LES ELEMENTS CHIMIQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES ELEMENTS CHIMIQUES"

Transcription

1 LES ELEMENTS CHIMIQUES.LA CLASSIFICATION PERIODIQUE DE MENDELEÏEV En 869, le chimisme russe Dimitri Ivanovitch Mendeleïev rangea les 63 éléments chimiques connus à son époque dans un tableau. Il les disposa verticalement dans l ordre croissant de leur masse atomique, puis il les décala dans des colonnes en fonction de leurs propriétés chimiques particulières. Les cases restées vides dans cette première ébauche de la classification des éléments lui permirent de prévoir l existence et les propriétés de corps qui n avaient pas encore été découverts. La classification périodique compte aujourd hui éléments rangés horizontalement en ordre croissant de numéro atomique qui indique le nombre de protons dans le noyau de chaque atome. Les éléments chimiques d une famille sont disposés dans la même colonne : ils ont le même nombre d électrons sur leur couche externe et présentent des propriétés chimiques très voisines. Les éléments chimiques placés dans la même rangée ont la même période, c est-à-dire le même nombre de couches électroniques. On distingue 6 groupes principaux dans le tableau périodique : les métaux, les semiconducteurs, les non-métaux, les halogènes, les gaz rares, les lanthanides et actinides. Halogènes Dossier Enseignant. «VOYAGE EN INDUSTRIE» CAP SCIENCES 6.

2 . LES GRANDS GROUPES D ELEMENTS DU TABLEAU DE MENDELEÏEV Les métaux occupent une place prépondérante parmi tous les éléments chimiques existants. Ce qui les caractérise, c est qu ils peuvent tous donner un oxyde basique en se combinant avec de l'oxygène. Par exemple l'oxydation du fer produit la rouille ou hématite dont la formule est Fe O 3. Quand ils sont solubles, les oxydes métalliques forment des solutions basiques. Les métaux sont généralement solides dans des conditions ordinaires, sauf le mercure et présentent un éclat particulier. Ils sont ductiles, malléables et ont une assez grande densité. Ce sont pour la plupart de très bons conducteurs de chaleur et d électricité. Les semi-conducteurs constituent un groupe qui ne comprend que huit éléments naturels mais le silicium est un semi-conducteur très répandu sur Terre. Ce sont des corps qui présentent une conductivité électrique moyenne, intermédiaire entre les métaux et les isolants et dont la résistivité augmente avec la température. Dans le silicium par exemple, certains électrons très faiblement liés à leurs atomes peuvent devenir des électrons de conduction, mais c est la présence d'impuretés qui permet de réduire considérablement la résistivité des semi-conducteurs utilisés dans les composants électroniques. Les non-métaux sont des éléments chimiques qui n appartiennent ni à la famille des halogènes, ni à la famille des gaz rares. Leurs propriétés physiques les différencient nettement des métaux car ils conduisent mal la chaleur et l'électricité. Ils ont un aspect terne et ne sont ni malléables, ni ductiles. On trouve 7 éléments dans cette famille : l hydrogène, le carbone, l azote, l oxygène, le phosphore, le soufre et le sélénium. Si on ne prend pas en compte l hydrogène qui est un élément tout à fait particulier, les nonmétaux aussi nommés métalloïdes, ont la capacité de gagner un ou plusieurs électrons et forment généralement des liaisons ioniques avec les métaux. (Exemples : FeS sulfure de fer, Al S 3 sulfure d aluminium.) Ils se comportent comme des oxydants au cours des réactions chimiques en captant des électrons. Quand ils se combinent entre eux, ils partagent généralement des électrons pour former des composés covalents. (O, N ) Les halogènes sont des non-métaux qui ne conduisent pas le courant électrique. Ils ont un aspect terne et ne sont pas malléables. Les éléments chimiques de cette famille sont le fluor, le chlore, le brome, l iode et l astate. On les trouve sous forme de molécules diatomiques dans la nature à l'état solide, liquide ou gazeux. Les halogènes possèdent 7 électrons périphériques et leur configuration électronique la plus stable se fait donc par gain d'un électron avec lequel ils forment un ion négatif appelé ion halogénure. (Cl - : ion chlorure, Br - : ion bromure,i - :ion iodure.) Ces éléments très électronégatifs réagissent très fortement en présence d éléments métalliques pour former des sels. Par exemple CsCl le chlorure de césium.(halogène vient du grec halo qui veut dire sel.) Le plus connu d eux eux, le chlorure de sodium de formule brute NaCl est notre sel de table formé par la réunion d'un cation Na + et d'un Cl - anion. Tous les chlorures des atomes métalliques sont des sels. Leurs solutions conduisent l'électricité. Les gaz rares ou gaz nobles sont situés dans la huitième colonne du tableau et possèdent donc une couche électronique externe complète. Les atomes de cette famille sont très peu réactifs en raison de cette couche saturée en électrons. Ces éléments sont très stables, leurs liaisons avec d autres atomes sont donc quasiment impossibles. On a pu toutefois fabriquer quelques composés avec le xénon dans des conditions de hautes températures et de hautes pressions. L hélium, le néon, l argon, le krypton, le xénon, et le radon sont des gaz rares. Dossier Enseignant. «VOYAGE EN INDUSTRIE» CAP SCIENCES 6.

3 Les lanthanides sont représentées par une douzaine d éléments chimiques métalliques. Ils sont assez répandus dans la croûte terrestre et notamment dans les granites. Leur appellation de «terres rares» est due à la rareté des gisements exploitables dans le monde. Ce terme désigne également les oxydes présents dans le minerai et dont sont extraits les lanthanides. Le lanthane a donné son nom à cette famille dont les éléments entrent dans la composition de nombreux alliages et sont l'objet de recherches en physique. Certains scientifiques considèrent les lanthanides comme les matériaux du XXI e siècle. Les actinides constituent une série de quinze éléments radioactifs. Seuls les quatre premiers éléments ont été trouvés en quantités notables dans la nature : l'actinium, le thorium, le protactinium et l'uranium. Les actinides dont les numéros atomiques sont supérieurs à 9 sont des éléments synthétisés (transuraniens). 3. LES PROPRIETES DES FAMILLES D ELEMENTS DU TABLEAU DE MENDELEÏEV Les éléments d une même colonne forment une famille dont le nom est déterminé par l élément occupant la position la plus élevée. (Exemple : la famille du carbone.) Certaines familles ont reçu des appellations particulières en raison de leurs propriétés chimiques plus marquées. La famille des alcalins. Les éléments de la famille du lithium sont appelés les alcalins parce qu ils réagissent violemment au contact de l eau, avec laquelle ils forment un alcali c est-à-dire une base. En raison de leur très grande tendance à l oxydation et de leur très grande réactivité avec l air et l eau, on les conserve dans de l huile. Ces métaux de couleur blancargenté ont une structure cristalline cubique centrée. Ils sont mous, malléables et légers et ils fondent à des températures peu élevées. Ce sont d excellents conducteurs de courant électrique qui établissent des relations ioniques avec les non-métaux. Lithium (Li), sodium (Na), potassium (K), rubidium (Rb), césium (Cs) et francium (Fr) La famille des alcalino-terreux. La famille du béryllium porte ce nom car ses éléments entrent dans la composition de nombreuses roches. En solution, ils ont aussi les propriétés d une base de formule X(OH) (ex :hydroxyde de baryum), où X représente un élément alcalino-terreux. Ils forment des métaux solides, gris à éclat métallique et ont une dureté supérieure à celle des alcalins. Ils sont aussi très électropositifs et réagissent donc aisément avec de nombreux non-métaux avec lesquels ils ont des réactions chimiques moins violentes mais proches de leurs voisins alcalins. Ce sont aussi d excellents conducteurs d électricité. Leur température de fusion est nettement plus élevée que celle des alcalins. Béryllium(Be), magnésium(mg), calcium(ca), strontium(sr), baryum(ba), radium(ra) Dossier Enseignant. «VOYAGE EN INDUSTRIE» CAP SCIENCES 6.

4 La famille des métaux de transition. Il existe une trentaine éléments chimiques dans cette famille. Ces métaux de transition sont moins réactifs que les métaux alcalins et alcalino-terreux mais ils peuvent établir des liaisons chimiques pour former des alliages en se combinant entre eux ou avec d'autres métaux. Ces nombreux alliages qui offrent des propriétés mécaniques particulières sont largement utilisés dans différents secteurs industriels. Les métaux de transition ont des propriétés physiques et chimiques variables : ils réagissent différemment selon les corps chimiques en présence mais se comportent généralement comme des éléments réducteurs. Dans les réactions chimiques, ils perdent la plupart du temps des électrons pour former des ions chargés positivement. Le fer par exemple peut donner plus d'un ion positif parce qu'il existe sous deux formes, Fe + et Fe 3+. Scandium(Sc), titane(ti), vanadium(v), chrome(cr), manganèse(mn), fer(fe), cobalt(co), nickel(ni), cuivre(cu), zinc(zn), yttrium(y), zirconium(zr), niobium(ni), molybdène(mo), tchénédium(tc), rhuténium(ru), rhodium(rh), palladium(pa), argent(ag), cadmium(cd), afnium(af), tantale(ta), tungstène(w), rhénium(re), osmium(os), iridium(ir), platine(pt), or(au), mercure(hg), galium(ga), aluminium(al), indium(in), thallium(ti), plomb(pb), étain(sn), bismuth(bi), uranium(u). Les halogènes Les membres de la famille du fluor sont classés dans l avant-dernière colonne du tableau de classification périodique. Ce sont des non-métaux qui ont un aspect terne et ne sont pas malléables. Le mot halogène signifie «générateurs de sels» car on trouve ces éléments dans la nature sous forme de sels. Ils sont toxiques, corrosifs et bactéricides et ne conduisent pas le courant électrique. Ces corps réagissent violemment avec métaux en raison de leur forte électronégativité. Avec 7 électrons périphériques, ces éléments cherchent à en acquérir un huitième pour se rapprocher de la stabilité d un gaz rare soit par un lien ionique soit par un lien covalent. Par exemple, le brome réagit avec le sodium qui cède son électron externe. C est une liaison ionique qui produit un composé stable NaBr. Si le brome réagit avec le soufre, il y aura un lien covalent car les atomes ont une électropositivité proche: atomes de Brome de valence partagent chacun un électron avec atome de Soufre bivalent pour former du SBr. Les corps halogènes forment des sels avec les alcalins et des acides forts avec l hydrogène. A température ordinaire, certains de ces éléments sont gazeux (fluor et chlore),un autre est liquide (brome) enfin d autres sont à l état solide (iode et astate). fluor (F), chlore (Cl), brome (Br), l iode (I), l astate (At) Les gaz inertes. On les nomme aussi gaz rares en raison de leur grande stabilité chimique. Ces gaz ne forment pas de composés avec les autres éléments en raison de l absence presque totale de réactivité chimique. hélium (He), néon (Ne), argon (Ar), krypton (Kr), xénon(xe), radon (Rn) Dossier Enseignant. «VOYAGE EN INDUSTRIE» CAP SCIENCES 6.

5 3/ CONFIGURATION ÉLECTRONIQUE ET TABLEAU PÉRIODIQUE Les découvertes sur la structure interne de l atome précisent que les électrons se répartissent préférentiellement en plusieurs couches à différentes distances du noyau de l atome. C est dans ces couches électroniques appelées orbitales, qu on a le plus de chances de trouver un électron. Dans le tableau de classification périodique, les éléments chimiques d une famille sont rangés dans la même colonne : ils ont le même nombre d électrons sur leur couche externe ce qui leur donne des propriétés chimiques très voisines. Nombre de couches et période : Le nombre de couches électroniques que possède un élément est donné par le numéro de la ligne du tableau dans laquelle il se trouve : c est ce qu on appelle la période. Les sept rangées du tableau renferment donc respectivement des éléments chimiques qui possèdent un nombre de couches variant de un à sept. Exemples de quelques éléments du tableau : La première période ne contient que deux éléments : l hydrogène et l hélium. Ceux-ci ne renferment qu une seule couche électronique qui ne peut contenir que deux électrons maximum. Cette couche se situe près du noyau, son diamètre est très petit et les électrons ont tendance à se repousser. La deuxième et la troisième période comprennent chacune huit éléments. Le lithium possède trois électrons. Deux de ces électrons évoluent dans la première couche électronique et sont très liés au noyau. Le troisième électron se situe dans la deuxième couche, plus éloignée du noyau. Les sept éléments qui suivent le lithium possèdent successivement, 3, 4, 5, 6, 7 et 8 électrons sur la deuxième couche électronique. Le sodium est le premier élément de la troisième période. Il possède donc un seul électron de valence sur la troisième couche. Les électrons de la couche sous-jacente se disposent par paire ou doublet d électrons. Cette configuration particulière par doublets d électrons est la conséquence d un certain nombre de principes physiques et de la répulsion électrostatique des électrons. Répartition des électrons Les couches électroniques correspondent à différents niveaux d énergie caractérisés par un nombre entier n, nombre quantique principal. Les électrons évoluant autour du noyau de l atome possèdent une énergie correspondant à la couche dans laquelle ils se trouvent.. Chacune des couches peut contenir un maximum théorique de n électrons. Il ne peut cependant pas y avoir plus de huit électrons sur la dernière couche électronique. Rang de la période = n 3 4 Maximum d électrons = n Pour connaître la répartition des électrons sur chacune des couches électroniques, on doit observer les principes suivants : On remplit les couches par ordre : la première, la deuxième, la troisième, etc. La dernière couche d un atome donné ne contient pas plus de 8 électrons. Dans le cas des éléments de transition, les électrons se rajoutent sur l avantdernier niveau. ( la sous-couche d). Les éléments de transition possèdent ou électrons sur leur dernière couche.. (Les électrons de la sous-couche d sont aussi des électrons de valence.) Dossier Enseignant. «VOYAGE EN INDUSTRIE» CAP SCIENCES 6.

6 4/ COMPLEMENTS SUR LA CONFIGURATION ELECTRONIQUE DES ELEMENTS. La mécanique quantique s intéresse à l étude des particules atomiques : elles n obéissent pas à la mécanique classique. A l échelle atomique, nos représentations habituelles n ont plus cours pour comprendre le monde étrange et paradoxal des particules. Pour décrire l électron et son mouvement rapide au sein de l atome, les physiciens associent le comportement de cette particule à celui d une onde et le caractérisent au moyen d une expression mathématique complexe nommée la fonction d onde. La fonction d onde se calcule en utilisant une équation, l équation de Schrödinger qui décrit l'évolution de l électron dans le temps et dont la résolution permet de déterminer la géométrie des volumes dans lequel il évolue. Ces volumes sont les orbitales atomiques, c est-à-dire les portions de l espace où il y a une plus grande probabilité de trouver l électron mais dont on ne peut connaître précisément en même temps la vitesse et la position. La configuration électronique d un atome qui décrit la répartition des électrons entre les différentes orbitales obéit à des règles précises. Ils tournent autour du noyau, possèdent une énergie qui dépend de leur orbitale car chacune d elle correspond à un niveau d énergie : plus un électron est éloigné du noyau plus son énergie est grande. Dans l équation de Schrödinger, l énergie est quantifiée et l état de l électron est défini par 4 nombres appelés nombres quantiques : - le nombre quantique principal n désigne la couche principale. Les électrons ayant le même nombre n appartiennent à la même couche électronique. Les différentes valeurs de n :,,3, correspondent respectivement à des couches notées K,L,M,N, La couche (ou K) est la plus proche du noyau atomique et correspond au niveau de plus basse énergie. - Le deuxième nombre quantique azimutal l et l Є [, n-]. Ce nombre définit la forme et la symétrie de l orbitale mais il détermine surtout des niveaux d énergie légèrement différents à l intérieur d une même couche principale n. Chaque couche est en réalité constituée de plusieurs sous-couches notées respectivement s (pour l=), p (pour l=), d ( pour l=) et f (pour l=3)... Pour un atome à l état fondamental, chaque couche, sauf la première, est divisée en sous-couches. - Le troisième nombre quantique magnétique m l et m l Є[-l,+l] détermine l orientation de l orbitale dans l espace. L intervalle de valeur auquel il appartient limite le nombre maximal d électrons dans chaque sous-couche. - Le quatrième nombre quantique appelé spin de l électron m s ne définit pas directement une orbitale atomique mais caractérise en quelque sorte le moment cinétique des électrons qui sont tous en rotation sur eux-mêmes. Selon le sens, il y a deux valeurs possibles + ½. Couche K L M N n 3 4 Sous couche l s s m l Nombre d'électrons de la sous couche p + s p + d +, + s p + d +, + 3 f, + +, Nombre d'électrons de la couche : n Dossier Enseignant. «VOYAGE EN INDUSTRIE» CAP SCIENCES 6.

7 La combinaison des 4 nombres quantiques n, l, ml, ms permet de caractériser un électron. La configuration électronique d un atome doit aussi tenir compte de plusieurs principes. Le remplissage des couches électroniques. Les nombres quantiques qui caractérisent des orbitales imposent une répartition des électrons en couches et en sous-couches et limitent le nombre maximum d électrons dans chaque niveau d énergie. Mais le remplissage des couches électroniques obéit aussi à 4 règles précises qui permettent de disposer correctement les électrons autour du noyau. Ces principes sont les suivants : - Le principe d exclusion de Pauli stipule que deux électrons d'un même atome ne peuvent avoir leurs quatre nombres quantiques identiques (n, l, ml, ms) Quand deux électrons ont le même n, l et ml alors ils sont de spin opposé: par exemple, dans la première couche n=, l=, m=, il n'y a que possibilités correspondant aux états m s =±½. Cette couche ne peut donc accepter que deux électrons. (voir le tableau pour le nombre et la répartition des électrons). - Le principe d énergie minimum précise que les électrons se disposent autour du noyau de façon à ce que leur niveau d'énergie soit le plus bas possible : ils occupent donc en priorité les couches inférieures qui doivent être complètes avant qu un électron se situe dans une orbitale d énergie supérieure. - La règle de Hund indique que dans une sous-couche le nombre d électrons non appariés doit être maximum pour correspondre à l'état de plus basse énergie. - La règle de Klechkowski permet de retrouver l'ordre de remplissage des couches électroniques d'un élément chimique : le remplissage ne se fait pas exactement dans l'ordre «géographique» des couches électroniques en partant du noyau vers la périphérie de l atome mais dans l'ordre des énergies croissantes donné par la somme des deux nombres quantiques n + l. On n a donc pas l ordre s, s, p, 3s, 3p, 3d, 4s, 4p, 4d, 4f mais celui déterminé par la règle de Klechkowski en fonction des niveaux d énergie : s,s,p,3s,3p,4s,3d, 4p,5s,4d,5p,6s,5d,4f,... Cette règle de Klechkowski est valable pour les 54 premiers éléments du tableau périodique, mais connaît un certain nombre d'anomalies (remplissage de la couche 5d avant la couche 4f. ) Couche n l O N 4 3 M 3 m -,-,,,,3 -,-,,, -,, -3,-,-,,,,3 -,-,,, -,, -,-,,, -,, Nbre e - Par sous couche f 4 d p 6 s f 4 d p 6 s d p 6 s n² 5 max théorique 3 8 Succession des niveaux d énergie 5s 5p 5d 5f 4s 4p 4d 4f 3s 3p 3d Représentation s s p 6 3s 3p 6 3d 4s 4p 6 4d 4f 4 5s 5p 6 5d 5f 4 5g s s p 6 3s 3p 6 3d 4s 4p 6 4d 4f 4 s s p 6 3s 3p 6 3d L -,, P 6 s 8 s p s s p 6 K S s s Dossier Enseignant. «VOYAGE EN INDUSTRIE» CAP SCIENCES 6.

8 Détermination de la configuration électronique d un élément - Le nombre d orbitales est donné par le numéro de la période n de l élément considéré. - Chaque couche admet un nombre maximum d'électron donné par la formule n². - Le nombre d électrons à placer est donné par le numéro atomique. - Le nombre d électrons sur la dernière orbitale est : Le numéro de la colonne du tableau périodique pour les premières colonnes. Le numéro en chiffre romain pour les 6 dernières colonnes du tableau. Le nombre ou pour les colonnes de 3 à du tableau périodique. ( En effet si on prend l exemple des éléments de période 4, la règle de Klechkowski fait que la couche 4s se remplit avant la couche 3d.) Nombre d e - périphériques ou Nombre de couches électroniques principales ( la période ) Déterminons par exemple la configuration électronique du fer : 56 6Fe. - Fe est dans la 4 ième ligne du tableau : sa période est 4, il a donc 4 orbitales. - Nombre max d e - : orbitale K =, orbitale L= 8, orbitale M= 8, orbitale= 3 - Numéro atomique du fer =6 électrons à placer - Fe est dans la 8 ième colonne du tableau il a donc e - sur la dernière orbitale. - Il reste 4 électrons à placer en respectant le nombre maximum par couche ; K L M N Fe ) ) ) ) notation avec sous-couches : s s p 6 3s 3p 6 3d 6 4s 8 4 e- Exemples de configurations électroniques de différents éléments : La notation de la configuration électronique se fait avec le numéro de la couche suivi de la lettre de la sous-couche et avec en exposant le nombre d électrons de la souscouche : symbole de l'orbitale n l x. Par exemple, le fluor qui comporte 9 électrons est représenté par s s p 5 et la couche la plus extérieure (p) n'est pas remplie complètement puisque sa capacité est de 6 électrons. Autres exemples : Br: s s p 6 3s 3p 6 3d 4s 4p 5 Cu: s s p 6 3s 3p 6 4s 3d Les couches intérieures remplies, dont les distributions électroniques ne changent pas d'un élément à l'autre, peuvent être représentées de façon plus commode en utilisant le symbole chimique du gaz noble pour représenter le "cœur d'électrons" de l'atome. Par exemple : F : [He] s p 5 où [He] est écrit pour s Br : [Ar] 3d 4s 4p 5 ou encore Cu : [Ar ] 4s 3d où [Ar] représente la configuration s s p 6 3s 3p 6 Dossier Enseignant. «VOYAGE EN INDUSTRIE» CAP SCIENCES 6.

9 Ce mode de remplissage des niveaux qui suppose que la configuration électronique est la même que celle de l'élément de nombre atomique inférieur d'une unité, plus un électron, est connu sous le nom de Principe d'aufbau. Ce principe est généralement juste. Cependant, dans la région des métaux de transition (par exemple Sc à Cu, Y à Cd, etc.,), les niveaux 3d et 4s (ou niveaux (n-)d, ns) ont en général, des énergies très proches on peut avoir un réarrangement de la distribution des électrons extérieurs. Par exemple, la configuration de Cr est [Ar} 4s 3d 5 et non [Ar} 4s 3d 4 et celle du cuivre est [Ar ] 4s 3d et non [Ar ] 4s 3d 9 Dans le cas de métaux tels que l'aluminium et le Cuivre on remarque la présence d'un électron solitaire sur la dernière couche; cet électron sera alors susceptible de participer à la conduction de l'électricité. Mais dans tous les cas, on voit que les électrons ayant le même nombre quantique n forment une couche électronique (K, L, M, N, ) ; les électrons d'une même couche qui ont le même nombre quantique l constituent une souscouche (s, p, d, f, ) ; enfin les électrons d'une même sous-couche et de même nombre m appartiennent à la même orbitale atomique. Quelques structures électroniques : Atomes ayant 5 électrons de valence : N: s s p 3 = [He] s p 3 P: s s p 6 3s 3p 3 = [Ne] 3s 3p 3 As: s s p 6 3s 3p 6 4s 3d 4p 3 =[Ar] 4s 4p 3 Atomes ayant 3 électrons de valence : B: s s p = [He] s p Al: s s p 6 3s 3p = [Ne] 3s 3p Ga: s s p 6 3s 3p 6 4s 3d 4p =[Ar] 4s 3d 4p In: s s p 6 3s 3p 6 4s 3d 4p 6 5s 4d 5p =[Kr] 5s 4d 5p Exemple de configuration électronique chez les alcalins et les halogènes : Tous les éléments du groupe des alcalins possèdent un seul électron sur leur dernier niveau d énergie. Ils sont très réactifs parce qu ils cèdent facilement leur électron de valence : ils s oxydent très facilement. Ce dernier est faiblement retenu par le noyau d autant que les atomes de la famille des alcalins possèdent le plus grand rayon atomique de la période à laquelle ils appartiennent. Tous les éléments du groupe des halogènes possèdent une charge nucléaire plus forte que les atomes les précédant dans la même période. Ils ont donc un rayon atomique plus petit et leurs 7 électrons de valence sont fortement retenus. Les atomes d halogènes sont également très réactifs, parce qu ils cherchent à s approprier un électron : le chlore qui fait partie de la famille des halogènes (groupe VII) possède sept électrons périphériques. Exemple de configuration électronique les métaux de transition : Tous les membres de cette famille sont des métaux. Pour les éléments de transition, les électrons de la sous-couche d sont aussi des électrons de valence. Ils sont généralement moins réactifs que les métaux alcalins et alcalino-terreux, leurs réactions avec les éléments des autres familles sont parfois difficiles. Mais, ils peuvent pour la plupart s'unir entre eux ou à certains éléments d'autres familles pour former des alliages. Plusieurs d'entre eux sont capables de donner plus d'un ion positif et certains éléments ont des valences qui leur confèrent des propriétés physiques et chimiques variables. Ainsi, le fer ([Ar] 3d 6 4s ou [Ar] 3d 5 4s 4p )peut s'allier avec un élément non métallique et donner différents composés parce qu'il existe sous deux formes d'ions Fe + et Fe 3+. Valences I II III Ag Zn Cu Cu Fe Fe Dossier Enseignant. «VOYAGE EN INDUSTRIE» CAP SCIENCES 6.

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 I. L ATOME NOTIONS EÉLEÉMENTAIRES DE CIMIE Les atomes sont des «petits grains de matière» qui constituent la matière. L atome est un système complexe que l on

Plus en détail

2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre

2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre 2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre L atome Atome Elément Proton Neutron Nucléons Electron Nuage Particule (subatomique) Symbole (complet) Charge électrique relative Tableau périodique

Plus en détail

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules I. La liaison covalente 1) Formation d une liaison covalente Les molécules sont des assemblages d atomes liés par des liaisons chimiques résultant d interactions

Plus en détail

Chapitre IV : Atomes polyélectroniques et classification périodique

Chapitre IV : Atomes polyélectroniques et classification périodique Chapitre IV : Atomes polyélectroniques et classification périodique I- ATOMES POLYELECTRONIQUES...3 1- Approximation... 3 a- Problème... 3 b- Approximations... 5 - Résultats... 5 a- Fonction d onde monoélectronique

Plus en détail

Classification périodique des éléments

Classification périodique des éléments Classification périodique des éléments Table des matières 1 Tableau périodique à dix-huit colonnes 1.1 Présentation du tableau périodique.................... 1. Analyse de la classification.........................

Plus en détail

Molécules et Liaison chimique

Molécules et Liaison chimique Molécules et liaison chimique Molécules et Liaison chimique La liaison dans La liaison dans Le point de vue classique: l approche l de deux atomes d hydrogd hydrogènes R -0,9-1 0 0,5 1 1,5,5 3 3,5 4 R

Plus en détail

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif 1. Question 1 Etant donné que le germanium (Ge) est dans la même colonne que le carbone, cela implique qu il possède 4 électrons

Plus en détail

CHAPITRE VI : HYBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES

CHAPITRE VI : HYBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES CAPITRE VI : YBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES VI.1 : YBRIDATION DES ORBITALES ATOMIQUES. VI.1.1 : Introduction. La théorie d hybridation a été développée au cours des années 1930, notamment par le chimiste

Plus en détail

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES Questionnaire EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES SCP 4010-2 LE NUCLÉAIRE, DE L'ÉNERGIE DANS LA MATIÈRE /263 FORME C Version corrigée: Équipe sciences LeMoyne d'iberville, septembre 2006. QUESTION 1 (5 pts) 1. La

Plus en détail

1 ère Partie : Concepts de Base

1 ère Partie : Concepts de Base 1 ère Partie : Concepts de Base 7 8 J-89 COURS 2. Qu est ce que la Chimie? Ce chapitre ainsi que le suivant sont des rappels de concepts que vous êtes censés avoir appris en Terminale S. Néanmoins, il

Plus en détail

Enseignement secondaire

Enseignement secondaire Enseignement secondaire Classe de IIIe Chimie 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 1.5 Nombre minimal de devoirs: 4 devoirs par an Langue véhiculaire: Français I. Objectifs généraux Le cours de chimie

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE Abscisse : dans un graphique, l abscisse est l axe parallèle au bord inférieur de la feuille ou au horizontal au tableau. On représente généralement le temps sur l abscisse. Air : l air est un mélange

Plus en détail

Effets électroniques-acidité/basicité

Effets électroniques-acidité/basicité Université du Maine Faculté des Sciences Retour Révisions de cours Effets électroniquesacidité/basicité Il est très important dans un cours de himie organique de connaitre ces notions qui vont intervenir

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 1 Rappels sur les couples oxydantsréducteurs 1. Oxydants et réducteurs Un réducteur est une espèce chimique capable de céder au moins un électron Demi-équation

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture? Thème 2 La sécurité Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?! Il faut deux informations Le temps écoulé La distance parcourue Vitesse= distance temps > Activité

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

Découvrir les électrons par le pliage, à partir de 6 ans. supraconductivité. une histoire d électrøns

Découvrir les électrons par le pliage, à partir de 6 ans. supraconductivité. une histoire d électrøns Découvrir les électrons par le pliage, à partir de 6 ans. supraconductivité une histoire d électrøns Vous trouverez au milieu du livret les pliages et les instructions à détacher pour les fabriquer. Il

Plus en détail

Propriétés électriques des semiconducteurs

Propriétés électriques des semiconducteurs Chapitre 1 Propriétés électriques des semiconducteurs De nombreux composants électroniques mettent à profit les propriétés de conduction électrique des semiconducteurs. Ce chapitre décrit comment un semiconducteur

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée EXERCICE I : PRINCIPE D UNE MINUTERIE (5,5 points) A. ÉTUDE THÉORIQUE D'UN DIPÔLE RC SOUMIS À UN ÉCHELON DE TENSION.

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Physique Chapitre 4 Masse, énergie, et transformations nucléaires DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Date :. Le 28 juin 2005, le site de Cadarache (dans les bouches du Rhône)

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I

L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I L École nationale des pompiers du Québec Dans le cadre de son programme de formation Pompier I QUATRIÈME ÉDITION MANUEL DE LUTTE CONTRE L INCENDIE EXPOSÉ DU PROGRAMME D ÉTUDES POMPIER 1 SUJET 4 Énergie

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

3 Charges électriques

3 Charges électriques 3 Charges électriques 3.1 Electrisation par frottement Expérience : Frottons un bâton d ébonite avec un morceau de peau de chat. Approchonsle de petits bouts de papier. On observe que les bouts de papier

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

LES SUBSTITUTIONS NUCLÉOPHILES EN SÉRIE ALIPHATIQUE S N 1 ET S N 2

LES SUBSTITUTIONS NUCLÉOPHILES EN SÉRIE ALIPHATIQUE S N 1 ET S N 2 Pr atem BEN ROMDANE LES SUBSTITUTIONS NUCLÉOPILES EN SÉRIE ALIPATIQUE S N 1 ET S N 2 3 - LE MÉCANISME S N 2 a - Constatations expérimentales Cinétique : l'étude des réactions de substitution nucléophile

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés Molécules et matériaux organiques Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés bjectifs du chapitre Notions à connaître

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30 Terminales S1, S2, S3 2010 Vendredi 29 janvier BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES Durée : 3 heures 30 Toutes les réponses doivent être correctement rédigées et justifiées. Chaque exercice sera traité sur une

Plus en détail

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Algèbre 1 : (Volume horaire total : 63 heures) UE1 : Analyse et algèbre

Plus en détail

Olympiades de physique 2014-2015 22ème édition. Peut-on recharger un téléphone portable avec une flamme?

Olympiades de physique 2014-2015 22ème édition. Peut-on recharger un téléphone portable avec une flamme? Olympiades de physique 2014-2015 22ème édition Peut-on recharger un téléphone portable avec une flamme? Elèves participants: FLOUQUET Hugo DECAUCHY Antoine DESREUMAUX Maxime Jacques Lycée Saint- Sommaire

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC SVOIR Lycée français La Pérouse TS CH P6 L énergie nucléaire Exos BC - Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. - Définir et calculer l'énergie de liaison par nucléon. - Savoir

Plus en détail

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie Cours d électricité Introduction Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Le terme électricité provient du grec ἤλεκτρον

Plus en détail

INTRODUCTION. I.1-Propriétés des matériaux III-V

INTRODUCTION. I.1-Propriétés des matériaux III-V INTRODUCTION L'importante croissance des semi-conducteurs au niveau mondial est liée au fait que ces matériaux forment la base de la révolution technologique de ces quarante dernières années dans le domaine

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS)

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS) apacité Métal-solant-Semiconducteur (MS) 1-onstitution Une structure Métal-solant-Semiconducteur (MS) est constituée d'un empilement de trois couches : un substrat semiconducteur sur lequel on a déposé

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène

SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène A lire attentivement par les candidats Sujet à traiter par tous les candidats inscrit au BEP Les candidats répondront sur la copie. Les annexes éventuelles

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires

Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires Nassiba Tabti A.E.S.S. Physique (A.E.S.S. Physique) 5 mai 2010 1 / 47 Plan de l exposé 1 La Radioactivité Découverte de la radioactivité

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

déversements de pétrole? convertisseur catalytique? convertisseur catalytique? catalytique en bon état?

déversements de pétrole? convertisseur catalytique? convertisseur catalytique? catalytique en bon état? Des oxydes d azote se forment à haute température Les gaz d échappement contiennent aussi des oxydes d azote comme NO(g) et NO2(g) (section 5.1). L azote gazeux est normalement très peu réactif. Par contre,

Plus en détail

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence.

1.2 Coordinence. Notion de liaison de coordinence : Cas de NH 3. et NH 4+ , 3 liaisons covalentes + 1 liaison de coordinence. Règle de l octet : tendance qu on les atomes à s entourer de 8 électrons dans l édifice moléculaire. Ce n est pas une règle générale. Composés respectant la règle de l octet Composés ne respectant pas

Plus en détail

2 C est quoi la chimie?

2 C est quoi la chimie? PARTIE 1 AVANT LA CHIMIE VERTE... 2 C est quoi la chimie? L inconnu étant source d angoisse, nous allons essayer de définir les grands domaines de la chimie pour mieux la connaître, l appréhender et donc

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Principe de fonctionnement des batteries au lithium

Principe de fonctionnement des batteries au lithium Principe de fonctionnement des batteries au lithium Université de Pau et des pays de l Adour Institut des Sciences Analytiques et de Physicochimie pour l Environnement et les Matériaux 22 juin 2011 1 /

Plus en détail

QUASAR 95. Club d Astronomie de Valmondois RADIO ACTIVITE

QUASAR 95. Club d Astronomie de Valmondois RADIO ACTIVITE RADIO ACTIVITE Introduction La Radioactivité est un domaine de recherche où les scientifiques français se sont distingués, notamment avec la famille Curie (Pierre et Marie pour la découverte de la radioactivité

Plus en détail

Généralités. Chapitre 1

Généralités. Chapitre 1 Chapitre 1 Généralités Les complexes des métaux de transition sont des molécules constituées d un ou de plusieurs centre(s) métallique(s) (Ti, Fe, Ni, etc.) lié(s) à un certain nombre de «ligands». Ceux-ci

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

Électricité statique. Introduction. Quelques étapes historiques importantes

Électricité statique. Introduction. Quelques étapes historiques importantes Électricité statique Introduction L'électricité statique peut apparaître comme peu importante de nos jours en regard de l'électrodynamique mais cette dernière a été précédée historiquement par l'observation

Plus en détail

OFPPT ROYAUME DU MAROC RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES UTILISATION DES APPAREILS DE MESURE ELECTRIQUES MODULE N : 7 ELECTROTECHNIQUE

OFPPT ROYAUME DU MAROC RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES UTILISATION DES APPAREILS DE MESURE ELECTRIQUES MODULE N : 7 ELECTROTECHNIQUE OFPPT ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES MODULE N : 7 UTILISATION

Plus en détail

Notes. Schéma général PRODUCTION ÉLECTROLYTIQUE Composés inorganiques, nonmétaux

Notes. Schéma général PRODUCTION ÉLECTROLYTIQUE Composés inorganiques, nonmétaux XXXX C25 PROCÉDÉS ÉLECTROLYTIQUES OU ÉLECTROPHORÉTIQUES; APPAREILLAGES À CET EFFET (électrodialyse, électro-osmose, séparation de liquides par l électricité B01D; usinage du métal par action d une forte

Plus en détail

Notions de Chimie Générale - 2

Notions de Chimie Générale - 2 Notions de Chimie Générale - 2 Jacques Moutte, Géochimie, Ecole des Mines de Saint Etienne, 2002 I. Atomistique... 2 I-1. Le premier potentiel d'ionisation est une des nombreuses propriétés périodiques

Plus en détail

Diagramme D équilibre Binaire

Diagramme D équilibre Binaire Chapitre 4 : Diagramme D équilibre Binaire Objectifs spécifiques : -Connaitre les phases d une composition chimique de deux éléments en différentes températures. - maitriser la lecture d un diagramme d

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

L'ÉNERGIE ET LA MATIÈRE PETITE EXPLORATION DU MONDE DE LA PHYSIQUE

L'ÉNERGIE ET LA MATIÈRE PETITE EXPLORATION DU MONDE DE LA PHYSIQUE Partie 1 De quoi c'est fait? De quoi sommes nous faits? Qu'est-ce que la matière qui compose les objets qui nous entourent? D'où vient l'énergie qui nous chauffe et nous éclaire, qui déplace les objets

Plus en détail

PROGRAMME DE PHYSIQUE - CHIMIE EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE

PROGRAMME DE PHYSIQUE - CHIMIE EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE PROGRAMME DE PHYSIQUE - CHIMIE EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Préambule Objectifs La culture scientifique et technique acquise au collège doit permettre à l élève d avoir une première représentation

Plus en détail

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI Collaboration entre le CEA (Commissariat à l Énergie Atomique), l INES (Institut National de l Énergie Solaire) et Toyota, bénéficiant du soutien de l ADEME

Plus en détail

PARIS, le 27 avril 2009 Original anglais

PARIS, le 27 avril 2009 Original anglais IOC-XXV/2 Annexe 5 COMMISSION OCÉANOGRAPHIQUE INTERGOUVERNEMENTALE (de l'unesco) Distribution restreinte PARIS, le 27 avril 2009 Original anglais Vingt-cinquième session de l'assemblée UNESCO, Paris, 16-25

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé UE SCI, Valence Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés Université

Plus en détail

C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C C4 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 30 C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les nucléons:

Plus en détail

Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques

Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques Département des Sciences et Génie des Matériaux Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques Cours et exercices G. BARRAL B. LE GORREC C. MONTELLA (UJF) (IUT 1) (ISTG) GRENOBLE 2003 SOMMAIRE

Plus en détail

13 Notions sur la combustion

13 Notions sur la combustion 1 er avril 2003 Les combustibles 344 13 Dans la plupart des cycles moteurs étudiés au chapitre 9, les quantités de chaleur nécessaires au fonctionnement du cycle sont obtenues par combustion d hydrocarbures,

Plus en détail

Section «Maturité fédérale» EXAMENS D'ADMISSION Session de février 2014 RÉCAPITULATIFS DES MATIÈRES EXAMINÉES. Formation visée

Section «Maturité fédérale» EXAMENS D'ADMISSION Session de février 2014 RÉCAPITULATIFS DES MATIÈRES EXAMINÉES. Formation visée EXAMENS D'ADMISSION Admission RÉCAPITULATIFS DES MATIÈRES EXAMINÉES MATIÈRES Préparation en 3 ou 4 semestres Formation visée Préparation complète en 1 an 2 ème partiel (semestriel) Niveau Durée de l examen

Plus en détail

REACTIONS D OXYDATION ET DE REDUCTION

REACTIONS D OXYDATION ET DE REDUCTION CHIMIE 2 e OS - 2008/2009 : Cours et exercices -19- CHAPITRE 5 : REACTIONS D OXYDATION ET DE REDUCTION Chacun d entre nous a déjà observé l apparition de rouille sur un objet en fer, ou de «vert-degris»

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux diélectriques»

Plan du chapitre «Milieux diélectriques» Plan du chapitre «Milieux diélectriques» 1. Sources microscopiques de la polarisation en régime statique 2. Etude macroscopique de la polarisation en régime statique 3. Susceptibilité diélectrique 4. Polarisation

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle 5.1 Classification Déterminer à quelle catégorie (sphérique, symétrique, asymétrique) appartiennent ces molécules : a) CH 4, b) CH 3 F, c) CH 3 D, d) SF 6, e) HCN,

Plus en détail

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire À propos d ITER Le projet ITER est un projet international destiné à montrer la faisabilité scientifique et technique de la fusion thermonucléaire contrôlée. Le 8 juin 005, les pays engagés dans le projet

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé Ateliers de l information Bibliothèque Universitaire, Grenoble Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

MODELE DE PRESENTATION DU PROJET

MODELE DE PRESENTATION DU PROJET MODELE DE PRESENTATION DU PROJET SITUATION ACTUELLE DU PROJET: Intitulé du PNR Code du Projet (Réservé à l administration) SCIENCES FONDAMENTALES Nouveau projet : Projet reformule: 1.1. Domiciliation du

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail