Consommation d air et autonomie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Consommation d air et autonomie"

Transcription

1 Consommation d air et autonomie Cours N3 09/12/2013 François KERISIT E2 Tek Plongée Odyssée 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 2

2 Objectif Autonomie : jusqu à 40m, entre N3 jusqu à 60m, avec un DP Planifier la plongée et la gestion de l air dans la zone 40-60m Eviter la panne d air et ses conséquences 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 3

3 Risques liées à la panne d air La zone 40-60m demande une grande vigilance vis-à-vis de la consommation d air. Conséquences de la panne d air : Remontée rapide surpression pulmonaire Incapacité à respecter les procédures de désaturation ADD noyade 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 4

4 5. Effort 5. et Effort essoufflement et essoufflement 6. Communication 6. En pratique dans la palanquée 7.Panne 7.Panne d air d air Quantité d air dans un bloc Quel volume d air détendu dans un 12L à 200 bar? 12L x 200 bar = 2400 L à pression atmosphérique Quel volume d air détendu dans un 15L à 200 bar? À 230 bar? 15L x 200 bar = 3000 L (à p atm ) 15L x 230 bar = 3450 L (à p atm ) 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 5

5 Pression absolue Profondeur Pression absolue 0 m 1 bar 20 m 3 bar 40 m 5 bar 60 m 7 bar 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 6

6 Consommation d air (1) En moyenne, un individu consomme 20L d air par minute en surface (20 L/min). En profondeur, l air contenu dans les poumons se trouve à pression ambiante. Plus on descend, plus la consommation augmente. Consommation à 20 m : 20 L/min*3 bar = 60 L/min à p atm 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 7

7 5. Effort 5. et Effort essoufflement et essoufflement 6. Communication 6. En pratique dans la palanquée 7.Panne 7.Panne d air d air Consommation d air (2) Profondeur Pression absolue Conso 0 m 1 bar 20 L/min 20 m 3 bar 60 L/min 40 m 5 bar 100 L/min 60 m 7 bar 140 L/min 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 8

8 Exercice Quelle est la pression absolue à 50m? 6 bar Quelle est la consommation réelle à 50m pour un plongeur qui consomme 20L/min en surface? 20L/min*6bar = 120 L/min Combien de temps peut-on passer à 50m avec 50 bar sur un 12L? 12L*50bar = 600L 600L / 120L/min = 5 min 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 9

9 Réserve Réserve : volume d air à utiliser pour les imprévus Plus de temps au fond Plus de temps au palier Problème de matériel : fuite, givrage Panne d air d un membre de la palanquée Dans la zone 0-20m, le DP demande une réserve de : 50 bar Quelle réserve faut-il pour la plongée profonde? 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 10

10 Réserve Pression disponible (bar) Réserve (bar) 50 0 Plongée "loisir" Plongée profonde 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 11

11 Autonomie Pour être autonome en gaz, le plongeur niveau 3 : Doit savoir mesurer sa consommation, et estimer le volume d air nécessaire pour sa plongée Ne doit pas compter sur l air de son binôme, ni sur le bloc de secours Il faut choisir un bloc qui nous fournira suffisamment d air pour la plongée et une réserve. 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 12

12 Exercice Quelle quantité d air est nécessaire pour réaliser une plongée de 15 minutes à 50m en utilisant les tables MN90, pour une consommation de 20L/min? Quelle serait la pression dans un 12L? Dans un 15L? Avec une réserve? 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 13

13 Solution (1) 50m Calcul pour descente et remontée : profondeur moyenne Temps inter-palier : négligé, mais bien présent dans la réalité Calcul pour 20L/min, mais la consommation varie d une personne à l autre 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 14

14 Solution (2) étapes de la plongée temps (min) pression abs (bar) conso surface (L/min) conso réelle (L/min) Volume (L) descente 2 3, fond remontée 3 3, palier 6m 2 1, palier 3m 9 1, Total 2193 Pressions (bar) Pression 12L 183 Pression 15L 146 Pression 12L et réserve 274 Pression 15L et réserve /12/2012 Consommation d air et autonomie 15

15 Solution (3) Un 12L à 200 ou 230 bar n est pas suffisant pour réaliser cette plongée de 15min à 50m. Un 15L à 230 bars procure une autonomie avec une réserve raisonnable. 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 16

16 Solution plus pratique Calculer deux consommations : fond et palier Fond La durée recouvre la descente, le fond, la remontée et le temps inter-paliers, La profondeur est la profondeur maximale prévue, 20L/min * (15+4min) * 6 bar = 2280 L Palier La durée est la somme de tous les paliers, La profondeur est 6 mètres, 20L/min * 11min * 1,6bar = 352 L Volume total : = 2632 L Pression dans un 15L : 2632L/15L = 175 bar Cela ne laisse que 40 bars de réserve pour bloc gonflé à 230 bars, mais dont la pression effective (à cause du froid) est de 215 bars. Il faut prévoir un temps de plongée plus court, ou un bloc contenant plus d air (18L ou 2x10L par exemple) 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 17

17 Effort et essoufflement Tout effort augmente la consommation : x2 à x3 la consommation au repos Effort essoufflement panne d air Lors d un effort : augmentation fréquence et amplitudes ventilatoires conso jusqu à 100L/min Dans la Manche, attention au courant Ci-contre, conso pour 15L à 200 bar avec 50b de réserve Conso (L/min) Autonomie 20m 50m min 18 min min 9 min min 6 min min 3 min 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 18

18 5. Effort et essoufflement 6. En pratique 7. Panne d air Mesure de sa consommation Effectuer une plongée carré (20m, 25min) Noter la pression au départ (12L à 200 bar), puis au début de la remontée (80 bar) Quantité d air consommée : (200-80)*12 = 1440L Quantité disponible à 20m (3 bar) : 1440L / 3 bar = 480L D où une consommation de : 480L / 25min = 19,2L/min On peut faire le même exercice au palier 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 19

19 5. Effort et essoufflement 6. En pratique 7. Panne d air Comportement : avant Santé (facteurs favorisants les ADD, mais aussi la consommation d air) : Alcool Fatigue Médicaments Manque de sommeil Vérifier la présence d un bloc de secours à bord Planification du volume d air nécessaire (fond, paliers, réserve et parachute) 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 20

20 5. Effort et essoufflement 6. En pratique 7. Panne d air Vérification de la pression Quand? Avant de partir! Régulièrement la zone profonde, Plus fréquemment à mesure que les réserves diminuent. Il nous faut suffisamment d air pour pouvoir effectuer les paliers (obligatoires). 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 21

21 5. Effort et essoufflement 6. En pratique 7. Panne d air Gestion d une panne d air Panne d air : Partage du gaz restant avec l octopus 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 22

22 5. Effort et essoufflement 6. En pratique 7. Panne d air Gestion d une panne d air critique 2 parachutes pour demander de l air Anticiper le manque d air Panne d air : Partage du gaz restant avec l octopus 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 23

23 5. Effort et essoufflement 6. En pratique 7. Panne d air Comportement en palanquée Planification Prévoir des réserves suffisantes en fonction de la profondeur Intégrer le temps de palier Toujours faire surface avec 30 à 50 bars dans le bloc Signe mi-pression Signe réserve Eviter tout effort (expl. nager à contre-courant) 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 24

24 Comportement en palanquée Rester proches En cas de panne d air : Aidez votre équipier en lui donnant votre détendeur de secours le plus rapidement possible Mettez fin à la plongée et remontez avec votre équipier (quitter la zone profonde) Pensez à vérifier vos réserves d air 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 25

25 5. Effort et essoufflement 6. En pratique 7. Panne d air Comportement : après Remonter tranquillement sur le bateau Corps saturé en N2 Se déséquiper dans l eau S aider à porter le matériel lourd 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 26

26 5. Effort et essoufflement 6. En pratique 7. Panne d air Matériel Blocs gonflés à 230 bars Chute de pression entre gonflage à chaud et plongée dans l eau froide : 230b à 30 C donnent 215b à 10 C Détendeur compensé (s adapte à la profondeur) À membrane (limiter l effet du froid) Combinaison Ajustée 1 parachute de palier par plongeur, ou 2 parachutes par palanquée Bloc de secours 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 27

27 5. Effort et essoufflement 6. En pratique 7. Panne d air Les risque d une panne d air 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 28

28 Devoir à la maison Quelle durée peut-on plonger à 38m avec un 15L, gonflé à 230 bars? Consommation 20L/min Tables MN90 Réserve suffisante (environ 1/3) 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 29

29 Solution Calcul pour 15 min de plongée Volumes consommés : Fond : 20L/min*(15+4min)*4,8bar = 1824 L Paliers : 20*(4+7)*1,6 = 352 L Total : = 2176 L Pression dans un 15L 2176/15 = 145 bar Avec une réserve : = 215 bar 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 30

30 5. Effort 5. et Effort essoufflement et essoufflement 6. Communication 6. En pratique dans la palanquée 7.Panne 7.Panne d air d air Sources Plongée plaisir niveau 3, Alain FORET et Pablo Torres, 7 e édition, /12/2012 Consommation d air et autonomie 31

L utilisation des tables de décompression MN90 et ordinateurs

L utilisation des tables de décompression MN90 et ordinateurs L utilisation des tables de décompression MN90 et ordinateurs cours N2 2006-2007 Jérôme Farinas jerome.farinas@irit.fr Amis de la Mer FFESSM 08 31 0184 6 décembre 2006 Jérôme Farinas (ADLM) MN90 et ordinateur

Plus en détail

Notions physiques Niveau 2

Notions physiques Niveau 2 14 novembre 2011 Contenu 1. Les pressions Les différentes pressions 2. La loi de Mariotte (Autonomie en air) 2.1. Principes 2.2. Applications à la plongée 3. Le théorème d Archimède (Flottabilité) 3.1.

Plus en détail

Livret de Certification Plongeur niveau 1

Livret de Certification Plongeur niveau 1 Livret de Certification Plongeur niveau 1 Supervised Diver 20m ISO 24801-1 Nom du stagiaire : Nom de la structure :.. Tampon PLONGEUR NIVEAU 1 Supervised Diver 20m ISO 24801-1 I DÉFINITION DU NIVEAU Plongeur

Plus en détail

Examen de Guide de palanquée ANMP

Examen de Guide de palanquée ANMP Examen de Guide de palanquée ANMP (Brevet de plongeur niveau 4) Epreuves et Critères techniques L organisation générale du niveau 4 ANMP est définie dans la fiche info N A07 «Organisation d une formation

Plus en détail

Livret de Certification. Plongeur Niveau 2 ISO 24801-2

Livret de Certification. Plongeur Niveau 2 ISO 24801-2 Livret de Certification Plongeur Niveau 2 ISO 24801-2 Nom du stagiaire : Nom de la structure :.. Tampon PLONGEUR NIVEAU 2 CMAS** / NF-EN 14153-2 / ISO 24801-2 I DÉFINITION DU NIVEAU Plongeur confirmé qui

Plus en détail

F.M.A.S. COMITE TECHNIQUE NATIONAL MANUEL du MONITEUR PLONGEUR 1 ETOILE

F.M.A.S. COMITE TECHNIQUE NATIONAL MANUEL du MONITEUR PLONGEUR 1 ETOILE PLONGEUR 1 ETOILE ORGANISATION GENERALE - Les sessions de plongeur 1 étoile sont organisées à l échelon du club, en formation continue ou sous forme d un examen ponctuel. - L acquisition de chacune des

Plus en détail

II. REVOD Plongée à l ordinateur. Septembre 2010. Plan de l exposé

II. REVOD Plongée à l ordinateur. Septembre 2010. Plan de l exposé 1 Décompression II. REVOD Plongée à l ordinateur Septembre 2010 Plan de l exposé Introduction Typologie de la décompression: No déco Déco légère Déco Lourde La planification Les profils de plongée Le palier

Plus en détail

1. Les barotraumatismes

1. Les barotraumatismes Dans le cadre de votre formation niveau 3 de plongeur subaquatique, nous allons traiter les accidents de plongée. Pourquoi commencer par ce cours? Ce n est pas pour vous faire peur, mais plutôt pour vous

Plus en détail

BREVET 2 * Principes physiques régissant la plongée. Première partie

BREVET 2 * Principes physiques régissant la plongée. Première partie BREVET 2 * Principes physiques régissant la plongée Première partie Objectifs de ce cours: 1. Introduction à la formation du 2* 2. Comprendre les lois fondamentales régissant : la flottabilité (Archimède)

Plus en détail

SOUDAN croisières itinéraire classique 10 jours (Paris/Paris) / 7 nuits (sur place)

SOUDAN croisières itinéraire classique 10 jours (Paris/Paris) / 7 nuits (sur place) Les fluctuations importantes du taux du USD et du prix du baril de pétrole font varier de façon régulière et importante nos tarifs, en conséquence nous avons décidé de faire un tableau avec des montants

Plus en détail

Théorie niveau 3. OCEANAV Cours Niveau 3

Théorie niveau 3. OCEANAV Cours Niveau 3 Théorie niveau 3 OCEANAV Cours Niveau 3 1 Sommaire Objectif général...3 Les accidents de plongée...4 Généralités...4 Les accidents biophysiques...4 Les accidents biochimiques...7 Les autres accidents...11

Plus en détail

RÉGLEMENTATION LE DIRECTEUR DE PLONGÉE (DP)

RÉGLEMENTATION LE DIRECTEUR DE PLONGÉE (DP) F I C H E DIRECTION DE PLONGÉE, ORGANISATION ET RÉGLEMENTATION FICHE N RÉGLEMENTATION LE DIRECTEUR DE PLONGÉE (DP) POUR PLUS DE DÉTAILS, voir la fiche n 116 sur l organisation des plongées. 46. Rôle et

Plus en détail

Réglementation. Organisation de la plongée

Réglementation. Organisation de la plongée Réglementation Organisation de la plongée Préparation du Niveau 3 Dominique STEINMETZ Janvier 2014 Des prérogatives, des droits, des obligations En tant que niveau 3 vous aurez de nouvelles prérogatives

Plus en détail

Eléments de théorie du niveau 1. Emmanuel BERNIER

Eléments de théorie du niveau 1. Emmanuel BERNIER Eléments de théorie du niveau 1 Emmanuel BERNIER Mars 2001 Table des matières 1 Présentation du niveau 1... 3 2 La flottabilité... 4 3 Les effets de la pression de l'eau... 5 3.1 La pression... 5 3.2 La

Plus en détail

Livret de formation Niveau 1

Livret de formation Niveau 1 Livret de formation Niveau 1 1 Bienvenue au RC Arras Subaquatique! Ce livret a été rédigé par l équipe d encadrement afin de vous accompagner lors de votre formation niveau 1. Il se compose de trois parties

Plus en détail

F.F.E.S.S.M. Commission Technique Nationale Manuel du Moniteur PLONGEUR NIVEAU I

F.F.E.S.S.M. Commission Technique Nationale Manuel du Moniteur PLONGEUR NIVEAU I PLONGEUR NIVEAU I ORGANISATION GENERALE - Les sessions de plongeur de Niveau I sont organisées à l échelon des clubs ou des structures commerciales agréées, en formation continue ou sous la forme d un

Plus en détail

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE І) INTRODUCTION II) BASES PHYSIOLOGIQUES III) PRINCIPES GENERAUX DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE IV) ENTRAINEMENT DANS LES DIFFERENTES FILIERES V) LA PLANIFICATION

Plus en détail

Préparation au niveau 3

Préparation au niveau 3 Jean-Michel Léger Bees1 MF2 Préparation au niveau 3 Ces quelques feuillets sont là pour vous aider dans la préparation de votre niveau 3. Ils sont agrémentés de quelques anecdotes, toutes authentiques,

Plus en détail

Cours théorique Plongée Niveau 1

Cours théorique Plongée Niveau 1 Cours théorique Plongée Niveau 1 Les parties encadrées en gras sont à bien connaître, ainsi que le paragraphe "déroulement d'une plongée et consignes de sécurité" Introduction La plongée est un sport technique

Plus en détail

NIVEAU 4 www.aquadomia.com 1/111

NIVEAU 4 www.aquadomia.com 1/111 NIVEAU 4 www.aquadomia.com 1/111 LE ROLE DU GUIDE DE PLONGEE : PLAISIR ET SECURITE NIVEAU 4 www.aquadomia.com 2/111 ELEMENTS DE PHYSIQUE DE BASE Nous vivons dans un monde où la matière se présente sous

Plus en détail

NOTIONS DE RESPONSABILITE

NOTIONS DE RESPONSABILITE NOTIONS DE RESPONSABILITE De par ses prérogatives et ses fonctions, l encadrant a des responsabilités et des obligations. En cas de problème, il peut voir sa responsabilité engagée. QUAND? Souvent à l

Plus en détail

Objectifs. Chapitre 1: Généralités

Objectifs. Chapitre 1: Généralités Chapitre 1: Généralités Objectifs Après cette formation vous serez capable de: Mettre en œuvre et utiliser des gaz de décompression Mettre en œuvre et utiliser des Nx à plus de 40% d O2 Gérer des plongées

Plus en détail

LES ASCENSEURS DIV 1. GmFOR. GmFOR Mise à jour le 25 Mai 2013 (version 4) Page 1 sur 5

LES ASCENSEURS DIV 1. GmFOR. GmFOR Mise à jour le 25 Mai 2013 (version 4) Page 1 sur 5 LES ASCENSEURS DIV 1 GmFOR GmFOR Mise à jour le 25 Mai 2013 (version 4) Page 1 sur 5 BUT : LES ASCENSEURS A l issue de la séquence vous pourrez définir les types d ascenseurs ainsi que la conduite à tenir

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

Comment faire passer un message

Comment faire passer un message Comment faire passer un message 1 Les Outils Pédagogiques Un cours en salle Le tableau Le rétroprojecteur Le matériel à présenter Un cours dans l eau La démonstration La découverte, les jeux L ardoise

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

CHECK-LIST F150 M F-GAQC. Aéroclub Saint Dizier - Robinson VISITE EXTERIEURE VISITE PRE-VOL EXTERIEURE. Dans le hangar

CHECK-LIST F150 M F-GAQC. Aéroclub Saint Dizier - Robinson VISITE EXTERIEURE VISITE PRE-VOL EXTERIEURE. Dans le hangar Dans le hangar VISITE EXTERIEURE CHECK-LIST F150 M F-GAQC 2 purges essence... Niveau huile... Verrière, fenêtres... Sur le parking Essence... Barre de manœuvre... Effectuées Entre FULL et 2 cm en dessous

Plus en détail

CENTRALE D ALARME. pour piscines. Notice d installation - Manuel d utilisation

CENTRALE D ALARME. pour piscines. Notice d installation - Manuel d utilisation CENTRALE D ALARME pour piscines Notice d installation - Manuel d utilisation AVERTISSEMENT Madame, Monsieur, Vous venez d acquérir un dispositif d alarme pour piscine conforme à la norme française NFP

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU VEHICULE

CHARTE D UTILISATION DU VEHICULE CHARTE D UTILISATION DU VEHICULE 1 A. MODALITÉS DE MISE A DISPOSITION DU VÉHICULE RESERVATION 1) Faire la demande auprès du CDH53, définir la date à laquelle vous viendrez chercher le véhicule (hors samedi

Plus en détail

CROISIERE ALOR ET LES ILES DE LA SONDE A150517 DU 17 AU 29 MAI 2015 (35 plongées minimum)

CROISIERE ALOR ET LES ILES DE LA SONDE A150517 DU 17 AU 29 MAI 2015 (35 plongées minimum) CROISIERE ALOR ET LES ILES DE LA SONDE A150517 DU 17 AU 29 MAI 2015 (35 plongées minimum) Cette croisière unique de 12 nuits effectue un parcours entre les mers de Flores et de Sawu. C est l occasion de

Plus en détail

F BUMA CHECK LIST CESSNA F 150. Carburant 100 LL

F BUMA CHECK LIST CESSNA F 150. Carburant 100 LL AERO-CLUB JEAN DOUDIES CASTELNAUDARY Tel : 04 68 23 10 50 Web : http://jeandoudies.free.fr e-mail : ac.jd@freesbe.fr CHECK LIST CESSNA F 150 F BUMA CHECK LIST NORMALE PARTIE SOL PAGE 1 CHECK LIST NORMALE

Plus en détail

2 Trucs et Astuces 2

2 Trucs et Astuces 2 Trucs et Astuces 2 2 Le chauffe-eau solaire 1.Les capteurs 2.Les circuits solaires 3.Le circuit sanitaire 4.Les systèmes d appoint 5.Fiches synthèse 6.Bon à savoir Trucs et Astuces 3 1 Les capteurs Trucs

Plus en détail

RELAIS STATIQUE. Tension commutée

RELAIS STATIQUE. Tension commutée RELAIS STATIQUE Nouveau Relais Statique Monophasé de forme compacte et économique Coût réduit pour une construction modulaire Modèles disponibles de 15 à 45 A Modèles de faible encombrement, avec une épaisseur

Plus en détail

Comment économiser de l électricité dans le bloc traite?

Comment économiser de l électricité dans le bloc traite? Comment économiser de l électricité dans le bloc traite? La consommation électrique du bloc traite représente 20 % en moyenne de la consommation énergétique totale d une exploitation laitière. Le tank

Plus en détail

Notions de responsabilité. Commission Technique Régionale Est

Notions de responsabilité. Commission Technique Régionale Est Notions de responsabilité 1 Notions de responsabilité Responsabilité: l auteur d une faute a l obligation d assumer les conséquences de ses actes Quand une personne cause un dommage à autrui : obligation

Plus en détail

Formation Niveau 2. Réglementation concernant la protection du milieu, le matériel, les prérogatives et responsabilités du Niveau II

Formation Niveau 2. Réglementation concernant la protection du milieu, le matériel, les prérogatives et responsabilités du Niveau II Formation Niveau 2 Réglementation concernant la protection du milieu, le matériel, les prérogatives et responsabilités du Niveau II SIUAPS - Piscine Universitaire - 38400 SAINT-MARTIN-D'HERES 1 Plan Rappels

Plus en détail

CESSNA 150 J F.GMUP 1) P REVOL INTERIEUR

CESSNA 150 J F.GMUP 1) P REVOL INTERIEUR CESSNA 150 J F.GMUP 1) PREVOL INTERIEUR : - Documentation avion A BORD V - Blocage volant ENLEVE - Contact magnétos OFF ENLEVE - VHF VOR Eclairage OFF - Contact batterie ON - Jaugeurs carburant V - Volets

Plus en détail

PASS ARAN. Maison du Valier - Gite Eylie 9 h 25 mn Dénivelée +1642m -1582 m

PASS ARAN. Maison du Valier - Gite Eylie 9 h 25 mn Dénivelée +1642m -1582 m PASS ARAN Maison du Valier - Gite Eylie 9 h 25 mn Dénivelée +1642m -1582 m Maison du Valier 950m 0h Tél 05 61 01 01 01 Suivre vers le Nord le GR 10 (balisage rouge et blanc) qui remonte au parking pour

Plus en détail

ALARME DE PISCINE SP - 002

ALARME DE PISCINE SP - 002 ALARME DE PISCINE SP - 002 MANUEL D INSTALLATION ET DE L UTILISATEUR i Lisez le mode d emploi Nous vous remercions d avoir choisi notre produit et que vous fassiez confiance à notre société. Pour que l

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

THEORIE PLONGEE NIVEAU IV CAPACITAIRE

THEORIE PLONGEE NIVEAU IV CAPACITAIRE PLONGEE UNIVERSITE CLUB "Le Petit Marlin" NANCY NETILUS - MARSEILLE THEORIE PLONGEE NIVEAU IV CAPACITAIRE Mise à jour du 15 Mai 2008 Emmanuel GEORGES INTRODUCTION... 3 CHAPITRE 1 : CONTENU DE L'EXAMEN

Plus en détail

Stage Ini*ateur Club Comité Départemental 54 Nancy 11 et 12 octobre 2014. Les responsabilités des encadrants

Stage Ini*ateur Club Comité Départemental 54 Nancy 11 et 12 octobre 2014. Les responsabilités des encadrants Stage Ini*ateur Club Comité Départemental 54 Nancy 11 et 12 octobre 2014 Les responsabilités des encadrants Introduc)on De par ses préroga*ves et ses fonc*ons, l ini*ateur a des responsabilités et des

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

Avertisseur de monoxyde de carbone

Avertisseur de monoxyde de carbone Page 1 sur 5 http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/santepub/environnement/index.php?avertisseur Santé environnementale > Environnement intérieur > Monoxyde de carbone > Avertisseur Avertisseur de monoxyde

Plus en détail

Thème Techniques : 9. Mécanique et maintenance industrielle. 10. Electricité, électronique, électrotechnique et automatisme

Thème Techniques : 9. Mécanique et maintenance industrielle. 10. Electricité, électronique, électrotechnique et automatisme Thème Techniques : 9. Mécanique et maintenance industrielle 10. Electricité, électronique, électrotechnique et automatisme 11. Qualité et gestion de la production 12. Hydraulique 13. Organisation industrielle

Plus en détail

EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DANS LES HÔTELS - RESTAURANTS

EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DANS LES HÔTELS - RESTAURANTS EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DANS LES HÔTELS - RESTAURANTS INTRODUCTION En vertu d un décret du 5 novembre 2001, l employeur doit transcrire et mettre à jour, dans un document unique, les résultats

Plus en détail

VIDE DÉBIT MESURE EXCELLENCE EXCELLENCE VIDE DÉBIT MESURE EXCELLENCE DANS LA FABRICATION. EXCELLENCE DANS LES APPLICATIONs

VIDE DÉBIT MESURE EXCELLENCE EXCELLENCE VIDE DÉBIT MESURE EXCELLENCE DANS LA FABRICATION. EXCELLENCE DANS LES APPLICATIONs QUE POUVONS-NOUS FAIRE POUR VOUS? VIDE VIDE DÉBIT DÉBIT MESURE MESURE EXCELLENCE EXCELLENCE DANS LA FABRICATION EXCELLENCE EXCELLENCE DANS LES APPLICATIONs APPAREILS DE MESURE DU VIDE TOUT CE DONT VOUS

Plus en détail

Attention vague. de très grand froid

Attention vague. de très grand froid Attention vague VAGUE DE TRÈS GRAND FROID COMPRENDRE & AGIR de très grand froid Les conseils du Ministère de la Santé et de l Inpes Comprendre ce qui se passe dans mon corps en cas de vague de très grand

Plus en détail

Muret Laurentien MC. Classique et Versatile

Muret Laurentien MC. Classique et Versatile Muret Laurentien MC Classique et Versatile Le muret Laurentien par son look classique s agence à toutes nos gammes de pavé. Qualités et caractéristiques Intégration particulièrement harmonieuse du muret

Plus en détail

THEORIE NIVEAU 2 (PAE/PE3)

THEORIE NIVEAU 2 (PAE/PE3) THEORIE NIVEAU 2 (PAE/PE3) www.plongee-passion-carry.com Bd Jean VALENSI 13620 Carry-le-Rouet Tel/Fax : 04.42.45.08.00 Portable : 06.08.51.78.02 e.mail : ppassion@club-internet.fr Marlène et Patrick MICHEL

Plus en détail

NIVEAU IV CAPACITAIRE

NIVEAU IV CAPACITAIRE NIVEAU IV CAPACITAIRE ORGANISATION GENERALE L'examen du brevet de plongeur de niveau IV "capacitaire" relève de l'autorité de la commission technique régionale. Les sessions de cet examen peuvent être

Plus en détail

Dossier de presse Treppenmeister

Dossier de presse Treppenmeister Dossier de presse Treppenmeister Comment bien choisir son escalier? Un groupement de professionnels depuis plus de 20 ans à votre écoute. En France, 19 partenaires menuisiers ont rejoint le groupement

Plus en détail

Analyse & Medical. Electrovannes miniatures

Analyse & Medical. Electrovannes miniatures Analyse & Medical Electrovannes miniatures Introduction Technologies d analyse Les vannes et les procédés utilisés pour les analyses dans les laboratoires ou les industries ne sont pas en contact direct

Plus en détail

Outils de planification et gestion pour datacentres

Outils de planification et gestion pour datacentres ACT-MG-v2 Outils de planification et gestion pour datacentres Alain BIDAUD - CRIHAN TutoJRES 17 Outils de planification et gestion Agenda Pourquoi planifier? l écosystème du datacentre Les outils DCIM

Plus en détail

Recherche sur les appartements intelligents destinés aux personnes présentant une déficience intellectuelle

Recherche sur les appartements intelligents destinés aux personnes présentant une déficience intellectuelle Recherche sur les appartements intelligents destinés aux personnes présentant une déficience intellectuelle Dany Lussier-Desrochers Université du Québec à Trois-Rivières Rencontres Franco-Québécoises 21

Plus en détail

CREATION & FONCTIONNEMENT D UNE ASSOCIATION

CREATION & FONCTIONNEMENT D UNE ASSOCIATION CREATION & FONCTIONNEMENT D UNE ASSOCIATION La Loi 1901 GENERALITES LE REGIME JURIDIQUE LES CATEGORIES D ASSOCIATIONS La Loi 1901 Généralités Une association loi 1901 est une association à but non lucratif,

Plus en détail

Règlementation : Notion de Responsabilité

Règlementation : Notion de Responsabilité Question 1 09REG-RE-4-02(1) 1) En terme d obligation, qu est ce qu une obligation de moyen? Donnez un exemple en plongée. (2 points) Le moniteur doit mettre tout en œuvre pour que la plongée se déroule

Plus en détail

La sécurité physique et environnementale

La sécurité physique et environnementale I. Qu est ce que la sécurité physique? "Il ne sert à rien de dresser une ligne Maginot logique si n'importe qui peut entrer dans la salle serveurs par la fenêtre " (Christian Pollefoort, consultant en

Plus en détail

Tutoriel de connexion au site du Royal Moana (ver 1.5)

Tutoriel de connexion au site du Royal Moana (ver 1.5) Pour toutes les personnes inscrites sur le site, nous vous demandons de donner la plus large diffusion autour de vous parmi les membres du club, afin que ceux ci en viennent à utiliser le site et l espace

Plus en détail

questions à vous poser pour rendre votre logement

questions à vous poser pour rendre votre logement 30 questions à vous poser pour rendre votre logement plus sûr «Jambe cassée! Je me suis pris les pieds dans le tapis en allant répondre au téléphone - Oh, c est bête!» Oui, c est toujours bête, un accident

Plus en détail

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide J.B. Campen Wageningen UR Glastuinbouw, Wageningen xxx 2007 Rapport xxx 2007 Wageningen, Wageningen UR Glastuinbouw Tous

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T À l attention du bénéficiaire : BILAN SANTÉ RETRAITE AUTO-QUESTIONNAIRE Ce questionnaire servira de fil conducteur à la consultation avec votre médecin traitant. À l issue de l entretien, vous pouvez soit

Plus en détail

Un projet électrisant de Communauto Éléments clés pour s approprier la Nissan LEAF

Un projet électrisant de Communauto Éléments clés pour s approprier la Nissan LEAF Un projet électrisant de Communauto Éléments clés pour s approprier la Nissan LEAF alimenté par SOMMAIRE 1. Le projet 2. La Nissan LEAF 3. Les bornes de recharge 4. Conduire la LEAF 5. Recharger la LEAF

Plus en détail

Bateau à moteur PROPULSEURS. Comment choisir le propulseur adapté à vos besoins. Bateau 1 Tableau 1. Bateau 2. Bateau 4. Bateau 1. Bateau 3.

Bateau à moteur PROPULSEURS. Comment choisir le propulseur adapté à vos besoins. Bateau 1 Tableau 1. Bateau 2. Bateau 4. Bateau 1. Bateau 3. PROPULSEURS Comment choisir le propulseur adapté à vos besoins En tunnel ou rétractable? Les propulseurs en tunnel représentent une solution simple et efficace pour les bateaux à moteur et voiliers à fort

Plus en détail

Protecting your power supply SENTINEL BATTERY MONITORING

Protecting your power supply SENTINEL BATTERY MONITORING Protecting your power supply SENTINEL BATTERY MONITORING PowerShield associé à des batteries, alors il est logique de disposer d une surveillance des batteries. Il s agit de tranquillité d esprit: savoir

Plus en détail

de l assurance-santé au Canada Juin 2014

de l assurance-santé au Canada Juin 2014 Étude de cas GUIDE SUR LA FISCALITÉ de l assurance-santé au Canada Juin 2014 Assurance maladies graves détenue par une entreprise La vie est plus radieuse sous le soleil La Sun Life du Canada, compagnie

Plus en détail

Systèmes de portes battantes automatiques

Systèmes de portes battantes automatiques Systèmes de portes battantes automatiques La qualité est notre moteur En collaboration avec des partenaires reconnus, TORMAX réalise dans le monde entier des solutions de portes automatiques pour différents

Plus en détail

Bancs publics. Problématiques traitées : FICHE

Bancs publics. Problématiques traitées : FICHE Bancs publics Pour un piéton dont les ressources de mobilité sont limitées, le banc public n est pas uniquement un lieu de détente, mais il lui sert également à retrouver des forces pour poursuivre son

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

BQNHRHDQDR RODBH@KDR ENQL@SHNM M2 DS M3 DM DFXOSD

BQNHRHDQDR RODBH@KDR ENQL@SHNM M2 DS M3 DM DFXOSD BQNHRHDQDR RODBH@KDR ENQL@SHNM M2 DS M3 DM DFXOSD Cdtw bqnhrhàqdr Rtc rnms nqf`mhrádr dm bnkk`anq`shnm `udb @SGDM@ QDC RD@ ds OKNMFDD O@RRHNM, ontq untr odqldssqd cd o`rrdy unsqd Mhud`t 2 nt unsqd Mhud`t

Plus en détail

L art de trouver le logement de ses rêves

L art de trouver le logement de ses rêves L art de trouver le logement de ses rêves Introduction Etudes obligent, il n est pas toujours aisé de trouver un logement décent à prix réduit d autant plus que les villes étudiantes sont des villes où

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Hôpital Privé d Antony APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Livret d information Hôpital Privé d Antony OPC/KINE/297 Page 1 sur 6 Intervenants Rédigé par : Nom Profession Le Visa C.DUPUY

Plus en détail

L ergonomie au service du développement de l enfant. Par Nicole Delvolvé Ergonome nicole.delvolve@orange.fr reussite-pour-tous.overblog.

L ergonomie au service du développement de l enfant. Par Nicole Delvolvé Ergonome nicole.delvolve@orange.fr reussite-pour-tous.overblog. L ergonomie au service du développement de l enfant Par Nicole Delvolvé Ergonome nicole.delvolve@orange.fr reussite-pour-tous.overblog.fr 1. La cadre théorique de la réflexion proposée 2. Quelles connaissances

Plus en détail

Réglementation. [Cours différencié PN3 et PN4] Les aquanautes normands

Réglementation. [Cours différencié PN3 et PN4] Les aquanautes normands Réglementation [Cours différencié PN3 et PN4] Les sources d information Le ministère de l'ecologie, du Développement durable et de l'energie [documents plaisance, ] http://www.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=themes

Plus en détail

DP 500/ DP 510 Appareils de mesure du point de rosée mobiles avec enregistreur

DP 500/ DP 510 Appareils de mesure du point de rosée mobiles avec enregistreur DP 500/ DP 510 Appareils de mesure du point de rosée mobiles avec enregistreur de données Les nouveaux appareils DP 500/ DP 510 sont les appareils de service mobiles idéaux pour mesure le point de rosée

Plus en détail

«Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée. Des résultats certifiés. et le dégât des eaux évité» Des prestations associées

«Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée. Des résultats certifiés. et le dégât des eaux évité» Des prestations associées INSTALLATIONS TECHNIQUES DANS LA MAISON Conduites d eau froide et d eau chaude Conduites de chauffage/ chauffage au sol Conduites d eaux usées Inspection de cavités Problèmes de condensation Moisissure

Plus en détail

Ce livret a été élaboré par le département d ergothérapie de L Hôpital d Ottawa, Campus Général.

Ce livret a été élaboré par le département d ergothérapie de L Hôpital d Ottawa, Campus Général. GÉRER VOTRE FATIGUE Gérer votre fatigue Guide pratique destiné aux personnes atteintes de cancer et à leur famille Cette brochure contient des renseignements généraux qui ne sont pas spécifiques à vous.

Plus en détail

L organisation de chantier

L organisation de chantier L organisation de chantier POSOW is a project co-financed by EU under the Civil Protection Financial Instrument developed in cooperation with ISPRA, Cedre, Sea Alarm and CPMR and coordinated By REMPEC

Plus en détail

Technique de mesure WIKA. aussi fiable qu une horloge suisse

Technique de mesure WIKA. aussi fiable qu une horloge suisse Technique de mesure WIKA aussi fiable qu une horloge suisse La précision compte! Nous sommes entourés de technique. Elle envahit notre société et pénètre partout. Les techniques de mesure et d étalonnage

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE INJECTION ELECTRONIQUE GPL MULTIPOINT

DOSSIER TECHNIQUE INJECTION ELECTRONIQUE GPL MULTIPOINT Examen : BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR Session 2000 Spécialité : MAINTENANCE ET APRES-VENTE AUTOMOBILE Code : Option : VEHICULES PARTICULIERS Durée : 6 h Epreuve : U5 - COMPREHENSION DES SYSTEMES - GESTION

Plus en détail

PRESENTATION LA SPIRULINE. Le sac de portage. Les élévateurs. Les trims* (cf schema)

PRESENTATION LA SPIRULINE. Le sac de portage. Les élévateurs. Les trims* (cf schema) importantes, ce qui offre une grande précision dans le pilotage. Le pilote s adapte rapidement aux vitesses de vols supérieures et cela devient vite un réel plaisir de pilotage. La Spiruline s adresse

Plus en détail

Le Chef-Gérant LES MÉTIERS DE LA RESTAURATION CHEZ RESTALLIANCE

Le Chef-Gérant LES MÉTIERS DE LA RESTAURATION CHEZ RESTALLIANCE Le Chef-Gérant Assurer la production des repas et la qualité de la prestation Encadrer, former, organiser et coordonner le travail de l équipe S occuper de l approvisionnement et de la bonne gestion des

Plus en détail

Les pneus agricoles un investissement très important : Faites attention Soyez prudent!!

Les pneus agricoles un investissement très important : Faites attention Soyez prudent!! Les pneus agricoles un investissement très important : Faites attention Soyez prudent!! Les pneus agricoles sont un investissement très important. Les pneus agricoles basse pression sont très chers. Protégez

Plus en détail

Carnet de suivi & Entretien VUL

Carnet de suivi & Entretien VUL Carnet de suivi & Entretien VUL www.carsat-lr.fr Caisse d assurance retraite et de la santé au travail du Languedoc-Roussillon Département prévention/tarification des risques professionnels Nom entreprise

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

Quels échanges et pourquoi? Pour faire évoluer dans le temps vers quelle structure de pilotage?

Quels échanges et pourquoi? Pour faire évoluer dans le temps vers quelle structure de pilotage? La GMAO et la GTB Les outils de pilotage et de diagnostic de la maintenance, de l exploitation des installations techniques Quels échanges et pourquoi? Pour faire évoluer dans le temps vers quelle structure

Plus en détail

Avertisseur de monoxyde de carbone

Avertisseur de monoxyde de carbone Avertisseur de monoxyde de carbone À quoi sert l avertisseur de monoxyde de carbone? L avertisseur de monoxyde de carbone est un petit appareil conçu pour mesurer, sur une base continue, la concentration

Plus en détail

Contrôlez vos PNEUS 1

Contrôlez vos PNEUS 1 Contrôlez vos PNEUS 1 1 SECURITE DES PNEUS La majorité d entre nous utilisons des voitures quotidiennement la plupart du temps sans prêter attention à une des choses les plus vitales: les pneus. Malheureusement,

Plus en détail

Sommaire. Les techniques d escalade. De fortune sur demi-cabestan Débrayable Suisse 1/1. fic-somescalade01-c3m

Sommaire. Les techniques d escalade. De fortune sur demi-cabestan Débrayable Suisse 1/1. fic-somescalade01-c3m Les techniques d escalade fic-somescalade01-c3m Sommaire La poulie (moulinette) L assurage Sécurité lors de la mise en place Manip FFME Le rappel Sécurité lors de la mise en place Amarrages en terrain

Plus en détail

Pilotage en parapente. Essais de formalisation

Pilotage en parapente. Essais de formalisation Pilotage en parapente Essais de formalisation L enseignement du parapente a une certaine tendance à mettre la charrue avant les bœufs : En effet la mode et l image de l activité ont pour effet de pousser

Plus en détail

Document Technique d Application DURGO

Document Technique d Application DURGO Document Technique d Application Référence Avis Technique14/10-1528 Clapet équilibreur de pression Évacuation des eaux usées Foul drainage from buildings Hausablußeitungen DURGO Relevant de la norme NF

Plus en détail

Mission du facilitateur URE PROCESS

Mission du facilitateur URE PROCESS EFFICACITE ENERGETIQUE Autofinancement de projets Mission du facilitateur URE PROCESS Origine Les CCI wallonnes ont porté le projet EPW Opérateurs privés ou associatifs choisis par la RW pour leurs compétences

Plus en détail

Stratégies de méthodologie

Stratégies de méthodologie Stratégies de méthodologie La gestion du temps Source : Caroline Garneau en collaboration avec Anie Chaput, orthopédagogue. Cégep Marie Victorin 3 Références Davis, Leslie et al. Study Strategies Made

Plus en détail

Compresseurs d air respirable. Intelligent Air Technology

Compresseurs d air respirable. Intelligent Air Technology Compresseurs d air respirable Intelligent Air Technology Compresseurs d air respirable Une fiabilité sans faille, offerte par le leader mondial Les compresseurs d'air respirable haute pression CompAir

Plus en détail

Formations FH des opérateurs de systèmes de transport à risques

Formations FH des opérateurs de systèmes de transport à risques Formations FH des opérateurs de systèmes de transport à risques Jean-Yves Jollans jy.jollans@yahoo.fr IRBA/ACSO/Sécurité des systèmes complexes 1 Pourquoi s'intéresser au FH? Des événements incompréhensibles

Plus en détail

Le Haut Ellé. Station de pompage de Barréguan près D790 "Le Grand Pont" sous le Faouët. Département 56

Le Haut Ellé. Station de pompage de Barréguan près D790 Le Grand Pont sous le Faouët. Département 56 Le Haut Ellé Station de pompage de Barréguan près D790 "Le Grand Pont" sous le Faouët Département 56 Présentation L'Ellé regroupe tous les niveaux techniques, ainsi l'ellé peut être divisée en trois tronçons

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail