Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH"

Transcription

1 Royaume du Maroc Ministère de l Habitat de l Urbanisme Et de la Politique de la Ville AGENCE URBAINE DE MARRAKECH Appel d Offres Ouvert n 17/2012 Du 19/12/2012 à 9h30mn Etude Foncière relative à l aire du futur SDAU de l agglomération de Marrakech Termes de référence 1

2 Article 1 : Objet de l étude : Le présent marché a pour objet la réalisation d étude foncière de l aire du futur SDAU de Marrakech Il s agit notamment des missions suivantes : L établissement d un état parcellaire des terrains non bâtis et les friches urbaines (limites des propriétés, statut juridique, propriétaires) récent de la zone d étude exploitable sous le SIG ARCGIS. Analyser les contraintes foncières de l'urbanisation et définir les moyens susceptibles de les dépasser pour l'urbanisation future. Analyser l impact de la dimension foncière sur le développement urbain et sur le taux de réalisation et concrétisation des dispositions des documents d urbanisme. La collecte et le traitement des données sur les prix de ventes des terrains et des constructions effectuées entre 2005 et 2012 L élaboration des indices des transactions foncières et immobilières pour l année 2005 à Article 2 : Aire de l étude La présente étude se déroulera sur l aire du futur SDAU de Marrakech de l agglomération ARTICLE 3 : Contexte de l étude A- Contexte et Problématique du foncier à Marrakech Il est convenu que la maîtrise du foncier est un outil capital en matière de planification urbaine. La question foncière évolue sous l effet des différentes transformations (politiques, économiques, juridiques et sociales) qui touche la société. Ces transformations prennent de telles dimensions qu il est nécessaire d aller plus loin dans la réflexion sur cette problématique. Au Maroc et particulièrement à Marrakech, la propriété foncière devient un objet majeur de toutes les formes de la spéculation, ces pratiques informelles sont accentuées par la faiblesse de l encadrement administratif. La propriété foncière est un bien fongible et ses exploitations ne sont pas identiques. Elles diffèrent par leur statut juridique, l aspect de leur parcellaire et leur étendue, sa valeur immobilière ou agronomique, les dispositions par rapport aux différentes servitudes et documents d urbanisme. En outre, l impact de la démographie sur la transformation de la vocation urbanistique et les répercussions sur la miniaturisation des tailles des terrains par le biais des coutumes successorales. Bref, la terre n est pas un bien facile 2

3 à gérer, les problèmes liés au foncier sont tellement complexes et entremêlés qu il est difficile de les résoudre d une manière simple et unique. Les problèmes que pose le foncier aujourd hui, notamment vis-à-vis de l urbanisme, résident dans la complexité des régimes juridiques, la multiplicité des statuts fonciers, la faible couverture par l immatriculation, défaut de mise à jour de la mappe etc. Par ailleurs, la prise en compte de la dimension foncière est omniprésente dans les textes législatifs relatifs à l urbanisme, ces textes conçoivent l urbanisme comme étant un catalyseur de l apurement de l assiette foncière. En effet, aucun projet de lotissement ne peut être reçu et autorisé si le terrain n est pas immatriculé ou en cours d immatriculation. En effet, La clause prévue par la loi relative aux lotissements, groupes d habitations et morcellements, conçoit le développement urbain comme étant une action qui doit être menée de paire avec l apurement de l assiette foncière. La législation en vigueur, considère en effet dans son article 5 le dossier de demande d autorisation comme étant «irrecevable si le terrain n est pas immatriculé ou en cous d immatriculation». Et d ajouter «en cours d immatriculation» pour que la demande soit acceptée, le délai fixé pour le dépôt des oppositions doit être expiré sans qu il n y ait été formulé d opposition. En effet, ne pas accepter d examiner les demandes d autorisation de lotir ou de création de groupes d habitations situés sur des terrains qui ne font pas l objet d un T.F, revient à refuser l urbanisation. Et, par conséquent, encourager la prolifération de quartiers non réglementaires, surtout sur les terrains à enjeux spéculatifs. En suite, les prévisions des documents d urbanisme tiennent rarement compte du statut foncier et de l état parcellaire du sol. Ils contribuent aussi à une mauvaise distribution de la plus-value foncière. La seule disposition en termes d action foncière prévue par les documents d urbanisme est celle concernant les zones de réserve stratégique. Cette disposition avait pour but de soumettre les zones les plus sensibles à l urbanisation au contrôle et à l observation du phénomène d urbanisation. Très peu de ces zones ont été mises en valeur, elles ont surtout joué le rôle de «zone d aménagement différé». D un autre côté, la procédure d expropriation étant très complexe, la réserve foncière publique disponible insuffisante et les outils opérationnels pour mobiliser les terrains à urbaniser absents, le foncier se présente, ainsi, plus comme un facteur dissuasif qu incitatif. Ainsi, La maitrise du foncier et la connaissance du marché immobilier et les mécanismes qui régissent son fonctionnement, requiert la disponibilité de données précises et actuelles sur les transactions foncières et immobilières réalisées au niveau de la zone d étude. 3

4 b-contexte et Problématique du Marché immobilier à Marrakech Le secteur immobilier joue un rôle de plus en plus déterminant dans l économie régionale, étant donné l ampleur de ses effets de diffusion sur les autres secteurs et les implications des évolutions des prix de l immobilier sur la politique urbaine et la stabilité financière. Le recoupement de plusieurs informations sur le secteur de l immobilier a permis de constater que durant ces dernières années, le marché immobilier au niveau de la région de Marrakech a connu une certaine accalmie en termes de transactions immobilières. La transaction immobilière implique de multiples intervenants : l agent immobilier, le cadastre, la conservation foncière, le notaire, le service d enregistrement Cependant deux sources statistiques seulement sont exploitées : l agent immobilier et le notaire. Il en résulte une information incomplète.les prix des transactions immobilières font l objet de maintes attentions et analyses, en raison de leurs nombreuses incidences économiques et sociales. Observés par les prévisionnistes, ils sont interprétés, notamment pour déterminer s il existe ou non une bulle spéculative, c est-àdire une évolution des prix injustifiée au regard des facteurs fondamentaux. Or la plupart des études publiées à ce sujet font état de lacunes dans la mesure des prix immobiliers, notant qu il existe peu de repères historiques pour juger de la situation actuelle, même si des séries ont pu être reconstituées par des chercheurs. Certes, il existe un système de «publicité foncière» qui consiste en la transmission de tous es actes aux conservations foncières et à l enregistrement. Toutefois cette publicité foncière n assure pas la transparence d un marché où les prix sont, par tradition confidentiels. En effet, La mise en place d un dispositif de suivi des prix des actifs immobiliers revêt de ce fait une importance cruciale, de par son apport potentiel en matière d amélioration de la transparence et du fonctionnement du marché immobilier, ainsi que de renforcement du suivi de la conjoncture sectorielle. En outre, la disponibilité de données infra annuelles sur les prix des actifs immobiliers permettra d affiner les cadres de suivi et d analyse en matière de politique urbaine. De ce fait, la connaissance de l évolution des prix des transactions foncières et immobilières est un préalable à l encadrement du secteur de l immobilier. Le secteur immobilier est très hétérogène par nature, ce qui rend difficile une approche unique des prix pratiqués, du fait que la formation des prix des différents biens est influencée par des caractéristiques intrinsèques (superficie, nombre de pièces, âge, etc.) et de localisation géographique des biens immobiliers. De même, des variations des prix moyens peuvent avoir lieu en raison des changements dans la composition des logements vendus d une période à l autre et se traduire ainsi par un profil d évolution des prix qui ne reflète pas les conditions effectives d offre et de demande sur le marché immobilier. A titre d illustration, les transactions peuvent concerner 4

5 essentiellement des appartements haut de gamme au cours d un trimestre et porter majoritairement sur des appartements économiques le trimestre suivant. En effet, la formulation d une stratégie à moyen terme pour l'amélioration de l'efficacité du marché foncier et de l immobilier présuppose la connaissance des tendances et des mécanismes de fonctionnement de ce marché, du comportement de ses acteurs, et des goulots d étranglement réglementaires qui gênent l'aménagement des terrains pour le développement de la promotion immobilière Dans le but de limiter l effet d une ou de plusieurs contraintes susmentionnées et en fonction de la nature et richesse des bases de données disponibles, plusieurs approches d élaboration des indices des prix des actifs immobiliers sont adoptées au niveau international. C-Elaboration des indices des prix immobiliers Pour l élaboration des indices des prix immobiliers, plusieurs approches sont adoptées au niveau international, que l on peut classer en deux grandes catégories : les techniques simples (moyenne simple ou pondérée et prix médian) et les techniques économétriques (méthode hédonique et celle des ventes répétées). Au niveau de chaque pays, il peut y avoir plusieurs indices élaborés selon différentes méthodes et par différents organismes. 1. La Méthode Simple Cette méthode consiste à mesurer le prix moyen simple, moyen pondéré ou médian associé aux transactions immobilières au cours d une période donnée. Le suivi de tels indices ne permet pas de distinguer l effet prix de celui de l évolution de la qualité. De même, la non-représentativité des transactions immobilières réalisées dans le temps peut biaiser l évolution des prix, surtout lorsque les transactions portent sur des biens de différentes gammes entre une période et une autre. 2. La Méthode Hédonique Cette approche repose sur le principe que le prix d'un bien immobilier dépend de ses caractéristiques, intrinsèques et de localisation. Seules les variations, d une période à l autre, des prix des biens présentant des caractéristiques identiques traduisent alors l évolution des conditions d offre et de demande sur le marché immobiliers. Devant l hétérogénéité des biens échangés sur le marché immobiliers, la mise en œuvre de la méthode hédonique nécessite d abord l estimation de l effet sur les prix d un nombre fini de caractéristiques, à travers des relations économétriques spécifiées pour chaque zone élémentaire relativement homogène et pour une catégorie de logement donnée. Les coefficients tirés de ces relations, supposés fixes sur la période du calcul de l indice, sont ensuite utilisés pour isoler l effet qualité afin 5

6 d obtenir les variations du prix réel qui reflètent l évolution des conditions d offre et de demande sur le marché immobilier. Pour chaque zone élémentaire, l indice des prix des logements est donc défini comme étant le rapport entre la valeur d un parc de référence fixe de logement à la période courante et sa valeur à la période de base de l indice. La mise en oeuvre de cette méthode nécessite l existence d une base de données riche en informations relatives aux caractéristiques des biens immobiliers avec un historique assez long sur les transactions immobilières pour l estimation de l effet qualité. 3. La Méthode des Ventes Répétées Pouvant être considérée comme une variante de celle hédonique, cette méthode tente de remédier au problème d hétérogénéité des biens immobiliers en élaborant un indice des prix des actifs immobiliers sur la base seulement des biens ayant fait l objet d au moins deux ventes durant la période de l étude. Elle assimile de ce fait l évolution des prix à l évolution moyenne constatée sur les ventes répétées. ARTICLE 4 : Définition de la mission La présente étude comporte trois phases principales : - Phase 1 : Elaboration de la méthodologie Lors de cette phase, le Consultant devra procéder à des entretiens avec les responsables de l AUM pour affiner les objectifs et les attentes de l étude. Il devra également prendre attache avec des personnes ressources d autres directions, départements et organismes (services de l'enregistrement et du timbre, conservation foncière) pouvant enrichir cette phase de l étude. Par ailleurs, il devra également s entretenir avec plusieurs professionnels de l'immobilier et du foncier (promoteurs immobiliers, notaires, agents immobiliers ) afin de s'informer sur le comportement du marché de l'immobilier et du foncier et sur les modalités et conditions de réalisation des transactions d'achat et de vente. Par la suite, il devra élaborer des supports de collecte spécifique à chaque type d intervenants et le schéma organisationnel pour la réalisation de l opération. Au cours de cette première phase, le Consultant devra : Préciser la démarche, le déroulement et les instruments méthodologiques appropriés, nécessaires à la réalisation de cette étude ainsi que la méthode de calcul et la démarche à adopter pour l élaboration des indices ; Déterminer les sources d informations, la taille et la répartition de 6

7 l échantillon total à enquêter pour la zone d étude sur la base des investigations sur le terrain et en concertation avec le maitre d ouvrage de l étude ; L échantillon choisi devra être représentatif de manière à permettre de dégager des données fiables. Elaborer les questionnaires et les manuels d instruction pour la réalisation de la collecte des informations ; Réaliser une enquête pilote, de manière à tester et affiner les supports de l enquête, et mettre au point la méthodologie et l organisation sur le terrain ; Développer une application informatique relative à la mise en place de l indice des transactions foncières et immobilières avec son manuel d utilisation (sous un logiciel existant au niveau de l'administration) pour faciliter le traitement des données et le calcul des indices et la mise à jour des indicateurs produits. Présenter un plan d organisation et d exécution des différentes missions de l étude ainsi que le chronogramme d affectation des experts, etc. A l issue de ces investigations, le consultant doit élaborer un rapport relatant la méthodologie adoptée. - Phase 2 : Collecte et analyse des données Le consultant procédera dans le cadre de cette phase, à la collecte et au traitement des données relatives au foncier et aux transactions immobilières, ainsi qu à l'élaboration et à la présentation d'un rapport relatant les résultats des différents volets étudiés. Pour ce faire, le consultant doit : Réaliser une enquête foncière et un état parcellaire terrains non bâtis et les friches urbaines de date récente de la zone d étude auprès des services concernés (cadastre, conservation foncière,.etc. ) pour l établissement d une base de données foncières. Développer une application SIG Foncier sous ARCGIS10 Analyser les contraintes foncières de l'urbanisation et définir les moyens susceptibles de les dépasser pour l'urbanisation future Analyser l impact de la dimension foncière sur le développement urbain et sur le taux de réalisation et concrétisation des dispositions des documents d urbanisme. Réaliser les enquêtes pour collecter les données sur les prix de ventes des terrains et des constructions effectuées en milieu urbain et périurbain pour des années 2005 à Il est à préciser que l échantillon à enquêter devra couvrir les principaux quartiers de zone d étude et devra considérer les différents types de constructions et par type de standing (villa, immeuble économique, immeuble standing, immeuble social, appartement, maison marocaine moderne, maison traditionnelle, ) pour le neuf et l ancien, ainsi que les destinations des terrains et l état d équipement. Analyser l évolution des prix des transactions foncières et immobilières durant des années 2005 à 2012; 7

8 Analyser les profils socio-économiques des acheteurs et des vendeurs ; Alimenter l application informatique développée durant la première phase par tous les questionnaires saisis et tous les fichiers sources ; Phase 3 : Elaboration des indices des transactions foncières Au cours de cette phase, le Consultant devra : Elaborer des indices des transactions foncières et immobilières pour l année 2012, par catégorie de construction (type de construction), par type de standing et par destination de terrain; Présenter des recommandations et des mesures à même d assurer le suivi et la pérennité du système ; Procéder à l installation de l application informatique au niveau de l AUM Présenter un manuel d utilisation aux techniques de calcul des indices et de mise à jour des informations tout en assurant une assistance technique pour une période de dix mois. Phase 4 : Rendu final Après approbation des trois premières phases, Le consultant devra récapituler l ensemble des résultats pour émettre des synthèses, des conclusions et des recommandations illustrés par des cartes thématiques. Article 5 : Composition de l équipe L équipe qui sera chargée de cette étude devra présenter de compétences confirmées dans les domaines suivants : - L Ingénierie Topographique - L Ingénierie Statistique ou Economie appliquée - L urbanisme - Les systèmes d informations - Le droit Foncier 8

1- Instruction des demandes de construction, de lotissement et de morcellement

1- Instruction des demandes de construction, de lotissement et de morcellement IV-La Gestion Urbaine: 1- Instruction des demandes de construction, de lotissement et de morcellement 1-1 Bilan : Nombre de dossiers instruits par l AUT : 3082 dossiers Répartition des dossiers instruits

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES Synthèse du rapport relatif au contrôle de la gestion de L Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) Janvier 2016 SYNTHESE Présentation L Office

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

A T E M H A Atelier d Etude des Marchés de l Habitat

A T E M H A Atelier d Etude des Marchés de l Habitat A T E M H A Atelier d Etude des Marchés de l Habitat Analyse économétrique combinée des loyers privés et valeurs immobilières à l échelle de l aire urbaine de Lille et construction d un tableau de bord

Plus en détail

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Document de travail

Plus en détail

Agence Départementale d'information sur le Logement Information Logement une question d'adresse N 21- Novembre 2010 Agréée par le ministère du logement. A.D.I.L. DU VAR Conventionnée par le Notre Mission

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE DE LA MISE EN PLACE DU CADASTRE DANS LES PAYS SUBSAHELIENS

PROBLÉMATIQUE DE LA MISE EN PLACE DU CADASTRE DANS LES PAYS SUBSAHELIENS PROBLÉMATIQUE DE LA MISE EN PLACE DU CADASTRE DANS LES PAYS SUBSAHELIENS ETAT DES LIEUX Les pays sub sahéliens sont confrontés, d une part, à des problèmes récurrents d insécurité foncière perturbant la

Plus en détail

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Colloque Ile-de-France Libérer du foncier : un geste solidaire en faveur du logement au Conseil Régional d Ile-de-France

Plus en détail

Note sur la restitution des résultats et la diffusion des données des observatoires locaux des loyers

Note sur la restitution des résultats et la diffusion des données des observatoires locaux des loyers Note sur la restitution des résultats et la diffusion des données des observatoires locaux des loyers 1 Diffusion de résultats Règles générales Pour toute publication de résultats statistiques, les observatoires

Plus en détail

Charte pour la production de logements sociaux dans les opérations de la promotion privée.

Charte pour la production de logements sociaux dans les opérations de la promotion privée. Charte pour la production de logements sociaux dans les opérations de la promotion privée. Mise en œuvre des secteurs de diversité sociale Inscrits au PLU Entre : La Communauté Urbaine de Bordeaux, représentée

Plus en détail

CCTP - CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES «MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE POUR LA DEMOLITION ET LA DEPOLLUTION D UNE FRICHE EN CENTRE-BOURG»

CCTP - CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES «MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE POUR LA DEMOLITION ET LA DEPOLLUTION D UNE FRICHE EN CENTRE-BOURG» MARCHES PUBLICS DE MAITRISE D ŒUVRE CCTP - CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES «MISSION DE MAITRISE D ŒUVRE POUR LA DEMOLITION ET LA DEPOLLUTION D UNE FRICHE EN CENTRE-BOURG» Maitrise d ouvrage

Plus en détail

2 Renforcer les infrastructures de mise en valeur du territoire insulaire

2 Renforcer les infrastructures de mise en valeur du territoire insulaire 2 Renforcer les infrastructures de mise en valeur du territoire insulaire 2-4 Maîtrise du foncier : Objectifs o reconstituer et sécuriser le maximum de titres de propriété (par actes notariés opposables

Plus en détail

Conférence internationale sur les politiques urbaines nationales

Conférence internationale sur les politiques urbaines nationales Conférence internationale sur les politiques urbaines nationales Incheon, République de Corée 14-18 décembre 2015 Vers l élaboration de nouveaux outils de gestion urbaine améliorée au Gabon : Cas de la

Plus en détail

BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE

BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE I. Contexte La Banque mondiale est entrain de mener une initiative

Plus en détail

Actualité de l Immobilier

Actualité de l Immobilier Association des Amis de l institut d études économiques et juridiques appliquées à la Construction et à l Habitation «ICH Plus Maroc» 6 ème édition SEMINAIRE D ACTUALITE Actualité de l Immobilier Sommaire

Plus en détail

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation 1 Numéro 201, juin 2013 Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation I) Immobilier : un premier trimestre en forte croissance Une partie de la croissance

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Marché immobilier résidentiel RISQUES D UNE TRANSPARENCE APPARENTE DES PRIX

Marché immobilier résidentiel RISQUES D UNE TRANSPARENCE APPARENTE DES PRIX Marché immobilier résidentiel RISQUES D UNE TRANSPARENCE APPARENTE DES PRIX RISQUES D UNE TRANSPARENCE APPARENTE DES PRIX 1. Situation du marché de l immobilier résidentiel bulle immobilière? 2. Mécanismes

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Le logement en chiffres

Le logement en chiffres Numéro 4 Mai 216 Le logement en chiffres est une publication commune du STATEC et de l Observatoire de l habitat (service du ministère du Logement dont les travaux sont réalisés en collaboration avec le

Plus en détail

Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines. Chapitre Paragraphes Page

Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines. Chapitre Paragraphes Page Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 49 e réunion Distr. restreinte 7 septembre 2010 Français Original: anglais Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal :

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : 1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : Toute mission d'audit, quelle qu'en soit sa nature, suppose une démarche et une méthodologie permettant d'atteindre son objectif avec le maximum

Plus en détail

Etat des lieux de l observation foncière en France

Etat des lieux de l observation foncière en France centre de documentation de l urbanisme direction générale de l Urbanisme, de l Habitat et de la Construction ministère de l Ecologie, du Développement et de l Aménagement Durables Etat des lieux de l observation

Plus en détail

Cameroun. Code de l urbanisme

Cameroun. Code de l urbanisme Code de l urbanisme Loi n 2004/003 du 21 avril 2004 [NB - Loi n 2004/003 du 21 avril 2004 régissant l urbanisme au ] Titre 1 - Des règlements généraux d urbanisme, d aménagement urbain et de construction

Plus en détail

Consommation d espace en Haute-Loire

Consommation d espace en Haute-Loire Direction Départementale des Territoires (DDT) HAUTE-LOIRE PRÉFET DE LA HAUTE-LOIRE Rapport Juin 2013 Consommation d espace en Haute-Loire Mission connaissance des Territoires INDICATEURS CARTOGRAPHIQUES

Plus en détail

G4S Maroc. Surccursale Casablanca 45, Avenue Hassan II, 6 ème étage 20 000 Casablanca- Maroc

G4S Maroc. Surccursale Casablanca 45, Avenue Hassan II, 6 ème étage 20 000 Casablanca- Maroc G4S Maroc Casablanca Siège : 24, lotissement la colline II Sidi Maârouf Casablanca- Maroc Tél. : +212 522 497 400 Fax : +212 522 581 550 Surccursale Rabat : 14, villa Casa Piccola, Avenue Mehdi Ben Berka

Plus en détail

POLITIQUE D INTERVENTION DANS LES TISSUS URBAINS TRADITIONNELS EN TUNISIE Raja Aouali, architecte expert de la réhabilitation à l A.R.R.U.

POLITIQUE D INTERVENTION DANS LES TISSUS URBAINS TRADITIONNELS EN TUNISIE Raja Aouali, architecte expert de la réhabilitation à l A.R.R.U. POLITIQUE D INTERVENTION DANS LES TISSUS URBAINS TRADITIONNELS EN TUNISIE Raja Aouali, architecte expert de la réhabilitation à l A.R.R.U. La préoccupation du gouvernement Tunisien a été longtemps axée

Plus en détail

Département national de Planification. www.dnp.gov.co

Département national de Planification. www.dnp.gov.co Département national de Planification www.dnp.gov.co OBSERVATIONS GÉNÉRALES Les recommandations du Conseil économique et social Conpes 117 demandent au Département national de planification DNP de: Concevoir

Plus en détail

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables Le comité d audit Présentation du rapport du groupe de travail Anne Gillet Direction des affaires comptables Sommaire 1. Contexte & missions du groupe de travail 2. Les principales caractéristiques du

Plus en détail

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local.

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. Avril 2005 Les contreparties Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. L implication du 1% Logement dans le renouvellement urbain ne se limite pas au

Plus en détail

L Audit Interne est une ACTIVITE indépendante et objective qui donne à une organisation une ASSURANCE sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui

L Audit Interne est une ACTIVITE indépendante et objective qui donne à une organisation une ASSURANCE sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui L Audit Interne est une ACTIVITE indépendante et objective qui donne à une organisation une ASSURANCE sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses CONSEILS pour les améliorer et contribue

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

Recherche de propriétés vendues

Recherche de propriétés vendues Repérez toutes les propriétés vendues, que la transaction ait été effectuée par un courtier, un particulier ou un entrepreneur. Sélectionnez un secteur et une période afin d obtenir rapidement un rapport

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

RESPONSABLE D UN SERVICE DES FINANCES PUBLIQUES

RESPONSABLE D UN SERVICE DES FINANCES PUBLIQUES 422 Finances publiques Le domaine fonctionnel Finances publiques regroupe les emplois relatifs à la gestion des finances publiques, en matière de ressources, de dépenses, d établissement et de vérification

Plus en détail

NOM OU RAISON SOCIALE DU PROMOTEUR CONVENTION RELATIVE AUX LOGEMENTS DESTINES A LA CLASSE MOYENNE

NOM OU RAISON SOCIALE DU PROMOTEUR CONVENTION RELATIVE AUX LOGEMENTS DESTINES A LA CLASSE MOYENNE NOM OU RAISON SOCIALE DU PROMOTEUR CONVENTION RELATIVE AUX LOGEMENTS DESTINES A LA CLASSE MOYENNE 1/6 Convention relative aux logements destinés à la classe moyenne Établie dans le cadre des articles:

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE FEDERATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE 20 octobre 2014 Ce rapport contient 7 pages Exposé préalable Méthologie de l étude Cette étude vise à comparer

Plus en détail

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013)

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) 1 CONCERTATION POUR LE PROJET DE RECONSTRUCTION DE LA LIGNE DE GRAND TRANSPORT D ELECTRICITE ENTRE ARRAS ET LILLE RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) RAPPEL Le débat public pour ce projet dont

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION POUR L APPLICATION DE LA STRATÉGIE INTERNATIONALE DE PRÉVENTION DES CATASTROPHES (SIPC) Juin, 2001 -2- TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

OFFRE NON FISCALE 123VIAGER. L immobilier autrement...

OFFRE NON FISCALE 123VIAGER. L immobilier autrement... OFFRE NON FISCALE 123VIAGER L immobilier autrement... Permettre aux retraités d améliorer leur niveau de vie Permettre aux actifs de se constituer un patrimoine immobilier dans des conditions favorables

Plus en détail

Au Conseil Général de la Commune de Senarclens

Au Conseil Général de la Commune de Senarclens Au Conseil Général de la Commune de Senarclens Préavis municipal concernant l aménagement du terrain communal situé en zone village au lieu-dit «Les Condémines» Validation de l avant-projet et élaboration

Plus en détail

Rapport de supervision de la collecte des données

Rapport de supervision de la collecte des données Institut National de la Statistique (INS) Observatoire National de la Pauvreté Et du Développement Humain Durable ---------------------------------------- Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

Programme National d Efficacité Energétique dans le Bâtiment

Programme National d Efficacité Energétique dans le Bâtiment Programme National d Efficacité Energétique dans le Bâtiment Réunion de concertation avec le Ministère de l habitat sur les éléments techniques de la réglementation thermique dans le secteur de l habitat

Plus en détail

AVIS DE VALEUR D UN BIEN IMMOBILIER

AVIS DE VALEUR D UN BIEN IMMOBILIER AVIS DE VALEUR D UN BIEN IMMOBILIER POUR Mr et Mme TEST Jean Fait le 28 Mars 2008 Par XAVIER SEGRE SOCIETE SODESTEL EDITION 39 Rue Nicole 28000 CHARTRES Tel 0123456789 Fax 9876543210 info@sodestel.com

Plus en détail

L influence de l Union européenne dans les politiques de logement

L influence de l Union européenne dans les politiques de logement L influence de l Union européenne dans les politiques de logement Bénédicte Heindrichs, chercheuse-associée Etopia, 2009 centre d animation et de recherche en écologie politique www.etopia.be Page 2 Conformément

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER

LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER IMMOBILIER LE PARCOURS DE VENTE LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER De manière générale, le vendeur

Plus en détail

Termes de Références Pour le recrutement d un cabinet en charge de la capitalisation de la modernisation des services fonciers

Termes de Références Pour le recrutement d un cabinet en charge de la capitalisation de la modernisation des services fonciers Termes de Références Pour le recrutement d un cabinet en charge de la capitalisation de la modernisation des services fonciers Organisme : Résultat Attendu 1 : Activité 1.D Observatoire du Foncier Référence

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES RESULTATS ET

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

Beaulieu-les-Fontaines. Plan Local d Urbanisme

Beaulieu-les-Fontaines. Plan Local d Urbanisme Beaulieu-les-Fontaines Plan Local d Urbanisme Orientation d aménagement et de programmation M.T. Projets 9 Rue du Château Mouzin 51420 Cernay-les-Reims www.mt-projets.com En application des articles L.

Plus en détail

PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT

PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT PLAN LOCAL ENERGIE - ENVIRONNEMENT Un territoire, une collectivité, un PLEE Pourquoi faire un PLEE? Dans le domaine de l énergie et de l environnement, la collectivité est consommatrice, mais aussi productrice,

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE DES FONDS DE DOTATION

RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE DES FONDS DE DOTATION Le comité constate que les statuts des fonds de dotation sont d une grande diversité. Certains recopient dans le détail le statut type des fondations ou des associations reconnues d utilité publique. D

Plus en détail

Le droit de la vente immobilière - Cabinet Revert Cherqui - Avocat Immobilier Paris

Le droit de la vente immobilière - Cabinet Revert Cherqui - Avocat Immobilier Paris Le logement, tout spécifiquement en période de crise, reste la préoccupation majeure, pour la grande majorité des français, qu'ils soient notamment déjà propriétaires de leur résidence principale ou bien

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER

ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER Smaf PROGRAMME FONCIER 13 2009-20 -2013 QUINQUENN UENNAL SOMMAIRE 1. L Etablissement 2. Documents de planification 3. Outils fonciers 4. Bilan du programme 2004-2008 5. Programmation

Plus en détail

Djibouti. Règles régissant l activité de promotion immobilière

Djibouti. Règles régissant l activité de promotion immobilière Règles régissant l activité de promotion immobilière Loi n 13/AN/13/7ème L du 7 juillet 2013 [NB - Loi n 13/AN/13/7ème L du 7 juillet 2013 fixant les règles régissant l activité de promotion immobilière]

Plus en détail

La densification en Suisse

La densification en Suisse La en Suisse Enjeux, processus et débats Dr. Patrick RERAT Institut de géographie & Institut de sociologie Université de Neuchâtel Patrick.rerat@unine.ch Colloque de la CPDT «Densification et qualité de

Plus en détail

Méthodologie. Observatoire de l Habitat. Le marché privé du logement du Pays de Châlons-en-Champagne AUDC, décembre 2008. Immobilier et Lamy.

Méthodologie. Observatoire de l Habitat. Le marché privé du logement du Pays de Châlons-en-Champagne AUDC, décembre 2008. Immobilier et Lamy. 2 Méthodologie Cet état des lieux du marché privé du logement a été réalisé à partir d entretiens avec un certain nombre d agents immobiliers de Châlons-en-Champagne de septembre à décembre 2008 1. Des

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

Points de presse pour le chapitre 3 : Les enseignements à tirer des fluctuations des prix des actifs pour la politique monétaire

Points de presse pour le chapitre 3 : Les enseignements à tirer des fluctuations des prix des actifs pour la politique monétaire Points de presse pour le chapitre 3 : Les enseignements à tirer des fluctuations des prix des actifs pour la politique monétaire Perspectives de l'économie mondiale, octobre 2009 Par Antonio Fatas, Prakash

Plus en détail

Schéma de Développement Commercial - aire urbaine de Toulouse

Schéma de Développement Commercial - aire urbaine de Toulouse Observatoire Départemental de l'équipement Commercial de la Haute-Garonne Schéma de Développement Commercial aire urbaine de Toulouse Pour un commerce durable dans la Ville Un document de référence pour

Plus en détail

PROJET MASEN. Rédaction des termes de référence de l étude d impact socio-économique. Termes de référence

PROJET MASEN. Rédaction des termes de référence de l étude d impact socio-économique. Termes de référence PROJET MASEN Rédaction des termes de référence de l étude d impact socio-économique Mission du 07 juin au 11 juin 2010 1. Présentation du projet Afin de s affranchir de la dépendance aux énergies fossiles,

Plus en détail

Commission départementale de la consommation des espaces agricoles

Commission départementale de la consommation des espaces agricoles Commission départementale de la consommation des espaces agricoles Fiche de présentation des documents d'urbanisme soumis à l'avis de la CDCEA Date de la commission : Commune : SAINT-GERMAIN-DE-MODEON

Plus en détail

Convention de partenariat

Convention de partenariat Convention de partenariat Entre L Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, Etablissement Public Industriel et Commercial, dont le siège est situé au 69bis, rue de Vaugirard, 75006, Paris, Représentée

Plus en détail

RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT

RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT Juillet 2010 PRÉPARÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA

Plus en détail

Estimations et modélisations des niveaux de champs. électromagnétiques

Estimations et modélisations des niveaux de champs. électromagnétiques Estimations et modélisations des niveaux de champs électromagnétiques dans le cadre d une démarche d information et de concertation entre les opérateurs de téléphonie mobile, les collectivités et la population

Plus en détail

Partage d'expérience sur 5 années de pratique

Partage d'expérience sur 5 années de pratique L'approche du SIG-3D de l'agglomération du Beauvaisis Partage d'expérience sur 5 années de pratique 31 communes - 300 km² - 82 000 habitants Ville centre - Préfecture de l Oise BEAUVAIS - 55 000 habitants

Plus en détail

LES ENJEUX PATRIMONIAUX DE L EVALUATION DES TERRAINS. Cadre de l intervention-résumé. Introduction

LES ENJEUX PATRIMONIAUX DE L EVALUATION DES TERRAINS. Cadre de l intervention-résumé. Introduction ADEF/26 mai 2000 LES ENJEUX PATRIMONIAUX DE L EVALUATION DES TERRAINS DANS LES BILANS DES SOCIETES Cadre de l intervention-résumé Introduction Toutes les méthodes et techniques et qui vous ont été exposées

Plus en détail

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE 23 26 JUNE 202 Dominique FIGEAT Directeur le Direction du Renouvellement Urbain Caisse des Dépôts et Consignations Paris, FRANCE Le financement du renouvellement urbain en France 1 Le financement du renouvellement

Plus en détail

INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI)

INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI) Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI) Méthodologie et lien avec l indice de la production industrielle (IPI) Atelier sur les

Plus en détail

LOGISSIMMO.COM 1/9 GAGNEZ DU TEMPS - RÉDUISEZ VOS COÛTS - DÉVELOPPEZ VOS VENTES

LOGISSIMMO.COM 1/9 GAGNEZ DU TEMPS - RÉDUISEZ VOS COÛTS - DÉVELOPPEZ VOS VENTES Extranet pour promoteurs immobiliers GAGNEZ DU TEMPS - RÉDUISEZ VOS COÛTS - DÉVELOPPEZ VOS VENTES LOGISSIMMO.COM Application de gestion et commercialisation Créé par la société European Soft pour les promoteurs

Plus en détail

L encadrement réglementaire des projets de développement résidentiel au Québec

L encadrement réglementaire des projets de développement résidentiel au Québec L encadrement réglementaire des projets de développement résidentiel au Québec Contributions pour fins de parc Ce document est paginé en vue d une impression recto verso. L encadrement réglementaire des

Plus en détail

DESIGNATION DU MAITRE D OUVRAGE CAHIER DES CHARGES. Etude de programmation pour Nom de l opération*

DESIGNATION DU MAITRE D OUVRAGE CAHIER DES CHARGES. Etude de programmation pour Nom de l opération* DESIGNATION DU MAITRE D OUVRAGE CAHIER DES CHARGES Etude de programmation pour Nom de l opération* (Programme fonctionnel, architectural, urbanistique, technique et environnemental dans le cas d une réhabilitation)

Plus en détail

Objectifs, principes et critères de répartition (règles budgétaires) Des allocations entre les écoles et les centres de la Commission scolaire

Objectifs, principes et critères de répartition (règles budgétaires) Des allocations entre les écoles et les centres de la Commission scolaire Objectifs, principes et critères de répartition (règles budgétaires) Des allocations entre les écoles et les centres de la Commission scolaire 2014-2015 Adoptée : 26 juin 2014 (CC-2014-295) En vigueur

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

ADIL 33. ETUDE en 2012. Accédants à la propriété en difficulté

ADIL 33. ETUDE en 2012. Accédants à la propriété en difficulté ADIL 33 ETUDE en 2012 Accédants à la propriété en difficulté Agence Départementale d Information Logement - 105 avenue Emile Counord 33300 BORDEAUX ETUDE en 2012 ACCEDANTS A LA PROPRIETE EN DIFFICULTE

Plus en détail

Révision simplifiée du Plan d Occupation des Sols n 3

Révision simplifiée du Plan d Occupation des Sols n 3 Support de présentation Groupe de pilotage du mardi 6 décembre 2011 Réunion publique du jeudi 8 décembre 2011 Révision simplifiée du Plan d Occupation des Sols n 3 Lotissement «Le domaine des Baccharis»

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

Programme des droits de cession immobilière

Programme des droits de cession immobilière Chapitre 4 Section 4.06 Ministère des Finances Programme des droits de cession immobilière Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.06 du Rapport annuel 2004 Contexte En vertu

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL MCH2 GROUPE DE TRAVAIL 2 EVALUATION DES IMMOBILISATIONS CORPORELLES DU PATRIMOINE FINANCIER

DOCUMENT DE TRAVAIL MCH2 GROUPE DE TRAVAIL 2 EVALUATION DES IMMOBILISATIONS CORPORELLES DU PATRIMOINE FINANCIER Etat: novembre 2013 Version: 1c DOCUMENT DE TRAVAIL MCH2 GROUPE DE TRAVAIL 2 EVALUATION DES IMMOBILISATIONS CORPORELLES DU PATRIMOINE FINANCIER Membres du groupe de travail Hansjörg Enzler Reto Angehrn

Plus en détail

MINISTÈRE DE L URBANISME, DU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT. - TEXTES OFFICIELS

MINISTÈRE DE L URBANISME, DU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT. - TEXTES OFFICIELS MINISTÈRE DE L URBANISME, DU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT. - TEXTES OFFICIELS MINISTÈRE DE L URBANISME, OU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS Direction des routes. relative CIRCULAIRE

Plus en détail

SCOT du bassin de vie d Avignon. - Volet énergie- Le 21 octobre 2010

SCOT du bassin de vie d Avignon. - Volet énergie- Le 21 octobre 2010 SCOT du bassin de vie d Avignon - Volet énergie- Le 21 octobre 2010 Déroulé de la présentation Elément déclencheur de la démarche Objectifs et limites du volet «énergies» du SCOT du bassin de vie d Avignon

Plus en détail

INTRODUCTION. Arrêté no. 24 1/20

INTRODUCTION. Arrêté no. 24 1/20 INTRODUCTION Le plan d aménagement municipal se veut l'outil de travail de premier ordre qui permettra au village de Maisonnette de mieux planifier la façon dont va s'orienter le développement au cours

Plus en détail

France ViewPoint. Le marché résidentiel Haut de Gamme à Paris David TRAN, Chargé d études RÉSUMÉ

France ViewPoint. Le marché résidentiel Haut de Gamme à Paris David TRAN, Chargé d études RÉSUMÉ CBRE www.cbre.fr/fr_fr/etude Le marché résidentiel Haut de Gamme à Paris David TRAN, Chargé d études RÉSUMÉ Depuis 2012, les signes de ralentissement se sont progressivement multipliés sur le marché résidentiel

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

26.04.06 CHARTE EUROPÉENNE DU LOGEMENT

26.04.06 CHARTE EUROPÉENNE DU LOGEMENT 26.04.06 CHARTE EUROPÉENNE DU LOGEMENT FR FR 1 Introduction L'actualité récente et douloureuse nous a rappelé que le logement est un domaine qui demeure au cœur des problèmes de société que rencontrent

Plus en détail

Les dynamiques immobilières dans le Pays de Saint-Omer. - 28 septembre 2012 -

Les dynamiques immobilières dans le Pays de Saint-Omer. - 28 septembre 2012 - Les dynamiques immobilières dans le Pays de Saint-Omer - 28 septembre 2012 - Préambule L Observation foncière et immobilière constitue un enjeu fondamental pour la définition des politiques d aménagement.

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

La prospection foncière pour les nuls

La prospection foncière pour les nuls La prospection foncière pour les nuls Cette étape est cruciale et peut prendre beaucoup de temps. Même si parfois, les collectivités mettent à disposition un terrain pour ce genre de projet, cela reste

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION Novembre 2008 1. Contexte La gestion des systèmes d éducation et de formation

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

IMMOBILIER DE PLACEMENT ADAPTER LA STRATEGIE D AMORTISSEMENT AUX NOUVELLES REGLES POSEES PAR L ADMINISTRATION FISCALE

IMMOBILIER DE PLACEMENT ADAPTER LA STRATEGIE D AMORTISSEMENT AUX NOUVELLES REGLES POSEES PAR L ADMINISTRATION FISCALE IMMOBILIER DE PLACEMENT ADAPTER LA STRATEGIE D AMORTISSEMENT AUX NOUVELLES REGLES POSEES PAR L ADMINISTRATION FISCALE Les nouvelles règles fiscales en matière d amortissement des actifs, qui sont entrées

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

Cerema, jeudi 26 mars 2015

Cerema, jeudi 26 mars 2015 Stratégie et mobilisation des outils de politiques foncières pour la production de logement Cerema, jeudi 26 mars 2015 Des outils pour peser sur les charges foncières Direction Habitat et Dynamique Urbaine

Plus en détail

Pièces à joindre à une demande de PERMIS DE CONSTRUIRE pour une maison individuelle

Pièces à joindre à une demande de PERMIS DE CONSTRUIRE pour une maison individuelle page 1/5 1) Pièces obligatoires pour tous les dossiers PCMI1. Un plan de situation du terrain [Art. R. 431-7 a) du code de l urbanisme] Le plan de situation permet de Vous devez indiquer sur le plan son

Plus en détail

A l issue de la définition de la «Vocation du quartier»: Les différentes phases de la «Programmation urbaine» au Projet urbain

A l issue de la définition de la «Vocation du quartier»: Les différentes phases de la «Programmation urbaine» au Projet urbain A l issue de la définition de la «Vocation du quartier»: Les différentes phases de la «Programmation urbaine» au Projet urbain Michel Bonetti Sociologue urbaniste, «Le Sens Urbain» Jean Didier Laforgue

Plus en détail