Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel"

Transcription

1 Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Présentation de la Banque Populaire La Banque Populaire est à la fois une banque de détail et de proximité. De ce fait, les objectifs fixés sont fonction du type de la clientèle, à la fois des particuliers (étudiants, employés dans le privé, fonctionnaires une caisse spéciale leur est réservée, la CASDEN-), mais aussi les artisans, commerçants, les entreprises, les associations et les collectivités publiques (une caisse spéciale leur est aussi réservée, le Crédit Coopératif). Les produits proposés par les différentes banques concurrentes étant globalement similaires, la différenciation se fait principalement en termes qualitatifs. La proximité avec le client est donc primordiale, chaque client possède un conseiller qui lui est propre, les agences essaient également leurs horaires en fonction de la clientèle et propose des tarifications les plus proches possible du coût d activité. Le service contrôle de gestion au sein de l entreprise est présent à différents niveaux, que nous déterminerons par la suite. Ce service n a pas de pouvoir décisionnel, qui est réservé à la Direction Générale mais fournit les informations nécessaires à la prise de décision et constate l évolution des différentes agences en termes commerciaux. Chaque conseiller doit en effet enregistrer après chaque entretien client les produits qu il lui a proposé, qu il lui a vendu. Toutes ces informations remontent au service du contrôle de gestion qui les centralise, les transforme puis les transmet à la fois à la Direction puis aux agences. Le service de contrôle de gestion va aussi être amené à chercher les causes de certaines déficiences. Par exemple, quels sont les éléments internes ou externes qui expliquent par exemple une baisse des parts de marché chez les particuliers? Coût de revient et gestion des marges Il existe deux types de coût de revient pertinents dans le monde de la banque, celui des crédits et celui des services annexes. En ce qui concerne le calcul du coût de revient des crédits, il faut prendre en compte le coût de l épargne qui est prédéfini par les pouvoirs publics et y ajouter le coût de l argent investi par les clients ce qui donne le coût de la ressource et qui sert donc à définir le taux que l on pourra accorder pour les crédits. En général, dans la banque on dit que l idéal est de le fixer 2% au dessus de son coût de revient, mais aujourd hui les banques tirent cette tendance vers le bas afin d attirer les clients. Les banques se rattrapent donc sur les services afin de combler le manque à gagner. De plus, il est beaucoup plus facile de calculer le coût de revient des services, en effet, il est facile de mesurer les coûts grâce à des unités de charges comme on a pu le voir en cours. Par exemple, pour calculer le coût du dépôt d un chèque, il est facile de savoir combien de services ont travaillé aux différentes étapes de l enregistrement ainsi que combien de personnes y

2 ont participé et le temps qu ils y ont passé. En pondérant ces coûts en fonction des unités d œuvre on peut obtenir le coût de revient de l enregistrement d un chèque. Dans le monde de la banque il y a donc un retour de tendance sur la définition des marges qui se fait plus par rapport aux services car ils sont plus faciles à mesurer et plus rentables que les crédits pour lesquels il y a une forte compétition des taux. Les rapports entre le service contrôle de gestion et les agences restent relativement indirects, et se limite très souvent à l envoi des tableaux de bord qui permettent à l agence de se situer par rapport aux autres agences mais aussi par rapport à la concurrence. Les tableaux de bords sont envoyés une fois par mois aux agences afin de leur assurer un suivi régulier. Toutefois, si un problème survient (écart brutal des ventes de tel produit sur une période) le service va contacter directement l agence pour déterminer la provenance du problème. Le service n impose pas réellement de contrainte directe aux agences, la seule contrainte étant, pour les conseillers d enregistrer les ventes qu il a effectuées par informatique, afin de pouvoir les contrôler. Les marges font partie de la stratégie de l entreprise et sont déterminées par la Direction Générale, qui fixe la base des calculs. Le taux proposé au public est déterminé de la manière suivante : il y a donc un taux de base auquel s ajoute la marge. Cette marge est connue mais c est le référentiel qui peut changer. Les différentes références sont fixées en fonction par exemple du taux du marché obligataire, du taux moyen des emprunts d Etat. La modification de la référence de base est décidée par le Directeur Général. Concernant les agences, elles n ont que très peu de libertés concernant ces taux et une marge de manœuvre réduite. Les conseillers ont une fourchette de taux, ils sont ensuite sont libres de fixer le taux dans la fourchette disponible. Le contrôle de gestion par rapport aux décisions dans la banque Toutes les décisions stratégiques sont centrales (siège social de Paris) puis redistribuées à chaque région. Il y a un service contrôle de gestion par région qui dépend lui-même du contrôle de gestion central de la direction, afin de pouvoir faire remonter au mieux les informations, mais ceci implique aussi une marge de manœuvre plus faible compte tenu de la dépendance. La communication entre les services se fait essentiellement grâce aux tableaux de bord. Les stratégies peuvent ainsi tenir compte des spécificités régionales. Les objectifs sont fixés sur 3 ans, le contrôle de gestion fait des analyses et des tableaux de bord de reporting concernant l état actuel dans l atteinte des objectifs, et des parts de marché. Les tableaux de bord sont accompagnés de recommandations sur les actions à prendre, comme par exemple prendre des parts de marché dans tel ou tel secteur. Les objectifs de la banque ne sont pas imposés au sens strict par le contrôle de gestion mais en découlent. Le contrôle de gestion est essentiel quant à la définition des stratégies et peut alerter le cas échéant à propos

3 de situations dangereuses ou délicates. On peut donc dire que l influence sur les décisions est très forte, puisque les résultats apportés donnent aussi un regard sur la concurrence en montrant quelles parts de marché sont attaquées par les autres banques. Le contrôle de gestion au niveau d une agence Le contrôle de gestion et ses tableaux de bord sont indispensables dans la gestion de l agence et pour son bon fonctionnement. «il faut avoir un regard quotidien pour savoir où on en est et pour pouvoir faire avancer l équipe». Un directeur d agence reçoit donc régulièrement des tableaux de bord avec l état des emplois des ressources et des services prodigués, et ceci par chargé de clientèle et par critères afin de pouvoir les piloter et de les aider à atteindre les objectifs fixés. Par exemple, les tableaux de résultat mensuels reprennent la situation en volume et en évolution des objectifs, ils indiquent aussi le pourcentage des objectifs déjà atteint. Le tableau dit «standard métier» indique pour chaque chargé de clientèle les objectifs mensuels prédéfinis ainsi que ce qui a déjà été réalisé. Le suivi des entretiens et des ventes sert à évaluer leurs qualités et leurs défauts dans leur métier. Les informations sont enregistrées automatiquement par informatique, seules certaines informations sont à déclarer. Les tableaux permettent aussi d effectuer une comparaison avec l année précédente et le mois précédent, ainsi qu avec les autres agences de la région. Il existe aussi un suivi quotidien des clients douteux. Actions découlant du contrôle de gestion Les informations reçues permettent de privilégier certaines actions par rapport à d autres, et d aménager certaines formations pour les chargés de clientèle en ce qui concerne certains produits, si les tableaux mettent en évidence des lacunes dans certains domaines. La directrice de l agence reçoit aussi une notation par chargé de clientèle, qui permet de définir les primes. Lorsque les résultats sont positifs, il faut tout mettre en œuvre pour les faire évoluer dans le cadre de la banque. Le suivi des clients douteux indique quels clients sont à contacter pour éclaircir le contentieux.

4 Le service contrôle de gestion de la Banque Populaire en lui-même Présentation du service contrôle de gestion Le contrôle de gestion à la banque Populaire est rattaché à la direction financière, et c est au directeur financier qui en est donc le responsable. Au sein du contrôle de gestion à proprement parler, il existe aussi un responsable qui joue le rôle d intermédiaire avec la direction financière. Le service ne compte que quatre personnes, et est situé au sein des locaux du siège central pour la région Midi Pyrénées. Il effectue un travail en continu sur les activités générales de la banque, et réalise ponctuellement des études plus poussées pour certains services ou activités ; mais le nombre de contrôleurs de gestion actifs empêche une plus grande fréquence de ces études. Chaque contrôleur est spécialisé dans le traitement d une tâche, c'est-à-dire les tableaux de bord, le suivi de la performance, l analyse du compte de résultat Le service n est pas rattaché au service de l audit interne et n a aucun contact avec celui-ci, puisqu il n est pas chargé d auditer les aspects financiers mais la fraude. Les différents coûts Se situant dans une activité de service, les principaux coûts sont des coûts d informatique, des coûts de personnel (les charges de personnel sont déterminées en fonction de coefficients servant de base pour les banques en général). Les autres coûts sont des coûts tels que les frais de déplacement La sous-traitance de certaines activités (chéquiers, gestion de portefeuille d actifs ) représente également une part non négligeable des coûts. Une part importante aujourd hui des coûts qui est observée reste les commissions tout comme les frais généraux, ils sont observés de la même manière très rigoureusement. Méthodes de calcul du coût de revient Il n existe pas de réelle méthode de calcul des coûts, mais cela n est pas très handicapant dans la mesure où aujourd hui le poids du marché est si fort que les banques ne peuvent pas se permettre de fixer leurs prix sur la base d un coût majoré d une marge. Pour certains produits il n y a même aucune marge qui est faite, et on peut parler de vente à perte. Prenons l exemple du chèque qui coûte aux banques et qui n est pourtant pas facturé.

5 Un calcul des coûts est pourtant effectué concernant les tâches dont le recueil d information est facile car il est géré par informatique. Cependant il reste des activités comme l octroi d un prêt ou la vente de certains produits qui reste impossible à définir car il s agit de dossiers et le temps passé par dossier dans chaque service n est pas homogène. Les contrôleurs de gestion ont alors recours à des statistiques, en utilisant des mesures de temps sur les activités les plus importantes. La méthode préconisée par leur banque fédérale est la méthode ABC, mais il leur est impossible de l utiliser réellement, alors ils essaient de s en rapprocher le plus possible en l adaptant et en la simplifiant au maximum. Les points clés du contrôle de gestion Tout d abord, les contrôleurs de gestion ne se basent pas sur un suivi quotidien, mais mensuel. Le tout premier indicateur est bien sur le compte de résultat mensuel pour qu ils puissent effectuer un suivi de la performance des chiffres d affaire et des volumes des dépôts et des crédits. Il est aussi important pour réactualiser les prévisions avec le réel de l année précédente, il permet de réaliser des simulations. Viennent ensuite les tableaux de bord qui doivent être compréhensibles par tous concernant les écarts, le suivi des ratios institutionnels, et surtout le suivi de la sécurité, c'est-à-dire le remboursement des clients. Chaque mois, les contrôleurs reçoivent les informations et doivent sortir les éléments de suivi le plus rapidement possible. Il existe aussi un contrôle budgétaire pour vérifier le contenu des tableaux de bord. En effet, le fiabilité des informations est essentielle, mais heureusement grâce à l informatisation de la profession il est facile de faire refaire les analyses par informatique, l enjeu état surtout de contrôler qu il n y a pas d erreur informatique. Remerciements Nous souhaitons remercier Monsieur Caujoll, contrôleur de gestion à la Banque Populaire, et Madame Jaouen responsable de l agence de Barrière de Lombez de nous avoir accordé cette interview.

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 SOMMAIRE DÉTAILLÉ INTRODUCTION : L évolution de l environnement a transformé les métiers de la finance

Plus en détail

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA FORMULES DE CALCUL Le prix : Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA Ex : PV TTC = 250 x 1,196 = 299. TVA = 250 x 19,6 % = 49. PV HT = 299 = 250.

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

solution technologique globale qui couvre en

solution technologique globale qui couvre en Dealer Management System solution technologique globale qui couvre en amont tous les besoins fonctionnels et techniques de l activité d un distributeur de véhicules : magasin, atelier, VN/VO. Adaptable

Plus en détail

Comptabilité Services-Conseils Ressources humaines

Comptabilité Services-Conseils Ressources humaines www.germico.com info@germico.com 418 977-2555 Finance Tableau de bord financier Maximisez la rentabilité de votre entreprise avec l aide de notre tableau de bord financier. UN OUTIL PERFORMANT La simplicité

Plus en détail

Formation «Gestion d une boutique de site culturel et touristique» Paris, 6 & 7 avril 2016

Formation «Gestion d une boutique de site culturel et touristique» Paris, 6 & 7 avril 2016 Formation «Gestion d une boutique de site culturel et touristique» Paris, 6 & 7 avril 2016 Présentation générale de la formation Créer une boutique dans un site culturel ou touristique conduit tout d abord

Plus en détail

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Comptabilité 155 INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Etre capable d assurer le suivi quotidien des opérations courantes dans une entreprise afin de faciliter les échanges avec son expert comptable. Assistante

Plus en détail

Etape 1 : paramétrage et choix du modèle d organisation

Etape 1 : paramétrage et choix du modèle d organisation L outil d analyse que nous vous proposons reprend toutes les étapes relatives à l'établissement d'un bulletin de paie en fonction du profil d'organisation de votre cabinet. Il doit vous permettre de mieux

Plus en détail

Gestion commerciale. Une réponse fonctionnelle quel que soit votre secteur d activité

Gestion commerciale. Une réponse fonctionnelle quel que soit votre secteur d activité Gestion commerciale La rentabilité d une entreprise passe par l augmentation du chiffre d affaires et la maîtrise des coûts de gestion. Avec Sage 100 Gestion Commerciale, vous contrôlez votre activité

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

1 - Le catalogue d états prêts à l emploi p.2

1 - Le catalogue d états prêts à l emploi p.2 Nouveau Sage 100 Gestion Commerciale Edition Pilotée Plus simple, plus riche, plus métier! Sage 100 Gestion Commerciale Edition Pilotée est la solution de référence pour vous accompagner dans votre gestion

Plus en détail

Sage 100. pour le BTP. Faites de votre gestion un levier de croissance

Sage 100. pour le BTP. Faites de votre gestion un levier de croissance Sage 100 pour le BTP Faites de votre gestion un levier de croissance Sage 100 pour le BTP Faites de votre gestion un levier de croissance Gagner des parts de marché, optimiser ses investissements, sécuriser

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

société anonyme au capital de 252.000 siège social : 24 avenue de Friedland 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris

société anonyme au capital de 252.000 siège social : 24 avenue de Friedland 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris 1 A U D I K A société anonyme au capital de 252.000 siège social : 24 avenue de Friedland 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Rapport du président du conseil d administration sur le fonctionnement

Plus en détail

Maîtriser et optimiser le BFR

Maîtriser et optimiser le BFR www.pwc.fr/bfr Maîtriser et optimiser le Identifier risques et potentiels, générer du cash pour mettre en œuvre la stratégie Maîtrise et optimisation du Sommaire Édito 3 Identifier les potentiels de cash

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

Les missions de l expert-comptable

Les missions de l expert-comptable Les modalités d exercice de la profession 85 Les missions de l expert-comptable Missions comptables Missions d assurance sur les comptes complets historiques Audit d états financiers contractuel Examen

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Extraits sur la prévention du surendettement des clients texte original en espagnol La philosophie «Vivre la solidarité» peut s appliquer à toute notre vie.

Plus en détail

Votre gestion, un levier de performance. Sage 100 pour le BTP

Votre gestion, un levier de performance. Sage 100 pour le BTP otre gestion, un levier de performance SAGE, leader des éditeurs de logiciels de gestion sur le marché des PME dans le monde. Source : IDC «Worldwide ERP 2010 endor Analysis» Octobre 2011. 6 millions d

Plus en détail

Cegid Business Place Produflex

Cegid Business Place Produflex CegidBusinessPlaceIndustrie Cegid Business Place Produflex Produflex GRC Gestion Commerciale Gestion de Production SAV Isoflex SGDT Paie GRH EDI SCM Comptabilité Finance Gérez en toute fluidité l ensemble

Plus en détail

comptable cours & Applications François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-943-1

comptable cours & Applications François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-943-1 Toutes formations Initiation comptable cours & Applications François Cartier Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-943-1 2 Étude du bilan L origine des fonds d une entreprise et leur

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

Marketing III. Calcul du prix & Indicateurs. Contenu

Marketing III. Calcul du prix & Indicateurs. Contenu Calcul du prix & Indicateurs Pour la gestion économique de l'entreprise, il est essentiel que les prix des biens et services soient soigneusement calculés en tenant compte de tous les facteurs internes

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE RECOMMANDATIONS PROPOSÉES (Ce guide doit être utilisé avec le Programme de vérification des syndics) **Ce n est pas nécessaire de le retourner au Bureau national**

Plus en détail

Réglementation des jeux de casino

Réglementation des jeux de casino Chapitre 4 Section 4.01 Commission des alcools et des jeux de l Ontario Réglementation des jeux de casino Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.01 du Rapport annuel 2010 Contexte

Plus en détail

Les systèmes de cash pooling consistent à optimiser les frais financiers d un groupe de sociétés.

Les systèmes de cash pooling consistent à optimiser les frais financiers d un groupe de sociétés. FAQ Cash pooling La centralisation de trésorerie Définition Les systèmes de cash pooling consistent à optimiser les frais financiers d un groupe de sociétés. Il existe deux grandes catégories de cash pooling

Plus en détail

Présentation. Intervenant EURISTIC. Jean-Louis BAUDRAND Directeur associé

Présentation. Intervenant EURISTIC. Jean-Louis BAUDRAND Directeur associé Atelier ORAS Pilotage des rémunérations variables Groupe RH&M Le volet informatisation Jean-Louis BAUDRAND Directeur associé EURISTIC 4 février 2010 Présentation Intervenant EURISTIC Jean-Louis BAUDRAND

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité,

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes La Garantie Santé Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, immatriculée au registre national des mutuelles sous le

Plus en détail

PREMIERE PARTIE DESCRIPTION DE L'UNITE COMMERCIALE

PREMIERE PARTIE DESCRIPTION DE L'UNITE COMMERCIALE TS2 MUC PREMIERE PARTIE DESCRIPTION DE L'UNITE COMMERCIALE 2009-2010 I. IDENTIFICATION DE L'UNITE COMMERCIALE Le Crédit Mutuel de Thérouanne est le bureau relié à l'agence d'aire sur la Lys. Il fait parti

Plus en détail

AUDIKA. société anonyme au capital de 252.000 siège social : 24 avenue de Friedland 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris

AUDIKA. société anonyme au capital de 252.000 siège social : 24 avenue de Friedland 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris 1 AUDIKA société anonyme au capital de 252.000 siège social : 24 avenue de Friedland 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Rapport du président du conseil d administration sur le fonctionnement

Plus en détail

Lignes directrices sur les modalités des interventions en prêt et en capital de la SOGEPA

Lignes directrices sur les modalités des interventions en prêt et en capital de la SOGEPA Lignes directrices sur les modalités des interventions en prêt et en capital de la SOGEPA Les présentes lignes directrices formalisent les principes généraux de bonne gestion et de bonne administration

Plus en détail

Les artisans et leur banque

Les artisans et leur banque Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les artisans et leur banque Analyse des relations entre les artisans et leur banquier Enquête réalisée en août et septembre 2013 Octobre

Plus en détail

Brochure. Programme de prêts REE LA BANQUE AU SERVICE DES CONSEILLERS. Réservé aux conseillers à titre d information

Brochure. Programme de prêts REE LA BANQUE AU SERVICE DES CONSEILLERS. Réservé aux conseillers à titre d information Brochure Réservé aux conseillers à titre d information Programme de prêts REE LA BANQUE AU SERVICE DES CONSEILLERS Prêt REE C est un concept simple : le plutôt vous commencez à épargner, plus vos placements

Plus en détail

Sage 30 pour les petites entreprises

Sage 30 pour les petites entreprises Informations France : 0 825 825 603 (0.15 TTC/min) Informations Export : +33 (0)5 56 136 988 (hors France métropolitaine) www.sage.fr/pme Sage 30 pour les petites entreprises Abordez votre gestion en toute

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux DOSSIER DE PRESSE Services de change et de gestion des paiements internationaux Janvier 2014 Fiche d identité de FX4Biz Date de création 2012 : FX4Biz Belgique Type de société SA de droit Belge au capital

Plus en détail

Gestion de l activité commerciale

Gestion de l activité commerciale 12 13 Gestion de l activité commerciale Gérez efficacement votre activité de négoce, services ou industrie L activité commerciale, c est le nerf de la guerre : prospection, réalisation de devis, facturation,

Plus en détail

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables Table des matières Introduction... 3 Revenu pleinement imposable et revenu de placement

Plus en détail

1-Introduction II-Le Contrôle de Gestion III-Le Rôle du Système d information d une banque IV-Le Contrôle de gestion du SI dans une banque

1-Introduction II-Le Contrôle de Gestion III-Le Rôle du Système d information d une banque IV-Le Contrôle de gestion du SI dans une banque MBA EN GOUVERNANCE, AUDIT ET CONTRÔLE INTERNE REALISE PAR : -AIL : MME RAJA -ATL : MR ABDERRAOUF LAKHOUA -BCT: MR NIZAR CHEDDED -BNA : MR TAOUFIK AOUITI PROFESSEUR: EL HASSEN TAKTAK OCTOBRE 2013 SOMMAIRE

Plus en détail

Charte de contrôle interne

Charte de contrôle interne Dernière mise à jour : 05 mai 2014 Charte de contrôle interne 1. Organisation générale de la fonction de contrôle interne et conformité 1.1. Organisation Le Directeur Général de la Société, Monsieur Sébastien

Plus en détail

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie 3 e pilier, prévoyance privée Assurance vie La prévoyance privée est facultative. Elle complète les prestations des 1 er et 2 e piliers et comble les lacunes en matière de prévoyance individuelle. Table

Plus en détail

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance Sage 100 pour les PME Faites de votre gestion un levier de performance À propos de Sage Leader des éditeurs de logiciels de gestion sur le marché des PME dans le monde* Plus de 6 millions d entreprises

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Master "Comptabilité, finance, fiscalité et patrimoine" Répertoire des emplois occupés au 1er décembre 2011 par les diplômés 2008/2009

Master Comptabilité, finance, fiscalité et patrimoine Répertoire des emplois occupés au 1er décembre 2011 par les diplômés 2008/2009 Master " finance, fiscalité et " Spécialité Intitulé de Missions dans Contrat de travail Niveau de Compétences complémentaires en informatique Consultant en risque de crédit Rédaction de la note de cadrage

Plus en détail

L évaluation des résultats

L évaluation des résultats L évaluation des résultats Process 14 «Aide-toi, le tableau de bord t aidera!» Chapitre 23 Analyse et réactivité P. 227 Certains dirigeants suivent la marche de leurs affaires avec un simple tableur. Les

Plus en détail

Modélisation de la réforme des pensions

Modélisation de la réforme des pensions Modèle PROST de la Banque Mondiale Modélisation de la réforme des pensions Mécanisme de simulation des options de réforme des retraites, de la Banque Mondiale L es politiques de pension d aujourd hui peuvent

Plus en détail

Demande de logement social

Demande de logement social Ministère chargé du logement Cadre réservé au service Demande de logement social Article R. 441-2-2 du code de la construction et de l habitation Numéro de dossier : N 14069*02 Avez-vous déjà déposé une

Plus en détail

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT Aide-mémoire 1 Solutions de la Banque Manuvie pour des contrats d assurance permanente donnés en garantie

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités (FDA) La fiche descriptive d activités (FDA) dresse la liste de l ensemble des activités, recensées lors d enquêtes, exercées par des titulaires

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

LE PERP retraite et protection

LE PERP retraite et protection LE PERP retraite et protection Benoit Rama http://www.imaf.fr Le PERP (Plan d Épargne Retraite Populaire) est une mesure d encouragement à la préparation de la retraite destinée aux salariés. Il copie

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

CHAPITRE 5 Le passif

CHAPITRE 5 Le passif CHAPITRE 5 Le passif Problème 5.1 L existence et l estimation des éléments de passif a) Oui. La partie des articles que la boutique s est engagée à acheter crée un passif au 25 novembre 20X6, puisque ces

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

L ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE

L ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE 1. L organisation de la Sécurité sociale La Sécurité sociale se compose d un ensemble d institutions qui ont pour fonction de protéger les individus des conséquences de divers événements ou situations,

Plus en détail

Préavis No 22-2006 au Conseil communal

Préavis No 22-2006 au Conseil communal VILLE DE PULLY Municipalité Direction Administration générale, finances et affaires culturelles Préavis No 22-2006 au Conseil communal Fixation du plafond d endettement et du plafond pour les cautionnements

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

Programme de prêts REE

Programme de prêts REE Brochure Programme de prêts REE Réservé aux conseillers à titre d information LA BANQUE AU SERVICE DES CONSEILLERS Page 1 de 10 Prêt REE C'est un concept simple : le plutôt vous commencez à épargner, plus

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 1 MESSAGE DE LA PRESIDENTE Chers Membres, Honorables délégués régionaux, Ce jour marque la tenue de la 13 ème Assemblée Générale de notre Mutuelle d Epargne et de Crédit depuis

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

Programme de prêts REER

Programme de prêts REER Brochure Programme de prêts REER Réservé aux conseillers à titre d information Page 1 de 10 À propos de B2B Banque Un chef de file canadien parmi les fournisseurs de prêts investissement et REER offerts

Plus en détail

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines 5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines Avec toute la volatilité qui règne sur les marchés ces derniers temps, nombreux sont les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille.

Plus en détail

PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION : OPCVM conforme aux normes européennes

PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION : OPCVM conforme aux normes européennes SG MONETAIRE EURO PROSPECTUS SIMPLIFIE OPCVM conforme aux normes européennes PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : DENOMINATION : SG MONETAIRE EURO FORME JURIDIQUE : SICAV de droit français COMPARTIMENTS/NOURRICIER

Plus en détail

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING SÉLECTION DES RISQUES PRÉVISION DES DÉFAUTS SUIVI ET CONTRÔLE Pierre-Louis GONZALEZ Différents types de

Plus en détail

Ce que vous n avez pas dans les statistiques de votre DMS / CRM

Ce que vous n avez pas dans les statistiques de votre DMS / CRM quick guide #4 Ce que vous n avez pas dans les statistiques de votre DMS / CRM PILOTEZ VOS POINTS DE VENTE AVEC LA MEILLEURE VISIBILITÉ INTRODUCTION La nécessité actuelle de se doter d outils appropriés

Plus en détail

Lettre aux actionnaires

Lettre aux actionnaires Lettre aux actionnaires Exercice 23 2 Message des dirigeants du groupe Madame, Monsieur, Rolf Dörig et Bruno Pfister 23 a été un bon exercice pour Swiss Life. Toutes nos unités opérationnelles ont contribué

Plus en détail

ISF FCPI éligible à la réduction et l exonération de l ISF.

ISF FCPI éligible à la réduction et l exonération de l ISF. ISF2012 Un placement bloqué sur 6 ans minimum, soit jusqu au 30 juin 2018 (pouvant aller jusqu à 7 ans maximum, soit jusqu au 30 juin 2019, sur décision de la société de gestion). FCPI éligible à la réduction

Plus en détail

Offre de services. PHPCreation Inc. info@phpcreation.com - www.phpcreation.com. Date : 2015. Présenté à : À l'attention de : Représentant :

Offre de services. PHPCreation Inc. info@phpcreation.com - www.phpcreation.com. Date : 2015. Présenté à : À l'attention de : Représentant : Date : 2015 Offre de services Présenté à : À l'attention de : Représentant : PHPCreation Inc. T- info@phpcreation.com - www.phpcreation.com Table des matières OFFRE DE SERVICES... 3 SOMMAIRE EXÉCUTIF...

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007 Présentation des résultats 2006 15 mars 2007 Préambule Le intègre dans son périmètre la création de Natixis intervenue le 17 novembre. Les données financières présentées sont issues des comptes pro forma

Plus en détail

La Banque de Savoie, une année florissante

La Banque de Savoie, une année florissante Communiqué de presse le 15 mai 2014, à Chambéry, La Banque de Savoie, une année florissante A l occasion de son Assemblée Générale qui s est tenue au Siège Social, le 22 avril 2014, la Banque de Savoie

Plus en détail

1. QU'EST CE QUE LE TABLEAU DE BORD D UN PROJET?

1. QU'EST CE QUE LE TABLEAU DE BORD D UN PROJET? 1. QU'EST CE QUE LE TABLEAU DE BORD D UN PROJET?... 1 2. LES TABLEAUX DE BORD, OUTILS DE PILOTAGE... 2 3. LES TABLEAUX DE BORD : OUTILS DE DIALOGUE A L'INTERIEUR DE L'ORGANISATION... 3 4. LA PRESENTATION

Plus en détail

Module Projet Personnel Professionnel

Module Projet Personnel Professionnel Module Projet Personnel Professionnel Elaborer un projet personnel professionnel. Connaissance d un métier, d une entreprise ou d un secteur d activités. Travail individuel de recherche SUIO-IP Internet

Plus en détail

L he b d o Finan c e de la

L he b d o Finan c e de la - DU 24 Novembre AU 1 Décembre 2007 - Numéro 17 Dossier : Dossier : LES CO U R S Simulation d un prêt immobilier Titrisation p1-3 p-3-4 p-5-7 L he b d o Finan c e de la M A C S Ce bulletin d informations

Plus en détail

1 Qu appelle-t-on «marge»? Résumé

1 Qu appelle-t-on «marge»? Résumé 1 Qu appelle-t-on «marge»? Résumé Il convient tout d abord de s entendre sur le vocabulaire et de s assurer que l on parle de la même chose. Le terme «marge» est ambigu. Couramment utilisé dans le langage

Plus en détail

Caroline 9 Case postale 288 1001 Lausanne Tél. 021 348 21 11 www.retraitespopulaires.ch

Caroline 9 Case postale 288 1001 Lausanne Tél. 021 348 21 11 www.retraitespopulaires.ch Caroline 9 Case postale 288 1001 Lausanne Tél. 021 348 21 11 www.retraitespopulaires.ch 2 Chapitre Notre entreprise Sous-chapitre (s) Georges Renaudet Responsable du service informatique g.renaudet@retraitespopulaires.ch

Plus en détail

Des ressources spécifiques sont dédiées aux services fiduciaires, à la comptabilité, au reporting et aux services de Family Office.

Des ressources spécifiques sont dédiées aux services fiduciaires, à la comptabilité, au reporting et aux services de Family Office. Basée à Genève, HBS est un Family office suisse et indépendant. Nous offrons à nos clients un service personnalisé en matière de conseil en investissements et d administration patrimoniale globale. HBS

Plus en détail

FIP AUDACIA - APA. Mobilisons l épargne régionale pour le développement de l économie régionale FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ

FIP AUDACIA - APA. Mobilisons l épargne régionale pour le développement de l économie régionale FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ FIP AUDACIA - APA A D O U R - P Y R É N É E S - A Q U I TA I N E FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ Mobilisons l épargne régionale pour le développement de l économie régionale En partenariat avec la

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada Bienvenue chez desjardins le premier groupe financier coopératif au canada 04 Vous accueillir. Vous accompagner. Vous simplifier la vie. desjardins souhaite faciliter votre intégration au pays. dans cette

Plus en détail

GUIDES FINANCIERS PRATIQUES ABC DES CARTES DE CRÉDIT. Ce que vous devez savoir sur l utilisation de votre carte de crédit

GUIDES FINANCIERS PRATIQUES ABC DES CARTES DE CRÉDIT. Ce que vous devez savoir sur l utilisation de votre carte de crédit GUIDES FINANCIERS PRATIQUES ABC DES CARTES DE CRÉDIT Ce que vous devez savoir sur l utilisation de votre carte de crédit SOYEZ RESPONSABLE Les cartes de crédit sont de puissants outils financiers pour

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

VISUAL GESATEL. La gestion commerciale n a jamais été aussi facile!

VISUAL GESATEL. La gestion commerciale n a jamais été aussi facile! La gestion commerciale n a jamais été aussi facile! LES AVANTAGES Transformation de tous vos documents au format PDF, HTML, WORD, EXCEL. Envoi direct de tous vos documents via Internet. Récupérez sans

Plus en détail

FINANCE, COMPTABILITE Inter entreprises petits groupes (6 stagiaires maximum par session)

FINANCE, COMPTABILITE Inter entreprises petits groupes (6 stagiaires maximum par session) Octobre à juillet FINANCE, COMPTABILITE Intitulé Objectifs principaux (programme détaillé sur demande) Dates - Les principales fonctions statistiques, financières, de recherche Excel appliqué à la gestion

Plus en détail

Sage 100. La solution de référence pour votre gestion POUR LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES

Sage 100. La solution de référence pour votre gestion POUR LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES Sage 100 La solution de référence pour votre gestion POUR LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES 1 SOMMAIRE 2 5 13 20 25 L offre modulaire Gestion commerciale Gestion de la relation clients Les solutions

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

SOMMAIRE. Bulletin de souscription

SOMMAIRE. Bulletin de souscription SOMMAIRE Flash-emprunt subordonné «Tunisie Leasing 2011-2» Chapitre 1 : Responsables de la note d opération 1.1. Responsables de la note d opération 1.2. Attestation des responsables de la note d opération

Plus en détail

Crédit et risque. Profil de risque de l entreprise. 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? 2. Comment un crédit est-il conclu?

Crédit et risque. Profil de risque de l entreprise. 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? 2. Comment un crédit est-il conclu? Crédit et risque Profil de risque de l entreprise 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? Petit Robert : confiance qu inspire quelqu un ou quelque chose, opération par laquelle une personne met

Plus en détail