PROJET DE PROMOTION DE L ENTREPRENARIAT RURAL Phase2 PROMER 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET DE PROMOTION DE L ENTREPRENARIAT RURAL Phase2 PROMER 2"

Transcription

1 EPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But - Une Foi MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL PROJET DE PROMOTION DE L ENTREPRENARIAT RURAL Phase2 PROMER 2 La campagne entreprenante! Dowri to dow! Santooto santo! Kaw gi ca kaw! Tokfee took! BP 158 Tambacounda - Tel : (221) Télécopie: (221) ou - Site Web : ou FIDA BOAD Financement : Fonds International de Développement Agricole (FIDA) et Banque Ouest Africaine Développement (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ETUDE : «OFFRE ET DEMANDE DE SERVICES FINANCIERS DANS LES ZONES D INTERVENTION DU FIDA» Par M. Mbaye SARR, chef de mission CABINET D ETUDES ET DE CONSEIL SERVICES APPUI RECHERCHE ET REPRESENTATION S.A.R.R. SARL Km 16, Route de Rufisque Thiaroye Azur Cité SAPI Extension n 4 bis BP Thiaroye Dakar Tél. : (221) / , GSM : Fax : (221) /

2 S O M M A I R E SIGLES ET ABREVIATIONS... 5 RESUME... 7 INTRODUCTION METHODOLOGIE EVOLUTION DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE AU SENEGAL PRESENTATION DU SECTEUR : COUVERTURE GEOGRAPHIQUE ET TAU DE PENETRATION DES IMF TYPOLOGIE DES ACTEURS LES PERFORMANCES DES IMF AU SENEGAL ET DANS L ESPACE UMOA/BCEAO18 Performances des IMF du Sénégal de 2003 à 2005 (source BCEAO)...18 Performances des IMF du Sénégal en juin 2006 dans l espace UMOA/BCEAO...19 IDENTIFICATION DES MPER PREMIERE PARTIE : UNE ANALYSE DE LA DEMANDE SOLVABLE DE PRODUITS ET SERVICES DE MICROFINANCE PAR LES MPER ET DES ENTREPRENEURS/PORTEURS D INITIATIVES ET DES BENEFICIAIRES DES AUTRES PROJETS FIDA DEMANDE SATISFAITE DE SERVICES FINANCIERS DES MPER Analyse de l administration des crédits des MPER Gestion et suivi des crédits des MPER dans l IMF/IF TYPES ET NATURE DES BESOINS EPRIMES PAR LES MPER Types et nature des besoins exprimés Typologie et nature des besoins de crédit (CT, MT, LT) exprimés par les MPER et satisfaits par les IMF PREFERENCE RELATIVE DES MPER PAR RAPPORT AU DIFFERENTES CARACTERISTIQUES DES SERVICES FINANCIERS Crédit : Epargne : Autres produits que le crédit et l épargne DEMANDE POTENTIELLE DES MPER Prioriser les conditions préférentielles Montant actuels (2006) et projetés (1910) des besoins de crédit Calcul de la demande potentielle dans les zones de l étude CARACTERISTIQUES DE LA DEMANDE DES PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS Demande satisfaite de services financiers des MPER par les IMF/IF Types et nature des besoins exprimés Préférence relative des MPER par rapport aux différentes caractéristiques des services financiers selon les IMF/IF...36 DEUIEME PARTIE : UNE ANALYSE DE L OFFRE DE PRODUITS ET SERVICES DE MICROFINANCE AU PROFIT DES MPER ET DES ENTREPRENEURS/PORTEURS D INITIATIVES ET DES BENEFICIAIRES DES AUTRES PROJETS FIDA STRATEGIES ET CONDITIONS D INTERVENTION DES IMF/IF Stratégies d intervention des IMF/IF Conditions d intervention des IMF/IF APPLICATION DES PRATIQUES OPTIMALES Epargne et crédit par les IMF/IF Fonctionnement des IMF/IF Financement des MPER par les IMF/IF Partenariat des IMF/IF avec les projets FIDA Fixation des durées, des taux d intérêt de crédits des MPER par les IMF/IF...46

3 Evaluation de rentabilité de l activité des MPER avant de procéder au financement par les IMF/IF GOUVERNANCE SYSTEMES D INFORMATION DE GESTION(SIG) MANUEL DE PROCEDURES, PLAN DE DEVELOPPEMENT ET PLAN D AFFAIRES Manuel de procédures des IMF/IF : Plan de développement des IMF/IF Plan d affaires des IMF/IF : SECURITE PHYSIQUE FINANCIERE ET JURIDIQUE Sécurité physique : les moyens pour assurer la sécurité du personnel et du local mobilier et des fonds de l IMF/IF La sécurité financière des IMF/IF La sécurité juridique de l IMF/IF Contraintes liées à la sécurité financière et juridique et les mesures pour lever ces contraintes à l endroit des MPER...50 TROISIEME PARTIE : UNE CARTOGRAPHIE DES DIFFERENTS ACTEURS (IMF/IF, BANQUES, FONDS D APPUI ET PROJETS) INTERVENANT DANS LA ZONE D INTERVENTION DU FIDA ET AYANT COMME CIBLE LES MPER TYPOLOGIE DES ACTEURS CARTOGRAPHIE DES ACTEURS PRESENTS DANS LA ZONE D INTERVENTION DU FIDA, CARTOGRAPHIE DES DIFFERENTS ACTEURS PAR L ANALYSE DES INDICATEURS DANS LES FICHES SYNOPTIQUES QUATRIEME PARTIE : UNE ANALYSE GLOBALE DES PERFORMANCES DES IMF/IF METTANT L ACCENT SUR LA VIABILITE, LE NIVEAU DE PROFESSIONNALISATION ATTEINT ET LES INNOVATIONS FINANCIERES APPORTEES (OU A APPORTER) POUR LE FINANCEMENT DES MPER ANALYSE GLOBALE DES PERFORMANCES DES IMF/IF Statistiques sur les opérations effectives par les IMF/IF Mesure de la capacité de financement effective sur 3 ans des MPER LES BESOINS DES IMF/IF EN APPUI INSTITUTIONNEL : Investissements les IMF / IF Besoins en renforcement de capacité du personnel technique et des élus et en ressources financières L ANALYSE CROISEE/CONFRONTATION DE L OFFRE ET DE LA DEMANDE : Cartographie du niveau de satisfaction de la demande de services financiers par l offre, Potentiel en terme de création et/ou de consolidation de l offre de services financiers CINQUIEME PARTIE : UNE SYNTHESE DES CONTRAINTES ET DES OPPORTUNITES DE LA DEMANDE ET DE L OFFRE POTENTIALITES DE LA ZONE, CONDITIONS DE VIABILITE / PERENNITE DES IMF/IF, Listez les principales contraintes d accès au crédit et les mesures correctives Listez les principales contraintes à la mobilisation de l épargne et les mesures correctives Listez les limites de la capacité de financement et les mesures correctives Les conditions de viabilité des IMF/IF dans un partenariat avec les MPER PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT, Vision stratégique de développement Les perspectives dans le cadre d une pérennisation des activités

4 Solutions sont préconisées pour une meilleure évolution du secteur au profit des MPER DYNAMIQUES DE CONCURRENCE, Situation et niveau de la concurrence Les types de produits et services offerts par les concurrents La clientèle de prédilection des concurrents Les passerelles entre les concurrents IMF/IF Les passerelles entre les IMF/IF et les projets FIDA Les passerelles entre les IMF/IF et les autres acteurs CONTRAINTES POLITIQUES, GEOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES, Partenariat avec des programmes de gouvernement (autre que celui du FIDA) Soutien de bailleurs de fonds et autres partenaires aux IMF/IF Les rapports entre les IMF/IF et les collectivités locales Accès des IMF/IF et localisation dans une zone rurale défavorisée (ZRD) Incidence des conditions sociales et économiques sur les IMF/IF Les activités génératrices de revenus (AGR) et les autres activités Contraintes dans l exercice des AGR ou autres activités et propositions pour desserrer ces contraintes ORIGINES ET COUT DES RESSOURCES SIIEME PARTIE : DES PROPOSITIONS DES MESURES A PRENDRE EN VUE DE DESSERRER LES CONTRAINTES IDENTIFIEES SEPTIEME PARTIE : DES RECOMMANDATIONS DE MESURES A PRENDRE EN VUE DU DEVELOPPEMENT D UN SECTEUR PROFESSIONNEL ET VIABLE PRENANT EN COMPTE LES BESOINS DES MPER HUITIEME PARTIE : DES PROPOSITIONS EN MATIERE D INNOVATIONS ET AUTRES MODALITES D IMPLANTATION D IMF/IF EN ZONES RURALES DEFAVORISEES AVEC LES IMPLICATIONS TECHNIQUES ET FINANCIERES ANNEE 1 : TABLEAU DE REPARTITION DES COMMUNAUTES RURALES N 1 ET N 2 PAR ANTENNE, REGION, DEPARTEMENT ET ARRONDISSEMENT ANNEE 2 : MONTANTS INDIVIDUELS ACTUELS (2006) ET PROJETES (2010) DES BESOINS DE CREDITS DES MPER VISITEES PAR ZONE ANNEE 3 : ZONE D INTERVENTION DU PROMER II OBSERVATIONS DU COMITE TECHNIQUE SUR LE RAPPORT PROVISOIRE... ERREUR! SIGNET NON DEFINI. TERMES DE REFERENCE M. Mbaye SARR, chef de mission, cabinet S.A.R.R. SARL Financement PROMER 2/SAFIR 4

5 SIGLES ET ABREVIATIONS ACEP Agence de Crédit et l Epargne pour la Production ACRA Association pour la Coopération Rurale en Afrique et en Amérique Latine AGR Activités Génératrices de Revenus AFDS Agence du Fonds de Développement social ASREAD Association Sénégalaise de Recherches, d Etudes et d Appui au Développement AT/CPEC Assistance Technique aux Caisses Populaires d Epargne et de Crédit APIMEC Association Professionnelle des Institutions Mutualistes d Epargne et de Crédit : ASACASE/CPS Association Sénégalaise pour l Appui et la Création d Activités Socio Economique /Crédit Populaire du Sénégal BID Banque Islamique de Développement BOAD Banque Ouest Africaine de Développement BRS Banque Régionale de Solidarité Sénégal BV Banc Villageois CAPEC Caisse Populaire d Epargne et de Crédit CAURIE-MF Caisse Autonome de Refinancement des Initiatives Economiques- Microfinance CBAO Compagnie Bancaire de l Afrique de l Ouest CCAEC Caisse Communautaire Autonome d Epargne et de Crédit CGAP Groupe Consultatif d Assistance aux Pauvres CNE Caisse Nationale d Epargne CMS Crédit Mutuel du Sénégal CNCAS Caisse Nationale de Crédit Agricole au Sénégal CRS Catholic Relief Service CLEC Caisse Locale d Epargne et de Crédit CFA Francs Communauté Financière Africaine CR Communauté Rurale CISV Communita Impegno Servizio Volontariato ONG italienne CT Coût terme DAT Dépôt à Terme DJOMEC Djolof Mutuelle d Epargne et de Crédit FAFS Fédération des Associations Féminines du Sénégal FCSS Fonds de Contrepartie Sénégalo-Suisse FDEA Femme Développement Entreprise en Afrique FIDA Fonds International pour le Développement Agricole FNAE Fonds National d Appui à l Emploi FNPEF Fonds National de Promotion à l Entreprenariat Féminin FNGPF Fédération Nationale des Groupements de Promotion Féminine FNPJ Fonds National de Promotion de la Jeunesse FPE Fonds de Promotion Economique FRAO Fondation Régionale pour l Afrique de l Ouest FCSS Fonds de Contrepartie Sénégalo Suisse FCPSB Fonds de Contrepartie Sénégalo-Belge FENU/URMF Fonds d Equipement des Nations Unis/Unité Régionale Micro finance par l Afrique de l Ouest GEC Groupement D Epargne et de Crédit GH Groupement Homme GF Groupement Femme GIE Groupement d Intérêt Economique GM Groupement Mixte GERME : GERer Mieux votre Entreprise IMCEC Institution Mutualiste Communautaire d Epargne et de Crédit 5

6 IMF Institution de Micro finance IF Institution Financière LT Long Terme MECA Mutuelle d épargne et de Crédit Agricole MECARUL Mutuelle d Epargne et de Crédit des Artisans Ruraux et Urbains de Louga MEC APP Mutuelle d Epargne et de Crédit des Agriculteurs, Pêcheurs et Pasteurs : MEC AJD Mutuelle d épargne et de crédit de l Association des Jeunes pour le Développement MECCIAM Mutuelle d Epargne et de Crédit de la Chambre de Commerce et d Agriculture et d Industrie de Matam MECDAP Mutuelle d Epargne et de Crédit pour le Développement des Agro Pasteurs MEC PROFEMUR Mutuelle d épargne et de Crédit du Programme des Femmes en Milieu Urbain et Rural MFK Mutuelle des Femmes de Kolda MPER Micro et petites Entreprise Rurale/Micro et petit Entrepreneur MEC Mutuelle d Epargne et de Crédit MT Moyen Terme ND Non disponible ONUDI Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel PAMECAS Partenariat pour la Mobilisation de l Epargne et le Crédit au Sénégal PADV Projet d Appui au Développement Villageois PAGF Projet Agro Forestier de Diourbel PAREP Programme d Appui à la Réduction de la Pauvreté PIE Porteur d Initiative économique PLCP Programme de Lutte Contre la Pauvreté PMIA Projet de Modernisation et d Intensification de l Agriculture PNDL Programme National de Développement Local PNAE Programme National d Appui à l Emploi POGV Projet d Organisation et Gestion Villageoise PROFEMU Programme des Femmes en Milieu Urbain PROMER Projet de Promotion de l Entreprenariat Rural PRODAM Projet pour le Développement Agricole de Matam RECODEV Regroupement Communautaire pour le Développement de Fissel REDIBE Regroupement pour le Développement Intégré de Baba Garage REMECU Réseau de Mutuelles d Epargne et de crédit de l Unacois SAFIR Service d Appui à la Finance Rurale SFD Système Financier Décentralisé SGBS Société Générale de Banque au Sénégal UMECUDEFS Union des Mutuelles d Epargne et de Crédit de l UNACOIS pour le Développement Economique et Financier du Sénégal MECUDEFS Mutuelles d Epargne et de Crédit de l UNACOIS pour le Développement Economique et Financier du Sénégal TPE Très Petite Entreprise UG Unité de Gestion UMEC Union des Mutuelles d Epargne et de Crédit de Sedhiou UMECAS Union des Mutuelles d Epargne et de Crédit des Artisans du Sénégal U-MEC PROFEMUR Mutuelle d épargne et de Crédit du Programme des Femmes en Milieu Urbain et Rural U-IMCEC Unions des Institutions Mutualistes Communautaires d Epargne et de Crédit UM PAMECAS Union des Mutuelles du Partenariat pour la Mobilisation de l'epargne et du Crédit au Sénégal ZRD Zone Rurale défavorisée M. Mbaye SARR, chef de mission, cabinet S.A.R.R. SARL Financement PROMER 2/SAFIR 6

7 RESUME L objectif de l étude «Offre et demande de services financiers dans les zones d intervention du FIDA» est d analyser la demande et l offre de services financiers d appui et d identifier les besoins spécifiques des MPER et des entrepreneurs/porteurs d initiatives et des bénéficiaires des autres projets FIDA. Les résultats seront mis à profit par le SAFIR dans le cadre de sa mission. Elle est centrée sur le PROMER 2, tout en intégrant les autres projets FIDA (POGV 2, PAGF 2, PADV et PRODAM 2). Les zones de concentration couvertes totalisent 88 communautés rurales réparties en trois zones d études dans 8/11 régions du Sénégal. Elle a conduit à interviewer au total 56 IMF/IF et 200 MPER. Dans l échantillon les femmes et les groupements féminins sont tenus en compte. Ils constituent 58% en zone Nord, 54% en zone l Est et 50% dans la région de Thiès. L'absence de garantie dans toutes les zones, l activité à financer (maîtrise et rentabilité) et la moralité de l emprunteur, au Centre, au Nord et à l Est, sont les principales raisons de non satisfaction des demandes des MPER. Les types de financement sollicités par les MPER sont de trois ordres : fonds de roulement à CT, les équipements à MT, et rarement le crédit d équipement à LT. Dans la zone Centre, les crédits exprimés par les MPER sont satisfaits par les IMF/IF. Mais à Thiés le taux de satisfaction est limité à 19%., car 77% des besoins sont MT, 18% LT et 5% CT. En zones Est et Nord, le taux de satisfaction global des besoins exprimés par les MPER demeure très faible (5%), en raison du nombre limité d IMF à l Est et de l absence de partenariat au Nord. Le taux d intérêt préférentiel de crédit des MPER est de 8 à 10% dans les zones. La durée préférée par les MPER est de plus de un an à 3 ans. Pour toutes les zones, sauf celle de l Est, le taux d apport préférentiel des MPER est de 5 à 10%. Les limites de la politique de crédit, selon la majorité des MPER à l Est, au Nord, au Centre et dans la région de Thiés, sont généralement d ordre administratif (procédures, lenteurs dans le financement, conditions d octroi inaccessibles) et d ordre financier (ressources des IMF limitées, impayés). La couverture des besoins de crédits des MPER au niveau des IMF/IF est insuffisante. Le niveau de connaissance de l utilité et des avantages de l épargne par les MPER portent sur : sécuriser les avoirs, faire face aux besoins et aux imprévus, bénéficier des types de services financiers et faciliter l accès au crédit. Les genres de services financiers d épargne préférés par MPER sont : l épargne à vue et projet. Le produit transfert d argent a été cité par les MPER de l Est (40%), du Nord (19%) et de Thiés (40%). Dans les zones Sud, Centre, dont Thiés, toutes les zones d intervention des projets FIDA sont couvertes par des IMF/IF. Mais, plusieurs IMF, comme l ACEP, desservent tout un département à partir d un bureau sis dans la capitale départementale. En zone Nord, l IMF à une vocation de couvrir tout le département, voire toute la région. En zone Est, c est plutôt l approche guichet qui est encouragé. Les stratégies des IMF pour attirer et fidéliser la clientèle sont diversifiées. La première est la sensibilisation. A l Est, CMS, ACEP, ASACASE/CPS et CECAM 7

8 s appuient sur leurs moyens assez appréciables, notamment en terme d image de marque. Au centre, l accent est à la mise en place de produits et de services adaptés et de plans d actions dans le cadre d une meilleure information sur les produits des IMF. Les contraintes à l application des stratégies résultent de l existence ou non des moyens. Les ressources sont à la fois internes et externes, mais l épargne collectée auprès des membres sous formes de dépôts, de part sociale et de garantie constituent la principale ressource dans les IMF. Il faut noter, que les fonds propres des IMF sont relativement faibles par rapport à la demande des MPER. Les principaux critères privilégiés par les IMF dans la sélection des MPER sont : le niveau de l épargne, au Nord, au Sud et à Thiés ; l antériorité, au Nord et à Thiés ; la moralité au Nord et à Thiés ; la rentabilité à Thiés ; la garantie, l activité et l information accessible, au Nord ; l instruction du dossier de crédit, l étude des dossiers de crédit et le suivi des dossiers de crédit, au Centre ; les conditions relativement accessibles, au Sud. Les besoins exprimés par les MPER et pris en charge par les IMF sont les activités d agriculture, au Sud et au Centre ; l agro-alimentaire dont la transformation des produits agricoles, à l Est, au Nord, au Sud et à Thiés ; l embouche, au Sud et à Thiés ; le commerce de denrées alimentaire, le petit commerce, au Nord, au Centre et au Sud ; l artisanat (teinture, couture, pré-tannage, vannerie, menuiserie métallique, etc.) et la production de biens et services, à l Est, au Nord, au Sud et à Thiés ; les crédits moyens termes au Sud et d équipement, au Centre ; les crédits de fonds de roulement, aux salariés et à la pêche, au Centre. La tendance sur les services financiers que les IMF offrent est à une diminution des écarts entre elles, en raison certainement de la circulation de l information financière et de la concurrence. Dans toutes les zones, le niveau de couverture de besoins de crédit des MPER demeure insuffisant chez la plupart des IMF. Les services non financiers de l IMF/IF pour la mobilisation de l épargne sont constitués des actions de sensibilisation, l information et les renseignements, l évaluation de projets mais rarement l appui technique. Elle Le calcul de la demande potentielle part des données socio-économiques disponibles et des résultats de la présente étude et extrapolé sur l ensemble des MPER donne une demande actuelle de 5,5 milliards à une demande potentielle de 12,5 milliards FCFA en Les bonnes pratiques appliquées dans le domaine de l épargne et du crédit portent sur : la fixation des taux d intérêt qui tend à la baisse et s adapte au type de crédit ; l amélioration des conditions de travail et de l image de marque (guichets). Les prises de décisions au sein des IMF, relèvent généralement de la compétence du président du conseil d administration et de la direction générale pour grands réseaux. Dans toutes les IMF il existe un système de gestion et d information. Au niveau des grands réseaux, comme le CMS, la gestion de l information est informatisée, M. Mbaye SARR, chef de mission, cabinet S.A.R.R. SARL Financement PROMER 2/SAFIR 8

9 alors dans les autres IMF, notamment les MEC/GEC isolés, il existe des outils et des supports de gestion de l épargne et du crédit des MPER. Les IMF sont, à quelques exceptions près comme la MECA à Thiés, dotés de manuel de procédures qui ne font pas spécifiquement mention des MPER, mais rarement mis à jour. Dans toutes les zones, les IMF du CMS, ACEP, PAMECAS, les IMCEC et plusieurs IMF disposent de moyens pour assurer la sécurité du personnel et du local mobilier. Cependant, pour certaines IMF, comme MECA Fissel à Thiés et MEC PROFEMUR à l Est, un besoin de renforcement de cette sécurité demeure une nécessité. Dans toutes les zones, les IMF disposent d une sécurité de leurs fonds (coffre fort assuré, encaisse plafonnée et transfert de fonds sécurisé), sauf CCAEC de Coki, MEC Thiappy et MEC REDIBE, au Nord, où certaines IMF ont été victimes de vol. La sécurité financière est plus renforcée dans les IMF des grands réseaux et des proto réseaux où tous les types de contrôle. Mais, dans les autres IMF, c est l absence du contrôle interne de l audit et de l inspection, en raison de l insuffisance des moyens. Egalement, les réseaux, les proto réseaux et les grandes IMF disposent assez de moyen pour prendre en charge les conseils juridiques. Au Centre, les risques d impayés des bénéficiaires de crédit sont rarement pris en compte dans la gestion sauf au crédit mutuel où il existe une assurance décès. Il faut souligner la rareté des IMF au niveau local, dans les communautés rurales, notamment en zone Centre. De plus en plus, les IMF/IF rayonnent à partir du niveau régional ou départemental. Le crédit fonds de roulement et équipement sont l apanage de toutes les IMF, mais si le crédit aux salariés est courant au Centre, notamment avec le CMS, les IMF dans les autres zones développent d autres types de crédit. La capacité de financement des IMF dépend largement de l épargne des membres, ensuite des fonds propres. Au niveau des caisses du CMS. il arrive souvent que l emprunt dépasse largement l épargne et les fonds propres de la caisse suite au refinancement des caisses par la caisse centrale. Les autres ressources externes sont constituées pour la plupart de lignes de crédits qui sont bien gérés sauf celles portant sur le FNPJ qui accusent des impayés (cas de MECARUL). Les besoins se sont faits sentir pour : améliorer l image de marque, préparer la mise en place de logiciels, renforcer les conditions de travail dont le matériel informatique, acquérir un véhicule 4*4 ou motos et améliorer le dispositif de sécurité. Sans appui institutionnel et financier, il est difficile de s appuyer sur les autres IMF pour développer des services financiers efficaces au profit des MPER. Les principales contraintes sont l absence d un SIG efficace dans certaines IMF, l absence de moyens de déplacements et un fonds de crédit limité. 9

10 Il existe des IMF phares, affichant une situation fort appréciable, mais qui ont besoin d un appui pour la consolidation de leurs acquis. Les autres IMF ont besoin d un appui réel. Cependant, les demandes en crédit des membres surtout pour les crédits en moyen terme sont rarement satisfaites à cause des ressources limitées. Sur les conditions de crédit, sur le taux d intérêt, le taux d apport, les frais de dossier, il y a une convergence entre les MPER et les IMF. Toutefois, le point sensible demeure la garantie demandée par l IMF pour sécuriser son crédit, alors que la MPER en est dépourvue. Au fait le phénomène de la garantie constitue le principal obstacle. Il est donc crucial pour permettre aux IMF d oeuvrer de façon efficace à la satisfaction des MPER de fournir un appui financier et institutionnel judicieux. Les principales potentialités du secteur de la microfinance sont l agriculture, le commerce, à l Est, au Nord et à Thiés, l artisanat local au Nord et à Thiés, l élevage et l embouche à l Est et au Nord et le développement des AGR au Centre et à Thiés. Les principales contraintes d accès au crédit des MPER sont d abord dans toutes les zones, les garanties exigées par les IMF, ensuite l épargne insuffisante à l Est, au Nord et à Thiés, et les ressources et moyens financiers limités au Nord, au Centre et au Sud. Les principales contraintes à la mobilisation de l épargne des MPER, sont : l absence de culture d épargne partout sauf au Centre, ensuite le niveau de pauvreté et les revenus faibles des activités et l'insuffisance d'informations sur les produits de dépôts des IMF au Centre et au Sud. La principale limite de la capacité de financement des MPER dans toutes les zones est l'insuffisance de l'épargne et les ressources propres constituées Pour assurer la condition de pérennité des IMF dans un partenariat avec les MPER, il faut notamment dans les zones Est, Nord et à Thiés, la couverture des charges, la rentabilité et la gestion des charges, la gestion saine du portefeuille, l assainissement du portefeuille, la gestion des crédits et la maîtrise des impayés La concurrence est très rude entre IMF et avec les IF, plus particulièrement à l échelon départemental. Le partenariat entre les IMF et les programmes du gouvernement sont une réalité partout. Le soutien des bailleurs de fonds au IMF est à l image du partenariat entre les IMF et les programmes du Gouvernement. Les rapports entre les IMF et les collectivités locales sont presque inexistants. L implantation de guichet a été le point de convergence des IMF pour l accès à la zone rurale défavorisée (ZRD). Les subventions sont notées sous forme de fonds perdus par les bailleurs de fonds, au Centre et au Nord. Pour les emprunts, les fonds de garanties, les ressources affectées et les lignes de crédits, les partenaires financiers interviennent avec des conditions concessionnel les. Toutefois, l essentiel des fonds sont pour la plupart des dépôts des membres. M. Mbaye SARR, chef de mission, cabinet S.A.R.R. SARL Financement PROMER 2/SAFIR 10

11 INTRODUCTION La mission a démarré à la suite de la réunion du 19/07/07 du comité technique de suivi de l étude consacrée à la présentation de la note méthodologique de réalisation de l étude par le chef de mission et en présence des trois autres consultants membres de son équipe. Les conditions financières et logistiques ont été convenues entre les commanditaires de l étude (SAFIR/PROMER et FENU/URMF pour l'afrique de l'ouest et du Centre). Le financement des Micro et Petites Entreprises Rurales (MPER) par les IMF (CMS, ACEP, UMEC, avec l assistance de la Cellule AT/CPEC à l UG du PROMER 1), a atteint des résultats significatifs (1452 comptes ouverts, épargne collectée de 281 millions FCFA ; 1086 dossiers de 876 MPER financés pour 312 millions FCFA) L objectif de la composante "Accès aux Services Financiers" (sur un total de cinq) du PROMER 2 est de permettre un accès durable à des services financiers de proximité et adaptés pour les MPER, les entrepreneurs, les porteurs d initiatives et les groupes vulnérables. Le Service d Appui à la Finance Rurale (SAFIR), commun à tous les projets FIDA au Sénégal, assiste les projets pour la mise en place de leur composante «Finance rurale», leurs populations cibles à entrer en relation avec les IMF sélectionnées, les IMF implantées dans leur zone pour des services adaptés aux besoins, à l installation et au renforcement de caisses locales dans leur zone ; le SAFIR contribue également au renforcement des capacités institutionnelles des structures partenaires et met à disposition une ligne de crédit à moyen ou long terme et un Fonds de garantie aux IMF dans leur zone. L objectif de l étude «Offre et demande de services financiers dans les zones d intervention du FIDA» est d analyser la demande et l offre de services financiers d appui et d identifier les besoins spécifiques des MPER et des entrepreneurs/porteurs d initiatives et des bénéficiaires des autres projets FIDA. Les résultats seront mis à profit par le SAFIR dans le cadre de sa mission. La présente étude sera centrée sur le PROMER 2, tout en intégrant les autres projets FIDA (POGV 2, PAGF 2, PADV et PRODAM 2). Les zones de concentration couvertes par l étude sont de deux types N 1 et N 2. Elles totalisent 88 communautés rurales (54 CR N 1 et 34 CR N 2) réparties dans les 4 antennes de l étude, comme c est illustré au tableau suivant. Un tableau en annexe répertorie les CR N 1 et N 2 par zone et par arrondissement. ANTENNE SUD CENTRE NORD EST TOTAL Projets FIDA PROMER 2 PROMER 2 et POGV 2 PROMER 2, PADV et PAGF 2 PROMER 2 et PRODAM 2 5 Région Kolda et Tamba Kaolack, Fatick et Thiés Louga et Diourbel Matam 8 Département Kolda et Vélingara Tamba, Kédougou et Tamba (5) Kaffrine, Kaolack et Nioro du Rip Fatick, Foudiougne et Gossas MBour et Thiés (8) Linguère et Louga Bambey (3) Matam (1) 17 N O M B R E Arrondissement CR N CR N Total CR

12 Les développements contenus dans le présent rapport de synthèse de l étude seront structurés selon les points suivants : - la méthodologie ; - l évolution du secteur de la micro finance au Sénégal ; - l identification des MPER visitées ; - l analyse de la demande à la fois sous les angles MPER et IMF ; - l analyse de l offre de services et produits financiers ; - la cartographie des différents acteurs ; - le analyse globale des performances des IMF et celle croisée de l offre et de la demande ; - une synthèse des contraintes et des opportunités de la demande et de l offre ; - les propositions et les recommandations de l étude ; - les annexes. Les fiches synoptiques des IMF visitées font l objet d un rapport annexe. Les rapports des consultants associés à l étude et responsables de l étude dans les zones d études font l objet de documents techniques partie intégrante des livrables de la présente étude. M. Mbaye SARR, chef de mission, cabinet S.A.R.R. SARL Financement PROMER 2/SAFIR 12

13 METHODOLOGIE En tenant compte de l importance des CR dans la zone Centre, les zones de concentration couvertes par l étude sont découpées en 3 zones d études suivantes : - zone d étude Sud : antenne Sud avec les régions de Kolda et Tambacounda (27 CR), sous la responsabilité du consultant M. Mamadou SIDIBE ; - zone d étude Centre : antenne Centre avec les régions de Kaolack et Fatick (34 CR), sous la responsabilité du consultant M. Mamadou WADE ; - zone d étude Nord, Est et une partie du Centre : avec les régions de Thiés qui fait partie du Centre, Diourbel, Louga et Matam (27 CR), sous la responsabilité du consultant M. Tamsir FALL. L échantillon repose sur : - le choix raisonné d'une institution de microfinance (IMF) ou une institution financière (IF) par CR (N 1 ou N 2) soit un total de 88, respectivement 27, 34 et 27 IMF/IF dans les zones d étude Sud, Centre et Nord et Est ; - le ciblage de 2 à 3 MPER diversifiées et représentatives (filières, jeunes, femmes, etc.) par CR (N 1 ou N 2), soit un total de 176 à 264. Le choix raisonné des IMF/IF tient compte autant de IMF/IF ayant déjà travaillé avec des MPER appuyées par un projet du FIDA que celles n ayant pas encore établies de partenariat. Dans le cas des réseaux ayant travaillé avec un projet du FIDA (CMS, ACEP, CNCAS, etc.), le nombre d IMF/IF dans l échantillon est limité du fait de la similitude des procédures dans chaque réseau. S agissant de la fiche synoptique, seules les IMF/IF susceptibles de financer les MPER des projets FIDA seront retenues. A partir des objectifs de l'étude (par.25 et 26) et des résultats attendus (par.27 et 28) dans les termes de référence, deux projets de grilles d'entretien ont été élaborés par le chef de mission et validés par l équipe des consultants. Il s agit d une de 24 pages sur les IMF et les IF et une autre de 5 pages sur les types de MPER. Il en est de même du plan de rédaction qui est identique pour les rapports des 3 consultants et celui du chef de mission. Les difficultés liées aux déplacements, principalement par le recours aux taxis-brousse, ont ralenti les investigations de terrain et causé un premier retard par rapport au calendrier initial d exécution de l étude. Toutefois, il faut noter l appui par la mise à disposition de moyens logistiques pendant quelques jours des projets FIDA, mais surtout la collaboration de personnes ressources de ces projets et du SAFIR. La mission de terrain s est rendue dans les 88 communautés rurales (CR) programmées pour les trois équipes de consultants. Elle a interviewé au total 56 IMF/IF et 200 MPER. Deux constats ont été faits par la mission : d abord, certaines CR sont dépourvues d IMF/IF ; ensuite la tendance des IMF/IF est la couverture de plusieurs CR, voire de zones géographiques plus vastes. L équipe de consultants a dans cette situation augmenté le nombre de MPER/IMF, en moyenne de 3,5 au lieu de 2 à 3 prévues. Le dépouillement est l étape préalable à la rédaction. Les équipes de consultants n ont pas eu le temps de faire ce travail sur le terrain. Après l étape de terrain, ils ont pris des renforts en ressources humaines. Toutefois, le volume d informations à traiter a notamment occasionné un deuxième retard dans la livraison des rapports des consultants. 13

REFERENCES PROFESSIONNELLES

REFERENCES PROFESSIONNELLES Expertise Microfinance LOUGA/MONTAGNE NORD, IMMMEUBLE IBRA NDIAYE TEL: 77 569 39 09/77 560 29 54 Mail : ascodevlg@gmail.com /ascodev@orange.sn REFERENCES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES SERVICES DE LA

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE AUPRES DES POPULATIONS NON BANCARISEES

ENQUETE NATIONALE AUPRES DES POPULATIONS NON BANCARISEES REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------------- MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES ---------------------- OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DES SERVICES FINANCIERS ENQUETE NATIONALE

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

RAPPORT DE PERFORMANCE DES SFD MEMBRES AYANT REPORTE AU MIX DE 2009-2011

RAPPORT DE PERFORMANCE DES SFD MEMBRES AYANT REPORTE AU MIX DE 2009-2011 Association Professionnelle des Systèmes Financiers Décentralisés du Sénégal- APSFD-Sénégal RAPPORT DE PERFORMANCE DES SFD MEMBRES AYANT REPORTE AU MIX DE 2009-2011 Août 2014 TABLES DES MATIERES LISTE

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES HAUTS RESPONSABLES CHARGES DE L ETAT CIVIL DES ETATS MEMBRES DE L OCI

PREMIERE CONFERENCE DES HAUTS RESPONSABLES CHARGES DE L ETAT CIVIL DES ETATS MEMBRES DE L OCI REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple - Un but - Une Foi ----------------- PREMIERE CONFERENCE DES HAUTS RESPONSABLES CHARGES DE L ETAT CIVIL DES ETATS MEMBRES DE L OCI TEHERAN 15-17 AVRIL 2013 Présenté par

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale Bulletin 11 Publications - Bulletins La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale A. Cissé, UCN Sénégal D. Sarr, UCN Sénégal M. Kébé,

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES USAGERS DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE

ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES USAGERS DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------------- MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES ---------------------- OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DES SERVICES FINANCIERS ENQUETE DE SATISFACTION

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE DE LA MEC DELTA SUR LA PERIODE 2010-2014

PLAN D AFFAIRE DE LA MEC DELTA SUR LA PERIODE 2010-2014 «Offrir toujours des opportunités de création de richesse aux couches démunies» Agrément N SL 2 99 00 180 du 14 janvier 2000 siège social : Ronkh BP 19 Rosso Tel: 33 963 31 62 Fax: 33 963 31 44 e-mail:

Plus en détail

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Cellule d Appui à la Couverture maladie Universelle LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL Par:

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 1 MESSAGE DE LA PRESIDENTE Chers Membres, Honorables délégués régionaux, Ce jour marque la tenue de la 13 ème Assemblée Générale de notre Mutuelle d Epargne et de Crédit depuis

Plus en détail

Les mutations juridiques et institutionnelles de la microfinance au Sénégal

Les mutations juridiques et institutionnelles de la microfinance au Sénégal ATELIER D ECRITURE SUR LA MICROFINANCE AU SENEGAL " Ecrire pour partager les expériences et innovations dans le secteur de la microfinance au Sénégal" Les mutations juridiques et institutionnelles de la

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE DIAGNOSTIC SIG ET ELABORATION PLAN D ACTION DE MISE EN ŒUVRE DU SCHEMA DIRECTEUR INFORMATIQUE RESEAU RENACA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE DIAGNOSTIC SIG ET ELABORATION PLAN D ACTION DE MISE EN ŒUVRE DU SCHEMA DIRECTEUR INFORMATIQUE RESEAU RENACA Section 1. Lettre d invitation 1 SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE DIAGNOSTIC SIG ET ELABORATION PLAN D ACTION DE MISE EN ŒUVRE DU SCHEMA DIRECTEUR

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES USAGERS DES SERVICES BANCAIRES

ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES USAGERS DES SERVICES BANCAIRES REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------------- MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES ---------------------- OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DES SERVICES FINANCIERS ENQUETE DE SATISFACTION

Plus en détail

PRESENTATION AFD- juin 2004

PRESENTATION AFD- juin 2004 PRESENTATION AFD- juin 2004 Présentation de FINADEV Bénin- Groupe FINANCIAL AFD Paris - juin 2004 1 1. PRESENTATION GENERALE Si vous le permettez, avant de vous exposer la situation de FINADEV BENIN, première

Plus en détail

Mobiliser les remises de fonds des migrants au service du développement local au Sénégal (Se-039)

Mobiliser les remises de fonds des migrants au service du développement local au Sénégal (Se-039) Mobiliser les remises de fonds des migrants au service du développement local au Sénégal (Se-039) OBJECTIF GENERAL DU PROJET Canaliser les remises de fonds des migrants au service du développement économique

Plus en détail

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE RURALE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ------------ NOUVELLE ORIENTATION DE LA POLITIQUE AGRICOLE

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

6200$,5( ,,,5(&200$1'$7,21663(&,),48(6$8;6)'6(/21/(857<32/2*,(

6200$,5( ,,,5(&200$1'$7,21663(&,),48(6$8;6)'6(/21/(857<32/2*,( , 6200$,5( 35(6(17$7,21'(66)'(78',(6 1.1. CAS D UNE MUTUELLE BENEFICIANT D UN ENCADREMENT TECHNIQUE : COFDEC...4 1.2. CAISSE D EPARGNE ET DE CREDIT SOLIDARITE DES TRAVAILLEURS DE LA SOCOCIM...4 1.3. CAS

Plus en détail

K O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2012. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda

K O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2012. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda K O REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest, Vu le Traité

Plus en détail

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION ETAT DES LIEUX CAUSE DE LA SITUATION ACTUELLE NOS OBJECTIFS SOLUTIONS Brazzaville, Congo 1 1. INTRODUCTION A. CHIFFRES CLES DE LA FISRT BANK 28 ans

Plus en détail

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar Termes de références Recrutement d un consultant Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina Version finale 15 janvier 2015 1 / 8 Sommaire I. Contexte 3 I.1. Au niveau international 3 I.2. Au niveau

Plus en détail

Diagnostic pour l élaboration de la Politique Nationale de Microfinance

Diagnostic pour l élaboration de la Politique Nationale de Microfinance Ministère des Petites et Moyennes Entreprises de l Entrepreunariat Féminin et de la Microfinance du Sénégal Diagnostic pour l élaboration de la Politique Nationale de Microfinance Thème d étude no 1 :

Plus en détail

Guide d'accès au Financement

Guide d'accès au Financement Coopération technique Allemande Guides de l'entrepreneur Guide 6 Guide d'accès au Financement Conditions de réussite de la demande de financement Identification des besoins de financement Procédures de

Plus en détail

L électricité pour plus de 70 000 villageois au Sénégal : Le projet Electrification Rurale SENEGAL (ERSEN)

L électricité pour plus de 70 000 villageois au Sénégal : Le projet Electrification Rurale SENEGAL (ERSEN) L électricité pour plus de 70 000 villageois au Sénégal : Le projet Electrification Rurale SENEGAL (ERSEN) En 2008, plus de 80% des ménages ruraux sénégalais n ont pas accès à l électricité. Dans certaines

Plus en détail

Synthèse des études réalisées entre 2007 et 2008 au Mali et au Sénégal par la BCEAO et au Bénin par Millenium Challenge Account/ Bénin

Synthèse des études réalisées entre 2007 et 2008 au Mali et au Sénégal par la BCEAO et au Bénin par Millenium Challenge Account/ Bénin Département des Opérations Direction des Etablissements de Crédit et de Microfinance ETUDES SUR LES COUTS ET LA TARIFICATION DES SERVICES OFFERTS PAR LES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES DANS L'UNION

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL S F REPUBLIQUE DU SENEGAL. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

RAPPORT ANNUEL S F REPUBLIQUE DU SENEGAL. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES D 2010 2010 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------- Un Peuple Un But Une Foi DIRECTION ----------------

Plus en détail

Al Amana Microfinance

Al Amana Microfinance 1 Secteur de la Microfinance au Maroc Depuis sa création : Plus de 40 milliards de DH de micro crédits accordés 4,55 millions de bénéficiaires dont : 55,28% de femmes 36,57% dans le rural 6 000 emplois

Plus en détail

LA FAMILLE «D IMPACT INVESTMENT» INVESTISSEURS & PARTENAIRES. Novembre 2012

LA FAMILLE «D IMPACT INVESTMENT» INVESTISSEURS & PARTENAIRES. Novembre 2012 LA FAMILLE «D IMPACT INVESTMENT» INVESTISSEURS & PARTENAIRES Novembre 2012 QUI SOMMES-NOUS? Une famille de véhicules financiers appartenant à l impact investment Nous attachons une importance particulière

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC

FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGRAMME TACC République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Décentralisation et des Collectivités locales Direction de la Coopération Décentralisée Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT

SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT SIDI SOLIDARITE INTERNATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L INVESTISSEMENT La mobilisation de l'épargne solidaire au Nord pour l offre de services financiers de proximité au Sud Anne-sophie Bougouin - Chargée

Plus en détail

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie René AZOKLY/ Président du Fonds International de Garantie Les Fonds de Garantie en Afrique de l'ouest: Particularités,

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD en Bref Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LA BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EN BREF 1. CRÉATION ET OBJET La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l institution

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

La mutuelle de santé, une alternative crédible de couverture du secteur informel?

La mutuelle de santé, une alternative crédible de couverture du secteur informel? Rencontre d échanges d expériences entre acteurs sociopolitiques sur les défis et la portée de la protection sociale dans un contexte de grande pauvreté : cas des pays en développement Bamako, 17 & 18/11/2011

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST (BCEAO) Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR LES SYSTÈMES FINANCIERS DÉCENTRALISÉS DE L UEMOA RAPPORT DE

Plus en détail

MANUEL DE PROCEDURES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF FINANCIER DU VOLET INSERTION DU PIC II (PRP/FDL4)

MANUEL DE PROCEDURES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF FINANCIER DU VOLET INSERTION DU PIC II (PRP/FDL4) Ministère de la Famille et des Organisations Féminines Cellule de Suivi Opérationnel des Programmes de Lutte contre la Pauvreté U N D P Sénégal GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ambassade au Sénégal Bureau de

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche

Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche Décisions présidentielles relatives à l enseignement supérieur et à la recherche D1 Réorienter le système d enseignement supérieur vers les sciences, la technologie, les formations professionnelles courtes

Plus en détail

Étude sur les transferts d argent au Sénégal

Étude sur les transferts d argent au Sénégal Working Paper 4 Étude sur les transferts d argent au Sénégal Prof. Papa Beye École Nationale d'économie Appliquée (ENEA) Avec la collaboration de Madikè Niang Novembre 2009 SOMMAIRE LISTE DES ABREVIATIONS...3

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007 COOPERATION DECENTRALISEE CESR 5 octobre 2007 La coopération internationale et décentralisée S insère dans le cadre plus large de l action extérieure des collectivités Regroupe les actions de coopération

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

Contenu de la présentation

Contenu de la présentation Contenu de la présentation Le Mouvement Desjardins Développement international Desjardins (DID) Le modèle coopératif Le financement agricole Le Centre financier aux entrepreneurs/centre financier agricole

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

Avec la SIPEM Madagascar Marc Berger Plateforme Européenne de la Microfinance Novembre 2008

Avec la SIPEM Madagascar Marc Berger Plateforme Européenne de la Microfinance Novembre 2008 Involvement of Social investors in promoting SPM L expérience de la SIDI Avec la SIPEM Madagascar Marc Berger Plateforme Européenne de la Microfinance Novembre 2008 1 Sommaire de la présentation 1) La

Plus en détail

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores La pauvreté rurale aux Comores Depuis leur indépendance en 1975, les Comoriens ont souffert de l instabilité politique

Plus en détail

ANNEE 2 0 1 0 SOCIAL CONSOLIDÉ DE LA CONFÉDÉRATION DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES AFRIQUE DE L OUEST

ANNEE 2 0 1 0 SOCIAL CONSOLIDÉ DE LA CONFÉDÉRATION DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES AFRIQUE DE L OUEST ANNEE 2 0 1 0 RAPPORT SOCIAL CONSOLIDÉ DE LA CONFÉDÉRATION DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES / AFRIQUE DE L OUEST RÉALISATION Ce rapport est le fruit d un travail collectif qui a mobilisé les personnes et organisations

Plus en détail

LA MICROFINANCE EN AFRIQUE DE L OUEST : HISTOIRES ET INNOVATIONS

LA MICROFINANCE EN AFRIQUE DE L OUEST : HISTOIRES ET INNOVATIONS Luxembourg, le 02 juin 2008 LA MICROFINANCE EN AFRIQUE DE L OUEST : HISTOIRES ET INNOVATIONS Le texte suivant est un extrait du livre «La microfinance en Afrique de l Ouest : histoires et innovations»

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

TABLEAU DE BORD POUR ELUS

TABLEAU DE BORD POUR ELUS TABLEAU DE BORD POUR ELUS I. Fonctions et tâches d élus de SFD (séance de 2H 30) Dans un système financier décentralisé, les élus occupent une place centrale dans la gouvernance de l institution. En particulier,

Plus en détail

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES La Banque Centrale du Congo, Vu la Loi n 005/2002 du

Plus en détail

Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 4. Le taux d intérêt en question

Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 4. Le taux d intérêt en question Fiche d approfondissement du séminaire de Dakar n 4 Le taux d intérêt en question Sources : Séminaire de Dakar et travaux de l ATP Cirad-Cerise. Fiche Mémento de l Agronome Version Multimédia CNEARC, CIRAD

Plus en détail

Le «scoring» en microfinance : un outil de gestion du risque de crédit

Le «scoring» en microfinance : un outil de gestion du risque de crédit ATELIER D ECRITURE SUR LA MICROFINANCE AU SENEGAL " Ecrire pour partager les expériences et innovations dans le secteur de la microfinance au Sénégal" Le «scoring» en microfinance : un outil de gestion

Plus en détail

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA Année 2014 DIRECTION GENERALE DES OPERATIONS ET DES ACTIVITES FIDUCIAIRES Direction des Systèmes et Moyens de Paiement SITUATION

Plus en détail

Stratégie Nationale de la

Stratégie Nationale de la REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité - Justice Stratégie Nationale de la Microfinance Stratégie adoptée lors du Conseil des Ministres du 19 novembre 2003 SOMMAIRE LISTE DES ABREVIATION...

Plus en détail

Quel impact de la Microfinance islamique? Expérience de la BID

Quel impact de la Microfinance islamique? Expérience de la BID Quel impact de la Microfinance islamique? Expérience de la BID LA MICROFINANCE CLASSIQUE LA MICROFINANCE ISLAMIQUE L IMPACT ECONOMIQUE ET SOCIAL L EXPÉRIENCE DE LA BID 1.La Microfinance? la Grameen Bank

Plus en détail

PROGRAMME DE MISE A NIVEAU

PROGRAMME DE MISE A NIVEAU REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DES PME, DE L ENTREPRENARIAT FEMININ ET DE LA MICROFINANCE PROGRAMME DE MISE A NIVEAU FINANCEMENT DES ENTREPRISES SENEGALAISES Répertoire des Institutions et Structures

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif général

OBJECTIFS. Objectif général Le Programme d action pour la promotion et le financement des PME dans l UEMOA est une déclinaison de la Politique Industrielle Commune (PIC) de l UEMOA. Il vise la création de mécanismes de financement

Plus en détail

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TERMES DE REFERENCE Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TDR_Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Plus en détail

RAPPORT SOCIAL CONSOLIDE ANNEE 2011

RAPPORT SOCIAL CONSOLIDE ANNEE 2011 ANNEE 2011 RAPPORT SOC IA L CONSOLID E CIF/Afrique de l Oues t RÉALISATION Ce rapport est le fruit d un travail collectif qui a mobilisé les personnes et organisations mentionnées ci-dessous. Supervision

Plus en détail

GUIDE DE SERVICES FINANCIERS

GUIDE DE SERVICES FINANCIERS GUIDE DE SERVICES FINANCIERS La présente section fait partie de la seconde phase de l étude sur l accompagnement des associations de ressortissants sénégalais établis en France dans la réalisation d investissements

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA Préparé par l ARD de Kaolack Dans le Cadre de la Convention PNDL Enda ECOPOP Table des matières Sigles et acronymes

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC)

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) Banque de Développement des Etats de l Afrqiue Centrale 9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) «Mise en place d un Fonds pour l Economie Verte

Plus en détail

Etude sur la Diversification des Instruments de Financement des Petites et. Moyennes Entreprises, intégrant entre autres l utilisation de l Epargne

Etude sur la Diversification des Instruments de Financement des Petites et. Moyennes Entreprises, intégrant entre autres l utilisation de l Epargne République du Sénégal Ministère de l Economie et des Finances Centre d Etudes de Politiques pour le Développement C E P O D Etude sur la Diversification des Instruments de Financement des Petites et Moyennes

Plus en détail

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin FIDA/E. Piquion Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin La pauvreté rurale à Bénin Situé en Afrique de l Ouest, le Bénin couvre une superficie d environ 110

Plus en détail

One World to protect PLANET GUARANTEE SENEGAL

One World to protect PLANET GUARANTEE SENEGAL One World to protect PLANET GUARANTEE SENEGAL 2 A PRÉSENTATION DE PLANET GUARANTEE I. Présentation de PlaNet Guarantee L'objectif de PlaNet Guarantee est de permettre aux populations exclues des systèmes

Plus en détail

Etude sur la Diversification des Instruments de Financement des Petites et. Moyennes Entreprises, intégrant entre autres l utilisation de l Epargne

Etude sur la Diversification des Instruments de Financement des Petites et. Moyennes Entreprises, intégrant entre autres l utilisation de l Epargne République du Sénégal Ministère de l Economie et des Finances Centre d Etudes de Politiques pour le Développement C E P O D Etude sur la Diversification des Instruments de Financement des Petites et Moyennes

Plus en détail

GLOSSAIRE DES TERMES USUELS EN MICROFINANCE ----------------------------------- PROGRAMME D APPUI A LA MICROFINANCE (PAMIF) VOLET 1

GLOSSAIRE DES TERMES USUELS EN MICROFINANCE ----------------------------------- PROGRAMME D APPUI A LA MICROFINANCE (PAMIF) VOLET 1 REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ---------------------- MINISTERE DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITE NATIONALE, DE L'ENTREPRENARIAT FEMININ ET DE LA MICRO FINANCE ----------------------

Plus en détail

Relevé de conclusions de l'atelier d évaluation intermédiaire du Déploiement du Guide du Contrôle Interne au sein des SFD en zone UEMOA

Relevé de conclusions de l'atelier d évaluation intermédiaire du Déploiement du Guide du Contrôle Interne au sein des SFD en zone UEMOA Relevé de conclusions de l'atelier d évaluation intermédiaire du Déploiement du Guide du Contrôle Interne au sein des SFD en zone UEMOA Dans le cadre de la mise en œuvre des activités de l axe n 2 du projet

Plus en détail

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN Le secteur privé LE SECTEUR PRIVE : UN VECTEUR ESSENTIEL DU DÉVELOPPEMENT Promouvoir une croissance durable et partagée... La croissance économique est un

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

Au service des prêteurs d espoir

Au service des prêteurs d espoir Au service des prêteurs d espoir GRAMEEN ET CREDIT AGRICOLE s allient pour lutter contre la pauvreté Fondée en 1983 par Muhammad Yunus, la Grameen Bank (banque des villages) a développé au Bangladesh le

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

Insurance of agricultural Risks. Jeudi 30 Janvier 2014

Insurance of agricultural Risks. Jeudi 30 Janvier 2014 Insurance of agricultural Risks Jeudi 30 Janvier 2014 1 Sommaire 1. Brève introduction d Al Amana Microfinance et de son historique dans le rural 2. Mécanisme d Assurance interne et comportement 3. Analyse

Plus en détail

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud L AFD et la mésofinance AFD Danielle Segui Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud Besoins de financements 100 000 Grandes PME Banque traditionnelle TPE/PE {Chaînon manquant Les

Plus en détail

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS

«L'IMPORTANCE D'UN CODE DE PROTECTION DES CONSOMMATEURS ET DE REGLES DE CONDUITE STANDARDS PROMOTION DE LA CAPACITE FINANCIERE ET DE LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS EN AFRIQUE : UNE AVANCEE EN FAVEUR DE L'INCLUSION FINANCIERE EN AFRIQUE (ACCRA, les 8 et 9 septembre 2009 ) «L'IMPORTANCE D'UN

Plus en détail

Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire

Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Observatoire de la Microfinance Novembre 2011 Hay Chabab, Rue Baamrani Ain Sebaa Casablanca-Maroc Tel +212 522 739 089/ +212 522 739 124 Fax +212

Plus en détail

Djimadoum MANDEKOR Directeur du Crédit, des Marchés de Capitaux et du Contrôle Bancaire-BEAC

Djimadoum MANDEKOR Directeur du Crédit, des Marchés de Capitaux et du Contrôle Bancaire-BEAC REGULER L ECONOMIE SOUS-REGIONALE : QUELS PRODUITS FINANCIERS ADAPTES POUR REDUIRE LA SITUATION DE SURLIQUIDITE ET DRAINER L EPARGNE INTERIEURE? FONDS SOUVERAINS, OPCVM,. Djimadoum MANDEKOR Directeur du

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

PROJET DE GOUVERNANCE ECONOMIQUE (PGE)

PROJET DE GOUVERNANCE ECONOMIQUE (PGE) REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE LA JUSTICE CELLULE D EXECUTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE (CEDAF/PGE) PROJET DE GOUVERNANCE ECONOMIQUE (PGE) TABLEAU RECAPITULATIF DES ACTIVITES

Plus en détail

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs au Maroc www.cm6-microfinance.ma Plan de l intervention Deux grands axes : Axe 1 : Vue d ensemble sur l offre actuelle des produits

Plus en détail

Objet : Séminaire de formation sur «LA GESTION DES RISQUES EN MICROFINANCE»

Objet : Séminaire de formation sur «LA GESTION DES RISQUES EN MICROFINANCE» Formation, organisation, appui-conseil, évaluation, diagnostic, facilitations diverses en microfinance Partenaire agréé du CGAP pour le renforcement des capacités en Afrique francophone Yaoundé, le 06

Plus en détail

GUIDE DU SENEGALAIS DE L EXTERIEUR

GUIDE DU SENEGALAIS DE L EXTERIEUR REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - un But - une Foi ********** MINISTERE DES SENEGALAIS DE L EXTERIEUR NOUVEAU PARTENARIAT AVEC LA DIASPORA SENEGALAISE GUIDE DU SENEGALAIS DE L EXTERIEUR Mieux communiquer

Plus en détail

Revue des expériences Nigériennes. Présentée par Mr SANI Mahamadou Economiste Consultant Indépendant en Microfinance au Niger

Revue des expériences Nigériennes. Présentée par Mr SANI Mahamadou Economiste Consultant Indépendant en Microfinance au Niger Revue des expériences Nigériennes Présentée par Mr SANI Mahamadou Economiste Consultant Indépendant en Microfinance au Niger Plan de présentation Définition du warrantage Pourquoi le warrantage? Le cercle

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail