CELLULES DENDRITIQUES ET F.BENABADJI (ANAP AVRIL 2011)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CELLULES DENDRITIQUES ET F.BENABADJI (ANAP AVRIL 2011)"

Transcription

1 CELLULES DENDRITIQUES ET ALLERGIE RESPIRATOIRE F.BENABADJI (ANAP AVRIL 2011)

2 LE SYSTEME IMMUNITAIRE Système inné Système ancien de défense Pathogenrecognition receptors(prr) codés par des cellules germinales Reconnaissance de motifs conservés communs à différents pathogènes PAMP et MAMP Réponse rapide à l infection avec un répertoire limité Système adaptatif Reconnaissance spécifique et mémoire immunologique Interaction avec système inné pour l initiation et l orientation des réponses Un dysfonctionnement peut conduire à l allergie interface = cellules dendrititiques

3 les pathogenrecognition receptors (PRR) PRR non signalant PRR signalant * Lectines *R. cytoplasmique * R. d épuration * R. membranaire TLR

4 PRR signalant Les récepteurs cytoplasmiques : les protéines NOD reconnaissant les peptidoglycanes bactériens les ARN hélicases reconnaissant l ARN double brin Les récepteurs membranaires :les TLR 11 human; 12 mouse Multiple leucine-rich regions in extra cellular region Contain conserved TIR (Toll/IL1 receptor) in intercellular domain for signaling. Boxes 1, 2 and 3

5

6

7 TLR -Exprimés à des niveaux trés bas -Exprimés sur *Les cellules immunes :. DC et macrophages *Les cellules non immunes : Cellules épithéliales,kératinocytes -Exprimés sur la membrane cellulaire et la membrane d endosome

8 Systèmes de perception des microorganismes pathogènes TLR «Signatures»(stéréotypes) moléculaires sur les microbes : PAMP (pathogen associated molecular patterns) Ne sont pas présents chez l hôte Sont partagés par de grands groupes d agents pathogènes Essentiels à leur survie

9 Motifs microbiens Janeway & Medzhitov 2002 Ann Rev Immunol Pathogen-associated molecular patterns (PAMPS) Molécules microbiennes Conservées communes à pathogènes Incluent: Lipopolysaccharides bactériens Peptidoglycanes Zymosan Flagelline CpG non méthylés de DNA Pattern Recognition Receptors (PRR) Incluent: Toll like receptors Recepteurs pour cellules apoptotiques Recepteurs pour opsonines Recepteurs pour la coagulation et protéines du C

10 Motifs moléculaires endogènes Motifs moléculaires endogènes DAMP Incluent: Heat shock proteins (HSP60 HSP70 GP96) Protéines matrice extracellulaire (hyaluronane, fibronectine, fibrinogène) Complexes Immuns Surfactant protein A Constituants de cellules nécrotiques Pattern Recognition Receptors (PRR) Incluent: Toll like receptors Recepteurs pour cellules apoptotiques Recepteurs pour opsonines Receptors pour les protéines de la coagulation et du C

11 PAMPS de Type 1 et leur PRR Peptidoglycane(bactérie Gram +) Lipoproteines Lipoarabinomannane(Mycobacteria) LPS (Leptospire) LPS (Porphyromonas) Glycophosphatylinositol-(T. Cruzi) Zymosan (Levure) dsdna LPS Lipotechoic acid - (bactérie Gram +) protéine F RSV CpG non-méthylé du DNA CD14 MD-2 TLR 2 TLR 1 TLR 6 TLR 2 TLR 3 TLR 4 TLR 9 Taux bas IL-12p70 Certains ligands induisent IL-10 ou IL-12p35 Taux élevés IL-12p70 IFN-α IL-12p70 élevée Taux élevés IL-12p70 IFN-α

12 les TLRsportés par la cellule dendritique vont intervenir pour moduler le profil évolutif des malades à risque d'allergie

13 Des dysfonctionnements du système immunitaire inné ont été retrouvés dans les maladies allergiques. La cellule dendritique joue un rôle clé dans l orientation de la réponse immune allergique en réponse à l allergène.

14

15 Cellule dendritique = Cellule hématopoïetiquelymphoïde et myeloïde. mdc: * Cellule fortement phagocytaire * Capable d orienter la réponse T pdc: * Cellule clé de l immunité antivirale * Sécrétel interféron de type I * Régule les fonctions des mdc * Généredes T mémoire.

16

17 Modification morphologique des cellules dendritiques au cours de leur maturation

18

19 En plus de l antigène, d autres informations sont échangées entre les DC et les cellules T Les DC ontune profonde influence sur les propriétésdes cellules T qui se développent

20

21 Différents arguments expérimentaux plaident en faveur de l implication des DC dans la physiopathologie de l allergie respiratoire

22 Les DC augmentent: I *Dans les poumons de patients asthmatiques * Dans la muqueuse nasale de sujets présentant une rhinite allergique

23 une stimulation allergénique chez II des patients asthmatiques allergiques entraîne : un recrutement des DC au niveau bronchique après quelques heures

24 III L administration des DC stimulées par l ovalbumine dans la trachée de souris naïves induit: *Une sensibilisation de type Th2 *Une inflammationbronchique avec infiltrat à éosinophiles

25 IV Les DC issues de monocytes de sujets allergiques aux acariens stimulent la production d IgE humaines chez la souris SCID

26 V la déplétion en DC chez la souris sensibilisée à l ovalbumine entraîne *Une abolition de la réponse Th2 *Une diminution de la production d IgE *Une diminution du recrutement des éosinophiles 3 éléments spécifiquesde la réponse immuno-allergique respiratoire

27 VI Les DC stimulées par l allergène Derp1 *Forte production d IL-12 et faible d IL-10 chez le sujet sain, favorisant Th1 *Absence de production d IL12 et forte d IL10 chez les allergiques favorisant Th2

28 La réponses allergique est comme tout autre réponse immunitaire et implique les mêmes régulateurs Protéinenon soiissue d allergène ou pathogène Barrière: Peau, intestin, poumon, oeil, nez, etc Inflammation inc. MIP-1α, MCP-1 MIP-1β Activation et migration de cellules dendritiques au site de l inflammation

29 *Les CD subissent un processus de maturation *Migrentvers les ganglions périphériques voisins où elles peuvent rencontrerles lymphocytes naïfs. *Cettemigration des CDest stimulée par des cytokines (TNF alpha) libérées suite à l'activation des TLR.

30 La reconnaissance par le TLR d'un PAMP: *signal d'activation cellulaire, via le facteur de transcription NF-kB *synthèse puis la sécrétion de médiateurs (cytokines, médiateurs pro-inflammatoires, chimiokines )

31

32

33 La stimulation des TLR2 et 4 des DC entraîne lamaturation de la cellule dendritiqueavec une augmentation : *d'expression du CMH *des molécules costimulatrices *sécrétion de cytokines proinflammatoires (TNF α et IL-1 et IL-6)

34 Rôle clé des molécules de costimulation au contact d un allergène *pro-th1 pour CD 80 *proth2 pour CD86 ou OX40-L

35 Contact entre un lymphocyte ( en jaune ) et une cellule dendritique présentatrice d'antigène

36

37 Allergènes +un signal de danger = = sensibilisation des DC. *L allergène lui-même (protéases de Derp1) *Contaminant microbien /environnemental (bactéries, virus).

38 La balance Th1 Th2 dépend : la dose d'endotoxine administrée et sa nature le timing de l'administration par rapport à la stimulation allergénique mais aussi le degré de maturation de la CD - Mature: polarisation Th2 -Immature: Tolérance

39 Réponse allergique pulmonaire les DCsde type myéloïde *sensibilisation aux allergènes *maintenance de l'inflammation pulmonaire les DCs plasmacytoïdes =tolérance vis-à-vis d'antigènes inhalés

40 Réponse allergique pulmonaire les mdcs contribuent à l'induction et à la maintenance de l'asthme les pdcs protègent contre le développement de l'asthme allergique

41 Réponse allergique pulmonaire le LPS inhalé à faible dose en association avec l'allergène entraîne une réponse Th2 le LPS inhalé à forte dose en association avec l'allergène entraîne une réponseth1/treg

42 L activation des TLR en présence d allergène module les fonctions des cellules dendritiques peut favoriser le développement de la réaction allergique empêcher le développement de la réaction allergique

43 La stimulation des TLR entraîne des effets différents et même opposés sur la réponse immune: **Maturation des CD et réponse adaptée à l'agent d'agression(faible dose) **Activation des cellules TregCD4 + CD25 + régulatrices naturelles (forte dose).

44 Trois éléments importants dans l'apparition d'un asthme: *la présence de l'allergène (acariens) *le fond génétique (le type d'allèles du TLR4), * l'environnement naturel (richesse en endotoxines).

45 les concentrations en endotoxine dans la poussière des maisons sont inversement proportionnelles au pourcentage d'enfants à risque allergique qui vont se sensibiliser aux acariens

46 L hypothèse hygiéniste(strachan, 1989) Basée sur l épidemiologie de la rhinite allergique La diminution de la taille des familles, l amélioration des conditions de vie, et le standard élevéde propreté corporelle ont limité les infections croisées au seindes familles. Cecipourraitêtrela cause de l augmentationde fréquencedes maladies atopiques."..peutêtreinterprétécommeun défautde modulation microbienne des réponses Th2 durant l enfance

47 Système immunitaire de l enfant & du nouveau-né Infections en série Réponse Immune Th1 Th2 Th2 Age L environnement intrautérin est puissamment Th2 Ceci exerce une dominance Th2 chez le N-Né Th1/Th2 À l équilibre à ~2 ans

48 Maturation retardée de la fonction Th1 Réponse immune Peu d infections hygiène, taille réduite de la famille, etc Th1 Th2 Age Durée plus longue au cours de laquelle s établissent les réponses TH2 contre les Ag de l environnement Déséquilibre Th1/Th2 Dominance Th2 à ~2 ans

49 Signaux 1, 2 and 3 Signal 1 antigène & recepteur antigène DC Th Signal 2 B7 -CD28 Costimulation Signaux 1 & 2 activent cellules T: prolifération et fonction effectrice Maisqui régulela réponseth1 ou Th2? Signal 3 - DC polarisée par pathogène

50 Sous-populations DC polarisées Signal 1 DC Th Signal 2 Signal 3 signal polarisant les Th L intégration de signaux de pathogènes/allergènes et du milieu extracellulaire polarisent les DC à produire 3 signaux qualitativement différents Les propriétésdes allergènes, ou des porteursd allergènes, influencentles DC à induirele développement de cellules Th appropriées

51 Le schémade la réponseimmunitaireallergiqueselonle consensus est centré autour des cellules Th polarisées Effets de mode en Immunologie.1960 & 1970 Immunoglobuline E 1970 & 1980 Mastocytes& Eosinophiles 1980 & 1990 Environnement ante-natal & adulte, allergènes, Th & 2000 Expériencemicrobienne, Epithélium, Tregs

52 Bien qu il constitue un concept attrayant, le modèle de polarisation Th2 est trop simpliste pour expliquer l allergie L allergie est une maladie dont la regulation immune est altérée. Où se situe cette altération?.nombre réduit de cellules produisant l IL-12?.Capacité réduite à produire ou à répondre à l IL-12?.Stimulation réduite de l IL-12 par les substances microbiennes?

53 CONCLUSION 1 La CD par sa fonction de présentatrice de l'antigène d'une partet par l'activation des TLR d'autre part Carrefour de l'immunité adaptative et de l'immunité innée

54 CONCLUSION 2 Un rôle clé dans l'initiation et la régulation de la réaction allergique Capable de participer à l'établissement de la tolérance

55

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Activation et polarisation des lymphocytes T A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Immunité acquise La réponse innée reconnaît des structures conservées entre

Plus en détail

Le système du Complément

Le système du Complément Le système du Complément Marie-Agnès Dragon-Durey, Jean Yves Cesbron, Alain Chevailler, Christian Drouet, Béatrice Uring-Lambert I-Introduction... 2 II-Les voies d activation du Complément... 2 II-1.La

Plus en détail

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly

Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 1 Vendredi 25 janvier 2008 : Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly 2 Immunité et exposition aux rayonnements ionisants Professeur Michel

Plus en détail

Immunologie de la grossesse

Immunologie de la grossesse Immunologie de la grossesse LI UE8S : Unité fœtoplacentaire Dr ANDRÉ Gwenaëlle 1 Introduction Immunité Ensemble des mécanismes permettant Reconnaître et tolérer «le soi» Reconnaître et rejeter «le non

Plus en détail

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ Les mécanismes de reconnaissance et d élimination des molécules du non soi font intervenir un système diffus d organes, de tissus, de cellules et de molécules qui

Plus en détail

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T.

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Marcelo de Carvalho, Olivier Adotévi, Valérie Frenkel, Gilles Thibault, Richard Le Naour I-Introduction... 2 II-Activation des lymphocytes

Plus en détail

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine 2012 Explorations des réponses Immunitaires L3 Médecine Rappel sur les réponses Immunitaires DIFFERENTS TYPES DE REPONSES IMMUNITAIRES Naturelle = innée Adaptative Non spécifique Spécifique Immédiate Barrière

Plus en détail

Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Coopération cellulaire et réponses effectrices Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Activation des lymphocytes T DC immature capture de l Ag dans les tissus cellule T activée

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Éviter une réponse inappropriée

Éviter une réponse inappropriée Une réponse immunitaire "efficace" Quelques rappels : Mécanismes de protection Implication du système immunitaire dans l homéostasie de l organisme Élimination de cellules en apoptose Relations potentielles

Plus en détail

"Immunologie : nouveaux développements et implications cliniques"

Immunologie : nouveaux développements et implications cliniques "Immunologie : nouveaux développements et implications cliniques" tim tomkinson The Scientist, June 00 Le déroulement. Le système immunitaire au repos. Les pathogènes. La réponse innée. La transition entre

Plus en détail

3 Derm. 1 Epide. Immunité de la peau. Dr Céline Beauvillain. Pr Pascale Jeannin. Année universitaire 2011-2012. UE revêtement cutané - L2

3 Derm. 1 Epide. Immunité de la peau. Dr Céline Beauvillain. Pr Pascale Jeannin. Année universitaire 2011-2012. UE revêtement cutané - L2 ion 2 Jonct pidermique -é dermo e 3 Derm rme 1 Epide 4 Hypo derme évrose 5 Apon s 6 r i cula e u Tissu m Dr Céline Beauvillain Pr Pascale Jeannin Année universitaire 2011-2012 UE revêtement cutané - L2

Plus en détail

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB régulateurs M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB : population hétérogène Foie fœtal et moelle osseuse B1 Plasmocytes Moelle osseuse T2-MZP LB de la zone marginale Périphérie Cellules souches LB immatures

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles 19 octobre 2007 Inhibition des défenses de l hôte par les bactéries pathogènes Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux Gwennola ERMEL I Détection

Plus en détail

Cytokines & Chimiokines

Cytokines & Chimiokines Cytokines & Chimiokines I. (D après Förster, R. et al. (1999) Cell 99:23) Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l organisme, des souris déficientes pour le récepteur

Plus en détail

Immunité et grossesse

Immunité et grossesse MODULE de MAIEUTIQUE Unité foetoplacentaire (Coordonateur Pr Janky) Immunité et grossesse Dr. Nadia Prisant 1 Points essentiels : Le système immunitaire, à travers ses deux principales composantes, l immunité

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

Les voies de co-stimulation

Les voies de co-stimulation 8 ème Journée Scientifique du CRI Les voies de co-stimulation Jean Sibilia Rhumatologie, CHU de Strasbourg Centre national de référence "Maladies auto-immunes systémiques rares" Le dialogue intercellulaire

Plus en détail

Coline Plé IPL. Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines. Structure de l IgE (1) Structure de l IgE : Fragments Fab et Fc (2)

Coline Plé IPL. Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines. Structure de l IgE (1) Structure de l IgE : Fragments Fab et Fc (2) Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines 1. Structure 2. Synthèse 3. Récepteurs 4. Fonctions Division des Immunoglobulines en 5 classes en fonction de leurs propriétés structurales

Plus en détail

THÈSE présentée par :

THÈSE présentée par : UNIVERSITÉ FRANÇOIS - RABELAIS DE TOURS ÉCOLE DOCTORALE SST EA 4245 Cellules dendritiques, Immunomodulation et Greffes THÈSE présentée par : Caroline PILON soutenue le : 4 Février 2009 pour obtenir le

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

F. Cousin, F. Bérard, J.F. Nicolas Centre Hospitalier Lyon-Sud Secteur Ste Eugénie Immuno-Allergologie - Pierre-Bénite. Résumé

F. Cousin, F. Bérard, J.F. Nicolas Centre Hospitalier Lyon-Sud Secteur Ste Eugénie Immuno-Allergologie - Pierre-Bénite. Résumé Allergie et environnement. F. Cousin, F. Bérard, J.F. Nicolas Centre Hospitalier Lyon-Sud Secteur Ste Eugénie Immuno-Allergologie - Pierre-Bénite Résumé La fréquence des maladies allergiques ne cesse d

Plus en détail

Cytokines et Polarisation des lymphocytes T

Cytokines et Polarisation des lymphocytes T Mardi, le 13 Décembre 2011 Professeur : Dr. Eric TAROUR RT : Khadijah KHERALLAH RL :Oualid LOUMI Cytokines et Polarisation des lymphocytes T Plan du cours : I) LES CYTOKINES a) Historique et classification...page

Plus en détail

Observer : l'absence de noyau des hématies la petite taille des plaquettes la forme et la taille des noyaux (leucocytes) ACTIVITES ELEVES TS

Observer : l'absence de noyau des hématies la petite taille des plaquettes la forme et la taille des noyaux (leucocytes) ACTIVITES ELEVES TS 4.1 La réaction inflammatoire, un exemple de réponse innée 4.1.1 Les cellules de défense au microscope optique : Par l'observation d'une goutte de sang humain au microscope, repérer chaque type de cellule

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Etat de l art sur les mécanismes de l'allergie aux produits chimiques Pr Marc Pallardy INSERM UMR 996 Faculté de Pharmacie Université Paris-Sud

Etat de l art sur les mécanismes de l'allergie aux produits chimiques Pr Marc Pallardy INSERM UMR 996 Faculté de Pharmacie Université Paris-Sud Etat de l art sur les mécanismes de l'allergie aux produits chimiques Pr Marc Pallardy INSERM UMR 996 Faculté de Pharmacie Université Paris-Sud Société Française de Toxicologie «Relations entre Recherche,

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

Immunologie Travaux dirigés

Immunologie Travaux dirigés Université Mohammed V-Agdal - Rabat Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 6 Module : Biochimie et Immunologie Élément : Immunologie Immunologie Travaux dirigés 1- De l Immunité innée à l immunité adaptative

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sante@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sante@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Cytokines ; Chimiokines

Cytokines ; Chimiokines Cytokines ; Chimiokines I. Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l'organisme, des souris déficientes pour le récepteur CCR7 de chimiokine ont été générées par recombinaison

Plus en détail

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma.

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma. Bio II - Ex. IV Question 1 : Lors d une réponse inflammatoire (ex. blessure de la peau avec une aiguille souillée par des bactéries), A) préciser les rôles respectifs des neutrophiles, des mastocytes,

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Immunité adaptative : la mémoire immunitaire

Immunité adaptative : la mémoire immunitaire Immunité adaptative : la mémoire immunitaire Guislaine Carcelain, Myriam Labalette, Mirjana Radosavljevic I-Introduction... 2 II-Caractéristiques d'une réponse-mémoire ou secondaire... 2 III-La mémoire

Plus en détail

Immunité et Vieillissement

Immunité et Vieillissement Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

PHÉNOTYPE, DIFFÉRENCIATION, CIRCULATION ET HOMÉOSTASIE DES CELLULES DU SYSTÈME IMMUNITAIRE

PHÉNOTYPE, DIFFÉRENCIATION, CIRCULATION ET HOMÉOSTASIE DES CELLULES DU SYSTÈME IMMUNITAIRE PHÉNOTYPE, DIFFÉRENCIATION, CIRCULATION ET HOMÉOSTASIE DES CELLULES DU SYSTÈME IMMUNITAIRE 1. Les lymphocytes T Les lymphocytes T et B, qui sont les seules cellules de l'organisme à avoir des récepteurs

Plus en détail

Mécanismes d'action des lymphocytes T Fonctions des lymphocytes T dans la défense de l'hôte

Mécanismes d'action des lymphocytes T Fonctions des lymphocytes T dans la défense de l'hôte Chapitre 6 Mécanismes d'action des lymphocytes T Fonctions des lymphocytes T dans la défense de l'hôte PLAN DU CHAPITRE Modes de réactions immunitaires dépendant des lymphocytes T....... 105 Migration

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Psoriasis 2005 Psoriasis Plus de 5 millions de patients souffrent de psoriasis aux USA Ils dépensent entre 1,6 et 3,2 milliards de dollars par an pour traiter leur maladie Entre 150000 et 260000 nouveaux

Plus en détail

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T M. Butte et al Immunity 2007 DOI 10.1016 PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T 1 Généralités L'activation du lymphocyte est due à

Plus en détail

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes

Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes Développement des cellules de l'immunité spécifique = développement des lymphocytes 1. Origine des lymphocytes - les lymphocytes proviennent d'une cellule souche hématopoïétique multipotentielle (= totipotente)

Plus en détail

La Pandémie du SIDA. Taux de prévalence du VIH/sida chez les adultes âgés entre 15 et 49 ans à la fin de 1999, Source : ONUSIDA, juin 2000.

La Pandémie du SIDA. Taux de prévalence du VIH/sida chez les adultes âgés entre 15 et 49 ans à la fin de 1999, Source : ONUSIDA, juin 2000. La Pandémie du SIDA Taux de prévalence du VIH/sida chez les adultes âgés entre 15 et 49 ans à la fin de 1999, Source : ONUSIDA, juin 2000. Adultes Région/Pays infectés (%) afrique subsaharienne 8,57 antilles

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

Maturation des Cellules T et des Cellules B

Maturation des Cellules T et des Cellules B Maturation des Cellules T et des Cellules B 1- Développement lymphocytaire (T & B) 2-Maturation thymique des Cellules T 3-Maturation des Cellules B dans la moelle osseuse (MO) 1-Le développement lymphocytaire

Plus en détail

La Dermatite Atopique, est-ce de l Allergie? Dr Antoine KHOURY EPERNAY

La Dermatite Atopique, est-ce de l Allergie? Dr Antoine KHOURY EPERNAY La Dermatite Atopique, est-ce de l Allergie? Dr Antoine KHOURY EPERNAY Définissez-moi d abord ce que vous entendez par Atopie, par Dermatite Atopique (DA) et par Allergie et je vous dirai si le DA c est

Plus en détail

L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE

L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE Chap 13 Ts spécifique thème 3 L IMMUNITE ADAPTATIVE PROLONGEMENT DE L IMMUNITE INNEE 4 semaines - Acteurs du système immunitaire Photo lymphocytes au contact cellule cancéreuse http://artic.ac-besancon.fr/svt/act_ped/svt_lyc/eva_bac/s-bac2005/images/ltc.jpg

Plus en détail

Récepteurs de type Toll, réponse inflammatoire et sepsis Toll like receptor, inflammatory response and sepsis

Récepteurs de type Toll, réponse inflammatoire et sepsis Toll like receptor, inflammatory response and sepsis Réanimation 13 (2004) 167 175 www.elsevier.com/locate/reaurg Mise au point Récepteurs de type Toll, réponse inflammatoire et sepsis Toll like receptor, inflammatory response and sepsis O. Huet a, G. Choukroun

Plus en détail

ACTUALITES SUR LES URTICAIRES Fréderic Augey, Audrey Nosbaum, Frédéric Bérard, Jean-François Nicolas. Université Lyon1, Inserm U 851, CH Lyon-Sud

ACTUALITES SUR LES URTICAIRES Fréderic Augey, Audrey Nosbaum, Frédéric Bérard, Jean-François Nicolas. Université Lyon1, Inserm U 851, CH Lyon-Sud ACTUALITES SUR LES URTICAIRES Fréderic Augey, Audrey Nosbaum, Frédéric Bérard, Jean-François Nicolas Université Lyon1, Inserm U 851, CH Lyon-Sud URTICAIRE CHRONIQUE Actualités et controverses www.allergolyon.org

Plus en détail

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Généralités En introduction aux interventions de : M. Pasquet : vaccinations (enfant) et TTT par Ig P. Massip : vaccinations (adulte)

Plus en détail

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604 Vaisseaux méningés Sinus veineux Os crânien Dure-mère Espace Périvasculaire Cortex cérébral ventricules Substance blanche Flux de LCR Villosités arachnoïdes Sinus veineux Plexus choroïdes Substance grise

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

Différenciation lymphocytaire T & B. Différenciation lymphocytaire T & B. Théorie de la sélection clonale (1) Différenciation lymphocytaire T & B

Différenciation lymphocytaire T & B. Différenciation lymphocytaire T & B. Théorie de la sélection clonale (1) Différenciation lymphocytaire T & B DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie Différenciation lymphocytaire T & B CM5.1 Différenciation lymphocytaire T & B Adrien Six (adrien.six@upmc.fr) Phnom Penh Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

Immunopathologie et immunointervention : Allergies Hypersensibilité de type I. Allergies Hypersensibilité de type I

Immunopathologie et immunointervention : Allergies Hypersensibilité de type I. Allergies Hypersensibilité de type I 28/10/2013 MAIROT Kévin D1 Immunopathologie et immunointervention Professeur J. Vitte 8 pages Plan: Allergies Hypersensibilité de type I A. Physiopathologie de l'allergie : I. Schéma global de la réaction

Plus en détail

Partie 1 : Immunologie

Partie 1 : Immunologie Partie 1 : Immunologie Le maintien de l'intégrité de l'organisme Video 1 Video 1 bis Quelques rappels... 1. L'infection microbienne : 2. Les premières défenses : 3. La défense par les lymphocytes : Chapitre

Plus en détail

L adhérence cellulaire

L adhérence cellulaire UE2 : Biologie cellulaire Migration cellulaire, domiciliation et cancer Chapitre 2 : L adhérence cellulaire Pierre CAVAILLES Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION II. 1 Généralités II.2 Transmission des Virus II.3 Grandes étapes de Cycle de Multiplication Attachement Pénétration Réplication Libération II. 1 Généralités

Plus en détail

INTERACTIONS ENTRE L HOMME ET LES MICROORGANISMES

INTERACTIONS ENTRE L HOMME ET LES MICROORGANISMES INTERACTIONS ENTRE L HOMME ET LES MICROORGANISMES I/La flore microbienne. Les microbes peuvent aider le vivant comme être capables de le détériorer, l homme comporte 10 13 cellules et 10 14 bactéries et

Plus en détail

ETUDE DES SIGNAUX MACROPHAGIQUES CELLULAIRES EN RÉPONSE À L INFECTION PAR DIFFÉRENTES SOUCHES CLINIQUES DE CRYPTOCOCCUS NEOFORMANS

ETUDE DES SIGNAUX MACROPHAGIQUES CELLULAIRES EN RÉPONSE À L INFECTION PAR DIFFÉRENTES SOUCHES CLINIQUES DE CRYPTOCOCCUS NEOFORMANS MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES Sciences de la Vie et de la Terre MÉMOIRE présenté par Sturny Leclère Aude Pour l obtention du diplôme de l École

Plus en détail

SYNDROME D HYPER-IgM

SYNDROME D HYPER-IgM SYNDROME D HYPER-IgM Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE

Plus en détail

RISQUES SANITAIRES LIÉS AUX MOISISSURES DE L HABITAT PICARD

RISQUES SANITAIRES LIÉS AUX MOISISSURES DE L HABITAT PICARD RISQUES SANITAIRES LIÉS AUX MOISISSURES DE L HABITAT PICARD Anne TOTET Professeur des universités praticien hospitalier Chef de service de Parasitologie et Mycologie médicales, CHU d Amiens Laboratoire

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

Vieillissement Immunitaire

Vieillissement Immunitaire Vieillissement Immunitaire Dr Florent Guerville Service de Gérontologie Clinique Service de Néphrologie CHU de Bordeaux CNRS UMR 5164 «Composantes Innées de Réponse Immunitaire et Différenciation» 19 mars

Plus en détail

ANNEXE XXIII. Maladies en relation avec la pollution atmosphérique

ANNEXE XXIII. Maladies en relation avec la pollution atmosphérique ANNEXE XXIII Maladies en relation avec la pollution atmosphérique Maladies respiratoires 1. Asthme Cette maladie, à composante génétique, est influencée par l'environnement. Le terrain allergique, génétiquement

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

Allergie et toxiques Rôle des cellules dendritiques

Allergie et toxiques Rôle des cellules dendritiques Allergie et toxiques Rôle des cellules dendritiques Pr Saadia Kerdine-Römer saadia.kerdine-romer@u-psud.fr MASTER 2 THERV C2 ANNÉE 2013-2014 Mécanismes des réactions allergiques Notion d haptène Formation

Plus en détail

Lignée lymphocytaire

Lignée lymphocytaire Lignée lymphocytaire I-INTRODUCTION : LES LYMPHOCYTES: Support cellulaire de la défense immunitaire spécifique 25 40 % des globules blancs dans le sang périphérique Moins de 20 % dans le myélogramme. 3

Plus en détail

Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012. Les pathologies liées au déficit en protéines du complément

Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012. Les pathologies liées au déficit en protéines du complément + Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012 Les pathologies liées au déficit en protéines du complément + Rappels sur le complément n Ensemble de protéines plasmatiques et membranaires

Plus en détail

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce que HER2? HER2 est un récepteur. Il signifie human epidermal growth factor

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES. MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT

ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES. MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Science de la vie et de la terre MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT Pour l obtention du diplôme de l Ecole Pratique des Hautes Etudes

Plus en détail

Mécanisme des réactions inflammatoires

Mécanisme des réactions inflammatoires 01/04/2014 THOMASSIN Guillaume L2 Revêtement Cutané Dr. Sophie Deplat-Jégo Relecteur 4 8 pages Revêtement cutané Mécanisme des réactions inflammatoires cutanés Mécanisme des réactions inflammatoires Plan

Plus en détail

THÈSE. Docteur. l Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l Environnement (Agro Paris Tech) Leïla Périé. le 14/10/2009

THÈSE. Docteur. l Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l Environnement (Agro Paris Tech) Leïla Périé. le 14/10/2009 THÈSE pour obtenir le grade de Docteur de l Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l Environnement (Agro Paris Tech) Spécialité : Immunologie présentée et soutenue publiquement par Leïla Périé

Plus en détail

DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE POITIERS

DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE POITIERS THÈSE Pour l obtention du grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE POITIERS (Faculté de Médecine et Pharmacie) (Diplôme National Arrêté du 7 août 2006) Ecole Doctorale : Biosanté N 524 Champ disciplinaire :

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail

Les anti-lymphocytes B. Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014

Les anti-lymphocytes B. Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014 Les anti-lymphocytes B Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014 Rôle pathogène des lymphocytes B au cours des maladies auto-immunes Production d'auto-anticorps et/ou formation

Plus en détail

Examen L3 - lère session 2012-2013. Module : Immunopathologie et immunointervention

Examen L3 - lère session 2012-2013. Module : Immunopathologie et immunointervention Examen L3 - lère session 2012-2013 Module : Immunopathologie et immunointervention 1. Le ganglion: ' *\j Est le lieu où se développe la réponse immunitaire Son augmentation de volume peut être lié à une

Plus en détail

C N (1,2), MA (1), X (1), G (1), M (1), T (1), C (2), P (3), M (4), V (1,5), JP (1,5), PN. (1), E

C N (1,2), MA (1), X (1), G (1), M (1), T (1), C (2), P (3), M (4), V (1,5), JP (1,5), PN. (1), E Caractérisation phénotypique et rôle des lymphocytes T régulateurs intra- hépatiques au cours de l hépatite chronique virale C N Sturm (1,2), MA Thélu (1), X Camous (1), G Dimitrov (1), M Ramzan (1), T

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

IMPACT FONCTIONNEL DE L'INTERACTION KERATINOCYTE-LYMPHOCYTE T AU COURS DU PSORIASIS

IMPACT FONCTIONNEL DE L'INTERACTION KERATINOCYTE-LYMPHOCYTE T AU COURS DU PSORIASIS GUILLAUME MARTIN IMPACT FONCTIONNEL DE L'INTERACTION KERATINOCYTE-LYMPHOCYTE T AU COURS DU PSORIASIS Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures de l'université Laval dans le cadre du programme

Plus en détail

Item 112 : Réaction inflammatoire. Aspects biologiques et cliniques, conduite à tenir

Item 112 : Réaction inflammatoire. Aspects biologiques et cliniques, conduite à tenir Item 112 : Réaction inflammatoire. Aspects biologiques et cliniques, conduite à tenir COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC

Plus en détail

REMERCIEMENTS. Qui nous a fait l honneur d accepter la présidence de notre jury de thèse. Hommages respectueux.

REMERCIEMENTS. Qui nous a fait l honneur d accepter la présidence de notre jury de thèse. Hommages respectueux. 1 1 1 2 REMERCIEMENTS A notre jury de thèse, Monsieur le Professeur Antoine Blancher, Qui nous a fait l honneur d accepter la présidence de notre jury de thèse. Hommages respectueux. Monsieur le Professeur

Plus en détail

L influence du réseau de chimiokines sur les lymphocytes T dans le contexte de l infection à virus de l immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1)

L influence du réseau de chimiokines sur les lymphocytes T dans le contexte de l infection à virus de l immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1) Université de Montréal Faculté de médicine Département de microbiologie et immunologie L influence du réseau de chimiokines sur les lymphocytes T dans le contexte de l infection à virus de l immunodéficience

Plus en détail

Cancer et Immunité. Dr. Guislaine Carcelain Immunologie Cellulaire, Hôpital Pitié-Salpêtrière guislaine.carcelain@psl.aphp.fr

Cancer et Immunité. Dr. Guislaine Carcelain Immunologie Cellulaire, Hôpital Pitié-Salpêtrière guislaine.carcelain@psl.aphp.fr Cancer et Immunité Dr. Guislaine Carcelain Immunologie Cellulaire, Hôpital Pitié-Salpêtrière guislaine.carcelain@psl.aphp.fr 1953-2000 Concept d immunité anti-tumorale : Le système immunitaire a-t-il la

Plus en détail

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Traitements immunomodulateurs et biothérapies Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Soirée FMC du 19 février 2014 Invitation telephonique Dr Bernard WILLEMIN Hépato - Gastro CHR Haguenau

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

Plan. Plan. Des phénotypes de l asthme au traitement personnalisé. Asthme du consensus aux phénotypes. Asthme du nourrisson: 3 phénotypes

Plan. Plan. Des phénotypes de l asthme au traitement personnalisé. Asthme du consensus aux phénotypes. Asthme du nourrisson: 3 phénotypes Des phénotypes de l asthme au traitement personnalisé Jocelyne JUST Centre de l Asthme et des Allergies Groupe Hospitalier Trousseau- La Roche Guyon Université Pierre et Marie Curie, Paris6 Stepwise approach

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Traitement de la polyarthrite rhumatoïde. Prise en charge PR. Déséquilibre cytokinique dans la synovite rhumatoide

Traitement de la polyarthrite rhumatoïde. Prise en charge PR. Déséquilibre cytokinique dans la synovite rhumatoide UNIVERSITE DE MONASTIR FACULTE DE PHARMACIE DE MONASTIR COURS DE CHIMIE THÉRAPEUTIQUE Traitement de la polyarthrite rhumatoïde Certificat Coordonné 1 3 ème année Pharmacie Pr. Ag Olfa GLOULOU ép. LANDOLSI

Plus en détail

Séquence 10. Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire. Sommaire

Séquence 10. Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire. Sommaire Séquence 10 Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire Sommaire Chapitre 1. Pré-requis Chapitre 2. La réaction inflammatoire, un exemple de réponse innée Chapitre

Plus en détail

Le monde Microbien : Partie 3 : La société microbienne : leur vie sur la terre, chez l homme

Le monde Microbien : Partie 3 : La société microbienne : leur vie sur la terre, chez l homme UE Pharmacie - Microbiologie Le monde Microbien : Partie 3 : La société microbienne : leur vie sur la terre, chez l homme Professeur Emmanuel DROUET Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

Immunité des tumeurs

Immunité des tumeurs Cours de Mme Wachsmann By Sovietik Immunité des tumeurs Cancers des cellules épithéliales (endoderme, ectoderme) : carcinome Cancers du tissus mésenchymateux (fibroblastes, cellules musculaires et adipeuses)

Plus en détail

Immunologie. Virginie Robert. 18 décembre 2012

Immunologie. Virginie Robert. 18 décembre 2012 Université Toulouse III Paul Sabatier (UT3 Paul Sabatier) Immunologie Virginie Robert 18 décembre 2012 Implication des canaux CaV1 dans la signalisation calcique des lymphocytes Th2 murins et humains :

Plus en détail