Symposium AU SEIN DE L UEMOA"

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Symposium AU SEIN DE L UEMOA""

Transcription

1 UNION ECONOMIQUE ET MONETAIREE OUEST AFRICAINE La Commission Départementt du Développement Humain Symposium "INVESTIR DANS LA CULTURE AU SEIN DE L UEMOA" NOTE CONCEPTUELLE Septembre 2013

2 1 Contexte et justification Le secteur de la culture est aujourd hui devenu une préoccupation pour la majeure partie des Etats et des nations dans le monde. Longtemps traité comme simple appendice du développement, ce secteur montre de jour en jour un certain dynamisme susceptible de contribuer de manière significative au développement des pays. L importance de la culture dans le développement et la lutte contre la pauvreté est de plus en plus mise en relief au niveau de l Organisation des Nations Unies (ONU) qui tend à en faire le quatrième pilier du développement durable (PNUD, 2010 et Déclaration de Hangzhou, 2013). En effet, le secteur a montré qu au-delà de ses enjeux sociaux et politiques, la culture représente aujourd hui l un des secteurs les plus dynamiques de l économie mondiale avec une contribution au produit national brut (PNB) mondial estimée à plus de 7% et à celui des pays en développement de l ordre de 2 à 3%. En outre, des études révèlent que les industries culturelles représentent plus de 3,4 % du PIB mondial, avec un marché global d environ milliards de dollars en Les industries de la culture et de la création comptent parmi les secteurs les plus dynamiques de l économie mondiale, avec des taux de croissance de 17,6 % au Moyen-Orient, 13,9 % en Afrique, 11,9 % en Amérique du Sud, 9,7 % en Asie, 6,9 % en Océanie et 4,3 % en Amérique du Nord et Amérique centrale (Rapport à l Assemblée générale UNESCO, 2011). Par ailleurs, il ressort du 2 e Rapport sur l économie créative, publié en 2010 par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED/UNCTAD) que le secteur créatif continue de progresser malgré la crise. Selon les données concenant l année 2008, les exportations de biens et services créatifs continuaient de croître à un taux annuel moyen de 14%, tandis qu il y avait une réduction de 12% dans le commerce mondial. Si l on considère que la grande majorité des pays les moins avancés se trouve en Afrique, il est évident que l exploitation judicieuse des ressources culturelles constitue une opportunité pour les populations non seulement pour la préservation et la promotion des cultures africaines, mais aussi pour le développement économique et social, notamment la lutte contre la pauvreté. L une des rares études menées dans l espace UEMOA sur la part de la culture dans le PIB, conduite au Mali en 2007, révèle que, l impact direct des filières de la culture représente 2,38% du PIB en 2006, le secteur générant 5,85% de l emploi total de l économie de ce pays. Cette donnée ne constitue toutefois qu une estimation largement en dessous de la réalité. Pourtant, un décalage persiste entre le discours public et la pratique ; le déficit de financements alloués au secteur culturel est considérable dans les pays africains. Il est cependant heureux de constater que certaines entreprises culturelles (l exemple de l ex. Xippi actuel "Prince Art"- au Sénégal) dans la sous-région démontrent par leurs capacités de gestion, que des initiatives méritent d être prises dans ce secteur. 2

3 Dans toute la sous-région, le foisonnement de l activité culturelle, le rayonnement des grandes manifestations et des acteurs culturels, la multiplication des entreprises culturelles et la production exponentielle de biens culturels, laissent entrevoir un secteur très productif. Le nombre de projets culturels soumis pour des subventions devient de plus en plus important (plus de 175 dossiers en 2009) et de qualité remarquable. Dans l ensemble des Etats membres, le secteur culturel apparaît assez informel et les chiffres des enquêtes reflètent mal les apports réels de la culture à l économie et au développement. C est sans doute l une des raisons qui explique l insuffisance notoire des moyens, notamment financiers, alloués à la culture. Aujourd hui, le désengagement progressif des Etats de la gestion et du financement de la culture oblige les organismes et acteurs culturels à se tourner vers d autres sources de financement. Pourtant la rentabilité de la culture dépasse largement la sphère économique ; elle est pluridimensionnelle. En initiant un symposium sur le financement de la culture, la Commission de l UEMOA, s inscrit dans l orientation générale tracée par le document de planification stratégique ( ) mais aussi, dans le sens de son document de politique de développement culturel. A travers cette politique, l UEMOA voudrait inscrire, en harmonie avec les politiques nationales, la question du marché culturel dans une perspective globale par la prise en compte d un environnement assaini, avec des professionnels capables de porter des projets plus ambitieux et mus par la disponibilité de l information appropriée. L ensemble des tendances observées et la volonté de la Commission à s impliquer davantage dans les questions liées au secteur de la culture, l ont amenée à inscrire dans son programme 2013, l organisation d un cadre de réflexion sur la recherche de sources de financement appropriées pour faire du secteur de la culture un pôle d investissement économique durable au sein de l espace UEMOA. 2 Objectifs du symposium L objectif global du symposium est d améliorer les stratégies et les mécanismes de financement de la culture dans le cadre de la politique commune de développement culturel au sein des Etats membres de l UEMOA. Il s agit, d une manière spécifique de : identifier les défis et les contraintes qui entravent l investissement dans le secteur culturel au sein de l espace UEMOA ; susciter la réflexion sur les leviers et les mécanismes d accès aux financements propices pour le développement du secteur culturel ; identifier les opportunités de financement au profit du secteur culturel ; définir un dispositif approprié d investissement dans la culture au sein de l Union. 3 Thème du symposium 3

4 Dans le cadre de l atteinte de ces objectifs, il est proposé le thème principal suivant du symposium : «Investir dans la culture au sein de l UEMOA». En effet, l un des défis majeurs auquel l Union doit faire face dans le secteur culturel est la question du financement et de l investissement. Les études montrent que les ressources publiques allouées à ce secteur n atteignent pas 1% des budgets des Etats membres. Cet état de fait traduit dans une large mesure la méconnaissance du potentiel économique de la culture, d où l orientation de l économie de la culture faite dans le cadre de la politique commune de développement culturel. Sur la base de l état des lieux fait par la Commission de l UEMOA et de la thématique majeure du symposium, les domaines de réflexion/débats des différentes plénières concernent les sous-thèmes suivants, objet de présentation : 1. Enjeux et défis du développement culturel au sein de l espace UEMOA ; 2. Dynamiques de gestion des entreprises culturelles ; 3. Conditions de durabilité des entreprises culturelles ; 4. Financements bancaire et de marché des entreprises culturelles ; 5. Sponsoring et mécénat ; 6. Coopération et partenariat public/privé pour le financement de la culture. 4 Approche méthodologique Le symposium se déroule sur trois journées, articulées autour des sous-thèmes retenus. Il comprendra six (06) sessions plénières animées en panels. La première et la deuxième journées seront consacrées à la présentation des communications axées sur : un document de référence sur le financement de la culture dans les Etats membres, produit par la Commission ; une dizaine de communications clés qui aborderont des aspects spécifiques relatifs au financement et à l autofinancement d actions culturelles. Les présentations et discussions de ces sessions se feront sous la houlette d un président de séance. La troisième journée sera consacrée, d une part, à l élaboration du document-cadre sur le dispositif approprié d investissement dans la culture au sein de l espace UEMOA, et d autre part, à la finalisation des conclusions du symposium et à la cérémonie de clôture. 5 Structures d organisation du symposium 4

5 5.1 Comité d organisation Un Comité d organisation composé essentiellement du personnel de la Commission est établi dès le mois d août 2013 pour démarrer la préparation du symposium. Toute personne jugée pertinente par le maître d œuvre pourra être mobilisée. Il est composé de : 1. M. Augustin NIANGO, Directeur de Cabinet DDH (Président) ; 2. M. Komlan AGBO, Directeur du Patrimoine culturel et des Arts (DPCA) ; 3. Mme Aïssa KABO, Directrice du Secrétariat de la Commission (DSC) ; 4. M. Alhassane AG MOHAMED, Directeur de la Communication, de la Documentation et des Archives (DCDA) ; 5. M. Bruno SANOGO, Directeur du Fonds et du Budget ; 6. M. Mouhamed K. ASSANI, Directeur des Affaires générales et du Patrimoine ; 7. Mme Aminata LO PAYE, Chargée des Affaires culturelles, DDH/DPCA ; 8. M. Abdoul Kader OUEDRAOGO, Chef de l Unité des missions et voyages (UMV). Ce Comité a pour rôle, entre autres, de : préparer les documents d informations sur le symposium ; élaborer le projet du budget du symposium ; suivre les échanges avec les partenaires ; établir le projet de programme de travail du symposium ; contribuer à la rédaction des actes du symposium. 5.2 Comité scientifique Un Comité scientifique est constitué pour superviser la préparation et la gestion scientifiques du symposium. Il est composé de : 1. M. Laurent AGOSSA, Economiste, Commission de l UEMOA ; 2. M. Gérard TOGNIMASSOU, Chargé des Affaires Culturelles, Commission de l UEMOA ; 3. M. Toussaint TIENDREBEOGO, Organisation internationale de la Francophonie (OIF) ; 4. M. Maxime AKPACA, Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) ; 5. M. Martial ZE BELINGA, Enseignant-chercheur en Economie ; 6. M. Souayibou VARISSOU, Fonds pour le Patrimoine mondial africain (FPMA) ; 7. M. Ferdinand RICHARD, Association Aide aux Musiques Innovatrices (AMI) ; 8. Mme Danielle CLICHE, UNESCO ; 9. M. Maté KOVACS, Observatoire des Politiques Culturelles en Afrique (OCPA). Le rôle du Comité scientifique est d émettre des avis et de formuler des recommandations sur : 5

6 le programme de travail du symposium ; les termes de référence des présentations et communications ; le contenu et le format des communications à présenter au symposium ; la rédaction des actes du symposium. 6 Profil des participants Le symposium réunira pendant trois jours une centaine de participants provenant de l espace UEMOA, d organismes de coopération gouvernementaux et intergouvernementaux, d entreprises, d associations culturelles et d organes de presse : autorités gouvernementales et d institutions internationales ; experts, représentants d institutions et d organisations d Afrique et du monde spécialisés dans les questions de financement de la culture ; chercheurs en économie et en gestion culturelle ; représentants des administrations des finances et de la culture de l Union ; opérateurs et entrepreneurs culturels ; institutions bancaires et de garantie de la sous-région ; mécènes et représentants de fondations d entreprises intervenant dans la culture ; journalistes des réseaux des journalistes économiques et culturels. 7 Résultats attendus des solutions claires de levée des entraves au financement privé de la culture sont proposées ; des propositions d amélioration des ressources allouées par les Etats et de leurs modes de gestion sont faites ; les sources de financement alternatives aux ressources publiques des Etats sont identifiées ; les partenaires et mécènes de la culture intervenant dans l espace UEMOA sont identifiés ; une proposition de dispositif de suivi des recommandations du symposium pour accompagner la Commission est adoptée ; un document-cadre sur les grandes lignes du financement de la culture dans l espace UEMOA est élaboré. 8 Documentation Les échanges durant le symposium seront soutenus par la disponibilité de rapports et documents suivants : 6

7 "Politiques, stratégies et expériences de financement de la culture en Afrique", Actes du symposium convoqué par l Organisation de l Unité Africaine (OUA) avec le soutien de la Fondation Ford ; Côte d Ivoire, Abidjan, 5-9 juin 2000, OCPA, 2010, 404p. ; Document de Politique commune de développement culturel au sein de l UEMOA ; Ouagadougou, UEMOA, 2013 ; Aperçu du financement de la culture au sein de l UEMOA (Burkina Faso, Guinée Bissau, Mali, Sénégal, Togo) rapport préparé par la Commission de l UEMOA, juin 2013 ; "La gestion des risques dans le financement de la culture", Actes du symposium de l UNESCO, Paris, 16 et 17 avril 2010; Série "Culture et développement" ; Paris, Unesco, 72p. La perception et les modes de gestion des risques liés au financement des secteurs d activités culturelles, Contribution au Symposium «La gestion des risques dans le financement de la culture» (UNESCO, Paris, 16 et 17 Avril 2010) tenu avec le soutien du Gouvernement d Espagne ; Paris, Unesco, 2010, 23p. 9 Livrables du symposium A la fin du troisième jour du symposium, les documents suivants sont produits : - les principales conclusions et recommandations pour contribuer à l investissement dans la culture au sein de l espace UEMOA ; - des recommandations pour encourager le partenariat public/privé en termes d appropriation des conclusions du symposium en vue de sa mise en œuvre ; - projet de rapport du symposium ; - le communiqué final issu des discussions du symposium ; - un communiqué de presse ; 10 Dates et lieu du symposium Le symposium se tiendra les 12, 13 et 14 décembre 2013, à Ouagadougou au Burkina Faso. 11 Contacts du symposium La confirmation des participations et autres communications seront adressées à la Commission de l UEMOA aux points focaux suivants : Monsieur Komlan AGBO, Directeur du Patrimoine culturel et des Arts 7

8 Tél. : ; Monsieur Gérard TOGNIMASSOU, Chargé des Affaires culturelles Tél. : ; Madame Aminata LO PAYE, Chargée des Affaires culturelles Tél. : ; Pour toutes autres informations complémentaires, contactez : 8

9 UNION ECONOMIQUE ET MONETAIREE OUEST AFRICAINE La Commission Départementt du Développement Humain TDR DES SOUS-THEMES Symposiumm "INVESTIR DANS LA CULTURE AU SEIN DE L UEMOA" Septembre

10 Sous-thème 1 : Enjeux et défis du développement culturel au sein de l'espace UEMOA Le secteur de la culture est aujourd hui devenu une préoccupation pour la majeure partie des Etats et des nations dans le monde. Longtemps traité comme simple appendice du développement, ce secteur montre de jour en jour un certain dynamisme susceptible de contribuer de manière significative au développement des pays. Il est le lieu de nombreux enjeux sociaux, politiques et économiques face à la mondialisation. Enjeux culturels liés à la préservation de la diversité mais aussi enjeux économiques car contribuant à la création d emplois et à l'équilibre commercial. La Charte culturelle de la Renaissance africaine confirme que «la diversité culturelle africaine est un facteur d'équilibre et de développement au service de l'intégration nationale». A ce titre, il devient donc impérieux de mettre à contribution les éléments de la culture afin d assurer un développement efficient dans les domaines de l éducation, de la formation et de l épanouissement des citoyens de l espace communautaire. Dans ce contexte, le défi pour les Etats membres de l'uemoa est double. D abord, l extraordinaire richesse artistique et culturelle de ces Etats pourra constituer à la fois un des piliers du développement global. Elle peut ensuite donner des impulsions importantes au développement économique, social et politique de toute la région, en devenant un moteur du changement social et politique et en confortant la gouvernance démocratique. C est en effet la culture, en enrichissant le capital social et humain, qui permet de valoriser les autres ressources pour le développement. Le développement économique ne peut progresser sans un certain niveau de stabilité, qui ne peut exister sans tolérance mutuelle. Un bon développement culturel et artistique nécessite un tissu fourni et vaillant d'entreprises culturelles locales. Trop souvent dans les Etats membres, les décideurs publics réduisent la culture à un simple divertissement, alors que de nombreuses études montrent qu elle est créatrice de richesses concrètes, et constitue un préalable à tout développement durable comme le démontrent aujourd hui les Nations Unies à travers les OMD. Il faut donc inverser la tendance. La communication devra dresser la situation du développement culturel des Etats membres de l UEMOA, en mettant en exergue les enjeux et défis auxquels ils font face ainsi que les opportunités qui s offrent à eux. Elle abordera les questions et formulera des propositions liées à l intervention publique des Etats dans le secteur, la circulation des biens et services culturels, la compétitivité des entreprises culturelles locales par rapport aux industries culturelles globales, la propriété intellectuelle, littéraire et artistique, l organisation du marché régional des biens et services culturels. 10

11 Sous-thème 2 : Dynamiques de gestion des entreprises culturelles Le manque de professionnalisme des opérateurs culturels est l un des principaux freins à leur accès aux financements bancaires. En effet, les opérateurs culturels de l espace UEMOA sont quotidiennement confrontés aux exigences économiques. Ce sous-thème vise à mener la réflexion autour des idées et expériences susceptibles d accompagner les entrepreneurs et opérateurs culturels dans leur indispensable processus de structuration pour un accès plus facile aux financements. Il s agira ici d aborder les aspects liés à la professionnalisation et aux ruptures à opérer dans les modes de gestion souvent observés notamment par le découplage «artiste / producteur». Les présentations seront orientées entre autres sur les modèles tels que la mutualisation des moyens et des compétences par le recours aux «agences d artistes», ou encore au système des incubateurs. Des propositions pourraient être faites sur diverses actions, programmes de formation et renforcement de capacités managériales et techniques. 11

12 Sous-thème 3 : Conditions de durabilité des entreprises culturelles Ce thème vise à explorer les conditions de durabilité des entreprises culturelles dans l espace UEMOA. La question de durabilité des entreprises ou activités culturelles est un vrai problème structurel. D abord, les financements habituels s inscrivent dans un temps court et «one shoot». Il n est donc presque pas possible de développer une approche de planification entrepreneuriale, ce qui renforce le caractère précaire et la perspective incertaine de l action culturelle. La pérennité et la vitalité de la production culturelle dépendent aussi des critères de sélection qui doivent être stricts mais aussi simples, transparents et adaptés au secteur culturel. Les critères pertinents participeront à l assainissement du secteur et à l amélioration de sa gouvernance. Il est tout aussi utile de mettre l accent sur la maîtrise de l environnement de travail comme préalable à la durabilité de l entreprise culturelle. En l occurrence, le diagnostic territorial permettant d analyser entre autres le cadre institutionnel, les équipements et le marché pourrait être un outil indispensable. En abordant ces aspects, l intervenant pourrait s interroger sur : 1. Quelles sont les conditions de durabilité de l entreprise culturelle? 2. Quel mécanisme de financement durable faudra-t-il mettre en place pour le secteur culturel plus particulièrement dans la zone couverte par l UEMOA? 3. Quels critères d éligibilité et quels indicateurs de performance sont applicables? 4. Dans quelle mesure le diagnostic territorial pourrait-il favoriser la durabilité des entreprises culturelles? 5. Quel est l impact des capacités d anticipation sur les dynamiques structurantes des entreprises culturelles? Il est à espérer que l examen de ce thème permettra de définir des actions comme : 1. l établissement d une grille de diagnostic territorial à l usage des acteurs culturels ; 2. la conception d un cadre opérationnel pour l évaluation de la durabilité de l entreprise culturelle ; 3. la conception de mécanismes transversaux pour le renforcement durable des entreprises culturelles au triple plan local, national et régional. 12

13 Sous-thème 4 : Financements bancaire et de marché des entreprises culturelles L'accès au financement bancaire se pose comme l'un des défis majeurs auquel reste confronté le secteur de la culture. Et pourtant, l'offre de financement s'est accrue ces dernières années au sein de la zone UEMOA, avec l'installation de grands groupes bancaires régionaux et internationaux qui, pour accroître leurs parts de marchés, rivalisent de produits et services aussi innovants qu'alléchants. Ces banques sont ainsi à la recherche de projets éligibles à leurs financements. Paradoxalement, en face, le secteur culturel dans une large mesure reste en marge de ce mouvement et continue d'éprouver d'énormes difficultés à trouver des réponses adéquates à leurs besoins de financements. Aussi, est-il noté une absence des entreprises culturelles sur le marché financier de l'union, afin de lever des ressources essentielles à ses investissements. Il se pose ainsi et en premier lieu, la question de savoir s'il existe des offres de financements adaptées aux besoins des opérateurs de la culture. Quelles sont-elles et comment y accéder? Et comment accéder aux ressources du marché financier de l'union? L objectif de ce sous-thème est de dégager la problématique du financement culturel et de déterminer les sources et les mécanismes bancaires de financement des projets culturels afin de faciliter l'accès du secteur aux financements existants. De façon spécifique, il s'agira de : - faire ressortir clairement la problématique du financement bancaire de la culture examinée à la fois sous l angle de l'emprunteur et du bailleur ; - faire un état des lieux des sources et modes de financements du secteur de la culture au niveau régional et international, notamment les banques d'affaires, d'investissements, les banques spécialisées dans le domaine culturel, les fonds et établissements de microcrédits et leurs mécanismes d'intervention ; - donner un aperçu de la chaîne de financement bancaire en identifiant les acteurs institutionnels impliqués ainsi que leurs rôles et exigences spécifiques ; - présenter les conditions d intervention des banques dans la culture et formuler clairement leurs attentes vis-à-vis du secteur de la culture ; - aborder la question des financements dits innovants et de celle de la mobilisation de ressources sur le marché financier par les entreprises culturelles. Les communications pourront déboucher sur : - la mise en évidence des blocages, entraves réelles ou non qui empêchent l'accès au financement des banques dans la zone UEMOA ; - la proposition d'actions concrètes pour améliorer l'accès du secteur de la culture aux financements ; - des recommandations fortes en termes de stratégie de mise en œuvre des pistes d'actions recensées. Questions à débats: - Quel est le vrai problème du financement de la culture par les banques? - Quelles offres de financements ou de micro-financements bancaires et pour quels projets? - Quelles garanties pour les prêts? - Comment repenser une fiscalité adaptée au secteur? - Comment lever des ressources sur le marché financier? 13

14 Sous-thème 5 : Sponsoring et Mécénat culturel En matière de sponsoring et de mécénat, des législations et pratiques ont été éprouvées dans différents contextes. Malgré des acquis, les outils sont en constante évolution. Les cas de la France, de l Amérique du Nord ou du Brésil sont à cet égard instructifs. Appliquées au secteur artistique ou culturel, les règles de fonctionnement du sponsoring peuvent nuire plus qu'elles ne servent, notamment en ce qui concerne la qualité de la communication. Il conviendrait d'établir un "protocole de bonne conduite" entre sponsors potentiels et producteurs artistiques, de manière à ce que les actions soutenues ne soient pas dévalorisées, mais au contraire bonifiées. Le mécénat est souvent perçu en Afrique de l Ouest comme une invention récente pour appuyer les initiatives culturelles alors que des pratiques ont été encouragées et entretenues dans les Etats précoloniaux tels que les royaumes d Ifè, d Oyo, de Danxomè, d Ashanti, etc. Vu les évolutions récentes, il conviendrait de susciter des formes innovantes d intervention des entreprises mécènes au-delà de leur apport financier. Leurs apports en nature ou en expertise peuvent rendre des services inestimables et créer un autre type de relations entre mécène et artiste. De manière précise, ce sous-thème vise à identifier des stratégies novatrices susceptibles d inscrire le sponsoring et le mécénat dans une démarche formelle au sein de l espace UEMOA. En partant d études de cas connues, il sera utile, au regard du contexte socio-économique et politique des Etats de l UEMOA, d analyser les défis et les conditions de mise en pratique du sponsoring et du mécénat, le rôle des différents partenaires (entreprises, acteurs culturels, Etat), les formes et les mécanismes d appui. Quelques actions (2 ou 3) pourront être ciblées pour asseoir les bases d une politique de sponsoring et de mécénat au profit du secteur culturel. 14

15 Sous-thème 6 : Coopération et partenariat public/privé pour le financement culturel Le secteur culturel est régulièrement financé par des formes public-privé, et développe ses coopérations au-delà de ses territoires traditionnels. Il a significativement augmenté le nombre de ses alliances en dehors du champ culturel. De même, la question de la coopération entre les Etats de l UEMOA et les partenaires occidentaux en matière culturelle mérite d être revisitée. Pour la plupart des Etats de l espace UEMOA, l action culturelle habituelle menée dans le cadre de la coopération bilatérale et multilatérale, quand elle est fortement orientée par ses partenaires, peut influencer la création, ou même certains choix stratégiques. Pour éviter ces effets indésirés, une réévaluation de la coopération culturelle bilatérale pourrait permettre d aborder de nouvelles formes d intervention, notamment dans le cadre d une ouverture au multilatéralisme dont l UEMOA serait le cadre. A l'inverse de ce qui est fréquent dans les secteurs économiques, sociaux, agricoles etc., il est à noter que les projets non lucratifs du secteur culturel soutenus par l'action publique ne bénéficient pas des concours des banques de développement sous-régionales et internationales telles que la BOAD, la BAD, la Banque Mondiale etc. Les projets culturels des Etats et de leurs autorités locales ne sont pas considérés éligibles par ces banques qui disposent de ressources à taux concessionnel pour les investissements. Cette situation est un handicap certain pour le secteur de la culture et il convient d'en comprendre les fondements. Il s'agira donc au cours de cette communication de : Pistes d actions : décrire la réalité des financements des projets non marchands publics par les banques ci-dessus citées ; expliciter les raisons pour lesquelles, à ce jour, les banques de développement régionales et internationales refusent le concours à taux concessionnel au secteur de la culture. Cette situation est-elle liée à une politique d'intervention de ces banques, ou bien est-elle liée à la priorisation des besoins exprimés par les États? proposer des pistes d'actions pour amener les banques régionales d'une part et internationales d'autre part, à intervenir dans le secteur culturel, surtout avec des ressources concessionnelles. le secteur culturel est représenté dans tous les réseaux transversaux institutionnels ou sectoriels susceptibles de partenariats dans l'espace UEMOA le secteur culturel présente des bilans chiffrés en ce qui concerne sa contribution dans tous les autres secteurs non-culturels ; le secteur culturel mène des campagnes de plaidoyer auprès des autorités locales, prouvant son utilité dans les mécanismes de coopération générale et de coopération décentralisée ; les services d'exportation de l'uemoa traitent la production culturelle et artistique sur un pied d'égalité avec toutes les autres productions ;

16 16 les rôles et missions des banques de développement régionales et internationales (BOAD, BAD, BIDC, Banque mondiale...) vis-à-vis du secteur culturel sont réévalués, et ré-activés, y inclus dans le cadre des ressources concessionnelles ; la coopération internationale intègre une dimension multilatérale à travers l'uemoa. 16

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie d intervention dans le secteur

Plus en détail

Artisanat et Création d Emploi, quel Avenir Économique pour les Jeunes?

Artisanat et Création d Emploi, quel Avenir Économique pour les Jeunes? BURKINA FASO Unité-Progrès-Justice SALON INTETERNATIONAL DE L ARTISANAT DEOUAGADOUGOU (SIAO) TERMES DE REFERENCE SEPTEMBRE Artisanat et Création d Emploi, quel Avenir Économique pour les Jeunes? Septembre

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso UNE EXPERIENCE D APPUI AUX PME/PMI AU BURKINA FASO M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso 1 Le Burkina Faso PME/PMI - Burkina Faso 3 Le Burkina

Plus en détail

QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE

QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE QUATRIEME SESSION PLENIERE DE LA PLATEFORME DE PARTENARIAT PUBLIC-PARTENARIAT 30 mars - 1 er avril 2015 ESPACE LATRILLE EVENTS, ABIDJAN RAPPORT DE SYNTHESE DE LA SESSION PLENIERE La 4 ème session plénière

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE POLITIQUE ET D UN MODELE DE TARIFICATION POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE POLITIQUE ET D UN MODELE DE TARIFICATION POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE POLITIQUE ET D UN MODELE DE TARIFICATION POUR LA BIDC Mai 2014 TDR pour l élaboration d une politique et d un modèle de tarification pour la BIDC Page - 1 -

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES Avril 2014 TDR pour le renforcement du Service Juridique de la BIDC Page - 1 - I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La BIDC,

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Dans ce contexte, la deuxième phase du Programme s est donné pour objectifs de relever les défis liés aux facteurs ci-après :

Dans ce contexte, la deuxième phase du Programme s est donné pour objectifs de relever les défis liés aux facteurs ci-après : TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET-CONSEIL CHARGE DE L APPUI-ACCOMPAGNEMENT DE LA COMMISSION DE L UEMOA DANS LE CADRE DE LA MOBILISATION DES RESSURCES POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DEUXIEME

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة Royaume du Maroc --- Chef du Gouvernement --- Ministère Délégué auprès du Chef du Gouvernement Chargé des Affaires Générales et de la Gouvernance المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس

Plus en détail

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS 1 SÉANCE 4: CHAMP D APPLICATION DES EXIGENCES QUALITÉ Présentateur: Emile K. AIFA Date: 4 Mai 2015 Lieu: Ouagadougou I RÔLE, STRUCTURE

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE (Version de Janvier 2015) ABIDJAN, 18-20 MARS 2015 Union Discipline Travail Version du 220115_09h00 1 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

ENERGIE - EAU EN AFRIQUE

ENERGIE - EAU EN AFRIQUE FORUM RHONE-ALPES / AFRIQUE 6 ème Edition «La maîtrise de l Eau et de l Energie constitue le préalable de tout développement économique et social durable» ENERGIE - EAU EN AFRIQUE Financements -Technologies-

Plus en détail

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale»

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale» REUNION AD HOC D EXPERTS SUR L AMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous Régional pour l Afrique Centrale F Distr : GENERAL ECA/SRO-CA/AHEGM.BUS/14/Inf.1

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

SEMINAIRE REGARDS CROISES ECHANGES D EXPERIENCES [Année 2014-2015]

SEMINAIRE REGARDS CROISES ECHANGES D EXPERIENCES [Année 2014-2015] SEMINAIRE REGARDS CROISES ECHANGES D EPERIENCES [Année 2014-2015] Termes de références Appel à candidatures auprès des membres du FORIM pour l organisation du prochain séminaire Regards croisés portant

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES Composante 3 / TUNISIE ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES DEMANDEURS D EMPLOIS DIPLOMES DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ACTION DE FORMATION Contribution à la réalisation d un outil intitulé

Plus en détail

STAGE DE FORMATION SOUS REGIONALE SUR LE «MODALITES DE MISE EN ŒUVRE DE L APPROCHE SECTORIELLE»

STAGE DE FORMATION SOUS REGIONALE SUR LE «MODALITES DE MISE EN ŒUVRE DE L APPROCHE SECTORIELLE» Contact et information Cesar Goudon Initiatives Conseil International (ICI) 40 avenue Kwame Nkrumah 01 BP 6490 Ouagadougou 01 Burkina Faso, Tél : 00226 50310553/50310580 cesar.goudon@ici-partenaire-entreprises.com

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT Titre du projet «Appui à la mise en œuvre de la stratégie

Plus en détail

Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010

Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010 Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010 Dr. El Hadji Guèye / Arianne Wessal Journées béninoises de l évaluation 2-4 Juillet 2012 Cotonou, Bénin Plan 1. Introduction de CLEAR

Plus en détail

Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture. Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture

Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture. Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture Conseils sur la mise en œuvre locale de l Agenda 21 de la culture Document approuvé

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie :

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie : Termes de référence du conseiller technique principal du Ministère de l Eau, de l Assainissement et de l Hydraulique Villageoise (MEAHV) 1. Contexte et justification Le principal défi du MEAHV réside dans

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE VISIBILITE ET DE POSITIONNEMENT DE LA BIDC A COURT, MOYEN ET LONG TERME

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE VISIBILITE ET DE POSITIONNEMENT DE LA BIDC A COURT, MOYEN ET LONG TERME TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE VISIBILITE ET DE POSITIONNEMENT DE LA BIDC A COURT, MOYEN ET LONG TERME Avril 2014 TDR pour l étude de visibilité et de positionnement de la BIDC

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

Consensus sur les données en Afriques

Consensus sur les données en Afriques Consensus sur les données en Afriques Huitième Réunion annuelle conjointe du Comité technique spécialisé de l Union africaine sur les finances, les affaires monétaires, la planification économique et l

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales Direction de la Coopération Décentralisée Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET AUPRES DES CHEFS DE FILE DE GROUPE THEMATIQUE FONDS D APPUI AUX INITIATIVES TRANSNATIONALES FAIT

APPEL A MANIFESTATION D INTERET AUPRES DES CHEFS DE FILE DE GROUPE THEMATIQUE FONDS D APPUI AUX INITIATIVES TRANSNATIONALES FAIT PROGRAMME DE DEVELOPPENT DES RESEAUX POUR L EDUCATION EN AFRIQUE DE L OUEST COMITE NATIONAL DE DEVELOPPEMENT DES RESEAUX POUR L EDUCATION EN AFRIQUE DE L OUEST CNDREAO SENEGAL APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains

Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains «Pour un nouvel élan du mouvement altermondialiste ouest africain.» Lieu : Ouagadougou Date : du 15

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- LA COMMISSION ------------ PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA Page 1 sur 15 SOMMAIRE

Plus en détail

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle 1 Contexte La Fédération pour la diversité culturelle regroupe 43 coalitions nationales, dont près du deux tiers se trouvent dans des pays

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Charte régionale de la commande publique responsable La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Préambule Dès 1987 la Commission Mondiale sur l Environnement et le Développement des Nations

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

Termes de Référence (TDR)

Termes de Référence (TDR) 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs.info Termes de Référence (TDR) Du Séminaire de formation sur l élaboration

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises du développement urbain Août-Septembre 2015 I. Brève

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1, 4 million de tonnes chaque année, soit 40% de l offre mondiale

premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1, 4 million de tonnes chaque année, soit 40% de l offre mondiale 10 ème ANNIVERSAIRE Contexte et justification L économie ivoirienne est basée sur son agriculture. Le secteur agricole qui comprend les productions végétales, animales et les industries agroalimentaires,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Rapport Regional Draft Resume

Rapport Regional Draft Resume Enquête sur le renforcement des capacités dans le domaine des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique des pays membres de la CEDEAO Rapport Regional Draft Resume Septembre 2012 RESUME L espace

Plus en détail

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF A l initiative du Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse et sur proposition du, au terme d une consultation ayant associé

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

Catalogue de formations. Leadership & développement durable

Catalogue de formations. Leadership & développement durable Catalogue de formations Leadership & développement durable Table des matières La formatrice 3 L Art de prendre de bonnes décisions 4 Mieux communiquer pour mieux collaborer 5 Développer sa capacité d influence

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY SYMPOSIUM AFRICAIN SUR LA FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT ROUTIER CASABLANCA, LE 5 MAI 2012 Excellence Monsieur

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

RAPPORT DE LA 5 EME REUNION DU COMITE DE PILOTAGE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION DE L OCI SUR LE COTON 22 SEPTEMBRE 2011

RAPPORT DE LA 5 EME REUNION DU COMITE DE PILOTAGE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION DE L OCI SUR LE COTON 22 SEPTEMBRE 2011 OIC/COMCEC/27-11/D(24) Original : Anglais RAPPORT DE LA 5 EME REUNION DU COMITE DE PILOTAGE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN D ACTION DE L OCI SUR LE COTON 22 SEPTEMBRE 2011 OUAGADOUGOU BURKINA FASO Présenté

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3

Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3 Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3 Termes de Référence Recrutement d un bureau d études Assistance technique pour la formulation et la prise en compte dans le Budget

Plus en détail

L INNOVATION SOCIALE. Rencontre FUTURIS 20 décembre 2011

L INNOVATION SOCIALE. Rencontre FUTURIS 20 décembre 2011 L INNOVATION SOCIALE Rencontre FUTURIS 20 décembre 2011 INTRODUCTION 3 INNOVATIONS 2005 : Risque de dépôt de bilan Réponse : Activité à 80 % industrielle activité à 80 % tertiaire Aujourd hui : Un des

Plus en détail

Projet de renforcement des capacités et insertion des jeunes déscolarisés dans l entrepreneuriat agricole pour une autoprise en charge (PIJEA)

Projet de renforcement des capacités et insertion des jeunes déscolarisés dans l entrepreneuriat agricole pour une autoprise en charge (PIJEA) Initiatives pour un Développement Intégré Durable IDID ONG Programme Société Civile et Culture PSCC Projet de renforcement des capacités et insertion des jeunes déscolarisés dans l entrepreneuriat agricole

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP)

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Etude d évaluation des besoins en renforcement des capacités en matière de promotion de l emploi des jeunes au Maghreb (cas du Maroc) I) Contexte et justification

Plus en détail

Les partenariats associations & entreprises

Les partenariats associations & entreprises Les partenariats associations & entreprises Initier ou renforcer une politique de partenariats avec les entreprises Novembre 2011 Référentiel réalisé en partenariat avec et Edito Avec leurs 1,9 millions

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN FORMULATION, NEGOCIATION ET MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES COMMERCIALES " HUB & SPOKES"

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN FORMULATION, NEGOCIATION ET MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES COMMERCIALES  HUB & SPOKES PRÉSENTATION TYPE D'UN CAS D'EXPÉRIENCE BURKINA FASO PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN FORMULATION, NEGOCIATION ET MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES COMMERCIALES " HUB & SPOKES" Date de la soumission

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

FORUM UNION EUROPEENNE AFRIQUE SUR LE COTON Centre de Conférences Internationales, Paris, les 5 et 6 juillet 2004

FORUM UNION EUROPEENNE AFRIQUE SUR LE COTON Centre de Conférences Internationales, Paris, les 5 et 6 juillet 2004 FORUM UNION EUROPEENNE AFRIQUE SUR LE COTON Centre de Conférences Internationales, Paris, les 5 et 6 juillet 2004 Déclaration de Monsieur Fatiou AKPLOGAN Ministre de l Industrie, du Commerce et de la Promotion

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES ET PROJETS

MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES ET PROJETS Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Programme des Nations Unies pour le Développement MISE EN ŒUVRE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS POUR L AMELIORATION DE LA PERFORMANCE DES PROGRAMMES

Plus en détail

PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE SEMINAIRE DE FORMATION A L ATTENTION DES DIRECTEURS GENERAUX DES CENTRALES D ACHATS MEMBRES DE L ACAME

PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE SEMINAIRE DE FORMATION A L ATTENTION DES DIRECTEURS GENERAUX DES CENTRALES D ACHATS MEMBRES DE L ACAME Association Africaine des Centrales d Achats de Médicaments Essentiels 01 BP 4877 Ouagadougou Burkina Faso Tel : 226 50 37 91 75 Fax : 226 50 37 37 57 Contact@acame.org PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE

Plus en détail