L'Appro'che Culturelle du Développement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'Appro'che Culturelle du Développement"

Transcription

1 UNESCO Décetmie mondiale du développement culturel CLTIDEC/CD.. i L'Appro'che Culturelle du Développement '. '>, Manuel de planification : principes et instruments j. J \.,.... " Paris, Juin 1997

2 l4-or334 UNESCO Décennie mondiale du développement culturel CLTIDEC/CD L'Approche Culturelle du Developpement Manuel de planification : principes et instruments Paris, Juin 1997

3 "La clarté de l'identité culturelle et sa continuité évolutive sont essentielles pour la création d'un cadre culturel intégré et intégrant, condition sine qua non de l'utilité et de l'efficacité d'institutions à la fois enracinées dans l'authenticité et la tradition et ouvertes à la modernité et au changement. L'identité culturelle est essentielle pour la confiance en soi nécessaire aux sociétés pour réaliser un développement endogène. L'absence d'un cadre culturel durable à cet égard tend à se traduire par une absence de confiance nationale et une fragmentation sociale, juxtaposant des élites occidentalisées et des majorités aliénées [...] Cette confiance en soi est indispensable si l'on veut créer un cadre culturel qui permettra à la modernisation d'être quelque chose de plus qu'un vernis d'occidentalisation" Ismail Serageldin Vice-Président de la Banque mondiale Culture and development in Africa, Vol. 1,

4 Table des matières abrégée INTRODUCTION: L'APPROCHE CULTURELLE DUDEVELOPPEMENT: UNE REPONSE A LA MONDIALISATION CHAPITRE I: STRATEGIES 1. Définitions et typologies 2. Mise en oeuvre des stratégies: les enseignements 3. La planification à l'ère de la mondialisation: les Rapports mondiaux 4. Conclusions 5. Propositions méthodologiques CHAPITRE II: TRA VAIL DE TERRAIN 6. Travail de terrain: les problèmes de base 7. Opérateurs de terrain: profil et formation 8. La communication entre les opérateurs de terrain et la communauté 9. Les conditions nécessaires à l'établissement de la communication 10.L'opérateur de terrain et les institutions de développement CHAPITRE III: PROJETS ETPROGRAMMES PARTIE 1: PREPARATION -ANALYSE 11.Stratégies-institutions-projets-travail de terrain 12.Identification/problématisation 13.Définition des groupes cibles et ébauche du projet 14.Faisabilité-acceptabilité 15.Discussion- coordination 16.Mise au point - finalisation du projet PARTIE II : MISE EN OEUVRE 17.Déconcentration/décentralisation 18.Faire ou faire faire (partenariat) 19.Souplesse de l'exécution 20. Suivi du projet PARTIE III: EVALUATION 2l.Méthodes d'évaluation 22.Nécessité de nouvelles méthodes 23.Conclusion: la culture, facteur ou fondement des projets et programmes CHAPITRE IV: ROLE DES INSTITUTIONS DE DEVELOPPEMENT: REFORME ETREMODELAGE 24.L'approche culturelle et les institutions de développement 25.Le processus de décision: problèmes à analyser 26.Nouveaux instruments pour le travail des institutions CONCLUSION GENERALE 3

5 Table des Matières Avant Propos Introduction: L'approche culturelle du développement-une réponse à la mondialisation 1. Pourquoi repenser le développement? 2. Nécessité d'une autre nouvelle approche du développement 3. La culture: secteur ou concept trans-sectoriel 4. Société "traditionnelle" ou "moderne" S. Diversité culturelle: un atout 6. Les "valeurs universelles", condition indispensable du développement? 7. Approche culturelle et condition des femmes 8. Quelles sont les valeurs du développement? 9. Culture, environnement et développement 1O. La mondialisation est-elle irrésistible? 11. Qu'est-ce que l'approche culturelle du développement? 12. Est-il possible de planifier une approche culturelle du développement? A. Transformer les processus de planification B. Transformer les stratégies 13. Les enjeux de l'approche culturelle du développement A. Analyser les cultures comme fondement, ressource ou mécanisme de rejet dans les processus de changement B. Adopter de nouvelles méthodes de planification CHAPITRE1 : STRATEGIES Introduction Définitions et typologies 1. Qu'est-ce qu'une stratégie de développement? 2. Types de documents stratégiques A. Documents d'orientation générale B. Rapports mondiaux 1. Mise en oeuvre des stratégies: les enseignements 1. Décennies des Nations Unies : à la recherche d'une stratégie mondiale de développement 2. La Stratégie des besoins essentiels de l'oit 3. Une stratégie inter-agences: la promotion des femmes A. Conférences précédentes et instruments normatifs B. PNUD : Rapport 1995 sur le développement humain C. Déclaration et Programme d'action de Pékin 4. Déclaration mondiale sur l'éducation pour tous et Plan d'action pour faire face aux besoins éducatifs fondamentaux (Jomtien, Thaïlande, 1990) 4

6 A. La dimension culturelle de l'éducation de base dans la Déclaration B. Le Plan d'action: "ajuster l'action aux situations et aux besoins" 5. Une Conférence pour l'action: le Sommet mondial sur le développement social, Copenhague, Une stratégie décennale pour le développement culturel: la Décennie mondiale du développement culturel ( ) II. Planification et situation internationale: les rapports mondiaux 1. Rapport de la Commission mondiale sur l'environnement et le développement: "Notre Avenir à Tous" 2. Rapport mondial sur le développement humain - PNUD Rapport préparatoire de la Conférence sur la population et la qualité de la vie (Le Caire, 1994) 4. "Apprendre :un trésor est caché dedans" - Commission internationale sur l'éducation au 21 0 siècle 5. Vers une stratégie culturelle du développement: "Notre diversité créatrice", rapport de la Commission mondiale de la culture et du développement.. III. Difficultés rencontrées et propositions 1. Résultats et limites 2. Principes pour la formulation de stratégies dans une approche culturelle et propositions méthodologiques A. Reconnaître la culture comme fondement et moteur du développement B. Principes fondamentaux et conditions de l'approche culturelle a. Perspective à long terme b. Approche intégrée c. Diversité d. Participation e. Prévision / Aléatoire C. Comment les stratégies de développement peuvent-elles refléter une approche culturelle? 3. Stratégies actuelles de développement : possibilités et limites 4. Plans d'action et Stratégies A. Au niveau national B. Implication de la société civile C. Limites des grands programmes d'action IV. Propositions méthodologiques 1. Etude des interactions fonctionnelles entre culture et développement 2. Les instruments de travail A. Modélisation a. But de l'exercice b. Principe et modalités de l'exercice c. Contenu B. Analyse dynamique de système a. Définition 5

7 b. Utilisations possibles de l'analyse de système C. Approche culturelle et système mondial D. Etude à long terme des cultures et des sociétés a. Nature et objet des études à long terme b. La méthode des scénarios c. Etudes prospectives E. Régularités et diversités culturelles F. Participation et stratégies de développement G. Prévision et reconnaissance de l'aléatoire Récapitulatif CHAPITRE II : TRA VAIL DE TERRAIN Introduction Les leçons de l'expérience 1. Travail de terrain: les problèmes cruciaux 1. La situation 2. Le défi 3. Principes d'action 4. Nature du travail de terrain 5. Qui sont les opérateurs de terrain? II. Profil et formation des opérateurs de terrain 1. Un préalable: l'auto-évaluation 2. Travailler avec les communautés locales: de la participation au partenariat A. Planification conjointe et participation B. Partenariat 3. La participation suffit-elle? Une réponse sans concession III. Communication entre l'opérateur de terrain et la communauté 1. Rôle de l'opérateur de terrain 2. De la diversité à la communication IV. Conditions d'établissement de la communication 1. "Faire connaissance" avec la culture locale A. Documentation préalable B. Apprendre à connaître la communauté C. Faire connaissance des gens D. Comment entrer en relation? 2. Information A. Construire un tableau "objectif' B. Indicateurs culturels du développement (situation) C. Informer les gens a. Sur-information 6

8 b. Décisions précipitées D. Se tenir infonné 3. Communication 4. Facilitation A. Soutenir le changement culturel B. Soutenir le processus de développement a. Encourager le débat b. La méthode des intérêts C. Médiation des conflits D. Définition des activités a. Les problèmes identifiés b. Les ressources locales c. Les changements attendus d. La participation durable e. Comment mesurer la participation? f. Revalorisation des ressources locales i. Soutien matériel ii. Technologies et savoir-faire E. Evaluation a. Indicateurs de résultats b. Evaluation participative V. L'opérateur de terrain et les institutions 1. Différences de critères 2. Pour une meilleure communication 3. Développer le rôle des opérateurs de terrain A. Mieux infonner les institutions B. Elargir les réseaux sur le terrain Conclusion Récapitulatif CHAPITRE III: PROJETSETPROGRAMMES Introduction 1. Rappels utiles pour l'approche culturelle des programmes et projets A. Définitions B. Différences importantes a. Projets sectoriels/locaux b. Programmes et projets d'envergure 2. Les préalables culturels a. Se situer par rapport au long tenne b. Adopter une approche intégrée c. Tenir compte des diversités culturelles d. Impliquer les populations dans le processus de développement e. Reconnaître les limites de la prévision 7

9 3. Les différentes fonnes de planification A. Types de planification (Rappel) a. La planification séquentielle b. La méthode du cycle de projet c. Planification descendante ou montante (top-downlbottom-up) : d. Projets détaillés/programmes cadres B. Phases ou fonctions a. Phasage b. Fonctions Conclusion Partie 1 : Préparation - analyse 1. Articulation: stratégies - institutions - projets- terrain II. Identification / problématisation 1. Remarques générales 2. Détennination des problèmes et besoins A. Identification des points critiques B. Complexité de la notion de besoin 3. Mobilisation des acteurs 4. Rôle des intervenants extérieurs A. Utilisation des analyses et données existantes B. Observation directe a. Missions d'experts b. Autres solutions possibles C. Collecte et traitement de données III. Détermination des groupes-cibles et ébauche de projet 1. Groupes-cibles 2. Ebauche du projet A Etude de pré-faisabilité B. Grandes lignes du projet IV. Faisabilité - Acceptabilité 1. Etude préalable A. Nouvelles méthodes d'évaluation préalable a. Evaluation rurale rapide (RRA) b. Evaluation par les bénéficiaires B. Grilles de critères et questionnaires d'acceptabilité a. Grilles de critères b. Questionnaires de recevabilité/acceptabilité i. Recevabilité ii. Acceptabilité 2. Etudes générales A. Deux études régionales 8

10 a. Populations indigènes et pauvreté en Amérique latine b. Afrique sub-saharienne : de la crise à la croissance durable B. Etudes de cas 3. Limites de ces instruments A. Méthodes rapides B. Grilles de critères C. Questionnaires 4. Un équilibre plus souhaitable A. L'analyse de validité sociale B. Evaluation rurale participative (PRA) C. Proposition du Guide de l'acdi : La participation comme processus continu v. Discussion/Concertation 1. Services centraux de décision 2. Services centraux/services décentralisés 3. Discussion sur le terrain 4. Consultation/Concertation A. Circuits institutionnels B. Discussion sur le terrain C. Une proposition novatrice: renforcer la planification montante VI. Mise au pointlfmalisation du projet 1. Fonnulation des objectifs A. Objectifs généraux B. Objectifs opérationnels 2. Planification par programmes/ projets/ objectifs A Planification par programmes a. But b. Structure des programmes c. Durée des programmes d. Programmation par pays B. Planification par projets C. Planification par objectifs 3. Voies et moyens A. Financement a. Dépenses de fonctionnement b. Rapport objectifs/moyens/résultats c. Modalités et volume des financements B. Moyens techniques et matériels 4. Décision Conclusion 9

11 Partie 2 : Mise en oeuvre Introduction 1. Rappel initial 2. Qu'est-ce que la mise en oeuvre? 3. L'approche culturelle dans la mise en oeuvre d'un projet 1. Centralisation / décentralisation 1. DéconcentrationlDécentralisation 2. Conditions de réussite II. Faire ou faire faire (partenariat) 1. Faire (réalisation directe) 2. Faire faire (partenariat) A. Formes possibles de partenariat B. Conditions du partenariat C. Autres partenariats souhaitables a. Institutions/ONGs b. Institutions/Société civile III. Souplesse de l'exécution 1. Mécanismes de financement A. Associer les populations à la gestion des crédits B. Souplesse budgétaire et contrepartie C. Comment assouplir les réglementations budgétaires? 2. Durée variable A. Temps du projet (ou "des planificateurs") B. Temps des populations C. Solutions possibles D. Rapport court terme/long terme IV. Suivi du projet (monitoring) 1. Utilité du suivi 2. Niveaux de responsabilité 3. Principaux points à observer et périodicité du suivi a. Pour les responsables institutionnels b. Pour les partenaires du projet 4. Instruments 5. Décisions à prendre 10

12 1. Suivi et évaluation 2. Remarques préliminaires 3. Contenu de l'évaluation Partie 3 : Evaluation J. Les méthodes 1. Evaluation préalable 2. Evaluations périodiques A. Evaluation au démarrage B. Evaluation à mi-parcours 3. Evaluation finale A. Les résultats d'un projet a Résultats matériels et non-matériels: méthode classique b. Explication des résultats c. Limites de l'évaluation des résultats B. Impact durable des projets a. Impact sur l'environnement b.impactéconomique C. Impact culturel du développement: simulation D. Les études en profondeur II. Nécessité de propositions nouvelles 1. L'évaluation continue A. L'évaluation concomitante B. L'évaluation comme processus 2. L'évaluation participative 3. L'élaboration de nouveaux instruments d'évaluation A. Analyse des coûts/avantages culturels et sociétaux a. Nécessité de l'analyse coûts/avantages b. Difficulté d'identifier les coûts/avantages culturels B. Cartographie des cultures a. Aires culturelles b. Régularités culturelles c. Difficultés de repérage des "ressemblances" culturelles d. Micro-géographie culturelle e. Macro-géographie culturelle C. Observatoires culturels du développement Conclusion générale: La culture comme facteur ou fondement des projets et programmes Projets et Programmes: Récapitulatif 11

13 CHAPITRE IV: ROLE DES INSTITUTIONS DE DEVELOPPEMENT: REFORMEETREMODELAGE Introduction: l'approche culturelle et les institutions de développement 1. La situation actuelle A. Approche culturelle et mandats spécifiques B. Des signes de changement 2. Problèmes méthodologiques A. Vision globale, divisions sectorielles B. Objectifs à long terme, politiques à moyen terme 1. Les processus de décision : problèmes à analyser 1. Le processus d'information/étude/décision A. La situation actuelle B. Propositions 2. Les institutions, systèmes de communication A. Consultation/décision B. Importance relative des problèmes budgétaires, administratifs et de développement humain C. Possibilités de discuter des variantes de planification D. Flux internes de directives et rétroaction E. Suivi/évaluation F. Auto-évaluation culturelle (intra-institutionnelle) G. Communication institutions/terrain a. Centralisation/décentralisation de la décision et des services b. "Remontée" de la demande 3. Communication inter-institutions II. Nouveaux instruments pour le travail des institutions 1. L'élaboration d'indicateurs culturel du développement A. Indicateurs du développement culturel B. Indicateurs qualitatifs du développement C. Indicateurs du développement humain 2. Faisabilité et utilité des indicateurs culturels du développement A. Peut-on quantifier les phénomènes culturels? B. Peut-on établir des indicateurs culturels du développement significatifs? C. Nature et rôle des indicateurs qualitatifs a. Croyances et rapport à la "nature" i. Le rapport au temps ii. Le rapport à l'environnement iii. Le rapport au corps et à l'alimentation b. Structures politiques, économiques et sociales D. Recherches à mener sur l'élaboration d'indicateurs culturels du développement. a. Indicateurs objectifs b. Indicateurs subjectifs. 12

14 3. Systématiser la "remontée" d'information sur les interactions, générales ou spécifiques, entre culture et développement A. L'effort institutionnel B. L'effort méthodologique 4. Repenser les modèles de planification A. La planification montante B. La planification transversale (thématique) C. Action-réflexion-projet D. Programmes-cadres et projets "en grappe" 5. Former les décideurs et agents des institutions de développement à l'approche culturelle de leurs tâches A. Qui former? B. Quelques expériences récentes C. Principes et grandes orientations du contenu et des modalités d'une formation à l'approche culturelle du développement Conclusion: Reinterprétation de l'intervention institutionnelle - passer du rôle d'acteur à celui de facilitateur Récapitulatif CONCLUSION GENERALE Bibliographie Liste des abréviations Liste des agents consultés Liste des encadrés Liste des figures Liste des tableaux 13

15 Remerciements Cinquième volume de la collection des publications de l'unesco "Culture et développement", ce livre a été rédigé par Claude Fabrizio avec la collaboration de Peter Snowdon, Naren Prasad et, pour la version préliminaire, Guiomar Alonso Cano. La recherche documentaire a été menée avec le concours de Guiomar Alonso Cano et de Madelon Cabooter. Nous remercions plus particulièrement les auteurs d'études réalisées pour le Manuel: Djarnshid Behnarn, Gabriel Carceles Breis, Bernard Clergerie, Denis Goulet, Khadija El Gour, Philippe Engelhard, la FLACSO, Samba Sarr, ainsi que, pour les commentaires et contributions, de Javier Albo, Richard Billsborrow, Robin Harger, Cynthia Hewitt de Alcantara, Arno Klausen and André Magnen. Au cours de la préparation de ce livre, une enquête par questionnaire et deux séries de consultations ont été menées, soit au cours d'entretiens directs soit sous forme de propositions et commentaires écrits, en coopération avec un large éventail de spécialistes et d'institutions, en particulier les Agences des Nations Unies. A cet égard, nous souhaiterions remercier tout particulièrement les agences dont l'apport intellectuel a puissamment stimulé notre recherche, notamment la Banque mondiale (Vice-Présidence pour le développement et l'environnement durable) le Siège et les coordinateurs résidents du PNUD, la FAO, le FIDA, le Programme alimentaire mondial, l'oms, le FNUAP, l'unrisd, l'und, le Corps commun d'inspection et les Commission économiques régionales des Nations Unies (ESCWA, ESCAP, etc. ). Nous voulons également remercier tous les autres experts et organisation qui nous ont apporté leur soutien dans ce travail, y compris bien évidement, nos collègues au siège de l'unesco. Nous voulons aussi exprimer notre gratitude à l'agence canadienne pour le développement international (ACDI), en particulier à M. Rémi-Claude Beaulieu, Conseiller principal pour les politiques sociales, et aux Professeurs Helgi et Glen Eyford, dont le soutien et l'apport intellectuel ont été déterminants pour la réalisation de ce projet dès l'origine. Enfin, nous aimerions remercier Mesdames Khalissa Ikhlef et Nadjia Ounini, qui ont assuré le secrétariat de ce travail. Maté Kovacs Chef, Section de la Dimension culturelle du développement Francis Childe Coordonnateur, Décennie mondiale du développement culturel 14

16 AVANT-PROPOS Le présent ouvrage fait suite à "la dimension culturelle du développement - vers une approche pratique" (UNESCO, ). Il représente le produit de la deuxième phase de l'un des projets.... phares de la Décennie mondiale du développement culturel, dont la phase suivante donnera lieu à l'expérimentation, dans des projets novateurs, des approches et instruments proposés ici. Après avoir posé les bases conceptuelles du travail (culture, développement, dimension culturelle du développement), le livre précédent montrait la nécessité de la prise en compte de cette dimension dans la réalisation du développement humain durable. L'évolution de la coopération internationale à cet égard était présentée ensuite; puis l'ouvrage identifiait l'impact et les fonctions culturelles du développement. Enfin, il indiquait des pistes de recherche à suivre pour permettre aux institutions d'aide au développement de fonder leur action sur une approche culturelle des situations et des problèmes. On peut dire sans exagérer que cet ouvrage a rencontré un grand intérêt, tant dans les grandes institutions internationales qu'auprès des experts; il a été vendu à plus de 3000 exemplaires, traduit en 7 langues, y compris l'arabe, le chinois, le mongol, le russe, etc. La question abordée aujourd'hui est de nature plus strictement méthodologique. Il s'agit de montrer comment les méthodes de travail des organismes et opérateurs engagés dans l'action pourraient enclencher un développement humain vraiment durable, en fondant leur réflexion et leur pratique sur une approche culturelle, tant au niveau des stratégies que de l'action institutionnelle, des programmes et projets et du travail de terrain. Une première version de ce texte, préparée de juillet 1994 à la fin janvier 1995, a été diffusée auprès de plus de 150 correspondants des institutions du système des Nations Unies, commissions économiques régionales et autres institutions de coopération multilatérale et bilatérale, banques régionales de développement, organisations non-gouvernementales, internationales et nationales et enfin chercheurs et experts spécialisés. En outre, des discussions directes ont eu lieu avec des responsables des institutions suivantes: UNICEF, PNUD, PAM, FAO, OMS, FIDA, ainsi qu'avec la Commission économique pour l'asie occidentale (ESCWA)

17 notamment. L'Agence canadienne pour le développement international de son côté a apporté une contribution scientifique importante au projet, sous la forme d'un guide de terrain: "Involving Culture - A fieldworker's Guide ta cultural/y-sensitive development", largement utilisé au Chapitre II du présent Manuel. Sur la base des résultats de cette consultation, il a été décidé de remanier et de compléter la version provisoire du texte, en tenant compte des points d'accord, critiques, propositions et suggestions très nombreuses qui avaient étés formulées. En premier lieu, l'utilité et le bien-fondé de l'ouvrage sont reconnus par tous les organismes et personnalités consultées. Une analyse inter-institutionnelle de ce type n'avait pas encore été réalisée. Certes, ont déjà été réalisés de nombreux Manuels de planification: Banque mondiale, Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Organisation internationale du travail (OIT), notamment. Mais la notion d'approche culturelle du développement n'avait pas encore été utilisée comme concept-clef pour mener une réflexion méthodologique sur le contenu, les objectifs, moyens et résultats du travail de développement. Quant aux critiques, observations et propositions formulées, elles présentent une grande diversité. Certaines peuvent même paraître contradictoires: ainsi entre les partisans d'un ouvrage pratique et facile à utiliser et les tenants d'un travail d'approfondissement conceptuel plus poussé. De même, certains opérateurs de terrain manifestent une grande réserve à l'égard de l'action institutionnelle, cependant que des lecteurs plus accoutumés à la logique institutionnelle considèrent l'hypothèse de l'approche culturelle comme peu opérationnelle et génératrice de complications techniques. De cet ensemble de remarques, on a retenu les propositions suivantes, concernant aussi bien la présentation matérielle de ce Manuel que ses analyses et propositions méthodologiques: 16

18 1. Nécessité de regrouper en un seul ouvrage les éléments, d'abord prévus pour une publication séparée, du Manuel de planification et du Guide de l'opérateur de terrain, afin d'assurer une meilleure compréhension de l'interdépendance des problèmes et des réponses méthodologiques. 2. Rappel dans l'introduction, de la discussion des concepts de base utilisés dans l'ouvrage précédent: culture, développement, dimension et approche culturelle du développement, qui prennent tout leur sens dans le contexte de la mondialisation; 3. Recherche systématique des termes de la compatibilité méthodologique entre logique institutionnelle et logique du «terrain» ; 4. Reprise et approfondissement des premières propositions méthodologiques esquissées dans la dernière partie du précédent ouvrage; 5. Application méthodique des principes de l'approche culturelle du développement à la définition et à l'évaluation des stratégies, de l'action des institutions, des programmes et projets et du travail de terrain. Cette tâche, longue et complexe, a été menée dans un double souci : d'une part, approfondir les éléments de méthode formulés précédemment et proposer, soit le renforcement ou la modification des instruments en usage, soit l'utilisation de méthodes peu ou pas employées dans le domaine du développement, soit, à partir des dysfonctionnements observés et de la persistance d'une compréhension insuffisante des situations de terrain, l'élaboration de méthodes et approches nouvelles. Ces propositions sont destinées, d'abord à permettre l'intégration des composantes culturelles, à toutes les étapes du travail des,. planificateurs, d'autre part et surtout, à ouvrir la voie d'une approche vraiment nouvelle de la planification du développement.; d'autre part, stimuler la réflexion et la discussion sur la nécessité de repenser les instruments pour redéfinir le contenu et les objectifs du développement. C'est sur cet aspect du travail qu'un effort particulier a été consenti. Au niveau conceptuel, il a d'abord été rappelé que les interactions entre cultures et développement représentent en réalité l'interface entre les cultures dites «traditionnelles» et le modèle culturel industriel, corrigé ou non, et la généralisation de l'économie de marché. Au niveau méthodologique, il a été proposé 17

19 de passer d'un modèle centralisateur et technicien, fondé sur la planification classique, à des méthodes plus diversifiées, plus souples et qui surtout ne soient plus regardées comme l'élément central d'un projet, mais la traduction administrative et budgétaire de l'intervention institutionnelle, adaptée aux situations sur lesquelles les pays, les populations, les communautés, se proposent d'agir par elles-mêmes, selon leurs propres besoins et, si elles en ressentent la nécessité, avec des concours extérieurs. Une série de propositions de méthode résultent de ce renversement de perspective: planification montante; participation continue des acteurs locaux du développement, tendant vers un partenariat équilibré extérieur/local; adaptation et diversification des modalités et cheminements vers le changement, réévaluation des calendriers d'action; transformation des programmes et projets en plans-cadres, dans lesquels viendront s'inscrire des initiatives de dimension plus réduite, mais plus nombreuses et vraiment issues de la base. Au moment où, sous des formes diverses, on s'interroge de plus en plus, au sein des Nations Unies et dans toutes les institutions du système, sur la redynamisation des efforts de tous les pays pour changer leur destin économique, social et humain, ces propositions ne prétendent pas apporter des réponses toutes faites, mais visent à montrer que des possibilités existent, même si elles sont loin de représenter la pratique générale et même les avancées méthodologiques les plus récentes. Elles devront donc ouvrir la voie à une réflexion approfondie sur les concepts et les instruments de la planification, telle qu'elle demeure en vigueur pour l'essentiel, à une discussion inter-agences et à une expérimentation dans des projets et initiatives de développement en préparation ou en cours de réalisation. 18

20 PREFACE Au début des années 1980, la conception prédominante du développement, non seulement dans les agences de coopération bilatérale et multilatérale, mais également dans nombre de ministères nationaux du développement, ne laissait guère de place à la culture. L'économie était la réalité; la culture était quelque chose de différent. L'économie était tangible, la culture intangible. L'idée que la culture peut contribuer aux stratégies de développement aurait été considérée comme irréaliste. La crise que traversent à la fois pays industrialisés et pays en développement pose cependant des questions sur l'ensemble des modes de conception et de mise en oeuvre du développement. Dans les pays en développement, la politique de croissance de style "nordiste" et le progrès technologique de style occidental n'ont pas été vraiment "payants". Pire encore, les coûts sociaux de cette course à la croissance et du "Saint Graal" de la modernisation se révèlent exorbitants: exode rural, marginalisation de la paysannerie, urbanisation galopante, marée des bidonvilles, chômage de masse et pauvreté croissante, pour ne citer que les problèmes les plus évidents. La crise économique dans le "Sud", qui secoue aussi de nombreuses sociétés industrielles, ébranle la crédibilité d'un modèle qui, pendant trente ans, a été recommandé avec insistance aux pays en développement et aux pays les moins développés, selon la définition du Rapport du PNUD sur le développement humain. Au surplus, les atteintes écologiques causées par l'industrialisation rapide, motivée par la recherche de la rentabilité à court terme, basée sur l'exploitation des matières premières non renouvelables et suivie d'une pollution massive, oblige aussi à un réexamen de l'opportunité de transférer un modèle de développement qui peut causer des dommages aussi si graves. Au total, les modes de production et de consommation pratiqués dans le "Nord" et le gaspillage auquel ils peuvent aboutir, peuvent difficilement être proposés aux autres continents, qui sont eux-mêmes confrontés à des défis sociaux et écologiques sans précédent. Ils ne peuvent non plus s'appliquer à l'ensemble de la planète - sans porter irrémédiablement atteinte à la biosphère. 19

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Introduction

Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Introduction Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Recueillir les réflexions des Gouvernement nationaux en préparation de la contribution du Secrétaire Général au groupe de travail ouvert sur

Plus en détail

Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation

Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation RÉUNION DE LA REVUE DE LA STRATÉGIE DE L ITIE, HENLEY, 11-12 AVRIL 2012 Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation Secrétariat international de l ITIE Oslo, 4 avril

Plus en détail

Budgétisation et gestion financière

Budgétisation et gestion financière Budgétisation et gestion financière PRATIQUE RECOMMANDÉE DE LA GFOA Planification financière à long terme (2009) (BUDGET) Contexte. La planification financière à long terme combine les prévisions financières

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Aperçu et raison d être du programme d études

Aperçu et raison d être du programme d études Section I Section I - Aperçu et raison d être du programme Aperçu et raison d être du programme d études Contexte Le cours Carrière et vie 2231 s inspire, du point de vue conceptuel, philosophique et pratique,

Plus en détail

Appel à Manifestation d'intérêt

Appel à Manifestation d'intérêt AfricaInteract : Renforcement des liens entre la recherche et les décideurs politiques pour l'adaptation au changement climatique en Afrique Appel à Manifestation d'intérêt Recrutement d'un expert pour

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1 APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS - SEPIA 1 SOMMAIRE MODULE 1 «ENTRETIEN APPROFONDI ET CONTRACTUALISATION» MODULE 2 «INTERETS, MOTIVATIONS ET VALEURS» MODULE 3 «COMPETENCES» MODULE 4 «METHODOLOGIE

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

L Education à la Santé : quelle intégration au sein de la formation initiale des enseignants?

L Education à la Santé : quelle intégration au sein de la formation initiale des enseignants? L Education à la Santé : quelle intégration au sein de la formation initiale des enseignants? Colloque UNIRèS «Education à la santé et complexité : Recherche, formation, pratiques» Atelier 3 : Pistes pour

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Domaine : Le management CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015

Domaine : Le management CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015 Domaine : Le management CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015 Sous -domaine : Le management stratégique Sous-domaine : Le management Management : concept, définitions et outils -Connaitre les principes, les

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable Conseil ÉDUCATIO, JEUESSE, CULTURE ET SPORT Bruxelles, 21 mai 2014 Le Conseil

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Adoptée par le Conseil d administration le 15 mai 2008 par sa résolution CA-265-2647, mise à jour le 15 novembre 2012 par la résolution CA-301-3112 1. PRÉAMBULE Alors

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI)

TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI) TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI) 1) Contexte général La phase I du projet Risques Naturels (RN-COI) a été financée par l

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION. «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain»

NOTE DE PRESENTATION. «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain» NOTE DE PRESENTATION SEMINAIRE - ATELIER SUR LE THEME : «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain» CONTEXTE ET ENJEUX Le bilan de plusieurs décennies d assistance et plus précisément, de

Plus en détail

Plan d'action de la 2ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe

Plan d'action de la 2ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe Plan d'action de la ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe 1. Objectifs Sur le long terme, le projet vise à consolider une démarche

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Les Jeunes, Acteurs du Développement

Les Jeunes, Acteurs du Développement Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Les Jeunes, Acteurs du Développement Le dialogue et la compréhension mutuelle Note conceptuelle UNFPA Tunis (Tunisie), 8-10

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Forum African sur la Gouvernance de l Internet (AfIGF) http://afigf.uneca.org/ Termes de références Septembre 2012 Historique S inspirant des Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations Unies

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO

FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO NOTE CONCEPTUELLE FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO 1 INTRODUCTION Le Centre pour les Energies Renouvelables et l'efficacité Energétique de la CEDEAO (CEREEC) a lancé en 2013 un programme phare

Plus en détail

Tableau de Bord du Réseau Graine Midi Pyrénées

Tableau de Bord du Réseau Graine Midi Pyrénées Tableau de Bord du Réseau Graine Midi Pyrénées Un outil de connaissance et de suivi du réseau EE de Midi Pyrénées Contexte / Enjeux : Le contexte actuel, dans lequel, l environnement prend une place de

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale pour la grande orientation C8

Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale pour la grande orientation C8 Préparé par le Secrétariat de l UNESCO Réunion de consultation sur la Grande orientation C8, SMSI, 12 mai, Genève, Suisse Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET.

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET. Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE Article premier OBJET La présente annexe a pour objet de donner des lignes directrices et d'indiquer les

Plus en détail

Indorama Ventures Public Company Limited

Indorama Ventures Public Company Limited Indorama Ventures Public Company Limited Politique d administration d'entreprise (Approuvé par le Conseil d'administration du No.1/2009 en date du 29 septembre 2009) MESSAGE DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL

Plus en détail

GERER DES PROBLEMES. Marc Thiébaud. Novembre 2005

GERER DES PROBLEMES. Marc Thiébaud. Novembre 2005 www.forres.ch Séminaire de base GERER DES PROBLEMES Marc Thiébaud Novembre 2005 «Un problème, c'est un défi à surmonter. Mais c'est surtout un défi que l'on se crée, car il n'est pas simplement posé, il

Plus en détail

Référentiel projet QualiForma (AUF/Bureau Maghreb) 1/7

Référentiel projet QualiForma (AUF/Bureau Maghreb) 1/7 Annexe 1 : Référentiel des compétences L amélioration de la qualité de l enseignement supérieur et de la recherche constitue de nos jours une préoccupation majeure des différents acteurs. Cette amélioration

Plus en détail

CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES

CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE Introduction page 2 I - Objectifs du COE page 2 II - Description de la prestation page 2 III - Modalités de réalisation

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

Géographie et développement durable en classe de 5 ème. Compte-rendu de la conférence de Gérard Granier, 12 novembre 2009.

Géographie et développement durable en classe de 5 ème. Compte-rendu de la conférence de Gérard Granier, 12 novembre 2009. Géographie et développement durable en classe de 5 ème. Compte-rendu de la conférence de Gérard Granier, 12 novembre 2009. Introduction : Plan de la conférence. I) Qu'est-ce que le développement durable

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Niveau du poste Titre du poste Représentant à Bangui du Fonds fiduciaire européen pour la République Centrafricaine ("Fonds Bêkou")

Niveau du poste Titre du poste Représentant à Bangui du Fonds fiduciaire européen pour la République Centrafricaine (Fonds Bêkou) Ref. Ares(2015)2852973-07/07/2015 COMMISSION EUROPÉENNE Formulaire de description de poste Version descriptive du poste (Active) Poste no. Titulaire du poste Nom Profil du poste Position du poste AGENT

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie.

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Eléments de réflexion pour répondre à la consultation de la Commission européenne 1. Remarque préliminaire

Plus en détail

EUROPAID/119860/C/SV/multi. Identification et formulation du projet d'appui à la politique de santé à financer sur les ressources du PIN 10 ème FED

EUROPAID/119860/C/SV/multi. Identification et formulation du projet d'appui à la politique de santé à financer sur les ressources du PIN 10 ème FED EUROPAID/119860/C/SV/multi Identification et formulation du projet d'appui à la politique de santé à financer sur les ressources du PIN 10 ème FED LOT N 8 DEMANDE N 2009/201619/1 TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ Rappelant les réalisations du Document de Nara de 1994 sur l authenticité dans l établissement des principes

Plus en détail

1.2.2. Accompagnement du salarié dans l atteinte de ses objectifs

1.2.2. Accompagnement du salarié dans l atteinte de ses objectifs LA GESTION DU RENDEMENT Plan Introduction 1.1. Définition 1.2. Gestion du rendement dans une entreprise 1.2.1. Étapes d un processus de gestion du rendement 1.2.2. Accompagnement du salarié dans l atteinte

Plus en détail

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards)

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Avant propos sur les tableaux de bord Le tableau de bord est l instrument sans qui tout démarche de progrès est impensable, comment assurer un jugement

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

L ENTRETIEN INDIVIDUEL

L ENTRETIEN INDIVIDUEL L ENTRETIEN INDIVIDUEL 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L entretien individuel est une technique de recueil de l information qui se déroule dans une relation de face-à-face entre l évaluateur

Plus en détail

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE COMTÉ DE RIVIERE-DU-LOUP RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS

Plus en détail