HIGHTECH Contrôle de gestion et tableau de bord Pr. Rabhi Décembre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HIGHTECH Contrôle de gestion et tableau de bord Pr. Rabhi Décembre 2012"

Transcription

1 HIGHTECH Contrôle de gestion et tableau de bord Pr. Rabhi Décembre Les mots clés du contrôle de gestion? Définition proposée par l Association Nationale des Contrôleurs de Gestion : «Le contrôleur de gestion est responsable de la conception du système d informations. Il est responsable du bon fonctionnement de ce système. Il fait en sorte que ce système soit effectivement utilisé par tous les responsables de sa société, dans le but d accroître la rentabilité des capitaux investis. Il formule avis et recommandations». Les mots clés du contrôle de gestion sont : Le pilotage ; Le rapprochement : réalisations/prévisions ; L assistance des opérationnels ; L optimisation des ressources. 2. Les outils du contrôle de gestion? Les outils principaux du contrôle de gestion sont : La comptabilité analytique «à titre principal» ; La comptabilité générale «à titre accessoire». 3. Les budgets de plan : outils prévisionnels? Les outils prévisionnels du contrôle de gestion sont : La stratégie de la société définit par le conseil d administration, c est la vocation de la société ;

2 Les plans, triennaux ou quinquennaux, qui découlent de cette stratégie ; ils prévoient les investissements à réaliser et déterminent les ressources, à long terme, de leur financement ; Les budgets annuels, semestriels, trimestriels Le tableau de bord ; 4. Les niveaux d exécution, opérationnels et stratégiques? Plus vous allez vers le bas, plus il y a du travail répétitif et moins il y a de travail intellectuel ; C est ainsi qu il faut informatiser/automatiser ce travail répétitif ; L intérêt de cette distinction : Obliger les responsables à se concentrer sur le stratégique et l opérationnel ; Eviter les erreurs, augmenter la productivité en automatisant l exécution. 2 Les trois niveaux du contrôle. «Le contrôle stratégique» est celui qui permet à la Direction d appréhender la nature des hypothèses conditionnant de manière déterminante pour le long terme les activités et structures de l entreprise jugées les plus aptes à lui permettre de réaliser ses finalités. «Le contrôle de gestion» permet à la Direction de s assurer que les plans des unités sont cohérents avec celui de l entreprise et que sur le court terme, celui-ci est lui-même cohérent avec le plan stratégique. C est aussi le système qui incite chaque responsable à gérer les facteurs clés de succès dans le sens requis par la stratégie et qui lui permet de comparer le déroulement de son action aux objectifs du plan à court terme et d identifier la cause des divergences éventuelles, afin d en déduire la nature des mesures à mettre en œuvre. «Le contrôle d exécution» permet à chaque délégataire de s assurer que les tâches programmées se déroulent conformément aux règles et aux délégants de disposer des sécurités qui les dispensent de vérifier le détail de ces tâches. Le contrôle de gestion se rapproche ici de la planification sans pour autant l intégrer. Le Contrôleur de Gestion doit s assurer de la cohésion des programmes d actions annuels avec les plans d action à long et moyen terme 5. Les coûts standards ou coûts préétablis? On appelle coût préétabli, un coût fixé a priori pour chiffrer ou évaluer certains éléments d exploitation tels que les devis, les sorties de stocks, les prestations internes Les coûts préétablis servent, plus tard, de référence pour apprécier la gestion et la contrôler par le biais du calcul et de l analyse des écarts avec les coûts réels. 2

3 Un coût préétabli peut être soit un coût standard (norme), soit un coût cible, soit un coût budgétisé servant de base pour le calcul des budgets. On pourrait définir ces notions comme suit : Un coût standard est une norme qui sert de référence pour apprécier la gestion par les coûts. Cette norme peut être interne (basée sur une étude technicoéconomique ou statistique) ou externe (faisant référence aux normes des entreprises leader du secteur). Un coût cible est un coût que l on vise à atteindre. Pour évaluer le coût cible, on part d une spécification fonctionnelle du produit et d une analyse du marché (besoin du consommateur, concurrence, etc.). Il est élaboré au stade de la conception du produit, car c est à ce stade que l on peut contrôler le coût, étant donné que 80% des coûts des produits sont souvent engagés dès leur conception, et qu il est plus facile de réduire le coût à la conception qu à la production. Un coût budgétisé est un objectif de coût qui sert au chiffrage des budgets. En fait le coût budgétisé est souvent fixé par référence à un coût standard ou un coût cible (cas des entreprises japonaises), en tenant compte des contraintes propres à l exploitation (condition de travail, compétence et expérience des ressources humaines, etc.) 6. Les modèles des tableaux de bord dans une entreprise? y a-t-il un référentiel ou un formalisme? Le tableau de bord est un document de synthèse Etabli à l intention d une personne identifiée, destiné à renseigner sur la marche à court terme de l entité qu il dirige et sur l atteinte de ses objectifs, c est un outil d auto évaluation de la performance. Il n y a pas de référentiel de tableau de bord, chaque entreprise a un découpage particulier adapté à sa réalité Pourquoi calcule-t-on la sous-activité dans une entreprise? La sous-activité permet de n imputer que les frais fixes liés à l activité réelle. C est un indicateur de maîtrise des frais fixes. Coefficient d imputation = activité réelle / activité normale 8. Pourquoi les frais fixes sont des charges à maîtriser dans les coûts de l entreprise? Les frais fixes sont des charges à maîtriser dans les coûts de l entreprise parce que les frais fixes courent même si l activité ralentie ou s arrête. 9. La politique de cessions internes dans les groupes : outils de performance interne? Les prix de cessions internes ou prix de transfert (transfer price) sont les prix des biens et services entre les divisions ou les sociétés d un même groupe. Un système de prix de cession internes comporte la définition des centres de responsabilité, de leur degré d autonomie, la définition des prix de cession internes, les 3

4 règles de régulation du système, en conformité avec la structure et la stratégie de l entreprise ou du groupe. Les objectifs d un système de prix de cession internes sont : la recherche d une plus grande flexibilité et de meilleures performances par la décentralisation des décisions de gestion ; la mesure de la performance des centres de responsabilité, par le calcul de leur résultat ; la motivation des acteurs au sein des centres de profit par l appropriation d un résultat dont ils sont responsables. La politique de cessions internes dans un groupe permet de mettre en place un système de négociation entre centre de responsabilité ou entre unité de production pour optimiser les ressources et créer une émulation (concurrence) entre filiales. Elle est applicable dans les groupes avec encaissement et décaissement, et dans la meme société sans encaissement et décaissement. 10. La méthode des coûts complets : coûts traditionnels et méthode ABC? quelle est la différence entre les deux méthodes? La méthode ABC : les coûts sont calculés par activité. La méthode des coûts traditionnels : les coûts sont calculés par fonction Les centres de responsabilité dans la mise d une comptabilité des coûts au sein de l entreprise? La notion de centre de responsabilité est utilisée en comptabilité analytique pour répondre aux besoins du contrôle de gestion par le contrôle des coûts. Un centre de responsabilité est un compartiment doté d une autonomie et d un pouvoir pour engager des actions ayant une influence sur les coûts du centre en question. (pour chaque centre, il y a un chef de centre avec des objectifs et avec des ressources pour les réaliser). Pour que la comptabilité analytique soit un outil de contrôle de gestion, il est indispensable qu elle fasse correspondre à chaque section, fonction ou centre d activité un centre de responsabilité unique. ( Le découpage par centre de responsabilité peut entraîner un regroupement des différents centres d analyses qui concerne le centre de responsabilité en question). Pratiquement : Il faut préalablement convertir l organigramme administratif en organigramme de gestion ; Créer des centres de responsabilité pour pouvoir identifier et imputer facilement les coûts. Mesurer les coûts par centre, calculer les écarts par rapport aux réalisations ; Conclure si les centres de responsabilités sont performants ou non. 12. les notions de coûts complets et coûts partiels 4

5 Le coût complet correspond à l affectation de l ensemble des charges d exploitation sur les unités d œuvres qui caractérisent les produits définitifs de l activité étudiée. Les méthodes des coûts complets sont : o à la méthode des sections homogènes (coût d achat, coût de production ). Les coûts directs sont directement affectés alors que les coûts indirects transitent par des centres de responsabilité. Le découpage de l entreprise se fait en fonction du cycle de production) o la méthode ABC : coûts basés sur l activité : le découpage de l entreprise se fait par activité et chaque activité sera mesurée par un inducteur processus-activités-taches o le Target costing ou coût cible ou coût objectif : c est une méthode japonaise qui dit : combien peut payer le client? (le prix de vente que peut décaisser le client). A partir de ce prix de vente, on fait un feedback en calculant le minimum de marge de l entreprise, les coûts des composants de ce produit (par phase). Si le coût est supérieur au prix de vente, l entreprise ne modifie pas les prix de vente, mais agit sur le coût en terme de lutte contre le gaspillage, les coûts cachés et parfois sur la qualité du produit o On ne prend en compte pour l établissement des coûts de revient que les coûts variables. L ensemble des charges fixes est laissé dans une masse commune (Direct Costing Simple) Les coûts partiels résultent de l affectation d une partie des charges sur des activités intermédiaires ou définitives. Les principaux coûts partiels sont, d une part les coûts fixes et les coûts variables et, d autre part, les coûts directs et indirects. Les méthodes des coûts partiels sont : Méthode des coûts variables (M/CV: c est l isolement de la marge sur coûts variables) : est ce que le produit permet de couvrir ses propres charges variables? Méthode des coûts fixes spécifiques (M/CFS: isoler les coûts variables et les coûts fixes spécifiques) : ne pas pénaliser le produit en termes de frais fixes communes Méthode de taux de couverture des frais fixes communes : M/CV et M/FF/ et Taux de couverture des FF la notion de seuil de rentabilité et point mort le seuil de rentabilité : Volume de production qui ne produit ni profit ni perte. Il est atteint quand les coûts totaux sont couverts par les recettes totales. Le seuil de rentabilité est généralement calculé en monnaie. Mais il peut être exprimé en quantités produites ou en nombre de jours de chiffre d'affaires (Point mort). Formule : o Seuil de rentabilité en quantité. SR = CF / mcv unitaire o Seuil de rentabilité en monnaie. SR = CF / Taux MCV Avec : SR = seuil de rentabilité, CF = coûts fixes, MCV = marge sur coûts variables. 5

6 Point mort. Date à laquelle le seuil de rentabilité est atteint (Nombre de jours de chiffre d affaires). C est-à-dire, date à laquelle l entreprise devient bénéficiaire. Plus cette date est atteinte rapidement dans l exercice plus la sécurité est importante pour l entreprise. Point mort = Seuil de rentabilité X 360 / Chiffre d affaires de la période 14. le B.B.Z? procédure budgétaire C est une méthode budgétaire qui a été abandonnée La procédure du budget base zéro (BBZ) est basée sur le principe que rien n'est jamais acquis. La reconduction d'un budget d'une année sur l'autre est donc exclue par principe. Chaque dépense doit être justifiée. On découpe donc l'activité des services en centres de décisions, chacun dirigé par un responsable qui doit établir ses propres propositions budgétaires, compte tenu de ses prévisions. Ses projets peuvent être alternatifs (il faudra choisir dans ce cas un projet parmi plusieurs) ou complémentaires (projets différents pouvant tous être mis en place). Toutes les propositions sont ensuite évaluées par la direction. o Pour les projets qui ne sont pas forcément indispensables, il peutêtre judicieux des les différer dans le temps afin de consacrer les ressources disponibles aux projets les plus rentables. o La classification des projets peut être réalisée arbitrairement selon différentes critères : comparaison de la rentabilité des projets, utilisation de méthodes de scores le contrôle de gestion et l Audit interne Le contrôle de gestion : c est l ensemble des actions, procédures et documents visant à aider les responsables opérationnels à maîtriser leur gestion pour atteindre des objectifs (prévoir les événements, s y préparer et s adapter) cohérents et conformes aux choix politiques de l entreprise. L'audit interne est une activité de conseil réalisée par certains employés de l'entreprise qui certifie la régularité de la gestion de l'entreprise relativement au suivi de ses procédures La notion de reporting dans l entreprise? Le reporting de gestion est l outil de gestion interne de l entreprise. Il permet l analyse de l activité et le pilotage de l entreprise. Il intègre données financières et données opérationnelles et comprend l ensemble des dimensions d analyse nécessaires à la bonne compréhension des résultats. Les objectifs d un reporting peuvent être énoncés comme suit : Assurer la fiabilité et la cohérence des chiffres, Accélérer la publication des chiffres, assurer le respect des délais de reporting, Constituer une base d informations de référence, Réconcilier la vision juridique et managériale du groupe, 6

7 Mettre à disposition des fonctions d analyse, Permettre le pilotage de l entreprise. 38- Cenntre d analyse de profit, centre de rentabilité? Le centre d analyse correspond à une division d ordre comptable de l entreprise ou sont analysés des éléments de charges indirectes préalablement à leur imputation au contrôle. Les opérations d analyse regroupent trois opérations successives : Affectation aux centres d analyse (en cas d existence d un moyen de mesure) ou, à défaut, répartition entre les centres d analyse (grâce à l utilisation de clé de répartition) ; Cession de prestations entre centre d analyse ; Imputation des coûts des centres d analyse aux coûts recherchés. 7 Les centres d analyse peuvent être classés de la manière suivante : centre de travail, centre de responsabilité, centre de profit, centre de rentabilité. Concernant le centre de profit, il correspond à un centre de travail auquel il est possible de rattacher non seulement des coûts mais également des produits. Le centre de coût permet de calculer le ratio suivant : Profit/ Chiffres d Affaire Alors que le centre de rentabilité est un centre de profit auquel il est possible de rattacher un montant de capitaux investis. Le centre de rentabilité permet de calculer le ratio suivant : Profit/ capitaux. 39- Tableau de bord : suivi des réalisations? Gérer c est aussi piloter, et donc avoir les instruments nécessaires pour se rendre compte d une situation donnée au moment opportun sur la base d indicateurs pertinents. Pour cette raison, le service contrôle de gestion doit mettre en place un tableau de bord périodique qui réuni un ensemble d indicateurs ventilés par entité. Egalement, des reporting commerciaux sont édités périodiquement pour suivre de prêt l activité commerciale. 40- La notion d unité d œuvre? C est une unité de mesure dans un centre d analyse se servant notamment à imputer le coût de ce centre aux comptes de coût des produits, et plus généralement à mesurer l activité des services dont on veut mesurer l efficience. Exemple : Heure de main-d œuvre, heure machine, unité de produit élaboré. 7

8 41- La hiérarchie des budgets dans l entreprise? Les budgets doivent être construits dans un ordre déterminé à partir de l hypothèse de production vente retenue. a) Le point de départ : production Vente : En général, la contrainte majeure (goulet d étranglement) qui limite l activité de l entreprise est d ordre commercial : les ventes «budgétées» ne peuvent dépasser un montant donné, compte tenu du marché et de la concurrence, malgré des possibilités techniques de production supérieures. Dans certains cas,le goulet d étranglement se situe au niveau de la production ( capacité limité des matériels ; effectifs d ouvriers utilisés pour un horaire maximal ) malgré des possibilités de vente supérieurs. C est donc la plus faibles des deux limites du couple «Ventes-Production» qui détermine l hypothèse de base. 8 b) L ordre de l établissement des budgets : Malgré les observations précédentes sur les contraintes techniques, c est dans la grande majorité des cas la contrainte commerciale qui est déterminante, surtout en période de crise ou de difficultés économiques. On part donc essentiellement du budget des ventes pour établir, en cascades, les autres budgets. * Du budget de vente au budget de production : On passe des quantités à vendre aux quantités à produire en tenant comptes du stock initial de produits fabriqués. *Du budget de production au budget d approvisionnement : Même raisonnement que ci-dessus, en passant par les «stocks» de matières premières et de fournitures. *Budget des investissements : Dans le cadre de sa planification (Plan à long terme), l entreprise a peut être prévu, pour l année qui vient (année budgétaire), certains investissements ; il en existe toujours dans les grandes entreprises, mais pas nécessairement chaque année dans les «PME». Il faut tenir compte de ces investissements et des financements correspondants : - dans leurs conséquences sur la capacité de production ; -dans leurs conséquences financières (sorties de trésorerie). *Budget des «charges de structures» : qui comprend les : -frais d administration général ; -frais de recherche, de développement, études ; -charges financières ; -impôts sur bénéfices. *Budget de trésorerie : Ultime budget puisqu il recueille toutes les «retombées» en recettes et en dépenses des autres budgets 8

9 46- Les charges supplétives en comptabilité analytique? Il s agit de charges qui n existent pas dans la comptabilité générale et que la comptabilité analytique ajoute aux charges incorporables de la comptabilité générale parce qu elles se justifient dans une approche économique de gestion. Ce sont : La rémunération des capitaux propres et capitaux propres et assimilés des entreprises au taux du marché financier ou marché de l argent à long terme ; La rémunération de l exploitant ; Les charges d usage ; Les charges incorporables et non incorporables? Charges incorporables : Charges relatives à l activité principale de l entreprise, constatées par la comptabilité financière et attribuables directement ou indirectement à un coût. Charges non incorporables : Charges à caractère extraordinaire ou résultant d une activité accessoire (hors exploitation). Exemple : Charges ou pertes extraordinaires, Frais d administration d un portefeuille titres, Charges et produits d immeubles locatifs. 48- Le caractère de charges variables et semi- variables? Charges variables (charges opérationnels) : Ces charges dépendent du volume de production, elles peuvent être plus que proportionnelles ou moins que proportionnelles aux variations de l'activité. Exemple : Main d'œuvre productive, énergie... Charges semi variables (charges mixtes) : Charges qui ce constituent d'une partie fixes et d'une partie variable. Exemple : charges d'électricité Les charges fixes communes? Les charges fixes spécifiques? Les charges fixes communes : Elles ne peuvent être imputées à un produit. Elles sont couvertes par les marges dégagées par chaque produit fabriqué Les charges fixes spécifiques : Elles sont générées par un seul produit et imputées à celui-ci ; 9

10 50- Les charges directes et indirectes? Les charges directes : Ce sont les charges qu'il est possible d'incorporer immédiatement dans un coût, sans hypothèse préalable, ni calcul intermédiaire. Il peut s'agir des matières consommées dans la fabrication de produits, des commandes ou de la main d'œuvre directe constituée par les charges de personnel qu'on peut inscrire, sans incertitude, dans le coût de tel produit ou de famille de produits, ainsi que certaines charges particulières comme les frais de publicité pour tel produit bien déterminé. Les charges indirectes Ce sont les charges qui ne peuvent être incorporées dans les coûts qu'à la suite de calculs intermédiaires. Les calculs intermédiaires concernent des centres de calculs, appelés centres d'analyse Les centres d analyse des coûts? Un centre d'analyse est une division de l'entreprise où son accumulés et analysés des éléments de charges indirectes préalablement à leur imputation aux coûts des produits intéresses. Cette division peut être réelle (bureau, atelier, magasin...), ou fictive (centre de financement, par exemple). Les charges indirectes peuvent être "affectées" aux différents centres d'analyse à l'aide de moyens de mesure. Si la ventilation à l'aide de moyens de mesures n'est pas possible on utilise alors des "clés de répartition". Les calculs engendrés par le traitement des charges indirectes sont présentés dans un tableau appelé tableau d'analyse. Les calculs sont faits en deux étapes successives: 1/ Répartition primaire : les charges indirectes sont ventilées entre tous les centres d'analyses concernés; 2/ Répartition secondaire : les prestations de certains centres d'analyse à d'autres centres sont évaluées et enregistrés. Ensuite le coût d'unité d'oeuvre par centre est déterminé pour imputation dans les coûts. 52- Comment déterminer les unités d œuvre dans une entreprise? La détermination des unités d œuvre dépend de la section et son caractère homogène. Ainsi, pour la section Approvisionnement on peut retenir par exemple la quantité achetée en Kg, en quintaux ou en tonnes si toutes les quantités peuvent se réduire soit en Kg soit en quintal soit à la tonne. A défaut de réduction ou de conversion, on retiendra la valeur des achats. 10

11 Pour les sections de production, on peut retenir la quantité traitée de MP, l heure de MOD, l heure machine Pour les sections de distribution on peut retenir, soit l unité distribuée, soit le montant des unités d œuvre. Généralement, on regarde ce qui domine dans l activité. 53. Pourquoi propose - t- on le facturation interne dans les groupes pour mesurer la performance interne? Cela permet de créer une concurrence entre les filiales du groupe. Il permet aussi d'arrêter les budgets en fonction des objectifs tracés pour chaque filiale et enfin, évaluer les responsables opérationnels sur leur capacité à respecter les objectifs préfixés 11 11

Comptabilité analytique

Comptabilité analytique Comptabilité analytique Chapitre 1 : la comptabilité analytique I. Introduction 1 er point : la comparaison entre comptabilité générale et comptabilité analytique. 1 er cas : la comptabilité générale ;

Plus en détail

Révision thèmes de Licence 3 - Questions à Choix Multiples

Révision thèmes de Licence 3 - Questions à Choix Multiples Révision thèmes de Licence 3 - Questions à Choix Multiples Jean-Christophe Scilien Manel Benzerafa - Alilat Durée : 1h30 Plusieurs réponses correctes possibles Les réponses incorrectes seront sanctionnées

Plus en détail

Analyse des coûts. 1 ère année DUT GEA, 2005/2006 Analyse des coûts

Analyse des coûts. 1 ère année DUT GEA, 2005/2006 Analyse des coûts Analyse des coûts Les techniques de calcul et d analyse des coûts portent le nom de comptabilité analytique ou comptabilité de gestion. Ces deux termes seront utilisés indifféremment dans ce cours. Contrairement

Plus en détail

LA METHODE DES COÛTS COMPLETS. Les coûts successifs dans une activité industrielle. Cas de synthèse sur la méthode des coûts complets.

LA METHODE DES COÛTS COMPLETS. Les coûts successifs dans une activité industrielle. Cas de synthèse sur la méthode des coûts complets. LA METHODE DES COÛTS COMPLETS Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o Les coûts successifs dans une activité industrielle. Les principes de la comptabilité de gestion. Cas de synthèse sur la méthode

Plus en détail

INITIATION AU CONTRÔLE DE GESTION

INITIATION AU CONTRÔLE DE GESTION INITIATION AU CONTRÔLE DE GESTION Eric Astien 2007/2008 0 introduction Si la comptabilité générale La comptabilité de gestion doit fournir, d une manière générale, tous les éléments de nature à éclairer

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL SÉNÉGALAIS 1/6 Durée : 6 heures Série : G SESSION 2004 CLASSES DE TERMINALE

CONCOURS GÉNÉRAL SÉNÉGALAIS 1/6 Durée : 6 heures Série : G SESSION 2004 CLASSES DE TERMINALE CONCOURS GÉNÉRAL SÉNÉGALAIS 1/6 Durée : 6 heures Série : G SESSION 2004 T E C H N I Q U E C O M P T A B L E DOSSIER I : COMPTABILITE ANALYTIQUE La société K fabrique deux produits P 1 et P 2 et un sous

Plus en détail

LES COUTS PARTIELS...

LES COUTS PARTIELS... Sommaire LES COUTS PARTIELS... 2 EXERCICE 1... 2 EXERCICE 2... 2 EXERCICE 3... 2 EXERCICE 4... 3 EXERCICE 5... 3 LES COUTS COMPLETS... 5 EXERCICE 1... 5 EXERCICE 2... 6 EXERCICE 3... 7 EXERCICE 4... 10

Plus en détail

F3 - Utiliser un logiciel de cartographie visuelle

F3 - Utiliser un logiciel de cartographie visuelle 4 F3 - Utiliser un logiciel de cartographie visuelle 1 Définition La cartographie visuelle (en anglais, «Mind Mapping»), également appelée topogramme, schéma heuristique ou carte mentale, est un outil

Plus en détail

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 1. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 1. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance. Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance Partie 1 Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.org Partie 1 : Méthode de calcul des couts d une compagnie d

Plus en détail

BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2010-2011

BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2010-2011 BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2010-2011 TS1 CGO-2 heures Devoir N 4 28 mars 2011 Aucun document autorisé Calculatrice autorisée L'entreprise CARTEX, fabrique et commercialise des emballages en carton

Plus en détail

IV - DETERMINATION DES COUTS

IV - DETERMINATION DES COUTS Cterrier.com 1/6 06/01/2005 Initiation à la gestion Quantitative d une entreprise Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

Maîtriser vos coûts pour mieux calculer vos prix

Maîtriser vos coûts pour mieux calculer vos prix Maîtriser vos coûts pour mieux calculer vos prix Centre de Gestion Agréé de la Martinique Séminaire du 22 juin 2010 Intervenante : Marie CONSTANT 1 ère partie Calculer son Coût de revient Plan Pourquoi

Plus en détail

Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité

Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité Leçon n 8 : méthodologie de mise en œuvre de la comptabilité par activité 1 PLAN DE LA LEÇON : 1.La comptabilité par activité : méthodologie de mise en œuvre... 2 1.Le recensement et la définition des

Plus en détail

PARTIE 1 DE LA STRATÉGIE À LA PRISE DE DÉCISION : UNE FONCTION FINANCE AU CŒUR DE LA VIE DE L ENTREPRISE

PARTIE 1 DE LA STRATÉGIE À LA PRISE DE DÉCISION : UNE FONCTION FINANCE AU CŒUR DE LA VIE DE L ENTREPRISE PERFORMANCE : LE CPA ET L INFORMATION DÉCISIONNELLE GÉNÉRALE PARTIE 1 DE LA STRATÉGIE À LA PRISE DE DÉCISION : UNE FONCTION FINANCE AU CŒUR DE LA VIE DE L ENTREPRISE PARTIE 2 OUTILS DE GESTION DE LA PERFORMANCE

Plus en détail

LE CALCUL DES COÛTS COMPLETS DANS UNE ENTREPRISE COMMERCIALE

LE CALCUL DES COÛTS COMPLETS DANS UNE ENTREPRISE COMMERCIALE LE CALCUL DES COÛTS COMPLETS DANS UNE ENTREPRISE COMMERCIALE METHODOLOGIE : ETAPE 1 : DISTINGUER LES CHARGES DIRECTES ET INDIRECTES CHARGE DIRECTE = charge qui concerne un seul produit et qui peut donc

Plus en détail

I. PROGRAMME 1 ère PARTIE : LES TRAVAUX DE FIN D EXERCICE (*).

I. PROGRAMME 1 ère PARTIE : LES TRAVAUX DE FIN D EXERCICE (*). الامتحان الموحد الوطني لنيل شهادة البكالوريا الا طار المرجعي لمادة: المحاسبة والرياضيات المالية- 2010 - شعبة العلوم الاقتصادية والتدبير: مسلك علوم التدبير المحاسباتي Filière : sciences de gestion comptable

Plus en détail

PASSAGE DE LA COMPTABILITE GENERALE A ANALYTIQUE

PASSAGE DE LA COMPTABILITE GENERALE A ANALYTIQUE PASSAGE DE LA COMPTABILITE GENERALE A ANALYTIQUE Chantal Jaquet, Renata Guido, David Oberson, Didier Wicht Séminaire de Sierre 2003 INTRODUCTION Comptabilité générale Enregistre tous les flux relatifs

Plus en détail

32 Coûts fixes, coûts variables

32 Coûts fixes, coûts variables cterrier.com 1/14 24/09/2012 32 Coûts fixes, coûts variables Variabilité des charges cterrier cterrier.com 2/14 24/09/2012 32 Coût fixes, coûts variables Concepts clés Définitions Charges fixes : charges

Plus en détail

Solutions des exercices

Solutions des exercices Solutions des exercices Tableau de correspondance cours / exercices Enchaînement des calculs Tenue de l IP Charges incorporées Répartition ch. indirectes Prestations réciproques En-cours de production

Plus en détail

Comptabilité de gestion. Septembre 2006. Stratégie http://odlv.free.fr. Comptabilité de gestion. http://odlv.free.fr. Comptabilité de gestion

Comptabilité de gestion. Septembre 2006. Stratégie http://odlv.free.fr. Comptabilité de gestion. http://odlv.free.fr. Comptabilité de gestion Introduction : historique et concepts généraux De la comptabilité de gestion au contrôle de gestion Objectifs du cours Présentation des notions fondamentales Approche historique pour articuler les concepts

Plus en détail

COMPTABILITE ANALYTIQUE

COMPTABILITE ANALYTIQUE COMPTABILITE ANALYTIQUE INTRODUCTION GENERALE La comptabilité générale est historiquement la première composante des systèmes d information de gestion apparue dans les organisations. Cependant cette discipline

Plus en détail

SHADOW MANAGER INTRODUCTION Á LA COMPTABILITÉ DE GESTION

SHADOW MANAGER INTRODUCTION Á LA COMPTABILITÉ DE GESTION SHADOW MANAGER INTRODUCTION Á LA COMPTABILITÉ DE GESTION Conception : Fernando Acosta Edition : Georges Bessis Mémento de comptabilité de gestion I-1 I. INTRODUCTION A LA COMPTABILITÉ DE GESTION I-4 A.

Plus en détail

Fiche 15 Le système des prix de cession interne.

Fiche 15 Le système des prix de cession interne. Analyse des coûts Fiche 15 Le système des prix de cession interne. 1. Définition. Les orientations actuelles ou récentes de la gestion publique (par exemple, le développement des centres de responsabilité

Plus en détail

Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise. Animé par : Christophe Le Meut, expert-comptable In Extenso Rennes

Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise. Animé par : Christophe Le Meut, expert-comptable In Extenso Rennes Déterminer le seuil de rentabilité Animé par : Christophe Le Meut, expert-comptable In Extenso Rennes Qu est ce que le seuil de rentabilité? Il s agit du niveau d activité (chiffre d affaires) pour lequel

Plus en détail

L2 A.E.S. Cours de M. Didier KLODAWSKI

L2 A.E.S. Cours de M. Didier KLODAWSKI L2 A.E.S. Cours de M. Didier KLODAWSKI COMPTABILITÉ DE GESTION Méthode du coût variable Cas n 1 : une association décide de faire un voyage. La compagnie d autocars demande 400 par car quel que soit le

Plus en détail

Elaboration et Suivi des Budgets

Elaboration et Suivi des Budgets Elaboration et Suivi des Budgets 1 1- La Notion Du contrôle de Gestion 2- La Place du Contrôle de Gestion dans le système organisationnel 3- La Notion des Centres de responsabilité 4- La procédure budgétaire

Plus en détail

Table des cas d entreprise et enquêtes. Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements

Table des cas d entreprise et enquêtes. Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements Table des matières Table des cas d entreprise et enquêtes Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements xiii xiii xiv xv xv Première partie Les fondements de la comptabilité

Plus en détail

Comptabilité de gestion

Comptabilité de gestion LES INDISPENSABLES VUIBERT Comptabilité de gestion Emmanuelle Plot-Vicard Olivier Vidal L essentiel 20 fiches de cours 150 QCM commentés + de 30 exercices corrigés Sommaire Mode d'emploi.........................................................

Plus en détail

Analyse des coûts et prise de décision - Exercices

Analyse des coûts et prise de décision - Exercices Analyse des coûts et prise de décision CHAPITRE 2 LE CALCUL DES COUTS COMPLETS Exercice n 1 : répartition des charges indirectes Le bijoutier GALA fabrique et vend 3 produits différents Altesse, Baronne

Plus en détail

www.btsag.com 31 Coûts complets

www.btsag.com 31 Coûts complets www.btsag.com 31 Coûts complets Claude Terrier btsag.com 1/24 11/10/2010 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

PASSAGE DE LA COMPTABILITE GENERALE A ANALYTIQUE

PASSAGE DE LA COMPTABILITE GENERALE A ANALYTIQUE PASSAGE DE LA COMPTABILITE GENERALE A ANALYTIQUE Comp tabilité générale Enregistre tous les flux relatifs à son environnement économique activité d exploitation et hors exploitation Liquidités Clients

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL GESTION DE LA PERFORMANCE LE CPA ET

RÉFÉRENTIEL GESTION DE LA PERFORMANCE LE CPA ET GÉNÉRALE PARTIE 1 DE LA STRATÉGIE À LA PRISE DE DÉCISION : UNE FONCTION FINANCE AU CŒUR DE LA VIE DE L ENTREPRISE PARTIE 2 OUTILS DE GESTION DE LA PERFORMANCE ET D'INFORMATION DÉCISIONNELLE Module 1 Module

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

DOSSIER N 6 : SARL SOCIÉTÉ DE TUBES BRESTOISE

DOSSIER N 6 : SARL SOCIÉTÉ DE TUBES BRESTOISE DOSSIER N 6 : SARL SOCIÉTÉ DE TUBES BRESTOISE Word Ciel Évolution V5 Ciel Évolution V6 Sage Ligne 100 V13 et Sage Ligne 100 Paie V14 Sage Ligne 100 V14 et Sage Ligne 100 Paie V15 Fichiers élève STUB_ELEVE_V5

Plus en détail

Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité

Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité 1 / 12 Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité La comptabilité analytique (à partir de ce chapitre et surtout dans le P8 et P9) propose des modèles de gestion i.e. des représentations

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos... Remerciements... CHAPITRE 1 LA COMPTABILITÉ DE MANAGEMENT... 1

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos... Remerciements... CHAPITRE 1 LA COMPTABILITÉ DE MANAGEMENT... 1 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos........................................................... Remerciements......................................................... V VII CHAPITRE 1 LA COMPTABILITÉ DE MANAGEMENT................

Plus en détail

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4 SUJET INÉDIT 1 La société Coupe & Shampoing Coupe & Shampoing est un salon de coiffure indépendant. Afin de faire face à la concurrence de salons de coiffure franchisés, son dirigeant, Kamel, aimerait

Plus en détail

SUP ELITE CABINET : PLANNING ANNUEL DES SEMINAIRES, DE MARS À DECEMBRE 2013

SUP ELITE CABINET : PLANNING ANNUEL DES SEMINAIRES, DE MARS À DECEMBRE 2013 DOMAINES THEMES DE SEMINAIRES Coût / Participant PERIODE DE FORMATION MARKETING ET COMMERCE Conquête et fidélisation des clients. 400 000 fcfa FISCALITE Pratique des procédures Douanières : Contrôle et

Plus en détail

SESSION 2010. UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1

SESSION 2010. UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 1010006 DCG SESSION 2010 Document autorisé : Aucun document autorisé. UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Gestionnaire polyvalent de PME

Gestionnaire polyvalent de PME Gestionnaire polyvalent de PME SESSION septembre 2015 1 - Objectifs : Cette formation spécialisée permet d'acquérir les outils et techniques nécessaires en comptabilité, en fiscalité, en gestion et en

Plus en détail

Méthode traditionnelle d analyse des coûts : Le Seuil de Rentabilité

Méthode traditionnelle d analyse des coûts : Le Seuil de Rentabilité Méthode traditionnelle d analyse des coûts : Le Seuil de Rentabilité INTRODUCTION 1) NOTION DE BASE 2) IMPORTANCE DU SEUIL DE RENTABILITÉ POUR L ENTREPRISE 3) PARAMÈTRES DE CALCUL 4) QUELQUES UTILISATIONS

Plus en détail

Exercice et solution 7C.6 Modèle de calcul de coûts

Exercice et solution 7C.6 Modèle de calcul de coûts Exercice et solution 7C.6 Modèle de calcul de coûts Ventilation ltée assemble des ventilateurs depuis une vingtaine d années. À l origine, l entreprise ne fabriquait qu une seule gamme de produits, dite

Plus en détail

L analyse de l écart global sur charges indirectes

L analyse de l écart global sur charges indirectes L analyse de l écart global sur charges indirectes OBJECTIF Calculer et analyser les écarts entre réalisations et prévisions au niveau du coût d un centre d analyse. COMPÉTENCES À partir d éléments donnés,

Plus en détail

Agnieszka Durosier BASES DE LA FINANCE DANS LE BTP ET LE TP

Agnieszka Durosier BASES DE LA FINANCE DANS LE BTP ET LE TP Agnieszka Durosier BASES DE LA FINANCE DANS LE BTP ET LE TP Ordre du jour Introduction Comment constituer un budget de chantier? Exercice Pose Compte de résultat d un chantier travaux Exercice Comment

Plus en détail

SEMESTRE 4 2011-2012 LICENCE 2 COM PTABILITE ANALYTIQUE ET CONTROLE DE GESTION- UE COMMUNE

SEMESTRE 4 2011-2012 LICENCE 2 COM PTABILITE ANALYTIQUE ET CONTROLE DE GESTION- UE COMMUNE COMPTABILITE ANALYTIQUE & CONTROLE DE GESTION LICENCE 2 - UE COMMUNE SEMESTRE 4 2011-2012 1 COMPTABILITE ANALYTIQUE ET CONTROLE DE GESTION PLAN DE COURS Comptabilité analytique (ou comptabilité de gestion)

Plus en détail

GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES POUR LES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE

GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES POUR LES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES POUR LES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE Octobre 2007 Table des matières Préambule 4 Sommaire exécutif 5 1. La présentation de l organisme 6 1.1 L historique de l

Plus en détail

Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise

Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise 14-15 octobre 2010 - Parc Expo RENNES Aéroport - Bruz Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise Animé par : Yvon SAINTILAN, Expert-Comptable Cabinet SAINTILAN à Quéven 1. Définition : ou point

Plus en détail

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L assistance en matière de gestion

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L assistance en matière de gestion Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! L assistance en matière de gestion Quelques constats pour commencer! La gestion est devenue incontournable Tout comme le pilote d un avion, le chef d entreprise

Plus en détail

CREATION D ENTREPRISE. Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON

CREATION D ENTREPRISE. Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON CREATION D ENTREPRISE Séminaire dirigé par M. Jean-Baptiste BESSON PLAN DU COURS Partie 1 : Qu est-ce qu un entrepreneur? Qu est-ce qu entreprendre? Partie 2 : L'idée Partie 3 : Le projet personnel Partie

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

LE CONCEPT VADWAY et le «CONTRÔLE DE GESTION»

LE CONCEPT VADWAY et le «CONTRÔLE DE GESTION» Le concept de VAD (Valeur Ajoutée Directe), est à la base de nos missions portant sur le «Contrôle de gestion», appliqué aux PME. 1. LE CONCEPT LA VALEUR AJOUTEE DIRECTE (VAD) Rappel : L entreprise achète,

Plus en détail

L Ordre des Experts Comptables Agréés au Liban - Comptabilité de Gestion Examen Décembre 2014

L Ordre des Experts Comptables Agréés au Liban - Comptabilité de Gestion Examen Décembre 2014 QUESTIONS A CHOIX MULTIPLES (45%) Choisir une seule bonne réponse 1. Les informations suivantes ont été tirées des registres comptables de la société XYZ pour l exercice financier se terminant le 31 décembre

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE GESTION

LE TABLEAU DE BORD DE GESTION Institut supérieur du Génie Appliqué LE TABLEAU DE BORD DE GESTION Encadré par: Mme LKHOUYAALI Bouchra PLAN Partie I : Approche théorique des Tableaux de Bord Chapitre 1 : INTRODUCTION AUX TABLEAUX DE

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Du 17 juin 2013 au 27 février 2015 (dates prévisionnelles)

CONTROLE DE GESTION Du 17 juin 2013 au 27 février 2015 (dates prévisionnelles) CONTROLE DE GESTION Du 17 juin 2013 au 27 février 2015 (dates prévisionnelles) 715 HEURES EN CENTRE Titre inscrit au RNCP : arrêté du 12/07/2010 ; publié au JO du 22/07/2010 NIVEAU II PARTICIPANT(E)S :

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

TABLEAU DE SUIVI DES COUTS ET DES MARGES

TABLEAU DE SUIVI DES COUTS ET DES MARGES TABLEAU DE SUIVI DES COUTS ET DES MARGES 1 DIADEM Tableau de suivi des coûts et des marges Fiche TABLEAU DE SUIVI DES COUTS ET DES MARGES. Document 35 Type d outil : Outil de contrôle de gestion de l activité

Plus en détail

ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS. «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...»

ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS. «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...» ELEMENTS FINANCIERS PREVISIONNELS «En affaires, le dernier mot est toujours un chiffre...» DE QUOI S AGIT AGIT-IL IL? Prévoir les investissements et anticiper les mouvements d argent pour les premières

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

La comptabilité générale et la comptabilité analytique sont deux systèmes d informations complémentaires.

La comptabilité générale et la comptabilité analytique sont deux systèmes d informations complémentaires. La comptabilité générale et la comptabilité analytique sont deux systèmes d informations complémentaires. Elle enregistre les opérations traitées avec les tiers, et les dépréciations des biens matériels

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

LA GESTION FINANCIÈRE

LA GESTION FINANCIÈRE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement LA GESTION FINANCIÈRE PROGRAMME NATIONAL DE MISE A NIVEAU DES PME Édition 2013

Plus en détail

TANT DE COMPTABILITÉ ET D ADMINISTRATION

TANT DE COMPTABILITÉ ET D ADMINISTRATION AIDE A LA PREPARATION DU TITRE ASCA ASSIS- TANT DE COMPTABILITÉ ET D ADMINISTRATION UNITES OBLIGATOIRES Nombre d heures : 420 (pour les 4 modules obligatoires) Ce titre est composé de 4 unités Les candidats

Plus en détail

Tableaux de bord : comment mesurer la performance de votre entreprise?

Tableaux de bord : comment mesurer la performance de votre entreprise? Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 5 et 6 octobre 2006 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz Tableaux de bord : comment mesurer la performance de votre entreprise? Animé par : Cédric

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

ÉPREUVE À OPTION : OPTION GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE

ÉPREUVE À OPTION : OPTION GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR-ADJOINT 2010-2011 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuve d'admissibilité 3 février 2011 ÉPREUVE À OPTION : OPTION GESTION

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES PRIX DE TRANSFERT JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur

Plus en détail

MODULE 4 - Exploitation

MODULE 4 - Exploitation - Introduction 54 Résultats visés... 54 Compétences en recherche 55 Notes à l intention du formateur 56 Production 57 Stocks... 57 Planification 59 Frais d administration. 59 Ressources humaines.. 60 Distribution

Plus en détail

LES PRINCIPES COMPTABLES LE CONTROLE DE GESTION LA FINANCE LIRE ET COMPRENDRE UN BILAN

LES PRINCIPES COMPTABLES LE CONTROLE DE GESTION LA FINANCE LIRE ET COMPRENDRE UN BILAN LIRE ET COMPRENDRE UN BILAN L'objectif de ce module est de vous familiariser avec le vocabulaire comptable et de vous faire comprendre ce que décrit un bilan Une entreprise vit dans le monde économique

Plus en détail

1 re partie. Introduction et définitions

1 re partie. Introduction et définitions 1 re partie Introduction et définitions 7 Fiche 1 : Définition et objectifs de la comptabilité analytique Définition de la comptabilité analytique La comptabilité analytique est un outil d aide à la prise

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

- 11 - LE SEUIL DE RENTABILITE. Principes de détermination du seuil de rentabilité.

- 11 - LE SEUIL DE RENTABILITE. Principes de détermination du seuil de rentabilité. - 11 - LE SEUIL DE RENTABILITE Objectif(s) : o Pré requis : o o Modalités : o o o o Principes de détermination du seuil de rentabilité. Méthode des coûts variables, Représentation linéaire. Principes,

Plus en détail

MAITRISE DE LA CHAINE LOGISTIQUE GLOBALE (SUPPLY CHAIN MANAGEMENT) Dimensionnement et pilotage des flux de produits

MAITRISE DE LA CHAINE LOGISTIQUE GLOBALE (SUPPLY CHAIN MANAGEMENT) Dimensionnement et pilotage des flux de produits MAITRISE DE LA CHAINE LOGISTIQUE GLOBALE (SUPPLY CHAIN MANAGEMENT) Dimensionnement et pilotage des flux de produits Préambule La performance flux, quel que soit le vocable sous lequel on la désigne ( Juste

Plus en détail

COMPTABILITÉ DE GESTION

COMPTABILITÉ DE GESTION COMPTABILITÉ DE GESTION Direction du développement des entreprises Préparé par Jacques Villeneuve c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications : septembre 1997 Réédité par la Direction

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE

L ESSENTIEL DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE DIDIER LECLÈRE L ESSENTIEL DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE Cinquième édition LES ESSENTIELS DE LA FINANCE, 1997, 2001, 2002, 2004, 2011 ISBN : 978-2-212-54964-5 PREMIÈRE PARTIE L analyse des coûts complets

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

HMS e-business suite. Busin ess Suite ERP. www.hms.com.tn

HMS e-business suite. Busin ess Suite ERP. www.hms.com.tn ERP Busin ess Suite HMS e-business suite www.hms.com.tn 1 Un ERP est un système intégré qui permet à l entreprise de standardiser son système d information pour relier et automatiser ses processus de base.

Plus en détail

Groupe Carrefour. Normes IFRS

Groupe Carrefour. Normes IFRS Groupe Carrefour Normes IFRS 16 décembre d 2004 1 Plan 1. Champ d application d des normes IFRS 2. Revues des principales normes IFRS susceptibles d impacter la grande distribution alimentaire et implications

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS UV2 CONTROLE DE GESTION. UV2 Contrôle de gestion

FICHES DE REVISIONS UV2 CONTROLE DE GESTION. UV2 Contrôle de gestion FICHES DE REVISIONS UV2 CONTROLE DE GESTION Chapitre 1 Analyse de la masse salariale Chapitre 2 Le modèle de WILSON Chapitre 3 Budgétisation des approvisionnements Chapitre 4 Les écarts sur coûts Chapitre

Plus en détail

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S.

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S. 1 SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S. Nanterre Note d information émise par SOCIÉTÉ BIC en vue de la mise

Plus en détail

TD GESTION BUDGETAIRE - M1 M2 MARKETING GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE

TD GESTION BUDGETAIRE - M1 M2 MARKETING GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE TD 01 GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE I/ LA GESTION BUDGETAIRE EST UN OUTIL DE PREVISION : Pour souligner l'importance de la gestion budgétaire et de la gestion prévisionnelle d une façon plus large,

Plus en détail

Les différentes catégories de charges

Les différentes catégories de charges Coûts variables - Seuil de rentabilité Les différentes catégories de charges Devant la difficulté à répartir certaines charges dans les coûts, la solution qui peut être retenue est celle des coûts partiels

Plus en détail

Construisons ensemble votre solution informatique

Construisons ensemble votre solution informatique TOMPRO Qu est ce que TOMPRO? TOMPRO est un progiciel intégré de gestion financière et comptable dédié aux programmes et projets. Grâce à une large batterie de modules interdépendants, TOMPRO fournit toutes

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION. DUT GEA, 2 èm e année option FC 2005-2006

CONTROLE DE GESTION. DUT GEA, 2 èm e année option FC 2005-2006 CONTROLE DE GESTION Une définition classique du contrôle de gestion le décrit comme «le processus par lequel les dirigeants s assurent que les ressources sont obtenues et utilisées avec efficacité et efficience

Plus en détail

Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30

Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30 Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par l inversion

Plus en détail

1000-Gestion administrative

1000-Gestion administrative 1000-Gestion administrative o 1100-Gestion constitutive o 1200-Organisation administrative 1210-Mission et objectifs 1220-Planification administrative 1221-Plans stratégiques 1222-Plans d actions et plans

Plus en détail

Filière : Sciences économiques Matière : Comptabilité

Filière : Sciences économiques Matière : Comptabilité 0202 Filière : Sciences économiques Matière : Comptabilité I PROGRAMME 1 ère PARTIE : LES TRAVAUX DE FIN D EXERCICE ص 0 من 00 PROGRAMME RECOMMANDATIONS & PRÉCISIONS 1. INTRODUCTION AUX TRAVAUX DE FIN D

Plus en détail

Décomposition du prix du kilogramme de viande bovine. Méthode comptabilité analytique Répartition des coûts par poste de dépenses

Décomposition du prix du kilogramme de viande bovine. Méthode comptabilité analytique Répartition des coûts par poste de dépenses Décomposition du prix du kilogramme de viande bovine Méthode comptabilité analytique Répartition des coûts par poste de dépenses Analyse de filière courte viande bovine à Brin de Campagne Document réalisé

Plus en détail

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité

Leçon 5. Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock de sécurité CANEGE Leçon 5 Systèmes de gestion à recomplétement périodique et stock Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : dans le cadre des calendriers d approvisionnement à recomplètement

Plus en détail

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion Chap. 6 : Analyser les coûts des centres de responsabilité I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion 1. La comptabilité financière

Plus en détail

FINANCE, COMPTABILITE Inter entreprises petits groupes (6 stagiaires maximum par session)

FINANCE, COMPTABILITE Inter entreprises petits groupes (6 stagiaires maximum par session) Octobre à juillet FINANCE, COMPTABILITE Intitulé Objectifs principaux (programme détaillé sur demande) Dates - Les principales fonctions statistiques, financières, de recherche Excel appliqué à la gestion

Plus en détail

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Avis n 2003-07 du 24 juin 2003 Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites Sommaire 1 - Présentation du Fonds de

Plus en détail

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Executive summary Dans un contexte concurrentiel croissant, une situation

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

Estimer le coût de revient d un produit agroalimentaire : la méthode du coût direct simplifié

Estimer le coût de revient d un produit agroalimentaire : la méthode du coût direct simplifié GRET agridoc Estimer le coût de revient d un produit agroalimentaire : la méthode du coût direct simplifié Date(s) de l expérience 2000-2004 Mise en œuvre Gret Zone géographique Global - Afrique Mots clés

Plus en détail