ECLAIRAGE : «Mieux éclairer en consommant moins»

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ECLAIRAGE : «Mieux éclairer en consommant moins»"

Transcription

1 ECLAIRAGE : «Mieux éclairer en consommant moins» Conférence organisée à l occasion de la semaine du Développement Durable par le CFI (du 1 er au 7 avril 2011) Fabrice CLOUET 06/04/11

2 PRESENTATION DE LA SOCIETE (1/2) : Bureau d études spécialisé en éclairage et en efficacité énergétique, fondé en 2001 Compétences : Confort visuel au poste de travail / image de l entreprise Diminution de la consommation Protection de l environnement Moyens : 2 agences (Paris et Lyon) Types de missions : Conseil allant du diagnostic à l étude de faisabilité Assistance à Maîtrise d ouvrage Formations (organisme agrée depuis 2002)

3 PRESENTATION DE LA SOCIETE (2/2) : Une expertise reconnue sur l éclairage : Partenaire de l ADEME (missions éligibles aux dispositifs de subvention) Membre du groupe d experts pour la RT 2005 Membre de l Association Française de l Éclairage de l ATEE Fondateur du programme Eco-Eclairage visant à économiser 30 % sur l éclairage des locaux tertiaire Parrain principal GREENLIGHT (label de performance énergétique) Membre de PERIFEM (Association Technique du Commerce et de la Distribution)

4 LE CONTEXTE EN ECLAIRAGE (1/4) : L éclairage : un problème pour les usagers Mauvaise qualité / problème de confort visuel Changements de sources lumineuses L éclairage naturel : un formidable atout, mais souvent mal dimensionné et mal exploité Une réglementation de plus en plus incitative sur les économies d énergie Des potentiels d économies importants dès lors où l on raisonne en coût global : 30 à 50 % d économie d énergie (source : ADEME) Allongement important des durées de vie des sources lumineuses

5 LE CONTEXTE EN ECLAIRAGE (2/4) : L éclairage artificiel : un poste de consommation électrique conséquent Répartition des consommations par secteur en France (Source ADEME) Secteur Consolidé Consommation Poids moyen sur la facture d'électricité Industrie 5 TWh 15% Eclairage public 4 TWh 33% Commerces et CHR 9,5 TWh 20% à 80% * Bureaux 5 TWh 30% Enseignement 4 TWh 39% Santé 3 TWh 50% Avec 40 TWh, l éclairage représente 10 % de la consommation électrique française * Dans les commerces non alimentaires, l éclairage est le plus consommateur et atteint jusqu à 80 %

6 LE CONTEXTE EN ECLAIRAGE (3/4) : L éclairage artificiel : des potentiels d économie d électricité importants Potentiels d économies d électricité en éclairage par secteur en France (Source ADEME) Secteur % moyen Retour sur d économie investissement Industrie 3 postes 50 à 80 % 1-2 ans Industrie 2 postes 20 à 50 % 2-3 ans + logistique Commerces et 30 à 50 % 3 à 5 ans CHR Bureaux 30 à 50 % 5 à 10 ans Enseignement 30 à 50% 5 à 10 ans Santé 40 à 60% 2-3 ans TOTAL 40%

7 LE CONTEXTE EN ECLAIRAGE (4/4) : Les raisons de potentiels inexploités : L absence de contraintes réglementaires (éclairage exclu des réglementations thermiques jusqu ici) Le manque de formation et de sensibilisation des décideurs (Maîtres d Œuvre / Maîtres d Ouvrage) Le raisonnement se fait en coût d achat et non en coût global! 70% Alors que la consommation électrique représente plus de 50% du coût global d éclairage sur 10 ans, dans tous les secteurs! 60% 50% 40% 30% 20% 10% Achat Electricité Maintenance 0% Santé Bureaux Ecoles Industrie

8 PLAN DE L EXPOSE : I LES NORMES ET REGLEMENTATIONS II SOLUTIONS D ECONOMIES EN ECLAIRAGE III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE? IV EXEMPLES DE REALISATIONS

9 I LES NORMES ET REGLEMENTATIONS (1/15) Définition des notions principales en éclairage Flux lumineux : C'est la quantité d'énergie émise par une source lumineuse sous forme de rayonnement visible dans toutes les directions Symbole : F Unité : Lumen ( lm ) Eclairement lumineux : C'est le quotient du flux lumineux reçu par un élément d'une surface par l'aire de cet élément. Il caractérise la quantité de lumière reçue par unité de surface Symbole : E Unité : Lux ( lx ), 1 Lux = 1 Lumen / m 2 Intensité lumineuse : Cette grandeur définit l'importance du flux lumineux émis dans une direction donnée par une source ponctuelle Symbole : I Unité : Candela (cd) Luminance Cette grandeur détermine l'aspect lumineux d'une surface éclairée ou d'une source, dans une direction donnée et dont dépend la sensation visuelle de luminosité Symbole : L Unité : cd / m 2 La luminance est associée à la sensation d éblouissement

10 I LES NORMES ET REGLEMENTATIONS (2/15) Les 5 critères qualitatifs en éclairage

11 I LES NORMES ET REGLEMENTATIONS (3/15) Les 5 critères qualitatifs en éclairage (suite) Niveau d éclairement : Caractérise la quantité de lumière utile reçue. Il se mesure au luxmètre (au sol ou sur les plans de travail) Un niveau d éclairement adapté limite la fatigue visuelle et les risques d accidents Homogénéité : Traduit les écarts entre niveaux d éclairement. Une bonne homogénéité limite la fatigue visuelle Rendu des couleurs : Indice compris entre 0 et 100 décrivant la capacité d une source lumineuse artificielle à restituer plus ou moins bien les couleurs des objets éclairés Température de couleurs : La température de couleur (en K), indépendante de la qualité d éclairage, définit la couleur apparente de la lumière Limitation de l éblouissement : L éblouissement est provoqué par une luminance trop élevée. Ce phénomène diminue la perception des objets, provoque une fatigue visuelle et augmente le risque d accidents

12 I LES NORMES ET REGLEMENTATIONS (4/15) Articles R du code du travail Article R235-2 du code du travail La réglementation en éclairage Décret n du 2 août 1983 complétant le Code du Travail en ce qui concerne l'éclairage des lieux de Travail, et destiné aux chefs d'entreprises Décret n du 2 août 1983 complétant le Code du Travail et fixant les règles relatives à l'éclairage des lieux de travail auxquelles doivent se conformer les maîtres d'ouvrage entreprenant la construction ou l'aménagement de bâtiments destinés à l'exercice d'une activité industrielle, commerciale ou agricole Circulaire du 11 avril 1984 relative aux commentaires techniques des décrets n et du 2 août 1983 relatifs à l'éclairage des lieux de travail Lettre-circulaire DRT n 90/11 du 28 juin 1990 relative à l'éclairage naturel et à la vue vers l'extérieur Directive handicapés 2007 (pour les ERP)

13 I LES NORMES ET REGLEMENTATIONS (5/15) La réglementation en éclairage (suite) Problèmes de la réglementation : Niveaux de luminosité minimas faibles en regard des besoins Pas d exigences chiffrées sur la qualité d éclairage Pour l éclairage naturel : sujet à de nombreuses interprétations Utilisation préférentielle de normes de bonnes pratiques : Avant 2003 : norme NF X Depuis juin 2003 : norme européenne NF EN (locaux intérieurs)

14 I LES NORMES ET REGLEMENTATIONS (6/15) Intérêt de cette nouvelle norme : La norme NF-EN Exhaustivité : plus de 300 tâches de travail différentes recensées (industrie, tertiaire) Exigences de qualité d éclairage quantifiées Niveau d éclairement à maintenir Uniformité Rendu des couleurs Limitation de l éblouissement Limite : pas de préconisations sur l éclairage naturel

15 I LES NORMES ET REGLEMENTATIONS (7/15) Niveaux d éclairement des locaux Le décret n fixe des valeurs minimales à respecter pour l'éclairement général. Ces niveaux d'éclairement doivent être assurés pendant la présence du personnel, sur le plan de travail ou au sol. Type de travail Décret NF EN Les voies de circulation intérieures 40 Lux 100 Lux Les escaliers et entrepôts 60 Lux 150 Lux Vestiaires et sanitaires 120 Lux 200 Lux Les locaux affectés à un travail permanent 120 à 200 Lux 300 à 500 Lux

16 I LES NORMES ET REGLEMENTATIONS (8/15) Niveaux d éclairement des zones de travail La circulaire du 11 avril 1984 précise les valeurs de l'éclairement local minimal à respecter dans les zones de travail, dans le temps et dans l'espace Type de travail Circulaire Norme NF EN Travail de pièces grossières 200 Lux 300 Lux Travail de pièces petites et moyennes, assemblage, mécanique 300 Lux 500 Lux moyenne Mécanique fine, gravure, comparaison de couleurs, dessins difficiles, industrie du vêtement 400 Lux 750 Lux

17 I LES NORMES ET REGLEMENTATIONS (9/15) Quelques valeurs qualitatives de la norme NF-EN Type de zone et/ou d éclairage Éclairement moyen à maintenir (en Lux) Uniformité Rendu des couleurs (IRC) Commentaires points importants Réserves / locaux techniques % 60 Teinte intermédiaire (4 000 K) préférable Bureaux 300 (travail exclusif sur écran) 500 (lecture et écriture) 70 % 80 Teinte chaude (3 000 K) préférable Couloirs % 40 - Salles de repos % 80 Teinte chaude préférable, inférieure à K Vestiaires et sanitaires % 80 -

18 I LES NORMES ET REGLEMENTATIONS (10/15) Une réglementation émergente POURQUOI? Se conformer aux exigences du protocole de Kyoto Éclairage = contribution moyenne à la consommation électrique mais gros contributeur aux heures de pointe (10 % des consommations électriques française mais 16 % des émissions de gaz à effet de serre) DIMINUER LA CONSOMMATION ELECTRIQUE EN ECLAIRAGE ENJEUX ECONOMIQUES & ECOLOGIQUES

19 I LES NORMES ET REGLEMENTATIONS (11/15) Une réglementation émergente (suite) Les obligations sur les bâtiments neufs et extensions : RT 2005 : Seuil maximal de 2,5 W/m²/100 lux à ne pas dépasser en éclairage artificiel général (limite haute de 25 W/m²) Pas de contraintes sur l éclairage naturel DPE : Diagnostic de performance énergétique (DPE) obligatoire pour tout permis de construire (étiquette énergie) Etudes de faisabilité : Etudes de faisabilité énergie et EnR à réaliser (> 1000 m²)

20 I LES NORMES ET REGLEMENTATIONS (12/15) Une réglementation émergente (suite) Les obligations pour les rénovations : décret n du 19 mars 2007 (la «RT dans l existant» -applicable aux locaux de plus de 100 m2) cf. 1er cas : rénovation lourde (> à 25 % de la valeur du bâti) Performances requises sur la consommation du bâtiment (proches de la RT 2005) Etudes de faisabilité énergie et EnR à réaliser lors des travaux pour des surfaces supérieures à 1000 m² 2 e cas : autres rénovations Seuil maximal de 2,8 W/m²/100 lux à ne pas dépasser en éclairage artificiel général Pas de contraintes sur l éclairage naturel

21 I LES NORMES ET REGLEMENTATIONS (13/15) Une réglementation émergente (suite) La RT 2012 à venir dans le Neuf Objectif (1 er juillet 2011) : 50 kwh EP/m²/an en non-résidentiel Valoriser les meilleurs systèmes de contrôle et de gestion de l éclairage électrique La RT 2012 s appuiera sur la norme NF EN : «exigences énergétiques de l éclairage») Mieux maîtriser les puissances d éclairage installées, sans dégrader les niveaux d éclairement à maintenir La RT 2012 se référera explicitement à la norme d éclairage des lieux intérieurs de travail NF EN ) Puissances surfaciques de référence qui disparaissent au profit de nouvelles valeurs par défaut Prise en compte plus seulement de l éclairage d ambiance, mais également de l éclairage aux postes de travail

22 I LES NORMES ET REGLEMENTATIONS (14/15) Les incitations et les aides : Labels et aides financières Labels de performance énergétique : HQE, HPE, THPE et BBC Certificats d économies d énergie (CEE) : liste consultable sur Les opérations d économies d énergie réalisées donnent droit à des certificats d énergie (ex : installation d appareils T5, de spots iodure avec ballast électronique, cellules photoélectriques, etc.) Ces certificats d économies d énergie peuvent permettre ensuite d obtenir des subventions de la part des fournisseurs d énergie sur les investissements Aides financières de l ADEME sur les études de maîtrise de l énergie et de mise en œuvre d énergies renouvelables (ex : panneaux photovoltaïques)

23 I LES NORMES ET REGLEMENTATIONS (15/15) Cas particulier des certificats d économie d énergie (CEE) Principe : créer un marché incitant à l économie d énergie pour les usagers professionnels et particuliers Les distributeurs d énergie se voient fixer des objectifs de réduction des consommations, avec 3 solutions possibles : Atteindre ces objectifs, et se voir attribuer des certificats en conséquence (nombre de kwh économisés) Ne pas les respecter et acheter des certificats à un tiers Ne rien faire et payer une taxe fixée à 2 cts /kwh Les usagers et prescripteurs réalisant des économies d électricité peuvent théoriquement acquérir des certificats, sous conditions Des opérations standardisées d économies sont validées qui donnent lieu à l attribution de certificats (Exemple : achat de luminaires équipés de ballasts électroniques)

24 II SOLUTIONS D ECONOMIES EN ECLAIRAGE (1/8) Utilisation de sources lumineuses efficaces HISTORIQUE DES TUBES FLUORESCENTS («néons») AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE Années 95 Années 60 TUBE FLUO «T5» diam 16 mm non compatible TUBE FLUO «T8» diam 26 mm Consommations 40 W (- 40%) 70 W (- 20%) Années 40 compatible TUBE FLUO «T12» diamètre 38mm 85 W

25 II SOLUTIONS D ECONOMIES EN ECLAIRAGE (2/8) Utilisation de sources lumineuses et d alimentations électriques moins énergivores 1 Les tubes fluorescents T5 30 à 40% d économie d électricité (à éclairement maintenu) Durée de vie des tubes : x 2, voire x 3 TUBES T5 Suppression des clignotements gênants Fonctionnement exclusif avec des ballasts électroniques hautes performances énergétiques Meilleure compacité BALLAST ELECTRONIQUE

26 II SOLUTIONS D ECONOMIES EN ECLAIRAGE (3/8) Utilisation de sources lumineuses et d alimentations électriques moins énergivores (suite) 2 Lampes Iodure métallique 60 à 70% d économie d électricité par rapport aux lampes halogènes (à éclairement maintenu) 40 % par rapport aux lampes à vapeur de mercure Durée de vie des lampes : x 3, voire x4 / halogènes IODURE OVOIDE IODURE TUBULAIRE

27 II SOLUTIONS D ECONOMIES EN ECLAIRAGE (4/8) Utilisation de sources lumineuses et d alimentations électriques moins énergivores (suite) 3 Certaines LEDs Jusqu à 60 à 70% d économie d électricité par rapport aux lampes halogènes (à éclairement maintenu) LAMPES LED Allumage immédiat Durée de vie des lampes : jusqu à x20/ halogènes (garanties souvent limitées à 5 ans) LUMINAIRE LED

28 II SOLUTIONS D ECONOMIES EN ECLAIRAGE (5/8) Emploi de luminaires performants et optimisation de leur implantation Choix de luminaires à rendements élevés ( > 55 %) Optiques en aluminium à haute réflexion lumineuse Diffuseurs à bonnes transmissions lumineuses Optimisation des cônes de diffusion lumineuse Formes des réflecteurs modulés selon l implantation des machines, des mobiliers, des zones à éclairer et les hauteurs de montage Limitation du nombre de luminaires par une optimisation de leur implantation Emploi de luminaires peu sensibles à l encrassement

29 II SOLUTIONS D ECONOMIES EN ECLAIRAGE (6/8) Horloges / minuteries Réduction des temps de fonctionnement Horloges : selon heures définies Minuterie : temporisation déclenchée Zonage électrique à dimensionner en fonction de la physionomie des lieux et des comportements Importance des temporisations pour le confort des usagers HORLOGE ASTRONOMIQUE

30 II SOLUTIONS D ECONOMIES EN ECLAIRAGE (7/8) Gestion de présence DETECTEURS DE PRESENCE Réduction des temps de fonctionnement selon la présence des usagers Zonage électrique à dimensionner en fonction de la physionomie des lieux et des comportements Importance de la temporisation, de la sensibilité et de la portée du détecteur pour le confort des usagers

31 II SOLUTIONS D ECONOMIES EN ECLAIRAGE (8/8) Gestion de l éclairage naturel CELLULES PHOTOSENSIBLES TEMPS CLAIR Les luminaires près des baies sont inactifs TEMPS SOMBRE / SOIR Tous les luminaires sont actifs Réduction des temps de fonctionnement et/ou de la puissance appelée Zonage électrique à dimensionner en fonction des apports d éclairage naturel Pilotage du fonctionnement des luminaires : Par seuils d allumages / extinctions Gradation : variation du flux lumineux en fonction des apports d éclairage naturel

32 III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE (1/18) Réaliser un état des lieux de l éclairage existant : Mesurer la qualité de l éclairage suivant les 5 critères la caractérisant Réalisation d une cartographie des niveaux d éclairement au luxmètre Mesurer les consommations électriques Instrumentation à l aide d analyseurs triphasés Analyse de l éclairage actuel Type de luminaires, de sources lumineuses, implantations, gestions, recensement des appareils d éclairage et éléments constitutifs Analyse des zones étudiées Dimensions des locaux, hauteurs de montage, présence de machines, natures des parois, baies vitrées, zonages électriques, etc.)

33 Analyser l éclairage existant : Dimensionner une installation en éclairage : III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE (2/18) Analyser la qualité de l éclairage suivant les 5 critères la caractérisant Chiffrer de la consommation électrique, à l aide des résultats issus des mesures électriques et du coût annuel d exploitation en éclairage (électricité et maintenance) Définir les exigences visuelles et les contraintes d exploitation Niveaux d éclairement, uniformité, éblouissement, rendu et teintes de couleur Hauteurs de montages des luminaires, possibilités de fixations, températures, etc. Sélectionner des matériels d éclairage performants et adaptés Réalisation de simulations d éclairement artificiel et naturel, à partir d un logiciel reconnu et implantation de principe des luminaires Modélisation des locaux en 3D (prise en compte des dimensions, des mobiliers, des surfaces de réflexion, des fichiers photométriques des logiciels sélectionnés, etc.)

34 III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE (3/18) EXEMPLES DE VUES EN 3D DE SIMULATIONS D ECLAIRAGE Vue 3D Atelier d usinage

35 III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE (4/18) EXEMPLES DE VUES EN 3D DE SIMULATIONS D ECLAIRAGE Vue 3D - Atelier avec éclairage naturel

36 III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE (5/18) EXEMPLES DE VUES EN 3D DE SIMULATIONS D ECLAIRAGE Vue 3D - Hall de stockage

37 III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE (6/18) EXEMPLES DE VUES EN 3D DE SIMULATIONS D ECLAIRAGE Vue 3D Bureau, salle d attente et salle de réunion

38 III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE (7/18) EXEMPLES DE VUES EN 3D DE SIMULATIONS D ECLAIRAGE Vue 3D - plateforme bureaux

39 III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE (8/18) EXEMPLES DE VUES EN 3D DE SIMULATIONS D ECLAIRAGE Vue 3D - Bureau Direction avec éclairage naturel

40 III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE (9/18) EXEMPLES DE VUES EN 3D DE SIMULATIONS D ECLAIRAGE Vue 3D - salle informatique

41 III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE (10/18) EXEMPLES DE VUES EN 3D DE SIMULATIONS D ECLAIRAGE Cafétéria - Vue 3D et existant

42 III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE (11/18) EXEMPLES DE VUES EN 3D DE SIMULATIONS D ECLAIRAGE Vue 3D - Hypermarché surface de vente et rayons frais

43 III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE (12/18) EXEMPLES DE VUES EN 3D DE SIMULATIONS D ECLAIRAGE Vue 3D - boutique (façade et intérieur magasin)

44 III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE (13/18) EXEMPLES DE VUES EN 3D DE SIMULATIONS D ECLAIRAGE Vue 3D - boutique (intérieur magasin)

45 III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE (14/18) EXEMPLES DE VUES EN 3D DE SIMULATIONS D ECLAIRAGE Vue 3D Hypermarché parking extérieur (respectant la réglementation en éclairage pour les places handicapés)

46 III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE (15/18) EXEMPLES DE VUES EN 3D DE SIMULATIONS D ECLAIRAGE Vue 3D - éclairage extérieur

47 III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE (16/18) EXEMPLES DE VUES EN 3D DE SIMULATIONS D ECLAIRAGE Vue 3D - éclairage extérieur

48 III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE (17/18) Rédiger un dossier complet : Etablir les schémas de principe des intentions lumières Implanter précisément les matériels d éclairage sur plans Etablir un zonage des alimentations électriques en éclairage Définir les matériels d éclairage sous forme générique, permettant la consultation de plusieurs fabricants (en citant plusieurs modèles équivalents) Chiffrer l'investissement à consentir, les consommations électriques et la maintenance prévisionnelle Chiffrer les économies à la clef et la rentabilité associée Réaliser un bilan environnemental (émission de C0 2 évitées et recyclage)

49 III COMMENT OPTIMISER UNE INSTALLATION EN ECLAIRAGE (18/18) Accompagner en phase travaux et vérifier les résultats : Rédiger le dossier de consultation des électriciens Assister au choix des fournisseurs et à la consultation Préparer et suivre le chantier Réceptionner les travaux Réalisation d une cartographie des niveaux d éclairement au luxmètre Instrumentation à l aide d analyseurs triphasés S assurer que le cahier des charges en éclairage a bien été suivi Rédiger un rapport de synthèse indiquant les résultats en termes d efficacité énergétique et de qualité d éclairage, le bilan de l opération et les suggestions d améliorations éventuelles

50 Merci de votre attention Siège social : Agence Rhône-Alpes : Immeuble LE BRITANNIA 1, rue d Enghien 20, Bd Eugène Deruelle PARIS LYON Cedex 03 Tél. : 33 (0) Tél. : 33 (0) Fax : 33 (0) Fax : 33 (0) Web :

L'ECLAIRAGE INTERIEUR DANS LES BÂTIMENTS COMMUNAUX

L'ECLAIRAGE INTERIEUR DANS LES BÂTIMENTS COMMUNAUX Syndicat Intercommunal de Gestion des Énergies de la Région Lyonnaise L'ECLAIRAGE INTERIEUR DANS LES BÂTIMENTS COMMUNAUX Par Boudin Florent Service Énergies 9 Février 2011 [1] Sommaire Introduction : l'éclairage

Plus en détail

Notre lumière LED, Efficacité et Bien-être au service de la Santé

Notre lumière LED, Efficacité et Bien-être au service de la Santé Notre lumière LED, Efficacité et Bien-être au service de la Santé LUCIBEL Notre lumière LED, Efficacité et Bien-être au service de la Santé Crédits photos : Gilles Framinet - Shutterstock Photos 1 ère

Plus en détail

S engager ensemble pour éclairer mieux, moins cher, plus juste et en sécurité

S engager ensemble pour éclairer mieux, moins cher, plus juste et en sécurité S engager ensemble pour éclairer mieux, moins cher, plus juste et en sécurité anticiper améliorer économiser maîtriser Syndicat des énergies et de l aménagement numérique de la Haute-Savoie Lumière sur

Plus en détail

Exigences de performance énergétique des bâtiments

Exigences de performance énergétique des bâtiments Exigences de performance énergétique des bâtiments ATHERMYS - 27 03 2008 Olivier Servant Direction Générale de l Urbanisme, de l Habitat et de la Construction Chef de projet Réglementation Thermique Performance

Plus en détail

L éclairage face à la RT 2012

L éclairage face à la RT 2012 L éclairage face à la RT 2012 Les enjeux de la réglementation thermique dans le bâtiment Bernard Duval Délégué général de l AFE Colloque REGENT Reims 23 février 2012 L éclairage face à la RT 2012 q Enjeux

Plus en détail

LE GUIDE ECO-ECLAIRAGE MINI ECO-ECLAIRAGE

LE GUIDE ECO-ECLAIRAGE MINI ECO-ECLAIRAGE 2012 LE GUIDE MINI TM www.eco-eclairage.fr L initiative est typiquement dans l esprit des projets soutenus par l ADEME. Elle va dans le sens des actions entreprises dans le cadre de la campagne Faisons

Plus en détail

PROJET TECHNIQUE INDUSTRIEL : ETUDE DE L OPTIMISATION DE L ECLAIRAGE DES SALLES DE COURS DU LYCEE DON BOSCO

PROJET TECHNIQUE INDUSTRIEL : ETUDE DE L OPTIMISATION DE L ECLAIRAGE DES SALLES DE COURS DU LYCEE DON BOSCO LTP DON BOSCO Année Scolaire 2010/2011 78, rue Stanislas Torrents 13006 MARSEILLE Tel : 04-91-14-00-00 Fax : 04-91-81-96-97 PROJET TECHNIQUE INDUSTRIEL : ETUDE DE L OPTIMISATION DE L ECLAIRAGE DES SALLES

Plus en détail

rayons cosmiques www.ergonomie.chups.jussieu.fr Docteur Bronislaw KAPITANIAK longueur d onde en m km m mm μm nm pm 10 0 10-3 10-6 10-9 10-12

rayons cosmiques www.ergonomie.chups.jussieu.fr Docteur Bronislaw KAPITANIAK longueur d onde en m km m mm μm nm pm 10 0 10-3 10-6 10-9 10-12 Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 DIPLÔME D ERGONOMIE ET DE PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL o p t i o n 3 Ergonomie des gestes et des postures www.ergonomie.chups.jussieu.fr

Plus en détail

vous présente les ampoules

vous présente les ampoules vous présente les ampoules AMPOULES : comment choisir? Une ampoule est caractérisée par plusieurs grandeurs : 1 PUISSANCE en watts (W), indique la consommation d énergie de l ampoule. Plus la puissance

Plus en détail

EFFICACITE ENERGITIQUE

EFFICACITE ENERGITIQUE EFFICACITE ENERGITIQUE Développement durable en éclairage public AFE Plomelin 29 avril 2009 ? Les normes Les outils de prescription NF EN 13201 Éclairage public NF EN 12193 Éclairage des installations

Plus en détail

Optimiser l éclairage pour répondre aux enjeux du développement durable

Optimiser l éclairage pour répondre aux enjeux du développement durable www.clusterlumiere.com Optimiser l éclairage pour répondre aux enjeux du développement durable EXPÉRIENCES ET PRATIQUES DU CLUSTER LUMIÈRE ÉCLAIRAGE URBAIN, COMMERCE, INDUSTRIE ET TERTIAIRE CLUSTER LUMIÈRE,

Plus en détail

Dispositif des Certificats d Économies d Énergie ZOOM Industries. Laure Fontaine Florence Morin ADEME Direction régionale Franche-comté

Dispositif des Certificats d Économies d Énergie ZOOM Industries. Laure Fontaine Florence Morin ADEME Direction régionale Franche-comté Dispositif des Certificats d Économies d Énergie ZOOM Industries Laure Fontaine Florence Morin ADEME Direction régionale Franche-comté Sommaire Bilan de la 1 ère période Actions éligibles Principes et

Plus en détail

Bâtiments performants - Bâtiment Basse Consommation BBC Dans l existant www.prioriterre.org

Bâtiments performants - Bâtiment Basse Consommation BBC Dans l existant www.prioriterre.org Bâtiments performants - Bâtiment Basse Consommation BBC Dans l existant www.prioriterre.org Mise à jour le 22/11/2010 La consommation d'énergie liée à l utilisation et à l exploitation des bâtiments représente

Plus en détail

Réhabilitation énergétique performante de bâtiments publics Pourquoi et comment?

Réhabilitation énergétique performante de bâtiments publics Pourquoi et comment? Réhabilitation énergétique performante de bâtiments publics Pourquoi et comment? bâtiments publics : pourquoi? Enjeux planétaires de lutte contre le changement climatique Programme Européen sur le Changement

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

Certificats d Economies d Energie (CEE)

Certificats d Economies d Energie (CEE) Certificats d Economies d Energie (CEE) Comment utiliser le dispositif pour une collectivité? 25 septembre 2014 Cyrielle Borde, Service Climat, ADEME Sommaire Dispositif des Certificats d économies d énergie

Plus en détail

Master TL-D Eco. Avec la solution Eco, faites plus que des économies!

Master TL-D Eco. Avec la solution Eco, faites plus que des économies! Master TL-D Eco Avec la solution Eco, faites plus que des économies! Améliorez l efficacité énergétique en changeant simplement vos tubes fluorescents. L unique tube fluorescent T8 (26 mm) qui permet de

Plus en détail

R & D, études et bâtiments démonstrateurs en vue de l objectif «Facteur 4»

R & D, études et bâtiments démonstrateurs en vue de l objectif «Facteur 4» Conférence Internationale DERBI 2007 31 mai - 2 juin 2007 Perpignan Efficience énergétique : bonnes pratiques et innovations R & D, études et bâtiments démonstrateurs en vue de l objectif «Facteur 4» Pierre

Plus en détail

L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or

L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or Généralités Préambule Dans le cadre de son Schéma Départemental du Développement Durable (S3D), le Conseil Général s est engagé

Plus en détail

Performance énergétique et environnementale dans les bâtiments existants

Performance énergétique et environnementale dans les bâtiments existants Performance énergétique et environnementale dans les bâtiments existants 23/05/2012 Certivéa : un partenaire du changement Certivéa, filiale du Groupe CSTB, est un partenaire du changement pour les acteurs

Plus en détail

Réglementation thermique RT 2005. TOULOUSE le 10 mai 2007

Réglementation thermique RT 2005. TOULOUSE le 10 mai 2007 Réglementation thermique RT 200 TOULOUSE le 10 mai 2007 Le contexte, les enjeux 20 Les ressources naturelles s épuisent Réserves en années consommation 2001 200 10 100 0 0 Charbon (sauf lignite) Pétrole

Plus en détail

L éclairage public est-il un éclairage performant?

L éclairage public est-il un éclairage performant? La Lumière & Économies d énergie - 1 L éclairage public est-il un éclairage performant? La Lumière & Économies d énergie - 2 Les Sources Lumineuses Intérieur Incandescence 10lm/W 1000h Halogène 25lm/W

Plus en détail

Lampe de bureau MINELA Documentation produit selon DIN 5035-8 (Etat 2007-07)

Lampe de bureau MINELA Documentation produit selon DIN 5035-8 (Etat 2007-07) Documentation produit selon DIN 5035-8, Lampe de bureau MINELA, état : février 2009 Page 1 Les lampes de bureau assurent un éclairage spécifique du poste de travail ; elles sont commandées individuellement

Plus en détail

CONNECTEZ-VOUS AU SOLEIL AU SOLEIL

CONNECTEZ-VOUS AU SOLEIL AU SOLEIL CONNECTEZ-VOUS CONNECTEZ-VOUS «L éclairage intérieur est un trait de caractère majeur de l ambiance d un bâtiment. Une lumière naturelle engendre une sensation de bien-être et de confort visuel. La lumière

Plus en détail

Économies dans l éclairage

Économies dans l éclairage Marquain - jeudi 30 octobre 2014 Économies dans l éclairage L éclairage représente environ 30% de la facture d électricité dans le tertiaire Évolution des sources Tubes T12 65w + ballast ferro = 81w Tubes

Plus en détail

Solutions pour une bonne qualité d air intérieur dans les établissements d accueil de la petite enfance

Solutions pour une bonne qualité d air intérieur dans les établissements d accueil de la petite enfance Solutions pour une bonne qualité d air intérieur dans les établissements d accueil de la petite enfance Chauffage Rafraîchissement Ventilation Purification d air La qualité d air intérieur : une priorité

Plus en détail

Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E.

Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E. Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E. Syndicat Départemental d Électricité et d Énergies de Lot-et-Garonne 26 rue Diderot 47031 AGEN Cedex Tél : 05 53 77 65 00 Fax : 05 53 77 72 78 www.sdee47.fr

Plus en détail

FORMATION ECLAIRAGE PUBLIC

FORMATION ECLAIRAGE PUBLIC FORMATION ECLAIRAGE PUBLIC DIR Centre Est Mâcon 22/23 Novembre 2007 L éclairage public Une installation d éclairage s appuie sur 3 grands principes : 1) Les configurations d éclairage 2) La lumière émise

Plus en détail

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 6.2 Systèmes : processus de conception Eclairage

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 6.2 Systèmes : processus de conception Eclairage FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 6.2 Systèmes : processus de conception Eclairage AUTOMNE 2014 Corentin Volgaire & Piotr Wierusz-Kowalski p.kowalski@mkengineering.be

Plus en détail

La gestion de l éclairage dans le bâtiment pour la performance

La gestion de l éclairage dans le bâtiment pour la performance La gestion de l éclairage dans le bâtiment pour la performance énergétique Hervé PLACKOWSKI 25 mars 2015 Molsheim La gestion de l éclairage c est la au là ou au lumière adaptée bon niveau il faut bon moment

Plus en détail

Les projets des lauréats devront obligatoirement être situés sur le territoire régional des Pays de la Loire.

Les projets des lauréats devront obligatoirement être situés sur le territoire régional des Pays de la Loire. Maison individuelle exemplaire : éco-innovante et reproductible Règlement de l appel à projets Date limite de réception des dossiers : 1 er octobre 2009 12 h Objectifs de l appel à projets Le secteur du

Plus en détail

Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo

Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo Rofaïda LAHRECH rofaida.lahrech@cstb.fr Les dispositifs réglementaires pour l amélioration de la performance énergétique des bâtiments en France Maîtrise

Plus en détail

«Eclairage Public et Economies d Energie» 2016

«Eclairage Public et Economies d Energie» 2016 «Eclairage Public et Economies d Energie» 2016 Dispositif de soutien pour les communes de moins de 10 000 habitants 1 CONTEXTE Dans la cadre du Fonds Régional d'excellence Environnementale Poitou Charentes

Plus en détail

RT 2012 : un après... Où en sommes nous?

RT 2012 : un après... Où en sommes nous? RT 2012 : un après... Où en sommes nous? Narbonne 28 novembre 2013 Carcassonne - 3 décembre 2013 www.developpement-durable.gouv.fr Sommaire RT 2012 : rappels réglementaires Les clefs de la réussite d'une

Plus en détail

Electrification et éclairage public

Electrification et éclairage public Electrification et éclairage public Sy.MEG Albert ELATRÉ, Président Brigitte BOULEMAR, Directrice de Cabinet CONTEXTE L éclairage public représente le premier poste de consommation électrique des communes

Plus en détail

Certificats D Economie d Energie (CEE) : un instrument de financement. Salon ORIZON - Mardi 2 octobre 2013 Steeve Benisty

Certificats D Economie d Energie (CEE) : un instrument de financement. Salon ORIZON - Mardi 2 octobre 2013 Steeve Benisty Certificats D Economie d Energie (CEE) : un instrument de financement Salon ORIZON - Mardi 2 octobre 2013 Steeve Benisty Introduction En France dans le contexte de l application du protocole de Kyoto,

Plus en détail

La mutation énergétique : un défi à relever...

La mutation énergétique : un défi à relever... DDT 77 Colloque développement durable du 22 novembre 2012 La mutation énergétique : un défi à relever... Les enjeux de la maîtrise de l énergie en éclairage public Eva Besnard Chargée de mission Energie-Climat

Plus en détail

Réglementation Thermique Guadeloupe RTG. Foire aux questions

Réglementation Thermique Guadeloupe RTG. Foire aux questions Réglementation Thermique Guadeloupe RTG Foire aux questions Sommaire Généralités 3 RTG construction neuve 4 Diagnostic DPEG 7 Systèmes de climatisation et d Eau chaude sanitaire 13 Généralités Q : Quelle

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique des bâtiments

Diagnostic de performance énergétique des bâtiments Diagnostic de performance énergétique des bâtiments Direction générale de l urbanisme, de l habitat et de la construction Pierre Viola Sous-direction de la qualité et du développement durable dans la construction

Plus en détail

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Bureau d études créé en 2011 et axé sur l intégration du Développement Durable et de

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION ENERGIE 2016

PROGRAMME DE FORMATION ENERGIE 2016 PROGRAMME DE FORMATION ENERGIE 2016 L vous propose un programme de dédié à la rénovation énergétique et à la construction neuve des logements collectifs. Ce programme est destiné aux bailleurs sociaux

Plus en détail

BTS SYSTEMES D ÉCLAIRAGE TP4.4. Harmocem. Éclairage domestique et industriel. ESSAIS DE SYSTÈMES ÉLECTROTECHNIQUE. Système : 1- RÉFÉRENTIEL

BTS SYSTEMES D ÉCLAIRAGE TP4.4. Harmocem. Éclairage domestique et industriel. ESSAIS DE SYSTÈMES ÉLECTROTECHNIQUE. Système : 1- RÉFÉRENTIEL BTS ÉLECTROTECHNIQUE TP4.4 2006-2007 SYSTEMES D ÉCLAIRAGE Système : Harmocem. Éclairage domestique et industriel. ESSAIS DE SYSTÈMES 1- RÉFÉRENTIEL Fonction 5 : ESSAI - MISE EN SERVICE - CONTRÔLE Tâche

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

Systèmes d éclairage LED UNE TECHNOLOGIE INNOVANTE, ECONOMIQUE & ECOLOGIQUE WWW.CLORA.FR

Systèmes d éclairage LED UNE TECHNOLOGIE INNOVANTE, ECONOMIQUE & ECOLOGIQUE WWW.CLORA.FR Systèmes d éclairage LED UNE TECHNOLOGIE INNOVANTE, ECONOMIQUE & ECOLOGIQUE WWW.CLORA.FR sommaire 04 L entreprise 06 La technologie LED 08 Services 10 Solution sans investissement 12 Etudes de cas 16 Références

Plus en détail

Guide filière sur. le chauffe-eau. thermodynamique

Guide filière sur. le chauffe-eau. thermodynamique Guide filière sur le chauffe-eau thermodynamique QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une

Plus en détail

QUI ET POURQUOI LA RT2012?

QUI ET POURQUOI LA RT2012? QUI ET POURQUOI LA RT2012? La réglementation thermique 2012 s applique à la quasi-totalité des bâtiments dont le permis de construire a été déposé après 01 janvier 2013, à quelques exceptions près. La

Plus en détail

Enéides propose, après analyse des besoins du client:

Enéides propose, après analyse des besoins du client: L énergie et le réchauffement climatique sont des enjeux majeurs du 21ème siècle. La disponibilité et le coût respectif des différentes énergies rendent nécessaire la maîtrise de nos consommations et un

Plus en détail

Présentation de la Plateforme 08/09/2014

Présentation de la Plateforme 08/09/2014 Présentation de la Plateforme 08/09/2014 Historique Plateforme technologique nationale indépendante, moteur du développement de la filière industrielle française de l éclairage Initiée par le CEA-Leti

Plus en détail

Information sur le recyclage des lampes dans le cadre des animations de la semaine de réduction des déchets 2011 RECYLUM - FNE

Information sur le recyclage des lampes dans le cadre des animations de la semaine de réduction des déchets 2011 RECYLUM - FNE 1 Information sur le recyclage des lampes dans le cadre des animations de la semaine de réduction des déchets 2011 RECYLUM - FNE Présentation Récylum Le contexte externe : les obligations réglementaires

Plus en détail

OBJET : ATELIER PCT ELECTRICITE du 28 novembre 2011

OBJET : ATELIER PCT ELECTRICITE du 28 novembre 2011 Date : 28 novembre 2011 OBJET : ATELIER PCT ELECTRICITE du 28 novembre 2011 Animateur : Jean-Bernard BARTHEL/ vice-président CASC (Christelle FEISTHAUER/ prise de notes) Présents : Jean-Paul Brach/BH Electricité,

Plus en détail

DPE v/s règles Th et audit

DPE v/s règles Th et audit DPE v/s règles Th et audit DPE Règles Th (Th-C-E en neuf ; Th-C-E ex en existant) Audit énergétique 1 - chauffage 2 - refroidissement 3 - ECS 4 - auxiliaires 5 - éclairage contenu + bureautique ascenseurs,

Plus en détail

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46 CAHORS 21 janvier 2010 DDT 46 Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments Introduction Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03 1 «REDUCTION DES CONSOMMATIONS ELECTRIQUES DES PARTIES COMMUNES D IMMEUBLES COLLECTIFS ET DE BATIMENTS TERTIAIRES» Contexte et enjeux Les consommations d électricité des parties communes (éclairage des

Plus en détail

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS :

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS : Appel à projets Bâtiments Aquitains Basse Consommation REGLEMENT 1. CONTEXTE : Réduire la consommation d énergie est une nécessité pour répondre aux défis du changement climatique et à l épuisement des

Plus en détail

Alarmes visuelles respectant la norme EN54-23

Alarmes visuelles respectant la norme EN54-23 Jurançon, le 8 avril 2013 Alarmes visuelles respectant la norme EN54-23 Histoire Les avertisseurs sonores sont depuis longtemps des appareils de sécurité nécessaires dans les systèmes d alarmes incendie

Plus en détail

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LE CONTEXTE Un marché de l énergie fortement questionné Un marché de l énergie durablement haussier qui entraîne une perception nouvelle de l énergie l énergie est

Plus en détail

DREAL Bretagne : présentation des certificats d'économie d'énergie

DREAL Bretagne : présentation des certificats d'économie d'énergie Les certificats d'économies d'énergie (CEE) DREAL - Isabelle Le Corguillé Rencontres énergie Ener gence 18 mars 2014 - Lesneven direction régionale de l environnement, de l'aménagement et du logement de

Plus en détail

LEXIQUE ECLAIRAGE Les termes à connaître :

LEXIQUE ECLAIRAGE Les termes à connaître : LEXIQUE ECLAIRAGE Les termes à connaître : Abat-jour Accessoire en forme de cône décoratif qui habille généralement les lampes à poser et lampadaires (sert à la fois d habillage, de réflecteur et de paralume

Plus en détail

Catalogue formations

Catalogue formations Contexte énergétique et réglementaire Performance énergétique Management de l'énergie Achats d'énergies et services associés Formations Standard ou sur mesure Adaptées à votre organisation Catalogue formations

Plus en détail

«L éclairage LED : statut et caractérisation» «La RT 2012 et sa mise en œuvre»

«L éclairage LED : statut et caractérisation» «La RT 2012 et sa mise en œuvre» COMMUNIQUE DE PRESSE Deux conférences du au salon Lumiville, à Lyon les 25 et 26 mai 2011 : «L éclairage LED : statut et caractérisation» Avec la présentation des projets du «La RT 2012 et sa mise en œuvre»

Plus en détail

18/04/13 ECO-TERRITORIALES.

18/04/13 ECO-TERRITORIALES. 18/04/13 ECO-TERRITORIALES. Utilisation Rationnelle des Energies LORIENT-AGGLOMERATION LAURENT LE DEVEDEC RESPONSABLE ENERGIES 1 Unité énergies : Le périmètre, les enjeux, Positionnement, organisation,

Plus en détail

Flare. Confort et rendement garantis par les LED

Flare. Confort et rendement garantis par les LED Flare Confort et rendement garantis par les LED Flare Downlights et spots à technologie LED Flare, un concept de design unique Mun* product design Flare est une famille complète de downlights et de spots

Plus en détail

La réglementation thermique 2012 Les principes généraux et quelques définitions

La réglementation thermique 2012 Les principes généraux et quelques définitions La réglementation thermique 2012 Les principes généraux et quelques définitions 15 septembre 2011 à LIMOGES - ESTER TECHNOPOLE Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement du

Plus en détail

Photovoltaïque et autoconsommation

Photovoltaïque et autoconsommation Photovoltaïque et autoconsommation Rencontres energivie.info 2013 Gautier Perrin Programme de la table ronde Photovoltaïque et autoconsommation : principe / avantage / perspective Gautier PERRIN Région

Plus en détail

Économie d entretien et d énergie

Économie d entretien et d énergie K7 2 K7 ETAP ETAP K7 est une gamme d éclairage de sécurité complète équipée de la technologie LED. Grâce à cette gamme, vous tirez un maximum parti des nombreux avantages des LED. Économie d entretien

Plus en détail

APPEL A PROJETS. Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2013-2014. Règlement

APPEL A PROJETS. Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2013-2014. Règlement APPEL A PROJETS Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2013-2014 Règlement L appel à projets «Utilisation dynamique des énergies renouvelables dans le bâtiment»

Plus en détail

5èmes. Rencontres Energivie

5èmes. Rencontres Energivie 5èmes Rencontres Energivie 1 Atelier 4 L offre de formation initiale et continue pour la mise en œuvre de la basse consommation en Alsace : Etat des lieux Besoins et pistes 2 Présentation de la démarche

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE DES ENTREPRISES

AUDIT ÉNERGÉTIQUE DES ENTREPRISES AUDIT ÉNERGÉTIQUE DES ENTREPRISES 1 Introduction Contexte énergétique Contexte réglementaire L audit énergétique Périmètre Visite -Etat des lieux Analyse et rapport Exemple d audit énergétique 2 Présentation

Plus en détail

Thibault GIMOND Ingénieur FFB IDF (78-91-95)

Thibault GIMOND Ingénieur FFB IDF (78-91-95) Thibault GIMOND Ingénieur FFB IDF (78-91-95) RT 2012 : Outil majeur de l application du Grenelle pour le secteur du Bâtiment But : Limiter les consommations énergétique des bâtiments neuf. La RT 2012 impose

Plus en détail

Action 1 : Economiser les flux (énergie et eau)

Action 1 : Economiser les flux (énergie et eau) Objectif 1.1 Diminuer les consommations énergétiques de la commune et des services municipaux Services partenaires Tous les services Lutte contre le changement climatique et protection Partenaires à associer

Plus en détail

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures?

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? N 20 - Novembre 2008 www.siplast.fr contact.ealliance@icopal.com Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? Les enjeux de

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Une information au service de la lutte contre l effet de serre

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Une information au service de la lutte contre l effet de serre AGENCE de DIJON Parc Technologique 1, rue Louis de Broglie 21000 - DIJON Tél : 03.80.78.70.50 Fax : 03.80.74.26.63 Nature de l ERP : Services administratifs Année de construction : 1963 Adresse : 1.02

Plus en détail

Référentiel Millésime 2014

Référentiel Millésime 2014 Référentiel Millésime 2014 synthèse Patrimoine copropriété & Environnement Patrimoine Copropriété Profil Rénovation Énergétique Ré NOUVEAU Certifications destinées aux immeubles en copropriété INTRODUCTION

Plus en détail

ENTRETIEN ET SECURITE. Batigère Ressources - Développement & Patrimoine

ENTRETIEN ET SECURITE. Batigère Ressources - Développement & Patrimoine ENTRETIEN ET SECURITE Batigère Ressources - Développement & Patrimoine 9ESH 1 Coop d HLM 70 000 logements, 1 350 collaborateurs Batigère Ressources - Développement & Patrimoine 1 Batigère Ressources -

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les isolants pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex 15 Tél.

Plus en détail

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LA SITUATION À PARIS V.1 - FAVORISER LA SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE La maîtrise de l énergie et plus largement la politique de lutte contre les changements

Plus en détail

S éclairer avec des lampes à LED

S éclairer avec des lampes à LED S éclairer avec des lampes à LED Thèmes abordés 1. Introduction... 1 2. Notions de base d éclairage... 2 2.1. Intensité lumineuse... 2 2.2. Angle d'émission... 2 2.3. Chaleur ou température de couleur...

Plus en détail

L'énergie dans le bâtiment

L'énergie dans le bâtiment L'énergie dans le bâtiment Lycée agricole Aurillac Mardi 3 avril 2012 Réhabilitation énergétique Contexte énergétique en Auvergne : Consommation d énergie finale par secteur Émissions de CO2 par secteur

Plus en détail

RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire?

RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire? Réunion technique CAP INNOVATION RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire? Olivier Servant Directeur des marchés Saint Gobain Habitat Le contexte énergétique et environnemental

Plus en détail

Direction Productions et Energies Durables Service Réseaux et Energies Renouvelables

Direction Productions et Energies Durables Service Réseaux et Energies Renouvelables Direction Productions et Energies Durables Service Réseaux et Energies Renouvelables Appel à projets national «Grandes installations solaire thermique de production d eau chaude» Date limite de réception

Plus en détail

Catalogue des guides pratiques et des fiches téléchargeables. mars 2015

Catalogue des guides pratiques et des fiches téléchargeables. mars 2015 Catalogue des guides pratiques et des fiches téléchargeables mars 2015 Préambule : Certains guides et fiches non imprimés sont disponibles uniquement en ligne. L ensemble des guides et fiches (imprimés

Plus en détail

et Communes associées d Hellemmes et Lomme Maintenance globale de Titre public Présentation du 13 décembre 2007

et Communes associées d Hellemmes et Lomme Maintenance globale de Titre public Présentation du 13 décembre 2007 et Communes associées d Hellemmes et Lomme Maintenance globale de suite l éclairage du titre public Titre Présentation du 13 décembre 2007 Lille : Une référence Européenne Programme Européen GREENLIGHT

Plus en détail

AXE 4 : Collectivité éco-responsable

AXE 4 : Collectivité éco-responsable ACTION 61: Cibler une grille qualitative HQE concernant les critères visés dans le cadre de travaux Pièce(s) justificative(s) N : (Voir cahier des charges) Grille jointe Date de création : 20/03/2015 Date

Plus en détail

Seminaire IBE 2012. LED + LENS LA TECHNIQUE DE LA LUMIERE POUR LES APPAREILS A LEDs

Seminaire IBE 2012. LED + LENS LA TECHNIQUE DE LA LUMIERE POUR LES APPAREILS A LEDs Seminaire IBE 2012 LED + LENS LA TECHNIQUE DE LA LUMIERE POUR LES APPAREILS A LEDs En éclairage général traditionnel (càd tube fluo + réflecteur), les concepts de base de la technique de la lumière sont

Plus en détail

www.france-air.com/habitat

www.france-air.com/habitat www.france-air.com/habitat Rue des Barronnières - BEYNOST - 01708 Miribel Cedex Fax : 04 78 55 25 63 www.france-air.com/habitat www.traitdunion-com.fr X E Un nouvel air éco-durable O N I U Q E Le premier

Plus en détail

Utilisation de l énergie en entreprise

Utilisation de l énergie en entreprise Réduction des consommations et récupération d'énergie dans l'industrie Retours d expériences dans plusieurs entreprises françaises Utilisation de l énergie en entreprise Christophe DEBARD Directeur Commercial

Plus en détail

Les Bâtiments Basse Consommation Energétique. Evolution réglementaire (RT 2012) CETE Apave Nord-Ouest

Les Bâtiments Basse Consommation Energétique. Evolution réglementaire (RT 2012) CETE Apave Nord-Ouest Les Bâtiments Basse Consommation Energétique Evolution réglementaire (RT 2012) CETE Apave Nord-Ouest Ph BONNE Responsable Département Energie RT 2000 RT 2005 RT 2012 2020 Historique de la réglementation

Plus en détail

PROGRAMME «HABITER MIEUX» DOSSIER DE PRESSE

PROGRAMME «HABITER MIEUX» DOSSIER DE PRESSE PROGRAMME «HABITER MIEUX» DOSSIER DE PRESSE Le Programme «Habiter Mieux» en FRANCE Etat des lieux Contexte National : La précarité énergétique pèse sur les ménages les plus fragiles depuis de nombreuses

Plus en détail

Réglementation Thermique 2012. Réunion Publique du 3 juillet 2013

Réglementation Thermique 2012. Réunion Publique du 3 juillet 2013 Réglementation Thermique 2012 Réunion Publique du 3 juillet 2013 Déroulement de la présentation Présentation de l Espace Info Energie La RT 2012 : les enjeux nationaux Conciliation enjeux énergétiques

Plus en détail

Les énergies renouvelables dans la Réglementation thermique

Les énergies renouvelables dans la Réglementation thermique Les énergies renouvelables dans la Réglementation thermique 10 avril 2013 ROGER Marie-Christine Chef du bureau de la qualité technique et de la réglementation de la construction DGALN/DHUP/QC Le contexte

Plus en détail

Séance 1 Deuxième partie UN SYSTEME SECTORIEL QUI A SES PARTICULARITES SANS POUR AUTANT ETRE A PART

Séance 1 Deuxième partie UN SYSTEME SECTORIEL QUI A SES PARTICULARITES SANS POUR AUTANT ETRE A PART Séance 1 Deuxième partie UN SYSTEME SECTORIEL QUI A SES PARTICULARITES SANS POUR AUTANT ETRE A PART page 1/26 Ouvrage de base du cours - lire chapitre 3: «Une activité qui a de fortes particularités sans

Plus en détail

Club Développement Durable Arseg

Club Développement Durable Arseg Club Développement Durable Arseg Plan Bâtiment Grenelle et la rénovation énergétique du tertiaire 5 juillet 2011 1. Sinteo en quelques mots 2. La réglementation Grenelle dans le tertiaire privé 3. Les

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. 1 Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 2

Plus en détail

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire Atelier 4 Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire 26 Février 2010 UNE AEU DANS LE CADRE DU PLU 10 thématiques en quatre ateliers Atelier n 1 Biodiversité Paysages et patrimoine Atelier

Plus en détail

Le diagnostic réglementaire. Jean-François LUCAS. Contraintes ou opportunités. Responsable de marché Procédés Industriels

Le diagnostic réglementaire. Jean-François LUCAS. Contraintes ou opportunités. Responsable de marché Procédés Industriels Le diagnostic réglementaire Contraintes ou opportunités Jean-François LUCAS Responsable de marché Procédés Industriels 1 D un point de vue national 2 Evolution du prix de l énergie 3 Evolution prévisionnelle

Plus en détail

SAISISSEZ L OPPORTUNITE DES ENERGIES RENOUVELABLES (ENR)

SAISISSEZ L OPPORTUNITE DES ENERGIES RENOUVELABLES (ENR) Parution mai 2009 SAISISSEZ L OPPORTUNITE DES ENERGIES RENOUVELABLES (ENR) AFORTECH a mis en place des formations qui visent à fournir aux participants une meilleure compréhension des techniques et des

Plus en détail

Systèmes de Conduits Collectifs pour Chaudières Étanches en Pression (3CEp)

Systèmes de Conduits Collectifs pour Chaudières Étanches en Pression (3CEp) Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe Spécialisé n 14 Installations de Génie Climatique et Installations Sanitaires Systèmes de Conduits Collectifs pour Chaudières Étanches en Pression

Plus en détail

Ils peuvent être accrochés individuellement ou en ligne et sont disponibles en versions en plafonnier ou suspendue.

Ils peuvent être accrochés individuellement ou en ligne et sont disponibles en versions en plafonnier ou suspendue. E7 E7 - éclairage à LED pour les grands espaces E7 est une série de luminaires individuels et en ligne à LED pour l éclairage de grands espaces. La série exploite la technologie LED+LENS d ETAP et offre

Plus en détail

Circulaire du 11 avril 1984 Commentaire technique des décrets du 2 août 1983

Circulaire du 11 avril 1984 Commentaire technique des décrets du 2 août 1983 Circulaire du 11 avril 1984 Commentaire technique des décrets du 2 août 1983 Le décret n 83-721 du 2 août 1983 est pris en application de l'article L. 231-2 (1 ) du Code du travail. Son article 1 er substitue

Plus en détail

Les économies d énergie dans la Plasturgie

Les économies d énergie dans la Plasturgie Les économies d énergie dans la Plasturgie Bonnes pratiques et retour d expériences 29 Novembre 2011 PLASTURGIE SERVICES Le pôle de services et d expertise de la plasturgie Veille réglementaire formation,

Plus en détail