Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise. Guide des négociateurs

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise. Guide des négociateurs"

Transcription

1 Être acteur de la protection sociale complémentaire en entreprise Guide des négociateurs

2 La protection sociale complémentaire en entreprise Complémentaire santé prévoyance - retraite 2

3 Préambule L offre de soins se développe, les coûts augmentent et les taux de remboursements sont régulièrement revus à la baisse par l Assurance maladie, laissant une part importante des frais de santé à la charge des assurés sociaux. De même, pour faire face aux aléas de la vie (arrêt de travail...), avoir accès à une épargne et se préparer à la retraite est essentiel pour une protection complète et efficace. Au-delà d une couverture à titre individuel, une couverture collective mise en place dans les entreprises prend tout son sens en compensant les niveaux insuffisants prévus par les régimes obligatoires. Ce type de régime résulte d une volonté de l ensemble des partenaires, employeurs et salariés, de faire vivre au sein d une même branche ou de l entreprise, un carrefour d échanges et de recherche de consensus. En devenant créateurs de droit pour les salariés et l entreprise, les négociateurs jouent pleinement leur rôle de partenaires. Particulièrement attachés à ce qu ils perçoivent comme un avantage, les salariés ne s y trompent pas. Pour eux, la logique d adhésion est plus simple, le contrat collectif leur coûte moins cher qu une assurance individuelle. De leur côté, les employeurs apprécient la qualité des régimes mis en place par leur prestataire et mettent également en avant le contrat collectif comme un avantage donné au salarié par l entreprise, moins coûteux qu une simple augmentation de salaire et pour autant considéré comme un outil de fidélisation des salariés. La qualité du prestataire, en terme d accompagnement, est déterminante tant sur le suivi et le pilotage du régime que sur sa capacité à créer le consensus nécessaire au bon fonctionnement de l entreprise, parfois délicat à obtenir entre tous les partenaires. Comment obtenir le bon rapport qualité / prix / services tant pour les salariés que pour l entreprise, dans le respect d un partenariat réel et efficace des acteurs concernés? Au-delà des enjeux de la négociation d un régime complémentaire adapté, les règles pour bénéficier des avantages sociaux et fiscaux sont particulièrement définies. Références des principaux textes juridiques : loi Évin du 31 décembre1989, loi de CMU du 27 juillet 1999 (art. 22), loi Fillon du 21 août 2003 (art. 113), loi n du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail, circulaire fiscale du 25 novembre 2005, circulaire sociale du 30 janvier

4 4

5 Comment mettre en place un contrat collectif de protection sociale complémentaire? Choisir son organisme de protection sociale complémentaire Trois types d organismes sont habilités à mettre en œuvre un contrat de protection sociale complémentaire. Outre leur statut, ces organismes se distinguent par le fait qu ils sont ou non à but lucratif. Les mutuelles et les institutions de prévoyance Relevant respectivement du Code de la Mutualité et du Code de la Sécurité sociale, elles sont à but non lucratif. Seules les mutuelles sont de droit habilitées à gérer des régimes de bases. Les assureurs et courtiers d assurances Relevant du Code des Assurances, ils sont à but lucratif. Leurs statuts leur imposent de rémunérer leurs actionnaires. Le courtier mandaté par l employeur pour une mission d étude ou une action de suivi du régime complémentaire, est l interface entre tous les négociateurs, employeurs comme salariés, et l organisme assureur du risque. En tant qu intermédiaire, il perçoit pour son mandat des commissions de courtage qui s ajoutent aux frais de gestion. 5

6 Choisir son type de contrat Les régimes de protection sociale complémentaire de santé et de prévoyance se différencient en fonction de divers critères : adhésion facultative ou obligatoire, niveau des garanties, type de cotisations, etc. Le choix relève des négociateurs dans l entreprise. De ce choix dépendront les avantages sociaux et fiscaux applicables au régime mis en place. Contrat facultatif S il peut être mis en place à l initiative de l employeur, son caractère facultatif en fait un élément de l action sociale au sein de l entreprise. Il entre alors de plein droit dans les prérogatives du comité d entreprise (CE). Les salariés ont le choix d adhérer ou non au régime proposé. Les éventuelles participations de l employeur ou du CE sont soumises aux cotisations sociales et entrent dans le revenu imposable du salarié. Contrat obligatoire L entreprise peut opter pour un régime obligatoire pour l ensemble des salariés ou pour une catégorie objective et définie de personnel. Les garanties sont ouvertes à tous et l employeur (ou le comité d entreprise) prend en charge tout ou partie de la cotisation. Étant obligatoire pour tous, ce contrat évite tout phénomène de discrimination et d antisélection du risque. Les contributions versées par l entreprise (ou le comité d entreprise) sont exonérées de cotisations sociales, sous certaines conditions et dans une certaine limite. Les bénéficiaires La couverture complémentaire doit couvrir tous les salariés concernés, quels que soient les contrats de travail, l âge ou l ancienneté. Les ayants droit des salariés peuvent en bénéficier selon les conditions de prise en charge négociées dans l acte instituant le régime. Les anciens salariés, licenciés, retraités et les ayants droit d un salarié décédé, peuvent bénéficier d un contrat d accueil en conformité avec les 6

7 dispositions de la loi Évin (30 décembre 1989). L accord national interprofessionnel (ANI), entré en vigueur au 1 er juillet 2009, permet aux salariés licenciés le maintien* de leur couverture santé et prévoyance (art. 14) dont ils bénéficiaient dans leur entreprise. * Sous conditions. Les prestations Éléments visibles du régime, elles doivent être conformes aux attentes des salariés et à la réalité de l offre de soins sur le territoire de l entreprise. Les prestations sont versées en complément de celles des régimes obligatoires. Les régimes complémentaires remboursent les sommes restant à la charge de l assuré en fonction des garanties souscrites et à concurrence des frais réels engagés. Ils peuvent aussi prendre en charge des frais ou actes hors nomenclature en lien avec la santé (forfait hospitalier, chambre particulière, lentilles optiques refusées, ostéopathie...) Les cotisations Elles peuvent être exprimées forfaitairement en euros ou en pourcentage du plafond mensuel de la Sécurité sociale (PMSS), ou en pourcentage du salaire pour l ensemble du collège défini. La répartition du financement entre employeur et salariés résulte de la négociation propre à l entreprise ou à la branche. Identique pour tous les salariés, la part employeur peut être exprimée en pourcentage de la cotisation, ou forfaitairement. Elle peut aussi être modulée par rapport à la situation familiale, mais doit respecter les règles définies par les circulaires sociales et fiscales pour bénéficier des exonérations de cotisation ou d imposition. 7

8 Modalités de mise en place d un contrat collectif Selon le Code de la Sécurité sociale, les régimes collectifs dont bénéficient les salariés, et par extension leurs ayants droit et les anciens salariés, ne peuvent être mis en place que par voie de convention ou accord collectif, par référendum ou par décision unilatérale de l employeur. La convention collective ou accord de branche Dans certains secteurs d activité, les régimes de protection sociale complémentaire sont le résultat de négociations au niveau de la branche professionnelle. Dans ce cas, la convention collective intègre un régime dit conventionnel qui permet à toutes les entreprises de la branche d adhérer dans des conditions identiques à un régime mutualisé et solidaire. Le suivi du régime conventionnel est assuré par une commission paritaire de branche. L accord collectif Il se négocie entre l employeur et les délégués syndicaux représentatifs au sein de l entreprise, après information du comité d entreprise. Sont définis les prestations, la structure des cotisations ainsi que le choix de l organisme. L accord s applique sans distinction à tous les salariés du collège défini, sauf dérogations conformes aux dispositions des circulaires sociales pour la mise en place des régimes complémentaires (CDD, mutuelle obligatoire pour le conjoint...). Le référendum Il s effectue à partir d un projet écrit présenté par l employeur. Pour être adopté, il doit être ratifié à la majorité absolue des inscrits. L adhésion est ensuite obligatoire pour l ensemble des salariés de la catégorie concernée. Ils ne peuvent s opposer au précompte de la cotisation sur leur salaire. 8

9 La décision unilatérale de l employeur (DUE) Après information et consultation des instances représentatives du personnel, l employeur remet à chaque salarié un document explicatif du régime proposé. Dans ce cas, les salariés présents dans l entreprise à la mise en place du régime ont le choix d adhérer ou non. Par la suite, tous les nouveaux embauchés seront affiliés d office. L apparente simplicité de ce mode de mise en place ne doit pas occulter le strict respect des règles définies dans le cadre des circulaires d application de la loi Fillon. Le rôle des partenaires sociaux Si le cadre des exonérations sociales et fiscales est globalement attractif, il n existe qu une seule obligation, celle d aborder la mise en place d une couverture obligatoire en santé dans les entreprises de plus de cinquante salariés, ayant au moins un délégué syndical représentatif (art. 22 de la loi de CMU du 27 juillet 1999). Pourtant, les besoins des salariés en matière d incapacité de travail, d invalidité et de décès sont aussi importants à mettre en place pour sécuriser les salariés et leur famille. 9

10 Le rôle du comité d entreprise (CE) Pour la mise en place d un régime complémentaire obligatoire, le chef d entreprise est tenu de transmettre au CE (ou aux représentants des salariés) des informations précises sur le projet en cours : salariés concernés, garanties, coût, financement... Dans le cadre d un accord facultatif, le CE a un rôle primordial. L action sociale dans l entreprise est de son ressort. Même si l employeur prend l initiative, le CE peut revendiquer la gestion. Dans son rôle de décisionnaire, il peut s appuyer sur les compétences d un expert professionnel pour élaborer le cahier des charges, rédiger l appel d offres afin d identifier les besoins et construire un régime pérenne pour l entreprise. De par son rôle d acteur social dans l entreprise, l élu du CE doit s approprier ces sujets garantissant la sécurité des salariés et de leur famille. Le rôle du délégué syndical Dans les entreprises de plus de 50 salariés où sont constituées une ou plusieurs sections syndicales représentatives, l employeur est tenu d engager chaque année une négociation sur les modalités d un régime de prévoyance maladie obligatoire. Le délégué syndical est le partenaire incontournable de la négociation de tout accord collectif. L employeur a obligation de le consulter dans certaines situations mentionnées dans le Code du Travail, notamment pour les modalités d un régime de prévoyance maladie, lorsque les salariés ne sont pas couverts par un accord de branche ou un accord d entreprise. 10

11 Quelques pistes de négociation Le syndicat a des moyens pour aborder la négociation et notamment, mettre les syndiqués et les salariés au coeur du débat sur les besoins et les attentes des salariés. Pour cela, le comité d entreprise et le CHSCT sont des sources privilégiées d information et de propositions. Le rapport de la médecine du travail, les éléments du bilan social (accidents du travail, maladie professionnelle...) permettent de recenser les axes essentiels à retenir comme propositions dans le cadre des négociations. Le comité d entreprise peut décider la mise en place d une commission de suivi des régimes complémentaires (questionnaires, débats...). Dans tous les cas, il doit être consulté et associé à la négociation. Il est important que l ensemble des élus, avec ou sans leur section syndicale, participe à l élaboration du cahier des charges, la discussion sur la répartition de la cotisation entre employeurs et salariés, le type de cotisation mise en place (famille, salarié, etc.), l appel d offres et le choix du prestataire. Le principe de la consultation des salariés, pendant et à la fin de la négociation, permet de les associer et de les responsabiliser à l intérêt de la mise en place des régimes de prévoyance complémentaire. 11

12 Harmonie Mutuelles, leader national de la protection sociale, individuelle et collective, met à votre disposition son service relations partenaires sociaux et ses spécialistes de la protection sociale collective. Forts de leur expérience, ils maîtrisent les besoins et les attentes de l ensemble des négociateurs. Totalement dédiés à cette démarche d accompagnement, ils sont à votre disposition pour répondre à toutes vos questions et intervenir au sein de votre structure ou votre entreprise, afin de vous aider à bâtir votre régime de protection sociale. N hésitez pas à les rencontrer. Informations, formations, conseils GUHM- RP document commercial - crédits photos : Corbis Photoalto Digitalvision - Polka Dot Jupiterimages Imprimé sur papier recyclé Contact 143, rue Blomet Paris Tél Imprimerie Harmonie Mutuelles, union régie par le Code de la Mutualité et immatriculée au registre national des mutuelles sous le numéro Siège social : 143, rue Blomet Paris.

NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LE SECTEUR MÉDICO TECHNIQUES OFFRE FRAIS DE SANTÉ CONVENTIONNELLE VOS SALARIÉS MÉRITENT LE MEILLEUR

NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LE SECTEUR MÉDICO TECHNIQUES OFFRE FRAIS DE SANTÉ CONVENTIONNELLE VOS SALARIÉS MÉRITENT LE MEILLEUR NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LE SECTEUR MÉDICO TECHNIQUES OFFRE FRAIS DE SANTÉ CONVENTIONNELLE VOS SALARIÉS MÉRITENT LE MEILLEUR ÉVOLUTION DU CONTEXTE LÉGAL Conformément aux dispositions de la

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3245 Convention collective nationale IDCC : 1501. RESTAURATION RAPIDE ACCORD

Plus en détail

Comprendre le régime frais de santé conventionnel en 10 questions

Comprendre le régime frais de santé conventionnel en 10 questions CCN ADMINISTRATEURS ET MANDATAIRES JUDICIAIRES Comprendre le régime frais de santé conventionnel en 10 questions RETRAITE PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE DÉPENDANCE 1A qui s applique cet accord? L accord du 26

Plus en détail

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire 19 Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire La retraite supplémentaire, encore appelée retraite surcomplémentaire, désigne les régimes de retraite facultatifs par capitalisation (non légalement

Plus en détail

DIALOGE 53, - 76600 LE HAVRE T

DIALOGE 53, - 76600 LE HAVRE T ComitÄ d Entreprise DIALOGE 53, rue Gustave Flaubert - 76600 LE HAVRE TÄl. 02 35 42 58 52 Fax 02 32 74 27 98 Mail ce.dialoge@orange.fr Site http://cedialoge.neufblog.com Guide pratique La nouvelle lägislation

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-068

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-068 PARIS, le 27/03/2003 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2003-068 OBJET : CHEQUES-VACANCES Participation patronale à l'acquisition des chèques-vacances

Plus en détail

Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën

Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën Thierry Debeneix Epargne salariale, Epargne retraite et Fonds supplémentaires

Plus en détail

Prévoyance Avenant n 06-15

Prévoyance Avenant n 06-15 Convention collective nationale des Acteurs du Lien Social et Familial : centres sociaux et socioculturels, associations d accueil de jeunes enfants, associations de développement social local Prévoyance

Plus en détail

CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES

CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES N 111 - SOCIAL n 30 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 23 août 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES Le dispositif du chèque-vacances

Plus en détail

Production agricole du Tarn et CUMA & ETARF du Tarn et de la Haute-Garonne CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE. Santé

Production agricole du Tarn et CUMA & ETARF du Tarn et de la Haute-Garonne CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE. Santé CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE Santé Production agricole du Tarn et CUMA & ETARF du Tarn et de la Haute-Garonne PROTECTION SOCIALE DES SALARIÉS NON-CADRES www.harmonie-mutuelle.fr LE REGIME FRAIS DE SANTE

Plus en détail

Comprendre votre nouveau régime frais de santé

Comprendre votre nouveau régime frais de santé Convention Collective Nationale des Détaillants en Chaussures Comprendre votre nouveau régime frais de santé Retraite I Prévoyance I Santé Épargne I Dépendance humanis.com LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ EN QUESTION

Plus en détail

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE : UN CALENDRIER EN TROIS TEMPS

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE : UN CALENDRIER EN TROIS TEMPS N 118 - SOCIAL n 58 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 18 décembre 2013 ISSN 1769-4000 GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE : UN CALENDRIER EN TROIS TEMPS L essentiel La loi n 2013-504

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES N 04-2015

CAHIER DES CHARGES N 04-2015 CAHIER DES CHARGES N 04-2015 GROUPEMENT DE COMMANDES RELATIF A L ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE POUR LA REALISATION D UN CAHIER DES CHARGES EN VUE DE FAIRE REALISER LES DIAGNOSTICS ET PLANS DE PREVENTION

Plus en détail

Le Centre technique des institutions de prévoyance

Le Centre technique des institutions de prévoyance Le Centre technique des institutions de prévoyance Dossier de presse Contact presse Miriana Clerc Tél. : 01 42 66 92 58 Courriel : clerc@ctip.asso.fr www.ctip.asso.fr Le CTIP, porte-parole des institutions

Plus en détail

Département du Bas-Rhin. Arrondissement de SAVERNE EXTRAIT DU PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

Département du Bas-Rhin. Arrondissement de SAVERNE EXTRAIT DU PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL Département du Bas-Rhin Arrondissement de SAVERNE EXTRAIT DU PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL Séance Ordinaire du 10/12/12 Sous la Présidence de M. l adjoint au Maire, Stéphane LEYENBERGER

Plus en détail

La Protection Sociale Complémentaire

La Protection Sociale Complémentaire Mise à jour au 05 / 12 / 2011 La Protection Sociale Complémentaire TEXTES DE REFERENCE Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale Décret

Plus en détail

del Employeur e La formation supérieure optimisée par l'apprentissage

del Employeur e La formation supérieure optimisée par l'apprentissage % $ e $ % del Employeur e $ % e % 1 La formation supérieure optimisée par l'apprentissage Pourquoi embaucher un apprenti? Quels engagements pour l employeur? L apprentissage, un atout incontournable de

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 8733. ENTREPRISES DE TRAVAUX AGRICOLES ET RURAUX ET CUMA (Tarn et Haute-Garonne) (11

Plus en détail

Contributions de l employeur et du Comité d entreprise aux régimes de complémentaire santé établis avant le 12 janvier 2012

Contributions de l employeur et du Comité d entreprise aux régimes de complémentaire santé établis avant le 12 janvier 2012 Suite à la circulaire n DSS/5B/2009/32 du 30 janvier 2009 Contributions de l employeur et du Comité d entreprise aux régimes de complémentaire santé établis avant le 12 janvier 2012 Conditions d exonération

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3198 Convention collective nationale IDCC : 29. ÉTABLISSEMENTS PRIVÉS D HOSPITALISATION,

Plus en détail

ACCORD DU 16 SEPTEMBRE 2005. Objet

ACCORD DU 16 SEPTEMBRE 2005. Objet MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national professionnel ENSEIGNEMENT AGRICOLE PRIVÉ (16 septembre 2005) (Bulletin officiel n o 2006-35) ACCORD DU 16 SEPTEMBRE 2005

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 04.16 Du 22/01/2016 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2016 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3249 Convention collective nationale IDCC : 1516. ORGANISMES DE FORMATION

Plus en détail

27 Janvier 2015 - Marseille. GROUPEMENTS D EMPLOYEURS et mutualisation de l emploi

27 Janvier 2015 - Marseille. GROUPEMENTS D EMPLOYEURS et mutualisation de l emploi 27 Janvier 2015 - Marseille GROUPEMENTS D EMPLOYEURS et mutualisation de l emploi Le CRGE Un outil régional à dimension nationale Un outil régional au service des politiques publiques de l emploi Le Centre

Plus en détail

Actualité prévoyance santé généralisation, exonération URSSAF, clauses de désignation. Maître Frank WISMER jeudi 25 février 2016

Actualité prévoyance santé généralisation, exonération URSSAF, clauses de désignation. Maître Frank WISMER jeudi 25 février 2016 Actualité prévoyance santé généralisation, exonération URSSAF, clauses de désignation Maître Frank WISMER jeudi 25 février 2016 Sommaire 1. Généralisation de la complémentaire santé LFSS 2016, décret 30.12.15,

Plus en détail

Convention collective nationale des entreprises d architecture. PRÉVOYANCE CONVENTIONNELLE Maintien de salaire, Maternité - Paternité

Convention collective nationale des entreprises d architecture. PRÉVOYANCE CONVENTIONNELLE Maintien de salaire, Maternité - Paternité PRÉVOYANCE CONVENTIONNELLE Maintien de salaire, Maternité - Paternité Notice d'information n 2945 SOMMAIRE Document à signer et à remettre à votre employeur..................................................

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE RETRAITE ET DE PREVOYANCE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE RETRAITE ET DE PREVOYANCE SOCIAL N 121 SOCIAL N 44 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 6 octobre 2006 ISSN 1769-4000 REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE RETRAITE ET DE PREVOYANCE La loi du 21 août 2003 portant

Plus en détail

LA PRÉVOYANCE chez PRO BTP. probtp.com

LA PRÉVOYANCE chez PRO BTP. probtp.com LA PRÉVOYANCE chez PRO BTP probtp.com Pourquoi choisir PRO BTP? Un contrat toujours conforme Les contrats PRO BTP garantissent durablement la conformité aux obligations conventionnelles en termes de garanties

Plus en détail

La Doc se déplace. Le 17 décembre 2015. - À Rennes, pour le CROEC Bretagne, afin de dispenser une

La Doc se déplace. Le 17 décembre 2015. - À Rennes, pour le CROEC Bretagne, afin de dispenser une DROIT DU TRAVAIL...2 CPA : les partenaires sociaux visent un accord de méthode pour février...2 Handicap : les nouvelles modalités de mise en œuvre de l OETH prévues par la loi Macron bientôt précisées...2

Plus en détail

Par délibération n 2013/5287 du 11 mars 2013, le Conseil municipal a approuvé les points suivants :

Par délibération n 2013/5287 du 11 mars 2013, le Conseil municipal a approuvé les points suivants : 2013/5691 Délégation Générale aux ressources humaines PROJET DE DELIBERATION AU CONSEIL MUNICIPAL DU 1 JUILLET 2013 Commission Ressources Humaines du 21 juin 2013 Objet : Complémentaire santé et prévoyance

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ETHIQUES

COMPLEMENTAIRES SANTE ETHIQUES LA MEDECINE LIBRE COMPLEMENTAIRES SANTE ETHIQUES ENSEMBLE, MILITONS POUR DES SOINS DE QUALITE! MISE EN PLACE D UNE MUTUELLE D ENTREPRISE MODE D EMPLOI TOUT CE QUE VOUS AVEZ BESOIN DE SAVOIR SUR LES CONTRATS

Plus en détail

Portabilité des garanties santé et prévoyance Les répercussions sur vos contrats

Portabilité des garanties santé et prévoyance Les répercussions sur vos contrats Portabilité des garanties santé et prévoyance Les répercussions sur vos contrats www.harmonie-mutuelle.fr Portabilité des droits Les répercussions sur vos contrats de Complémentaire santé et Prévoyance

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 04.17 Du 11/01/17 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2017 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

Portabilité des garanties santé et prévoyance Les répercussions sur vos contrats

Portabilité des garanties santé et prévoyance Les répercussions sur vos contrats Portabilité des garanties santé et prévoyance Les répercussions sur vos contrats www.harmonie-mutuelle.fr Portabilité des droits Les répercussions sur vos contrats de Complémentaire santé et Prévoyance

Plus en détail

Complémentaire Santé obligatoire et responsable

Complémentaire Santé obligatoire et responsable Complémentaire Santé obligatoire et responsable Le groupe Lourmel vous accompagne dans le choix de votre contrat au prix juste! Prévoyance, Retraite, Santé, Action Sociale des Industries Graphiques Votre

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 3 avril 2014 N de pourvoi: 13-15577 ECLI:FR:CCASS:2014:C200528 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Boutet, SCP Piwnica

Plus en détail

Vos contacts GUIDE DE L EMPLOYEUR. Régime de Prévoyance. Salariés non cadres de la production agricole relevant de l Accord National du 10 juin 2008

Vos contacts GUIDE DE L EMPLOYEUR. Régime de Prévoyance. Salariés non cadres de la production agricole relevant de l Accord National du 10 juin 2008 Vos contacts Si vous souhaitez obtenir des renseignements complémentaires sur ces garanties, n hésitez pas à prendre contact pour tous renseignements ou questions relatives : aux prestations d incapacité

Plus en détail

enf n une mutuelle qui sait que c est vous qui assurez.

enf n une mutuelle qui sait que c est vous qui assurez. le courtier expert du secteur sanitaire et social privé. enf n une mutuelle qui sait que c est vous qui assurez. un accompagnement et des services sur mesure pour vous aider à faire les meilleurs choix

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Décret n o 2007-1282 du 28 août 2007 relatif aux aides à l investissement immobilier

Plus en détail

TABLEAU DE LECTURE DU PROJET D ACCORD SUR LA COUVERTURE DES FRAIS DE SANTÉ DANS LA BRANCHE DU TRAVAIL TEMPORAIRE

TABLEAU DE LECTURE DU PROJET D ACCORD SUR LA COUVERTURE DES FRAIS DE SANTÉ DANS LA BRANCHE DU TRAVAIL TEMPORAIRE TABLEAU DE LECTURE DU PROJET D ACCORD SUR LA COUVERTURE DES FRAIS DE SANTÉ DANS LA BRANCHE DU TRAVAIL TEMPORAIRE Projet d accord ouvert à la signature AVIS Ce projet d accord, si on le compare avec ce

Plus en détail

Le régime prévoyance/santé des artistes et techniciens intermittents

Le régime prévoyance/santé des artistes et techniciens intermittents Le régime prévoyance/santé des artistes et techniciens intermittents MODE D EMPLOI des garanties collectives de prévoyance et santé au profit des artistes et techniciens du spectacle JUILLET 2015 RETRAITE

Plus en détail

ACCORD DU 13 JUIN 2012

ACCORD DU 13 JUIN 2012 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3212 Accords nationaux ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE Personnels intérimaires

Plus en détail

Supprimer la dernière phrase

Supprimer la dernière phrase DECRET N 85-397 DU 3 AVRIL 1985 RELATIF A L'EXERCICE DU DROIT SYNDICAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Modifié par : - Décret n 85-1230 du 23 novembre 1985 (J.O. du 24 novembre 1985) ; - Décret

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3117 Convention collective nationale IDCC : 843. BOULANGERIE-PÂTISSERIE (Entreprises

Plus en détail

14ème legislature. Texte de la question. Texte de la réponse

14ème legislature. Texte de la question. Texte de la réponse Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) http://www2.assemblee-nationale.fr/questions/detail/14/qe/81439 14ème legislature Question N : 81439 De Mme Marie-Christine Dalloz ( Les Républicains - Jura ) Question

Plus en détail

F L A S H S O C I A L - BAREMES

F L A S H S O C I A L - BAREMES SYNDICAT DES EMPLOYEURS DE MAIN-D'OEUVRE AGRICOLE DE L'AUDE - ZONE VITICOLE Montquiers - BP 1042 11 860Carcassonne Cedex 9 : 04.68.25.15.14 - Fax: 04.68.11.22.79 CERFRANCE Méditerranée Cabinet d expertise

Plus en détail

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES Les Chèques-Vacances, institués par l ordonnance n 82-283 du 26 mars 1982, sont des titres, de 10 et 20 euros,

Plus en détail

GRECE. La protection sociale en Europe - GRECE 1

GRECE. La protection sociale en Europe - GRECE 1 GRECE Les dépenses de protection sociale en Grèce représentent 24,5% du PIB. Le système grec est de logique bismarckienne, mais évolue depuis 1980 avec la mise en place d un service national de santé,

Plus en détail

Arrêts de travail : nous réglons tout pour vous

Arrêts de travail : nous réglons tout pour vous Arrêts de travail : nous réglons tout pour vous GARANTIE ARRÊTS DE TRAVAIL ENTREPRISES GARANTIE ARRÊTS DE TRAVAIL Les obligations légales et conventionnelles du bâtiment et des travaux publics prévoient

Plus en détail

Plafond de la sécurité sociale : il est fixé à 3218 / mois (3170 en 2015, revalorisation de 1,5 %).

Plafond de la sécurité sociale : il est fixé à 3218 / mois (3170 en 2015, revalorisation de 1,5 %). NOTE D INFORMATIONS SOCIALES 14/01/2016 Cotisations sociales pour 2016 Obligations déclaratives Frais de santé 2016 + frais de santé AGRICA Points APN au 1 er janvier 2016 Les changements au 1 er janvier

Plus en détail

Assainissement Non Collectif

Assainissement Non Collectif Charte départementale pour un Assainissement Non Collectif de qualité en Côte-d Or Charte départementale pour un Assainissement Non Collectif de qualité en Côte-d Or La charte, une action répondant aux

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS NON CADRES (Pyrénées-Atlantiques)

Plus en détail

Votre partenaire de confiance dans le 2e pilier. Etre proche de vous et évoluer ensemble en fonction de vos besoins

Votre partenaire de confiance dans le 2e pilier. Etre proche de vous et évoluer ensemble en fonction de vos besoins Votre partenaire de confiance dans le 2e pilier Etre proche de vous et évoluer ensemble en fonction de vos besoins Tout chef d entreprise responsable se doit d établir et d assurer un plan de prévoyance

Plus en détail

Principaux changements

Principaux changements Affaires sociales et formation professionnelle Principaux changements Les nouveautés au 1 er janvier 2014 Circulaire AS N 06.14 23/01/2014 Nous vous présentons ci-après les principales mesures à caractère

Plus en détail

PASSAGE AU CONTRAT RESPONSABLE AU 01/01/2016 :

PASSAGE AU CONTRAT RESPONSABLE AU 01/01/2016 : PASSAGE AU CONTRAT RESPONSABLE AU 01/01/2016 : Votre Comité d'entreprise est assisté par un avocat en droit du travail pour tous les sujets collectifs, pour vérifier le respect et la bonne application

Plus en détail

Élus locaux STATUT DE L ÉLU. ! Références :

Élus locaux STATUT DE L ÉLU. ! Références : Élus locaux CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Espace Performance 3-35769 SAINT GRÉGOIRE Cedex - www.cdg35.fr - Téléphone 02 99 23 31 00 - Télécopie 02 99 23 38 00 - E-mail : contact@cdg35.fr

Plus en détail

PRISE EN CHARGE PARTIELLE DES TRAJETS DOMICILE TRAVAIL

PRISE EN CHARGE PARTIELLE DES TRAJETS DOMICILE TRAVAIL DIFFUSION OCTOBRE 2010 PRISE EN CHARGE PARTIELLE DES TRAJETS DOMICILE TRAVAIL POUR LES AGENTS PUBLICS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITOTORIALE DATE D EFFET : 1er JUILLET 2010 TEXTES DE REFERENCE : Décret

Plus en détail

RÉGIME PROFESSIONNEL OBLIGATOIRE DE PRÉVOYANCE (RPO) *

RÉGIME PROFESSIONNEL OBLIGATOIRE DE PRÉVOYANCE (RPO) * Annexes RPO (2.8) RÉGIME PROFESSIONNEL OBLIGATOIRE DE PRÉVOYANCE (RPO) * Article 1er - Objet Le présent règlement définit les garanties prévues par l'article 1-26 de la Convention Collective Nationale

Plus en détail

FO BRANCHE BANQUE POPULAIRE

FO BRANCHE BANQUE POPULAIRE FO BRANCHE BANQUE POPULAIRE R.S CHSCT D.S IPBP C.E D.P RSS C.I.E Guide P ratique du Salarié FO Vous êtes salarié(e) de la Branche Banque Populaire La taille et la complexité de son organisation ne permettent

Plus en détail

Memento Version Janvier Salariés Régime Général

Memento Version Janvier Salariés Régime Général Memento 2008 Version Janvier 2008 Salariés Régime Général CHARGES SOCIALES SUR SALAIRE (Taux au 01/01/2008, en %) TAXES DIVERSES PRÉV. RETRAITES COMPLÉMENTAIRES ASSEDIC SÉCURITÉ SOCIALE / URSSAF Employeur

Plus en détail

NEGOCIATION CCCA-BTP JEUDI 15 OCT 2015 COMPLEMENTAIRE SANTE MUTUELLE PRO-BTP- A - Cadre juridique de la négociation et calendrier : B- Discussion :

NEGOCIATION CCCA-BTP JEUDI 15 OCT 2015 COMPLEMENTAIRE SANTE MUTUELLE PRO-BTP- A - Cadre juridique de la négociation et calendrier : B- Discussion : NEGOCIATION CCCA-BTP JEUDI 15 OCT 2015 COMPLEMENTAIRE SANTE MUTUELLE PRO-BTP- (2ème réunion après celle du 28/09/2015) A - Cadre juridique de la négociation et calendrier : Info ou rappel aux camarades

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION SOMMITALE IRP AUTO

STATUTS DE L ASSOCIATION SOMMITALE IRP AUTO STATUTS DE L ASSOCIATION SOMMITALE IRP AUTO (Approuvés par l assemblée générale extraordinaire du 21 novembre 2013 et validés par la lettre AGIRC ARRCO du 10 janvier 2014) (d après les statuts de référence

Plus en détail

Note synthétique d Adéis

Note synthétique d Adéis Note synthétique d Adéis Les 3 décrets d application relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise Degré élevé de solidarité mentionné à l article L912-1 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

DécouvreZ Votre régime De Remboursement Frais de santé

DécouvreZ Votre régime De Remboursement Frais de santé SANTÉ Convention Collective Nationale des Entreprises de Prévention et Sécurité Salariés DécouvreZ Votre régime De Remboursement Frais de santé VOTRE Régime SURCOMPLÉMENTAIRE frais de santé Les garanties

Plus en détail

DE CÔTE D OR, NIEVRE ET YONNE

DE CÔTE D OR, NIEVRE ET YONNE COUVERTURE SANTE DES SALARIES NON CADRES DE L AGRICULTURE DE CÔTE D OR, NIEVRE ET YONNE QUEL EST L OBJET DE CET ACCORD Il crée une assurance santé gérée par GROUPAMA/ANIPS et AGRICA Equivalent d une mutuelle

Plus en détail

Protection sociale complémentaire des agents territoriaux en Saône et Loire

Protection sociale complémentaire des agents territoriaux en Saône et Loire Protection sociale complémentaire des agents territoriaux en Saône et Loire Une nouvelle réglementation pour quoi faire? Atteindre un objectif social : Développer la solidarité entre les agents (actifs

Plus en détail

De nouvelles règles pour les comités d entreprise européens. Présentation de la directive 2009/38/CE

De nouvelles règles pour les comités d entreprise européens. Présentation de la directive 2009/38/CE Édition 2011 De nouvelles règles pour les comités d entreprise européens Présentation de la directive 2009/38/CE Des comités d entreprise européens Pour quoi faire? Un comité d entreprise européen (CEE)

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Contrat aidé MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

Régime Frais de Santé au 1 er Janvier 2016

Régime Frais de Santé au 1 er Janvier 2016 Régime Frais de Santé au 1 er Janvier 2016 des collaborateurs du Notariat APGIS Institution de Prévoyance agréée par le Ministère chargé de la Sécurité sociale sous le N 930, régie par les articles L.931-1

Plus en détail

LIMITES INFERIEURES ET SUPERIEURES DES TRANCHES B et C SOUMISES A COTISATIONS

LIMITES INFERIEURES ET SUPERIEURES DES TRANCHES B et C SOUMISES A COTISATIONS 1. LIMITES INFERIEURES ET SUPERIEURES DES TRANCHES B et C SOUMISES A COTISATIONS Références : Arrêté du 12 décembre 2012 (J.O. du 21 décembre 2012) portant fixation du plafond de la sécurité sociale pour

Plus en détail

Votre statut d'expatrié rend votre protection en santé et prévoyance facultative. Pour conserver les mêmes avantages que ceux dont vous disposiez en

Votre statut d'expatrié rend votre protection en santé et prévoyance facultative. Pour conserver les mêmes avantages que ceux dont vous disposiez en Santé Prévoyance Votre statut d'expatrié rend votre protection en santé et prévoyance facultative. Pour conserver les mêmes avantages que ceux dont vous disposiez en France, LE PACK couvre efficacement

Plus en détail

La complémentaire santé obligatoire pour tous les salariés au 1er janvier 2016 LES SOLUTIONS PRO BTP. probtp.com

La complémentaire santé obligatoire pour tous les salariés au 1er janvier 2016 LES SOLUTIONS PRO BTP. probtp.com La complémentaire santé obligatoire pour tous les salariés au 1er janvier 2016 LES SOLUTIONS PRO BTP probtp.com Avec PRO BTP La solidarité a du sens À la souscription Pas de questionnaire médical. Prise

Plus en détail

Master en alternance dans l enseignement supérieur. Vade mecum à destination des étudiant(es)

Master en alternance dans l enseignement supérieur. Vade mecum à destination des étudiant(es) Master en alternance dans l enseignement supérieur Vade mecum à destination des étudiant(es) Préambule Ce document ne préjuge pas de l évolution des législations ni de l indexation et/ou des modifications

Plus en détail

LIMITES INFERIEURES ET SUPERIEURES DES TRANCHES B et C SOUMISES A COTISATIONS

LIMITES INFERIEURES ET SUPERIEURES DES TRANCHES B et C SOUMISES A COTISATIONS 1. LIMITES INFERIEURES ET SUPERIEURES DES TRANCHES B et C SOUMISES A COTISATIONS Références : Arrêté du 18 novembre 2009 (J.O. du 26 novembre 2009) portant fixation du plafond de la sécurité sociale pour

Plus en détail

CHROMA SANTÉ Une protection santé complète au prix juste!

CHROMA SANTÉ Une protection santé complète au prix juste! Prévoyance, Retraite, Santé, Action Sociale des Industries Graphiques CHROMA SANTÉ Une protection santé complète au prix juste! Tarifs mutualistes destinés aux salariés et retraités des Industries Graphiques

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PRÉVOYANCE 2015

RÈGLEMENT DE PRÉVOYANCE 2015 Caisse de pensions des bouchers (proparis Fondation de prévoyance arts et métiers Suisse) RÈGLEMENT DE PRÉVOYANCE 2015 Première partie: plan de prévoyance S5, S5U Le présent plan de prévoyance entre en

Plus en détail

Janvier 2017 : Tableau de bord paie

Janvier 2017 : Tableau de bord paie Janvier 2017 : Tableau de bord paie Données sociales Le plafond de la sécurité sociale : Depuis le 1er janvier 2017, le plafond mensuel de sécurité sociale est de 3269 (PASS 39228 ) Bon d achat et cadeaux

Plus en détail

LA PLASTURGIE F D É RATIO N

LA PLASTURGIE F D É RATIO N LA PLASTURGIE F D É RATIO N ACCORD «FORFAIT JOURS» EN DATE DU 15 MAI 2013 MODIFIANT L ANNEXE VI DE LA CONVENTION COLLECTWE NATIONALE DE LA PLASTURGIE 1 La rénovation de cette annexe étant l occasion d

Plus en détail

Comment est indemnisé un arrêt maladie?

Comment est indemnisé un arrêt maladie? 1501121 IRP Comment est indemnisé un arrêt maladie? Pour compenser tout ou partie de leur salaire, les personnes en arrêt de travail pour maladie ou accident non professionnel reçoivent des indemnités.

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Janvier 2016 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise France métropolitaine, Départements et Régions d Outre-Mer BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE DANS L ANIMATION

COMPLEMENTAIRE SANTE DANS L ANIMATION COMPLEMENTAIRE SANTE DANS L ANIMATION Lors de l adoption de la loi de sécurisation de l emploi, en juin 2013, l adhésion à une couverture complémentaire santé pour les salariés est rendue obligatoire.

Plus en détail

LE REGLEMENT MUTUALISTE

LE REGLEMENT MUTUALISTE LE REGLEMENT MUTUALISTE Relevant du livre II SIREN 776 950 677 Mutuelles de France 70 Boulevard Matabiau BP 7051 31069 TOULOUSE CEDEX 7 Tél 0 810 131 111 Fax 05 61 63 03 77 Règlement Mutualiste MUTAMI

Plus en détail

Crépol le 14 Janvier 2013

Crépol le 14 Janvier 2013 26350 Crépol «nom_et_prénom» Crépol le 14 Janvier 2013 Objet : DUE Déclaration Unilatérale de l Employeur Ecrit constatant la décision unilatérale de l employeur d instituer un régime Frais de Santé obligatoire

Plus en détail

«La protection sociale du dirigeant» 18 Novembre 2015 / 9h-10h

«La protection sociale du dirigeant» 18 Novembre 2015 / 9h-10h «La protection sociale du dirigeant» 18 Novembre 2015 / 9h-10h RV CREATION REPRISE D ENTREPRISES DANS LA LOIRE Roanne 18 Novembre 2015 2 30/11/2015 La Protection Sociale du Travailleur Indépendant 3 30/11/2015

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT

Plus en détail

Le télétravail LE TELETRAVAIL

Le télétravail LE TELETRAVAIL LE TELETRAVAIL 1. Quelle est la définition du télétravail? 2. Quelle est la portée de l ANI du 19 juillet 2005 sur le télétravail pour les adhérents de la FEHAP? 3. Faut-il un accord collectif pour mettre

Plus en détail

STATUTS MUTUELLE NATIONALE DES HOSPITALIERS ET DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL

STATUTS MUTUELLE NATIONALE DES HOSPITALIERS ET DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL STATUTS MUTUELLE NATIONALE DES HOSPITALIERS ET DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL ÉDITION NOVEMBRE 2015 SOMMAIRE TITRE I : FORMATION, OBJET ET COMPOSITION DE LA MUTUELLE Chapitre I : Formation

Plus en détail

DPEA Management des projets urbains durables 2015/2016

DPEA Management des projets urbains durables 2015/2016 STAGES Année universitaire 2015-2016 CONVENTION DE STAGE DPEA Management des projets urbains durables 2015/2016 ENTRE D UNE PART : L ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE D ARCHITECTURE DE MONTPELLIER REPRÉSENTÉE

Plus en détail

APPRENTIS BASES DE COTISATIONS SOCIALES 2017

APPRENTIS BASES DE COTISATIONS SOCIALES 2017 Références Code du travail APPRENTIS BASES DE COTISATIONS SOCIALES 2017 Loi n 92-675 du 17 juillet 2015 portant diverses dispositions relatives à l apprentissage et à la formation professionnelle Arrêté

Plus en détail

Le Petit. Paie. Les pratiques clés en 21 fiches. Jean-Pierre Taïeb

Le Petit. Paie. Les pratiques clés en 21 fiches. Jean-Pierre Taïeb Le Petit 2015 Paie Les pratiques clés en 21 fiches Jean-Pierre Taïeb le Petit paie Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage ACOSS : Agence centrale des organismes de Sécurité sociale AGFF : Association

Plus en détail

LES CAHIERS DU PÔLE ALIMENTAIRE. Chantier prioritaire 2013 PANORAMA DES RÉGIMES DE PRÉVOYANCE DES BRANCHES DE L ALIMENTAIRE

LES CAHIERS DU PÔLE ALIMENTAIRE. Chantier prioritaire 2013 PANORAMA DES RÉGIMES DE PRÉVOYANCE DES BRANCHES DE L ALIMENTAIRE LES CAHIERS DU PÔLE ALIMENTAIRE Chantier prioritaire 2013 PANORAMA DES RÉGIMES DE PRÉVOYANCE DES BRANCHES DE L ALIMENTAIRE SOMMAIRE PRÉSENTATION LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES Zoom sur les capitaux décès

Plus en détail

APPRENTIS BASES DE COTISATIONS SOCIALES 2017

APPRENTIS BASES DE COTISATIONS SOCIALES 2017 Références Code du travail APPRENTIS BASES DE COTISATIONS SOCIALES 2017 Loi n 92-675 du 17 juillet 2015 portant diverses dispositions relatives à l apprentissage et à la formation professionnelle Arrêté

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES

CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES Entre les Soussignés : LTP CARCADO-SAISSEVAL 121 Boulevard Raspail 75006 PARIS 01 45 48 43 46 Représenté par le Chef d Etablissement Monsieur

Plus en détail

APPRENTIS BASES DE COTISATIONS SOCIALES 2017

APPRENTIS BASES DE COTISATIONS SOCIALES 2017 Références Code du travail APPRENTIS BASES DE COTISATIONS SOCIALES 2017 Loi n 92-675 du 17 juillet 2015 portant diverses dispositions relatives à l apprentissage et à la formation professionnelle Arrêté

Plus en détail

DÉCISION DU COMITÉ MIXTE DE L EEE N o 76/2011 du 1 er juillet 2011 modifiant l annexe VI (Sécurité sociale) et le protocole 37 de l accord EEE

DÉCISION DU COMITÉ MIXTE DE L EEE N o 76/2011 du 1 er juillet 2011 modifiant l annexe VI (Sécurité sociale) et le protocole 37 de l accord EEE 6.10.2011 Journal officiel de l Union européenne L 262/33 DÉCISION DU COMITÉ MIXTE DE L EEE N o 76/2011 du 1 er juillet 2011 modifiant l annexe VI (Sécurité sociale) et le protocole 37 de l accord EEE

Plus en détail

5 AUTRES IDÉES POUR RÉDUIRE SES IMPÔTS

5 AUTRES IDÉES POUR RÉDUIRE SES IMPÔTS 5 AUTRES IDÉES POUR RÉDUIRE SES IMPÔTS Il existe de multiples aides fiscales liées à la famille, d autres aux personnes dépendantes ou encore aux dons et cotisations. Revue de détail. 1- SE FAIRE AIDER

Plus en détail

RÉGIME DE PRÉVOYANCE. Production agricole ANNEXE AUX CONDITIONS GÉNÉRALES

RÉGIME DE PRÉVOYANCE. Production agricole ANNEXE AUX CONDITIONS GÉNÉRALES RÉGIME DE PRÉVOYANCE Production agricole Régime conventionnel national de frais de prévoyance des salariés non cadre en agriculture www.groupama.fr ANNEXE AUX CONDITIONS GÉNÉRALES ANNEXE AUX CONDITIONS

Plus en détail

TABLEAU DE BORD au 1 er Avril 2014

TABLEAU DE BORD au 1 er Avril 2014 TABLEAU DE BORD au 1 er Avril 2014 Dernière mise à jour Avril 2014 ENFANTS DE MOINS DE 20 ANS Allocation d Education de l Enfant Handicapé (AEEH) Allocation de base : 129.99 /mois Compléments mensuels

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES PROTECTION SOCIALE. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES PROTECTION SOCIALE. Direction de la sécurité sociale PROTECTION SOCIALE Prestations familiales MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction de la sécurité sociale Sous-direction

Plus en détail