OPTIMISATION DU NETTOYAGE. Une action collective prioritaire. Question de méthode. Ce programme s est organisé en plusieurs étapes :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OPTIMISATION DU NETTOYAGE. Une action collective prioritaire. Question de méthode. Ce programme s est organisé en plusieurs étapes :"

Transcription

1 ASSOCIATION REGIONALE DE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIES n 48 LETTRE d info Septembre 2012 OPTIMISATION DU NETTOYAGE Une action collective dans les industries agroalimentaires de Franche-Comté Une action collective prioritaire L ARIATT, en collaboration avec les entreprises franc-comtoises, a identifié cette action collective, «Optimisation du Nettoyage et de la Désinfection», comme prioritaire car elle constitue une étape capitale en industrie agroalimentaire. La conception hygiénique des lignes de production et la maîtrise des opérations de nettoyage et de désinfection (N&D) sont des pré-requis indispensables pour garantir la sécurité alimentaire. Cette maîtrise, intégrée dans un processus qualité, est l un des gages de la durée de vie du produit. D autres enjeux de taille sont l optimisation des consommations d eau, des effluents, des intrants chimiques, mais aussi la pérennité du matériel et de meilleures conditions de travail. Cependant, la phase de N&D est souvent perçue comme une source de dépenses, sans création de valeur ajoutée et comme coûteuse en énergie, en eau, en intrants chimiques et en temps. L optimisation du nettoyage s inscrit donc dans un contexte riche en enjeux environnementaux, économiques et réglementaires. Ce programme a été mis en œuvre sur 12 mois grâce au soutien du Conseil régional de Franche-Comté et des Conseils généraux du Doubs, du Jura et de Haute-Saône. Son objectif a été, à travers l accompagnement de 5 entreprises pilotes, de mettre en place une action de progrès visant à améliorer les performances et pratiques lors des phases de N&D. Dans ce cadre, Agrodoubs, Clavière, Jura Terroir, Naturalim France Miel et la SCAF du Haut Jura ont été suivis par 3 prestataires techniques : Actilait, pour ses compétences dans le domaine laitier, le CTCPA pour ses connaissances en conceptions hygiéniques et l ENIL de Mamirolle pour les questions de gestion des rejets. Question de méthode Pour l ARIATT, animateur de cette action, une des ambitions a été la sensibilisation des entreprises agroalimentaires sur l importance d une démarche d optimisation du nettoyage. avec le soutien de Ce programme s est organisé en plusieurs étapes : - Une sensibilisation des IAA régionales sur la thématique. - Un diagnostic : réalisé dans les entreprises pilotes, il a permis de déterminer les besoins précis en matière d optimisation du nettoyage et d identifier les points critiques à améliorer. - Une journée d information collective à destination des entreprises pilotes : organisée par l ARIATT et animée par les consultants de l action, elle a apporté un enseignement théorique et a donné lieu à un échange constructif autour des points mis en exergue lors des diagnostics. - Un suivi individuel : les consultants ont accompagné chaque entreprise dans la mise en œuvre d un plan d actions. - Une réunion de restitution ouverte à la filière.

2 Témoignages des entreprises pilotes Agrodoubs & PEB Coquy : Arnaud LAVERGNE - Directeur Depuis sa création en 1956 l entreprise PEB, située à Flagey (25), commercialise des œufs (coquille) à travers toute la Franche-Comté sous la marque Coquy. L entreprise compte actuellement 45 salariés pour un CA de 8 millions. La société Agrodoubs a, quant à elle, été créée en Sur ce site sont fabriqués des produits alimentaires intermédiaires à partir de coule d œuf : crème pâtissière, crème brûlée etc Ces produits sont ensuite commercialisés pour la restauration hors foyer en France et à l étranger. Le site emploi 15 salariés pour un chiffre d affaires de 3 millions (15% export). «Il existe aujourd hui des offres pour des techniques de nettoyage ou désinfection sans produits chimiques (ultrasons, ozone, cryogénie, vapeur sèche, etc). Sur le site de PEB, notre activité entraine un encrassement important de la calibreuse d oeufs qui est par ailleurs difficile à nettoyer. Au cours de cette action collective, nous avons testé le procédé de cryogénie. Ce procédé est difficilement applicable en routine, le jet étant ciblé d où une vitesse de nettoyage limitée. Cependant, cette technologie a été très efficace, elle a permis de «rénover» une ligne sans apport d intrants chimiques, et sans laisser d humidité résiduelle. Les consommables sont ici des pellets de CO 2 dont il faut compter environ 300 pour une journée d utilisation. La demande en air comprimé est par ailleurs importante. L investissement dans un matériel performant est d environ 15 k et il est nécessaire de prévoir une formation du personnel. L alternative envisagée par l entreprise est donc de faire appel à un prestataire. Sur le site d Agrodoubs, (Agrodoubs-PEB) le souhait était de trouver une solution pour diminuer le temps de nettoyage désinfection d une ligne de nettoyage en place (NEP) et gagner donc également en consommation. L étude montre la possibilité de gagner sur un cycle de désinfection quotidien, en modifiant le protocole actuel et en adoptant une pousse à l air stérile. Cette action nous a permis de bénéficier de l intervention d un expert, grâce à son regard nouveau sur l entreprise, il a identifié des solutions que nous n avions pas envisagées.» SCAF du HAUT JURA : Thierry BOBILLIER - Fromager La SCAF du Haut Jura, située aux Moussières (39), a été créée en C est une coopérative fromagère qui emploie actuellement 12 salariés pour un chiffre d affaires de 3 millions. Les 4 millions de litres de lait issus de 17 producteurs sont notamment transformés en 3 produits AOC (Bleu de Gex, Comté, Morbier). «Avec la diversité des produits fabriqués dans notre fromagerie, les procédures de nettoyage mises en œuvre sont nombreuses et leurs maîtrises complexes. Nous avons décidé d intégrer cette action collective car nous souhaitions avoir un regard extérieur sur nos pratiques de nettoyage, tant sur la pertinence des procédures mises en place que pour identifier des voies d optimisation et de réduction des coûts. Après la réalisation du diagnostic, des axes de progrès ont été mis en évidence. Nous nous sommes aperçus par exemple que l adéquation entre les produits utilisés et la nature de la souillure à éliminer n était pas toujours respectée. Après modification des pratiques et des produits, nous avons constaté un réel gain d efficacité notamment sur le détartrage de nos saloirs à Bleu de Gex. Un contrôle des concentrations des solutions de nettoyage a ensuite été réalisé et a révélé des résultats surprenants. Sur certaines solutions de nettoyage fabriquées quotidiennement, il a été mis en évidence des surdosages importants car la préparation de ces dernières n était ni formalisée, ni surveillée. Par la simple mise en place de système de dosage, nous avons réalisé des gains économiques non négligeables. Par exemple, sur un produit désinfectant, nous avons réduit la consommation de produit par 2 ce qui représente un gain potentiel de plusieurs k sur une année. Outre les améliorations déjà mises en place suite à l intervention du prestataire, Actilait, nous comptons bien poursuivre la dynamique impulsée par cette action. Nous avons déjà planifié la mise en place d un suivi plus régulier des concentrations de nos bains de nettoyage de manière à anticiper toute dérive dans nos pratiques.»

3 Jura Terroir : Vincent JOLY - Responsable Fabrication et Affinage L entreprise Jura Terroir située à Pont Du Navoy (39), transforme 22 millions de litres de lait pour tonnes de Comté. Il est affiné meules réparties en 12 caves de places. Elle comprend également 2 autres sites de production de Comté à Saffloz et Rothonay. L entreprise compte actuellement 37 salariés et réalise un chiffre d affaires de 20 millions. «Nous avons souhaité nous insérer dans cette action car nous suspections des points de progrès lors des étapes de nettoyage. Le diagnostic réalisé par Actilait nous a orienté sur 2 points de travail : le robot de soin d affinage et le nettoyage en place de nos moules. En effet, comme sur tous les sites d affinage de Comté, le nettoyage des robots de soins des fromages représente un point critique et se doit d être parfaitement maîtrisé pour garantir la sécurité sanitaire des produits commercialisés. Du fait des cadences d utilisation, du nombre important de fromages frottés et de leur conception hygiénique, cet équipement est relativement complexe à nettoyer et représente un poste très consommateur en temps, en eau et en produit de nettoyage. Sur une semaine de fabrication, le temps alloué à cette opération représente 15 heures durant lesquels les soins des fromages sont arrêtés. Via ce programme collectif, nous avons étudié des pistes d optimisation possibles nous permettant d avoir un procédé efficace et moins coûteux. Grâce à la réalisation d écouvillonnages et d analyses microbiologiques par Actilait, le diagnostic a permis d obtenir une évolution du nombre de germes totaux présents sur plusieurs zones du robot au cours des étapes du processus de N&D. Il a ainsi été montré que certaines étapes n étaient pas optimales et que la procédure pouvait être améliorée. Par exemple, la réalisation du nettoyage à l acide avant la phase de désinfection a permis de diviser par 20 le niveau de contamination en germes totaux facilitant ainsi l action du désinfectant. L augmentation de la température d application du détergent enzymatique a aussi permis de multiplier par 10 la réduction microbienne. Le diagnostic a également permis de repérer des niveaux très élevés de contamination en germes totaux en fin de processus de N&D. Ces zones critiques concernent certains endroits du robot qui ne sont pas atteignables avec le canon à mousse. Cette observation nous a conduit vers le démontage systématique du tapis et vers la mise en en place d une procédure de N&D plus adaptée. Bien que nous devions encore valider et conforter les résultats acquis par cette action collective avec des suivis complémentaires, la nouvelle procédure mise en place avec Actilait semble satisfaisante sur le niveau de contamination en flore totale résiduelle retrouvée sur les surfaces. Elle implique cependant la mobilisation systématique d une personne de la maintenance et allonge la durée de l opération de nettoyage. Cette durée pourra cependant être revue à la baisse en tentant de supprimer l étape de désinfection terminale. Ce programme collectif nous a permis d impulser une dynamique que nous allons poursuivre, en développant par exemple certaines pistes d amélioration identifiées comme la maîtrise de nos rejets.» Clavière : Marina Bouillet - Responsable Qualité L entreprise Clavière à Dole (39) fabrique des saucisses de Morteau, de Montbéliard ainsi que d autres spécialités de charcuteries salaisons vendues sous le nom de la société mais également sous des noms de marque de distributeur. Cette société créée en 1880 emploie une centaine de personnes pour une production annuelle de tonnes. «Comme dans toute entreprise agroalimentaire, il est communément admis chez CLAVIERE que le nettoyage constitue une étape incontournable pour garantir la sécurité de nos consommateurs. Mais aujourd hui, il nous est apparu opportun de nous interroger sur l impact du nettoyage sur l environnement et la maîtrise des coûts. Nous avons fait le choix de cibler l action sur une partie de l usine, en intégrant notre prestataire de nettoyage. Le diagnostic a pu mettre en évidence un certain nombre de leviers pouvant être activés pour optimiser nos opérations de nettoyage. Cela a concerné entre autres notre tunnel de lavage pour lequel les consommations d eau se sont avérées très importantes, mais aussi l organisation du prestataire qui a été revue afin de gagner en efficacité ou encore la gamme de produits chimiques qui sera réduite en vue de massifier davantage nos achats. Nous allons donc poursuivre l action en déployant les recommandations sur l ensemble de l usine, et pouvoir, nous l espérons, mesurer les impacts positifs dès cette fin d année.» Lettre d information N 48-Septembre 2012

4 Témoignages des entreprises pilotes Naturalim France Miel : Sabine DEPINET - Responsable Qualité & Achats - Membre du Directoire France miel est une coopérative née en 1958 qui comporte aujourd hui 75 apiculteurs professionnels. La société Naturalim, quant à elle, a été créée en 1996, elle conditionne et distribue près de tonnes de miel issu de la coopérative mais également de coopératives partenaires ou d achats en provenance d Europe Occidentale et d Amérique Latine. Ses produits sont commercialisés principalement sous marque de distributeurs en France et à l international. Naturalim France Miel se situe à Port Lesney (39) et emploie une trentaine de salariés. «De nombreuses références de miels, d origines florales diverses, sont conditionnées sur notre site. Le miel étant un produit bactériostatique, il ne pose pas de problème bactériologique, en revanche, nous nous devons de maîtriser les risques de contamination croisée en pollens entre différents miels. En effet, la caractérisation pollinique d un miel permet l obtention ou non d une dénomination spécifiques à chaque variété (exemple : lavande, bruyère, ). C est pourquoi nous avons décidé de nous inscrire dans cette démarche. En complément, nous souhaitions également mesurer nos rejets d eau au cours d une journée et évaluer la charge organique rejetée. Nous avons souhaité améliorer la maîtrise du nettoyage de nos circuits. Lors de l action collective, il a été envisagé de passer d un nettoyage manuel, dont l efficacité a pu être vérifiée, à un NEP. Après analyse, un schéma du circuit de NEP a été réalisé avec implantation d une cuve de lancement d eau propre et d une cuve de récupération de la dernière eau de rinçage. Le cahier des charges réalisé a été soumis à des équipementiers. Actuellement nous attendons de nouveaux chiffrages pour la mise en place d un nettoyage semi-automatique. Pour ce qui est de l analyse des effluents, cette étude a permis de quantifier leurs charges en Demande Chimique en Oxygène (DCO) et en Demande Biochimique en Oxygène pendant cinq jours (DBO5). Les axes de travail identifiés consistent, entre autre, à étudier la possibilité de récupérer et de valoriser une partie de la matière première évacuée dans l eau.» PAroles d experts Que prendre en compte quand on veut optimiser ses étapes de N&D Eric Notz - Co-Responsable du Pôle Technologie ACTILAIT L optimisation des opérations de nettoyage et de désinfection doit être réfléchie dans un processus global en intégrant à la fois l aspect sécurité sanitaire, environnemental et économique. Outre l efficacité qui est le premier paramètre à maîtriser, elle doit prendre en compte les consommations d eau, d énergie et d intrants chimiques, le coût de traitement des effluents et du temps de travail du personnel. L entreprise devra trouver le meilleur compromis selon ses priorités puisque rares sont les leviers qui permettent d agir sur ces 3 axes à la fois. Elle doit également tenir compte des contraintes d organisation de l entreprise. Le pré-requis pour la mise en place et l optimisation d une procédure de nettoyage/désinfection est une bonne connaissance de son procédé et des souillures qui sont rencontrées sur les surfaces. Le choix des produits dépendra directement du type de souillure à éliminer (organique, minérale, microbienne). Il est également nécessaire de connaitre les paramètres conditionnant l efficacité des produits utilisés : température, temps de contact, concentration, action mécanique à mettre en œuvre. Cependant, il faut noter que la performance des opérations n est optimale qu avec un personnel formé aux techniques, et sensibilisé aux enjeux du nettoyage et de la désinfection. Afin d évaluer les performances des pratiques de N&D, il est nécessaire de réaliser des audits qui doivent prendre en compte la nature du ou des produits alimentaires transformés (produits liquides, pâteux, solides, humides ou secs, cuits ou crus).

5 Une comparaison entre les procédures mises en place, les pratiques réalisées sur le terrain et les fiches techniques des produits aboutit dans un premier temps à l obtention d un bilan du procédé de N&D appliqué. Un simple contrôle des concentrations, des températures et des durées permet bien souvent de mettre en évidence des dérives dans les pratiques conduisant à des pertes d efficacité ou à des consommations en eau et en produits inutiles. L ordre de réalisation des opérations doit aussi être examiné de manière à s assurer que chacune d entre elles est réalisée en cohérence avec les bonnes pratiques (bien nettoyer avant de désinfecter par exemple). Les fréquences, l alternance de l utilisation des produits et la dureté de l eau doivent aussi être prises en compte et choisit de manière adéquate. La capacité des opérateurs à comprendre les consignes et les appliquer est également un facteur important de succès. La formation du personnel est donc primordiale. Enfin le plan de contrôle, les moyens et les modes opératoires de prélèvement sont un gage de réussite et permettent aux opérateurs de visualiser l intérêt de leur travail. PAroles d experts Les principes de la conception hygiénique Christophe HERMON Directeur Régional Ouest CTCPA Les principes de conception hygiénique sont des principes de bon sens. Ils concourent à éviter les zones de stagnations de produits ou d eau, à faciliter la vidange de l équipement et son accessibilité. Néanmoins, d un point de vue mécanique, leur mise en œuvre peut entrainer des coûts de production supérieurs. Il s agira donc, dans tous les cas, d un compromis entre la meilleure conception possible d un point de vue hygiénique et sécuritaire sans oublier la notion de coût. La conception hygiénique des lignes de production est réglementée par la directive machine 2006/42 et renforcée par les exigences du paquet hygiène qui définit la responsabilité des entreprises agroalimentaires. Un groupe de travail de la communauté européenne (le CEN TC 153) a établi des normes harmonisées donnant naissance à la norme NF Au niveau international, la norme ISO EN NF 14159, tout comme la norme NF , permettent, si les exigences sont respectées, d être en conformité par rapport aux exigences «hygiène» de la directive machine. La conception hygiénique des équipements doit permettre avant tout de limiter l encrassement des surfaces, ce qui est la première condition pour en faciliter le nettoyage et la désinfection. Le choix des matériaux est un critère important. Bien entendu la première exigence est que le matériau respecte la législation concernant les matériaux au contact (Règlement cadre (CE) N 1935/2004). Le matériau étant défini, il convient de concevoir l équipement en tenant compte également des spécificités suivantes, par exemple : La machine ou l équipement ne doivent pas présenter de zones de rétention qui permettraient la stagnation de souillure ou d eau et, par conséquent, la prolifération microbienne. Les assemblages entre éléments doivent limiter les zones de rétention, par exemple des mauvais alignements entre deux tuyauteries, des protubérances de joint, etc. La directive machine précise que les assemblages doivent être réalisés de préférence par soudure ou collage continu. Les surfaces en contact avec les denrées alimentaires doivent pouvoir être facilement nettoyées et désinfectées, éventuellement après enlèvement des parties facilement démontables. Ceci nécessite une réflexion dès la conception de l équipement, mais également dès son installation : la hauteur sur pied est-elle suffisante? Peut-on voir et atteindre facilement la partie supérieure de la machine? Peut-on en faire le tour? Le démontage peut-il se faire sans outils?... Les équipements et machines doivent aussi éviter les infiltrations de liquide, les accumulations de matière organique, les projections de liquides auxiliaires (exemple lubrifiants) sur les surfaces au contact alimentaire Lettre d information N 48-Septembre 2012

6 Pour aider les entreprises à aborder cette notion de conception hygiénique un guide de l art est édité par l EHEDG (European Hygienic Engineering and Design Group). Cette organisation s était donnée pour objectif de publier des recommandations, sur la base de travaux connus ainsi que des méthodes de test pour valider cette conception. Les documents produits par l EHEDG sont régulièrement mis à jour par des groupes de travail spécifiques. (www.ehedg.fr). Il est à noter qu aux États-Unis, l association 3A, produit depuis 1920 des standards réputés sur la conception des équipements destinés à l industrie laitière. Mais cela ne suffit pas, l équipement doit aussi être pensé en tenant compte des préoccupations du personnel de production, de maintenance, de nettoyage c est-à-dire, faciliter le démontage, avoir des zones accessibles, limiter la pénibilité, garantir la sécurité. On voit que certaines solutions sont nécessairement des compromis car les exigences pour la sécurité des opérateurs (éviter l accès aux éléments coupants, brulants, tournants, ) ne vont pas dans le sens de l accessibilité au nettoyage. La priorité doit toujours aller à la sécurité mais dans ce cas, des mesures préventives doivent être renforcées pour parvenir à la propreté des surfaces. La conception hygiénique est donc le plus souvent le résultat du bon sens et la difficulté vient surtout de la somme de détails à ne pas négliger. PAroles d experts Comment mieux gérer ses consommations d eau lors des étapes de N&D Nicolas PERNET Chargé de Recherche ACTILAIT Quand il s agit de diminuer l impact environnemental et le coût de réalisation d un plan de nettoyage et désinfection, l un des premiers leviers qui peut être actionné est la réduction des consommations d eau. En effet, les industries agroalimentaires sont de grandes consommatrices d eau, et en grande partie, à cause des opérations de sanitation. Toutefois, comment nettoyer et désinfecter avec moins d eau ou même sans eau? L expérience montre qu un simple suivi de ses consommations génère des économies immédiates par une prise de conscience du personnel. Outre le compteur général, l installation de compteurs divisionnaires d eau permet d avoir une vision précise sur comment s utilise l eau et comment sont réparties les consommations entre les principaux postes. Ainsi le poste «nettoyage» peut être isolé et suivi de manière indépendante. La mise en place d indicateurs spécifiques (par exemple exprimés en litres d eau/kg de produits fabriquées ou par litre de lait transformé) suivis de manière journalière, hebdomadaire ou mensuel avec une visualisation sous forme de graphique permettra d identifier des dérives et de mettre en place des plans d action. Surfaces ouvertes : plus d économies en eau par l optimisation des procédés et/ou le choix de nouvelles technologies Pour diminuer sa consommation d eau, il est important de ne pas négliger la phase de dégrossissage qui consiste à enlever les salissures les plus importantes en fin de production sans utiliser d eau. Cette étape permet une économie non négligeable, puisque cela va simplifier le travail de nettoyage ultérieur. Il peut également être envisagé d humidifier certaines souillures en cours de production pour éviter qu elles ne sèchent et soient beaucoup plus difficiles à nettoyer par la suite. Il est aussi possible de diminuer fortement les quantités. En travaillant sur le couple pression/débit et en installant des buses pour contrôler le débit, le couple optimale se situe en moyenne pression (40 litres/min à 25 bars). En passant d un débit d eau de 30 litres par minutes à 20, il est possible de garder une même efficacité de nettoyage. Enfin, pour certaines applications, le nombre de phases de rinçage peut également être revu à la baisse. Dans de nombreux cas, la sanitation se fait en cinq points : pré-nettoyage, nettoyage, rinçage intermédiaire, désinfection et enfin rinçage final. Pourtant, le nombre d étapes peut être ramené à trois : pré-nettoyage, nettoyage & désinfection et enfin le rinçage final. En effet, on trouve sur le marché des détergents/ désinfectants combinés qui permettent la réalisation de protocoles monophases et qui peuvent être tout aussi efficaces que l utilisation de 2 produits séparés. Ce sont des produits spécifiques composés d agents nettoyants et d agents désinfectants qui fonctionnent ensemble.

7 Du côté des techniques de nettoyage faiblement consommatrices en eau, des technologies alternatives à la chimie classique se sont fortement démocratisées ces dernières années. C est le cas notamment des technologies en voie sèche comme la cryogénie, l aérogommage ou la vapeur sèche saturée. Toutefois, ces technologies sont à employer de manière ponctuelle pour le nettoyage d équipements très encrassés ou d ateliers utilisant des ingrédients sensibles comme des pulvérulents (cf lettre ARIATT n 40). Surfaces fermées : plus d économies en eau et d énergie par le choix de nouvelles technologies de capteurs de surveillance optimisant le pilotage du nettoyage en place. En ce qui concerne le nettoyage en place (NEP), la réduction des consommations en eau peut désormais s appuyer sur la surveillance en temps réel comme le niveau d encrassement des lignes, ou sur l efficacité des différentes phases mises en œuvre. Pour cela, différents capteurs ont fait leur apparition depuis ces 10 dernières années. Il existe par exemple des sondes qui permettent de suivre en continu l encrassement des lignes de production. En analysant l évolution de l épaisseur du dépôt organique et minéral formé à la surface des tuyauteries. De nombreuses applications sont possibles en agroalimentaires: stérilisateurs, pasteurisateurs, évaporateurs, lignes de conditionnement, etc. Ces capteurs offrent de nombreuses perspectives puisqu ils peuvent être utilisés pour décider du moment de lancer le nettoyage. Les fréquences peuvent donc être diminuées et les phases de rinçage optimisées. Ces sondes permettent également de valider les procédures de nettoyage. En ce qui concerne les économies d eau imputées au NEP, il est possible d envisager l emploi de pousses à l air plutôt que des pousses à l eau. Cela diminue le risque d accroissement de la charge en polluant des eaux rejetées tout en limitant la consommation d eau. Enfin, il faut appliquer le principe qui consiste à utiliser de l eau potable que lorsque cela est nécessaire. Par exemple, le prélavage peut être réalisé avec de l eau recyclée provenant du dernier rinçage. L utilisation de différents capteurs (turbidité, conductivité) permet une détermination en ligne de la fin d une opération et/ou de trier les deux fluides qui se succèdent dans le processus de nettoyage. Ces capteurs permettent de caractériser les mélanges produits (alimentaire ou produit de nettoyage)/ eau. Ils sont donc pertinents pour déterminer la fin de l opération de pousse et de premier rinçage et la fin de l opération de lancement. Des spectrophotomètres peuvent également permettre de visualiser à partir de quand les phases de rinçages intermédiaires ne sont plus efficaces. Ces dernières étant très souvent surdimensionnées, il est donc possible, d en diminuer le temps et donc de réduire les consommations en eau. PAroles d experts La gestion des effluents Jean-Louis BERNER Responsable Pôle Gestion Eau et Environnement ENIL Mamirolle Les opérations de nettoyage et désinfection sont à l origine de la majeure partie des effluents des entreprises agroalimentaires (50 à 90 % du volume des effluents proviennent du nettoyage). Ces effluents sont très caractéristiques de l activité agroalimentaire : de façon générale ils sont essentiellement constitués de matières organiques et ne comportant pas ou très peu de métaux lourds et de matières toxiques, ils sont donc facilement dégradés dans des systèmes d épuration à boues activées. La principale caractéristique est leur variabilité temporelle sur différents paramètres tels que le débit, le ph ou la charge. Cette variabilité, due en grande partie à l alternance de cycles de nettoyage (rinçage, traitement alcalin, traitement acide) n est pas sans conséquence sur le respect de la réglementation. Le rejet d effluent industriels est strictement encadré et réglementé. Des normes ont été mises en place dans le cadre de la législation ICPE (Installation Classée pour la Protection de l Environnement) au travers de l arrête du 2 février 1998) et sont applicables aux entreprises soumises à cette réglementation. Elles servent également de référence pour les rejets des entreprises non soumises à la réglementation ICPE. Lettre d information N 48-Septembre 2012

8 Le rejet dans un réseau d assainissement d effluents industriels en vue d être acheminés vers une station d épuration collective est par ailleurs soumis à une autorisation de déversement délivrée par la collectivité conformément au code de la Santé publique (article L ). Cette autorisation a pour objectif de protéger le système d assainissement et son fonctionnement. D un caractère non obligatoire et indépendant de l autorisation, une convention de déversement peut être signée entre l entreprise et la collectivité gérant la station d épuration. Elle est complémentaire de l autorisation en définissant les responsabilités de chacune des parties. Les effluents des entreprises agroalimentaires induisent des problématiques spécifiques Les effluents des entreprises agroalimentaires peuvent présenter des dépassements sur certains paramètres (température, ph, azote, phosphore ) qu il convient de maitriser, car ils peuvent avoir un impact négatif sur le fonctionnement des installations collectives (réseau d assainissement et système de traitement des eaux usées). Ainsi les règlements d assainissement dans les collectivités, auxquels doivent se soumettre les entreprises raccordées, imposent généralement la présence d un système de prétraitement tel qu un bac dégraisseur ou décanteur. La présence d un bac tampon visant à limiter la variabilité des effluents peut également être souhaitée. Des dépassements sur les principaux paramètres de charge des effluents (DCO, DBO5, azote, phosphore) constituent de réelles problématiques pour les entreprises concernées. Ainsi le phosphore retrouvé dans des concentrations importantes, en particulier dans les effluents laitiers, nécessite un traitement par ajout de chlorure ferrique associé à une opération de floculation - décantation. Ce traitement complémentaire induit des boues supplémentaires qu il n est pas toujours facile à éliminer. Le niveau de charge élevé des effluents, lié à l apport de matières organiques dans l effluent, impose parfois de renforcer le système d aération de la station d épuration, et par conséquent accroît la consommation d énergie électrique. Avant de solutionner ces dépassements (DCO, azote, phosphore ) par un surdimensionnement souvent coûteux des installations de traitement, il convient d améliorer la maîtrise des effluents par une réduction de la charge au niveau des procédés de transformation ou de conditionnement, en limitant les pertes matières, et en luttant contre les déversements accidentels, ou en les maîtrisant par des systèmes de rétention adaptés. Mot du président Grâce à cette action pilotée par l ARIATT, 5 entreprises régionales ont bénéficié d un accompagnement pour l optimisation de leurs étapes de nettoyage et désinfection. Le panel varié d entreprises, en termes de filières et d effectifs, a permis d identifier des problématiques relativement différentes. Ces dernières allant de la révision des procédures de nettoyage à la mise en place de nouvelles technologies, sans oublier la conception des équipements. L optimisation du nettoyage est ainsi une affaire de technique mais surtout d Homme, comme bien souvent dans nos entreprises où la main d œuvre est prépondérante. Ce programme a permis également d identifier des opportunités, liées à l impact des rejets, à leur traitement amont et à leur éventuelle valorisation en coproduits. En effet, l impact environnemental des entreprises, notamment concernant leurs déchets et leurs rejets devient une contrainte de plus en plus forte. Il est donc nécessaire d anticiper afin de prévenir les exigences qui pourraient apparaître. Norbert MOUGEY - Président de l ARIATT ASSOCIATION REGIONALE DE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIES 21 A rue Alain Savary BESANCON - Tél : Fax :

n 52 LETTRE d info Mot du président Février 2014 ASSOCIATION REGIONALE DE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIES

n 52 LETTRE d info Mot du président Février 2014 ASSOCIATION REGIONALE DE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIES ASSOCIATION REGIONALE DE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIES n 52 LETTRE d info Février 2014 Mot du président SOGIA : «Systèmes d Organisation et de Gestion Industrielles Améliorées»

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique Economies d'énergies dans les procédés agro-alimentaires : l'optimisation coût/qualité, un équilibre pas si facile à maîtriser Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

O v e r a l l e x p e r t i s e i n t h e m a i n t e n a n c e o f p l a t e s h e a t e x c h a n g e r s

O v e r a l l e x p e r t i s e i n t h e m a i n t e n a n c e o f p l a t e s h e a t e x c h a n g e r s Expertise globale de la maintenance des échangeurs thermiques à plaques O v e r a l l e x p e r t i s e i n t h e m a i n t e n a n c e o f p l a t e s h e a t e x c h a n g e r s LE CENTRE DE MAINTENANCE

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Utilisation de la vapeur d eau pour l entretien des locaux

Utilisation de la vapeur d eau pour l entretien des locaux Utilisation de la vapeur d eau pour l entretien des locaux Journée de formation du RRESO Brest le 24 mai 2007 Jean-Christophe HILAIRE Cadre infirmier Service hygiène hospitalière Centre Hospitalier de

Plus en détail

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques Les effluents des établissements hospitaliers J. DROGUET - Présentation Hopitech 2007 Contexte Les établissements hospitaliers sont de gros consommateurs d eau (env 800-1000 L/lit). Les différents types

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte BIOROCK Documentation technique FOURNISSEUR DE SOLUTIONS POUR A.N.C. DESCRIPTION DE LA FILIERE COMPACTE Une filière compacte est conçue pour traiter les effluents domestiques (les eaux ménagères et les

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif

SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif sommaire 1) Pourquoi assainir? 2) Les lois et les obligations. 3) Technique de l ANC. 4) Déroulement de la visite. 1) Pourquoi assainir? Pour restituer

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CATALOGUE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES CATALOGUE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES Etablissement Public Local d Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole de Lyon Saint-Genis Laval 4, chemin des Grabelières 69230 Saint-Genis Laval 04.78.56.75.75

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

Quantification et Gestion des Effluents Non Domestiques (END) sur la commune de POLIGNY.

Quantification et Gestion des Effluents Non Domestiques (END) sur la commune de POLIGNY. Quantification et Gestion des Effluents Non Domestiques (END) sur la commune de POLIGNY. Présentation M. BEAU Pierre-Alexis, 20 ans, En 2 ème année de BTSA GEMEAU, Gestion Et Maitrise de l Eau à l ENIL

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Réglementation Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Sommaire Avant de s installer, les démarches à suivre p.3/4 Concevoir la cuisine p.5 Hygiène - Les bonnes pratiques

Plus en détail

EXIGENCES POUR LA SÉQUENCE DE CHARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION

EXIGENCES POUR LA SÉQUENCE DE CHARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION EXIGENES POUR LA SÉQUENE DE HARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFETION 1.1 Généralités Avant d accepter le contrat de commission de transport, l adhérent GMP+FSA doit déterminer la procédure de nettoyage

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN. de votre dispositif d Assainissement Non Collectif SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif

GUIDE D ENTRETIEN. de votre dispositif d Assainissement Non Collectif SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif Décider, construire et vivre le Saulnois SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif GUIDE D ENTRETIEN de votre dispositif d Assainissement Non Collectif Sommaire Introduction p 3 Les ouvrages

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation.

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation. chemise 20/02/07 16:49 Page 1 VEOLINK Votre contact : tout au long de votre projet VEOLINK Com VEOLINK Tech VEOLINK Advanced Control VEOLINK Star VEOLINK Data Base VEOLINK Maintenance VEOLINK Pro VEOLINK

Plus en détail

Document SODEXO Réservé à un usage pédagogique LE CONTEXTE. Améliorer la Qualité des eaux usées et pluviales. Règlementaire. Le Better Tomorrow Plan

Document SODEXO Réservé à un usage pédagogique LE CONTEXTE. Améliorer la Qualité des eaux usées et pluviales. Règlementaire. Le Better Tomorrow Plan Consommation d'eau Améliorer la Qualité des eaux usées et pluviales LE CONTEXTE Règlementaire D après l article 29.2 du règlement sanitaire départemental type, il est interdit de rejeter à l égout toute

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

Eau et agriculture : «Gestion des effluents fermiers : présent, avenir»

Eau et agriculture : «Gestion des effluents fermiers : présent, avenir» Eau et agriculture : «Gestion des effluents fermiers : présent, avenir» La gestion future : dispositifs en expérimentation Plateforme technologique PFT GH 2 0 4 ème Semaine de l eau - Journée Technique

Plus en détail

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES Water Treatment Chemicals L eau pure nécessite des solutions extrêmement pures Même les eaux d égout doivent répondre à des normes strictes. Les habitants

Plus en détail

Démarche de traçabilité globale

Démarche de traçabilité globale Démarche de traçabilité globale Dr Chi-Dung TA* Responsable Qualité, Danone Vitapole chi-dung.ta@danone.com La traçabilité existe depuis un certain nombre d'années dans les entreprises à des niveaux plus

Plus en détail

CleverLevel LBFS/ LFFS. L alternative vraiment intelligente aux détecteurs de niveau à lames vibrantes

CleverLevel LBFS/ LFFS. L alternative vraiment intelligente aux détecteurs de niveau à lames vibrantes CleverLevel LBFS/ LFFS L alternative vraiment intelligente aux détecteurs de niveau à lames vibrantes L alternative vraiment intelligente Avec sa gamme CleverLevel, Baumer révolutionne la technologie de

Plus en détail

Périodiquement, nettoyer les surfaces de l unité pour les maintenir dans une condition sanitaire et ce, aussi souvent que nécessaire.

Périodiquement, nettoyer les surfaces de l unité pour les maintenir dans une condition sanitaire et ce, aussi souvent que nécessaire. Périodiquement, nettoyer les surfaces de l unité pour les maintenir dans une condition sanitaire et ce, aussi souvent que nécessaire. Laver les surfaces à l aide d une solution d eau tiède et de savon,

Plus en détail

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, Suivant la proposition de la Commission I

Plus en détail

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système 1.0 SYSTÈME BIONEST MD 1.1 Description et fonctionnement du système Le système de traitement BIONEST utilise un procédé biologique au moyen d'une culture microbienne fixée sur un support synthétique appelé

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES Ain Angillon Malvaux REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES REGISSANT LES PRESTATIONS DE CONTROLE ET D ENTRETIEN DES INSTALLATIONS (arrété du 6 mai

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

Microstation AQUAMÉRIS

Microstation AQUAMÉRIS Microstation AQUAMÉRIS à culture fixée gamme de 5 à 21 Équivalents Habitants AGRÉMENT MINISTÉRIEL 2012-030 Modèles 5, 8 et 10 Équivalents Habitants Les microstations sont conformes à la norme CE 12566-3

Plus en détail

Le premier dispositif 4 en 1.

Le premier dispositif 4 en 1. TETHYS H10 Le premier dispositif 4 en 1. Décontamination, nettoyage, désinfection et séchage en un seul passage pour un flux de travail plus simple, plus rapide et plus efficace. Tethys H10 est le premier

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

RÉGION OUEST. Assainissement - Hygiène Gestion des déchets Services à l industrie

RÉGION OUEST. Assainissement - Hygiène Gestion des déchets Services à l industrie RÉGION OUEST Assainissement - Hygiène Gestion des déchets Services à l industrie Des solutions industrielles et environnementales performantes, des experts métier au cœur de vos projets. Ortec Environnement,

Plus en détail

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique Téléchargez l'intégralité des supports du programme technique du congrès 2007 sur www.experts-comptables.org/62/ De l'0rdre des Experts-Comptables Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Plus en détail

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE 1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE La station d épuration du SIARE (Syndicat Intercommunal d Assainissement de la Région d Etampes), inaugurée en 003, s intègre parfaitement dans le paysage de la vallée

Plus en détail

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE AUTOMOBILE

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE AUTOMOBILE DEPARTEMENT DE LA SECURITE ET DE L ENVIRONNEMENT DCPE 550 SERVICE DES EAUX, SOLS ET ASSAINISSEMENT DECEMBRE 2012 DIRECTIVE CANTONALE GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS DE LA BRANCHE

Plus en détail

Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie

Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie Les aides aux activités économiques Franck LEROY Responsable du Service Investissements Collectivités et Industrie Direction Seine Aval

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER Mars 2011 GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER 2/10 SOMMAIRE I. PRÉAMBULE...3 II. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT ET COMPOSITION

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05

58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05 Informations Régie des Eaux Renseignements Accueil Téléphonique ipale des eaux siège de la Régie munic et de l Assainissement 58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05 8h00 à 12h30 vendredi de Bureau ouvert

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Préparation et distribution des repas 1. Objectifs La distribution des repas peut présenter des pratiques diverses et nécessite de présenter de manière synthétique

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

SOLO MIDI AVD DUO NETTOYAGE HAUTE PERFORMANCE DE PIECES EN MILIEU AQUEUX EXPERTS DANS LA TECHNOLOGIE, LA CHIMIE ET LE PROCESS DU NETTOYAGE DE PIECES

SOLO MIDI AVD DUO NETTOYAGE HAUTE PERFORMANCE DE PIECES EN MILIEU AQUEUX EXPERTS DANS LA TECHNOLOGIE, LA CHIMIE ET LE PROCESS DU NETTOYAGE DE PIECES SOLO MIDI AVD DUO NETTOYAGE HAUTE PERFORMANCE DE PIECES EN MILIEU AQUEUX EXPERTS DANS LA TECHNOLOGIE, LA CHIMIE ET LE PROCESS DU NETTOYAGE DE PIECES NETTOYAGE EFFICACE DES PIECES MECANIQUES DE PRECISION

Plus en détail

INDUSTRIELS EN DEMARCHE ISO 14001 MANUEL D ACCOMPAGNEMENT

INDUSTRIELS EN DEMARCHE ISO 14001 MANUEL D ACCOMPAGNEMENT INDUSTRIELS EN DEMARCHE ISO 14001 MANUEL D ACCOMPAGNEMENT DIRECTION DES ACTIONS INDUSTRIELLES Directeur de publication : Jean-Marc Picard - Directeur des Actions Industrielles Agence de l Eau Seine-Normandie.

Plus en détail

Mai Thanh LE - Pôle Hygiène

Mai Thanh LE - Pôle Hygiène Sodexo Le Better Tomorrow Plan Nos actions de progrès en bio nettoyage Mai Thanh LE - Pôle Hygiène Présentation de l entreprise Sodexo Depuis la création de l entreprise en 1966, Sodexo est le partenaire

Plus en détail

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux Formation Initiale du personnel A l hygiène et à l entretien des locaux Formation initiale à l hygiene et l entretien des locaux 1.Principes d hygiène fondamentaux 1.1. Notions de base sur les salissures:

Plus en détail

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson 6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) 35 Cuisson 36 Fabrication culinaires maîtrisées Manger varié J aime J aime pas 37 Le respect des recettes : fiches techniques 38 Tests de dégustations

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 La SEVESC assure les services de l eau et de l assainissement de collectivités des départements

Plus en détail

Formation. Hygiène et HACCP en restauration

Formation. Hygiène et HACCP en restauration Pascal Lenoble Formation et conseil Page 1 sur 6 34, rue nationale - 37 150 Civray de Touraine 02 47 30 24 92-06 40 39 61 22 pascal@pascal-lenoble.fr Formation Hygiène et HACCP en restauration Définition

Plus en détail

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT Le Plomb dans l eau De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelle est son origine? Responsabilités Quels sont les effets néfastes du plomb dans l eau sur la santé? Comment les détecter?

Plus en détail

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 ETABLI EN APPLICATION : - DE LA LOI DU 2 FEVRIER 1995 RELATIVE AU RENFORCEMENT

Plus en détail

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS,

INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES RÉDUIRE ET VALORISER LES DÉCHETS, les choix gagnants INDUSTRIES AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES PRÉVENIR ET VALORISER LES DÉCHETS UNE STRATÉGIE TRIPLEMENT RENTABLE

Plus en détail

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 16 N SIREN 200 000 990 Code APE 751 Administration publique

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL Bureau d Etudes TEST INGENIERIE 14, rue Gambetta 77 400 THORIGNY Tél. : 01.60 07 07 07 www.testingenierie.fr

Plus en détail

Comment se préparer à la certification

Comment se préparer à la certification Comment se préparer à la certification Intervenant : Laurent DENEUVE ACTALIA Villers-Bocage Tél. 02.31.25.43.00 Mail : l.deneuve@actalia.eu ACTALIA en quelques mots (www.actalia.eu) Institut Technique

Plus en détail

COMMENTAiRES/ DECISIONS

COMMENTAiRES/ DECISIONS Plate-forme d'échanges affichage environnemental des PGC Date : 2009-12-21 Assistante: Lydia GIPTEAU Ligne directe : + 33 (0)1 41 62 84 20 Lydia.gipteau@afnor.org GT Méthodologie Numéro du document: N

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets ARTICLE 1 OBLIGATIONS GENERALES 1. La présente Annexe s'applique aux activités

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION. Code des Collectivités Territoriales (articles L2224-8 et suivants)

LA RÉGLEMENTATION. Code des Collectivités Territoriales (articles L2224-8 et suivants) Conseils et gestes éco citoyens à appliquer Une installation défectueuse ou mal entretenue peut présenter un risque pour la santé et l environnement. LA RÉGLEMENTATION Code de la Santé Publique (articles

Plus en détail

CONFINEMENT D UNE GROSSE INSTALLATION

CONFINEMENT D UNE GROSSE INSTALLATION CONFINEMENT D UNE GROSSE INSTALLATION Olivier ROBERT Responsable Qualité, Sécurité, Environnement de la société ENERTHERM Vice Président de CLIMAFORT Plan de la présentation : Introduction : L utilisation

Plus en détail

Les clés pour entretenir facilement votre spa. SpaTime la gamme d entretien pour les spas

Les clés pour entretenir facilement votre spa. SpaTime la gamme d entretien pour les spas Les clés pour entretenir facilement votre spa SpaTime la gamme d entretien pour les spas Equilibre de l eau Votre spa est un lieu de détente et de bien-être par excellence. Il est donc essentiel que l

Plus en détail

Dossier technique du CRTA. Dossier n 1 Les performances de vos machines

Dossier technique du CRTA. Dossier n 1 Les performances de vos machines Dossier technique du CRTA Dossier n 1 Les performances de vos machines CRTA Avignon 2003 Table des matières Mesurer le rendement des machines...3 1. Taux de rendement...3 2. Méthode de calcul...3 3. Taux

Plus en détail

Optimisation des solutions de nettoyage destinées à l industrie agroalimentaire

Optimisation des solutions de nettoyage destinées à l industrie agroalimentaire Optimisation des solutions de nettoyage destinées à l industrie agroalimentaire 2 Plus d un siècle d expérience dans le nettoyage Pourquoi choisir Vikan? L approche pratique de Vikan nous a valu la réputation

Plus en détail

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Depuis la parution de la Directive cadre sur l eau en octobre 2000, une politique européenne de l eau a vu le jour avec un objectif principal : atteindre le

Plus en détail

Achats Industriels Efficacité et Sécurité

Achats Industriels Efficacité et Sécurité Achats Industriels Efficacité et Sécurité Mes domaines d intervention Achat de maintenance Achat investissement Achat de sous-traitance Mon expertise en achats industriels Elaboration de cahiers des charges

Plus en détail

Notice technique. Fontaines à eau. W 10 022 f Edition novembre 2013 INFORMATION

Notice technique. Fontaines à eau. W 10 022 f Edition novembre 2013 INFORMATION Schweizerischer Verein des Gas- und Wasserfaches Société Suisse de l Industrie du Gaz et des Eaux Società Svizzera dell Industria del Gas e delle Acque Swiss Gas and Water Industry Association SVGW SSIGE

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

AVEC VOUS pour un assainissement autonome de qualité

AVEC VOUS pour un assainissement autonome de qualité AVEC VOUS pour un assainissement autonome de qualité Intervenants Communes : Mr ou Mme le Maire de la commune Communauté de communes: Mr le Président : M. DURET Chargée de mission : Mme BEAL Entreprises

Plus en détail

BONNES PRATIQUES DECHETS ET POINTS D ATTENTION

BONNES PRATIQUES DECHETS ET POINTS D ATTENTION BONNES PRATIQUES DECHETS ET POINTS D ATTENTION Constats partagés : - Les déchets de chantier et de maintenance sont plutôt bien traités et suivis. - Les déchets de bureaux sont bien suivis sur les gros

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition de l emploi Le titulaire de la spécialité gestion des pollutions et protection de l environnement de baccalauréat professionnel est un professionnel

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective 1 2 3 4 5 6 7 Catalogue 2011 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Programme Lait canadien de qualité des Producteurs laitiers du Canada Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Utiliser avec le Registre et le Calendrier de DGI pour des dossiers

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/006-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques, biologiques, chimiques et physiques lors des opérations d épluchage, lavage et désinfection des légumes terreux,

Plus en détail

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide.

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide. Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES Guide d entretien Aillevans - Athesans Etroitefontaine - Autrey Le Vay - Beveuge - Bonnal

Plus en détail

Formation USDA 26-30 septembre 2011 SSOP

Formation USDA 26-30 septembre 2011 SSOP SSOP SSOP= Sanitation Standard Operating Procedures = Procédures opérationnelles Standard d hygiène - règles spécifiques d hygiène en prévention de la contamination des produits, - concerne les surfaces

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE 1. Domaine d application Cette méthode concerne la mesure du ph dans des solutions aqueuses : - non salines (conductivité

Plus en détail

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes 1. ENTRETIEN À L OUVERTURE D UNE SALLE D OPÉRATION NON UTILISÉE AU DELÀ DE 24 H Nettoyer les surfaces (table d opération, table d instruments, éclairage opératoire, appareil d anesthésie), avec un chiffon

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

Programmation des contrôles en Sécurité Sanitaire des Aliments Secteur lait et produits laitiers. Bilan 2011 et évolutions 2012

Programmation des contrôles en Sécurité Sanitaire des Aliments Secteur lait et produits laitiers. Bilan 2011 et évolutions 2012 Programmation des contrôles en Sécurité Sanitaire des Aliments Secteur lait et produits laitiers Bilan 2011 et évolutions 2012 Laurence Giuliani DGAL/SA/SDSSA Journée réglementation fermière FNEC 26 janvier

Plus en détail