Préparation en vue de l EFU de Pour bien comprendre la méthode d évaluation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Préparation en vue de l EFU de 2003. Pour bien comprendre la méthode d évaluation"

Transcription

1 F O R M A T I O N Pour bien comprendre la méthode d évaluation

2 TABLE DES MATIÈRES I INTRODUCTION...2 II LE CENTRE DE CORRECTION PILOTE...4 III LA DÉCISION ULTIME : RÉUSSITE OU ÉCHEC...8 IV CONCLUSIONS DU JURY SUR LA MÉTHODE...14 V COMMENTAIRE SUR LA PERFORMANCE DES CANDIDATS...15 ANNEXE A ANNEXE B ANNEXE C CENTRE DE CORRECTION PILOTE SIMULATIONS ET GUIDES D ÉVALUATION...19 PERFORMANCE DES CANDIDATS À L ÉGARD DES INDICATEURS PRINCIPAUX PAR DOMAINE DE COMPÉTENCE PERFORMANCE DES CANDIDATS À L ÉGARD DES INDICATEURS PRINCIPAUX ET SECONDAIRES PAR SIMULATION Tous droits réservés 2002 L Institut Canadien des Comptables Agréés 277, rue Wellington Ouest, Toronto, Canada M5V 3H2 Imprimé au Canada

3 2 I INTRODUCTION Aperçu Au printemps 2002, l ICCA a publié Présentation générale du nouveau processus d évaluation uniforme. Cette publication explique l évolution du processus de formation professionnelle des CA vers une focalisation axée sur les compétences. Elle décrit aussi brièvement le nouveau processus d évaluation uniforme qui sera mis en œuvre pour déterminer si les candidats possèdent le niveau de compétence requis des CA en début de carrière. Le Jury d évaluation a été chargé de mettre au point une méthode d évaluation des compétences. Étant donné la nature et l ampleur des changements, le Jury a décidé de mettre à l essai la nouvelle méthode avant de l appliquer à l évaluation uniforme de En février 2002, le Jury a donc mis sur pied un centre de correction pilote faisant appel à certaines questions de l EFU de 2001 et regroupant un échantillon représentatif de réponses de candidats. Des correcteurs d expérience y ont appliqué la nouvelle méthode à l aide des nouveaux outils créés par le Jury. Afin de permettre aux candidats de mieux comprendre le fonctionnement du nouveau processus d évaluation, le présent rapport explique la méthode de façon assez détaillée, décrit la manière dont elle a été appliquée au centre de correction pilote, et présente d importantes leçons tirées de l exercice leçons qui, selon le Jury, seront utiles aux candidats. Les renseignements relatifs à la nouvelle méthode et à ses incidences s appliquent à l Évaluation uniforme à laquelle se présenteront les candidats à la profession de CA en Informations générales Une évaluation axée sur le CA de la Vision À la fin des années 1990, le Conseil d administration de l ICCA est arrivé à la conclusion que la profession de CA faisait face à des changements d une telle ampleur qu elle devait se doter d une vision qui la guiderait au XXI e siècle. Le rapport Vision qui a découlé de ce constat a établi les énoncés de Mission et de Vision suivants, qui décrivent la finalité et l orientation de la profession : Mission : Notre mission consiste à faciliter la prise de décisions et à améliorer la performance organisationnelle grâce à notre expertise en gestion financière, en certification et dans d'autres domaines spécialisés. Nous agissons avec intégrité et objectivité, et nous nous engageons à rechercher l'excellence et à servir l'intérêt public. Vision : Nous serons les chefs de file en matière de création, de validation et d'interprétation des informations qui servent à mesurer et à améliorer la performance organisationnelle, et nous représenterons le choix qui s'impose pour tous ceux qui ont besoin de services de gestion financière, de certification et d'autres services spécialisés.

4 Le Conseil d administration a, par la suite, approuvé l adoption d un processus d admission à la profession de CA fondé sur les compétences, considérant qu il s agit d un élément clé pour réaliser la Mission et la Vision. Cette approche précise les résultats attendus de la formation, ou ce qu une personne sait faire ou peut accomplir. La Grille de compétences et son incidence sur l évaluation Ce que le CA doit savoir faire ou pouvoir accomplir au moment de son admission à la profession est décrit dans la Grille de compétences des CA du Canada, publiée en septembre L adoption par la profession d une approche fondée sur les compétences, et la présentation des nouvelles règles de base dans la Grille de compétences, ont créé un tout nouveau contexte d évaluation pour les candidats à la profession de CA. Parmi les changements importants suscités par la Grille de compétences, notons les domaines élargis de compétence que sont les technologies de l information, la finance et l efficacité organisationnelle. La Grille de compétences intègre ces compétences élargies et limite la complexité inhérente à l élargissement des compétences en précisant que les compétences doivent être évaluées dans un contexte de «situation normale». En outre, elle exige que les compétences fondamentales et les compétences particulières soient évaluées de manière intégrée. Du fait de l adoption de la Grille de compétences par la profession, le Jury a dû repenser le processus d évaluation de fond en comble, ce qui a donné lieu à une nouvelle méthode et à la création de nouveaux outils de mise en œuvre. 3

5 4 II LE CENTRE DE CORRECTION PILOTE En février 2002, le Jury a organisé un centre de correction pilote en vue de mettre à l essai la méthode qu il avait élaborée. Un échantillon de réponses à l EFU de 2001 a été retenu et corrigé à l aide de la nouvelle méthode. Les objectifs visés par le centre de correction pilote, la démarche suivie ainsi que ses diverses composantes sont décrits de façon plus détaillée ci-dessous. Objectifs Le Jury a mis sur pied le centre de correction pilote parce qu il voulait vérifier : si les réponses individuelles des candidats pouvaient être évaluées au moyen de la nouvelle méthode d évaluation axée sur les compétences proposée par le Jury, et si un portrait composite valable de la compétence de chaque candidat pouvait être obtenu aux fins de la prise d une décision réussite/échec. Le Jury a prévu que cette vérification lui permettrait : d identifier les «leçons tirées» qui seraient utiles au Jury, aux formateurs et aux futurs candidats; d obtenir des informations qui seraient utiles pour déterminer un plan pour l évaluation de 2003; d examiner de plus près les préoccupations suscitées par la méthode; de réunir plus d informations sur la manière dont l excellence des candidats pourrait être reconnue. On n attendait pas du centre qu il permette d obtenir des réponses à toutes les questions que le Jury ou les formateurs sont susceptibles de se poser au sujet du nouveau processus en raison des limitations suivantes : le centre n était (et n est) pas un «outil parfait», car il ne couvrait pas bien tous les domaines de compétence. Les réponses utilisées avaient été rédigées par des candidats qui s étaient préparés pour un EFU traditionnel et non pour une évaluation axée sur les compétences; l ensemble de questions utilisé pour le centre pilote était différent de l EFU de Il excluait une question unidisciplinaire, une question multidisciplinaire, ainsi que les questions à choix multiples. De plus, la question globale ne représentait que 25 % de la note des candidats à l EFU de 2001, alors qu elle en représentait 33 % à l évaluation du centre pilote. Par conséquent, dans son analyse des résultats obtenus au centre pilote, le Jury s est focalisé sur l application de la nouvelle méthode d évaluation aux réponses individuelles. Les candidats qui ont démontré de la compétence ont-ils réussi? À l inverse, les candidats qui n ont pas démontré de compétence ont-ils échoué?

6 5 Démarche suivie au centre de correction pilote Pour réaliser la correction pilote, il a été nécessaire de recourir à des simulations (situations professionnelles représentatives des types de défis qui se posent aux CA en début de carrière). Les simulations utilisées au centre pilote ont été choisies parmi les questions de l EFU de 2001 jugées appropriées. Un guide d évaluation intégrant les nouvelles méthodes a été élaboré pour chacune des questions de l EFU de 2001 retenues. Les correcteurs ont reçu une formation sur les nouvelles méthodes, et la correction véritable de l échantillon de réponses a commencé une fois l uniformité assurée. Chacune des étapes de la démarche est décrite ci-dessous. Le Jury a élaboré un «profil réussite» et pris des décisions réussite/échec. Ces composantes de la démarche sont exposées au chapitre suivant du présent rapport. Choix de questions de l EFU de 2001 comme simulations Pour choisir les questions de l EFU de 2001 à utiliser dans la correction pilote, le Jury s est appuyé sur la Grille de compétences. Celle-ci précise les connaissances, les compétences et les attitudes qu on attend de tout CA au moment de son admission. Elle indique également : les «situations normales» dans lesquelles on attend de tous les CA débutants qu ils démontrent les compétences requises; le niveau de maîtrise que tous les CA débutants doivent démontrer à l égard de chaque compétence. Le Jury a passé en revue l EFU de 2001 pour déterminer quelles questions étaient appropriées pour le centre de correction pilote. Les questions à choix multiples ont d abord été éliminées. Puis la question 3 de l épreuve II a été écartée, parce qu il s agissait d une question unidisciplinaire en fiscalité, et que les connaissances vérifiées par la question étaient considérées comme excédant le niveau de compétence décrit dans la Grille de compétences. Enfin, la question 3 de l épreuve III, une question multidisciplinaire, a été écartée, parce que le scénario (une grande société ouverte) et la complexité cumulative des questions comptables en jeu constituaient une situation qui n est plus jugée appropriée, selon la nouvelle méthode, pour les CA en début de carrière. Toutes les autres questions ont été jugées appropriées pour utilisation au centre de correction pilote. Élaboration de guides d évaluation Le Jury a élaboré des guides d évaluation pour chacune des questions de l EFU de 2001 retenues aux fins de la correction pilote. Des guides d évaluation ont été préparés pour les indicateurs de compétence principaux et secondaires. Les indicateurs de compétence principaux répondent à la question : «Que ferait un CA compétent dans ces circonstances?» Les indicateurs de compétence secondaires répondent à la question : «Quels autres points pourrait soulever un CA?»

7 La différence entre les indicateurs principaux et secondaires tient au fait que les premiers sont plus cruciaux, dans la situation en cause, que les seconds. Autrement dit, si les questions identifiées dans les indicateurs principaux ne sont pas traitées, le CA pourrait, dans la vraie vie, nuire à sa carrière ou à un client. Les indicateurs secondaires ont trait à des questions qui, bien que pertinentes, ne doivent pas absolument être traitées. Chaque indicateur de compétence présenté dans les guides d évaluation est suivi d une description des questions qui pourraient être soulevées ou discutées et qui dénoteraient de la compétence. Finalement, les guides d évaluation comprennent des niveaux de performance clairement définis pour aider les correcteurs à évaluer la compétence d un candidat au regard des indicateurs. Cinq catégories de performance sont données pour chaque indicateur principal. La performance du candidat doit être classée dans l une des cinq catégories suivantes : Indicateur non traité Compétence minime En voie vers la compétence Compétent Hautement compétent Pour chaque indicateur secondaire, la performance du candidat doit être classée dans l une des quatre catégories suivantes : Indicateur non traité Compétence minime Compétent Hautement compétent (Le niveau «En voie vers la compétence» n est pas pertinent au stade où le Jury évalue la performance des candidats au regard des indicateurs secondaires. Ce stade est expliqué au Niveau 3 du Cadre décisionnel réussite/échec, ci-dessous.) Les simulations et les guides d évaluation utilisés au centre de correction pilote sont présentés à l Annexe A du présent rapport. Réponses à l EFU de 2001 retenues pour le centre de correction pilote Un échantillon représentatif de 203 réponses de candidats a été choisi pour la correction pilote, et les résultats de 2001 ont été utilisés pour valider la performance. Le Jury voulait s assurer que l échantillon couvrait toute la gamme des performances des candidats. De plus, l échantillon comportait la même proportion de réponses de francophones et d anglophones qu à l EFU de

8 7 Formation des correcteurs / démarrage / uniformité La correction pilote a eu lieu en février 2002, immédiatement après le centre d appel de l EFU de Les correcteurs d expérience qui ont participé au centre d appel ont également pris part au centre de correction pilote. Une séance de formation d une journée a été organisée avec chaque équipe de correcteurs (chacune était responsable d une question de l EFU de 2001). Il s agissait de familiariser les correcteurs avec les guides d évaluation qui avaient été préparés pour chaque question, puis de lire et de corriger à blanc les photocopies des réponses des candidats. Avant que la correction véritable commence, il y a eu entente sur ce qui permettrait de distinguer un candidat ayant atteint un certain niveau de performance plutôt qu un autre (par exemple, quels éléments devaient être présents dans une réponse pour que le candidat soit considéré comme «compétent» plutôt qu «en voie vers la compétence»). En outre, on a recherché et atteint l uniformité (c est-à-dire que les correcteurs d expérience et les permanents du Jury sont tous arrivés à la même opinion au sujet du niveau de performance démontré par un candidat donné). On a demandé aux équipes de correction de préserver l uniformité en discutant des réponses de candidats dont le classement exigeait une bonne part de jugement, ou des réponses qui dérogeaient au modèle habituel. De surcroît, les équipes de correction ont été encouragées à corriger une réponse en groupe à des intervalles de quelques heures pour veiller à ce que le jugement de l équipe demeure uniforme. Analyse des résultats par le Jury Une fois la correction véritable terminée, la prochaine présidente, le président actuel et les permanents du Jury ont consacré trois jours à analyser les résultats des candidats issus de la correction pilote. Le Jury s est ensuite réuni pendant deux jours pour étudier les résultats et les analyses.

9 8 III LA DÉCISION ULTIME : RÉUSSITE OU ÉCHEC Après avoir terminé la correction véritable au centre pilote, le Jury a passé en revue la performance de chaque candidat pour l ensemble des simulations afin de décider de la réussite ou de l échec du candidat. Cette décision a été arrêtée en comparant la performance du candidat au regard d un «profil réussite». Le Jury avait élaboré un profil réussite aux fins de la correction pilote. Il le fera chaque année pour l Évaluation uniforme. Les principes qui guident l élaboration d un profil réussite sont indiqués ci-dessous. Il a également été nécessaire, pour appliquer le profil réussite puis prendre la décision réussite/échec, de mettre au point un cadre décisionnel, qui est lui-aussi décrit ci-dessous. Le concept de «profil réussite» À l heure actuelle, le processus permettant de déterminer la réussite à l EFU s amorce comme suit : les candidats sont évalués sur la base de chaque élément de connaissance ou de compétence dont ils font preuve. Tout élément possible de connaissance ou de compétence valable est inscrit sur le barème de correction, et les correcteurs doivent prendre des centaines de petites décisions de type oui/non. Le candidat a-t-il démontré qu il possédait cet élément de connaissance ou de compétence? Le Jury pondère alors chacun des éléments en fonction de l importance de la connaissance ou de la compétence pour la question. Les points sont additionnés, et le candidat obtient une note qui classe sa performance par rapport à celle de tous les autres candidats. L évaluation de la compétence et le profil réussite La nouvelle évaluation axée sur les compétences ne repose plus sur de nombreuses appréciations individuelles, mais sur une appréciation visant à déterminer si la réponse du candidat à l Évaluation uniforme (c est-à-dire ses réponses aux simulations prises globalement) est conforme à un ensemble de caractéristiques, ou profil réussite, qui selon le Jury constitue la compétence. En somme, la performance du candidat correspond-elle au profil réussite? Dans l affirmative, le candidat réussit; dans la négative, il échoue. La décision en est donc une de réussite ou d échec global : le candidat est jugé compétent ou non. Il n y a aucun classement par rapport aux autres candidats. L élaboration d un profil réussite pour déterminer la compétence représente un défi considérable. Le Jury doit tenir compte de plusieurs éléments. Il doit considérer non seulement si le candidat a bien traité tous les domaines de compétences particulières, mais aussi la façon dont il a structuré ses réponses (valeurs et compétences fondamentales). En même temps, le Jury doit tenir compte du fait que diverses combinaisons de forces et de faiblesses relatives peuvent témoigner d une compétence adéquate et justifier une «réussite».

10 9 L exigence indiquée pour chaque élément du profil ne doit pas être trop élevée, étant donné que les candidats doivent satisfaire aux exigences fixées par le Jury pour chacun des éléments individuels du profil réussite. Ces éléments sont décrits-ci-dessous. Par conséquent, même s il peut sembler relativement facile de satisfaire à une exigence rattachée à un élément isolé, il reste que, comme ils doivent respecter toutes les exigences sans exception, les candidats sont confrontés à un défi plus important. Les éléments du profil réussite Pour définir le profil d un candidat compétent c est-à-dire, pour définir un profil réussite, le Jury s est inspiré de ce que l on attend d un CA de la Vision ainsi que de la Grille de compétences. Les trois éléments et le cadre décisionnel réussite/échec Pour satisfaire au profil réussite, la réponse du candidat doit comporter les éléments suivants : 1. Suffisance : la réponse doit être suffisante, c est-à-dire que le candidat doit faire preuve de compétence au regard des indicateurs principaux à suffisamment de reprises pour être jugé compétent. 2. Profondeur : la réponse doit être approfondie dans les domaines de la mesure de la performance et de la certification. 3. Étendue : la réponse doit couvrir largement tous les domaines de compétence. La performance de chaque candidat est évaluée au regard de ces trois éléments à l aide de mesures conçues par le Jury. Chacun des trois éléments représente un «niveau» ou un point de décision du cadre décisionnel appliqué par le Jury pour déterminer chaque réussite ou échec individuel. Le candidat doit obligatoirement satisfaire aux exigences du premier niveau pour passer au deuxième; il doit de même satisfaire aux exigences du deuxième niveau pour passer au troisième. (Le cadre décisionnel est expliqué en détail plus loin.) En plus de présenter les éléments du profil réussite indiqués ci-dessus, la réponse du candidat doit démontrer que celui-ci a fait preuve de compétence de façon uniforme. En d autres mots, un candidat ne peut compter sur des habiletés supérieures, en technologies de l information par exemple, pour compenser une sous-performance, disons, en fiscalité. Le candidat ne saurait non plus compter sur une performance exceptionnelle par rapport à un indicateur principal en certification, par exemple, pour compenser une sous-performance par rapport à d autres indicateurs principaux en certification.

11 10 Détermination du profil réussite Chaque année, le Jury concevra des mesures permettant d évaluer chacun des trois éléments constituant le profil réussite de l année considérée. Il est entendu que ces mesures varieront en fonction des compétences que cherche à vérifier l Évaluation uniforme de l année en cause. Mais les éléments sous-jacents resteront les mêmes d une année à l autre. La méthode utilisée par le Jury pour déterminer le profil réussite est expliquée ci-dessous. 1. Les candidats doivent démontrer une compétence suffisante dans le traitement des questions qui sont cruciales pour l analyse. Le candidat doit faire preuve de compétence au regard de l ensemble des indicateurs principaux. Le critère de suffisance est fixé aussi bas que possible pour permettre à la majorité des candidats de passer aux niveaux suivants. Comme il est d usage actuellement, le Jury continuera d ajuster ce critère pour tenir compte de la difficulté des simulations, etc. Pour mesurer la suffisance, une valeur numérique est attribuée aux niveaux de performance «en voie vers la compétence» et «compétent» associés à chaque indicateur principal. Au centre de correction pilote, les niveaux «en voie vers la compétence» et «compétent» associés aux indicateurs principaux de la question globale ont reçu une valeur de 4 et 8 points, respectivement. Dans le cas des autres simulations, les valeurs correspondantes étaient de 2 points pour «en voie vers la compétence» et de 4 points pour «compétent». Il est à noter que le niveau «hautement compétent» vaut le même nombre de points que le niveau «compétent». Cette pondération renforce l importance de l uniformité dans la performance du candidat par rapport à tous les indicateurs principaux. 2. Les candidats doivent démontrer une compétence approfondie dans le traitement des questions clés se posant dans les domaines de la mesure de la performance et de la certification. Cette exigence est renforcée par la pondération supérieure attribuée à ces domaines et se justifie du fait que ceux-ci demeurent les territoires de base de la profession de CA. Les candidats doivent faire preuve de compétence dans les domaines de la mesure de la performance et de la certification en analysant les questions, en les classant et en fournissant des conseils pratiques à leur égard. Il appartient au Jury de décider de ce qui constitue la «profondeur» requise. La question sera tranchée chaque année en fonction du nombre, de la qualité et du degré de difficulté des indicateurs principaux en mesure de la performance et en certification. L évaluation de la profondeur n est pas fonction d une valeur numérique donnée, mais plutôt du nombre de fois où un candidat fait preuve de compétence au regard des indicateurs principaux en certification et en mesure de la performance.

12 3. Le candidat doit faire preuve d une compétence étendue, parce qu un nouveau CA doit démontrer un certain niveau de compétence dans tous les domaines particuliers requis. La compétence doit être démontrée à l égard d un nombre plus élevé d indicateurs, mais selon un degré de performance moindre que pour la profondeur. Le Jury décidera chaque année de ce qui constitue l «étendue» requise, en fonction du nombre d indicateurs principaux et secondaires par rapport auxquels le candidat peut faire preuve de compétence dans chacun des domaines particuliers. Le Jury attribue une valeur numérique pour évaluer l étendue de la compétence dans chaque domaine particuliers. Les candidats qui ne font pas preuve d une compétence étendue au regard des indicateurs principaux ont une autre chance, puisque leur performance par rapport aux indicateurs secondaires est prise en compte. Les guides d évaluation permettront d assurer que les candidats qui réussissent ont fait preuve de compétence de façon uniforme. Ce résultat est obtenu au moyen d une pondération relative et de notes attribuées aux divers niveaux de performance associés à chaque indicateur. Les niveaux «compétent» et «hautement compétent» valent le même nombre de points. Cette pondération contraste avec l approche utilisée pour l EFU traditionnel, où un candidat pouvait cumuler suffisamment de points en réussissant très bien dans un domaine pour compenser une sousperformance dans un autre domaine. Avec la nouvelle méthode, la capacité de dépasser le niveau «compétent» pour un indicateur de performance donné ne compensera pas une mauvaise performance par rapport à un autre indicateur. Le candidat doit faire preuve de compétence de façon uniforme pour obtenir une réussite. Principe absolu Le Jury continuera de faire appel à son jugement dans la détermination du profil réussite afin d assurer que les candidats sont traités équitablement. Le cadre décisionnel réussite/échec Le cadre décisionnel réussite/échec se présente comme suit. 11

13 Notre cadre décisionnel 12 É C H E C NON NON Indicateurs principaux seulement NON La compétence démontrée dans l ensemble était-elle suffisante? OUI Les compétences démontrées en MP et en C étaient-elles suffisamment approfondies? OUI La compétence démontrée couvrait-elle largement les divers domaines? NON Niveau 1 Niveau 3 Niveau 2 Examiner les informations supplémentaires découlant des indicateurs secondaires afin de permettre de mieux évaluer l étendue des compétences 2 e évaluation de la question «La compétence démontrée couvrait-elle largement les divers domaines?». OUI OUI Secondaires C O N T R Ô L E D E L A Q U A L I T É R É U S S I T E

14 13 Niveau 1 Le premier critère est celui de la suffisance. Par rapport aux indicateurs principaux, le candidat démontre-t-il une compétence suffisante dans l ensemble? Il s agit d un critère numérique. Le Jury ne s attarde pas à la façon dont les points sont accumulés, mais évalue plutôt si une norme minimale de suffisance a été atteinte. Si le candidat satisfait à cette exigence, il passe au niveau 2. S il ne satisfait pas à cette exigence, il obtient un échec. Niveau 2 Le deuxième critère est celui de la profondeur. Par rapport aux indicateurs principaux, le candidat démontre-t-il de la compétence à suffisamment de reprises dans les domaines de la certification et de la mesure de la performance? Si le candidat satisfait à cette exigence, il passe au niveau 3. S il ne satisfait pas à cette exigence, il obtient un échec. Niveau 3 Le troisième critère est celui de l étendue. Tout d abord, le Jury n évalue la performance que par rapport aux indicateurs principaux. Le candidat a-t-il démontré un niveau minimal de compétence dans chacun des domaines particuliers, ou a-t-il systématiquement évité un domaine particulier dans l ensemble des simulations? Si la performance du candidat par rapport aux indicateurs principaux ne permet pas d établir sans équivoque l étendue de sa compétence, le Jury examine alors sa performance en ce qui a trait aux indicateurs secondaires. Si le candidat démontre une compétence étendue, il obtient une réussite. Dans le cas contraire, il obtient un échec. L Annexe B présente un tableau illustrant les résultats obtenus au centre de correction pilote. Le tableau résume la performance des candidats au regard des indicateurs principaux, analysée par domaine de compétence. L Annexe C comprend un tableau résumant la performance des candidats au regard des indicateurs principaux et secondaires, analysée par simulation.

15 14 IV CONCLUSIONS DU JURY SUR LA MÉTHODE Les conclusions globales du Jury sont présentées ci-dessous. L expérience du centre de correction pilote a donné au Jury l assurance recherchée que la nouvelle méthode d évaluation produit des résultats valables. Cette conclusion a été dégagée à la suite de la lecture des épreuves des candidats qui ont réussi et échoué selon la nouvelle méthode. Chaque fois, le Jury a pu constater que la mention de réussite ou d échec obtenue par le candidat était justifiée. La nouvelle méthode d évaluation est pratique. L examen peut être préparé et corrigé avec intégrité et uniformité. Les membres du Jury, les permanents, les correcteurs et les membres du Comité sur la formation et l admission ont tous été enthousiasmés par la nouvelle méthode. Prochaines étapes Le prochain défi que devra relever le Jury sera de faire en sorte que l «architecture» de l Évaluation uniforme de 2003 permette de dégager suffisamment d indicateurs principaux et secondaires pour évaluer la suffisance, l étendue et la profondeur des compétences. Pour l examen de 2002, le Jury ne publiera pas les Annales de l EFU traditionnelles. Il publiera plutôt l EFU de 2002, accompagné de guides d évaluation axés sur les compétences pour chaque question.

16 15 V COMMENTAIRE SUR LA PERFORMANCE DES CANDIDATS Les commentaires qui suivent visent à aider les candidats, les formateurs et les autres intéressés à comprendre les incidences de la nouvelle méthode d évaluation. Pour obtenir la mention réussite, les candidats doivent faire preuve d une compétence suffisante dans tous les domaines, en plus de formuler des réponses d une profondeur et d une étendue appropriées. Commentaires généraux On ne saurait trop insister sur l importance de donner des réponses bien étoffées, traitant de tous les éléments du profil. Comme l indiquent les commentaires figurant dans la section «Obstacles à la performance» ci-dessous, la méthode fait ressortir les lacunes par rapport aux exigences du profil réussite. La question globale revêt une importance accrue car, à partir de 2002, elle compte pour le tiers de l évaluation totale, comparativement au quart auparavant. Il est essentiel de livrer une performance satisfaisante dans tous les domaines, de façon uniforme. Une performance exceptionnelle dans un domaine ne permettra plus de compenser une sous-performance dans un autre domaine. Le candidat qui évite systématiquement un domaine ne pourra pas recevoir une mention réussite. Les valeurs et compétences fondamentales sont intégrées à la quasi-totalité des indicateurs de performance. Par conséquent, les connaissances particulières en elles-mêmes ne suffisent pas : c est la façon dont elles sont appliquées qui est importante. Les commentaires contradictoires, contraires à l éthique ou inappropriés pour quelque autre raison font obstacle à une bonne performance. Le manque d intégrité intellectuelle dans l ensemble de la réponse a une incidence sur l évaluation des valeurs et compétences fondamentales et des compétences particulières. En bref, les commentaires de cette nature réduisent les chances de réussite. L exactitude technique est importante, car elle entre en jeu à tous les niveaux de performance. Il n est plus possible d obtenir des points pour des éléments de réponse «faible». Actuellement, les correcteurs de l EFU peuvent accorder un point pour un élément même s ils jugent que la réponse du candidat est faible. Dans une évaluation axée sur les compétences, cette notion n a pas sa place. Le candidat est compétent ou ne l est pas. Obstacles à la performance Le Jury a analysé les résultats des candidats qui ont échoué à chaque niveau du cadre décisionnel pour déterminer s il était possible d en dégager des caractéristiques communes sur le plan de la performance. Voici un résumé des obstacles à la performance relevés.

17 16 Au niveau 1 du cadre décisionnel La question globale est une composante clé de la démonstration de compétence du candidat. En effet, comme la question globale offre à elle seule une part relativement élevée des occasions de faire preuve de compétence (le tiers), il est difficile de surmonter une mauvaise performance pour cette question. Par rapport aux autres, la question globale exige des candidats qu ils traitent plus d informations, intègrent une plus grande quantité de données et adoptent une optique plus large dans la formulation de leurs réponses. Ce sont des compétences clés dans le monde d aujourd hui. Une sous-performance pour la question globale est indicatrice de difficultés possibles en Les candidats qui, par le passé, obtenaient de bons résultats pour certaines questions de l EFU en recevant des points pour des sujets très accessoires (par exemple, listes de contrôle de vérification, récitation de PCGR) et en faisant des commentaires passe-partout, ne feraient pas preuve de compétence selon la nouvelle méthode. Les candidats qui répondent aux indicateurs principaux de cette manière ne sont plus jugés compétents dans le cadre de la nouvelle Évaluation uniforme; ils échouent au niveau 1. Les candidats qui n ont pas répondu aux attentes du Jury à l égard des questions de l EFU de 2001 n ont pas bien réussi au niveau 1 des simulations au centre de correction pilote. Au niveau 2 du cadre décisionnel Certification Les candidats dont la couverture de la certification était concentrée sur les procédés de vérification n ont pas été jugés compétents au regard des indicateurs principaux des simulations. Les guides d évaluation élaborés pour la correction pilote exigeaient que les candidats fassent la preuve de leur compréhension des questions de vérification, élaborent des stratégies de vérification et démontrent une bonne appréciation des risques de mission pour être jugés compétents quant à l un ou l autre des indicateurs principaux en certification. Le candidat qui ne démontre pas ces compétences ne fait pas preuve d une connaissance approfondie de la certification. Par exemple, l indicateur principal n o 1 pour la question 1 de l épreuve II exigeait que les candidats voient les changements importants intervenus au cours de l année et traitent des conséquences pour la vérification. Pour être jugés compétents, les candidats devaient identifier les questions de vérification et décrire leur signification en abordant le risque de mission connexe et l impact sur la clause restrictive. L indicateur secondaire n o 1, par ailleurs, exigeait que les candidats traitent en détail des procédés de vérification pertinents pour l un des éléments de risque identifiés. Les candidats qui se sont attaqués tout de suite au détail des procédés de vérification sans expliquer clairement pourquoi une question était importante non plus que son impact sur le risque et les clauses restrictives, ont raté une partie essentielle de la question.

18 Les candidats qui abordent la certification en mettant l accent sur une évaluation de l aspect PCGR d une question sans traiter des conséquences sur la vérification, de la difficulté de définir quels sont les éléments probants appropriés, ou du degré d assurance résultant, ne sont pas jugés compétents quant aux indicateurs en certification. Par exemple, pour la question 2 de l épreuve IV, l indicateur principal n o 2 exigeait que les candidats identifient les questions liées à la planification de la mission, aux procédés à utiliser et aux rapports. Pour être jugés compétents, les candidats devaient non seulement traiter des questions liées à l intégralité des produits et identifier les options de rapport, mais aussi traiter de certains des défis posés par l obtention d éléments probants. Les candidats qui n ont pas abordé ces défis ont été classés «en voie vers la compétence». Mesure de la performance Pour certaines questions de l EFU de 2001 (et des EFU précédents), les candidats pouvaient se contenter d aborder de façon générale toutes les questions de mesure de la performance identifiées, et ainsi s attendre à obtenir quelques points pour chacune. Dans le cadre de la nouvelle Évaluation uniforme, toutefois, cette stratégie ne suffit plus, car elle ne permet pas au candidat de démontrer sa profondeur d analyse ou sa capacité à classer les problèmes, tel que requis pour qu il soit jugé compétent. Les candidats doivent noter que seules les discussions sur les questions clés (indicateurs principaux) sont considérées lors de l évaluation de la compétence au niveau 2. Les candidats qui ont échoué au niveau 2 à cause de la mesure de la performance avaient tendance à accorder le même degré d importance à toutes les questions comptables relevées. Cette approche a nui à leur performance parce que, pour être jugé compétent, il fallait notamment démontrer une compréhension des questions et une capacité à les classer selon leur importance. Par exemple, la question 1 de l épreuve III comportait deux indicateurs de mesure de la performance : un principal et un secondaire. Ces deux indicateurs exigeaient que les candidats analysent les questions comptables. La différence entre les questions comptables abordées dans l indicateur principal par rapport à l indicateur secondaire concernait l importance relative du montant aux fins de l analyse. Les candidats qui ont passé plus de temps à analyser les questions comptables qui n avaient pas d effet important sur la déclaration de sinistre n auraient pas été jugés compétents selon la nouvelle méthode. Les candidats devaient fournir une analyse des questions importantes pour faire la preuve de leur compétence en mesure de la performance dans cette question. La question globale offre un autre exemple. L indicateur principal n o 3 a trait à l évaluation de la performance. La compétence des candidats dans ce domaine était évaluée selon leur traitement des principaux problèmes comptables (soit l acquisition du matériel de Sam, l acquisition des plants de vignes et les coûts de pré-exploitation). Les candidats qui se sont concentrés surtout sur les questions mineures (rénovations, barils, etc.) ont reçu la mention «compétence minime». Pour atteindre le niveau «compétent», les candidats devaient traiter en profondeur d au moins une question importante et analyser différentes options, ou prendre en considération les deux volets de l opération. Par «compétent», on entend la capacité d identifier les questions importantes et d en traiter suffisamment en profondeur. 17

19 Les candidats qui supposent qu il n y a qu «une seule bonne réponse» et qui, par conséquent, ne développent pas l analyse sur laquelle leur conclusion est fondée compromettent leurs chances de réussite. Par exemple, à la question 1 de l épreuve II, pour l indicateur principal n o 2, les candidats étaient tenus de discuter du traitement comptable des coûts de la garantie. Pour faire preuve de profondeur, ils devaient traiter de diverses estimations. Le fait de supposer que tel montant était correct ne suffisait pas pour démontrer la profondeur requise. La question 2 de l épreuve III présente un autre exemple. Pour l indicateur principal n o 2, les candidats devaient discuter des options en matière de traitement comptable. Le fait de supposer qu un traitement donné était approprié sans discuter des options n était pas suffisant pour faire preuve de compétence par rapport à cet indicateur. Par le passé, pour certaines questions de l EFU, les candidats pouvaient obtenir une bonne note en résumant leur compréhension d une situation sous la rubrique «Aperçu», puis en effectuant une analyse quantitative distincte ne comportant aucun renvoi à la situation en question. Dans le cadre de la nouvelle Évaluation uniforme, en l absence d une discussion plus large (par exemple, contexte, solutions de rechange, parti pris, absence de lignes directrices faisant autorité), il sera difficile d être classé «compétent». Une fois encore, pour certaines questions de l EFU par le passé, si le candidat formulait un énoncé correct, il obtenait un point selon le barème de correction, même si cet énoncé devait par la suite être contredit. Dans la nouvelle Évaluation uniforme, l évaluation de la compétence pour un indicateur donné tient compte de la totalité de la réponse du candidat. S il y a absence d intégrité intellectuelle dans une réponse prise dans son ensemble, il sera difficile pour le candidat d être classé «compétent». Au niveau 3 du cadre décisionnel Deux groupes de candidats ont échoué au niveau 3 : Le premier groupe était formé de candidats solides qui avaient fait preuve d une compétence suffisante dans l ensemble, et de profondeur dans les domaines de la mesure de la performance et de la certification. Cependant, après une analyse plus poussée des autres domaines de compétence particulière, on s est rendu compte que ces candidats avaient évité systématiquement au moins un domaine. Les simulations utilisées au centre de correction pilote comprenaient deux indicateurs principaux en finance. Ces deux indicateurs exigeaient que les candidats fassent une analyse des flux de trésorerie. Un des candidats ayant échoué au niveau 3 n a même pas tenté d effectuer aucune de ces analyses. Or, dans les deux cas, il s agissait d une exigence clé pour ces simulations. Selon la nouvelle Évaluation uniforme, les candidats doivent démontrer un certain niveau de compétence dans tous les domaines de compétence. Le candidat qui évite systématiquement un domaine n obtiendra pas la mention réussite. Le deuxième groupe était constitué de candidats dont l évaluation aux niveaux 1 et 2 était à la limite. Ces candidats ont échoué le niveau 3 parce qu ils n avaient fait preuve d aucune étendue en certification ou en mesure de la performance, les domaines de compétence clés. Dans l ensemble, ces candidats ont démontré une étendue et une profondeur inadéquates. 18

20 19 ANNEXE A CENTRE DE CORRECTION PILOTE SIMULATIONS ET GUIDES D ÉVALUATION

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification NORMES CANADIENNES DE MISSIONS DE CERTIFICATION (NCMC) JUILLET 2015 NCMC 3000, Missions d attestation autres que les audits ou examens d informations financières historiques

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification AUDIT DES COMPTES D UN CANDIDAT À UNE ÉLECTION FÉDÉRALE AOÛT 2015 Modèle de lettre de mission d audit, modèle de lettre d acceptation et modèle de rapport de l auditeur indépendant

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n o 12 avril 2014 Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n 12 avril 2014 Le

Plus en détail

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite Vers une meilleure retraite Étude de cas n o 1 Section header 1 Section header 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 1 Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite À l intention

Plus en détail

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Quel type d assurance-vie convient le mieux aux propriétaires d entreprise? Tout

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur des logiciels et des services infonuagiques Novembre 2014 L International Accounting Standards Board (IASB)

Plus en détail

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Types de questions d examen Un examen en droit peut comporter plusieurs types de questions : à réponse courte, à développement,

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

CNAC. Appel à commentaires. Missions d examen. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification

CNAC. Appel à commentaires. Missions d examen. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Appel à commentaires Missions d examen préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Date limite de réception des commentaires : le 11 avril 2011 CNAC APPEL À COMMENTAIRES MISSIONS D EXAMEN

Plus en détail

Annales de l Évaluation uniforme de 2014

Annales de l Évaluation uniforme de 2014 Annales de l Évaluation uniforme de 2014 Comptables agréés du Canada ANNALES DE L ÉVALUATION UNIFORME 2014 i MEMBRES DU JURY D ÉVALUATION DE 2014 Christine Allison, CPA, CA MD Funds Management Inc. Ottawa

Plus en détail

Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture

Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture Proposition liée à l utilisation des débits intermembres Comprend un cadre de travail proposé pour la correction des erreurs de paiement de facture juillet 2012 SOMMAIRE 3 I. CONTEXTE ET PRÉSENTATION 6

Plus en détail

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 Association des comptables généraux accrédités du Canada 100 4200 North Fraser Way Burnaby

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Contenu Contexte................................................................ 101 Examen du contrat........................................................

Plus en détail

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix?

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? Jamie Golombek L épargne est une pratique importante. Elle nous permet de mettre de côté une partie de nos revenus actuels afin d en profiter

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

Demande de permis Candidats du cheminement CPA, CA

Demande de permis Candidats du cheminement CPA, CA 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 www.cpaquebec.ca Demande de permis Candidats du cheminement CPA, CA N.B. Il est inutile de présenter une demande

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC Mars 2005 Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC La majeure partie des avoirs financiers des propriétaires de petite entreprise est souvent immobilisée dans les actions d

Plus en détail

Solutions d assurance-vie. progresse, les affaires aussi. Protection de la vie. Stratégie Emprunt garanti de l entreprise

Solutions d assurance-vie. progresse, les affaires aussi. Protection de la vie. Stratégie Emprunt garanti de l entreprise Solutions d assurance-vie progresse, les affaires aussi Protection de la vie Stratégie Emprunt garanti de l entreprise Augmentez le flux de trésorerie de votre entreprise grâce à une police d assurance-vie

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport de la Vérification interne sur le Groupe des assurances multirisques (GAM), Secteur de la surveillance Juin 2013 Table des matières 1. Contexte...

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité

NOTE D INFORMATION. Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité Date : Le 28 octobre 2013 NOTE D INFORMATION Destinataires : Institutions financières fédérales Objet : Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité Les cyberattaques sont de plus en plus

Plus en détail

SERVICE DES PRIX Bourse John-G.-Diefenbaker 2016. 1 re étape Lisez les lignes directrices pour connaître l objet de la bourse, les candidats et

SERVICE DES PRIX Bourse John-G.-Diefenbaker 2016. 1 re étape Lisez les lignes directrices pour connaître l objet de la bourse, les candidats et LIGNES DIRECTRICES ET FORMULAIRE DE MISE EN CANDIDATURE SERVICE DES PRIX Bourse John-G.-Diefenbaker 2016 Veuillez suivre les trois étapes suivantes pour soumettre une candidature à cette bourse : 1 re

Plus en détail

Outil d autoévaluation LPRPDE. Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques

Outil d autoévaluation LPRPDE. Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques Outil d autoévaluation LPRPDE Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques table des matières Utilité de cet outil... 3 Utilisation de cet outil... 4 PARTIE 1 : Guide

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

Éducation permanente obligatoire pour le secteur des courtiers en hypothèques de l Ontario : Une proposition pour consultation

Éducation permanente obligatoire pour le secteur des courtiers en hypothèques de l Ontario : Une proposition pour consultation Éducation permanente obligatoire pour le secteur des courtiers en hypothèques de l Ontario : Une proposition pour consultation Commission des services financiers de l Ontario Le 17 décembre 2010 Table

Plus en détail

Engagement de l ABC en matière de lisibilité des documents hypothécaires. Préparé par l Association des banquiers canadiens

Engagement de l ABC en matière de lisibilité des documents hypothécaires. Préparé par l Association des banquiers canadiens Engagement de l ABC en matière de lisibilité des documents hypothécaires Préparé par l Association des banquiers canadiens Le 7 mars 2000 Notre engagement : des documents hypothécaires en langage courant

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Services de travail temporaire

Services de travail temporaire Chapitre 4 Section 4.14 Ministère des Services gouvernementaux Services de travail temporaire Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.14 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section

Plus en détail

C est votre argent. Faites-le fructifier avec des placements

C est votre argent. Faites-le fructifier avec des placements C est votre argent Faites-le fructifier avec des placements C est votre argent Le CDSPI peut vous aider à le faire fructifier Vous investissez présentement dans vous-même en faisant des études en dentisterie,

Plus en détail

INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER

INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER Les renseignements, communiqués dans le présent document, au sujet de La Great-West, compagnie d assurance-vie («la

Plus en détail

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch

Évaluation en vue de l accréditation. Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Évaluation en vue de l accréditation Programme Master Européen en Médiation de l Institut Universitaire Kurt Bösch Rapport final du Comité de visite de l OAQ 30 août 2005 I - Description du processus d

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification NCA FÉVRIER 2015 NCA 610 : Recours à l assistance directe des auditeurs internes dans le cadre de l audit Le présent bulletin Alerte audit et certification vise à faire mieux

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Modèle type de cotation du risque

Modèle type de cotation du risque Les meilleures pratiques en matière de prêts commerciaux Cotation du risque Modèle type de cotation du risque Printemps 2005 Modèle type de cotation du risque Introduction Pour coter le risque, il faut

Plus en détail

Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires

Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires Le Conseil canadien des autorités de réglementation des courtiers hypothécaires (CCARCH)

Plus en détail

Norme ISA 330, Réponses de l auditeur à l évaluation des risques

Norme ISA 330, Réponses de l auditeur à l évaluation des risques IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 330, Réponses de l auditeur à l évaluation des risques Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des praticiens

Lignes directrices à l intention des praticiens Janvier 2005 Lignes directrices à l intention des praticiens Visiter notre site Web : www.cga-pdnet.org/fr-ca Le praticien exerçant seul ou au sein d un petit cabinet et l indépendance Le Code des principes

Plus en détail

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital Vente de la ferme et l exonération des gains en capital RBC Banque Royale Vente de la ferme et l exonération des gains en capital 2 L article suivant a été écrit par Services de gestion de patrimoine RBC.

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014 Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance Adoptées le 11 décembre 2014 Le conseil d administration (le «conseil») de Restaurant Brands International

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

Objet : Processus de déclaration proposé pour l application des avantages en vertu d une convention concernant des sommes payées à des non-résidents

Objet : Processus de déclaration proposé pour l application des avantages en vertu d une convention concernant des sommes payées à des non-résidents Le Comité mixte sur la fiscalité de l Association du Barreau canadien et de l Institut Canadien des Comptables agréés L Institut Canadien des Comptables agréés, 277, rue Wellington Ouest, Toronto (Ontario)

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public 5R000-040048/001/CY Présenté à : L Agence de la consommation en matière financière du Canada 24 mars 2005 Table

Plus en détail

Une vision claire des IFRS

Une vision claire des IFRS Juillet 2014 Secteur de la distribution et du commerce de détail et de gros Une vision claire des IFRS Perspectives sectorielles sur IFRS 15 La nouvelle norme sur les produits des activités ordinaires

Plus en détail

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces :

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces : Solutions d assurance-vie Produits Actifs Occasions Garanties Croissance Capital Protection Revenu Avantage Solutions Options Stabilité PLANIFIER AUJOURD HUI. ASSURER L AVENIR. Transfert du patrimoine

Plus en détail

Vérification des contrats et processus propres au Service du parc automobile. Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015

Vérification des contrats et processus propres au Service du parc automobile. Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015 Bureau du vérificateur général Vérification des contrats et processus propres Résumé Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015 Cette page a été intentionnellement laissée en blanc. Vérification

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert Le 20 janvier 2014 Les multinationales canadiennes auraient intérêt à prendre acte des répercussions de la récente affaire McKesson Canada Corporation c. La Reine (en anglais) (2013 CCI 404) concernant

Plus en détail

RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LE CELI TABLE DES MATIÈRES. Ouvrir un CELI

RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LE CELI TABLE DES MATIÈRES. Ouvrir un CELI mai 2015 TABLE DES MATIÈRES Ouvrir un CELI Cotiser à un CELI Investir dans un CELI et le gérer Règles régissant le décès, la séparation et l émigration Considérations en matière d emprunts Résumé RÉPONSES

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi?

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi? Alerte info financière NCECF MAI 2015 Chapitre 1591, «Filiales» En septembre 2014, le Conseil des normes comptables (CNC) a publié le chapitre 1591, «Filiales», de la Partie II (Normes comptables pour

Plus en détail

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités Les connaissances comptables et financières, le professionnalisme et le leadership pour les besoins d aujourd hui

Plus en détail

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14 I. INTRODUCTION ----------------------------------------------------------------------------------- 3 II. LA PAGE DE COUVERTURE ------------------------------------------------------------------ 5 III.

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE

L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE Ligne de conduite de la SCHL en matière d assurance prêt hypothécaire pour les ensembles de

Plus en détail

Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES

Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES 1. GÉNÉRALITÉS Les présentes Règles constituent les lignes directrices générales et la procédure

Plus en détail

Une vision claire des IFRS

Une vision claire des IFRS Juillet 2014 Secteur des produits industriels Une vision claire des IFRS Perspectives sectorielles sur IFRS 15 La nouvelle norme sur les produits des activités ordinaires pourrait avoir des répercussions

Plus en détail

Livret de l évaluateur : Calcul niveau 2

Livret de l évaluateur : Calcul niveau 2 Livret de l évaluateur : Calcul niveau 2 Ce livret de l évaluateur se divise en deux sections. La première section comprend : des instructions à l intention de l évaluateur sur la façon d administrer le

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats Bureau du surintendant des institutions financières Groupe de l assurance-vie Conglomérats Juin 2012 Table des matières 1. Contexte... 2 2. Objectif, portée et méthodologie... 3 3. Conclusion... 4 4. Réponse

Plus en détail

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme Reconnaissances des acquis Crédits d équivalence et exemptions Prendre note : Il n y a aucun frais associés au processus d évaluation du dossier Tous les participants au programme doivent obtenir des crédits

Plus en détail

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS Champ d application de la politique Il y a placement privé lorsqu un émetteur distribue des titres en contrepartie d espèces aux termes des dispenses de prospectus ou des

Plus en détail

Valeur Prévoyance Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel

Valeur Prévoyance Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS ASSURANCE DÉCÈS Février 2006 Valeur Prévoyance Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel Sachez anticiper pour préserver votre outil de

Plus en détail

Bulletin fiscal L AGENCE DU REVENU DU CANADA MET FIN AU SERVICE IMPÔTEL PRÊTS PERSONNELS À VOS ENFANTS

Bulletin fiscal L AGENCE DU REVENU DU CANADA MET FIN AU SERVICE IMPÔTEL PRÊTS PERSONNELS À VOS ENFANTS Octobre 2012 L Agence du revenu du Canada met fin au service IMPÔTEL Prêts personnels à vos enfants Les reports de pertes Les biens à usage personnel Les règles relatives aux biens de remplacement Bulletin

Plus en détail

1. Assurance-invalidité : si vous devenez incapable de travailler

1. Assurance-invalidité : si vous devenez incapable de travailler Assurances Aspects financiers du statut d associé : les assurances 1. Assurance-invalidité 2. Assurance-vie 3. Assurance responsabilité professionnelle Votre cabinet a peut-être déjà mis en place un programme

Plus en détail

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA Vérification de la gestion des ressources humaines 13 mai 2010 Préparée par le Centre de gestion publique Inc. TABLE DES MATIÈRES 1.0 Sommaire...

Plus en détail

Pour mieux connaître le CRI et le FRV

Pour mieux connaître le CRI et le FRV Pour mieux connaître le CRI et le FRV Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre site Web. Consultez-le pour obtenir la mise à jour de l information et

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS Le 12 septembre 2013 Introduction ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS PRINCIPE DIRECTEUR N O 2 DE L ACFM NORMES MINIMALES DE SURVEILLANCE DES COMPTES Le présent Principe directeur fixe

Plus en détail

Valeur Prévoyance. Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel

Valeur Prévoyance. Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel ASSURANCE DÉCÈS PROTEGER SON PATRIMOINE PROFESSIONNEL AVEC UN CAPITAL DECES, C EST UNE PRIORITE Pour préserver votre parimoine professionnel et choisir la solution qui convient à votre situation, rencontrez

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE TABLE DES MATIÈRES Votre procuration est un document important Mise en garde 4 Pour bien comprendre la procuration Note explicative 6 1. Qu est-ce qu une procuration?...

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Le 28 mars 2006 Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Nous sommes heureux d avoir l occasion de présenter nos commentaires

Plus en détail

un état de changement

un état de changement un état de changement Bulletin bimestriel à l intention des organismes sans but lucratif Février 2013 Dans ce numéro Nouvelles normes comptables pour les organismes sans but lucratif Introduction Les organismes

Plus en détail

Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture

Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil des normes internationales

Plus en détail

Derrière les grands titres à la une des journaux :

Derrière les grands titres à la une des journaux : Derrière les grands titres à la une des journaux : À qui le plafond plus élevé du céli profite-t-il vraiment? (Resumé) PAR Jonathan Rhys Kesselman* Juin 2015 * Jonathan Rhys Kesselman occupe la chaire

Plus en détail

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ 2 GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET «Le système européen de crédits d apprentissage pour l enseignement et la formation professionnels (ECVET) est un cadre technique pour le transfert,

Plus en détail

Le Régime de retraite assurée d entreprise de BMO MD Assurance

Le Régime de retraite assurée d entreprise de BMO MD Assurance Un guide pour le conseiller Le Régime de retraite assurée d entreprise de BMO MD Assurance Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu Table des matières Introduction au

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

AVIS DE RÉGLEMENTATION AUX MEMBRES RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE

AVIS DE RÉGLEMENTATION AUX MEMBRES RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca RM-0057 5 décembre 2006 (révisé le 6 février 2013) Introduction AVIS DE

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 4 mars 2011 Table des matières Sommaire...

Plus en détail

Profil des compétences du CFP professionnel

Profil des compétences du CFP professionnel Profil des compétences du CFP professionnel 1 Publié par le Conseil des normes de planification financière (FPSC ) Déni de responsabilité : Le FPSC ne fournit pas de services professionnels de planification

Plus en détail

Assurances. Introduction. Objectifs d apprentissage

Assurances. Introduction. Objectifs d apprentissage Assurances Introduction Si vous possédez une automobile au Canada, vous devez avoir quelques notions de base sur l assurance. Les autres types d assurances sont semblables, mais il existe de grandes différences.

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS

HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS de l exercice terminé le 31 mars 2002 19 TABLE DES MATIÈRES Rapport de la direction 21 Rapport du vérificateur 22 États financiers Résultats 23 Excédent 23 Bilan 24 Flux de

Plus en détail

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA 1. Définitions Pour les fins du présent régime, les termes énumérés ci-dessous ont le sens suivant : «actions ordinaires» désigne

Plus en détail

Votre Énoncé de politique de placement. exemple. Date : 21/03/10. Téléphone : (123) 456-7890. Téléphone : (123) 456-7890

Votre Énoncé de politique de placement. exemple. Date : 21/03/10. Téléphone : (123) 456-7890. Téléphone : (123) 456-7890 Votre Énoncé de politique de placement Date : 21/03/10 Préparé pour : Adresse : Province : Code postal : Jean Untel 123, rue Untel Ontario A1B 2C3 Téléphone : (123) 456-7890 Préparé par : Adresse : Province

Plus en détail