Sémiologie médicale Endocrinologie-Diabétologie. Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud- Charles Mérieux Pr Christiane Broussolle

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sémiologie médicale Endocrinologie-Diabétologie. Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud- Charles Mérieux Pr Christiane Broussolle"

Transcription

1 Sémiologie médicale Endocrinologie-Diabétologie Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud- Charles Mérieux Pr Christiane Broussolle

2 Sémiologie des diabètes sucrés Sémiologie de la glande thyroïde: Goitres, nodules Hyperthyroïdie Hypothyroïdie Sémiologie des glandes surrénales: Insuffisance surrénalienne

3 Diabètes sucrés Définition Classification Manifestations révélatrices Complications: Métaboliques aiguës Infectieuses Dégénératives

4 Définition Historiquement: présence de sucre dans les urines Hyperglycémie chronique anormale Problème de santé publique: 5 % de la population Prévalence et incidence augmentent: Augmentation de la fréquence de l obésité Augmentation de la fréquence de la sédentarité Vieillissement de la population

5 Définition Glycémie au hasard 11 mmol/l (2 g/l) et symptômes de diabète (polyurie, polydipsie, amaigrissement)» Ou Glycémie à jeun 7 mmol/l (1,26 g/l)» Ou Glycémie 2 heures après prise orale de 75 g de glucose 11 mmol/l (2g/l) Les anomalies de la glycémie doivent être constatées à 2 reprises.

6 Classification Diabète de type 1 (insulino-dépendant): 5 à 10 % des diabètes Insulinopénie profonde par destruction des cellules β des îlots de Langherans par un processus auto-immun Auto-anticorps: Anti-ïlots de Langherans Anti-insuline Anti-glutamate décarboxylase Anti-tyrosine phosphatase Sujets jeunes, enfants ou adolescents Poids normal Tableau clinique: polyuro-polydipsie, polyphagie, amaigrissement, asthénie Cétose spontanée

7 Classification Diabète de type 2 (non insulino-dépendant): 90 à 95 % des diabètes Association: Insulinopénie relative Résistance à l action de l insuline au niveau des muscles squelettiques Augmentation de la production hépatique de glucose Maladie familiale, polygénique Sujets de plus de 40 ans Obésité dans 80 % des cas Latence clinique habituelle Découverte lors d un examen systématique ou devant une complication Pas de cétose spontanée Risque de diabète de type 2 augmenté chez les patients hypertendus ou dyslipidémiques

8 Pathogénie du diabète de type 2 FOIE Augmentation de la production hépatique de glucose GLUCOSE + - Insuline Glucagon MUSCLES Résistance à l action de l insuline PANCREAS Insulinopénie

9 Classification Autres types de diabètes: Déficit génétique de la fonction de la cellule β: Diabètes MODY (Maturity Onset Diabetes of the Young) Diabètes mitochondriaux Déficit génétique de l action de l insuline: Mutations du gène du récepteur de l insuline Diabètes lipoatrophiques

10 Classification Autres types de diabètes: Diabètes pancréatiques: Pancréatites chroniques Pancréatites aiguës Pancréatectomies Cancers du pancréas Mucoviscidose Hémochromatose

11 Classification Autres types de diabètes: Diabètes secondaires à une endocrinopathie: Acromégalie Hypercortisolisme Glucagonome Phéochromocytome Hyperthyroïdie Diabètes médicamenteux: Glucocorticoïdes Contraceptifs oestro-progestatifs

12 Classification Autres types de diabètes: Diabète gestationnel: Trouble de la tolérance glucidique conduisant à une hyperglycémie de sévérité variable Débutant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse Quels que soient le traitement nécessaire et l évolution dans le post-partum Prévalence: 6 % en France Risque de diabète à distance: 50 % des femmes dans les 15 années suivant l accouchement

13 Manifestations révélatrices Syndrome de carence insulinique (syndrome cardinal): Polyuro-polydipsie, polyphagie, asthénie, amaigrissement Coma révélateur Complication dégénérative révélatrice Découverte systématique chez un patient asymptomatique: Terrain familial Obésité

14 Complications métaboliques aiguës Acido-cétose diabétique Coma hyperosmolaire Acidose lactique Hypoglycémie (complication iatrogène)

15 Acido-cétose diabétique Conséquence d une carence en insuline: Hyperglycémie par: Augmentation de la production hépatique de glucose Diminution de l utilisation périphérique du glucose Hyperglycémie glycosurie déshydratation Stimulation de la lipolyse production d acides gras libres corps cétoniques (βhydroxybutyrate et acide acéto-acétique)

16 Acido-cétose diabétique Circonstances de survenue: Révélation d un diabète de type 1 Complication d un diabète connu: Diabète de type 1 le plus souvent Diabète de type 2 plus rarement Facteur déclenchant: Infection Maladie intercurrente (infarctus du myocarde, AVC ) Traumatisme Chirurgie Médicament hyperglycémiant: glucocorticoïdes Erreur thérapeutique: oubli d une injection d insuline, sousdosage en insuline

17 Acido-cétose diabétique Signes cliniques: Phase de cétose simple: Syndrome polyuro-polydipsique Signes digestifs: douleurs abdominales, nausées, anorexie Odeur acétonémique de l haleine (pomme reinette)

18 Acido-cétose diabétique Signes cliniques: Phase d acido-cétose: Dyspnée: Polypnée Dyspnée de Kussmaul (succession d inspirations et d expirations profondes, chacune suivie d une pause) Troubles de conscience: Allant jusqu au coma calme, flasque, avec aréflexie ostéotendineuse Sans signe de localisation neurologique Signes digestifs: Nausées, vomissements Douleurs abdominales Déshydratation globale: Extra-cellulaire: pli cutané, hypotension, tachycardie Intra-cellulaire: soif, sécheresse buccale, hypotonie des globes oculaires

19 Acido-cétose diabétique Signes biologiques: Glycémie capillaire > 14 mmoml/ Acétonémie capillaire > 0,6 mmol/l Bandelette urinaire: Glycosurie ++++ Acétonurie ++++ Glycémie veineuse > 14 mmol/l Acidose métabolique: Diminution de la réserve alcaline Diminution du ph artériel

20 Coma hyperosmolaire Sujet âgé Facteur de déshydratation: Infection Diarrhée Vomissement Diurétiques Signes cliniques: Altération de la vigilance Déshydratation globale Signes biologiques: Hyperglycémie > 33 mmol/l Hypernatrémie Osmolalité plasmatique mosm/kg Absence d acidose et de cétonémie

21 Acidose lactique Chez les patients traités par metformine malgré une contre-indication: Insuffisance rénale Insuffisance hépato-cellulaire Hypoxie: infarctus du myocarde, AVC, ischémie des membres, insuffisance respiratoire décompensée, insuffisance cardiaque décompensée

22 Acidose lactique Signes cliniques: Dyspnée Trouble de vigilance Douleurs musculaires Douleurs abdominales Hypothermie Signes biologiques: Acidose métabolique: ph artériel 7,35 Augmentation de la lactactémie > 5-6 mmol/l

23 Hypoglycémies Définition: glycémie < 2,5 mmol/l Complications métaboliques aiguës iatrogènes: Traitement par insuline Traitement par sulfamides hypoglycémiants Facteurs déclenchants: Dose d insuline ou de sulfamide hypoglycémiant excessive Alimentation insuffisante Activité physique

24 Hypoglycémies Signes cliniques: Signes neuro-végétatifs (mise en jeu de la contrerégulation hormonale) Signes de neuro-glucopénie Régression des signes par la prise orale ou l injection IV de glucose

25 Hypoglycémies Signes neuro-végétatifs: Sensation de faim impérieuse Tremblement Tachycardie avec palpitations Hypersudation Anxiété, nervosité Pâleur

26 Hypoglycémies Signes de neuro-glucopénie: Flou visuel Sensation vertigineuse Céphalée Paresthésies péri-buccales Difficultés de concentration Difficultés d élocution Confusion Déficit focal Crise comitiale Trouble de la vigilance allant jusqu au coma

27 Complications infectieuses Toutes les infections sont favorisées par le diabète: Urinaires Cutanées Pulmonaires Dentaires Sinusiennes

28 Complications dégénératives Complications chroniques liées à: Ancienneté du diabète Niveau d hyperglycémie Microangiopathie: Spécifique du diabète Atteinte des petits vaisseaux capillaires Rétinopathie Néphropathie Neuropathie Macroangiopathie: Non spécifique du diabète Athérome Artériopathie oblitérante des membres inférieurs Insuffisance coronarienne Insuffisance vasculaire cérébrale Pied diabétique

29 Microangiopathie - Rétinopathie Diabète: première cause de cécité acquise en France avant l âge de 50 ans Fond d œil annuel chez tout diabètique Examens complémentaires: Angiographie rétinienne à la fluorescéine si FO anormal Tomographie en cohérence optique (OCT) si œdème maculaire

30 Microangiopathie - Rétinopathie Stades de la rétinopathie: Non proliférante: dilatation capillaire, microanévrysmes, hémorragies, exsudats Pré-proliférante: zones d ischémie Proliférante: néo-vaisseaux Proliférante compliquée: hémorragie du vitré, décollement de rétine Maculopathie: œdème maculaire

31 Rétinopathie diabétique non proliférante

32 Rétinopathie diabétique pré-proliférante

33 Rétinopathie diabétique proliférante compliquée

34 Œdème maculaire diabétique

35 Microangiopathie - Rétinopathie Autres complications oculaires: Cataracte Glaucome Paralysies oculo-motrices (neuropathie)

36 Microangiopathie -Néphropathie Facteurs pathogéniques: Hyperglycémie chronique HTA Infections urinaires Stades de la néphropathie: Néphropathie incipiens Néphropathie clinique Insuffisance rénale Insuffisance rénale terminale

37 Microangiopathie -Néphropathie Néphropathie incipiens: Élévation de la microalbuminurie: mg/l mg/24h Néphropathie clinique: Protéinurie macroscopique > 200 mg /l > 300 mg/24h Syndrome néphrotique possible

38 Microangiopathie -Néphropathie Insuffisance rénale: Élévation de la créatininémie Diminution de la clairance de créatinine Insuffisance rénale terminale: Suppléance: Dialyse Transplantation rénale Bilan rénal annuel chez tout diabétique: dosage de: Créatininémie Microalbuminurie de 24 heures

39 Microangiopathie -Neuropathie Neuropathies périphériques: Polyneuropathies sensitivomotrices Neuropathies focales et multi-focales Neuropathie végétative: Cardiovasculaire Uro-génitale Digestive

40 Polyneuropathies sensitivo-motrices Polyneuropathie: Symétrique Distale A prédominance sensitive Touchant préférentiellement les MI Symptomatologie inconstante: Paresthésies, brûlures, crampes Formes hyperalgiques Examen clinique: Altération de la sensibilité: Monofilament Diapason Diminution puis abolition des ROT

41 Neuropathies focales et multi-focales Nerfs des membres: Cruralgie Méralgie paresthésique (nerf fémoro-cutané) Nerfs crâniens: Paralysie oculo-motrice Paralysie faciale Nerfs du tronc: Douleur intercostale Douleur thoraco-abdominale

42 Neuropathie végétative Cardio-vasculaire: Hypotension orthostatique sans accélération de la fréquence cardiaque Ischémie myocardique silencieuse Tachycardie permanente Uro-génitale: Vésical: résidu post-mictionnel infections urinaires Impuissance

43 Neuropathie végétative Digestive: Gastroparésie Troubles du transit intestinal: diarrhées, constipation Autres: Atteinte de la sudation: Anhydrose Hyperhydrose Atteinte de la motilité pupillaire: Lenteur des réflexes pupillaires Signe d Argyll-Robertson (myosis, abolition du réflexe photomoteur, contraction de la pupille en accomodation-convergence)

44 Macroangiopathie Pathogénie: facteurs de risque cardio-vasculaire Diabète Âge: Homme > 50 ans Femme > 60 ans ou ménopausée Hyperlipidémie HTA Obésité Antécédents familiaux d accident cardio-vasculaire précoce Tabac Obésité Sédentarité

45 Artériopathie oblitérante des membres inférieurs Plus précoce, plus fréquente, plus grave que chez les patients non diabétiques Atteintes plus diffuses et plus distales revascularisation plus difficile Palpation des pouls périphériques ++++

46 Insuffisance coronarienne Plus fréquente et plus grave que chez les patients non diabétiques Ischémie myocardique silencieuse: absence de douleur thoracique ou tableau atypique ECG annuel chez tout diabétique

47 Insuffisance vasculaire cérébrale Diabète: Facteur de risque d infarctus cérébral Facteur de pronostic défavorable pour le handicap et la mortalité dans l infarctus cérébral

48 Pied diabétique Diabète: première cause d amputation en France Pathogénie des lésions des pieds: Artériopathie gangrène Neuropathie mal perforant plantaire Infections Examen des pieds de tout diabétique

49 Gangrène

50 Mal perforant plantaire

51 Mal perforant plantaire

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

Cellule alpha Cellule contenue dans les îlots de Langerhans du pancréas qui est responsable de la production du glucagon, hormone hyperglycémiante.

Cellule alpha Cellule contenue dans les îlots de Langerhans du pancréas qui est responsable de la production du glucagon, hormone hyperglycémiante. A Acétone Témoin de l'utilisation des graisses. Lorsque l'organisme ne parvient pas à utiliser du sucre pour obtenir l'énergie qui lui est nécessaire, il utilise les graisses ; cette utilisation des graisses

Plus en détail

Cas cliniques Diabète

Cas cliniques Diabète Cas cliniques Diabète 2012 Cas clinique diabète N 1 Un homme de 57 ans, 1,70m pour 87 kg, consulte après la découverte d une glycosurie positive lors d une visite à la médecine du travail. Il ne présente

Plus en détail

Les complications chroniques du diabète sucré

Les complications chroniques du diabète sucré Les complications chroniques du diabète sucré Facteurs Environnementaux Nutrition Obésité Inactivité physique Apparition Du diabète ATG complications incapacité Sensibilité génétique décès Résistance à

Plus en détail

Sémiologie médicale Endocrinologie Glande thyroïde. Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud- Charles Mérieux Pr Christiane Broussolle

Sémiologie médicale Endocrinologie Glande thyroïde. Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud- Charles Mérieux Pr Christiane Broussolle Sémiologie médicale Endocrinologie Glande thyroïde Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud- Charles Mérieux Pr Christiane Broussolle Goitres, nodules Hypothyroïdies Hyperthyroïdies Goitres Goîtres

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

Révisions 2 ème session L exercice physique dans la prise en charge du diabète

Révisions 2 ème session L exercice physique dans la prise en charge du diabète Révisions 2 ème session L exercice physique dans la prise en charge du diabète 1 1 ère partie : Etiopathogénie & traitement du diabète 2 ème partie: Exercice aigu & diabète Précautions & intérêts 3 ème

Plus en détail

Syndrome de renutrition inappropriée

Syndrome de renutrition inappropriée inappropriée A. Van Gossum Hôpital Erasme - Bruxelles DIUE, Décembre 2009 Définition ou Syndrome de renutrition inappropriée (refeeding syndrome) Ensemble des symptômes cliniques et des perturbations métaboliques

Plus en détail

LA NEUROPATHIE DIABETIQUE

LA NEUROPATHIE DIABETIQUE LA NEUROPATHIE DIABETIQUE Cas de M. L. 64 ans, hospitalisé pour un diabète II déséquilibré Cohen Rebecca ATCD: Familiaux : aucun. Personnels: abcès de la marge anale en 1991. SAS appareillé Mode de vie:

Plus en détail

Complications aigues du diabète sucré

Complications aigues du diabète sucré Université Constantine/faculté de Médecine Module endocrinologie-diabétologie Cours :complications aiigues du diabète sucré Dr S.Bensalem Complications aigues du diabète sucré Introduction Le diabète est

Plus en détail

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique Dr P. ASSOUAKON SAMU EPU les jeudis du samu 27 Mai 2004 1 PLAN Introduction Généralités Régulation et prise en charge SMUR Prise en charge

Plus en détail

Le diabète : définition

Le diabète : définition Le diabète : définition Glycémie à jeûn > 7mmol/l ou 1,26g/l (après au moins 8 heures de jeûne) dosage effectué sur 2 prélèvements différents Ou Glycémie prise à n importe quel moment de la journée 2g/l

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

Hyper/hypoglycémie. Ana Estrade D1 Rangueil 12/10 1

Hyper/hypoglycémie. Ana Estrade D1 Rangueil 12/10 1 Hyper/hypoglycémie Ana Estrade D1 Rangueil 12/10 1 Glycémie = valeur constante régulée par différentes hormones (N 1g/l) 2 Glycémie = valeur constante régulée par différentes hormones (N 1g/l) - Insuline

Plus en détail

233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD)-

233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD)- rétinopathie diabétique 233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD)-2010 Ce qu il faut savoir 1. Connaître la prévalence de la rétinopathie diabétique en fonction du type et de l ancienneté du diabète. 2. Comprendre

Plus en détail

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation GIT octobre 2011 Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation Dr Thomas Loeb SAMU des Hauts de Seine 92 380 Garches Douleurs thoraciques Rappel Région richement innervée Douleurs thoraciques Rappel Région

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

Cas de Monsieur E. : diabète de type 2

Cas de Monsieur E. : diabète de type 2 Cas de Monsieur E. : diabète de type 2 J ai choisi le cas de Monsieur E. car la diététique a un rôle essentiel dans l amélioration du diabète de type 2 en équilibrant l alimentation et en luttant contre

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT.

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. Régulation Phase pré-hospitalière. Accueil des Urgences. UHCD. I- REGULATION OBJECTIFS : Type d intervention

Plus en détail

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant Dossier 1 N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte Complications : Diagnostiquer un diabète chez l enfant et l adulte. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise

Plus en détail

Quand évoquer une maladie métabolique en urgence? Dr Claire GAY Service de pédiatrie Hôpital Nord Saint Etienne

Quand évoquer une maladie métabolique en urgence? Dr Claire GAY Service de pédiatrie Hôpital Nord Saint Etienne Quand évoquer une maladie métabolique en urgence? Dr Claire GAY Service de pédiatrie Hôpital Nord Saint Etienne généralités déficits de protéines enzymatiques communes à de nombreux organes - organelles

Plus en détail

INSUFFISANCE RENALE AIGUË

INSUFFISANCE RENALE AIGUË INSUFFISANCE RENALE AIGUË 1 DEFINITION : Diminution du débit de filtration glomérulaire responsable d un syndrome d urémie aiguë (élévation créatininémie et urémie) Constitution brutale ou rapidement progressive

Plus en détail

N 131 : ARTERIOPATHIE OBLITERANTE DE L'AORTE ET DES MEMBRES INFERIEURS

N 131 : ARTERIOPATHIE OBLITERANTE DE L'AORTE ET DES MEMBRES INFERIEURS N 131 : ARTERIOPATHIE OBLITERANTE DE L'AORTE ET DES MEMBRES INFERIEURS 131A : Diagnostiquer une AOMI L AOMI est l atteinte par l athérosclérose de la paroi des artères vascularisant les membres inférieurs,

Plus en détail

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique La douleur thoracique Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique Vendredi 28 Octobre 2011 Cause fréquente de consultation et de recours aux services de soins

Plus en détail

NÉPHROPATHIES DIABÉTIQUES

NÉPHROPATHIES DIABÉTIQUES CHAPITRE 11 NÉPHROPATHIES DIABÉTIQUES OBJECTIFS Connaître l épidémiologie de la néphropathie diabétique. Connaître et savoir diagnostiquer les différents stades de la néphropathie diabétique. Argumenter

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE PRODUIT JANUMET. 50 mg/500 mg, 50 mg/850 mg et 50 mg/1 000 mg JANUMET XR. 50 mg/500 mg, 50 mg/1 000 mg et 100 mg/1 000 mg

MONOGRAPHIE DE PRODUIT JANUMET. 50 mg/500 mg, 50 mg/850 mg et 50 mg/1 000 mg JANUMET XR. 50 mg/500 mg, 50 mg/1 000 mg et 100 mg/1 000 mg MONOGRAPHIE DE PRODUIT JANUMET comprimés de sitagliptine et de chlorhydrate de metformine (sous forme de phosphate de sitagliptine monohydraté et de chlorhydrate de metformine) 50 mg/500 mg, 50 mg/850

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

Pertes de connaissance inexpliquées

Pertes de connaissance inexpliquées De quoi parle-t-on? Pertes de connaissance inexpliquées es DC1, 2007 / 2008 Module cardio-vasculaire Terminologie populaire Malaise vagal Malaise vaso-vagal Syncope (vaso-vagale) Hypotension orthostatique

Plus en détail

DOSSIER N 8 QUESTION 1. QUESTION 2 Dans ce contexte, quel est le seul diagnostic à évoquer en urgence?

DOSSIER N 8 QUESTION 1. QUESTION 2 Dans ce contexte, quel est le seul diagnostic à évoquer en urgence? DOSSIER N 8 Dossier n 8 Une femme de 29 ans sans antécédent particulier, mariée, un enfant, sous pilule estroprogestative, consulte aux urgences pour des céphalées d intensité inhabituelle depuis hier

Plus en détail

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs Référentiel : A. Définition L artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) est définie comme l obstruction

Plus en détail

XVII- DIABETE DU SUJET AGE

XVII- DIABETE DU SUJET AGE XVII- DIABETE DU SUJET AGE Du fait du vieillissement de la population et de la progression de l obésité, le nombre de diabétiques âgés ne cesse d augmenter. La prise en charge du diabète dans la population

Plus en détail

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009 CAT devant une créatinine qui monte EPU 29 avril 2009 Cas clinique Mme C., 63 ans est hospitalisée le 18/11/05 pour insuffisance rénale aigue Antécédents : - DNID ancien et compliqué - cardiopathie ischémique

Plus en détail

Hypertension artérielle (item 130)

Hypertension artérielle (item 130) Cardiologie 17 Référence Hypertension artérielle (item 130) Recommandations de la Société Européenne d Hypertension Artérielle et de la Société Européenne de Cardiologie (2007). Contexte La morbi-mortalité

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

Les diabètes et Les gens de mer

Les diabètes et Les gens de mer Les diabètes et Les gens de mer La vie à bord Confinement Eloignement Majoration des risques Les complications Accidents aigus hypoglycémie acido-cétose Complications dégénératives cardiovasculaire infections,

Plus en détail

Item 233C : Complications dégénératives et métaboliques du diabète

Item 233C : Complications dégénératives et métaboliques du diabète Item 233C : Complications dégénératives et métaboliques du diabète Collège des Enseignants d'endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques (CEEDMM) Date de création du document 2010-2011 Table des matières

Plus en détail

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DU DIABETE Dr Arame Ndiaye OBJECTIFS 1- Enumérer trois conditions à respecter lors d un prélèvement sanguin

Plus en détail

Causes de l incontinence urinaire

Causes de l incontinence urinaire Causes de l incontinence urinaire Transitoire - fonctionnelles (alitement pour cause médicale, non repérage des toilettes) - infection urinaire - fécalome ; - confusion ; - iatrogènies (diurétiques, sédatifs,.).

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Maladie de Fabry Génétique

Maladie de Fabry Génétique Déficit en α-galactosidase Maladie héréditaire lysosomale (transmission liée à l X) Accumulation de globotriaosylceramide (Gb-3) dans l endothélium vasculaire et autres tissus Deuxième maladie lysosomale

Plus en détail

Terminale Spé. 3 {3.8} Diabètes

Terminale Spé. 3 {3.8} Diabètes Vous êtes étudiant en médecine, et devez réaliser un dossier sur les différents diabètes, en intégrant et commentant les documents fournis, et en suivant le plan : Introduction/définition, clinique (les

Plus en détail

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger 1 Institut national de santé publique Année 2014 2 Sommaire 1- INTRODUCTION 3 2- METHODOLOGIE 4 2-1 Type d étude

Plus en détail

objectifs Exploration biochimique de la glycémie, des cétoses, du diabète sucré P-Glucose prérequis Les points suivants sont supposés connus :

objectifs Exploration biochimique de la glycémie, des cétoses, du diabète sucré P-Glucose prérequis Les points suivants sont supposés connus : objectifs 1 2 1/ Comprendre le choix des moyens diagnostiques et les facteurs de variabilité préanalytique pour sélectionner les analyses adéquates et les moyens nécessaires 2/ Connaître l ordre de grandeur

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Résultats de l étude ntred EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Dans la continuité de la première étude nationale Entred sur le diabète réalisée en, une nouvelle étude Entred

Plus en détail

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez Énergie et nutrition Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez L alimentation dans le monde Bcp de maladies liées à notre type d alimentation Malnutrition Excès ou carence de nutriments

Plus en détail

HyperTension Artérielle de la Femme

HyperTension Artérielle de la Femme HyperTension Artérielle de la Femme Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Particularités physiologiques Femme protégée par les oestrogènes naturels

Plus en détail

Diabète, Prise en charge, traitement. ml raffin-sanson Ambroise Paré

Diabète, Prise en charge, traitement. ml raffin-sanson Ambroise Paré Diabète, Prise en charge, traitement ml raffin-sanson Ambroise Paré Une étudiante de 19 ans consulte pour asthénie et soif inhabituelle la réveillant 2 à 3 fois par nuit. Elle a perdu 8 kg en 4 mois environ.

Plus en détail

RÉGULATION de la GLYCÉMIE

RÉGULATION de la GLYCÉMIE Physiologie Moléculaire Cours06 02/04/08 FEUGEAS RÉGULATION de la GLYCÉMIE I. VALEURS USUELLES ET REGULATION PHYSIOLOGIQUE : A. Valeurs et variations usuelles : glycémie à jeun (sans apport alimentaire

Plus en détail

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse FEDERATION DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Protocole n 10 Validation avril 2011 Diabète gestationnel Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ C A H I E R S A N T É N 3 UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ Préface Le diabète est en augmentation

Plus en détail

Solutés de perfusion. IFSI Saint-Antoine. Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt

Solutés de perfusion. IFSI Saint-Antoine. Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt Solutés de perfusion IFSI Saint-Antoine Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt Troubles hydro-électrolytiques Déséquilibres acido-basiques États de choc Véhicules pour apports de médicaments Nutrition

Plus en détail

Les diabètes «atypiques»

Les diabètes «atypiques» 6 ème Congrès de la SMGT 13 décembre 2014 Les diabètes «atypiques» Emna Haouat Endocrinologue-AHU Institut National de Nutrition Introduction et intérêt du sujet Diabètes = états d hyperglycémie chronique

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

ANRS. Echelle ANRS de cotation de la gravité des événements indésirables chez l adulte. Version n 4 du 19 octobre 2000

ANRS. Echelle ANRS de cotation de la gravité des événements indésirables chez l adulte. Version n 4 du 19 octobre 2000 ANRS Version n 4 du 19 octobre 2000 Cette échelle de cotation constitue un guide de travail destiné à vous permettre de graduer plus facilement un symptôme observé et de ne pas omettre un événement indésirable

Plus en détail

Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique

Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique Juin 2010 P. GOSSELIN Normes des gaz du sang SIGNE VARIATIONS NORMALES INTERPRÉTATION phsanguin 7,35 7,45 < 7,35 (acidose) > 7, 45 (alcalose) phurinaire

Plus en détail

EVALUATION NORMATIVE S3

EVALUATION NORMATIVE S3 Date: dimanche 10 novembre 2013 Benjamin Beaugé PROCESSUS OBSTRUCTIF 2.8 EVALUATION NORMATIVE S3 Question 1: Expliquer le mécanisme physiopathologique de l embolie pulmonaire. /1 Question 2: Expliquer

Plus en détail

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES HTA ET MALADIES CARDIOVASCULAIRES

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES HTA ET MALADIES CARDIOVASCULAIRES L hypertension artérielle (HTA) est une élévation anormale de la pression artérielle au repos. Son origine est multifactorielle, faisant intervenir des facteurs individuels et des facteurs d environnement.

Plus en détail

Diabète Lipides Obésité Risques cardio-métaboliques Nutrition Guide pour la prise en charge du diabétique âgé 1ère édition Hors-série 1 Vol.

Diabète Lipides Obésité Risques cardio-métaboliques Nutrition Guide pour la prise en charge du diabétique âgé 1ère édition Hors-série 1 Vol. Diabète Lipides Obésité Risques cardio-métaboliques Nutrition Guide pour la prise en charge du diabétique âgé 1 ère édition 57892 Hors-série 1 Vol. 2 2008 Diabète Lipides Obésité Risques cardio-métaboliques

Plus en détail

Objectifs du contrôle de la glycémie et traitement non médicamenteux

Objectifs du contrôle de la glycémie et traitement non médicamenteux Objectifs du contrôle de la glycémie et traitement non médicamenteux Objectifs pour la plupart des patients Valeurs normales à envisager lorsqu elles peuvent être atteintes sans danger Examens diagnostics

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012 Présentation de cas clinique Agapitou Eleni 16.03.2012 Anamnèse Patiente de 87 ans, résidente en EMS. Anamnèse actuelle: Depuis 3 semaines: - BEG. -Douleurs abdominales diffuses. -Pas d état fébrile, elle

Plus en détail

Question 1 Le diagnostic proposé est celui d infection urinaire. Quels arguments tirés de l énoncé permettent

Question 1 Le diagnostic proposé est celui d infection urinaire. Quels arguments tirés de l énoncé permettent Énoncé D1-2007 Une femme de 68 ans, tabagique non sevrée, est hospitalisée pour altération de l état général. À l arrivée, la tension artérielle est à 140/80 mmhg, le pouls à 110/ min, elle a une polypnée

Plus en détail

PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE

PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE SERVICE D'ENDOCRINOLOGIE-NUTRITION DIABETOLOGIE ET MEDECINE INTERNE Unité d'education du Diabète Unité de soins : 03.82.55.89.35 Secrétariat : 03.82.55.89.22 FAX : 03.82.55.89.18 PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE

Plus en détail

LES URGENCES EN OPHTALMOLOGIE

LES URGENCES EN OPHTALMOLOGIE LES URGENCES EN OPHTALMOLOGIE DU de prise en charge des situations d urgences médico-chirurgicales Dr Guillaume LEROUX LES JARDINS Service d Ophtalmologie de Hôtel-Dieu, Paris Cabinet d ophtalmologie,

Plus en détail

La personne diabétique aux soins intensifs. Hélène gagné infirmière clinicienne Coordonatrice du programme diabète Hôpital Laval

La personne diabétique aux soins intensifs. Hélène gagné infirmière clinicienne Coordonatrice du programme diabète Hôpital Laval La personne diabétique aux soins intensifs Hélène gagné infirmière clinicienne Coordonatrice du programme diabète Hôpital Laval Études significatives DCCT et UKPDS études significatives ayant dicté les

Plus en détail

Surveillance de la Maladie de Gaucher

Surveillance de la Maladie de Gaucher Surveillance de la Maladie de Gaucher CETG 24 mars 2006 Christian LAVIGNE CHU Angers 1 Maladie de Gaucher Maladie rare traitement efficace, coûteux, astreignant prototype de thésaurismose curable incertitude

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 P A R T I E 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée

Plus en détail

Correction / Conférence Surrénales-Thyroïde

Correction / Conférence Surrénales-Thyroïde Correction / Conférence Surrénales-Thyroïde QCMs 1. abde 2. ab 3. bcde 4. cd 5. bc 6. acde 7. abcde 8. abce 9. abcd 10. ac 11. abce 12. ad 13. a 14. acd 15. bd 16. d 17. bcde 18. abcde 19. acd 20. b 21.

Plus en détail

Dossier. Question 1. Que répondez-vous à la question de ce patient? Question 2. Quelles complications éventuelles d un diabète recherchez-vous?

Dossier. Question 1. Que répondez-vous à la question de ce patient? Question 2. Quelles complications éventuelles d un diabète recherchez-vous? Dossier 1 M. R., 55 ans, fumeur, ne prenant aucun traitement jusqu à présent, vous consulte car le médecin du travail lui a découvert, ce matin même, une glycémie à jeun à 1,3 g/l (8 mmol/l). Il est inquiet

Plus en détail

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C. DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C. DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE Objectifs 1-Citer deux éléments qui peuvent interférer dans le dosage de la créatininémie

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue Définitions : - Insuffisance rénale (IR): atteinte de la fonction d épuration du rein s accompagnant de perturbations cliniques et biologiques caractéristiques - Caractérisée

Plus en détail

Classification des diabètes

Classification des diabètes Classification des diabètes Diabètes de type 1 et 2 Diabète gestationnel Autres types : Défauts génétiques de la cellule bêta (MODY) Défauts génétiques de l action de l insuline Affections du pancréas

Plus en détail

Mieux connaître le diabète pour mieux le prévenir. Wikimedia CC

Mieux connaître le diabète pour mieux le prévenir. Wikimedia CC 08/01/2009 - Par Léopoldine Lanfrey Diabète Maladie de plus en plus présente de part le monde, le diabète est souvent pris à la légère par la plupart des patients. Or elle peut conduire au coma, voire

Plus en détail

HYPERNATREMIE des sujets âgés Mécanismes, Prévention, Traitement

HYPERNATREMIE des sujets âgés Mécanismes, Prévention, Traitement HYPERNATREMIE des sujets âgés Mécanismes, Prévention, Traitement Pr Muriel Rainfray, Pôle de Gérontologie Clinique, CHU Bordeaux Cas clinique 1 Le contexte Mr A. 82 ans vit à son domicile avec son épouse.

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

Une consultation sur l hyperthyroïdie

Une consultation sur l hyperthyroïdie Enoncé Une consultation sur l hyperthyroïdie Vous recevez en consultation Mme X, 26 ans, jeune cadre dynamique qui vient d être embauchée dans une grande banque d affaires internationale. En effet, on

Plus en détail

Unité d enseignement 8 Circulation - Métabolismes.

Unité d enseignement 8 Circulation - Métabolismes. Unité d enseignement 8 Circulation - Métabolismes. MODULE 1: ECG (3 heures) N 235. Palpitations (CARDIO : Dr LEGALLOIS) - Chez un sujet se plaignant de palpitations, argumenter les principales hypothèses

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 novembre 2011. Motif de la demande : Inscription Sécurité Sociale et Collectivités.

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 novembre 2011. Motif de la demande : Inscription Sécurité Sociale et Collectivités. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 2 novembre 2011 GINKGO BIOGARAN 40 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP: 498 213-5) Boîte de 90 (CIP: 498 214-1) Laboratoire BIOGARAN Ginkgo biloba Code ATC : N06DX01

Plus en détail

B05 - CAT devant une artériopathie des membres in férieurs chez le diabétique

B05 - CAT devant une artériopathie des membres in férieurs chez le diabétique B05-1 B05 - CAT devant une artériopathie des membres in férieurs chez le diabétique 1. Données d u problème Le diabète est la première cause d amputation non accidentelle dont il multiplie le risque par

Plus en détail

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie Neuro-sémiologie G. Beauvalot NEUROPATHIES PERIPHERIQUES DIFFUSES Polynévrite et multinévrite La polynévrite alcoolique Terrain Physiopathologie Sémiologie Etiologies Neuro-sémiologie

Plus en détail

Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle)

Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle) Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle) Crée par - Pr Pierre HAUSFATER Relecture - Pr Jean CHASTRE - Pr Pierre HAUSFATER - Pr Olivier

Plus en détail

La Dégénérescence Maculaire liée à l âge

La Dégénérescence Maculaire liée à l âge La Dégénérescence Maculaire liée à l âge Laure Van Bol Florence Rasquin Service d ophtalmologie Hôpital Erasme Conflits d intérêt en rapport avec la présentation Honoraires de conférence: Néant Participation

Plus en détail

Cas clinique 1. Que faites-vous?

Cas clinique 1. Que faites-vous? Cas clinique 1 Madame G., âgé de 32 ans, institutrice, et 3e pare. Actuellement au terme de 20 semaines d'aménorrhée, elle consulte pour une fièvre isolée dépassant 38 avec frissons depuis trois jours.

Plus en détail

La déshydratation. Eau est indispensable à la vie, est le principal constituant de notre organisme

La déshydratation. Eau est indispensable à la vie, est le principal constituant de notre organisme La déshydratation 1. définition Perte excessive de la teneur en eau de l organisme Déficit du volume liquidien par déséquilibre du bilan hydrosodé 2. mécanismes et causes a. mécanisme Eau est indispensable

Plus en détail

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Qu est que c est? pourquoi? Évolution possible et risque? Ulcération chronique de la face plantaire des pieds - Apparait aux points d appuis

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 SOMMAIRE 1. Epidémiologie 1. Incidence du cancer bronchique 2. Mortalité liée au cancer bronchique 3. Facteurs de risque

Plus en détail

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire LA CHIMIE DE L EFFORT Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort Magnésium et effort musculaire A) Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort 1. L énergie de la contraction

Plus en détail

Physiologie / Régulation de la tension artérielle

Physiologie / Régulation de la tension artérielle Physiologie / Régulation de la tension artérielle Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Définitions Régime pulsatile Max: pression systolique :

Plus en détail

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N. Université Hadj Lakhdar Batna Faculté de médecine de Batna Laboratoire de physiologie La régulation de la glycémie Aspects pratiques TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.CHIBOUT Tache N 1 Quel est

Plus en détail

UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Rodriguez Maeva CH Angoulême. Aucun conflit d intérêt

UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Rodriguez Maeva CH Angoulême. Aucun conflit d intérêt UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Aucun conflit d intérêt Rodriguez Maeva CH Angoulême Mr B 31 ans Antécédents : AVP en 2014 dans un contexte d alcoolisation : plaies hépatique et

Plus en détail

Prise en charge des patients diabétiques Epidémio, complications chroniques

Prise en charge des patients diabétiques Epidémio, complications chroniques Prise en charge des patients diabétiques Epidémio, complications chroniques Définitions Glycémie à jeun normale : 0,80 à 1,10 g/l 1,10 g/l < Glycémie 1,26 g/l = Intolérance au glucose = seuil d augmentation

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF 17.10.08 Dr Frant Gérontologie LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF I)La bouche et l'oropharynx A)Les dents B)Les glandes salivaires C)La langue D)Les troubles de la déglutition II)L'oesophage III)L'estomac

Plus en détail

Prise en charge diagnostique des neuropathies périphériques (polyneuropathies et mononeuropathies multiples)

Prise en charge diagnostique des neuropathies périphériques (polyneuropathies et mononeuropathies multiples) SYNTHESE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Prise en charge diagnostique des neuropathies périphériques (polyneuropathies et mononeuropathies multiples) Mai 2007 OBJECTIF : L objectif général de ce travail

Plus en détail

2. Sémiologie vasculaire périphérique

2. Sémiologie vasculaire périphérique 1. Sémiologie générale 1 Etablir le contact avec le patient 2 Connaître le plan général d une observation médicale 3 Identifier le motif d hospitalisation 4 Recueil des antécédents personnels 5 Recueil

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail