FIF-ENGREF B. Jabiol, 2001 L EAU DANS LE SOL

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FIF-ENGREF B. Jabiol, 2001 L EAU DANS LE SOL"

Transcription

1 FIF-ENGREF B. Jabiol, 2001 L EAU DANS LE SOL 1

2 1 - Objet Evapotranspiration - états d humidité variables, d aspect et dans le temps Précipitations - transits de l eau : selon quelles forces, quelles directions, quelles vitesse? - stockage de l eau : quelles quantités, quelle disponibilité? poly 1 Ruissellement infiltration Stockage Drainage 2

3 1 - Objet 2 - Quantités d eau - définition de l humidité du sol : massique : Hm = masse d eau masse de sol sec x 100 volumique : Hv = volume d eau volume de sol sec x 100 Hv = Ve/Vs = (Me/ρe) x (ρa/ms) = Me/Ms x ρa/ρe = Hm da Teneur en eau : Θ = masse d eau masse de sol sec 3

4 2 - Quantités d eau (suite) - définition de l humidité du sol - expression en mm z h S S Hm = 100 Me/Ms = 100 (Ve x ρe) / (Vs x ρa) = 100 (h x S x ρe) / (z x S x ρa) = 100 (h / z) x (ρe / ρa) = 100 (h / z) x (1/da) h mm = Hm % z mm da

5 2 - Quantités d eau - expression en mm - mesure de l humidité 1- séchage en étuve 105 C 3 -sondes TDR 2- sondes neutroniques, sondes gama 5 poly 3

6 1 - Objet 2 - Quantités d eau 3 - Etats énergétiques de l eau du sol - définitions énergie potentielle de l eau = potentiel hydrique total Différentes formes d expression : - rapportée à u. de masse d eau : Φ, J/kg - rapportée à u. de volume d eau : P, dimension d une pression : Pa, bars, atm - rapportée à u. de poids d eau : Η, en cm d eau (charge hydraulique) Φ = P / ρ e H = P / ρ e g 6

7 3 - Etats énergétiques de l eau du sol (suite) - différentes composantes Φ = Φo + Φg + Φp +. par simplification on considère Φ = Φg + Φp (ou P = Pg + Ψ, ou H = Hg + Hp) potentiel gravitaire : Φg = g z Pg = ρe g z Hg = z valeur relative par rapport à une origine quelconque (choisie pour qu il soit positif) potentiel de pression : Φp ou Hp ou Ψ 7

8 Sous l eau (zone saturée) : H = Hp + Hg s écrit : H 1 = h1 + z1 H est une constante, Hp est positif : potentiel de pression hydrostatique h1 h2 z2 - Surface de l eau : Ψ = 0 z1 + Dans la zone non saturée : H2 = Hp + z2, or Hp + z2 = H1 = z1 + h1 et donc Hp = H1 - z2 = z1 + h1- z2, ou Hp = -h2 Hp (ou Ψ) < 0 poly 2 Le potentiel de pression abaisse le potentiel de l eau en zone non saturée 8

9 3 - Etats énergétiques de l eau du sol - différentes composantes - expression du potentiel de pression en zone non saturée Ψ : potentiel matriciel en valeur absolue : succion expression : Pa, bars, cm : 1 à 10 6 kpa ou : pf = log Hp : 1 à 7 rétention forte = potentiel matriciel bas = succion forte = pf élevé 9

10 3 - Etats énergétiques de l eau du sol - expression du potentiel de pression en zone non saturée - origine du potentiel de pression en zone non saturée loi de Jurin : Z = 2A cos α / ρ g r succion d autant plus forte que capillaires fins 10

11 3 - Etats énergétiques de l eau du sol - origine du potentiel de pression en zone non saturée - relations potentiel matriciel - humidité 4,2 argile Succion (pf) sable Humidité % poly 4 11

12 3 - Etats énergétiques de l eau du sol - différentes composantes - expression du potentiel de pression en zone non saturée - origine du potentiel de pression en zone non saturée - relations potentiel matriciel - humidité - valeurs du potentiel matriciel PRESSION STATIQUE (valeur absolue) humidité pf cm eau atmosphère bar k Pa (L) ( bar) (dim. : M L -1 T -2 ) ,0098( 0,01) 0,98 très humide ,098( 0,1) 9,8 humide , ,3 4, , Très sec , Séch. air Séch. 105 C poly 4 12

13 3 - Etats énergétiques de l eau du sol - valeurs du potentiel matriciel - mesure du potentiel matriciel tensiomètres psychromètres poly 3, fig 3 13

14 3 - Etats énergétiques de l eau du sol - mesure du potentiel matriciel - obtention des courbes pf / humidité échantillons remaniés ou mottes? poly 3, fig 4 14

15 1 - Objet 2 - Quantités d eau 3 - Etats énergétiques de l eau du sol 4 - Les déplacements de l eau dans le sol - origine et sens des déplacements les gradients de potentiel total déplacement des potentiels hauts vers potentiels plus bas dh / dz > 0 => flux descendant H = Hg + H p => dh / dz = 1 + dhp/dz 15

16 - origine et sens des déplacements (suite) Potentiel (cm) dh / dz = 1 + dhp/dz H z Hp dhp/dz > 0 d où dh/dz > 1 donc positif Potentiel (cm) Hp 0 H z dhp/dz = 0 d où dh/dz = 1 donc positif 16 poly 5

17 dh / dz = 1 + dhp/dz Potentiel (cm) H z dhp/dz < 0 mais dh/dz > 0 Hp Potentiel (cm) dhp/dz < -1 donc dh/dz < 0 H Hp z 17

18 plan de flux nul 18

19 4 - Les déplacements de l eau dans le sol - origine et sens des déplacements (suite) déplacements latéraux 19

20 4 - Les déplacements de l eau dans le sol - origine et sens des déplacements - vitesse des déplacements en sols saturés d eau : écoulement ou infiltration de nappes Débit Q donné par loi de Darcy : Q = K dφ/dx K : conductivité hydraulique liée à macropores Q sol sableux : K = 10-3 à 10-2 cm/s (3,6 à 36 cm/h) Sol argileux : K = 10-4 à 10-7 cm/s ( 0,36 à 0,00036 cm/h) mesure de K: méthode du cylindre dφ 20

21 en sols non saturés : déplacement d eau capillaire, mise en évidence dθ / dt sable argile poly 3, fig 2 θ 21

22 en sols non saturés : déplacement d eau capillaire (suite) Θ, Ψ, K sol gorgé sol «humide» Θ Ψ Q = K(Θ) dφ/dx liés à micropores sol «sec» K poly 6 22

23 en sols non saturés : déplacement d eau capillaire (suite) K argile sol saturé début réessuyage sol «humide» S L A 10 cm/h > 2 < 0,36 1 > 0, sable sol «sec» 10-4 < 10-4 succion (I Ψ I) poly 6 23

24 1 - Objet 2 - Quantités d eau 3 - Etats énergétiques de l eau du sol 4 - Les déplacements de l eau dans le sol 5 - Localisation de l eau dans le sol - l eau à déplacements «rapides» localisée dans la porosité la plus grande (mm) : faible succion rôle 24

25 5 - Localisation de l eau dans le sol - l eau à déplacements «rapides» - l eau à déplacements «lents» localisée dans la porosité capillaire (µm à cent µm) stockage absorbable en partie 25

26 5 - Localisation de l eau dans le sol - l eau à déplacements «rapides» - l eau à déplacements «lents» - l eau adsorbée : eau hygroscopique ou pelliculaire tubes capillaires fins (< 1 ou 0,2 µm) et surface des particules potentiel matriciel très bas, très forte rétention solution du sol 26

27 1 - Objet 2 - Quantités d eau 3 - Etats énergétiques de l eau du sol 4 - Les déplacements de l eau dans le sol 5 - Localisation de l eau dans le sol 6 - Le sol réservoir en eau 6-1 humidités caractéristiques : mythe ou réalité? 27

28 - intérêt humidités caractéristiques humidité maximale (HM) eau à circulation rapide capacité au champ (CC) eau capillaire absorbable à circulation lente humidité au point de flétrissement (HF) eau capillaire non absorbable et eau hygroscopique poly 7 28

29 6 - Le sol réservoir en eau 6-1 humidités caractéristiques : mythe ou réalité? - intérêt - humidité maximale : HM souvent 15 à 50 % sols organiques et tourbes : > 100% 29

30 6-1 humidités caractéristiques : mythe ou réalité? - intérêt - humidité maximale : HM - humidité à la capacité au champ : CC stock d'eau dans le sol (mm) jour julien (année 1 à 4) poly 8, fig 1 d'après Bréda, 1994 Réalité? limite entre écoulement rapide et lent 30

31 - humidité à la capacité au champ (suite) : problèmes d estimation. par HCR : humidité à la capacité de rétention dθ / dt HCR argile?. par mesure de l humidité à un pf donné : lequel? HCR sable θ ou : 1 - sur échantillons remaniés : par centrifugation à pf 3 : HE, humidité équivalente à pf 2,5 ou à : pf 3 pour l argile pf 2,5 pour les limons pf 2 pour les sables 31

32 dans le cas d une mesure de «HCR» à pf 2,5 sur échantillons remaniés il apparaît une relation entre HCR et texture poly 9 CC % S 8 SL 12 SA 19 LlS 15 LS 19 LmS 20 LSA 22 LAS 24 Ll 17 Lm 23 LA 27 AS 33 A 37 AL 32 Alo Séd. 29 Al D après Jamagne et al.1 977

33 2 - mesures sur mottes : pour échantillons argileux CC = humidité à pf 2 teneur en eau volumique 0,5 CC pf 1,0 pf 2 pf 2,5 pf 3 pf 4 CC très dépendante de da : CC = 0,953/da - 0,362 0,4 pf 4,2 (Bruand et al. 1996) 0,3 poly 8, fig 2 1,0 1,2 1,4 1,6 1,8 Bruand et al densité apparente

34 6-1 humidités caractéristiques : mythe ou réalité? - intérêt - humidité maximale : HM - humidité à la capacité au champ : CC - humidité au point de flétrissement : HF HF : humidité à -15 bars (ou -1,5 MPa ou pf 4,2) discussion 34

35 mesures sur échantillons remaniés à pf 4,2 : relation entre HF et texture poly 9 CC% HF% S 8 3 SL 12 5 SA LlS 15 7 LS 19 9 LmS 20 9 LSA LAS Ll 17 8 Lm LA AS A AL Alo Séd Alt D après Jamagne et al

36 mesures sur mottes : HF% = 100(0,0071 CEC 7 + 0,0468) (Tessier et al. 1999) Teneur en eau à pf 4,2 CEC 7 poly 8, fig 3 36

37 6 - Le sol réservoir en eau 6-1 humidités caractéristiques : mythe ou réalité? 6-2 le réservoir utilisable maximum :définition pour un matériau homogène : réservoir utilisable : RUM % = CC % - HF % RUM mm = (CC % - HF % ) z mm da

38 humidité maximale (HM) eau à circulation rapide capacité au champ (CC) RUM réserve j eau capillaire absorbable à circulation lente humidité au point de flétrissement (HF) humidité j eau capillaire non absorbable et eau hygroscopique poly 7 notion de RFU : 2/3 de RUM 38

39 6 - Le sol réservoir en eau 6-2 le réservoir utilisable maximum :définition 6-3 le réservoir utilisable maximum : estimation Pour un horizon h sans EG : RUM mm = (CC % -HF % ) z mm da 10-2 Pour un horizon avec EG : retirer % volumique des EG : RUM mm = (CC % -HF % ) z mm da 10-2 (100 - %EG)/100 Pour i horizons prospectés : sommer le RUM de chaque horizon RUM sol (mm) = 10-2 Σ (CC % -HF % ) i z i (mm) da i (100 - %EG i ) / 100 Parfois : réserve propre aux EG 39

40 6-3 le réservoir utilisable maximum : estimation (suite) 4,2 Succion (pf) 2 RU sable RU argile Humidité % 1ère remarque : RU directement proportionnelle à profondeur prospectée 2è remarque : méthode d estimation dépend de celles de CC et HF poly 4 La plus simple : méthode des textures (Jamagne) 40

41 Texture Jamagne CC % HF % RUM % da RUM mm/cm S ,35 0,70 SL ,40 1,00 SA ,50 1,35 LlS ,50 1,20 LS ,45 1,45 LmS ,45 1,60 LSA ,50 1,65 LAS ,45 1,75 Ll ,45 1,30 Lm ,35 1,75 LA ,40 1,95 AS ,55 1,70 A ,45 1,75 AL ,40 1,80 Alo Séd ,50 1,65 Alt ,30 1,70 D après Jamagne et al poly 9 Imperfections : rôle MO, da, estimation CC 41

42 1 - Objet 2 - Quantités d eau 3 - Etats énergétiques de l eau du sol 4 - Les déplacements de l eau dans le sol 5 - Localisation de l eau dans le sol 6 - Le sol réservoir en eau 7 - Évolution de la réserve dans le temps 7-1 profils de réhumectation 42

43 7-1 profils de réhumectation profondeur t 0 CC t4 t2 HM humidité t1 après forte pluie redistribution entre t1 et t2 front de réhumectation t4 équilibre après la 1ère forte pluie tn équilibre après pluies importantes tn poly 10 43

44 7 - Évolution de la réserve dans le temps 7-1 profils de réhumectation 7-2 profils de dessèchement (N. Bréda) poly 11 44

45 0 0 profondeur (m) zone 1 zone humidité volumique (m 3 m -3 ) humidité volumique (m 3 m -3 ) -3 d'aprs Granier et al., 2001, Agric. For. Meteorol. 45

46 7 - Évolution de la réserve dans le temps 7-1 profils de réhumectation 7-2 profils de dessèchement 7-3 remontées capillaires 46

Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol

Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol Granulométrie, humidité résiduel et ph d un sol ECHANTILLONNAGE ET ANALYSE Echantillonnage : Echantillonnage et préparation des échantillons de sol en vue de l analyse (Norme X 31-100 et Normes NF X 31-101

Plus en détail

Le climat et les problèmes d eau

Le climat et les problèmes d eau CHAPITRE 3 Le climat et les problèmes d eau 3.1 INTRODUCTION Au cours des millénaires, l homme a surtout observé de l eau les phénomènes de précipitation etd écoulementdanslescoursd eau,parcequelapluieluitombaitsurlatêteetquel

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

il d B, Evaluation de la consomation en eau sous couvert de cocotiers B Port-Bouët (IRHO) Etalonnage neutronique des sols Par

il d B, Evaluation de la consomation en eau sous couvert de cocotiers B Port-Bouët (IRHO) Etalonnage neutronique des sols Par il d B, 3 NSTTUT FRANCAS DE RECHERCHE SCENTFQUE POUR LE DEVELOPPEMENT EN COOPERATON (ORSTOM) Ce nt re d'adiopodou mé B.P. V5 ABDJAN (Côte d'voire) La bo rat oi re d' Ut i lisat i o n des Rad i oi sot o

Plus en détail

Physique du sol. Prof. Xanthoulis Dimitri. Unité d Hydrologie et Hydraulique agricole FUSAGX

Physique du sol. Prof. Xanthoulis Dimitri. Unité d Hydrologie et Hydraulique agricole FUSAGX Physique du sol Prof. Xanthoulis Dimitri Unité d Hydrologie et Hydraulique agricole FUSAGX Physique du sol Ref: Prof. MERMOUD (EPFL) Ref: Prof. MUZY (EPFL) Ref: Prof. DAUTREBANDE (FUSAGX) Physique du sol

Plus en détail

Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace

Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace Des outils bien adaptés à une régie de l irrigation efficace JÉRÉMIE VALLÉE, agr., Attaché de recherche - IRDA Hôtel Gouverneurs, Trois-Rivières, 17 février 2015 Plan de présentation Caractérisation du

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

Réalisation d une fouille profonde dans une géologie complexe le long d une ligne ferroviaire en service

Réalisation d une fouille profonde dans une géologie complexe le long d une ligne ferroviaire en service Flexible thinking, reliable results Réalisation d une fouille profonde dans une géologie complexe le long d une ligne ferroviaire en service Maekelberg Wim Lejeune Colombine TUC Rail s.a. 22-02-2013 Table

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

Chapitre 4 Statique des fluides

Chapitre 4 Statique des fluides Chapitre 4 Statique des fluides Un fluide est corps liquide (état compact et désordonné) ou gazeux (état dispersé et désordonné). On ne s intéresse ici qu à une partie de la statique des fluides : la notion

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

Aires industrielles. Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13)

Aires industrielles. Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13) Aires industrielles Bain-de-Bretagne (35) Chelles (77) Lumbres (62) Marseille (13) 19 20 Plateforme logistique de Bain-de-Bretagne (35) Identification Lieu : ZI de Bain-de-Bretagne (35) Maître d ouvrage

Plus en détail

Devoir maison SSI Support d étude : BORNE ESCAMOTABLE

Devoir maison SSI Support d étude : BORNE ESCAMOTABLE Devoir maison SSI Support d étude : BORNE ESCAMOTABLE PRESENTATION DEFINITION DU BESOIN A SATISFAIRE Déplacer une masse de m = 36 Kg à une vitesse V = 0,33 m/s, hauteur déployée 1m. SOLUTION MECANIQUE

Plus en détail

Chapitre 10 : Mécanique des fluides

Chapitre 10 : Mécanique des fluides Chapitre 10 : Mécanique des fluides 1. Pression hydrostatique Les fluides regroupent gaz et liquides. En général, on considère des fluides incompressibles. Ce n est plus le cas en thermodynamique. Un objet

Plus en détail

PROPRIETES SUPERFICIELLES ET INTERFACIALES DES LIANTS. Didier Lesueur Montréal, 16 novembre 2005

PROPRIETES SUPERFICIELLES ET INTERFACIALES DES LIANTS. Didier Lesueur Montréal, 16 novembre 2005 PROPRIETES SUPERFICIELLES ET INTERFACIALES DES LIANTS Didier Lesueur Montréal, 16 novembre 2005 Les Propriétés Superficielles et Interfaciales des Liants Surfaces et interfaces Caractérisation des interfaces

Plus en détail

CATALOGUE. Oxygénothérapie Débitmètres - Aspiration

CATALOGUE. Oxygénothérapie Débitmètres - Aspiration CATALOGUE Oxygénothérapie Débitmètres - Aspiration REF. DESIGNATION 3 LT/MIN SANS Y30A-3L DESCRIPTIFS : Boîtier à agencement vertical + 4 Roulettes Filtres Accessibles Débitmètre Réglable Variateur de

Plus en détail

Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols

Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols Mécanique des sols I Chapitre I Propriétés physiques des sols Chapitre II Hydraulique des sols Chapitre III Déformations des sols Chapitre IV Résistance au cisaillement des sols Chapitre III Déformations

Plus en détail

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie La gestion responsable des eaux pluviales : UNE SOLUTION ACTUELLE POUR UN AVENIR DURABLE L eau est une ressource essentielle à toute forme de vie sur Terre.

Plus en détail

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage

UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage UTILISATION DES SÉDIMENTS VALORISÉS : exemple de la plate-forme expérimentale SOLINDUS pour le pré-traitement des produits de dragage Dr H. Bréquel, Responsable département Recherche 1 1 /20 CONTEXTE ET

Plus en détail

Corrigé Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE AVEC HYPOTHÈSE PROBLÈME PLAN.

Corrigé Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE AVEC HYPOTHÈSE PROBLÈME PLAN. TD 6 corrigé - PFS Résolution analytique (Loi entrée-sortie statique) Page 1/1 Corrigé Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE AVEC HYPOTHÈSE PROBLÈME PLAN. Question : Réaliser le graphe de structure, puis compléter

Plus en détail

Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille. Côme Durand, mars 2014. Irstea.

Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille. Côme Durand, mars 2014. Irstea. Projet Miriphyque: utilisation des logiciels Macro/Cemafor pour le bassin de la Morcille Côme Durand, mars 2014. Irstea. 1 Sommaire 1) Présentation 2) Travaux déjà réalisés sur le projet 3) Influence des

Plus en détail

GLOBUS NUES Récupération et stockage d'eau

GLOBUS NUES Récupération et stockage d'eau CUVES à ENTERRER GLOBUS NUES Récupération et stockage d'eau 1 CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES Avec de l eau de récupération (eaux de pluie, de source ), vous pouvez économiser jusqu à 50 % de votre consommation

Plus en détail

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Consolidation des argiles CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Plan Introduction Argiles Phénomène de consolidation Essais de consolidation Equation de la consolidation Degré de consolidation et facteur

Plus en détail

Influence des cycles hydriques de la dessiccation et de l humidification sur le comportement hydromécanique des géomatériaux non saturés

Influence des cycles hydriques de la dessiccation et de l humidification sur le comportement hydromécanique des géomatériaux non saturés N d ordre 2013ISAL0028 Année 2013 Thèse Influence des cycles hydriques de la dessiccation et de l humidification sur le comportement hydromécanique des géomatériaux non saturés Présentée devant L institut

Plus en détail

Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation

Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation par Jean-Pierre MAGNAN Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Directeur technique au Laboratoire Central des Ponts et Chaussées, Paris Professeur de

Plus en détail

Contrôleur de pression modulaire PACE

Contrôleur de pression modulaire PACE GE Measurement & Control Contrôleur de pression modulaire PACE Une nouvelle génération de contrôleurs de pression Druck de grande précision, conçus pour les applications bancs d'essais et de tests automatisés.

Plus en détail

Notice d emploi Manomètre de pression PCE-932

Notice d emploi Manomètre de pression PCE-932 76, Rue de la Plaine des Bouchers 67000 Strasbourg France Tel.: +33 (0) 972 3537 17 Fax: +33 (0) 972 3537 18 info@pce-france.fr Notice d emploi Manomètre de pression PCE-932 Contenu 1. CARACTERISTIQUES...

Plus en détail

1960/61 Fourniture d une conduite de centrale Hydro-électrique en Suisse Séminaire FSTT LYON 2 Décembre 2014

1960/61 Fourniture d une conduite de centrale Hydro-électrique en Suisse Séminaire FSTT LYON 2 Décembre 2014 HOBAS 1 Application 1960/61 Fourniture d une conduite de centrale Hydro-électrique en Suisse Le Premier tuyau HOBAS a été installé en Suisse en 1960. Riche de plus de 50 ans d expérience, le groupe est

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

Mardi 18 juin 2013 Limoges

Mardi 18 juin 2013 Limoges Construire en terre : passé, présent futur! Pascal MAILLARD - Responsable Projets R&D Mardi 18 juin 2013 Limoges 1 Sommaire Historique et techniques de construction Construire en terre aujourd hui Caractérisation

Plus en détail

3 / Interventions à réaliser, à éviter

3 / Interventions à réaliser, à éviter 3 / Interventions à réaliser, à éviter dans le bâti ancien, hauts et bas Ils ont un rôle très semblable à celui des murs verticaux dans la gestion thermique et hydrique de la maison. Ensemble, ils déterminent

Plus en détail

Fiche produit GAS 210 ECO PRO ECO PRO. Chaudière à condensation compacte pour un rendement optimal

Fiche produit GAS 210 ECO PRO ECO PRO. Chaudière à condensation compacte pour un rendement optimal Fiche produit GAS 210 ECO PRO GAS 210 ECO PRO Chaudière à condensation compacte pour un rendement optimal Les points forts en résumé. GAS 210 ECO PRO Remeha GAS 210 ECO PRO La chaudière Gas 210 ECO Remeha

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Vous allez construire ou améliorer un habitat : traiter et évacuer vos eaux usées est une obligation. Si votre terrain

Plus en détail

MÉTHODE POUR LE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES DE STOCKAGE

MÉTHODE POUR LE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES DE STOCKAGE Fiche n 00 MÉTHODE POUR LE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES DE STOCKAGE Le présent document regroupe l ensemble des connaissances et des techniques nécessaires au dimensionnement des ouvrages de gestion des

Plus en détail

Améliorations et renforcements de sol à l arrière des quais

Améliorations et renforcements de sol à l arrière des quais 3ème Conférence Magrébine en Ingénierie Géotechnique CMIG 2013 Améliorations et renforcements de sol à l arrière des quais Thierry Hermges Serge Lambert Karim Boudersa www.keller-france.com Keller Fondations

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Francis Barré Géodynamique & Structure Ferraillage minimum des pièces épaisses (Chap 6) Hydratation à jeune âge Séchage du béton

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes - ANNEXES -

Projet de Fin d Etudes - ANNEXES - Projet de Fin d Etudes - ANNEXES - Viabilisation du lotissement Rue du Lac - LINGOLSHEIM NICOMETTE David Juin 2008 ANNEXES A. Présentation du BET Samuel Lollier Ingénierie... 61 B. Situation géographique

Plus en détail

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 2 ème partie : Electrostatique Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 Introduction Principaux constituants de la matière : - protons : charge

Plus en détail

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec TITRE DE LA PRÉSENTATION : La contribution en azote du sol reliée à la minéralisation de la MO : facteur climatique et régies agricoles influençant les taux de minéralisation d azote AUTEUR : Adrien N

Plus en détail

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE JM.DEUMIER, B.LACROIX, A.BOUTHIER, JL.VERDIER, M.MANGIN Les cultures irriguées bénéficient

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

Tournez la page S.V.P.

Tournez la page S.V.P. 17 Tourne la page S.V.P. Le problème est constitué de quatre parties indépendantes La mesure de l intensité d un courant électrique peut nécessiter des méthodes très éloignées de celle utilisée dans un

Plus en détail

Petit ABC de la technique de mesure de pression

Petit ABC de la technique de mesure de pression Petit ABC de la technique de mesure de pression Compétences dans la technique de mesure de pression Table des matières Types de pression 3 WIKA est l un des leaders mondiaux dans le domaine de la technique

Plus en détail

Correction. Lettre n dans un réceptacle Question 1.B

Correction. Lettre n dans un réceptacle Question 1.B Correction Correction Question 1.A Position de la lettre n Image de la vitesse de convoyage (GIO) Chaîne d information ACQUERIR TRAITER COMMUNIQUER Signalisation sonore et lumineuse Pupitre (voyants) Ecran

Plus en détail

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier)

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier) XI èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Les Sables d Olonne, 22-25 juin 2010 DOI:10.5150/jngcgc.2010.081-O Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Simulation

Plus en détail

SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculés sur base réduite

SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculés sur base réduite Titre : SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculé[...] Date : 03/08/2011 Page : 1/6 SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculés sur base réduite Résumé : Ce cas test a pour objectif de

Plus en détail

Electrique Thermique A chenilles Spéciaux Outils

Electrique Thermique A chenilles Spéciaux Outils Electrique Thermique A chenilles Spéciaux Outils Nous mettons notre compétence et notre expérience à votre service pour vous seconder dans toute exigence particulière de transport. Nous commercialisons

Plus en détail

GT Airinject Rapport Final

GT Airinject Rapport Final GT Airinject Rapport Final Par Dr. John Sorochan et Kyley Dickson Présentation: Cinq études ont été complétées à l Université du Tennessee afin de mieux étudier l effet du sur le compactage du sol et pour

Plus en détail

1- Gaz-mm British standrad to mm. DIAMÈTRE EXTÉRIEUR FILETÉ mm. DIAMÈTRE INTÉRIEUR TARAUDÉ mm

1- Gaz-mm British standrad to mm. DIAMÈTRE EXTÉRIEUR FILETÉ mm. DIAMÈTRE INTÉRIEUR TARAUDÉ mm 1- Gaz-mm British standrad to mm PAS BRITISH STANDARD DIAMÈTRE EXTÉRIEUR FILETÉ mm DIAMÈTRE INTÉRIEUR TARAUDÉ mm DIAMÈTRE DE L'AVANT- TROU mm RACCORD PLOMBERIE G 1/8" 9,73 8,85 8,80 G 1/4" 13,16 11,89

Plus en détail

Spécifications techniques

Spécifications techniques Spécifications techniques Caractéristiques Physiques Circuit frigorifique Type de fluide Mono circuit R 407 C Quantité de fluide - g 6 500 6 500 7 500 8 500 Ventilateur diamètre 762 762 900 900 Ventilateur

Plus en détail

SOMMAIRE TECHNIQUE 1 TRACTEUR 2 TONDEUSE AUTO-PORTEE 3 TONDEUSE AUTO-TRACTEE 1/2

SOMMAIRE TECHNIQUE 1 TRACTEUR 2 TONDEUSE AUTO-PORTEE 3 TONDEUSE AUTO-TRACTEE 1/2 1 TRACTEUR SECTION A- Identification des moteurs B- Filtration C- Moteur a) Pochette de joints - Jeu de coussinets b) Elément d injecteur Bougie - Pompe d alimentation c) Piston complet Courroie ventilateur

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

VIESMANN. VITODENS Chaudières gaz à condensation de 3,8 à 35,0 kw. Notice pour l'étude. VITODENS 222-F type FS2B. VITODENS 242-F type FB2B

VIESMANN. VITODENS Chaudières gaz à condensation de 3,8 à 35,0 kw. Notice pour l'étude. VITODENS 222-F type FS2B. VITODENS 242-F type FB2B VIESMANN VITODENS Chaudières gaz à condensation de 3,8 à 35,0 kw Notice pour l'étude VITODENS 222-F type FS2B Chaudière compacte gaz à condensation, de 4,8 à 35,0 kw, pour le gaz naturel et le propane

Plus en détail

Cabinet Privé de Formation. www.softway-tunisie.com

Cabinet Privé de Formation. www.softway-tunisie.com Cabinet Privé de Formation www.softway-tunisie.com 9 DT 240 360 00 360 320 280 36 390 540 540 6 260 6 6 8 6 66 56 48 56 48 48 48 48 560 650 560 560 620 72 760 700 760 66 66 66 66 66 4 4 4 66 72 75 80 72

Plus en détail

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010

Exemple: Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie. Modèle numérique de terrain. Photo printemps 2010 Exemple: Modèle numérique de terrain Photo printemps 2010 Photo : Véronique Gagnon, ing. junior. Zone humide au bas des pentes au printemps ou après une pluie Écoulement hypodermique provenant d un labour

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

Suivi hydrogéophysique in situ du phénomène hydratation-dessiccation des sols argileux

Suivi hydrogéophysique in situ du phénomène hydratation-dessiccation des sols argileux Suivi hydrogéophysique in situ du phénomène hydratation-dessiccation des sols argileux CHRETIEN M. *,**, LATASTE J-F. *, FABRE R. * * Université Bordeaux 1- Laboratoire GHYMAC ** B.E Ingénierie Géotechnique

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au :

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Dossier ANC Commune :.. N dossier : DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Demandeur SPANC (Service Public

Plus en détail

Systèmes de soutènement

Systèmes de soutènement FrankiFoundations Belgium Systèmes de soutènement Synthèse des techniques approche b Ir M.Bottiau FrankiFoundations Belgium DeputyGeneral M ABEF President Systèmes de soutènement Dimensionnement: en cours

Plus en détail

les forces en physique sont des grandeurs vectorielles, définies par :

les forces en physique sont des grandeurs vectorielles, définies par : STATIQUE STATIQUE PLANE (Statics) Définition : étude de l équilibre des corps. En statique plane les actions et les forces étudiées appartiennent toutes à un même plan Les forces et les moments : une action

Plus en détail

+ Engineering Equation Solver

+ Engineering Equation Solver + Engineering Equation Solver EES V. 15/10/12 Partie 2 Master 2 GSI Maitrise de l Energie Julien Réveillon, Prof. Université de Rouen Julien.Reveillon@coria.fr http://www.cfdandco.com + 2/ Exercice Cycle

Plus en détail

Couplage de pompes à chaleur géothermales avec des capteurs solaires thermiques

Couplage de pompes à chaleur géothermales avec des capteurs solaires thermiques Projet GEOSOL Couplage de pompes à chaleur géothermales avec des capteurs solaires thermiques date de notification : juin 2003 Qualité énergétique, environnementale et sanitaire Préparer le bâtiment à

Plus en détail

TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES. Joseph ABDO

TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES. Joseph ABDO TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES Joseph ABDO LE CONTEXTE LA ROUTE, UNE NÉCESSITN CESSITÉ La route : moyen de communication nécessaire au développement. - Mais, sa construction et son

Plus en détail

Orientation professionnelle Mécanicien fonderie

Orientation professionnelle Mécanicien fonderie Orientation professionnelle Mécanicien fonderie 1. Date: 1-7 2. Matière / Classe : Technologie, 2 ème année de formation 3. Thèmes des séquences de cours : 1. Vue d'ensemble 2. Moulage basse pression 3.

Plus en détail

Formation «Compost & Co»

Formation «Compost & Co» Formation «Compost & Co» Techniques de valorisation des déchets organiques chez soi Mercredi 08 avril 2015 Le sol : un milieu vivant dont il faut profiter Pas simplement un support «éponge» pour nos plantes.

Plus en détail

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX Fosse toutes eaux 1F O S S E Une fosse toutes eaux est un appareil destiné à la collecte, à la liquéfaction partielle des m a t i è res polluantes contenues dans les eaux usées et à la rétention des matières

Plus en détail

PNV 2009. Travaux dirigés n 1

PNV 2009. Travaux dirigés n 1 PNV 2009 Travaux dirigés n 1 Le maintien du statut hydrique est une contrainte majeure pour la croissance et le développement des plantes terrestres. Ces organismes peuvent en particulier être soumis à

Plus en détail

I ntroduction. Coffrets pour la régulation de la température et de l hygrométrie. Caractéristiques et avantages

I ntroduction. Coffrets pour la régulation de la température et de l hygrométrie. Caractéristiques et avantages Catalogue Réfrigération Section Notice technique JC-TH230-1xM Edition 060212 Coffrets pour la régulation de la température et de l hygrométrie I ntroduction Conçu pour faciliter le travail de l installateur,

Plus en détail

Contact intermittent (AM-AFM) Courbes approche-retrait. Matthieu George

Contact intermittent (AM-AFM) Courbes approche-retrait. Matthieu George Contact intermittent (AM-AFM) Courbes approche-retrait Matthieu George Forum des Microscopies à Sonde Locale Ecully 2011 Références Les Microscopies de Force, C. Fretigny Microscopie de Force Dynamique,

Plus en détail

Prudence, Epargne et Risques de Soins de Santé Christophe Courbage

Prudence, Epargne et Risques de Soins de Santé Christophe Courbage Prudence, Epargne et Rique de Soin de Santé Chritophe Courbage ASSOCIATION DE GENÈVE Introduction Le compte d épargne anté (MSA), une nouvelle forme d intrument pour couvrir le dépene de anté en ca de

Plus en détail

Thermo-Anémo-Manomètre MP 200

Thermo-Anémo-Manomètre MP 200 Fiche de Données Techniques Pression Température Humidité Vitesse d air Débit d air Combustion ThermoAnémoManomètre MP 200 Les plus de la gamme Modules interchangeables Simple d'utilisation (Joystick)

Plus en détail

http://energie.wallonie.be

http://energie.wallonie.be KOSTPRIJS UITGESPAARDE BRANDSTOF 8 7 kostprijs uitgespaarde brandstof (c /kwh) 6 5 4 3 2 kost uitgespaarde brandstof kost kwh electricity kost kwh gas kost kwh mazout 1 0 0 5000 10000 15000 20000 25000

Plus en détail

La portance. La portance : quelques notions générales. pression exercée. pression exercée. Situation d'équilibre. Situation initiale.

La portance. La portance : quelques notions générales. pression exercée. pression exercée. Situation d'équilibre. Situation initiale. La portance 195 La portance : quelques notions générales La portance peut être définie comme la capacité d un sol à supporter la pression qu exercent sur ce dernier des pneus, des chenilles, les pieds

Plus en détail

Pilotage de l irrigation de l asperge par tensiomètres. Introduction

Pilotage de l irrigation de l asperge par tensiomètres. Introduction Pilotage de l irrigation de l asperge par tensiomètres RéseauATIA Réseau d'appui Technique aux Irrigants Le Réseau des conseillers irrigation des Chambres d'agriculture vous accompagne dans vos projets

Plus en détail

BP/BL 150 à 500, B 650 à 1000

BP/BL 150 à 500, B 650 à 1000 BP/BL à, B 6 à PRÉPARATEURS D EAU CHAUDE SANITAIRE INDÉPENDANTS BP Préparateurs ecs indépendants Performance, capacité de à litres BL Préparateurs ecs indépendants, capacité de à litres B Préparateurs

Plus en détail

Etude hydrogéologique des formations de pente et leur drainage*

Etude hydrogéologique des formations de pente et leur drainage* Etude hydrogéologique des formations de pente et leur drainage* Marcel RAT Adjoint au chef du département de géotechnique Laboratoire central des Ponts et Chaussées RÉSUMÉ La stabilisation des pentes naturelles

Plus en détail

ECRANS ACOUSTIQUES DURABLES

ECRANS ACOUSTIQUES DURABLES FICHE TECHNIQUE : CASSETTE ACOUSTIQUE ABSORBANTE P9507 A3/B3 (DLα 8 db/dl R 33 db) CODES P9507 : L = 0.00 3.00m P9371 : L = 3.01 4.00m (avec renforcement interne) P9372 : L = 4.01 5.00m (avec renforcement

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2010 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel

Plus en détail

Notice complémentaire Bypass 72 Tube bypass avec sonde de niveau VEGAFLEX

Notice complémentaire Bypass 72 Tube bypass avec sonde de niveau VEGAFLEX Notice complémentaire Bypass 72 Tube bypass avec sonde de niveau VEGAFLEX Radar à impulsions guidées Description du produit 1 Description du produit Le by-pass 72 est une mesure de niveau complète dans

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

L ultime remède aux nuisances des oiseaux

L ultime remède aux nuisances des oiseaux L ultime remède aux nuisances des oiseaux 1 Accueil Nous vous remercions pour votre achat de l'agrilaser. Le Agrilaser est un appareil portable silencieux pour éloigner les oiseaux et faire fuir les organismes

Plus en détail

PRÉVISION DE LA CAPACITÉ PORTANTE ET DU TASSEMENT D UN PIEU FORÉ ISP 5 PRESSIO 2005

PRÉVISION DE LA CAPACITÉ PORTANTE ET DU TASSEMENT D UN PIEU FORÉ ISP 5 PRESSIO 2005 PRÉVISION DE L CPCITÉ PORTNTE ET DU TSSEMENT D UN PIEU FORÉ ISP 5 PRESSIO 2005 Jacky D. Razafindrabe 1, Voahanginirina. J. Ramasiarinoro 2, Lala ndrianaivo 3 1 Laboratoire National des Travaux Publics

Plus en détail

EPREUVE N 2 : EPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE COMMUNE A L ENSEMBLE DE LA SECTION : PHYSIQUE APPLIQUEE, TECHNOLOGIE

EPREUVE N 2 : EPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE COMMUNE A L ENSEMBLE DE LA SECTION : PHYSIQUE APPLIQUEE, TECHNOLOGIE EPREUVE N 2 : EPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE COMMUNE A L ENSEMBLE DE LA SECTION : PHYSIQUE APPLIQUEE, TECHNOLOGIE (Coefficient : 1 Durée : 4 h) Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : calculatrice

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

CODIFICATION. NOTA : Dans le cas d'un vérin avec fixation sur corps par tourillon intermédiaire MT4 indiquer RQ ou RW= (en mm)

CODIFICATION. NOTA : Dans le cas d'un vérin avec fixation sur corps par tourillon intermédiaire MT4 indiquer RQ ou RW= (en mm) HRB HFB 1 CODIFICATION ALESAGE mm 32 40 50 63 80 100 125 160 TIGE mm 16 22 22 28 28 36 36 45 45 56 56 70 70 90 90 110 SERIE HR CNOMO 160 bar - à tirants HF CNOMO 160 bar - à contre brides INDICE B Indice

Plus en détail

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-f & P4-f - 185/180 - Standard P2-f & P4-f - 170/165 - Compact P2-f & P4-f - 200/195 - Confort MODELE H DH P2f-4f - 185/180 - Standard 340 171 P2f-4f - 170/165 - Compact

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Développement d un outil de gestion intégrant les risques économiques pour la réhabilitation des sites contaminés

Développement d un outil de gestion intégrant les risques économiques pour la réhabilitation des sites contaminés Développement d un outil de gestion intégrant les risques économiques pour la réhabilitation des sites contaminés RECORD 02-0507/2A mai 2004 RECORD ETUDE N 02-0507/2A DEVELOPPEMENT D UN OUTIL DE GESTION

Plus en détail

DISTRIBUTEURS ET ELECTRO- DISTRIBUTEURS PLAN DE POSE VDMA 24563-02 SERIE MACH 18

DISTRIBUTEURS ET ELECTRO- DISTRIBUTEURS PLAN DE POSE VDMA 24563-02 SERIE MACH 18 DISTRIBUTEURS ET ELECTRO- DISTRIBUTEURS PLAN DE POSE VDMA 45-0 SERIE MACH Les distributeurs MACH à montage sur embases répondent à la norme VDMA 45-0-mm. Ils sont disponibles en fonction 5/ et 5/ à commande

Plus en détail

FILTERS. SYSTEM CARE - Filtres en derivation INFORMATIONS TECHNIQUES CODIFICATION POUR COMMANDE INDICATEUR DE COLMATAGE

FILTERS. SYSTEM CARE - Filtres en derivation INFORMATIONS TECHNIQUES CODIFICATION POUR COMMANDE INDICATEUR DE COLMATAGE ILTERS HYDRAULIC DIVISION - iltres en derivation O INORMATIONS TECHNIQUES CODIICATION POUR COMMANDE COURBES DE PERTE DE CHARGE ( p) SCHEMA ONCTIONNEL INORMATIONS POUR LA COMMANDE DE PIECES DETACHEES DINSIONS

Plus en détail

Suite du Chapitre2 : Les composants d un ordinateur

Suite du Chapitre2 : Les composants d un ordinateur Suite du Chapitre2 : Les composants d un ordinateur J. Mechbouh & O. El Kharki Site web : http://www.elkharki.africa-web.org/ X. Les mémoires de masses Une mémoire de masse est une mémoire de grande capacité,

Plus en détail

SIMPLES-PERFORMANTES-ECONOMIQUES SIMPLES-PERFORMANTES-ECONOMIQUES

SIMPLES-PERFORMANTES-ECONOMIQUES SIMPLES-PERFORMANTES-ECONOMIQUES CHAUDIERE AUX GRANULES DE BOIS SIMPLES-PERFORMANTES-ECONOMIQUES SIMPLES-PERFORMANTES-ECONOMIQUES Qualité, performance et simplicité sont les valeurs que portent NBE depuis plus de 60 ans. Entreprise à

Plus en détail

SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS

SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR CONCEPTION DE PRODUITS INDUSTRIELS SESSION 214 ETUDE DE PRODUITS INDUSTRIELS SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS Durée : 4 heures Aucun

Plus en détail