Accompagner les projets de bâtiments publics Basse Consommation en Alsace

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Accompagner les projets de bâtiments publics Basse Consommation en Alsace"

Transcription

1 Accompagner les projets de bâtiments publics Basse Consommation en Alsace feuille de route Avril 2010

2 Sommaire Prambule/avant propos p.3 Les pralables à un projet de bâtiment basse consommation p.4 Un enjeu collectif de sensibilisation à la performance nergtique dans le bâtiment Élments de dfinition Accompagner pas à pas un projet de construction ou de rnovation p.10 Les tapes cls dans la conduite d une opration basse consommation La phase de montage La phase de programmation La phase de slection de la maîtrise d œuvre La phase de suivi des tudes La phase de suivi des ralisations La phase d information et d accompagnement à la mise en service du bâtiment Modlisation d un outil de suivi d une opration basse consommation p.30 2

3 Prambule/Avant propos Avertissement Afin de faciliter la mise en œuvre de la Clause inscrite dans le Contrat de Projet État-Rgion Alsace , un groupe de travail a t cr en Pour accompagner l application de la clause, au regard notamment de l important programme de construction de l enseignement suprieur et de la recherche mais aussi d autres bâtiments relevant du domaine de la sant, de la culture et du volet territorial, le groupe de travail a men plusieurs actions d tudes, de sensibilisation et de formation. En octobre 2009, il a souhait procder à la formalisation d un outil d accompagnement des projets de construction engags dans des dmarches de performance nergtique. Cet outil se concrtise sous la forme d une feuille de route et s appuie sur l analyse d une trentaine d oprations immobilières basse consommation et sur une tude approfondie mene à partir d un chantillon d oprations menes en Alsace et dans d autres rgions. Si cette tude a confirm l intrêt d une rflexion sur les besoins d accompagnement pour la construction et la rnovation de bâtiments à haute performance nergtique, elle tmoigne galement du caractère fondamentalement innovant et exprimental des dmarches entreprises jusqu ici dans ce domaine. A cet gard, les observations et les prconisations formules dans le document ne sauraient être considres comme dfinitives ou exhaustives. Guide de lecture Document partag à destination du groupe de travail et des maîtres d ouvrage, cette feuille de route a pour objectif d accompagner l laboration et la conduite des oprations de basse consommation tout en soulignant les points de vigilance appelant une intervention collective, du groupe de travail et des maîtres d ouvrage. Elle doit galement permettre de mobiliser l ensemble des acteurs de la construction et de la rnovation autour des engagements de performance et de faire davantage connaître les actions d accompagnement existantes. L ensemble doit contribuer enfin à concrtiser les engagements des maîtres d ouvrage ou à les faire pleinement entrer dans une «dmarche vertueuse» de performance nergtique. La feuille de route doit donc être lue à la fois comme une grille de lecture des oprations djà engages ou acheves et comme une source d inspiration pour tous ceux qui souhaitent conduire des oprations de basse consommation. Elle repose enfin sur la littrature existante et djà dense sur le sujet, et renvoie, dès que possible, aux ressources disponibles. 3

4 Les pralables à un projet de bâtiment basse consommation 4

5 Un enjeu collectif de sensibilisation aux objectifs de performance nergtique dans le bâtiment Les conomies d nergie dans le bâtiment Avec 46% de la consommation d nergie en France et 25% des missions de CO2, le bâtiment est un gisement important d conomies d nergie. Le Grenelle de l environnement qui s est droul en 2007 a formul des conclusions qui ont permis de prendre la mesure de l effort à entreprendre dans le secteur du bâtiment : la division par 4 à horizon 2050 des missions de gaz à effet de serre (Facteur 4), la rduction de 20 % des missions de gaz à effet de serre ou 30 % en cas d engagements d autres pays industrialiss d ici à 2020, la baisse de 20 % de la consommation d nergie et l entre en vigueur des rglementations thermiques RT 2005 et RT Le Grenelle a soulign galement que le bâtiment reprsentait un secteur pour lequel il est comparativement ais d obtenir des rsultats à court terme. L horizon fix par le Grenelle de l Environnement La Loi n du 3 août 2009 (dite Loi Grenelle 1) fixe pour objectif le passage à 20% de la part des nergies renouvelables, l amlioration de 20% de l efficacit nergtique des bâtiments de l État et la rnovation de l ensemble du parc de logements sociaux d ici à Pour la rduction des consommations d nergie des bâtiments existants, elle vise la rduction d au moins 38% des consommations du parc existant d ici 2020 et la rnovation complète de logements chaque anne à partir de Plusieurs actions sont prvues pour atteindre ces objectifs : programme de formation, de recrutement et de qualification des professionnels, projet de recherche de nouvelles gnrations de bâtiments et de techniques de rnovation, plan d action pour la ralisation d co-quartiers, adaptation des normes de certification, extension de l tiquetage nergtique, renforcement des dispositifs de certificats d conomies d nergie L horizon fix lors du Grenelle de l Environnement se dcline en trois tapes successives pour faire face aux objectifs : : priode d'incitation vis-à-vis des maîtres d'ouvrage et de monte en puissance pour les professionnels ; : priode de fonctionnement en rgime stable jusqu'à la fin de l'horizon du Grenelle et : augmentation des flux pour faire face aux objectifs du facteur quatre spcifi dans le Plan. 5

6 La basse consommation, de quoi parle-t-on? Parmi les actions ambitieuses dployes dans le domaine du bâtiment, le cap a t mis sur la ralisation de bâtiments basse consommation, prsentant des objectifs de performance nergtique suprieurs à la rglementation thermique en vigueur (RT2005) qui fixe pour les bâtiments neufs rsidentiels et tertiaires un objectif d amlioration de la performance nergtique d au moins 15% tous les 5 ans. Le label Bâtiment Basse Consommation, cr par l arrêt du 8 mai 2007 sur la base de la RT2005 fixe un objectif de consommation maximale pour les constructions neuves de logement à 50 kwhep/m² par an, modulable selon la zone climatique et l altitude de la zone d implantation du projet. Cette consommation à ne pas dpasser s applique aux cinq usages de l nergie sur lesquels on peut agir dès la conception du bâtiment, à savoir le chauffage, le rafraîchissement, la ventilation, l eau chaude sanitaire, les auxiliaires de ventilation et de chauffage et l clairage. Pour les oprations de rhabilitation ou de rnovation, les exigences pour l obtention du label BBC dcrites dans l arrêt du 29 septembre 2009 correspondent à une consommation conventionnelle d nergie primaire infrieure ou gale à 80 kwhep/m² par an, modulable galement selon l implantation gographique du projet ou une rduction de 50% de la consommation de rfrence de la RT Les objectifs fixs par le Grenelle de l Environnement prvoient la gnralisation des bâtiments basse consommation dans le neuf, dès 2011 pour les bâtiments publics et tertiaires, et dès 2013 pour les bâtiments rsidentiels. Si la future rglementation thermique prvoit de rendre obligatoire la norme BBC pour toutes les constructions neuves à partir du 1er janvier 2013, la mise en place de cette norme est conçue comme une tape supplmentaire vers 2020 où toutes les constructions neuves devront rpondre à la norme de Bâtiment à Positive, c'est-à-dire qu'ils devront avoir une consommation d'nergie infrieure à la quantit qu'ils produisent, à partir de sources renouvelables. L atteinte des objectifs de performance nergtique englobe galement des enjeux plus larges que les seuls aspects lis à la rglementation : elle concerne la qualit des matriaux et l nergie grise, la qualit de l tanchit à l air et la recherche de solutions techniques appropries, la coordination de l ensemble des acteurs du bâtiment et le confort des usagers. 6

7 Une dmarche pilote en Alsace Si depuis 2006, toutes les rgions mtropolitaines, ainsi que la Runion, conjointement avec les Directions Rgionales de l ADEME, ont lanc un Appel à Projets (AAP) afin de soutenir la ralisation de Bâtiments Basse Consommation (objectif nergtique label BBC), la dmarche reste pionnière : en 2009 elle avait permis d accompagner 250 projets reprsentant près de 550 bâtiments (soit 2200 logements et 105 bâtiments tertiaires, pour une surface totale de m2) et dont près d un quart concerne la rhabilitation de bâtiments existants. En Alsace, le programme Energivie est entr en 2007 dans une nouvelle phase de son dveloppement avec pour priorit l'efficacit nergtique dans les bâtiments. L'objectif est de diviser par quatre les consommations nergtiques des bâtiments en Alsace à l'horizon Ce chantier concerne à la fois le bâti ancien et le neuf, les bâtiments publics et privs et prend pour modèles les programmes suisse Minergie et allemand Passiv Haus en s'appuyant sur le label français BBC-effinergie. Il mobilise l'ensemble de la filière du bâtiment, ainsi que les tablissements bancaires pour faire de l'alsace une rgion pilote pour les bâtiments conomes en nergie. La Clause du CPER prolonge cette approche volontariste et impose la ncessit de rduction des besoins nergtiques à l ensemble des oprations immobilières inities dans le cadre du CPER Elle anticipe galement les exigences nationales dans la mesure où elle fixe l objectif d une consommation nergtique de 50kWh/m² et a vocation à inciter les porteurs de projets à aller au-delà de la rglementation thermique en les faisant entrer dans une dmarche vertueuse de performance nergtique. La Clause, comme l ensemble des dmarches entreprises autour de la basse-consommation participe à un chantier très ambitieux de rnovation nergtique des bâtiments existants et de rupture technologique sur le bâtiment neuf. Sa mise en œuvre touche à un spectre large d actions d information et de sensibilisation, de formation professionnelle, de recrutement et de qualification des professionnels du bâtiment, d ingnierie et de montage des projets immobiliers, et de recherche et de dveloppement de solutions techniques innovantes. 7

8 Élments de dfinition Les acteurs impliqus Plusieurs catgories d acteurs interviennent au cours d un projet de basse consommation. Si leur nombre, leur configuration ainsi que le moment de leur intervention reste spcifique à chaque projet, dans toutes les oprations se trouvent les acteurs suivants : Un maître d ouvrage (MOuv) qui est le donneur d ordre pour lequel l ouvrage est ralis. Il n est pas ncessairement celui qui exploitera le bâtiment. Il peut s agir d une entit publique ou prive, et peutêtre assist pendant l opration par : une maîtrise d ouvrage dlgue qui gère le projet pour le compte du maître d ouvrage un programmiste qui aide le maître d'ouvrage à justifier son objectif oprationnel et à dfinir les conditions sociales, urbaines, financières et partenariales du projet Un assistant à maîtrise d ouvrage spcialis dans l nergie (AMO ) qui accompagne le maître d ouvrage sur les aspects nergtiques du projet et dont les prestations portent notamment sur la ralisation des cahiers des charges au regard de la performance nergtique du bâtiment, la validation des choix nergtiques au fil du projet et l valuation des performances nergtiques du bâtiment en fin d opration Un maître d œuvre (MOE), constitu de bureaux d architectes et de bureaux d tudes techniques, il est le ralisateur du projet et le responsable des choix techniques Des entreprises BTP qui ralisent les travaux Des usagers/rsidents Pilotage MO/ MO dlgue Conception Programmiste AMO Energie MOE Ralisation MOE (architecte) BET Futurs usagers Entreprises 6 8

9 Caractristiques des projets basse consommation Opration La performance nergtique des bâtiments basse consommation est dpendante de leurs caractristiques de dpart. Les objectifs nergtiques sont en effet variables selon : Le type d opration : les niveaux de performance nergtique attendus sont plus levs lorsqu il s agit d oprations de construction de bâtiments neufs que lorsqu il s agit d oprations de rnovation ou de rhabilitation de bâtiments existants. Le type de bâtiment : si le bâtiment se prsente sous une forme complexe (enveloppe non homogène, contraintes techniques fortes ) les rsultats de performance nergtique seront galement moins faciles à atteindre que pour une enveloppe simple. Les usages envisags du bâtiment : les niveaux de performance nergtique sont enfin dpendants de l utilisation qui est faite du bâtiment. Des bâtiments rsidentiels (logements), tertiaire (bureaux) ou de recherche (bâtiments process) n auront pas le même impact sur la consommation d nergie lors de leur utilisation. La future rglementation thermique prvue pour rentrer en vigueur en 2012 (RT 2012) devrait prendre en compte ces lments dans la dfinition des standards de performance nergtique. La pertinence conomique de l opration ou la dure de vie du bâtiment constituent enfin d autres facteurs à prendre en compte par le maître d ouvrage dans la dfinition des objectifs de performance nergtique. Le tableau suivant fournit un exemple des dimensions à intgrer dans le calibrage de la performance nergtique des bâtiments : Exemple de tableau de synthèse d oprations basse consommation Maître d'ouvrage Contact Description sommaire opration Type d'opration Type de bâtiment Montant de l'opration Sup. du bâtiment Usages envisags Objectifs nergtiques viss État d avancement Op1 Nom du Mouv Mail Synthèse du projet Construction/ Rhabilitation Simple/ Complexe Nb Nb m² Rsidentiel/ Tertiaire/ Recherche Nb kwhep/m² par an Position dans le schma gnral de conduite Op2 Nom du Mouv Mail Synthèse du projet Construction/ Rhabilitation Simple/ Complexe Nb Nb m² Rsidentiel/ Tertiaire/ Recherche Nb kwhep/m² par an Position dans le schma gnral de conduite Op3 Nom du Mouv Mail Synthèse du projet Construction/ Rhabilitation Simple/ Complexe Nb Nb m² Rsidentiel/ Tertiaire/ Recherche Nb kwhep/m² par an Position dans le schma gnral de conduite 9

10 Accompagner pas à pas un projet de construction ou de rnovation 10

11 Les tapes cls dans la conduite d une opration basse consommation La qualit d un bâtiment et ses performances en matière de confort et de consommation d nergie sont le rsultat des choix et actions conjointes des diffrents acteurs impliqus à chacune des phases du projet. Schmatiquement, 6 phases peuvent être identifies pour mener à bien une opration basse consommation : La phase de montage de l opration où s organise la maîtrise d œuvre La phase de programmation où se conçoit le contenu du projet La phase de slection de la maîtrise d œuvre à l issue de laquelle est retenue l quipe charge de raliser l opration La phase de suivi des tudes où sont mis en adquation le programme et le projet de la MOE La phase de suivi des ralisations qui renvoie au bon droulement du chantier La phase de mise en service du bâtiment où l information et la sensibilisation des futurs rsidents/usagers accompagnent la livraison du bâtiment 11

12 1. La phase de montage (1/3) Acteurs concerns La maîtrise d ouvrage (l assistance à maîtrise d ouvrage) les utilisateurs Objectifs Dfinir une organisation et des comptences au sein de la maîtrise d ouvrage Formaliser les objectifs de performance nergtique Constats La phase de montage de l opration joue un rôle dcisif dans la prise en compte des objectifs de performance nergtique : elle correspond au moment où s effectuent les principaux choix conditionnant la prise en compte des objectifs de performance nergtique (estimation du surcoût, solutions techniques envisageables, analyse des besoins, stratgie de recours à des prestataires extrieurs ) Points cls à vrifier Un recensement des comptences en interne a-t-il t effectu? Une source d information/formation sur le sujet a-t-elle t identifie? Un responsable d opration a-t-il dsign? L opportunit de faire appel à une assistance à maîtrise d ouvrage a-t-elle t envisage? Un système de suivi global du projet a-t-il t formalis? Diffrents pr-scnarii ont-ils t tudis? Tiennent-ils compte des proccupations techniques et des moyens du maître d ouvrage? Recommandations Élaborer un questionnaire d valuation/d auto-valuation des responsables des projets Dsigner un rfrent BBC pour tous les projets basse consommation au sein de la structure/collectivit Formaliser l organigramme et la cartographie d ensemble du processus Sensibiliser les maîtres d ouvrage sur les outils et les personnes ressources existantes (information sur les AMO ) Dvelopper l offre de formation en interne Favoriser l change entre maîtres d ouvrage publics et privs 12

13 La phase de montage (2/3) Exemples de bonnes pratiques La dsignation d un rfrent au sein de l quipe de maîtrise d ouvrage S il ne s agit pas d un pr-requis indispensable, la prsence au sein de la maîtrise d ouvrage d une personne comptente sur les questions lies à la maîtrise de l nergie dans le bâtiment favorise la phase de conception du projet. Qu il s agisse d une personne disposant d une formation spcifique aux oprations à haute performance nergtique ou ayant djà particip à des oprations de ce type et, qu elle soit interne à la structure (services techniques) ou externe (BET ), l identification d un rfrent doit idalement intervenir le plus en amont possible du projet. Ses missions consistent à sensibiliser l ensemble des acteurs aux enjeux nergtiques, à dfinir, informer et suivre les exigences nergtiques tout au long du projet et à veiller à l intgration des missions spcifiques «BBC» dans chaque dossier de consultation des prestataires. La formation à la conduite d oprations basse consommation (http://www.insastrasbourg.fr/fr/formations-qualifiantes/) Dans une dmarche encore pionnière, le besoin de formation des maîtres d ouvrage, publics comme privs, à la conduite de projet basse-consommation, reprsente un enjeu de premier plan. La session de sensibilisation et de formation propose en 2008 par l INSA de Strasbourg et le CETE de l Est aux maîtres d ouvrage des oprations immobilières inscrites au CPER Alsace a connu un fort cho parmi les responsables des oprations. Outre l apport d information, ce type de formation permet de faire se rencontrer les diffrents maîtres d ouvrage et favorise l change et le retour d exprience. Les attentes en matière d information et de formation restent cependant leves : plusieurs maîtres d ouvrage se montrent notamment favorables à des runions plus rgulières et au dveloppement d approches plus pratiques : visites sur site, prsentation de bâtiments dmonstrateurs Premières ressources disponibles La conduite de projet «basse consommation», Repères mthodologiques, CETE de l Est, mars 2008, Russir un projet de Bâtiment Basse Consommation Des cls pour des logements neufs confortables et conomes en nergie, Effinergie, 2008, Piloter une opration de construction BBC Effinergie/Concevoir une opration de rhabilitation BBC Effinergie, modules de formation du CSTB, 13

14 La phase de montage (3/3) Tableau de bord synthtique de la phase de montage Phase 1 Montage A cteurs Recensement des comptences en inter ne Identification des r essour ces disponibles Mouv Dsignation d un rfrent au sein de la maîtrise d ouvr age Infor mation/sensibilisati on de l ensemble de la maîtr ise d ouvr age Envisager le recours à un A MO / A MO Mouv + AMO Ralisation des tudes pr alables Mouv + AMO For mulation des exigences ner gtiques Mouv + AMO Identification des diffr entes options possibles Mouv + AMO Slection d une option pr fr entielle Mouv Lancement du programme Mouv 14

15 Acteurs concerns La maîtrise d ouvrage (l assistance à maîtrise d ouvrage) Le programmiste L AMO Les utilisateurs Objectifs Constats 2. La phase de programmation (1/3) Analyser les impacts conomiques et nergtiques des options envisages lors de l tape prcdente Approfondir et formaliser les exigences en matière de performance nergtique Dfinir l ensemble des besoins (usagers, gestionnaires, administratifs ) en vue du concours de la maîtrise d œuvre La phase de programmation dtermine les exigences du maître d ouvrage quant au futur bâtiment. Elle correspond au moment de formalisation des objectifs de performance nergtique et conditionne l organisation et le bon droulement du concours de la maîtrise d œuvre. Points cls à vrifier Une tude de site a-t-elle t confie à un BET externe? A-t-elle permis d approfondir les analyses ralises lors des tudes pralables? Une tude de faisabilit a-t-elle galement t confie à un BET externe? A-t-elle permis d identifier les ressources nergtiques disponibles sur le site, y compris en terme d nergies renouvelables? La maîtrise d ouvrage a-t-elle procd à une estimation prcise du coût de l opration? Un calendrier prvisionnel de l opration a-t-il t formalis? La ralisation du programme s appuie-t-elle sur les donnes existantes (tudes pralables, tudes de faisabilit, tudes de site...)? Intègre-t-elle l ensemble des besoins (administratifs, financiers, nergtiques ) des diffrents acteurs (utilisateurs, gestionnaire, maître d ouvrage )? Le programme rdig comporte-t-il bien un volet technique dtaillant les exigences nergtiques (ventilation, clairage, temprature de consigne )? Un système de suivi-valuation des exigences nergtiques ainsi consignes a-t-il t labor? Recommandations Prvoir suffisamment de temps pour la ralisation du programme (changes, concertation, tapes de validation ) S assurer de la comptence du programmiste (rfrences, formation, connaissances ) Associer un AMO au travail du programmiste, notamment pour la ralisation du volet nergtique du programme Formaliser et contractualiser une grille d valuation des indicateurs nergtiques à destination de la maîtrise d œuvre 15

16 La phase de programmation (2/3) Exemples de bonnes pratiques La formalisation du volet nergtique dans le programme La phase de programmation a pour objectif de formaliser les objectifs et les contraintes du projet, à travers notamment la ralisation d tudes sur site, le dimensionnement des besoins et la dfinition des exigences fonctionnelles... Elle permet aussi au maître d'ouvrage d'exprimer clairement ses attentes en matière de respect de l'environnement et conomies d'nergie. Si dans son analyse environnementale, le programmiste examine le projet au regard du climat, de l ensoleillement, des risques naturels il peut galement proposer un diagnostic nergtique prcis et une analyse dtaille des sources d conomies d nergie : l enveloppe des bâtiments, la ventilation, la production de chaleur, l eau chaude sanitaire, l lectricit dans les communs L association programmiste / AMO lors de la ralisation du programme Dans les projets de basse consommation, le travail du programmiste peut être accompagn par un BET charg de l assistance à maîtrise d ouvrage (AMO ). Ce dernier peut être sollicit pour garantir les analyses nergtiques du programme et sensibiliser la maîtrise d ouvrage aux enjeux de performance nergtique. La participation de l AMO à la ralisation du programme permet galement de faciliter la continuit de la prise en compte des objectifs nergtiques viss entre la maîtrise d ouvrage et la maîtrise d œuvre. Premières ressources disponibles Note sur les tudes pralables, Conduite d opration basse nergie, CETE de l Est, 2008, Note sur les donnes à intgrer au programme, C onduite d opration basse nergie, CE TE de l Est, 2008, Cahier des charges d un diagnostic nergtique, ADEME, 2003, 16

17 La phase de programmation (3/3) Tableau de bord synthtique de la phase de programmation Ralisation de l analyse de site par un BET exter ne Estimation de l enveloppe budgtair e de l opr ation Phase 2 Programmation For malisation du calendr ier pr visionnel de l opr ation Rdaction du programme comportant un volet ner gtique spcifique Validation du programme et de l enveloppe For malisation d une gr ille d valuation des indicateur s ner gtiques Lancement de l opr ation Ralisation d une tude de faisabilit ner gtique/ diagnostic ther mique Dfinition des or ientations ner gtiques intgr ant l ensemble des besoins Acteurs BET externe Programmiste + AMO Programmiste + AMO Programmiste + AMO Programmiste + AMO Mouv 17

18 3. La phase de slection de la maîtrise d œuvre (1/3) Acteurs concerns La maîtrise d ouvrage (l assistance à maîtrise d ouvrage) Le programmiste L AMO Objectifs S assurer que le maître d œuvre retenu soit en mesure d atteindre les objectifs de performance nergtique dfinis lors des tapes prcdentes Constats La phase de slection de la maîtrise d œuvre constitue la «clef de voûte» de la conduite d une opration basseconsommation. Tout en s appuyant sur les ralisations des tapes prcdentes, elle confie la suite de la dmarche à la maîtrise d œuvre charge d atteindre les objectifs de performance nergtique. Points cls à vrifier Les exigences en matière de performance nergtique ont-elles t intgres dans les 3 actions suivantes : 1) la composition de l quipe de maîtrise d œuvre souhaite ; 2) la dfinition des missions de maîtrise d œuvre 3) les critères de jugements? Cette prise en compte des exigences nergtiques est-elle formalise dans le dossier de consultation? La commission technique d analyse pralable des esquisses runit-elle les comptences? Une grille d valuation pour les candidatures puis pour les esquisses a-elle t labore? Comporte-t-elle des indicateurs nergtiques? Le jury de l appel d offre a-t-il t inform, sensibilis ou form aux enjeux de la basse-consommation? Les prestations BBC de la MOE ont-elles t contractualises sparment? Un outil de suivi des relations avec la maîtrise d œuvre a-t-il t mis en place, notamment pour la communication sur les aspects nergtiques du projet? Recommandations Faire apparaître distinctement les exigences nergtiques dans le dossier de consultation Vrifiez la prsence d un BET (pas seulement BET Fluides) et s assurer que celui-ci soit bien intgr au sein de l quipe de la maîtrise d œuvre (antriorit de la collaboration, rfrences communes) Exiger les lments formaliss ncessaires à l analyse des esquisses (notices techniques, tudes ensoleillement, calculs sommaires des dperditions ) Maximiser le rôle du jury, notamment dans le rôle d valuation des esquisses 18

19 La phase de slection de la maîtrise d œuvre (2/3) Exemples de bonnes pratiques La prise en compte de la comptence comme critère de slection du maître d œuvre Afin d apprcier la capacit objective des candidats au concours de maîtrise d œuvre, il convient de formaliser les attentes et de bien faire apparaître le critère comme un critère attendu de slection. Cela se traduit d abord par l inscription des attentes au sein du dossier de consultation : rfrences antrieures, certification, niveau de formation des membres de l quipe Ensuite, dans la phase de dpouillement des candidatures, il convient de prvoir les lments ncessaires à l analyse des esquisses : notice technique, tudes ensoleillement, calculs sommaires de dperditions Enfin, une solution peut être de confier l analyse spcifique des propositions au regard de l nergie au rfrent identifi au sein de la maîtrise d ouvrage ou à l AMO. L organisation de la maîtrise d œuvre autour des enjeux nergtiques Pour garantir une meilleure prise en compte des objectifs nergtiques, l organisation de la maîtrise d œuvre peut être optimise par la prsence d un BET spcialis dans l dans l quipe de la maîtrise d œuvre, aux côts de l architecte et du BET fluides. Cette organisation favorise une intgration des exigences nergtiques lors de la phase de conception et une validation thermique et conomique des choix de conception. Premières ressources disponibles Cahier des charges «nergie» de la maîtrise d œuvre, Conduite d opration basse nergie, CETE de l Est, 2008, Grille d valuation des indicateurs nergtiques, DREAL Alsace, 2008, 19

20 La phase de slection de la maîtrise d œuvre (3/3) Tableau de bord synthtique de la phase de slection de la maîtrise d œuvre Phase 3 Slection de la maîtrise d œuvre Dfinition du mode de consultation (concours, consultation restreinte ) Dfinition des pr estations BBC complmentair es Mobilisation de la commission technique d analyse des candidatur es For malisation d une gr ille d valuation des candidatur es Slection des candidats admis au concours Infor mation et sensibilisation du jur y Slection de la MOE Intgr ation des exigences ner gtiques dans le dossier de consultation For malisation d un dispositif de suivi et de communication avec la MOE Acteurs Mouv + AMO Mouv + AMO AMO Jury de slection Mouv + AMO Mouv Mouv + AMO 20

21 4. La phase de suivi des tudes (1/3) Acteurs concerns La maîtrise d ouvrage (l assistance à maîtrise d ouvrage) L A MO La maîtrise d œuvre Le BET Objectifs S assurer du bon droulement du projet et de l adquation entre le programme et le projet Constats Juste derrière la phase de slection de la maîtrise d œuvre, la phase des tudes est considre par la plupart des maîtres d ouvrage comme une phase dterminante dans la mesure où elle permet de dfinir concrètement les capacits d un projet en matière de performance nergtique via des simulations et des tudes comparatives. Points cls à vrifier Une runion pralable au lancement de l avant projet sommaire (APS) a-t-elle t organise entre la maîtrise d ouvrage et la maîtrise d œuvre? A-t-elle permis de faire le point sur l esquisse effectue? Le tableau de suivi des tudes (normalement prvu dans le cahier des charges) a-t-il t rendu oprationnel dès le dbut des tudes? Des runions d avancement des tudes ont-elles t programmes rgulièrement? Le tableau d valuation des indicateurs nergtiques a-t-il bien t utilis lors de la validation de l APS? Pour l APD, la maîtrise d œuvre et son BET ont-il produit la note de calcul thermique rglementaire? Est-elle en adquation avec les objectifs nergtiques viss? Comme pour l APS, l APD a-t-elle t value sur la base du tableau d valuation des indicateurs nergtiques? Recommandations Élaborer une grille d valuation voire d auto-valuation des comptences de l quipe de maîtrise d œuvre retenue Confier à l AMO le suivi rgulier des tudes et notamment l apprciation des lments produits par le maître d œuvre et son BET (notices, fiches, simulations ) Exiger de la maîtrise d œuvre une marge d incertitude lors de la production de la note de calcul thermique rglementaire Multiplier le nombre d tudes : des tudes rptes et pousses des bâtiments permettent de garantir des rsultats plus efficaces en matière de performance nergtique 21

22 La phase de suivi des tudes (2/3) Exemples de bonnes pratiques La ralisation des simulations thermiques lors des tudes d A PS La simulation thermique dynamique vise à fournir les lments qui permettront de choisir les meilleures solutions techniques afin d optimiser l efficacit nergtique du futur bâtiment tout en prservant le niveau et la qualit du service rendu et du confort d usage; et ce au meilleur coût global. A travers ces simulations, l tude intègre de la façon la plus prcise possible, les lments influant sur l efficacit nergtique (donnes climatiques du lieu, contraintes de conception) ainsi que les consignes d utilisation du bâtiment lies à ses divers usages. L objectif final est de limiter les consommations et les coûts par une combinaison judicieuse des nergies en fonction des usages, un bon dimensionnement des installations et une gestion adapte performante. Elle doit galement veiller à privilgier l utilisation des ressources nergtiques locales et la production dcentralise d lectricit. La mise en place d un dispositif de suivi et de contrôle des performances nergtiques pour la phase travaux Pour s assurer de la prise en compte de la performance nergtique dans lments demands à la maîtrise d œuvre, il est recommandable de dployer un outil de suivi et de contrôle qui peut se prsenter sous la forme d une grille/ ou d un tableau de bord suivi par le rfrent nergie du maître d ouvrage ou bien au sein du cahier des charges de l AMO. Cet outil veillera notamment à intgrer les tapes suivantes : la formulation de propositions d actions correctives ou de solutions alternatives (avec les lments techniques et l impact financier correspondants), la validation par un organisme certificateur, la validation de l analyse en coût global, la validation de l tude thermique et dynamique, la bonne mise en place des procdures de vrification des performances engages par la maîtrise d'œuvre et les entreprises prvues en phase chantier, la vrification de l intgration, dans les pièces crites tablies par le MOE et la vrification de l intgration de la gestion de «c hantier vert». Premières ressources disponibles Cahier des charges A DEME-PREBA T : suivi des performances des bâtiments dmonstrateurs, ADEME, 2007/2009, Grille d valuation des indicateurs nergtiques, DREAL Alsace, 2008, 22

23 La phase de suivi des tudes (3/3) Tableau de bord synthtique de la phase de suivi des tudes Or ganisation d une r union de lancement pour l A PS Phase 4 Suivi des tudes Validation de l A PS avec utilisation du tableau d valuation des indicateur s ner gtiques Vr ification de l adquation de la note de calcul ther mique r glementair e Validation de l A PD et dimensionnement des choix techniques Intgr ation des comptences Éner gie dans le dossier de consultation des entr epr ises Programmation de runions d avancement rgulières Acteurs MOE + Mouv + AMO Mouv + AMO + MOE AMO Mouv + AMO + MOE MPE + Mouv + AMO 23

24 5. La phase de suivi des ralisations (1/3) Acteurs concerns La maîtrise d ouvrage (l assistance à maîtrise d ouvrage) L A MO La maîtrise d œuvre Les entreprises Objectifs S assurer de la capacit des entreprises retenues à raliser l opration selon les objectifs de performance nergtique fixs Constats La phase de ralisation correspond à la mise en œuvre des objectifs de performance nergtique dfinis et calibrs lors des tapes prcdentes. Les entreprises places sous la responsabilit de la maîtrise d œuvre ont pour objectif de raliser les travaux dans le respect des performances nergtiques vises. Points cls à vrifier Une runion d analyse des offres a-t-elle t organise? Au-delà de la cohrence des coûts, les capacits des entreprises à raliser un bâtiment basse consommation ont-elles t prises en compte (formation, qualit, rfrence)? Une runion de lancement a-t-elle eu lieu? A-t-elle eu pour objet la sensibilisation des entreprises et le rappel des performances nergtiques vises? Un responsable BBC a-t-il t identifi dans chacune des entreprises intervenant sur le chantier et une formation a-telle t propose aux chefs et aux chefs d quipe de ces entreprises? Des runions hebdomadaires sont-elles bien organises par la maîtrise d œuvre? Les produits et quipements mis en œuvre sont-ils reconnus par des organismes certificateurs? Un double contrôle interne/externe a-t-il t mis en place, notamment pour l tanchit à l air? En fin de chantier, des tests ont-il t effectus par un bureau de contrôle externe? L ouvrage ralis est-il conforme aux performances nergtiques souhaites? Recommandations Pour s assurer du bon droulement des travaux, conformment aux objectifs de basse consommation, prvoir un temps d information/sensibilisation spcifique avec les responsables des entreprises qui interviendront sur le chantier, sous la forme d une audition individuelle ou collective Les changes avec les entreprises permettent en outre d affiner les dtails d excution Confier à l AMO le suivi global du chantier et l apprciation des ralisations impactant sur la performance nergtique de l ouvrage (pose des matriaux, techniques d isolation ) Veiller galement aux enjeux de coordination entre les diffrents corps de mtier prsents sur le chantier. Si cet aspect n est pas spcifique à la BBC il peut être cependant être renforc. Envisager la possibilit de sensibiliser ou de former les artisans directement sur le chantier (formation in situ) Prvoir une rception intermdiaire des travaux avant la pose des parements et la fermeture des gaines techniques 24

25 La phase de suivi des ralisations (2/3) Exemples de bonnes pratiques L audition des responsables des entreprises intervenant sur le chantier basse consommation Pour des projets prsentant des caractristiques nergtiques, l audition des responsables des entreprises qui interviendront sur le chantier constitue un bon moyen pour sensibiliser ces dernières à la dmarche. Ces auditions, qui ne doivent pas se confondre avec des auditions effectues au stade de la candidature, prsentent l intrêt de sensibiliser et de responsabiliser les entreprises à la dmarche entreprise par le maître d ouvrage. Si une runion individuelle permet de renforcer les relations de confiance, une runion collective peut galement favoriser le travail en coordination entre les diffrentes entreprises ralisatrices. La mise en œuvre d une dmarche qualit pour les tests d tanchit à l air La ralisation de bâtiments et de rseaux arauliques tanches et l emploi d quipements de ventilations performants constituent un pr-requis pour atteindre des performances nergtiques leves. En 2008, le CETE de Lyon et l ADEME ont labor une dmarche qualit permettant de prendre en compte les enjeux de l tanchit en amont de la phase travaux, dès la conception et la planification de l opration. Cette dmarche qualit repose sur l ide gnrale que pour être rellement efficace une prestation doit être adosse à un processus articul schmatiquement autour de 4 pôles : planifier, raliser, vrifier et agir. L ensemble permet de fiabiliser les prestations du maître d œuvre et de garantir l atteinte des objectifs viss. Premières ressources disponibles Cahier des charges A DEME-PREBA T : suivi des performances des bâtiments dmonstrateurs, ADEME, 2007/2009, Grille d valuation des indicateurs nergtiques, DREAL Alsace, 2008, Russir l tanchit à l air, laboration et application d un dmarche qualit, livret de sensibilisation, CETE de Lyon, mai 2008, 25

26 La phase de suivi des ralisations (3/3) Tableau de bord synthtique de la phase de suivi des ralisations Phase 5 Suivi des ralisations Acteurs Vr ification de la capacit des entreprises à r aliser l opr ation MOE + Mouv + AMO Sensibilisation des r esponsables des entreprises à la dmar che Identification d un rfrent dans les entreprises inter venant sur le chantier For malisation d un dispositif de suivi et de contrôle du chantier Mouv + AMO + MOE Ralisation des tests inter mdiair es MOE Ralisation des mesur es du bâtiment à la rception MOE + AMO 26

27 6. La phase d information et d accompagnement de la mise en service du bâtiment (1/3) Acteurs concerns La maîtrise d ouvrage (l assistance à maîtrise d ouvrage) L A MO Les utilisateurs Objectifs Évaluer le niveau de performance rel du bâtiment et s assurer d une utilisation conforme aux exigences de performance nergtique Constats L information et l accompagnement lors de la rception jouent un rôle dcisif dans l appropriation du bâtiment par les futurs utilisateurs. Pour être conforme aux objectifs de performance nergtique fixs, le fonctionnement du bâtiment doit suivre des règles aussi strictes que celles des phases prcdentes. Points cls à vrifier La permabilit à l air du bâtiment a-t-elle t mesure et les ventuels problèmes ont-ils t rsolus? Les dispositifs de rgulation et de programmation des installations de chauffage, de production d eau chaude sanitaire et de gestion de l air ont-ils t rgls? Un guide de gestion du bâtiment a-t-il t rdig à l attention de l exploitant? Comporte-t-il l ensemble des lments permettant un entretien rgulier des quipements? Les personnes charges de la maintenance du bâtiment disposent-elles des comptences ncessaires? Un guide d utilisation du bâtiment a-t-il t rdig à l attention des occupants? Un dispositif de suivi des performances du bâtiment a-t-il t mis en place? Prvoit-il un relev rgulier des consommations nergtiques par usage et par poste, la mesure du confort intrieur ainsi que l v aluation des conditions d occupation et de gestion de l nergie? Recommandations Envisager le dispositif de suivi des performances du bâtiment sur le long terme : entre 2 et 3 ans après la livraison du bâtiment et prvoir la ralisation des tests sur au moins 2 hivers Inclure ce suivi des performances nergtiques dans les missions de l AMO s il y en a un Rdiger un livret de sensibilisation aux conomies d nergie accompagn d un guide d utilisation spcifique du bâtiment Ne pas attendre la livraison pour sensibiliser les usagers mais les inclure le plus en amont possible (dès le stade des tudes ou en proposant des visites du chantier) Prvoir la ralisation d un retour d exprience voir d une valuation sur la conduite globale aux diffrentes phases de l opration 27

28 La phase d information et d accompagnement de la mise en service du bâtiment (2/3) Exemples de bonnes pratiques L laboration d un guide d utilisation des bâtiments basse consommation L dition et la distribution d un guide d utilisation aux futurs utilisateurs lors de la rception du bâtiment est amene à être une pratique courante dans les oprations basse consommation. Elle doit permettre une vritable appropriation du bâtiment et favoriser le dveloppement de comportement en adquation avec la performance nergtique. Si l utilisation d un tel guide peut être accompagne efficacement d une sance de sensibilisation collective, le maître d ouvrage peut galement envisager de mobiliser les futurs utilisateurs le plus tôt possible, lors des tudes de faisabilit ou à l occasion du chantier L organisation un retour d exprience des bâtiments basse consommation Pour apprcier la performance nergtique relle il est conseill d effectuer un retour d exprience des oprations basse consommation dans un dlai suffisamment important après la mise en service du bâtiment. Une telle dmarche, ralise deux ans après la livraison du bâtiment, permet en effet de mesurer la performance nergtique du bâtiment et d apprcier l impact rel de la prise en compte des objectifs nergtiques aux diffrentes tapes de l opration. Ce retour d exprience peut galement faire l objet d une mise en dbat et d une concertation, rassemblant l ensemble des acteurs ayant t concerns par le projet mais galement les responsables et les intervenants d oprations en cours confronts aux mêmes problmatiques. Premières ressources disponibles Cahier des charges A DEME-PREBA T : suivi des performances des bâtiments dmonstrateurs, ADEME, 2007/2009, Retours d exprience sur des oprations françaises en logement et en tertiaire, VISIER (J.-C.), ALESSANDRINI (J.-M.), CSTP, juin 2008, La maison basse consommation, guide d information à destination du particulier, hiver 2009, 28

29 La phase d information et d accompagnement de la mise en service du bâtiment (3/3) Tableau de bord synthtique de la phase d information et d accompagnement de la mise en service du bâtiment Phase 6 Information et accompagnement de la mise en service du bâtiment Acteurs Élabor ation d un guide d utilisation du bâtiment Élabor ation d un guide de gestion du bâtiment Mouv + AMO + Utilisateurs For malisation d un dispositif de suivi des per for mances ner gtiques BET externe/amo Programmation d un retour d exprience de la conduite de l opr ation Mouv 29

30 Prsentation d un outil de suivi des oprations basse consommation 30

31 31

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS :

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS : Appel à projets Bâtiments Aquitains Basse Consommation REGLEMENT 1. CONTEXTE : Réduire la consommation d énergie est une nécessité pour répondre aux défis du changement climatique et à l épuisement des

Plus en détail

DESIGNATION DU MAITRE D OUVRAGE CAHIER DES CHARGES. Etude de programmation pour Nom de l opération*

DESIGNATION DU MAITRE D OUVRAGE CAHIER DES CHARGES. Etude de programmation pour Nom de l opération* DESIGNATION DU MAITRE D OUVRAGE CAHIER DES CHARGES Etude de programmation pour Nom de l opération* (Programme fonctionnel, architectural, urbanistique, technique et environnemental dans le cas d une réhabilitation)

Plus en détail

NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE

NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE SE3B EXERCE POUR TOUTE MAÎTRISE D OUVRAGE DES MISSIONS D INGÉNIERIE DANS LES DOMAINES DU BTP, DE LA CONSTRUCTION ET DES ÉNERGIES CES MISSIONS VONT DE L ESQUISSE À L EXPLOITATION

Plus en détail

Les projets des lauréats devront obligatoirement être situés sur le territoire régional des Pays de la Loire.

Les projets des lauréats devront obligatoirement être situés sur le territoire régional des Pays de la Loire. Maison individuelle exemplaire : éco-innovante et reproductible Règlement de l appel à projets Date limite de réception des dossiers : 1 er octobre 2009 12 h Objectifs de l appel à projets Le secteur du

Plus en détail

Rénovation énergétique en copropriété Etapes d un projet Décembre 2015

Rénovation énergétique en copropriété Etapes d un projet Décembre 2015 Rénovation énergétique en copropriété Etapes d un projet Décembre 2015 Introduction : Ce document vise à présenter de manière chronologique les étapes d un projet de rénovation en copropriété. Vous y trouverez

Plus en détail

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES Cahier des charges 2012 et 2013

APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES Cahier des charges 2012 et 2013 APPEL A PROJETS Bâtiments économes de qualité environnementale en MIDI-PYRENEES Cahier des charges 2012 et 2013 L appel à projets pluriannuel s inscrit dans le cadre du PRELUDDE 2 (Programme REgional de

Plus en détail

«CADRE DE PROPOSITION»

«CADRE DE PROPOSITION» «CADRE DE PROPOSITION» Mission type d assistance à maîtrise d ouvrage «qualité d usage, performances énergétiques et environnementales réelles, maîtrise des investissements» Bâtiment neuf ou rénovation

Plus en détail

Catalogue des formations 2016

Catalogue des formations 2016 Catalogue des formations 2016 Qui sommes-nous? Association technique, le CRER concrétise depuis 20 ans, une volonté de passer à l acte dans les domaines de la sobriété énergétique, de l efficacité énergétique,

Plus en détail

Contexte. Contact presse : Eléonore CREN, tel :03 27 53 01 39, mail : eleonore.cren@adus.fr

Contexte. Contact presse : Eléonore CREN, tel :03 27 53 01 39, mail : eleonore.cren@adus.fr DOSSIER DE PRESSE Procédure d audits énergétiques et environnementaux, première étape d un Plan d actions pour le développement de la filière éco-construction Contexte En Novembre 2008, le syndicat mixte

Plus en détail

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS CONCOURS INTERNE ET DE TROISIEME VOIE DE TECHNICIEN TERRITORIAL SESSION 2012 EPREUVE Elaboration d un rapport technique rédigé à l aide

Plus en détail

Labels. d efficacité. énergétique. HQE, BBC-EffinErgiE, Maison PassivE, rt 2005/2012, QualiTEl. Groupe Eyrolles, 2010, ISBN : 978-2-212-12644-0

Labels. d efficacité. énergétique. HQE, BBC-EffinErgiE, Maison PassivE, rt 2005/2012, QualiTEl. Groupe Eyrolles, 2010, ISBN : 978-2-212-12644-0 P a s c a l e M a e s Labels d efficacité énergétique HQE, BBC-EffinErgiE, Maison PassivE, rt 2005/2012, QualiTEl Groupe Eyrolles, 2010, ISBN : 978-2-212-12644-0 Le label français BBC-Effinergie groupes

Plus en détail

5èmes. Rencontres Energivie

5èmes. Rencontres Energivie 5èmes Rencontres Energivie 1 Atelier 4 L offre de formation initiale et continue pour la mise en œuvre de la basse consommation en Alsace : Etat des lieux Besoins et pistes 2 Présentation de la démarche

Plus en détail

APPEL A PROJETS. Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2013-2014. Règlement

APPEL A PROJETS. Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2013-2014. Règlement APPEL A PROJETS Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2013-2014 Règlement L appel à projets «Utilisation dynamique des énergies renouvelables dans le bâtiment»

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 OCTOBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/15.207 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Lutte contre le changement climatique : vers un Plan Climat Languedoc- Roussillon LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

MARCHE PUBLIC MISSION D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE PROGRAMMATION - CONCEPTION - CONSTRUCTION D UN BATIMENT A ENERGIE POSITIVE (BEPOS)

MARCHE PUBLIC MISSION D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE PROGRAMMATION - CONCEPTION - CONSTRUCTION D UN BATIMENT A ENERGIE POSITIVE (BEPOS) Maître d ouvrage : Commune de Licques 54 parvis de l'abbaye 62 850 Licques MARCHE PUBLIC MISSION D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE PROGRAMMATION - CONCEPTION - CONSTRUCTION D UN BATIMENT A ENERGIE POSITIVE

Plus en détail

APPEL A PROJETS TRANSITION ENERGÉTIQUE ET PLANIFICATION URBAINE 1 - CONTEXTE DE L APPEL A PROJETS

APPEL A PROJETS TRANSITION ENERGÉTIQUE ET PLANIFICATION URBAINE 1 - CONTEXTE DE L APPEL A PROJETS APPEL A PROJETS TRANSITION ENERGÉTIQUE ET PLANIFICATION URBAINE 1 - CONTEXTE DE L APPEL A PROJETS L ADEME Bretagne souhaite impulser une dynamique sur le territoire breton en accompagnant les collectivités

Plus en détail

Rénovation de Bâtiments Basse Consommation Démarches de labellisation BBC-Effinergie Mode d emploi pour les particuliers

Rénovation de Bâtiments Basse Consommation Démarches de labellisation BBC-Effinergie Mode d emploi pour les particuliers Rénovation de Bâtiments Basse Consommation Démarches de labellisation BBC-Effinergie Mode d emploi pour les particuliers Information préalable : Ce document expose les démarches à effectuer auprès de l

Plus en détail

Les différentes étapes d'un projet de construction : de l'idée à la mise en service

Les différentes étapes d'un projet de construction : de l'idée à la mise en service Maîtrise d Ouvrage Publique Construire ou réhabiliter un bâtiment Les différentes étapes d'un projet de construction : de l'idée à la mise en service Cette fiche fait partie d'une collection de dix fiches

Plus en détail

Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo

Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo Rofaïda LAHRECH rofaida.lahrech@cstb.fr Les dispositifs réglementaires pour l amélioration de la performance énergétique des bâtiments en France Maîtrise

Plus en détail

Programme National d Efficacité Energétique dans le Bâtiment

Programme National d Efficacité Energétique dans le Bâtiment Programme National d Efficacité Energétique dans le Bâtiment Réunion de concertation avec le Ministère de l habitat sur les éléments techniques de la réglementation thermique dans le secteur de l habitat

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 08/11/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels I OBJECTIF

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

Atelier CLER 1er décembre 2010. Sébastien DELMAS

Atelier CLER 1er décembre 2010. Sébastien DELMAS Futurs labels Effinergie Atelier CLER 1er décembre 2010 Sébastien DELMAS 1. Présentation du Collectif Effinergie 2. Les actions mises en œuvre 3. Les labels 4. Les actions en cours 5. Point sur la RT 2012

Plus en détail

ANNEXE ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES : HOTELS ET RESTAURANTS

ANNEXE ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES : HOTELS ET RESTAURANTS ANNEXE ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES : HOTELS ET RESTAURANTS 1 ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES HOTELS ET RESTAURANTS ETUDE DE CHOIX ENERGETIQUE préalable à la réalisation d'un projet d hôtel ou de restaurant

Plus en détail

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie?

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie? Contruire Basse Consommation : on y va? Rénovation des bâtiments communaux Comment mobiliser son gisement d économie? ASDER le 20 mars 2012 Définir le programme et les objectifs énergétiques et environnementaux

Plus en détail

L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or

L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or Généralités Préambule Dans le cadre de son Schéma Départemental du Développement Durable (S3D), le Conseil Général s est engagé

Plus en détail

APPEL À PROJETS REGIONAL PHOTOVOLTAIQUE CONNECTE AU RESEAU Fonds de Développement Régional (FEDER) Années 2010-2011

APPEL À PROJETS REGIONAL PHOTOVOLTAIQUE CONNECTE AU RESEAU Fonds de Développement Régional (FEDER) Années 2010-2011 Union Européenne APPEL À PROJETS REGIONAL PHOTOVOLTAIQUE CONNECTE AU RESEAU Fonds de Développement Régional (FEDER) Années 2010-2011 L obligation de réduction des émissions de gaz à effet de serre et les

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire-Atlantique et

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTEXTE. Qui sommes-nous?

ELEMENTS DE CONTEXTE. Qui sommes-nous? Cahier des charges - Appel à propositions Mise en œuvre de prestations d assistance technique à la mise en œuvre de la formation professionnelle dans les petites et moyennes entreprises du travail temporaire

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 SOMMAIRE I / Préambule II/ Remarques générales et préalables

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Les clés pour comprendre

Les clés pour comprendre Les clés pour comprendre La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) a pour objectif, tout comme les précédentes réglementations thermiques de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu

Plus en détail

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours affiché, vous devrez peut -être supprimer l'image avant de la réinsérer. Obligations et rôles

Plus en détail

R & D, études et bâtiments démonstrateurs en vue de l objectif «Facteur 4»

R & D, études et bâtiments démonstrateurs en vue de l objectif «Facteur 4» Conférence Internationale DERBI 2007 31 mai - 2 juin 2007 Perpignan Efficience énergétique : bonnes pratiques et innovations R & D, études et bâtiments démonstrateurs en vue de l objectif «Facteur 4» Pierre

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 05/06/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et

Plus en détail

Le Conseil régional de Picardie crée le Service Public de l Efficacité Energétique et une régie dédiée : une initiative unique en France

Le Conseil régional de Picardie crée le Service Public de l Efficacité Energétique et une régie dédiée : une initiative unique en France Le Conseil régional de Picardie crée le Service Public de l Efficacité Energétique et une régie dédiée : une initiative unique en France Amiens, le 15 novembre 2013 Contacts Presse CONSEIL REGIONAL DE

Plus en détail

Réhabilitation énergétique performante de bâtiments publics Pourquoi et comment?

Réhabilitation énergétique performante de bâtiments publics Pourquoi et comment? Réhabilitation énergétique performante de bâtiments publics Pourquoi et comment? bâtiments publics : pourquoi? Enjeux planétaires de lutte contre le changement climatique Programme Européen sur le Changement

Plus en détail

Troisième appel à projets de recherche. Appel à manifestation d intérêt. pour les. Gestionnaires de parcs immobiliers

Troisième appel à projets de recherche. Appel à manifestation d intérêt. pour les. Gestionnaires de parcs immobiliers Troisième appel à projets de recherche Appel à manifestation d intérêt pour les Gestionnaires de parcs immobiliers Entretien et rénovation en continu de patrimoines immobiliers dans l optique du facteur

Plus en détail

énergétique La rénovation des bâtiments existants Matinale de l Energie 15 mars 2012 Matinale rénovation des bâtiments Page 1

énergétique La rénovation des bâtiments existants Matinale de l Energie 15 mars 2012 Matinale rénovation des bâtiments Page 1 Matinale de l Energie La rénovation énergétique des bâtiments existants 15 mars 2012 Matinale rénovation des bâtiments Page 1 Introduction Le contexte économique et écologique o Hausse inexorable des prix

Plus en détail

Référentiels et labels pour le logement existant

Référentiels et labels pour le logement existant La réglementation sur l existant Les labels dans l habitat existant Le label BBC EFFINERGIE La certification CERQUAL Patrimoine Environnement Un exemple d opération labélisée BBC Rénovation Référentiel

Plus en détail

Référentiel spécifique pour la demande de. Qualification : 01-01 Audits énergétiques des bâtiments tertiaires et/ou habitations collectives

Référentiel spécifique pour la demande de. Qualification : 01-01 Audits énergétiques des bâtiments tertiaires et/ou habitations collectives Référentiel spécifique pour la demande de Qualification : 01-01 Audits énergétiques des bâtiments tertiaires et/ou habitations collectives et pièces spécifiques à produire En complément du dossier de demande

Plus en détail

LA MAITRISE D OEUVRE D EXECUTION (MOE)

LA MAITRISE D OEUVRE D EXECUTION (MOE) LA MAITRISE D OEUVRE D EXECUTION (MOE) Le maître d oeuvre (ou maîtrise d oeuvre, notée MOE) est l entité chargée par le maître de l ouvrage (client) de concevoir le bâtiment à construire ou à rénover selon

Plus en détail

COMPTE RENDU DEMARCHE ENVIRONNEMENTALE

COMPTE RENDU DEMARCHE ENVIRONNEMENTALE COMPTE RENDU DEMARCHE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE EHPAD Debrou - Joué-lès-Tours (37) OPERATION PHASE Projet de construction et restructuration de l établissement Profil et incidences de la démarche

Plus en détail

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 INSTITUT NATIONAL DU CANCER RAPPORT AU COMITE D AUDIT Page 1 Sommaire I. TRAVAUX DU COMITE D AUDIT EN 2012... 3 II. PLAN ANNUEL D AUDIT 2012... 3 1. CONTEXTE... 3 2.

Plus en détail

Trophées qualité gaz naturel en logement social

Trophées qualité gaz naturel en logement social Trophées qualité gaz naturel en logement social PREAMBULE : Un concours «les Trophées Qualité gaz naturel en logement social» est organisé conjointement par l USH et GrDF. S appuyant sur les atouts du

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2012 07 31 0297 Catégorie : C* Dernière modification : 31/07/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Gestionnaire de configuration

Plus en détail

Présentation de la SCIC. acrene. Société Coopérative d Intérêt Collectif Pour la promotion de la rénovation énergétique en Alsace Centrale

Présentation de la SCIC. acrene. Société Coopérative d Intérêt Collectif Pour la promotion de la rénovation énergétique en Alsace Centrale Présentation de la SCIC acrene Société Coopérative d Intérêt Collectif Pour la promotion de la rénovation énergétique en Alsace Centrale La SCIC ACRENE : Une coopération d acteurs œuvrant pour la réduction

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

METHODOLOGIE ET OBJECTIFS

METHODOLOGIE ET OBJECTIFS «REFERENT ENERGIE» Tour de table METHODOLOGIE ET OBJECTIFS Méthodologie OBSERVER COMPRENDRE REDUIRE Objectifs Acquérir une culture des économies d énergie et savoir la partager. Disposer de toutes les

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités susceptibles de lui être confiées peuvent être, à titre d exemples non exhaustifs :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités susceptibles de lui être confiées peuvent être, à titre d exemples non exhaustifs : COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2006 07 74 0251 Catégorie : B Dernière modification : 10/05/2007 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Animateur (trice) d équipe

Plus en détail

APPEL A PROJETS. Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2013-2014. Règlement

APPEL A PROJETS. Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2013-2014. Règlement APPEL A PROJETS Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2013-2014 Règlement L appel à projets «Utilisation dynamique des énergies renouvelables dans le bâtiment»

Plus en détail

Etude pour la mise en place de démarches environnementales dans la conception et la gestion de zones d activité

Etude pour la mise en place de démarches environnementales dans la conception et la gestion de zones d activité Etude pour la mise en place de démarches environnementales dans la conception et la gestion de zones d activité COMMUNAUTE URBAINE DE CHERBOURG Groupe de travail n 1 «Gouvernance de la qualité environnementale

Plus en détail

Réglementation thermique de l'existant

Réglementation thermique de l'existant Réglementation thermique de l'existant Atiane energy Villa Kappas - 2, avenue de Carras - 06200 Nice Tel. 06 62 78 39 38 - contact@atiane-energy.com www.atiane-energy.com SARL au capital de 9 000 Euros

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46 CAHORS 21 janvier 2010 DDT 46 Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments Introduction Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S, E (Qualité, Sécurité, Environnement)

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S, E (Qualité, Sécurité, Environnement) COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 09/01/2007 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S,

Plus en détail

Atelier OSE. Etude prospective métiers et compétences du Management de l énergie

Atelier OSE. Etude prospective métiers et compétences du Management de l énergie Atelier OSE Etude prospective métiers et compétences du Management de l énergie Présentation Le CUEEP Littoral - Service Formation continue, apprentissage et VAE de l ULCO - Le CUEEP a des activités: -

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

Appel à Manifestations d Intérêt Champagne-Ardenne 2015-2016

Appel à Manifestations d Intérêt Champagne-Ardenne 2015-2016 Appel à Manifestations d Intérêt Champagne-Ardenne 2015-2016 DEPLOIEMENT LOCAL DE PLATEFORMES DE RENOVATION ENERGETIQUE DE L HABITAT PRIVE Date limite de dépôt du dossier pour un financement 2015 : 11/09/2015

Plus en détail

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013.

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013. production locale d énergies renouvelables Performance énergétique des bâtiments Sobriété des usagers Les hommes et les femmes de Cofely Services vous accompagnent dans la Transition Energétique Conception,

Plus en détail

1er septembre 2014 à 13 h 00

1er septembre 2014 à 13 h 00 Appel à projets pour la définition d une stratégie d adaptation aux changements climatiques : Du diagnostic de vulnérabilité à l élaboration du plan d action et de son système de suiviévaluation La Direction

Plus en détail

ARC / www.arc-copro.fr / 15 03 16 Retour de terrain d une rénovation : la résidence «Le Campra»

ARC / www.arc-copro.fr / 15 03 16 Retour de terrain d une rénovation : la résidence «Le Campra» ARC / www.arc-copro.fr / 15 03 16 Retour de terrain d une rénovation : la résidence «Le Campra» Lors de notre colloque du 10 juin 2015 sur la rénovation des copropriétés (www.arccopro.com/finf), des copropriétaires

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne. Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux

Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne. Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux Édito E Chiffres clés bretons Objectifs de la Bretagne* n 2014, le Conseil régional de

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation CONSEIL D'ADMINISTRATION PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation L évaluation des politiques publiques a été introduite au sein

Plus en détail

Concours 2012 «Bâtiments basse consommation d énergie en Languedoc-Roussillon»

Concours 2012 «Bâtiments basse consommation d énergie en Languedoc-Roussillon» Concours 2012 «Bâtiments basse consommation d énergie en Languedoc-Roussillon» Céline VACHEY ADEME 1er décembre 2011 Quel bilan depuis 2007? 240 dossiers déposés 95 lauréats Tertiaire (36) Associations

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

La réglementation thermique 2012 Les principes généraux et quelques définitions

La réglementation thermique 2012 Les principes généraux et quelques définitions La réglementation thermique 2012 Les principes généraux et quelques définitions 15 septembre 2011 à LIMOGES - ESTER TECHNOPOLE Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement du

Plus en détail

Charte de confiance et d engagement dans la Rénovation Globale Performante pour les entreprises générales du bâtiment

Charte de confiance et d engagement dans la Rénovation Globale Performante pour les entreprises générales du bâtiment Charte de confiance et d engagement dans la Rénovation Globale Performante pour les entreprises générales du bâtiment Enjeux énergétiques de l habitat - Le secteur du bâtiment est responsable de 45% des

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Opération collective 2016 123 M Energie

Opération collective 2016 123 M Energie Opération collective 2016 123 M Energie Appel à candidatures Entreprises pour la mise en place par étapes d une démarche de management de l énergie avant le 3 mars 2016 ISO 50001:2011, Systèmes de management

Plus en détail

Enéides propose, après analyse des besoins du client:

Enéides propose, après analyse des besoins du client: L énergie et le réchauffement climatique sont des enjeux majeurs du 21ème siècle. La disponibilité et le coût respectif des différentes énergies rendent nécessaire la maîtrise de nos consommations et un

Plus en détail

Concevoir un bâtiment adapté aux contraintes d exploitation en intégrant tous les aspects du développement durable

Concevoir un bâtiment adapté aux contraintes d exploitation en intégrant tous les aspects du développement durable Concevoir un bâtiment adapté aux contraintes d exploitation en intégrant tous les aspects du développement durable Le domaine de la construction est en constante évolution : les contraintes se renforcent,

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES PERFORMANCES ENERGETIQUES DES BATIMENTS DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG

DIAGNOSTIC DES PERFORMANCES ENERGETIQUES DES BATIMENTS DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG DIAGNOSTIC DES PERFORMANCES ENERGETIQUES DES BATIMENTS DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG CONTEXTE Par rapport à la formation d éco conseiller La mise en situation professionnelle dans le cadre de

Plus en détail

Combien de temps dure un dispositif SLIME? La durée du SLIME ne pourra pas être inférieure à 6 mois.

Combien de temps dure un dispositif SLIME? La durée du SLIME ne pourra pas être inférieure à 6 mois. Qu est-ce qu un SLIME? Le programme SLIME (Service Local d Intervention pour la Maîtrise de l Energie) est un programme national d information et d action en faveur de la maîtrise de la demande énergétique,

Plus en détail

SOMMAIRE EDITO. Agenda 21. Objectifs et moyens. Plan de lutte contre le changement climatique Atténuation Adaptation. Outils

SOMMAIRE EDITO. Agenda 21. Objectifs et moyens. Plan de lutte contre le changement climatique Atténuation Adaptation. Outils PLAN CLIMAT-ENERGIE TERRITORIAL DE Poitiers Février 2013 SOMMAIRE Agenda 21 Objectifs et moyens Plan de lutte contre le changement climatique Atténuation Adaptation Outils EDITO Une collectivité pionnière

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

Appel à Projets Régional pour l implantation et le développement d unités industrielles ou tertiaires dans les secteurs des énergies renouvelables

Appel à Projets Régional pour l implantation et le développement d unités industrielles ou tertiaires dans les secteurs des énergies renouvelables Appel à Projets Régional pour l implantation et le développement d unités industrielles ou tertiaires dans les secteurs des énergies renouvelables "EQUIP ENERGIE 2010" SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 APPEL

Plus en détail

Mission de définition d un programme pour la Maison du Parc naturel régional de Camargue aux Saintes Maries de la Mer

Mission de définition d un programme pour la Maison du Parc naturel régional de Camargue aux Saintes Maries de la Mer Mission de définition d un programme pour la Maison du Parc naturel régional de Camargue aux Saintes Maries de la Mer Contexte de l opération : Situé à Pont de Gau sur la commune des Saintes-Maries-de-la-Mer,

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2008 09 38 0274 Catégorie : C* REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Réglementation Thermique 2012

Réglementation Thermique 2012 TECHNIQUE CONSTRUCTION PARIS ILE-DE-FRANCE 15 novembre 2010 Réglementation Thermique 2012 Ce qu il faut retenir La nouvelle réglementation thermique RT 2012 s appliquera à partir de la fin de l année 2011.

Plus en détail

PREBAT2. 24 juin 2011- Rennes

PREBAT2. 24 juin 2011- Rennes 24 juin 2011- Rennes PREBAT2 Plate-forme de recherche et d expérimentation sur l énergie dans le bâtiment "Vers des réhabilitations à très basse consommation Analyse des facteurs socioéconomiques en jeu

Plus en détail

CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET

CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET 1 Construire en équipe: qualité, efficacité, rapidité! Bruxelles Environnement CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET Liesbet TEMMERMAN Facilitateur Bâtiment

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

QUI ET POURQUOI LA RT2012?

QUI ET POURQUOI LA RT2012? QUI ET POURQUOI LA RT2012? La réglementation thermique 2012 s applique à la quasi-totalité des bâtiments dont le permis de construire a été déposé après 01 janvier 2013, à quelques exceptions près. La

Plus en détail

APPEL A INTERET : DIAGNOSTIC ENERGETIQUE MAISON INDIVIDUELLE

APPEL A INTERET : DIAGNOSTIC ENERGETIQUE MAISON INDIVIDUELLE APPEL A INTERET : DIAGNOSTIC ENERGETIQUE MAISON INDIVIDUELLE 0 1 Objectifréno.fr Le projet «Objectifréno» du PETR du Pays Sud Toulousain est lauréat de l Appel à Manifestation d Intérêt (AMI) de l ADEME

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E

CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E CHAMP D APPLICATION Ce cahier des charges s adresse à l ensemble des structures qui interviennent dans la phase d accompagnement à la VAE et qui

Plus en détail

Fiche explicative détaillée #6 Appoints

Fiche explicative détaillée #6 Appoints Fiche explicative détaillée #6 Appoints 1 Objet et limites du document Ce document est intimement lié au CCTP type (cahier des clauses techniques particulières), spécifique aux systèmes de climatisation

Plus en détail

Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture

Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture Mémorandum n 1 Secteur Public Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture Mars 2012 Sommaire Pratiques et Tendances 2 - Le Baromètre Grant Thornton / Association des Agents Comptables.

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

Bâtiments performants - Bâtiment Basse Consommation BBC Dans l existant www.prioriterre.org

Bâtiments performants - Bâtiment Basse Consommation BBC Dans l existant www.prioriterre.org Bâtiments performants - Bâtiment Basse Consommation BBC Dans l existant www.prioriterre.org Mise à jour le 22/11/2010 La consommation d'énergie liée à l utilisation et à l exploitation des bâtiments représente

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Crédit Photo Cabinet 2NE FICHE RETOUR D EXPÉRIENCE DÉTAIL 1/9

Crédit Photo Cabinet 2NE FICHE RETOUR D EXPÉRIENCE DÉTAIL 1/9 Crédit Photo Cabinet 2NE 1/9 Crédit Photo mairie de Le Magny Crédit Photo Cabinet 2NE 2/9 Crédit Photo mairie de Le Magny Crédit Photo Cabinet 2NE Crédit Photo mairie de Le Magny 3/9 Dans le cadre de l

Plus en détail