Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires"

Transcription

1 Tendances régionales Les entreprises en Rhône-Alpes Contexte conjoncturel Indicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée de la situation conjoncturelle. Il résume par une variable synthétique l évolution des soldes d opinion qui présentent des évolutions similaires dans le temps. En hausse, il traduit une amélioration du climat conjoncturel ; en baisse, sa dégradation 100 = moyenne de longue période Industrie Services marchands ICA Rhône-Alpes ICA France moyenne ICA Rhône-Alpes ICA France Contexte national Après le léger redressement de 2013, le climat des affaires s est à nouveau tassé en 2014 dans tous les grands secteurs de l économie française. L activité est ainsi restée éloignée de son niveau moyen de longue période, notamment dans le secteur de la construction qui a connu une année 2014 particulièrement difficile. Ce ralentissement global de l économie réelle trouve sa source dans les difficultés consécutives à la crise financière ; il témoigne également des freins structurels à la relance de l activité en termes de compétitivité. Par ailleurs, la croissance de la Zone Euro n a pas été suffisante pour que nos partenaires économiques tirent vers le haut notre activité. En 2014, le PIB progresserait au même rythme qu en 2013 (+0,4 %). Seul le troisième trimestre a été marqué par un sursaut (+0,3 %), les autres trimestres étant restés atones. La contribution au PIB de la demande intérieure hors stocks serait de 0,3 % en 2014 après 0,5 % en La faible croissance de la consommation des ménages s est maintenue (+0,3 % en 2014 comme en 2013) malgré la progression du pouvoir d achat des ménages (+1,2 % en 2014) liée au ralentissement des prix à la consommation (+0,5 %). L investissement des entreprises est resté en repli (-0,2 % après -0,6 % en 2013) malgré les premiers effets du crédit d impôt compétitivité emploi. L investissement des ménages a reculé nettement (- 6,3 %) en raison de l attentisme sur le marché de l immobilier neuf. La variation de stocks a contribué positivement (+0,3 point), contrairement au commerce extérieur (-0,2 point). Sur les 11 premiers mois de 2014, le solde des échanges extérieurs de marchandises est resté nettement déficitaire, mais est un peu moins négatif qu en 2013 : la légère progression des exportations se cumule au léger recul des importations, sous l effet simultané du regain de croissance de nos partenaires commerciaux, du recul du prix du pétrole et de la baisse récente du taux de change de l euro. L emploi total s est stabilisé en 2014, entraînant une hausse du taux de chômage (10,4 % après 10,1 % en 2013) en raison de l augmentation de la population active. Les prix à la consommation ont peu progressé : +0,5 % en variation annuelle, après +0,9 % en Au cours de l année 2014, l inflation s est ralentie progressivement, sous l effet du recul des prix de certains produits alimentaires et manufacturés, et plus nettement du fait du repli des prix des produits pétroliers. En réaction à la faiblesse de l inflation la BCE a instauré des opérations de refinancement et de rachat de titres adossés à des crédits à l économie, et plus récemment des mesures d assouplissement quantitatif incluant l acquisition de titres de dette publique. Tous les graphiques de ce document sont réalisés à partir des données collectées par la Banque de France. Reproduction autorisée en citant la source.

2 Synthèse Industrie En 2014, le chiffre d affaires de l industrie régionale a très légèrement progressé après deux années consécutives de baisse. Cette progression n a pas été linéaire durant l année, un net rebond de l activité ayant eu lieu dès septembre 2014 sous l influence de la reprise de la demande étrangère. Elle n a pas non plus été homogène, certains secteurs ayant été plus porteurs que d autres. Les prévisions tablent sur une reprise plus franche en 2015, toujours davantage assise sur le marché extérieur que sur la demande domestique toujours en retrait. L emploi pourrait au mieux se stabiliser. Services marchands Dans la continuité de 2013, le chiffre d affaires dans les services marchands a progressé en 2014, tiré par le secteur de l édition et des services informatiques, et dans une moindre mesure par le transport routier de fret et la logistique. Comme prévu l année dernière, les effectifs ont profité de la confirmation de cette embellie, le secteur informatique ayant été le seul à recruter de façon quasi-continue tout au long de l année. Les prévisions d activité sont bien orientées, et si une progression substantielle des chiffres d affaires est prévue, les effectifs s étofferaient dans de moindres proportions. Construction Les perspectives dans le BTP, qui n étaient guère optimistes l année dernière, se sont confirmées a été une année difficile pour l ensemble du secteur mais plus particulièrement dans les travaux publics. Fin des grands travaux d infrastructure, stand-by de certains grands projets, frilosité des acquéreurs ont été les facteurs clés de cette tendance. Les rentabilités se sont également dégradées, les prix des devis ayant été revus à la baisse en raison de la pression concurrentielle. Les effectifs, temporaires en particulier, ont fait les frais de cette situation. Les chefs d entreprises manquent de visibilité mais n envisagent pas de reprise à court terme, en particulier dans les travaux publics. La stabilisation fiscale pourrait cependant favoriser la construction dans certaines zones urbaines afin de répondre à une demande nouvelle des investisseurs. Banque de France Les entreprises en Rhône-Alpes Page 2 sur 15

3 Industrie Rappel du contexte conjoncturel régional 2014 Production passée et prévisions (soldes d opinion CVS) Si l industrie régionale a présenté cette année des chiffres positifs, la reprise a été de moindre ampleur que ce qui avait été prévu l année dernière. L amélioration de l activité, très dépendante du niveau des exportations, a commencé à se dessiner seulement à partir du mois de septembre. La demande étrangère a donné à cette période quelques signes de reprise, inégaux cependant selon les secteurs, la demande domestique demeurant sans relief. Les taux d utilisation des capacités de production se sont globalement redressés, souvent par à-coups. Ils restent cependant très éloignés de leur moyenne de longue période. Si la reprise de l exportation se confirme, les chefs d entreprises envisagent une consolidation de la tendance de fin d année. Situation des carnets et des stocks de produits finis (soldes d opinion CVS) Après une chute significative au premier semestre, les carnets de commandes se sont progressivement redressés, de façon assez linéaire. Fin décembre, ils se rapprochaient de leur moyenne de longue période, loin cependant du niveau d avant crise. L effet export a été clairement déterminant dans cette inflexion De façon concomitante, les stocks se sont contractés et sont désormais à un niveau jugé normal. Banque de France Les entreprises en Rhône-Alpes Page 3 sur 15

4 Industrie Le chiffre d affaires Évolution du chiffre d affaires total 2014 / 2013 Le chiffre d affaires de l industrie a peu progressé cette année (+0.6%), mais est malgré tout devenu positif après deux années de baisse Les marchés export ont été les principaux moteurs de l activité, dans des proportions cependant moins importantes qu attendu. Les industries agroalimentaires, avec des performances honorables à l export (+5.8% cette année contre plus de 10% l année dernière) apportent une contribution conséquente à la tendance générale. La baisse des cours de certaines matières premières sur la durée (lait, sucre) a favorisé une reconstitution progressive des marges. Dans le matériel de transport, la petite remontée de 1,7% du chiffres d affaires doit être relativisée face à la baisse de près de 15% subie l an dernier. La construction de véhicules a souffert de l atonie de la demande globale. Les équipementiers, victimes d un premier semestre sans relief ont bénéficié d une reprise de la demande étrangère en fin d année. Le chiffre d affaires des équipements électriques, électroniques et informatiques, s est érodé malgré la progression des exportations. Dans la fabrication d autres produits industriels, aucune évolution marquante n a été notée. Évolution du chiffre d affaires dans les Autres Produits Industriels en 2014 Seules les activités de niches, répertoriées dans les autres activités industrielles, et tirées par la fabrication de matériel médical, de joaillerie et de cosmétiques, affichent une progression significative. Le faible redressement du secteur du matériel de transport est insuffisant pour en faire bénéficier les secteurs sous-traitants comme la plasturgie et la métallurgie, même si une amélioration a été notée en fin d année. L activité s est redressée dans le travail du bois et les industries du papier, mais l industrie pharmaceutique régionale affiche encore un recul de son chiffre d affaires pour la deuxième année consécutive pénalisée en particulier par les déremboursements et la poussée des médicaments génériques. Le secteur du textile affiche une très légère progression liée à la fabrication de textiles techniques mais aussi au secteur du luxe. Banque de France Les entreprises en Rhône-Alpes Page 4 sur 15

5 Industrie Les effectifs Évolution des effectifs 2014 / 2013 Après la baisse significative de 2013, l emploi industriel s est encore replié en 2014 suivant peu ou prou l évolution de l activité, tous secteurs confondus. La réduction du volant de travailleurs intérimaires est particulièrement marquée, les effectifs permanents n ayant pas été, à ce jour, encore trop affectés, mais des ajustages avaient déjà eu lieu l année dernière. Évolution des effectifs totaux dans les Autres Produits Industriels en 2014 Les effectifs n ont pas toujours varié dans les mêmes proportions que les chiffres d affaires. Seul le secteur pharmaceutique présente une évolution corrélée. Les quelques hausses d effectifs dépassent à peine 1%, et concernent en général des contrats temporaires sauf dans les autres produits industriels où l effectif permanent a été renforcé. La rentabilité d exploitation Évolution de la rentabilité dans l ensemble de l industrie (solde d opinions bruts en %) 29% 32% 39% Malgré la baisse des chiffres d affaires, les rentabilités ne se sont pas significativement détériorées, les effectifs et les process de production ayant dans l ensemble été adaptés. C est dans l industrie agroalimentaire que l amélioration de la rentabilité a été la plus notable, phénomène lié en grande partie à la baisse du prix de certaines matières premières non répercutée en totalité sur les prix de vente. Augmentation Stabilité Diminution Banque de France Les entreprises en Rhône-Alpes Page 5 sur 15

6 Industrie Perspectives 2015 Évolution attendue du chiffre d affaires et des effectifs totaux La reprise de la demande étrangère à la fin du second semestre 2014 a permis de terminer l année sur une note positive et de fait, d envisager 2015 sous de meilleurs auspices, à condition que cette tendance se poursuive. Les effectifs ne devraient cependant pas progresser dans les mêmes proportions. Rentabilité attendue dans l ensemble de l industrie (soldes d opinion bruts en %) 10% Pour 2015, malgré la hausse attendue des chiffres d affaires, seul un maintien des rentabilités d exploitation est envisagé, tous secteurs confondus. 37% 53% Augmentation Moyenne Stabilité Diminution Moyenne Les investissements totaux Après s être stabilisés en 2013, les investissements se sont nettement infléchis. Tous les secteurs sont concernés à l exception de l industrie agroalimentaire, et une nouvelle fois des autres produits industriels dont les activités de niche impliquent fréquemment l utilisation de matériels à la pointe de l état de l art. L investissement devrait repartir en 2015 dans la majeure partie des secteurs à l exception de la métallurgie. L industrie agroalimentaire pourrait également faire une pause. Banque de France Les entreprises en Rhône-Alpes Page 6 sur 15

7 Industrie Tableaux synthétiques sectoriels 2014 et 2015 Fabrication de denrées alimentaires et de boissons 1 1 8,0% 6,0% - 2,9% 2,7% Matériels de transport 5,8% 9,8% -1,3% CA Total CA Export Effectifs 2014/2013 Prev 2015 Équipements électriques, électroniques, informatiques et autres machines ,3% 3,5% Autres produits industriels 2,4% 3,7% - CA Total CA Export Effectifs 2014/2013 Prev ,4% 3,5% 2,5% 2,9% 3,5% 3,3% 1,5% 0,5% 1,7% 1,4% 0,8% 2,5% 1,5% 2,2% -0,5% - -1,5% -0,9% - CA Total CA Export Effectifs 0,5% 0,5% 0,4% 0,3% 0,2% CA Total CA Export Effectifs 2014/2013 Prev /2013 Prev 2015 Banque de France Les entreprises en Rhône-Alpes Page 7 sur 15

8 Services marchands Rappel du contexte conjoncturel régional 2014 Activité passée et prévisions (soldes d opinion CVS) L activité dans les services marchands a progressé de 2,6% en 2014 après une augmentation globale de 1,8% l année dernière. Cette tendance a été linéaire durant l année avec un seul fort repli, en mai. L emploi a évolué de façon corrélée avec une progression de 2,8% des effectifs totaux et ce malgré une baisse globale des effectifs intérimaires de l ordre de 16%. Cette bonne orientation devrait perdurer en déc.-10 déc.-11 déc.-12 déc.-13 déc.-14 variations M-1 Act. prév Tendance L activité Évolution de l activité 2014 / ,0% - 4,6% En 2014, l activité dans le transport routier de fret a sensiblement progressé, portée essentiellement par la demande étrangère et les activités de logistique. Le secteur de l édition et activités informatiques a poursuivi la bonne orientation engagée l année dernière avec une hausse de CA de 4,6%. Les activités liées à l informatique (développement, conseil, consulting) ont été le moteur de cette progression. Le secteur de l ingénierie et des études techniques s est de nouveau replié, dans un contexte d amenuisement de la demande des donneurs d ordres du bâtiment et des collectivités territoriales. - -1,7% - Transport routier Edition et activités informatiques Ingénierie technique Banque de France Les entreprises en Rhône-Alpes Page 8 sur 15

9 Services marchands Les effectifs Évolution des effectifs 2014 / 2013 L emploi dans les services aux entreprises a globalement progressé de 2,8%, Cette hausse est essentiellement portée par les activités d ingénierie informatique, seul secteur qui a recruté de façon continue toute l année. Cette hausse des effectifs totaux est d autant plus remarquable qu elle provient d un important recrutement de personnel permanent, l emploi intérimaire ayant fortement reculé. Malgré ses performances en termes d activité, le secteur du transport routier de fret n a pas embauché et a également réduit sensiblement son volant d intérimaires. A contrario, les effectifs de l ingénierie technique n ont pas suivi la baisse des CA. Les effectifs intérimaires ont été réduits dans de moindres proportions que les deux autres secteurs. La rentabilité d exploitation Rentabilité dans l ensemble des services (soldes d opinion bruts en %) 34,3% 18,2% 47,5% La rentabilité d exploitation est globalement bien orientée, certains secteurs comme le transport routier affichant de meilleures performances malgré une pression concurrentielle qui ne s est pas démentie. La baisse du prix du pétrole durant le dernier semestre a probablement joué un rôle non négligeable dans cette évolution. L édition, l informatique et l ingénierie technique ont davantage tendu vers une stabilisation de leurs marges, l informatique en particulier ayant recruté des personnels qualifiés à salaires élevés. Augmentation Moyenne Stabilité Diminution Moyenne Banque de France Les entreprises en Rhône-Alpes Page 9 sur 15

10 Services marchands Perspectives 2015 Évolution attendue du CA et des effectifs totaux 6,0% 5,0% 5,0% 3,2% La bonne orientation de l activité devrait se poursuivre en 2015 avec une progression substantielle du CA. Tous les secteurs sont concernés dans des proportions différentes : un effet de rattrapage est en particulier attendu dans l ingénierie technique. Les effectifs pourraient également progresser, dans des proportions moindres cependant, et quasiment uniquement dans l ingénierie informatique. CA Effectifs totaux Rentabilité attendue dans l ensemble des services (soldes d opinion bruts en %) 13,5% 47,1% 39,4% Les chefs d entreprises, sont plutôt optimistes quant à l évolution de leurs rentabilités en 2015, même s ils sont une majorité à anticiper une stabilité de leurs résultats d exploitation. Augmentation Moyenne Stabilité Diminution Moyenne Les investissements totaux Après la baisse significative de l investissement en 2014, surtout sensible dans le transport routier, une reprise est prévue, portée une nouvelle fois essentiellement par l informatique et dans une moindre mesure par l ingénierie technique. Banque de France Les entreprises en Rhône-Alpes Page 10 sur 15

11 Services marchands Tableaux synthétiques sectoriels 2014 et 2015 Transports routiers de fret Edition, activités informatiques 4,5% 3,5% 2,5% 3,2% 8,0% 7,0% 6,0% 5,0% 4,6% 7,4% 7,3% 6,1% 1,5% 0,5% 0,2% -0,5% CA -0,2% Effectifs CA Total Effectifs 2014/ / Ingénierie et études techniques 8,0% 7,0% 6,0% 5,0% ,7% CA total 7,3% 2,1% Effectifs 1,4% 2014/ Banque de France Les entreprises en Rhône-Alpes Page 11 sur 15

12 BTP La production totale Évolution de la production totale 2014 / 2013 La baisse d activité amorcée l année dernière s est amplifiée en 2014 sous l influence conjuguée d une diminution des mises en chantier dans l immobilier et de celle des ordres dans les travaux publics. Les deux sous-secteurs du bâtiment sont impactés pratiquement dans les mêmes proportions. L arrivée à leur terme de certains grands projets d infrastructure de la région lyonnaise en particulier, conjuguée à la baisse des dotations budgétaires aux collectivités territoriales ont provoqué un repli marqué de l activité dans les travaux publics. Les effectifs Évolution des effectifs totaux -5,0% -1-15,0% -4,1% -12,8% - -2,5% -4,4% Les effectifs totaux ont suivi pratiquement dans les mêmes proportions la baisse des chiffres d affaires, mais c est essentiellement le travail temporaire qui a pâti du déficit d activité ,0% -3-35,0% Gros œuvre Second œuvre TP -29,5% Eff totaux Dont interimaires La rentabilité d exploitation Rentabilité dans le BTP (soldes d opinion bruts en %) 40,2% 28,4% La rentabilité s est globalement dégradée sous l effet conjugué du manque de commandes et d une plus forte pression concurrentielle. 31,4% Augmentation Moyenne Stabilité Diminution Moyenne Banque de France Les entreprises en Rhône-Alpes Page 12 sur 15

13 BTP Perspectives 2015 Évolution attendue de la production totale et des effectifs dans le BTP -0,5% - -1,5% - -0,4% Dans un contexte de faible visibilité, les prévisions ne sont guère optimistes pour l ensemble du secteur, même si la situation dans le bâtiment pourrait s améliorer, grâce au repositionnement des investisseurs sur les programmes neufs. Mais les travaux publics pourraient poursuivre leur repli face à l amenuisement des grands chantiers d infrastructure sur la région en L emploi, et en particulier les effectifs permanents, à peu près épargnés en 2014, devraient souffrir de cette mauvaise tendance. -2,5% - Production totale -2,6% Effectifs totaux Rentabilité attendue dans l ensemble du BTP (soldes d opinion bruts en %) 29,1% 12,5% 58,4% Dans un contexte de fort repli de l activité, la majorité des chefs d entreprises prévoit toutefois un maintien des marges, encore étroites, dans la totalité du secteur. Augmentation Moyenne Stabilité Diminution Moyenne Les investissements totaux 5,0% -5,0% -1-15,0% -1 0,5% Les investissements, déjà en baisse l année dernière dans le bâtiment, ont poursuivi leur chute, gros œuvre et second œuvre confondus. Cette tendance devrait se pérenniser en 2015 dans de moindres proportions cependant. Stable cette année dans les travaux publics, l investissement sera en recul très net en ,0% -16,8% Bâtiment 2014/ TP -19,8% Banque de France Les entreprises en Rhône-Alpes Page 13 sur 15

14 BTP Tableaux synthétiques sectoriels 2014 et 2015 BÂTIMENT Gros œuvre Second œuvre TRAVAUX PUBLICS Banque de France Les entreprises en Rhône-Alpes Page 14 sur 15

15 Méthodologie Méthodologie Cette enquête rapide est réalisée en début d année par la Banque de France auprès d un échantillon composé de entreprises ou établissements rhônalpins appartenant à l industrie, aux services marchands et au BTP. Les données individuelles reçues ont été agrégées selon la Nomenclature d Activités Française 2008 (NAF 2). Présentation de l échantillon La Banque de France tient à remercier, pour leur précieux concours, les entreprises ou établissements qui ont accepté de participer à cette enquête. Autres produits industriels : Terminologie - Textile : Textiles, habillement, cuir, chaussures - Bois Papier : Travail du bois, industries du papier et imprimerie - Ind. chimiq. : Industrie chimique - Ind. pharma. : Industrie pharmaceutique - Plasturgie : Produits en caoutchouc, plastique, et autres - Métallurgie : Métallurgie et fabrication de produits métalliques - Autres : Autres industries manufacturières, réparation, installation Retrouvez LA CONJONCTURE EN RHÔNE-ALPES, TENDANCES RÉGIONALES sur le site Internet de la Banque de France Si vous souhaitez être averti de la mise en ligne mensuelle de notre publication par l'envoi d'un message électronique, nous vous remercions de nous envoyer un courriel à l'adresse suivante : en précisant votre nom, la dénomination et l'adresse de votre entreprise. Suivez en temps réel l actualité de la Banque de France sur Twitter : «Aucune représentation en reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l'article L et 3 a du code de la propriété intellectuelle ne peut être faite de la présente publication sans l'autorisation expresse de la Banque de France ou, le cas échéant, sans le respect des modalités prévues à l'article L dudit code». Banque de France Les entreprises en Rhône-Alpes Page 15 sur 15

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires Tendances régionales La conjoncture en Midi-Pyrénées Décembre 215 La production industrielle a légèrement progressé dans l ensemble des secteurs. Les carnets de commandes sont toujours jugés de bon niveau.

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN Août 29 Tous les commentaires s'appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. LIMOUSIN Tendances régionales Août 29 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE SEPTEMBRE 2009 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Picardie Tendances régionales Numéro 20 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE NOVEMBRE 28 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières Auvergne Tendances régionales novembre 28 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

22,7 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS)

22,7 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS) 22,7 % Poids des effectifs de l industrie par rapport à la totalité des effectifs (source : ACOSS-URSSAF-31/12/214)) Industrie La production industrielle a légèrement baissé au mois de septembre. La demande

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires Tendances régionales Les entreprises en Franche-Comté Bilan 2014 Perspectives 2015 Contexte conjoncturel Indicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide

Plus en détail

udesté on it ecl Col

udesté on it ecl Col Collection études LA C EST 49% de la population girondine en 21 * 727 466 habitants (INSEE 21) * 7% de croissance en 1 ans (INSEE) * 27 communes * 4 ème Communauté Urbaine de France (INSEE 28) 53% des

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PAYS DE LOIRE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PAYS DE LOIRE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PAYS DE LOIRE AOÛT 9 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Pays de la Loire Tendances régionales Août 9 Page 1 sur 8 Vue d

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté Juillet 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 371 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires Tendances régionales Les entreprises en Franche-Comté Bilan 2012 Perspectives 2013 Contexte conjoncturel Indicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Mai 2014 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale, il

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 11 - Janvier Edition Lyon Rhône LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE Au cours des derniers mois de l année, le niveau d activité

Plus en détail

Banque de France. Agen. Chambre de Commerce et Industrie du Lot-et-Garonne. Réunion du 14 Février 2014

Banque de France. Agen. Chambre de Commerce et Industrie du Lot-et-Garonne. Réunion du 14 Février 2014 Direction des Affaires Régionales Aquitaine Banque de France Agen «L Économie en Aquitaine Bilan 2013, Perspectives 2014» Chambre de Commerce et Industrie du Lot-et-Garonne Réunion du 14 Banque de France

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Novembre 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Mars 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

BILAN TOUS SECTEURS CONFONDUS BILAN SECTORIEL

BILAN TOUS SECTEURS CONFONDUS BILAN SECTORIEL Baromètre de Conjoncture Tarnais N U M E R O N 27 1 E R TRIMESTRE 2013 La note de conjoncture du Tarn résulte d une enquête réalisée en avril 2013 auprès d un échantillon d environ 1 200 entreprises industrielles,

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation 1 Numéro 201, juin 2013 Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation I) Immobilier : un premier trimestre en forte croissance Une partie de la croissance

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce souhaite familiariser les lecteurs du Merkur à l évolution

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX Prix Panorama Evolution générale 2010 2014 De 2010 à 2014, l indice suisse des prix à la consommation (IPC) a reculé de 0,7%. Du côté des producteurs et importateurs, l indice des prix de l offre totale

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

UNE CONJONCTURE PLUS FAVORABLE CE TRIMESTRE

UNE CONJONCTURE PLUS FAVORABLE CE TRIMESTRE NOTE DE CONJONCTURE Suivez l actualité des entreprises de la Drôme 2ème trimestre 2015 UNE CONJONCTURE PLUS FAVORABLE CE TRIMESTRE Des indicateurs renforcés ce trimestre en termes de niveau d activité,

Plus en détail

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015 L a situation économique de Taiwan au ème semestre 1 Résumé L économie taiwanaise subit un ralentissement prononcé au ème trimestre, qui conduit le gouvernement à diviser par deux sa prévision de croissance

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

La conjoncture en région Centre Val de Loire

La conjoncture en région Centre Val de Loire Tendances régionales La conjoncture en région Centre Val de Loire Enquêtes mensuelles Septembre 215 Tassement de la production industrielle, activité globale un peu plus soutenue dans les services marchands.

Plus en détail

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse DAEJ/CAB/2012/55 31 octobre 2012 Note pour le cahier de la Cellule Economique Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse 1- L activité des entreprises

Plus en détail

Chiffre d affaires au 31 décembre 2008

Chiffre d affaires au 31 décembre 2008 Chiffre d affaires au Chiffre d affaires au en retrait de 3,0% à périmètre et taux Solide performance, notamment dans l activité Ciment, compte tenu de la forte dégradation du contexte macroéconomique.

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

Le baromètre économique des services en France

Le baromètre économique des services en France Le baromètre économique des services en France M a i 2 0 1 3 Sommaire Editorial... p. 3 L indicateur avancé de l emploi... p. 4 salarié dans les services Le chiffre d affaires des services... p. 5 La valeur

Plus en détail

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 2 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

Rapport financier semestriel

Rapport financier semestriel Le 1 er juin 2012 Rapport financier semestriel Au cours du premier semestre 2012, le Groupe a enregistré une forte croissance de son activité (+8,1%), notamment liée à une période de soldes hiver favorables,

Plus en détail

Conjoncture économique en Loir-et-Cher

Conjoncture économique en Loir-et-Cher Février 0 - N Conjoncture économique en Loir-et-Cher Résultats de l enquête menée entre le er et le 8 février 0 Analyse réalisée sur la base de réponses exploitables La Chambre de et d' de Loir-et-Cher

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

1 er trimestre 2016 UN FLECHISSEMENT DE LA SITUATION ECONOMIQUE SUR LE DEBUT D ANNEE 2016

1 er trimestre 2016 UN FLECHISSEMENT DE LA SITUATION ECONOMIQUE SUR LE DEBUT D ANNEE 2016 1 er trimestre 2016 UN FLECHISSEMENT DE LA SITUATION ECONOMIQUE SUR LE DEBUT D ANNEE 2016 Les dirigeants Drômois misent toutefois sur une stabilisation des indicateurs au prochain trimestre. Suivez l actualité

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales du 01/07/2015 au 31/12/2015

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales du 01/07/2015 au 31/12/2015 n 8 - JANVIER 216 LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT 24 58 c est * le nombre d entreprises 25 inscrites au Répertoire des métiers de l Essonne fin décembre. dirigeants d entreprise artisanale ont été interrogés

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

SUR LA SITUATION ECONOMIQUE

SUR LA SITUATION ECONOMIQUE Conférence de presse du 22 juillet 2010 SUR LA SITUATION ECONOMIQUE En vue de faire le point sur la conjoncture de l année 2010 et les tendances de 2011. Avant-propos Comme chacun sait, après plusieurs

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE JUILLET 2010 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières Les résultats des enquêtes sont désormais publiés selon la nouvelle

Plus en détail

Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION

Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION RÉGIONAUX AU CANADA : La puissance des faibles taux d intérêt Faits saillants Les marchés

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

L ACTIVITE. Evolution de l'activité industrielle secteur privé. Evolution de l'activité industrielle secteur public

L ACTIVITE. Evolution de l'activité industrielle secteur privé. Evolution de l'activité industrielle secteur public N 729 ENQUETE SUR LA SITUATION ET LES PERSPECTIVES DANS L INDUSTRIE AU - TROISIEME TRIMESTRE 215 - L enquête d opinion auprès des chefs d entreprise industrielle, initiée par les services de l ONS couvre

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Sylvain Gouteron et Évelyne Fam Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Du

Plus en détail

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement détérioré dans l ensemble des économies avancées. Ainsi, en France, le climat

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Cahiers Conjoncturels Aubois

Cahiers Conjoncturels Aubois Cahiers Conjoncturels Aubois Tendances 1 er Prévisions 2 nd 29 ème édition Septembre 1 Synthèse Constats SECTEURS D ACTIVITE Prévisions Evolution CA Note d activité Note de confiance Perspectives d évolution

Plus en détail

Rapport de Gestion Exposé Sommaire. Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires. SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004

Rapport de Gestion Exposé Sommaire. Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires. SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004 Rapport de Gestion Exposé Sommaire Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004 SOCIÉTÉ BIC 14, rue Jeanne d Asnières 92116 Clichy Cedex, France

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Suivez l activité des entreprises du Rhône NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre 2014 STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Malgré une fin d année 2013 conclue avec un regain d'activité et des perspectives

Plus en détail

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession FICHE PAYS PECO : LE DANGER RUSSE Marion Cochard Département analyse et prévision Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession pour certains pays de la zone, la croissance a repris progressivement

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 599 Janvier 5 Conjoncture de l immobilier Résultats au troisième trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél. 47 7 6 6 - Fax 47 7 6 8 Coe-Rexecode - 9 avenue

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

et les tendances récentes

et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 215 Le 4 trimestre 215 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble Lensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES

Plus en détail

Note de conjoncture de l Artisanat des Pays de la Loire

Note de conjoncture de l Artisanat des Pays de la Loire Note de conjoncture de l Artisanat des Pays de la Loire 1er semestre 2014 - Edition juillet 2014 Ce semestre, que retenir dans l artisanat régional? Pour mémoire, le second semestre 2013 avait été marqué

Plus en détail

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des 2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Prévisions économiques

Plus en détail

Organisation du chapitre

Organisation du chapitre RéférenceS janvier 2013 Bilan social annuel du transport routier de marchandises (2011) Organisation du chapitre Ce chapitre décrit l activité des entreprises françaises du transport routier de marchandises

Plus en détail

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt DÉCEMBRE JANVIER 211 économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 211? Au passage d une année à l autre, il est de mise de s interroger sur ce que nous réserve la nouvelle année. Après la solide

Plus en détail

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 Chiffre d affaires 2010 : 540 m - Réduction de l'activité en immobilier d'entreprise Hausse du carnet de

Plus en détail

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014 Banque Centrale de Tunisie Direction Générale des Statistiques Direction de la Balance des Paiements et de la PEG Sous direction des opérations courantes Service du commerce Extérieur Analyse des Echanges

Plus en détail

et les tendances récentes

et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2016 Le 1 trimestre 2016 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble Lensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES

Plus en détail

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA Note de Conjoncture N 66 Page 1 Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants Effectifs IAA 540 000 530 000 520 000 510 000 500 000 490 000 480 000 Source : Acoss, calculs ANIA

Plus en détail

Dans le contexte de l après-crise, les interrogations sur le risque d une. Quels secteurs seront créateurs d emplois en 2015? 1

Dans le contexte de l après-crise, les interrogations sur le risque d une. Quels secteurs seront créateurs d emplois en 2015? 1 Quels secteurs seront créateurs d emplois en 2015? 1 Au sein du Centre d analyse stratégique (CAS) a été menée en novembre 2010 une étude sur les évolutions à venir de l emploi à l horizon 2020 avec un

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015

Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015 Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

PME Wallonie-Bruxelles

PME Wallonie-Bruxelles UCM National asbl Situation au 2 e trimestre 2015 PME Wallonie-Bruxelles Charlie TCHINDA Economiste - Statisticien Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses d un panel d indépendants

Plus en détail