte et justification L exploitation minière artisanale est une activité de survie qui touche des centaines de

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Système de Gestion Intégrée de l Information sur l Eau Ministère des Ressources en Eau - Algérie

Système de Gestion Intégrée de l Information sur l Eau Ministère des Ressources en Eau - Algérie Système de Gestion Intégrée de l Information sur l Eau Ministère des Ressources en Eau - Algérie R. Bouzakaria Sous Directeur des Systèmes d Information r.bouzakaria@mre.dz Trois grands axes à développer

Plus en détail

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services ITIL V3 Objectifs et principes-clés de la conception des services Création : janvier 2008 Mise à jour : juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT CONSULTANT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE MISE EN PLACE DU LMS

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT CONSULTANT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE MISE EN PLACE DU LMS TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT CONSULTANT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE MISE EN PLACE DU LMS (Learning Management System) DU CENTRE DE FORMATION POUR LE DEVELOPPEMENT CFD/MADAGASCAR

Plus en détail

Termes de référence. Assistance Technique et Opérationnelle pour la mise en œuvre des projets ruraux du Département du Nord Est

Termes de référence. Assistance Technique et Opérationnelle pour la mise en œuvre des projets ruraux du Département du Nord Est Termes de référence Assistance Technique et Opérationnelle pour la mise en œuvre des projets ruraux du Département du Nord Est Programme : Programme de réforme et investissements dans le secteur de l eau

Plus en détail

Service d installation et de démarrage pour solution de stockage réseau HP StoreEasy 1000/3000

Service d installation et de démarrage pour solution de stockage réseau HP StoreEasy 1000/3000 Données techniques Service d installation et de démarrage pour solution de stockage réseau HP StoreEasy 1000/3000 Services HP Le service d installation et de démarrage pour solution de stockage réseau

Plus en détail

PROGRAMME SYSMIN, 8 ème FED, 2004-2009 Appui au secteur minier du Gabon «Financement et structuration du programme» Présenté par

PROGRAMME SYSMIN, 8 ème FED, 2004-2009 Appui au secteur minier du Gabon «Financement et structuration du programme» Présenté par PROGRAMME SYSMIN, 8 ème FED, 2004-2009 Appui au secteur minier du Gabon «Financement et structuration du programme» Présenté par Séverin EMANE MBA Directeur Général des Mines et de la Géologie Ministère

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Conditions particulières et générales

Conditions particulières et générales Mise en concurrence pour une Prestation d audit organisationnel et fonctionnel du service informatique de En application des articles 28 et 76 du code des marchés publics (Décret n 2006-975 du 1 août 2006

Plus en détail

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Quels sont les éléments principaux dont il faut tenir compte pour la rédaction d'un cahier des charges dans le cadre d'un projet lié aux TIC (technologies de

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Offre d emploi ENPI/2013/320-938. Rue Froissart 123-133 1053 Les Berges du Lac Tunisie. B- 1040 Bruxelles, Belgique Téléphone: + 216 71 960 330

Offre d emploi ENPI/2013/320-938. Rue Froissart 123-133 1053 Les Berges du Lac Tunisie. B- 1040 Bruxelles, Belgique Téléphone: + 216 71 960 330 Offre d emploi Programme d Appui à la Société Civile Tunisie (PASC - Tunisie) ENPI/2013/320-938 Le Programme d Appui à la Société Civile PASC- TUNISIE est une initiative de l Union Européenne en Tunisie

Plus en détail

2013-11-22. BIM Building Information Modeling Modélisation des Données du Bâtiment

2013-11-22. BIM Building Information Modeling Modélisation des Données du Bâtiment 2013-11-22 BIM Building Information Modeling Modélisation des Données du Bâtiment 2 Table des matières Comprendre ce qu est le BIM? Les principaux usages du BIM Les bénéfices du BIM Où se situe l industrie

Plus en détail

Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème

Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème Rapport de stage professionnel d expertise comptable sous le thème CONCEPTION D UN MANUEL D ORGANISATION COMPTABLE 1. Conception d un manuel d organisation comptable 1.1. Cadre légal Le manuel d organisation

Plus en détail

Projet des affaires électroniques Vérification du système en développement 2004 Réponses de la gestion (plans d action)

Projet des affaires électroniques Vérification du système en développement 2004 Réponses de la gestion (plans d action) Réponses de la gestion préparées par : Christiane Villemure, directrice de l Initiative des En date du : 14 juin 2004 Suivi des évaluations antérieures 3.1 Vérification de suivi de l Initiative des Septembre

Plus en détail

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques.

