Académie nationale des finances et de l économie Ministere des Finances. Les finances publiques des Pays-Bas

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Académie nationale des finances et de l économie Ministere des Finances. Les finances publiques des Pays-Bas"

Transcription

1 Académie nationale des finances et de l économie Ministere des Finances Les finances publiques des Pays-Bas

2 Les finances publiques des Pays-Bas

3 Mentions légales La présente brochure fournit des informations générales sur la politique et la procédure budgétaires aux Pays-Bas. Aucun droit ne eut être tiré de son contenu. Académie nationale des finances et de l économie Ministry of Finance BP EE La Haye Pays-Bas Juin 2013 Maquette et photographie Jeannette Segaar, Académie nationale des finances et de l économie Impression : Imprimerie Tuijtel, Hardinxveld-Giessendam

4 Contents 1. Les finances publiques des Pays-Bas en bref Dix caractéristiques Guide du lecteur 6 2. Présentation des Pays-Bas L État et l administration publique Données économiques et autres caractéristiques Politique budgétaire des Pays-Bas Formation d un gouvernement de coalition : volet budgétaire Caractéristiques de la politique budgétaire Composants du budget annuel Remarques préliminaires Préparation du budget Ciblage sur la performance : décentralisation des missions au sein de l État Budgétisation axée sur les résultats Dépenses effectives de l argent public Exécution du budget Paiements réels et comptabilité Efficacité opérationnelle Contrôle interne Audit, information et justification Remarques générales Étape finale du cycle budgétaire Autres caractéristiques de l audit public 41 Les finances publiques des Pays-Bas 3

5

6 1. Les finances publiques des Pays-Bas en bref 1.1 Dix caractéristiques Le présent document dresse un tableau général des finances publiques néerlandaises, en s arrêtant plus particulièrement sur les dépenses. Histoire, institutions et culture 1. Les Pays-Bas sont un royaume. Le souverain a un rôle officiel mais il n intervient pas sur le terrain politique. 2. La démocratie représentative se fonde sur les deux chambres du Parlement : la Chambre des représentants (150 députés) et le Sénat (75 membres). Le pouvoir exécutif est invariablement exercé par un gouvernement de coalition. 3. Formés à la culture du consensus et soucieux d aboutir à un résultat concret, les Néerlandais sont généralement prompts à trouver un compromis. Par leur approche égalitariste et ouverte, ils peuvent paraître quelque peu hâtifs et même trop directs. Finances publiques : un système transparent et décentralisé 4. Plusieurs institutions indépendantes sont responsables de la transparence du système des finances publiques et de sa protection contre tout abus de pouvoir, politique ou personnel. Le Centre d analyse de la politique é conomique (Centraal planbureau, CPB) est chargé des prévisions économiques et, avant les élections législatives, de l évaluation des conséquences économiques et sociales des programmes présentés par les partis politiques. L Office central de la statistique (Centraal bureau voor de statistiek, CBS) a pour mission de calculer les dépenses et les recettes de l État. 5. L action gouvernementale en matière de finances publiques est fortement décentralisée, chaque ministre étant responsable de son propre budget devant le Parlement. La mise en œuvre de la politique est confiée ou déléguée en grande partie aux services des ministères et aux autorités administratives indépendantes. 6. Bien que largement autonomes dans leurs missions d administration locale, les collectivités territoriales sont principalement financées par l État central. La fiscalité locale est modeste et fondée essentiellement sur la propriété foncière. Affectation des ressources et contrôle des dépenses gouvernementales 7. Les Pays-Bas sont membre de l Union européenne et de l Union économique et monétaire (UEM). Ils sont donc tenus de respecter les critères de convergence européens : dette et déficit publics respectivement inférieur à 60 % et à 3 % du PIB. 8. Le gouvernement fonde son action sur un accord de coalition, qui détaille les dépenses et les recettes (mesures budgétaires) pour chaque année de la législature. 9. La loi de finance est divisée en chapitres, eux-mêmes subdivisés en articles, lesquels constituent le niveau d autorisation des dépenses. Les engagements de dépenses doivent être autorisés pour les quatre années suivant l année budgétaire considérée. L affectation annuelle des crédits a lieu pour l essentiel au printemps, après que tous les ministres ont envoyé leur «lettre budgétaire» au ministre des Finances. 10. La loi de finances est présentée en septembre au Parlement, et le contrôle de son exécution est effectué en mai. Le Service central d audit du ministère des Finances et la Cour des Comptes jouent un rôle clé en matière de contrôle. Les finances publiques des Pays-Bas 5

7 Depuis 2000, les finances publiques néerlandaises ont fait l objet de deux évaluations internationales. Par l OCDE en 2001 et le FMI en 2006, les deux organisations ayant conclu que le système néerlandais de finances publiques était conforme aux bonnes pratiques. Elles ont fondé leur conclusion sur les observations suivantes : La procédure d autorisation budgétaire est bien conçue grâce à son système d institutions indépendantes dont le rôle objectif à chaque étape du processus budgétaire est très largement accepté. Le Bureau central du plan, l Office central de la statistique et la Cour des Comptes sont les plus notables de ces institutions. Ce système a prouvé sa valeur pour la transparence des prévisions, la fiabilité des chiffres des dépenses et des recettes ainsi que pour le contrôle de la régularité et de l efficacité des dépenses publiques. Les fonctions macroéconomiques et de répartition sont bien établies, tout comme la discipline budgétaire. En publiant un chapitre budgétaire détaillé dans l accord de coalition, le gouvernement s engage sur un plafond global des dépenses publiques pour la durée de son mandat. En outre, chaque ministre s engage, en acceptant ces dispositions, à respecter les procédures prévues pour les aléas budgétaires et les nouvelles mesures. De la sorte, le gouvernement détermine d emblée comment ces imprévus seront gérés et quelles seront les priorités du cadre budgétaire pluriannuel. Le budget est articulé de telle manière qu il permet de déléguer ou d attribuer des responsabilités, des missions et des habilitations au niveau approprié. Par conséquent, la fonction financière est exercée de manière décentralisée aux différents niveaux administratifs : municipalités, provinces et ministères. Ainsi, les ministres répondent devant le Parlement du budget affecté à leur domaine d action, aidés par leurs services respectifs de contrôle financier, lesquels ont un solide statut légal. Cette approche diffère de la procédure suivie dans de nombreux pays, où seul le ministre des Finances défend le budget devant le Parlement. Par ailleurs, les collectivités territoriales disposent d un large pouvoir discrétionnaire pour l affection des dotations financières qu elles reçoivent du gouvernement. Le fonctionnement du système néerlandais de finances publiques repose sur la participation de nombreuses instances de différente nature. 1.2 Guide du lecteur Cette présentation générale est destinée aux agents des ministères des Finances, des Cours des comptes et des services d audit internes, aux universitaires, aux parlementaires et à toute autre personne intéressée. Pour bien saisir le système néerlandais des finances publiques, il est nécessaire de se familiariser quelque peu avec l histoire, le régime politique et la culture des Pays-Bas. C est l objectif du chapitre 2, qui brosse le tableau d un pays prospère et politiquement stable. Les chapitres suivants traitent les phases consécutives du cycle budgétaire en indiquant quels en sont les acteurs. Le cycle budgétaire dure généralement deux ans et demi. Le chapitre 3 détaille la politique budgétaire, à partir de la formation du gouvernement, étape clé du cycle budgétaire. 6

8 Le chapitre 4 décrit les éléments constitutifs du budget annuel. La préparation du budget est, de loin, l étape la plus importante en termes de temps et de travail. Bien structurée et contrôlée, elle est caractéristique de l approche néerlandaise. Le chapitre 5 porte sur la phase d exécution, c est-à-dire l affectation réelle des crédits et la réalisation de ce qui est prévu. Le chapitre 6 détaille la dernière étape du cycle : audit, information et justification des dépenses publiques. Dans chaque chapitre, un encadré fournit des informations complémentaires. Les finances publiques des Pays-Bas 7

9

10 2. Présentation des Pays-Bas 2.1 L État et l administration publique Un État unitaire décentralisé L indépendance des Pays-Bas date de 1568, année qui voit démarrer la révolte de sept provinces des confins de l empire des Habsbourg contre le roi d Espagne. Née d un conflit religieux, cette révolte va durer 80 ans. Après avoir assuré sa sécurité territoriale, la République des Provinces-Unies devient le pays le plus riche et de loin le plus prospère d Europe, grâce à son commerce maritime (avec la célèbre Compagnie des Indes orientales) et à l émergence d une industrie moderne utilisant la force motrice des moulins à vent. Cet âge d or qui, outre la richesse, apporte à la République une influence politique et militaire notable, se prolonge bien avant dans le XVIIIe siècle, jusqu à ce qu elle soit finalement rattrapée par des pays plus grands, notamment la Grande-Bretagne et la France. Après la période de la Révolution et de l occupation française et la chute de Napoléon, les Pays-Bas deviennent un royaume. La Hollande, selon la dénomination souvent utilisée, va alors longtemps rester un pays modeste en termes de rayonnement et d économie, s appuyant sur son empire colonial et pesant peu sur l échiquier international. Il faut attendre l après Seconde Guerre mondiale et leur participation à l OTAN pour que les Pays-Bas regagnent un peu de leur influence passée, avant d être aujourd hui couramment considérés comme le plus grand des petits pays de l Union européenne. En 1813, les Pays-Bas deviennent un royaume indépendant avec à leur tête un souverain héréditaire, le prince d Orange. Au cours de l histoire néerlandaise, les détenteurs de ce titre ont joué un rôle majeur pour la défense de cette indépendance. Si durant leurs premiers deux cents ans les Pays-Bas sont officiellement une république, la position de «stathouder» qu y occupent les princes d Orange combine celle de fonctionnaire de l État et celle de monarque. La République est organisée en sept provinces (représentées au sein des États généraux), mais le pouvoir réel est de fait détenu par quelque cinquante cités puissantes, telles qu Amsterdam, Delft, Middelburg, Hoorn et Enkhuizen. Entre ces villes d esprit républicain et les princes d Orange aux visées monarchiques, une profonde tension ne cessera d exister. Aujourd hui encore, les communes jouent dans la vie politique néerlandaise un rôle plus important que les provinces, et l idée d autonomie municipale reste vivace. Elle est à la base de l État unitaire décentralisé et constitue l un des fondements du système politique ; elle est aussi présente dans le système budgétaire et le statut des institutions de l État. Le plus haut échelon administratif est celui du gouvernement central, suivi, au niveau décentralisé, par les provinces (actuellement douze) et les communes (408 en 2012). Outre un champ d action propre avec des pouvoirs autonomes, chaque échelon administratif est chargé de missions relatives à l application de la législation et de la politique du gouvernement central. Le financement des provinces et des communes provient principalement de l État central, sous forme de subventions générales basées sur une formule ou de subventions spécifiques. Contrairement à beaucoup de pays, les Pays-Bas n utilisent pas le partage fiscal comme mécanis- < < Les bâtiments gouvernementaux - La Haye Les finances publiques des Pays-Bas 9

