Une photographie technico-économique de l apiculture française

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une photographie technico-économique de l apiculture française"

Transcription

1 Une photographie technico-économique de l apiculture française Dans le cadre d un mémoire de deuxième année, Stéphanie Passot, élève ingénieur de l INA Paris-Grignon, a réalisé, pour le CNDA, une enquête auprès de 47 exploitations apicoles. Ce stage a abouti à la rédaction d un rapport complet qui a servi de base à la synthèse que nous vous proposons ici. Nous tenons à remercier les apiculteurs volontaires qui ont accepté en pleine saison apicole de recevoir Stéphanie Passot et de livrer leurs références économiques pour l établissement de ce référentiel. Ils ont largement contribué au sérieux du travail réalisé pour le CNDA, à la demande des apiculteurs professionnels et des jeunes en quête d installation. Nous tenons également à préciser que nous n avons pas cherché à constituer un échantillon représentatif de la situation de l ensemble de l apiculture française. Nous connaissons malheureusement dans nos régions respectives beaucoup d exploitations qui sont bien loin d atteindre la moyenne et même le seuil des résultats exprimés ici. Nous ne pouvons continuer à ne compter que sur nous-mêmes, sur nos expériences individuelles. Les apiculteurs souffrent de cet isolement. Le CNDA a été créé pour apporter des outils et des solutions techniques. Nous faisons le pari que l apiculture deviendra un domaine de spécialistes qui méritent, au regard de leur compétence technique, la reconnaissance sociale et la réussite économique. Gérard SCHIRO Secrétaire du CNDA CNDA Résumé référentiel technico-économique 1/17

2 L objectif de ce stage était d établir, à l échelon national, les premières bases d un référentiel technico-économique. En effet, dans le cadre d'un programme de développement de la filière, il est important de disposer d'un diagnostic permettant de déterminer les facteurs clés intervenant sur les comptes de résultats des exploitations, et donc sur le revenu disponible des producteurs. Un des principaux critères de différenciation des exploitations apicoles repose sur le mode de commercialisation : vrac, demi-gros, détail, qui va orienter les investissements en travail et en équipement. Pour cette première étude, le choix a porté sur 47 exploitations réparties dans 10 régions et commercialisant majoritairement leur production en vrac. Les données ont été recueillies lors d entretiens individuels avec les apiculteurs réalisés de mai à septembre 2000 et concernent l année 1999, considérée comme une année difficile par les apiculteurs. Cet article est une synthèse du document réalisé par Stéphanie Passot. Il permet d avoir une vision précise des données technico-économiques de la production apicole et chaque producteur peut faire une comparaison avec son propre système d'exploitation. Cette étude sera complétée ultérieurement par les autres types d exploitations apicoles et dans la mesure du possible, en poursuivant le suivi des exploitations enquêtées en I. LA MÉTHODOLOGIE UTILISÉE Le profil des apiculteurs rencontrés Dans le cadre de cette étude, toutes les exploitations enquêtées vendent leur production majoritairement en vrac (plus de 70 %) et sont donc homogènes de ce point de vue. Les exploitations ont été enquêtées sur la base du volontariat : à ce titre, on ne peut pas affirmer que les résultats sont représentatifs de l ensemble des exploitations commercialisant leur production en vrac. On peut supposer que parmi les exploitations enquêtées ne figurent pas beaucoup d exploitations en difficulté. Les résultats présentés ici concernent 47 exploitations, possédant plus de 200 ruches (seuil nécessaire à l obtention de la demi-smi, permettant l installation en tant qu apiculteur à titre principal). La répartition géographique des exploitations Les exploitations enquêtées se répartissent comme suit : Rhône-Alpes : 6 Midi-Pyrénées : 4 Languedoc Roussillon : 12 Provence Alpes Côte d Azur : 4 CNDA Résumé référentiel technico-économique 2/17

3 Limousin : 4 Pays-de-Loire-Poitou-Charente : 7 Centre : 3 Champagne : 3 Ile-de-France : 2 Franche-Comté : 1 Aquitaine : 1 Les enquêtes ont été réalisées à partir : d un fichier Excel mis au point par l ADAPI (Association de développement de l apiculture provençale) et finalisé par l ADARA (Association de développement de l apiculture rhonalpine). Ce fichier se présente comme un plan comptable agricole adapté à l activité apicole et se compose de : l inventaire (cheptel, produits stocks), les produits (vente de miel, d animaux, autres ventes et produits exceptionnels), les charges (approvisionnements, carburant, entretien, assurances, services extérieurs, impôts et taxes, personnel, dotation aux amortissements, charges financières ), le solde intermédiaire de gestion, le bilan, le tableau des amortissements (le calcul a été réalisé sur la même base pour toutes les exploitations), et de tableaux analytiques, élaborés à partir des saisies : analyses technico-économique financière, coût de revient d un kilo de miel. d un questionnaire complémentaire concernant l exploitation et son milieu, les critères techniques de production, les projets de l apiculteur. II. DES RÉSULTATS TRÈS VARIABLES II.1 La structure des exploitations et les résultats techniques Origines socio-économiques des apiculteurs Elles sont variées. La moitié des apiculteurs interrogés sont issus du milieu agricole. Ils ont repris une exploitation apicole ou ont créé un atelier apicole sur l exploitation agricole. Parmi les apiculteurs issus d un autre milieu, les origines sont très diverses. Le plus souvent ils ont opté pour l apiculture, car cette activité leur permet de conjuguer indépendance et travail à l extérieur. Ancienneté des exploitations enquêtées Les exploitations ont été créées en moyenne depuis 14 ans. Parmi elles, 15 exploitations ont moins de 10 ans et 32 ont plus de 10 ans. En apiculture, 10 ans est la période, généralement considérée comme un palier, à partir de laquelle l exploitation atteint son «rythme de croisière». CNDA Résumé référentiel technico-économique 3/17

4 Structure des exploitations 6 % des exploitations sont en GAEC. Types de miels produits Sur l ensemble des exploitations enquêtées, les miels de grandes cultures représentent 48 % de la production totale, les miels de crû 37 % et les miels toutes fleurs 15 %. Dans cette étude, les miels de grandes cultures comprennent les miels produits sur tournesol, colza et luzerne. Les miels de crû sont les miels de lavande, les miellats (forêt, metcalfa), les miels monofloraux non récoltés sur les grandes cultures (acacia, châtaignier, tilleul, romarin) ainsi que certains miels polyfloraux de montagne et haute montagne. Les miels toutes fleurs regroupent les miels polyfloraux qui ne rentrent pas dans les miels de crû. Typologie des exploitations Pour l exploitation des résultats, quatre groupes ont été définis en fonction des types de miels produits sur l exploitation : Groupe 1 : exploitations produisant à plus de 70% des miels de grandes cultures (52% de l échantillon enquêté). Groupe 2 : exploitations produisant à plus de 70% des miels de crû (34% de l échantillon enquêté). Groupe 3 : exploitations produisant à 50% des miels de crû et de grandes cultures (10% de l échantillon enquêté). Groupe 4 : exploitations produisant à plus de 70% des miels toutes fleurs (4% de l échantillon enquêté). Les groupes 3 et 4 contiennent peu d exploitations (respectivement 4 et 2). Par conséquent, les résultats donnés par la suite pour ces deux groupes sont à regarder avec prudence, car ils sont peu significatifs. Nombre d UTH moyen Le nombre moyen est de 1,4 UTH par exploitation, dont 1,3 UTH familiale (un apiculteur à titre principal est considéré comme 1 UTH). Dans l échantillon enquêté, 78 % des exploitations emploient moins de 2 UTH. Nombre moyen de colonies par exploitation Le nombre moyen de colonies est de 629 par exploitation. Sur les exploitations enquêtées, il varie de 223 à 1800 colonies. Nombre moyen de colonies par UTH Les deux résultats précédents donnent une moyenne de 429 colonies par UTH. Logiquement, les exploitations produisant majoritairement du miel de cultures ont, en moyenne, un cheptel plus important et un nombre de ruches par UTH plus élevé. CNDA Résumé référentiel technico-économique 4/17

5 Groupe 1 (miel de cultures) Groupe 2 (miel de crû) Nbre colonie/uth Nbre moyen de colonie Les techniques apicoles - Races d abeilles utilisées La race d une colonie d abeilles est déterminée par la race de la reine et la race des mâles fécondants. 34 % des exploitations travaillent majoritairement avec l abeille noire ou plutôt l abeille commune, et 53 % des exploitations avec des hybrides à plus de 80 %. 90 % des exploitations travaillant avec des hybrides utilisent la Caucasienne combinée à d autres races. Les moyennes de production par ruche ne diffèrent pas d une race à l autre, comme le montre le tableau ci-dessous. Groupe 1 (miel de cultures) Groupe 2 (miel de crû) Abeille noire hybride noire hybride Production (kg/colonie) Renouvellement des reines Le taux de renouvellement des reines est représenté par le nombre de reines de l année divisé par le nombre de colonies en fin d année. Ce renouvellement permet d avoir en permanence des reines jeunes à la ponte plus régulière et plus abondante, ce qui dynamise la colonie et accroît la production de miel. Le taux moyen de renouvellement est de 39 %. 43 % des exploitations ont un taux supérieur à 40 %, ce qui est très élevé. Actuellement, la durée de vie des reines est de l ordre de 3 ans, contre 3 à 5 ans, il y a une dizaine d années. Deux facteurs peuvent expliquer cette situation : une conduite intensive des reines et un environnement hostile avec une pression accrue des produits phytosanitaires et du Varroa. Abeille noire Abeille hybride Taux de renouvellement (%) Ce renouvellement est plus important pour les exploitations travaillant avec l abeille hybride. Ceci s explique par la nécessité de contrôler rigoureusement les fécondations afin d éviter la dérive génétique. - Pertes hivernales Les situations sont très variées et il est très difficile de dégager des lignes directrices. Néanmoins, 34% des exploitations ont des pertes en hivernage supérieures à 20%. Globalement, il semble que les apiculteurs aient vu leurs pertes hivernales augmenter significativement depuis 20 ans (une enquête CNDA Résumé référentiel technico-économique 5/17

6 effectuée par l ADAPI 1 dans la région méditerranéenne en 1982 donnait un taux moyen de 12 %). Ces pertes sont attribuées à de multiples facteurs auxquels sont confrontés les apiculteurs : - les intoxications phytosanitaires qui, lorsqu elles ne sont pas brutales et aiguës, affaiblissent les colonies ; - la varroase et les pathologies associées. Moyenne 1 (cultures) Groupes 2 3 (crû) (50% crû-cult) 4 Abeille (ttes fleurs) Hybride Noire Pertes hivernales (%) 15 14,5 12,7 24, ,4 15,1 - Distance annuelle parcourue La moyenne de kilomètres parcourus est de km par UTH. La distance totale parcourue est assez similaire entre les exploitations produisant du miel de culture et les exploitations produisant du miel de crû. Ramené à la colonie, l écart est plus important. La majeure partie des exploitations enquêtées transhument mais logiquement les exploitations du groupe 2 (miel de crû) présentent un nombre de km parcourus par ruche supérieur à la moyenne, du fait de transhumances plus systématiques et sur des miellées souvent plus lointaines. Groupes Moyenne (cultures) (crû) (50% crû-cult) Distance par colonie (km) (ttes fleurs) - Production moyenne de miel par ruche En moyenne (et pour l année de référence), les ruches ont produit 34,6 kg de miel par an. Les résultats sont très hétérogènes, ils varient de 15 kg/an (exploitation tournée vers le miel de crû) à 64 kg/an (exploitation tournée vers le miel de grandes cultures). Moyenne Groupes (cultures) (crû) (50% crû-cult) (ttes fleurs) Rendement par colonie (kg) 34,6 39,1 29,7 29,2 24 En conclusion de cette partie, les résultats techniques en fonction de l ancienneté des colonies et du type de production des exploitations se présentent comme suit : 1 JOURDAN P., L apiculture méditerranéenne, une profession agricole dynamique. CNDA Résumé référentiel technico-économique 6/17

7 Groupe 1 Groupe 2 Ensemble des exploitations (miel de cultures) (miel de crû) Anncienneté des 10 ans > 10 ans Moyenne 10 ans > 10 ans Moyenne 10 ans > 10 ans Moyenne exploitations Nbre colonie/uth Prod miel/colonie (kg) Km parcouru/uth Km parcouru/col Km parcouru/kg miel 1,4 1,3 1,3 2,8 1,7 2, ,7 II-2 Les résultats économiques Les produits d exploitation Le chiffre d affaire moyen obtenu est de F par exploitation. Ramené à l UTH familiale, on obtient un chiffre d affaire moyen de F. La vente de miel représente en moyenne 78 % du chiffre d affaires des exploitations. Pour 47 % des exploitations, la part de la vente du miel dépasse 80 %. Les 22 % restants sont réalisés avec l activité de pollinisation, la vente d essaims et de reines. 47 % des exploitations pratiquent la pollinisation de manière régulière et 42 % vendent des animaux. Vente d'animaux 4% Pollinisation 10% Autres ventes 4% Exceptionnel 4% Vente de miel 78% Décomposition du chiffre d'affaires des exploitations apicoles Si l on regarde le chiffre d affaires des exploitations en fonction de l âge de l exploitation et du type de miel produit, on obtient les résultats suivants : Ancienneté exploitations Age exploitations Groupe 1 (miel de cultures) Groupe 2 (miel de crû) Ensemble des exploitations CNDA Résumé référentiel technico-économique 7/17

8 10 ans > 10 ans Moyenne 10 ans > 10 ans Moyenne 10 ans > 10 ans Moyenne CA/colonie (F) CA/UTHf (F) Les exploitations produisant principalement des miels de crû dégagent un chiffre d affaires à la ruche plus élevé. Ramené à l UTH familiale, on obtient la situation inverse (le nombre de ruches gérées par UTH est plus important pour les exploitations produisant des miels de cultures que dans le groupe des miels de crû). Les exploitations de plus de 10 ans ont un chiffre d affaires supérieur aux jeunes exploitations. Nous avons séparé les exploitations dont le chiffre d affaires est réalisé à plus de 80% par la vente de miel et celles qui présentent une activité annexe (pollinisation, vente d essaims, de reines ) représentant plus de 20% du chiffre d affaire. Le chiffre d affaires moyen des exploitations possédant une activité annexe se révèle plus élevé, cette activité annexe garantissant chaque année une part de revenu fixe. Les différences entre exploitations produisant du miel de crû et de grandes cultures s accentuent pour les exploitations ne vendant que du miel. Activité principale : vente de miel Activités annexes Groupe1 Groupe 2 Groupe 3 Groupe 4 Moyenne Groupe1 Groupe 2 Groupe 3 Moyenne (culture) (crû) (50-50) (ttes fleurs) (culture) (crû) (50-50) CA/colonie (F) CA/UTHf (F) Le prix de vente moyen du miel Le prix moyen de vente du kg de miel varie en fonction du type de miel produit sur l exploitation. Il est obtenu en divisant le chiffre d affaire de la vente de miel par la quantité de miel vendue. La moyenne de l échantillon est de 16,30 F/kg. Type de miel Prix (F/kg) Colza Tournesol Toutes fleurs Arbousier 16 Miellat (23) Garrigue Bruyère Erica Tilleul 19 (25) Châtaignier (23) CNDA Résumé référentiel technico-économique 8/17

9 Montagne Haute montagne Thym 23 Romarin 25 Acacia Lavande Sapin Callune Prix de vente en F par kg des différents type de miels. Les prix entre parenthèses correspondent à des miels produits selon le cahier des charges AB. Les charges d exploitation Les principaux postes pour les charges sont les achats, les services extérieurs, les charges de personnel et les amortissements. Décomposition des charges d'une exploitation apicole Charges financières Exceptionnelle 1% Approvisionnement 20% 3% Dotation aux amortissements 22% Achat d'animaux 4% Carburant 8% Personnel Entretien 18% Taxes 1% Services 10% 6% Assurances 7% La répartition des charges ne varie pas beaucoup en fonction des critères de différenciation utilisés précédemment : type de miel produit, âge de l exploitation Les charges totales La moyenne des charges de l échantillon est de F. 58 % des exploitations présentent des charges inférieures à F. Les charges par colonie Moyenne Groupes (cultures) (crû) (50% crû-cult) (ttes fleurs) Charges par colonie (F) CNDA Résumé référentiel technico-économique 9/17

10 Pour 62% des exploitations, les charges par colonie sont comprises entre 200 et 400 F. Les résultats sont beaucoup plus regroupés que pour les produits par colonie. Si l on regarde les résultats en fonction des types d activité, on note des différences. Activité principale : vente de miel Activités annexes Charges par colonie (F) Groupe1 Groupe 2 Groupe 3 Groupe 4 Moyenne Groupe1 Groupe 2 Groupe 3 Moyenne (culture) (crû) (50-50) (ttes fleurs) (culture) (crû) (50-50) Les exploitations tournées vers la vente de miel (plus de 80 % du chiffre d affaire) ont des charges par colonie plus faibles de 101 F (soit un écart de 24%). En effet, les activités annexes engendrent des frais complémentaires. Dans ce groupe, les exploitations produisant des miels de crû présentent le montant le plus élevé. Pour les autres exploitations, aucune différence n apparaît selon le type de miel produit. Décomposition des charges Les charges d approvisionnement comprennent : les produits de nourrissement, les matériaux divers, les produits vétérinaires, l eau, le gaz et l électricité, les emballages, le combustible, le bois, les autres fournitures, la cire, le petit équipement. Les services extérieurs regroupent : les charges locatives (emplacements des ruchers, des bâtiments, de matériel), la formation, les frais de gestion et autres honoraires, les frais de déplacements et de transports, le téléphone, les frais d expédition, les cotisations professionnelles, les travaux effectués par des tiers (gaufrage de la cire ). Les charges de personnel englobent les salaires du personnel temporaire et permanent, les charges sociales salariales et les cotisations MSA (Mutuelle Sociale Agricole) de l apiculteur. CNDA Résumé référentiel technico-économique 10/17

11 Les amortissements s appliquent au matériel de transport, de miellerie et aux bâtiments. Les charges d impôts et taxes regroupent les vignettes des véhicules, la taxe ANDA pour le développement agricole et les autres taxes. Le tableau suivant récapitule l ensemble des charges suivant le type d activité et les différents types d exploitation. CNDA Résumé référentiel technico-économique 11/17

12 Groupes Activité principale : Activités annexes vente de miel Moyenne 1 (cultures) 2 (crû) 3 (50% crû-cult) 4 (ttes fleurs) Miel de cultures Miels de crû Miel de cultures Miels de crû Approvisionnement 65,6 F 63,4 F 70,8 F 55 F 81,1 F 60,5 F 74,3 F 66,7 F 64,5 F Dont Nourrissement 16,6 F 15,9 F 17,5 F 9,8 F 34 F 13 F 21 F 18,9 F 11,1 F Vétérinaire 3,4 F 3,6 F 3 F 1,7 F 7,1 F 4,7 F 2,7 F 2,4 F 3,4 F Eau, gaz 7,2 F 8,3 F 5,6 F 5,9 F 7,8 F 6,7 F 7 F 10 F 3,1 F Petit équipement 27 F Emballage 6,4 F Bois 4,9 F Carburant 28,6 F 27 F 30,5 F 32,8 F 18,4 F 21,9 F 32,1 F 32,7 F 27,6 F Achat d animaux 13,5 F 14,4 F 13,9 F 14 F 0 F 8,4 F 8,8 F 20,9 F 21,4 F Entretien 21,5 F 23,1 F 22 F 15,9 F 10,6 F 16,5 F 22,3 F 30,2 F 21,5 F Dont Véhicule 17 F 19,1 F 15,9 F ,2 F 19,4 F 29,5 F 9,8 F Matériel 3,1 F 2,9 F 3,9 F - - 3,8 F - 1,4 F 10,8 F Bâtiment 0,6 F 0,4 F 0,9 F ,5 F 1,1 F - Assurances 26,2 F 25,8 F 25,7 F 30,3 F 25,9 F 25,3 F 24,6 F 26,4 F 27,6 F Dont Véhicule 10,4 F Bâtiment 5,9 F Ruches 2,6 F Accident 7,7 F Services extérieurs 37,3 F 32,9 F 51,9 F 29,8 F - 23,4 F 40,7 F 43,3 F 72,1 F Personnel 65 F 79,2 F 50,4 F 46,6 F 21,1 F 88,8 F 40,7 F 68,8 F 67,9 F Amortissement 84,1 F 86,6 F 79,6 F 100,7 F 52,4 F 83,2 F 89,3 F 90,3 F 61,5 F Dont Véhicule 46,5 F 40,3 F 58,8 F 57,4 F 16,2 F 29 F 68,9 F 52,6 F 40,5 F Matériel 17,3 F 21,3 F 12,1 F 10,5 F 17,3 F 25,8 F 13,7 F 16,5 F 9,2 F Bâtiment 18,1 F 22,9 F 7,9 F 23 F 19 F 25,6 F 5,7 F 20,1 F 11,8 F CNDA Résumé référentiel technico-économique 12/17

13 Impôts et taxes Charges financières 5,3 F 11,3 F 9,5 F 13,1 F 21,7 F 0 F 5,6 F 9,3 F 13,7 F 20 F TOTAL 363 F 377 F 366 F 358 F 216 F 341 F 350 F 409 F 395 F CNDA Résumé référentiel technico-économique 13/17

14 Globalement, les charges reposant sur une ruche sont en moyenne de 350 à 400 F selon le type de commercialisation choisi. Les résultats obtenus sont donc relativement homogènes. Par contre, chacun des postes composant ce résultat varie parfois de manière importante selon le type de production et d activité choisis. Le résultat net d exploitation Ancienneté des exploitations Bénéfice agricole/colonie (F) Bénéfice agricole/uthf (F) Groupe 1 (miel de cultures) Groupe 2 (miel de crû) Ensemble des exploitations 10 ans > 10 ans Moyenne 10 ans > 10 ans Moyenne 10 ans > 10 ans Moyenne Si on analyse par colonie, les résultats obtenus pour les exploitations récentes ne sont pas différents des exploitations plus anciennes. Par contre, les différences apparaissent au niveau du bénéfice par UTH, les exploitations installées depuis plus de 10 ans, dégageant en moyenne un revenu supérieur de 25 % par rapport aux exploitations plus récentes. Les exploitations produisant majoritairement des miels de crû dégagent un revenu supérieur à celles centrées sur le miel de cultures. Cette différence est très élevée pour les bénéfices par colonie (415 F contre 264 F). Par contre, elle est largement atténuée pour les revenus par UTH( F contre F). Activité principale : vente de miel Activités annexes Bénéfice agricole/colonie (F) Bénéfice agricole/uthf (F) Groupe1 Groupe 2 Groupe 3 Groupe 4 Moyenne Groupe1 Groupe 2 Groupe 3 Moyenne (culture) (crû) (50-50) (ttes fleurs) (culture) (crû) (50-50) Le revenu moyen de l échantillon enquêté s élève donc pour 1999 à F par UTH familiale. Le fait d associer la production de miel à une activité annexe (pollinisation, vente d essaims ) s avère en moyenne plus rémunérateur. Cependant, la variabilité entre exploitation est très importante et il est difficile d en tirer un principe général. Il est important également de rappeler que l UTH familiale est une notion assez imprécise en terme de temps de travail. CNDA Résumé référentiel technico-économique 14/17

15 La distribution des exploitations en fonction de la marge par colonie et par UTHf est la suivante : Répartition du bénéfice par colonie Répartition du bénéfice par UTH familiale Effectif d'exploitations < Bénéfice en F par colonie Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3 Groupe 4 Total Effectif d'exploitations < Bénéfice en kf par UTH familiale > 400 Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3 Groupe 4 Total Le revenu net par UTH sert à assurer l autofinancement des nouveaux investissements. Par conséquent, cette somme ne correspond pas exactement au revenu disponible pour l apiculteur. De même, on ne peut pas, à partir de ce résultat net par UTH, en déduire un «salaire net horaire», compte tenu de l absence d enregistrement du temps de travail. Coût de revient d un kilogramme de miel Ce coût de revient est obtenu en divisant le total des charges par le nombre de kilogrammes de miel produit en En l absence de comptabilité analytique, la valeur obtenue est corrigée en fonction du pourcentage de la vente de miel dans le chiffre d affaires. Le prix de revient varie de 2,3 F à 13,4 F. En moyenne, il s élève à 8,6 F. Groupe 1 (miel de cultures) Groupe 2 (miel de crû) Ensemble des exploitations Age exploitations 10 ans > 10 ans Moyenne 10 ans > 10 ans Moyenne 10 ans > 10 ans Moyenne Prix de revient (F) 8,6 6,9 7,5 9,8 10,7 10,4 9,1 8,4 8,6 Les exploitations plus récentes ont un prix de revient légèrement supérieur aux exploitations plus anciennes. Logiquement, l écart est plus important entre les exploitations produisant du miel de crû et celles produisant du miel de cultures à l avantage de ces dernières. CNDA Résumé référentiel technico-économique 15/17

16 Activité principale : vente de miel Activités annexes Groupe1 Groupe 2 Groupe 3 Groupe 4 Moyenne Groupe1 Groupe 2 Groupe 3 Moyenne (culture) (crû) (50-50) (ttes fleurs) (culture) (crû) (50-50) Prix de revient (F) 7,3 9,8 8,4 8,8 8,4 7,8 11,4 9,8 9,0 CNDA Résumé référentiel technico-économique 16/17

17 III- EN CONCLUSION Les données disponibles avant la réalisation de cette enquête étaient anciennes et souvent fragmentaires. Cette étude a permis de faire un point plus exhaustif sur la situation des exploitations apicoles. Si l on rapproche ces résultats avec ceux de l audit GEM réalisé en 1997, on constate que les résultats globaux sont assez semblables en ce qui concerne les coûts de production par ruche et les productions moyennes par ruche. Audit GEM (1997) Enquête CNDA (2000) Exploitation de plus de 150 ruches Coût de production par ruche (pour les exploitations de plus de 150 ruches) Prix de vente/kg de miel non précisé 16,3 Production moyenne/ruche 31,5 34,6 Revenu disponible par UTH non précisé Les résultats ont été obtenus sur l analyse d une seule année de production. Or les apiculteurs sont confrontés aux aléas climatiques qui induisent une grande variabilité dans la production de miel et donc des résultats économiques. Il serait nécessaire de poursuivre l enquête sur plusieurs années. Le CNDA compte poursuivre ce travail. CNDA Résumé référentiel technico-économique 17/17

Présentation du réseau COLOSS

Présentation du réseau COLOSS Résultats de l enquête COLOSS 2012 Céline Holzmann 1, Julien Vallon 1, Pascal Jourdan 1 ( 1 ITSAP-Institut de l abeille) Depuis maintenant cinq ans, l ITSAP-Institut de l abeille quantifie les pertes hivernales

Plus en détail

Voici donc un exemple expliquant notre méthode de calcul.

Voici donc un exemple expliquant notre méthode de calcul. Rubriques du conseiller provincial en apiculture Printemps 2013 Bonjour à vous tous et bon début de saison 2013. Au cours des lignes qui suivent, nous vous présenterons certains résultats de notre enquête

Plus en détail

Article BTA Région Languedoc Roussillon

Article BTA Région Languedoc Roussillon Article BTA Région Languedoc Roussillon 1. Situation géographique et systèmes agro-pédo-climatiques Le Languedoc-Roussillon compte environ 2,295 millions d'habitants, pour une superficie de 27376km². Il

Plus en détail

Enquête COLOSS sur les pertes et la survie hivernale des colonies d abeilles au cours de l hiver 2014/2015

Enquête COLOSS sur les pertes et la survie hivernale des colonies d abeilles au cours de l hiver 2014/2015 L ITSAP-Institut de l abeille poursuit auprès des apiculteurs français son enquête sur les pertes hivernales de d abeilles lancée en 2008. Cette année, nous reprenons le format de l enquête coordonnée

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE APICULTURE

GUIDE PRATIQUE APICULTURE ID-SC-195- GUIDE PRATIQUE APICULTURE 16.06.2011 GUIDE PRATIQUE APICULTURE RÉFÉRENCES RÈGLEMENTAIRES : Règles communes sur la production animale : Art.14 du RCE 834/2007 Conversion = art. 38 RCE 889/2008

Plus en détail

Présentation filière apicole en Rhône-Alpes. Signature CROF apicole Septembre 2012

Présentation filière apicole en Rhône-Alpes. Signature CROF apicole Septembre 2012 Présentation filière apicole en Rhône-Alpes Signature CROF apicole Septembre 2012 La filière apicole régionale Rhône-Alpes, en position de leader 15,3 % des apiculteurs de France 12,7 % des ruches de France

Plus en détail

2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 Année

2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 Année Pourcentage de mortalité ENQUÊTE SUR LA MORTALITÉ HIVERNALE DES COLONIES D ABEILLES HIVER 2013-2014 Contexte Bien qu elle varie selon les années, la mortalité hivernale des colonies d abeilles demeure,

Plus en détail

FIDA FONDS INTERNATIONAL DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE. Conseil d administration - Soixante-septième session Rome, 8-9 septembre 1999

FIDA FONDS INTERNATIONAL DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE. Conseil d administration - Soixante-septième session Rome, 8-9 septembre 1999 Distribution: Restreinte EB 99/67/R.21 28 juillet 1999 Original: Anglais Point 10 b) de l ordre du jour Français FIDA Conseil d administration - Soixante-septième session Rome, 8-9 septembre 1999 RAPPORT

Plus en détail

BILAN DE L ENQUETE REGIONALE «Pertes hivernales 2010-2011 en Alsace»

BILAN DE L ENQUETE REGIONALE «Pertes hivernales 2010-2011 en Alsace» BILAN DE L ENQUETE REGIONALE «Pertes hivernales 2010-2011 en Alsace» Après des années difficiles, la situation du cheptel apicole s est nettement améliorée en 2011 : dans leur majorité, les ruchers ont

Plus en détail

46 ans d apiculture. 1) Présentation :

46 ans d apiculture. 1) Présentation : 46 ans d apiculture 1) Présentation : - Je m appelle Louis Lanthéaume, je suis apiculteur retraité depuis 1 an, nous exploitions 500 ruches à St Paulien en Haute-Loire avec Marie- Hélène, mon épouse, qui

Plus en détail

Rucher Ecole Domaine de Blonay

Rucher Ecole Domaine de Blonay Rucher Ecole Domaine de Blonay Jean-Luc Rodriguez MEMENTO DES REGLEMENTATIONS EN APICULTURE Les réglementations quant aux droits et devoirs des apiculteurs amateurs ou professionnels ne sont pas toujours

Plus en détail

Décomposition du prix du kilogramme de viande bovine. Méthode comptabilité analytique Répartition des coûts par poste de dépenses

Décomposition du prix du kilogramme de viande bovine. Méthode comptabilité analytique Répartition des coûts par poste de dépenses Décomposition du prix du kilogramme de viande bovine Méthode comptabilité analytique Répartition des coûts par poste de dépenses Analyse de filière courte viande bovine à Brin de Campagne Document réalisé

Plus en détail

La pollinisation. Nom des intervenants. Frank ALETRU GIE ELEVAGE SECTION APICOLE. www.sauvonslesabeilles.com

La pollinisation. Nom des intervenants. Frank ALETRU GIE ELEVAGE SECTION APICOLE. www.sauvonslesabeilles.com La pollinisation www.sauvonslesabeilles.com Nom des intervenants Frank ALETRU GIE ELEVAGE SECTION APICOLE Sommaire I. Le processus de la pollinisation II. Les acteurs III. Impact agro-économique de la

Plus en détail

CONCOURS DES MIELS DU SUD-OUEST 2014

CONCOURS DES MIELS DU SUD-OUEST 2014 CONCOURS DES MIELS DU SUD-OUEST 2014 1. Le Concours 2014 Le jeudi 4 décembre 2014, l Association de Développement de l Apiculture en Aquitaine (ADAAQ) et l Association de Développement de l Apiculture

Plus en détail

CIRCULAIRE DGPAAT/SDPM/C2012-3073 Date: 04 septembre 2012

CIRCULAIRE DGPAAT/SDPM/C2012-3073 Date: 04 septembre 2012 MINISTERE DE L'AGRICULTURE, DE L'AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORET Direction Générale des Politiques Agricole, Agroalimentaire et des Territoires Sous-direction des produits et des marchés Bureau des viandes

Plus en détail

PLAN DE FINANCEMENT. ECART = Total Ressources - Total Besoins 0 0 0 0 TOTAL DES RESSOURCES 0 0 0 0 CAF

PLAN DE FINANCEMENT. ECART = Total Ressources - Total Besoins 0 0 0 0 TOTAL DES RESSOURCES 0 0 0 0 CAF PLAN DE FINANCEMENT BESOINS (durables) DEBUT ACTIVITE 1ère ANNEE 2ème ANNEE 3ème ANNEE IMMOBILISATIONS INCORPORELLES Frais d'immatriculation Frais honoraires Brevets Licences Logiciels Droit au Bail Achat

Plus en détail

API : amélioration du potentiel pollinisateur des abeilles

API : amélioration du potentiel pollinisateur des abeilles API : amélioration du potentiel pollinisateur des abeilles Version du 16 mars 2015 Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementaux et climatiques 1. Description du type d opération

Plus en détail

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Apiculture Section 13,2 - Admissibilité

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Apiculture Section 13,2 - Admissibilité Section 13,2 - Admissibilité Page 1 Les normes générales à toutes les protections d assurance concernant l application des normes d admissibilité se retrouvent à la procédure générale. Cependant, les normes

Plus en détail

Pourquoi un guide de bonnes pratiques? L ESSENTIEL DU PROGRAMME EUROPÉEN MIEL BELGIQUE-BELGIË P.P. 7 1245 1348 LOUVAIN-LA-N

Pourquoi un guide de bonnes pratiques? L ESSENTIEL DU PROGRAMME EUROPÉEN MIEL BELGIQUE-BELGIË P.P. 7 1245 1348 LOUVAIN-LA-N BELGIQUE-BELGIË 1348 LOUVAIN-LA-N P.P. 7 1245 L ESSENTIEL DU PROGRAMME EUROPÉEN MIEL Ed. resp. : E. Bruneau / CARI / Place Croix du Sud 4 / 1348 Louvain-la-Neuve Pourquoi un guide de bonnes pratiques?

Plus en détail

ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE

ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE 26 LES SOURCES L enquête annuelle d entreprise (EAE) L enquête annuelle d entreprise (EAE) est élaborée dans le cadre du règlement européen n 58 / 97 du Conseil du 20 décembre 1996

Plus en détail

ANNEXE N 7 ATTESTATION D ORIGINE DU CHEPTEL. (à remplir par le fournisseur et à joindre obligatoirement à la demande d'aide accompagné des devis)

ANNEXE N 7 ATTESTATION D ORIGINE DU CHEPTEL. (à remplir par le fournisseur et à joindre obligatoirement à la demande d'aide accompagné des devis) ANNEXE N 7 MINISTERE DE L'AGRICULTURE, ET DE LA PECHE Programme communautaire d'amélioration de la production et de la commercialisation des produits de l apiculture ATTESTATION D ORIGINE DU CHEPTEL Programme

Plus en détail

Table des matières. Table des matières... 1

Table des matières. Table des matières... 1 Table des matières Table des matières... 1 Contexte... 3 Méthodologie : une enquête détaillée au niveau du rucher... 5 Méthodologie d enquête... 5 Un questionnaire complet... 5 Taux de pertes hivernales

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL Faits et chiffres de l aviculture CH 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

L application d acide formique par la méthode flash

L application d acide formique par la méthode flash TITRE DE LA PRÉSENTATION : L application d acide formique par la méthode flash AUTEUR : Jean-Pierre Chapleau, Ba.L. Apiculteur et éleveur de reines Les Reines Chapleau inc., Saint-Adrien On appelle «flash»

Plus en détail

10e séminaire technique. 24 et 25 novembre 2011 Saint-Martin de Londres (Hérault)

10e séminaire technique. 24 et 25 novembre 2011 Saint-Martin de Londres (Hérault) 10e séminaire technique 24 et 25 novembre 2011 Saint-Martin de Londres (Hérault) Pratiques professionnelles et actualités scientifiques apicoles Regards Partagés Les intervenants ADA FC : JB Malraux ITSAP

Plus en détail

32 Coûts fixes, coûts variables

32 Coûts fixes, coûts variables cterrier.com 1/14 24/09/2012 32 Coûts fixes, coûts variables Variabilité des charges cterrier cterrier.com 2/14 24/09/2012 32 Coût fixes, coûts variables Concepts clés Définitions Charges fixes : charges

Plus en détail

Les abeilles à Bruxelles Défis et opportunités

Les abeilles à Bruxelles Défis et opportunités Les abeilles à Bruxelles Défis et opportunités Présentation en vidéo-conférence Mois de l abeille urbaine à Montréal Marc Wollast marc.wollast@apisbruocsella.be www.apisbruocsella.be Apis Bruoc Sella Bruxelles

Plus en détail

Maîtriser vos coûts pour mieux calculer vos prix

Maîtriser vos coûts pour mieux calculer vos prix Maîtriser vos coûts pour mieux calculer vos prix Centre de Gestion Agréé de la Martinique Séminaire du 22 juin 2010 Intervenante : Marie CONSTANT 1 ère partie Calculer son Coût de revient Plan Pourquoi

Plus en détail

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de Termes de référence pour l évaluation et la capitalisation du projet PMF-FEM Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de l'abeille jaune par l'introduction de ruches peuplées

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE A L USAGE DES APICULTEURS

NOTICE EXPLICATIVE A L USAGE DES APICULTEURS NOTICE EXPLICATIVE A L USAGE DES APICULTEURS PROGRAMME APICOLE 2011 / 2012 (du 1 er septembre 2011 au 31 août 2012) Le programme communautaire relatif à l amélioration des conditions de la production et

Plus en détail

COMMENT REMPLIR CE FORMULAIRE

COMMENT REMPLIR CE FORMULAIRE PLAN D AFFAIRES Création d une nouvelle entreprise COMMENT REMPLIR CE FORMULAIRE Ce document vous permettra de produire un plan d affaires synthétisé répondant aux besoins de La Financière agricole (FADQ)

Plus en détail

Entreprise BOTTIN TRAVAIL À FAIRE. 1 Saisir sur ordinateur les données fournies par le document 2 sur feuille excel ouvrir le document PARAME.XLS.

Entreprise BOTTIN TRAVAIL À FAIRE. 1 Saisir sur ordinateur les données fournies par le document 2 sur feuille excel ouvrir le document PARAME.XLS. ANALYSE COMPTABLE ET FIINANCIIERE Outil mis en œuvre : Tableur Intérêts pédagogiques découvrir les divers indicateurs caractéristiques de la situation financière et de l exploitation, faire des comparaisons

Plus en détail

Plans comptables. PLAN COMPTABLE Chapitres 1 à 4 (entreprises à but lucratif)

Plans comptables. PLAN COMPTABLE Chapitres 1 à 4 (entreprises à but lucratif) Plans comptables PLAN COMPTABLE Chapitres 1 à 4 (entreprises à but lucratif) ACTIF Actif à court terme Banque opérations 1010 Dépôts à terme 1040 Titres négociables 1050 Placements temporaires obligations

Plus en détail

Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise

Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise 14-15 octobre 2010 - Parc Expo RENNES Aéroport - Bruz Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise Animé par : Yvon SAINTILAN, Expert-Comptable Cabinet SAINTILAN à Quéven 1. Définition : ou point

Plus en détail

L2 A.E.S. Cours de M. Didier KLODAWSKI

L2 A.E.S. Cours de M. Didier KLODAWSKI L2 A.E.S. Cours de M. Didier KLODAWSKI COMPTABILITÉ DE GESTION Méthode du coût variable Cas n 1 : une association décide de faire un voyage. La compagnie d autocars demande 400 par car quel que soit le

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

Board Development. Comprendre les états financiers

Board Development. Comprendre les états financiers Les états présentés aux réunions de conseil vous intimident-ils? Cherchez-vous des renseignements de base qui pourraient vous aider à lire les états? Si c est le cas, les renseignements qui suivent sont

Plus en détail

PROCES-VERBAL D'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 7 décembre 2013 01. OUVERTURE DE L ASSEMBLÉE PAR LE PRÉSIDENT

PROCES-VERBAL D'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 7 décembre 2013 01. OUVERTURE DE L ASSEMBLÉE PAR LE PRÉSIDENT PROCES-VERBAL D'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 7 décembre 2013 Les membres de l'association des Apiculteurs de la Moder se sont réunis en Assemblée Générale Ordinaire le 07 Décembre 2013 à 14h à la salle

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

PRIX JULIE MAS 2014-2015

PRIX JULIE MAS 2014-2015 PRIX JULIE MAS 204-205 D O S S I E R D E.. La création et le développement d une jeune entreprise constituent sans doute le défi le plus passionnant proposé par la vie professionnelle. La diversité des

Plus en détail

un dard > ActuAPI 26 2 2004

un dard > ActuAPI 26 2 2004 Ed. resp. : E. Bruneau / CARI / Place Croix du Sud 4 / 1348 Louvain-la-Neuve L ESSENTIEL DU PROGRAMME EUROPÉEN MIEL ActuAPI 26 2 2004 Contrôler l agressivité au rucher 1 L agressivité des colonies revient

Plus en détail

Etude comparative de solutions de nourrissement protéinées pour la production de gelée royale et

Etude comparative de solutions de nourrissement protéinées pour la production de gelée royale et Etude comparative de solutions de nourrissement protéinées pour la production de gelée royale et l élevage de reines B. Poirot, V. Nevers. APINOV, Pôle technologique 40 rue Chef de Baie 17 000 La Rochelle,

Plus en détail

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion Chap. 6 : Analyser les coûts des centres de responsabilité I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion 1. La comptabilité financière

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 6 Objectifs Identifier les soldes intermédiaires de gestion. Pré-requis Fiches 1, 2 et 3. Mots-clés Soldes intermédiaires de gestion, tableau des soldes intermédiaires

Plus en détail

AUDIT ÉCONOMIQUE DE LA FILIÈRE APICOLE FRANÇAISE

AUDIT ÉCONOMIQUE DE LA FILIÈRE APICOLE FRANÇAISE > Les synthèses de FranceAgriMer septembre 2012 numéro1 APICULTURE AUDIT ÉCONOMIQUE DE LA FILIÈRE APICOLE FRANÇAISE 12 rue Henri Rol-Tanguy / TSA 20002 / 93555 Montreuil-sous-Bois cedex Tél. : +33 1 73

Plus en détail

Le traitement flash avec APINOVAR pour contrôler la varroase

Le traitement flash avec APINOVAR pour contrôler la varroase Le traitement flash avec APINOVAR pour contrôler la varroase Par Jean-Pierre Chapleau Les Reines Chapleau inc mars 006 Qu est-ce que le flash? Qu est-ce que APINOVAR? Nous appelons «flash» un traitement

Plus en détail

Étude Prévisionnelle

Étude Prévisionnelle Étude Prévisionnelle sur 3 exercices du 07/2008 au 06/2011 Café Monsieur DUPOND - 63000 CLERMONT-FERRAND Page 1/14 Sommaire Investissements...3 Financements des investissements...3 Remboursements des emprunts...4

Plus en détail

DEFINTIONS ET FORMULES

DEFINTIONS ET FORMULES DEFINTIONS ET FORMULES Comptabilité financière (I) BILAN COMPTABLE : Photographie à un moment t de la situation financière. tableau à 2 colonnes : Actif (emploi des ressources disponibles) et Passif (ressources,

Plus en détail

- 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT

- 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT - 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Passage des S.I.G. selon le P.C.G. (analyse juridique) aux S.I.G. selon la Centrale de Bilans de la Banque

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Organisateur. Contact. Carolina Cardoso cardoso@bee- life.eu Chargée de communication + 32 (0)10 47 34 16 + 32 496 87 46 85

DOSSIER DE PRESSE. Organisateur. Contact. Carolina Cardoso cardoso@bee- life.eu Chargée de communication + 32 (0)10 47 34 16 + 32 496 87 46 85 DOSSIER DE PRESSE Organisateur CARI asbl Place Croix du Sud, 4 1348 Louvain la Neuve +32 (0)10 47 34 16 www.cari.be Contact Carolina Cardoso cardoso@bee- life.eu Chargée de communication + 32 (0)10 47

Plus en détail

ou l art de sublimer sa peau et ses cheveux au naturel

ou l art de sublimer sa peau et ses cheveux au naturel ou l art de sublimer sa peau et ses cheveux au naturel Avec des textures délicates et onctueuses aux senteurs miellées, les lignes de soins visage, corps, cheveux et ongles Secrets de Miel raviront les

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER Exercice 2014

RAPPORT FINANCIER Exercice 2014 Angle B d AL KAHRABAA et Bd Chefchaouni Km 9.5 Sidi Bernoussi, Casablanca - Maroc Tel. 00 212 5 22 66 69 80 /81 Fax 00 212 5 22 66 69 82 E-mail : info@izdihar.info Site Web: www.izdihar.info RAPPORT FINANCIER

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET ET DU(ES) CREATEUR(S)

DOSSIER DE CANDIDATURE PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET ET DU(ES) CREATEUR(S) DOSSIER DE CANDIDATURE PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET ET DU(ES) CREATEUR(S) Entreprise/Projet Nom CA Année 1 CA Année 2 CA Année 3 Effectif Année 1 Effectif Année 2 Effectif Année 3 Secteur d activité

Plus en détail

Etat des lieux. OBJECTIFS Objectif global

Etat des lieux. OBJECTIFS Objectif global Programme Oasis Sud Développement Territorial des Provinces du Sud ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ Termes de Référence

Plus en détail

Tableaux de bord : comment mesurer la performance de votre entreprise?

Tableaux de bord : comment mesurer la performance de votre entreprise? Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 5 et 6 octobre 2006 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz Tableaux de bord : comment mesurer la performance de votre entreprise? Animé par : Cédric

Plus en détail

Le coût de revient et la prise de décision stratégique

Le coût de revient et la prise de décision stratégique Le coût de revient et la prise de décision stratégique economie.gouv.qc.ca/mpa_cr CAHIER D ACTIVITÉS 2 Classifier les types de coûts pour mieux comprendre leur comportement ACTIVITÉ 1A Les catégories

Plus en détail

Révision thèmes de Licence 3 - Questions à Choix Multiples

Révision thèmes de Licence 3 - Questions à Choix Multiples Révision thèmes de Licence 3 - Questions à Choix Multiples Jean-Christophe Scilien Manel Benzerafa - Alilat Durée : 1h30 Plusieurs réponses correctes possibles Les réponses incorrectes seront sanctionnées

Plus en détail

Journal du «Rucher de Félix», Jean. Sébastien. Gros (Mons 83) Rucher «Terre Sauvage» depuis novembre 2009. Le mot de L apiculteur : La météo Varoise

Journal du «Rucher de Félix», Jean. Sébastien. Gros (Mons 83) Rucher «Terre Sauvage» depuis novembre 2009. Le mot de L apiculteur : La météo Varoise Journal du «Rucher de Félix», Jean Sébastien Gros (Mons 83) Rucher «Terre Sauvage» depuis novembre 2009 1 er Semestre 2011 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

GUIDE POUR UN PROJET DE CREATION D ENTREPRISE

GUIDE POUR UN PROJET DE CREATION D ENTREPRISE GUIDE POUR UN PROJET DE CREATION D ENTREPRISE Nom :.. Prénom :. Date de naissance :. Adresse :.. Tél :.Mail :.. Activité principale : (description succincte de votre projet) : Nature de votre projet :

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACTIVITES

COMPTE RENDU D ACTIVITES COMPTE RENDU D ACTIVITES ANNEE 2014 SOMMAIRE PARTIE I : PRESENTATION DE L ADAAQ... 4 A. Missions et objectifs... 4 B. Gouvernance... 4 C. Adhérents... 5 D. Personnel salarié... 6 E. Partenaires techniques

Plus en détail

Cette épreuve comprend deux parties notées chacune sur 10 points.

Cette épreuve comprend deux parties notées chacune sur 10 points. EPREUVE N 2 EPREUVE D ECONOMIE (Coefficient : 1 - Durée : 4 heures) ------------------------------ L usage de la calculatrice est autorisé. RAPPEL : Au cours de l épreuve, la calculatrice est autorisée

Plus en détail

Projet de création / reprise d entreprises

Projet de création / reprise d entreprises Projet de création / reprise d entreprises Repère méthodologique pour élaborer votre plan d affaires Cet outil est destiné à vous aider dans l élaboration de votre plan d affaires. Il est scindé en 2 parties

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

1 Qu appelle-t-on «marge»? Résumé

1 Qu appelle-t-on «marge»? Résumé 1 Qu appelle-t-on «marge»? Résumé Il convient tout d abord de s entendre sur le vocabulaire et de s assurer que l on parle de la même chose. Le terme «marge» est ambigu. Couramment utilisé dans le langage

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Détail des cultures de l'exploitation en 2007

Détail des cultures de l'exploitation en 2007 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Formulaire annexe à la déclaration 2007 servant à déterminer le revenu et la fortune professionnels de l'agriculture

Plus en détail

CONFIDENTIEL PROJET : NOM CREATEUR / REPRENEUR : RAISON SOCIALE : Adresse : Téléphone : Fax : E-mail : N PASSEPORT ENTREPRENDRE :

CONFIDENTIEL PROJET : NOM CREATEUR / REPRENEUR : RAISON SOCIALE : Adresse : Téléphone : Fax : E-mail : N PASSEPORT ENTREPRENDRE : CONFIDENTIEL PROJET : Création Reprise NOM CREATEUR / REPRENEUR : RAISON SOCIALE : Adresse : CP : Ville : Téléphone : Fax : E-mail : N PASSEPORT ENTREPRENDRE : Nom du technicien consulaire : SOUTIENS SOLLICITES

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

Fiche conseil 2007-822

Fiche conseil 2007-822 Fiche conseil 2007-822 Chambres d hôtes Estimer la rentabilité d une chambre d hôtes et construire son budget prévisionnel www.tourisme-meuse.com (Source : Réseau National d Observation- Bergerie Nationale

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 1 Objectifs Savoir définir, calculer et interpréter les soldes intermédiaires de gestion. Connaître les principaux retraitements des SIG. Pré-requis Notions sur

Plus en détail

Programme de sélection et de la performance des abeilles mellifères

Programme de sélection et de la performance des abeilles mellifères Programme de sélection et de la performance des abeilles mellifères Pierre Giovenazzo PhD and Georges Martin MSc Centre de recherche en sciences animales de Deschambault, Québec Canada Objectives Travail

Plus en détail

www.btsag.com 31 Coûts complets

www.btsag.com 31 Coûts complets www.btsag.com 31 Coûts complets Claude Terrier btsag.com 1/24 11/10/2010 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre

Plus en détail

Location et location à bail de matériel automobile

Location et location à bail de matériel automobile N o 63-242-X au catalogue. Bulletin de service Location et location à bail de matériel automobile 2006. Faits saillants Le total des revenus des sociétés de location et de location à bail du matériel automobile

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Formulaire de demande d aide. Date limite de dépôt des dossiers à la DDTM : 15 janvier 2014

Formulaire de demande d aide. Date limite de dépôt des dossiers à la DDTM : 15 janvier 2014 N 14993*01 Fonds d allègement des charges à destination des exploitations apicoles touchées par les conditions climatiques défavorables de 2012 et 2013 Formulaire de demande d aide Date limite de dépôt

Plus en détail

faites Pétiller vos idées

faites Pétiller vos idées Avec Chrysalis, faites Pétiller vos idées du 6 janvier au 14 février 2014 c o n c o u r s à la création d entreprise Dossier de candidature Renseignements : Tél : 05 65 43 63 63 - Email : chrysalis@cc-decazeville-aubin.fr

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2014

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2014 JUIN 2015 ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2014 EN COOPERATION AVEC L ACOSS-URSSAF ET LA CCMSA Cécile BAZIN Mélanie BAZOGE Guillaume PREVOSTAT - Jacques MALET L économie sociale, entendue sous le

Plus en détail

Revenus professionnels

Revenus professionnels Revenus professionnels 1. Bénéfices d'exploitations agricoles, industrielles et commerciales Le montant des bénéfices s établit au départ d une comptabilité qui doit être probante vis-à-vis de l Administration.

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

09 2011 R EPÈRES «LES CHARGES. de copropriété» SE LOGER AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI, XUAN NGUYEN OBSERVATOIRE DES LOYERS DE LA RÉGION PARISIENNE

09 2011 R EPÈRES «LES CHARGES. de copropriété» SE LOGER AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI, XUAN NGUYEN OBSERVATOIRE DES LOYERS DE LA RÉGION PARISIENNE 09 2011 R EPÈRES SE LOGER «LES CHARGES de copropriété» AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI, XUAN NGUYEN OBSERVATOIRE DES LOYERS DE LA RÉGION PARISIENNE INTRODUCTION La connaissance du niveau des charges de copropriété

Plus en détail

Objectifs de la comptabilité analytique

Objectifs de la comptabilité analytique Objectifs de la comptabilité analytique La comptabilité générale a une vision globale sur la production, elle cache des inégalités et ne permet pas de juger la profitabilité des produits, par contre la

Plus en détail

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver.

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Syndicat des apiculteurs de Thann et environs Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Auteurs : R.Hummel & M.Feltin Octobre 2014 Les sirops de nourrissement : La qualité des sirops utilisés pour

Plus en détail

453AD Installation d'alarmes

453AD Installation d'alarmes STATISTIQUES PROFESSIONNELLES 23 453AD Installation d'alarmes EVOLUTION ANNEES 23 / 22 / 21 23 22 21 CHIFFRE D'AFFAIRES 166 13 Nombre d'entreprises 25 12 Ratios Ratios Ratios CHIFFRE D'AFFAIRES 1,, 1,

Plus en détail

Mode d emploi du tableur >> ARC1

Mode d emploi du tableur >> ARC1 >> Analyse de la Rentabilité du Compostage Mode d emploi du tableur >> ARC1 Le tableur >>ARC1 se décompose en 11 feuillets : Feuillet 1 : Description des activités Feuillet 2 : Description des équipements

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Examen décembre 1994

Examen décembre 1994 Examen décembre 1994 QUESTION REDIGEE Temps conseillé: 2 heure 30 minutes noté sur 100 points ENONCE: FRANCOTRANS SA, entreprise de transport public de marchandises, ayant l usage de 15 ensembles identiques

Plus en détail

L usage agricole des pesticides

L usage agricole des pesticides L usage agricole des pesticides Jacques ROUZET Réunion GDSA 28/02/2015 Usage Agricole des Pesticides Utilisation des «Phytos» en agriculture du début des années 60 jusqu en 2015. Historique, principales

Plus en détail

TABLEAU DE SUIVI DES COUTS ET DES MARGES

TABLEAU DE SUIVI DES COUTS ET DES MARGES TABLEAU DE SUIVI DES COUTS ET DES MARGES 1 DIADEM Tableau de suivi des coûts et des marges Fiche TABLEAU DE SUIVI DES COUTS ET DES MARGES. Document 35 Type d outil : Outil de contrôle de gestion de l activité

Plus en détail

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»!

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! 1 Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! La démarche rationnelle qui vise à élaborer un projet de création ou de reprise d entreprise doit se traduire

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références» a été

Plus en détail

REALISER L ETUDE FINANCIERE

REALISER L ETUDE FINANCIERE REALISER L ETUDE FINANCIERE Cette étape va vous permettre de mesurer la viabilité de votre projet, ainsi que sa pérennité sur le long terme. Le plan de financement vous aidera à déterminer les ressources

Plus en détail

Rédaction d un Plan d affaires

Rédaction d un Plan d affaires Rédaction d un Plan d affaires Catherine Raymond 2001 INTRODUCTION Raisons qui ont motivé la rédaction du plan d affaires Personnes ou organismes qui ont collaboré à l élaboration du plan d affaires Sommaire

Plus en détail

Bilan interne 6.743,60 231009 AMORT/AMENAGEMENT INSTALLATION (2.055,28) 13.054,81 240009 AMORT/MOBILIER MATERIEL D EXPLOITATION (7.

Bilan interne 6.743,60 231009 AMORT/AMENAGEMENT INSTALLATION (2.055,28) 13.054,81 240009 AMORT/MOBILIER MATERIEL D EXPLOITATION (7. Page : 1 ACTIFS IMMOBILISES 20/28 15.236,57 15.320,83 III. Immobilisations corporelles (ann. I; B) 22/27 15.236,57 15.320,83 B. Installations; machines et outillage 23 4.688,32 5.480,44 231000 INSTALLATION

Plus en détail

524TD Photo ciné EVOLUTION ANNEES 2003 / 2002 / 2001 CHIFFRE D'AFFAIRES. Ratios. Ratios. Ratios CHIFFRE D'AFFAIRES 100,00 100,00

524TD Photo ciné EVOLUTION ANNEES 2003 / 2002 / 2001 CHIFFRE D'AFFAIRES. Ratios. Ratios. Ratios CHIFFRE D'AFFAIRES 100,00 100,00 524TD Photo ciné EVOLUTION ANNEES 2003 / 2002 / 2001 2003 2002 2001 CHIFFRE D'AFFAIRES 135 115 0 Nombre d'entreprises 28 29 0 Ratios Ratios Ratios CHIFFRE D'AFFAIRES 10 10 MARGE BRUTE 69,91 70,70 VALEUR

Plus en détail

Comparez vos coûts Comment y arriver?

Comparez vos coûts Comment y arriver? Comparez vos coûts Comment y arriver? Victoriaville 26 Janvier 2012 Par: Réjean Leblanc, agroéconomiste Avant de vouloir se comparer : Il faut d abord connaître son coût de production Coût de production

Plus en détail

Questionnaire examen intra SSH5201. Sigle du cours. Identification de l étudiant(e) Nom : Prénom : Signature : Matricule : Groupe :

Questionnaire examen intra SSH5201. Sigle du cours. Identification de l étudiant(e) Nom : Prénom : Signature : Matricule : Groupe : Questionnaire examen intra SSH5201 Sigle du cours Identification de l étudiant(e) Nom : Prénom : Signature : Matricule : Groupe : Sigle et titre du cours Groupe Trimestre SSH5201 Économique de l ingénieur

Plus en détail

LPO Haute-Savoie 24 rue de la Grenette

LPO Haute-Savoie 24 rue de la Grenette 24 rue de la Grenette Dossier financier de l'exercice en Euros Période du 01/01/2014 au 31/12/2014 Activité principale de l'association : Nous vous présentons ci-après le dossier de l'exercice. Fait à

Plus en détail