THÈSE. pour l obtention du Grade de

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THÈSE. pour l obtention du Grade de"

Transcription

1 THÈSE pour l obtention du Grade de Docteur de l Université de Poitiers École Nationale Supérieure de Mécanique et d Aérotechnique & Faculté des Sciences Fondamentales et Appliquées (Diplôme National - Arrêté du 7 août 2006) École Doctorale : Sciences Pour l Ingénieur & Aéronautique Secteur de Recherche : Mécanique des Solides, des Matériaux, des Structures et des Surfaces Présentée par : Sophie DARTOIS ******************************************** Prise en compte de l évolution de l endommagement anisotrope dans une modélisation par transition d échelle pour des composites particulaires fortement chargés. ******************************************** Directeur de thèse : André DRAGON Co-Encadrement : Damien HALM, Carole NADOT ******************************************** Soutenue le 07 Mars 2008 ******************************************** JURY D. AUBRY Professeur à l École Centrale de Paris (LMSSMat) Président D. KONDO Professeur à l Université des Sciences et Technologies de Lille I (LML) Rapporteur J.-J. MARIGO Professeur à l Université Pierre et Marie Curie - Paris VI (LMM) Rapporteur C. FOND Professeur à l Université de Strasbourg I (ICS) Examinateur A. DRAGON Directeur de Recherche CNRS - Poitiers (LMPM) Examinateur D. HALM Maître de Conférences à l ENSMA - Poitiers (LMPM) Examinateur C. NADOT Maître de Conférences à l ENSMA - Poitiers (LMPM) Examinateur A. FANGET Ingénieur de Recherche au Centre d Études de Gramat (DGA) Examinateur

2

3 REMERCIEMENTS

4 C est très sincèrement que je tiens à remercier chaleureusement la plupart des personnes qui m ont apporté leur soutien scientifique bien sûr, mais aussi et surtout moral et amical. Tout d abord c est logiquement vers mon équipe encadrante que je me tourne. Je parle d équipe encadrante car j ai eu la chance de travailler en étroite collaboration avec plusieurs personnes qui ont décidé de créer ce projet, de le soutenir et de consacrer une bonne part de leur temps à des discussions tantôt prolixes tantôt laborieuses mais, je l espère, toujours passionnantes. Je commencerai par Carole Nadot puisque c est elle qui a suivi mon baptême dans le vaste monde de la recherche, lorsque j ai commencé mon DEA. Je la considère donc logiquement comme ma marraine dans ce métier. Si je garde un souvenir ému de mes premiers pas au LMPM (et de la découverte de la mécanique "Christoffersenienne", je dois avouer que l épanouissement de ces travaux s est accompagné de très nombreux bons moments. Pour n en citer que quelques-uns je repense à l obtention émouvante des premières visualisations issues de travaux que Carole défend depuis plusieurs années ou encore à la grande aventure que fut la rédaction, période ou son enthousiasme inébranlable s est exprimé pleinement! Je repense aussi aux différentes soirées, aux heures de route sur la N147 avec programmation musicale adéquate, et bien sûr à cette mythique mission du 18 février 2008 dont je n ose ici reporter les péripéties. J espère avoir encore beaucoup d aussi bons moments scientifiques et amicaux à partager avec elle. Un mot maintenant au sujet de Damien Halm. Un seul mot est-ce bien possible? C est sans prétention, mais plutôt avec admiration que j ose dire qu il est à la fois l enseignant et le chercheur que je voudrais être en plus d être un ami. Je considère comme un privilège d avoir pu tester pour vous chacune de ces trois facettes. Compétent, disponible, et avec des qualités humaines incomparables, ce fut un véritable plaisir. Toujours au LMPM, mon parcours a bien sûr bénéficié de la direction éclairée d André Dragon. Il sait toute l admiration que je lui porte, et je le remercie de m avoir fait profiter des qualités qui sont les siennes comme son goût prononcé pour la rigueur scientifique, et d avoir voulu me les transmettre. Je lui suis

5 5 aussi reconnaissante de son souci permanent de préparer ses thésards à leur avenir d enseignant-chercheur en leur faisant bénéficier de sa longue expérience dans le domaine. Je m écarte désormais quelques instants du LMPM pour me tourner vers Gramat et un autre trio de choc emmené par Alain Fanget, et complété par Gérald Contesse et Patrick Delcor. Je tiens à remercier Alain pour la confiance qu il nous a témoignée ainsi que ses capacités d écoute qui m ont encouragée à me lancer dans de grands débats sur l endommagement de ces fameux propergols solides. Quant à Gérald et Patrick, ils ont donné un visage à mes résultats numériques, et rien que pour cela ils méritent de chaleureux remerciements. Il reste que tous ont fait de cette belle région lotoise une terre hospitalière dont je n hésiterai pas à revenir fouler le sol lors de visites plus amicales que professionnelles. Ce manuscrit a aussi bénéficié de l oeil critique des membres de mon jury qui non seulement ont eu la gentillesse de bien vouloir me lire, mais ont réussi la prouesse de faire de ma soutenance un moment que j ai autant apprécié que je l ai craint, ce qui n est pas peu dire... Je les remercie donc pour cette agréable discussion autour de mon travail et pour tout l intérêt qu ils y ont porté en général. Petit retour au LMPM pour envoyer un message amical à tous ceux que j appellerai "les anciens". En particulier j adresse un petit signe complice à Sylvie, Pat, Yves et Xavier, en souvenir de leur accessibilité et de tous les bons moments musicaux, culinaires et autres partagés ensemble. Dans l ordre chronologique j aurais une pensée pour les exilés dans les locaux du LCD, au facétieux Laurent, à Bayonne le thésard le plus serviable de la terre, et à Florent parti apprendre à jouer au palet à nos cousins d Outre-Atlantique, et enfin à Jonathan et Benjamin. Mais aussi et bien sûr une pensée particulière pour Twingo dont l oreille compréhensive (et pour cause!) et le soutien quasi quotidien dans les moments difficiles m ont particulièrement touchée, ce travail lui doit beaucoup. Merci aussi à Léo et Yoann avec qui j ai partagé -entre autres!- des moments de détente "nutsiesques" et "sériesques" particulièrement réjouissants. Merci bien sûr à mon fabuleux bureau 39 et ses occupants successifs, Cédric, mon petit Nam et la ravissante Minh, Olivier et maintenant Maxime. J espère entretenir avec vous le rituel sacré des repas de bureau franco-vietnamiens qui

6 6 ont égayé ces années de thèse. Je vous remercie aussi de m avoir supportée durant tout ce temps, en particulier dans les périodes de haut comme de bas. Merci encore à Pierre et Marion, notamment pour le climat de confiance et de soutien mutuel plutôt que de compétition que cette dernière a su construire entre nous. Merci enfin à Hicham, notre maître à tous, qui m a appris à garder confiance quoiqu il advienne et qui je dois beaucoup de mes plus belles tranches de rigolades. Il me reste encore un certain nombre de mercis à envoyer, et ceux-là concernent ceux qui sont restés. Bien que chacun de leurs noms me rappellent d excellentes anecdotes qui ont fait tout le charme de ces années de thèse, je n ai pas la place de m étendre ici, et me contenterai de joindre aux mercis des encouragements sincères pour le travail qu il leur reste à accomplir, encouragements qui je l espère seront bientôt obsolètes. Courage donc à Loïc mon voisin préféré et grand enflammeur du dancefloor du Bal des Pisteurs à Aussois, à Fred, Thomas, Romain, Michael, François, Jean-Charles, Leang, et Huy pour les plus anciens. Mais aussi merci à la relève : Laurent, Claire, Thang, Bert, Gaëlle, Sébastien, Talib et les autres à venir. Et puis il y a aussi toutes les autres personnes du laboratoire que je me retiens de citer une par une car je sens que je me suis déjà pas mal étendue... J adresse un merci général à tous les chercheurs et autres ingénieurs passés et présents du laboratoire qui ont su apporter une ambiance de travail agréable et amicale. Je ne résiste néanmoins pas à l envie d embrasser Guillaume, Céline et Mickael. Une pensée particulière aussi pour les petites fées du secrétariat Brigitte, Eliane, Pascale et Francine, ainsi que pour le gentilhomme de ces dames : Patrick. Je clôturerai cette page de remerciements en ayant évidemment une pensée pour les gens qui me sont le plus proche et qui, jusqu à la dernière minute, ont eu pour moi des attentions qui se sont révélées indispensables à la réalisation de ce travail. Ma famille bien sûr puisque j ai la chance d avoir autour de moi des gens qui croient en moi (souvent plus que moi!) et dont le soutien est permanent et infaillible ce qui, j en suis consciente, est un trésor très précieux. Mais également Mathieu dont la patience, les sacrifices, la compréhension et le soutien ont tout simplement été extraordinaires.

7 Table des matières REMERCIEMENTS 3 NOTATIONS 11 INTRODUCTION 17 I CADRE DE L ETUDE ET OPTIONS RETENUES POUR LA MODELISATION 21 I.1 Problématique globale soulevée au Centre d Études de Gramat I.1.1 Motivation : caractériser la vulnérabilité d une classe de composites énergétiques I.1.2 Présentation succincte de la classe de composites visée I.2 De l intérêt d un modèle construit par transition d échelle I.2.1 Discussion autour des différentes techniques de modélisation. 27 I.2.2 Principe général d une transition d échelle I.3 Éléments bibliographiques sur la modélisation de l endommagement par décohésion entre constituants I.3.1 Choix de l échelle d étude de la décohésion I.3.2 Modèles construits à l aide d outils numériques I.3.3 Modèles construits à l aide de méthodes d estimation I.3.4 Bilan et enjeux par rapport aux exigences liées à la modélisation de l endommagement dans les composites énergétiques.. 45 I.4 Choix de l approche morphologique et chronologie des travaux antérieurs

8 8 TABLE DES MATIÈRES II L APPROCHE MORPHOLOGIQUE POUR UN ETAT D EN- DOMMAGEMENT FIXE : PRESENTATION ET ANALYSE 53 II.1 Extension des travaux de Christoffersen en présence d endommagement 56 II.1.1 Schématisation de la microstructure II.1.2 Approche du problème local II Cinématique II Relations de passage micro-macro II Principe de résolution II.2 Résultats en élasticité : présentation, analyse et approche complémentaire II.2.1 Préliminaires II.2.2 Expression des champs locaux II.2.3 Expression de la contrainte homogénéisée II.2.4 Procédure de localisation-homogénéisation complémentaire.. 77 II.3 Positionnement par rapport aux autres méthodes d estimation II.3.1 Bilan synthétique par rapport aux objectifs de modélisation de l endommagement II.3.2 Interaction entre morphologie locale et endommagement II.3.3 Hétérogénéité intraphase et accès aux champs locaux II.3.4 Réflexion sur la prise en compte d autres non-linéarités II.3.5 Perspectives offertes par le modèle III OUTILS POUR LA PRISE EN COMPTE DE L EVOLUTION DE L ENDOMMAGEMENT 91 III.1 Signification et forme de l évolution de l endommagement dans l AM. 93 III.2 Proposition d un critère de nucléation de défauts III.2.1 Quelques éléments bibliographiques III Les critères de nucléation en contrainte maximale et énergie de décohésion III Les modèles cohésifs III.2.2 Formulation cinématique du critère

9 TABLE DES MATIÈRES 9 III Analyse préliminaire du champ de déplacement local 100 III Expression du critère de nucléation III Détermination du saut moyen de déplacement pour les défauts ouverts III.3 Formulation de critères de fermeture et de ré-ouverture de défauts III.3.1 Expression du critère de fermeture III.3.2 Identification des paramètres de distorsion III.3.3 Critère pour la réouverture IV EVALUATION DE L AM : MISE EN OEUVRE ET SIMULA- TIONS NUMERIQUES 113 IV.1 Procédure numérique discrète IV.1.1 Principe général IV.1.2 Algorithme de prédiction-correction IV Intérêt et principe IV Détermination pratique du séquençage des nucléations de défauts IV.1.3 Discussion IV.2 Simulations numériques IV.2.1 Description et obtention de la microstructure d étude IV.2.2 Caractéristiques communes aux essais simulés IV.2.3 Chargement en extension/contraction IV Phase d extension IV Première analyse de la réponse homogénéisée 136 IV Visualisation des défauts IV Analyse de la déformation locale IV Trajet complet extension/contraction IV Première analyse de la réponse homogénéisée 146 IV Anisotropie induite et effets unilatéraux IV.2.4 Essai d extension/glissement/contraction IV Effets résiduels dus à la distorsion des défauts fermés 155

10 10 TABLE DES MATIÈRES IV Anisotropie induite et effets unilatéraux IV.2.5 Chargement "cyclique" avec glissement IV Première analyse de la réponse homogénéisée IV Analyse de la déformation locale IV.3 Bilan des résultats obtenus V EXTENSIONS DE L APPROCHE MORPHOLOGIQUE 165 V.1 Réflexions autour de la continuité de la contrainte homogénéisée V.2 Préparation à l extension à d autres non-linéarités V.2.1 Extension à la viscoélasticité V.2.2 Extension aux transformations finies V.2.3 Bilan CONCLUSION 183 A Principe général d une transition d échelle 189 B Éléments concernant la procédure discrète de résolution numérique193 C Préparation à la comparaison aux Eléments Finis 201 D Procédures d inversion de certains tenseurs d ordre quatre 207 E Évolution de la répartition spatiale du module d Young 213 LISTES 217

11 NOTATIONS

12 Liste de notations Sont ici répertoriées les principales notations utilisées tout au long de ce manuscrit. Références aux couches α nom générique donné à n importe quelle couche du matériau. β nom générique donné à n importe quelle couche du matériau avec des microdéfauts ouvertes à ses interfaces. f nom générique donné à n importe quelle couche du matériau avec des microdéfauts fermées à ses interfaces. α h α n α d α c α A α nom générique donné à n importe quelle couche décollée du matériau, i.e. ayant des défauts ouverts ou fermés à ses interfaces. Paramètres morphologiques initiaux épaisseur de la couche α normale à la couche α vecteur reliant les centroïdes des grains entourant la couche α vecteur reliant les barycentres des interfaces de la couche α avec les grains qui l entourent aire projetée de la couche α I α i i=1,2 interface i de la couche α Π α T tenseur du second ordre témoin de la morphologie de la couche α tenseur du quatrième ordre représentatif de la texture morphologique du composite (morphologie et arrangement spatial des grains)

13 Grandeurs cinématiques F gradient de déplacement macroscopique f 0 f 0(r) f 0(d) f α f αd F u 0 u α b α I α i gradient de déplacement des grains partie réversible du gradient de déplacement des grains contribution de l ensemble des défauts dans le matériau au gradient de déplacement des grains gradient de déplacement de la couche α contribution des défauts présents aux interfaces de la couche α sur son gradient de déplacement incrément de gradient de déplacement macroscopique champ de déplacement des grains champ de déplacement de la couche α saut moyen de déplacement sur l interface Ii α de la couche α

14 Déformations et rotations E déformation macroscopique ɛ 0 ɛ α ɛ 0(r) ɛ α(r) ɛ 0(d) ɛ α(d) ɛ αd ω αd r αd E nuc α E ferm α déformation des grains déformation totale de la couche α partie réversible de la déformation des grains partie réversible de la déformation de la couche α influence de l ensemble des défauts présents dans le matériau sur la déformation des grains influence de l ensemble des défauts présents dans le matériau sur la déformation de la couche α contribution des défauts potentiellement présentes aux interfaces de la couche α sur sa déformation contribution des défauts potentiellement présentes aux interfaces de la couche α sur sa rotation déformation induite dans la couche α par l ouverture résiduelle des défauts à ses interfaces si elle est décollée quand E = 0 Valeur de la déformation macroscopique correspondant à la nucléation de défauts aux interfaces de la couche α. Valeur de la déformation macroscopique correspondant à la fermeture des défauts présents aux interfaces de la couche α. Contraintes Σ contrainte homogénéisée Σ (d) Σ (d)1 Σ (d)2 σ 0 σ α part induite par l endommagement dans la contrainte macroscopique homogénéisée contribution des défauts ouverts dans Σ (d) contribution des défauts fermés dans Σ (d) contrainte dans les grains contrainte de la couche α

15 L 0 Tenseurs de rigidité et principaux autres tenseurs matrice de rigidité des grains L (e)l matrice de rigidité de la matrice L (e) (1 c)l L (e)l A α h α V V L α matrice de rigidité du matériau homogénéisé (après approche de localisationhomogénéisation complémentaire) D, D tenseurs d ordre 2 et 4, paramètres d endommagement C 0, C α Tenseurs de localisation pour les grains et pour la couche α respectivement E( m) module d Young du composite dans la direction m Tenseurs identité et opérateurs spécifiques δ symbole de Kronecker Id tenseur identité d ordre 4 classique défini comme suit : Id ijkl = 1(δ 2 ikδ jl +δ il δ jk ) Id 1 tenseur identité d ordre 4 défini comme suit : Id 1 ijkl = δ il δ jk : double contraction tensorielle. V moyenne sur le volume

16

17 INTRODUCTION Les composites particulaires énergétiques sont très largement utilisés dans les domaines du spatial, de la défense et de l aéronautique. Ils interviennent dans des phases aussi essentielles que délicates comme le lancement, la propulsion, ou encore le guidage d engins divers. En amont de ces applications fonctionnelles, il faut assurer la sécurité de leur acheminement, de leur manipulation et de leur stockage sur site. En effet, durant ces étapes les composites peuvent se trouver soumis à des sollicitations accidentelles ou malveillantes. En raison de la nature pyrotechnique des matériaux en question, ce type de sollicitations peut conduire rapidement à des fonctionnements non-nominaux inattendus entraînant la destruction complète des composites et de leur environnement. Il semble donc nécessaire de mieux caractériser et anticiper le comportement potentiellement dangereux de ces matériaux. Parce qu ils permettent de s affranchir de séries de tests longues et coûteuses, un certain nombre de modèles visant à prédire le comportement des composites énergétiques ont vu le jour. Dans ce contexte, le Centre d Études de Gramat (CEG - DGA), et le Laboratoire de Mécanique et de Physique des Matériaux (LMPM - UMR CNRS n 6617) travaillent en étroite collaboration depuis plusieurs années afin de construire un modèle de comportement mécanique pour des propergols solides (élastomères très fortement chargés) destinés à la propulsion spatiale. L objectif final du CEG est d obtenir un outil de prédiction de la vulnérabilité de ces matériaux. Cet outil devra contenir le modèle de comportement en question, en aval duquel seront intégrés des modèles réactifs. 17

18 La complexité de la morphologie des composites considérés et son influence sur leur comportement macroscopique ont une importance capitale. C est pourquoi une technique de transition d échelle permettant de prendre en compte de nombreuses informations microstructurales et de décrire les mécanismes en jeu à l échelle microscopique a été choisie comme socle des travaux de modélisation. Plus précisément, il s agit d une méthode d estimation initialement proposée par Christoffersen pour l étude de composites sains à fort taux de charges et dont les constituants ont un comportement élastique linéaire isotrope. Deux types d extensions de cette méthode, qualifiée dans ce document d "approche morphologique" (AM), ont ensuite été menées à bien en parallèle afin d introduire de manière progressive les différentes non-linéarités caractéristiques du comportement des élastomères très fortement chargés considérés. L une des deux séries de travaux concerne les matériaux demeurant sains. L AM a ainsi été enrichie afin de prendre en compte le caractère viscoélastique de la matrice (Nadot et al. [56]) et a été transposée dans le cadre des transformations finies (Guiot et al. [27], [28] et Touboul et al. [73], [74]). Elle a même fait l objet d une campagne d évaluation dans le cadre physiquement et géométriquement non-linéaire de la viscohyperélasticité dans les travaux de Touboul. La seconde série de travaux a permis de prendre en compte l endommagement par décohésion aux interfaces grains/matrice (Nadot et al. [54]). La prise en compte de défauts d interface dans la formulation de l AM a été effectuée pour des matériaux dont la matrice présente un comportement élastique et/ou viscoélastique isotrope. Toutefois, la transition d échelle ainsi obtenue n est applicable que pour un état et une configuration d endommagement donnés (i.e. pour un nombre total de défauts donné et pour des proportions respectives de défauts ouverts et fermés fixes). L objectif des présents travaux est de construire tous les ingrédients nécessaires à la description de l évolution de l endommagement puis, de proposer une évaluation de l approche ainsi complétée, le tout dans le cadre préliminaire de l élasticité HPP. La synthèse de ce travail s articule autour de cinq chapitres. Le premier sera consacré à une description plus approfondie du cadre de l étude. Après un bref

19 rappel des caractéristiques mécaniques des matériaux étudiés, et notamment de leurs mécanismes d endommagement, on présentera les grandes lignes retenues en matière de modélisation. En particulier on justifiera l utilisation d un modèle construit par transition d échelle. On s intéressera ensuite plus en détail à la modélisation de l endommagement par décohésion aux interfaces entre constituants. À travers une étude bibliographique, on fera ressortir les différents enjeux concernant la description de ce type d endommagement en s intéressant plus particulièrement à l influence de la morphologie locale. Le second chapitre rassemble dans un premier temps les ingrédients essentiels de l AM étendue en présence d endommagement par Nadot et al. [54]. Les résultats obtenus aux deux échelles pour des composites à grains et matrice élastiques linéaires isotropes sont également présentés. En plus de présenter les relations principales du modèle, ce rappel sert de tremplin à une discussion approfondie permettant de positionner l AM par rapport à d autres méthodes d estimation. Plus précisément, on dressera un bilan des points forts et faibles de l approche par rapport aux enjeux soulevés à la fin du chapitre I. Enfin, on discutera également de la façon dont l AM se positionne vis-à-vis des enjeux liés à la prise en compte des autres non-linéarités caractéristiques des élastomères fortement chargés (viscoélasticité, grandes déformations). Une réflexion sur la forme et signification de l endommagement dans l AM ouvrira le chapitre III. Elle sera suivie d une courte étude bibliographique sur les différents critères de décohésion qui servira d introduction à la formulation à proprement parler au sein de l AM des critères permettant de suivre l évolution de l endommagement dans le matériau. Ces critères seront au nombre de trois. On proposera tout d abord un critère de nucléation pour gérer l apparition de nouveaux défauts. Puis on formulera un critère de fermeture et un critère de réouverture permettant de faire évoluer la configuration des défauts existants. Le chapitre IV sera quant à lui consacré à une première évaluation de l AM

20 ainsi complétée. L objectif sera ici de tester sur quelques trajets de chargement significatifs, les capacités de l approche à décrire qualitativement la forme prise par l endommagement (position, orientation, morphologie des défauts...) ainsi que ses effets aux deux échelles (effets unilatéraux, redistributions des déformations,...). À cet effet une procédure numérique discrète de résolution est mise en place, permettant un séquençage précis de l ensemble des nucléations, fermetures et ouvertures de défauts. Dans le cas des nucléations, un algorithme de prédiction-correction est même proposé afin d obtenir un pilotage auto-adaptatif permettant de suivre avec plus de précision encore, l ordre des nucléations et leurs effets sur les événements ultérieurs. Enfin, le cinquième et dernier chapitre proposera un certain nombre de réflexions qui devraient servir de point de départ pour de nouvelles extensions de l AM. On s intéressera en particulier à deux extensions directes des présents travaux de thèse, à savoir la prise en compte du caractère viscoélastique de la matrice, et la transposition au cadre plus réaliste des transformations finies étant donné les applications envisagées. On s attachera à montrer que l on peut facilement transposer à ces nouveaux cadres les trois critères formulés au chapitre III pour suivre l évolution de l endommagement.

21 Chapitre I CADRE DE L ETUDE ET OPTIONS RETENUES POUR LA MODELISATION

22 Sommaire I.1 Problématique globale soulevée au Centre d Études de Gramat I.1.1 Motivation : caractériser la vulnérabilité d une classe de composites énergétiques I.1.2 Présentation succincte de la classe de composites visée.. 24 I.2 De l intérêt d un modèle construit par transition d échelle 27 I.2.1 Discussion autour des différentes techniques de modélisation 27 I.2.2 Principe général d une transition d échelle I.3 Éléments bibliographiques sur la modélisation de l endommagement par décohésion entre constituants I.3.1 Choix de l échelle d étude de la décohésion I.3.2 Modèles construits à l aide d outils numériques I.3.3 Modèles construits à l aide de méthodes d estimation I.3.4 Bilan et enjeux par rapport aux exigences liées à la modélisation de l endommagement dans les composites énergétiques 45 I.4 Choix de l approche morphologique et chronologie des travaux antérieurs

23 I.1 Problématique globale soulevée au Centre d Études de Gramat 23 Comme évoqué dans l introduction générale, les présents travaux de thèse s inscrivent dans un vaste programme de modélisation du comportement de composites particulaires fortement chargés tels que les propergols solides utilisés dans le domaine de la propulsion spatiale. Leur comportement réel inclut de nombreuses sources de non-linéarité telles que les grandes déformations, la viscosité et l endommagement. Progressivement le CEG et le LMPM ont développé des modèles de plus en plus riches, de façon à s approcher le plus près possible du comportement réel de ces matériaux. Le but de ce chapitre est de présenter les grandes lignes retenues en termes de modélisation pour répondre à la problématique globale proposée par le CEG. Après un bref rappel des motivations de cette étude et des propriétés mécaniques de la classe de matériaux envisagée ( I.1), on justifiera le choix d un modèle construit par une technique de transition d échelle ( I.2). On tentera ensuite de mettre en lumière, à l aide de quelques travaux issus de la littérature, les différents enjeux relatifs à la modélisation de l endommagement par décohésion entre les différents constituants ( I.3). Enfin, ce chapitre se clôturera ( I.4) sur un bilan des travaux effectués jusqu à présent en collaboration avec le CEG selon une approche progressive des difficultés (prise en compte incrémentale des non-linéarités). I.1 Problématique globale soulevée au Centre d Études de Gramat I.1.1 Motivation : caractériser la vulnérabilité d une classe de composites énergétiques Travailler avec des matériaux énergétiques exige de se plier à certaines règles de sécurité strictes. En effet leur manipulation et leur stockage peuvent induire des sollicitations accidentelles ou malveillantes entraînant leur endommagement. Or, la création de défauts dans ces matériaux augmente leur réactivité. En effet, les défauts créés peuvent être assimilés à des volumes de vide susceptibles de devenir le siège

24 24 CADRE DE L ETUDE ET OPTIONS RETENUES POUR LA MODELISATION de réactions chimiques, à l origine de l initiation et de la propagation de flammes au sein du matériau. Par ailleurs, l initiation d une telle réaction chimique peut être catalysée par l échauffement local induit par la dissipation liée à l endommagement (phénomène dit de "points chauds"). La relative instabilité de ces matériaux lorsqu ils sont endommagés justifie donc une étude détaillée de leur comportement le cas échéant. Plus particulièrement, la modélisation mécanique doit pouvoir fournir les données d entrée des modèles réactifs qui permettent de prédire l apparition éventuelle de flammes et donc un possible fonctionnement non-nominal (par exemple la modification de poussée d un moteur), ou encore la perte d intégrité du matériau (transition rapide vers une détonation). Les données de ces modèles réactifs sont en général de plusieurs types. Il peut s agir tout d abord de données morphologiques, comme la position et l orientation des défauts. La surface et le volume des vides créés interviennent également explicitement dans l estimation des risques d initiation de réactions critiques et de la vitesse de propagation des flammes qu elles génèrent. Des données mécaniques sont aussi requises comme les niveaux locaux de déformation et de contrainte qui, s ils sont élevés, favorisent aussi l apparition de réactions chimiques (voir Kumar et Kuo [37], Tarver et Tran [71], Dienes et al. [15]). I.1.2 Présentation succincte de la classe de composites visée Les composites énergétiques que l on souhaite étudier sont constitués de grains quasi-rigides aléatoirement répartis dans une matrice élastomère au comportement viscohyperélastique. Un autre de leurs dénominateurs communs est leur fort taux de charges, pouvant aller jusqu à près de 90% en volume pour les explosifs. Les fractions volumiques de grains les plus élevées sont atteintes lorsque ces derniers présentent une dispersion de taille (voir Fig.(I.1)). Étant donné l objectif des présents travaux plutôt consacrés à la modélisation de l endommagement, nous nous contenterons de rappeler ci-après les principaux mécanismes de dégradation observés dans ces matéraiux. Le lecteur intéressé par une présentation plus complète du comportement viscohyperélastique en réponse à diverses sollicitations et en lien avec la nature élastomère du liant pourra se référer aux thèses de Trumel [75], Martin [45], Touboul[73], Funfschilling [21], ou encore à l article de Trumel [76].

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Les composites thermoplastiques

Les composites thermoplastiques Les composites thermoplastiques Définition Par définition, un thermoplastique (anglais :thermoplast) est un matériau à base de polymère (composé de macromolécules) qui peut être mis en forme, à l état

Plus en détail

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE Denis DEFAUCHY Gilles REGNIER Patrice PEYRE Amine AMMAR Pièces FALCON - Dassault Aviation 1 Présentation

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option

Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option Emma Alfonsi, Xavier Milhaud - M2R SAF Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option Sous la direction de M. Pierre Alain Patard ISFA - Mars 2008 . 1 Table des matières 1 Introduction 4 2 Un

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

Information quantique

Information quantique Information quantique J.M. Raimond LKB, Juin 2009 1 Le XX ème siècle fut celui de la mécanique quantique L exploration du monde microscopique a été la grande aventure scientifique du siècle dernier. La

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Mécanique énergie procédes produits de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

Rupture et plasticité

Rupture et plasticité Rupture et plasticité Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 25 novembre 2009 1 / 44 Rupture et plasticité : plan du cours Comportements

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Figure 1 : représentation des différents écarts

Figure 1 : représentation des différents écarts ulletin officiel spécial n 9 du 30 septembre 2010 Annexe SIENES DE L INGÉNIEUR YLE TERMINAL DE LA SÉRIE SIENTIFIQUE I - Objectifs généraux Notre société devra relever de nombreux défis dans les prochaines

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE NUMERIQUE : Aide-mémoire PREPARATION DU RAPPORT AU COURS DU STAGE

RAPPORT DE STAGE NUMERIQUE : Aide-mémoire PREPARATION DU RAPPORT AU COURS DU STAGE Collège Denecourt de Bois Le Roi 3 ème STAGE DE DÉCOUVERTE D UN MILIEU PROFESSIONNEL (SÉQUENCES D OBSERVATION) RAPPORT DE STAGE NUMERIQUE : Aide-mémoire PREPARATION DU RAPPORT AU COURS DU STAGE La règle

Plus en détail

Rapport du Jury du Concours 2010 Épreuve Pratique d Algorithmique et de Programmation (EPAP)

Rapport du Jury du Concours 2010 Épreuve Pratique d Algorithmique et de Programmation (EPAP) Rapport du Jury du Concours 2010 Épreuve Pratique d Algorithmique et de Programmation (EPAP) Loris Marchal, Guillaume Melquion, Frédéric Tronel 21 juin 2011 Remarques générales à propos de l épreuve Organisation

Plus en détail

Modélisation aléatoire en fiabilité des logiciels

Modélisation aléatoire en fiabilité des logiciels collection Méthodes stochastiques appliquées dirigée par Nikolaos Limnios et Jacques Janssen La sûreté de fonctionnement des systèmes informatiques est aujourd hui un enjeu économique et sociétal majeur.

Plus en détail

Indications de défauts dans les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport intermédiaire 2014

Indications de défauts dans les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport intermédiaire 2014 2014 Indications de défauts dans les cuves des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 Rapport intermédiaire 2014 FANC-AFCN 16-12-2014 Table des matières 1. Introduction... 3 2. Historique... 3 3. Evolution des

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale V E R S I O N A V R I L 2 0 1 2 C E N T R E D E R E C H E R C H E C L I N I Q U E É T I E N N E - L E B E L D U C H U S Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à l intention des chercheurs

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

UV 1.4 : Bibliographie (20 heures) UV 2.4 Découverte de systèmes (60 heures) UV 3.4 Conception en phase avant-projet (60 heures)

UV 1.4 : Bibliographie (20 heures) UV 2.4 Découverte de systèmes (60 heures) UV 3.4 Conception en phase avant-projet (60 heures) [ Les projets ] Semestre 1 UV 1.4 : Bibliographie (eures) L étude bibliographique est abordée comme un exercice de recherche : lecture puis synthèse de documents techniques et scientifiques. Les objectifs

Plus en détail

Rédiger et administrer un questionnaire

Rédiger et administrer un questionnaire Rédiger et administrer un questionnaire Ce document constitue une adaptation, en traduction libre, de deux brochures distinctes : l une produite par l American Statistical Association (Designing a Questionnaire),

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Matériaux

SOMMAIRE Thématique : Matériaux SOMMAIRE Thématique : Matériaux Rubrique : Connaissances - Conception... 2 Rubrique : Essais... 7 Rubrique : Matériaux...11 1 SOMMAIRE Rubrique : Connaissances - Conception Connaître les matières plastiques...

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Introduction au datamining

Introduction au datamining Introduction au datamining Patrick Naïm janvier 2005 Définition Définition Historique Mot utilisé au départ par les statisticiens Le mot indiquait une utilisation intensive des données conduisant à des

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

Espace de probabilité, indépendance et probabilité conditionnelle

Espace de probabilité, indépendance et probabilité conditionnelle Chapter 2 Espace de probabilité, indépendance et probabilité conditionnelle Sommaire 2.1 Tribu et événements........................................... 15 2.2 Probabilité................................................

Plus en détail

SIMULATION HYBRIDE EN TEMPOREL D UNE CHAMBRE REVERBERANTE

SIMULATION HYBRIDE EN TEMPOREL D UNE CHAMBRE REVERBERANTE SIMULATION HYBRIDE EN TEMPOREL D UNE CHAMBRE REVERBERANTE Sébastien LALLECHERE - Pierre BONNET - Fatou DIOUF - Françoise PALADIAN LASMEA / UMR6602, 24 avenue des landais, 63177 Aubière pierre.bonnet@lasmea.univ-bpclermont.fr

Plus en détail

Ambassade de France en Afghanistan World Bank Ministry of Public Health. Hospital Management Training. Maintenance et logistique hospitalière

Ambassade de France en Afghanistan World Bank Ministry of Public Health. Hospital Management Training. Maintenance et logistique hospitalière Ambassade de France en Afghanistan World Bank Ministry of Public Health Hospital Management Training Maintenance et logistique hospitalière Olivier Vilain Assistance Publique Hôpitaux de Paris Janvier

Plus en détail

Mises en relief. Information supplémentaire relative au sujet traité. Souligne un point important à ne pas négliger.

Mises en relief. Information supplémentaire relative au sujet traité. Souligne un point important à ne pas négliger. Cet ouvrage est fondé sur les notes d un cours dispensé pendant quelques années à l Institut universitaire de technologie de Grenoble 2, au sein du Département statistique et informatique décisionnelle

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE 1 LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE Toute mission d Audit est réalisée en trois étapes essentielles: 1 ère étape : La préparation de la mission 2 ème étape : La réalisation de la mission 3 ème

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

En face du commanditaire, on met un chef de projet qui connait le domaine (banque, administration, etc.)

En face du commanditaire, on met un chef de projet qui connait le domaine (banque, administration, etc.) Atelier «Science du projet» séance 4 8 novembre 2008 Compte rendu 1. Sébastien Larribe : la méthode AGILE, méthode de gestion de projet Sébastien Larribe part de l hypothèse que des méthodes de conception,

Plus en détail

IBM Software Business Analytics. IBM Cognos FSR Automatisation du processus de reporting interne

IBM Software Business Analytics. IBM Cognos FSR Automatisation du processus de reporting interne IBM Software Business Analytics IBM Cognos FSR Automatisation du processus de reporting interne 2 IBM Cognos - FSR Automatisation des processus de reporting interne IBM Cognos Financial Statement Reporting

Plus en détail

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN STS M A T H S S T S Animation académique Taverny lundi 24 mars 2014 et Savigny sur Orge vendredi 28 mars 2014 PREMIERS REPÈRES Les programmes de STS ont été

Plus en détail

Jeudi 24 Novembre 2011 9h30 16h00 Réunion intermédiaire à Courmayeur, Italie. Ordre du jour

Jeudi 24 Novembre 2011 9h30 16h00 Réunion intermédiaire à Courmayeur, Italie. Ordre du jour Action 3 projet MASSA Objectif 2, Mesure 2.2 du programme ALCOTRA 2007 2013 Jeudi 24 Novembre 2011 9h30 16h00 Réunion intermédiaire à Courmayeur, Italie Partenaires Présents POLITO ; Marina Pirulli 3S

Plus en détail

LES METIERS DE LA SIMULATION EN ASTROPHYSIQUE

LES METIERS DE LA SIMULATION EN ASTROPHYSIQUE LES METIERS DE LA SIMULATION EN ASTROPHYSIQUE La simulation numérique subit une double évolution, à laquelle notre discipline doit s adapter : elle se professionnalise et elle se dissémine : - Dissémination

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

Introduction des progiciels intégrés dans les PME : évaluer les risques et compétences associés au projet

Introduction des progiciels intégrés dans les PME : évaluer les risques et compétences associés au projet Introduction des progiciels intégrés dans les PME : évaluer les risques et compétences associés au projet Mouna Ben Chouikha *, François Deltour **, Patrick Leconte **, André Mourrain **, * Laboratoire

Plus en détail

trigonométrie équations mécanique homographie vision pas ordinateur

trigonométrie équations mécanique homographie vision pas ordinateur robotique algorithmes simulation modélisation vecteurs géométrie analytique informatique cinématique inverse produit scalaire Rapport de stage trigonométrie équations mécanique Laboratoire Informatique

Plus en détail

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique Economies d'énergies dans les procédés agro-alimentaires : l'optimisation coût/qualité, un équilibre pas si facile à maîtriser Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Plus en détail

Convergence Grand public professionnelle

Convergence Grand public professionnelle Note de synthèse Convergence Grand public professionnelle Cette note synthétise les réflexions d une des tables rondes des entretiens Télécom de Mars 2006, organisés par Finaki. A cette table étaient à

Plus en détail

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES 51 Epreuve EP1 : ANALYSE ET COMMUNICATION TECHNOLOGIQUES UP1 Coefficient 4 Finalité et objectifs de l épreuve L épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à mobiliser

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation Le turbo met les gaz Les turbines en équation KWOK-KAI SO, BENT PHILLIPSEN, MAGNUS FISCHER La mécanique des fluides numérique CFD (Computational Fluid Dynamics) est aujourd hui un outil abouti de conception

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle ACTIVITÉS ET TÂCHES PROFESSIONNELLES Les activités professionnelles décrites ci-après, déclinées à partir des fonctions

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Science politique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Introduction à la relativité générale

Introduction à la relativité générale Introduction à la relativité générale Bartolomé Coll Systèmes de référence relativistes SYRTE - CNRS Observatoire de Paris Introduction à la Relativité Générale Préliminaires Caractère théorique (formation)

Plus en détail

Mathématiques et Océanographie

Mathématiques et Océanographie Mathématiques et Océanographie Anne-Laure Dalibard Département de mathématiques et applications École normale supérieure 20 avril 2011 Journées Académiques de l IREM de Nantes Plan Présentation rapide

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Université Paris-Dauphine

Université Paris-Dauphine Université Paris-Dauphine MBA Management Risques et Contrôle Responsabilité et management des performances L Université Paris-Dauphine est un établissement public d enseignement supérieur et de recherche,

Plus en détail

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012 Présentation du programme de physique-chimie de Terminale S applicable en septembre 2012 Nicolas Coppens nicolas.coppens@iufm.unistra.fr Comme en Seconde et en Première, le programme mélange la physique

Plus en détail

Archivage électronique et valeur probatoire

Archivage électronique et valeur probatoire Archivage électronique et valeur probatoire Livre blanc Archivage électronique et valeur probatoire Livre blanc 2 Sommaire 1 Introduction 3 2 Archive et archivage 5 2.1 Qu est-ce qu une archive? 5 2.2

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI

Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI Document de travail issu de la commission CTI-SMF-SMAI 1) Place des mathématiques actuellement dans le document de référence de la CTI Le document CTI - Références et Orientations n évoque pas explicitement

Plus en détail

Méthodes d apprentissage

Méthodes d apprentissage UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE FACULTÉ DES SCIENCES UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ MATHEMATISCH-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT Annexe au plan d études du BMed en médecine humaine Méthodes d apprentissage

Plus en détail

Simulation microscopique du trafic routier

Simulation microscopique du trafic routier Mepl-SITRA RGRA 813 23/12/02 10:38 Page 1 Simulation microscopique du trafic routier 14 1 Laurent BREHERAT Directeur général SODIT La simulation de trafic routier connaît un fort développement ces dernières

Plus en détail

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP Titre : SSNV14 - Traction biaxiale avec la loi e comport[...] Date : 17/02/2011 Page : 1/14 Manuel e Valiation Fascicule V6.04 : Statique non linéaire es structures volumiques Document V6.04.14 SSNV14

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Cours de bridge. Guillaume Lafon

Cours de bridge. Guillaume Lafon Cours de bridge Guillaume Lafon 1 Évaluer son jeu Pour évaluer son jeu, rien de plus simple! On compte d abord les honneurs : 4 points par as, 3 points par roi, 2 points par dame, et 1 point par valet.

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme

Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme * Fermettes + tuiles terre cuite = totale fiabilité en cas de séisme Le programme, lancé en 2009** et coordonné par FCBA, a pour objet d affiner les connaissances sur le comportement au séisme des habitats

Plus en détail

16 Fondements du pilotage

16 Fondements du pilotage $YDQWSURSRV Le pilotage des systèmes de production est un sujet qui revêt une importance grandissante, au fur et à mesure que l automatisation de ceux-ci d une part, la multiplication des contraintes de

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Calculer avec Sage. Revision : 417 du 1 er juillet 2010

Calculer avec Sage. Revision : 417 du 1 er juillet 2010 Calculer avec Sage Alexandre Casamayou Guillaume Connan Thierry Dumont Laurent Fousse François Maltey Matthias Meulien Marc Mezzarobba Clément Pernet Nicolas Thiéry Paul Zimmermann Revision : 417 du 1

Plus en détail

La crise économique vue par les salariés français

La crise économique vue par les salariés français La crise économique vue par les salariés français Étude du lien entre la performance sociale et le contexte socioéconomique Baggio, S. et Sutter, P.-E. La présente étude s intéresse au lien entre cette

Plus en détail

Les nombres entiers. Durée suggérée: 3 semaines

Les nombres entiers. Durée suggérée: 3 semaines Les nombres entiers Durée suggérée: 3 semaines Aperçu du module Orientation et contexte Pourquoi est-ce important? Dans le présent module, les élèves multiplieront et diviseront des nombres entiers concrètement,

Plus en détail

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Résumé du rapport de recherche destiné au Centre Alain Savary, INRP APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Martine Méheut, Olivier Prézeau INRP, Centre Alain Savary Apprendre la chimie en ZEP Résumé 1 Dans une perspective

Plus en détail

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Types de questions d examen Un examen en droit peut comporter plusieurs types de questions : à réponse courte, à développement,

Plus en détail