11 me de financement. La fiscalité locale est relativement faible et fondée essentiellement sur la propriété foncière. Monarchie constitutionnelle et démocratie parlementaire Depuis 1848, les Pays-Bas sont une monarchie parlementaire, dans laquelle les pouvoirs du souverain héréditaire sont définis par la Constitution et séparés de ceux des autres institutions gouvernementales. C est aux ministres qu il incombe de rendre compte de l action gouvernementale devant le Parlement, le souverain étant dépourvu de toute responsabilité politique même s il est formellement le chef de l État néerlandais et constitue, avec les ministres, le gouvernement. Le roi Willem-Alexander est le souverain des Pays-Bas depuis En tant que chef de l État, il remplit un rôle formel dans de nombreuses procédures constitutionnelles. Il doit ainsi cosigner chaque loi approuvée par le Parlement pour la valider. Mais il n intervient pas sur le terrain politique. Compte tenu de sa connaissance des affaires de l État, le roi peut bien sûr exercer une influence personnelle sur les dirigeants politiques, et son opinion peut revêtir une certaine autorité. Les ministres étant responsables des actes du souverain, il est rare que le roi exprime publiquement un point de vue politique. Les Pays-Bas sont une démocratie parlementaire. Les États généraux (nom officiel du Parlement néerlandais) comprennent deux chambres, comme dans la plupart des pays de l UE et de l OCDE : le Sénat, ou Première Chambre, composé de 75 membres élus par les douze conseils provinciaux ; la Chambre des représentants, ou Deuxième Chambre, composée de 150 députés élus au suffrage direct, et dont l influence et le pouvoir sont supérieurs à ceux du Sénat. Si tous les projets de lois doivent être votés par les deux chambres, le Sénat ne peut pas les amender. Au cours de sa séance hebdomadaire, il ne peut que les approuver ou les rejeter dans leur totalité, ce dernier cas ne se produisant que rarement. Outre le droit d amendement, la Chambre des représentants dispose de l initiative parlementaire. Cependant, la loi de finance annuelle est proposée par le gouvernement (le souverain et les ministres), tout comme les lois de finance rectificatives. Reflet d une société plurielle, la vie politique néerlandaise inclut un large éventail d opinions. Un nombre important de partis participent à chaque élection. Le mode de scrutin est proportionnel et en l absence de seuil électoral, un candidat peut être élu avec moins de 1 % des votes. Ainsi, ces dernières décennies, une grande variété de partis a été représentée au Parlement. Aucun n a jamais disposé de la majorité absolue. À l issue du scrutin législatif, des négociations sont toujours nécessaires entre au moins deux partis afin de former une coalition. Durant les quatre ans de la nouvelle législature, les ministres sont issus des partis de la coalition. Une culture politique basée sur la démocratie consensuelle La culture politique résulte en partie du caractère néerlandais, tel que décrit ci-dessous. Si le trait est un peu grossi, ce portrait en dégage cependant les principaux aspects. Les Néerlandais sont des égalitaristes convaincus. Ils ont un avis sur tout et aiment pouvoir l exprimer. Ils respectent les opinions des autres. Ils aiment l indépendance individuelle. Ce 10

12 qui éclaire, par exemple, le refus d imposer un seuil électoral dans le scrutin législatif, avec pour conséquence la présence d une dizaine de partis politiques à la Chambre. Peut-être est-ce l influence de la géographie du plat pays : ils ont une aversion innée de la hiérarchie en tant que telle. Ils aiment qu on leur explique pourquoi une tâche donnée doit être exécutée ; ainsi motivés, ils travaillent avec loyauté. Une grande partie du pays étant située sous le niveau de la mer, l eau a toujours été l adversaire commun contre lequel les Néerlandais se sont unis dans une lutte séculaire. Elle est à l origine de certaines de leurs plus anciennes institutions, telles que les wateringues, chargées de la gestion des digues et du niveau des eaux dans les polders. Mais la mer est aussi l alliée ayant permis aux Pays-Bas de devenir une nation marchande. Les Néerlandais préfèrent le fond à la forme, détestent les formalités et aiment aller droit au but, ce que d aucuns perçoivent comme de l impolitesse ou de l arrogance. Ils estiment qu il n y a pas de honte à se tromper, du moment qu on reconnaît son erreur. Se méprendre c est aussi apprendre! Ils sont pragmatiques et peu bavards. Ils apprécient les loisirs, mais sont très productifs au travail. De façon générale, les Néerlandais sont persuadés qu ils sont seuls responsables de leurs actes et que ceux-ci déterminent largement leur destin. Bien sûr, ils n aiment pas devoir payer des impôts, mais acceptent cette obligation, sauf rares exceptions. Car en contrepartie, les services publics prennent, si nécessaire, soin d eux du berceau à la tombe. Transposés au domaine des décisions politiques, ces traits du caractère néerlandais se traduisent par une préférence pour le consensus et le compromis. Faire bénéficier les décisions importantes d une large assise est considéré comme essentiel. C est ce qu illustre le polder model, dans lequel le processus décisionnel politique implique l interaction entre les parties prenantes, y compris les organisations de la société civile. Ainsi, employeurs et salariés sont représentés, auprès de membres nommés par le gouvernement, au sein du Conseil économique et social (SER), instance chargée d éclairer celui-ci dans les questions socioéconomiques. En d autres termes, le réseautage est le principal mécanisme de coordination politique et sociale. La démocratie néerlandaise est basée sur le consensus, que les institutions s emploient à trouver. Comme nous l avons dit, ce tableau du caractère néerlandais force le trait. Et les Pays-Bas n échappent pas au changement, notamment sous l influence de la mondialisation. Culture managériale Le processus décisionnel peut sembler coûteux en temps et privilégier outre-mesure le compromis ; mais son pragmatisme le rend cependant efficace lorsqu il s agit de mobiliser les forces pour la mise en œuvre des décisions. Autre avantage de son caractère rassembleur : la rareté des grèves. Dans l administration publique, la responsabilité de la gestion est en grande partie déléguée aux niveaux d organisation où les conséquences des décisions opérationnelles peuvent le mieux être jugées. L obligation de rendre compte est un principe généralement accepté. En vertu de sa responsabilité politique, chaque ministre doit rendre compte de l action qu il mène et du Les finances publiques des Pays-Bas 11

13 budget afférent. Les ministres et les autres dirigeants apprécient que les fonctionnaires expriment leur opinion sur le plan professionnel. Concernant les opérations financières dans le secteur public, les fonctionnaires sont présumés fiables. La tenue systématique de contrôles ex ante et d audits rétrospectifs ainsi que les procédures de redevabilité sont donc préférées à la mise en œuvre de procédures strictes de contrôle préventif et à une approche basée sur la défiance. Les mécanismes de coordination horizontale (mécanismes de marché, réseautage et coopération) sont privilégiés par rapport aux mécanismes de coordination verticale (hiérarchie). Cependant, il existe divers freins et contrepoids permettant d éviter les abus. 2.2 Données économiques et autres caractéristiques Situés dans le delta formé par le Rhin, la Meuse et l Escaut, les Pays-Bas ont toujours misé sur le transport et les échanges internationaux. Environ un tiers du territoire se trouve au-dessous du niveau de la mer et l eau couvre près de 20 % de sa surface. Dans ce pays au climat tempéré, 83 % de la population vit en zone urbaine. Amsterdam et Rotterdam sont les villes les plus importantes, avec respectivement et habitants. Les Pays-Bas, cinquième économie de la zone euro, sont réputés pour leurs relations industrielles stables et leurs taux modérés de chômage et d inflation. Les importants gisements de gaz naturel dont ils disposent ont largement contribué à leur bonne santé économique depuis la Seconde Guerre mondiale. Leur population active de 7,8 millions de personnes est hautement qualifiée. Très mécanisée, l agriculture n emploie que 2 % de cette population active et représente environ 2,5 % du PIB. Parallèlement aux activités d élevage, elle produit essentiellement des céréales, des pommes de terre, des betteraves à sucre, des fruits et des légumes. L industrie, qui représente approximativement 19 % du PIB, est axée sur l agroalimentaire, le raffinage pétrolier, la chimie et la machinerie électrique. L industrie de la construction représente environ 5 % du PIB, la part restante étant celle des services. Les Pays-Bas affichent un excédent commercial et sont très dépendants du secteur financier international. Après une longue période de croissance, les Pays-Bas sont entrés en récession (-3,5 %) en 2009, sous l effet de la crise financière mondiale. En 2008, le gouvernement a nationalisé deux banques et injecté des milliards dans le secteur financier ; il a aussi pris des mesures pour stimuler la consommation. Mais cette politique n a pas porté ses fruits, puisque le déficit budgétaire a atteint 5,1 % du PIB en 2010 (contre un excédent de 0,8 % en 2008). Pour 2013, le déficit prévu ne devrait pas dépasser le plafond UEM de 3 % du PIB. Grâce à une charge fiscale moyenne d environ 45 % et au civisme des contribuables, le gouvernement a jusqu ici réussi à financer assez facilement les déficits. Des excédents courants relativement élevés (8,5 % du PIB) contribuent aussi à la confiance des marchés financiers. Le système de retraite néerlandais repose en grande partie sur des fonds capitalisés, seule une petite proportion fonctionne par répartition. Dans le proche avenir, les principaux défis financiers résideront dans la gestion du budget public en période de croissance économique réduite et dans l augmentation rapide des coûts de santé. 12

14 Tableau 2.1 Données clés, septembre PIB (en milliards d euros) Croissance du PIB (%) 1,3-0, Inflation (%) Population active au chômage 5,4 6,25 7,0 Déficit UEM (% du PIB) - 4,5-3,8-2,7 Dette UEM (PIB, 2011) : 65,2 % Part des taxes et des cotisations de sécurité sociale (PIB, 2011) : +/- 40% Population (2012, CBS) 16,75 millions Compte courant 2011 (CBS, DNB) (en milliards d euros) % du PIB Exportations ,9 Importations ,4 Excédents courants 51 8,5 Coefficient de Gini (inégalité des revenus) (PNUD, 2004) : 32,6 (34e place) Indice de perception de la corruption (Transparency International, 2011) : 7 Les finances publiques des Pays-Bas 13

15

16 3. Politique budgétaire des Pays-Bas 3.1 Formation d un gouvernement de coalition : volet budgétaire L entrée en fonction d un nouveau gouvernement est, de loin, le moment le plus important du calendrier de l administration publique. Les partis représentés à la Chambre des représentants sont nombreux, car le seuil électoral est très bas. Aucun d entre eux n obtient jamais la majorité absolue, ce qui conduit invariablement à un gouvernement de coalition. Les pourparlers précédant la formation du gouvernement revêtent une grande importance, car c est le moment où sont esquissés les choix politiques qui seront arrêtés dans l accord de coalition, lequel prévoit aussi les conséquences fiscales de ces orientations en s appuyant sur des projections financières et économiques raisonnables. Groupe consultatif sur la politique budgétaire Un an avant les élections législatives, ou moins si le gouvernement tombe avant le terme de son mandat, le pouvoir exécutif, en la personne du ministre des Finances, demande avis auprès du Groupe consultatif sur la politique budgétaire. Cet organe, créé en 1971, est composé de hauts fonctionnaires issus des ministères compétents et de représentants du CPB et de la Banque des Pays-Bas qui opèrent en toute indépendance du pouvoir politique établissant ainsi le lien entre les experts externes et les ministères les plus impliqués dans la politique budgétaire et économique. Ses rapports sont envoyés au Parlement par le ministre des Finances, sans que le gouvernement ne fasse connaître son point de vue. Ils font généralement l objet d une large couverture médiatique. Centre d analyse de la politique économique (CPB) Le CPB institut indépendant de prévisions économiques est quasiment incontournable pour les partis politiques et le gouvernement néerlandais, qui lui soumettent leur programme, pour les premiers, et l accord de coalition, pour le second. En réalité, les partis fondent leur programme électoral sur les projections du CPB, qui exerce donc une influence déterminante sur la stratégie économique et sur les choix retenus, notamment en matière de protection sociale, d éducation et de santé. Pour les grands projets d infrastructure, les décisions s appuient sur les analyses coût/avantages du CPB. Préalablement à la formation de la coalition gouvernementale, le CPB effectue une projection économique à moyen terme des conséquences budgétaires des orientations politiques choisies sur une période de quatre ans. Ces calculs prennent aussi en compte les effets indirects. L accord de coalition du nouveau gouvernement s appuie sur cette projection. Il comprend un volet financier détaillant pour la législature toutes les recettes et les dépenses. Le plafond des dépenses annuelles est défini pour l ensemble du mandat de quatre ans. Le CPB publie par ailleurs des prévisions économiques trimestrielles, les deux plus importantes étant celles du printemps et de septembre. C est sur ces prévisions que se fondent les mesures budgétaires. < < Ministère des Finances - La Haye Les finances publiques des Pays-Bas 15

17 Enfin, le CPB effectue tous les quatre à cinq ans une analyse basée sur la comptabilité intergénérationnelle et visant à examiner la viabilité à très long terme des finances publiques. Examen des dépenses Chaque année, le gouvernement, en la personne du ministre des Finances, charge des groupes de travail interministériels d examiner les dépenses effectuées dans différents domaines d action gouvernementale. Ces examens doivent leur particularité à : leur objectif, qui est de proposer des solutions de remplacement aux politiques menées. Depuis quelques années, il s agit notamment de mesures d économie ; leur méthode, en ce sens qu ils mobilisent les connaissances et l expérience disponibles tant à l intérieur qu à l extérieur des ministères ; leur indépendance de toute intervention politique. Autrement dit, ils sont menés de façon originale et créative, ne sont pas entravés par la législation existante, ni par l accord de coalition ou un quelconque accord gouvernemental, ni par le cloisonnement des compétences ministérielles ; l indépendance de la présidence du groupe, qui n est en aucun cas responsable du domaine d action examiné, et des experts, dont ceux du CPB. En 2010, le gouvernement a chargé 20 groupes de travail d examiner les dépenses dans plusieurs domaines d action, afin d anticiper les effets d un creusement de la dette publique et du déficit budgétaire, provoqué par les mesures de rigueur, venant s ajouter au vieillissement de la population et, par conséquent, à la hausse des dépenses de santé et d assurance vieillesse. Chacun des groupes a établi une liste des mesures destinées à réduire les dépenses : harmoniser, refondre ou simplifier la législation ; renforcer la cohérence entre les différents dispositifs ; évaluer l utilité, la nécessité, l efficacité des politiques en place ; restructurer les organisations et stimuler la coopération entre elles ; limiter les coûts de mise en œuvre et stimuler l efficacité opérationnelle ; introduire des mécanismes nouveaux de financement, y compris privés ; stimuler la responsabilité citoyenne par l internalisation des effets externes. 16 Encadré 3.1 L importance des contributions indépendantes et objectives au processus d établissement de la politique budgétaire En matière budgétaire, il ne faut pas sous-estimer l importance du Centre d analyse de la politique économique (CPB), dont le rôle indépendant s inscrit très bien dans la tradition néerlandaise de consultations précédant la formation de coalitions. Les analyses du CPB préparent l élaboration de politiques fondées sur des données factuelles. Créé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le CPB a réussi ses premiers pas grâce à un directeur exceptionnel le prix Nobel Jan Tinbergen et une conjoncture économique et politique qui lui attribuèrent un rôle clairement défini. Les membres du CPB siègent souvent dans d autres organes consultatifs. Le caractère unique du CPB est garanti par un ensemble de lois et de protocoles, des évaluations régulières de la pertinence et de la qualité de son travail, mais aussi par l existence d une presse

18 libre. Ses travaux influencent la réflexion stratégique économique et la prise de décision. Ils constituent l épine dorsale du cadre budgétaire établi par le gouvernement. L Office central de la statistique (CBS), institution indépendante de longue date, mène ses travaux sans interférence gouvernementale. Ses experts sont hautement qualifiés et produisent des données de grande qualité. Aux Pays-Bas, le paysage des instituts scientifiques consultatifs est extrêmement varié. Outre la recherche universitaire, plusieurs centres d expertise indépendants produisent des informations objectives destinées à l action gouvernementale en matière budgétaire et autre. Ce ne sont pas seulement le CBS et le CPB, mais aussi la Banque des Pays-Bas (DNB), le Bureau du plan social et culturel (SCP), le Bureau du plan pour l environnement et le cadre de vie (PBL) et le Conseil scientifique de la politique gouvernementale (WRR), lesquels ont tous une mission reconnue de service public et opèrent en autonomie. Parmi les organes consultatifs, on citera encore le Conseil d État et le Conseil économique et social (SER), ce dernier représentant tant les employeurs que les salariés et comptant des membres désignés par le gouvernement. La Cour des comptes, dont le statut est inscrit dans la Constitution, a pour mission de vérifier la régularité, l efficacité et la probité des comptes de l État et des institutions publiques. 3.2 Caractéristiques de la politique budgétaire Traité de Maastricht Le traité de Maastricht, signé en 1992, attribue la responsabilité de la politique monétaire commune à la Banque centrale européenne et fixe les critères, dits de convergence, auxquels doivent répondre les finances publiques des États membres : le déficit budgétaire ne doit pas excéder 3 % du PIB, et la dette publique doit être inférieure à 60 % du PIB ou s en rapprocher en baissant à un rythme satisfaisant. Ces dispositions ont été reprises dans le Pacte de stabilité et de croissance, adopté en 1997, qui prévoit en outre que les budgets nationaux doivent être équilibrés ou excédentaires à long terme. Politique budgétaire fondée sur les tendances Les principes de la politique budgétaire fondée sur les tendances, dont l ancien ministre des Finances Gerrit Zalm a été le promoteur, sont restés inchangés depuis Il existe une séparation nette entre les dépenses et les recettes. Un surplus de recettes ne peut servir à financer des dépenses supplémentaires. Cette règle vise à éviter qu un changement dans les revenus de l État déclenche immédiatement une discussion sur des dépenses ou coupes supplémentaires. Les dépenses publiques sont divisées en trois catégories. (1) État, (2) sécurité sociale et marché du travail, et (3) santé. Pour assurer un contrôle approprié des dépenses, des plafonds pour chaque catégorie sont convenus au préalable. Cela signifie que l ensemble des dépenses est fixé pour la durée du mandat gouvernemental. Les plafonds, qui sont exprimés en euros et non en pourcentage du PIB, sont le résultat d une évaluation réaliste des dépenses publiques prévues, compte tenu du programme du nouveau gouvernement. Dans les domaines Les finances publiques des Pays-Bas 17

19

20 de la sécurité sociale et de la santé, les estimations du CPB jouent un rôle de référence critique. Les plafonds sont exprimés en termes réels, c est-à-dire revus annuellement en fonction de l inflation. Toute évolution des salaires et des prix imprévue en début de mandat entraîne un ajustement des marges de manœuvre. En cas de dépenses supplémentaires à l intérieur d une même catégorie, la compensation doit s opérer dans le même cadre de dépenses. Les compensations intercatégorielles ne peuvent être décidées que par le gouvernement. Le principe de rééquilibrage automatique s applique au cadre des recettes. Il y a peu de changement dans les taux d imposition et de cotisations durant le mandat gouvernemental. Un surplus ne peut pas être utilisé pour financer de nouvelles politiques ; il est crédité au solde de l UEM (pour réduire le déficit ou augmenter l excédent budgétaire). Une détérioration des recettes est débitée du solde de l UEM. Ce mécanisme a pour avantage de permettre l ajustement des recettes budgétaires en fonction de la situation économique. En cas de détérioration, le gouvernement ne prend de nouvelles mesures que si les niveaux d alerte du solde UEM sont dépassés. Sortir temporairement de ce cadre est possible à condition que des mesures de compensations soient prises durant les années suivantes du mandat gouvernemental. C est au printemps que sont arrêtées les décisions relatives aux dépenses budgétaires. Cette annualisation des décisions est propice à un environnement administratif serein. Règles budgétaires Les gouvernements néerlandais s engagent au début de leur mandat à respecter des règles qui leur permettront de mener une politique budgétaire saine. Ces règles visent à une affectation efficace des ressources et au contrôle des finances publiques. Elles fournissent au gouvernement les outils nécessaires pour prévenir les dettes publiques et les déficits budgétaires excessifs au regard des normes convenues au niveau européen. Outre les règles communément appliquées en matière de dépenses et de recettes publiques, le gouvernement s attache à quelques nouveaux principes de consolidation budgétaire, comme la mise en œuvre d une politique plus stricte sur les risques budgétaires liés aux salaires et aux garanties. Les règles européennes, cadre de la politique budgétaire nationale Outre les obligations découlant de leur adhésion à l UEM, les Pays-Bas doivent se conformer aux règles budgétaires de l Union européenne. Inscrites dans le Traité sur le fonctionnement de l Union européenne et dans le Pacte de stabilité et de croissance, ces règles précisent que le déficit budgétaire ne doit pas excéder 3 % du PIB, et que la dette publique doit être inférieure à 60 % du PIB ou s en rapprocher en baissant à un rythme satisfaisant. De plus, les États membres de l UE doivent poursuivre un objectif à moyen terme (OMT), défini en termes structurels en fonction de leur niveau d endettement et du coût estimé du vieillissement de leur population. Aux termes de la procédure de déficit excessif (voir encadré 3.2), le déficit structurel doit d abord être réduit de 0,75 % du PIB, puis, conformément à l objectif à moyen terme, baisser par étapes successives de 0,5 % du PIB jusqu à l équilibre budgétaire. Pour faire face à la crise, les règles budgétaires européennes ont été durcies. Les principaux changements sont : < < Ministeres - La Haye Les finances publiques des Pays-Bas 19

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

1. Du budget de l État au déficit public

1. Du budget de l État au déficit public 1. Du budget de l État au déficit public QCM 1. Qu est-ce que la LOLF? a. la loi d orientation des lois financières b. la loi d organisation des limites financières c. la loi organique relative aux lois

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE FICHE 9 - L ELABORATION DU BUDGET La loi de finances de l année fait l objet d une double élaboration. Le projet est préparé par les différents ministères parmi lesquels le ministère des Finances joue

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM)

Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM) Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM) Approuvé par le Conseil d'administration à sa deuxième session ordinaire, le 15 novembre 2011 Objet 1. Le Comité d audit joue un rôle d expert-conseil

Plus en détail

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine NEU NOUVEAU NUOVO NOVO 12.03.2009 Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine Entré en vigueur le 1er avril 2009 Titre I er Dispositions générales Article 1er - Objet

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE Adopté le 29 juin 2009 par le conseil d'administration (275 e assemblée résolution n o 2321) Modifié le 21 avril 2015 par le conseil d administration (310 e assemblée

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT 1 Le 11 mars 2015 RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT Le groupe de travail sur la gouvernance du Sénat présidé par M. Gérard LARCHER, Président du Sénat, propose, sur

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Diffusion Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES 1 24 novembre 2011 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 - MISSION «ECONOMIE» ET COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES Examen en séance publique : lundi

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Les concepts et bonnes pratiques dans les finances publiques

Les concepts et bonnes pratiques dans les finances publiques Atelier Régional HHA pour le renforcement des capacités dans l analyse des budgets et le plaidoyer pour la santé de la mère et de l enfant 6-8 mai 2014 Dakar, Sénégal Les concepts et bonnes pratiques dans

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015 Université d Ottawa Cadre de référence Budget 2014-2015 L Université d Ottawa souhaite communiquer à la communauté universitaire les priorités, les enjeux et les défis auxquels elle fera face pour la préparation

Plus en détail

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec Présentation Présenté

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES. Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires

LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES. Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES Sous-thème II Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires Document de discussion élaboré par le groupe de travail sous-thème II National Audit Office,

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE

PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE Le processus administratif de suivi et de traitement d une demande

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS FRANCAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTE

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS FRANCAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS FRANCAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTE Le présent règlement intérieur a pour objectif de fixer les modalités d organisation et de fonctionnement du fonds français pour l

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

CONVENTION PACTE LOGEMENT IVL

CONVENTION PACTE LOGEMENT IVL CONVENTION PACTE LOGEMENT IVL Entre l Etat du Grand-Duché de Luxembourg, représenté par son ministre ayant le Logement dans ses attributions, Monsieur Fernand BODEN, et son ministre ayant l Intérieur dans

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Troisième partie. Principales mesures correctrices immédiates et engagements de Sciences Po

Troisième partie. Principales mesures correctrices immédiates et engagements de Sciences Po Troisième partie Principales mesures correctrices immédiates et engagements de Sciences Po 1 2 Principales mesures correctrices immédiates et engagements de Sciences Po Gouvernance - Sciences Po entend

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS

COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS En vertu de la clause 4-1.01 de l entente locale, la Commission scolaire (ci-après la «Commission») reconnaît officiellement que les enseignantes et les enseignants

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe GUIDE DE PARTICIPATION DU CITOYEN 1 Réforme démocratique 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick Notre mandat : nous devons examiner et proposer une loi sur les référendums au Nouveau-Brunswick,

Plus en détail

Structure et fonctionnement de la Zone euro

Structure et fonctionnement de la Zone euro Structure et fonctionnement de la Zone euro Dusan Sidjanski Introduction Les Etats membres de la Zone euro sont confrontés à un choix politique de grande portée : s engager dès que possible sur la voie

Plus en détail

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés».

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés». Dette Dette L ENDETTEMENT L administration municipale a recours à l emprunt à long terme principalement pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est influencé par

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Cadrage macroéconomique

Cadrage macroéconomique Cadrage macroéconomique Le scénario macroéconomique repose sur des hypothèses réalistes : 2013 : une nouvelle année de croissance faible (0,1 %), dans un contexte de crise européenne Reprise progressive

Plus en détail

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE A usage officiel STD/NA(99)47 STD/NA(99)47 Or. Ang. A usage officiel Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 26-Aug-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE GUINEE ------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT DECRET D/2012/ /PRG/SGG PORTANT ORGANISATION ET MODALITÉS DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

RÈGLEMENT FINANCIER DU SECRÉTARIAT DU TRAITÉ SUR L ANTARCTIQUE. Règlement financier

RÈGLEMENT FINANCIER DU SECRÉTARIAT DU TRAITÉ SUR L ANTARCTIQUE. Règlement financier RÈGLEMENT FINANCIER DU SECRÉTARIAT DU TRAITÉ SUR L ANTARCTIQUE Règlement financier Article 1 Champ d application 1. Le présent règlement régit la gestion financière du secrétariat du Traité sur l Antarctique

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

SYNDICAT DU PERSONNEL DE L OIT

SYNDICAT DU PERSONNEL DE L OIT SYNDICAT DU PERSONNEL DE L OIT Distribution: http://www.ilostaffunion.org/new/?lang=fr SU/AGM/2015/2/D.5 7 octobre 2015 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DEUXIÈME SESSION 15 octobre 2015 Amendement des Statuts

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo et la communauté internationale poursuivent un objectif commun pour la stabilité et le développement

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/70/34/Add.1 17 juin 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS

Plus en détail

Rapport du Comité de vérification au directeur général des élections du Canada pour l exercice 2009-2010. Introduction. Composition et réunions

Rapport du Comité de vérification au directeur général des élections du Canada pour l exercice 2009-2010. Introduction. Composition et réunions 9 juin Rapport du Comité de vérification au directeur général des élections du Canada pour l exercice 2009- Introduction Le Comité de vérification du Bureau du directeur général des élections du Canada

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

Présentation globale des comptes de campagne de l élection présidentielle de 2002 après réformation par le Conseil constitutionnel

Présentation globale des comptes de campagne de l élection présidentielle de 2002 après réformation par le Conseil constitutionnel Présentation globale des comptes de campagne de l élection présidentielle de 2002 après réformation par le Conseil constitutionnel Source : services du Conseil constitutionnel En vertu du cinquième alinéa

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Les nouvelles obligations en matière de transparence financière des Comités d Entreprise Loi du 5 mars 2014 :

Les nouvelles obligations en matière de transparence financière des Comités d Entreprise Loi du 5 mars 2014 : Les nouvelles obligations en matière de transparence financière des Comités d Entreprise Loi du 5 mars 2014 : Situation antérieure et obligations prochaines www.semaphores.fr Situation antérieure à la

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale L Université de Fribourg; L Université de Genève; L Université de Lausanne; L Université de Neuchâtel; (ci-après désignées par «les

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

Le processus budgétaire

Le processus budgétaire Le processus budgétaire fédéral Le budget Le document stratégique le plus important publié par le gouvernement chaque année Instrument de communication des priorités de l'état : élections, discours du

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail