LA MAREE NOIRE DU GOLFE DU MEXIQUE CONSEQUENCES FINANCIERES POUR BP, METHODES D EVALUATION DES DOMMAGES ET PERSPECTIVES D EXTENSION DE LA COMPTABILITE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA MAREE NOIRE DU GOLFE DU MEXIQUE CONSEQUENCES FINANCIERES POUR BP, METHODES D EVALUATION DES DOMMAGES ET PERSPECTIVES D EXTENSION DE LA COMPTABILITE"

Transcription

1 Etude de cas LA MAREE NOIRE DU GOLFE DU MEXIQUE JOËL HOUDET & CHARLES GERMANEAU LA MAREE NOIRE DU GOLFE DU MEXIQUE : RAPPEL DES EVENEMENTS CLEFS a marée noire du Deepwater Horizon, également connue sous les noms de marée noire du Golfe du Mexique ou marée noire de British Petroleum (BP), est la plus grande dans l histoire des Etats-Unis. Elle a été provoquée le 20 avril 2010 par une explosion de la plateforme Deepwater Horizon qui opérait en eau profonde à environ 80 kilomètres au sud-est du delta du Mississippi. Après une série de tentatives infructueuses, BP a indiqué le 15 juillet que la fuite avait enfin été colmatée, arrêtant ainsi l écoulement d hydrocarbures dans le Golfe du Mexique pour la première fois en 86 jours. Bien que le taux de fuite soit rapidement devenu le sujet de débats intenses, le consensus actuel porte sur approximativement 5 millions de barils de pétrole libérés, avec environ 4.2 millions de barils directement dans les eaux du Golfe du Mexique (Cleveland 2010). En outre, les évaluations de l empreinte de la nappe d hydrocarbures varient considérablement (dérivées de données portant sur des prévisions de vents / courants océaniques, de photographies aériennes et d images satellites) : par exemple, Skytruth 1 a estimé l empreinte à kilomètres carrés. Figure 1 : Nappe de pétrole cumulée du 25 avril au 16 juillet 2010 (Skytruth) BP était le principal investisseur et développeur du gisement de pétrole de Macondo où l accident s est produit. La plateforme Deepwater Horizon, appartenant à Transocean Ltd., était sous contrat avec BP pour exploiter un forage d exploration. À l heure de l explosion, BP et Transocean étaient en train de fermer le puits de forage en anticipation de production ultérieure, alors que Halliburton avait récemment accompli le cimentage des enveloppes dudit puits. Le gouvernement des États-Unis a nommé BP comme partie responsable de l accident si bien que le groupe devra supporter l ensemble des coûts de nettoyage et de restauration résultant des dommages causés par la marée noire. Bien que BP ait accepté cette responsabilité, l entreprise a récemment indiqué que Transocean et Halliburton méritaient tous deux d être également blâmés pour le désastre (Cleveland 2010). LES IMPLICATIONS FINANCIERES DE LA MAREE NOIRE POUR BP e 27 juillet dernier, le groupe BP a publié son compte de résultat pour le deuxième trimestre de l année Celui-ci inclut US$ 32,2 milliards de charges liées à la marée noire du Golfe du Mexique, dont US$2,9 milliards de dépenses effectivement encourues au 30 juin Toutes ces charges ont été traitées comme charges exceptionnelles et ont été déduites du résultat imposable 3. Via la vente d actifs américains au cours des 3,5 prochaines années, BP mettra progressivement 20 milliards d US$ dans un compte dédié, ce qui lui permettrait (selon ses dires) de satisfaire l ensemble des réclamations légitimes : celles établies par le Gulf Coast Claims Facility (GCCF ; instance indépendante), celles issues des procès en cours et à venir, celles renvoyant aux dépenses pour tenter de contenir la marée noire (états bordant le golfe), et celles liées aux dommages sur les écosystèmes. Notamment, BP s est engagé à financer jusqu à US$500 millions pour un programme de recherche de 10 ans visant à étudier les impacts sur les écosystèmes marins et côtiers (a) de la marée noire 1 Organisation non gouvernementale qui diffuse des images satellites auprès du grand public notamment à des fins de sensibilisation environnementale. 2 Le reste correspondrait à des passifs environnementaux plus ou moins contingents à la matérialisation d évènements futurs. 3 A l image des pertes liées à l affaire Kerviel pour la Société Générale. 1/5

2 Figure 2 : Impact comptable des charges exceptionnelles liées à la marée noire du Golfe du Mexique (ligne «Gulf of Mexico oil spill response» ; BP 2010, p. 6) et (b) des actions correctives menées en réponse à cette dernière. Le groupe a également accepté de financer la construction de six bermes (environ US$360 millions) dans le cadre du projet d îles-barrières de l état de Louisiane. Toutefois, les charges comptabilisées n incluent ni amendes ni pénalités, exceptées celles relevant d une responsabilité stricte démontrée dans le cadre du Clean Water Act (jusqu à US$4 300 par baril de pétrole en cas de négligence grave) ; BP soutenant qu il ne lui était pas possible d estimer avec rigueur ces montants éventuels (contingents à des négociations intenses avec l état fédéral). En d autres termes, il existe de fortes incertitudes sur les montants totaux que BP devra débourser, si bien que les 20 milliards d US$ bloqués sur un compte dédié ne correspondent pas à son chapeau de responsabilité financière. Selon les propres termes de l entreprise (BP 2010), les montants totaux des dépenses dépendront de beaucoup de facteurs, dont la date effective (et acceptée par les parties prenantes) de l arrêt complet des écoulements d hydrocarbures du puits de forage, des volumes d hydrocarbures libérés, du temps requis pour les efforts de nettoyage et de restauration (entrepris sur une échelle sans précédent) ainsi que du nombre, de la nature et des montants des réclamations. EVALUATION DES DOMMAGES ECONOMIQUES ET ECOLOGIQUES : DIFFICULTES METHODO- LOGIQUES ET MANQUE DE TRANSPARENCE DE BP l sera très difficile de mesurer avec précision, dans l espace et le temps, les impacts écologiques et économiques de la marée noire du Golfe du Mexique 4. Selon Costanza et al. (2010), celle-ci a directement et indirectement affecté au moins 20 catégories de services écosystémiques dans et autour du Golfe du Mexique (ex. arrêt quasi-total des pêcheries commerciales de la Louisiane évaluée à environ US$2,5 milliards par an) ; dont ceux de la régulation! 4 Simplement par l absence d un état des lieux socio-écologique exhaustif pré-datant la catastrophe, il s avère difficile de quantifier avec précision l ampleur des dommages. 2/5

3 du climat (séquestration de carbone par les marais côtiers et les systèmes aquatiques), de la protection contre les ouragans offerte par les marécages côtiers, ou encore ceux renvoyant aux valeurs culturelles, récréatives et spirituelles des écosystèmes affectés. Une étude récente (Batker et al., 2010) a estimé à US$12-47 milliards par an la valeur économique de tous les services écosystémiques associés au delta de fleuve du Mississippi. Si on suppose que celleci sera la région la plus affectée et qu il y aura 10 à 50% de réduction des niveaux de disponibilité des services écosystémiques (SE) en raison de la marée noire, la valeur des SE perdus s élèverait à entre US$1,2 et 23,5 milliards par an pour une durée indéfinie (jusqu au rétablissement des écosystèmes), soit entre US$34 et 670 milliards en valeur actualisée (à un taux d intérêt de 3,5% ; Costanza et al., 2010). Figure 3 : Nettoyage du rivage en Louisiane, 23 mai 2010 (Deepwater Horizon Response; Flickr) Dans la pratique toutefois, les représentants du gouvernement américain trouveront (logiquement) difficile de mesurer rigoureusement les SE perdus (Boyd 2010) ; les fondements méthodologiques et les résultats de telles études étant souvent fortement contestés par les parties prenantes (ex. manque de précision, impossibilité de transférer les résultats d un contexte à un autre de manière rigoureuse ; voir Chevassus-au-Louis et al., 2009). Comme alternative, les agences gouvernementales se sont traditionnellement concentrées sur une approche d évaluation des dommages bien plus pragmatique : l approche par les coûts de remplacement où le but n est autre que de remplacer la richesse économique et écologique perdue via la mesure de leurs coûts de restauration effectifs. En d autres termes, en sollicitant des offres de restauration et en mobilisant les coûts obtenus dans les négociations portant sur l évaluation des dommages, ils évitent d avoir à mesurer la richesse sociale perdue. Cependant, les dommages écologiques ne sont pas tous aisément visibles, prévisibles ou / et remédiables. Comme l explique Boyd (2010, p. 19), this raises the possibility that physical damages are under-estimated given the challenge of demonstrating causally related effects. The economic problem with the approach is that costs are not the same as benefits. A focus on restoration costs as the measure of damages can lead to both overand under-deterrence, depending on the relationship of restoration costs to the true social cost of the physical damages. Dès que les méthodes d évaluation des services écosystémiques atteindront un stade de maturité, les plaintifs et tribunaux auront très probablement à leur disposition des outils complémentaires puissants pour évaluer les responsabilités et dommages liés aux écosystèmes marins. Compte tenu des connaissances scientifiques et économiques actuelles, l ampleur des pénalités demeure pour l instant essentiellement contingente aux résultats de négociations politiques secrètes plutôt que déterminées par des calculs objectivés par une démocratie technique impliquant l ensemble des parties intéressées. Et c est sans doute pour cette raison que BP n a pas divulgué la manière dont il est arrivé à chiffrer ses US$ 32,2 milliards de charges avant-impôts liées à la marée noire du Deepwater Horizon informations qui seraient critiques à la fois (1) pour juger de la pertinence du montant global proposé que (2) pour comprendre l ampleur des efforts de restauration à mettre en œuvre pour restaurer (si possible) ce qui a été détruit ou partiellement / temporairement détérioré. Si l on peut aisément comprendre l intérêt fiscal pour BP de déduire du revenu imposable une telle charge exceptionnelle, le manque de transparence sur le calcul des dommages économiques et écologiques n augure rien de bon quand à l anticipation et la gestion de futurs «accidents» similaires Figure 4 : Plateforme de forage Deepwater Horizon en feu (Us Coast Guards; Wikimedia Commons) 3/5

4 QUEL ROLE POUR LA COMPTABILITE POUR UNE MEILLEURE REGULATION DES RISQUES ET ACCIDENTS ECOLOGIQUES? a marée noire du Deepwater Horizon va probablement conduire à une régulation plus stricte des activités de forage en pleine mer aux Etats-Unis (et dans le reste du monde?), aussi bien en matière de contrôle «santé sécurité environnement» des exploitations en cours et qu en termes d autorisation d accès à de nouveaux gisements d hydrocarbures. Comme le souligne BP (2010, p. 33), significant uncertainties over the extent and timing of costs and liabilities relating to the incident and the changes in the regulatory and operating environment that may result from the incident have increased the risks to which the group is exposed. These uncertainties are likely to continue for a significant period. These risks have had and are expected to have a material adverse impact on the group s business, competitive position, cash flows, prospects, liquidity, shareholder returns and/or implementation of its strategic agenda. Une telle déclaration souligne l importance de l intégration systématique d indicateurs de biodiversité et de services écosystémiques au sein des systèmes et procédures de gestion des risques de l ensemble des entreprises aux activités potentiellement dangereuses ; car celles-ci opèrent toutes nécessairement au sein d écosystèmes sensibles, qu ils soient marins, aquatiques ou terrestres. Aussi Synergiz souligne l importance d une extension de la comptabilité générale (ou financière) des entreprises à une comptabilité écosystémique intégrant des données non-monétaires (Houdet 2010 ; Houdet et al., 2010). En France, la loi n du 12 juillet 2010 (L du Code de commerce) portant engagement national pour l environnement (loi Grenelle II) remplacera l article 116 de la loi NRE de 2001 dès l exercice 2011 : elle prescrit (1) la remise à plat des informations sociales et environnementales demandées, (2) l élargissement des obligations de reporting aux entreprises non cotées et à un périmètre «groupe» et (3) l instauration d une vérification par un «tiers indépendant» dès l exercice 2011 pour les entreprises cotées (2016 pour les autres). Or, les prescriptions ne vont pas assez loin en matière de biodiversité et de services écosystémiques (BSE) : la loi n impose pas l usage d indicateurs permettant de prendre en compte des dynamiques territoriales réelles (dépendances et impacts). En outre, les personnes morales de droit public (administrations, collectivités) ne sont pas concernées à ce jour. Suite à la marée noire du Deepwater Horizon, le minimum que l on pourrait demander à toute personne morale de droit privé, public, ou mixte (de plus de 200 salariés, avec un Chiffre d Affaires de 10M ou avec des activités présentant des risques écologiques importants) serait de rendre compte systématiquement dans leurs rapports annuels (en annexe des bilans et comptes de résultat pour une entreprise) : de l état des écosystèmes dans lesquels l organisation a des actifs (plateformes de forage, sites de stockage, raffineries) contrôlés directement ou exploités par des sous-traitants ou partenaires dans le cadre de «jointventures» (données écologiques spatialisées pour chaque actif). des éléments socio-écosystémiques détruits et dégradés (ex. habitats, populations d espèces animales et végétales) suite à des accidents causés directement ou indirectement par l entreprise ; des (méthodes de) calculs d évaluation des dommages économiques et écologiques pour tous les accidents causés directement ou indirectement par l entreprise, en particulier pour ceux impliquant la comptabilisation de charges et / ou passifs environnementaux ; des (méthodes de) calculs d équivalences écologiques utilisés pour justifier les mesures compensatoires réalisées suite à une étude d impacts ; de l efficacité écologique et de l efficience socio-économique des mesures de mitigation des impacts et de restauration des dommages mises en œuvre (évaluations ex post). Figure 5 : Pélican mazouté au centre vétérinaire de Fort Jackson, en Louisiane, le 20 mai 2010 (International Bird Rescue Research Center; Flickr) 4/5

5 Références : Boyd, J., Lost ecosystem goods and services as a measure of marine oil pollution damages. Resources for the Future DP 10-31, 25p. Batker, D.P., de la Torre, I., Costanza, R., Swedeen, P., Day, J.W., Jr., Boumans, R., Bagstad, K., Gaining ground - Wetlands, hurricanes and the economy: the value of restoring the Mississippi River Delta. Earth Economics Tacoma, WA. Citation recommandée : Houdet, J., Germaneau, C., La marée noire du Golfe du Mexique: conséquences financières pour BP, méthodes d évaluation des dommages et perspectives d extension de la comptabilité. Etude de cas , Synergiz, 5p. BP p.l.c., Group results Second quarter and half year Consulté le 20 Octobre; URL : liveassets/bp_internet/globalbp/staging/global_assets/ downloads/b/bp_second_quarter_2010_results.pdf Chevassus-au-Louis, B., salles, J.-M., Pujol, J.-l., Approche économique de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes. Contribution à la décision publique. Centre d Analyse Stratégique. Consulté le 6 Novembre 2009; URL : Cleveland, C., Deepwater Horizon oil spill [online]. The Encyclopedia of Earth. Consulté le 25 Octobre 2010; URL : Costanza, R., Batker, D., Day, J., Feagin, R.A., Martinez, M.L., Roman, J., The perfect spill: solutions for averting the next Deepwater Horizon. Consulté le 25 Octobre 2010; URL : node/629 Houdet, J., Entreprises, biodiversité et services écosystémiques. Quelles interactions et stratégies? Quelles comptabilités? Thèse de Doctorat, Sciences de Gestion, AgroParisTech - ABIES, 342p. Houdet, J., Trommetter, M., Weber, J., Rendre compte des dépendances et impacts en matière de biodiversité et de services écosystémiques. Vers la standardisation d un Bilan Biodiversité. Orée, 16p. 5/5

CBBC Canadian Business & Biodiversity Council

CBBC Canadian Business & Biodiversity Council CBBC Canadian Business & Biodiversity Council Centre de la Science de la Biodiversité du Québec 72 chercheurs et 350 étudiants en thèse distribués sur un réseau de 8 partenaires universitaires et 2 institutions.

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION CRPMDTR110 077 B4 CONFERENCE DES REGIONS PERIPHERIQUES MARITIMES D EUROPE CONFERENCE OF PERIPHERAL MARITIME REGIONS OF EUROPE 6, rue Saint-Martin, 35700 RENNES - FR Tel. : + 33 (0)2 99 35 40 50 - Fax :

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2009 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes PRINTEMPS Message du commissaire Chapitre 1 La protection de l habitat du poisson Chapitre 2 La Loi de

Plus en détail

Déclaration du Capital naturel

Déclaration du Capital naturel Déclaration du Capital naturel Une déclaration du secteur financier démontrant notre engagement au sommet de Rio +20 pour tendre vers l intégration des considérations liées au capital naturel dans les

Plus en détail

Compte-rendu du débat INERIS Société civile

Compte-rendu du débat INERIS Société civile Compte-rendu du débat INERIS Société civile Exploration et exploitation des hydrocarbures : enseignements de l accidentologie 19 mai 2015 Page 1 sur 10 Sommaire Liste des participants... 3 Contexte...

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

Sécuriser le risque lié au passif environnemental par son transfert à l assurance. Présentation Intersol

Sécuriser le risque lié au passif environnemental par son transfert à l assurance. Présentation Intersol 17 Mars 2010 Sécuriser le risque lié au passif environnemental par son transfert à l assurance Présentation Intersol Dans quelles situations? Problématique Redéveloppement > Pression continue sur le foncier

Plus en détail

BP et la marée noire dans le golfe du Mexique : réactions de la Bourse

BP et la marée noire dans le golfe du Mexique : réactions de la Bourse BP et la marée noire dans le golfe du Mexique : réactions de la Bourse BP est responsable de la pire marée noire accidentelle de l'histoire, les investisseurs veulent-ils encore financer une telle compagnie?

Plus en détail

BOURBON. F2iC Nantes, 17 juin 2015

BOURBON. F2iC Nantes, 17 juin 2015 BOURBON F2iC Nantes, 17 juin 2015 DISCLAIMER Ce document peut contenir des informations autres qu historiques qui constituent des données financières estimées à caractère prévisionnel concernant la situation

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

LE FINANCEMENT A IMPACT POSITIF

LE FINANCEMENT A IMPACT POSITIF DÉCRYPTECO LE FINANCEMENT A IMPACT POSITIF Denis Childs Responsable du Financement à Impact Positif et du Conseil Environnemental & Social, Société Générale Corporate & Investment Banking SOMMAIRE LES

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

LE PLAN SAUMON DE LOIRE- ALLIER 2014-2019 THE 2014-2019 LOIRE-ALLIER. Nicolas FORRAY Dreal Centre, Dreal de bassin Loire-Bretagne

LE PLAN SAUMON DE LOIRE- ALLIER 2014-2019 THE 2014-2019 LOIRE-ALLIER. Nicolas FORRAY Dreal Centre, Dreal de bassin Loire-Bretagne LE PLAN SAUMON DE LOIRE- ALLIER 2014-2019 THE 2014-2019 LOIRE-ALLIER SALMON MANAGEMENT PLAN Nicolas FORRAY Dreal Centre, Dreal de bassin Loire-Bretagne CONTEXTE D ÉLABORATION DU PLAN WORKING CONTEXT Document

Plus en détail

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts 24 janvier 2014 Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la La place sa priorité stratégique «Transition Énergétique

Plus en détail

Discovering Hidden Value

Discovering Hidden Value Discovering Hidden Value A la découverte de la valeur cachée Consultation pour les Opérations de Forage Proposées en Offshore Marocain 2013 Qui est Cairn Energy? Cairn est une société de pétrole et de

Plus en détail

Enjeux et défis en assurance habitation Marc-Olivier Faulkner 18 novembre 2011

Enjeux et défis en assurance habitation Marc-Olivier Faulkner 18 novembre 2011 Enjeux et défis en assurance habitation Marc-Olivier Faulkner 18 novembre 2011 Aviva plc AGENDA Assurance habitation des particuliers: quelques constats. Problèmes en assurance habitation. Solutions à

Plus en détail

CONCLUSION... 89 5 RÉPERTOIRE... 91 REMERCIEMENTS...125 REFERENCES UTILES...139

CONCLUSION... 89 5 RÉPERTOIRE... 91 REMERCIEMENTS...125 REFERENCES UTILES...139 SOMMAIRE 7 1 - LE RÉGIME JURIDIQUE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE DU FAIT DES PRODUITS DÉFECTUEUX AUX ETATS-UNIS... 11 1.1 Les règles régissant la responsabilité du fait des produits défectueux...11 1.1.1

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Comprendre. le dispositif des certificats d économies d énergie

Comprendre. le dispositif des certificats d économies d énergie Comprendre le dispositif des certificats d économies d énergie Un outil de gestion et un levier de financement central au cœur de la transition énergétique sommaire LE DISPOSITIF DES CERTIFICATSD ÉCONOMIES

Plus en détail

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' RESUME

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE' RESUME RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' ERTUGRULALP BOVAR-CONCORD Etwiromnental, 2 Tippet Rd. Downsviel+) ON M3H 2V2 ABSTRACT We are faced with various types

Plus en détail

Economie de l'environnement

Economie de l'environnement Economie de l'environnement Fatih Karanl Département d'economie, EconomiX-CNRS, Université Paris Ouest Nanterre la Défense E-mail: fkaranl@u-paris10.fr Web: http://economix.fr/fr/membres/?id=1294 2013-2014

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

Contexte: Mesurer l empreinte carbone de l essence et du diesel

Contexte: Mesurer l empreinte carbone de l essence et du diesel Avril 2012 Briefing Carburants à faible intensité carbone: coûts administratifs modestes, bénéfices significatifs Contexte: Mesurer l empreinte carbone de l essence et du diesel Dans le cadre de l article

Plus en détail

Revenue Assurance : Pourquoi et comment maîtriser votre chaîne de revenu? Saunière Jean-Christophe Corcos Pascal Guédri Zouheir

Revenue Assurance : Pourquoi et comment maîtriser votre chaîne de revenu? Saunière Jean-Christophe Corcos Pascal Guédri Zouheir Revenue Assurance : Pourquoi et comment maîtriser votre chaîne de revenu? Saunière Jean-Christophe Corcos Pascal Guédri Zouheir *connectedthinking 19 février 2008 Agenda Qu est-ce que le Revenue Assurance?

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires Stéphane de La Rosa Master I Law Level Delivered Lectures Jean Monnet Chair «Droit de l Union Européenne et Mutations de l intégration

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014

Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014 Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014 Jean-Michel Silberstein Délégué Général CNCC Christophe Garot CNCC UNIBAIL-RODAMCO Le CNCC Le CNCC, Conseil National des Centres

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Wind Prospect. Votre Partenaire Éolien

Wind Prospect. Votre Partenaire Éolien Wind Prospect Votre Partenaire Éolien Introduction 1998 2000 4 9 16 Wind Prospect est une société indépendante à capitaux privés et un des leaders mondiaux sur le marché des énergies renouvelables. Nous

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

Conditions générales pour les Éditeurs Conditions générales pour la participation au réseau de partenaires financeads.

Conditions générales pour les Éditeurs Conditions générales pour la participation au réseau de partenaires financeads. Conditions générales pour les Éditeurs Conditions générales pour la participation au réseau de partenaires financeads. 1 Généralités La société financeads International GmbH (ci-après : financeads) propose

Plus en détail

Contrôle des processus. Contrôle des processus Energie, gaz et pétrole SICE. Technologie leader à votre service

Contrôle des processus. Contrôle des processus Energie, gaz et pétrole SICE. Technologie leader à votre service SICE Technologie leader à votre service Ingénierie, conception et exécution de projets. Cabinet-conseil Ingénierie de base SICE réalise le support technique via ses services de consultant pour les phases

Plus en détail

Journée de réflexion/débat Vendredi 27 janvier Institut Curie 12, Rue Lhomond Paris 5ème

Journée de réflexion/débat Vendredi 27 janvier Institut Curie 12, Rue Lhomond Paris 5ème Journée de réflexion/débat Vendredi 27 janvier Institut Curie 12, Rue Lhomond Paris 5ème Témoignage ACRI ex où il faut persévérer : Exemples de soumission de projets européens RETINA présenté 3 fois,

Plus en détail

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to:

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to: 2012-08-23 Corporations Canada 9th floor, Jean Edmonds Towers South 365 Laurier Avenue West Ottawa, Ontario K1A 0C8 Corporations Canada 9e étage, Tour Jean Edmonds sud 365, avenue Laurier ouest Ottawa

Plus en détail

19 th UN/INTOSAI Symposium 19 e Symposium ONU/INTOSAI 19. VN/INTOSAI Symposium 19 Simposio NU/INTOSAI

19 th UN/INTOSAI Symposium 19 e Symposium ONU/INTOSAI 19. VN/INTOSAI Symposium 19 Simposio NU/INTOSAI Original Language/original/Originalsprache/original: German / Allemand / Deutsch / Alemán EXPERIENTIA MUTUA OMNIBUS PRODEST 19 th UN/INTOSAI Symposium 19 e Symposium ONU/INTOSAI 19. VN/INTOSAI Symposium

Plus en détail

UNITED NATIONS. United Nations. Environment Programme. UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4. Distr.: Restricted. 17 March 2014.

UNITED NATIONS. United Nations. Environment Programme. UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4. Distr.: Restricted. 17 March 2014. UNITED NATIONS EP UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4 United Nations Environment Programme Distr.: Restricted 17 March 2014 Original: French 11è Réunion de la Conférence des Parties de la Convention pour la

Plus en détail

2ème FORUM. PROJECT MANAGEMENT PMI Sud

2ème FORUM. PROJECT MANAGEMENT PMI Sud 2ème FORUM PROJECT MANAGEMENT PMI Sud Martine Savalle, PMP, IBM Savalle@fr.ibm.com PMI_SUD@hotmail.com MMS 1999/11 1 LA GESTION DES RISQUES MMS 1999/11 2 BIENVENUE Alain CHAVE Directeur de l ESINSA MMS

Plus en détail

La détection en mer sous la surface pendant l accident de Deepwater Horizon

La détection en mer sous la surface pendant l accident de Deepwater Horizon La détection en mer sous la surface pendant l accident de Deepwater Horizon Richard Camilli Woods Hole Oceanographic Institution Dept of Applied Ocean Physics and Engineering Deep Submergence Laboratory

Plus en détail

Flood risk assessment in the Hydrographic Ebro Basin. Spain

Flood risk assessment in the Hydrographic Ebro Basin. Spain Flood risk assessment in the Hydrographic Ebro Basin. Spain Évaluation du Risque d Inondation dans la Démarcation Hydrographique de Congrès SHF, Evénements extrêmes fluviaux et maritimes, Paris, 1-2 février

Plus en détail

Quelles assurances proposer? Focus sur le cloud computing

Quelles assurances proposer? Focus sur le cloud computing ACTUALITÉ DU DROIT DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION Quelles assurances proposer? Focus sur le cloud computing Jean-Laurent SANTONI, Docteur en Droit, Président de Clever Courtage, IT risk insurance broker

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010 Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre Chiffre d affaires en hausse à 390 millions d euros Croissance de la Téléphonie Mobile, portée par les logiciels et services Amélioration du mix

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

TITRES MINIERS, GAZIERS ET PÉTROLIERS DANS LE SUD DU QUÉBEC: UNE NOUVELLE MENACE POUR LA CONSERVATION?

TITRES MINIERS, GAZIERS ET PÉTROLIERS DANS LE SUD DU QUÉBEC: UNE NOUVELLE MENACE POUR LA CONSERVATION? TITRES MINIERS, GAZIERS ET PÉTROLIERS DANS LE SUD DU QUÉBEC: UNE NOUVELLE MENACE POUR LA CONSERVATION? Ugo Lapointe (B.Sc.), Coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! Sylvain Archambault (M.Sc.),

Plus en détail

Le pilotage et les outils du développement durable

Le pilotage et les outils du développement durable Le pilotage et les outils du développement durable ANCI Création mars 2010 PRESENTATION DU GROUPE Les 4 engagements Présentation du Groupe PRESENTATION DU GROUPE Les 4 engagements 4 engagements prioritaires

Plus en détail

Evolution récente et à venir de l environnement réglementaire européen: Quelle implication pour le secteur carrier?

Evolution récente et à venir de l environnement réglementaire européen: Quelle implication pour le secteur carrier? Evolution récente et à venir de l environnement réglementaire européen: Quelle implication pour le secteur carrier? 1) La Directive «Mining waste» 2) La Directive IPPC et PRTR 3) Les Directives «Climate

Plus en détail

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile PARIS, France le 14 mai 2009 CGGVeritas (ISIN: 0000120164 NYSE: CGV) annonce ce jour les résultats consolidés,

Plus en détail

Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable

Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable Vérification interne et externe : exemples et bénéfices 25 novembre 2009 Institut de la Gestion Financière du Canada:

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

3/ Caractéristiques ET leçons essentielles de la communication de crise. 3 A/ Les caractéristiques de la communication de crise 22/11/2014

3/ Caractéristiques ET leçons essentielles de la communication de crise. 3 A/ Les caractéristiques de la communication de crise 22/11/2014 1/ Communication et organisations 2/ Les théories de la communication et la 3/ Caractéristiques ET leçons essentielles de la communication de 3/ Caractéristiques et leçons essentiellesde la 4/ Communication,

Plus en détail

ACTIONS DE GROUPE Class action : stratégies d anticipation et de gestion des risques L expérience américaine au service de votre organisation

ACTIONS DE GROUPE Class action : stratégies d anticipation et de gestion des risques L expérience américaine au service de votre organisation Breakfast Seminar 22 septembre 2015 ACTIONS DE GROUPE Class action : stratégies d anticipation et de gestion des risques L expérience américaine au service de votre organisation Présentation préparée par

Plus en détail

Petit guide de l assurance. environnementale. Ce qu il faut savoir pour bien transférer son risque

Petit guide de l assurance. environnementale. Ce qu il faut savoir pour bien transférer son risque Petit guide de l assurance environnementale Ce qu il faut savoir pour bien transférer son risque Comprendre l importance de la nouvelle donne en environnement La réglementation européenne en matière de

Plus en détail

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to:

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to: 2014-02-05 Corporations Canada 9th floor, Jean Edmonds Towers South 365 Laurier Avenue West Ottawa, Ontario K1A 0C8 Corporations Canada 9e étage, Tour Jean-Edmonds sud 365, avenue Laurier ouest Ottawa

Plus en détail

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Chiffre d affaires 1 2006 : 1 698 millions d euros, comparable à celui de l exercice précédent Chiffre d affaires du 4 ème trimestre

Plus en détail

Sorbonne 24/9/2014. Urbanisme des SI et Business. Quelques variations sur le thème

Sorbonne 24/9/2014. Urbanisme des SI et Business. Quelques variations sur le thème Sorbonne 24/9/2014 Urbanisme des SI et Business www.urba-ea.org Quelques variations sur le thème 1 www.value-architecture.com Agenda : 3 thèmes clés pour le Business et les SI 2 n Les Invariants ü Tout

Plus en détail

CONVENTION SUR ESPÈCES MIGRATRICES

CONVENTION SUR ESPÈCES MIGRATRICES CONVENTION SUR ESPÈCES MIGRATRICES HUITIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Nairobi, 0-5 novembre 005 Point 5 (b) de l ordre du jour Distr. GENERAL PNUE/CMS/Conf. 8.13/Rev.1 19 octobre 005 FRANÇAIS

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES DÉPLACEMENTS

POLITIQUE SUR LES DÉPLACEMENTS POLITIQUE SUR LES DÉPLACEMENTS 1. INTRODUCTION La présente politique sur les déplacements énonce les objectifs, principes et procédures appliquées par la Fondation Pierre Elliott Trudeau (la «Fondation»)

Plus en détail

BUSINESSVALUATOR. Management presentation

BUSINESSVALUATOR. Management presentation BUSINESSVALUATOR Management presentation English pages 2 to 12, French pages 13 to 23 Jean-Marc Bogenmann Designer of BusinessValuator Accredited consultant in business transfer jeanmarcbogenmann@iib.ws

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise

La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise Conférence PRMIA Revue Fondamentale du Trading Book Quel trading pour les années à venir Paris,

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

Agile&:&de&quoi&s agit0il&?&

Agile&:&de&quoi&s agit0il&?& Association Nationale des Directeurs des Systèmes d Information &:&de&quoi&s agit0il&?& Pierre Delort, Président, Association Nationale des DSI http://www.andsi.fr/tag/delort/ Document confidentiel Ne

Plus en détail

La gestion des risques IT et l audit

La gestion des risques IT et l audit La gestion des risques IT et l audit 5èmé rencontre des experts auditeurs en sécurité de l information De l audit au management de la sécurité des systèmes d information 14 Février 2013 Qui sommes nous?

Plus en détail

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Centre d Etudes et de Recherches Internationales et Communautaires (CERIC), UMR 7318 CNRS / Aix-Marseille University JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Vanessa

Plus en détail

Etude d impact du projet de loi programme du Grenelle de l Environnement

Etude d impact du projet de loi programme du Grenelle de l Environnement Etude d impact du projet de loi programme du Grenelle de l Environnement I. Synthèse de l évaluation du projet de loi programme au titre des trois piliers du développement durable (p.3) II. Evaluation

Plus en détail

La politique environnementale de Computershare

La politique environnementale de Computershare La politique environnementale de Computershare Computershare est un chef de file mondial en matière de transfert de titres, de régimes d employés à base d actions, de sollicitation de procurations et d

Plus en détail

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to:

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to: 2014-10-07 Corporations Canada 9th Floor, Jean Edmonds Towers South 365 Laurier Avenue West Ottawa, Ontario K1A 0C8 Corporations Canada 9e étage, Tour Jean-Edmonds sud 365 avenue Laurier ouest Ottawa (Ontario)

Plus en détail

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Présenté par : Joël Leblond et Martin Loiselle 19 novembre 2010 Plan de la présentation Introduction Objectifs des Rendez-vous de l énergie Constats nationaux

Plus en détail

Entreprises Citoyennes: Sécurité et Risques Industriels. Journées Annuelles du Pétrole. Christiane Muller, Air Liquide. Les Hydrocarbures de l extrême

Entreprises Citoyennes: Sécurité et Risques Industriels. Journées Annuelles du Pétrole. Christiane Muller, Air Liquide. Les Hydrocarbures de l extrême Journées Annuelles du Pétrole Entreprises Citoyennes: Sécurité et Risques Industriels Christiane Muller, Air Liquide Air Liquide en bref Fournisseur de gaz industriels & médicaux et de services associés

Plus en détail

Déclaration des droits sur Internet

Déclaration des droits sur Internet Déclaration des droits sur Internet 1 Préambule Internet a décisivement contribué à redéfinir l espace public et privé, à structurer les rapports entre les personnes et entre celles-ci et les institutions.

Plus en détail

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires Stéphane de La Rosa Master I Law Level Delivered Lectures Jean Monnet Chair «Droit de l Union Européenne et Mutations de l intégration

Plus en détail

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Résumé : La cartographie des impacts économiques, sociaux et environnementaux

Plus en détail

CANADA / ASSOCIATION CANADIENNE DE. L'HÉLICOPTÈRE. Please ensure that these documents are kept with the corporate records.

CANADA / ASSOCIATION CANADIENNE DE. L'HÉLICOPTÈRE. Please ensure that these documents are kept with the corporate records. 2014-06-26 Corporations Canada 9th Floor, Jean Edmonds Towers South 365 Laurier Avenue West Ottawa, Ontario K1A 0C8 Corporations Canada 9e étage, Tour Jean-Edmonds sud 365 avenue Laurier ouest Ottawa (Ontario)

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Scénarios économiques en assurance

Scénarios économiques en assurance Motivation et plan du cours Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 ptherond@galea-associes.eu pierre@therond.fr 18 octobre 2013 Motivation Les nouveaux référentiels prudentiel et d'information nancière

Plus en détail

Supporting Vulnerable Seniors and Strengthening Canada s Economy Act

Supporting Vulnerable Seniors and Strengthening Canada s Economy Act CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Supporting Vulnerable Seniors and Strengthening Canada s Economy Act Loi visant le soutien aux aînés vulnérables et le renforcement de l économie canadienne S.C. 2011,

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail

Acquisition visant à renforcer significativement notre position dans le secteur des produits de santé grand public

Acquisition visant à renforcer significativement notre position dans le secteur des produits de santé grand public Communiqué de presse Bayer SAS 16 rue Jean-Marie Leclair CS 90106 69266 LYON 09 France Tél. : +33.4.72.85.43.21 www.bayer.fr Acquisition visant à renforcer significativement notre position dans le secteur

Plus en détail

Document de travail Régime de responsabilité et d indemnisation pour le transport ferroviaire

Document de travail Régime de responsabilité et d indemnisation pour le transport ferroviaire 1 Document de travail Régime de responsabilité et d indemnisation pour le transport ferroviaire À la suite de la tragédie survenue à Lac-Mégantic, le gouvernement s est engagé à prendre des mesures ciblées

Plus en détail

TAFTA: Une attaque camouflée sur la démocratie et les normes de règlementation

TAFTA: Une attaque camouflée sur la démocratie et les normes de règlementation TAFTA: Une attaque camouflée sur la démocratie et les normes de règlementation La coopération réglementaire, une menace pour la capacité démocratique des pouvoirs publics à régule Il y a de bonnes raisons

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Finances publiques et croissance : la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Piège de croissance et impuissance de la politique économique 2 Pourquoi la crise est-elle plus grave

Plus en détail

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE»)

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Aperçu du programme et occasions à saisir Pascal Martel Yara Bossé-Viola 8 octobre 2014 Objectifs Objectifs du

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Plan. Quelles sont les conditions à remplir pour une approche ebusiness? Définition. Les domaines pouvant être touchés par l ebusiness

Plan. Quelles sont les conditions à remplir pour une approche ebusiness? Définition. Les domaines pouvant être touchés par l ebusiness Plan Quelles sont les conditions à remplir pour une approche ebusiness? SPI+ 1 Définition Objectifs de Quelques prévisions : 1. L orientation stratégique 2. L orientation client 3. Renforcer l efficacité

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

Quick Start Guide This guide is intended to get you started with Rational ClearCase or Rational ClearCase MultiSite.

Quick Start Guide This guide is intended to get you started with Rational ClearCase or Rational ClearCase MultiSite. Rational ClearCase or ClearCase MultiSite Version 7.0.1 Quick Start Guide This guide is intended to get you started with Rational ClearCase or Rational ClearCase MultiSite. Product Overview IBM Rational

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail