Guide d utilisation de l information de crédit en assurance de dommages au Québec

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide d utilisation de l information de crédit en assurance de dommages au Québec"

Transcription

1 Guide d utilisation de l information de crédit en assurance de dommages au Québec Le 28 septembre 2010

2 Guide d utilisation de l information de crédit en assurance de dommages au Québec 1 Introduction Il existe une forte corrélation entre les informations de crédit d un consommateur et la probabilité qu il fasse une réclamation pour un sinistre. Cette information permet aux assureurs de dommages d établir une prime plus équitable pour chaque consommateur selon son profil. Afin de mieux protéger les consommateurs et d établir les normes d utilisation des informations de crédit par les assureurs de dommages, le BAC a approuvé le présent Guide et il propose son adhésion à tous les assureurs de dommages au Québec. Les assureurs signataires de la Convention d adhésion s engagent à le respecter. Principes de demande et d utilisation des informations de crédit 1. Application Ce Guide s applique : aux informations de crédit fournies par les agences d évaluation du crédit. On entend par agences d évaluation du crédit, les sociétés inscrites auprès de la Commission d accès à l information en tant qu agent de renseignements personnels; à l assurance des particuliers tant en assurance habitation qu en assurance automobile; à la tarification, à la souscription et au financement des primes. L information de crédit pourrait être utilisée à d autres fins (réclamations) mais ce Guide ne s y applique pas. 2. Consentement préalable pour la collecte et l utilisation des informations de crédit Le consommateur doit fournir à l assureur un consentement préalable pour la collecte et l utilisation des informations de crédit qui doit répondre aux normes suivantes : a) Le consentement est fourni par la personne concernée seulement. Une personne ne peut donner le consentement au nom d une autre personne. b) Le consentement doit être libre, éclairé et manifeste. On entend par : Libre : le consommateur ne doit pas se sentir obligé de donner son consentement. Éclairé : le consommateur doit comprendre la nature et la portée de la demande. La question doit être suffisamment claire afin que le consommateur sache ce à quoi il consent et ce à quoi servira le consentement. Manifeste : le consentement doit être spécifique et l assureur ne doit pas présumer du consentement. Le consentement peut être donné verbalement, par écrit ou sur support électronique. Dans le processus de collecte de renseignements par l agent ou le courtier aux fins de faire une offre à un consommateur, le champ sur l écran de l agent ou du courtier concernant le consentement du consommateur doit être clair et explicite pour l utilisateur. Le champ ne doit donc pas afficher l information «oui» par défaut.

3 Guide d utilisation de l information de crédit en assurance de dommages au Québec 2 Lorsque le consommateur doit consigner lui-même son consentement sur support électronique, ce consentement doit être un champ spécifique, clair et explicite pour le consommateur. Le champ ne doit pas afficher l information «oui» par défaut. c) La conservation du consentement : L assureur doit conserver la trace ou la preuve du consentement dans le dossier du consommateur (papier, électronique ou autre). La période de conservation du dossier du consommateur est celle prévue dans la loi. d) La durée du consentement : Le consentement est valide tant et aussi longtemps que le consommateur a un lien d affaires ininterrompu avec l assureur, c est-à-dire une police en vigueur. Dans ces circonstances, l assureur peut requérir auprès d une agence d évaluation du crédit les informations de crédit du consommateur, sans lui redemander son consentement à nouveau. e) Conséquences du refus d accorder un consentement : L assureur ne doit pas, du seul fait du refus d accorder un consentement, refuser de fournir une offre d assurance au consommateur, ni résilier ou refuser de renouveler un contrat. Dans ce cas, il est possible que le consommateur ne puisse pas profiter de la meilleure offre de l assureur. 3. Libellé recommandé de la demande de consentement La demande de consentement doit contenir les éléments essentiels suivants dans un texte ou un script verbal : i. autorisation pour la demande de renseignements auprès des agences d évaluation du crédit; ii. la nature des renseignements recherchés (quelles informations de crédit); iii. utilisation que fera l assureur des renseignements (à quoi ils serviront); iv. période d utilisation (validité) du consentement. 4. Retrait du consentement Un consommateur peut en tout temps retirer son consentement. Par contre, le consommateur pourrait alors ne pas profiter de la meilleure offre de l assureur. 5. Impact de la consultation par les assureurs sur l information de crédit L assureur doit s assurer que la consultation de l information de crédit ne doit pas avoir d impact sur le dossier des informations de crédit du consommateur détenu par l agence d évaluation du crédit. 6. Impact d une information de crédit défavorable L assureur ne doit pas, du seul fait d une information de crédit défavorable, refuser de fournir une offre d assurance au consommateur, ni résilier ou refuser de renouveler un contrat.

4 Guide d utilisation de l information de crédit en assurance de dommages au Québec 3 7. Absence d information de crédit L assureur ne doit pas, du seul fait d une absence de dossier de crédit ou pour lequel il n est pas possible d obtenir de l information de crédit, refuser de fournir une offre d assurance au consommateur, ni résilier ou refuser de renouveler un contrat. 8. Circonstances exceptionnelles Si un consommateur estime qu'une situation exceptionnelle a eu une incidence négative sur son information de crédit et qu'il en a résulté une mesure défavorable de la part de son assureur, il peut fournir à son assureur une demande décrivant la situation exceptionnelle afin d ignorer ces circonstances dans l évaluation de son dossier. L assureur jugera alors du bien-fondé de la demande du consommateur. Par situation exceptionnelle, on entend, par exemple, un vol d identité ou un événement catastrophique déclaré par le gouvernement provincial. 9. Mise à jour des informations de crédit L assureur doit utiliser de l information de crédit qui est mise à jour dans un délai raisonnable. 10. En cas d erreur du fournisseur Si l agence d évaluation de crédit informe un assureur d une correction au dossier du consommateur, l assureur s engage à réviser le dossier du consommateur en conséquence. Il appartient au consommateur de vérifier lui-même son dossier auprès des agences d évaluation du crédit et de demander des corrections s il y a lieu. 11. Confidentialité de l information de crédit L assureur doit respecter le caractère confidentiel de l information de crédit. Seules les personnes à qui ces renseignements sont nécessaires à l exercice de leurs fonctions y ont accès. Les agents et les courtiers n ont pas accès à l information de crédit dans l exercice normal de leurs fonctions. 12. Utilisation de l information de crédit par les courtiers Les courtiers sont tenus aux mêmes règles que les assureurs relativement aux informations de crédit. 13. Plaintes des consommateurs Une plainte formulée par un consommateur sur l utilisation que fait un assureur de l information de crédit à son sujet doit être traitée par l assureur selon les procédures établies dans le Guide pratique pour l établissement d une politique d examen des plaintes et de règlement des différends de l Autorité des marchés financiers et selon la Convention d adhésion.

5 Guide d utilisation de l information de crédit en assurance de dommages au Québec Exactitude des données L assureur s engage à mettre en place des processus afin de s assurer que les informations de crédit qui lui sont transmises par les agences d évaluation de crédit concernent le bon consommateur.

sur votre crédit Tout connaître et les assurances

sur votre crédit Tout connaître et les assurances sur votre crédit Tout connaître et les assurances Introduction Le principe d équité en assurance de dommages veut que la prime reflète le risque à assurer. Un des critères utilisés par les assureurs de

Plus en détail

CGV E-BOUTIQUE PLATEAUX REPAS

CGV E-BOUTIQUE PLATEAUX REPAS CGV E-BOUTIQUE PLATEAUX REPAS BAUD SARL SARL au capital de 64 000 Euros 4 Grande Rue 25000 BESANCON RCS BESANCON 387598576 TVA intracommunautaire : FR9238759857600016 NAF :1071 D Les présentes Conditions

Plus en détail

POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER

POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER -+ POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER En tant qu entreprise de services, BBA se conforme à la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

E-commerce : tarification et souscription en ligne Comment apprivoiser les contraintes légales

E-commerce : tarification et souscription en ligne Comment apprivoiser les contraintes légales E-commerce : tarification et souscription en ligne Comment apprivoiser les contraintes légales Isabelle MONIN LAFIN Avocate au Barreau de Paris 72, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 PARIS Tél : 01.46.10.

Plus en détail

Droit des assurances

Droit des assurances Catégorie Economique Droit des assurances Titulaire : S. FLORIO Baccalauréat : comptabilité Année académique 20122013 2 ème année 1 Introduction Section 1. Plan Après une introduction comportant un bref

Plus en détail

Convention régissant l utilisation de la carte VISA prépayée PRIZM de CanaCash Financial Services

Convention régissant l utilisation de la carte VISA prépayée PRIZM de CanaCash Financial Services Convention régissant l utilisation de la carte VISA prépayée PRIZM de CanaCash Financial Services 1. La présente convention régissant l utilisation de la carte prépayée VISA constitue une convention ayant

Plus en détail

Modalités d utilisation de l agence

Modalités d utilisation de l agence Modalités d utilisation de l agence VOTRE AUTORITÉ Propositions Vous pouvez recevoir des propositions portant sur des risques d assurance pour lesquels vous détenez un permis et nous les présenter aux

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION D UNE TABLETTE NUMERIQUE. (Mise à jour suite à l avenant n 2 délibéré en conseil communautaire du 4 juin 2015)

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION D UNE TABLETTE NUMERIQUE. (Mise à jour suite à l avenant n 2 délibéré en conseil communautaire du 4 juin 2015) CONVENTION DE MISE A DISPOSITION D UNE TABLETTE NUMERIQUE (Mise à jour suite à l avenant n 2 délibéré en conseil communautaire du 4 juin 2015) :) @ SOMMAIRE PREAMBULE... 1 ARTICLE 1 - CONDITIONS D ELIGIBILITE

Plus en détail

(P)-RF-1999-01. Adoptée : Le 22 juin 1999. En vigueur : Le 22 juin 1999. Amendement :

(P)-RF-1999-01. Adoptée : Le 22 juin 1999. En vigueur : Le 22 juin 1999. Amendement : (P)-RF-1999-01 Frais de déplacement Adoptée : Le 22 juin 1999 En vigueur : Le 22 juin 1999 Amendement : Le 25 juin 2002 (CC-2002-189) Le 26 octobre 2004 (CC-2004-320) Le 27 septembre 2005 (CC-2005-296)

Plus en détail

Sponsoring et mécénat

Sponsoring et mécénat Sponsoring et mécénat Sponsoring : association à un événement (retomber commercial) Mécénat : aide (mais pas forcement de retomber médiatique, publique restreint ) Introduction : Il existe un démarche

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

Taxes à la consommation

Taxes à la consommation BULLETIN D INTERPRÉTATION ET DES PRATIQUES ADMINISTRATIVES CONCERNANT LES LOIS ET LES RÈGLEMENTS Taxes à la consommation LAF. 36-1/R1 Prorogation de délais Publication : 29 décembre 2011 Renvoi(s) : Loi

Plus en détail

Guide sur la politique de la protection des renseignements personnels et des données électroniques de Groupe Cloutier Inc. Annexe 16 Septembre 2015

Guide sur la politique de la protection des renseignements personnels et des données électroniques de Groupe Cloutier Inc. Annexe 16 Septembre 2015 Guide sur la politique de la protection des renseignements personnels et des données électroniques de Groupe Cloutier Inc. Annexe 16 Septembre 2015 Table des matières 1. Protection des renseignements personnels...

Plus en détail

Convention Internet no id - - - - - - Consultation

Convention Internet no id - - - - - - Consultation Convention Internet no id - - - - - - Consultation La présente Convention régit la relation contractuelle du Titulaire/co-titulaire de compte (ci-après «le Client») : Nom et prénom/dénomination sociale

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BUREAU CENTRAL FRANÇAIS (Mandataire ) -----------------------------------

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BUREAU CENTRAL FRANÇAIS (Mandataire ) ----------------------------------- 01/07/2006-mandataire MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BUREAU CENTRAL FRANÇAIS (Mandataire ) ----------------------------------- Entre le Bureau central français des sociétés d assurances

Plus en détail

La Loi sur la protection du consommateur et la location à long terme d une automobile

La Loi sur la protection du consommateur et la location à long terme d une automobile La Loi sur la protection du consommateur et la location à long terme d une automobile Les contrats de location d une automobile d une durée de quatre mois ou plus qui interviennent entre un commerçant

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE Direction générale POLITIQUE N O 15 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE Adoptée le 9 juin 2015 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 9 juin 2015 (CA-2015-06-09-12)

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce qui suit avant de remplir le présent certificat d'assurance :

Veuillez lire attentivement ce qui suit avant de remplir le présent certificat d'assurance : Certificat d'assurance erreurs omissions ou responsabilité professionnelle pour les entreprises de conception qui désirent s'inscrire, renouveler ou rétablir leur inscription aux termes du Code du bâtiment

Plus en détail

Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie

Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie Directives relatives aux provisions pour sinistres à régler en assurance non-vie Version d août 2006 Adoptés par le Comité de l ASA le 1 er septembre 2006 1 Sommaire Page Directives relatives aux provisions

Plus en détail

B.D.M. SA. Politique relative aux Conflits d intérêts

B.D.M. SA. Politique relative aux Conflits d intérêts B.D.M. SA Politique relative aux Conflits d intérêts Diffusion Public Règles/procédures de politique liées Règles de conduite MiFID, Politique de rémunération Propriétaire Bart Dewulf Date de cette version

Plus en détail

Votre permis de conduire et votre état de santé

Votre permis de conduire et votre état de santé Votre permis de conduire et votre état de santé La sécurité sur nos routes constitue un élément essentiel de la protection des membres de nos collectivités. C est pourquoi nous imposons l obligation d

Plus en détail

Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine

Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine ANNEXE V Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine Définitions Article premier I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Aux fins du présent règlement, on

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX

CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de Villepreux a décidé

Plus en détail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail ANNEXE AU RÈGLEMENT DE TRAVAIL ; protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail Domaine d application L employeur et

Plus en détail

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT CLIENT N NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AU 1ER NOVEMBRE 2009 AVENANT A LA CONVENTION DE COMPTE COURANT ET AUX CONTRATS DE SERVICES DE PAIEMENT ASSOCIES (HORS CARTES

Plus en détail

C120 : Les rudiments de l appréciation du risque

C120 : Les rudiments de l appréciation du risque Spécimen de questionnaire d examen C120 : Les rudiments de l appréciation du risque IMPORTANT : Vous disposez de 3 heures pour passer cet examen. Total : 200 points Lorsque vous quittez la salle d examen,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE RELATIVES A L'ACQUISITION ET L'UTILISATION DE L'«APPLI SPETTACOLO» (CI-APRES «APPLI»)

CONDITIONS GENERALES DE VENTE RELATIVES A L'ACQUISITION ET L'UTILISATION DE L'«APPLI SPETTACOLO» (CI-APRES «APPLI») CONDITIONS GENERALES DE VENTE RELATIVES A L'ACQUISITION ET L'UTILISATION DE L'«APPLI SPETTACOLO» (CI-APRES «APPLI») I. CONDITIONS GÉNÉRALES 1. Téléchargement et utilisation de l'appli L'Appli peut être

Plus en détail

Conditions Particulières de Vente

Conditions Particulières de Vente Conditions Particulières de Vente Tout client de la société TERR EVA reconnaît avoir la capacité de contracter aux conditions décrites dans les conditions de vente présentées ci-après, c est-à-dire la

Plus en détail

AVIS N 21 / 2000 du 28 juin 2000

AVIS N 21 / 2000 du 28 juin 2000 AVIS N 21 / 2000 du 28 juin 2000 N. Réf. : 10 / He /1997 / 002 / 067f OBJET : Avis d initiative relatif au fichier RSR (fichier ayant pour but le signalement, entre compagnies d assurance, des risques

Plus en détail

Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale

Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale 1 2 Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires

Plus en détail

GUIDE AssurMiFID. Obligation de conduite honnête, équitable et professionnelle

GUIDE AssurMiFID. Obligation de conduite honnête, équitable et professionnelle GUIDE AssurMiFID 1. Qu est-ce que AssurMiFID? MiFID (Markets in Financial Instruments Directive) est un ensemble de règles de droit européennes qui contribuent à l harmonisation de la réglementation pour

Plus en détail

2.4. A l existence du compte-titres sont toujours liés deux autres comptes, à savoir le compte de capital et un compte d espèces.

2.4. A l existence du compte-titres sont toujours liés deux autres comptes, à savoir le compte de capital et un compte d espèces. SA Société anonyme Prêteur Numéro d agrément: 937 Courtier en assurances n Fsma: 011671A Burgstraat 170-9000 Gent Tél.:09 224 73 11 Fax: 09 223 34 72 TVA BE 0400.028.394 RPM Gent www.europabank.be Règlement

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Note d orientation sur les diligences du Commissaire aux Comptes d un établissement de crédit en matière de l obligation mise à sa charge par l article 3 de la circulaire

Plus en détail

VITA PENSION 51.30.255 09/12

VITA PENSION 51.30.255 09/12 ISO 9001 CERTIFIED FIRM BCCA VITA PENSION 51.30.255 09/12 VITA PENSION CONDITIONS GENERALES DEFINITIONS A. Preneur d assurance La personne qui conclut le contrat d assurance avec l entreprise d assurances.

Plus en détail

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile Mémoire relatif aux Consultations particulières et auditions publiques sur le document d information sur le transport rémunéré de personnes

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES. Le Service est réservé aux personnes juridiquement capables de souscrire des contrats en droit français.

CONDITIONS GENERALES. Le Service est réservé aux personnes juridiquement capables de souscrire des contrats en droit français. CONDITIONS GENERALES Conditions Générales «Caratoo» Les Conditions Générales ont pour objet de définir les modalités selon lesquelles Monsieur Cyrille Huss, immatriculé sous le numéro SIREN 532 921 202

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ASSURANCE PLAN EPARGNE AP. Différents par volonté et par nature.

CONDITIONS GENERALES D ASSURANCE PLAN EPARGNE AP. Différents par volonté et par nature. CONDITIONS GENERALES D ASSURANCE PLAN EPARGNE AP Pour l application du présent contrat, on entend par : COMPAGNIE : L Ardenne Prévoyante S.A., Entreprise d assurance agréée sous le code 129 ; LE PRENEUR

Plus en détail

Textes législatifs et réglementaires Relatifs à la protection des données personnelles en Tunisie. Chawki GADDES

Textes législatifs et réglementaires Relatifs à la protection des données personnelles en Tunisie. Chawki GADDES Textes législatifs et réglementaires Relatifs à la protection des données personnelles en Tunisie Chawki GADDES 20/02/2008 ARTICLE 9 DE LA CONSTITUTION TUNISIENNE DU PREMIER JUIN 1959 TELLE QUE RÉVISÉ

Plus en détail

RECUEIL DE GESTION SECTEUR RESSOURCES HUMAINES IDENTIFICATION 5231-04-01 POLITIQUE RELATIVE AU HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE

RECUEIL DE GESTION SECTEUR RESSOURCES HUMAINES IDENTIFICATION 5231-04-01 POLITIQUE RELATIVE AU HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE 1. RÉFÉRENCE Loi sur les normes du travail (en vigueur le 1 er juin 2004, art. 81.18) 2. DÉFINITIONS 2.1 Comportement se manifestant soit par des paroles, des actes ou des gestes répétés, à caractère vexatoire

Plus en détail

IL EST RÉSOLU D'ADOPTER LE PRÉSENT CODE DE DÉONTOLOGIE: Chapitre I Dispositions générales

IL EST RÉSOLU D'ADOPTER LE PRÉSENT CODE DE DÉONTOLOGIE: Chapitre I Dispositions générales ATTENDU QUE les membres ont adopté lors d une assemblée annuelle tenue le 5 novembre 2013, le présent Code de déontologie abrogeant l ancien Code de déontologie de l Association des massothérapeutes du

Plus en détail

LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE

LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise LE PROCESSUS DE L EXPERTISE EN RESPONSABILITE CIVILE AMRAE 28 JUIN 2013 COMMENT VOYEZ VOUS L EXPERTISE «RC»? COMMENT VOYEZ VOUS

Plus en détail

Conditions générales d utilisation et de participation de la société placedesenergies.com.

Conditions générales d utilisation et de participation de la société placedesenergies.com. Conditions générales d utilisation et de participation de la société placedesenergies.com. 1. À propos de nous Placedesenergies.com est une société privée et totalement indépendante de tout fournisseur

Plus en détail

Code de conduite pour la vente en dehors de l entreprise et la vente à distance

Code de conduite pour la vente en dehors de l entreprise et la vente à distance Code de conduite pour la vente en dehors de l entreprise et la vente à distance Ce Code de conduite constitue un complément aux dispositions réglementaires relatives à la vente à distance et la vente en

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE SUR LE TELETRAVAIL

ACCORD D ENTREPRISE SUR LE TELETRAVAIL ACCORD D ENTREPRISE SUR LE TELETRAVAIL Préambule En tirant parti du développement des technologies de l information et de la communication, le recours au télétravail offre l opportunité de rénover les

Plus en détail

Mentions Légales. Propriété du site, accords envers les conditions d utilisation. Contenu. Votre utilisation du site

Mentions Légales. Propriété du site, accords envers les conditions d utilisation. Contenu. Votre utilisation du site Mentions Légales Propriété du site, accords envers les conditions d utilisation Ces termes et conditions d utilisation (les «Conditions d utilisation») s appliquent au site Web de Telelangue localisé à

Plus en détail

Formulaire de souscription pour l assurance combinée de la responsabilité civile professionnelle

Formulaire de souscription pour l assurance combinée de la responsabilité civile professionnelle 1 Formulaire de souscription pour l assurance combinée de la responsabilité civile professionnelle Intermédiation en assurances et la distribution d'assurances & Intermédiation en services bancaires et

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE DU CONSEIL DES COMMISSAIRES ET DU COMITÉ EXÉCUTIF

RÈGLES DE GESTION INTERNE DU CONSEIL DES COMMISSAIRES ET DU COMITÉ EXÉCUTIF MANUEL DE POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS RÈGLES DE GESTION INTERNE DU CONSEIL DES COMMISSAIRES ET DU COMITÉ EXÉCUTIF Code : Politique 1.1 Date d entrée en vigueur : Le 25 novembre

Plus en détail

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000

Plus en détail

Copyright Nations Unies 2005

Copyright Nations Unies 2005 PROJET D ARTICLES SUR LE STATUT DU COURRIER DIPLOMATIQUE ET DE LA VALISE DIPLOMATIQUE NON ACCOMPAGNÉE PAR UN COURRIER DIPLOMATIQUE ET PROJETS DE PROTOCOLES FACULTATIFS Y RELATIFS 1989 Texte adopté par

Plus en détail

CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLE E4

CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLE E4 CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS RÈGLE E4 ÉCHANGE D EFFETS DE PAIEMENT DE DÉBIT POINT DE SERVICE SANS NIP AUX FINS DE LA COMPENSATION ET DU RÈGLEMENT 2013 CANADIAN PAYMENTS

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC UN CHIRURGIEN

ENTRETIEN AVEC UN CHIRURGIEN ENTRETIEN AVEC UN CHIRURGIEN Suite au bilan dont elle a bénéficié, Mme Gerusa consulte le chirurgien qui lui a été conseillé, dans la clinique où celui-ci exerce. Elle sait qu elle a une tumeur qui doit

Plus en détail

CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR

CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR Préambule L ouverture des activités d assurances économiques aux opérateurs privés nationaux et étrangers ainsi que la réintroduction des intermédiaires et des experts d

Plus en détail

PROTECTION DES DONNÉES DANS LES EMS

PROTECTION DES DONNÉES DANS LES EMS PROTECTION DES DONNÉES DANS LES EMS DIRECTIVE CONCERNANT LE TRAITEMENT DES DONNÉES SUR LES RÉSIDENTS RESPONSABLE: DS PERSONNES ÂGÉES VERSION MAI 2013 CURAVIVA Suisse Zieglerstrasse 53 3000 Berne 14 Tél.

Plus en détail

Conditions générales pour l accès enregistré à VZ Portail financier

Conditions générales pour l accès enregistré à VZ Portail financier Conditions générales pour l accès enregistré à VZ Portail financier Les conditions générales (ci-après «CG») régissent la relation entre le contractant et VZ Banque de Dépôt SA, Innere Güterstrasse 2,

Plus en détail

Smart Lending : la protection du client dans le processus de crédit

Smart Lending : la protection du client dans le processus de crédit Smart Lending : la protection dans le processus de crédit Comment intégrer les pratiques dans le prêt individuel des institutions de microfinance : vue d ensemble www.smartcampaign.org INTRODUCTION Ce

Plus en détail

Contrat d agent associé

Contrat d agent associé Contrat d agent associé Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «agent associé») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal :

Plus en détail

POLITIQUE 4.5 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL RELATIVE À L'ACCÈS AUX DOCUMENTS DES ORGANISMES PUBLICS ET À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

POLITIQUE 4.5 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL RELATIVE À L'ACCÈS AUX DOCUMENTS DES ORGANISMES PUBLICS ET À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS 4.5 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À L'ACCÈS AUX DOCUMENTS DES ORGANISMES PUBLICS ET À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS ADOPTION LE : PAR : 18 juin 2002 CC-00-01-726 1.0 DISPOSITIONS

Plus en détail

LE DROIT DU LOCATEUR D ENTRER DANS UN LOGEMENT LOCATIF

LE DROIT DU LOCATEUR D ENTRER DANS UN LOGEMENT LOCATIF G19 LE DROIT DU LOCATEUR D ENTRER DANS UN LOGEMENT LOCATIF Les Lignes directrices d interprétation visent à aider les parties à comprendre l interprétation de la loi que fait habituellement la Commission,

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 17 mars 2008 (18.03) (OR. en) 6690/3/08 REV 3. Dossier interinstitutionnel: 2008/0004 (CNS) RC 1 COASI 47

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 17 mars 2008 (18.03) (OR. en) 6690/3/08 REV 3. Dossier interinstitutionnel: 2008/0004 (CNS) RC 1 COASI 47 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17 mars 2008 (18.03) (OR. en) Dossier interinstitutionnel: 2008/0004 (CNS) 6690/3/08 REV 3 RC 1 COASI 47 PROPOSITION Origine: Commission En date du: 14 janvier

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT ET DE MISE EN MARCHÉ DE LA SOCIÉTÉ DES ALCOOLS DU QUÉBEC

POLITIQUE D ACHAT ET DE MISE EN MARCHÉ DE LA SOCIÉTÉ DES ALCOOLS DU QUÉBEC POLITIQUE D ACHAT ET DE MISE EN MARCHÉ DE LA SOCIÉTÉ DES ALCOOLS DU QUÉBEC RÉVISÉE LE 16 DÉCEMBRE 2010 (DATE D ADOPTION PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION) 1. LA SAQ ENTREPRISE COMMERCIALE...4 1.1 Mandat...4

Plus en détail

Formulaire de souscription pour l assurance responsabilité civile professionnelle. d intermédiation en assurances et distribution d'assurances.

Formulaire de souscription pour l assurance responsabilité civile professionnelle. d intermédiation en assurances et distribution d'assurances. 1 Formulaire de souscription pour l assurance responsabilité civile professionnelle d intermédiation en assurances et distribution d'assurances. «courtiers et agents en assurances» 1. Données Générales

Plus en détail

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données Règlement d INTERPOL sur le traitement des données TABLE DES MATIERES PRÉAMBULE... 7 Article 1 : Définitions... 7 Article 2 : But... 8 Article 3 : Objet... 8 Article 4 : Champ d application... 8 TITRE

Plus en détail

Conditions générales de prêt pour expositions temporaires

Conditions générales de prêt pour expositions temporaires Conditions générales de prêt pour expositions temporaires Musée royal de l Afrique centrale Département d'anthropologie culturelle Section Gestion des collections Secrétariat des prêts Leuvensesteenweg

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

Avis relatif à la position du médiateur dans l hôpital et sa relation vis-à-vis du gestionnaire hospitalier, de la direction et du médecin en chef

Avis relatif à la position du médiateur dans l hôpital et sa relation vis-à-vis du gestionnaire hospitalier, de la direction et du médecin en chef SPF SANTE PUBLIQUE, Le 22/01/07 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT DIRECTION GENERALE DE L ORGANISATION DES ETABLISSEMENTS DE SOINS --- COMMISSION FEDERALE «DROITS DU PATIENT» --- Réf.

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Article 1 : Champ d application Article 2 : Promotion et offre

CONDITIONS GENERALES Article 1 : Champ d application Article 2 : Promotion et offre CONDITIONS GENERALES Article 1 : Champ d application Ces conditions générales sont applicables aux contrats d organisation et d intermédiaire de voyages, tels que définis par la loi du 16 février 1994

Plus en détail

CONDITIONS D UTILISATION DU FREE FACTORY au 25/11/2015

CONDITIONS D UTILISATION DU FREE FACTORY au 25/11/2015 CONDITIONS D UTILISATION DU FREE FACTORY au 25/11/2015 Article 1 - Définitions Les mots et expressions, ci-après auront, dans le cadre des présentes conditions d utilisation, la signification suivante

Plus en détail

LIGNE DE CONDUITE. Accès et utilisation du réseau sans fil et appareil électronique personnel

LIGNE DE CONDUITE. Accès et utilisation du réseau sans fil et appareil électronique personnel APPROBATION DU CE : 6 février 2012 EN VIGUEUR : 6 février 2012 RÉVISION : OBJET Un accès au réseau sans fil du Conseil scolaire de district catholique Franco-Nord (ci après nommé le «CSCFN»), destiné à

Plus en détail

LES DOSSIERS PERSONNELS DE L ÉLÈVE QUESTIONS ET RÉPONSES

LES DOSSIERS PERSONNELS DE L ÉLÈVE QUESTIONS ET RÉPONSES LES DOSSIERS PERSONNELS DE L ÉLÈVE QUESTIONS ET RÉPONSES Août 2003 1. À la CSPÎ, quand ouvre-t-on un dossier d aide particulière? Lors de l étude de cas d un élève par un comité d aide, même s il n en

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE Référer à la : SECTION I PRÉAMBULE Préambule 1. La Politique d intégrité en recherche (ci-après appelée la «présente politique») découle de la Politique institutionnelle

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES OSTÉOPATHES DE FRANCE

CODE DE DÉONTOLOGIE DES OSTÉOPATHES DE FRANCE CODE DE DÉONTOLOGIE DES OSTÉOPATHES DE FRANCE Version août 2008 Union Fédérale des OSTÉOPATHES DE FRANCE (UFOF) L Union Fédérale des Ostéopathes de France (UFOF) Organisation socioprofessionnelle existante

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Page 1 sur 5 Conditions générales de vente 1) Réservation Toute location est nominative et ne peut en aucun cas être cédée ou sous-louée. Le client qui établit la réservation doit être une personne majeure

Plus en détail

POLITIQUE D ACCÈS AUX DOCUMENTS ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

POLITIQUE D ACCÈS AUX DOCUMENTS ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS POLITIQUE D ACCÈS AUX DOCUMENTS ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Adoptée par le Comité de direction le 8 novembre 2007 Adoptée par le Conseil d administration le 19 décembre 2007 Table des

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA GESTION INTÉGRÉE DE LA PRÉSENCE AU TRAVAIL

POLITIQUE SUR LA GESTION INTÉGRÉE DE LA PRÉSENCE AU TRAVAIL POLITIQUE SUR LA GESTION INTÉGRÉE DE LA PRÉSENCE AU TRAVAIL SERVICE DES RESSOURCES HUMAINES Adoption : Amendement : C.C.-086-030127 \\cssamares.qc.ca\administration\savl001\lorraine\politique - Loi - Règlement\Politiques\Politique

Plus en détail

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement

Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Politique en vue d assurer un milieu de travail et d étude exempt de toute forme de harcèlement Adoptée : Le 1 er janvier 2005 1. Préambule HEC Montréal reconnaît le droit de tout membre de la communauté

Plus en détail

ASSURANCES. Trouvez l assurance qu il vous faut. BR, la banque de la Réunion. www.banquedelareunion.fr

ASSURANCES. Trouvez l assurance qu il vous faut. BR, la banque de la Réunion. www.banquedelareunion.fr ASSURANCES BR, la banque de la Réunion Trouvez l assurance qu il vous faut. ASSURANCES : Assurance sur Épargne p4 BR Sécuris p6 Assurance Automobile p8 Assurance Habitation p10 Garantie Accidents de la

Plus en détail

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS»

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS» Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES

SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES 16.1) DÉFINITIONS Les définitions suivantes s appliquent aux lignes directrices : «Compagnie» Désigne la Compagnie SouthEastern Mutual Insurance.

Plus en détail

Q U E S T I O N N A I R E

Q U E S T I O N N A I R E «Kidnapping & Rançon Q U E S T I O N N A I R E Formulaire de demande d assurance Kidnapping Rançon Extorsion et détention 1. Dénomination de l entreprise : 2. Adresse du siège social : Membre d un groupe?

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente Dernière mise à jour le 26 mai 2014 1. OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Le présent document définit de façon complète et définitive les conditions générales de vente s'appliquant

Plus en détail

MUSEE DE LA VIE WALLONNE REGLEMENT TARIF ET D OCCUPATION DES SALLES

MUSEE DE LA VIE WALLONNE REGLEMENT TARIF ET D OCCUPATION DES SALLES MUSEE DE LA VIE WALLONNE REGLEMENT TARIF ET D OCCUPATION DES SALLES Article 1 er : compétence en matière d autorisation et de refus d occupation La Direction du Secteur des Musées - Expositions peut, aux

Plus en détail

Monsieur Maître. Madame Commission scolaire.

Monsieur Maître. Madame Commission scolaire. Québec, le 4 septembre 2013 Monsieur Maître. Madame Commission scolaire. Objet : et c. Commission scolaire... Plainte du 25 avril 2012 N/Réf. : 100 46 34 La présente donne suite à la plainte que monsieur

Plus en détail

TC Vacances en voiture 2013/14

TC Vacances en voiture 2013/14 TC Vacances en voiture 2013/14 Conditions spéciales de voyage et informations complémentaires importantes En complément aux Conditions générales de voyage de l asbl Commission de Litiges Voyages, nous

Plus en détail

PROPOSITION D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

PROPOSITION D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE PROPOSITION D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE PROFESSIONNELLE NEGOTIS 2.0 Nouveau dossier Date de début: Echéance: Courtier N agent: Bureau: Réf: Preneur d assurance Personne physique Personne morale Nom:

Plus en détail

BRED DOMINOS. Chaque utilisation de votre carte bancaire se transforme en avantages

BRED DOMINOS. Chaque utilisation de votre carte bancaire se transforme en avantages BRED DOMINOS Chaque utilisation de votre carte bancaire se transforme en avantages DOMINOS (Version février 2001) PREAMBULE La BRED Banque Populaire propose à ses clients un programme de fidélisation dénommé

Plus en détail

946.101 Ordonnance sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation

946.101 Ordonnance sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation Ordonnance sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation (OASRE) du 25 octobre 2006 (Etat le 1 er janvier 2016) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 11, al. 2, 17, al. 2, 29, al. 5, et 31,

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

Fonds de placement garanti BMO Directives administratives

Fonds de placement garanti BMO Directives administratives Fonds de placement garanti BMO Directives administratives 1 er octobre 2014 Ordre du jour Soutien aux conseillers Types de compte Conseils pour remplir les formulaires de proposition Conseils sur le Formulaire

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-113 DU 18 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-113 DU 18 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-113 DU 18 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LA COLLECTE ET LA CONSERVATION DE LA COPIE DE DOCUMENTS D IDENTITE OFFICIELS

Plus en détail

APAM-RS Association des parents et amis de la personne atteinte de maladie mentale Rive-Sud. Adoptée le 08 mars 2010 par le conseil d administration

APAM-RS Association des parents et amis de la personne atteinte de maladie mentale Rive-Sud. Adoptée le 08 mars 2010 par le conseil d administration APAM-RS Association des parents et amis de la personne atteinte de maladie mentale Rive-Sud Adoptée le 08 mars 2010 par le conseil d administration TABLES DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS DE LA PRÉSENTE POLITIQUE...-

Plus en détail

Ein Kommentar Un commentaire

Ein Kommentar Un commentaire 1 SZS/RSAS 51/2007 Ein Kommentar Un commentaire Quelques réflexions sur le devoir de renseignement des assurances sociales suite à l ATFA du 14 juillet 2006 C 335/05 Par Jean-Michael Duc, Sion 1. Bref

Plus en détail

Styliste ongulaire - Cours de base

Styliste ongulaire - Cours de base Styliste ongulaire - Cours de base La formation de Styliste ongulaire L enseignement s organise entre cours théoriques et entraînements pratiques sur supports et sur modèles. Cette formation de qualité

Plus en détail

Rapport sur l examen de l assurance titres résidentielle de la CSFO

Rapport sur l examen de l assurance titres résidentielle de la CSFO Rapport sur l examen de l assurance titres résidentielle de la CSFO Septembre 2015 Table des matières À propos de la Commission des services financiers de l Ontario... 2 Contexte... 2 Introduction... 2

Plus en détail

et tarification 2008

et tarification 2008 Conditions de souscription et tarification 2008 Page 1 sur 6 SOUSCRIPTEUR : Le Syndic ou l'administrateur de Biens professionnel pour le compte des différents Syndicats de Copropriété Le protocole concerne

Plus en détail

MODALITÉS. Toute interprétation des modalités du programme Privilège Delta sont à la seule discrétion de Delta.

MODALITÉS. Toute interprétation des modalités du programme Privilège Delta sont à la seule discrétion de Delta. MODALITÉS L abonnement au programme Privilège Delta est gratuit et offert aux résidents de pays dont la législation permet la participation à des programmes pour grands voyageurs. L abonnement et la demande

Plus en détail

ou de bons cadeaux aux Particuliers

ou de bons cadeaux aux Particuliers Conditions Générales de Vente des Cours de Photographie ou de bons cadeaux aux Particuliers Les présentes Conditions Générales de Vente s'appliquent à l'ensemble des prestations proposées sur le site www.pghoxacademy.fr

Plus en détail

CONVENTION D HABILITATION INDIVIDUELLE «société d assurance rattachée à une convention cadre»

CONVENTION D HABILITATION INDIVIDUELLE «société d assurance rattachée à une convention cadre» CONVENTION D HABILITATION INDIVIDUELLE «société d assurance rattachée à une convention cadre» Les parties à la convention - Le Ministre de l intérieur représenté par le Préfet de Préambule - Raison sociale

Plus en détail

Convention-cadre. entre. La Poste Suisse Viktoriastrasse 21, 3030 Berne. ci-après: «La Poste», L organisation de soin participante (Nom)

Convention-cadre. entre. La Poste Suisse Viktoriastrasse 21, 3030 Berne. ci-après: «La Poste», L organisation de soin participante (Nom) Convention-cadre entre La Poste Suisse Viktoriastrasse 21, 3030 Berne ci-après: «La Poste», et L organisation de soin participante (Nom) ci-après: «l organisation» désignés ensemble par «les parties»,

Plus en détail

Conditions Générales de Service

Conditions Générales de Service Conditions Générales de Service Les présentes conditions générales de service (ci-après les «CGS») s appliquent aux services fournis par la société ONBOOJE (ci-après «ONBOOJE») à sa clientèle de particuliers

Plus en détail