Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH"

Transcription

1 Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH Appel d Offres Ouvert n 17/2012 Du 19/12/2012 à 9h30mn Etude Foncière relative à l aire du futur SDAU de l agglomération de Marrakech Termes de référence 1

2 Article 1 : Objet de l étude : Le présent marché a pour objet la réalisation d étude foncière de l aire du futur SDAU de Marrakech Il s agit notamment des missions suivantes : L établissement d un état parcellaire des terrains non bâtis et les friches urbaines (limites des propriétés, statut juridique, propriétaires) récent de la zone d étude exploitable sous le SIG ARCGIS. Analyser les contraintes foncières de l'urbanisation et définir les moyens susceptibles de les dépasser pour l'urbanisation future. Analyser l impact de la dimension foncière sur le développement urbain et sur le taux de réalisation et concrétisation des dispositions des documents d urbanisme. La collecte et le traitement des données sur les prix de ventes des terrains et des constructions effectuées entre 2005 et 2012 L élaboration des indices des transactions foncières et immobilières pour l année 2005 à Article 2 : Aire de l étude La présente étude se déroulera sur l aire du futur SDAU de Marrakech de l agglomération ARTICLE 3 : Contexte de l étude A- Contexte et Problématique du foncier à Marrakech Il est convenu que la maîtrise du foncier est un outil capital en matière de planification urbaine. La question foncière évolue sous l effet des différentes transformations (politiques, économiques, juridiques et sociales) qui touche la société. Ces transformations prennent de telles dimensions qu il est nécessaire d aller plus loin dans la réflexion sur cette problématique. Au Maroc et particulièrement à Marrakech, la propriété foncière devient un objet majeur de toutes les formes de la spéculation, ces pratiques informelles sont accentuées par la faiblesse de l encadrement administratif. La propriété foncière est un bien fongible et ses exploitations ne sont pas identiques. Elles diffèrent par leur statut juridique, l aspect de leur parcellaire et leur étendue, sa valeur immobilière ou agronomique, les dispositions par rapport aux différentes servitudes et documents d urbanisme. En outre, l impact de la démographie sur la transformation de la vocation urbanistique et les répercussions sur la miniaturisation des tailles des terrains par le biais des coutumes successorales. Bref, la terre n est pas un bien facile 2

3 à gérer, les problèmes liés au foncier sont tellement complexes et entremêlés qu il est difficile de les résoudre d une manière simple et unique. Les problèmes que pose le foncier aujourd hui, notamment vis-à-vis de l urbanisme, résident dans la complexité des régimes juridiques, la multiplicité des statuts fonciers, la faible couverture par l immatriculation, défaut de mise à jour de la mappe etc. Par ailleurs, la prise en compte de la dimension foncière est omniprésente dans les textes législatifs relatifs à l urbanisme, ces textes conçoivent l urbanisme comme étant un catalyseur de l apurement de l assiette foncière. En effet, aucun projet de lotissement ne peut être reçu et autorisé si le terrain n est pas immatriculé ou en cours d immatriculation. En effet, La clause prévue par la loi relative aux lotissements, groupes d habitations et morcellements, conçoit le développement urbain comme étant une action qui doit être menée de paire avec l apurement de l assiette foncière. La législation en vigueur, considère en effet dans son article 5 le dossier de demande d autorisation comme étant «irrecevable si le terrain n est pas immatriculé ou en cous d immatriculation». Et d ajouter «en cours d immatriculation» pour que la demande soit acceptée, le délai fixé pour le dépôt des oppositions doit être expiré sans qu il n y ait été formulé d opposition. En effet, ne pas accepter d examiner les demandes d autorisation de lotir ou de création de groupes d habitations situés sur des terrains qui ne font pas l objet d un T.F, revient à refuser l urbanisation. Et, par conséquent, encourager la prolifération de quartiers non réglementaires, surtout sur les terrains à enjeux spéculatifs. En suite, les prévisions des documents d urbanisme tiennent rarement compte du statut foncier et de l état parcellaire du sol. Ils contribuent aussi à une mauvaise distribution de la plus-value foncière. La seule disposition en termes d action foncière prévue par les documents d urbanisme est celle concernant les zones de réserve stratégique. Cette disposition avait pour but de soumettre les zones les plus sensibles à l urbanisation au contrôle et à l observation du phénomène d urbanisation. Très peu de ces zones ont été mises en valeur, elles ont surtout joué le rôle de «zone d aménagement différé». D un autre côté, la procédure d expropriation étant très complexe, la réserve foncière publique disponible insuffisante et les outils opérationnels pour mobiliser les terrains à urbaniser absents, le foncier se présente, ainsi, plus comme un facteur dissuasif qu incitatif. Ainsi, La maitrise du foncier et la connaissance du marché immobilier et les mécanismes qui régissent son fonctionnement, requiert la disponibilité de données précises et actuelles sur les transactions foncières et immobilières réalisées au niveau de la zone d étude. 3

4 b-contexte et Problématique du Marché immobilier à Marrakech Le secteur immobilier joue un rôle de plus en plus déterminant dans l économie régionale, étant donné l ampleur de ses effets de diffusion sur les autres secteurs et les implications des évolutions des prix de l immobilier sur la politique urbaine et la stabilité financière. Le recoupement de plusieurs informations sur le secteur de l immobilier a permis de constater que durant ces dernières années, le marché immobilier au niveau de la région de Marrakech a connu une certaine accalmie en termes de transactions immobilières. La transaction immobilière implique de multiples intervenants : l agent immobilier, le cadastre, la conservation foncière, le notaire, le service d enregistrement Cependant deux sources statistiques seulement sont exploitées : l agent immobilier et le notaire. Il en résulte une information incomplète.les prix des transactions immobilières font l objet de maintes attentions et analyses, en raison de leurs nombreuses incidences économiques et sociales. Observés par les prévisionnistes, ils sont interprétés, notamment pour déterminer s il existe ou non une bulle spéculative, c est-àdire une évolution des prix injustifiée au regard des facteurs fondamentaux. Or la plupart des études publiées à ce sujet font état de lacunes dans la mesure des prix immobiliers, notant qu il existe peu de repères historiques pour juger de la situation actuelle, même si des séries ont pu être reconstituées par des chercheurs. Certes, il existe un système de «publicité foncière» qui consiste en la transmission de tous es actes aux conservations foncières et à l enregistrement. Toutefois cette publicité foncière n assure pas la transparence d un marché où les prix sont, par tradition confidentiels. En effet, La mise en place d un dispositif de suivi des prix des actifs immobiliers revêt de ce fait une importance cruciale, de par son apport potentiel en matière d amélioration de la transparence et du fonctionnement du marché immobilier, ainsi que de renforcement du suivi de la conjoncture sectorielle. En outre, la disponibilité de données infra annuelles sur les prix des actifs immobiliers permettra d affiner les cadres de suivi et d analyse en matière de politique urbaine. De ce fait, la connaissance de l évolution des prix des transactions foncières et immobilières est un préalable à l encadrement du secteur de l immobilier. Le secteur immobilier est très hétérogène par nature, ce qui rend difficile une approche unique des prix pratiqués, du fait que la formation des prix des différents biens est influencée par des caractéristiques intrinsèques (superficie, nombre de pièces, âge, etc.) et de localisation géographique des biens immobiliers. De même, des variations des prix moyens peuvent avoir lieu en raison des changements dans la composition des logements vendus d une période à l autre et se traduire ainsi par un profil d évolution des prix qui ne reflète pas les conditions effectives d offre et de demande sur le marché immobilier. A titre d illustration, les transactions peuvent concerner 4

5 essentiellement des appartements haut de gamme au cours d un trimestre et porter majoritairement sur des appartements économiques le trimestre suivant. En effet, la formulation d une stratégie à moyen terme pour l'amélioration de l'efficacité du marché foncier et de l immobilier présuppose la connaissance des tendances et des mécanismes de fonctionnement de ce marché, du comportement de ses acteurs, et des goulots d étranglement réglementaires qui gênent l'aménagement des terrains pour le développement de la promotion immobilière Dans le but de limiter l effet d une ou de plusieurs contraintes susmentionnées et en fonction de la nature et richesse des bases de données disponibles, plusieurs approches d élaboration des indices des prix des actifs immobiliers sont adoptées au niveau international. C-Elaboration des indices des prix immobiliers Pour l élaboration des indices des prix immobiliers, plusieurs approches sont adoptées au niveau international, que l on peut classer en deux grandes catégories : les techniques simples (moyenne simple ou pondérée et prix médian) et les techniques économétriques (méthode hédonique et celle des ventes répétées). Au niveau de chaque pays, il peut y avoir plusieurs indices élaborés selon différentes méthodes et par différents organismes. 1. La Méthode Simple Cette méthode consiste à mesurer le prix moyen simple, moyen pondéré ou médian associé aux transactions immobilières au cours d une période donnée. Le suivi de tels indices ne permet pas de distinguer l effet prix de celui de l évolution de la qualité. De même, la non-représentativité des transactions immobilières réalisées dans le temps peut biaiser l évolution des prix, surtout lorsque les transactions portent sur des biens de différentes gammes entre une période et une autre. 2. La Méthode Hédonique Cette approche repose sur le principe que le prix d'un bien immobilier dépend de ses caractéristiques, intrinsèques et de localisation. Seules les variations, d une période à l autre, des prix des biens présentant des caractéristiques identiques traduisent alors l évolution des conditions d offre et de demande sur le marché immobiliers. Devant l hétérogénéité des biens échangés sur le marché immobiliers, la mise en œuvre de la méthode hédonique nécessite d abord l estimation de l effet sur les prix d un nombre fini de caractéristiques, à travers des relations économétriques spécifiées pour chaque zone élémentaire relativement homogène et pour une catégorie de logement donnée. Les coefficients tirés de ces relations, supposés fixes sur la période du calcul de l indice, sont ensuite utilisés pour isoler l effet qualité afin 5

6 d obtenir les variations du prix réel qui reflètent l évolution des conditions d offre et de demande sur le marché immobilier. Pour chaque zone élémentaire, l indice des prix des logements est donc défini comme étant le rapport entre la valeur d un parc de référence fixe de logement à la période courante et sa valeur à la période de base de l indice. La mise en oeuvre de cette méthode nécessite l existence d une base de données riche en informations relatives aux caractéristiques des biens immobiliers avec un historique assez long sur les transactions immobilières pour l estimation de l effet qualité. 3. La Méthode des Ventes Répétées Pouvant être considérée comme une variante de celle hédonique, cette méthode tente de remédier au problème d hétérogénéité des biens immobiliers en élaborant un indice des prix des actifs immobiliers sur la base seulement des biens ayant fait l objet d au moins deux ventes durant la période de l étude. Elle assimile de ce fait l évolution des prix à l évolution moyenne constatée sur les ventes répétées. ARTICLE 4 : Définition de la mission La présente étude comporte trois phases principales : - Phase 1 : Elaboration de la méthodologie Lors de cette phase, le Consultant devra procéder à des entretiens avec les responsables de l AUM pour affiner les objectifs et les attentes de l étude. Il devra également prendre attache avec des personnes ressources d autres directions, départements et organismes (services de l'enregistrement et du timbre, conservation foncière) pouvant enrichir cette phase de l étude. Par ailleurs, il devra également s entretenir avec plusieurs professionnels de l'immobilier et du foncier (promoteurs immobiliers, notaires, agents immobiliers ) afin de s'informer sur le comportement du marché de l'immobilier et du foncier et sur les modalités et conditions de réalisation des transactions d'achat et de vente. Par la suite, il devra élaborer des supports de collecte spécifique à chaque type d intervenants et le schéma organisationnel pour la réalisation de l opération. Au cours de cette première phase, le Consultant devra : Préciser la démarche, le déroulement et les instruments méthodologiques appropriés, nécessaires à la réalisation de cette étude ainsi que la méthode de calcul et la démarche à adopter pour l élaboration des indices ; Déterminer les sources d informations, la taille et la répartition de 6

7 l échantillon total à enquêter pour la zone d étude sur la base des investigations sur le terrain et en concertation avec le maitre d ouvrage de l étude ; L échantillon choisi devra être représentatif de manière à permettre de dégager des données fiables. Elaborer les questionnaires et les manuels d instruction pour la réalisation de la collecte des informations ; Réaliser une enquête pilote, de manière à tester et affiner les supports de l enquête, et mettre au point la méthodologie et l organisation sur le terrain ; Développer une application informatique relative à la mise en place de l indice des transactions foncières et immobilières avec son manuel d utilisation (sous un logiciel existant au niveau de l'administration) pour faciliter le traitement des données et le calcul des indices et la mise à jour des indicateurs produits. Présenter un plan d organisation et d exécution des différentes missions de l étude ainsi que le chronogramme d affectation des experts, etc. A l issue de ces investigations, le consultant doit élaborer un rapport relatant la méthodologie adoptée. - Phase 2 : Collecte et analyse des données Le consultant procédera dans le cadre de cette phase, à la collecte et au traitement des données relatives au foncier et aux transactions immobilières, ainsi qu à l'élaboration et à la présentation d'un rapport relatant les résultats des différents volets étudiés. Pour ce faire, le consultant doit : Réaliser une enquête foncière et un état parcellaire terrains non bâtis et les friches urbaines de date récente de la zone d étude auprès des services concernés (cadastre, conservation foncière,.etc. ) pour l établissement d une base de données foncières. Développer une application SIG Foncier sous ARCGIS10 Analyser les contraintes foncières de l'urbanisation et définir les moyens susceptibles de les dépasser pour l'urbanisation future Analyser l impact de la dimension foncière sur le développement urbain et sur le taux de réalisation et concrétisation des dispositions des documents d urbanisme. Réaliser les enquêtes pour collecter les données sur les prix de ventes des terrains et des constructions effectuées en milieu urbain et périurbain pour des années 2005 à Il est à préciser que l échantillon à enquêter devra couvrir les principaux quartiers de zone d étude et devra considérer les différents types de constructions et par type de standing (villa, immeuble économique, immeuble standing, immeuble social, appartement, maison marocaine moderne, maison traditionnelle, ) pour le neuf et l ancien, ainsi que les destinations des terrains et l état d équipement. Analyser l évolution des prix des transactions foncières et immobilières durant des années 2005 à 2012; 7

8 Analyser les profils socio-économiques des acheteurs et des vendeurs ; Alimenter l application informatique développée durant la première phase par tous les questionnaires saisis et tous les fichiers sources ; Phase 3 : Elaboration des indices des transactions foncières Au cours de cette phase, le Consultant devra : Elaborer des indices des transactions foncières et immobilières pour l année 2012, par catégorie de construction (type de construction), par type de standing et par destination de terrain; Présenter des recommandations et des mesures à même d assurer le suivi et la pérennité du système ; Procéder à l installation de l application informatique au niveau de l AUM Présenter un manuel d utilisation aux techniques de calcul des indices et de mise à jour des informations tout en assurant une assistance technique pour une période de dix mois. Phase 4 : Rendu final Après approbation des trois premières phases, Le consultant devra récapituler l ensemble des résultats pour émettre des synthèses, des conclusions et des recommandations illustrés par des cartes thématiques. Article 5 : Composition de l équipe L équipe qui sera chargée de cette étude devra présenter de compétences confirmées dans les domaines suivants : - L Ingénierie Topographique - L Ingénierie Statistique ou Economie appliquée - L urbanisme - Les systèmes d informations - Le droit Foncier 8

Fichier MIN Marché immobilier. des notaires

Fichier MIN Marché immobilier. des notaires Comment suivre les évolutions urbaines? Fichier MIN Marché immobilier des notaires Présentation réalisée par : Emmanuel Cellier Agence d urbanisme de Lyon E. Cellier Fichier MIN sept 2004 1 Qu est-ce que

Plus en détail

RESEAU DES ACTEURS DE L HABITAT L LORRAINS

RESEAU DES ACTEURS DE L HABITAT L LORRAINS RESEAU DES ACTEURS DE L HABITAT L LORRAINS Présentation de la Convention cadre proposée e aux EPCI et de l él étude de stratégie foncière 1 CONVENTION CADRE OBJECTIFS 2 OBJECTIFS 5 enjeux Impulser une

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Guide pratique pour la construction, le lotissement et le morcellement

Guide pratique pour la construction, le lotissement et le morcellement AGENCE URBAIE DE MEKNES 37, Av. Yaacoub El Mansour, V.N MEKNES TEL: 212-55-51-03-10/11 Fax: 212-55-51-03-01 Guide pratique pour la construction, le lotissement et le morcellement Que savez-vous? vous?

Plus en détail

L Administration en ligne à l ANCFCC

L Administration en ligne à l ANCFCC L Administration en ligne à l ANCFCC M. EL MAKHCHOUNI, M. EL BATANE and Mme LYCER, Maroc Mots cles: Administration en ligne, e-government, Consultation à distance, e-foncier, e- cadastre, e-carto. RESUME

Plus en détail

ORGANISATION DE LA PROFESSION D IGENIEUR GEOMETRE TOPOGRAPHE AU MAROC. M. Khalid YOUSFI Secrétaire Général ONIGT onigt@yahoo.fr www.onigt.

ORGANISATION DE LA PROFESSION D IGENIEUR GEOMETRE TOPOGRAPHE AU MAROC. M. Khalid YOUSFI Secrétaire Général ONIGT onigt@yahoo.fr www.onigt. M a r r a k e c h Royaume du Maroc ORDRE NATIONAL DES INGENIEURS GEOMETRES TOPOGRAPHES F I G w w 2 0 1 1 ORGANISATION DE LA PROFESSION D IGENIEUR GEOMETRE TOPOGRAPHE AU MAROC M. Khalid YOUSFI Secrétaire

Plus en détail

Lotisseur. Les emplois possibles dans le métier

Lotisseur. Les emplois possibles dans le métier Lotisseur Toute la gamme des métiers de l immobilier et du domaine financier en y ajoutant les professions juridiques et techniques. Le lotisseur est ou devient propriétaire d un ou plusieurs terrains

Plus en détail

INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS

INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS N 20 TENDANCE GLOBALE DU MARCHÉ IMMOBILIER AU 3 ème TRIMESTRE 2014 1. Tendance globale du marché immobilier au cours du 3 ème trimestre 2014 En glissement trimestriel,

Plus en détail

SOMMAIRE. L'expertise immobilière - conditions d'exercice. Urbanisme. Surfaces. Terrain à bâtir. Maison individuelle SOMMAIRE 003

SOMMAIRE. L'expertise immobilière - conditions d'exercice. Urbanisme. Surfaces. Terrain à bâtir. Maison individuelle SOMMAIRE 003 SOMMAIRE Grille de calcul avec exemple chiffré L'expertise immobilière - conditions d'exercice Urbanisme Introduction Le Règlement National d Urbanisme Les cartes communales Le Plan d Occupation des Sols

Plus en détail

LES FONDEMENTS POLITIQUES DE L URBANISATION ANARCHIQUE A MABANGA (N GAOUNDERE-CAMEROUN)

LES FONDEMENTS POLITIQUES DE L URBANISATION ANARCHIQUE A MABANGA (N GAOUNDERE-CAMEROUN) LES FONDEMENTS POLITIQUES DE L URBANISATION ANARCHIQUE A MABANGA (N GAOUNDERE-CAMEROUN) MAXIMILIEN PIERRE ESSE NDJENG Dans la ville de N Gaoundéré située au Nord-Cameroun, la mauvaise urbanisation de la

Plus en détail

La valorisation financière d un terrain à bâtir dépend de son potentiel de

La valorisation financière d un terrain à bâtir dépend de son potentiel de Mobilisation et valorisation du foncier public Fiche n 3 Sept. 2013 De la comparaison au bilan Méthodes d évaluation des terrains Certu La valorisation financière d un terrain à bâtir dépend de son potentiel

Plus en détail

Exemple d une réalisation en division parcellaire

Exemple d une réalisation en division parcellaire Le contrat gagnant COVALEM s adresse aux particuliers qui souhaitent bénéficier de tous les avantages d une offre unique qui permet de produire les plus belles opportunités immobilières du marché. Exemple

Plus en détail

IMMOBILIER. ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi?

IMMOBILIER. ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi? Conférence débat Jeudi 5 juin 2014 IMMOBILIER ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi? La vente d un bien immobilier doit être constatée par acte authentique. L intervention d un notaire est donc obligatoire.

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun)

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) Présentation: Achille Ndaimai Atelier International sur les Droits

Plus en détail

CLUB GEOMATIQUE 8 JUIN 2006. Données cadastrales Données foncières et immobilières

CLUB GEOMATIQUE 8 JUIN 2006. Données cadastrales Données foncières et immobilières REFLEXION A PARTIR DES RETOURS D EXPERIENCES Données cadastrales Données foncières et immobilières DGI/EQUIPEMENT Objets de la prestation Proposition CETE Méditerranée : mars 2003 Mieux connaître les services

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION Mai 2008 Hélène Fouquet ADIL 75 Etude réalisée par l ADIL 75 pour la DRE. Mieux connaître l investissement locatif

Plus en détail

Nous établirons une stratégie de recherche et d achat

Nous établirons une stratégie de recherche et d achat Acheter une propriété est sûrement l une des transactions les plus importantes de votre vie. C est un projet excitant qui demande néanmoins, beaucoup de temps et d énergie. En tant que professionnel de

Plus en détail

INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS

INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS N 17 TENDANCE GLOBALE DU MARCHÉ IMMOBILIER AU 4 ème TRIMESTRE 2013 1 1. Tendance globale du marché immobilier au cours du 4 ème trimestre 2013 En glissement trimestriel,

Plus en détail

INSTITUT MONÉGASQUE DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES. Observatoire de l Economie. Immobilier 2013

INSTITUT MONÉGASQUE DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES. Observatoire de l Economie. Immobilier 2013 INSTITUT MONÉGASQUE DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Observatoire de l Economie Immobilier 213 Données 26-213 Publication 214 IMSEE janvier 214 2 Sommaire Lexique... 4 1. Généralités... 5 1.1.

Plus en détail

Comprendre les régimes de protections particulières

Comprendre les régimes de protections particulières détaillé Partie 1 Réf. Internet Les documents de référence en matière de planification et d'organisation de l'espace Pages Connaître la réglementation générale des sols Appréhender l organisation du droit

Plus en détail

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les Promoteurs Immobilier

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les Promoteurs Immobilier Le logiciel de gestion intégré conçu pour les Promoteurs Immobilier Solution globale et intégrée qui couvre l'ensemble des principaux aspects de la gestion des projets immobiliers. Depuis l'étude d'une

Plus en détail

PROPOSITION DE REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES DES GEOMETRES D AFRIQUE SUBSAHARIENNE

PROPOSITION DE REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES DES GEOMETRES D AFRIQUE SUBSAHARIENNE Fédération des Géomètres Francophones 40 Avenue Hoche 75008 PARIS PROPOSITION DE REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES DES GEOMETRES D AFRIQUE SUBSAHARIENNE Préambule La Fédération des Géomètres Francophones

Plus en détail

Projet de Code de copropriété simplifié à l usage des pays émergents

Projet de Code de copropriété simplifié à l usage des pays émergents Projet de Code de copropriété à l usage des pays émergents Jean-François DALBIN FIG 18 juin 2014 UNE EQUIPE Le Conseil Supérieur du Notariat (CSN) et L'Ordre des Géomètres-Experts (OGE) accompagnés de

Plus en détail

Qualité et exhaustivité des données DVF

Qualité et exhaustivité des données DVF FICHE 4 Expertise 4 Qualité et exhaustivité des données DVF LA FICHE EN BREF La base de données DVF est une base réputée fiable et exhaustive, notamment en comparaison avec les autres bases disponibles

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5

Table des matières. Sommaire 5 Table des matières Sommaire 5 La responsabilité du notaire dans le cadre de la vente immobilière 7 Catherine Mélotte Introduction 7 Section 1 Responsabilité contractuelle ou extracontractuelle? 8 1. Responsabilité

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

La démarche «Habitat favorable au vieillissement»

La démarche «Habitat favorable au vieillissement» Ville de Rennes La démarche «Habitat favorable au vieillissement» Communication à la 2ème Conférence Internationale des Villes-Amies des Aînés» 10 septembre 2013 Véra Briand, Adjointe au maire, déléguée

Plus en détail

Table des matières. Introduction... 7

Table des matières. Introduction... 7 Table des matières Introduction.............................................................. 7 Chapitre 1 : Choisir son terrain.................................... 9 Consulter le cadastre....................................................11

Plus en détail

Guide du recrutement des cadres (Ingénieurs d Etat) 2013

Guide du recrutement des cadres (Ingénieurs d Etat) 2013 Agence Nationale de la Conservation Foncière, du Cadastre et de la Cartographie Direction des Ressources Humaines Département du Développement Professionnel Guide du recrutement des cadres (Ingénieurs

Plus en détail

ZAC LUCILINE (1035) Réalisation de l opération d aménagement de la ZAC Luciline. COMPTE RENDU ANNUEL A LA COLLECTIVITE Actualisé au 31/12/2006

ZAC LUCILINE (1035) Réalisation de l opération d aménagement de la ZAC Luciline. COMPTE RENDU ANNUEL A LA COLLECTIVITE Actualisé au 31/12/2006 Version du 1 er Août 2007 Concession d Aménagement Ville de Rouen ZAC LUCILINE (1035) Réalisation de l opération d aménagement de la ZAC Luciline COMPTE RENDU ANNUEL A LA COLLECTIVITE Actualisé au 31/12/2006

Plus en détail

Les références immobilières du notariat. Statistiques, évolutions et analyses

Les références immobilières du notariat. Statistiques, évolutions et analyses Les références immobilières du notariat Statistiques, évolutions et analyses SOMMAIRE I. La base de données Perval des références immobilières du notariat Alimentation de la base de données Structure

Plus en détail

Pourquoi faire le choix de construire sa maison?

Pourquoi faire le choix de construire sa maison? GUIDE PRATIQUE : CONSTRUIRE SA MAISON Pourquoi faire le choix de construire sa maison? Construire, ou faire construire son habitation sur un terrain que l on a soi-même choisi ne se fait pas par hasard.

Plus en détail

de formation des prix

de formation des prix Le mécanisme m de formation des prix 1 URBANiS 24 janvier 2011 DEUX MARCHES FONCIERS URBAINS Zone AU «stricte» le droit des sols n est pas défini, il est négocié Zone AU indicée et zone U le droit des

Plus en détail

GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE

GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE Avril 2013 Sommaire SYNDIC DE COPROPRIÉTÉ 6 FONCTIONNEMENT ET VIE DE LA COPROPRIÉTÉ Quel est son rôle? Comment est rémunéré votre syndic? Les différents acteurs Assemblée Générale

Plus en détail

17/19 avril 2009 Maroc Immo 2009 Lyon, 17/19 avril 2009

17/19 avril 2009 Maroc Immo 2009 Lyon, 17/19 avril 2009 17/19 avril 2009 Maroc Immo 2009 Lyon, 17/19 avril 2009 Salon de l Immobilier, Maroc Immo 2009 Mme M. BEL HOUSSEIN, Directrice de l Agence Urbaine de Kenitra Participants M. A. BOUHADDOU, Directeur de

Plus en détail

La vente d immeuble en l état futur d achèvement

La vente d immeuble en l état futur d achèvement La vente d immeuble en l état futur d achèvement La Vente en l état futur d achèvement (VEFA), communément appelée «achat sur plan», ce qui résume son objet, est le contrat par lequel une personne, l acquéreur,

Plus en détail

Assistance pour la modification du Plan Local d Urbanisme. 17 novembre 2014. Atelier Habitat - Equipement. Révision du. Plan Local.

Assistance pour la modification du Plan Local d Urbanisme. 17 novembre 2014. Atelier Habitat - Equipement. Révision du. Plan Local. Atelier Habitat - Equipement 17 novembre 2014 Assistance pour la modification du Plan Local d Urbanisme Révision du Plan Local d Urbanisme 1 Situation et structuration Plan réalisé par CAZAL Source : Département

Plus en détail

Conseil. 1. Maison à usage d'habitation, locaux commerciaux ou terrain non bâti avec engagement de bâtir dans un délai de 7 ans :

Conseil. 1. Maison à usage d'habitation, locaux commerciaux ou terrain non bâti avec engagement de bâtir dans un délai de 7 ans : Conseil I - CONTEXTE BANCAIRE L'Etat Marocain, voulant juguler les mouvements sauvages de capitaux, a institué des règles quant à l'investissement en devises sur le territoire. L'office des changes doit

Plus en détail

Fiche technique. Objectifs du salon

Fiche technique. Objectifs du salon DARNA 2010, le Salon International de la Promotion Immobilière fort de son succès de sa Première Edition en 2007, ouvrira de nouveau ses portes aux professionnels de l immobilier et aux visiteurs durant

Plus en détail

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace

LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace LA PRODUCTION CAPITALISTE DES LOGEMENTS A BRUXELLES Promotion immobilière et division sociale de l espace ALICE ROMAINVILLE Dans le système de production de l habitat qui existe à Bruxelles, en ce début

Plus en détail

Pratique de la copropriété Auteurs: - Ahmed GHOULABZOURI, IGT - Tarik OUROUADI, IGT& RICS Présenté par: Prof. Moha EL-AYACHI, SG ONIGT

Pratique de la copropriété Auteurs: - Ahmed GHOULABZOURI, IGT - Tarik OUROUADI, IGT& RICS Présenté par: Prof. Moha EL-AYACHI, SG ONIGT Ordre National des Ingénieurs Géomètres Topographes Pratique de la copropriété Auteurs: - Ahmed GHOULABZOURI, IGT - Tarik OUROUADI, IGT& RICS Présenté par: Prof. Moha EL-AYACHI, SG ONIGT Plan C est quoi

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

LA VEILLE JURIDIQUE F.D.K.A

LA VEILLE JURIDIQUE F.D.K.A LA VEILLE JURIDIQUE F.D.K.A Actualité juridique mensuelle N 5 - MAI 2013 Nous avons procédé à la revue de l actualité juridique pendant la période du mois de mai 2013 en vue d identifier les changements

Plus en détail

L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS. Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris

L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS. Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris 1 L immobilier d entreprise dans le Grand Paris Préambule Définition de l immobilier d entreprise Sources des statistiques

Plus en détail

Diffusion des travaux DREAL issus des fichiers fonciers. Geobretagne. régionale de l environnement, de l'aménagement et du logement de Bretagne

Diffusion des travaux DREAL issus des fichiers fonciers. Geobretagne. régionale de l environnement, de l'aménagement et du logement de Bretagne Diffusion des travaux DREAL issus des fichiers fonciers Geobretagne DREALdirection Bretagne/Coprev/Unité régionale de l environnement, de l'aménagement et du logement de Bretagne www.bretagne.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

offre non fiscale 123viager L immobilier autrement... SICAV contractuelle

offre non fiscale 123viager L immobilier autrement... SICAV contractuelle offre non fiscale viager L immobilier autrement... SICAV contractuelle de viager mutualisé viager SICAV contractuelle de viager mutualisé Un investissement SOCIALEMENT RESPONSABLE Permettre aux retraités

Plus en détail

Réponse du CESER Alsace

Réponse du CESER Alsace Réponse du CESER Alsace Le CESER représente la société civile organisée. A ce titre il s exprime au nom de l intérêt général de la population civile en Alsace. Les réponses fournies dans ce questionnaire

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain»

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR ABDELLATIF JOUAHRI GOUVERNEUR

Plus en détail

Maître Jérôme LACROUTS Avocat au Barreau de Nice Cours de fiscalité immobilière http://avocat.nice.free.fr courriel : jerome.lacrouts@free.

Maître Jérôme LACROUTS Avocat au Barreau de Nice Cours de fiscalité immobilière http://avocat.nice.free.fr courriel : jerome.lacrouts@free. FISCALITE IMMOBILIERE Introduction : Généralités sur la fiscalité immobilière Titre 1 : Présentation historique de la fiscalité immobilière Chapitre 1 : 1 ère période : 1963-1975 Section 1 : Utilisation

Plus en détail

APPLICATION DES DISPOSITIONS DU SCOT DE LA RUG

APPLICATION DES DISPOSITIONS DU SCOT DE LA RUG LE SCoT EN PRATIQUE FICHE TECHNIQUE 19 mai 2015 APPLICATION DES DISPOSITIONS DU SCOT DE LA RUG EN MATIERE DE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS NEUFS Afin de répondre aux enjeux de production d une offre en logements

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH ENTRE LES SOUSSIGNES La Communauté de l Agglomération Havraise (CODAH), 19 rue Georges Braque

Plus en détail

Réseau des Acteurs Locaux de l Habitat. Les enjeux des politiques locales de l habitat dans le contexte de la loi ALUR et de la réforme territoriale

Réseau des Acteurs Locaux de l Habitat. Les enjeux des politiques locales de l habitat dans le contexte de la loi ALUR et de la réforme territoriale 20 novembre 2014 Réseau des Acteurs Locaux de l Habitat Les enjeux des politiques locales de l habitat dans le contexte de la loi ALUR et de la réforme territoriale Vers des politiques de l habitat de

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

guide immobilier Tout savoir pour se loger ou investir

guide immobilier Tout savoir pour se loger ou investir guide immobilier Tout savoir pour se loger ou investir Vous achetez pour vous loger Vous recherchez votre futur domicile? Appartement, maison, neuf ou ancien... Quel que soit le type de bien ou de surface,

Plus en détail

Le Conseil général de la Ville de Neuchâtel, Sur la proposition du Conseil communal, a r r ê t e :

Le Conseil général de la Ville de Neuchâtel, Sur la proposition du Conseil communal, a r r ê t e : relatif à diverses cessions immobilières au domaine public communal et au domaine privé ainsi qu à l inscription d une servitude Article premier.- Le Conseil communal est autorisé à acquérir, gratuitement,

Plus en détail

L évaluation des immeubles bâtis

L évaluation des immeubles bâtis Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

EcoQuartier VAUBAN BESANCON (25)

EcoQuartier VAUBAN BESANCON (25) BESANCON (25) AMENAGEMENT FONCIER Préambule La ville de Besançon souhaite, à travers la reconversion de la Caserne Vauban, une réalisation exemplaire sous forme d un écoquartier. Ce nouvel aménagement,

Plus en détail

Identifier et accompagner les copropriétés désorganisées premières pistes de réflexion

Identifier et accompagner les copropriétés désorganisées premières pistes de réflexion «Le Salon Indépendant de la Copropriété» 7ème édition du salon de l ARC Identifier et accompagner les copropriétés désorganisées premières pistes de réflexion Une copropriété désorganisée C est: Une copropriété

Plus en détail

Intitulé de l évaluation : mobilisation des logements et bureaux vacants Date de la fiche : 20-mars 2015, revue le 7-avril Fiche de cadrage (établie avec l appui méthodologique du département évaluation

Plus en détail

Suivi des dynamiques de marché : Information sur la base de données «Demande de Valeurs Foncières» DVF et perspectives d'exploitation

Suivi des dynamiques de marché : Information sur la base de données «Demande de Valeurs Foncières» DVF et perspectives d'exploitation Suivi des dynamiques de marché : Information sur la base de données «Demande de Valeurs Foncières» DVF et perspectives d'exploitation DAT/service politiques urbaines et du logement Bertrand Leroux Programme

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

Forum des investisseurs privés

Forum des investisseurs privés Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Immobilier au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue de Friedland

Plus en détail

Ingénierie et action foncière. Janvier 2014

Ingénierie et action foncière. Janvier 2014 ANJOU PORTAGE FONCIER Ingénierie et action foncière dans la Politique Départementale de l Habitat Janvier 2014 Les outils d action foncière et td d urbanisme durable du PDH Une phase d étude préalable

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire Atlantique et

Plus en détail

L immobilier dans une Région se construit par la connaissance de ses marchés et par la reconnaissance de la fiabilité de ses acteurs.

L immobilier dans une Région se construit par la connaissance de ses marchés et par la reconnaissance de la fiabilité de ses acteurs. L immobilier dans une Région se construit par la connaissance de ses marchés et par la reconnaissance de la fiabilité de ses acteurs. Nous concevons l immobilier dans le sens de la durée, car la réussite

Plus en détail

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le PARCOURS de vente L acte de vente www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente LʼACTE DE VENTE Toute vente immobilière doit être constatée par acte notarié. Après la signature de l avant-contrat

Plus en détail

La capacité d achat immobilier en Île-de-France :

La capacité d achat immobilier en Île-de-France : La capacité d achat immobilier en Île-de-France : Évaluation dynamique et disparités géographiques Kevin Beaubrun-Diant Juillet 2010 2 La capacité d achat immobilier en Île-de-France Introduction La compréhension

Plus en détail

Expertise immobilière

Expertise immobilière Expertise immobilière Guide pratique Expertises pour OPCI Quatrième édition 2007 Bernard de Polignac Jean-Pierre Monceau Xavier de Cussac Groupe Eyrolles 2000, 2002, 2005, 2007, ISBN : 978-2-212-12092-9

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Adaptation du loyer selon le critère du rendement net (269 CO) Cas pratiques Daniel Ferrier 04/2011

Adaptation du loyer selon le critère du rendement net (269 CO) Cas pratiques Daniel Ferrier 04/2011 Contrat de bail à loyer Adaptation du loyer selon le critère du rendement net (269 CO) Cas pratiques Daniel Ferrier 04/2011 Bases légales Art. 269 CO Les loyers sont abusifs lorsqu ils permettent au bailleur

Plus en détail

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE Le Maroc a mis en place un plan d action ambitieux dans le but de se convertir en une destination touristique attractive. Dans ce cadre, il s est doté d une législation

Plus en détail

LES SOURCES DE DONNEES INSTITUTIONNELLES

LES SOURCES DE DONNEES INSTITUTIONNELLES Il existe de nombreuses sources de données institutionnelles en lien avec les problématiques énergétiques et climatiques. Même si elles ne sont pas forcément exploitables à l échelle d un SCoT, elles peuvent

Plus en détail

ACCOMPAGNER DES INTERVENTIONS EN MILIEU URBAIN

ACCOMPAGNER DES INTERVENTIONS EN MILIEU URBAIN ACCOMPAGNER DES INTERVENTIONS EN MILIEU URBAIN Groupe URD, Janvier 2010 Les zones d urbanisation rapide et non maîtrisée sont structurellement fragiles et tout particulièrement affectées en cas de crises.

Plus en détail

SOMMAIRE 1 L IMMOBILIER PROFESSIONNEL...

SOMMAIRE 1 L IMMOBILIER PROFESSIONNEL... Page 5 SOMMAIRE 1 L IMMOBILIER PROFESSIONNEL... 7 1.1 L IMMOBILIER INDUSTRIEL... 7 1.1.1 Le développement des zones industrielles au Maroc... 7 1.1.1.1 L insuffisance des zones industrielles traditionnelles...

Plus en détail

Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006)

Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006) Chapitre 2 : L'impôt sur les plus-values des particuliers (Version 2006) L imposition des plus-values des particuliers fait l objet d un traitement séparé qui la distingue de l imposition des autres revenus

Plus en détail

Pierre Avenir 2 Société Civile de Placement Immobilier

Pierre Avenir 2 Société Civile de Placement Immobilier Pierre Avenir 2 Société Civile de Placement Immobilier Communication à caractère promotionnel Fotolia : Auris Avertissement Lorsque vous investissez dans une SCPI éligible au dispositif Scellier, vous

Plus en détail

références ilex [paysageurbanisme]

références ilex [paysageurbanisme] références ilex [paysageurbanisme] Prospective territoriale, urbanisme et renouvellement urbain >> MONTBELIARD [25] Restructuration des espaces publics du quartier de la Petite hollande Ce projet

Plus en détail

Villes et Constructeurs, vers un co-pilotage de la qualité environnementale des projets

Villes et Constructeurs, vers un co-pilotage de la qualité environnementale des projets ADEME Région Rhône-Alpes UMR PACTE Villes et Constructeurs, vers un co-pilotage de la qualité environnementale des projets Institut de Géographie Alpine et Institut d urbanisme Grenoble 11-12 juin 2008

Plus en détail

Chapitre 8. Estimation de la valeur d un bien immobilier

Chapitre 8. Estimation de la valeur d un bien immobilier Chapitre 8 Estimation de la valeur d un bien immobilier L estimation de la valeur d un bien immobilier est utile notamment : 1. aux acheteurs et vendeurs potentiels ; 2. aux institutions de crédit, puisque

Plus en détail

STAGE DÉVELOPPEMENT DURABLE HABITER ET HABITAT

STAGE DÉVELOPPEMENT DURABLE HABITER ET HABITAT STAGE DÉVELOPPEMENT DURABLE HABITER ET HABITAT Marie Monferrand 21 janvier 2014 L'immobilier dans l Économie nationale 22 % du Produit Intérieur Brut dépenses en logement ==> dépenses courantes : 303 Milliards

Plus en détail

La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé

La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé Communiqué de Presse Dunkerque, lundi 4 avril 2005 La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé Michel Delebarre, Ancien Ministre d Etat, Député-Maire

Plus en détail

Table des matières. 1 Le contrat de vente d immeuble. Développements récents... 7. Introduction... 8

Table des matières. 1 Le contrat de vente d immeuble. Développements récents... 7. Introduction... 8 Table des matières 1 Le contrat de vente d immeuble. Développements récents.................... 7 Benoît KOHL professeur à l U.Lg., professeur invité à l Université de Paris II (Panthéon Assas) avocat

Plus en détail

Référentiel des Prix des Transactions Immobilières De Casablanca

Référentiel des Prix des Transactions Immobilières De Casablanca Référentiel des Prix des Transactions Immobilières De Casablanca Les données de ce référentiel sont opposables uniquement à la Direction Générale des Impôts Site Internet : www.tax.gov.ma Email : referentiel@tax.gov.ma

Plus en détail

IMMOBILIER. le parcours de vente. du vendeur. www.notaires.paris-idf.fr

IMMOBILIER. le parcours de vente. du vendeur. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le parcours de vente les obligations du vendeur d un bien immobilier De manière générale, le vendeur d un bien immobilier a une obligation d information. À cet effet, la loi lui impose de remettre

Plus en détail

Réformes du Code de l'urbanisme LES LOTISSEMENTS

Réformes du Code de l'urbanisme LES LOTISSEMENTS Réformes du Code de l'urbanisme LES LOTISSEMENTS Direction départementale des territoires de l'orne 1 SYNTHESE DE LA REFORME Les divisons successives d'une unité foncière ne sont plus comptabilisées Seule

Plus en détail

Sommaire. Les lotissements à partir du 1er mars 2012. Février 2012. Caractéristiques d un lotissement...2. Constitue un lotissement...

Sommaire. Les lotissements à partir du 1er mars 2012. Février 2012. Caractéristiques d un lotissement...2. Constitue un lotissement... Les lotissements à partir du 1er mars 2012 Février 2012 Sommaire Caractéristiques d un lotissement...2 Constitue un lotissement...2 Ne constitue pas un lotissement...2 Les procédures applicables et leur

Plus en détail

INVESTMENT MANAGEMENT PIERRE AVENIR. Société Civile de Placement Immobilier. Communication à caractère promotionnel

INVESTMENT MANAGEMENT PIERRE AVENIR. Société Civile de Placement Immobilier. Communication à caractère promotionnel INVESTMENT MANAGEMENT PIERRE AVENIR Société Civile de Placement Immobilier Communication à caractère promotionnel Avertissement Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier», vous devez tenir

Plus en détail

Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes

Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes Afin d avoir une vue d ensemble des transactions foncières et immobilières effectuées en région Rhône-Alpes, l Observatoire Régional de l Habitat

Plus en détail

P1 Cr Lévis. Ville de. DEV-2015-049 Renonciation Miche) à l exigence des portes avants - Daigle inc. Direction générale L] Comité exécutif

P1 Cr Lévis. Ville de. DEV-2015-049 Renonciation Miche) à l exigence des portes avants - Daigle inc. Direction générale L] Comité exécutif Ville de P1 Cr Lévis Direction générale L] Comité exécutif FICHE DE PRISE DE DÉCISION Fiche de prise de décision: DEy-201 5-049 Direction du développement économique et de la promotion Service résidentiel,

Plus en détail

ÉTABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE LA VENDÉE. L expertise foncière au service. de vos projets

ÉTABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE LA VENDÉE. L expertise foncière au service. de vos projets ÉTABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE LA VENDÉE L expertise foncière au service de vos projets Mot du Président Alain LEBOEUF Président de l EPF de la Vendée Les données démographiques nous le rappellent chaque

Plus en détail

PERVAL. Les références immobilières du notariat

PERVAL. Les références immobilières du notariat PERVAL Les références immobilières du notariat 1 Pourquoi la base de données immobilières des notaires Aujourd hui, les notaires peuvent, entre autre, exploiter la base de données PERVAL pour : Rechercher

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

DESCRIPTIF DES PRESTATIONS. de l Association des promoteurs constructeurs genevois

DESCRIPTIF DES PRESTATIONS. de l Association des promoteurs constructeurs genevois DESCRIPTIF DES PRESTATIONS de l Association des promoteurs constructeurs genevois APCG, avril 2012 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE 3 A - PRESTATIONS EN VUE DE L AUTORISATION DE CONSTRUIRE ET OUVERTURE DU

Plus en détail

IMMOBILIER Formation aux professions de l Immobilier Gestion, Location, Transaction en Immobilier ENCADREMENT MOYENS PEDAGOGIQUES VALIDATION

IMMOBILIER Formation aux professions de l Immobilier Gestion, Location, Transaction en Immobilier ENCADREMENT MOYENS PEDAGOGIQUES VALIDATION FORMATION A DISTANCE IMMOBILIER OBJECTIFS Introduire sur le marché de l emploi des personnes aptes à remplir efficacement leur mission dans les professions immobilières, grâce à leurs connaissances juridiques,

Plus en détail

Présentation. Février 2013

Présentation. Février 2013 Présentation Février 2013 1 CBo Territoria : 7 ans de développement soutenu Actifs de placement détenus (en M ) 260 83 Terrains (nus et aménagés) et immeubles de rendement en cours de réalisation Chiffre

Plus en détail

CAUE 07. Les outils de l action foncière. 23 avril 2009

CAUE 07. Les outils de l action foncière. 23 avril 2009 CAUE 07 Les outils de l action foncière 23 avril 2009 Me Sébastien BOURILLON Avocat au Barreau de Lyon / 15 place Jules Ferry 69006 LYON Tél. 06 50 83 16 05 / Courriel : bourillon@bourillon-avocat.fr L

Plus en détail

Infrac'ons urbanis'ques

Infrac'ons urbanis'ques Démarrage du webinar à 16h00 Quels risques pour les professionnels? Infrac'ons urbanis'ques www.cer&more.be 02 888 60 75 Détails pra&ques www.cer&more.be 02 888 60 75 Comment poser des ques&ons? www.cer&more.be

Plus en détail

Le soutien à l accession en ANRU

Le soutien à l accession en ANRU Le soutien à l accession en ANRU Pour favoriser la propriété à titre de résidence principale sur ces territoires, le législateur a mis en place deux dispositifs : Le bénéfice d une TVA à 5,5 % pour toute

Plus en détail