Résume de Cours de Chimie Organique (Prof. M. W. Hosseini) Notions acquises Définitions et conventions : Ordre de grandeur de longueur d'une liaison

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résume de Cours de Chimie Organique (Prof. M. W. Hosseini) Notions acquises Définitions et conventions : Ordre de grandeur de longueur d'une liaison"

Transcription

1 ésume de ours de himie rganique (Prof. M. W. osseini) Notions acquises Définitions et conventions : Liaison : mise en commun de 2 éléctrons (.. ) Déplacement de deux électrons Déplacement d'un électron Transformation non réversible Equilibre (processus réversible) Mésomérie (délocallisation d'électrons) rdre de grandeur de longueur d'une liaison : Å = m Å = ngström) nm = nanomètre (1 nm = 10-9 m) rdre de grandeur de l'énergie d'une liaison : 100 Kcal/mol ou 100x4.18 Kj/mol Nucléophile = Nu - : centre riche en électrons (anionique ou neutre) : réaction avec un centre pauvre en électrons (électrophile) Electrophile = E : centre pauvre en électrons (cationic ou neutre) : réaction avec un centre riche en électrons (nucléophile) /Base : Brönsted-Lowry : = donneur de Base = accepteur de Lewis : = possède une lacune électronique (pauvre en électron) Base = possède un doublet (riche en électron) emarque I : un nucléophile est souvent également une base. ependant, en modulant l'entourage du centre riche en électrons (en créant de l'encombrement stérique) on peut obtenir un centre fortement basique mais faiblement nucléophile. emarque II : le proton ( ) est un acide de Lewis par excellence, il possède une orbitale s vide.

2 Du danger de la représentation simplifiée Pour simplifier l'écriture, les chimistes utilisent une représentation simplifiée: un trait entre deux atomes et B ( B) représente la jonction entre ces deux atomes (2 électrons = 1 liaison covalente). *Quand il s'agit d'atomes de carbone et d'hydrogène, ils ne sont pas indiqués. Donc pour cette représentation, il y a des implicites (par convention). Souvent, comme on ne représente pas tous les atomes, si l'on ne prend pas garde, on ne respecte pas la règle de l'octet (8 électrons autour du carbone, azote, oxygène etc...) et de ce fait, sans le savoir, on "écrit des carbones "pentavalents". D'autre part, cette représentation ne tient pas compte de la place (volume) occupée par les atomes, donc elle ne permet pas d'apprécier la notion de remplissage de l'espace (encombrement stérique). Enfin, comme il s'agit d'une projection dans un plan, on ne représente pas l'emplacement des atomes dans l'espace (stéréochimie). onseil: tout en utilisant une écriture simplifiée, il faut représenter la structure de Lewis complète des centres (souvent il s'agit d'hétéroatomes).

3 Effets Inductifs et Mésomères : Inductif : lié à la polarisation de liaison (moment dipôlaire : entité vectorielle donc directionnelle résultant de la différence d'électronégativité entre deux atomes formant la liaison), portée faible. Mésomère : lié à la conjuguaison (recouvrement latérale d'orbitales p), effet à longue portée, en terme d'énergie plus forte que l'effet inductif. Solvant* : liquide (gamme de température) non réactif (doit être compatible avec la réaction envisagée) capable de dissoudre (solvater) un composé (soluté). Il est caractérisé par sa constante diélectrique (ε), sa température d'ébulition : T éb (passage à l'état gaz) et congélation (solidification), sa viscosité ainsi que par son mode d'interaction avec le soluté : Solvants : protique ou aprotique. Solvant aprotique (ne possède pas d'hydrogènes polarisés ou "acide"), peut être faiblement (ε faible) ou fortement polaire (ε élevée): incapable de donner de liaisons ydrogène. Exemples: alkanes (peu polaires), Dimethylsulfoxide (DMS), N,N-diméthyleformamide (DMF), éthers tous polaires. Solvant protique (protonique, possède au moins un hydrogène polarisé ou "acide"), habituellement est polaire (ε élevée) : capable de former des liaisons hydrogène. Exemples : 2, -. * ompléter la liste.

4 Exemple: hydrolyse de dérivés halogénés primaires éaction bimoléculaire omplexe activé Energie Etat de transition Energie X Barrière d'énergie Ea Ea éactifs Etat initial ΔG<0 Produits Etat initial - X ΔG<0 oordonnées de la réaction X - oordonnées de la réaction Exemple: hydrolyse de dérivés halogénés tertiaires éaction monomoléculaire omplexe activé Energie Barrière d'énergie 1 éactifs Etat initial 1 Etats de transition Ea 1 Intermédiaire 2 ΔG<0 Etape 1 Etape 2 Ea 2 oordonnées de la réaction Barrière d'énergie 2 Produits Etat initial Energie ΔG Ea 1 B B - X X B Intermédiaire carbocationique B Ea 2 B ou B B oordonnées de la réaction

5 Equilibre acido-basique B B Base Equilibre acido-basique (eversible) Base conjuguée conjugué emarque: ordre de grandeur de basicité et d'acidité des acides et bases organiques Basicité arboxylate l - l - N N Pyridinium 5-6 Phénol 9-10 mine N N mmonium lcolate - lcool midure 1 2 N N mine lkylure - lcane emarque: la réaction acido-basique (échange de proton entre un donneur et un accepteur) est une réaction équilibrée. La proportion des différentes espèces dépend de la force de la base et de l'acide en présence. Pour déprotoner un acide, il faut que la base utilisée soit plus basique que la base conjuguée de l'acide en question. En d'autre termes, il faut que l'acide conjugué de la base soit moins acide que l'acide à déprotoner. cidité

6

7 I) Les LKNES : : Fonction peu réactive, souvent utilisé comme solvant, inflamable *allogénation : Substitution adicalaire(s) : Souvent photochimique - X 2 hν -X Dérivé halogéné *Stabilité du radical :. (3>2>1) *Position allylique (conjugaison) II) Les LENES : = : Fonction riche en électron et réactive *ddition : B -B ddition is ou Trans Stéréochimie -ydrogénation (-) 2 atalyseur ddition is (catalyseur) Stéréochimie, chiralité

8 -ydrohalogénation (-X) X - X arbocation intermédiaire Dérivé halogéné éaction en deux étapes, passage par un carbocation * Stabilité de carbocation : : 3>2>1 *éaction non-stéréospécifique *éaction régiospécifique (Markownikov) Effet Karasch (présence de peroxide) : Passage par un radical régioséléctivité inversée car stabilité pour un radical est : 3>2>1 et l'attaque se fait par Br.. -ydratation (-) atalyse 2 acide arbocation intermédiaire - 2 lcool éaction catalysée par proton, en deux étapes, passage par un carbocation * Stabilité de carbocation : : 3>2>1 (éaction régiospécifique : Markownikov)

9 K 2 r ou KMn 4 concentré III K 2 r Bichromate de Pottasium 1 2 Deux dérivés carbonylés 3 4 Si i (i = 1-4) différent de : deux cétones Si l'un des quatre substituants i = : formation d'un aldehyde qui est oxidé en acide III) Les LYNES : = : Fonction riche en électrons et réactive *ddition -ydrogénation (-) 2 -alogénation X 2 X X lcyne lcène 2 2 X 2 X 2 lkane

10 -xidation Peracide (()) Peracide Epoxide 1) - (ydrure) 2) ( 2 ) 2 lcool Diol (glycol) Epoxide: cycle à 3 atomes tendu et réactif * ttaque de - ou 2 du côté opposé (Trans addition), deux possibilités *éaction stéréospécifique : si alcène substitué (prochiral) : chiralité (stéréochimie) KMn 4 dillué KMn 4 Permanganate de Pottasium Diol (glycol) is-ddition *éaction stéréospécifique : si alcène substitué (prochiral) : chiralité (stéréochimie)

11 -ydrohalogénation (-X) X 2 X 2 -X égiosélectivité : Produit Markownikov -ydratation (-) - 2 Enol cétone égiosélectivité : Produit Markownikov : passage par l'énol le plus stable -Métallation (BM) B -, M lcyne métallé M lcyne métallé = Nucléophile puissant ("équivalent d'un - ") emarques : Voir également : -YLLKNES, YLLENES, Petits cycles (très réactifs)

12 IV) Les DEIVES LGENES : -X : entre électrophile donc Fonction réactive IV éactions de Substitution Nuclépphile (SN 1 : monomoléculaire; SN 2 Bimoléculaire) SN 1 : passage par un intermédiaire carbocationique (état plan), comme l'attaque peut se faire sur les deux faces, si un centre chiral est présent alors il y aura racémisation. SN 2 : Passage par un complexe activé (état de transition), l'attaque se fait du côté opposé au nucléofuge (groupe partant : halogénure), si centre chiral est présent alors il y aura une inversion de configuration. éactions d'elimination (E 1 : monomoléculaire; E 2 Bimoléculaire) E 1 : passage par un intermédiaire cationique (état plan), l'attaque par la base (pour arracher un proton) peut se faire sur les deux faces. E 2 : Passage par un complexe activé (état de transition), le proton à éliminer et le nucléofuge doivent être antipériplanaire. éactions de Substitution Nuclépphile (SN) et éactions d'elémination (E) peuvent être en compétition. ttention à la nature nucléophile et / ou basique, attention à la nature du solvant utilisé (solvants protiques ou aprotiques) entre électrophile Liaison polarisée ttaque par les bases (fortes) éaction d'élimination β α X Nucléofuge ttaque par les Nucléophiles éaction de Substitution

13 V) Les GNMGNESIENS : -MgX : presente un caractère fortement nucléophile (il peut être assimilé à un carbanion - ) :entre nucléophile très réactif Formation: Mg 0 X MgX Préparation à partir d'un dérivé halogéné et du magnésium métallique (degrès d'oxidation zéro : Mg 0 ). Dans le dérivé organomagnésien (MgX), le magnésium est au degrès d'oxidation 2 (Mg II ) (oxidation), par conséquant les deux charges négatives sont apportées par X - et -. éaction : MgX Electrophile Electrophile présente un caractère fortement riche en électron (formellement il agit comme un carbanion - ), de ce fait il présente à la fois un caractère fortement basique et nucléophile. Par conséquent, il peut agir soit en tant que nucléophile dans des réactions de substitution (SN) soit en tant que base dans des réactions d'élimination (E).

14 VI) Les LLS : - : entre acide, basique et nucléophile : Fonction relativement réactive éactivité : *cidité : *Basicité: α lcool entre électrophile 3 Liaison polarisée aractère acide aractère basique et faiblement nucléophile B Base lcoolate Basique Le même type de réactivité est envisageable pour les thiols (-S). ependant, les thiols sont plus acides et les thiolates (-S - ) plus nucléophiles lccol Base 2 2 lcool protoné Base entre nucléofuge ttention : basicité et nucléophilie (encombrement : alcool tertiaire est basique mais faiblement nucléophile) B lcool nullaire lcool primaire lcool secondaire lcool tertiaire Un alcool est faiblement acide, en présence d'une base relativement forte il se déprotone (formation d'alcoolate - ). L'alcoolate est relativement fortement basique (pk a entre (dépendant de la nature (primaire, secondaire ou tertiaire de l'alcool)) et donc également nucléophile. Un alcool est faiblement basique, en présence d'un acide relativement fort il se protone (formation d'alcoolate - ). L'alcoolate est relativement basique (pk a entre (dépendant de la nature (primaire, secondaire ou tertiaire de l'alcool)) et donc également nucléophile. V

15 *éactivité : Electrophile milieu basique Electrophile milieu acide Nucléophile 2 2 Nucléophile Un alcoolate - ne peut pas exister en milieu acide car il se sera protoné et donc sous forme d'alcool. Un alcool protoné 2 ne peut exister qu'en milieu acide. En milieu basique, il sera déprotoné et donc sous forme d'alcool. d'un alcool n'est pas un bon nucléofuge - présente un caractère fortement basique, de ce fait il présente à la fois un caractère basique et nucléophile. Par conséquent, il peut agir soit en tant que nucléophile dans des réactions de substitution (SN) soit en tant que base dans des réactions d'élimination (E). - 2 présente une réactivité similaire à celle des dérivés halogénés ( 2 est un bon nucléofuge) ttention à la stéréochimie de la réaction de deshydratation des alcools en milieu acide (régle de Zaitsev). * xidation : Les alcools nullaires, primaires et secondaires peuvent être oxidés en dérivés carbonylés (aldéhydes, cétones, acides carboxylique).

16 VII) Les MINES : N : entre très légérement acide (1 = ), basique et nucléophile : Fonction réactive N 3 mine nullaire 1 Géométrie Liaison polérisée tétraèdrique N 2 mine primaire N 1 2 N mine secondaire aractère acide entre Nucléophile N mine tertiaire *cidité : 1 2 N mine 2 aractère basique et accépteur de liaison B Base forte 2 2 N midure très Basique ttention : basicité et nucléophilie (encombrement :amine tertiaire (ex : Et 3 N) est basique mais faiblement nucléophile) B N mmonium quaternaire VI Une amine est très faiblement acide, en présence d'une base très forte (-Li (organolithien), -MgX (organomagnésien) il se déprotone (formation d'amidure N - ). L'amidure est très fortement basique (la basicité dépendant de la nature (primaire, secondaire ou tertiaire) de l'amine)) et donc également nucléophile. *Basicité: N mine Base N mine protonée ation mmonium Base Une amine est basique (pk a entre 9-12 (dépendant de la nature (primaire, secondaire ou tertiaire) de l'amine), en présence d'un acide il se protone (formation d'ammonium).

17 *éactivité : 3 N X 3 N X ttaque nucléophile 3 N 3 N 2 N N 4 X Equilibre acido-basique -lkylation : X N 3 X 2 N 2 ttaque nucléophile 2 N 2 3 N 2 N 2 N 4 X Equilibre acido-basique La réaction d'alkylation des amines n'est pas sélective. Souvent plusieurs produits sont formés. -cylation : 3 N 3 N l 3 N l ttaque nucléophile Equilibre acido-basique l 3 N 2 N N 4 l Base Base La réaction d'une amine avec un chlorure d'acide conduit à la formation d'une jonction amide (liaison peptidique). La fonction amide est planaire à cause de la conjuguaison du doublet de l'azote sur la fonction carbonyle (=). Possibilité d'isomérie cis/trans.

18 VII VII) Les ldéhydes et étones : 1 2 = (Fonction carbonyle) : entre électrophile, basique et acide (si présent en α) : Fonction réactive La double liaison Liaison polarisée aractère basique () donne des Géométrie réactions d'addition trigonale plane Double liaison (type alcène) étone ldéhyde caractère acide entre Electrophile B ttention : basicité et nucléophilie (encombrement :énolate secondaire est plus basique que nucléophile) α B Base forte arbonyle arbonyle Base Enolate Basique Base La groupe carbonyle (=) de géométrie trigonale plane est l'une des fonctions les plus importantes de la chimie organique. cause de la différence d'électronégativité entre le carbone et l'oxygène la laison - est fortement polarisée. insi le carbone présente un caractère fortement électrophile. L'anion énolate, formé en présence d'une base forte lorsqu'un hydrogène est présent en α de = (équilibre acido-basique), est un centre nucléophile ambident (densité de charge à la fois sur le carbone et sur l'oxygène (par mésomérie). Il peut donner des réactions de -alkylation (souvent) ou de -alkylation. La protonation de = rend le carbone très électrophile (déficient en électrons).

19 -ddition ionique : B B * ddition d'hydrure (M) : " - ") B VIII En présence d'un réactif présentant un centre électrophile et un centre nucléophile, la fonction =, fortement polarisée, subit une réaction d'addition (analogie avec les alcènes =). Li ydrure de lithium Le même type de réaction peut avoir lieu avec l'hydrure de lithium et de l'aluminium (Lil 4 ). * ddition d'organométallique (M) : " - ") Li rganolithien La réaction d'addition ionique peut se faire en milieu acide Li Li Y, Y La protonation de = rend le carbone lcoolate de Lithium lcoolate de Lithium Y 2 2 lcool lcool Un organolithien (-Li : Li I ), un organomagnésien (-Mg-X : Mg II ) ou un cuprate (-u- : u II ) sont des donneurs de "carbanion" -. En réalité leurs structures peuvent être compliquées. ependant pour raisonner on peut les assimiler à des - nucléophiles et basiques. lors que les -Li sont très basiques et nucléophiles, les -Mg-X et -u- sont fortement nucléophiles et basiques. Le formaldéhyde ( 2 =) donne par l'attaque d'un organométallique un alcool primaire. Les aldéhydes donnent des alcools secondaires tandis que les cétones conduisent aux alcools tertiaires. très électrophile (déficient en électrons).

20 * ddition de cyanure d'hydrogène (acide cyanhydrique) -N: N, Base * ddition d'eau 2 (hydratation) : Nucléophile Electrophile * ddition d'alcool - : *atalyse acide ( ): N N ydrate de carbonyle yanhydrine La réaction d'hydratation de la fonction carbonyle est réversible (équilibre chimique). Sauf des cas particuliers (Formol ( 2 2 ) = forme hydratée du formaldéhyde (méthanal : 2 =)), l'équilibre est largement déplacé vers la forme carbonyle (=). La réaction catalysée par d'addition d'alcool sur le = est également réversible. lors que les hémiacétals ne sont pas stables (équilibre déplacé vers la forme =), les acétals, en particulier les acétals cycliques, sont plus stables. Base - émiacétal cétal -

21 Equilibre céto-énolique: étone (aldéhyde) Enol L'équilibre céto-énolique est une tautomérie et non une mésomérie car un atome () change de place. 'est un équilibre *éactivité : -ydrogénation: *atalyse basique *atalyse acide 1 2 arbonyle Base forte arbonyle arbonyle Basique atalyseur [Ni] 2 B lcool 1 2 Enolate Basique B Enol Enol Base La présence de la double liaison conduit, comme pour les alcènes, à une réaction d'addition d'hydrogène (hydrogénation). Le produit de la réaction est un alcool. Si on part d'une cétone, on obtient un alcool secondaire tandis que si on part d'un aldéhyde il se forme un alcool primaire ( 2 = ) La double liaison = est nettement moins réactive dans une réaction d'hydrogénation que la double liaison =. Par conséquent il est possible d'hydrogéner sélectivement une double liaison = en présence d'une double liaison =. B

22 B Base forte arbonyle Enolate Basique L'hydrogène en α de = est faiblement acide (pka 20-25). Pour arracher ce proton il faut une base relativement forte (amidure : 1 2 N - ). L'énolate est basique et nucléophile. Il réagit avec des centres acides et électrophiles. *lkylation: Enolate nucléophile lkylation Si plusieurs hydrogènes sont X Nucléofuge présents en α de =, la réaction se poursuit (polyalkylation) Electrophile *ldolisation: réaction entre fonctions carbonylez Enolate nucléophile = : ldolate : étolate Basique 2 = : ldol : étol La réaction d'aldolisation peut avoir lieu entre deux fonctions = identiques ou différentes (aldolisation croisée). En générale on obtient un mélange de produits

23 *alogénation: Enolate nucléophile X X X X Pour la réaction haloforme, le carbanion X 3 - est stabilisé par les trois halogènes attracteurs de la densité électronique. Si X = l, il y a formation de chloroforme (l 3 ). -éaction haloforme: X X X - X X 2 X X X 3 X X X 2 - X2 X X 2 X X X 3

Effets électroniques-acidité/basicité

Effets électroniques-acidité/basicité Université du Maine Faculté des Sciences Retour Révisions de cours Effets électroniquesacidité/basicité Il est très important dans un cours de himie organique de connaitre ces notions qui vont intervenir

Plus en détail

LES SUBSTITUTIONS NUCLÉOPHILES EN SÉRIE ALIPHATIQUE S N 1 ET S N 2

LES SUBSTITUTIONS NUCLÉOPHILES EN SÉRIE ALIPHATIQUE S N 1 ET S N 2 Pr atem BEN ROMDANE LES SUBSTITUTIONS NUCLÉOPILES EN SÉRIE ALIPATIQUE S N 1 ET S N 2 3 - LE MÉCANISME S N 2 a - Constatations expérimentales Cinétique : l'étude des réactions de substitution nucléophile

Plus en détail

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés Molécules et matériaux organiques Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés bjectifs du chapitre Notions à connaître

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence.

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence. Règle de l octet : tendance qu on les atomes à s entourer de 8 électrons dans l édifice moléculaire. Ce n est pas une règle générale. Composés respectant la règle de l octet Composés ne respectant pas

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules I. La liaison covalente 1) Formation d une liaison covalente Les molécules sont des assemblages d atomes liés par des liaisons chimiques résultant d interactions

Plus en détail

I FONCTION CARBONYLE

I FONCTION CARBONYLE I FTI ABYLE ALDEYDES ET ETES * oms Systématiques: arbonyle Aldéhyde étone ' Acide Aldéhydes: 1) omenclature: * oms ourants: 1) onsidérer l'alcane correspondant 2) emplacer terminaison E par AL 3) toujours

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Chimie Organique I. Réaction de Réformatsky 1. Assistante : Ouizem Souad. Abegg Daniel. Laboratoire 140. 20 férvrier 2008

Chimie Organique I. Réaction de Réformatsky 1. Assistante : Ouizem Souad. Abegg Daniel. Laboratoire 140. 20 férvrier 2008 Chimie rganique I Réaction de Réformatsky 1 Assistante : uizem Souad Abegg Daniel Laboratoire 140 20 férvrier 2008 1 Page 27 du polycopié de chimie organique (3ème semestre) 2007/2008 Table des matières

Plus en détail

CHAPITRE VI : HYBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES

CHAPITRE VI : HYBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES CAPITRE VI : YBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES VI.1 : YBRIDATION DES ORBITALES ATOMIQUES. VI.1.1 : Introduction. La théorie d hybridation a été développée au cours des années 1930, notamment par le chimiste

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Cours de Chimie Organique. Chapitre 6 : Alcanes

Cours de Chimie Organique. Chapitre 6 : Alcanes Chapitre 6 : Alcanes 1 Plan du cours Cours de Chimie Organique I. PRÉSENTATION 1/ Définition 2/ Nomenclature 3/ Propriétés physiques et spectroscopiques 4/ Structure et réactivité II. RÉACTIONS DE SUBSTITUTION

Plus en détail

Molécules et Liaison chimique

Molécules et Liaison chimique Molécules et liaison chimique Molécules et Liaison chimique La liaison dans La liaison dans Le point de vue classique: l approche l de deux atomes d hydrogd hydrogènes R -0,9-1 0 0,5 1 1,5,5 3 3,5 4 R

Plus en détail

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 I. L ATOME NOTIONS EÉLEÉMENTAIRES DE CIMIE Les atomes sont des «petits grains de matière» qui constituent la matière. L atome est un système complexe que l on

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Quelques aspects de la chimie des cosmétiques. Correction

Quelques aspects de la chimie des cosmétiques. Correction Quelques aspects de la chimie des cosmétiques Correction 1. montage à reflux : schéma : ballon + réfrigérant à boules + alimentation en eau + 2 pinces + potence montage en hauteur ; support élévateur +

Plus en détail

CLASSE DE PREMIÈRE Série : Science et technique de laboratoire Spécialité : Chimie de laboratoire et de procédés industriels

CLASSE DE PREMIÈRE Série : Science et technique de laboratoire Spécialité : Chimie de laboratoire et de procédés industriels CLASSE DE PREMIÈRE Série : Science et technique de laboratoire Spécialité : Chimie de laboratoire et de procédés industriels COURS DE CHIMIE (4 heures hebdomadaires) L'horaire hebdomadaire est réparti

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE

INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE Les enzymes sont des macromolécules spécialisées qui - catalysent les réactions biologiques - transforment différentes formes d'énergie. Les enzymes diffèrent des catalyseurs

Plus en détail

Programme détaillé du MASTER Chimie Université LYON 1

Programme détaillé du MASTER Chimie Université LYON 1 Programme détaillé du MASTER Chimie Université LYON 1 Spécialité Synthèse organique et chimie des molécules bioactives Semestre 1 (30 ects) Tronc Commun TC1 - Cinétique avancée 1, cinétique homogène (3

Plus en détail

CHIMIE ET ENVIRONNEMENT : LA «CHIMIE VERTE»

CHIMIE ET ENVIRONNEMENT : LA «CHIMIE VERTE» CHIMIE ET EVIEMET : LA «CHIMIE VETE» A.1. Liaison chimique et structure du monoxyde d azote A.1.1. Donner la configuration électronique de l atome d azote et de l atome d oxygène dans leur état fondamental

Plus en détail

Europàisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets. Numéro de publication 0 392 896 A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

Europàisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets. Numéro de publication 0 392 896 A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Europàisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets Numéro de publication 0 392 896 A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 90400890.1 int. Cl s :C23F 11/08, C02F 1/20 Date

Plus en détail

1re année TOUTE LA PACES EN QCM. Santé 100% TRONC COMMUN : UE1, UE2, UE3, UE4, UE5, UE6, UE7. coordonné par Daniel Fredon

1re année TOUTE LA PACES EN QCM. Santé 100% TRONC COMMUN : UE1, UE2, UE3, UE4, UE5, UE6, UE7. coordonné par Daniel Fredon 100% 1re année Santé TUTE LA PAES EN QM TRN MMUN : UE1, UE2, UE3, UE4, UE5, UE6, UE7 coordonné par Daniel Fredon Maître de conférences à l université de Limoges et enseignant à FormaPlus à Limoges Dunod,

Plus en détail

Enseignement secondaire

Enseignement secondaire Enseignement secondaire Classe de IIIe Chimie 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 1.5 Nombre minimal de devoirs: 4 devoirs par an Langue véhiculaire: Français I. Objectifs généraux Le cours de chimie

Plus en détail

FICHE PROFESSEUR. Application «Spectre IR Mirage» 1. Référentiels du programme : Terminale S

FICHE PROFESSEUR. Application «Spectre IR Mirage» 1. Référentiels du programme : Terminale S FICHE PROFESSEUR Application «Spectre IR Mirage» 1. Référentiels du programme : Terminale S Notions et contenus Compétences exigibles Repères associés pour l enseignement supérieur Identification de liaisons

Plus en détail

2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre

2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre 2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre L atome Atome Elément Proton Neutron Nucléons Electron Nuage Particule (subatomique) Symbole (complet) Charge électrique relative Tableau périodique

Plus en détail

Marine PEUCHMAUR. Chapitre 4 : Isomérie. Chimie Chimie Organique

Marine PEUCHMAUR. Chapitre 4 : Isomérie. Chimie Chimie Organique himie himie Organique hapitre 4 : Isomérie Marine PEUMAUR Année universitaire 200/20 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. . Isomérie plane 2. Stéréoisomérie de configuration (chiralité)

Plus en détail

Fiche professeur. L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN

Fiche professeur. L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN Fiche professeur L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN Thème : Observer, ondes et matières Analyse spectrale Type de ressource : Documents de formation en spectroscopies IR et RMN, pistes d activités

Plus en détail

EXERCICES LA THERMOCHIMIE. Table des matières

EXERCICES LA THERMOCHIMIE. Table des matières Collège Voltaire, 2014-2015 EXERCICES LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/ex-ch2-thermo.pdf Table des matières Série 10 La thermochimie 2015... 2 Comprendre la signification

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif 1. Question 1 Etant donné que le germanium (Ge) est dans la même colonne que le carbone, cela implique qu il possède 4 électrons

Plus en détail

EPST-Tlemcen 2012/2013 STEREOCHIMIE

EPST-Tlemcen 2012/2013 STEREOCHIMIE M me M.BENYAROUhapitre 2 EPST-Tlemcen 2012/2013 Département de chimie himie 4 : cours STEREOIMIE I - lassification des isomères : Les isomères sont des espèces chimiques de même formule brute qui différent

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE 18 CHAPITRE III SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE La spectroscopie d absorption dans l UV et le visible est une méthode très commune dans les laboratoires. Elle est basée sur la propriété des

Plus en détail

Chapitre 1 : Chimie organique Introduction. Marine PEUCHMAUR

Chapitre 1 : Chimie organique Introduction. Marine PEUCHMAUR Chimie Chimie rganique Chapitre 1 : Chimie organique Introduction Marine PEUCMAUR Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. 1. Introduction 2. L hybridation

Plus en détail

Chapitre IV : Atomes polyélectroniques et classification périodique

Chapitre IV : Atomes polyélectroniques et classification périodique Chapitre IV : Atomes polyélectroniques et classification périodique I- ATOMES POLYELECTRONIQUES...3 1- Approximation... 3 a- Problème... 3 b- Approximations... 5 - Résultats... 5 a- Fonction d onde monoélectronique

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE BAALAURÉAT GÉNÉRAL SESSIN 2015 PYSIQUE-IMIE Série S Durée de l épreuve : 3 heures 30 oefficient : 6 L usage de la calculatrice est autorisé e sujet ne nécessite pas de feuille de papier millimétré Le sujet

Plus en détail

La 43 ème Olympiade de chimie : Ankara, juillet 2011. Une compétition internationale de haut niveau. État des lieux

La 43 ème Olympiade de chimie : Ankara, juillet 2011. Une compétition internationale de haut niveau. État des lieux La 43 ème Olympiade de chimie : Ankara, juillet 2011 44 ème Olympiade internationale de la Chimie Washington 21 30 juillet 2012 Une compétition internationale de haut niveau Une compétition individuelle,

Plus en détail

SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures. L usage d une calculatrice est interdit pour cette épreuve. CHIMIE

SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures. L usage d une calculatrice est interdit pour cette épreuve. CHIMIE Banque «Agro-Véto» Technologie et Biologie AT - 0310 SCIECES PYSIQUES Durée : 3 heures L usage d une calculatrice est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006 La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel En 1890 Emil Fisher a proposé le modèle "serrure et clé" pour expliquer la façon de fonctionner des systèmes biologiques. Un substrat rentre et

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Les isomères des molécules organiques

Les isomères des molécules organiques Les isomères des molécules organiques René CAHAY, Jacques FURNÉMONT I.- INTRODUCTION Le terme isomérie tire son origine du grec ίσος (isos = identique) et µερος (meros = partie). Le phénomène d isomérie

Plus en détail

Modélisation moléculaire

Modélisation moléculaire Modélisation moléculaire 1 Introduction La modélisation moléculaire a pour but de prévoir la structure et la réactivité des molécules ou des systèmes de molécules. Les méthodes de la modélisation moléculaire

Plus en détail

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet A Introduction : ) Définitions : Titre Alcalimétrique (T.A.) : F m / L T.A. T.A.C. Définition : C'est le volume d'acide (exprimé en ml) à 0,0 mol.l

Plus en détail

EXERCİCE N 1 : «Synthèse de l éthanamide» (7 pts)

EXERCİCE N 1 : «Synthèse de l éthanamide» (7 pts) Terminale S Lycée Massignon DEVİR MMUN N 4 Durée : 2h Les calculatrices sont autorisées. Il sera tenu compte de la qualité de la rédaction et de la cohérence des chiffres significatifs. EXERİE N 1 : «Synthèse

Plus en détail

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 1 Rappels sur les couples oxydantsréducteurs 1. Oxydants et réducteurs Un réducteur est une espèce chimique capable de céder au moins un électron Demi-équation

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Comment déterminer la structure des molécules organiques?

Comment déterminer la structure des molécules organiques? Comment déterminer la structure des molécules organiques? Quelques notions de Résonance Magnétique Nucléaire RMN du «proton» 1 H et d infrarouge IR. En accompagnement de la vidéo disponible sur le site

Plus en détail

REACTIONS D OXYDATION ET DE REDUCTION

REACTIONS D OXYDATION ET DE REDUCTION CHIMIE 2 e OS - 2008/2009 : Cours et exercices -19- CHAPITRE 5 : REACTIONS D OXYDATION ET DE REDUCTION Chacun d entre nous a déjà observé l apparition de rouille sur un objet en fer, ou de «vert-degris»

Plus en détail

UNIVERSITÉ D ORLÉANS THÈSE. Etude d un procédé industriel continu de synthèse catalytique d un produit chimique

UNIVERSITÉ D ORLÉANS THÈSE. Etude d un procédé industriel continu de synthèse catalytique d un produit chimique UNIVERSITÉ D RLÉANS ÉCLE DCTRALE SCIENCES ET TECHNLGIES Equipe Procédés de l Institut de Chimie rganique et Analytique d rléans THÈSE présentée par : Marion FURDINIER Soutenue le : 3 février 2010 Pour

Plus en détail

De nouvelles molécules pour la séparation des Actlnides les picolinamides. Pierre - Yves CORDIER et Nicole CONDAMINES

De nouvelles molécules pour la séparation des Actlnides les picolinamides. Pierre - Yves CORDIER et Nicole CONDAMINES Ci/) /. KK De nouvelles molécules pour la séparation des Actlnides les picolinamides Pierre - Yves CORDIER et Nicole CONDAMINES Groupe de chimie de base. CEA. CEN - FAR DCC/DPR/SEMP/SEC. BP 6. 92265 Fontenay

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène

SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène A lire attentivement par les candidats Sujet à traiter par tous les candidats inscrit au BEP Les candidats répondront sur la copie. Les annexes éventuelles

Plus en détail

DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. PLASSERAUD 84, rue d'amsterdam, F-75009 Paris (FR)

DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. PLASSERAUD 84, rue d'amsterdam, F-75009 Paris (FR) Patentamt JEuropâisches European Patent Office @ Numéro de publication: 0 1 1 0 7 5 4 Office européen des brevets ^ ^ DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 83402133.9 Int. Cl.3: C 07 C 103/183, C

Plus en détail

Professeur Patrice FAURE

Professeur Patrice FAURE UE1 : Biochimie métabolique Chapitre 2 : Méthodes d étude du glucose en biologie Professeur Patrice FAURE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements 7 juin 2012 Francis Peters Bien qu il n y ait pas de nano particules dans les usines qui produisent les mélanges

Plus en détail

Nicolas DEPRUGNEY Julien CARTON 1 SA TPE 1 S. Les Phéromones de la Fourmi

Nicolas DEPRUGNEY Julien CARTON 1 SA TPE 1 S. Les Phéromones de la Fourmi Nicolas DEPRUGNEY Julien CARTON 1 SA TPE 1 S Les Phéromones de la Fourmi 1 Introduction... p.3 Comment les fourmis communiquent-elles entre elles? I. Mise en évidence des phéromones p.4 Expérience avec

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

Séquence 5 Réaction chimique par échange de protons et contrôle de la qualité par dosage

Séquence 5 Réaction chimique par échange de protons et contrôle de la qualité par dosage Séquence 5 Réaction chimique par échange de protons et contrôle de la qualité par dosage Problématique La séquence 5, qui comporte deux parties distinctes, mais non indépendantes, traite de la réaction

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Note la plus haute 87 9,77 4 2,5 20 76 9,6 4 2,5 19

Note la plus haute 87 9,77 4 2,5 20 76 9,6 4 2,5 19 Banque Agro Veto. Session 2011 Rapport sur les concours A TB Épreuve écrite de SCIENCES PHYSIQUES Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA la plus basse la plus haute 87 9,77 4 2,5 20 TB ENV

Plus en détail

Production d hydrogène par électrolyse de l eau sur membrane acide

Production d hydrogène par électrolyse de l eau sur membrane acide 17 Production d hydrogène par électrolyse de l eau sur membrane acide PIERRE MILLET Ingénieur de l'école nationale supérieure d'électrochimie et d'électrométallurgie de Grenoble Pour beaucoup d'entre nous,

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage I) Qu'est-ce qu'un savon et comment le fabrique-t-on? D'après épreuve BAC Liban 2005 Physique-Chimie dans la cuisine Chapitre 3 1/6 1- En vous

Plus en détail

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Algèbre 1 : (Volume horaire total : 63 heures) UE1 : Analyse et algèbre

Plus en détail

LES COMPOSÉS FONCTIONNELS. Exemple : Exemple : H 3 C O CH 3. Exemple :

LES COMPOSÉS FONCTIONNELS. Exemple : Exemple : H 3 C O CH 3. Exemple : Pr atem BEN RMDANE Structures des Molécules rganiques Les composés LES MPSÉS FNTINNELS 1- Définitions 1-1- Fonction chimique ou groupement fonctionnel n appelle groupement fonctionnel ou fonction chimique,

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

STÉRÉOISOMÉRIE CONFIGURATIONNELLE STÉRÉOISOMÉRIE OPTIQUE COMPOSÉS OPTIQUEMENT ACTIFS À UN SEUL CARBONE ASYMÉTRIQUE

STÉRÉOISOMÉRIE CONFIGURATIONNELLE STÉRÉOISOMÉRIE OPTIQUE COMPOSÉS OPTIQUEMENT ACTIFS À UN SEUL CARBONE ASYMÉTRIQUE Pr atem BEN ROMDANE Structures des Molécules Organiques Stéréoisomérie optique Faculté des Sciences de Tunis et Stéréochimie composés à * STÉRÉOISOMÉRIE ONFIGURATIONNELLE STÉRÉOISOMÉRIE OPTIQUE OMPOSÉS

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES ~--------------~~-----~- ----~-- Session 2009 BREVET DE TECNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES U22 - SCIENCES PYSIQUES Durée: 2 heures Coefficient : 3 Les calculatrices

Plus en détail

Qu est ce qu un gaz comprimé?

Qu est ce qu un gaz comprimé? Qu est ce qu un gaz comprimé? Il existe plusieurs produits à base de gaz ou de mélanges de gaz sous pression conservés dans des bouteilles 1. La plupart de ces gaz sont classés dans la catégorie des «gaz

Plus en détail

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE CNCURS SUR ÉPREUVES UVERT AUX CANDIDATS TITULAIRES D UN DIPLÔME U TITRE CNFÉRANT LE GRADE DE MASTER U D'UN DIPLÔME U TITRE HMLGUÉ U ENREGISTRÉ AU RÉPERTIRE NATINAL DES CERTIFICATINS PRFESSINNELLES AU NIVEAU

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours. www.physagreg.fr

Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours. www.physagreg.fr Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours www.physagreg.fr 22 avril 2012 Table des matières 1 Couleur, vision et image 3 1.1 Oeil réel et oeil réduit...................... 3 1.2 Lentille

Plus en détail

2 C est quoi la chimie?

2 C est quoi la chimie? PARTIE 1 AVANT LA CHIMIE VERTE... 2 C est quoi la chimie? L inconnu étant source d angoisse, nous allons essayer de définir les grands domaines de la chimie pour mieux la connaître, l appréhender et donc

Plus en détail

Animations. Liste des 114 animations et 145 vidéos présentes dans la Banque de Ressources Physique Chimie Lycée. Physique Chimie Seconde

Animations. Liste des 114 animations et 145 vidéos présentes dans la Banque de Ressources Physique Chimie Lycée. Physique Chimie Seconde Animations Physique Chimie Seconde Extraction de l'eugénol La nature inspire les hommes Identification de principes actifs Identification d'une espèce chimique Support de l'exercice - Colorants alimentaires

Plus en détail

- pellicule de fruits qui a un rôle de prévention contre l'évaporation, le développement de moisissures et l'infection par des parasites

- pellicule de fruits qui a un rôle de prévention contre l'évaporation, le développement de moisissures et l'infection par des parasites LES LIPIDES Quelles Sont les Idées Clés? Les lipides sont les huiles et les graisses de la vie courante. Ils sont insolubles dans l eau. Pour les synthétiser, une réaction : l Estérification. Pour les

Plus en détail

3 Charges électriques

3 Charges électriques 3 Charges électriques 3.1 Electrisation par frottement Expérience : Frottons un bâton d ébonite avec un morceau de peau de chat. Approchonsle de petits bouts de papier. On observe que les bouts de papier

Plus en détail

INTRODUCTION. I.1-Propriétés des matériaux III-V

INTRODUCTION. I.1-Propriétés des matériaux III-V INTRODUCTION L'importante croissance des semi-conducteurs au niveau mondial est liée au fait que ces matériaux forment la base de la révolution technologique de ces quarante dernières années dans le domaine

Plus en détail

Matériel de laboratoire

Matériel de laboratoire Matériel de laboratoire MATERIAUX UTILISE... 1 L'APPAREILLAGE DE LABORATOIRE... 1 a) Les récipients à réaction... 2 b) La verrerie Graduée... 2 MATERIEL DE FILTRATION... 6 FILTRATION SOUS VIDE AVEC UN

Plus en détail

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES Questionnaire EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES SCP 4010-2 LE NUCLÉAIRE, DE L'ÉNERGIE DANS LA MATIÈRE /263 FORME C Version corrigée: Équipe sciences LeMoyne d'iberville, septembre 2006. QUESTION 1 (5 pts) 1. La

Plus en détail

LES ELEMENTS CHIMIQUES

LES ELEMENTS CHIMIQUES LES ELEMENTS CHIMIQUES.LA CLASSIFICATION PERIODIQUE DE MENDELEÏEV En 869, le chimisme russe Dimitri Ivanovitch Mendeleïev rangea les 63 éléments chimiques connus à son époque dans un tableau. Il les disposa

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

PHYSIQUE CHIMIE. Notions de première indispensables. Table des matières. pour la Terminale S 1 LE PHOTON 2 LES SOLUTIONS COLORÉES

PHYSIQUE CHIMIE. Notions de première indispensables. Table des matières. pour la Terminale S 1 LE PHOTON 2 LES SOLUTIONS COLORÉES Table des matières 1 LE PTN 2 LES SLUTINS CLRÉES 3 AVANCEMENT D UNE RÉACTIN CIMIQUE 4 STRUCTURE DES MLÉCULES PYSIQUE 5 INTERACTINS FNDAMENTALES 6 RADIACTIVITÉ ET RÉACTINS NUCLÉAIRES 2 CIMIE 7 MATIÈRE ET

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux diélectriques»

Plan du chapitre «Milieux diélectriques» Plan du chapitre «Milieux diélectriques» 1. Sources microscopiques de la polarisation en régime statique 2. Etude macroscopique de la polarisation en régime statique 3. Susceptibilité diélectrique 4. Polarisation

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Europâisches Patentamt 19 à. European Patent Office Office européen des brevets (fi) Numéro de publication : 0 505 267 A1

Europâisches Patentamt 19 à. European Patent Office Office européen des brevets (fi) Numéro de publication : 0 505 267 A1 Europâisches Patentamt 19 à European Patent Office Office européen des brevets (fi) Numéro de publication : 0 505 267 A1 12 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (2Î) Numéro de dépôt : 92400714.9 (22) Date de dépôt

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

REMISE À NIVEAU EN VUE D INTÉGRER LE CYCLE INGÉNIEUR ITII

REMISE À NIVEAU EN VUE D INTÉGRER LE CYCLE INGÉNIEUR ITII REMISE À NIVEAU EN VUE D INTÉGRER LE CYCLE INGÉNIEUR ITII Ce stage de Niveau III, d une durée de 192 Heures dispensées sur une période de 5 mois avant l intégration au cycle Ingénieur a pour objectif terminal

Plus en détail

Suivi d une réaction lente par chromatographie

Suivi d une réaction lente par chromatographie TS Activité Chapitre 8 Cinétique chimique Suivi d une réaction lente par chromatographie Objectifs : Analyser un protocole expérimental de synthèse chimique Analyser un chromatogramme pour mettre en évidence

Plus en détail

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE Abscisse : dans un graphique, l abscisse est l axe parallèle au bord inférieur de la feuille ou au horizontal au tableau. On représente généralement le temps sur l abscisse. Air : l air est un mélange

Plus en détail

I. Principe des dosages :

I. Principe des dosages : Dans les cours d'eau, notamment canalisés, et dans les régions densément habitées ou d'agriculture intensive, les nitrites sont souvent un paramètre important de déclassement des cours d'eau. Chez l'homme

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

BAC BLANC 2014 / CORRECTİON

BAC BLANC 2014 / CORRECTİON BAC BLANC 04 / CORRECİON EXERCİCE EXERCICE I :: Le L ÉLÉMEN saut de F IODE Baumgartner D HIER À AUJOURD HUI (6pts) (9 Première partie du saut : La orce d'attraction gravitationnelle qui s'exerce sur Félix

Plus en détail