LA MAREE NOIRE DU GOLFE DU MEXIQUE CONSEQUENCES FINANCIERES POUR BP, METHODES D EVALUATION DES DOMMAGES ET PERSPECTIVES D EXTENSION DE LA COMPTABILITE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA MAREE NOIRE DU GOLFE DU MEXIQUE CONSEQUENCES FINANCIERES POUR BP, METHODES D EVALUATION DES DOMMAGES ET PERSPECTIVES D EXTENSION DE LA COMPTABILITE"

Transcription

1 Etude de cas LA MAREE NOIRE DU GOLFE DU MEXIQUE JOËL HOUDET & CHARLES GERMANEAU LA MAREE NOIRE DU GOLFE DU MEXIQUE : RAPPEL DES EVENEMENTS CLEFS a marée noire du Deepwater Horizon, également connue sous les noms de marée noire du Golfe du Mexique ou marée noire de British Petroleum (BP), est la plus grande dans l histoire des Etats-Unis. Elle a été provoquée le 20 avril 2010 par une explosion de la plateforme Deepwater Horizon qui opérait en eau profonde à environ 80 kilomètres au sud-est du delta du Mississippi. Après une série de tentatives infructueuses, BP a indiqué le 15 juillet que la fuite avait enfin été colmatée, arrêtant ainsi l écoulement d hydrocarbures dans le Golfe du Mexique pour la première fois en 86 jours. Bien que le taux de fuite soit rapidement devenu le sujet de débats intenses, le consensus actuel porte sur approximativement 5 millions de barils de pétrole libérés, avec environ 4.2 millions de barils directement dans les eaux du Golfe du Mexique (Cleveland 2010). En outre, les évaluations de l empreinte de la nappe d hydrocarbures varient considérablement (dérivées de données portant sur des prévisions de vents / courants océaniques, de photographies aériennes et d images satellites) : par exemple, Skytruth 1 a estimé l empreinte à kilomètres carrés. Figure 1 : Nappe de pétrole cumulée du 25 avril au 16 juillet 2010 (Skytruth) BP était le principal investisseur et développeur du gisement de pétrole de Macondo où l accident s est produit. La plateforme Deepwater Horizon, appartenant à Transocean Ltd., était sous contrat avec BP pour exploiter un forage d exploration. À l heure de l explosion, BP et Transocean étaient en train de fermer le puits de forage en anticipation de production ultérieure, alors que Halliburton avait récemment accompli le cimentage des enveloppes dudit puits. Le gouvernement des États-Unis a nommé BP comme partie responsable de l accident si bien que le groupe devra supporter l ensemble des coûts de nettoyage et de restauration résultant des dommages causés par la marée noire. Bien que BP ait accepté cette responsabilité, l entreprise a récemment indiqué que Transocean et Halliburton méritaient tous deux d être également blâmés pour le désastre (Cleveland 2010). LES IMPLICATIONS FINANCIERES DE LA MAREE NOIRE POUR BP e 27 juillet dernier, le groupe BP a publié son compte de résultat pour le deuxième trimestre de l année Celui-ci inclut US$ 32,2 milliards de charges liées à la marée noire du Golfe du Mexique, dont US$2,9 milliards de dépenses effectivement encourues au 30 juin Toutes ces charges ont été traitées comme charges exceptionnelles et ont été déduites du résultat imposable 3. Via la vente d actifs américains au cours des 3,5 prochaines années, BP mettra progressivement 20 milliards d US$ dans un compte dédié, ce qui lui permettrait (selon ses dires) de satisfaire l ensemble des réclamations légitimes : celles établies par le Gulf Coast Claims Facility (GCCF ; instance indépendante), celles issues des procès en cours et à venir, celles renvoyant aux dépenses pour tenter de contenir la marée noire (états bordant le golfe), et celles liées aux dommages sur les écosystèmes. Notamment, BP s est engagé à financer jusqu à US$500 millions pour un programme de recherche de 10 ans visant à étudier les impacts sur les écosystèmes marins et côtiers (a) de la marée noire 1 Organisation non gouvernementale qui diffuse des images satellites auprès du grand public notamment à des fins de sensibilisation environnementale. 2 Le reste correspondrait à des passifs environnementaux plus ou moins contingents à la matérialisation d évènements futurs. 3 A l image des pertes liées à l affaire Kerviel pour la Société Générale. 1/5

2 Figure 2 : Impact comptable des charges exceptionnelles liées à la marée noire du Golfe du Mexique (ligne «Gulf of Mexico oil spill response» ; BP 2010, p. 6) et (b) des actions correctives menées en réponse à cette dernière. Le groupe a également accepté de financer la construction de six bermes (environ US$360 millions) dans le cadre du projet d îles-barrières de l état de Louisiane. Toutefois, les charges comptabilisées n incluent ni amendes ni pénalités, exceptées celles relevant d une responsabilité stricte démontrée dans le cadre du Clean Water Act (jusqu à US$4 300 par baril de pétrole en cas de négligence grave) ; BP soutenant qu il ne lui était pas possible d estimer avec rigueur ces montants éventuels (contingents à des négociations intenses avec l état fédéral). En d autres termes, il existe de fortes incertitudes sur les montants totaux que BP devra débourser, si bien que les 20 milliards d US$ bloqués sur un compte dédié ne correspondent pas à son chapeau de responsabilité financière. Selon les propres termes de l entreprise (BP 2010), les montants totaux des dépenses dépendront de beaucoup de facteurs, dont la date effective (et acceptée par les parties prenantes) de l arrêt complet des écoulements d hydrocarbures du puits de forage, des volumes d hydrocarbures libérés, du temps requis pour les efforts de nettoyage et de restauration (entrepris sur une échelle sans précédent) ainsi que du nombre, de la nature et des montants des réclamations. EVALUATION DES DOMMAGES ECONOMIQUES ET ECOLOGIQUES : DIFFICULTES METHODO- LOGIQUES ET MANQUE DE TRANSPARENCE DE BP l sera très difficile de mesurer avec précision, dans l espace et le temps, les impacts écologiques et économiques de la marée noire du Golfe du Mexique 4. Selon Costanza et al. (2010), celle-ci a directement et indirectement affecté au moins 20 catégories de services écosystémiques dans et autour du Golfe du Mexique (ex. arrêt quasi-total des pêcheries commerciales de la Louisiane évaluée à environ US$2,5 milliards par an) ; dont ceux de la régulation! 4 Simplement par l absence d un état des lieux socio-écologique exhaustif pré-datant la catastrophe, il s avère difficile de quantifier avec précision l ampleur des dommages. 2/5

3 du climat (séquestration de carbone par les marais côtiers et les systèmes aquatiques), de la protection contre les ouragans offerte par les marécages côtiers, ou encore ceux renvoyant aux valeurs culturelles, récréatives et spirituelles des écosystèmes affectés. Une étude récente (Batker et al., 2010) a estimé à US$12-47 milliards par an la valeur économique de tous les services écosystémiques associés au delta de fleuve du Mississippi. Si on suppose que celleci sera la région la plus affectée et qu il y aura 10 à 50% de réduction des niveaux de disponibilité des services écosystémiques (SE) en raison de la marée noire, la valeur des SE perdus s élèverait à entre US$1,2 et 23,5 milliards par an pour une durée indéfinie (jusqu au rétablissement des écosystèmes), soit entre US$34 et 670 milliards en valeur actualisée (à un taux d intérêt de 3,5% ; Costanza et al., 2010). Figure 3 : Nettoyage du rivage en Louisiane, 23 mai 2010 (Deepwater Horizon Response; Flickr) Dans la pratique toutefois, les représentants du gouvernement américain trouveront (logiquement) difficile de mesurer rigoureusement les SE perdus (Boyd 2010) ; les fondements méthodologiques et les résultats de telles études étant souvent fortement contestés par les parties prenantes (ex. manque de précision, impossibilité de transférer les résultats d un contexte à un autre de manière rigoureuse ; voir Chevassus-au-Louis et al., 2009). Comme alternative, les agences gouvernementales se sont traditionnellement concentrées sur une approche d évaluation des dommages bien plus pragmatique : l approche par les coûts de remplacement où le but n est autre que de remplacer la richesse économique et écologique perdue via la mesure de leurs coûts de restauration effectifs. En d autres termes, en sollicitant des offres de restauration et en mobilisant les coûts obtenus dans les négociations portant sur l évaluation des dommages, ils évitent d avoir à mesurer la richesse sociale perdue. Cependant, les dommages écologiques ne sont pas tous aisément visibles, prévisibles ou / et remédiables. Comme l explique Boyd (2010, p. 19), this raises the possibility that physical damages are under-estimated given the challenge of demonstrating causally related effects. The economic problem with the approach is that costs are not the same as benefits. A focus on restoration costs as the measure of damages can lead to both overand under-deterrence, depending on the relationship of restoration costs to the true social cost of the physical damages. Dès que les méthodes d évaluation des services écosystémiques atteindront un stade de maturité, les plaintifs et tribunaux auront très probablement à leur disposition des outils complémentaires puissants pour évaluer les responsabilités et dommages liés aux écosystèmes marins. Compte tenu des connaissances scientifiques et économiques actuelles, l ampleur des pénalités demeure pour l instant essentiellement contingente aux résultats de négociations politiques secrètes plutôt que déterminées par des calculs objectivés par une démocratie technique impliquant l ensemble des parties intéressées. Et c est sans doute pour cette raison que BP n a pas divulgué la manière dont il est arrivé à chiffrer ses US$ 32,2 milliards de charges avant-impôts liées à la marée noire du Deepwater Horizon informations qui seraient critiques à la fois (1) pour juger de la pertinence du montant global proposé que (2) pour comprendre l ampleur des efforts de restauration à mettre en œuvre pour restaurer (si possible) ce qui a été détruit ou partiellement / temporairement détérioré. Si l on peut aisément comprendre l intérêt fiscal pour BP de déduire du revenu imposable une telle charge exceptionnelle, le manque de transparence sur le calcul des dommages économiques et écologiques n augure rien de bon quand à l anticipation et la gestion de futurs «accidents» similaires Figure 4 : Plateforme de forage Deepwater Horizon en feu (Us Coast Guards; Wikimedia Commons) 3/5

4 QUEL ROLE POUR LA COMPTABILITE POUR UNE MEILLEURE REGULATION DES RISQUES ET ACCIDENTS ECOLOGIQUES? a marée noire du Deepwater Horizon va probablement conduire à une régulation plus stricte des activités de forage en pleine mer aux Etats-Unis (et dans le reste du monde?), aussi bien en matière de contrôle «santé sécurité environnement» des exploitations en cours et qu en termes d autorisation d accès à de nouveaux gisements d hydrocarbures. Comme le souligne BP (2010, p. 33), significant uncertainties over the extent and timing of costs and liabilities relating to the incident and the changes in the regulatory and operating environment that may result from the incident have increased the risks to which the group is exposed. These uncertainties are likely to continue for a significant period. These risks have had and are expected to have a material adverse impact on the group s business, competitive position, cash flows, prospects, liquidity, shareholder returns and/or implementation of its strategic agenda. Une telle déclaration souligne l importance de l intégration systématique d indicateurs de biodiversité et de services écosystémiques au sein des systèmes et procédures de gestion des risques de l ensemble des entreprises aux activités potentiellement dangereuses ; car celles-ci opèrent toutes nécessairement au sein d écosystèmes sensibles, qu ils soient marins, aquatiques ou terrestres. Aussi Synergiz souligne l importance d une extension de la comptabilité générale (ou financière) des entreprises à une comptabilité écosystémique intégrant des données non-monétaires (Houdet 2010 ; Houdet et al., 2010). En France, la loi n du 12 juillet 2010 (L du Code de commerce) portant engagement national pour l environnement (loi Grenelle II) remplacera l article 116 de la loi NRE de 2001 dès l exercice 2011 : elle prescrit (1) la remise à plat des informations sociales et environnementales demandées, (2) l élargissement des obligations de reporting aux entreprises non cotées et à un périmètre «groupe» et (3) l instauration d une vérification par un «tiers indépendant» dès l exercice 2011 pour les entreprises cotées (2016 pour les autres). Or, les prescriptions ne vont pas assez loin en matière de biodiversité et de services écosystémiques (BSE) : la loi n impose pas l usage d indicateurs permettant de prendre en compte des dynamiques territoriales réelles (dépendances et impacts). En outre, les personnes morales de droit public (administrations, collectivités) ne sont pas concernées à ce jour. Suite à la marée noire du Deepwater Horizon, le minimum que l on pourrait demander à toute personne morale de droit privé, public, ou mixte (de plus de 200 salariés, avec un Chiffre d Affaires de 10M ou avec des activités présentant des risques écologiques importants) serait de rendre compte systématiquement dans leurs rapports annuels (en annexe des bilans et comptes de résultat pour une entreprise) : de l état des écosystèmes dans lesquels l organisation a des actifs (plateformes de forage, sites de stockage, raffineries) contrôlés directement ou exploités par des sous-traitants ou partenaires dans le cadre de «jointventures» (données écologiques spatialisées pour chaque actif). des éléments socio-écosystémiques détruits et dégradés (ex. habitats, populations d espèces animales et végétales) suite à des accidents causés directement ou indirectement par l entreprise ; des (méthodes de) calculs d évaluation des dommages économiques et écologiques pour tous les accidents causés directement ou indirectement par l entreprise, en particulier pour ceux impliquant la comptabilisation de charges et / ou passifs environnementaux ; des (méthodes de) calculs d équivalences écologiques utilisés pour justifier les mesures compensatoires réalisées suite à une étude d impacts ; de l efficacité écologique et de l efficience socio-économique des mesures de mitigation des impacts et de restauration des dommages mises en œuvre (évaluations ex post). Figure 5 : Pélican mazouté au centre vétérinaire de Fort Jackson, en Louisiane, le 20 mai 2010 (International Bird Rescue Research Center; Flickr) 4/5

5 Références : Boyd, J., Lost ecosystem goods and services as a measure of marine oil pollution damages. Resources for the Future DP 10-31, 25p. Batker, D.P., de la Torre, I., Costanza, R., Swedeen, P., Day, J.W., Jr., Boumans, R., Bagstad, K., Gaining ground - Wetlands, hurricanes and the economy: the value of restoring the Mississippi River Delta. Earth Economics Tacoma, WA. Citation recommandée : Houdet, J., Germaneau, C., La marée noire du Golfe du Mexique: conséquences financières pour BP, méthodes d évaluation des dommages et perspectives d extension de la comptabilité. Etude de cas , Synergiz, 5p. BP p.l.c., Group results Second quarter and half year Consulté le 20 Octobre; URL : liveassets/bp_internet/globalbp/staging/global_assets/ downloads/b/bp_second_quarter_2010_results.pdf Chevassus-au-Louis, B., salles, J.-M., Pujol, J.-l., Approche économique de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes. Contribution à la décision publique. Centre d Analyse Stratégique. Consulté le 6 Novembre 2009; URL : Cleveland, C., Deepwater Horizon oil spill [online]. The Encyclopedia of Earth. Consulté le 25 Octobre 2010; URL : Costanza, R., Batker, D., Day, J., Feagin, R.A., Martinez, M.L., Roman, J., The perfect spill: solutions for averting the next Deepwater Horizon. Consulté le 25 Octobre 2010; URL : node/629 Houdet, J., Entreprises, biodiversité et services écosystémiques. Quelles interactions et stratégies? Quelles comptabilités? Thèse de Doctorat, Sciences de Gestion, AgroParisTech - ABIES, 342p. Houdet, J., Trommetter, M., Weber, J., Rendre compte des dépendances et impacts en matière de biodiversité et de services écosystémiques. Vers la standardisation d un Bilan Biodiversité. Orée, 16p. 5/5

ENTREPRISES, BIODIVERSITÉ ET SERVICES ÉCOSYSTÉMIQUES QUELLES INTERACTIONS ET STRATÉGIES? QUELLES

ENTREPRISES, BIODIVERSITÉ ET SERVICES ÉCOSYSTÉMIQUES QUELLES INTERACTIONS ET STRATÉGIES? QUELLES ENTREPRISES, BIODIVERSITÉ ET SERVICES ÉCOSYSTÉMIQUES QUELLES INTERACTIONS ET STRATÉGIES? QUELLES COMPTABILITÉS? JOËL HOUDET Soutenance de thèse CIFRE Spécialité : Sciences de gestion 18 Octobre 2010 1-

Plus en détail

CBBC Canadian Business & Biodiversity Council

CBBC Canadian Business & Biodiversity Council CBBC Canadian Business & Biodiversity Council Centre de la Science de la Biodiversité du Québec 72 chercheurs et 350 étudiants en thèse distribués sur un réseau de 8 partenaires universitaires et 2 institutions.

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Véme Session du Conseil de la Présidence de l UMA Nouakchott, 11 novembre 1992 1 INTRODUCTION A notre époque, les questions

Plus en détail

GONDWANA: LA SEULE SOCIÉTÉ CONSEIL SPÉCIALISTE DE LA BIODIVERSITÉ

GONDWANA: LA SEULE SOCIÉTÉ CONSEIL SPÉCIALISTE DE LA BIODIVERSITÉ GONDWANA: LA SEULE SOCIÉTÉ CONSEIL SPÉCIALISTE DE LA BIODIVERSITÉ 1 GONDWANA PRINCIPAUX : LE OBJlElCTIFS PARTENAIRE BIODIVERSITÉ DES ENTREPRISES Société indépendante créée en 2005 ; Gondwana est une société

Plus en détail

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Conseil économique pour le développement durable Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Dominique Bureau Conseil économique pour le développement durable www.developpement-durable.gouv.fr Leçons

Plus en détail

Alerte de votre conseiller passif au titre des sites contaminés

Alerte de votre conseiller passif au titre des sites contaminés Alerte de votre conseiller passif au titre des sites contaminés Mars 2013 Introduction Le nouveau chapitre SP 3260, «Passif au titre des sites contaminés», du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur

Plus en détail

Déclaration du Capital naturel

Déclaration du Capital naturel Déclaration du Capital naturel Une déclaration du secteur financier démontrant notre engagement au sommet de Rio +20 pour tendre vers l intégration des considérations liées au capital naturel dans les

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION CRPMDTR110 077 B4 CONFERENCE DES REGIONS PERIPHERIQUES MARITIMES D EUROPE CONFERENCE OF PERIPHERAL MARITIME REGIONS OF EUROPE 6, rue Saint-Martin, 35700 RENNES - FR Tel. : + 33 (0)2 99 35 40 50 - Fax :

Plus en détail

Les systèmes de paiement pour des services environnementaux une solution pour une gestion durable de la biodiversité?

Les systèmes de paiement pour des services environnementaux une solution pour une gestion durable de la biodiversité? Les systèmes de paiement pour des services environnementaux une solution pour une gestion durable de la biodiversité? Sheila Wertz-Kanounnikoff 2ème Journées Scientifiques sur l Economie de l Environnement

Plus en détail

BIODIVERSITÉ ET PROJET

BIODIVERSITÉ ET PROJET BIODIVERSITÉ ET PROJET FERROVIAIRE, COMMENT INTÉGRER LES GRANDS ENJEUX ÉCOLOGIQUES? FNE Pays de la Loire Xavier METAY 18 novembre 2014 Redon FNE et LNOBPL, quels liens? Le mouvement associatif lié à France

Plus en détail

ORGANISATION MARITIME INTERNATIONALE OMI

ORGANISATION MARITIME INTERNATIONALE OMI ORGANISATION MARITIME INTERNATIONALE OMI Agence spécialisée des Nations Unies, l O.M.I est l autorité standard pour la sécurité, la sureté et les performances environnementales des transports maritimes

Plus en détail

Code Foncier Journal Officiel n Spécial 15 octobre 2005. de la République Démocratique du Congo CABINET DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CODE FONCIER

Code Foncier Journal Officiel n Spécial 15 octobre 2005. de la République Démocratique du Congo CABINET DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CODE FONCIER JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo CABINET DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CODE FONCIER IMMOBILIER ET DU REGIME DES SURETES Textes légaux et réglementaires coordonnés 46 è Année Numéro

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2009 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes PRINTEMPS Message du commissaire Chapitre 1 La protection de l habitat du poisson Chapitre 2 La Loi de

Plus en détail

Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014

Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014 Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014 Jean-Michel Silberstein Délégué Général CNCC Christophe Garot CNCC UNIBAIL-RODAMCO Le CNCC Le CNCC, Conseil National des Centres

Plus en détail

Réponse au manifeste pour tirer profit collectivement de notre pétrole

Réponse au manifeste pour tirer profit collectivement de notre pétrole Réponse au manifeste pour tirer profit collectivement de notre pétrole Rédaction - Yanick Desbiens, agent de communication et de gestion ainsi que Chargé de projet «Par notre PROPRE énergie» - Caroline

Plus en détail

La gouvernance des ressources naturelles en Mauritanie, le cas du secteur pétrolierp

La gouvernance des ressources naturelles en Mauritanie, le cas du secteur pétrolierp La gouvernance des ressources naturelles en Mauritanie, le cas du secteur pétrolierp Mr. Bâ Papa Amadou SECRETAIRE PERMANENT DU COMITE NATIONAL DE L INITIATIVE L POUR LA TRANSPARENCE DES INDUSTRIES EXTRACTIVES

Plus en détail

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFERENCE DE LA FONDATION D ATTIJARIWAFA BANK CASABLANCA, 23 OCTOBRE 2014 M. Mohammed Tawfik MOULINE Directeur Général, Institut

Plus en détail

REPÈRES SUR LES VARIATIONS DU PRIX DU PÉTROLE NOVEMBRE 2015

REPÈRES SUR LES VARIATIONS DU PRIX DU PÉTROLE NOVEMBRE 2015 REPÈRES SUR LES VARIATIONS DU PRIX DU PÉTROLE NOVEMBRE 2015 ALI AL-NAIMI (MINISTRE SAOUDIEN DU PÉTROLE) EN 2015 : «NO ONE CAN SET THE PRICE OF OIL IT S UP TO ALLAH» 100 90 80 70 60 50 40 30 20 novembre

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

Union Régionale Vie et Nature

Union Régionale Vie et Nature LES GAZ DE SCHISTES Note succincte d information MESSAGES CLES Les gaz de schistes représentent une source d énergie fossile non conventionnelle, diffuse, à de fortes profondeurs et difficile à extraire.

Plus en détail

Security to be free. Chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l année 2006

Security to be free. Chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l année 2006 Security to be free Chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l année 2006 Olivier Piou Charles Desmartis Directeur Général Directeur Financier Avertissement Le présent document ne constitue ni une offre

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013

1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1. Embedded Value (EV) au 31.12.2013 1.1 La notion d embedded value La présente communication porte sur l Embedded Value agrégée des deux sociétés Vie qui sont détenues à 100% par Foyer S.A., à savoir

Plus en détail

Sécuriser le risque lié au passif environnemental par son transfert à l assurance. Présentation Intersol

Sécuriser le risque lié au passif environnemental par son transfert à l assurance. Présentation Intersol 17 Mars 2010 Sécuriser le risque lié au passif environnemental par son transfert à l assurance Présentation Intersol Dans quelles situations? Problématique Redéveloppement > Pression continue sur le foncier

Plus en détail

PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN.

PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN. PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN. GESTION DES TECHNOLOGIES EMERGENTES Recommandations issues des projets sur les énergies marines renouvelables

Plus en détail

Certificats d économies d énergie

Certificats d économies d énergie Certificats d économies d énergie Le dispositif des certificats d'économies d'énergie (CEE), créé par les articles 14 à 17 de la loi n 2005-781 du 13 juillet 2005 de programme fixant les orientations de

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

Comment optimiser l assurance environnementale sans déresponsabiliser les entreprises?

Comment optimiser l assurance environnementale sans déresponsabiliser les entreprises? Développement Durable et Assurances efe 18. juin 2008 Comment optimiser l assurance environnementale sans déresponsabiliser les entreprises? Christoph Möcklinghoff www.marsh.fr Comment optimiser l assurance

Plus en détail

Assurance médicale sociale et

Assurance médicale sociale et Assurance médicale sociale et couverture universelle Réformes et défis aux USA et Canada Gary M. Oderda, d Pharm.D., M.P.H. Alger, 20 April 2011 Agenda Statut actuel de la couverture sociale aux USA Pourquoi

Plus en détail

CONTRIBUTION DES FORETS A UNE ECONOMIE VERTE DANS LA REGION MENA

CONTRIBUTION DES FORETS A UNE ECONOMIE VERTE DANS LA REGION MENA CONTRIBUTION DES FORETS A UNE ECONOMIE VERTE DANS LA REGION MENA Ludwig LIAGRE & Lelia CROITORU 18/03/2013 Presentation basée sur une nouvelle publication PLAN 1. QUELLE EST LA VALEUR DES FORETS DANS LA

Plus en détail

Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France

Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France XIV ème colloque de l Association de comptabilité nationale 6 8 juin 2012 Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France Commissariat

Plus en détail

Ce communiqué ne peut pas être distribué aux agences de transmission des États-Unis ni diffusé aux États-Unis

Ce communiqué ne peut pas être distribué aux agences de transmission des États-Unis ni diffusé aux États-Unis COMMUNIQUÉ DE PRESSE 11-03 NEW MILLENNIUM CAPITAL CORP. (BOURSE DE CROISSANCE TSX : NML-V) annonce la définition de plusieurs nouvelles cibles d exploration DSO et Taconite, suite à l interprétation des

Plus en détail

Lloyd s Register Group

Lloyd s Register Group RSE & SYSTÈMES DE MANAGEMENT Comment déployer une démarche pragmatique et efficace de RSE Christophe GASQUET, Lloyd s Register EMEA Business Development Manager France - Energy Division Responsable d audit

Plus en détail

LE FINANCEMENT A IMPACT POSITIF

LE FINANCEMENT A IMPACT POSITIF DÉCRYPTECO LE FINANCEMENT A IMPACT POSITIF Denis Childs Responsable du Financement à Impact Positif et du Conseil Environnemental & Social, Société Générale Corporate & Investment Banking SOMMAIRE LES

Plus en détail

Vérification des performances des écotechnologies - ETV - - Réseau des pôles EcoTech - 10 janvier 2014

Vérification des performances des écotechnologies - ETV - - Réseau des pôles EcoTech - 10 janvier 2014 Vérification des performances des écotechnologies - ETV - - Réseau des pôles EcoTech - 10 janvier 2014 Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Définition & Objectifs Définition

Plus en détail

Internet et le travail des documentalistes

Internet et le travail des documentalistes Internet et le travail des documentalistes Retex Deepwater Horizon Journée technique du Cedre 17 novembre 2011 715, rue Alain Colas - CS 41836-29218 BREST CEDEX 2 - FRANCE Tél. : +33 2 98 33 10 10 - Fax

Plus en détail

INANCIÈRES FINANCIÈRES AU 31 MARS

INANCIÈRES FINANCIÈRES AU 31 MARS INFORMATIONS FINANCIÈRES AU 31 MARS 2015 MESSAGES CLÉS Des chiffres T1 2015 en ligne avec la trajectoire annuelle prévue étant donné l impact non linéaire de certains éléments Arrêts de Doel 3/Tihange

Plus en détail

Bulletin Droit des affaires

Bulletin Droit des affaires Bulletin Droit des affaires Mai 2003 Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. Conservation et archivage des documents votre entreprise s est-elle dotée d une politique en la matière? Vancouver Yellowknife Toronto

Plus en détail

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon strategies Arab Hoballah, UNEP SUSTAINABLE AND COMPETITIVE HOTELS THROUGH ENERGY INNOVATION - NEZEH 2015 L'INNOVATION ÉNERGÉTIQUE AU SERVICE

Plus en détail

UNEP WCMC. pour la prise en compte de la biodiversité dans le projet REDD PAC

UNEP WCMC. pour la prise en compte de la biodiversité dans le projet REDD PAC UNEP WCMC Outils, données et approches pour la prise en compte de la biodiversité dans le projet REDD PAC Plan de la présentation: ti Présentation du PNUE WCMC et du programme Changement Climatique & Biodiversité

Plus en détail

INFORMATION CONNECTED

INFORMATION CONNECTED INFORMATION CONNECTED Solutions Métiers Primavera pour l Industrie des Services Publics Gestion de Portefeuilles de Projets Garantir l Excellence Opérationnelle grâce à la Fiabilité des Solutions de Gestion

Plus en détail

Wind Prospect. Votre Partenaire Éolien

Wind Prospect. Votre Partenaire Éolien Wind Prospect Votre Partenaire Éolien Introduction 1998 2000 4 9 16 Wind Prospect est une société indépendante à capitaux privés et un des leaders mondiaux sur le marché des énergies renouvelables. Nous

Plus en détail

Le pilotage et les outils du développement durable

Le pilotage et les outils du développement durable Le pilotage et les outils du développement durable ANCI Création mars 2010 PRESENTATION DU GROUPE Les 4 engagements Présentation du Groupe PRESENTATION DU GROUPE Les 4 engagements 4 engagements prioritaires

Plus en détail

4a : Suivi des émissions et absorptions. A. Système de suivi au niveau national

4a : Suivi des émissions et absorptions. A. Système de suivi au niveau national VOLET 4 : CONCEPTION D UN SYSTEME DE SUIVI Contexte Les paragraphes 6 à 9 de l Accord de Copenhague accorde une attention particulière à la nécessité d agir rapidement sur la réduction des émissions de

Plus en détail

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa Direction Coordination Groupe Associations :

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa Direction Coordination Groupe Associations : Bourse de l emploi Annonces internes Sonatrach recherche pour sa Direction Coordination Groupe Associations : ASSOCIATION SONATRACH / CNPC, GROUPEMENT OC-TOUAT : Un Directeur Adjoint Développement, Un

Plus en détail

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 9.629.047Km 2. Population: 301M (80% urbaine: / 20% rurale:)

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 9.629.047Km 2. Population: 301M (80% urbaine: / 20% rurale:) Le contexte global Superficie : 9.629.047Km 2 Population: 301M (80% urbaine: / 20% rurale:) PIB/hab 2007: 39779 USD Divisions administratives: Les Etats-Unis comptent 50 Etats et 1 district fédéral Régime:

Plus en détail

Concernant la prise en considération des aspects environnementaux dans les comptes individuels et consolidés des entreprises

Concernant la prise en considération des aspects environnementaux dans les comptes individuels et consolidés des entreprises CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Recommandation n 2003-r02 du 21 octobre 2003 Concernant la prise en considération des aspects environnementaux dans les comptes individuels et consolidés des entreprises

Plus en détail

Enjeux et défis en assurance habitation Marc-Olivier Faulkner 18 novembre 2011

Enjeux et défis en assurance habitation Marc-Olivier Faulkner 18 novembre 2011 Enjeux et défis en assurance habitation Marc-Olivier Faulkner 18 novembre 2011 Aviva plc AGENDA Assurance habitation des particuliers: quelques constats. Problèmes en assurance habitation. Solutions à

Plus en détail

Contexte: Mesurer l empreinte carbone de l essence et du diesel

Contexte: Mesurer l empreinte carbone de l essence et du diesel Avril 2012 Briefing Carburants à faible intensité carbone: coûts administratifs modestes, bénéfices significatifs Contexte: Mesurer l empreinte carbone de l essence et du diesel Dans le cadre de l article

Plus en détail

Discovering Hidden Value

Discovering Hidden Value Discovering Hidden Value A la découverte de la valeur cachée Consultation pour les Opérations de Forage Proposées en Offshore Marocain 2013 Qui est Cairn Energy? Cairn est une société de pétrole et de

Plus en détail

Old Harry et les. 10 Raisons pour ne pas forer dans le Golfe St- Laurent

Old Harry et les. 10 Raisons pour ne pas forer dans le Golfe St- Laurent Old Harry et les 10 Raisons pour ne pas forer dans le Golfe St- Laurent Historique: Old Harry est un site de prospection pétrolière et gazière, à mi- chemin entre les Îles- de- la- Madeleine et la côte

Plus en détail

BOURBON. F2iC Nantes, 17 juin 2015

BOURBON. F2iC Nantes, 17 juin 2015 BOURBON F2iC Nantes, 17 juin 2015 DISCLAIMER Ce document peut contenir des informations autres qu historiques qui constituent des données financières estimées à caractère prévisionnel concernant la situation

Plus en détail

CEMEX : ISO 14001. Certification

CEMEX : ISO 14001. Certification CEMEX : Certification ISO 14001 CEMEX 2 rue du Verseau - Silic 423-94583 Rungis Cedex Tél : 01 49 79 44 94 - Fax : 01 49 79 86 07 www.cemex.fr - www.cemexbetons.fr Dossier de presse CEMEX Certification

Plus en détail

Compte-rendu du débat INERIS Société civile

Compte-rendu du débat INERIS Société civile Compte-rendu du débat INERIS Société civile Exploration et exploitation des hydrocarbures : enseignements de l accidentologie 19 mai 2015 Page 1 sur 10 Sommaire Liste des participants... 3 Contexte...

Plus en détail

CONCLUSION... 89 5 RÉPERTOIRE... 91 REMERCIEMENTS...125 REFERENCES UTILES...139

CONCLUSION... 89 5 RÉPERTOIRE... 91 REMERCIEMENTS...125 REFERENCES UTILES...139 SOMMAIRE 7 1 - LE RÉGIME JURIDIQUE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE DU FAIT DES PRODUITS DÉFECTUEUX AUX ETATS-UNIS... 11 1.1 Les règles régissant la responsabilité du fait des produits défectueux...11 1.1.1

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

LE PLAN SAUMON DE LOIRE- ALLIER 2014-2019 THE 2014-2019 LOIRE-ALLIER. Nicolas FORRAY Dreal Centre, Dreal de bassin Loire-Bretagne

LE PLAN SAUMON DE LOIRE- ALLIER 2014-2019 THE 2014-2019 LOIRE-ALLIER. Nicolas FORRAY Dreal Centre, Dreal de bassin Loire-Bretagne LE PLAN SAUMON DE LOIRE- ALLIER 2014-2019 THE 2014-2019 LOIRE-ALLIER SALMON MANAGEMENT PLAN Nicolas FORRAY Dreal Centre, Dreal de bassin Loire-Bretagne CONTEXTE D ÉLABORATION DU PLAN WORKING CONTEXT Document

Plus en détail

Table des matières. Introduction

Table des matières. Introduction Table des matières Introduction Buts et objectifs 1.Améliorer la qualité du service fourni aux divers clients/mandants de la Caisse 2.Fixer des objectifs clairs et mesurables dont la réalisation puisse

Plus en détail

LA COMPTABILITE DE L ORDRE : METHODES COMPTABLES ET METHODES DE GESTION

LA COMPTABILITE DE L ORDRE : METHODES COMPTABLES ET METHODES DE GESTION LA COMPTABILITE DE L ORDRE : METHODES COMPTABLES ET METHODES DE GESTION Rapport de Monsieur le Bâtonnier Philippe THIAULT, Bâtonnier de l Ordre des avocats de Bourges Session de formation Tours Les 4,

Plus en détail

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa Direction Coordination Groupe Associations: OC SONATRACH / FCP:

Annonces internes. Sonatrach recherche pour sa Direction Coordination Groupe Associations: OC SONATRACH / FCP: Bourse de l emploi Annonces internes Sonatrach recherche pour sa Direction Coordination Groupe Associations: OC SONATRACH / FCP: Un Directeur Technique; Un Directeur HSE ; Un Directeur Appros & Contrats;

Plus en détail

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts 24 janvier 2014 Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la La place sa priorité stratégique «Transition Énergétique

Plus en détail

Conditions techniques d acceptabilité des projets par la profession :

Conditions techniques d acceptabilité des projets par la profession : ----------------- Position des Comités Régionaux et du Comité National des Pêches Maritimes et des Elevages Marins à l égard du développement des énergies renouvelables en mer La directive européenne du

Plus en détail

Table des matières. Première partie LES RISQUES

Table des matières. Première partie LES RISQUES Table des matières Sigles et acronymes....................................................................... 9 Introduction.............................................................................13

Plus en détail

ACTIONS DE GROUPE Class action : stratégies d anticipation et de gestion des risques L expérience américaine au service de votre organisation

ACTIONS DE GROUPE Class action : stratégies d anticipation et de gestion des risques L expérience américaine au service de votre organisation Breakfast Seminar 22 septembre 2015 ACTIONS DE GROUPE Class action : stratégies d anticipation et de gestion des risques L expérience américaine au service de votre organisation Présentation préparée par

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

Gestion des opérations intervention en cas de déversement en milieu marin

Gestion des opérations intervention en cas de déversement en milieu marin Pêches et Océans Canada Garde côtière canadienne Fisheries and Oceans Canada Canadian Coast Guard Gestion des opérations intervention en cas de déversement en milieu marin Le Collège de la Garde côtière

Plus en détail

World Forum Lille 2011. Quels indicateurs pour piloter la stratégie RSE de mon entreprise? 15 juin 2011

World Forum Lille 2011. Quels indicateurs pour piloter la stratégie RSE de mon entreprise? 15 juin 2011 World Forum Lille 2011 Quels indicateurs pour piloter la stratégie RSE de mon entreprise? 15 juin 2011 KPMG AUDIT DÉPARTEMENT DÉVELOPPEMENT DURABLE & CHANGEMENT CLIMATIQUE Sommaire 1. Introduction Pressions

Plus en détail

Aéroport de Sion. Guide du Safety Management System (SMS) A l intention des employés et des usagers de l aéroport de Sion

Aéroport de Sion. Guide du Safety Management System (SMS) A l intention des employés et des usagers de l aéroport de Sion Aéroport de Sion Guide du Safety Management System (SMS) A l intention des employés et des usagers de l aéroport de Sion Edition No. 1.0 09.09.2015 Table des matières 1. Introduction... 2 1.1. Définitions...

Plus en détail

CHARTE BLEUE D ARMATEURS DE FRANCE. Pour un transport et des services maritimes responsables

CHARTE BLEUE D ARMATEURS DE FRANCE. Pour un transport et des services maritimes responsables CHARTE BLEUE D ARMATEURS DE FRANCE Pour un transport et des services maritimes responsables PREAMBULE Véritables acteurs de la mondialisation, les armateurs français œuvrent au quotidien pour un transport

Plus en détail

Placements. Colloque sur les perspectives démographiques, économiques et d investissement pour le Canada. Donald Raymond. Le 28 septembre 2012

Placements. Colloque sur les perspectives démographiques, économiques et d investissement pour le Canada. Donald Raymond. Le 28 septembre 2012 Placements Colloque sur les perspectives démographiques, économiques et d investissement pour le Canada Donald Raymond Le 28 septembre 2012 Programme 1. Mandat de l Office d Investissement du RPC (OIRPC)

Plus en détail

Communiqué de presse 15 septembre 2015

Communiqué de presse 15 septembre 2015 Une croissance satisfaisante du chiffre d affaires en, mais un exercice difficile sur le plan opérationnel Croissance de +18,1% du chiffre d affaires de l exercice - Le chiffre d affaires de l exercice

Plus en détail

INTERREG VA France (Channel) England Programme. INTERREG VA Programme France (Manche) Angleterre. South West Facilitator Julie BECEL

INTERREG VA France (Channel) England Programme. INTERREG VA Programme France (Manche) Angleterre. South West Facilitator Julie BECEL INTERREG VA France (Channel) England Programme INTERREG VA Programme France (Manche) Angleterre South West Facilitator Julie BECEL Contents Sommaire 1. Schedule Calendrier 2. Eligible area Territoire éligible

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE ECONOMIQUE? 30 Min INSIDE 6 Avril 2011 Plan de la présentation 1) L évolution des cours: faits stylisés et explications 2) Impact économiques

Plus en détail

En route vers Bâle III

En route vers Bâle III Sommaire Rappel de la réglementation Bâle II Un contexte de crise Présentation de la réforme Le volet liquidité Exemples d interventions Rappel de la réglementation Bâle II 3 piliers Pilier I : l'exigence

Plus en détail

JOURNÉE DROIT ET ESPACE LE PRÉJUDICE ÉCOLOGIQUE ET SA RÉPARATION

JOURNÉE DROIT ET ESPACE LE PRÉJUDICE ÉCOLOGIQUE ET SA RÉPARATION JOURNÉE DROIT ET ESPACE LE PRÉJUDICE ÉCOLOGIQUE ET SA RÉPARATION Maître Antoine Guiheux, Avocat au barreau de Paris. «Les cieux, les astres, la lumière, l air et la mer, sont des biens tellement communs

Plus en détail

Transformer sanofi-aventis en Leader Global de la Santé. Conférence de Presse 11 Février 2009

Transformer sanofi-aventis en Leader Global de la Santé. Conférence de Presse 11 Février 2009 Transformer sanofi-aventis en Leader Global de la Santé Conférence de Presse 11 Février 2009 1 Déclarations prospectives Ce communiqué contient des déclarations prospectives (au sens du U.S. Private Securities

Plus en détail

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' RESUME

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE' RESUME RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' ERTUGRULALP BOVAR-CONCORD Etwiromnental, 2 Tippet Rd. Downsviel+) ON M3H 2V2 ABSTRACT We are faced with various types

Plus en détail

Economie de l'environnement

Economie de l'environnement Economie de l'environnement Fatih Karanl Département d'economie, EconomiX-CNRS, Université Paris Ouest Nanterre la Défense E-mail: fkaranl@u-paris10.fr Web: http://economix.fr/fr/membres/?id=1294 2013-2014

Plus en détail

Indicateur satisfaction clients Satisfaction des clients promotion Indicateur qualitatif ü NA PR1 SO9

Indicateur satisfaction clients Satisfaction des clients promotion Indicateur qualitatif ü NA PR1 SO9 5 RESPONSABIITÉ SOCIAE D ENTREPRISE (RSE) TABEAU DE BORD ET PÉRIMÈTRES SOCIÉTA Donnée de référence 2014 Évolution Vérification E&Y 2014 Couverture d activité 2014 GRI G4 CRESS Relations clients et utilisateurs

Plus en détail

Contrôle des processus. Contrôle des processus Energie, gaz et pétrole SICE. Technologie leader à votre service

Contrôle des processus. Contrôle des processus Energie, gaz et pétrole SICE. Technologie leader à votre service SICE Technologie leader à votre service Ingénierie, conception et exécution de projets. Cabinet-conseil Ingénierie de base SICE réalise le support technique via ses services de consultant pour les phases

Plus en détail

Mai 2013. La Directive sur la Qualité des Carburants, ce qu'elle dit et où elle en est

Mai 2013. La Directive sur la Qualité des Carburants, ce qu'elle dit et où elle en est Mai 2013 Note de synthèse Bénéfices environnementaux d une mise en œuvre solide de la Directive sur la Qualité des Carburants Résumé de l étude Impacts environnementaux et économiques de la mise en œuvre

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

Extraordinary Summit of Heads of State and Government on Maritime Security and Development for Africa

Extraordinary Summit of Heads of State and Government on Maritime Security and Development for Africa Session extraordinaire des Chefs d Etat et de gouvernement de l Union Africaine sur la sécurité maritime et le développement en Afrique Sous le Haut Patronage de S.E.M. Faure Essozimna Gnassingbé, Président

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

LES FICHES TECHNIQUES DU C.D.P.N.E. Février 2004. FICHE n 1 - METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS SA COMMUNE

LES FICHES TECHNIQUES DU C.D.P.N.E. Février 2004. FICHE n 1 - METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS SA COMMUNE LES FICHES TECHNIQUES DU C.D.P.N.E. Février 2004 Rédacteur : Jean-Marc FAUCONNIER - Téléphone : 02 54 51 56 70 e-mail : cdpne@wanadoo.fr FICHE n 1 - METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT Le défi du changement climatique Glaciers en fonte, élévation du niveau de la mer, diminution des ressources

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

Cadre théorique de la gestion des risques. Des principes à l application. 8 novembre 2012, Suzanne Bisaillon

Cadre théorique de la gestion des risques. Des principes à l application. 8 novembre 2012, Suzanne Bisaillon Cadre théorique de la gestion des risques Des principes à l application 8 novembre 2012, Suzanne Bisaillon Bonjour Structure de la présentation Cadre théorique ou plutôt les cadres et les principes Application

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

Opportunités pour les entreprises françaises

Opportunités pour les entreprises françaises Réalisé avec le soutien exceptionnel de StrateGEst Europe Consulting, Lyon, France www.strategest.fr / (+33) 04 78 08 97 06 La Roumanie Projets et financements dans l environnement Opportunités pour les

Plus en détail

ETHOS ENGAGEMENT PAPER. Code de conduite, contenu et mise en œuvre : Les attentes des investisseurs

ETHOS ENGAGEMENT PAPER. Code de conduite, contenu et mise en œuvre : Les attentes des investisseurs ETHOS ENGAGEMENT PAPER Code de conduite, contenu et mise en œuvre : Les attentes des investisseurs Octobre 2013 La Fondation Ethos regroupe plus de 140 caisses de pension et fondations d utilité publique

Plus en détail

Point de Contact National Défi 5 Action climatique, environnement, efficacité des ressources et matières premières

Point de Contact National Défi 5 Action climatique, environnement, efficacité des ressources et matières premières Point de Contact National Défi 5 Action climatique, environnement, efficacité des ressources et matières premières Poitiers - 2/02/205 Horizon 2020 Défi sociétal n 5 Présentation des sujets «Déchets» Poitiers

Plus en détail

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Première partie 55 e année n spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa 18 février 2014 SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE 11 février

Plus en détail

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES Introduction : Le management des risques est un processus qui permet au Business Manager d équilibrer les coûts économiques et opérationnels et faire du

Plus en détail

FICHE DE PROPOSITION

FICHE DE PROPOSITION GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT Groupe de travail n 5 : Construire une démocratie écologique : institutions et gouvernance. Pour l Atelier 5 FICHE DE PROPOSITION I. Intitulé de la mesure Méthode de mise en

Plus en détail