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Ville de Paris Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Mail : richard.malachez@paris.fr Tel : 01 43 47 62 96 Organisme d accueil Présentation

Plus en détail

TERMES DE RÉFÉRENCE. Assistance technique pour la Conception d un cahier des charges d une Plateforme Collaborative

TERMES DE RÉFÉRENCE. Assistance technique pour la Conception d un cahier des charges d une Plateforme Collaborative REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique TERMES DE RÉFÉRENCE Assistance technique pour la Conception d un cahier des charges d une Plateforme Collaborative

Plus en détail

DE L IGN. Le directeur général. Le 31 juillet 2013. Pascal Berteaud

DE L IGN. Le directeur général. Le 31 juillet 2013. Pascal Berteaud LA CHARTE QUALITÉ DE L IGN L Institut national de l information géographique et forestière a pour mission de décrire, d un point de vue géométrique et physique, la surface du territoire national et l occupation

Plus en détail

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT TERMES DE REFERENCE I. Information sur la consultation/contrat de service Titre Projet Type de contrat Durée initiale Lieu d affectation CONSULTANT NATIONAL

Plus en détail

DESCRIPTIONS DES PRODUITS ET MÉTRIQUES

DESCRIPTIONS DES PRODUITS ET MÉTRIQUES DESCRIPTIONS DES PRODUITS ET MÉTRIQUES DPM Adobe - Logiciel On-premise Adobe Campaign (2015v1) Les Produits et Services décrits dans cette DPM constituent le Logiciel On-premise et sont régis par les Conditions

Plus en détail

Architecte d infrastructures informatiques

Architecte d infrastructures informatiques Architecte d infrastructures informatiques E1C23 Infrastructures informatiques - IR L architecte d infrastructures informatiques pilote la conception, le déploiement et la mise en oeuvre d'architectures

Plus en détail

1. Description et objectifs du Fonds. A propos du Projet Pôles Intégrés de Croissance (PIC)

1. Description et objectifs du Fonds. A propos du Projet Pôles Intégrés de Croissance (PIC) TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN CABINET POUR LA GESTION ET L ADMINISTRATION D UN PROGRAMME DE SUBVENTIONS A L ENTREPRENEURIAT ET A L INVESTISSEMENT 1. Description et objectifs du Fonds A propos du

Plus en détail

EXIGENCES ASSURANCE QUALITÉ SOUS-TRAITANT & FOURNISSEUR SOMMAIRE :

EXIGENCES ASSURANCE QUALITÉ SOUS-TRAITANT & FOURNISSEUR SOMMAIRE : Page 1/7 Indice Date Objet Rédigé par Visa Vérifié par Visa Approuvé par Visa B 19/01/2006 Changement de logo S. LE NAGUARD J. ROBERT Ph. EVENAT C 27/10/2006 Distinction fournisseur / sous-traitant. A.

Plus en détail

DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin

DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin Le projet propose une approche intégrée du développement du secteur des TIC considérée sous trois aspects différents : promouvoir l accès aux TIC, favoriser

Plus en détail

PROJET DE RENFORCEMENT DE LA RESILIENCE PAR LE BIAIS DE SERVICES

PROJET DE RENFORCEMENT DE LA RESILIENCE PAR LE BIAIS DE SERVICES PROJET DE RENFORCEMENT DE LA RESILIENCE PAR LE BIAIS DE SERVICES LIES A L INNOVATION, A LA COMMUNICATION ET AUX CONNAISSANCES (BRICKS) TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT FINANCIER ET COMPTABLE 1. CONTEXTE

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC

TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC Contexte : La REDD+ doit être considérée comme une incitation économique pour

Plus en détail

Systèmes d information

Systèmes d information 11 Systèmes Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de concevoir, développer, exploiter et entretenir des solutions (logicielles et matérielles) répondant aux besoins collectifs et individuels

Plus en détail

UQAM Les stages du baccalauréat en communications / relations publiques (7031)

UQAM Les stages du baccalauréat en communications / relations publiques (7031) UQAM Les stages du baccalauréat en communications / relations publiques (7031) Stage1 : COM6050 Superviseure : (Préalable : 45 crédits complétés) Note : pour réaliser un plan de communication dans le cadre

Plus en détail

TRIAX- D. Services-conseils pour accélérer l atteinte de vos objectifs d automatisation de votre chaîne d approvisionnement

TRIAX- D. Services-conseils pour accélérer l atteinte de vos objectifs d automatisation de votre chaîne d approvisionnement 010100101001010101010100110010101010101100110011010101010101011001100011010101011 0101010011010100110101001101010010100110101010010101001001010010 0101001011000101011010101100010101001110010010110011010100110101

Plus en détail

Demande d Information

Demande d Information Lettre de Demande d Information Réf. : RFI20100001_CRSP_BSC_final.docx SG - CRSP Page 1/20 SOMMAIRE 1. OBJET DE LA DEMANDE D INFORMATION... 3 2. PÉRIMÈTRE DE L INFORMATION... 3 2.1. UTILISATEURS DE L APPLICATION...

Plus en détail

ARES VADEMECUM D APPUI INSTITUTIONNEL. Académie de Recherche et d Enseignement supérieur. Version du 16 décembre 2014

ARES VADEMECUM D APPUI INSTITUTIONNEL. Académie de Recherche et d Enseignement supérieur. Version du 16 décembre 2014 ARES Académie de Recherche et d Enseignement supérieur VADEMECUM D APPUI INSTITUTIONNEL Version du 16 décembre 2014 ARES Académie de Recherche et d Enseignement supérieur Rue Adolphe Lavallée 1-5F503 1080

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE PETROLE AFRICAINS SECRETARIAT DE L APPA

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE PETROLE AFRICAINS SECRETARIAT DE L APPA ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE PETROLE AFRICAINS SECRETARIAT DE L APPA TERMES DE REFERENCES POUR LA MAINTENANCE DE LA BANQUE DE DONNEES ELECTRONIQUE I Contexte et justification L Association des Producteurs

Plus en détail

DREAL Corse. Version 2014. Atlas et catalogue de métadonnées

DREAL Corse. Version 2014. Atlas et catalogue de métadonnées Atlas et catalogue de métadonnées DREAL Corse Version 2014 Application conçue par la Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement dans le cadre de l Observatoire du Développement

Plus en détail

Manuel Qualité. Toutes les activités de l ICEDD sont dans le domaine d application du référentiel ISO 9001 :2000.

Manuel Qualité. Toutes les activités de l ICEDD sont dans le domaine d application du référentiel ISO 9001 :2000. Manuel 1 Objectif Décrire brièvement l organisation du système mis en place à l ICEDD afin de démontrer le respect des exigences de la norme ISO 9001 : 2000. Accessoirement, cela peut faciliter la recherche

Plus en détail

Plan de travail ITIE Niger (2014-2016)

Plan de travail ITIE Niger (2014-2016) Plan de travail ITIE Niger (2014-2016) 1. Contexte Depuis la 5 ème Conférence Mondiale de l ITIE à Paris en mars 2011 et sa validation comme pays conforme à la norme ITIE, le Niger s est davantage attelé

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA LOMAGNE GERSOISE

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA LOMAGNE GERSOISE Maître d'ouvrage : COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA LOMAGNE GERSOISE - SPANC - FOURNITURE D UN LOGICIEL DE GESTION DES ASSAINISSEMENTS NON COLLECTIF CAHIER DES CLAUSES techniques OCTOBRE 2012 SOMMAIRE 1. OBJET

Plus en détail

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de 1 2 «Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de Copie, seules les références bibliographiques peuvent

Plus en détail

Chef de projet ou expert systèmes informatiques, réseaux et télécommunications

Chef de projet ou expert systèmes informatiques, réseaux et télécommunications Chef de projet ou expert systèmes informatiques, réseaux et télécommunications E1C23 Systèmes informatiques, réseaux et télécommunications - IR Le chef de projet ou l expert systèmes informatiques, réseaux

Plus en détail

OFFRES DE SERVICES SDS CONSULTING

OFFRES DE SERVICES SDS CONSULTING OFFRES DE SERVICES SDS CONSULTING AUTOUR DE LA SOLUTION TSM DERNIERE MISE A JOUR : MAI 2011 préalable 1 Liste des services proposés Nos équipes sont spécialisées depuis de nombreuses années dans le domaine

Plus en détail

ANNEXE 10 CONTRAT TYPE D UN CHARGÉ DE PROJET

ANNEXE 10 CONTRAT TYPE D UN CHARGÉ DE PROJET ANNEXE 10 CONTRAT TYPE D UN CHARGÉ DE PROJET CONTRAT DE SERVICE CHARGÉ DE PROJET Entente entre le centre de la petite enfance [nom du CPE] [adresse] et [Nom de la personne assumant les responsabilités

Plus en détail

AUDIT ET SUIVI DE LA GOUVERNANCE DES INSTITUTIONS, ORGANES ET INSTITUTIONS SPECIALISEES DE LA CEMAC

AUDIT ET SUIVI DE LA GOUVERNANCE DES INSTITUTIONS, ORGANES ET INSTITUTIONS SPECIALISEES DE LA CEMAC COMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE ----------------- CONFERENCE DES CHEFS D ETAT ------------- PROGRAMME DES REFORMES INSTITUTIONNELLES -------------- COMMISSION --------- AUDIT ET

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies - - - 1 - MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies Novembre 2011 1 - - - 2 - Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 4 Domaine

Plus en détail

CONTRAT DE CESSION DE DROITS Acquisition des droits sur des contributions créées pour un site Internet

CONTRAT DE CESSION DE DROITS Acquisition des droits sur des contributions créées pour un site Internet 1 CONTRAT DE CESSION DE DROITS Acquisition des droits sur des contributions créées pour un site Internet ENTRE : Le ministère de la Culture et de la Communication situé 182, rue Saint-Honoré - 75033 Paris

Plus en détail

Conditions Generales de Vente

Conditions Generales de Vente Article 1er - Champ d application Les présentes conditions générales de vente constituent, conformément à l article L.441-6 du Code de commerce, le socle unique de la relation commerciale entre les Parties.

Plus en détail

Extrait du référentiel Métiers de la Branche :

Extrait du référentiel Métiers de la Branche : OPIIEC OBSERVATOIRE PARITAIRE DES METIERS DE L, DE L INGENIERIE, DES ETUDES ET DU CONSEIL REFERENTIEL METIERS Extrait du référentiel Métiers de la Branche : Etudes et développement Référentiel Métiers

Plus en détail

Ingénieur de recherche en statistique

Ingénieur de recherche en statistique Ingénieur de recherche en statistique E1D24 Statistique - IR Dans le cadre d une étude ou d un projet de recherche, l ingénieur de recherche en statistique conçoit le plan d analyse statistique et prend

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES AUDIT INFORMATIQUE

CAHIER DES CHARGES AUDIT INFORMATIQUE CAHIER DES CHARGES AUDIT INFORMATIQUE OBJET DE LA CONSULTATION: Dans le cadre d'un projet national de régionalisation des Chambre de Métiers et de l'artisanat, la Chambre Régionale des Métiers et de l'artisanat

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 99 15 mai 2009. S o m m a i r e CENTRE DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION DE L ETAT

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 99 15 mai 2009. S o m m a i r e CENTRE DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION DE L ETAT MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1473 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 99 15 mai 2009 S o m m a i r e CENTRE DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

Plus en détail

CONTRÔLE INTERNE ET GESTION DE LA QUALITÉ DANS LES CABINETS D'AUDIT

CONTRÔLE INTERNE ET GESTION DE LA QUALITÉ DANS LES CABINETS D'AUDIT CONTRÔLE INTERNE ET GESTION DE LA QUALITÉ DANS LES CABINETS D'AUDIT Introduction Un moyen de se doter d un système de contrôle interne efficace et performant réside dans la mise en place d un système de

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

Données, bases de données et sites internet du BRGM

Données, bases de données et sites internet du BRGM 4 ème Rencontres Groupe De Travail OCS Mercredi 4 avril 2012 GIP ATGeRi -PIGMA Données, bases de données et sites internet du BRGM B.Ayache, BRGM Sommaire > I. Les Systèmes d Information au BRGM > II.

Plus en détail

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 LIVRE BLANC SUR LES PRATIQUES ITIL Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 Exploiter le potentiel des pratiques ITIL grâce aux ateliers d analyse de solutions organisés

Plus en détail

Plan Stratégique Géomatique pour la Wallonie :

Plan Stratégique Géomatique pour la Wallonie : Plan Stratégique Géomatique pour la Wallonie : Atelier de préparation Définitions & Concepts 1 Maîtrise et sens des concepts utilisés dans les ateliers Géomatique : La géomatique est une discipline ayant

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa DC Informatique et Système d Information :

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa DC Informatique et Système d Information : Annonces internes Sonatrach recherche pour sa DC Informatique et Système d Information : Un Directeur Système d Information Système d Information Gestion Système d Information Métier Décisionnel et Portail

Plus en détail

P s a sep e o p r o t S e S r e vi v ce c s Fabrice Dubost

P s a sep e o p r o t S e S r e vi v ce c s Fabrice Dubost Passeport Services Fabrice Dubost 2.6 Gestion des Mises en Production ITIL, Soutien des services Entreprise, Clients et Utilisateurs Outil de Supervision Dysfonctionnements Questions / Renseignements Incidents

Plus en détail

TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN(E) EXPERT(E)

TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN(E) EXPERT(E) TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN(E) EXPERT(E) Mission d expertise en statistiques de l éducation pour l élaboration des questionnaires de recensement et la préparation des outils de collecte

Plus en détail

UCCX (ASF-CX-G-REMPB-CX)>>

UCCX (ASF-CX-G-REMPB-CX)>> Page 1 sur 7 Description de service : Services avancés Prix fixe

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DE GUINÉE MINISTÈRE DES MINES ET DE LA GÉOLOGIE (MMG) PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER (PAGSEM) GUINÉE

RÉPUBLIQUE DE GUINÉE MINISTÈRE DES MINES ET DE LA GÉOLOGIE (MMG) PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER (PAGSEM) GUINÉE RÉPUBLIQUE DE GUINÉE MINISTÈRE DES MINES ET DE LA GÉOLOGIE (MMG) PROJET D APPUI À LA GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER (PAGSEM) GUINÉE Financement: IDA N H 8040-GN TERMES DE REFERENCE FORMATION EN PLANIFICATION

Plus en détail

La directive INSPIRE en Wallonie: le géoportail et l infrastructure de diffusion des géodonnées en Région wallonne (InfraSIG(

La directive INSPIRE en Wallonie: le géoportail et l infrastructure de diffusion des géodonnées en Région wallonne (InfraSIG( La directive INSPIRE en Wallonie: le géoportail et l infrastructure de diffusion des géodonnées en Région wallonne (InfraSIG( InfraSIG) Jean-Pierre KINNAERT Directeur Département de la géomatique Service

Plus en détail

GENERALISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) DANS L ENSEIGNEMENT AU ROYAUME DU MAROC

GENERALISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) DANS L ENSEIGNEMENT AU ROYAUME DU MAROC GENERALISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) DANS L ENSEIGNEMENT AU ROYAUME DU MAROC Dossier de présentation générale Avril 2005 Réf. : ICTEI/2/27042005 Page 1 sur 10 SOMMAIRE

Plus en détail

AVIS DE SOLLICITATION A MANIFESTATION D INTERET N 00000060/ASMI/MINEE/DERME/2014 DU 07 MAI 2014

AVIS DE SOLLICITATION A MANIFESTATION D INTERET N 00000060/ASMI/MINEE/DERME/2014 DU 07 MAI 2014 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix-Travail-Patrie MINISTERE DE L'EAU ET DE L ENERGIE R E P U B L I C O F C A M E R O O N Peace-Work-Fatherland MINISTRY OF WATER RESOURCES AND ENERGY PROGRAMME 422 : ACCES A L

Plus en détail

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme

Plus en détail

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration Politique de sécurité de l information Adoptée par le Conseil d administration Le 10 novembre 2011 Table des matières PRÉAMBULE 1. GÉNÉRALITÉS... 3 2. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 4 3. DÉFINITIONS... 8

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique TERMES DE RÉFÉRENCE

REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique TERMES DE RÉFÉRENCE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Cabinet Deuxième Projet d'appui à la Réforme de l'enseignement Supérieur, PARESII TERMES DE RÉFÉRENCE ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Archivage. des dossiers

Archivage. des dossiers Archivage des dossiers Par : BERTIL CHAPUIS, SYLVAIN NEYROUD DAMIEN SNOECK, SIMÉON RÜFENACHT Classe 32 M Date 23/02/06 Définition du projet...3 But principal...3 Etat initial...3 Liste des Besoins...3

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D'UN CONSULTANT POUR LA DEFINITION DU ROLE DE LA SOGUIPAMI ET SES RELATIONS AVEC L'ADMINISTRATION PUBLIQUE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D'UN CONSULTANT POUR LA DEFINITION DU ROLE DE LA SOGUIPAMI ET SES RELATIONS AVEC L'ADMINISTRATION PUBLIQUE TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D'UN CONSULTANT POUR LA DEFINITION DU ROLE DE LA SOGUIPAMI ET SES RELATIONS AVEC L'ADMINISTRATION PUBLIQUE I. Contexte Le Gouvernement de la République de Guinée,

Plus en détail

République de Guinée. Ministère de l Economie et des Finances. Unité de Coordination et d Exécution des Projets

République de Guinée. Ministère de l Economie et des Finances. Unité de Coordination et d Exécution des Projets République de Guinée Ministère de l Economie et des Finances Unité de Coordination et d Exécution des Projets PROJET D APPUI AU RENFORCEMENT DES CAPACITES DE GESTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE (PARCGEF)

Plus en détail

«CENTRE DE DOCUMENTATION NUMÉRIQUE ET DE FORMATION PÉDAGOGIQUE ET PROFESSIONNELLE»

«CENTRE DE DOCUMENTATION NUMÉRIQUE ET DE FORMATION PÉDAGOGIQUE ET PROFESSIONNELLE» REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DE SFAX FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES «CENTRE DE DOCUMENTATION NUMÉRIQUE ET DE FORMATION

Plus en détail

DUT2 120 ECTS. Contacts : Objectifs de la formation et débouchés : 200 h 414 h 247 h h h 861 h

DUT2 120 ECTS. Contacts : Objectifs de la formation et débouchés : 200 h 414 h 247 h h h 861 h 014-016 Niveau : DUT Année 014/015 Domaine : Mention : Volume horaire étudiant : Formation dispensée en : INFORMATIQUE DUT 10 ECTS 00 h 414 h 47 h h h 861 h cours magistraux travaux dirigés français travaux

Plus en détail

PRESTATION DE CONSEIL FINANCIER, COMPTABLE ET FISCAL DANS LE CADRE DU PROJET HEROIC LAND CAHIER DES CHARGES. Juin 2015

PRESTATION DE CONSEIL FINANCIER, COMPTABLE ET FISCAL DANS LE CADRE DU PROJET HEROIC LAND CAHIER DES CHARGES. Juin 2015 PRESTATION DE CONSEIL FINANCIER, COMPTABLE ET FISCAL DANS LE CADRE DU PROJET HEROIC LAND CAHIER DES CHARGES Juin 2015 Les offres sont à remettre à l attention de Mme Natacha BOUCHART Présidente CALAIS

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail