SA COLOR CANTELEU (76) RESUME NON TECHNIQUE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SA COLOR CANTELEU (76) RESUME NON TECHNIQUE"

Transcription

1 SA COLOR CANTELEU (76) RESUME NON TECHNIQUE

2 SOMMAIRE 1 EXPLOITANT ET ACTIVITES IDENTITE DU DEMANDEUR ORGANISATION DU SITE RESUME DE L ETUDE D IMPACTS IMPACTS SUR LE PAYSAGE IMPACTS SUR L EAU IMPACTS SUR L AIR IMPACTS SUR LE SOL IMPACTS SUR LE BRUIT IMPACTS SUR LES DECHETS IMPACTS SUR LE TRAFIC IMPACT SUR LA FAUNE ET LA FLORE IMPACTS SUR LA SANTE IMPACTS SUR LA CONSOMMATION D ENERGIE RESUME DE L ETUDE DE DANGERS METHODE D EVALUATION DES RISQUES SOURCES DE DANGERS EXTERNES RETOUR D EXPERIENCE RISQUES LIES AUX DERIVES INTERNES INCENDIE DE LA CELLULE DE STOCKAGE MOYENS DE MAITRISE Moyens d extinction Moyens externes ORGANISATION INTERNE DES SECOURS...11 Page 2

3 1 EXPLOITANT ET ACTIVITES 1.1 IDENTITE DU DEMANDEUR L entreprise fournit des matières colorantes aux industries alimentaires (alimentation animale, bonbons, confiseries...) ainsi qu aux industries du textile et du bâtiment (enduits, ciments, plâtres). Au sein de SA Color sont exercées des activités de production en usine, de contrôle des matières premières et des produits finis ainsi que des activités de Recherche et Développement afin d apporter une innovation constante aux produits. La clientèle de SA Color en alimentaire est répartie en France et en Europe. La majeure partie des clients qui achètent les colorants alimentaires est spécialisée dans l alimentation animale (petfood). L activité de l entreprise consiste en la transformation de matières colorantes pour leur conférer les propriétés anti-pulvérulentes et auto-solubles / auto-dispersibles afin d en faciliter l utilisation. L objet du présent dossier est une régularisation administrative. Cette régularisation intègre le projet de modernisation de l unité de production et de construction d une extension au bâtiment pour le stockage des matières premières, produits finis et produits de négoce (principalement pour le textile). Les installations décrites ci-dessus et les activités qui sont exercées sur le site sont soumises à la législation relative aux installations classées pour la protection de l environnement. Le site est soumis à la procédure de demande d autorisation d exploiter et nécessite l obtention d un arrêté préfectoral d autorisation d exploiter. La société SA COLOR sollicite dès aujourd hui l autorisation d exploiter pour l ensemble de ces installations et activités. Page 3

4 1.2 ORGANISATION DU SITE S.A. COLOR a été fondée en 1994 par le rachat de la branche colorant de la SAIA, qui distribuait depuis 1982 les produits textiles du groupe anglais ICI COLOURS. La société compte trois départements couvrant les domaines du textile, de l'alimentaire, et des pigments industriels (pour la peinture, plâtre, papier,...) SA COLOR produit des produits colorants non poussiéreux, auto-solubles/auto dispersibles, stables en solution, offrant des rendements de coloration bien supérieurs aux produits classiques. Le site est constitué d unités de fabrication (3 lignes dans lesquelles on trouve des convoyeurs poudre, mélangeurs thermiques, conditionneurs ), et d un emplacement pour le stockage des matières premières. A terme, le bâtiment disposera de 6 lignes de production et d une cellule de stockage de 400 m² pour les matières premières, les produits de conditionnement, les produits finis et les produits de négoce. A l étage, on trouve des bureaux (Direction, Direction Administrative et Financière, Administration des ventes, Vendeur) ainsi qu un laboratoire de contrôle et R&D. La société a été recertifiée ISO 9001 version 2008 en 2011 pour l administration et le laboratoire. Page 4

5 2 RESUME DE L ETUDE D IMPACTS 2.1 IMPACTS SUR LE PAYSAGE Le site est situé en zone industrielle en limite de zone résidentielle. L objet du permis de construire était de créer une extension discrète dans la continuité du bâtiment existant et d habiller le bâtiment existant par un nouveau bardage dont l aspect est plus travaillé pour d inscrire dans un paysage industriel en limite de zone résidentielle. Les travaux ont été effectués. Le site n est pas situé dans le périmètre d un monument historique. 2.2 IMPACTS SUR L EAU Les eaux sanitaires et les eaux pluviales sont collectées et envoyées vers la station de traitement des eaux de la CREA. S agissant d une régularisation administrative, le site est déjà raccordé au réseau d eaux pluviales de la commune. La création d un stockage de 360 m² situé sous l auvent existant n induira pas de modification de la surface imperméabilisée. Aujourd hui, les eaux pluviales de la toiture sont déjà collectées par des gouttières et envoyées vers le réseau d eaux pluviales séparatif de la commune. Le réseau de collecte des eaux pluviales du site est équipé d une vanne d isolement manuelle en cas de déversement accidentel ou d incendie. Les eaux de lavage souillées de colorants ne sont pas rejetées. Elles sont évacuées en tant que déchets. 2.3 IMPACTS SUR L AIR Le nouveau dépoussiéreur est équipé de filtres. Le but de l installation est de capter les poussières de pigments textiles et alimentaires émises lors des différentes étapes de production. Les poussières ainsi captées sont transportées jusqu au dépoussiéreur au moyen d un réseau de tuyauterie en acier peint, assemblé par colliers et supporté sur la structure du bâtiment. L aspiration des poussières est assurée par un ventilateur centrifuge, installé au pied des filtres correspondants. Le rejet de l air filtré se fait par l intermédiaire d une gaine de refoulement, équipée d une sortie en sifflet coudée, avec grille anti-volatiles. Page 5

6 Deux types de filtration sont effectués. Les rejets vers l extérieur de poussières sont au maximum de 0,1 mg/nm3. Les installations sont conformes à l arrêté du 2 février 1998 et aux autres textes en vigueur en matière de rejets atmosphériques. L impact sur l environnement en matière de rejet atmosphérique, dû à l installation, est limité. 2.4 IMPACTS SUR LE SOL L ensemble des matières premières, encours et produits finis de SA COLOR sont sous forme de poudre. Seule une minorité de produits de négoces (achetés tels quels puis vendus) sont sous forme liquide. Il s agit de produits destiné à l industrie textile. Les FDS de ces produits sont données en annexe. Précédemment, ces produits en conteneurs ou en fûts étaient entreposés dans le bâtiment de production, sans rétention. Les eaux de nettoyage des installations, chargées en particules colorantes pourraient également être à l origine d une pollution. Aujourd hui, les eaux de nettoyage sont pompées dans des conteneurs. Ceux-ci sont stockés en extérieur. Avant les travaux de sondages pour la recherche de cavités souterraines, ceux-ci étaient placés sont le auvent. Ils sont maintenant sur la voirie. Ils ne disposent pas de rétention. Peuvent également entrainer une pollution de sols : Le ruissellement des eaux pluviales sur les aires de circulation Une fuite des batteries des engins de manutention Les eaux d extinction d un éventuel incendie Certains produits stockés en faible quantité (produit d entretien ) Le projet a permis d équiper la cellule de stockage de 360 m² d une zone sur rétention d environ 48 m² pour confiner 50 % du volume des 32 m 3 de produits de négoce liquides stocké soit 16 m 3. Cette rétention est constituée du volume des 6 puisards (fermés) de 1 m 3 chacun et d une rétention déportée et constituée par la cuve extérieure eaux industrielles via une pompe de relevage. La rétention est réalisée dans la cuve de stockage d eaux de lavage. SA COLOR mettra en place une consigne et une alarme pour déclencher la collecte des effluents afin de toujours garantir un volume disponible de 10 m 3 dans la cuve pour la rétention. Le projet a également permis d améliorer le stockage des eaux de lavage qui sont pompées vers la cuve extérieure aérienne double-peau de 30 m 3. La cuve est équipée d'une alarme de niveau haut. Une aire de pompage étanche a été aménagée pour vidanger la cuve d eau de lavage. Elle donne dans le réseau de collecte des eaux pluviales du site, lui-même équipé d une vanne Page 6

7 d isolement manuelle ; Une consigne indiquant que la vanne d'isolement du réseau d eau pluviales du site doit être fermée lors des opérations de récupération des eaux de lavage Concernant les eaux d extinction incendie, les voiries seront constituées de telle sorte que le volume d eau déterminé (voir étude de dangers) puisse être retenues sur le site. Aussi, des bordures seront installées en périphérie du site. A cet effet, une vanne d isolement à déclenchement manuel sera installée sur le réseau eaux pluviales. De ce fait, un volume «mort» dans les réseaux de 8 à 9 m 3 est également disponible. En cas d écoulement d accidentel, le personnel disposera de produits absorbants permettant de récupérer tout écoulement susceptible de provoquer une pollution des sols. Les déchets produits seront traitées par un récupérateur compétent. Ainsi, il n y aura aucun point d infiltration direct dans le sous-sol. Compte tenu de l ensemble des mesures prises, l impact des activités de la société SA COLOR sur le sol et le sous-sol est limité. 2.5 IMPACTS SUR LE BRUIT SA COLOR ne fonctionne dorénavant que de jour (7h 22h). Le dépoussiéreur a été choisi insonorisé. Par ailleurs, la rénovation du site a impliqué un nouveau bardage (en plus du premier) et un capotage des machines. L impact acoustique de ces travaux bien que non quantifiable est également positif sur l impact acoustique du site. SA COLOR respect l émergence réglementaire de jour au Nord et au Sud du site. D autre part, le niveau de bruit en limite de propriété ne peut excéder 70 db(a) en période de jour. SA COLOR respecte le seuil réglementaire acoustique en limite de propriété. Les résultats indiquent que l impact lié au bruit est faible. 2.6 IMPACTS SUR LES DECHETS Le projet a permis d améliorer le stockage des eaux de lavage qui sont pompées vers une cuve extérieure aérienne double-peau de 30m 3 avant évacuation en tant que déchet. Aucune mesure compensatoire n est nécessaire. Un registre informatique des déchets sera développé en interne afin de connaître exactement les quantités de déchets produites et leur élimination. L impact environnemental au niveau des déchets générés par le site est faible. Page 7

8 2.7 IMPACTS SUR LE TRAFIC La plage variable des horaires de travail sont dorénavant de 7h à 22h du lundi au vendredi, mais les livraisons / expéditions ne se font que de 9 h à 16 h. Les véhicules liés aux activités du site circuleront dans ces plages horaires. L impact du trafic sera faible compte tenu de nombre de véhicules mis en jeu. 2.8 IMPACT SUR LA FAUNE ET LA FLORE Le site ne se situe pas dans le périmètre d une zone de protection de la faune ou de la flore. Il est situé en milieu urbain, en zone industrielle, encadrée par un quartier résidentiel. La faune et la flore observées sur le site ne sont pas remarquables. Des espaces verts sont aménagés autour du site, et des haies et arbres sont plantés. Ces espaces peuvent être réappropriés par des espèces locales. 2.9 IMPACTS SUR LA SANTE Le site n est pas concerné par la réglementation IED. Dans la mesure où les émissions de poussière sont très limitées par la présence de filtres et que les substances émises ne comportent pas de VTR, les effets sur la santé des riverains sont très faibles. Néanmoins, SA COLOR a tout de même effectué un calcul afin de vérifier que les riverains ne dépassent pas l exposition limite imposée dans l industrie alimentaire. Elle est basée sur les données de l autorité européenne de sureté alimentaire (EFSA). L étude est jointe en annexe 12. Elle montre l absence d effet sur la santé des riverains. Les personnes les plus sensibles (jeunes enfants et personnes âgées) ne se situent pas dans l axe des vents dominants. Le risque d effets sur la santé des populations voisines, y compris les personnes les plus proches, de l activité exercée par SA COLOR est négligeable IMPACTS SUR LA CONSOMMATION D ENERGIE La seule consommation énergique sera l électricité. Page 8

9 3 RESUME DE L ETUDE DE DANGERS 3.1 METHODE D EVALUATION DES RISQUES L analyse et l évaluation des risques générés par les installations et l activité concernée par le présent dossier sont basées sur : l identification et la caractérisation des potentiels de dangers qui comprend : - l analyse des dangers des produits stockés, fabriqués ou manipulés sur le site - l analyse des dangers des installations et équipements, - l analyse des dangers liés aux activités l analyse des accidents issus du retour d expérience interne ou externe, l analyse des risques réalisée en groupe de travail avec l exploitant selon la méthode de l Analyse Préliminaires des Risques, l analyse des risques d origine externe. Un risque est caractérisé par sa probabilité d occurrence, la gravité de ses conséquences et sa cinétique (lente ou rapide). Les tableaux d analyse de risques ainsi que les échelles de gravité et de probabilité sont présentés en annexe SOURCES DE DANGERS EXTERNES Les risques générés par les sources de dangers liés à des événements extérieurs à l établissement ont été étudiés : Inondations, foudre, séisme, conditions météorologiques extrêmes, installations industrielles voisines, malveillance, circulation Aucun de ces risques n apparaît comme critique, compte tenu de l absence de conditions météorologiques extrêmes et de l éloignement du site des sources de dangers externes naturelles ou anthropiques (circulation, établissements industriels ). 3.3 RETOUR D EXPERIENCE Les risques principaux liés à l activité de SA COLOR sont l'incendie et la pollution accidentelle des eaux superficielles et souterraines, ou des sols par l'écoulement d effluents de nettoyage et des eaux d'extinction d'un éventuel incendie. Une vigilance particulière sera également apportée au risque d explosion associé aux poudres combustibles. On retiendra finalement que les risques concernent particulièrement les opérateurs travaillant sur le lieu même de l'accident, les intervenants sur le lieu du sinistre (pompiers, sauveteurs) et le milieu naturel. En effet, les populations environnantes sont généralement confinées ou éloignées en cas de sinistre et les conséquences sur celles-ci dès lors limitées. Page 9

10 En conséquence, les mesures de prévention et de protection possibles doivent porter sur : la prévention des sources d'ignition, la maîtrise de l'incendie sans risques pour les tiers, le confinement des liquides potentiellement polluants et des eaux d'extinction d'incendie. 3.4 RISQUES LIES AUX DERIVES INTERNES L analyse préliminaire des risques a mis en évidence que le risque le plus important est L incendie de la cellule de stockage. 3.5 INCENDIE DE LA CELLULE DE STOCKAGE Le scénario retenu dans l étude de dangers est l incendie de la cellule de stockage. Il n est pas majeur car la cellule est de petite surface (360 m²) et contiendra peu de matières combustibles (21,8 tonnes). Une modélisation de flux thermiques a été réalisée dans le cadre du dossier. Elle a montré que les flux seraient cantonnés à l intérieur des limites de propriété du site. 3.6 MOYENS DE MAITRISE MOYENS D EXTINCTION Le site dispose d extincteurs adaptés aux risques judicieusement répartis sur le site. Les poteaux incendie publics situés au Sud et au Nord du site ont un débit suffisant pour éteindre un incendie chez SA COLOR MOYENS EXTERNES Le 18 est le numéro d'appel des sapeurs-pompiers. Ce numéro gratuit permet de rentrer en contact avec le Centre Opérationnel Départemental d'incendie et de Secours (CODIS) qui, à partir des informations qui lui sont communiquées (nature, ampleur du sinistre ) déclenchera les moyens adaptés du Centre d'incendie et de Secours le plus proche du lieu du sinistre. Page 10

11 Les moyens de secours qui seraient dépêchés en cas de sinistre sur le site de CANTELEUpourraient provenir du Centre d Intervention et de Secours (CIS) de CANTELEU. Il s agit de pompiers professionnels. Le délai d intervention des premiers moyens est estimé à environ 15 minutes ORGANISATION INTERNE DES SECOURS Chaque membre du personnel de production de SA COLOR est formé à l utilisation des extincteurs. Une personne est Sauveteurs Secouristes du Travail. Page 11

RESUME NON TECHNIQUE

RESUME NON TECHNIQUE SANINORD Assainissement Etablissement TOURLAVILLE (50) RESUME NON TECHNIQUE SOMMAIRE 1 EXPLOITANT ET ACTIVITES... 3 1.1 IDENTITE DU DEMANDEUR... 3 1.2 ORGANISATION DU SITE... 3 2 RESUME DE L ETUDE D IMPACTS...

Plus en détail

GUICHAINVILLE (27) RESUME NON TECHNIQUE

GUICHAINVILLE (27) RESUME NON TECHNIQUE GUICHAINVILLE (27) RESUME NON TECHNIQUE SOMMAIRE 1 EXPLOITANT ET ACTIVITES... 3 1.1 IDENTITE DU DEMANDEUR... 3 1.2 ORGANISATION DU SITE... 3 1.3 ACTIVITES EXERCEES... 4 2 RESUME DE L ETUDE D IMPACTS...

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 17 octobre 2007 modifiant l arrêté du 2 mai 2002 modifié relatif aux prescriptions

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société TOUPRET Il ressort de l inventaire des accidents technologiques et industriels

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE D IMPACT ET DE L ETUDE DES DANGERS BUREAU VERITAS 2272071 RESUME NON TECHNIQUE PAGE 1 SOMMAIRE 1 PRESENTATION DES ACTIVITES ET DU PROJET D EVOLUTION DU SITE... 3 2 LOCALISATION

Plus en détail

VILLE DE ROUEN - CONSEIL MUNICIPAL - SEANCE DU 26 SEPTEMBRE 2008 RAPPORT AU CONSEIL MUNICIPAL

VILLE DE ROUEN - CONSEIL MUNICIPAL - SEANCE DU 26 SEPTEMBRE 2008 RAPPORT AU CONSEIL MUNICIPAL VILLE DE ROUEN - CONSEIL MUNICIPAL - SEANCE DU 26 SEPTEMBRE 2008 RAPPORT AU CONSEIL MUNICIPAL ------------------------------------------------------------------ INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION

Plus en détail

Installation Classée pour la Protection de l Environnement I - RESUME NON TECHNIQUE AVANT PROPOS

Installation Classée pour la Protection de l Environnement I - RESUME NON TECHNIQUE AVANT PROPOS AVANT PROPOS La société FUCHS exploite une usine de fabrication et de conditionnement de vinaigre sur la commune de LA TREMBLADE (17). L entreprise dispose d un arrêté préfectoral d autorisation d exploiter

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_222

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_222 PAGE 1/14 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature des établissements classés : N 222 Installations de lavage de voitures,

Plus en détail

Extrait du dossier de demande d autorisation de ONDULYS RESUME NON TECHNIQUE

Extrait du dossier de demande d autorisation de ONDULYS RESUME NON TECHNIQUE Extrait du dossier de demande d autorisation de ONDULYS RESUME NON TECHNIQUE Ce résumé non technique a pour objet de faciliter la prise de connaissance des informations contenues dans le dossier. Conformément

Plus en détail

Endiverie de Soyécourt. Respect de la rubrique 2910-C des Installations Classées Pour l Environnement

Endiverie de Soyécourt. Respect de la rubrique 2910-C des Installations Classées Pour l Environnement Endiverie de Soyécourt Respect de la rubrique 2910-C des Installations Classées Pour l Environnement Prescriptions générales applicables aux installations classées de méthanisation relevant du régime de

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation d exploiter des Installations Classées pour la Protection de l Environnement

Dossier de demande d autorisation d exploiter des Installations Classées pour la Protection de l Environnement SOMMAIRE I) INTRODUCTION... 2 II) L ENTREPRISE ET SES ACTIVITES... 2 1) PRESENTATION DE L ENTREPRISE... 2 2) ACTIVITES DE L ENTREPRISE... 2 3) LE PERSONNEL... 3 4) LOCALISATION DE L ENTREPRISE... 3 5)

Plus en détail

N 267.2 Peinture/application par pulvérisation de plus de 250 kg par an INFORMATIONS GENERALES

N 267.2 Peinture/application par pulvérisation de plus de 250 kg par an INFORMATIONS GENERALES N 267.2 Peinture/application par pulvérisation de plus de 250 kg par an INFORMATIONS ENERALES PAE 1 / 15 REVISION : 0 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des

Plus en détail

GESTION DE LA CO-ACTIVITE

GESTION DE LA CO-ACTIVITE GESTION DE LA CO-ACTIVITE Plan de prévention Protocole Chargement/Déchargement Permis de Feu Plan de Prévention OPÉRATION D UNE DURÉE SUPÉRIEURE À 400 HEURES PAR AN OU COMPORTANT DES TRAVAUX DANGEREUX

Plus en détail

SETEO Saint-Apollinaire (21) Dossier de Demande d Autorisation d exploiter Résumé non technique de l étude dangers

SETEO Saint-Apollinaire (21) Dossier de Demande d Autorisation d exploiter Résumé non technique de l étude dangers SETEO Saint-Apollinaire (21) Dossier de Demande d Autorisation d exploiter Résumé non technique de l étude dangers 23 décembre 2013 SETEO / Ecozone Saint Apollinaire / Dossier de Demande d'autorisation

Plus en détail

ETUDE D IMPACT ETUDE DE DANGERS AL BABTAIN FRANCE. SAS SAINT ANDRE LES VERGERS (10)

ETUDE D IMPACT ETUDE DE DANGERS AL BABTAIN FRANCE. SAS SAINT ANDRE LES VERGERS (10) ETUDE D IMPACT ETUDE DE DANGERS 1 SOMMAIRE DU RESUME NON TECHNIQUE I de l étude d impact...3 AL BABTAIN FRANCE SAS est implanté dans une zone déjà urbanisée, qui va se densifier davantage d après le Plan

Plus en détail

CHANTIERS VERTS I. NUISANCES ET IMPACTS DES CHANTIERS. I.1. Les nuisances ressenties par les riverains

CHANTIERS VERTS I. NUISANCES ET IMPACTS DES CHANTIERS. I.1. Les nuisances ressenties par les riverains CHANTIERS VERTS Les chantiers verts sont des chantiers de construction ou de réhabilitation réalisés de manière à ce que les impacts sur l'environnement et les nuisances perçues par les usagers et les

Plus en détail

GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ PLAN DE PRÉVENTION B 7 PROTOCOLE CHARGEMENT / DÉCHARGEMENT B 8 PERMIS DE FEU B 9 B 7 Plan de Prévention OPÉRATION D UNE DURÉE SUPÉRIEURE À 400 HEURES PAR AN OU COMPORTANT DES

Plus en détail

AVIS. Demande de permis unique pour l aménagement de zones de stockage de produits chimiques chez Benechim à LESSINES. Objet : Réf. : CWEDD/07/AV.

AVIS. Demande de permis unique pour l aménagement de zones de stockage de produits chimiques chez Benechim à LESSINES. Objet : Réf. : CWEDD/07/AV. AVIS Réf. : CWEDD/07/AV.127 Liège, le 22 janvier 2007 Objet : Demande de permis unique pour l aménagement de zones de stockage de produits chimiques chez Benechim à LESSINES Avis du CWEDD portant sur la

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 21 NOVEMBRE 2013 EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 21 NOVEMBRE 2013 EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 21 NOVEMBRE 2013 POINT ENVIRONNEMENT Installations classées 69 quai Auguste Deshaies Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain (CPCU) Demande d'autorisation en vue de la rénovation

Plus en détail

NOTICE HYGIENE ET SECURITE

NOTICE HYGIENE ET SECURITE VI. NOTICE HYGIENE ET SECURITE 2013.39677.EV.DDAE MONSANTO Peyrehorade Page : 1 SOMMAIRE VI.NOTICE HYGIENE ET SECURITE... 1 VI.1 DISPOSITIONS GENERALES... 3 VI.1.1 REGLEMENTATIONS APPLICABLES... 3 VI.1.2

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION POUR L INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RENSEIGNEMENTS GENERAUX DEMANDEUR

DEMANDE D AUTORISATION POUR L INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RENSEIGNEMENTS GENERAUX DEMANDEUR SERVICE PUBLIQUE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF TOPO ETUDES 108, route d Orbec 14100 LISIEUX Tél. : 02 31 48 60 20 Email : yann.billois@topo-etudes.fr Référence du dossier :... Date de dépôt à la communauté

Plus en détail

Conclusions motivées

Conclusions motivées Enquête publique n E1 3000574/38 «Projet d entrepôt logistique» Présenté par la société REDIM SAS sur la commune de Saint-Quentin Fallavier Enquête publique 2 avril 2014-5 mai 2014 Conclusions motivées

Plus en détail

HEMPEL FRANCE 5, rue de l Europe BP 30407 SAINT CREPIN IBOUVILLERS 60544 MERU CEDEX 2 RESUME NON TECHNIQUE

HEMPEL FRANCE 5, rue de l Europe BP 30407 SAINT CREPIN IBOUVILLERS 60544 MERU CEDEX 2 RESUME NON TECHNIQUE HEMPEL FRANCE 5, rue de l Europe BP 30407 SAINT CREPIN IBOUVILLERS 60544 MERU CEDEX 2 RESUME NON TECHNIQUE Dossier réalisé avec le concours Septembre 2009 de Bureau Veritas Service Maîtrise des Risques

Plus en détail

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement.

Seul l arrêté fait foi pour fixer le contenu des prescriptions à justifier. Justifications à apporter dans le dossier de demande d enregistrement. Guide de justification rubrique 2515 (broyage, concassage, criblage ) Arrêté ministériel de prescriptions générales pour les installations soumises à enregistrement Comme indiqué à l article 3 de l arrêté

Plus en détail

AVIS DE L AVVV SUR LE DOSSIER SOUMIS A ENQUETE PUBLIQUE POUR L EXTENSION ET LE TRANSFERT DE L ACTIVITE DE LA SOCIETE BUTY DS

AVIS DE L AVVV SUR LE DOSSIER SOUMIS A ENQUETE PUBLIQUE POUR L EXTENSION ET LE TRANSFERT DE L ACTIVITE DE LA SOCIETE BUTY DS AVIS DE L AVVV SUR LE DOSSIER SOUMIS A ENQUETE PUBLIQUE POUR L EXTENSION ET LE TRANSFERT DE L ACTIVITE DE LA SOCIETE BUTY DS Réalise par l AVVV en date du 30-11-2011 En préalable, L Association Vaulx-en-Velin

Plus en détail

LA ROCHETTE VÉNIZEL RESUME NON TECHNIQUE DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION SITE DE VENIZEL FABRICATION DE CARTON D EXPLOITER

LA ROCHETTE VÉNIZEL RESUME NON TECHNIQUE DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION SITE DE VENIZEL FABRICATION DE CARTON D EXPLOITER RESUME NON TECHNIQUE LA ROCHETTE VÉNIZEL DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER SITE DE VENIZEL FABRICATION DE CARTON Vénizel, avril 2007 Version 4 Résumé non technique Version 4 - Page 2 sur 21

Plus en détail

Parc d Activités Industrielles Avenue de l Europe 60530 NEUILLY EN THELLE

Parc d Activités Industrielles Avenue de l Europe 60530 NEUILLY EN THELLE Parc d Activités Industrielles Avenue de l Europe 60530 NEUILLY EN THELLE DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER Regranuleuse et sources scellées RESUMES NON TECHNIQUES Date : février 2011 CETE

Plus en détail

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique POWEO TOUL PRODUCTION Partie 1 Demande d autorisation d exploiter Résumé non technique DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER UNE NOUVELLE INSTALLATION DE PRODUCTION D ELECTRICITE 48-AO0102-APS/G.06/0001

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER

RESUME NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER RESUME NON TECHNIQUE DU DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER SAVOIE TRAITEMENT DE SURFACE (Métallisation) SAINT AVRE novembre 2011 Maître de l ouvrage ENV R513/Indice 01 Page 1/15 SOMMAIRE 1.

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) sans locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié)

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) sans locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) sans locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) La présente notice descriptive (article R.123-22 du

Plus en détail

ANNEXE NOTICE ENVIRONNEMENTALE

ANNEXE NOTICE ENVIRONNEMENTALE Page : 1/8 ANNEXE NOTICE ENVIRONNEMENTALE IMPRESSION DU 18/05/ PERIMEE A CE JOUR Page : 2/8 Le présent document appelé «notice environnementale» regroupe l ensemble des prescriptions qu une entreprise

Plus en détail

GRETZ-ARMAINVILLIERS. Commune du Département de Seine et Marne P.L.U. Plan Local d'urbanisme RÈGLEMENT

GRETZ-ARMAINVILLIERS. Commune du Département de Seine et Marne P.L.U. Plan Local d'urbanisme RÈGLEMENT GRETZ-ARMAINVILLIERS Commune du Département de Seine et Marne P.L.U Plan Local d'urbanisme RÈGLEMENT 23 novembre 2015 ZONE UE En application de l article R.123-10-1 du code de l urbanisme, il est précisé

Plus en détail

Pièce 6 NOTICE RELATIVE A LA CONFORMITE

Pièce 6 NOTICE RELATIVE A LA CONFORMITE Pièce 6 NOTICE RELATIVE A LA CONFORMITE DE L INSTALLATION PROJETEE AVEC LES PRESCRIPTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES RELATIVES A L HYGIENE ET LA SECURITE DU PERSONNEL Notice Hygiène et sécurité - Page

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Transaction immobilière

DIAGNOSTIC DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Transaction immobilière DIAGNOSTIC DE L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Transaction immobilière Articles L1331-11-1 du code de la santé publique et L271-4 du code de la construction et de l habitation Date de la visite : 02/11/2015

Plus en détail

Plan de prévention Décret 92-158 du 20 février 1992

Plan de prévention Décret 92-158 du 20 février 1992 Plan de prévention Décret 92-158 du 20 février 1992 LOCALISATION DE L OPÉRATION : NATURE DE L OPÉRATION : Prestation de service en restauration collective Début de la prestation :... Fin de la prestation

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D INSTALLATION IMPORTANT!: Les renseignements demandés dans ce document permettront au Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) de donner un avis technique

Plus en détail

Détermination de l acceptabilité des risques...10. Grille de criticité des scénarii avec mesures de prévention et de protection...

Détermination de l acceptabilité des risques...10. Grille de criticité des scénarii avec mesures de prévention et de protection... SOMMAIRE DU RESUME NON TECHNIQUE DE LL ETUDE DE DANGERS 1 INTRODUCTION...2 2 ENVIRONNEMENT ET VOISINAGE...3 3 POTENTIELS DE DANGERS...4 4 IDENTIFICATION DES RISQUES...5 5 EVALUATION DES RISQUES...6 6 EVALUATION

Plus en détail

I - RESUME NON TECHNIQUE SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 2 2 OBJET DE LA DEMANDE DE REGULARISATION D AUTORISATION... 2 3 PRESENTATION DU SITE...

I - RESUME NON TECHNIQUE SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 2 2 OBJET DE LA DEMANDE DE REGULARISATION D AUTORISATION... 2 3 PRESENTATION DU SITE... Page : 1 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 2 2 OBJET DE LA DEMANDE DE REGULARISATION D AUTORISATION... 2 3 PRESENTATION DU SITE... 3 4 ETUDE D IMPACT... 7 5 ETUDE DE DANGERS... 14 Page : 2 1 INTRODUCTION Ce résumé

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE D'IMPACT... 4 1 LA LOCALISATION... 4

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE D'IMPACT... 4 1 LA LOCALISATION... 4 SOMMAIRE RESUMES NON TECHNIQUES RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE D'IMPACT... 4 1 LA LOCALISATION... 4 2 ANALYSE DES EFFETS DU PROJET SUR L EAU... 4 2.1 Les eaux usées... 4 2.2 Les eaux pluviales... 5 2.3

Plus en détail

Conception et fabrication de canalisations électriques en matières plastiques

Conception et fabrication de canalisations électriques en matières plastiques DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER PLANET WATTOHM - Site de Senlis (60) Conception et fabrication de canalisations électriques en matières plastiques RESUME NON TECHNIQUE Senlis, Février 2009

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation d exploiter une installation classée pour la protection de l environnement

Dossier de demande d autorisation d exploiter une installation classée pour la protection de l environnement Lannion Trégor Communauté Dossier de demande d autorisation d exploiter une installation classée pour la protection de l environnement Construction d une Objèterie et d une plateforme de stockage de boisénergie

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/04/AV.895. Liège, le 21 juin 2004

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/04/AV.895. Liège, le 21 juin 2004 AVIS Réf. : CWEDD/04/AV.895 Liège, le 21 juin 2004 Objet : Etude d'incidences sur l'environnement relative à la demande de renouvellement du permis d environnement de l Unité de Valorisation Energétique

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE (RNT) DE L EVALUATION DES INCIDENCES SUR L ENVIRONNEMENT (EIE) CONSTRUCTION DU NOUVEL HOPITAL DE MARNE LA VALLEE

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE (RNT) DE L EVALUATION DES INCIDENCES SUR L ENVIRONNEMENT (EIE) CONSTRUCTION DU NOUVEL HOPITAL DE MARNE LA VALLEE RÉSUMÉ NON TECHNIQUE (RNT) DE L EVALUATION DES INCIDENCES SUR L ENVIRONNEMENT (EIE) CONSTRUCTION DU NOUVEL HOPITAL DE MARNE LA VALLEE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le présent dossier est effectué en application

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_57

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_57 PAE 1/16 N 57 Boulangeries et pâtisseries INFORMATIONS ENERALES REVISION : 1 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature

Plus en détail

Réduction des eaux parasites dans les réseaux d égouts municipaux

Réduction des eaux parasites dans les réseaux d égouts municipaux Réduction des eaux parasites dans les réseaux d égouts municipaux Colloque «Tous en action pour la St-François» Conférence de Michel Cyr 11 juin 2013 1 Plan de la présentation 1 : Contexte et définitions

Plus en détail

OCCUPATIONS ET UTILISATIONS DU SOL INTERDITES

OCCUPATIONS ET UTILISATIONS DU SOL INTERDITES CARACTERE DE LA ZONE Zone urbaine peu dense où les équipements publics existants ou en cours de réalisation ont une capacité suffisante pour desservir les constructions à implanter. Ub ARTICLE Ub 1 OCCUPATIONS

Plus en détail

Services Techniques (cadre de vie) Dénomination Immeuble : 75 RN6 69380 LISSIEU Adresse chantier : Tel 04/78/47/60/35 Responsable : Téléphone :

Services Techniques (cadre de vie) Dénomination Immeuble : 75 RN6 69380 LISSIEU Adresse chantier : Tel 04/78/47/60/35 Responsable : Téléphone : Mairie de LISSIEU Maître d ouvrage : Services Techniques (cadre de vie) Dénomination Immeuble : 75 RN6 69380 LISSIEU Adresse chantier : Tel 04/78/47/60/35 Responsable : Téléphone : 1 Changer sa tapisserie

Plus en détail

Présentation du process. Assembleur de murs thermo-économiques

Présentation du process. Assembleur de murs thermo-économiques Présentation du process Assembleur de murs thermo-économiques Présentation du brevet COMPOMUR Janvier 2013 L origine Objectifs La création du label BBC et l annonce de la RT2012 a déclenché la recherche

Plus en détail

IDE / EnviroC LG2E Mayrac (46) 2 RESUME DU DOSSIER

IDE / EnviroC LG2E Mayrac (46) 2 RESUME DU DOSSIER 2 RESUME DU DOSSIER 1 INTRODUCTION Le développement des énergies renouvelables, la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la valorisation des biodéchets font partie des objectifs prioritaires

Plus en détail

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech 1 Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech La politique environnementale 2 Chaque année, la Direction s engage sur une politique environnementale en choisissant quelques objectifs prioritaires.

Plus en détail

CATALOGUE SAVOIE PLAN INCENDIE. 1 - Présentation. 2 - Normes et Réglementation. 3 - Nos produits et Services. 4 - Etude Gratuite

CATALOGUE SAVOIE PLAN INCENDIE. 1 - Présentation. 2 - Normes et Réglementation. 3 - Nos produits et Services. 4 - Etude Gratuite SAVOIE PLAN INCENDIE 141 allée de la Bévière 73200 MERCURY (Albertville) France Mobile : (+33) 06.70.32.63.60 Tel/Fax : (+33) 04.79.38.45.15 e-mail : savoie-plan-incendie@orange.fr internet : www.savoie-plan-incendie.com

Plus en détail

Le Risque Chimique : Evaluation et Prévention

Le Risque Chimique : Evaluation et Prévention Le Risque Chimique : Evaluation et Prévention Le Risque Chimique et Produits Chimiques Omniprésents dans le milieu professionnel : près de 40% des salariés sont exposés à au moins 1 produit chimique (SUMER

Plus en détail

LES MOTS POUR SE COMPRENDRE

LES MOTS POUR SE COMPRENDRE REGLEMENT DU SERVICE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF LES MOTS POUR SE COMPRENDRE Vous désigne le client c est-à-dire toute personne, physique ou morale, bénéficiant du Service de l Assainissement Non Collectif.

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Carrosserie automobile L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de carrosserie automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux,

Plus en détail

CHARTE CHANTIER PROPRE

CHARTE CHANTIER PROPRE CHARTE CHANTIER PROPRE Annexe 1 du CCAP CONSTRUCTION D'UN IMMEUBLE DE 25 LOGEMENTS Rue Sylvain Girerd 42160 BONSON N 2016*0107*01 Avril 2016 1 Sommaire Article 1 : DEFINITION DES OBJECTIFS... 3 Article

Plus en détail

Dispositions applicables aux zones naturelles N

Dispositions applicables aux zones naturelles N Dispositions applicables aux zones naturelles N PRÉAMBULE (EXTRAIT DU RAPPORT DE PRÉSENTATION) La zone N regroupe les espaces naturels et forestiers à protéger en raison de leur caractère d espace naturel

Plus en détail

Cahier votre implantation sur les parcs d activités

Cahier votre implantation sur les parcs d activités Cahier votre implantation sur les parcs d activités édition 2013 Implantation mode d emploi Ce livret est destiné à vous accompagner dans la réalisation de votre projet. Conçu comme une véritable source

Plus en détail

Carrosserie automobile

Carrosserie automobile 1 Les déchets Les déchets issus des activités de carrosserie automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux, mais qui peuvent dégrader l environnement s ils

Plus en détail

Règlement du Service Public d Assainissement Non Collectif de la Communauté de Communes de Noblat

Règlement du Service Public d Assainissement Non Collectif de la Communauté de Communes de Noblat Règlement du Service Public d Assainissement Non Collectif de la Communauté de Communes de Noblat Art. 1 er : Objet du règlement CHAPITRE I : DISPOSITIONS GENERALES L objet du présent règlement est de

Plus en détail

Cette liste regroupe les arrêtés n 638/2011/DDT et n 022/2013/DDT et présente les articles concernant la ZPS Bassigny, partie Lorraine

Cette liste regroupe les arrêtés n 638/2011/DDT et n 022/2013/DDT et présente les articles concernant la ZPS Bassigny, partie Lorraine Listes locales de planification, programmes, projets d activités, de travaux, d aménagements, d ouvrages ou d installations, manifestations et intervention dans le milieu naturel ou le paysage soumis à

Plus en détail

Note de synthèse annuelle 2009 Système de Gestion de la sécurité SEPPIC / SEPIPROD

Note de synthèse annuelle 2009 Système de Gestion de la sécurité SEPPIC / SEPIPROD Note de synthèse annuelle 2009 Système de Gestion de la sécurité SEPPIC / SEPIPROD Extraits de la note rédigée le 15 janvier 2010 Eric FERRERO Groupe SEPPIC 1 Faits marquants Groupe SEPPIC Site SEPPIC/SEPIPROD

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE

RESUME NON TECHNIQUE DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER UNE INSTALLATION CLASSEE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ------------------- LES FROMAGERIES OCCITANES LANOBRE (15) DOSSIER REALISE AVEC LE CONCOURS

Plus en détail

Charte du Laboratoire de Photographie

Charte du Laboratoire de Photographie Charte du Laboratoire de Photographie La Charte du laboratoire de photographie (salle T107) a pour objectif de faciliter le fonctionnement et l utilisation du labo-photo de l ENS LSH dans l intérêt de

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Maçonnerie L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de maçonnerie-plâtrerie-carreleur peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui ne présentent

Plus en détail

Sommaire. Eléments d accidentologie d ensemble Vous avez dit accident? Les évènements en sites Seveso en France et en Haute-Normandie

Sommaire. Eléments d accidentologie d ensemble Vous avez dit accident? Les évènements en sites Seveso en France et en Haute-Normandie Sommaire Eléments d accidentologie d ensemble Vous avez dit accident? Les évènements en sites Seveso en France et en Haute-Normandie Analyses sectorielles en Haute-Normandie Chimie et pharmacie Raffinage

Plus en détail

PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE

PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE 1 Pièce V Notice d hygiène et de sécurité Page 1 SOMMAIRE I.ORGANISATION GÉNÉRALE...4 A-Effectif et rythme de travail...4 B-C.H.S.C.T...4 C-Formation et information

Plus en détail

sommaire Aujourd hui, eauservice pose encore des conduites 04-05 La distribution de l eau dans la région lausannoise 06-07 Les principales missions

sommaire Aujourd hui, eauservice pose encore des conduites 04-05 La distribution de l eau dans la région lausannoise 06-07 Les principales missions Distribution En 1901, le service des eaux de Lausanne va chercher des ressources en eau supplémentaires au Pays-d Enhaut et pose une conduite longue de près de 40 km. Aujourd hui, eauservice pose encore

Plus en détail

MODIFICATION DU P.O.S. N 8 REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79

MODIFICATION DU P.O.S. N 8 REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79 2 -COMMUNE DE ROGNAC MODIFICATION DU P.O.S. N 8 - REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79 Vu pour être annexé à la Délibération du Conseil Municipal du 17 février 2011 approuvant les

Plus en détail

PRÉFET DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE

PRÉFET DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE PRÉFET DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE Direction régionale et interdépartementale de l Environnement et de l Énergie d Île-de-France Paris, le 14 avril 2016 Unité territoriale de Seine-et-Marne Pôle carrières

Plus en détail

CHARTE "CHANTIER VERT"

CHARTE CHANTIER VERT CHARTE "CHANTIER VERT" SOMMAIRE article 1 : définition des objectifs article 2 : modalités de mise en place des signatures article 3 : respect de la réglementation article 4 : organisation du chantier

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS Pat de la Vatine BP 108 76134 MONT SAINT AIGNAN PROJET : EXTENSION D UN SITE DE STOCKAGE DE CEREALES ET OLEOPROTEAGINEUX ET D APPROVISIONNEMENT D541 «Le Chemin sec» 60360 DOMELIERS RESUME NON TECHNIQUE

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement non collectif, vous devez obtenir l accord du SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif. Document à retourner au

Plus en détail

Demande d autorisation, contrôle de conception et d implantation FO1

Demande d autorisation, contrôle de conception et d implantation FO1 Demande d autorisation, contrôle de conception et d implantation FO1 Informations générales Date de la demande Date du permis de construire (sauf pour réhabilitation) Habitation Références cadastrales

Plus en détail

ETUDE D IMPACT ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL DU PROGRAMME PASP-TUNISIE

ETUDE D IMPACT ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL DU PROGRAMME PASP-TUNISIE REPUBLIQUE TUNISIENNE ************* MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ************* AGENCE NATIONALE DE GESTION DES DECHETS AFRICA - PASP ************* PROGRAMME AFRICAIN RELATIF

Plus en détail

Surveillance du Tritium

Surveillance du Tritium Surveillance du Tritium Cligeet 13 décembre 2013 1 Sommaire Le tritium : définition et caractéristiques Les seuils et limites associées Le dispositif de surveillance et de mesures Les investigations immédiates

Plus en détail

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique.

Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. de lecture Quelle que soit son importance, le volet sanitaire doit être individualisé dans l étude d impact sous la forme d un chapitre spécifique. Afin d aider le lecteur à se forger une opinion sur la

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation Présentation du Dépôt Pétrolier de S.P.D Mont de Marsan DEPOT PETROLIER DE MONT DE MARSAN

Comité Local d Information et de Concertation Présentation du Dépôt Pétrolier de S.P.D Mont de Marsan DEPOT PETROLIER DE MONT DE MARSAN Comité Local d Information et de Concertation Présentation du Dépôt Pétrolier de S.P.D Mont de Marsan 1 Sommaire Présentation du dépôt et situation Activité Moyens de Prévention / Protection Mesures organisationnels

Plus en détail

Commune : Déposé en Mairie le :

Commune : Déposé en Mairie le : Syndicat Intercommunal de la Vallée d Abondance Lieu dit les Granges 74360 Abondance Tel : 04 50 73 57 31 Email : spanc.abondance@orange.fr Commune : Déposé en Mairie le : Transmis au SPANC le : Dossier

Plus en détail

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif

S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif DÉPARTEMENT DE LA DORDOGNE Date de dépôt du dossier : Cadres réservés au S.P.A.N.C. DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON

Plus en détail

SECURITE INCENDIE PREVENTION DES INCENDIES ANALYSE DES RISQUES GENERALITES

SECURITE INCENDIE PREVENTION DES INCENDIES ANALYSE DES RISQUES GENERALITES 1/5 SECURITE INCENDIE PREVENTION DES INCENDIES ANALYSE DES RISQUES GENERALITES PARTIE A: Inventaire des risques et des mesures de prévention existantes 1. Données de l entreprise Nom : Adresse : Téléphone:

Plus en détail

AVIS. Demande de permis unique relatif à des installations de stockage et de distribution de mazout de chauffage à SAINT-GHISLAIN.

AVIS. Demande de permis unique relatif à des installations de stockage et de distribution de mazout de chauffage à SAINT-GHISLAIN. AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.1018 Liège, le 10 juillet 2006 Objet : Demande de permis unique relatif à des installations de stockage et de distribution de mazout de chauffage à SAINT-GHISLAIN Avis du CWEDD

Plus en détail

Pièce 6 NOTICE RELATIVE A LA CONFORMITE

Pièce 6 NOTICE RELATIVE A LA CONFORMITE Pièce 6 NOTICE RELATIVE A LA CONFORMITE DE L INSTALLATION PROJETEE AVEC LES PRESCRIPTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES RELATIVES A L HYGIENE ET LA SECURITE DU PERSONNEL Notice Hygiène et sécurité - Page

Plus en détail

Atmosphère explosive?

Atmosphère explosive? ATEX I Atmosphère explosive? Mélange avec l air, dans les conditions atmosphériques, de substances inflammables sous forme de gaz, vapeurs, brouillards ou poussières, dans lequel, après inflammation, la

Plus en détail

Installations Classées pour la Protection de l'environnement Calculs de flux thermiques SOMMAIRE

Installations Classées pour la Protection de l'environnement Calculs de flux thermiques SOMMAIRE SOMMAIRE I. OBJECTIF... 2 II. CALCUL DE FLUX THERMIQUES CORRELATION DE THOMAS... 2 A- Méthodologie... 2 1) Principe... 2 2) Evolution de l'incendie... 4 3) Montée rapide de la température ambiante... 4

Plus en détail

III - L'ETUDE D'IMPACT

III - L'ETUDE D'IMPACT III - L'ETUDE D'IMPACT Elle est accompagnée d'un résumé non technique. Elle a été réalisée par le Cabinet Evolutis, 434 rue Etienne Lenoir, 30900 NIMES. Ce document comprend les parties suivantes: 11Analyse

Plus en détail

Une solution collective pour le traitement des effluents phytosanitaires

Une solution collective pour le traitement des effluents phytosanitaires Une solution collective pour le traitement des effluents phytosanitaires Exemple de la plateforme de la coopérative COOPTAIN à Tain l Hermitage Projet réalisé avec le soutien financier de Contact : COOPTAIN

Plus en détail

SCHÉMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES

SCHÉMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES SCHÉMA DIRECTEUR DES EAUX PLUVIALES 1. PRINCIPES. Bien que la gestion des eaux pluviales urbaines soit un service publique à la charge des communes, il semble indispensable d imposer aux aménageurs, qui

Plus en détail

L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or

L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or Généralités Préambule Dans le cadre de son Schéma Départemental du Développement Durable (S3D), le Conseil Général s est engagé

Plus en détail

Accident de Fukushima-Daiichi Bulletin d information n 2 du 8 avril

Accident de Fukushima-Daiichi Bulletin d information n 2 du 8 avril Accident de Fukushima-Daiichi Bulletin d information n 2 du 8 avril Ce bulletin destiné à l information des résidents français au Japon est élaboré par l IRSN, dont un expert en radioprotection est présent

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/08/AV.1994. Liège, le 24 novembre 2008

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/08/AV.1994. Liège, le 24 novembre 2008 AVIS Réf. : CWEDD/08/AV.1994 Liège, le 24 novembre 2008 Objet : Demande de permis unique pour le renouvellement du permis d exploitation et le projet de modernisation des installations d expédition de

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2011-04-14-R-0147 commune(s) : Meyzieu objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Mécanique automobile Si vous réalisez également des activités de démontage des voitures ou des travaux sur la carrosserie, reportez-vous également aux fiches correspondantes. L environnement dans l Artisanat

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 23 OCTOBRE 2007 2007/8249 - DEMANDE D'AUTORISATION PRESENTEE PAR LA SOCIETE GENZYME POLYCLONALS SAS EN VUE D'EXPLOITER DES INSTALLATIONS DE REFRIGERATION/COMPRESSION DANS SON FUTUR ETABLISSEMENT

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE 1 AUyz

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE 1 AUyz DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE 1 AUyz Caractère et vocation de la zone Il s agit d une zone destinée à l accueil d activités économiques, notamment d activités commerciales, tertiaires, de services

Plus en détail

Réf. : 3478F - 4.33 / a - 02.01. BIOSANIT Stations de relevage pour eaux usées. Installation et maintenance

Réf. : 3478F - 4.33 / a - 02.01. BIOSANIT Stations de relevage pour eaux usées. Installation et maintenance Cette notice doit être transmise à l utilisateur final Installation et maintenance SOMMAIRE 1 - GÉNÉRALITES...5 2 - UTILISATION...5 3 - CARACTÉRISTIQUES...5 4 - MANUTENTION...5 5 - STOCKAGE...5 6 - INSTALLATION...5

Plus en détail

PREFET DE LA CHARENTE-MARITIME

PREFET DE LA CHARENTE-MARITIME PREFET DE LA CHARENTE-MARITIME ARRETE n 2011-1412 fixant la liste prévue au 2 du III de l article L 414-4 du code de l environnement des documents de planification, programmes, projets, manifestations

Plus en détail

Utilisation de l énergie en entreprise

Utilisation de l énergie en entreprise Réduction des consommations et récupération d'énergie dans l'industrie Retours d expériences dans plusieurs entreprises françaises Utilisation de l énergie en entreprise Christophe DEBARD Directeur Commercial

Plus en détail

Bureau d études Fluides Marc MISIURNY

Bureau d études Fluides Marc MISIURNY CLIMTHERM Bureau d études Fluides Marc MISIURNY MAIRIE DE SALOUEL 10, RUE FERDINAND BUISSON 80480 SALOUEL CONSTRUCTION D'UN CENTRE D'ACCUEIL ET DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT CHARTE "CHANTIER PROPRE" JANVIER

Plus en détail

Protection de la tête

Protection de la tête Analyse de risques : Casques de sécurité Protection de la tête Le casque de sécurité est porté en dehors des interventions qui nécessitent le port du casque d incendie. Lors de la présence de chaleur et

Plus en détail