LA VEILLE TECHNOLOGIQUE ADAPTEE A L ENTREPRISE ALGERIENNE DE L INDUSTRIE DE L ELECTRICITE, ELECTRONIQUE ET DE L ELECTROMENAGER(EEEM)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA VEILLE TECHNOLOGIQUE ADAPTEE A L ENTREPRISE ALGERIENNE DE L INDUSTRIE DE L ELECTRICITE, ELECTRONIQUE ET DE L ELECTROMENAGER(EEEM)"

Transcription

1 LA VEILLE TECHNOLOGIQUE ADAPTEE A L ENTREPRISE ALGERIENNE DE L INDUSTRIE DE L ELECTRICITE, ELECTRONIQUE ET DE L ELECTROMENAGER(EEEM) MATMAR Dalila (*), NANECHE Fariza (**) (*) Université de Mouloud MAMMERI, Tizi-Ouzou, Algérie (**) Université de Mouloud MAMMERI, Tizi-Ouzou, Algérie Mots clefs : Information, besoins informationnels, veille technologique, industrie d EEEM, technologie de l information et de la communication, entreprise algérienne, innovation Key words : Information, informational needs, technological monitoring, EEEM industry, information and communication technologies, Algerian company, innovation Palabras clave : Información, necesidades de información, vigilancia tecnológica, en la industria EEEM, información tecnologie y comunicación, empresa argelina, innovación Résumé Il y quelque années l exploitation de l information dans le fonctionnement quotidien des entreprises a connu un intérêt croissant. Pour l entreprise contemporaine évoluant au sein d une économie de plus en plus ouverte, où la concurrence ne cesse de s intensifier, les mutations des bases technologiques sont devenues fréquentes et le rythme des innovations se dynamise davantage, il devient nécessaire de s approprier les outils permettant d atténuer les conséquences indésirables de ces évolutions tout en maintenant un niveau de compétitivité indispensable pour garder ses parts de marchés. Parmi, ces outils, la veille technologique est à coup sûr l outil permettant à l entreprise de collecter et d exploiter les informations scientifique et technologique dont elle a besoin, ce qui l amènera à consolider naturellement ses capacités d innovation à moyens et à long terme. Par ailleurs, si les entreprises étrangères ont d emblé intégré cette veille, celles algériennes, en particulier, les entreprises de l industrie de l électricité, électronique et électroménager (EEEM) tardent à mettre en place un processus de veille adéquat, malgré qu elles opèrent dans un secteur d activité fortement dynamique et innovateur, c est ainsi que notre objectif consiste à proposer un modèle de veille technologique adapté aux caractéristiques de nos entreprises nationales de cette filière.

2 1 Introduction Il y a quelques années les entreprises se sont progressivement engagées dans l ère de l information. De nos jours l information est disponible, d accès aisé, mondialement diffusée, multidimensionnelle, circulant promptement d un pays à un autre voire d un continent à un autre et s adressant à un nombre sans cesse grandissant d individus. En outre, le rôle incontournable de l information conjugué aux divers effets du processus de la mondialisation, ont profondément modifié les règles de jeu concurrentiel des entreprises intervenant dans un espace devenu mondial. C est ainsi, que les entreprises doivent plus que jamais s interroger sur leur compétitivité, d où l exigence de la mise en place des systèmes destinés à l appropriation de l information et ce, à travers la surveillance des divers environnements concurrentiel, technologique, et commercial de l entreprise. Toutefois, l essor fulgurant des technologies de l information et de la communication (TIC) a, pour sa part, conduit à l instauration des plateformes requises pour le développement ainsi que l adoption d un ensemble de veille dites technologique, juridique, sociale, commerciale et concurrentielle. L information demeure l objet commun à ces différents types de veille. Dès lors, l accès ou même la production et l exploitation de l information sont perçus comme des facteurs prépondérants et indispensables pour la consolidation de la compétitivité des entreprises contemporaines. D ailleurs, diverses veilles sont développées et exploitées au sein des entreprises, et ce, en fonction de leurs besoins en information. Néanmoins, la veille technologique tend à s imposer davantage comme un outil indispensable dans le cadre d une économie mondialisée dont les bases technologiques sont en mutation permanente. Nombreuses sont les entreprises ayant investies dans l intégration de veilles technologiques, cependant, les entreprises algériennes, en particulier, celles appartenant à la branche de l Electricité, Electronique et de l Electroménager (EEEM), demeurent loin d avoir développé et mise en place la veille technologique adéquate, alors que ce secteur est parmi ceux qui sont fortement innovateur. Partant de ce constat, notre contribution consistera à proposer un modèle de veille technologique appropriée aux des entreprises algériennes du secteur des (EEEM) en fonction de leurs contextes d évolution. Pour ce faire, nous avons structuré notre travail de recherche autour de deux axes principaux relatifs dans un premier temps à la présentation de la veille technologique, et les diverses étapes du processus du veille et ses outils, puis dans un second et dernier temps, l accent sera mise sur la proposition d un modèle de veille technologique répondant aux spécificités de l entreprise algérienne de l industrie des (EEEM), en effet, il ne s agit point d importer des modèles de veille et d adopter le plus performant, mais de déterminer au préalable, le modèle le plus approprié à l entreprise nationale et de le mettre en œuvre, compte tenu des ressources dont elle dispose, de ses besoins informationnels et du contexte culturel, social et économique dont elle évolue. 2 L entreprise et la veille technologique Si aux Etats Unis d Amérique, la recherche de l information et son exploitation pour des finalités stratégiques se faisait sous la qualification de Competitive Intelligence, l utilisation de l information au sein de l entreprise Française, trouve son pleine identité dans l innovation et donc dans la mise en place des processus de veille technologique.

3 2.1 Surveillance de l environnement et veille technologique Sans aucun doute, les Français ont été les pionniers de la veille technologique, en effet, dans la même période de temps, deux concepts, relatifs à la collecte de l information et de son exploitation au sein de l entreprise se sont progressivement imposés grâce notamment aux travaux de Jakobiak (1991) qui considère que la notion de veille technologique porte essentiellement sur l observation, l analyse de l évolution scientifique, technologique et sur les impacts économique réels ou potentiels correspondants, pour identifier les menaces et les opportunités du développement de la société. Par ailleurs, et suite à la parution de l ouvrage «La stratégie d entreprise» dans lequel, Thietart (1996) a consacré un chapitre à la surveillance de l environnement de l entreprise. Pour l auteur l un des points clés d une formulation efficace de la stratégie est, d une part, le développement et l utilisation d un système de surveillance de l environnement concurrentiel, et d autre part, l établissement d une vision prospective d ensemble des défis auxquels l entreprise va être confrontée dans le futur 1. Par conséquent, le concept de surveillance est jugé trop passif, mais il a connu une certaine notoriété et acceptation des Français, toutefois, c est le concept de la veille technologique qui a triomphé suite aux contributions de Marti &Martinet (1995), qui considèrent la veille comme un dispositif destiné à innover, à devenir plus performant ou comme un processus informationnel, collectant, analysant et diffusant l information stratégique, destinée à renseigner les dirigeants sur le changement intervenant dans leur environnement. Lesca (1995) quant à lui définit la veille technologique comme un système d observation voire de surveillance systématique, afin d avoir une bonne connaissance de la techno sphère de l entreprise. Ribault (1996) définit la veille technologique comme la surveillance globale et intelligente de l environnement de l entreprise à l affût d informations factuelles porteuses d avenir. Cependant, la veille quelque soit sa nature consiste en un processus informationnel volontariste à travers lequel les organisations se mettent à la recherche des informations, suite à un besoin exprimé par ses acteurs économiques, en effet, ces informations sont tournées vers le futur, ce qui leur confère leur caractère prospectif. La veille a pour finalité principale, d épauler les managers de l entreprise dans la prise de décision, en fournissant les éléments d informations qui leur manquent, de ce fait, celle-ci contribue à atténuer l incertitude engendrée de la complexité et du dynamisme de l environnement d une part, et de pallier à la rationalité et l attention limitée des décideurs d autre part. Néanmoins, il importe de reconnaitre que la veille technologique s intéresse prioritairement à la recherche d information scientifique, technique et technologique, de ce fait, elle constitue un élément de prise de décision et d innovation. 2.2 Le cycle de veille technologique La mise en place de la veille technologique et son exploitation, nécessite un certain nombre de phases cycliques, que nous allons parcourir dans ce qui suit: identifier et exprimer des besoins en information, collecter l information, exploiter les informations collectées et enfin diffuser les informations traitées. 1 THIETART R. A., La stratégie d entreprise, 2 e édition, EDISCIENCE international, 1996, p 95.

4 2.2.1 Identifier et exprimer des besoins en information Toute entreprise aura peu ou prou d interrogation à solutionner selon son domaine d activité, les compétences de ses cadres dirigeants et la complexité de l environnement dans lequel elle s inscrit. L expression des besoins consiste à traduire les orientations stratégiques en axes de développement. Des décisions à prendre peuvent être alors identifiées sur chaque axe de développement. Enfin, ces axes sont traduits en zones prioritaires de recherche en recensant les questions opérationnelles sur lesquelles il serait utile d avoir de l information 2. Etape cruciale, est pourtant loin d être perçue comme indispensable par la majorité des entreprises. Toutefois, ce besoin émane d une insuffisance de données lors de la prise de décision, de l avènement d un problème de type opérationnel, à l occasion d une comparaison de l entreprise avec ses concurrentes, bref, les causes de sensation d un besoin informationnel sont multiples, ce qui est d autant plus crucial est d être apte à formuler et exprimer clairement ce besoin, car si certains besoins sont facilement identifiables comme le choix d une technologie, d autres le sont beaucoup moins. Conséquemment, cette formulation précise des besoins en informations, servira de fil conducteur de recherche, épargnera les efforts, les moyens et le temps requis, inversement, dans le cas où le besoin est mal exprimé la veille sera en tous azimuts, ainsi l attention des veilleurs sera dispersée, ce qui réduira considérablement son efficacité Rechercher et collecter l information Cette seconde phase, dont la réussite dépend nettement de l efficacité de la phase précédente, est dédiée à délimiter outre l environnement à scruter, les sources d informations susceptibles de satisfaire la requête que doit mener l entreprise. Souvent l information dont a besoin l entreprise est disponible quelque part, en effet, nous distinguons principalement deux type de sources : formelles et informelles, et ce, sans aucune prétention à l exhaustivité, en particulier, que plusieurs classifications coexistent. Les sources formelles : réunissent les sources qui susceptible d être enregistrée sur un support quelconque (supports magnétiques, papier, films, ). Ce type de source englobe l ensemble des informations provenant de la presse spécialisée et la presse de vulgarisation, les livres, les banques de données, les diverses études réalisées, films, brevets qui présente une source privilégie d accès aux informations techniques, etc. Les sources informelles : regroupent toutes les sources n appartenant pas à celles déjà citées, il s agit, généralement de sources non publiques, en outre, la source non formalisée peut être les clients et les fournisseurs de l entreprise, les salons professionnels, les concurrents, les clubs, les congrès, etc. La majeure partie des informations dites informelles sont considérées les plus utiles pour les entreprises, toutefois, il importe de noter que ce type d informations est, par excellence, le résultat de la création des réseaux relationnels, dont l aptitude à irriguer les organisations par des informations pertinentes est jugée incontournable. 2 HASSID L., JAQUE-GUSTAVE P., et MOINET N., Les PME face au défi de l intelligence économique, le renseignement sans complexe, DUNOD, 1997, p 61.

5 Néanmoins, les informations auxquelles l entreprise a besoin d accéder ne sont pas toutes du même nature, et l expérience prouve que plus leur intérêt stratégique est élevé, plus elles sont cachées, et plus leur acquisition est difficile. 3 D où le scénario de l information blanche, grise et noire, illustrées dans la prochaine figure : 05% Informations noires IC 15% Informations grises Veille concurrentielle 80% Informations blanches Veille technologique Figure 1 : Les trois grands types de l information L information blanche ; est disponible à hauteur de 80%, et dont la rentabilité est élevée. La plupart du temps, cette information est disponible au sein même de l entreprise. L information grise ; est disponible à hauteur de 15%, bénéficie d une rentabilité plus élevée, en effet, cette information est légalement obtenues, mais elle est plus difficile à obtenir que la précédente, ce qui accentue sa valeur. L information noire ; est quasiment pas disponible (5%), elle est donc illégale, elle relève de l espionnage et n est donc pas rentable, puisque son obtention comporte un risque particulièrement élevé. Cependant, le type d information recherché détermine le type de source à consulter, par exemple, si le décideur a besoin d une information commerciale, le veilleur ne doit pas perdre son temps à rechercher auprès des banquiers, ou encore des consultants. Par conséquent, identifier dès le départ le type d information recherchée, facilite la phase de recherche et collecte des informations dans le cycle de veille, et ce, par la distinction des sources susceptibles d abritées l information requise. 3 BLOCH A., L intelligence économique, 2 e édition, ECONOMICA, 1999, p 29.

6 2.2.3 Exploiter les informations collectées Les informations éparses appropriées par l entreprise, doivent faire préalablement, l objet d une exploitation consistant à valider, traiter, analyser et synthétiser les informations recueillies, en effet, c est ce processus qui conditionne la valeur de cette dernière pour ses utilisateurs finaux. Exploiter les informations collectées par l entreprise, consiste dans un premier temps à valider cellesci en fonction de la fiabilité des sources, dans un second temps, rassembler les données appropriées par les différents canaux, les traiter, et les analyser, dans le but d en faire une synthèse cohérente à travers l exploitation minutieuse des diverses données, de les combiner, pour conférer un sens et une valeur ajoutée pour l acteur économique qui est susceptible de s en servir. A ce niveau, l interprétation des informations apparait cruciale, dans la mesure où, elle permet de dégager une image riche et synthétique de la panoplie d informations traquées. Toutefois, ce qui mérite d être évoquer, est que la veille technologique se caractérise par ses objectifs extrêmement précis, par conséquent ce n est pas toutes les informations détenues par l entreprise qui vont être traité, mais celles qui renvoient exclusivement aux objectifs fixés. Par conséquent, cette étape de veille est indispensable, puisque elle confère le caractère stratégique pour la donnée brute collectée à partir de l environnement extérieur de l entreprise, reste que celle-ci soit mise à la disposition des utilisateurs au bon moment, sous la meilleure forme, et, cela relève de l étape suivante : diffusion des informations Diffuser les informations Comme le rappelle le Général Guyaux : une information n a de valeur que si elle parvient au bon moment et sous la forme voulue à la personne qui en a l emploi 4., cette citation résume parfaitement, les fonctions que doit remplir cette phase de veille, idéalement l information traitée doit circuler au sein e l entreprise de manière à la rendre disponible chez tous ceux qui ont besoin, dans les conditions optimales de délais et de qualité. Les freins pouvant contraindre la communication et la circulation des informations, sont nombreux, parmi : l ignorance de sa valeur, traditionnellement, les acteurs ne sont pas toujours en mesure de distinguer l intérêt de l information, et d évaluer précisément son impact sur la décision et l action 5 de surcroit, la structure organisationnelle peut être à l origine de cette défaillance, en particulier, avec la multiplicité des niveaux hiérarchiques au sein de l entreprise ce qui alourdi cette étape de diffusion, accentué par le phénomène de cloisonnement, cette diffusion n aura même pas lieu. Le domaine de la diffusion des informations, se fait, par excellence, en interne, cependant, l entreprise pourra procéder à une diffusion externe d information, c'est-à-dire la communiquer à son environnement constitué de fournisseurs, clients, concurrents dans le but d agir et de les influencer. Conséquemment, cette phase peut constituer à la fois le centre de force et de vulnérabilité de l entreprise, dans ce sens il importe de la mener avec vigilance et prudence, afin d épargner l exposition inutile de l entreprise aux actions de veille des concurrents ayant un regard aiguisé sur l environnement et voulant irriguer leurs entreprises par des informations dont elles ont besoin. La figure présente retrace et visualise les étapes de veille déjà parcourues: 4 BLOCH A., Op. Cit, p MARCON C., et Moinet N., L intelligence économique, DUNOD, 2006, p 13.

7 Besoin 1 Besoin 2 La collecte d informations Info 1 Info 2 Info 3 Info 4 Info 5 Exploitation de l information Besoin 1 Info traitée 1 Besoin 2 Info traitée 2 Diffusion des informations traitées Sensibiliser Info traitée 2 Vente Production Info traitée 1 et 2 Figure 2 : Le fonctionnement de la veille au sein de l entreprise 2.3 Les outils de la veille technologique Plusieurs outils sont exploités par la veille technologique dans l objectif de collecter, de traiter et d exploiter l information en provenance de l environnement extérieur pour une meilleure prise de décision et pour l instauration d une dynamique d innovation, parmi ces outils nous avons : Les bases de données L information est mémorisée dans des bases de données qui consistent en des fichiers informatisés, contenant des éléments bibliographiques regroupés dans un système informatique central de grande capacité, qu est le serveur. L accès à ces informations exige de passer par un réseau télématique de transmission d information par paquet nationaux et internationaux, tout en utilisant des logiciels d interrogation et un outillage informatique. La méthode d interrogation repose sur le principe de l équation logique qui est très largement utilisée dans les différents logiciels, cette équation peut comporter des mots clés, des noms d auteurs, d inventeurs des noms d organismes, des éléments de code tels que C.I.B (Classification Internationale de Brevets), liés entre eux par des opérateurs booléens (Et, Ou, Sauf en français).

8 2.3.2 Les systèmes de recherche assistée par ordinateur Ce sont des systèmes adaptés pour la gestion de l information textuelle (note de synthèse, articles de revues, coupures de presse, ) et permettent des applications intéressantes dans le domaine des systèmes d informations. En effet, ils réalisent trois fonctions et parfois quatre, entre autre, la mémorisation des informations textuelles sur des microfiches et sur des disques optiques numériques lorsqu il s agit de système plus élaboré. Ce type de système permet de réaliser directement sur les textes le traitement informatique, et ce, grâce aux logiciels de recherche. Il est à noter que les TIC permettent à ce niveau une recherche rapide et efficace Les technologies de l information et de la communication (TIC) : Internet Les TIC désignent des technologies électroniques qui contribuent à l amélioration des circuits de communication ayant pour objectif de faciliter les diverses étapes du traitement de l information. Elles sont utilisées comme des outils pour améliorer les processus de travail en matière du gain de temps, d efficacité de gestion. Elles permettent ainsi de modifier la façon dont les entreprises coordonnent leurs activités de la chaîne de valeur. Parmi ces technologies l Internet est à coup sûr l une des plus importantes au niveau mondial, elle est devenue de nos jours le phénomène responsable du développement des sociétés humaines, il a modifié en si peu du temps, les règles économiques, sociales, politiques et culturelles traditionnelles. Les quantités d information à laquelle cet outil nous permet d accéder est aussi importante et perpétue d augmenter exponentiellement, ce qui est qualifié de «la jungle de l information». Vivre et survivre dans cette jungle, nécessite non seulement la mise en place de nouveaux instruments d aide à la décision, mais aussi et surtout, un état d esprit complètement nouveau 6. De ce fait, il est souvent question, pour les collaborateurs des entreprises, à recourir en premier à l internet, pour s informer sur un tel ou tel concurrent, tel ou tel produit nouveau, en conséquence, dans la majorité des cas, l internet est la première source sollicitée suite à une expression d un besoin en information. Cependant, afin de mener à bien leurs recherches d information, les membres de l entreprise, doivent clarifier dés le départ les thématiques de la recherche, pour ne pas dévier des besoins initiaux, notamment, qu internet, avec la multiplication des moteurs aux fonctionnalités diverses et aux spectres de recherche varié, offre des flots d informations 7, avec l intervention de la veille technologique, ce réseau sera interrogé d une façon efficace, et ce dans le but d obtenir l information fiable au bon moment, à cet effet, les moteurs de recherche, le google avancé, le web invisible, les flux RSS et sont primordiaux pour informer d une manière fiable, en temps réel Le réseau personnel Il est patent que les réseaux personnels, sont devenus le cœur de la veille technologique, en tout type d entreprise, dans la mesure où ces derniers constituent par excellence le centre de recueil des informations stratégiques 8. 6 REVELLI C., Intelligence stratégique sur internet, 2 e édition, DUNOD, 2000, p MOINET N., et DESCHAMPS C., La boite à outils de l intelligence économique, DUNOD, 2011, p MOINET N., et DESCHAMPS C., Op, Cit., p 46.

9 Ces réseaux permettent d acquérir les informations blanches et grises à haute valeur ajoutée, les informations informelles, celles en passent d être publiées ou encore celles publiées mais dont le chemin d accès est difficile, c est ainsi que les experts affirment que l information stratégique emprunte souvent des chemins de traverse ou des passages secrets 9. Il importe de noter que ce type de moyen d investigation complémentaire, se construit dans le temps débutant par une identification des sources humaines pertinentes susceptibles de détenir des informations désirées, puis de connaitre profondément ces sources, de les gratifiées et d en assurer un feed-back informant ainsi sur la pertinence de l information transmise et de son efficacité. Par conséquent, la logique primant est d être à la fois le solliciteur et le sollicité, et pour inscrire ces dernier dans l efficacité et la durée, chacun des rôles doit être rempli avec professionnalisme de la part des responsables de la veille technologique en entreprise Le benchmarking, l art de se mesurer aux meilleurs Le benchmarking est une méthode d étalonnage concurrentiel, reposant sur la comparaison, et d éventuel copiage des meilleures pratiques des meilleurs, qui ne sont pas toujours prêts à se laisser copier, sous peine de voir leur survie menacée, une fois leurs mystérieuses actions sont banalisées. Il est défini par David T. Keans ex- président et ex- chef de la direction de XEROX Corporation comme Un processus continu d évaluation de nos produits, services et méthodes par rapport à ceux de nos concurrents les plus sérieux ou des entreprises reconnues comme leaders 10. En effet, «to benchmark» ne consiste pas uniquement a se comparé aux firmes concurrentes, celles œuvrant dans le même secteur d activité, puisqu il est question de perfectionner un produit, un service, un processus, assurément, les pratiques les plus performantes ne peuvent se trouver exclusivement dans ces dernières, de même que cette analogie devra dépasser les frontières entre pays, à titre d anecdote le géant américain MOTOROLA a pris pour benchmark PIZZA HUT dans la contraction des délais de production et de livraison. De part cette définition, nous constatons que le benchmarking est par excellence un outil au service de La veille technologique, dans la mesure où il permet d analyser ce que font les concurrents, pourquoi et avec quel résultat 11, ce qui constitue une source d informations privilégiée pour l entreprise, qui s en sert. Il importe de préciser que les outils évoqués ci-dessus ne sont plus les seuls, mais nous avons tenté de s attarder sur le plus pertinents. Toutefois, nous arguons que les revues de presse, les brevets, les réseaux sociaux d entreprise, la war-room et sont tous des outils qu emploie la veille technologique en entreprise, dans le but d accéder aux informations, de les traiter et diffuser et enfin de les exploiter et les protéger. 9 MOINET N., et DESCHAMPS C., Op, Cit., p COSTA N., Veille et Benchmarking, ELLIPSES, 2008, p LEVET J-L., L intelligence économique, mode de pensée, mode d action, Paris, ECONOMICA, 2001, p 25.

10 3 Le modèle de veille technologique adéquat pour l entreprise algérienne du secteur EEEM Avant que le modèle de veille technologique retenu soit proposé, nous tenterons de caractériser la filière d EEEM en Algérie. 3.1 La présentation de l industrie des EEEM Issues pour la plupart de restructuration de la société SONELEC, créée en 1969, les entreprises de la filière des industries des EEEM sont regroupées en fonction de leurs métiers d origine. La filière compte sept métiers de base à savoir : - L électricité ; - L électronique ; - L électromécanique ; - L électroménager ; - L électrochimie ; - Câbles et fils ; - Les TIC. Les entreprises de cette filière sont regroupées selon les métiers de base comme le montre le tableau suivant, mettant ainsi en exergue les diverses entreprises publiques et celles privées : Tableau 1 : Les principales entreprises de la filière EEEM 12 Publique Privée Electricité Rouiba éclairage ; ENACT, LACQ CLAMOD, ELS, INGELEC, KADRI lumière, Remlec, VAM Electronique AMC, ENACT, LACQ CMI Electromécanique EI, ENACT, LACQ AMIMEUR, EIS Electroménager ENAPAT, ENIEM, ENIE, ENACT, LACQ BYA Electronic, CENTEL, Continental, GEMED Electrochimie EMPEC, ENACT, LACQ AMIMEUR, SAC Câble et fils CABEL, SOFAFE, ENACT, LACQ TIC CATEL, ENTC, CITEL, ENACT, LACQ Les forces et les faiblesses de la filière EEEM Le diagnostic de la filière EEEM fait apparaitre deux points forts communs à la majorité des entreprises nationales opérant dans les métiers de base, il s agit : - du faible coût de la main d œuvre et de l énergie ; - des liens technologiques forts avec des opérateurs de renommée mondiale. 12 Ministère de l industrie et de la promotion de l investissement.

11 Par ailleurs, cette filière présente plusieurs faiblesses parmi : - l absence quasi-totale de capacité d étude marketing en matière de connaissance de marché algérien ; - l absence de capacité d étude en matière de recherche & développement, d innovation et des méthodes d industrialisation de nouveaux produits adaptés au marché algérien ; Ces faiblesses se matérialisent amplement dans : - La médiocrité de la qualité et de la fiabilité des produits générés par la filière, fabriqués le plus souvent en l absence de normes algérienne et des standards de référence ; - Une forte dépendance aux inputs importés pour la plupart des entreprises; - Une productivité assez faible comparativement aux standards internationaux. Par conséquent, il importe de constater que la plupart de ces faiblesses de la filière EEEM, ne sont que le résultat de l absence de la veille tant marketing que technologique, que ce soit au sein des entreprises elles mêmes, ou à travers les institutions créées à ces fins Les besoins en informations des entreprises de la filière EEEM Il est incontournable de réfléchir sur la nature des besoins informationnels de cette filière dans la fin de déterminer les sources à consulter. En effet, les objectifs fixés par ces entreprises sont en mesure de désigner les domaines d activités ainsi que les secteurs à surveiller. Dans cette perspective, les objectifs prioritaires des entreprises nationales tant publiques que privées de cette filière sont : - L amélioration et le développement de la capacité de la conception de nouveaux produits ; - L instauration de la capacité à répondre à des demandes variées efficacement et promptement. Les entreprises de cette filière tant publiques que prives disposent des conditions indispensables pour améliorer son savoir-faire dans la conception et l innovation, comme elle répond aussi à un certain niveau de satisfaction des normes requises. Par conséquent, les entreprises de cette filière ont besoins de deux grands types d information : - Information scientifique émanant des divers colloques, des thèses, des revues scientifiques ; - Information technique et technologique relatives au savoir-faire, aux brevets et aux différents rapports technico-économique. Chacune de ces informations interviennent à un stade précis du processus productif de l entreprises, et ce, comme le montre la figure ci-après : Recherche Innovation Production Information scientifique Information technique Information technologique Figure 3 : Les diverses informations requise pour l entreprise de la filière EEEM Figure adaptée par nos soins, de JAKOBIAK F., 1991, p 36.

12 Il est clair que la veille technologique est indispensable aux entreprises de la filière d EEEM pour asseoir durablement leurs développements basé sur de fortes capacités d innovation, et ce, à travers la fourniture des informations scientifique, technique et technologique nécessaire. De ce fait, quel est le modèle de veille à développer et quels peuvent être les sources d informations à cibler et les outils à perfectionner. 3.2 Le cluster virtuel comme modèle de veille technologique adaptée aux entreprises algérienne Les entreprises nationales de l industrie d EEEM sont regroupées selon une logique de filière, qui met en évidence leurs liens technologiques. Par ailleurs, le diagnostic de cette filière fait apparaitre l absence quasi-totale de l activité de conception, ajoutons à cela l inexistence de relations entre les entreprises, les organismes et les laboratoires de recherche. Par la proposition d un modèle de veille technologique pour les entreprises de ce secteur, nous ambitionnons de créer une synergie effective entre le volet de la recherche et celui de l industrie, et ce, sur la base d une surveillance perpétuelle des tendances d évolution de la science ainsi que la technologie relatives à la dynamique d innovation au sein de la filière considérée. Cependant, notre choix du cluster virtuel est justifié par les raisons suivantes : - Les entreprises de cette filière sont dispersées géographiquement ; - Les entreprise de la filière ne disposent pas pour la plupart de compétences requises pour la recherche et développement ; - Les laboratoires et les centres de recherche nationaux sont dispersés à travers le territoire algérien ; Compte tenu de ces facteurs, le modèle proposé, trouve ses fondements dans le modèle de la «Triple Hélice», où le rôle des pouvoirs publics est crucial dans l intégration de ce modèle, et ce, à travers l instauration d une plateforme dotée des conditions politiques, institutionnelles nécessaires à la réussite du processus de mise en place. Le processus de la mise en place du modèle de veille proposé repose sur les trois étapes indispensables suivantes : - Identifier et délimiter les différents axes de recherche des informations pour chaque métier de base, en fonction de ses besoins informationnels ; - Identifier et localiser les divers acteurs clés ; - Identifier les sources d informations pertinentes ainsi que les outils à utiliser ; Définition des axes de recherche Les axes sont définis en fonction des besoins de chaque métier de base en information. Le diagnostic d analyse est l outil approprié pour cette tâche, puisqu il fait ressortir pour les entreprises appartenant au même métier de base, les axes de recherche appropriés, tout en s appuyant sur leurs besoins respectifs. Pour les entreprises nationales de l industrie EEEM, leurs besoins informationnels sont relatifs à la recherche des moyens permettant d améliorer leurs capacités de conception et d innovation à long terme.

13 3.2.2 Les acteurs de la veille Ce type de veille met en relations plusieurs acteurs qui peuvent être à la fois internes et externes, ceuxci, sont répartis selon leurs compétences et leurs domaines de prédilection. Toutefois, les acteurs clés de la veille sont : Les observateurs : ils peuvent être des personnes physiques telles que les ingénieurs, ou morales à l instar des prestataires public ou privé en informations scientifique et technologique. Cependant, les veilleurs doivent disposer de compétences avérées dans le domaine de la recherche de l information, ces derniers doivent connaitre parfaitement, les outils utiles à la collecte, les sources d informations et les règles et méthodes de recoupement de l information. Dans cette perspective, le gouvernement algérien a initié un partenariat avec l école européenne de l intelligence économique, afin de former les groupes de veilleurs désignés par cette filière. En effet, ces groupes auront pour mission de collecter l information sur toutes les innovations potentielles dans leurs domaines respectifs. Pour les veilleurs externes, les prestataires d information, qui constituent en Algérie une catégorie assez étroite de professionnels présents sur un éventail large de service d information fourni pour les entreprises, il s agit notamment de : - Des collectivités locales (chambres de commerce et de l industrie) ; - Les centres d information scientifique et technique (CERIST) ; - L INAPI pour la propriété industrielle ; - Les organismes privés tel que le groupe Hasnaoui qui offre le service d information aux entreprises, et ce, en collaboration avec un groupe français. Par ailleurs, elles sont rares les entreprises qui font appel à ces organismes. Il en résulte qu un énorme effort est à entreprendre en leurs direction, pour les sensibiliser et leurs expliquer l intérêt de ceux-ci et leurs rôles dans le développement technologique. Les experts ce sont des spécialistes opérationnels souvent internes à l entreprise, ces derniers peuvent se scinder en quatre familles de groupe en fonction de leurs centres d intérêt : - Un groupe chargé d analyser les informations relatives au produit ; - Un groupe chargé d analyser les informations relatives aux procédés de fabrication ; - Un groupe chargé d analyser les conditions d application des deux groupes précédents ; - Un groupe chargé des prospectives. Dans la filière EEEM, nous avons constaté que les compétences internes sont variables et leurs potentiel de développement est élevé, à condition de mettre à leurs disposition les formations adaptées à leurs besoins. Les groupes d experts peuvent se constitué autour de compétences internes et celles externes, en faisant appel aux chercheurs universitaires à travers les différents laboratoires de recherche. Et pour mobiliser ces compétences externes les pouvoirs publics ont un rôle à jouer sur un double niveau : - Mettre au point une base de données des compétences scientifiques et techniques par spécialité à l échelle nationale ; - Procéder à une réorientation de la recherche universitaire en fonction des besoins de l industrie à travers des plans nationaux de recherche, pour créer des passerelles entre le monde de la recherche et l industrie.

14 Idéalement les liens entre les experts internes et ceux externes sont établis de manière virtuelle grâce aux TIC. Les décideurs ce sont les chefs d entreprises et les managers. Concernant l industrie EEEM, les décideurs ne sont pas toujours les chefs d entreprises, à l exception des entreprises privées, les entreprises publiques sont rattachées à un centre de décision qui est la tutelle, ainsi les dirigeants de ces entreprises sont confrontés à plusieurs pôles de décision : - Le chef de gouvernement ; - Le ministre des finances qui influe le fonctionnement des entreprises à travers les banques, la douane et l administration fiscale ; - Le ministre de l industrie et de la promotion de l investissement anime et contrôle le secteur ; - Le ministre de l enseignement supérieur est responsable de la formation et de la politique de la recherche. Par conséquent, les entreprises ont un rôle de contrôle dans tout le processus de la mise en place de ce modèle de veille, elles ont à jouer un rôle moteur au stade initial du projet de cluster mais aussi dans la définition de leurs principaux besoins informationnels. Les décideurs politiques ont d emblé un rôle du catalyseur à remplir, par ailleurs ils confèrent au projet la légitimité requise. La communauté de l enseignement supérieur appuie la dynamique d innovation, pour peu que les projets de recherche effectués correspondent aux objectifs scientifiques fixés par les plans nationaux de la recherche, et donnent lieu à une production scientifique effective Les sources d information et les outils de la veille Le développement des TIC constitue une relance révolutionnaire que les acteurs nationaux doivent pleinement exploiter. La veille est centrée sur l accumulation, la recherche, le traitement et la communication de l information sous diverses formes, qui réduisent considérablement les contraintes naturelles (espace, temps, volume), de ce fait, internet est devenu un outil incontournable de la veille technologique. Il existe de nombreux outils spécifiques à internet, parmi certains sont très utiles aux veilleurs, ces outils qualifiés d agents intelligents sont à référencer en fonction de leur importance pour les veilleurs : Les moteurs de recherche et les méta-moteurs, un moteur de recherche est un logiciel puissant qui sert à identifier, rapatrier et exploiter des informations définies par thèmes ou mots clés dans des bases de données ou sur des sites internet, ils sont utiliser afin de recueillir une information à haute valeur ajoutée. Tableau 2 : les moteurs de recherche les plus utilisés Met-moteurs Moteurs de recherche Moteurs spécialisés Copernic Hotbol Liszt recherché Nothernlight Degamens Digimind Altavista ftp search Digout uu Deganews Matahari Excite News monger Webcrouler

15 En matière de recherche, une fois les besoins informationnels sont identifiés, une recherche par mots clés peut être effectuée grâce à ces outils. L ou le courrier électronique le courrier électronique tend à remplacer le courrier conventionnel. Le mail connecte tous les sites, tous les employés, tous les services. Il lui transite toutes les informations nécessaires au fonctionnement de l entreprise. L utilisateur peut envoyer des messages à un ou plusieurs destinataires simultanément en si peu de temps, avec un coût relativement bas. Les avantages du mail sont sa rapidité, sa fiabilité, sa permanence, son interactivité et son caractère anonyme. Cet outil est utilisé en Algérie notamment par la communauté universitaire, ainsi que certaines entreprises. Les forums électroniques l internet permet d accéder à près d une centaine de milliers de forums de discussions qui couvrent des sujets scientifiques, culturels et sociaux. Le forum est un moyen d échange d informations, en effet, on distingue deux types de forum : - Des forums ouverts à tous ; - Des forums où les participants sont choisis par l administrateur. L intranet est considéré comme l internet propre à l entreprise, il permet le partage en réseau de l information et favorise le déploiement des applications de travail coopératif, il répond également à certains types de besoins considérés indispensables au bon fonctionnement de l entreprise : - Le partage de l information ; - La gestion des connaissances ; - La communication entre les individus d environnements différents des filiales de réseau d entreprises, les acteurs externes comme les fournisseurs et les clients ; Toutefois, il est à noter que l intranet est personnalisé, il répond à des attentes distinctes, en corrélation avec la culture propre et les spécificités de chaque entreprise, d ailleurs, l intranet mis en place au sein de l entreprise électro-industrie de la filière EEEM, constitue un exemple concret de spécificité de cet outil. Par conséquent, l instrumentalisation de l outil informatique ne peut en aucun cas constituer une fin en soi. Mais des outils servant à la collecte, traitement, exploiter et diffuser l information scientifique et technologique en vue de consolider les capacités d innovation des entreprises concernées. La figure suivante met en avant les intervenants principaux dans la mise en place de ce modèle de veille adaptée pour les entreprises de l industrie EEEM :

16 les entreprises de la filière EEEM Le cluster virtuel de veille technologique le gouvernement algérien à travers les décideurs politiques Laboratoires et centrss de la recherche scientifique Figure 4 : Les pôles du cluster virtuel de la veille technologique Le cluster est un modèle fondé sur une interaction intense de trois acteurs qui sont l Etat, l industrie et la recherche scientifique. L Etat à travers ses centres de décisions, joue un rôle capital dans la mise en œuvre de la veille en Algérie, et ce à travers les différents textes de loi ainsi que la création des infrastructures informationnelles servant à la communication, quant à la recherche scientifique, elle constitue le réservoir des compétences et des diverses informations technique et technologique dans lequel les entreprises nationales puisent les informations dont elles ont besoins. 4 Conclusion Le processus de veille nécessite une adaptation aux entreprises et ce, selon leur environnement, leurs objectifs, leurs besoins en matière de veille. C est ainsi qu il n existe pas de modèle unique de veille technologique adaptable pour toutes les entreprises. L idée selon laquelle les modèles de veille peuvent être adaptés aux caractéristiques des entreprises algériennes et de leur environnement montre que la veille n est point l apanage des seules entreprises pays développés. Toutefois, le modèle de veille technologique que nous avons retenu, qui est celui de cluster virtuel exige la participation de tous, de l industrie même, de la recherche scientifique et de l Etat qui a un rôle moteur dans la mise en place de ce processus, comme le témoignent les modèles développés par le Japon, l Allemagne et même la France. D ailleurs, les tentatives de mise en place des processus de veille sont fréquentes au sein des entreprises algériennes, cependant, elles n ont pas pu se concrétiser pour plusieurs raisons, dont l absence d une volonté globale réunissant à la fois les pouvoirs publics, la sphère de la recherche ainsi que les industriels est la plus imposante.

17 Et justement à travers la mise en place de ce cluster virtuel des synergies relatives à l appropriation et l exploitation de l information à la fois scientifique et technologique peuvent se matérialisées, et ce tout en mettant en relation diverses acteurs susceptibles d influer l efficacité de ce modèle qui sont les entreprises de l industrie EEEM, la sphère de la recherche scientifique à travers les organismes en information scientifique et technique à l instar du CERIST, des organismes de recherche comme l ANDRU et l ANVREDET, et l Etat qui est le seul acteur susceptible de conférer à ce modèle la légitimité nécessaire pour son développement. Par ailleurs, les outils nécessaires à la veille technologique sont pour la plupart disponible au sein des entreprises et ou potentiellement mobilisable à l extérieur, ainsi l efficacité de ce modèle de veille est conditionnée non pas par la disponibilité de ses outils, mais davantage de l usage qu ont fait les acteurs de ces outils, c est ainsi, que certaines formation dans l objectif de mettre à niveau les compétences des ces acteurs par l exploitation de ce type de veille demeurent indispensables. Par conséquent, le modèle de veille technologique adapté aux entreprises algériennes de la filière EEEM est tout à fait concevable et son potentiel de réussite est important, à condition que les actions des acteurs clés de ce cluster virtuel convergent à une finalité de base consistant à produire de l informations scientifique et technologique de qualité (recherche scientifique), qui seront appropriées et exploitées par les entreprises nationales dans le but de consolider leurs performances en matière d innovation technologique, tout en ayant le soutien des pouvoirs publics algériens dans l instauration d un véritable réseau interactif et dynamique accompagné d un véritable seau de légitimité national. En outre, l apport des TIC est incontournable à ce niveau, puisqu elles constituent le centre du réseau d acteurs crée, d ailleurs nous avons qualifié ce cluster de virtuel, dans le sens où il est basé sur l usage des TIC pour relier entre l industrie des EEEM, la recherche scientifique et les pouvoirs publics algériens, de ce fait, la distance physique entre ces derniers tend à s estomper progressivement, tout en profitant des divers avantages que procure ces technologies à l instar de réduction de temps, et la progression des capacités de production et de mémorisation des informations. 5 Bibliographie [1] BAUMARD P., Stratégie et surveillance des environnements concurrentiels, MASSON, 1991 [2] BLOCH A., L intelligence économique, 2 e édition, ECONOMICA, [3] COSTA N., Veille et Benchmarking, ELLIPSES, [4] HASSID L., JAQUE-GUSTAVE P., et MOINET N., Les PME face au défi de l intelligence économique, le renseignement sans complexe, DUNOD, [5] HERMEL Laurent., Maitriser et pratiquer veille stratégique et intelligence économique, 2 e édition, AFNOR, [6] JAKOBIAK F., Pratique de la veille technologique, les éditions d ORGANISATION, [7] JAKOBIAK F., De l idée au produit : veille- R&D- Marché, éditions d ORGANISATION, [8] LESCA H., Structure et système d information, facteurs de compétitivité de l entreprise, 2 ed, MASSON, [9] LEVET J-L., L intelligence économique, mode de pensée, mode d action, Paris, ECONOMICA, [10] MARCON C., et MOINET N., L intelligence économique, DUNOD, [11] MARTINET B., et MARTI Y-M., L intelligence économique : comment donner de la valeur concurrentielle à l information, Les éditions d ORGANISATION, 1995.

18 [12] MARTINET N., et RIBAULT J-M., la veille technologique concurrentielle et commerciale, éditions d ORGANISATION, [13] MOINET N., et DESCHAMPS C., La boite à outils de l intelligence économique, DUNOD, [14] REVELLI C., Intelligence stratégique sur internet, 2 e édition, DUNOD, [15] THIETART R A., La stratégie d entreprise, 2 e édition, EDISCIENCE international, 1996.

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS Christophe GINESY - Cyril PEREIRA PLAN GENERAL I INTRODUCTION Définition : veille, IE, recherches d information II NOTRE APPROCHE Constats, retours d expérience

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

Automatiser sa veille sur Internet

Automatiser sa veille sur Internet Par Julien Flandrois, Directeur Commercial chez KB CRAWL SAS, éditeur français d outils de veille et d intelligence économique sur Internet depuis 1995. Pourquoi automatiser sa veille sur Internet? La

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

DOSSIER VEILLE. SOURCES - Bonne pratique en matière d intelligence économique. Lucie NAAOUTCHOUE Janvier 2015

DOSSIER VEILLE. SOURCES - Bonne pratique en matière d intelligence économique. Lucie NAAOUTCHOUE Janvier 2015 DOSSIER VEILLE SOURCES - Bonne pratique en matière d intelligence économique - Introduction à la veille - Guide du routard Lucie NAAOUTCHOUE Janvier 2015 SOMMAIRE I - Définition et objectifs de la «veille»

Plus en détail

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi. Module: Organisation 3.3. L informatique dans la structure d une organisation Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.dz Plan Introduction Informatique dans les organisations Rattachement

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions

Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Vos affaires sont nos affaires! Programme d actions Orkhan Aslanov/ Fotolia.com > Suivez le guide nous saisissons vos opportunités de marchés publics! > Gardons Avec le Centre de Veille le contact nous

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 Au Gouvernement du Burundi

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Conseil National du Commerce Extérieur La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Anticiper Partager Agir 2000 www.cnce.org.ma Sommaire INTRODUCTION 1. LE NOUVEAU CONTEXTE

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

L audit de communication interne

L audit de communication interne A faire suivre à : retour à : L audit de Problématique La décision de lancer un audit répond à une volonté politique. Celle-ci s inscrit souvent dans le cadre d une conjoncture spécifique : restructuration

Plus en détail

Réunion d information

Réunion d information Réunion d information Veille concurrentielle : Surveillez votre marché et vos concurrents grâce à Internet Jeudi 16 février 2012 En partenariat avec Avec le soutien Le dispositif Performance PME TIC? Cette

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale 3 clés pour faire de la communication managériale un levier de performance Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale L Afci, l ANDRH et le cabinet Inergie mènent depuis 2006, tous

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

LE SYSTÈME TÉLÉINFORMATION DE L INEM

LE SYSTÈME TÉLÉINFORMATION DE L INEM LE SYSTÈME TÉLÉINFORMATION DE L INEM Par un collectif de l INEM Instituto National de Emples (Institut National de l Emploi), Madrid, Espagne L intégration des technologies dans la société de l information

Plus en détail

Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions

Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions Qwam Content Intelligence Denis Guedez Consultant Qwam Content Intelligence

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Référencement dans des bases de données

Référencement dans des bases de données Marketing Site web du guide des ressources pour l édition de revues numériques Coordination : Ghislaine Chartron et Jean-Michel Salaun Doctorant en science de l'information La création numérique, ou la

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Françoise KERLAN GUIDE DE LA GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES Préface de Jean-Louis Muller Directeur à la CEGOS Ancien responsable de Formation à l Université Paris 9 Dauphine Deuxième

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Léveillé Valérie, Rostaing Hervé

Léveillé Valérie, Rostaing Hervé CONCEPTION D UN NOUVEL OUTIL DE GESTION DES RESSOURCES HÉTÉROGÈNES EN VEILLE TECHNOLOGIQUE Léveillé Valérie, Rostaing Hervé *CRRM, Centre de Recherche Rétrospective de Marseille Av. Escadrille Normandie-Niemen

Plus en détail

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo

Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Dossier de Présentation Forum Open- IPVideo Association Loi de 1901-18 Rue Irénée Blanc 75020 Paris SIRET 520 224 734 00019 APE 9499Z http://www.open-ipvideo.org Page 2 sur 13 Sommaire 1. PREAMBULE...

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

La Crm : quels sont les compartiments du jeu? Emmanuel Crevecoeur. Directeur commercial. Isagri

La Crm : quels sont les compartiments du jeu? Emmanuel Crevecoeur. Directeur commercial. Isagri La Crm : quels sont les compartiments du jeu? Emmanuel Crevecoeur. Directeur commercial. Isagri Gestion de la Relation Client GRC : quels sont les compartiments du jeu? Emmanuel Crevecoeur Mars 2012 Ordre

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation commerciale?... 6 A. Le temps... 6 B. La productivité...

Plus en détail

Notre objectif est de vous communiquer les meilleures solutions pour que vous puissiez

Notre objectif est de vous communiquer les meilleures solutions pour que vous puissiez Toute action marketing a pour objectif nécessairement de vous permettre de maîtriser votre marché, ses contraintes et ses acteurs pour développer une offre, en adéquation parfaite, avec les attentes de

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites? ner g a p Accom ets oj vos pr ialisation n o str i t u a d s i n l i d rcia e m m o et de c s nt a v o n in Juin 2015 Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Qui est concerné par la qualité des données?

Qui est concerné par la qualité des données? INTRODUCTION Qui est concerné par la qualité des données? Plus que jamais, les entreprises sont confrontées à des marchés de plus en plus exigeants, réclamant une réponse immédiate et adaptée à des besoins

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Contacts PASRI MEDIA HORIZON : 71 802 557

Contacts PASRI MEDIA HORIZON : 71 802 557 Contacts PASRI Unité d Appui au Projet d Appui au Système de Recherche et Innovation (UAPASRI) Adresse : 50 Av. Mohamed V-B.P N 177-1002 Tunis Belvédère Tunisie Tél/Fax : +216 71 834 855 Email : contact@pasri.tn

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

René Duringer. www.smartfutur.fr

René Duringer. www.smartfutur.fr La Veille Stratégique René Duringer www.smartfutur.fr Néo-Économie mondiale sans couture = guerre économique ouverte Compétition mondiale : low cost + déflation + agressivité facteur prix (cf. Chine) Des

Plus en détail

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE»

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» INTRODUCTION Pourquoi un appel à projets «Technologies numériques pour les nouveaux usages

Plus en détail

Pour une prise en charge complète des interventions, de la demande à la réalisation

Pour une prise en charge complète des interventions, de la demande à la réalisation PLANON mobile field services Pour une prise en charge complète des interventions, de la demande à la réalisation Un spécialiste innovant, avec trente ans d expérience dans le domaine IWMS Un partenaire

Plus en détail

SAVOIRS EN ACTION. Établissement supérieur privé de commerce

SAVOIRS EN ACTION. Établissement supérieur privé de commerce Établissement supérieur privé de commerce Autorisé par le Ministère de l Enseignement Supérieur par décision n 25/88 du 18/10/1988 SAVOIRS EN ACTION Guide d admission Bac + 5 Administration et Stratégie

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

IEMA-4. Appel à participation

IEMA-4. Appel à participation Appel à participation Les tendances, méthodes et outils de mise en place des cellules de veille et d intelligence économique Sensible aux nouveaux enjeux en matière de veille, d intelligence économique

Plus en détail

Intelligence économique : Rôle de l expert-comptable dans la mise en place d une veille stratégique et concurrentielle

Intelligence économique : Rôle de l expert-comptable dans la mise en place d une veille stratégique et concurrentielle Intelligence économique : Rôle de l expert-comptable dans la mise en place d une veille stratégique et concurrentielle Intervenants : Mardi 5 septembre 2006 Séance 14h00 15h30 Janin AUDAS, EC,CAC, Arezki

Plus en détail

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS 1 SÉANCE 4: CHAMP D APPLICATION DES EXIGENCES QUALITÉ Présentateur: Emile K. AIFA Date: 4 Mai 2015 Lieu: Ouagadougou I RÔLE, STRUCTURE

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT Titre du projet «Appui à la mise en œuvre de la stratégie

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

LA COMMUNICATION FINANCIERE

LA COMMUNICATION FINANCIERE LA COMMUNICATION FINANCIERE La communication financière s adresse ou se fait à l intention d entreprises cotées en bourse. Une action est un produit. A ce titre, elle a besoin de communication. I- FONDEMENTS

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Ni naïf, ni paranoïaque : sachez protéger votre valeur ajoutée La veille stratégique Anticiper au moindre coût

Ni naïf, ni paranoïaque : sachez protéger votre valeur ajoutée La veille stratégique Anticiper au moindre coût Le 05 novembre 2013 Ni naïf, ni paranoïaque : sachez protéger votre valeur ajoutée La veille stratégique LA VEILLE, POURQUOI? 1. Enjeux de la démarche NE PAS PAYER LE COÛT DE L IGNORANCE 2. Intérêts pour

Plus en détail

La veille commerciale

La veille commerciale Université Mohamed Premier Ecole Nationale de Commerce et de Gestion d Oujda L intelligence économique et la veille stratégique Sous le thème : La veille commerciale Réalisé par : Encadré par : Sara MANSRI

Plus en détail