Groupe d Étudiantes en Sciences Infirmières (GRÉSI) de l Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. Votre journal universitaire et professionnel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Groupe d Étudiantes en Sciences Infirmières (GRÉSI) de l Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. Votre journal universitaire et professionnel"

Transcription

1 Groupe d Étudiantes en Sciences Infirmières (GRÉSI) de l Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue Votre journal universitaire et professionnel Volume 1 Numéro 3 Avril-Mai 2011 LA RECHERCHE EN SCIENCES INFIRMIÈRES, VERS UNE INFINIE DE POSSIBILITÉS Être infirmière : un peu, beaucoup, à l infini

2 Février Table des matières Éditorial 3 La recherche en sciences infirmières : Abir El-Haouly 5 Carole Désilet 13 Roxane Aubé 14 Annie Perron 15 Annick Bégin 16 Bianca Vallières-Bellerose et Maxime Lacombe 17 Michelle Boucher et Cathy Constantineau 18 Johanne Desrosiers et Sonia Léonard 19 Taimae Ben-Seddik, Marie- Michèle grenier et Mélanie Caron-Croisetière 19 Le mot de la Fin! 21 2 Logo du GRÉSI: Les 5 branches de l étoile signifient les 5 champs de la pratique infirmière, soit la clinique, la recherche, la formation, la gestion et le politique; L astre montre la portée de la profession vers l univers et donc notre ouverture sur le monde; Les petites étoiles signifient l importance d inclure les autres (amis, professeurs, client-famille, etc.,)dans les soins et dans les actions; La trainée illustre la portée que l infirmière peut avoir sur les personnes dont elle prend soin et sur ses collègues; L étoile illuminée, illustre l infirmière dans son milieu : elle est reconnaissable par ses compétences et son savoir.

3 Pourquoi de la recherche en sciences infirmières? Affirmer à des collègues infirmières que j études de deuxième cycle pour faire de la recherche en sciences cliniques (de la santé) suscite des réactions variées et étonnantes. Malheureusement, je fais souvent face à des commentaires d incompréhension et parfois d un complet désintéressement. Cette situation indique l importance de promouvoir la recherche en science infirmière, de démystifier ce champ de la discipline et surtout d illustrer l applicabilité des résultats de la recherche à la pratique clinique. La discipline infirmière s impose par sa vitalité tant au niveau de la pratique clinique que dans la formation théorique. Au Québec, cet essor se confirme par la hausse du taux de formation universitaire des infirmières. En effet, selon l Ordre des Infirmières et Infirmiers du Québec (OIIQ, 2010), pour l année , 30,4% des infirmières détenaient un baccalauréat en sciences infirmières et 3,0% un diplôme de cycles supérieurs comparativement à l année où les taux étaient respectivement de 26,8% et 2,7%. Ces statistiques illustrent l intérêt des infirmières à développer leurs connaissances et à élargir leurs champs de pratique. À mon sens, il va de soi que plus les infirmières détiendront une formation universitaire, plus elles raisonneront scientifiquement (pensée critique), plus elles seront curieuses de comprendre les fondements philosophiques de la discipline et plus elles s engageront dans le processus «recherche-développement des savoirs-application-amélioration de la pratique infirmière». Ce progrès de la science infirmière est essentiel à la survie de la discipline. Roxane Aubé, infirmière et maintenant agente de recherche pour le microprogramme «Approche clinique en santé mondiale» et assistante de recherche pour le projet «Portrait de la douleur chronique chez les Autochtones» à l UQAT dirigé par Pr. Nancy Julien. Mon premier contact avec la recherche remonte au cours de méthodes de recherche qu on fait à la première session du baccalauréat. Le premier jour du cours, Pr.Anaïs Lacasse disait qu elle espérait, avec ce cours, nous intéresser à la recherche. Je me rappelle à ce momentlà qu instinctivement j ai pensé «mission impossible»! Pour moi, la recherche était un domaine vague qui ne mène à rien de concret. Et bien en fin de compte, Anaïs a non seulement réussi la mission impossible, mais en plus, aujourd hui, je tends à 70% vers une carrière dans le domaine de la recherche en santé. Après tout, avec la merveilleuse équipe de chercheurs en sciences cliniques de l UQAT, il difficile de rester indifférent face à ce domaine. Selon moi, la recherche permet d acquérir des connaissances approfondies dans tous les domaines, elle amène une organisation des données et une réflexion profonde dans le but d apporter des réponses et d améliorer les façons de faire. Alors pour ce dernier numéro de l année, nous laissons toute la place à nos talents de chercheuses Taimae Ben-Seddik, infirmière et maintenant stagiaire en recherche pour le projet «Fréquence et prise en charge de la douleur chronique en première ligne de pratique : Une revue de littérature portant sur l ampleur et la reconnaissance de cette problématique» à l UQAT dirigé par Pr. Anaïs Lacasse. 3

4 Qui ose encore prétendre que la recherche est du «pelletage de nuages»? Ce triste commentaire illustre une mécompréhension de la recherche en sciences infirmières, de ses vastes champs d intérêt, de ses importantes retombées scientifiques, cliniques et sociales et surtout de son omniprésence dans chacune de nos techniques, de nos interventions, de nos traitements et même de nos enseignements. Une discipline sans recherche est une discipline qui se laisse mourir. C est pourquoi il est essentiel d intégrer des cours de méthodologie dans le baccalauréat en sciences infirmières. Les futures cliniciennes sont en mesure de lire avec critique des articles scientifiques, des rapports, des lignes directrices et ainsi améliorer la qualité de la pratique infirmière en se fondant sur des données probantes. Les textes choisis sont des résumés de protocoles de recherche effectués par des infirmières professeurs et chercheuses à l UQAT, des infirmières à la maîtrise ainsi que des résumés de protocoles fictifs élaborés dans le cadre d un cours universitaire au baccalauréat en sciences infirmières.

5 Abir El-Haouly, M.Sc.Inf. (Liban) Professeur en sciences infirmières, UQAT Résumé du protocole de recherche à la maîtrise DETERMINANTS DE LA CONSOMMATION DES MEDICAMENTS PSYCHOTROPES CHEZ LES PERSONNES AGEES VIVANT À DOMICILE DANS LA REGION DE ZAHLE Résumé La consommation des médicaments psychotropes est fréquente chez les personnes âgées de 65 ans et plus vivant à domicile. Elle se fait souvent en dehors de tout diagnostic psychiatrique et se caractérise par sa chronicité. Pourtant, chez cette population, la consommation de psychotropes s'accompagne d'effets adverses majorés tels que les chutes occasionnant des fractures et la dépendance voire même la toxicomanie. Au Liban, en 2004, 17 % des anxiolytiques, % des hypnotiques, % des antidépresseurs, % et 12.4 % des neuroleptiques et des régulateurs de l'humeur ont été prescrits aux personnes âgées de 65 ans et plus. Se basant sur le «Behavioral model of health services utilization», cette étude avait pour objectifs de mesurer le taux de prévalence de la consommation des médicaments psychotropes et d'identifier parmi les caractéristiques prédisposant, les ressources permettant et les besoins de soin, ceux qui y sont associés, chez 208 personnes âgées vivant à domicile dans la région de Zahlé. Les résultats ont montré que 34.6 % des personnes âgées consomment des psychotropes et que seule la perception de l'état de santé générale est liée significativement à cette consommation. L'étude permettra aux infirmières oeuvrant dans des centres de santé communautaire d élaborer et de mettre en œuvre des programmes de prévention de la consommation de psychotropes et de promotion de la santé pour les personnes âgées. Introduction Les personnes âgées de 65 ans et plus vivant à domicile sont des grandes consommatrices de médicaments notamment de médicaments psychotropes (Ankri, Collin, Pérodeau, & Beaufils, 2003; Cohen, & Collin, 1997; Voyer, & Martin, 2003). Au Québec, Préville et ses collaborateurs (2002) ont estimé qu'au cours de l'année suivant l'enquête Santé Québec, 35,3 % des PA ont consommé des anxiolytiques, sédatifs ou 5 hypnotiques et 10 % ont consommé des antidépresseurs. En France, l'étude menée par Fourrier et ses collaborateurs (2001) a objectivé la consommation de psychotropes, durant les deux semaines précédant l'enquête, chez 37,6 % des participants. Au Liban, 9,6 % de la population générale a consommé des benzodiazépines; parmi les personnes âgées de 65 ans et plus, 42,4 % en ont consommé (Haddad, 1998). En 2004, 17 % des anxiolytiques, % des hypnotiques, % des antidépresseurs, % et 12.4 % des

6 neuroleptiques et des régulateurs de l'humeur ont été prescrits aux personnes âgées de 65 ans et plus. A Zahlé, des entrevues effectuées avec des médecins généralistes au cours de l'été 2003 ont montré que les PA zahléotes sont aussi des grandes consommatrices de psychotropes. Les responsables des centres de santé de Zahlé ont exprimé, de leur part, leur inquiétude face aux demandes accrues de médicaments psychotropes faites par les personnes âgées et sont intéressés à connaître les causes qui sont à l'origine de cette consommation. La consommation des psychotropes chez les personnes âgées de 65 ans et plus vivant à domicile est un phénomène qui se caractérise par sa chronicité vu qu'elle dépasse largement le temps recommandé médicalement, soit deux semaines à un mois (Ankri et al, 2003; Collin, 2001; Ouellet, & Beaulieu, 1999; Pérodeau et al, 2001). Elle est considérée comme un problème de santé publique en raison des effets adverses qu'elle occasionne (Collin, 2001). Ceux ci incluent le déclin cognitif, la confusion, l'hypotension, les effets cardiovasculaires, le syndrome parkinsonien, l'anorexie, la perte de poids, l'hyponatrémie, les chutes occasionnant des fractures, des pertes d'autonomie et des entrées en institution et l'augmentation du risque des accidents de la voie publique (Hemmelgarn, Suissa, Huang, Boivin, & Pinard, 1997; Lebert, 2001). A ces effets adverses s'ajoutent les risques de dépendance voire de toxicomanie (Collin, 2001). Bien que les médicaments psychotropes relèvent d'un cadre théorique de prescription bien défini, leur consommation chez les PA s'effectue souvent en dehors de tout diagnostic psychiatrique (Ankri et al, 2003; Voyer et al, 2004). D'après les études recensées, les déterminants de la consommation des médicaments psychotropes chez les PA, ayant fait le sujet d'un consensus, sont le genre, le nombre d'enfants, la perception de l'état de santé générale, le nombre des visites médicales et la présence de problèmes de santé physique chroniques. En effet, l'étude réalisée aux Etats-Unis par Dealberto et ses collaborateurs (1997) a montré que l'appartenance au genre féminin multiplie par 1,4 le risque de consommer des psychotropes. Cette association entre le genre 6 féminin et la consommation de psychotropes s'explique par le fait que les femmes, qui vivent plus longtemps que les hommes, sont plus vulnérables aux effets du vieillissement, ont plus de problèmes de santé, subissent plus de deuil et de pertes de toutes sortes et se retrouvent plus souvent seules et isolées (Jorm et al, 2000; Milette, 1999). L'étude d'allard et ses collaborateurs (1996) a relevé de son coté que le nombre d'enfants est associé indirectement à la consommation de médicaments psychotropes chez les aînés : La personne âgée était d'autant plus satisfaite de la qualité de ses relations familiales qu'elle avait eu plusieurs enfants et du fait elle était plus satisfaite de la qualité de ses relations sociales, jouissait d'un état de bien-être psychologique et consommait par la suite moins de médicaments psychotropes. Les résultats d'une autre étude (Préville et al, 2001) ont montré que la mauvaise perception de l'état de santé générale augmente de 1 1/2 fois le risque d utiliser des psychotropes. En outre, dans l'étude québécoise conduite par Préville et ses collaborateurs (2002), il s'est avéré que le nombre des visites médicales effectuées par les personnes âgées, au cours des douze mois précédant et suivant l'enquête Santé Québec 1998, est associé à leur consommation de psychotropes. De leur côté, Gustafsson, Thorslund et Sörbom (1996) ont rapporté que la présence de problèmes de santé physique chroniques influence la consommation de psychotropes des PA et ce en raison de la mélancolie et du pessimisme qu'ils occasionnent et des visites médicales qu'ils requièrent. D'autres déterminants tels que l'âge, l'état civil, le niveau d'éducation, la composition du ménage, le réseau social, la suffisance du revenu, l'assurance maladie, le caractère urbain rural du lieu de résidence et le fonctionnement physique ont été aussi étudiés. Pour certains (l'âge, l'état civil, le niveau d'éducation, le réseau social, le fonctionnement physique, la composition du ménage et l'assurance maladie), la relation avec la consommation de psychotropes a été infirmée, pour d'autres (le caractère urbain rural du lieu de résidence et la suffisance du revenu), un consensus n'a pas pu être obtenu par les études. Le modèle conceptuel intitulée Behavioral Model of Health Services Utilization (Andersen,

7 1968) suggère que l'utilisation des services de santé telle que l'utilisation des médicaments dépend de trois groupes de déterminants individuels : Les caractéristiques prédisposant telles que l'âge, le genre, l'état civil et le réseau social, les ressources permettant telles que le revenu et les besoins de soin de l'individu tels que la présence de problèmes de santé, le fonctionnement physique et la perception de l'état de santé. La présente étude a pour but de mesurer le taux de prévalence de la consommation de médicaments psychotropes chez les personnes âgées de 65 ans et plus vivant à domicile, dans la région de Zahlé et d identifier parmi les déterminants individuels, soit les caractéristiques prédisposant, les ressources permettant et les besoins de soin, ceux qui sont en lien avec cette consommation. Méthodes Un devis descriptif corrélationnel a été utilisé. L'échantillon formé de 208 personnes nées en 1960 ou avant a été choisi au hasard dans trois grands centres de santé de la ville de Zahlé. L'enquête s'est déroulée durant le mois d'août Les PA ont été rejointes par téléphone pour les informer de l'étude et de son but et leur proposer une entrevue. Les entrevues ont eu lieu au domicile des participants. La collecte des données a été réalisée par l'auteur de l'étude secondé par trois infirmiers nouvellement diplômés. Compte tenu du contexte libanais qui considère la consommation de psychotropes comme honteuse, les participants n'ont pas été informés du vrai but de l'étude, le mot psychotrope a été évité devant eux et l'étude a été présentée comme portant sur l'état de santé générale des PA. La personne âgée a été considérée comme consommatrice de psychotropes si elle a consommé durant les deux semaines précédant l'enquête un médicament psychotrope de la liste adoptée dans la présente étude. L'évaluation du réseau social de la PA a été faite au moyen du Lubben Social Network Scale (Lubben, 1988). Pour évaluer la performance des PA dans l'accomplissement des activités de la vie quotidienne et des activités instrumentales de la vie quotidienne, les deux échelles Katz Index of Independance in Activities of Daily Living (Katz et al, 1963; McDowell, & Newell, 1996) et Instrumental Activities of Daily Living Scale (Lawton & Brody, 1969) ont été simultanément utilisées. Résultats Caractéristiques de l'échantillon Les résultats de l'étude ont montré que l'échantillon comporte une proportion plus élevée de femmes (54,8 %) que d'hommes (45,2 %), la moyenne d'âge étant de 74 ans et la proportion des analphabètes égale à 37,5 %. Le deux tiers des participants (66,8 %) sont mariés et ont en moyenne 5 enfants (écart-type = 2 enfants). La moitié de l'échantillon (51,9 %) perçoit son état de santé générale comme passable. Environ la totalité (97,1 %) des sujets âgés souffre de problèmes de santé physique chroniques. En moyenne, les participants ont visité, durant l'année précédant l'enquête, trois fois le médecin (écart-type = 3 visites) et ont consommé, durant les deux semaines précédant l'enquête, trois médicaments non psychotropes (écart-type = 2 médicaments). Les personnes âgées indépendantes dans les activités de la vie quotidienne sont dans une proportion de 63 %. Au niveau des activités instrumentales de la vie quotidienne, les indépendants sont moins nombreux que les dépendants dans au moins une activité. 7

8 Consommation des médicaments psychotropes Tableau 1 Distribution des personnes âgées selon leur consommation des médicaments psychotropes (N = 208) Variable N % Consommation de médicaments psychotropes Oui Non ,6 65,4 Mode de consommation Au besoin Systématique Type de médicaments psychotropes consommés Anxiolytiques Hypnotiques Antidépresseurs Neuroleptiques Combinaison de psychotropes ,9 11,1 1,4 5,5 L'étude révèle une consommation de psychotropes chez 34,6 % de la population âgée, les anxiolytiques étant les plus convoités. Cette consommation est systématique chez la grande majorité (93 %) des consommateurs. Déterminants de la consommation des médicaments psychotropes Bien que les analyses bivariées ont montré que l'état civil (p = 0,000), le niveau d'éducation (p = 0,009), la composition du ménage (p = 0,007), le réseau social (p = 0,01), le caractère urbain rural du lieu de résidence (p = 0,016), la perception de l'état de santé générale (p = 0,001) et la performance dans les activités de la vie quotidienne (p = 0,000) sont tous associées significativement à la consommation de psychotropes, les résultats de l'analyse logistique binaire ont seulement confirmé l'association entre la perception de l'état de santé générale et la consommation de psychotropes (p = 0,012). En effet, les sujets qui perçoivent leur état de santé générale comme passable sont 2,3 fois plus susceptibles (β = 0,865; OR = 2,375) d'avoir recours aux psychotropes que ceux qui le perçoivent comme très bon ou bon. 8

9 Tableau 2 Associations entre la consommation des médicaments psychotropes et les déterminants individuels Consommateurs de psychotropes (n = 72) Non consommateurs de psychotropes (n = 136) Variable Etat civil Célibataire, veuf, divorcé ou séparé Marié n % n % 38 52, , , ,2 P 0,000* ** Niveau d'éducation Analphabète Sait lire et écrire Primaire, complémentaire, secondaire ou universitaire ,4 31,9 16, ,1 41,2 28,7 0,009* * Composition du ménage Seul Avec des amis ou des parents Avec le conjoint seulement ,8 33,3 38, ,7 24,3 61 0,007* * Lieu de résidence Urbain Rural ,3 34, ,8 52,2 0,016* Perception de l'état de santé générale Très bon ou bon Passable Mauvais ,6 52,2 36, ,9 52,9 16,2 0,001* * Activités de la vie quotidienne Dépendant dans au moins une activité Indépendant dans toutes les activités ,2 45, ,9 72,1 0,000* ** M ÉT M ÉT p Réseau social 21,56 8,65 24,77 8,39 0,01* ** p < 0,01. *** p < 0,001. 9

10 Tableau 3 Analyse de régression logistique prédisant la consommation des médicaments psychotropes Variable p β ÉT OR Lieu de résidence 0,174 0,442 0,325 1,557 Réseau social 0,381-0,017 0,020 0,983 Perception de l'état de santé générale Passable Mauvais * p < 0,05. 0,012* 0,05* 0,03* Discussion Les résultats de la présente étude ont montré, qu'au cours des deux semaines précédant l'enquête, 34,6 % des personnes âgées vivant à domicile, ont consommé des médicaments psychotropes. Une comparaison directe peut être faite avec l'étude menée aux Etats-Unis par Dealberto et ses collaborateurs (1997) qui montre que 12,3 %, 12,9 % et 15,1 % de la population âgée a consommé respectivement en 1982, 1985 et 1988, durant les deux semaines précédant l'enquête, des médicaments psychotropes. Le taux de prévalence élevé retrouvé dans l'actuelle recherche peut être expliqué en partie par l'insécurité et l'inquiétude vécues par les personnes âgées libanaises, dues notamment aux aides limitées fournies par l'etat et à l inexistante d'une assurance vieillesse. Une autre explication serait l'inefficacité de la loi concernant les médicaments psychotropes qui, après son instauration, n'a pas pu limiter leur consommation chez la population libanaise générale tout comme chez la population âgée. Le résultat de la présente recherche rejoint ceux d'autres études quant au lien entre la perception de l'état de santé générale et la consommation de psychotropes. En effet, dans la présente étude ainsi que dans d'autres études telles que celles menées par Aparasu et ses collaborateurs (2003), Ouellet et Beaulieu (1999), Préville et ses collaborateurs (2001) et Larose (1996), l'état de santé générale tel que l'aîné le perçoit était un déterminant de la consommation de psychotropes. En ce qui concerne le réseau social, l'étude n'a pas révélé un lien entre l'isolement social et la consommation de 0,865 1, ,442 0,511 2,375 4,556 psychotropes. Ce résultat rejoint ceux d'autres études (Collin, 2001; Larose, 1996). Il va cependant à l'encontre du résultat auquel ont abouti Ouellet et Beaulieu (1999) et infirme aussi une de nos hypothèses de départ, à l'effet que l'isolement pouvait être un déterminant de la consommation de psychotropes chez les PA vivant à domicile. Ceci trouve probablement son explication dans le fait que ces personnes âgées qui demeurent dans leur chez-soi, dans leur environnement et leur milieu d'origine, là où elles ont leurs racines, supportent bien leur isolement. En fait, les personnes âgées libanaises attachent le plus grand prix à leur indépendance et refusent le placement dans une maison de retraite qui signifie pour elles une mise au rancart et une liberté restreinte. Quant au fonctionnement physique, l'analyse bivariée a montré que la dépendance dans les activités de la vie quotidienne est un facteur associé à la consommation de psychotropes chez les PA. Ce résultat diffère de ceux d'autres études (Brown et al, 1995; Gleason et al, 1998). Il rejoint, par contre, les résultats de l'étude menée par Blazer et ses collaborateurs (2000a) et est fortement cohérent avec la mentalité des PA libanaises qui tiennent à ne pas peser sur leur famille et à ne pas être institutionnalisées. Or, une fois elles ont perdu leur autonomie, elles seront évidemment à la charge de leurs proches et perçoivent, dès lors, le risque d'être admises dans une maison de retraite.

11 Conclusion En conclusion, il est ressorti qu'au cours des deux semaines précédant l'enquête, 34.6 % des aînés constituant l'échantillon ont consommé des médicaments psychotropes. Le seul déterminant individuel de la consommation des médicaments psychotropes est la perception de l'état de santé générale. En dehors de ce déterminant, la consommation de psychotropes n'est significativement associée à aucun des déterminants examinés dans cette étude. En particulier, la consommation de psychotropes n'est pas associée au réseau social. Cette étude permettra aux infirmières œuvrant dans des centres de santé communautaire d élaborer et de mettre en œuvre, en collaboration avec d'autres professionnels de la santé comme les médecins, les pharmaciens et les psychologues, des programmes de prévention de la consommation de psychotropes et de promotion de la santé pour les personnes âgées. Ces programmes auront pour but de : (1) les informer des effets adverses des médicaments psychotropes, (2) leur offrir des alternatives à la consommation de ces médicaments et (3) améliorer la perception que les PA ont de leur santé en améliorant leur santé vu que la perception de la santé est un reflet de la santé et ainsi éviter leur consommation de psychotropes. Références Allard, J., Allaire, D., Leclerc, G., & Langlois, S-P. (1996). L'influence des relations familiales et sociales sur la consommation de médicaments psychotropes chez les personnes âgées. Santé mentale au Québec, 12 (1), Ankri, J., Collin, J., Pérodeau, G., & Beaufils, B. (2003). Les caractéristiques de la consommation des psychotropes chez les personnes âgées en France et au Québec. Santé, société et solidarité, hors Série, Andersen, R. (1968). A behavioral model of families use of health services. Document inédit, The University of Chicago. Aparasu, R., Mort, J., & Brandt, H. (2003). Psychotropic prescription use by community-dwelling elderly in the United States. Journal of the American Geriatrics Society, 51, Blazer, D., Hybels, C., Simonsick, E., & Hanlon, J. (2000a). Sedative, hypnotic, and antianxiety medication use in an aging cohort over ten years : A racial Comparison. Journal of the American Geriatrics Society, 48, Brown, S., Salive, M., Guralnik, J., Pahor, M., Chapman, D., & Blazer, D. (1995). Antidepressant use in the elderly : Association with demographic characteristics, health-related factors, and health care utilization. Journal of Clinical Epidemiology, 48(3), Cohen, D., & Collin, J. (1997). Pour une approche pragmatique de prévention en toxicomanie orientations et stratégie. Les toxicomanies liées aux médicaments psychotropes chez les personnes âgées, les femmes et les enfants : Recension et analyse des écrits. Québec : Ministère de la santé et des services sociaux, direction des communications. Collin, J. (2001). Médicaments psychotropes et personnes âgées : Une socialisation de la consommation. Revue québécoise de psychologie, 2(2), Dealberto, M-J., Seeman, T., McAway, G., & Berkman, L. (1997). Factors related to current and subsequent psychotropic drug use in an elderly cohort. Journal of Clinical Epidemiology, 50(3), Fourrier, A., Letenneur, L., Dartigues, J., Moore, N., & Bégaud, B. (2001). Benzodiazepine use in a elderly community-dwelling population : Characteristics of users and factors associated with subsequent use. European Journal of Clinical Pharmacology, 57, Gleason, P., Schulz, R., Smith, N., Newsom, J., Kroboth, P., Kroboth, F., et al. (1998). Correlates and prevalence of benzodiazepine use in community-dwelling elderly. Journal of General Internal Medicine, 13, Gustafsson, T., Isacson, D., Thorslund, M., & Sörbom, D. (1996). Factors associated with psychotropic drug use among the elderly living at home. The Journal of Applied Gerontology, 15(2), Haddad, R. (1998). Etude pharmaco-épidémiologique sur l'usage et la dépendance aux benzodiazépines au Liban. Thèse de doctorat inédite, Université Saint-Joseph. Hemmelgarn, B., Suissa, S., Huang, A., Boivin, J-F., & Pinard, G. (1997, July). Benzodiazepine use and the risk of motor vehicle crash in the elderly. Journal of American Medical Association, 278(1), International Medical Statistic Health, Lebanon representative office. (2004). Lebanon medical index, (first semester). Document inédit, International Medical Statistic Health, Lebanon representative office. Jorm, A., Grayson, D., Creasy, H., Waite, L., & Broe, G. (2000). Long-term benzodiazepine use by elderly people living in the community. Australian and New Zealand Journal of Public Health, 24(1),

12 Katz, S., Ford, A., Moskowitz, R., Jackson, B., & Jaffe, M. (1963, September). Studies of illness in the aged. The index of ADL : A standardized measure of biological and psychosocial function. Journal of American Medical Association, 21, Lawton, M., & Brody, E. (1969). Assessement of older people : Self-maintaining and instrumental activities of daily living. The Gerontologist, 9, Larose, D. (1996, Octobre). La consommation de psychotropes chez les personnes âgées vivant à domicile. Rapport de recherche, Centre hospitalier et centre de réadaptation Antoine-Labelle, centre de l'annociation. Lebert, F. (2001). Thérapeutiques médicamenteuses psychotropes chez le sujet âgé. Dans Encyclopédie Médicochirurgicale, Psychiatrie ( C-10, pp. 1-8). Paris : Editions Scientifiques et Médicales Elsevier. Lubben, J. ( 1988). Assessing social network among elderly populations. Family Community Health, 11(3), McDowell, I., & Newell, C. (1996). Measuring health : A guide to rating scales and questionnaires (II ed.). New York : Oxford University Press. Milette, C. (1999). Bien vivre avec son âge. Revue de littérature sur la promotion de la santé des personnes âgées (Collection 1). Québec : Ministère de la santé et des services sociaux. Ouellet, N., & Beaulieu, M. ( ). Les facteurs psychosociaux reliés à la consommation de médicaments psychotropes chez les personnes âgées du Bas Saint-Laurent. Rapport de recherche, Université du Québec à Rimouski. Pérodeau, G., Goyer, L., & Guindon, M. (2001). Consommation chronique de psychotropes chez les aînés : Jalons théoriques et pratiques pour les cliniciens. Revue québécoise de psychologie, 22(2), Préville, M., Hébert, R., Allard, J., Grégorie, J-P., Bérard, A., Fortin, D., et al. (2002). Facteurs associés à l'utilisation des psychotropes chez les personnes âgées vivant dans la communauté. Rapport de recherche, Centre de recherche sur le vieillissement. Préville, M., Hébert, R., Boyer, R., & Bravo, G. (2001). Correlates of psychotropic drug use in the elderly compared to adults aged : Results from the Quebec Health Survey. Ageing & Mental Health, 5(3), Voyer, P., Cohen, D., Lauzon, S., & Collin, J. (2004). Factors associated with psychotropic drug use among community-dwelling older persons : A review of empirical studies. BioMed Central Nursing, 3(3), http : //www.biomedcentral.com/ Voyer, P., & Martin, LS. (2003). Improving geriatric mental health nursing care : Making a case for going beyond psychotropic medications. International Journal of Mental Health Nursing, 12,

13 Carole Désilets, M. Sc. Inf., Art thérapeute. Professeur en sciences infirmières UQAT Résumé du protocole de recherche doctorale en sciences infirmières Directrice de la recherche : Caroline Larue, inf., Ph. D., Professeure adjointe, Faculté des sciences infirmières, Université de Montréal. Adresse électronique de la chercheuse : APPROCHE ALTERNATIVE AUPRÈS DES ENFANTS DU PRÉSCOLAIRE VIVANT AVEC UN DIAGNOSTIC DE TROUBLE DU DÉFICIT D ATTENTION Contexte : Les infirmières des Centre de Santé et Services Sociaux du Québec qui travaillent auprès des clientèles jeunesses et en milieu scolaire sont de plus en plus impliquées auprès des enfants vivant avec un diagnostic de TDA car elles conseillent les parents, font le lien avec les médecins pour la médication et avec les enseignants sur des stratégies d intervention qui tiennent compte de la situation globale de l enfant. De plus, les infirmières peuvent jouer un rôle pivot entre l enfant, le milieu scolaire et sa famille. Objectifs : La présente recherche vise à explorer comment une approche d art-thérapie, selon une perspective infirmière, peut aider des enfants de 5 ans, vivant avec un diagnostic de TDA, lors de leur entrée dans le milieu scolaire. Méthode: Les enfants participants proviennent des milieux scolaires d une région du Nord-Ouest du Québec et sont référés par les professionnels parce qu ils vivent avec un diagnostic de TDA. Le devis est qualitatif avec entretiens avec les parents, les enfants, les enseignantes et les référents d enfants du préscolaire. Les enfants qui bénéficieront d interventions individuelles et de groupe en art-thérapie seront sélectionnés à partir d un échantillon non probabiliste et volontaire selon le consentement des parents. L intervention proposée consiste en une série de dix à douze rencontres individuelles et de groupe avec les enfants sélectionnés. Les données recueillies porteront sur les comportements et les facteurs qui influencent les capacités d adaptation des enfants selon les quatre modes d adaptation du modèle conceptuel de soins infirmiers de Callista Roy, soit physiologique, concept de soi, fonction selon les rôles et interdépendance. Résultats projetés: Explorer la façon dont les enfants du préscolaire diagnostiqués comme ayant un TDA s adaptent tout au long du processus de leur entrée dans le milieu scolaire. Améliorer l évaluation et le suivi de l adaptation des enfants vivant avec le TDA par les infirmières qui travaillent auprès des clientèles jeunesses et en milieu scolaire. Conclusion : Peu de recherches existent sur les interventions auprès d une clientèle d enfant de 5 ans vivant avec un diagnostic de TDA et intégrant des moyens de communications autres que le langage verbal. L exploration de solutions alternatives en milieu scolaire concernant l évaluation et le suivi de l adaptation des enfants vivant avec le TDA pourra permettre à l infirmière de tenir compte des différents aspects de la vie de l enfant dans le suivi thérapeutique. Cette recherche vise à travailler en partenariat de collaboration avec les parents, les enseignantes et toutes les personnes significatives présentes dans les différents milieux de vie de l enfant. 13

L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue

L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue Marie-Christine Lemieux, M.Sc. Inf., IPSPL 2 e Symposium

Plus en détail

Recherche intervention évaluative visant l optimisation de l environnement psychosocial et organisationnel du travail du personnel soignant

Recherche intervention évaluative visant l optimisation de l environnement psychosocial et organisationnel du travail du personnel soignant Recherche intervention évaluative visant l optimisation de l environnement psychosocial et organisationnel du travail du personnel soignant Décembre 2004 Renée Bourbonnais, PhD Michel Vézina, PhD Pierre

Plus en détail

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES Philippe Voyer, inf., PhD I Université Laval I Centre d excellence sur le vieillissement de Québec-Unité de recherche

Plus en détail

DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI

DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI Céline Gélinas, inf., Ph.D., Marie-Anik Robitaille, M.A., Lise Fillion, inf., Ph.D. & Manon Truchon, Ph.D. Dans

Plus en détail

INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN LE 6 MAI 2015 PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? INFIRMIÈRES DE L UQAC

INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN LE 6 MAI 2015 PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? INFIRMIÈRES DE L UQAC INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES INFIRMIÈRES DE L UQAC LE 6 MAI 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Quel type de formation une IPSPL doit-elle suivre?

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé

LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé SP 7.4 LES RÔLES CONTEMPORAINS DE LEADERSHIP ET DE GESTION DE L INFIRMIÈRE : arrimage d un continuum de cours avec les besoins du réseau de la santé Martine Mayrand Leclerc, inf., MGSS/MHA, Ph.D. Robert

Plus en détail

PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015

PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015 PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015 Novembre 2011 . Pour faciliter la lecture, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent

Plus en détail

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Marie-Josée Béliveau, inf. Gaétane Boucher, inf. B. Sc. Monique Bourque, inf. M.A. Carole Brousseau, inf. B. Sc.

Plus en détail

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

Département d épidémiologie clinique et d études communautaires. Rapport sommaire

Département d épidémiologie clinique et d études communautaires. Rapport sommaire Département d épidémiologie clinique et d études communautaires Rapport sommaire UTILISATION DES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE ET DE L URGENCE PARMI LES ADULTES DU QUÉBEC : RÉSULTATS DE L ENQUÊTE SUR LA SANTÉ

Plus en détail

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement

Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Résultats du sondage sur la collaboration entre les CSSS et la première ligne médicale hors établissement Janvier 2015 Contributions Équipe de travail Réal Cloutier, Hôpital Rivière-des-Prairies Louise

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

Luce Landry, DESS sc. infirmières, UQAR. Résumé

Luce Landry, DESS sc. infirmières, UQAR. Résumé Le groupe de codéveloppement professionnel : une stratégie d amélioration de l aptitude à gérer des situations complexes pour les infirmières qui pratiquent en prévention et contrôle des infections au

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS

DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS Marie-José Roulin Directrice adjointe des soins Hôpitaux Universitaire de Genève Cette présentation expose les

Plus en détail

3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées

3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées 3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées Ce groupe de base comprend les infirmiers autorisés, les infirmiers praticiens, les infirmiers psychiatriques autorisés et les finissants d'un programme

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Miser sur le renouvellement de l organisation des services infirmiers pour améliorer la qualité et la sécurité des soins Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Membres de l équipe Carl-Ardy

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES. Personnes en perte d autonomie 2010-2015

PLAN D AFFAIRES. Personnes en perte d autonomie 2010-2015 C1_PAuton-CSSS2M_Layout 1 11-04-19 11:35 Page 1 PLAN D AFFAIRES Personnes en perte d autonomie 2010-2015 Ce document a été produit à la suite des rencontres du comité de pilotage du Plan d affaires de

Plus en détail

Séminaire du Pôle Santé

Séminaire du Pôle Santé 1 Séminaire du Pôle Santé Les télésoins à domicile au Québec représentent-ils une solution économiquement viable? Guy Paré, Ph.D., MSRC Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en technologies de

Plus en détail

RAPPORT SYNTHÈSE. En santé après 50 ans. Évaluation des effets du programme Les médicaments :

RAPPORT SYNTHÈSE. En santé après 50 ans. Évaluation des effets du programme Les médicaments : S A N T É P U B L I Q U E RAPPORT SYNTHÈSE Évaluation des effets du programme Les médicaments : Oui Non Mais! En santé après 50 ans Depuis janvier 1997, la Direction de santé publique s est associée à

Plus en détail

CAMPUS SANTÉ OUTAOUAIS : UNE SYNERGIE REMARQUABLE POUR PRENDRE SOIN DE LA SANTÉ DE L OUTAOUAIS

CAMPUS SANTÉ OUTAOUAIS : UNE SYNERGIE REMARQUABLE POUR PRENDRE SOIN DE LA SANTÉ DE L OUTAOUAIS Communiqué CAMPUS SANTÉ OUTAOUAIS : UNE SYNERGIE REMARQUABLE POUR PRENDRE SOIN DE LA SANTÉ DE L OUTAOUAIS Gatineau, le 14 septembre 2009. Campus santé Outaouais, le consortium créé en juin 2008 et dont

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

de l effectif infirmier du Québec 2012-2013

de l effectif infirmier du Québec 2012-2013 Portrait sommaire de l effectif infirmier du Québec 2012-2013 ÉVOLUTION ET CARACTÉRISTIQUES DE L EFFECTIF INFIRMIER Inscription au Tableau de l OIIQ Le nombre de membres se maintient à plus de 72 000 Le

Plus en détail

IMMED Monitoring vidéo porté

IMMED Monitoring vidéo porté IMMED Monitoring vidéo porté L indexation vidéo au service du soin des personnes Projet financé par PEPS S2TI CNRS et des bourses BQR de l Université Bordeaux 1 1 Contexte Maladies et dépendances liées

Plus en détail

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO Document d orientation pour l engagement des partenaires francophones en vue de valider les priorités en santé mentale et lutte contre les dépendances en Ontario Réseau franco-santé

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6 Lignes directrices Pour l expertise en matière de garde d enfants et des droits d accès février 2oo6 INTRODUCTION................. 3 PRÉAMBULE.................. 3 I. AMORCE DU PROCESSUS........... 4 A.

Plus en détail

Demande d admission en ligne DESS en santé mondiale (1668)

Demande d admission en ligne DESS en santé mondiale (1668) Demande d admission en ligne DESS en santé mondiale (1668) L unique façon de faire une demande d ADMISSION au DESS en santé mondiale (1668) Voici la procédure étape par étape : Notez qu après avoir été

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes. Programme d intéressement pour l implantation du rôle de l infirmière praticienne spécialisée Modalités d application 15-919-04W RÉDACTION Direction des soins infirmiers Direction générale des services

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL BLOC 1 : LA FAMILLE ET LES CHARGES FAMILIALES 1. Avez vous des enfants à votre charge au quotidien?, avec moi en garde à temps plein, en garde partagée,

Plus en détail

Repérage de la perte d autonomie

Repérage de la perte d autonomie Repérage de la perte d autonomie France Morissette, MSc. Inf Directrice, Opérations soins 24 novembre 2014 LE GROUPE MAURICE PROFIL CORPORATIF, EN BREF Fondé en 1998 Un seul créneau : l habitation pour

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

L ABC DES ÉTUDES SUPÉRIEURES OU RÉUSSIR SON PROJET DE FORMATION SANS Y PERDRE LA TÊTE!

L ABC DES ÉTUDES SUPÉRIEURES OU RÉUSSIR SON PROJET DE FORMATION SANS Y PERDRE LA TÊTE! L ABC DES ÉTUDES SUPÉRIEURES OU RÉUSSIR SON PROJET DE FORMATION SANS Y PERDRE LA TÊTE! Marie-Ève Poitras, inf. M.Sc. Infirmière clinicienne UMF Chicoutimi Mélissa Lavoie, inf. M.Sc. Infirmière clinicienne,

Plus en détail

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires E Les programmes des Services éducatifs complémentaires X Juin 2006 T Services éducatifs particuliers et complémentaires R A OBJECTIF 3.1 Accompagner l élève, de façon continue, dans la construction de

Plus en détail

La psychothérapie. Se poser les bonnes questions

La psychothérapie. Se poser les bonnes questions La psychothérapie Se poser les bonnes questions? LA PSYCHOTHÉRAPIE Au Québec, la psychothérapie est une activité réservée par la loi * depuis juin 2012, ce qui signifie que seules les personnes autorisées,

Plus en détail

Comité Santé en français de Fredericton. Évaluation de l offre active des services de santé de première ligne. Rapport de sondage-final

Comité Santé en français de Fredericton. Évaluation de l offre active des services de santé de première ligne. Rapport de sondage-final Comité Santé en français de Fredericton Évaluation de l offre active des services de santé de première ligne Rapport de sondage-final Mai 2006 Table des matières 1.0 Sommaire. 1 2.0 Introduction..2 3.0

Plus en détail

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous?

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? Promouvoir l utilisation sécuritaire des médicaments Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? My-Lan Pham-Dang, MSc. Formatrice ISMP Canada 10 juin 2010 Hôpital Général Juif Institute

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE DESCRIPTION DE POSTE 1. IDENTIFICATION DE L'EMPLOI 1.1 Titre d'emploi : Agente ou agent de planification, de programmation et de recherche 1.2 Direction : Direction de la santé publique 1.3 Supérieur immédiat

Plus en détail

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d admini istration Mai 2012 1 Le programme de maîtrise en administration des affaires, cheminement coopératif (MBA Coop) de la Faculté d administration

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

La 1 re ligne montréalaise en action Une responsabilité pour tous et chacun

La 1 re ligne montréalaise en action Une responsabilité pour tous et chacun La e en action Une responsabilité pour tous et chacun Jacques Ricard, M.D., M.Sc. Directeur général adjoint par intérim Directeur des services généraux et des maladies chroniques Plan de la présentation

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014 DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE Programme de formation pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2013-2014 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels

Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels Conférencier : Richard Boyer, Ph. D., chercheur au Centre de

Plus en détail

Qui sont les infirmières et infirmiers cliniciens spécialisés?

Qui sont les infirmières et infirmiers cliniciens spécialisés? Série de Webinaires de l AIIC : Progrès de la pratique Qui sont les infirmières et infirmiers cliniciens spécialisés? Donna Cousineau Infirmière en pratique avancée Hôpital Carleton Queensway Le 12 décembre

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques Plan de cours Techniques de l informatique 420.AC DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques 420-691-MA Stage en entreprise Site du stage en entreprise : http://stages.cmaisonneuve.qc.ca/evaluation/1748/

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

La Cohorte des Grossesses du Québec

La Cohorte des Grossesses du Québec La Cohorte des Grossesses du Québec Outil pour la recherche en pharmacoépidémiologie périnatale Anick Bérard PhD FISPE Professeur titulaire, Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Titulaire de la

Plus en détail

Faculté des sciences infirmières

Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences Le Baccalauréat en sciences est offert selon divers parcours en fonction des études antérieures : Le programme 1-630-1-1 : un parcours à l intention des titulaires d un DEC en formation

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion

La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion La transformation du travail au quotidien suite à l implantation d un nouveau logiciel de gestion Pierre-Sébastien Fournier Sylvie Montreuil Maude Villeneuve Jean-Pierre Brun Un facteur de risque Intensification

Plus en détail

Présentation 2007. pour. Observatoire Vieillissement et Société

Présentation 2007. pour. Observatoire Vieillissement et Société Présentation 2007 pour Observatoire Vieillissement et Société Stéphane Tremblay Directeur de Territoire Région de l Est Qu est-ce que Lifeline? Argus? Philips? Lifeline est un service de télésurveillance

Plus en détail

Travailler avec les propriétaires et les gestionnaires pour l accessibilité au logement

Travailler avec les propriétaires et les gestionnaires pour l accessibilité au logement Travailler avec les propriétaires et les gestionnaires pour l accessibilité au logement Résumé Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés

Plus en détail

GUIDE DE L'UTILISATEUR

GUIDE DE L'UTILISATEUR GUIDE DE L'UTILISATEUR LE PLAN D AUTOGESTION DU DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU EN CINQ ÉTAPES Pour pouvoir donner des soins de qualité aux patients tout au long de sa carrière professionnelle, le

Plus en détail

Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention

Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention Les indicateurs psychosociaux et biologiques d évaluation des problèmes de santé mentale au travail et leur utilisation lors de l intervention Alain Marchand Pierre Durand École de relations industrielles

Plus en détail

Commission infirmière régionale (CIR) COMPTE RENDU. Date : 11 octobre 2011 Heure : 16h30 Lieu : Agence de la santé et des services sociaux

Commission infirmière régionale (CIR) COMPTE RENDU. Date : 11 octobre 2011 Heure : 16h30 Lieu : Agence de la santé et des services sociaux Commission infirmière régionale (CIR) COMPTE RENDU Date : 11 octobre 2011 Heure : 16h30 Lieu : Agence de la santé et des services sociaux Présences : Denyse April, Collège Héritage Gilles Coulombe, CSSS

Plus en détail

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement.

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Automne 2014 MOT DE BIENVENUE ET PRÉSENTATION DES FORMATRICES Réjeanne Bouchard Guylaine Cloutier

Plus en détail

Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques?

Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques? Janvier 2011 Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques? Introduction Les soins dispensés aux patients souffrant d affections chroniques

Plus en détail

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier Le projet de formation «Partenaires, jusqu à la fin» Déterminer avec le patient et ses proches les objectifs de ses soins en contexte de maladie grave et de fin de vie 7 octobre 2014 Entretiens Jacques

Plus en détail

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT?

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? Élisabeth Mazalon et Sylvain Bourdon Université de Sherbrooke

Plus en détail

Formulaire d information et de consentement

Formulaire d information et de consentement Formulaire d information et de consentement Titre du projet de recherche (tel qu on le retrouve sur le protocole ou sur vos documents de maîtrise/doctorat). Chercheuse principale : Co- chercheur(s): Collaborateur(s)

Plus en détail

Plan thérapeutique infirmier et stratégies pédagogiques

Plan thérapeutique infirmier et stratégies pédagogiques Plan thérapeutique infirmier et stratégies pédagogiques Jacinthe Savard, inf. M. Sc. Andrée-Anne Picard, inf. B. Sc. AEESICQ St-Jean-sur-Richelieu 2009 Plan de présentation Activités d apprentissage et

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

Faculté des sciences infirmières

Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences Le Baccalauréat en sciences est offert selon divers parcours en fonction des études antérieures. Certains programmes sont également offerts au campus de l UdeM à Laval : Le programme

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

"Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse"

Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse "Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse" Journées Franco-Suisses de Pharmacie Hospitalière 23 avril 2015, Mâcon Dr Vera Jordan-von Gunten Pharmacien d hôpital,

Plus en détail

Le processus d inspection professionnelle du CSSS du Sud de Lanaudière: Une expérience enrichissante

Le processus d inspection professionnelle du CSSS du Sud de Lanaudière: Une expérience enrichissante Le processus d inspection professionnelle du CSSS du Sud de Lanaudière: Une expérience enrichissante Marilou Dionne, inf. M.Sc. Conseillère clinicienne en soins infirmiers Manon Allard, inf. M.Sc. Coordonnatrice

Plus en détail

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services COMMISSION EUROPÉENNE Aide humanitaire et Protection civile La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Doit-on craindre une dévalorisation de la formation technique en soins infirmiers pour l avenir?

Doit-on craindre une dévalorisation de la formation technique en soins infirmiers pour l avenir? CG 08-02-29 / 011 (FEC) Doit-on craindre une dévalorisation de la formation technique en soins infirmiers pour l avenir? Document de réflexion présenté au Conseil général de la Fédération des enseignantes

Plus en détail

L hôpital de jour de gériatrie

L hôpital de jour de gériatrie Le D r Pierre-Michel Roy, omnipraticien et professeur agrégé au département de médecine de famille de l Université de Sherbrooke, exerce à l Institut universitaire de gériatrie, à Sherbrooke. L e s s o

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Modèle de curriculum vitae thématique. Pierre Dupont 3700 rue Berri Montréal (Québec)

Modèle de curriculum vitae thématique. Pierre Dupont 3700 rue Berri Montréal (Québec) Modèle de curriculum vitae thématique Pierre Dupont 3700 rue Berri Montréal (Québec) Résidence : 514) 873-0000 Bureau : (514) 873-1111 Télécopieur : (514) 873-9304 Courriel : pdupont@pdup.com Cadre infirmier

Plus en détail

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques.

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. I.B.AHC 1. DESCRIPTION DE L ETUDE Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. Auteurs : Elisa De Grandis MD PhD, G Gaslini Institute, University of Genoa Melania Giannotta MD,

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ INNOVATION DÉVELOPPEMENT

ACCESSIBILITÉ INNOVATION DÉVELOPPEMENT ACCESSIBILITÉ INNOVATION DÉVELOPPEMENT L art de cultiver des savoirs, des expériences, des compétences et des talents www.chuq.qc.ca/fr/info_plus/formations_en_ligne DES ACTIVITÉS DE FORMATION EN LIGNE

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

CERTIFICAT EN TOXICOMANIE. 8 avril 2015

CERTIFICAT EN TOXICOMANIE. 8 avril 2015 Dîner d information Programmes d études en toxicomanie CERTIFICAT EN TOXICOMANIE 8 avril 2015 Programmes de formation créditée en toxicomanie Offert dans différentes villes du Québec Certificat en toxicomanie

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

Un Master en sciences infirmières pour favoriser l intégration des novices et la formation continue des équipes

Un Master en sciences infirmières pour favoriser l intégration des novices et la formation continue des équipes Séminaire européen du SIDIIEF Evolution de la formation infirmière : quels défis pour les milieux cliniques? 21 novembre 2013 Un Master en sciences infirmières pour favoriser l intégration des novices

Plus en détail

INSPECTION PROFESSIONNELLE

INSPECTION PROFESSIONNELLE INSPECTION PROFESSIONNELLE INSTRUMENT DE VÉRIFICATION DE LA NORME DE DOCUMENTATION LE PLAN THÉRAPEUTIQUE INFIRMIER PRODUCTION Service des publications Sylvie Couture Chef de service Karine Méthot Adjointe

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail