L'Appro'che Culturelle du Développement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'Appro'che Culturelle du Développement"

Transcription

1 UNESCO Décetmie mondiale du développement culturel CLTIDEC/CD.. i L'Appro'che Culturelle du Développement '. '>, Manuel de planification : principes et instruments j. J \.,.... " Paris, Juin 1997

2 l4-or334 UNESCO Décennie mondiale du développement culturel CLTIDEC/CD L'Approche Culturelle du Developpement Manuel de planification : principes et instruments Paris, Juin 1997

3 "La clarté de l'identité culturelle et sa continuité évolutive sont essentielles pour la création d'un cadre culturel intégré et intégrant, condition sine qua non de l'utilité et de l'efficacité d'institutions à la fois enracinées dans l'authenticité et la tradition et ouvertes à la modernité et au changement. L'identité culturelle est essentielle pour la confiance en soi nécessaire aux sociétés pour réaliser un développement endogène. L'absence d'un cadre culturel durable à cet égard tend à se traduire par une absence de confiance nationale et une fragmentation sociale, juxtaposant des élites occidentalisées et des majorités aliénées [...] Cette confiance en soi est indispensable si l'on veut créer un cadre culturel qui permettra à la modernisation d'être quelque chose de plus qu'un vernis d'occidentalisation" Ismail Serageldin Vice-Président de la Banque mondiale Culture and development in Africa, Vol. 1,

4 Table des matières abrégée INTRODUCTION: L'APPROCHE CULTURELLE DUDEVELOPPEMENT: UNE REPONSE A LA MONDIALISATION CHAPITRE I: STRATEGIES 1. Définitions et typologies 2. Mise en oeuvre des stratégies: les enseignements 3. La planification à l'ère de la mondialisation: les Rapports mondiaux 4. Conclusions 5. Propositions méthodologiques CHAPITRE II: TRA VAIL DE TERRAIN 6. Travail de terrain: les problèmes de base 7. Opérateurs de terrain: profil et formation 8. La communication entre les opérateurs de terrain et la communauté 9. Les conditions nécessaires à l'établissement de la communication 10.L'opérateur de terrain et les institutions de développement CHAPITRE III: PROJETS ETPROGRAMMES PARTIE 1: PREPARATION -ANALYSE 11.Stratégies-institutions-projets-travail de terrain 12.Identification/problématisation 13.Définition des groupes cibles et ébauche du projet 14.Faisabilité-acceptabilité 15.Discussion- coordination 16.Mise au point - finalisation du projet PARTIE II : MISE EN OEUVRE 17.Déconcentration/décentralisation 18.Faire ou faire faire (partenariat) 19.Souplesse de l'exécution 20. Suivi du projet PARTIE III: EVALUATION 2l.Méthodes d'évaluation 22.Nécessité de nouvelles méthodes 23.Conclusion: la culture, facteur ou fondement des projets et programmes CHAPITRE IV: ROLE DES INSTITUTIONS DE DEVELOPPEMENT: REFORME ETREMODELAGE 24.L'approche culturelle et les institutions de développement 25.Le processus de décision: problèmes à analyser 26.Nouveaux instruments pour le travail des institutions CONCLUSION GENERALE 3

5 Table des Matières Avant Propos Introduction: L'approche culturelle du développement-une réponse à la mondialisation 1. Pourquoi repenser le développement? 2. Nécessité d'une autre nouvelle approche du développement 3. La culture: secteur ou concept trans-sectoriel 4. Société "traditionnelle" ou "moderne" S. Diversité culturelle: un atout 6. Les "valeurs universelles", condition indispensable du développement? 7. Approche culturelle et condition des femmes 8. Quelles sont les valeurs du développement? 9. Culture, environnement et développement 1O. La mondialisation est-elle irrésistible? 11. Qu'est-ce que l'approche culturelle du développement? 12. Est-il possible de planifier une approche culturelle du développement? A. Transformer les processus de planification B. Transformer les stratégies 13. Les enjeux de l'approche culturelle du développement A. Analyser les cultures comme fondement, ressource ou mécanisme de rejet dans les processus de changement B. Adopter de nouvelles méthodes de planification CHAPITRE1 : STRATEGIES Introduction Définitions et typologies 1. Qu'est-ce qu'une stratégie de développement? 2. Types de documents stratégiques A. Documents d'orientation générale B. Rapports mondiaux 1. Mise en oeuvre des stratégies: les enseignements 1. Décennies des Nations Unies : à la recherche d'une stratégie mondiale de développement 2. La Stratégie des besoins essentiels de l'oit 3. Une stratégie inter-agences: la promotion des femmes A. Conférences précédentes et instruments normatifs B. PNUD : Rapport 1995 sur le développement humain C. Déclaration et Programme d'action de Pékin 4. Déclaration mondiale sur l'éducation pour tous et Plan d'action pour faire face aux besoins éducatifs fondamentaux (Jomtien, Thaïlande, 1990) 4

6 A. La dimension culturelle de l'éducation de base dans la Déclaration B. Le Plan d'action: "ajuster l'action aux situations et aux besoins" 5. Une Conférence pour l'action: le Sommet mondial sur le développement social, Copenhague, Une stratégie décennale pour le développement culturel: la Décennie mondiale du développement culturel ( ) II. Planification et situation internationale: les rapports mondiaux 1. Rapport de la Commission mondiale sur l'environnement et le développement: "Notre Avenir à Tous" 2. Rapport mondial sur le développement humain - PNUD Rapport préparatoire de la Conférence sur la population et la qualité de la vie (Le Caire, 1994) 4. "Apprendre :un trésor est caché dedans" - Commission internationale sur l'éducation au 21 0 siècle 5. Vers une stratégie culturelle du développement: "Notre diversité créatrice", rapport de la Commission mondiale de la culture et du développement.. III. Difficultés rencontrées et propositions 1. Résultats et limites 2. Principes pour la formulation de stratégies dans une approche culturelle et propositions méthodologiques A. Reconnaître la culture comme fondement et moteur du développement B. Principes fondamentaux et conditions de l'approche culturelle a. Perspective à long terme b. Approche intégrée c. Diversité d. Participation e. Prévision / Aléatoire C. Comment les stratégies de développement peuvent-elles refléter une approche culturelle? 3. Stratégies actuelles de développement : possibilités et limites 4. Plans d'action et Stratégies A. Au niveau national B. Implication de la société civile C. Limites des grands programmes d'action IV. Propositions méthodologiques 1. Etude des interactions fonctionnelles entre culture et développement 2. Les instruments de travail A. Modélisation a. But de l'exercice b. Principe et modalités de l'exercice c. Contenu B. Analyse dynamique de système a. Définition 5

7 b. Utilisations possibles de l'analyse de système C. Approche culturelle et système mondial D. Etude à long terme des cultures et des sociétés a. Nature et objet des études à long terme b. La méthode des scénarios c. Etudes prospectives E. Régularités et diversités culturelles F. Participation et stratégies de développement G. Prévision et reconnaissance de l'aléatoire Récapitulatif CHAPITRE II : TRA VAIL DE TERRAIN Introduction Les leçons de l'expérience 1. Travail de terrain: les problèmes cruciaux 1. La situation 2. Le défi 3. Principes d'action 4. Nature du travail de terrain 5. Qui sont les opérateurs de terrain? II. Profil et formation des opérateurs de terrain 1. Un préalable: l'auto-évaluation 2. Travailler avec les communautés locales: de la participation au partenariat A. Planification conjointe et participation B. Partenariat 3. La participation suffit-elle? Une réponse sans concession III. Communication entre l'opérateur de terrain et la communauté 1. Rôle de l'opérateur de terrain 2. De la diversité à la communication IV. Conditions d'établissement de la communication 1. "Faire connaissance" avec la culture locale A. Documentation préalable B. Apprendre à connaître la communauté C. Faire connaissance des gens D. Comment entrer en relation? 2. Information A. Construire un tableau "objectif' B. Indicateurs culturels du développement (situation) C. Informer les gens a. Sur-information 6

8 b. Décisions précipitées D. Se tenir infonné 3. Communication 4. Facilitation A. Soutenir le changement culturel B. Soutenir le processus de développement a. Encourager le débat b. La méthode des intérêts C. Médiation des conflits D. Définition des activités a. Les problèmes identifiés b. Les ressources locales c. Les changements attendus d. La participation durable e. Comment mesurer la participation? f. Revalorisation des ressources locales i. Soutien matériel ii. Technologies et savoir-faire E. Evaluation a. Indicateurs de résultats b. Evaluation participative V. L'opérateur de terrain et les institutions 1. Différences de critères 2. Pour une meilleure communication 3. Développer le rôle des opérateurs de terrain A. Mieux infonner les institutions B. Elargir les réseaux sur le terrain Conclusion Récapitulatif CHAPITRE III: PROJETSETPROGRAMMES Introduction 1. Rappels utiles pour l'approche culturelle des programmes et projets A. Définitions B. Différences importantes a. Projets sectoriels/locaux b. Programmes et projets d'envergure 2. Les préalables culturels a. Se situer par rapport au long tenne b. Adopter une approche intégrée c. Tenir compte des diversités culturelles d. Impliquer les populations dans le processus de développement e. Reconnaître les limites de la prévision 7

9 3. Les différentes fonnes de planification A. Types de planification (Rappel) a. La planification séquentielle b. La méthode du cycle de projet c. Planification descendante ou montante (top-downlbottom-up) : d. Projets détaillés/programmes cadres B. Phases ou fonctions a. Phasage b. Fonctions Conclusion Partie 1 : Préparation - analyse 1. Articulation: stratégies - institutions - projets- terrain II. Identification / problématisation 1. Remarques générales 2. Détennination des problèmes et besoins A. Identification des points critiques B. Complexité de la notion de besoin 3. Mobilisation des acteurs 4. Rôle des intervenants extérieurs A. Utilisation des analyses et données existantes B. Observation directe a. Missions d'experts b. Autres solutions possibles C. Collecte et traitement de données III. Détermination des groupes-cibles et ébauche de projet 1. Groupes-cibles 2. Ebauche du projet A Etude de pré-faisabilité B. Grandes lignes du projet IV. Faisabilité - Acceptabilité 1. Etude préalable A. Nouvelles méthodes d'évaluation préalable a. Evaluation rurale rapide (RRA) b. Evaluation par les bénéficiaires B. Grilles de critères et questionnaires d'acceptabilité a. Grilles de critères b. Questionnaires de recevabilité/acceptabilité i. Recevabilité ii. Acceptabilité 2. Etudes générales A. Deux études régionales 8

10 a. Populations indigènes et pauvreté en Amérique latine b. Afrique sub-saharienne : de la crise à la croissance durable B. Etudes de cas 3. Limites de ces instruments A. Méthodes rapides B. Grilles de critères C. Questionnaires 4. Un équilibre plus souhaitable A. L'analyse de validité sociale B. Evaluation rurale participative (PRA) C. Proposition du Guide de l'acdi : La participation comme processus continu v. Discussion/Concertation 1. Services centraux de décision 2. Services centraux/services décentralisés 3. Discussion sur le terrain 4. Consultation/Concertation A. Circuits institutionnels B. Discussion sur le terrain C. Une proposition novatrice: renforcer la planification montante VI. Mise au pointlfmalisation du projet 1. Fonnulation des objectifs A. Objectifs généraux B. Objectifs opérationnels 2. Planification par programmes/ projets/ objectifs A Planification par programmes a. But b. Structure des programmes c. Durée des programmes d. Programmation par pays B. Planification par projets C. Planification par objectifs 3. Voies et moyens A. Financement a. Dépenses de fonctionnement b. Rapport objectifs/moyens/résultats c. Modalités et volume des financements B. Moyens techniques et matériels 4. Décision Conclusion 9

11 Partie 2 : Mise en oeuvre Introduction 1. Rappel initial 2. Qu'est-ce que la mise en oeuvre? 3. L'approche culturelle dans la mise en oeuvre d'un projet 1. Centralisation / décentralisation 1. DéconcentrationlDécentralisation 2. Conditions de réussite II. Faire ou faire faire (partenariat) 1. Faire (réalisation directe) 2. Faire faire (partenariat) A. Formes possibles de partenariat B. Conditions du partenariat C. Autres partenariats souhaitables a. Institutions/ONGs b. Institutions/Société civile III. Souplesse de l'exécution 1. Mécanismes de financement A. Associer les populations à la gestion des crédits B. Souplesse budgétaire et contrepartie C. Comment assouplir les réglementations budgétaires? 2. Durée variable A. Temps du projet (ou "des planificateurs") B. Temps des populations C. Solutions possibles D. Rapport court terme/long terme IV. Suivi du projet (monitoring) 1. Utilité du suivi 2. Niveaux de responsabilité 3. Principaux points à observer et périodicité du suivi a. Pour les responsables institutionnels b. Pour les partenaires du projet 4. Instruments 5. Décisions à prendre 10

12 1. Suivi et évaluation 2. Remarques préliminaires 3. Contenu de l'évaluation Partie 3 : Evaluation J. Les méthodes 1. Evaluation préalable 2. Evaluations périodiques A. Evaluation au démarrage B. Evaluation à mi-parcours 3. Evaluation finale A. Les résultats d'un projet a Résultats matériels et non-matériels: méthode classique b. Explication des résultats c. Limites de l'évaluation des résultats B. Impact durable des projets a. Impact sur l'environnement b.impactéconomique C. Impact culturel du développement: simulation D. Les études en profondeur II. Nécessité de propositions nouvelles 1. L'évaluation continue A. L'évaluation concomitante B. L'évaluation comme processus 2. L'évaluation participative 3. L'élaboration de nouveaux instruments d'évaluation A. Analyse des coûts/avantages culturels et sociétaux a. Nécessité de l'analyse coûts/avantages b. Difficulté d'identifier les coûts/avantages culturels B. Cartographie des cultures a. Aires culturelles b. Régularités culturelles c. Difficultés de repérage des "ressemblances" culturelles d. Micro-géographie culturelle e. Macro-géographie culturelle C. Observatoires culturels du développement Conclusion générale: La culture comme facteur ou fondement des projets et programmes Projets et Programmes: Récapitulatif 11

13 CHAPITRE IV: ROLE DES INSTITUTIONS DE DEVELOPPEMENT: REFORMEETREMODELAGE Introduction: l'approche culturelle et les institutions de développement 1. La situation actuelle A. Approche culturelle et mandats spécifiques B. Des signes de changement 2. Problèmes méthodologiques A. Vision globale, divisions sectorielles B. Objectifs à long terme, politiques à moyen terme 1. Les processus de décision : problèmes à analyser 1. Le processus d'information/étude/décision A. La situation actuelle B. Propositions 2. Les institutions, systèmes de communication A. Consultation/décision B. Importance relative des problèmes budgétaires, administratifs et de développement humain C. Possibilités de discuter des variantes de planification D. Flux internes de directives et rétroaction E. Suivi/évaluation F. Auto-évaluation culturelle (intra-institutionnelle) G. Communication institutions/terrain a. Centralisation/décentralisation de la décision et des services b. "Remontée" de la demande 3. Communication inter-institutions II. Nouveaux instruments pour le travail des institutions 1. L'élaboration d'indicateurs culturel du développement A. Indicateurs du développement culturel B. Indicateurs qualitatifs du développement C. Indicateurs du développement humain 2. Faisabilité et utilité des indicateurs culturels du développement A. Peut-on quantifier les phénomènes culturels? B. Peut-on établir des indicateurs culturels du développement significatifs? C. Nature et rôle des indicateurs qualitatifs a. Croyances et rapport à la "nature" i. Le rapport au temps ii. Le rapport à l'environnement iii. Le rapport au corps et à l'alimentation b. Structures politiques, économiques et sociales D. Recherches à mener sur l'élaboration d'indicateurs culturels du développement. a. Indicateurs objectifs b. Indicateurs subjectifs. 12

14 3. Systématiser la "remontée" d'information sur les interactions, générales ou spécifiques, entre culture et développement A. L'effort institutionnel B. L'effort méthodologique 4. Repenser les modèles de planification A. La planification montante B. La planification transversale (thématique) C. Action-réflexion-projet D. Programmes-cadres et projets "en grappe" 5. Former les décideurs et agents des institutions de développement à l'approche culturelle de leurs tâches A. Qui former? B. Quelques expériences récentes C. Principes et grandes orientations du contenu et des modalités d'une formation à l'approche culturelle du développement Conclusion: Reinterprétation de l'intervention institutionnelle - passer du rôle d'acteur à celui de facilitateur Récapitulatif CONCLUSION GENERALE Bibliographie Liste des abréviations Liste des agents consultés Liste des encadrés Liste des figures Liste des tableaux 13

15 Remerciements Cinquième volume de la collection des publications de l'unesco "Culture et développement", ce livre a été rédigé par Claude Fabrizio avec la collaboration de Peter Snowdon, Naren Prasad et, pour la version préliminaire, Guiomar Alonso Cano. La recherche documentaire a été menée avec le concours de Guiomar Alonso Cano et de Madelon Cabooter. Nous remercions plus particulièrement les auteurs d'études réalisées pour le Manuel: Djarnshid Behnarn, Gabriel Carceles Breis, Bernard Clergerie, Denis Goulet, Khadija El Gour, Philippe Engelhard, la FLACSO, Samba Sarr, ainsi que, pour les commentaires et contributions, de Javier Albo, Richard Billsborrow, Robin Harger, Cynthia Hewitt de Alcantara, Arno Klausen and André Magnen. Au cours de la préparation de ce livre, une enquête par questionnaire et deux séries de consultations ont été menées, soit au cours d'entretiens directs soit sous forme de propositions et commentaires écrits, en coopération avec un large éventail de spécialistes et d'institutions, en particulier les Agences des Nations Unies. A cet égard, nous souhaiterions remercier tout particulièrement les agences dont l'apport intellectuel a puissamment stimulé notre recherche, notamment la Banque mondiale (Vice-Présidence pour le développement et l'environnement durable) le Siège et les coordinateurs résidents du PNUD, la FAO, le FIDA, le Programme alimentaire mondial, l'oms, le FNUAP, l'unrisd, l'und, le Corps commun d'inspection et les Commission économiques régionales des Nations Unies (ESCWA, ESCAP, etc. ). Nous voulons également remercier tous les autres experts et organisation qui nous ont apporté leur soutien dans ce travail, y compris bien évidement, nos collègues au siège de l'unesco. Nous voulons aussi exprimer notre gratitude à l'agence canadienne pour le développement international (ACDI), en particulier à M. Rémi-Claude Beaulieu, Conseiller principal pour les politiques sociales, et aux Professeurs Helgi et Glen Eyford, dont le soutien et l'apport intellectuel ont été déterminants pour la réalisation de ce projet dès l'origine. Enfin, nous aimerions remercier Mesdames Khalissa Ikhlef et Nadjia Ounini, qui ont assuré le secrétariat de ce travail. Maté Kovacs Chef, Section de la Dimension culturelle du développement Francis Childe Coordonnateur, Décennie mondiale du développement culturel 14

16 AVANT-PROPOS Le présent ouvrage fait suite à "la dimension culturelle du développement - vers une approche pratique" (UNESCO, ). Il représente le produit de la deuxième phase de l'un des projets.... phares de la Décennie mondiale du développement culturel, dont la phase suivante donnera lieu à l'expérimentation, dans des projets novateurs, des approches et instruments proposés ici. Après avoir posé les bases conceptuelles du travail (culture, développement, dimension culturelle du développement), le livre précédent montrait la nécessité de la prise en compte de cette dimension dans la réalisation du développement humain durable. L'évolution de la coopération internationale à cet égard était présentée ensuite; puis l'ouvrage identifiait l'impact et les fonctions culturelles du développement. Enfin, il indiquait des pistes de recherche à suivre pour permettre aux institutions d'aide au développement de fonder leur action sur une approche culturelle des situations et des problèmes. On peut dire sans exagérer que cet ouvrage a rencontré un grand intérêt, tant dans les grandes institutions internationales qu'auprès des experts; il a été vendu à plus de 3000 exemplaires, traduit en 7 langues, y compris l'arabe, le chinois, le mongol, le russe, etc. La question abordée aujourd'hui est de nature plus strictement méthodologique. Il s'agit de montrer comment les méthodes de travail des organismes et opérateurs engagés dans l'action pourraient enclencher un développement humain vraiment durable, en fondant leur réflexion et leur pratique sur une approche culturelle, tant au niveau des stratégies que de l'action institutionnelle, des programmes et projets et du travail de terrain. Une première version de ce texte, préparée de juillet 1994 à la fin janvier 1995, a été diffusée auprès de plus de 150 correspondants des institutions du système des Nations Unies, commissions économiques régionales et autres institutions de coopération multilatérale et bilatérale, banques régionales de développement, organisations non-gouvernementales, internationales et nationales et enfin chercheurs et experts spécialisés. En outre, des discussions directes ont eu lieu avec des responsables des institutions suivantes: UNICEF, PNUD, PAM, FAO, OMS, FIDA, ainsi qu'avec la Commission économique pour l'asie occidentale (ESCWA)

17 notamment. L'Agence canadienne pour le développement international de son côté a apporté une contribution scientifique importante au projet, sous la forme d'un guide de terrain: "Involving Culture - A fieldworker's Guide ta cultural/y-sensitive development", largement utilisé au Chapitre II du présent Manuel. Sur la base des résultats de cette consultation, il a été décidé de remanier et de compléter la version provisoire du texte, en tenant compte des points d'accord, critiques, propositions et suggestions très nombreuses qui avaient étés formulées. En premier lieu, l'utilité et le bien-fondé de l'ouvrage sont reconnus par tous les organismes et personnalités consultées. Une analyse inter-institutionnelle de ce type n'avait pas encore été réalisée. Certes, ont déjà été réalisés de nombreux Manuels de planification: Banque mondiale, Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Organisation internationale du travail (OIT), notamment. Mais la notion d'approche culturelle du développement n'avait pas encore été utilisée comme concept-clef pour mener une réflexion méthodologique sur le contenu, les objectifs, moyens et résultats du travail de développement. Quant aux critiques, observations et propositions formulées, elles présentent une grande diversité. Certaines peuvent même paraître contradictoires: ainsi entre les partisans d'un ouvrage pratique et facile à utiliser et les tenants d'un travail d'approfondissement conceptuel plus poussé. De même, certains opérateurs de terrain manifestent une grande réserve à l'égard de l'action institutionnelle, cependant que des lecteurs plus accoutumés à la logique institutionnelle considèrent l'hypothèse de l'approche culturelle comme peu opérationnelle et génératrice de complications techniques. De cet ensemble de remarques, on a retenu les propositions suivantes, concernant aussi bien la présentation matérielle de ce Manuel que ses analyses et propositions méthodologiques: 16

18 1. Nécessité de regrouper en un seul ouvrage les éléments, d'abord prévus pour une publication séparée, du Manuel de planification et du Guide de l'opérateur de terrain, afin d'assurer une meilleure compréhension de l'interdépendance des problèmes et des réponses méthodologiques. 2. Rappel dans l'introduction, de la discussion des concepts de base utilisés dans l'ouvrage précédent: culture, développement, dimension et approche culturelle du développement, qui prennent tout leur sens dans le contexte de la mondialisation; 3. Recherche systématique des termes de la compatibilité méthodologique entre logique institutionnelle et logique du «terrain» ; 4. Reprise et approfondissement des premières propositions méthodologiques esquissées dans la dernière partie du précédent ouvrage; 5. Application méthodique des principes de l'approche culturelle du développement à la définition et à l'évaluation des stratégies, de l'action des institutions, des programmes et projets et du travail de terrain. Cette tâche, longue et complexe, a été menée dans un double souci : d'une part, approfondir les éléments de méthode formulés précédemment et proposer, soit le renforcement ou la modification des instruments en usage, soit l'utilisation de méthodes peu ou pas employées dans le domaine du développement, soit, à partir des dysfonctionnements observés et de la persistance d'une compréhension insuffisante des situations de terrain, l'élaboration de méthodes et approches nouvelles. Ces propositions sont destinées, d'abord à permettre l'intégration des composantes culturelles, à toutes les étapes du travail des,. planificateurs, d'autre part et surtout, à ouvrir la voie d'une approche vraiment nouvelle de la planification du développement.; d'autre part, stimuler la réflexion et la discussion sur la nécessité de repenser les instruments pour redéfinir le contenu et les objectifs du développement. C'est sur cet aspect du travail qu'un effort particulier a été consenti. Au niveau conceptuel, il a d'abord été rappelé que les interactions entre cultures et développement représentent en réalité l'interface entre les cultures dites «traditionnelles» et le modèle culturel industriel, corrigé ou non, et la généralisation de l'économie de marché. Au niveau méthodologique, il a été proposé 17

19 de passer d'un modèle centralisateur et technicien, fondé sur la planification classique, à des méthodes plus diversifiées, plus souples et qui surtout ne soient plus regardées comme l'élément central d'un projet, mais la traduction administrative et budgétaire de l'intervention institutionnelle, adaptée aux situations sur lesquelles les pays, les populations, les communautés, se proposent d'agir par elles-mêmes, selon leurs propres besoins et, si elles en ressentent la nécessité, avec des concours extérieurs. Une série de propositions de méthode résultent de ce renversement de perspective: planification montante; participation continue des acteurs locaux du développement, tendant vers un partenariat équilibré extérieur/local; adaptation et diversification des modalités et cheminements vers le changement, réévaluation des calendriers d'action; transformation des programmes et projets en plans-cadres, dans lesquels viendront s'inscrire des initiatives de dimension plus réduite, mais plus nombreuses et vraiment issues de la base. Au moment où, sous des formes diverses, on s'interroge de plus en plus, au sein des Nations Unies et dans toutes les institutions du système, sur la redynamisation des efforts de tous les pays pour changer leur destin économique, social et humain, ces propositions ne prétendent pas apporter des réponses toutes faites, mais visent à montrer que des possibilités existent, même si elles sont loin de représenter la pratique générale et même les avancées méthodologiques les plus récentes. Elles devront donc ouvrir la voie à une réflexion approfondie sur les concepts et les instruments de la planification, telle qu'elle demeure en vigueur pour l'essentiel, à une discussion inter-agences et à une expérimentation dans des projets et initiatives de développement en préparation ou en cours de réalisation. 18

20 PREFACE Au début des années 1980, la conception prédominante du développement, non seulement dans les agences de coopération bilatérale et multilatérale, mais également dans nombre de ministères nationaux du développement, ne laissait guère de place à la culture. L'économie était la réalité; la culture était quelque chose de différent. L'économie était tangible, la culture intangible. L'idée que la culture peut contribuer aux stratégies de développement aurait été considérée comme irréaliste. La crise que traversent à la fois pays industrialisés et pays en développement pose cependant des questions sur l'ensemble des modes de conception et de mise en oeuvre du développement. Dans les pays en développement, la politique de croissance de style "nordiste" et le progrès technologique de style occidental n'ont pas été vraiment "payants". Pire encore, les coûts sociaux de cette course à la croissance et du "Saint Graal" de la modernisation se révèlent exorbitants: exode rural, marginalisation de la paysannerie, urbanisation galopante, marée des bidonvilles, chômage de masse et pauvreté croissante, pour ne citer que les problèmes les plus évidents. La crise économique dans le "Sud", qui secoue aussi de nombreuses sociétés industrielles, ébranle la crédibilité d'un modèle qui, pendant trente ans, a été recommandé avec insistance aux pays en développement et aux pays les moins développés, selon la définition du Rapport du PNUD sur le développement humain. Au surplus, les atteintes écologiques causées par l'industrialisation rapide, motivée par la recherche de la rentabilité à court terme, basée sur l'exploitation des matières premières non renouvelables et suivie d'une pollution massive, oblige aussi à un réexamen de l'opportunité de transférer un modèle de développement qui peut causer des dommages aussi si graves. Au total, les modes de production et de consommation pratiqués dans le "Nord" et le gaspillage auquel ils peuvent aboutir, peuvent difficilement être proposés aux autres continents, qui sont eux-mêmes confrontés à des défis sociaux et écologiques sans précédent. Ils ne peuvent non plus s'appliquer à l'ensemble de la planète - sans porter irrémédiablement atteinte à la biosphère. 19

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES...

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... Tellement à la mode depuis quelques années, le mot de créativité est peut-être déjà démodé. La publicité, la médiatisation,

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE Plan des consultations avec les parties prenantes extérieures pendant la phase 2 de l examen et de la

Plus en détail

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm Notez que vous trouverez les fiches citées à chaque étape sur le site (Normalement, les liens ont été conservés et fonctionnent) Reste

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC

Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Les emplois repères de cette enquête sont disponibles selon les trois blocs suivants

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹

L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹ L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹ Asher Ben-Arieh, PhD Rédacteur en chef, Child Indicators Research Adjoint

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE CETTE RECHERCHE A ETE FINANCEE PAR Le Ministère des Affaires Sociales et de l'emploi, Direction Générale de la Santé,Sous- Direction

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Série sur les Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire et Vérification du Respect de ces Principes Numéro 4 (version révisée)

Série sur les Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire et Vérification du Respect de ces Principes Numéro 4 (version révisée) Non classifié ENV/JM/MONO(99)20 ENV/JM/MONO(99)20 Or. Ang. Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 22-Oct-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique Audit et Conseil des opérations en Afrique 2 Le société OCA OCA est une société d'audit, de Conseil et d'expertise Comptable. Fondée en 1984 par Alain Ouaniche, OCA intervient à tous les stades de la vie

Plus en détail

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées.

En outre 2 PDD sont impliqués dans le développement de politiques locales destinées à favoriser l'insertion des personnes handicapées. PHOES Version : 2.0 - ACT id : 3813 - Round: 2 Raisons et Objectifs Programme de travail et méthodologie Dispositions financières Dispositions organisationnelles et mécanismes décisionnels Procédures de

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

Quel contrôle de gestion pour les ONG 1?

Quel contrôle de gestion pour les ONG 1? Quel contrôle de gestion pour les ONG 1? (Rémi Bachelet et Nathalie Claret) Dans le cadre de l atelier portant sur les nouveaux champs du contrôle de gestion, une réflexion sur la place de ce dernier dans

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE. Discours de bienvenue de M. Koïchiro Matsuura

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE. Discours de bienvenue de M. Koïchiro Matsuura DG/2000/38 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Discours de bienvenue de M. Koïchiro Matsuura Directeur général de l'organisation des Nations Unies

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

Fiche Technique n 2. Le cycle de projet à la Banque Mondiale. Étapes du cycle

Fiche Technique n 2. Le cycle de projet à la Banque Mondiale. Étapes du cycle Fiche Technique n 2 Le cycle de projet à la Banque Mondiale Étapes du cycle Stratégie d'assistance au pays La Banque reconnaît que l'assistance fournie dans le passé, y compris par ses propres services,

Plus en détail

Interne Forces Faiblesses Externe Opportunités Menaces

Interne Forces Faiblesses Externe Opportunités Menaces L ANALYSE SWOT 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L'analyse SWOT (Strengths Weaknesses Opportunities Threats) ou AFOM (Atouts Faibses Opportunités Menaces) est un outil d'analyse stratégique.

Plus en détail

Formation des formateurs en entreprise

Formation des formateurs en entreprise en entreprise Le (CQFA) du Cégep de Chicoutimi et le Service de formation continue de l'université du Québec à Chicoutimi (UQAC) unissent leurs efforts et leur expertise respective pour offrir aux organisations

Plus en détail

Concours d essai Nouveaux Horizons (Next Horizons) du GDN. (en partenariat avec la Bill & Melinda Gates Foundation)

Concours d essai Nouveaux Horizons (Next Horizons) du GDN. (en partenariat avec la Bill & Melinda Gates Foundation) Concours d essai Nouveaux Horizons (Next Horizons) du GDN (en partenariat avec la Bill & Melinda Gates Foundation) Questions les plus fréquemment posées À propos du concours d essai Next Horizons du GDN

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

COMPOSANTE 3 Objectif 3.C

COMPOSANTE 3 Objectif 3.C TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA PLATEFORME DE GESTION DES CONNAISSANCES POUR LA REFORME DE LA GOUVERNANCE COMPOSANTE 3 Objectif 3.C Sous-objectif 3.C.02

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun.

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. 14 ème SOMMET DE LA FRANCOPHONIE Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. (Kinshasa, 12-14 octobre 2012) Point 7 à l ordre du jour sur le thème : «L Afrique dans la francophonie

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. GÉNÉRALE TD/B/COM.3/EM.10/2 1er novembre 2000 FRANÇAIS Original : ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle

Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle Préambule La quatrième conférence internationale sur la promotion de la santé : "A ère nouvelle, acteurs nouveaux : adapter la promotion

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg LES DROITS CULTURELS Déclaration de Fribourg Les droits culturels, Déclaration de Fribourg, page 2 considérants 1 principes fondamentaux 2 définitions justifications principes et définitions 3 identité

Plus en détail

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 PNPMS Ministère de la Santé Plan 2009-2011 Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 Le document reprend les éléments essentiels produits lors de l'atelier qui s'est tenu

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel

Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel Ligne directrice de l'icm Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel Préambule Cette ligne directrice

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Découvrir rapidement la création d'une entreprise

Découvrir rapidement la création d'une entreprise Découvrir rapidement la création d'une entreprise Pour construire un projet de création d'entreprise et augmenter ses chances de succès, il est recommandé d'agir avec méthode en respectant des étapes chronologiques.

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

Annexe 2 241. Vu la loi spéciale du 12 janvier 1989 relative aux Institutions bruxelloises, notament les articles 42 et 63;

Annexe 2 241. Vu la loi spéciale du 12 janvier 1989 relative aux Institutions bruxelloises, notament les articles 42 et 63; Annexe 2 241 Annexe 2 Accord de coopération entre l'etat fédéral, les Communautés et les Régions relatif à la continuité de la politique en matière de pauvreté L'accord de coopération entre l'etat fédéral,

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD. Pour la création du CODETIC

PROTOCOLE D ACCORD. Pour la création du CODETIC NRef RM/SF0704165 PROTOCOLE D ACCORD Pour la création du CODETIC Consortium Mondial pour le Développement Equitable des Technologies de l Information et de la Communication Entre WebForce International

Plus en détail

RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE

RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE Comité économique et social européen RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE Des représentants des acteurs économiques et sociaux de l'union

Plus en détail

La gestion du temps 3e partie: La planification

La gestion du temps 3e partie: La planification Volume 15 No 3 - Septembre 1998 ÉDUCATION ET DROITS DE L'HOMME La gestion du temps 3e partie: La planification Colette Paillole Dans de précédents numéros de La revue des Échanges, nous vous avons présenté

Plus en détail

APPEL A CONTRIBUTION

APPEL A CONTRIBUTION Comité des bailleurs de fonds pour le développement de l'entreprise CONFÉRENCE CONSULTATIVE RÉGIONALE EN AFRIQUE Créer de meilleurs environnements des affaires pour le développement des entreprises : leçons

Plus en détail

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Le Groupe consultatif du SYGADE soumet à l'attention du Secrétaire général de la CNUCED les conclusions suivantes formulées lors de sa 9ième

Plus en détail

Exemple 360. Questionnaire Leadership Thomas. Personnel & Confidentiel

Exemple 360. Questionnaire Leadership Thomas. Personnel & Confidentiel Feed-back 360 Exemple 360 Questionnaire Leadership Thomas Personnel & Confidentiel Introduction Comment lire votre rapport Feed-back 360? Moyenne par compétence Représentation graphique des 5 meilleures

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

Table des matières 1 APPROCHE DE LA STRATÉGIE DE FORMATION AXÉE SUR LES ASSISTANTS JUNIORS... 4

Table des matières 1 APPROCHE DE LA STRATÉGIE DE FORMATION AXÉE SUR LES ASSISTANTS JUNIORS... 4 STRATEGIE DE FORMATION PROGRAMME JUNIOR 2015-2019 Juin 2015 Table des matières 1 APPROCHE DE LA STRATÉGIE DE FORMATION AXÉE SUR LES ASSISTANTS JUNIORS... 4 2 LES ACTIVITÉS DE FORMATION DU PROGRAMME JUNIOR

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Appel à Manifestation d'intérêt

Appel à Manifestation d'intérêt AfricaInteract : Renforcement des liens entre la recherche et les décideurs politiques pour l'adaptation au changement climatique en Afrique Appel à Manifestation d'intérêt Recrutement d'un expert pour

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE Note Conceptuelle PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE La Tunisie renouvelle son engagement pour le développement et la prospérité de l'afrique et des pays arabes, par l'organisation de la 8ème édition de

Plus en détail

Guide de formation à l assurance qualité (QualiTraining)

Guide de formation à l assurance qualité (QualiTraining) Guide de formation à l assurance qualité (QualiTraining) Description de projet Mise à jour le 18 mai 2006 Coordinatrice: Equipe de projet: Laura Muresan, EAQUALS / PROSPER-ASE, Roumanie Frank Heyworth,

Plus en détail

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta PROJET FORMATION DE LEADERS POUR LA DEMOCRATISATION ET LE DEVELOPPEMENT LOCAL DANS LA MUNICIPALITE DE SAN JOSE DE CUCUTA COLOMBIE. 1. CADRE D'INSERTION DU PROJET Les conditions de vie de la population,

Plus en détail

Master "Generating Eco Innovation"

Master Generating Eco Innovation International chair in "Generating Eco-innovation" Master "Generating Eco Innovation" Programme pédagogique 2009-2010 UE 1 : Prospective et compétitivité internationale (88 heures) UE 11 : Nature de l

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Programme de formation Prospection commerciale Contexte de formation 2 Objectifs de formation

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION 2014 : Appel à propositions et termes de référence

PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION 2014 : Appel à propositions et termes de référence Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education Educational Research Network for West and Central Africa PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION 02 CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION

Plus en détail

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels»

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Le présent rapport a pour objet de donner une appréciation générale

Plus en détail

Vers l amélioration continue

Vers l amélioration continue Vers l amélioration continue Devis d évaluation et planification des travaux sur l assurance qualité Document recommandé par le comité de suivi du Plan stratégique, le comité de Régie interne et la Commission

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

METHODOLOGIE DE RECOMMANDATIONS D'EXPERTS

METHODOLOGIE DE RECOMMANDATIONS D'EXPERTS - 1 - METHODOLOGIE DE RECOMMANDATIONS D'EXPERTS Bureau du Consensus Société de Réanimation de Langue Française (SRLF) P. Charbonneau (secrétaire), J-L. Diehl, B. Garrigues, B. Guidet, O. Jonquet, P. Jouvet,

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS D'EMPLOI 1 (adoptée

Plus en détail

Session du Conseil des Affaires Générales (Cohésion) Bruxelles, 19 novembre 2014

Session du Conseil des Affaires Générales (Cohésion) Bruxelles, 19 novembre 2014 Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 19 novembre 2014 Conclusions du Conseil concernant le sixième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale: investissement

Plus en détail