LES TRAUMATISMES CRÂNIENS CÉRÉBRAUX

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES TRAUMATISMES CRÂNIENS CÉRÉBRAUX"

Transcription

1 LES TRAUMATISMES CRÂNIENS CÉRÉBRAUX CHEZ LES ATHLÈTES ADOLESCENTS : FUGACES OU TENACES? Joseph Abou Kheir Wassim Chatoo Résidents 1 - Médecine familiale 26 mai 2015

2 PLAN I. Introduction II. III. IV. Question PICO Présentation des résultats Discussion V. Conclusion

3 INTRODUCTION DÉFINITION Une commotion cérébrale, aussi appelé traumatisme crânien cérébral (TCC), est une altération de l état de conscience suite à un trauma, pouvant être associée ou non à une perte de conscience. 1 ÉPIDÉMIOLOGIE - 1,6 à 3,8 millions de TCC par année reliés aux sports aux États-Unis 2-50 à 84% des athlètes au secondaire ont rapportés des symptômes de commotions 3

4 INTRODUCTION Effets à long terme de TCC liés aux sports demeurent peu connus. Chez l adulte : association possible entre les TCC et l encéphalopathie traumatique chronique 4. Athlètes adolescents semblent plus vulnérable aux TCC que les athlètes plus âgés 5,6,7 Hypothèses : - Ratio tête/corps plus grand - Boîte crânienne plus mince - Faiblesse des muscles du cou

5 QUESTION PICO Quelles sont les conséquences cliniques à long terme des traumatismes crâniens cérébraux (TCC) chez les adolescents pratiquant des sports?

6 MÉTHODOLOGIE Brain concussion (or) concussion (or) brain injury (or) post-concussion symptoms (or) post-concussion syndrome sport(s) (or) athlete(s) mental test (or) neuropsychological test AND AND AND adolescent (or) juvenile 71 articles potentiels 13 articles identifiés et lus CRITÈRES D INCLUSION - Patients adolescents (12 à 18 ans) - Contexte sportif - Conséquences à long terme (temps moyen 6 mois) - Répercussions cliniques - Langue (anglais et français) CRITÈRES D EXCLUSION 4 articles retenus - Opinions d experts - Revues de littérature

7 RÉSULTATS ÉTUDE 1 Early Indicators of Enduring Symptoms in High School Athletes With Multiple Previous Concussions Auteurs : Schatz et al. Pays : États-Unis Revue : Neurosurgery Juin 2011

8 RÉSULTATS ÉTUDE 1 SCHATZ (2011) Type d étude Population étudiée Nombre de patients Intervention Étude multicentrique rétrospective Athlètes du secondaire âgés entre 12 et 16,9 ans (aucune, une ou 2 commotions antérieures) 616 patients Commotions cérébrales. Temps moyen depuis dernière commotion = 2 ans «Outcome» Présence de symptômes cognitifs, émotionnels et physiques Instrument Questionnaire «Post-Concussion Symptom Scale» Résultats Conclusion Les athlètes avec 2 commotions sont significativement plus susceptibles de présenter des symptômes les athlètes avec 1 ou aucune commotion antérieure. Les athlètes avec des antécédents de 2 commotions cérébrales ont rapporté un taux plus élevé de céphalées, de problèmes d équilibres et de vertiges. Les jeunes athlètes ayant subit 2 commotions pourraient présenter à long terme un taux légèrement plus élevé de symptômes physiques, cognitifs et reliés au sommeil.

9 RÉSULTATS ÉTUDE 2 Prolonged Effects of Concussion in High School Athletes Auteurs : Moser, Schatz et Jordan Pays : États-Unis Revue : Neurosurgery Août 2005

10 RÉSULTATS ÉTUDE 2 MOSER, SCHATZ ET JORDAN (2005) Type d étude Population étudiée Nombre de patients Étude prospective Athlètes du secondaire âgés entre 13 et 19 ans aucune commotion antérieure 1 commotion antérieure il y a plus de 6 mois 2 commotions antérieures dont la dernière il y a plus de 6 mois une commotion dans la dernière semaine 238 patients Intervention Commotions cérébrales. Temps moyen depuis dernière commotion = 6 mois «Outcome» Effets neuropsychologiques perdurant suite à des commotions cérébrales Instrument Résultats Conclusion «Trail Making Test» + Questionnaire RBANS (mémoire immédiate et de rappel, fonctions visuo-constructives, langage et attention) Les athlètes avec 2 commotions antérieures ne peuvent être différenciés de ceux ayant eu une commotion dans la dernière semaine, notamment au niveau des déficits de l attention soutenue, de la flexibilité cognitive et de la vitesse d analyse de l information. Possible effet neuropsychologique subtil persistant à long terme chez les jeunes athlètes ayant eu 2 commotions cérébrales ou plus par le passé.

11 RÉSULTATS ÉTUDE 3 Enduring Effects of Concussion in Youth Athletes Auteurs : Moser et Schatz Pays : États-Unis Revue : Archives of Clinical Neuropsychology 2002

12 RÉSULTATS ÉTUDE 3 MOSER (2002) Type d étude Étude prospective Population étudiée Athlètes âgés de 14 à 19 ans divisés en 3 groupes : 1. 1 ou aucune commotion antérieure (dernière il y a plus de 6 mois) 2. 2 commotions antérieures (dernière il y a plus de 6 mois) 3. Commotion dans la dernière semaine Nombre de patients Intervention 35 patients Commotions cérébrales. «Outcome» Conséquences neuropsychologiques persistantes Instrument Résultats Conclusion Test RBANS (mémoire immédiate et de rappel, fonctions visuo-constructives, langage et attention) Performance signif. plus faible du groupe 3 p/r aux groupes 1 et 2 combinés Performance signif. meilleure du groupe 1 p/r au groupe 3. Aucune différence significative entre les résultats du groupe 2, et ceux du groupe 3 (notamment au niveau de la baisse de performance des fonctions neuropsychologiques, de l attention et de la vitesse cognitive). Les jeunes athlètes avec 2 commotions antérieures pourraient présenter de légers effets neuropsychologiques persistants suite à ces commotions.

13 RÉSULTATS ÉTUDE 4 Mild traumatic brain injury: A description of how children and youths between 16 and 18 years of age perform leisure activities after 1 year Auteurs : Jonsson et Andersson Pays : Suède Revue : Developmental Neurorehabilitation Février 2013

14 RÉSULTATS ÉTUDE 4 JONSSON ET ANDERSSON (2013) Type d étude Population étudiée Nombre de patients Étude rétrospective Adolescents entre 16 et 18 ans ayant eu une commotion il y a 1 an 73 patients Intervention Commotions cérébrales «Outcome» La performance dans les activités de loisirs Instrument Résultats Conclusion Questionnaire «Interest Checklist» suite à la commotion + 1 an après Baisse d intérêt statistiquement significative chez les adolescents au niveau d activités de différentes catégories (activités de la vie quotidienne et activités sociales, culturelles et physiques) Cette étude démontre que les adolescents présentent une diminution d intérêt dans plusieurs activités de loisir 1 an après avoir subi un TCC.

15 DISCUSSION TABLEAU COMPARATIF Critères Études Auteurs Schatz Moser Moser Jonsson Devis Rétrospective Prospective Prospective Rétrospective Population étudiée (âge moyen) Athlètes (12 à 16,9 ans) Athlètes (13 à 19 ans) Athlètes (14 à 19 ans) Adolescents (16 à 18 ans) Nombre de patients Intervention étudiée Commotions Commotions Commotions Commotions Outcome Sx cognitifs, émotionnels et physiques Sx neuropsychologiques persistants Sx neuropsychologiques persistants Performance dans les activités de loisirs Résultats Athlètes avec 2 commotions : céphalées, équilibre, vertige + sx cognitifs et reliés au sommeil Athlètes avec 2 commotions : attention, flexibilité cogn. et vitesse d analyse Athlètes avec 2 commotions : fcts neuro-psychologiques, attention, vitesse cognitive intérêt a/n de plusieurs activités

16 DISCUSSION VALIDITÉ INTERNE FAIBLESSES Faible puissance des études 3 et 4 (n = 35 et n = 73). Biais de volontaires (études 2 et 3) : - Participants + préoccupés par leur santé Rapportent + de Sx Biais de souvenir : - Hx de commotions effectuées par un questionnaire aux participants. - On évalue les effets à long terme des participants (dont la mémoire) en leur demandant de se rappeler de leurs Sx de commotions il y a plusieurs mois. - DONC : possible du nombre de commotions antérieures et des Sx rapportés

17 DISCUSSION VALIDITÉ INTERNE FAIBLESSES Questionnaire RBANS (utilisé dans les études 2 et 3) - Pas conçu initialement pour les adolescents - Problématique avec la normalisation selon l âge pour le niveau cognitif et la maturité? Études évaluant les effets à long terme - MAIS période de suivi demeure relativement courte (dernières commotions 6 mois à 2 ans)

18 DISCUSSION VALIDITÉ INTERNE FORCES Bonne puissance des études 1 et 2 (n = 616 et n = 238). Peu de pertes au suivi Population visée par notre recherche bien représentée

19 DISCUSSION VALIDITÉ EXTERNE Participation des athlètes à une grande variété de sports Participation des athlètes dans des équipes amateures Bonne représentation de la population adolescente générale

20 CONCLUSION Sujet préoccupant vu grande incidence Possibilité d effets neuropsychologiques à long terme suggérés par les études. Changements a/n de la poursuite des activités de loisirs? Effet cumulatif des commotions? (différences notées chez les 2 commotions)

21 CONCLUSION DANS MA PRATIQUE Médecine de famille = au coeur de la première ligne Rôle primordial dans le dépistage et la prévention des TCC - TCC encore mal reconnus par les athlètes et leurs entraineurs - Important de sensibiliser les athlètes et leurs entraineurs aux Sx des TCC et à leurs effets potentiels à long terme. - Retrait de jeu préventif après un certain nombre de TCC? (vu effet cummulatif possible) - ÉQUIPEMENT DE PROTECTION!

22 CONCLUSION OUVERTURE Peu d études disponibles sur le sujet. Études supplémentaires effectuées chez les adolescents et échelonnées sur une plus longue période seraient nécessaires afin mieux identifier les conséquences à long terme (encéphalopathie traumatique chronique?)

23 DES QUESTIONS?

24 BIBLIOGRAPHIE

25 BIBLIOGRAPHIE 1 American Academy of Neurology. Practice Parameter - The management of concussion in sports (summary statement). Neurology, March 1997 vol. 48 no Center for Disease Control. Heads up and sports concussion. Center for Disease Control; American Medical Society for Sports Medicine position statement: concussion in sport. Harmon KG et al ; American Medical Society for Sports Medicine. Clin J Sport Med Jan;23(1): Gavett BE, Stern RA, McKee AC. Chronic traumatic encephalopa- thy: a potential late effect of sport-related concussive and subcon- cussive head trauma. Clin Sports Med. 2011;30(1): xi 5 Webbe FM, Barth JT. Short-term and long-term outcome of athletic closed head injuries. Clin Sports Med 2003; 22: Lovell MR, Collins MW, Iverson GL, et al. Grade 1 or ding concussions in high school athletes. Am J Sports Med 2004; 32: McKeever CK, Schatz P. Current issues in the identification, assessment, and management of concussions in sports-related injuries. Appl Neuropsychol 2003; 10:4 11

Une offre de service. Approche auprès des personnes ayant un avec une lente évolution. TCC grave

Une offre de service. Approche auprès des personnes ayant un avec une lente évolution. TCC grave Julie Dionne, D. Psy, neuropsychologue Manon Voyer, ergothérapeute et leader de pratiques cliniques Une offre de service 10 e congrès AERDPQ Approche auprès des personnes ayant un avec une lente évolution

Plus en détail

COMMOTIONS CÉRÉBRALES AU SPORT, QU EN EST-IL DES EFFETS À LONG TERME? PAR FIRYEL MRAD RÉSIDENTE I MÉDECINE FAMILIALE CLSC DES FAUBOURGS 30 MAI 2014

COMMOTIONS CÉRÉBRALES AU SPORT, QU EN EST-IL DES EFFETS À LONG TERME? PAR FIRYEL MRAD RÉSIDENTE I MÉDECINE FAMILIALE CLSC DES FAUBOURGS 30 MAI 2014 COMMOTIONS CÉRÉBRALES AU SPORT, QU EN EST-IL DES EFFETS À LONG TERME? PAR FIRYEL MRAD RÉSIDENTE I MÉDECINE FAMILIALE CLSC DES FAUBOURGS 30 MAI 2014 PACIORETTY UNE DES VICTIMES! INTRODUCTION Toutes les

Plus en détail

Dominique BELCOUR DESC Réanimation Médicale Bordeaux, juin 2008

Dominique BELCOUR DESC Réanimation Médicale Bordeaux, juin 2008 Dominique BELCOUR DESC Réanimation Médicale Bordeaux, juin 2008 Introduction En France: 70% décès à l hôpital 50% en réanimation 53% décès dans contexte de LATA (LATAREA, 1997) 69 % des familles ont des

Plus en détail

ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN

ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE ADULTE : ÉTUDE PROSPECTIVE Communication orale n 24 François HERVY Pharmacien assistant spécialiste CHU de Bordeaux 2 CONTEXTE ET

Plus en détail

Les troubles anxieux et de toxicomanie concomitants chez les jeunes

Les troubles anxieux et de toxicomanie concomitants chez les jeunes Les troubles anxieux et de toxicomanie concomitants chez les jeunes Lucy Cumyn, Ph.D. le 8 novembre 2011 Session d échanges Programme de formations croisées Institut universitaire en santé mentale Douglas

Plus en détail

2 ème Journée Universitaire de Médecine d Auverg Générale ne

2 ème Journée Universitaire de Médecine d Auverg Générale ne 2 ème Journée Universitaire de Médecine d Auverg Générale ne IMPACT D UNE FORMATION SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE EN MEDECINE GENERALE: Étude prospective comparative entre médecins généralistes formés et non

Plus en détail

Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques

Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques Traumatisme crânien léger définition, questions méthodologiques Philippe Azouvi Service de MPR Hôpital Raymond Poincaré (AP-HP), Garches EA 4047, Université de Versailles-Saint-Quentin Distinguer Le traumatisme

Plus en détail

Dix de chute(s) Données d inclusion d une étude clinique prospective, The GABI Study

Dix de chute(s) Données d inclusion d une étude clinique prospective, The GABI Study Dix de chute(s) Données d inclusion d une étude clinique prospective, The GABI Study Contexte Apport de l analyse instrumentale de la marche Association au risque de chute B. Maki et al., J Am Geriatr

Plus en détail

Introduction aux plans expérimentaux

Introduction aux plans expérimentaux Licence 3 Semestre 5 Initiation à la recherche dans le domaine des Sciences et Techniques de la Réadaptation Introduction aux plans expérimentaux Laure HUOT laure.huot@chu-lyon.fr Unité de Recherche Clinique,

Plus en détail

Atelier 2. Gestion de la fatigue et SEP : programme FACETS

Atelier 2. Gestion de la fatigue et SEP : programme FACETS FACETS Mme Bernadette MERCIER Psychologue spécialisée en Neuropsychologie Réseau Rhône-Alpes SEP, Lyon Journée Rhônalpine d information sur la Sclérose en Plaques (SEP) pour les professionnels de santé

Plus en détail

Syndrome de fatigue chronique: les psychostimulants, une option de traitement? Projet d érudition 27 mai 2016 Gabrielle Fillion UMF Verdun

Syndrome de fatigue chronique: les psychostimulants, une option de traitement? Projet d érudition 27 mai 2016 Gabrielle Fillion UMF Verdun Syndrome de fatigue chronique: les psychostimulants, une option de traitement? Projet d érudition 27 mai 2016 Gabrielle Fillion UMF Verdun Plan de la présentation Mise en contexte Méthodologie Présentation

Plus en détail

L ACTIVITÉ PHYSIQUE AMÉLIORE-T-ELLE LES SYMPTÔMES CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS DE FIBROMYALGIE?

L ACTIVITÉ PHYSIQUE AMÉLIORE-T-ELLE LES SYMPTÔMES CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS DE FIBROMYALGIE? L ACTIVITÉ PHYSIQUE AMÉLIORE-T-ELLE LES SYMPTÔMES CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS DE FIBROMYALGIE? PAR EMANUELLE BOULET DUPUIS ET KAROL-ANN DUPONT RÉSIDENTES 1 UMF SHAWINIGAN 30 mai 2014 Supervisé par: Dr Frédéric

Plus en détail

Dernier consensus en pneumologie pour la réadaptation respiratoire. Didier Saey pht.,phd.

Dernier consensus en pneumologie pour la réadaptation respiratoire. Didier Saey pht.,phd. Dernier consensus en pneumologie pour la réadaptation respiratoire Didier Saey pht.,phd. Didier.saey@criucpq.ulaval.ca Février 2015 1 Le cercle vicieux de la MPOC Comorbidités http://copdnewsofthe day.com/?p=2898.

Plus en détail

EVALUATION DE LA PEUR DE L ACCOUCHEMENT EN FIN DE GROSSESSE ETUDE DE FAISABILITÉ

EVALUATION DE LA PEUR DE L ACCOUCHEMENT EN FIN DE GROSSESSE ETUDE DE FAISABILITÉ EVALUATION DE LA PEUR DE L ACCOUCHEMENT EN FIN DE GROSSESSE ETUDE DE FAISABILITÉ Leclerc M, Barasinski C, Auclair C, Vendittelli F 1 Introduction (1) Douleur : une des principales craintes des femmes.

Plus en détail

TABAC ET QUALITE DE VIE AU COURS DE LA MALADIE DE CROHN

TABAC ET QUALITE DE VIE AU COURS DE LA MALADIE DE CROHN TABAC ET QUALITE DE VIE AU COURS DE LA MALADIE DE CROHN Jacques Cosnes hopital St-Antoine & Université Paris VI 2015 Tabac & Crohn 1 Tabac, M de Crohn et qualité de vie - Rappel sur la M de Crohn - Effet

Plus en détail

Bénévolat : Une intervention en activité physique pour les personnes âgées Programme. Experience Corps à Baltimore

Bénévolat : Une intervention en activité physique pour les personnes âgées Programme. Experience Corps à Baltimore Bénévolat : Une intervention en activité physique pour les personnes âgées Programme Fiche No 41 Experience Corps à Baltimore Tan EJ, Xue Q, Li T, Carlson MC, Fried LP. Volunteering: A Physical Activity

Plus en détail

Intensive Care medicine, mai Aurèle BUZANCAIS DES Nephrologie DESC Réanimation 3 Juin 2013

Intensive Care medicine, mai Aurèle BUZANCAIS DES Nephrologie DESC Réanimation 3 Juin 2013 Intensive Care medicine, mai 2013 Aurèle BUZANCAIS DES Nephrologie DESC Réanimation 3 Juin 2013 PLAN Introduction Objectif Matériel et méthodes Résultats Limites Conclusion Introduction Amélioration de

Plus en détail

Traumatismes crâniens bénins, sans conséquence fonctionnelles?

Traumatismes crâniens bénins, sans conséquence fonctionnelles? Traumatismes crâniens bénins, sans conséquence fonctionnelles? 24 mars 2011 Cyrille Capel Réunion du DES de neurochirurgie Cap Hornu Définition du TCL De Kruijk, Brain Inj, 2001 : GCS = 14 ou 15 au SAU

Plus en détail

La commotion cérébrale, ce n est pas un geste héroïque! Jean-Baptiste Pellissier Haute-Broye, le 8 janvier 2016

La commotion cérébrale, ce n est pas un geste héroïque! Jean-Baptiste Pellissier Haute-Broye, le 8 janvier 2016 La commotion cérébrale, ce n est pas un geste héroïque! Jean-Baptiste Pellissier Haute-Broye, le 8 janvier 2016 Pourquoi parler de la commotion cérébrale (CC)? La commotion, ce n est pas un geste héroïque!

Plus en détail

Peut-on proposer une alternative à l échographie dans le suivi de l IVG médicale? Maude Côté-Leduc UMF Notre-Dame - 29 mai 2015

Peut-on proposer une alternative à l échographie dans le suivi de l IVG médicale? Maude Côté-Leduc UMF Notre-Dame - 29 mai 2015 + Peut-on proposer une alternative à l échographie dans le suivi de l IVG médicale? Maude Côté-Leduc UMF Notre-Dame - 29 mai 2015 +Situation actuelle de l IVG médicale < 1% des avortements au Québec Sherbrooke

Plus en détail

Les commotions cérébrales liées au sport constituent un sujet

Les commotions cérébrales liées au sport constituent un sujet L évaluation et la prise en charge des commotions cérébrales liées au sport Laura K Purcell; Société canadienne de pédiatrie, comité d une vie active saine et de la médecine sportive Les commotions cérébrales

Plus en détail

DURÉE DU TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE DANS L OTITE MOYENNE AIGUË

DURÉE DU TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE DANS L OTITE MOYENNE AIGUË DURÉE DU TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE DANS L OTITE MOYENNE AIGUË QUESTION: Est-ce qu un traitement antibiotique de courte durée (5 jours) est équivalent à un traitement de plus longue durée (7-10 jours) pour

Plus en détail

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques DCEM3 2005-2006 - Module de Pharmacologie clinique E04 TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques TD du 20.03.06 14-16h M. Grima /Pr E

Plus en détail

VIGICAIRE. VIGIlance Cytopénie Auto-Immune Réseau Enfant. 12 septembre 2013

VIGICAIRE. VIGIlance Cytopénie Auto-Immune Réseau Enfant. 12 septembre 2013 VIGICAIRE VIGIlance Cytopénie Auto-Immune Réseau Enfant 12 septembre 2013 OBJECTIFS ET METHODOLOGIE DE L ETUDE Etude observationnelle, multicentirque nationale, dont l objectif et de recueillir, de manière

Plus en détail

APICALE-AJI - Auvergne-Loire observatory on chronic inflammatory diseases of the musculoskeletal system occurring

APICALE-AJI - Auvergne-Loire observatory on chronic inflammatory diseases of the musculoskeletal system occurring APICALE-AJI - Auvergne-Loire observatory on chronic inflammatory diseases of the musculoskeletal system occurring in childhood - Arthrites Juvéniles Idiopathiques cohort (longterm follow-up of children

Plus en détail

HYPERSIGNAL T2 DU MUSCLE 40 HEURES APRES

HYPERSIGNAL T2 DU MUSCLE 40 HEURES APRES HYPERSIGNAL T2 DU MUSCLE 40 HEURES APRES UN EFFORT D ENDURANCE F.Gergele 1, O.Bessede 2, L.Gergele 2, A.Chavent 1, D.Krause 1, D. Ben Salem 1 (1) CHU Dijon, (2) Hôpitaux de Lyon Objectif: Evaluation du

Plus en détail

Règles pour une lecture raisonnée : la méta-analyse

Règles pour une lecture raisonnée : la méta-analyse Règles pour une lecture raisonnée : la méta-analyse Méta-analyse : définition = revue quantititative aussi systématique, exhaustive et objective que possible des meilleures preuves disponibles sur une

Plus en détail

Contrer les effets des traumatismes relationnels en contexte de protection de la jeunesse: Programme ETRE

Contrer les effets des traumatismes relationnels en contexte de protection de la jeunesse: Programme ETRE Contrer les effets des traumatismes relationnels en contexte de protection de la jeunesse: Programme ETRE Marie-Pier Nadeau Noël, Étudiante au doctorat en psychologie, UQTR Louise S. Éthier Professeure

Plus en détail

Grand âge et thyroïde Faut-il doser la TSH?

Grand âge et thyroïde Faut-il doser la TSH? Grand âge et thyroïde Faut-il doser la TSH? Prof. Dr. med. N. Rodondi, Médecin Chef de la Policlinique Médicale Clinique Universitaire et Policlinique de Médecine Interne Générale Hôpital de l Ile, Université

Plus en détail

Baisse de 38% de la prévalence de la maladie d Alzheimer en 20 ans dans la population agricole

Baisse de 38% de la prévalence de la maladie d Alzheimer en 20 ans dans la population agricole COMMUNIQUE DE PRESSE Le 9 février 2015 Le Groupe AGRICA présente la dernière vague de résultats de l étude AMI, unique programme de recherche multidisciplinaire sur le vieillissement et la dépendance en

Plus en détail

Reprise des activités sportives après arthroplastie de resurfacage de hanche : à propos d une série prospective

Reprise des activités sportives après arthroplastie de resurfacage de hanche : à propos d une série prospective Reprise des activités sportives après arthroplastie de resurfacage de hanche : à propos d une série prospective Girard Julien Domaine médecine et sport de Lille Service d orthopédie C, CHRU Lille Recommandations

Plus en détail

Approches Top-Down: Agir avec TAC

Approches Top-Down: Agir avec TAC Séminaire d intégration Automne 2009 ERG-3504 Approches Top-Down: Agir avec TAC Par: Vanessa Boily Stéphanie Chouinard Élizabeth Cliche Ariane Germain Isabelle Hamel Amélie Langlois Introduction TAC :

Plus en détail

19-21 MARS 2010 ESPACE PHYSIOPERF

19-21 MARS 2010 ESPACE PHYSIOPERF Agenda : 18-20 Mars 2010 XVème Journées d études francophones en activités physiques adaptées ORLEANS UFR STAPS Renseignements: nancy.rebot@univ-orleans.fr ou afap2010@univ-orleans.fr http://www.univ-orleans.fr

Plus en détail

SPONDYLOLISTHESIS MUSCULATURE ET SPORT A L AGE ADULTE

SPONDYLOLISTHESIS MUSCULATURE ET SPORT A L AGE ADULTE CENTRE ORTHOPEDIQUE SANTY DIU de pathologie locomotrice appliquée au sport LYON Avril 2008 SPONDYLOLISTHESIS MUSCULATURE ET SPORT A L AGE ADULTE DR LE BLAY* DR BIGE** A PUJOL* -X BAGNOL* CENTRE DES MASSUES

Plus en détail

La privation de sommeil a t elle un rôle dans l éveil et l agitation?

La privation de sommeil a t elle un rôle dans l éveil et l agitation? La privation de sommeil a t elle un rôle dans l éveil et l agitation? Nadia Gosselin, Ph.D. Centre de recherche, Hôpital du Sacré Coeur de Montréal Département de Psychiatrie, Université de Montréal 20

Plus en détail

EVALUATION DU PROGRAMME «SPORT SUR ORDONNANCE» DE SAINT PAUL

EVALUATION DU PROGRAMME «SPORT SUR ORDONNANCE» DE SAINT PAUL EVALUATION DU PROGRAMME «SPORT SUR ORDONNANCE» DE SAINT PAUL 1 Congrès de Médecine Générale OI, le 23/04/2016 Céline DAMIANO et Quentin BAJEUX «SPORT SANTÉ SUR ORDONNANCE» : EVALUATIONS DU DISPOSITIF STRASBOURGEOIS

Plus en détail

Que pensez du traitement médicamenteux dans la Maladie d Alzheimer de stade modéré à sévère? Apport de l étude DOMINO

Que pensez du traitement médicamenteux dans la Maladie d Alzheimer de stade modéré à sévère? Apport de l étude DOMINO Que pensez du traitement médicamenteux dans la Maladie d Alzheimer de stade modéré à sévère? Apport de l étude DOMINO Christian COFFINET, Nadir KADRI Les Médicales de Saint Julien Jeudi 27 Septembre 2012

Plus en détail

Décontamination digestive des toxiques médicamenteux. DESC Réa Med Dec 2006

Décontamination digestive des toxiques médicamenteux. DESC Réa Med Dec 2006 Décontamination digestive des toxiques médicamenteux DESC Réa Med Dec 2006 Décontamination / Élimination Décontamination: diminuer ou d'empêcher l'absorption du toxique et sa pénétration dans le sang ou

Plus en détail

Les commotions cérébrales dans le sport,

Les commotions cérébrales dans le sport, Les commotions cérébrales dans le sport, ça se joue en équipe! Dr Suzanne Leclerc MD, Ph.D. Dip Med Sport Directrice médicale Institut National du sport du Québec Membre CMSQ & AQMS 1 Objectifs Identifier

Plus en détail

Dr Michel GUINOT MD PhD CHU de Grenoble AVEC LE SOUTIEN DE

Dr Michel GUINOT MD PhD CHU de Grenoble AVEC LE SOUTIEN DE Dr Michel GUINOT MD PhD CHU de Grenoble AVEC LE SOUTIEN DE Docteur Michel GUINOT Pôle Thorax & Vaisseaux Clinique Physiologie-Sommeil-Exercice UM Sports & Pathologies CHU de Grenoble Laboratoire HP2 Inserm

Plus en détail

Les troubles neuropsychologiques et comportementaux chez les TC adultes et leurs corrélations avec la gravité de la maladie Etude préliminaire

Les troubles neuropsychologiques et comportementaux chez les TC adultes et leurs corrélations avec la gravité de la maladie Etude préliminaire Les troubles neuropsychologiques et comportementaux chez les TC adultes et leurs corrélations avec la gravité de la maladie Etude préliminaire I.FEKI, S.GHROUBI, H.CHELLY, A.YAHIA, H.KSENTINI, MH.ELLEUCH

Plus en détail

«Return-to-play»: prise en charge de la commotion des enfants et adolescents sportifs

«Return-to-play»: prise en charge de la commotion des enfants et adolescents sportifs «Return-to-play»: prise en charge de la commotion des enfants et adolescents sportifs Daniela Marx-Berger, Josef Laimbacher,Walter Kistler Ostschweizer Kinderspital, St. Gallen Quintessence P Les enfants

Plus en détail

L IVG médicamenteuse en ville, complications, qu en est-il?

L IVG médicamenteuse en ville, complications, qu en est-il? L IVG médicamenteuse en ville, complications, qu en est-il? Introduction L IVG n est pas un acte exceptionnel 2015 218 000 IVG en France Moyenne nationale: 14,4 IVG/1000 femmes métropolitaines âgées de

Plus en détail

Plan. I) Lecture rapide. Le stress professionnel et la réactivité pressionnelle au stress ne prédisent pas la pression artérielle à 5 ans

Plan. I) Lecture rapide. Le stress professionnel et la réactivité pressionnelle au stress ne prédisent pas la pression artérielle à 5 ans Le stress professionnel et la réactivité pressionnelle au stress ne prédisent pas la pression artérielle à 5 ans Pr Pierre AMBROSI 1 Dr Julien MANCINI 2 pierre.ambrosi@ap-hm.fr julien.mancini@univmed.fr

Plus en détail

La mort subite non coronaire du sportif

La mort subite non coronaire du sportif La mort subite non coronaire du sportif Pr Philippe Charron Centre de Référence pour les maladies cardiaques héréditaires (1) Université de Versailles-Saint Quentin, Hôpital Ambroise Paré, Boulogne (2)

Plus en détail

Psychose chez le patient âgé

Psychose chez le patient âgé Psychose chez le patient âgé Gérontopsychiatrie Guy Léveillé, psychiatre, CHUM Angela Geloso, psychiatre, HLHL 18 janvier 2011 HLHL PLAN Généralités Épidémiologie Diagnostics possibles Historique Plan

Plus en détail

Y-a-il une place pour la radio du. polytraumatisme? Dr Marion DOUPLAT Pôle RUSH Timone/Sainte Marguerite

Y-a-il une place pour la radio du. polytraumatisme? Dr Marion DOUPLAT Pôle RUSH Timone/Sainte Marguerite Y-a-il une place pour la radio du rachis cervical lors d un polytraumatisme? Dr Marion DOUPLAT Pôle RUSH Timone/Sainte Marguerite NON!!!!! Y-a-t-il une place pour la radio du rachis cervical lors d un

Plus en détail

RESULTATS DU TRAITEMENT DES FRACTURES OUVERTES DE FEMUR PAR CLOU VERROUILLÉ OU PLAQUE VERROUILLEE CHEZ L ADULTE

RESULTATS DU TRAITEMENT DES FRACTURES OUVERTES DE FEMUR PAR CLOU VERROUILLÉ OU PLAQUE VERROUILLEE CHEZ L ADULTE RESULTATS DU TRAITEMENT DES FRACTURES OUVERTES DE FEMUR PAR CLOU VERROUILLÉ OU PLAQUE VERROUILLEE CHEZ L ADULTE Peyronnet A., Viel T., Casin C., Cronier P., Bizot P. Département de Chirurgie Osseuse Centre

Plus en détail

L oxygène en soins palliatifs, qui soignonsnous? Le patient ou le docteur?

L oxygène en soins palliatifs, qui soignonsnous? Le patient ou le docteur? L oxygène en soins palliatifs, qui soignonsnous? Le patient ou le docteur? Isabelle Lord Poitras CLSC Bordeaux-Cartierville Superviseurs: Dre Vandelli & DreIsabelle Tardif Université de Montréal 30 mai

Plus en détail

Insuffisance Cardiaque Aigue Quel score de risque utiliser?

Insuffisance Cardiaque Aigue Quel score de risque utiliser? Insuffisance Cardiaque Aigue Quel score de risque utiliser? Dr SERONDE MF CHU Besançon Quel score utiliser? Intérêt d un score de risque De quel risque parlons nous: Risque de mortalité en intra-hospitalier,

Plus en détail

Apnée du sommeil obstructive chez l enfant. Protocole d évaluation et de prise en charge au CHUS.

Apnée du sommeil obstructive chez l enfant. Protocole d évaluation et de prise en charge au CHUS. Apnée du sommeil obstructive chez l enfant. Protocole d évaluation et de prise en charge au CHUS. Cas clinique Enfant de 5 ans Apnée du sommeil Cédulé pour Amygdalectomie Retard de croissance Difficultés

Plus en détail

Les troubles anxieux chez les enfants: incidence, symptômes et traitement

Les troubles anxieux chez les enfants: incidence, symptômes et traitement Les troubles anxieux chez les enfants: incidence, symptômes et traitement E. Lila Amirali, MD Janvier 2010 Je déclare ne pas avoir de conflits d intérêt 1 Objectifs de cette présentation Décrire les différents

Plus en détail

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE 6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Niort, le 20 mars 2014 8 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Actualités en RADIOTHERAPIE Laurianne COLSON (Poitiers) La radiothérapie postopératoire

Plus en détail

CALCIUM ET VITAMINE D, SUPPLÉMENTS NÉCESSAIRES? Ariane Bourassa et Qualilou St-Onge UMF Trois-Rivières Mai 2014

CALCIUM ET VITAMINE D, SUPPLÉMENTS NÉCESSAIRES? Ariane Bourassa et Qualilou St-Onge UMF Trois-Rivières Mai 2014 CALCIUM ET VITAMINE D, SUPPLÉMENTS NÉCESSAIRES? Ariane Bourassa et Qualilou St-Onge UMF Trois-Rivières Mai 2014 Introduction L ostéoporose affecte la structure et la solidité des os 2 millions de Canadiens

Plus en détail

Epidémiologie et prise en charge du pneumothorax dans trois services d urgence de Franche-Comté en Présenté le 25/10/2012 par Francine Anso

Epidémiologie et prise en charge du pneumothorax dans trois services d urgence de Franche-Comté en Présenté le 25/10/2012 par Francine Anso Epidémiologie et prise en charge du pneumothorax dans trois services d urgence de Franche-Comté en 2011 Présenté le 25/10/2012 par Francine Anso Introduction Le pneumothorax Pathologie fréquente aux urgences

Plus en détail

COMMOTION CÉRÉBRALE CHEZ L ENFANT

COMMOTION CÉRÉBRALE CHEZ L ENFANT COMMOTION CÉRÉBRALE CHEZ L ENFANT Définition : Lésion cérébrale diffuse induite par forces biomécaniques entraînant une perturbation transitoire de la fonction neurologique. Caractérisée par: - Trouble

Plus en détail

Tendinopathies patellaires ou «Jumper s knee» chez le volleyeur : identification de sujets à risque

Tendinopathies patellaires ou «Jumper s knee» chez le volleyeur : identification de sujets à risque Tendinopathies patellaires ou «Jumper s knee» chez le volleyeur : identification de sujets à risque M.JULIA D.HIRT Fédération Hospitalière de Médecine du Sport CHRU Lapeyronie Colloque Médical de la FFVB

Plus en détail

ETUDE DE FAISABILITE ET DE SECURITE DE L IMPLANT INTRAVERTEBRAL SPINE JACK :

ETUDE DE FAISABILITE ET DE SECURITE DE L IMPLANT INTRAVERTEBRAL SPINE JACK : ETUDE DE FAISABILITE ET DE SECURITE DE L IMPLANT INTRAVERTEBRAL SPINE JACK : Résultats à 3 mois E DE ROQUEFEUIL DURANDEAU (1), X BARREAU(1), C RENAUD (2), JM VITAL (1), V DOUSSET (1) (1) Bordeaux-France

Plus en détail

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie Recherche épidémiologique sur la maladie d'alzheimer : quelques questions d'éthique Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie P. 1 Les études cas-témoin L un

Plus en détail

Etude des représentations de la dépression en oncologie: le point de vue des infirmières

Etude des représentations de la dépression en oncologie: le point de vue des infirmières Etude des représentations de la dépression en oncologie: le point de vue des infirmières Atelier «Le savoir-faire des soignants» Dr C. Quenard & Dr W. Rhondali CLINIQUE MON REPOS MARSEILLE Conflits d intérêt

Plus en détail

Les corrélats neuronaux de la conscience

Les corrélats neuronaux de la conscience Les corrélats neuronaux de la conscience Sarah Wannez Doctorante Coma Science Group Centre de Recherche du Cyclotron & Service de Neurologie Université & Centre Hospitalier Universitaire de Liège Plan

Plus en détail

15. Rapport de méta-analyse

15. Rapport de méta-analyse 15. Rapport de méta-analyse Le compte rendu de méta-analyse doit fournir un certain nombre de renseignements indispensables à l évaluation du travail réalisé. Les informations présentes seront cependant

Plus en détail

SOO 2016 FRACTURES DE LA BASE DE LA DEUXIÈME PHALANGE CHEZ LE GRIMPEUR

SOO 2016 FRACTURES DE LA BASE DE LA DEUXIÈME PHALANGE CHEZ LE GRIMPEUR SOO 2016 ANNE-SOPHIE LE SANT (BREST) DOMINIQUE LE NEN (BREST) FRACTURES DE LA BASE DE LA DEUXIÈME PHALANGE CHEZ LE GRIMPEUR Les auteurs ne déclarent aucun conflit d intérêt en rapport avec cette présentation.

Plus en détail

INTERET DE LA SEQUENCE DE SUSCEPTIBILITE MAGNETIQUE EN IRM DANS L EXPLORATION DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS

INTERET DE LA SEQUENCE DE SUSCEPTIBILITE MAGNETIQUE EN IRM DANS L EXPLORATION DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS INTERET DE LA SEQUENCE DE SUSCEPTIBILITE MAGNETIQUE EN IRM DANS L EXPLORATION DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS Auteurs : Aurélie Delouche 1,2, Arnaud Attyé 1,2, Sylvie Grand 1,2, Irène Troprés 2, Adrian

Plus en détail

L'image du traumatisme crânien léger

L'image du traumatisme crânien léger L'image du traumatisme crânien léger à la croisée de la physiologie et la psychologie Arnaud Messé, PhD Inserm, UPMC Univ Paris 06, UMRS 678, Laboratoire d Imagerie Fonctionnelle, Paris Department of Computational

Plus en détail

Rééducation du genou ligamentaire. Pr Ag Anis JELLAD

Rééducation du genou ligamentaire. Pr Ag Anis JELLAD Rééducation du genou ligamentaire Pr Ag Anis JELLAD Contenu Principes fondamentaux de la restauration de la fonction musculo-squelettique Phases de la rééducation après traumatisme musculo-squelettique

Plus en détail

Asthme à l effort. Christophe Delclaux - Service de Physiologie Clinique de la Dyspnée - HEGP Paris. CIC Plurithématique 9201 EA 2511

Asthme à l effort. Christophe Delclaux - Service de Physiologie Clinique de la Dyspnée - HEGP Paris. CIC Plurithématique 9201 EA 2511 8e Congrès Francophone d'allergologie Asthme à l effort CIC Plurithématique 9201 EA 2511 Christophe Delclaux - Service de Physiologie Clinique de la Dyspnée - HEGP Paris Conflits d intérêt Intérêts financiers

Plus en détail

Luxations Acromio-Claviculaires stade 3 et 4 traitées par haubanage acromio-claviculaire : A propos de 83 cas

Luxations Acromio-Claviculaires stade 3 et 4 traitées par haubanage acromio-claviculaire : A propos de 83 cas Luxations Acromio-Claviculaires stade 3 et 4 traitées par haubanage acromio-claviculaire : A propos de 83 cas L. RONY*, R. LANCIGU*, L. HUBERT*, P. BIZOT* * Département de Chirurgie Osseuse - CHU d ANGERS

Plus en détail

PRESENTATION ETUDE DOMINO. DESCATOIRE Pablo ( PH CHU Caen, INSERM U1075)

PRESENTATION ETUDE DOMINO. DESCATOIRE Pablo ( PH CHU Caen, INSERM U1075) PRESENTATION ETUDE DOMINO DESCATOIRE Pablo ( PH CHU Caen, INSERM U75) Que faire des traitements anticholinestérasiques des patients souffrant de maladie d Alzheimer aux stades modéré et sévère? Les continuer?

Plus en détail

L Immunothérapie allergénique qui et comment désensibilisé?

L Immunothérapie allergénique qui et comment désensibilisé? L Immunothérapie allergénique qui et comment désensibilisé? Jocelyne JUST Groupe Hospitalier Trousseau La Roche-Guyon. Université paris6 26 rue du Dr A. Netter 75571 PARIS cedex 12 FRANCE L Immunothérapie

Plus en détail

Enseignement facultaire de médecine Master3 2010/2011 Université de Bordeaux II DMG. Professeur B Gay

Enseignement facultaire de médecine Master3 2010/2011 Université de Bordeaux II DMG. Professeur B Gay Les recommandations médicales Enseignement facultaire de médecine Master3 2010/2011 Université de Bordeaux II DMG Professeur B Gay Recommandations Médicales Professionnelles Propositions développées é

Plus en détail

Neurocognition et Qualité de Vie Dans le Cadre des Gliomes de Grade II OMS

Neurocognition et Qualité de Vie Dans le Cadre des Gliomes de Grade II OMS DIU Neuro-oncologie 08/04/2011 Neurocognition et Qualité de Vie Dans le Cadre des Gliomes de Grade II OMS Guillaume HERBET - Neuropsychologue Service de Neurologie Hôpital Gui de Chauliac CHRU Montpellier

Plus en détail

LES CONSEQUENCES DES ACCIDENTS DE LA ROUTE POUR LA VICTIME ET SON ENTOURAGE. Comment les prévenir, les accompagner

LES CONSEQUENCES DES ACCIDENTS DE LA ROUTE POUR LA VICTIME ET SON ENTOURAGE. Comment les prévenir, les accompagner Colloque organisé par l Unité Mixte IFSTTAR/UCBL de Recherche Epidémiologique et de Surveillance Transport Travail Environnement, UMRESTTE, et par les Hospices Civils de Lyon le 20 septembre 2011 Le stress

Plus en détail

Facteurs pronostiques et traitement des métastases cérébrales

Facteurs pronostiques et traitement des métastases cérébrales Facteurs pronostiques et traitement des métastases cérébrales Avi ASSOULINE Réunion du CORP 22/05/2008 Introduction Fréquent : 20-40% des patients cancéreux Plus fréquentes des tumeurs cérébrales Incidence

Plus en détail

Intérêt de l'éviction des allergènes dans l'asthme allergique

Intérêt de l'éviction des allergènes dans l'asthme allergique Intérêt de l'éviction des allergènes dans l'asthme allergique Garnier Jc 5-10-2012 1 I ) Prévention secondaire a) Les preuves b) Comment la réaliser? II ) Prévention primaire a) Les données b) Le débat

Plus en détail

DIAGNOSTIQUE DE LA GONARTHROSE : LE RAYON-X A-T-IL SA PLACE? PAR MYLÈNE TARDY, R1 HMR

DIAGNOSTIQUE DE LA GONARTHROSE : LE RAYON-X A-T-IL SA PLACE? PAR MYLÈNE TARDY, R1 HMR DIAGNOSTIQUE DE LA GONARTHROSE : LE RAYON-X A-T-IL SA PLACE? PAR MYLÈNE TARDY, R1 HMR L OSTÉOARTHROSE Prévalence en augmentation 25% des Canadiens souffriront d OA en 2040 La pratique actuelle est de demander

Plus en détail

De la démence au Trouble Neuro Cognitif (TNC) Classification des troubles mentaux DSM V 31 MARS 2016

De la démence au Trouble Neuro Cognitif (TNC) Classification des troubles mentaux DSM V 31 MARS 2016 De la démence au Trouble Neuro Cognitif (TNC) Classification des troubles mentaux DSM V 31 MARS 2016 Par rapport au DSM IV? Suppression du terme démence et syndrome amnésique au profit de Trouble Neuro-Cognitif

Plus en détail

Maladie de Hodgkin et auto-immunité chez l enfant: à propos de onze observations

Maladie de Hodgkin et auto-immunité chez l enfant: à propos de onze observations Maladie de Hodgkin et auto-immunité chez l enfant: à propos de onze observations Clémence Jarrassé Mémoire DES pédiatrie 23 Octobre 2008 JARASSE Clémence 1 Introduction Association syndrome lymphoprolifératif

Plus en détail

LE BIEN ÊTRE DES INFIRMIERS AUX SOINS INTENSIFS

LE BIEN ÊTRE DES INFIRMIERS AUX SOINS INTENSIFS LE BIEN ÊTRE DES INFIRMIERS AUX SOINS INTENSIFS Maïté Delpire 20 avril 2012 PLAN Introduction: les infirmiers en souffrance? USI environnement stressant Signes d épuisement professionnel Répercussions

Plus en détail

Thèse de médecine générale

Thèse de médecine générale Thèse de médecine générale Pour l obtention du Diplôme d Etudes Spécialisées de médecine générale. Sous la direction du Dr Eliane ABRAHAM Le 18 septembre 2015 Claire BERTRAND «Parcours de santé et coordination

Plus en détail

Traitement par anti thyroïdiens de synthèse(ats) en première intention au cours de la maladie de Basedow : quels résultats?

Traitement par anti thyroïdiens de synthèse(ats) en première intention au cours de la maladie de Basedow : quels résultats? Traitement par anti thyroïdiens de synthèse(ats) en première intention au cours de la maladie de Basedow : quels résultats? A.Khellaf L.Biri N.Adjrid N.Kaci - D.Foudil M.Semrouni Service d endocrinologie,

Plus en détail

MISSISSIPPI APHASIA SCREENING TEST (MAST)

MISSISSIPPI APHASIA SCREENING TEST (MAST) MISSISSIPPI APHASIA SCREENING TEST (MAST) Nakase-Thompson R, Manning E, Sherer M, Yablon SA, Gontkovsky SL, Vickery C (2005). Brief Assessment of severe language impairments: initial validation of the

Plus en détail

I) Lecture rapide. Plan. Facteurs pronostiques des cancers avancés du pancréas. Analyse multifactorielle et score prédictif de survie

I) Lecture rapide. Plan. Facteurs pronostiques des cancers avancés du pancréas. Analyse multifactorielle et score prédictif de survie Facteurs pronostiques des cancers avancés du pancréas. Analyse multifactorielle et score prédictif de survie Dr Anthony GONCALVES 1 Dr Julien MANCINI 2 goncalvesa@marseille.fnclcc.fr julien.mancini@univmed.fr

Plus en détail

Médicaments et Cognition Christine Brefel-Courbon, (Service de Pharmacologie, Inserm U 825, CHU Toulouse)

Médicaments et Cognition Christine Brefel-Courbon, (Service de Pharmacologie, Inserm U 825, CHU Toulouse) Médicaments et Cognition Christine Brefel-Courbon, (Service de Pharmacologie, Inserm U 825, CHU Toulouse) Médicaments et Cognition chez le sujet âgé En gériatrie, 11 à 30% des cas de troubles cognitifs

Plus en détail

Érudition 2015! Par Nadine Duchesneau Résidente junior en médecine familiale CISSS de Lanaudière UMF du Sud de Lanaudière Université de Montréal

Érudition 2015! Par Nadine Duchesneau Résidente junior en médecine familiale CISSS de Lanaudière UMF du Sud de Lanaudière Université de Montréal Érudition 2015! Par Nadine Duchesneau Résidente junior en médecine familiale CISSS de Lanaudière UMF du Sud de Lanaudière Université de Montréal! Aucun conflit d intérêt à déclarer Quelles sont les solutions

Plus en détail

Principes de l Evidence Based-Medicine (médecine basée sur les faits)

Principes de l Evidence Based-Medicine (médecine basée sur les faits) Principes de l Evidence Based-Medicine (médecine basée sur les faits) Dr Roch Giorgi roch.giorgi@ap-hm.fr Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Faculté

Plus en détail

Facteurs de risque des cancers du sein

Facteurs de risque des cancers du sein Facteurs de risque des cancers du sein Pr Laurent ZELEK Service d Oncologie Médicale CHU Avicenne & UMR 577 Epidémiologie Nutritionnelle Inserm Institut national de la santé et de la recherche médicale

Plus en détail

Score au MMSE et capacité à conduire UMF ST-HUBERT

Score au MMSE et capacité à conduire UMF ST-HUBERT Score au MMSE et capacité à conduire SANDRA DEMERS, R1 UMF ST-HUBERT Quelques statistiques Accidents automobiles chez les 75 ans et plus: 9,7% des accidents avec décès au Québec 8% des accidents avec blessés

Plus en détail

Impact de l explosion de l usine AZF sur la santé mentale des élèves

Impact de l explosion de l usine AZF sur la santé mentale des élèves Impact de l explosion de l usine AZF sur la santé mentale des élèves toulousains : Synthèse de 2 enquêtes conduites en milieu scolaire en 2002 Dr Emmanuelle Godeau 1,2 1 Service médical - Rectorat de Toulouse

Plus en détail

Commotions Cérébrales

Commotions Cérébrales Commotions Cérébrales Qu est ce que Sidney Crosby, John Tavares, Ian Laperriere, Marc Savard et Eric Lindros ont en commun? Mis à part le fait qu ils ont tous joué au hockey dans la Ligue Nationale (LNH)

Plus en détail

Le TCCL n est pas un casse-tête

Le TCCL n est pas un casse-tête Le TCCL n est pas un casse-tête Neurotraumatologie HSCM: Donald Bouthillier, Ph.D., psychologue Renée-Claude Caron, inf. Ariane Demers, inf. BSc. J-F Giguère, Ph.D., md, FRSCC neurochirurgien Véronique

Plus en détail

PASTILLES DE ZINC. AUTEURE : Melissa Meloche (OCTOBRE 2010) SUPERVISEURE: Guylène Thériault. P : Jeune adulte souffrant de symptômes de rhume

PASTILLES DE ZINC. AUTEURE : Melissa Meloche (OCTOBRE 2010) SUPERVISEURE: Guylène Thériault. P : Jeune adulte souffrant de symptômes de rhume PASTILLES DE ZINC Question clinique : Une jeune femme en clinique d urgences se fait évaluer pour un rhume et me demande est-ce que les pastilles de zinc diminueront les symptômes? AUTEURE : Melissa Meloche

Plus en détail

Troubles des fonctions cognitives et évaluation des conséquences sur l activité professionnelle

Troubles des fonctions cognitives et évaluation des conséquences sur l activité professionnelle Troubles des fonctions cognitives et évaluation des conséquences sur l activité professionnelle A. Schnitzler, A.-C. D apolito et C. Vallat Résumé La reprise du travail après une lésion encéphalique est

Plus en détail

Intérêt de l association copeptine/troponine ultra sensible dans le diagnostic des SCA ST- aux urgences. Caroline Bourgeois

Intérêt de l association copeptine/troponine ultra sensible dans le diagnostic des SCA ST- aux urgences. Caroline Bourgeois Intérêt de l association copeptine/troponine ultra sensible dans le diagnostic des SCA ST- aux urgences Caroline Bourgeois Introduction Douleur thoracique 5 à 10 % des consultations aux urgences 15% sont

Plus en détail

Transcranial direct current stimulation (tdcs): recherche et démence

Transcranial direct current stimulation (tdcs): recherche et démence Transcranial direct current stimulation (tdcs): recherche et démence Pr Thierry Dantoine EA 6310 Dr Murielle Girard Dr Benjamin Calvet CH Esquirol- Limoges Unité de Recherche -FRIPsyL CH Esquirol 4 ième

Plus en détail

SECONDE VICTIME. L impact sur le professionnel suite à la prise en charge de victimes d attentats

SECONDE VICTIME. L impact sur le professionnel suite à la prise en charge de victimes d attentats SECONDE VICTIME L impact sur le professionnel suite à la prise en charge de victimes d attentats Ossetroff Lucie Infirmière Anesthésiste CHP Saint Martin PLAN Introduction Répercussions - Etat de stress

Plus en détail

PSY-3090L PSYCHOLOGIE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT

PSY-3090L PSYCHOLOGIE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT PSY-3090L PSYCHOLOGIE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT Trimestre : Hiver 2014 Horaire : Mercredi, 13:00 16:00 Professeur : Célia Matte-Gagné, Ph.D., chargée de cours Courriel : celia.matte-gagne@umontreal.ca

Plus en détail

Quel est l intérêt du test de la marche de 6 minutes chez l enfant drépanocytaire? Chapusette Rudy HUDERF

Quel est l intérêt du test de la marche de 6 minutes chez l enfant drépanocytaire? Chapusette Rudy HUDERF Quel est l intérêt du test de la marche de 6 minutes chez l enfant drépanocytaire? Chapusette Rudy HUDERF Introduction! Test de la marche de 6 minutes! Validé chez l adulte, l enfant sain et malade! Capacité

Plus en détail

Fiches de lecture critique

Fiches de lecture critique Fiches de lecture critique Ces fiches ne sont pas couvertes par un copyright : elles peuvent être copiées ou imprimées sans permission mais avec mention de la source (Salmi LR. Lecture critique et rédaction

Plus en détail

Tout ce que vous souhaitez savoir sur la maladie d Alzheimer

Tout ce que vous souhaitez savoir sur la maladie d Alzheimer Tout ce que vous souhaitez savoir sur la maladie d Alzheimer Carol Hudon, Ph.D. 10 avril 2015 Vos questions Comment détecter les signes et symptômes de la maladie? Facteurs héréditaires. Différence entre

Plus en détail