Accompagner les projets de bâtiments publics Basse Consommation en Alsace

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Accompagner les projets de bâtiments publics Basse Consommation en Alsace"

Transcription

1 Accompagner les projets de bâtiments publics Basse Consommation en Alsace feuille de route Avril 2010

2 Sommaire Prambule/avant propos p.3 Les pralables à un projet de bâtiment basse consommation p.4 Un enjeu collectif de sensibilisation à la performance nergtique dans le bâtiment Élments de dfinition Accompagner pas à pas un projet de construction ou de rnovation p.10 Les tapes cls dans la conduite d une opration basse consommation La phase de montage La phase de programmation La phase de slection de la maîtrise d œuvre La phase de suivi des tudes La phase de suivi des ralisations La phase d information et d accompagnement à la mise en service du bâtiment Modlisation d un outil de suivi d une opration basse consommation p.30 2

3 Prambule/Avant propos Avertissement Afin de faciliter la mise en œuvre de la Clause inscrite dans le Contrat de Projet État-Rgion Alsace , un groupe de travail a t cr en Pour accompagner l application de la clause, au regard notamment de l important programme de construction de l enseignement suprieur et de la recherche mais aussi d autres bâtiments relevant du domaine de la sant, de la culture et du volet territorial, le groupe de travail a men plusieurs actions d tudes, de sensibilisation et de formation. En octobre 2009, il a souhait procder à la formalisation d un outil d accompagnement des projets de construction engags dans des dmarches de performance nergtique. Cet outil se concrtise sous la forme d une feuille de route et s appuie sur l analyse d une trentaine d oprations immobilières basse consommation et sur une tude approfondie mene à partir d un chantillon d oprations menes en Alsace et dans d autres rgions. Si cette tude a confirm l intrêt d une rflexion sur les besoins d accompagnement pour la construction et la rnovation de bâtiments à haute performance nergtique, elle tmoigne galement du caractère fondamentalement innovant et exprimental des dmarches entreprises jusqu ici dans ce domaine. A cet gard, les observations et les prconisations formules dans le document ne sauraient être considres comme dfinitives ou exhaustives. Guide de lecture Document partag à destination du groupe de travail et des maîtres d ouvrage, cette feuille de route a pour objectif d accompagner l laboration et la conduite des oprations de basse consommation tout en soulignant les points de vigilance appelant une intervention collective, du groupe de travail et des maîtres d ouvrage. Elle doit galement permettre de mobiliser l ensemble des acteurs de la construction et de la rnovation autour des engagements de performance et de faire davantage connaître les actions d accompagnement existantes. L ensemble doit contribuer enfin à concrtiser les engagements des maîtres d ouvrage ou à les faire pleinement entrer dans une «dmarche vertueuse» de performance nergtique. La feuille de route doit donc être lue à la fois comme une grille de lecture des oprations djà engages ou acheves et comme une source d inspiration pour tous ceux qui souhaitent conduire des oprations de basse consommation. Elle repose enfin sur la littrature existante et djà dense sur le sujet, et renvoie, dès que possible, aux ressources disponibles. 3

4 Les pralables à un projet de bâtiment basse consommation 4

5 Un enjeu collectif de sensibilisation aux objectifs de performance nergtique dans le bâtiment Les conomies d nergie dans le bâtiment Avec 46% de la consommation d nergie en France et 25% des missions de CO2, le bâtiment est un gisement important d conomies d nergie. Le Grenelle de l environnement qui s est droul en 2007 a formul des conclusions qui ont permis de prendre la mesure de l effort à entreprendre dans le secteur du bâtiment : la division par 4 à horizon 2050 des missions de gaz à effet de serre (Facteur 4), la rduction de 20 % des missions de gaz à effet de serre ou 30 % en cas d engagements d autres pays industrialiss d ici à 2020, la baisse de 20 % de la consommation d nergie et l entre en vigueur des rglementations thermiques RT 2005 et RT Le Grenelle a soulign galement que le bâtiment reprsentait un secteur pour lequel il est comparativement ais d obtenir des rsultats à court terme. L horizon fix par le Grenelle de l Environnement La Loi n du 3 août 2009 (dite Loi Grenelle 1) fixe pour objectif le passage à 20% de la part des nergies renouvelables, l amlioration de 20% de l efficacit nergtique des bâtiments de l État et la rnovation de l ensemble du parc de logements sociaux d ici à Pour la rduction des consommations d nergie des bâtiments existants, elle vise la rduction d au moins 38% des consommations du parc existant d ici 2020 et la rnovation complète de logements chaque anne à partir de Plusieurs actions sont prvues pour atteindre ces objectifs : programme de formation, de recrutement et de qualification des professionnels, projet de recherche de nouvelles gnrations de bâtiments et de techniques de rnovation, plan d action pour la ralisation d co-quartiers, adaptation des normes de certification, extension de l tiquetage nergtique, renforcement des dispositifs de certificats d conomies d nergie L horizon fix lors du Grenelle de l Environnement se dcline en trois tapes successives pour faire face aux objectifs : : priode d'incitation vis-à-vis des maîtres d'ouvrage et de monte en puissance pour les professionnels ; : priode de fonctionnement en rgime stable jusqu'à la fin de l'horizon du Grenelle et : augmentation des flux pour faire face aux objectifs du facteur quatre spcifi dans le Plan. 5

6 La basse consommation, de quoi parle-t-on? Parmi les actions ambitieuses dployes dans le domaine du bâtiment, le cap a t mis sur la ralisation de bâtiments basse consommation, prsentant des objectifs de performance nergtique suprieurs à la rglementation thermique en vigueur (RT2005) qui fixe pour les bâtiments neufs rsidentiels et tertiaires un objectif d amlioration de la performance nergtique d au moins 15% tous les 5 ans. Le label Bâtiment Basse Consommation, cr par l arrêt du 8 mai 2007 sur la base de la RT2005 fixe un objectif de consommation maximale pour les constructions neuves de logement à 50 kwhep/m² par an, modulable selon la zone climatique et l altitude de la zone d implantation du projet. Cette consommation à ne pas dpasser s applique aux cinq usages de l nergie sur lesquels on peut agir dès la conception du bâtiment, à savoir le chauffage, le rafraîchissement, la ventilation, l eau chaude sanitaire, les auxiliaires de ventilation et de chauffage et l clairage. Pour les oprations de rhabilitation ou de rnovation, les exigences pour l obtention du label BBC dcrites dans l arrêt du 29 septembre 2009 correspondent à une consommation conventionnelle d nergie primaire infrieure ou gale à 80 kwhep/m² par an, modulable galement selon l implantation gographique du projet ou une rduction de 50% de la consommation de rfrence de la RT Les objectifs fixs par le Grenelle de l Environnement prvoient la gnralisation des bâtiments basse consommation dans le neuf, dès 2011 pour les bâtiments publics et tertiaires, et dès 2013 pour les bâtiments rsidentiels. Si la future rglementation thermique prvoit de rendre obligatoire la norme BBC pour toutes les constructions neuves à partir du 1er janvier 2013, la mise en place de cette norme est conçue comme une tape supplmentaire vers 2020 où toutes les constructions neuves devront rpondre à la norme de Bâtiment à Positive, c'est-à-dire qu'ils devront avoir une consommation d'nergie infrieure à la quantit qu'ils produisent, à partir de sources renouvelables. L atteinte des objectifs de performance nergtique englobe galement des enjeux plus larges que les seuls aspects lis à la rglementation : elle concerne la qualit des matriaux et l nergie grise, la qualit de l tanchit à l air et la recherche de solutions techniques appropries, la coordination de l ensemble des acteurs du bâtiment et le confort des usagers. 6

7 Une dmarche pilote en Alsace Si depuis 2006, toutes les rgions mtropolitaines, ainsi que la Runion, conjointement avec les Directions Rgionales de l ADEME, ont lanc un Appel à Projets (AAP) afin de soutenir la ralisation de Bâtiments Basse Consommation (objectif nergtique label BBC), la dmarche reste pionnière : en 2009 elle avait permis d accompagner 250 projets reprsentant près de 550 bâtiments (soit 2200 logements et 105 bâtiments tertiaires, pour une surface totale de m2) et dont près d un quart concerne la rhabilitation de bâtiments existants. En Alsace, le programme Energivie est entr en 2007 dans une nouvelle phase de son dveloppement avec pour priorit l'efficacit nergtique dans les bâtiments. L'objectif est de diviser par quatre les consommations nergtiques des bâtiments en Alsace à l'horizon Ce chantier concerne à la fois le bâti ancien et le neuf, les bâtiments publics et privs et prend pour modèles les programmes suisse Minergie et allemand Passiv Haus en s'appuyant sur le label français BBC-effinergie. Il mobilise l'ensemble de la filière du bâtiment, ainsi que les tablissements bancaires pour faire de l'alsace une rgion pilote pour les bâtiments conomes en nergie. La Clause du CPER prolonge cette approche volontariste et impose la ncessit de rduction des besoins nergtiques à l ensemble des oprations immobilières inities dans le cadre du CPER Elle anticipe galement les exigences nationales dans la mesure où elle fixe l objectif d une consommation nergtique de 50kWh/m² et a vocation à inciter les porteurs de projets à aller au-delà de la rglementation thermique en les faisant entrer dans une dmarche vertueuse de performance nergtique. La Clause, comme l ensemble des dmarches entreprises autour de la basse-consommation participe à un chantier très ambitieux de rnovation nergtique des bâtiments existants et de rupture technologique sur le bâtiment neuf. Sa mise en œuvre touche à un spectre large d actions d information et de sensibilisation, de formation professionnelle, de recrutement et de qualification des professionnels du bâtiment, d ingnierie et de montage des projets immobiliers, et de recherche et de dveloppement de solutions techniques innovantes. 7

8 Élments de dfinition Les acteurs impliqus Plusieurs catgories d acteurs interviennent au cours d un projet de basse consommation. Si leur nombre, leur configuration ainsi que le moment de leur intervention reste spcifique à chaque projet, dans toutes les oprations se trouvent les acteurs suivants : Un maître d ouvrage (MOuv) qui est le donneur d ordre pour lequel l ouvrage est ralis. Il n est pas ncessairement celui qui exploitera le bâtiment. Il peut s agir d une entit publique ou prive, et peutêtre assist pendant l opration par : une maîtrise d ouvrage dlgue qui gère le projet pour le compte du maître d ouvrage un programmiste qui aide le maître d'ouvrage à justifier son objectif oprationnel et à dfinir les conditions sociales, urbaines, financières et partenariales du projet Un assistant à maîtrise d ouvrage spcialis dans l nergie (AMO ) qui accompagne le maître d ouvrage sur les aspects nergtiques du projet et dont les prestations portent notamment sur la ralisation des cahiers des charges au regard de la performance nergtique du bâtiment, la validation des choix nergtiques au fil du projet et l valuation des performances nergtiques du bâtiment en fin d opration Un maître d œuvre (MOE), constitu de bureaux d architectes et de bureaux d tudes techniques, il est le ralisateur du projet et le responsable des choix techniques Des entreprises BTP qui ralisent les travaux Des usagers/rsidents Pilotage MO/ MO dlgue Conception Programmiste AMO Energie MOE Ralisation MOE (architecte) BET Futurs usagers Entreprises 6 8

9 Caractristiques des projets basse consommation Opration La performance nergtique des bâtiments basse consommation est dpendante de leurs caractristiques de dpart. Les objectifs nergtiques sont en effet variables selon : Le type d opration : les niveaux de performance nergtique attendus sont plus levs lorsqu il s agit d oprations de construction de bâtiments neufs que lorsqu il s agit d oprations de rnovation ou de rhabilitation de bâtiments existants. Le type de bâtiment : si le bâtiment se prsente sous une forme complexe (enveloppe non homogène, contraintes techniques fortes ) les rsultats de performance nergtique seront galement moins faciles à atteindre que pour une enveloppe simple. Les usages envisags du bâtiment : les niveaux de performance nergtique sont enfin dpendants de l utilisation qui est faite du bâtiment. Des bâtiments rsidentiels (logements), tertiaire (bureaux) ou de recherche (bâtiments process) n auront pas le même impact sur la consommation d nergie lors de leur utilisation. La future rglementation thermique prvue pour rentrer en vigueur en 2012 (RT 2012) devrait prendre en compte ces lments dans la dfinition des standards de performance nergtique. La pertinence conomique de l opration ou la dure de vie du bâtiment constituent enfin d autres facteurs à prendre en compte par le maître d ouvrage dans la dfinition des objectifs de performance nergtique. Le tableau suivant fournit un exemple des dimensions à intgrer dans le calibrage de la performance nergtique des bâtiments : Exemple de tableau de synthèse d oprations basse consommation Maître d'ouvrage Contact Description sommaire opration Type d'opration Type de bâtiment Montant de l'opration Sup. du bâtiment Usages envisags Objectifs nergtiques viss État d avancement Op1 Nom du Mouv Mail Synthèse du projet Construction/ Rhabilitation Simple/ Complexe Nb Nb m² Rsidentiel/ Tertiaire/ Recherche Nb kwhep/m² par an Position dans le schma gnral de conduite Op2 Nom du Mouv Mail Synthèse du projet Construction/ Rhabilitation Simple/ Complexe Nb Nb m² Rsidentiel/ Tertiaire/ Recherche Nb kwhep/m² par an Position dans le schma gnral de conduite Op3 Nom du Mouv Mail Synthèse du projet Construction/ Rhabilitation Simple/ Complexe Nb Nb m² Rsidentiel/ Tertiaire/ Recherche Nb kwhep/m² par an Position dans le schma gnral de conduite 9

10 Accompagner pas à pas un projet de construction ou de rnovation 10

11 Les tapes cls dans la conduite d une opration basse consommation La qualit d un bâtiment et ses performances en matière de confort et de consommation d nergie sont le rsultat des choix et actions conjointes des diffrents acteurs impliqus à chacune des phases du projet. Schmatiquement, 6 phases peuvent être identifies pour mener à bien une opration basse consommation : La phase de montage de l opration où s organise la maîtrise d œuvre La phase de programmation où se conçoit le contenu du projet La phase de slection de la maîtrise d œuvre à l issue de laquelle est retenue l quipe charge de raliser l opration La phase de suivi des tudes où sont mis en adquation le programme et le projet de la MOE La phase de suivi des ralisations qui renvoie au bon droulement du chantier La phase de mise en service du bâtiment où l information et la sensibilisation des futurs rsidents/usagers accompagnent la livraison du bâtiment 11

12 1. La phase de montage (1/3) Acteurs concerns La maîtrise d ouvrage (l assistance à maîtrise d ouvrage) les utilisateurs Objectifs Dfinir une organisation et des comptences au sein de la maîtrise d ouvrage Formaliser les objectifs de performance nergtique Constats La phase de montage de l opration joue un rôle dcisif dans la prise en compte des objectifs de performance nergtique : elle correspond au moment où s effectuent les principaux choix conditionnant la prise en compte des objectifs de performance nergtique (estimation du surcoût, solutions techniques envisageables, analyse des besoins, stratgie de recours à des prestataires extrieurs ) Points cls à vrifier Un recensement des comptences en interne a-t-il t effectu? Une source d information/formation sur le sujet a-t-elle t identifie? Un responsable d opration a-t-il dsign? L opportunit de faire appel à une assistance à maîtrise d ouvrage a-t-elle t envisage? Un système de suivi global du projet a-t-il t formalis? Diffrents pr-scnarii ont-ils t tudis? Tiennent-ils compte des proccupations techniques et des moyens du maître d ouvrage? Recommandations Élaborer un questionnaire d valuation/d auto-valuation des responsables des projets Dsigner un rfrent BBC pour tous les projets basse consommation au sein de la structure/collectivit Formaliser l organigramme et la cartographie d ensemble du processus Sensibiliser les maîtres d ouvrage sur les outils et les personnes ressources existantes (information sur les AMO ) Dvelopper l offre de formation en interne Favoriser l change entre maîtres d ouvrage publics et privs 12

13 La phase de montage (2/3) Exemples de bonnes pratiques La dsignation d un rfrent au sein de l quipe de maîtrise d ouvrage S il ne s agit pas d un pr-requis indispensable, la prsence au sein de la maîtrise d ouvrage d une personne comptente sur les questions lies à la maîtrise de l nergie dans le bâtiment favorise la phase de conception du projet. Qu il s agisse d une personne disposant d une formation spcifique aux oprations à haute performance nergtique ou ayant djà particip à des oprations de ce type et, qu elle soit interne à la structure (services techniques) ou externe (BET ), l identification d un rfrent doit idalement intervenir le plus en amont possible du projet. Ses missions consistent à sensibiliser l ensemble des acteurs aux enjeux nergtiques, à dfinir, informer et suivre les exigences nergtiques tout au long du projet et à veiller à l intgration des missions spcifiques «BBC» dans chaque dossier de consultation des prestataires. La formation à la conduite d oprations basse consommation (http://www.insastrasbourg.fr/fr/formations-qualifiantes/) Dans une dmarche encore pionnière, le besoin de formation des maîtres d ouvrage, publics comme privs, à la conduite de projet basse-consommation, reprsente un enjeu de premier plan. La session de sensibilisation et de formation propose en 2008 par l INSA de Strasbourg et le CETE de l Est aux maîtres d ouvrage des oprations immobilières inscrites au CPER Alsace a connu un fort cho parmi les responsables des oprations. Outre l apport d information, ce type de formation permet de faire se rencontrer les diffrents maîtres d ouvrage et favorise l change et le retour d exprience. Les attentes en matière d information et de formation restent cependant leves : plusieurs maîtres d ouvrage se montrent notamment favorables à des runions plus rgulières et au dveloppement d approches plus pratiques : visites sur site, prsentation de bâtiments dmonstrateurs Premières ressources disponibles La conduite de projet «basse consommation», Repères mthodologiques, CETE de l Est, mars 2008, Russir un projet de Bâtiment Basse Consommation Des cls pour des logements neufs confortables et conomes en nergie, Effinergie, 2008, Piloter une opration de construction BBC Effinergie/Concevoir une opration de rhabilitation BBC Effinergie, modules de formation du CSTB, 13

14 La phase de montage (3/3) Tableau de bord synthtique de la phase de montage Phase 1 Montage A cteurs Recensement des comptences en inter ne Identification des r essour ces disponibles Mouv Dsignation d un rfrent au sein de la maîtrise d ouvr age Infor mation/sensibilisati on de l ensemble de la maîtr ise d ouvr age Envisager le recours à un A MO / A MO Mouv + AMO Ralisation des tudes pr alables Mouv + AMO For mulation des exigences ner gtiques Mouv + AMO Identification des diffr entes options possibles Mouv + AMO Slection d une option pr fr entielle Mouv Lancement du programme Mouv 14

15 Acteurs concerns La maîtrise d ouvrage (l assistance à maîtrise d ouvrage) Le programmiste L AMO Les utilisateurs Objectifs Constats 2. La phase de programmation (1/3) Analyser les impacts conomiques et nergtiques des options envisages lors de l tape prcdente Approfondir et formaliser les exigences en matière de performance nergtique Dfinir l ensemble des besoins (usagers, gestionnaires, administratifs ) en vue du concours de la maîtrise d œuvre La phase de programmation dtermine les exigences du maître d ouvrage quant au futur bâtiment. Elle correspond au moment de formalisation des objectifs de performance nergtique et conditionne l organisation et le bon droulement du concours de la maîtrise d œuvre. Points cls à vrifier Une tude de site a-t-elle t confie à un BET externe? A-t-elle permis d approfondir les analyses ralises lors des tudes pralables? Une tude de faisabilit a-t-elle galement t confie à un BET externe? A-t-elle permis d identifier les ressources nergtiques disponibles sur le site, y compris en terme d nergies renouvelables? La maîtrise d ouvrage a-t-elle procd à une estimation prcise du coût de l opration? Un calendrier prvisionnel de l opration a-t-il t formalis? La ralisation du programme s appuie-t-elle sur les donnes existantes (tudes pralables, tudes de faisabilit, tudes de site...)? Intègre-t-elle l ensemble des besoins (administratifs, financiers, nergtiques ) des diffrents acteurs (utilisateurs, gestionnaire, maître d ouvrage )? Le programme rdig comporte-t-il bien un volet technique dtaillant les exigences nergtiques (ventilation, clairage, temprature de consigne )? Un système de suivi-valuation des exigences nergtiques ainsi consignes a-t-il t labor? Recommandations Prvoir suffisamment de temps pour la ralisation du programme (changes, concertation, tapes de validation ) S assurer de la comptence du programmiste (rfrences, formation, connaissances ) Associer un AMO au travail du programmiste, notamment pour la ralisation du volet nergtique du programme Formaliser et contractualiser une grille d valuation des indicateurs nergtiques à destination de la maîtrise d œuvre 15

16 La phase de programmation (2/3) Exemples de bonnes pratiques La formalisation du volet nergtique dans le programme La phase de programmation a pour objectif de formaliser les objectifs et les contraintes du projet, à travers notamment la ralisation d tudes sur site, le dimensionnement des besoins et la dfinition des exigences fonctionnelles... Elle permet aussi au maître d'ouvrage d'exprimer clairement ses attentes en matière de respect de l'environnement et conomies d'nergie. Si dans son analyse environnementale, le programmiste examine le projet au regard du climat, de l ensoleillement, des risques naturels il peut galement proposer un diagnostic nergtique prcis et une analyse dtaille des sources d conomies d nergie : l enveloppe des bâtiments, la ventilation, la production de chaleur, l eau chaude sanitaire, l lectricit dans les communs L association programmiste / AMO lors de la ralisation du programme Dans les projets de basse consommation, le travail du programmiste peut être accompagn par un BET charg de l assistance à maîtrise d ouvrage (AMO ). Ce dernier peut être sollicit pour garantir les analyses nergtiques du programme et sensibiliser la maîtrise d ouvrage aux enjeux de performance nergtique. La participation de l AMO à la ralisation du programme permet galement de faciliter la continuit de la prise en compte des objectifs nergtiques viss entre la maîtrise d ouvrage et la maîtrise d œuvre. Premières ressources disponibles Note sur les tudes pralables, Conduite d opration basse nergie, CETE de l Est, 2008, Note sur les donnes à intgrer au programme, C onduite d opration basse nergie, CE TE de l Est, 2008, Cahier des charges d un diagnostic nergtique, ADEME, 2003, 16

17 La phase de programmation (3/3) Tableau de bord synthtique de la phase de programmation Ralisation de l analyse de site par un BET exter ne Estimation de l enveloppe budgtair e de l opr ation Phase 2 Programmation For malisation du calendr ier pr visionnel de l opr ation Rdaction du programme comportant un volet ner gtique spcifique Validation du programme et de l enveloppe For malisation d une gr ille d valuation des indicateur s ner gtiques Lancement de l opr ation Ralisation d une tude de faisabilit ner gtique/ diagnostic ther mique Dfinition des or ientations ner gtiques intgr ant l ensemble des besoins Acteurs BET externe Programmiste + AMO Programmiste + AMO Programmiste + AMO Programmiste + AMO Mouv 17

18 3. La phase de slection de la maîtrise d œuvre (1/3) Acteurs concerns La maîtrise d ouvrage (l assistance à maîtrise d ouvrage) Le programmiste L AMO Objectifs S assurer que le maître d œuvre retenu soit en mesure d atteindre les objectifs de performance nergtique dfinis lors des tapes prcdentes Constats La phase de slection de la maîtrise d œuvre constitue la «clef de voûte» de la conduite d une opration basseconsommation. Tout en s appuyant sur les ralisations des tapes prcdentes, elle confie la suite de la dmarche à la maîtrise d œuvre charge d atteindre les objectifs de performance nergtique. Points cls à vrifier Les exigences en matière de performance nergtique ont-elles t intgres dans les 3 actions suivantes : 1) la composition de l quipe de maîtrise d œuvre souhaite ; 2) la dfinition des missions de maîtrise d œuvre 3) les critères de jugements? Cette prise en compte des exigences nergtiques est-elle formalise dans le dossier de consultation? La commission technique d analyse pralable des esquisses runit-elle les comptences? Une grille d valuation pour les candidatures puis pour les esquisses a-elle t labore? Comporte-t-elle des indicateurs nergtiques? Le jury de l appel d offre a-t-il t inform, sensibilis ou form aux enjeux de la basse-consommation? Les prestations BBC de la MOE ont-elles t contractualises sparment? Un outil de suivi des relations avec la maîtrise d œuvre a-t-il t mis en place, notamment pour la communication sur les aspects nergtiques du projet? Recommandations Faire apparaître distinctement les exigences nergtiques dans le dossier de consultation Vrifiez la prsence d un BET (pas seulement BET Fluides) et s assurer que celui-ci soit bien intgr au sein de l quipe de la maîtrise d œuvre (antriorit de la collaboration, rfrences communes) Exiger les lments formaliss ncessaires à l analyse des esquisses (notices techniques, tudes ensoleillement, calculs sommaires des dperditions ) Maximiser le rôle du jury, notamment dans le rôle d valuation des esquisses 18

19 La phase de slection de la maîtrise d œuvre (2/3) Exemples de bonnes pratiques La prise en compte de la comptence comme critère de slection du maître d œuvre Afin d apprcier la capacit objective des candidats au concours de maîtrise d œuvre, il convient de formaliser les attentes et de bien faire apparaître le critère comme un critère attendu de slection. Cela se traduit d abord par l inscription des attentes au sein du dossier de consultation : rfrences antrieures, certification, niveau de formation des membres de l quipe Ensuite, dans la phase de dpouillement des candidatures, il convient de prvoir les lments ncessaires à l analyse des esquisses : notice technique, tudes ensoleillement, calculs sommaires de dperditions Enfin, une solution peut être de confier l analyse spcifique des propositions au regard de l nergie au rfrent identifi au sein de la maîtrise d ouvrage ou à l AMO. L organisation de la maîtrise d œuvre autour des enjeux nergtiques Pour garantir une meilleure prise en compte des objectifs nergtiques, l organisation de la maîtrise d œuvre peut être optimise par la prsence d un BET spcialis dans l dans l quipe de la maîtrise d œuvre, aux côts de l architecte et du BET fluides. Cette organisation favorise une intgration des exigences nergtiques lors de la phase de conception et une validation thermique et conomique des choix de conception. Premières ressources disponibles Cahier des charges «nergie» de la maîtrise d œuvre, Conduite d opration basse nergie, CETE de l Est, 2008, Grille d valuation des indicateurs nergtiques, DREAL Alsace, 2008, 19

20 La phase de slection de la maîtrise d œuvre (3/3) Tableau de bord synthtique de la phase de slection de la maîtrise d œuvre Phase 3 Slection de la maîtrise d œuvre Dfinition du mode de consultation (concours, consultation restreinte ) Dfinition des pr estations BBC complmentair es Mobilisation de la commission technique d analyse des candidatur es For malisation d une gr ille d valuation des candidatur es Slection des candidats admis au concours Infor mation et sensibilisation du jur y Slection de la MOE Intgr ation des exigences ner gtiques dans le dossier de consultation For malisation d un dispositif de suivi et de communication avec la MOE Acteurs Mouv + AMO Mouv + AMO AMO Jury de slection Mouv + AMO Mouv Mouv + AMO 20

21 4. La phase de suivi des tudes (1/3) Acteurs concerns La maîtrise d ouvrage (l assistance à maîtrise d ouvrage) L A MO La maîtrise d œuvre Le BET Objectifs S assurer du bon droulement du projet et de l adquation entre le programme et le projet Constats Juste derrière la phase de slection de la maîtrise d œuvre, la phase des tudes est considre par la plupart des maîtres d ouvrage comme une phase dterminante dans la mesure où elle permet de dfinir concrètement les capacits d un projet en matière de performance nergtique via des simulations et des tudes comparatives. Points cls à vrifier Une runion pralable au lancement de l avant projet sommaire (APS) a-t-elle t organise entre la maîtrise d ouvrage et la maîtrise d œuvre? A-t-elle permis de faire le point sur l esquisse effectue? Le tableau de suivi des tudes (normalement prvu dans le cahier des charges) a-t-il t rendu oprationnel dès le dbut des tudes? Des runions d avancement des tudes ont-elles t programmes rgulièrement? Le tableau d valuation des indicateurs nergtiques a-t-il bien t utilis lors de la validation de l APS? Pour l APD, la maîtrise d œuvre et son BET ont-il produit la note de calcul thermique rglementaire? Est-elle en adquation avec les objectifs nergtiques viss? Comme pour l APS, l APD a-t-elle t value sur la base du tableau d valuation des indicateurs nergtiques? Recommandations Élaborer une grille d valuation voire d auto-valuation des comptences de l quipe de maîtrise d œuvre retenue Confier à l AMO le suivi rgulier des tudes et notamment l apprciation des lments produits par le maître d œuvre et son BET (notices, fiches, simulations ) Exiger de la maîtrise d œuvre une marge d incertitude lors de la production de la note de calcul thermique rglementaire Multiplier le nombre d tudes : des tudes rptes et pousses des bâtiments permettent de garantir des rsultats plus efficaces en matière de performance nergtique 21

22 La phase de suivi des tudes (2/3) Exemples de bonnes pratiques La ralisation des simulations thermiques lors des tudes d A PS La simulation thermique dynamique vise à fournir les lments qui permettront de choisir les meilleures solutions techniques afin d optimiser l efficacit nergtique du futur bâtiment tout en prservant le niveau et la qualit du service rendu et du confort d usage; et ce au meilleur coût global. A travers ces simulations, l tude intègre de la façon la plus prcise possible, les lments influant sur l efficacit nergtique (donnes climatiques du lieu, contraintes de conception) ainsi que les consignes d utilisation du bâtiment lies à ses divers usages. L objectif final est de limiter les consommations et les coûts par une combinaison judicieuse des nergies en fonction des usages, un bon dimensionnement des installations et une gestion adapte performante. Elle doit galement veiller à privilgier l utilisation des ressources nergtiques locales et la production dcentralise d lectricit. La mise en place d un dispositif de suivi et de contrôle des performances nergtiques pour la phase travaux Pour s assurer de la prise en compte de la performance nergtique dans lments demands à la maîtrise d œuvre, il est recommandable de dployer un outil de suivi et de contrôle qui peut se prsenter sous la forme d une grille/ ou d un tableau de bord suivi par le rfrent nergie du maître d ouvrage ou bien au sein du cahier des charges de l AMO. Cet outil veillera notamment à intgrer les tapes suivantes : la formulation de propositions d actions correctives ou de solutions alternatives (avec les lments techniques et l impact financier correspondants), la validation par un organisme certificateur, la validation de l analyse en coût global, la validation de l tude thermique et dynamique, la bonne mise en place des procdures de vrification des performances engages par la maîtrise d'œuvre et les entreprises prvues en phase chantier, la vrification de l intgration, dans les pièces crites tablies par le MOE et la vrification de l intgration de la gestion de «c hantier vert». Premières ressources disponibles Cahier des charges A DEME-PREBA T : suivi des performances des bâtiments dmonstrateurs, ADEME, 2007/2009, Grille d valuation des indicateurs nergtiques, DREAL Alsace, 2008, 22

23 La phase de suivi des tudes (3/3) Tableau de bord synthtique de la phase de suivi des tudes Or ganisation d une r union de lancement pour l A PS Phase 4 Suivi des tudes Validation de l A PS avec utilisation du tableau d valuation des indicateur s ner gtiques Vr ification de l adquation de la note de calcul ther mique r glementair e Validation de l A PD et dimensionnement des choix techniques Intgr ation des comptences Éner gie dans le dossier de consultation des entr epr ises Programmation de runions d avancement rgulières Acteurs MOE + Mouv + AMO Mouv + AMO + MOE AMO Mouv + AMO + MOE MPE + Mouv + AMO 23

24 5. La phase de suivi des ralisations (1/3) Acteurs concerns La maîtrise d ouvrage (l assistance à maîtrise d ouvrage) L A MO La maîtrise d œuvre Les entreprises Objectifs S assurer de la capacit des entreprises retenues à raliser l opration selon les objectifs de performance nergtique fixs Constats La phase de ralisation correspond à la mise en œuvre des objectifs de performance nergtique dfinis et calibrs lors des tapes prcdentes. Les entreprises places sous la responsabilit de la maîtrise d œuvre ont pour objectif de raliser les travaux dans le respect des performances nergtiques vises. Points cls à vrifier Une runion d analyse des offres a-t-elle t organise? Au-delà de la cohrence des coûts, les capacits des entreprises à raliser un bâtiment basse consommation ont-elles t prises en compte (formation, qualit, rfrence)? Une runion de lancement a-t-elle eu lieu? A-t-elle eu pour objet la sensibilisation des entreprises et le rappel des performances nergtiques vises? Un responsable BBC a-t-il t identifi dans chacune des entreprises intervenant sur le chantier et une formation a-telle t propose aux chefs et aux chefs d quipe de ces entreprises? Des runions hebdomadaires sont-elles bien organises par la maîtrise d œuvre? Les produits et quipements mis en œuvre sont-ils reconnus par des organismes certificateurs? Un double contrôle interne/externe a-t-il t mis en place, notamment pour l tanchit à l air? En fin de chantier, des tests ont-il t effectus par un bureau de contrôle externe? L ouvrage ralis est-il conforme aux performances nergtiques souhaites? Recommandations Pour s assurer du bon droulement des travaux, conformment aux objectifs de basse consommation, prvoir un temps d information/sensibilisation spcifique avec les responsables des entreprises qui interviendront sur le chantier, sous la forme d une audition individuelle ou collective Les changes avec les entreprises permettent en outre d affiner les dtails d excution Confier à l AMO le suivi global du chantier et l apprciation des ralisations impactant sur la performance nergtique de l ouvrage (pose des matriaux, techniques d isolation ) Veiller galement aux enjeux de coordination entre les diffrents corps de mtier prsents sur le chantier. Si cet aspect n est pas spcifique à la BBC il peut être cependant être renforc. Envisager la possibilit de sensibiliser ou de former les artisans directement sur le chantier (formation in situ) Prvoir une rception intermdiaire des travaux avant la pose des parements et la fermeture des gaines techniques 24

25 La phase de suivi des ralisations (2/3) Exemples de bonnes pratiques L audition des responsables des entreprises intervenant sur le chantier basse consommation Pour des projets prsentant des caractristiques nergtiques, l audition des responsables des entreprises qui interviendront sur le chantier constitue un bon moyen pour sensibiliser ces dernières à la dmarche. Ces auditions, qui ne doivent pas se confondre avec des auditions effectues au stade de la candidature, prsentent l intrêt de sensibiliser et de responsabiliser les entreprises à la dmarche entreprise par le maître d ouvrage. Si une runion individuelle permet de renforcer les relations de confiance, une runion collective peut galement favoriser le travail en coordination entre les diffrentes entreprises ralisatrices. La mise en œuvre d une dmarche qualit pour les tests d tanchit à l air La ralisation de bâtiments et de rseaux arauliques tanches et l emploi d quipements de ventilations performants constituent un pr-requis pour atteindre des performances nergtiques leves. En 2008, le CETE de Lyon et l ADEME ont labor une dmarche qualit permettant de prendre en compte les enjeux de l tanchit en amont de la phase travaux, dès la conception et la planification de l opration. Cette dmarche qualit repose sur l ide gnrale que pour être rellement efficace une prestation doit être adosse à un processus articul schmatiquement autour de 4 pôles : planifier, raliser, vrifier et agir. L ensemble permet de fiabiliser les prestations du maître d œuvre et de garantir l atteinte des objectifs viss. Premières ressources disponibles Cahier des charges A DEME-PREBA T : suivi des performances des bâtiments dmonstrateurs, ADEME, 2007/2009, Grille d valuation des indicateurs nergtiques, DREAL Alsace, 2008, Russir l tanchit à l air, laboration et application d un dmarche qualit, livret de sensibilisation, CETE de Lyon, mai 2008, 25

26 La phase de suivi des ralisations (3/3) Tableau de bord synthtique de la phase de suivi des ralisations Phase 5 Suivi des ralisations Acteurs Vr ification de la capacit des entreprises à r aliser l opr ation MOE + Mouv + AMO Sensibilisation des r esponsables des entreprises à la dmar che Identification d un rfrent dans les entreprises inter venant sur le chantier For malisation d un dispositif de suivi et de contrôle du chantier Mouv + AMO + MOE Ralisation des tests inter mdiair es MOE Ralisation des mesur es du bâtiment à la rception MOE + AMO 26

27 6. La phase d information et d accompagnement de la mise en service du bâtiment (1/3) Acteurs concerns La maîtrise d ouvrage (l assistance à maîtrise d ouvrage) L A MO Les utilisateurs Objectifs Évaluer le niveau de performance rel du bâtiment et s assurer d une utilisation conforme aux exigences de performance nergtique Constats L information et l accompagnement lors de la rception jouent un rôle dcisif dans l appropriation du bâtiment par les futurs utilisateurs. Pour être conforme aux objectifs de performance nergtique fixs, le fonctionnement du bâtiment doit suivre des règles aussi strictes que celles des phases prcdentes. Points cls à vrifier La permabilit à l air du bâtiment a-t-elle t mesure et les ventuels problèmes ont-ils t rsolus? Les dispositifs de rgulation et de programmation des installations de chauffage, de production d eau chaude sanitaire et de gestion de l air ont-ils t rgls? Un guide de gestion du bâtiment a-t-il t rdig à l attention de l exploitant? Comporte-t-il l ensemble des lments permettant un entretien rgulier des quipements? Les personnes charges de la maintenance du bâtiment disposent-elles des comptences ncessaires? Un guide d utilisation du bâtiment a-t-il t rdig à l attention des occupants? Un dispositif de suivi des performances du bâtiment a-t-il t mis en place? Prvoit-il un relev rgulier des consommations nergtiques par usage et par poste, la mesure du confort intrieur ainsi que l v aluation des conditions d occupation et de gestion de l nergie? Recommandations Envisager le dispositif de suivi des performances du bâtiment sur le long terme : entre 2 et 3 ans après la livraison du bâtiment et prvoir la ralisation des tests sur au moins 2 hivers Inclure ce suivi des performances nergtiques dans les missions de l AMO s il y en a un Rdiger un livret de sensibilisation aux conomies d nergie accompagn d un guide d utilisation spcifique du bâtiment Ne pas attendre la livraison pour sensibiliser les usagers mais les inclure le plus en amont possible (dès le stade des tudes ou en proposant des visites du chantier) Prvoir la ralisation d un retour d exprience voir d une valuation sur la conduite globale aux diffrentes phases de l opration 27

28 La phase d information et d accompagnement de la mise en service du bâtiment (2/3) Exemples de bonnes pratiques L laboration d un guide d utilisation des bâtiments basse consommation L dition et la distribution d un guide d utilisation aux futurs utilisateurs lors de la rception du bâtiment est amene à être une pratique courante dans les oprations basse consommation. Elle doit permettre une vritable appropriation du bâtiment et favoriser le dveloppement de comportement en adquation avec la performance nergtique. Si l utilisation d un tel guide peut être accompagne efficacement d une sance de sensibilisation collective, le maître d ouvrage peut galement envisager de mobiliser les futurs utilisateurs le plus tôt possible, lors des tudes de faisabilit ou à l occasion du chantier L organisation un retour d exprience des bâtiments basse consommation Pour apprcier la performance nergtique relle il est conseill d effectuer un retour d exprience des oprations basse consommation dans un dlai suffisamment important après la mise en service du bâtiment. Une telle dmarche, ralise deux ans après la livraison du bâtiment, permet en effet de mesurer la performance nergtique du bâtiment et d apprcier l impact rel de la prise en compte des objectifs nergtiques aux diffrentes tapes de l opration. Ce retour d exprience peut galement faire l objet d une mise en dbat et d une concertation, rassemblant l ensemble des acteurs ayant t concerns par le projet mais galement les responsables et les intervenants d oprations en cours confronts aux mêmes problmatiques. Premières ressources disponibles Cahier des charges A DEME-PREBA T : suivi des performances des bâtiments dmonstrateurs, ADEME, 2007/2009, Retours d exprience sur des oprations françaises en logement et en tertiaire, VISIER (J.-C.), ALESSANDRINI (J.-M.), CSTP, juin 2008, La maison basse consommation, guide d information à destination du particulier, hiver 2009, 28

29 La phase d information et d accompagnement de la mise en service du bâtiment (3/3) Tableau de bord synthtique de la phase d information et d accompagnement de la mise en service du bâtiment Phase 6 Information et accompagnement de la mise en service du bâtiment Acteurs Élabor ation d un guide d utilisation du bâtiment Élabor ation d un guide de gestion du bâtiment Mouv + AMO + Utilisateurs For malisation d un dispositif de suivi des per for mances ner gtiques BET externe/amo Programmation d un retour d exprience de la conduite de l opr ation Mouv 29

30 Prsentation d un outil de suivi des oprations basse consommation 30

31 31

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z.

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. Page/0 - BUT DE LA MANIPULATION : Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. - LES PLANS D EXPERIENCE -LA METHODE DU DOCTEUR TAGUCHI. La mthodologie Taguchi de mise en oeuvre des plans

Plus en détail

LE PROJET TUTORÄ. Par consäquent, låälaboration dåun projet tutorä en LEA doit poursuivre les objectifs suivants :

LE PROJET TUTORÄ. Par consäquent, låälaboration dåun projet tutorä en LEA doit poursuivre les objectifs suivants : LE PROJET TUTOR I. LA DFINITION Le projet tutor en LEA est un rapport rdig par un tudiant ou un groupe dåtudiants destin Ç permettre Ç låtudiant de dfinir son orientation et son parcours universitaire

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES Cahier des charges 2015 et 2016 Contexte Pour répondre aux enjeux énergétiques et environnementaux du secteur du bâtiment,

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE REGLEMENT D APPEL A PROJETS - 1 ère EDITION 2013 - «AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DU PATRIMOINE BATI» OUVERTURE DE L APPEL A PROJETS : 1 er juillet 2013

Plus en détail

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie?

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie? Contruire Basse Consommation : on y va? Rénovation des bâtiments communaux Comment mobiliser son gisement d économie? ASDER le 20 mars 2012 Définir le programme et les objectifs énergétiques et environnementaux

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Aides aux études et autres accompagnements d'experts pour des projets de géothermie. Description et modalités

Aides aux études et autres accompagnements d'experts pour des projets de géothermie. Description et modalités Aides aux études et autres accompagnements d'experts pour des projets de géothermie Description et modalités 2015 FICHE SYNTHETIQUE Actions éligibles - Etude de faisabilité géothermique - Assistance à

Plus en détail

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES CAHIER DES CHARGES DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES Rappel du cadre général d intervention des 3 collectivités : Dans le prolongement du Schéma Régional de Développement

Plus en détail

Programme Effilogis. une nouvelle donne pour les maîtres d ouvrages et les professionnels du bâtiment

Programme Effilogis. une nouvelle donne pour les maîtres d ouvrages et les professionnels du bâtiment Programme Effilogis La performance énergétique : une nouvelle donne pour les maîtres d ouvrages et les professionnels du bâtiment Atelier d échange régional Bois Construction 19 mars 2012 1 Sommaire :

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COLLECTIFS PAR L ALE LYON AGGLOMERATION

ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COLLECTIFS PAR L ALE LYON AGGLOMERATION ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS COLLECTIFS PAR L ALE LYON AGGLOMERATION Contact : Alexandre Ducolombier, chargé de mission bâtiment durable Tél : 09.72.39.88.42 Mail : alexandre.ducolombier@ale-lyon.org 1. OBJET

Plus en détail

COMITE DU MASSIF DES ALPES

COMITE DU MASSIF DES ALPES COMITE DU MASSIF DES ALPES Efficacité énergétique et promotion des énergies renouvelables Sous-axe II.3 du Programme Opérationnel Interrégional de massif des Alpes Appel à projets / Volet bâtiments 1.

Plus en détail

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS CAHIER DES CHARGES RELATIF A UN AUDIT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DE L'INSTITUT FRANÇAIS DE MECANIQUE AVANCEE Date limite d envoi de l'offre : 30 avril

Plus en détail

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Allégements fiscaux pour les Canadiens

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Allégements fiscaux pour les Canadiens Le budget de 1998 Bâtir le Canada pour le XXI e siècle Allégements fiscaux pour les Canadiens février 1998 En ce qui concerne maintenant la fiscalit, je tiens rappeler tout d abord notre objectif. Notre

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

Hémomixer Etude des sollicitations du corps d épreuve

Hémomixer Etude des sollicitations du corps d épreuve Hmomixer Etude des sollicitations du corps d preuve TP 2 heures Noms : Prnoms : Classe : Date : Note : /20 Objectifs A l issue de la sance vous devez être en mesure : - de dire de quelle nature est la

Plus en détail

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT

ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT ENCOURAGER L EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT Le secteur du bâtiment représente à lui seul 44 % de la consommation d énergie finale totale de la France (chiffres 2009). La question de l efficacité

Plus en détail

Rénovation de bâtiments tertiaires économes en énergie

Rénovation de bâtiments tertiaires économes en énergie Rénovation de bâtiments tertiaires économes en énergie Rappel du contenu de l appel l à projets BFM, 3 octobre 2012 Carine LASBRUGNAS, Chargée de mission Conseil Régional du Limousin Contexte du bâtiment

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES RESTRUCTURATION PARTIELLE DU RESEAU CVC CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES EN APPLICATION DU CODE DES MARCHES PUBLICS DECRET N 2006-975 DU 1ER AOUT

Plus en détail

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS mountee: Energy efficient and sustainable building in European municipalities in mountain regions IEE/11/007/SI2.615937 D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS Nom du projet-pilote

Plus en détail

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES CAHIER DES CHARGES DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES Rappel du cadre général d intervention des 3 collectivités : Dans le prolongement du Schéma Régional de Développement

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES

MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES ACTION COLLECTIVE REGIONAL DE PROMOTION DU MANAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PAR ETAPES CAHIER DES CHARGES DE LA CONSULTATION Avec le soutien de : Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Rhône-Alpes 75

Plus en détail

Règlement du trophée

Règlement du trophée 21.04.2015 Règlement du trophée Concours portant sur : La qualité de conception énergétique de projets de construction ou rénovation La pertinence économique et environnementale de ces projets L excellence

Plus en détail

Appel à projets : Efficacité énergétique des bâtiments

Appel à projets : Efficacité énergétique des bâtiments en partenariat avec Et avec le soutien de la: Appel à projets : Efficacité énergétique des bâtiments Expérimentations de solutions innovantes DOSSIER DE CONSULTATION Mai 2012 Projet Efficacité énergétique

Plus en détail

Énergies FORMATIONS 2014-2015. Formations métiers certifiantes. ISO 50001 et audit de systèmes de management

Énergies FORMATIONS 2014-2015. Formations métiers certifiantes. ISO 50001 et audit de systèmes de management FORMATIONS 2014-2015 Énergies Formations métiers certifiantes ISO 50001 et audit de systèmes de management Audit énergétique NF EN 16247 : bâtiment et industrie - Méthodologie d audit énergétique NF EN

Plus en détail

DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Mercredi de l info du Mercredi 25 Mars 2009 «PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BATIMENT A BASSE CONSOMMATION D ENERGIE» Le point sur les réglementations,

Plus en détail

Rapport de vérification

Rapport de vérification Phase conception Provisoire phase chantier Définitif phase chantier Certification NF HQE TM Bâtiments Tertiaires Label HPE Construction neuve Rénovation OPERATION Opération Bâtiment RESTRUCTURATION D'UN

Plus en détail

Attestations, mesures, DPE, études réglementaires : de nouvelles prestations obligatoires s imposent aux maitres d ouvrage

Attestations, mesures, DPE, études réglementaires : de nouvelles prestations obligatoires s imposent aux maitres d ouvrage Attestations, mesures, DPE, études réglementaires : de nouvelles prestations obligatoires s imposent aux maitres d ouvrage Jean-Michel Desoutter 18 juin 2014 Les prestations connexes au contrôle technique

Plus en détail

Effilogis 2015. rénovation mode d emploi. www.effilogis.fr

Effilogis 2015. rénovation mode d emploi. www.effilogis.fr PARTICULIERS Un COLLECTIVITÉS investissement BAILLEURS SOCIAUX de bon sens Effilogis 2015 rénovation mode d emploi www.effilogis.fr Habitation BBC Bon à savoir Une habitation rénovée Bâtiment Basse Consommation

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail

Agence France Presse, 1944-2004

Agence France Presse, 1944-2004 Agence France Presse, 1944-2004 Hritière d Havas, la plus ancienne agence de presse internationale ne en France en 1835, l Agence France-Presse (AFP) voit le jour lors de la libration de Paris le 20 août

Plus en détail

Etude de cas : PIXEL Site Web : http://www.construction21.eu/france/

Etude de cas : PIXEL Site Web : http://www.construction21.eu/france/ Etude de cas : PIXEL Site Web : http://www.construction21.eu/france/ PIXEL PUBLIé PAR BNP PARIBAS REAL ESTATE 28 FEBRUARY 14 Type de projet : Construction Neuve Type de bâtiment : Immeuble de bureaux Année

Plus en détail

RENOVATION ENERGETIQUE

RENOVATION ENERGETIQUE RENOVATION ENERGETIQUE DES BATIMENTS DU TERTIAIRE : IL FAUT AGIR! Par le pôle Ecologie de Terra Nova Le 25 octobre 2013 La rénovation énergétique des bâtiments est une condition sine qua non de la réussite

Plus en détail

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE Contribution du SER au Plan de performance énergétique des logements 2 ( ) «La rénovation thermique des logements

Plus en détail

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Lundi 24 juin 2013 La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Service de Presse 04 67 22 81 31 /// 04 67 22 80 47 presse-region@cr-languedocroussillon.fr Convaincue

Plus en détail

Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012)

Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012) Comprendre la réglementation thermique 2012 (RT2012) Sommaire 1 Un engagement fort du Grenelle de l environnement 1 Calendrier et champ d application 2 Les nouveautés 3 Les exigences 9 Les quatre niveaux

Plus en détail

Réussir la Démarche de Management

Réussir la Démarche de Management Formation à la norme ISO 9001, V 2008 Formateur Dr Mohammed Yousfi Formateur Auditeur Consultant QSE Réussir la Démarche de Management Réussir le Projet ISO 9001, Version 2008 1 Programme Introduction

Plus en détail

SCHWEIZ US~ s sse union suisse des professionnets dc (immobitier

SCHWEIZ US~ s sse union suisse des professionnets dc (immobitier SCHWEIZ US~ s sse union suisse des professionnets dc (immobitier R~GLEMENT concernant I examen professionnel de courtiöre en immeubles Icourtier en immeubles Vu l art. 28, al. 2, de la loi f~d~rale du

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

Département de l Hérault

Département de l Hérault Du diagnostic à l opérationnel, quelles priorités? Le cas des collèges de l Hérault Jean-Pierre Quentin, directeur d exploitation du pôle éducation Patrimoine Conseil général de l Hérault mai 2009 AUDIT

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

logements rénovés par an d ici à 2017, selon l objectif du plan de rénovation énergétique de l habitat. Source : ministère du Développement durable

logements rénovés par an d ici à 2017, selon l objectif du plan de rénovation énergétique de l habitat. Source : ministère du Développement durable N 70 - Novembre 2013 Repères C est le moment d agir 07 > 500000 logements rénovés par an d ici à 2017 selon l objectif du plan de rénovation énergétique de l habitat. Source : ministère du Développement

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE Guide méthodologique à usage des CPNE Guide validé par le CPNFP du 16 mars 2012 1 PLAN De quoi parle-t-on? Synthèse du processus d élaboration

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Installateur en Chauffage, Climatisation, Sanitaire et Energies Renouvelables en alternance

Installateur en Chauffage, Climatisation, Sanitaire et Energies Renouvelables en alternance Installateur en Chauffage, Climatisation, Sanitaire et Energies Renouvelables en alternance Domaine : Bâtiment, éco-construction, rénovation Durée : 5 mois ROME : F603 Code AFPA : 9 Objectifs : Poser,

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

Installations de production d Eau Chaude Sanitaire Collective. La Garantie de Résultats Solaires (GRS)

Installations de production d Eau Chaude Sanitaire Collective. La Garantie de Résultats Solaires (GRS) Installations de production d Eau Chaude Sanitaire Collective La Garantie de Résultats Solaires (GRS) Document réalisé avec le soutien technique de la Introduction Les installations concernées par la Garantie

Plus en détail

NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par. J~AN i~t:t. Paris

NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par. J~AN i~t:t. Paris NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par J~AN i~t:t Paris TENDANCES NOUVELLES EN AUTOMATISME... La tendance la plus significative qui se d~gage.. consiste

Plus en détail

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE. Responsabilité et autorité Maîtrise d ouvrage directe

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE. Responsabilité et autorité Maîtrise d ouvrage directe GUIDE MÉTHODOLOGIQUE POUR UNE CONSTRUCTION DURABLE Responsabilité et autorité Maîtrise d ouvrage directe ORGANIGRAMME GENERAL Maîtrise d Œuvre Interne au Cg Service Marché Utilisateurs Maintenance Directions

Plus en détail

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée Dalkia, le leader européen des services énergétiques Dalkia filiale de EDF et de Veolia Environnement, place les enjeux environnementaux au cœur

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

viser une garantie de performance énergétique dans le neuf et l existant

viser une garantie de performance énergétique dans le neuf et l existant Une démarche en construction à la Ville de Nîmes : viser une garantie de performance énergétique dans le neuf et l existant Colloque 2014 de la Fondation Bâtiment Energie «Fiabilité et massification des

Plus en détail

MAISON VOUS ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET CUGAND (85) - CLISSON (44) www.c-3-p.fr

MAISON VOUS ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET CUGAND (85) - CLISSON (44) www.c-3-p.fr MAISON www.c-3-p.fr VOUS ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET CUGAND (85) - CLISSON (44) MAISON Construire avec C3P MAISON c est choisir la tranquillité et un interlocuteur unique pour mener à bien

Plus en détail

Les labels de rénovation thermique. Journée rénovation du patrimoine des Collectivités. Frédéric SAILLY

Les labels de rénovation thermique. Journée rénovation du patrimoine des Collectivités. Frédéric SAILLY Les labels de rénovation thermique Journée rénovation du patrimoine des Collectivités Frédéric SAILLY Les actions de l ARCAD/PQE sont financés par Quels labels en rénovation? Arrêté du 29 septembre 2009

Plus en détail

Appel à projets. Bâtiments Aquitains Basse Energie 2013

Appel à projets. Bâtiments Aquitains Basse Energie 2013 Appel à projets Bâtiments Aquitains Basse Energie 2013 REGLEMENT 1. CONTEXTE : Réduire la consommation d énergie est une nécessité pour répondre aux défis du changement climatique et à l épuisement des

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE :

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : RECONNU GARANT DE L ENVIRONNEMENT Date de mise en application : 20/02/2014 QUALIFELEC RE/0010 indice A 1 SOMMAIRE 1. DOMAINE D APPLICATION... 4 1.1 Objet...

Plus en détail

La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale

La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale Des créations architecturales sans oublier les performances Contexte Un produit verrier impacte de différentes façons le bilan environnemental

Plus en détail

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010 Direction des Investissements d Avenir Direction Villes et Territoires Durables Service Bâtiment Direction Recherche et Prospective Service Recherche et Technologies avancées APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET

Plus en détail

Maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Un grand programme de rénovation. Octobre 2012

Maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Un grand programme de rénovation. Octobre 2012 Maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Un grand programme de rénovation Octobre 2012 Messages clés Ciblage et diagnostic Incitations, aides, financement Organisation des filières Maîtrise

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

PRÉ-DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES

PRÉ-DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES PRÉ-DIGNOTI ÉNRGÉTIQU DN L BTIMNT HIR D HRG Guides et cahiers techniques Version du 15/03/2007 gence de l'nvironnement et de la Maîtrise de l'nergie ahier des charges Pré-diagnostic Batiments version au

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

Qualit IMMO une entreprise 100% aveyronnaise.p2. Le gage de qualité NF Logement...p5. Qualit IMMO novatrice en normes environnementales p6

Qualit IMMO une entreprise 100% aveyronnaise.p2. Le gage de qualité NF Logement...p5. Qualit IMMO novatrice en normes environnementales p6 SOMMAIRE Qualit IMMO une entreprise 100% aveyronnaise.p2 Le gage de qualité NF Logement...p5 Qualit IMMO novatrice en normes environnementales p6 La recherche de la satisfaction globale.p9 Nos actualités..p11

Plus en détail

Région Rhône Alpes Charbonnières les Bains Cession en vue de la reconversion de l ancien siège de la Région

Région Rhône Alpes Charbonnières les Bains Cession en vue de la reconversion de l ancien siège de la Région Région Rhône Alpes Charbonnières les Bains Cession en vue de la reconversion de l ancien siège de la Région CONSULTATION OPERATEURS PHASE 1 Candidatures Règlement de la consultation 12 janvier 2012 SOMMAIRE

Plus en détail

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Préambule Venir chez SE2M, c est vous faire profiter de notre expertise de plus de 10 ans d expérience dans l exercice de notre

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

Mesure de l efficacité énergétique du site et externalisation de maintenance

Mesure de l efficacité énergétique du site et externalisation de maintenance Mesure de l efficacité énergétique du site et externalisation de maintenance Deux outils d Amélioration Continue en Facilities Management chez Merck Millipore à Molsheim Thèse professionnelle présentée

Plus en détail

Equilibre technique d'un exercice de souscription

Equilibre technique d'un exercice de souscription ASSURANCE AUTOMOBILES ET REVENUS FINANCIERS*) par JEAN SOUSSELIER, Paris La question est controvers~e de savoir si l'on doit tenir compte du revenu des placements -- et 6ventuellement des b6n6fices sur

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

Appel à Projets 2013. Règlement. Efficacité énergétique dans les bâtiments rénovés. à basse consommation d énergie

Appel à Projets 2013. Règlement. Efficacité énergétique dans les bâtiments rénovés. à basse consommation d énergie Appel à Projets 2013 Efficacité énergétique dans les bâtiments rénovés à basse consommation d énergie Règlement Préalable : avant d envisager de candidater à cet appel à projets nous vous conseillons de

Plus en détail

La maison gaz naturel basse consommation

La maison gaz naturel basse consommation La maison gaz naturel basse consommation Construction individuelle neuve Pourquoi opter pour une maison basse consommation au gaz naturel? Vous êtes au cœur d un projet important : la construction d une

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION EFFINERGIEET LA RT 2012 Sébastien DELMAS, Effinergie 10 novembre 2011 Dynamique territoriale de l efficacité énergétique Effinergie et la RT 2012 Sébastien Delmas 10 novembre

Plus en détail

La mise en œuvre BBC. Formation pour entreprises IBSE

La mise en œuvre BBC. Formation pour entreprises IBSE La mise en œuvre BBC Formation pour entreprises IBSE 2 Les labels Maison bioclimatique Maison conçue pour bénéficier de tous les avantages du climat et du terrain ainsi que de la végétation environnante.

Plus en détail

DOSSIER D'APPEL D'OFFRES POUR LE PROJET PILOTE RELAT!F AU RESEAU D'ASSAINISSEMENT

DOSSIER D'APPEL D'OFFRES POUR LE PROJET PILOTE RELAT!F AU RESEAU D'ASSAINISSEMENT ;L~.\NI\( \NI. )L \)R.;J,\\IL IN IKN.I(i)A, 1\(.. HG-005 La participation du secteur priv6 aux services environnementaux DOSSIER D'APPEL D'OFFRES POUR LE PROJET PILOTE RELAT!F AU RESEAU D'ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Les signes de qualité des entreprises du bâtiment

Les signes de qualité des entreprises du bâtiment Les signes de qualité entreprises du bâtiment Partie 1 : Les Qualifications, les Appellations Les signes de reconnaissance de la qualité acteurs sont repères (marques de certification, de, appellations,

Plus en détail

N 24 avril 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/7

N 24 avril 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/7 N 24 avril 2015 Secrétariat de la CCMOSS 1/7 ACTUALITES Publication d un «mode d emploi sur les achats socialement responsables»..... 3 D E F I N I T I O N Qu est-ce que le système de management environnemental

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Copropriétés. Financez vos travaux d économies d énergie avec les Certificats d Economies d Energie. Formation ARC 6 mai 2014 CONFIDENTIEL

Copropriétés. Financez vos travaux d économies d énergie avec les Certificats d Economies d Energie. Formation ARC 6 mai 2014 CONFIDENTIEL Ceelium 2014 CONFIDENTIEL Formation ARC 6 mai 2014 Copropriétés Financez vos travaux d économies d énergie avec les Certificats d Economies d Energie Intervenant : Jérémy LAUER-STUMM, responsable marketing,

Plus en détail

Newsletter Label Promotelec Performance

Newsletter Label Promotelec Performance AVRIL 2012 Visites de fin de chantier de vos demandes de 1. Une visite sur chantier : Pourquoi? Car la certification d un projet s articule autour de deux examens : - un premier au cours de la phase «conception»,

Plus en détail

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm Notez que vous trouverez les fiches citées à chaque étape sur le site (Normalement, les liens ont été conservés et fonctionnent) Reste

Plus en détail

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX Accompagnement dans l élaboration de la stratégie de communication du Parc naturel régional du Haut-Jura Marché de Prestation de Service Marché A Procédure Adaptée MAPA 2013-001 Cahier des charges Décembre

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

Le Grenelle de l Environnement : un engagement de la France et une chance pour les collectivités

Le Grenelle de l Environnement : un engagement de la France et une chance pour les collectivités Le Grenelle de l Environnement : un engagement de la France et une chance pour les collectivités Le projet de loi relatif à la mise en œuvre du Grenelle de l Environnement entend réaffirmer de nouvelles

Plus en détail

Présentation de l association, son action, ses travaux. Catherine Bonduau

Présentation de l association, son action, ses travaux. Catherine Bonduau Présentation de l association, son action, ses travaux Catherine Bonduau Dynamiser l efficacité thermique du bâtiment Dynamiser la performance thermique du bâtiment Dès 2005 un groupe de travail prépare

Plus en détail

APPEL A PROJETS PARISIEN POUR LE DEVELOPPEMENT DE L HABITAT PARTICIPATIF REGLEMENT DE L'APPEL A PROJETS

APPEL A PROJETS PARISIEN POUR LE DEVELOPPEMENT DE L HABITAT PARTICIPATIF REGLEMENT DE L'APPEL A PROJETS Annexe 2 de la 2014 DLH 1164 : Évolution du dispositif d appel à projets en faveur de l habitat participatif à Paris dedede dedfe APPEL A PROJETS PARISIEN POUR LE DEVELOPPEMENT DE L HABITAT PARTICIPATIF

Plus en détail

CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET

CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET 1 Construire en équipe: qualité, efficacité, rapidité! Bruxelles Environnement CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET Liesbet TEMMERMAN Facilitateur Bâtiment

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF

PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF Société d Economie Mixte Energies POSIT IF : Promouvoir, Organiser, Soutenir et Inventer la Transition énergétique en Ile-de-France PRÉSENTATION DE L OFFRE D ENERGIES POSIT IF Ensemblier technique, financier

Plus en détail

Visuels de références

Visuels de références Visuels de références ENERCOBAT SARL Siège: 640 route du Martelet 74300 Châtillon sur Cluses 04 50 96 02 14 Centre Technique : 3 rue du pré Bénévix 74300 Cluses 04 50 34 79 48 / 06 33 33 44 49 www.enercobat.com

Plus en détail

LE MAIRE ET L INGENIERIE. Mémento à destination des élus pour une aide à la réalisation des projets (aménagement, voirie, espaces publics )

LE MAIRE ET L INGENIERIE. Mémento à destination des élus pour une aide à la réalisation des projets (aménagement, voirie, espaces publics ) LE MAIRE ET L INGENIERIE Mémento à destination des élus pour une aide à la réalisation des projets (aménagement, voirie, espaces publics ) Novembre 2011 Sommaire Introduction...1 I. Rôles et responsabilités

Plus en détail

SAGE. SAGE comptabilité

SAGE. SAGE comptabilité 2 sances Un dcoupage en 2 sances vous permettra d tudier les principales fonctionnalits des 3 logiciels : : 7 sances : 8 sances : 5 sances comptabilit ance : ration de la socit et mise en place des fichiers...

Plus en détail

PACMA006-2014 consultant GPEC Cahier des clauses techniques particulières

PACMA006-2014 consultant GPEC Cahier des clauses techniques particulières PACMA006-2014 consultant GPEC Cahier des clauses techniques particulières Nombre de pages : 4 y compris l annexe Annexe 1 informations à faire figurer dans le rapport de synthèse PACMA006-2014 consultant

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail