OPTIMISATION DU NETTOYAGE. Une action collective prioritaire. Question de méthode. Ce programme s est organisé en plusieurs étapes :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OPTIMISATION DU NETTOYAGE. Une action collective prioritaire. Question de méthode. Ce programme s est organisé en plusieurs étapes :"

Transcription

1 ASSOCIATION REGIONALE DE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIES n 48 LETTRE d info Septembre 2012 OPTIMISATION DU NETTOYAGE Une action collective dans les industries agroalimentaires de Franche-Comté Une action collective prioritaire L ARIATT, en collaboration avec les entreprises franc-comtoises, a identifié cette action collective, «Optimisation du Nettoyage et de la Désinfection», comme prioritaire car elle constitue une étape capitale en industrie agroalimentaire. La conception hygiénique des lignes de production et la maîtrise des opérations de nettoyage et de désinfection (N&D) sont des pré-requis indispensables pour garantir la sécurité alimentaire. Cette maîtrise, intégrée dans un processus qualité, est l un des gages de la durée de vie du produit. D autres enjeux de taille sont l optimisation des consommations d eau, des effluents, des intrants chimiques, mais aussi la pérennité du matériel et de meilleures conditions de travail. Cependant, la phase de N&D est souvent perçue comme une source de dépenses, sans création de valeur ajoutée et comme coûteuse en énergie, en eau, en intrants chimiques et en temps. L optimisation du nettoyage s inscrit donc dans un contexte riche en enjeux environnementaux, économiques et réglementaires. Ce programme a été mis en œuvre sur 12 mois grâce au soutien du Conseil régional de Franche-Comté et des Conseils généraux du Doubs, du Jura et de Haute-Saône. Son objectif a été, à travers l accompagnement de 5 entreprises pilotes, de mettre en place une action de progrès visant à améliorer les performances et pratiques lors des phases de N&D. Dans ce cadre, Agrodoubs, Clavière, Jura Terroir, Naturalim France Miel et la SCAF du Haut Jura ont été suivis par 3 prestataires techniques : Actilait, pour ses compétences dans le domaine laitier, le CTCPA pour ses connaissances en conceptions hygiéniques et l ENIL de Mamirolle pour les questions de gestion des rejets. Question de méthode Pour l ARIATT, animateur de cette action, une des ambitions a été la sensibilisation des entreprises agroalimentaires sur l importance d une démarche d optimisation du nettoyage. avec le soutien de Ce programme s est organisé en plusieurs étapes : - Une sensibilisation des IAA régionales sur la thématique. - Un diagnostic : réalisé dans les entreprises pilotes, il a permis de déterminer les besoins précis en matière d optimisation du nettoyage et d identifier les points critiques à améliorer. - Une journée d information collective à destination des entreprises pilotes : organisée par l ARIATT et animée par les consultants de l action, elle a apporté un enseignement théorique et a donné lieu à un échange constructif autour des points mis en exergue lors des diagnostics. - Un suivi individuel : les consultants ont accompagné chaque entreprise dans la mise en œuvre d un plan d actions. - Une réunion de restitution ouverte à la filière.

2 Témoignages des entreprises pilotes Agrodoubs & PEB Coquy : Arnaud LAVERGNE - Directeur Depuis sa création en 1956 l entreprise PEB, située à Flagey (25), commercialise des œufs (coquille) à travers toute la Franche-Comté sous la marque Coquy. L entreprise compte actuellement 45 salariés pour un CA de 8 millions. La société Agrodoubs a, quant à elle, été créée en Sur ce site sont fabriqués des produits alimentaires intermédiaires à partir de coule d œuf : crème pâtissière, crème brûlée etc Ces produits sont ensuite commercialisés pour la restauration hors foyer en France et à l étranger. Le site emploi 15 salariés pour un chiffre d affaires de 3 millions (15% export). «Il existe aujourd hui des offres pour des techniques de nettoyage ou désinfection sans produits chimiques (ultrasons, ozone, cryogénie, vapeur sèche, etc). Sur le site de PEB, notre activité entraine un encrassement important de la calibreuse d oeufs qui est par ailleurs difficile à nettoyer. Au cours de cette action collective, nous avons testé le procédé de cryogénie. Ce procédé est difficilement applicable en routine, le jet étant ciblé d où une vitesse de nettoyage limitée. Cependant, cette technologie a été très efficace, elle a permis de «rénover» une ligne sans apport d intrants chimiques, et sans laisser d humidité résiduelle. Les consommables sont ici des pellets de CO 2 dont il faut compter environ 300 pour une journée d utilisation. La demande en air comprimé est par ailleurs importante. L investissement dans un matériel performant est d environ 15 k et il est nécessaire de prévoir une formation du personnel. L alternative envisagée par l entreprise est donc de faire appel à un prestataire. Sur le site d Agrodoubs, (Agrodoubs-PEB) le souhait était de trouver une solution pour diminuer le temps de nettoyage désinfection d une ligne de nettoyage en place (NEP) et gagner donc également en consommation. L étude montre la possibilité de gagner sur un cycle de désinfection quotidien, en modifiant le protocole actuel et en adoptant une pousse à l air stérile. Cette action nous a permis de bénéficier de l intervention d un expert, grâce à son regard nouveau sur l entreprise, il a identifié des solutions que nous n avions pas envisagées.» SCAF du HAUT JURA : Thierry BOBILLIER - Fromager La SCAF du Haut Jura, située aux Moussières (39), a été créée en C est une coopérative fromagère qui emploie actuellement 12 salariés pour un chiffre d affaires de 3 millions. Les 4 millions de litres de lait issus de 17 producteurs sont notamment transformés en 3 produits AOC (Bleu de Gex, Comté, Morbier). «Avec la diversité des produits fabriqués dans notre fromagerie, les procédures de nettoyage mises en œuvre sont nombreuses et leurs maîtrises complexes. Nous avons décidé d intégrer cette action collective car nous souhaitions avoir un regard extérieur sur nos pratiques de nettoyage, tant sur la pertinence des procédures mises en place que pour identifier des voies d optimisation et de réduction des coûts. Après la réalisation du diagnostic, des axes de progrès ont été mis en évidence. Nous nous sommes aperçus par exemple que l adéquation entre les produits utilisés et la nature de la souillure à éliminer n était pas toujours respectée. Après modification des pratiques et des produits, nous avons constaté un réel gain d efficacité notamment sur le détartrage de nos saloirs à Bleu de Gex. Un contrôle des concentrations des solutions de nettoyage a ensuite été réalisé et a révélé des résultats surprenants. Sur certaines solutions de nettoyage fabriquées quotidiennement, il a été mis en évidence des surdosages importants car la préparation de ces dernières n était ni formalisée, ni surveillée. Par la simple mise en place de système de dosage, nous avons réalisé des gains économiques non négligeables. Par exemple, sur un produit désinfectant, nous avons réduit la consommation de produit par 2 ce qui représente un gain potentiel de plusieurs k sur une année. Outre les améliorations déjà mises en place suite à l intervention du prestataire, Actilait, nous comptons bien poursuivre la dynamique impulsée par cette action. Nous avons déjà planifié la mise en place d un suivi plus régulier des concentrations de nos bains de nettoyage de manière à anticiper toute dérive dans nos pratiques.»

3 Jura Terroir : Vincent JOLY - Responsable Fabrication et Affinage L entreprise Jura Terroir située à Pont Du Navoy (39), transforme 22 millions de litres de lait pour tonnes de Comté. Il est affiné meules réparties en 12 caves de places. Elle comprend également 2 autres sites de production de Comté à Saffloz et Rothonay. L entreprise compte actuellement 37 salariés et réalise un chiffre d affaires de 20 millions. «Nous avons souhaité nous insérer dans cette action car nous suspections des points de progrès lors des étapes de nettoyage. Le diagnostic réalisé par Actilait nous a orienté sur 2 points de travail : le robot de soin d affinage et le nettoyage en place de nos moules. En effet, comme sur tous les sites d affinage de Comté, le nettoyage des robots de soins des fromages représente un point critique et se doit d être parfaitement maîtrisé pour garantir la sécurité sanitaire des produits commercialisés. Du fait des cadences d utilisation, du nombre important de fromages frottés et de leur conception hygiénique, cet équipement est relativement complexe à nettoyer et représente un poste très consommateur en temps, en eau et en produit de nettoyage. Sur une semaine de fabrication, le temps alloué à cette opération représente 15 heures durant lesquels les soins des fromages sont arrêtés. Via ce programme collectif, nous avons étudié des pistes d optimisation possibles nous permettant d avoir un procédé efficace et moins coûteux. Grâce à la réalisation d écouvillonnages et d analyses microbiologiques par Actilait, le diagnostic a permis d obtenir une évolution du nombre de germes totaux présents sur plusieurs zones du robot au cours des étapes du processus de N&D. Il a ainsi été montré que certaines étapes n étaient pas optimales et que la procédure pouvait être améliorée. Par exemple, la réalisation du nettoyage à l acide avant la phase de désinfection a permis de diviser par 20 le niveau de contamination en germes totaux facilitant ainsi l action du désinfectant. L augmentation de la température d application du détergent enzymatique a aussi permis de multiplier par 10 la réduction microbienne. Le diagnostic a également permis de repérer des niveaux très élevés de contamination en germes totaux en fin de processus de N&D. Ces zones critiques concernent certains endroits du robot qui ne sont pas atteignables avec le canon à mousse. Cette observation nous a conduit vers le démontage systématique du tapis et vers la mise en en place d une procédure de N&D plus adaptée. Bien que nous devions encore valider et conforter les résultats acquis par cette action collective avec des suivis complémentaires, la nouvelle procédure mise en place avec Actilait semble satisfaisante sur le niveau de contamination en flore totale résiduelle retrouvée sur les surfaces. Elle implique cependant la mobilisation systématique d une personne de la maintenance et allonge la durée de l opération de nettoyage. Cette durée pourra cependant être revue à la baisse en tentant de supprimer l étape de désinfection terminale. Ce programme collectif nous a permis d impulser une dynamique que nous allons poursuivre, en développant par exemple certaines pistes d amélioration identifiées comme la maîtrise de nos rejets.» Clavière : Marina Bouillet - Responsable Qualité L entreprise Clavière à Dole (39) fabrique des saucisses de Morteau, de Montbéliard ainsi que d autres spécialités de charcuteries salaisons vendues sous le nom de la société mais également sous des noms de marque de distributeur. Cette société créée en 1880 emploie une centaine de personnes pour une production annuelle de tonnes. «Comme dans toute entreprise agroalimentaire, il est communément admis chez CLAVIERE que le nettoyage constitue une étape incontournable pour garantir la sécurité de nos consommateurs. Mais aujourd hui, il nous est apparu opportun de nous interroger sur l impact du nettoyage sur l environnement et la maîtrise des coûts. Nous avons fait le choix de cibler l action sur une partie de l usine, en intégrant notre prestataire de nettoyage. Le diagnostic a pu mettre en évidence un certain nombre de leviers pouvant être activés pour optimiser nos opérations de nettoyage. Cela a concerné entre autres notre tunnel de lavage pour lequel les consommations d eau se sont avérées très importantes, mais aussi l organisation du prestataire qui a été revue afin de gagner en efficacité ou encore la gamme de produits chimiques qui sera réduite en vue de massifier davantage nos achats. Nous allons donc poursuivre l action en déployant les recommandations sur l ensemble de l usine, et pouvoir, nous l espérons, mesurer les impacts positifs dès cette fin d année.» Lettre d information N 48-Septembre 2012

4 Témoignages des entreprises pilotes Naturalim France Miel : Sabine DEPINET - Responsable Qualité & Achats - Membre du Directoire France miel est une coopérative née en 1958 qui comporte aujourd hui 75 apiculteurs professionnels. La société Naturalim, quant à elle, a été créée en 1996, elle conditionne et distribue près de tonnes de miel issu de la coopérative mais également de coopératives partenaires ou d achats en provenance d Europe Occidentale et d Amérique Latine. Ses produits sont commercialisés principalement sous marque de distributeurs en France et à l international. Naturalim France Miel se situe à Port Lesney (39) et emploie une trentaine de salariés. «De nombreuses références de miels, d origines florales diverses, sont conditionnées sur notre site. Le miel étant un produit bactériostatique, il ne pose pas de problème bactériologique, en revanche, nous nous devons de maîtriser les risques de contamination croisée en pollens entre différents miels. En effet, la caractérisation pollinique d un miel permet l obtention ou non d une dénomination spécifiques à chaque variété (exemple : lavande, bruyère, ). C est pourquoi nous avons décidé de nous inscrire dans cette démarche. En complément, nous souhaitions également mesurer nos rejets d eau au cours d une journée et évaluer la charge organique rejetée. Nous avons souhaité améliorer la maîtrise du nettoyage de nos circuits. Lors de l action collective, il a été envisagé de passer d un nettoyage manuel, dont l efficacité a pu être vérifiée, à un NEP. Après analyse, un schéma du circuit de NEP a été réalisé avec implantation d une cuve de lancement d eau propre et d une cuve de récupération de la dernière eau de rinçage. Le cahier des charges réalisé a été soumis à des équipementiers. Actuellement nous attendons de nouveaux chiffrages pour la mise en place d un nettoyage semi-automatique. Pour ce qui est de l analyse des effluents, cette étude a permis de quantifier leurs charges en Demande Chimique en Oxygène (DCO) et en Demande Biochimique en Oxygène pendant cinq jours (DBO5). Les axes de travail identifiés consistent, entre autre, à étudier la possibilité de récupérer et de valoriser une partie de la matière première évacuée dans l eau.» PAroles d experts Que prendre en compte quand on veut optimiser ses étapes de N&D Eric Notz - Co-Responsable du Pôle Technologie ACTILAIT L optimisation des opérations de nettoyage et de désinfection doit être réfléchie dans un processus global en intégrant à la fois l aspect sécurité sanitaire, environnemental et économique. Outre l efficacité qui est le premier paramètre à maîtriser, elle doit prendre en compte les consommations d eau, d énergie et d intrants chimiques, le coût de traitement des effluents et du temps de travail du personnel. L entreprise devra trouver le meilleur compromis selon ses priorités puisque rares sont les leviers qui permettent d agir sur ces 3 axes à la fois. Elle doit également tenir compte des contraintes d organisation de l entreprise. Le pré-requis pour la mise en place et l optimisation d une procédure de nettoyage/désinfection est une bonne connaissance de son procédé et des souillures qui sont rencontrées sur les surfaces. Le choix des produits dépendra directement du type de souillure à éliminer (organique, minérale, microbienne). Il est également nécessaire de connaitre les paramètres conditionnant l efficacité des produits utilisés : température, temps de contact, concentration, action mécanique à mettre en œuvre. Cependant, il faut noter que la performance des opérations n est optimale qu avec un personnel formé aux techniques, et sensibilisé aux enjeux du nettoyage et de la désinfection. Afin d évaluer les performances des pratiques de N&D, il est nécessaire de réaliser des audits qui doivent prendre en compte la nature du ou des produits alimentaires transformés (produits liquides, pâteux, solides, humides ou secs, cuits ou crus).

5 Une comparaison entre les procédures mises en place, les pratiques réalisées sur le terrain et les fiches techniques des produits aboutit dans un premier temps à l obtention d un bilan du procédé de N&D appliqué. Un simple contrôle des concentrations, des températures et des durées permet bien souvent de mettre en évidence des dérives dans les pratiques conduisant à des pertes d efficacité ou à des consommations en eau et en produits inutiles. L ordre de réalisation des opérations doit aussi être examiné de manière à s assurer que chacune d entre elles est réalisée en cohérence avec les bonnes pratiques (bien nettoyer avant de désinfecter par exemple). Les fréquences, l alternance de l utilisation des produits et la dureté de l eau doivent aussi être prises en compte et choisit de manière adéquate. La capacité des opérateurs à comprendre les consignes et les appliquer est également un facteur important de succès. La formation du personnel est donc primordiale. Enfin le plan de contrôle, les moyens et les modes opératoires de prélèvement sont un gage de réussite et permettent aux opérateurs de visualiser l intérêt de leur travail. PAroles d experts Les principes de la conception hygiénique Christophe HERMON Directeur Régional Ouest CTCPA Les principes de conception hygiénique sont des principes de bon sens. Ils concourent à éviter les zones de stagnations de produits ou d eau, à faciliter la vidange de l équipement et son accessibilité. Néanmoins, d un point de vue mécanique, leur mise en œuvre peut entrainer des coûts de production supérieurs. Il s agira donc, dans tous les cas, d un compromis entre la meilleure conception possible d un point de vue hygiénique et sécuritaire sans oublier la notion de coût. La conception hygiénique des lignes de production est réglementée par la directive machine 2006/42 et renforcée par les exigences du paquet hygiène qui définit la responsabilité des entreprises agroalimentaires. Un groupe de travail de la communauté européenne (le CEN TC 153) a établi des normes harmonisées donnant naissance à la norme NF Au niveau international, la norme ISO EN NF 14159, tout comme la norme NF , permettent, si les exigences sont respectées, d être en conformité par rapport aux exigences «hygiène» de la directive machine. La conception hygiénique des équipements doit permettre avant tout de limiter l encrassement des surfaces, ce qui est la première condition pour en faciliter le nettoyage et la désinfection. Le choix des matériaux est un critère important. Bien entendu la première exigence est que le matériau respecte la législation concernant les matériaux au contact (Règlement cadre (CE) N 1935/2004). Le matériau étant défini, il convient de concevoir l équipement en tenant compte également des spécificités suivantes, par exemple : La machine ou l équipement ne doivent pas présenter de zones de rétention qui permettraient la stagnation de souillure ou d eau et, par conséquent, la prolifération microbienne. Les assemblages entre éléments doivent limiter les zones de rétention, par exemple des mauvais alignements entre deux tuyauteries, des protubérances de joint, etc. La directive machine précise que les assemblages doivent être réalisés de préférence par soudure ou collage continu. Les surfaces en contact avec les denrées alimentaires doivent pouvoir être facilement nettoyées et désinfectées, éventuellement après enlèvement des parties facilement démontables. Ceci nécessite une réflexion dès la conception de l équipement, mais également dès son installation : la hauteur sur pied est-elle suffisante? Peut-on voir et atteindre facilement la partie supérieure de la machine? Peut-on en faire le tour? Le démontage peut-il se faire sans outils?... Les équipements et machines doivent aussi éviter les infiltrations de liquide, les accumulations de matière organique, les projections de liquides auxiliaires (exemple lubrifiants) sur les surfaces au contact alimentaire Lettre d information N 48-Septembre 2012

6 Pour aider les entreprises à aborder cette notion de conception hygiénique un guide de l art est édité par l EHEDG (European Hygienic Engineering and Design Group). Cette organisation s était donnée pour objectif de publier des recommandations, sur la base de travaux connus ainsi que des méthodes de test pour valider cette conception. Les documents produits par l EHEDG sont régulièrement mis à jour par des groupes de travail spécifiques. (www.ehedg.fr). Il est à noter qu aux États-Unis, l association 3A, produit depuis 1920 des standards réputés sur la conception des équipements destinés à l industrie laitière. Mais cela ne suffit pas, l équipement doit aussi être pensé en tenant compte des préoccupations du personnel de production, de maintenance, de nettoyage c est-à-dire, faciliter le démontage, avoir des zones accessibles, limiter la pénibilité, garantir la sécurité. On voit que certaines solutions sont nécessairement des compromis car les exigences pour la sécurité des opérateurs (éviter l accès aux éléments coupants, brulants, tournants, ) ne vont pas dans le sens de l accessibilité au nettoyage. La priorité doit toujours aller à la sécurité mais dans ce cas, des mesures préventives doivent être renforcées pour parvenir à la propreté des surfaces. La conception hygiénique est donc le plus souvent le résultat du bon sens et la difficulté vient surtout de la somme de détails à ne pas négliger. PAroles d experts Comment mieux gérer ses consommations d eau lors des étapes de N&D Nicolas PERNET Chargé de Recherche ACTILAIT Quand il s agit de diminuer l impact environnemental et le coût de réalisation d un plan de nettoyage et désinfection, l un des premiers leviers qui peut être actionné est la réduction des consommations d eau. En effet, les industries agroalimentaires sont de grandes consommatrices d eau, et en grande partie, à cause des opérations de sanitation. Toutefois, comment nettoyer et désinfecter avec moins d eau ou même sans eau? L expérience montre qu un simple suivi de ses consommations génère des économies immédiates par une prise de conscience du personnel. Outre le compteur général, l installation de compteurs divisionnaires d eau permet d avoir une vision précise sur comment s utilise l eau et comment sont réparties les consommations entre les principaux postes. Ainsi le poste «nettoyage» peut être isolé et suivi de manière indépendante. La mise en place d indicateurs spécifiques (par exemple exprimés en litres d eau/kg de produits fabriquées ou par litre de lait transformé) suivis de manière journalière, hebdomadaire ou mensuel avec une visualisation sous forme de graphique permettra d identifier des dérives et de mettre en place des plans d action. Surfaces ouvertes : plus d économies en eau par l optimisation des procédés et/ou le choix de nouvelles technologies Pour diminuer sa consommation d eau, il est important de ne pas négliger la phase de dégrossissage qui consiste à enlever les salissures les plus importantes en fin de production sans utiliser d eau. Cette étape permet une économie non négligeable, puisque cela va simplifier le travail de nettoyage ultérieur. Il peut également être envisagé d humidifier certaines souillures en cours de production pour éviter qu elles ne sèchent et soient beaucoup plus difficiles à nettoyer par la suite. Il est aussi possible de diminuer fortement les quantités. En travaillant sur le couple pression/débit et en installant des buses pour contrôler le débit, le couple optimale se situe en moyenne pression (40 litres/min à 25 bars). En passant d un débit d eau de 30 litres par minutes à 20, il est possible de garder une même efficacité de nettoyage. Enfin, pour certaines applications, le nombre de phases de rinçage peut également être revu à la baisse. Dans de nombreux cas, la sanitation se fait en cinq points : pré-nettoyage, nettoyage, rinçage intermédiaire, désinfection et enfin rinçage final. Pourtant, le nombre d étapes peut être ramené à trois : pré-nettoyage, nettoyage & désinfection et enfin le rinçage final. En effet, on trouve sur le marché des détergents/ désinfectants combinés qui permettent la réalisation de protocoles monophases et qui peuvent être tout aussi efficaces que l utilisation de 2 produits séparés. Ce sont des produits spécifiques composés d agents nettoyants et d agents désinfectants qui fonctionnent ensemble.

7 Du côté des techniques de nettoyage faiblement consommatrices en eau, des technologies alternatives à la chimie classique se sont fortement démocratisées ces dernières années. C est le cas notamment des technologies en voie sèche comme la cryogénie, l aérogommage ou la vapeur sèche saturée. Toutefois, ces technologies sont à employer de manière ponctuelle pour le nettoyage d équipements très encrassés ou d ateliers utilisant des ingrédients sensibles comme des pulvérulents (cf lettre ARIATT n 40). Surfaces fermées : plus d économies en eau et d énergie par le choix de nouvelles technologies de capteurs de surveillance optimisant le pilotage du nettoyage en place. En ce qui concerne le nettoyage en place (NEP), la réduction des consommations en eau peut désormais s appuyer sur la surveillance en temps réel comme le niveau d encrassement des lignes, ou sur l efficacité des différentes phases mises en œuvre. Pour cela, différents capteurs ont fait leur apparition depuis ces 10 dernières années. Il existe par exemple des sondes qui permettent de suivre en continu l encrassement des lignes de production. En analysant l évolution de l épaisseur du dépôt organique et minéral formé à la surface des tuyauteries. De nombreuses applications sont possibles en agroalimentaires: stérilisateurs, pasteurisateurs, évaporateurs, lignes de conditionnement, etc. Ces capteurs offrent de nombreuses perspectives puisqu ils peuvent être utilisés pour décider du moment de lancer le nettoyage. Les fréquences peuvent donc être diminuées et les phases de rinçage optimisées. Ces sondes permettent également de valider les procédures de nettoyage. En ce qui concerne les économies d eau imputées au NEP, il est possible d envisager l emploi de pousses à l air plutôt que des pousses à l eau. Cela diminue le risque d accroissement de la charge en polluant des eaux rejetées tout en limitant la consommation d eau. Enfin, il faut appliquer le principe qui consiste à utiliser de l eau potable que lorsque cela est nécessaire. Par exemple, le prélavage peut être réalisé avec de l eau recyclée provenant du dernier rinçage. L utilisation de différents capteurs (turbidité, conductivité) permet une détermination en ligne de la fin d une opération et/ou de trier les deux fluides qui se succèdent dans le processus de nettoyage. Ces capteurs permettent de caractériser les mélanges produits (alimentaire ou produit de nettoyage)/ eau. Ils sont donc pertinents pour déterminer la fin de l opération de pousse et de premier rinçage et la fin de l opération de lancement. Des spectrophotomètres peuvent également permettre de visualiser à partir de quand les phases de rinçages intermédiaires ne sont plus efficaces. Ces dernières étant très souvent surdimensionnées, il est donc possible, d en diminuer le temps et donc de réduire les consommations en eau. PAroles d experts La gestion des effluents Jean-Louis BERNER Responsable Pôle Gestion Eau et Environnement ENIL Mamirolle Les opérations de nettoyage et désinfection sont à l origine de la majeure partie des effluents des entreprises agroalimentaires (50 à 90 % du volume des effluents proviennent du nettoyage). Ces effluents sont très caractéristiques de l activité agroalimentaire : de façon générale ils sont essentiellement constitués de matières organiques et ne comportant pas ou très peu de métaux lourds et de matières toxiques, ils sont donc facilement dégradés dans des systèmes d épuration à boues activées. La principale caractéristique est leur variabilité temporelle sur différents paramètres tels que le débit, le ph ou la charge. Cette variabilité, due en grande partie à l alternance de cycles de nettoyage (rinçage, traitement alcalin, traitement acide) n est pas sans conséquence sur le respect de la réglementation. Le rejet d effluent industriels est strictement encadré et réglementé. Des normes ont été mises en place dans le cadre de la législation ICPE (Installation Classée pour la Protection de l Environnement) au travers de l arrête du 2 février 1998) et sont applicables aux entreprises soumises à cette réglementation. Elles servent également de référence pour les rejets des entreprises non soumises à la réglementation ICPE. Lettre d information N 48-Septembre 2012

8 Le rejet dans un réseau d assainissement d effluents industriels en vue d être acheminés vers une station d épuration collective est par ailleurs soumis à une autorisation de déversement délivrée par la collectivité conformément au code de la Santé publique (article L ). Cette autorisation a pour objectif de protéger le système d assainissement et son fonctionnement. D un caractère non obligatoire et indépendant de l autorisation, une convention de déversement peut être signée entre l entreprise et la collectivité gérant la station d épuration. Elle est complémentaire de l autorisation en définissant les responsabilités de chacune des parties. Les effluents des entreprises agroalimentaires induisent des problématiques spécifiques Les effluents des entreprises agroalimentaires peuvent présenter des dépassements sur certains paramètres (température, ph, azote, phosphore ) qu il convient de maitriser, car ils peuvent avoir un impact négatif sur le fonctionnement des installations collectives (réseau d assainissement et système de traitement des eaux usées). Ainsi les règlements d assainissement dans les collectivités, auxquels doivent se soumettre les entreprises raccordées, imposent généralement la présence d un système de prétraitement tel qu un bac dégraisseur ou décanteur. La présence d un bac tampon visant à limiter la variabilité des effluents peut également être souhaitée. Des dépassements sur les principaux paramètres de charge des effluents (DCO, DBO5, azote, phosphore) constituent de réelles problématiques pour les entreprises concernées. Ainsi le phosphore retrouvé dans des concentrations importantes, en particulier dans les effluents laitiers, nécessite un traitement par ajout de chlorure ferrique associé à une opération de floculation - décantation. Ce traitement complémentaire induit des boues supplémentaires qu il n est pas toujours facile à éliminer. Le niveau de charge élevé des effluents, lié à l apport de matières organiques dans l effluent, impose parfois de renforcer le système d aération de la station d épuration, et par conséquent accroît la consommation d énergie électrique. Avant de solutionner ces dépassements (DCO, azote, phosphore ) par un surdimensionnement souvent coûteux des installations de traitement, il convient d améliorer la maîtrise des effluents par une réduction de la charge au niveau des procédés de transformation ou de conditionnement, en limitant les pertes matières, et en luttant contre les déversements accidentels, ou en les maîtrisant par des systèmes de rétention adaptés. Mot du président Grâce à cette action pilotée par l ARIATT, 5 entreprises régionales ont bénéficié d un accompagnement pour l optimisation de leurs étapes de nettoyage et désinfection. Le panel varié d entreprises, en termes de filières et d effectifs, a permis d identifier des problématiques relativement différentes. Ces dernières allant de la révision des procédures de nettoyage à la mise en place de nouvelles technologies, sans oublier la conception des équipements. L optimisation du nettoyage est ainsi une affaire de technique mais surtout d Homme, comme bien souvent dans nos entreprises où la main d œuvre est prépondérante. Ce programme a permis également d identifier des opportunités, liées à l impact des rejets, à leur traitement amont et à leur éventuelle valorisation en coproduits. En effet, l impact environnemental des entreprises, notamment concernant leurs déchets et leurs rejets devient une contrainte de plus en plus forte. Il est donc nécessaire d anticiper afin de prévenir les exigences qui pourraient apparaître. Norbert MOUGEY - Président de l ARIATT ASSOCIATION REGIONALE DE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIES 21 A rue Alain Savary BESANCON - Tél : Fax :

Guide. des bonnes pratiques d hygiène pour les fabrications de produits laitiers et fromages fermiers. Le nettoyage

Guide. des bonnes pratiques d hygiène pour les fabrications de produits laitiers et fromages fermiers. Le nettoyage Guide des bonnes pratiques d hygiène pour les fabrications de produits laitiers et fromages fermiers Le nettoyage 41 Le nettoyage Le nettoyage consiste à éliminer toute souillure visible. Attention Ne

Plus en détail

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES

GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES DEPARTEMENT DE LA SECURITE ET DE L ENVIRONNEMENT DCPE 520 SERVICE DES EAUX, SOLS ET ASSAINISSEMENT OCTOBRE 2012 DIRECTIVE CANTONALE GESTION DES EAUX ET DES DECHETS DANS LES FROMAGERIES Section assainissement

Plus en détail

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie Club Environnement CCI Jura La gestion des eaux usées issues de l industrie Bertrand DEVILLERS Le 1 er juin 2015 Les catégories d eaux usées Trois catégories d eaux usées : Les eaux usées domestiques (eaux

Plus en détail

INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES DANS LA MANIPULATION DES PRODUITS STERILES A RISQUE. J.P Zambaux, OPIFEX-EQUIZA GROUP

INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES DANS LA MANIPULATION DES PRODUITS STERILES A RISQUE. J.P Zambaux, OPIFEX-EQUIZA GROUP INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES DANS LA MANIPULATION DES PRODUITS STERILES A RISQUE J.P Zambaux, OPIFEX-EQUIZA GROUP L industrie pharmaceutique constitue un moteur majeur de l économie, et possède une forte

Plus en détail

Ammoniums Quaternaires aires et pratiques de nettoyage et de désinfection en filières laitières et fromagères

Ammoniums Quaternaires aires et pratiques de nettoyage et de désinfection en filières laitières et fromagères GUIDE PRATIQUE : Ammoniums Quaternaires et pratiques de nettoyage et de désinfection en filières laitières fromagères GUIDE PRATIQUE Ammoniums Quaternaires aires et pratiques de nettoyage et de désinfection

Plus en détail

n 52 LETTRE d info Mot du président Février 2014 ASSOCIATION REGIONALE DE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIES

n 52 LETTRE d info Mot du président Février 2014 ASSOCIATION REGIONALE DE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIES ASSOCIATION REGIONALE DE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIES n 52 LETTRE d info Février 2014 Mot du président SOGIA : «Systèmes d Organisation et de Gestion Industrielles Améliorées»

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

RETRAITEMENT DES MOTEURS ET RESPECT DES INSTRUCTIONS DU FABRICANT?

RETRAITEMENT DES MOTEURS ET RESPECT DES INSTRUCTIONS DU FABRICANT? RETRAITEMENT DES MOTEURS ET RESPECT DES INSTRUCTIONS DU FABRICANT? 1 PLAN Définitions Types de DMx DMx classiques réutilisables, quel traitement? Pourquoi les moteurs Instructions du fabricant : exemples

Plus en détail

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE Astrid Demarchi Soins Prédésinfection Lavage Stockage Retraitement des dispositifs médicaux stériles Désinfection Stérilisation Emballage Contrôles Le lavage est

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

Nettoyage En Place mobile

Nettoyage En Place mobile Nettoyage En Place mobile Nettoyage efficace, hygiénique et totalement automatisé des installations de processus La garantie d un résultat de nettoyage optimal Nettoyage En Place mobile Nettoyage efficace,

Plus en détail

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique Economies d'énergies dans les procédés agro-alimentaires : l'optimisation coût/qualité, un équilibre pas si facile à maîtriser Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Plus en détail

La vérification du plan de maîtrise sanitaire : Les autocontrôles et les analyses microbiologiques

La vérification du plan de maîtrise sanitaire : Les autocontrôles et les analyses microbiologiques Note d information 22/11/2011 La vérification du plan de maîtrise sanitaire : Les autocontrôles et les analyses microbiologiques 1. De l élaboration d un Plan de maîtrise sanitaire Les producteurs, responsables

Plus en détail

O v e r a l l e x p e r t i s e i n t h e m a i n t e n a n c e o f p l a t e s h e a t e x c h a n g e r s

O v e r a l l e x p e r t i s e i n t h e m a i n t e n a n c e o f p l a t e s h e a t e x c h a n g e r s Expertise globale de la maintenance des échangeurs thermiques à plaques O v e r a l l e x p e r t i s e i n t h e m a i n t e n a n c e o f p l a t e s h e a t e x c h a n g e r s LE CENTRE DE MAINTENANCE

Plus en détail

SOMMAIRE 7- COIFFEUR I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...3 II - REPRESENTATIVITE...5 III - REJETS, DECHETS ET PRODUITS DANGEREUX DE L'ACTIVITE...

SOMMAIRE 7- COIFFEUR I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...3 II - REPRESENTATIVITE...5 III - REJETS, DECHETS ET PRODUITS DANGEREUX DE L'ACTIVITE... 7. COIFFEUR SOMMAIRE I - PRESENTATION DE L'ACTIVITE...3 I.1 - PRINCIPALES OPERATIONS...3 I.2 - PRODUITS UTILISES...3 I.3 - GRANDEUR CARACTERISTIQUE DE L ACTIVITE...3 I.4 - RUBRIQUE ICPE ET ARRETE SPECIFIQUE

Plus en détail

Définition: LA STERILSATION

Définition: LA STERILSATION LA STERILSATION Définition: Procédé par lequel tous les germes (bactéries, virus, levure,.) sont définitivement détruits en surface et en profondeur dans un espace incontaminable clos. Préparation du matériel

Plus en détail

La vapeur saturée «sèche» pour le nettoyage et la désinfection des surfaces, machines, convoyeurs, équipements, structures, locaux

La vapeur saturée «sèche» pour le nettoyage et la désinfection des surfaces, machines, convoyeurs, équipements, structures, locaux Présente une nouvelle technologie La vapeur saturée «sèche» pour le nettoyage et la désinfection des surfaces, machines, convoyeurs, équipements, structures, locaux IAA Industries pharmaceutiques et cosmétiques

Plus en détail

Filtration. Schéma de principe de la filtration

Filtration. Schéma de principe de la filtration Filtration textes : R. Gregori, service gestion des fluides Photos/S. Elmosnino panneau 1 Le traitement de l eau est une des parties techniques parmi les plus importantes pour le bon fonctionnement d une

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

Préambule : Les marchandises concernées par le présent protocole sont indiquées par un * dans l annexe 1 du cahier des charges Qualimat-transport.

Préambule : Les marchandises concernées par le présent protocole sont indiquées par un * dans l annexe 1 du cahier des charges Qualimat-transport. Protocole de nettoyage-désinfection de contenants ayant transporté des marchandises de catégorie 1 (classification Qualimat-Transport ) en vue de leur réaffectation pour le transport des «produits» destinés

Plus en détail

Contenu : Installation de systèmes de traitement des eaux

Contenu : Installation de systèmes de traitement des eaux Page 1 / 6 Rapport technique / domaine de l environnement Contenu : Installation de systèmes de traitement des eaux Rédaction : Dessimoz Guillaume / Etudiant conducteur de travaux 3 e année Date : 08 octobre

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

Utilisation de la vapeur d eau pour l entretien des locaux

Utilisation de la vapeur d eau pour l entretien des locaux Utilisation de la vapeur d eau pour l entretien des locaux Journée de formation du RRESO Brest le 24 mai 2007 Jean-Christophe HILAIRE Cadre infirmier Service hygiène hospitalière Centre Hospitalier de

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT Financement dans le cadre de la «Charte Agroalimentaire» et du programme «AGIR pour l AGROALIMENTAIRE» Le parcours proposé se découpe en 3 modules

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION:

7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION: 7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION: Le RD 3484/2000 établit les normes d hygiène relatives à l élaboration, la distribution et la commercialisation des produits alimentaires finis, «pour le nettoyage des installations,

Plus en détail

Protocole de Pré-désinfection, nettoyage et stérilisation pour les adaptateurs RISKONTROL

Protocole de Pré-désinfection, nettoyage et stérilisation pour les adaptateurs RISKONTROL I - Instructions pour la pré-désinfection / nettoyage manuel, décontamination et des adaptateurs RISKONTROL. Avertissements: Ne pas utiliser de laine d acier ou des produits de nettoyage abrasifs. Eviter

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques

Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques HYGIENE & SECURITE Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques Irritations, brûlures, allergies, maladies, l utilisation de produits chimiques lors de l entretien des locaux expose les agents

Plus en détail

Module 3 : L assainissement

Module 3 : L assainissement CAHIER DE TRAVAIL DES PARTICIPANTS Pour les entreprises de transformation des aliments TABLE DES MATIÈRES Section 3.1 Pratiques d assainissement 3 Pourquoi nettoyer et désinfecter?... 3 Qu est-ce qui doit

Plus en détail

Atelier à éviter : exemple 1

Atelier à éviter : exemple 1 Atelier à éviter : exemple 1 Un atelier trop grand et mal agencé! Produits frais Stockage emballage Chambre froide Salle écrémage Douches Vestiaire Vestiaires Laiterie 12 mètres rencontre Salle d affinage

Plus en détail

LES DECHETS La liste des déchets établit une nomenclature pour les déchets dangereux et non dangereux. Cette liste unique est définie dans l annexe II du décret n 2002-540 du 18 avril 2002. Les déchets

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif

Service Public d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif SIVO - Syndicat Intercommunal de la Vallée de l Ondaine 44, rue de la Tour de Varan - 42700 FIRMINY Le contexte réglementaire La loi sur l eau du 3 janvier

Plus en détail

DETERGENTS - DESINFECTANTS MILIEU MEDICO - HOSPITALIER

DETERGENTS - DESINFECTANTS MILIEU MEDICO - HOSPITALIER DETERGENTS - DESINFECTANTS MILIEU MEDICO - HOSPITALIER Depuis 1964 Hôpitaux Cliniques Dentisterie Cabinets médicaux Seniories et centres de médication Le nettoyage et la désinfection sont primordiaux pour

Plus en détail

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES DÉCHETS MÉTALLIQUES, UNE SOURCE STRATÉGIQUE D APPROVISIONNEMENT Pour l industrie métallurgique, le recyclage a toujours fait partie

Plus en détail

Environnement. Formation. Audit. Conseil. Ingénierie. Expertise

Environnement. Formation. Audit. Conseil. Ingénierie. Expertise Qualité Sécurité Catalogue 2013 Environnement Formation Audit Conseil Ingénierie Expertise «Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences, plateau d activité, personnalisation» www.cebios.fr

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte BIOROCK Documentation technique FOURNISSEUR DE SOLUTIONS POUR A.N.C. DESCRIPTION DE LA FILIERE COMPACTE Une filière compacte est conçue pour traiter les effluents domestiques (les eaux ménagères et les

Plus en détail

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques Les effluents des établissements hospitaliers J. DROGUET - Présentation Hopitech 2007 Contexte Les établissements hospitaliers sont de gros consommateurs d eau (env 800-1000 L/lit). Les différents types

Plus en détail

Nettoyage du matériel des entreprises

Nettoyage du matériel des entreprises Nettoyage du matériel des entreprises Le contexte légal Le temps des eaux de lavage du matériel «tout à l évier» est révolu et doit faire partie du passé. Evacuer aujourd hui des eaux chargées en résidu

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

MACHINE A VENDANGER : PRELAVAGE - LAVAGE - DESINFECTION

MACHINE A VENDANGER : PRELAVAGE - LAVAGE - DESINFECTION MACHINE A VENDANGER : PRELAVAGE - LAVAGE - DESINFECTION Essais 1997-2000 E. VINSONNEAU, P. ESCAFFRE ITV France Bordeaux-Blanquefort V. MOUTON FERRIER ITV France Epernay Dans la chaîne technologique, les

Plus en détail

Grand ménage dans les chais avant la récolte 2008

Grand ménage dans les chais avant la récolte 2008 Page : 1/5 A l approche des vendanges, il est nécessaire de penser à faire le grand ménage dans les chais. Il faut en effet chasser les microorganismes qui n ont pas quitté les lieux depuis la campagne

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

Les économies d eau, l affaire de tous

Les économies d eau, l affaire de tous Les économies d eau, l affaire de tous La robinetterie Les toilettes L électroménager Liens vers sites spécialisé Sources La robinetterie les réducteurs de pression individuel robinets mitigeurs robinets

Plus en détail

Raccordement des entreprises. à un réseau public d assainissement

Raccordement des entreprises. à un réseau public d assainissement JOURNEE ASCOMADE Raccordement des entreprises à un réseau public d assainissement Vendredi 28 mars 2008 ELIMINATION DES EFFLUENTS INDUSTRIELS Traitement par une station d épuration interne Prétraitement

Plus en détail

Catalogue 2012. Environnement. Formation. Audit. Conseil. Ingénierie. Expertise. «Notre équipe à votre service» www.cebios.fr

Catalogue 2012. Environnement. Formation. Audit. Conseil. Ingénierie. Expertise. «Notre équipe à votre service» www.cebios.fr Qualité Sécurité Catalogue 2012 Environnement Formation Audit Conseil Ingénierie Expertise «Notre équipe à votre service» www.cebios.fr Sommaire Formation : Intra/Inter/E-Learning/Visio Qualité Sécurité

Plus en détail

Générale Alimentaire JOUDA Production de concentré de tomate Station d épuration

Générale Alimentaire JOUDA Production de concentré de tomate Station d épuration Générale Alimentaire JOUDA Production de concentré de tomate Station d épuration Dimensionnement GTZ-MNE Gérard PROVIN 2007 Capacité de production Capacité Nominale 3000 t/jour de Tomates Fraîches Durée

Plus en détail

Relevé sanitaire des installations septiques autonomes au lac Sept-Îles

Relevé sanitaire des installations septiques autonomes au lac Sept-Îles 23 mai 2015 Relevé sanitaire des installations septiques autonomes au lac Sept-Îles L installation septique et vous 1. Pourquoi? 2. Pour qui? 3. Comment? 4. Quel est le problème? 5. Des solutions? 6. Le

Plus en détail

www.dimitro.com Machine et Tunnel de Lavage 2009

www.dimitro.com Machine et Tunnel de Lavage 2009 www.dimitro.com Machine et Tunnel de Lavage 2009 Machines de Lavage et séchage pour euro-boxes, palettes et cuves Europe 200 et 300 litres Tunnel de lavage pour caisses Europe Machine à laver industrielle

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER Mars 2011 GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER 2/10 SOMMAIRE I. PRÉAMBULE...3 II. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT ET COMPOSITION

Plus en détail

n 56 LETTRE d info LA PERFORMANCE PAR LA MAINTENANCE 5 entreprises témoignent Mot du président Janvier 2015

n 56 LETTRE d info LA PERFORMANCE PAR LA MAINTENANCE 5 entreprises témoignent Mot du président Janvier 2015 ASSOCIATION REGIONALE DE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIES n 56 LETTRE d info Janvier 2015 LA PERFORMANCE PAR LA MAINTENANCE 5 entreprises témoignent Mot du président L action

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques des endoscopes

Prélèvements microbiologiques des endoscopes Prélèvements microbiologiques des endoscopes 1 Pourquoi? Endoscopes = dispositifs complexes Plusieurs dizaines de pièces assemblées Matériaux divers Canaux >1 m / diamètre ~ 1 mm Reliés par des jonctions

Plus en détail

Contrôleur ph / Conductivité

Contrôleur ph / Conductivité Contrôleur ph / Conductivité Le contrôleur ph / Conductivité participe à l analyse des paramètres de l eau pour la rendre potable. Qu est ce qu une eau potable? Une eau potable est une eau que l on peut

Plus en détail

Crèmes glacées et sorbets

Crèmes glacées et sorbets Crèmes glacées et sorbets 1. Présentation 1.1. Nature de l'activité L'unité de crèmes glacées - sorbets s'intègre comme industrie de seconde transformation à la fois dans la filière lait et dans la filière

Plus en détail

Nettoyage. Nettoyage interne des installations frigorifiques. Nettoyage interne des circuits frigoporteurs / caloporteurs

Nettoyage. Nettoyage interne des installations frigorifiques. Nettoyage interne des circuits frigoporteurs / caloporteurs Nettoyage interne des installations frigorifiques Nettoyage interne des circuits frigoporteurs / caloporteurs Traitement de l eau des circuits fermés de chauffage et de climatisation Nettoyage externe

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Introduction à la formation:

Introduction à la formation: HACCP : élément clé pour USDA Introduction à la formation: SSOP et SPS : pré-requis qui vont argumenter l HACCP. SPS et SSOP : les deux traitent de l hygiène mais différemment. SPS = Sanitation Performance

Plus en détail

Assure une filtration simplement géniale

Assure une filtration simplement géniale Assure une filtration simplement géniale Création du produit Idée BIONIK DESIGN: S inspirer de la nature Depuis environ 600 millions d années, les coquillages filtrent les matières en suspension et permettent

Plus en détail

par L intelligence environnementale au service de la croissance économique durable Plan de Progrès de Performance Economique et Environnementale

par L intelligence environnementale au service de la croissance économique durable Plan de Progrès de Performance Economique et Environnementale Perform-EE par Plan de Progrès de Performance Economique et Environnementale L intelligence environnementale au service de la croissance économique durable PERFORM-EE par Suez Environnement 1 Au XXI siècle,

Plus en détail

Guide pour conserver Et transformer ses légumes

Guide pour conserver Et transformer ses légumes Guide pour conserver Et transformer ses légumes AGROBIO 47 vous présente son guide pour mettre en œuvre un processus de fabrication. Ce guide est destiné à tous les producteurs(trices) qui souhaitent maîtriser

Plus en détail

TRAITEMENT DES EFFLUENTS PHYTOSANITAIRES

TRAITEMENT DES EFFLUENTS PHYTOSANITAIRES ASSOCIATION TECHNIQUE VITICOLE 49 TRAITEMENT DES EFFLUENTS PHYTOSANITAIRES Qu est-ce qu un effluent phytosanitaire? Selon l arrêté ministériel du 12 septembre 2006 sont considérés comme effluents phytosanitaires

Plus en détail

7.WASTE AUDIT TOOL : RÉDUIRE LES DÉCHETS À LA SOURCE POUR FAIRE DES ÉCONOMIES.

7.WASTE AUDIT TOOL : RÉDUIRE LES DÉCHETS À LA SOURCE POUR FAIRE DES ÉCONOMIES. ÉTUDE DE BENCHMARKING SUR LES DÉCHETS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES COÛTS ET SUR LES COÛTS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES DÉCHETS DES ENTREPRISES 7.WASTE AUDIT TOOL : RÉDUIRE LES DÉCHETS

Plus en détail

QUESTIONNAIRE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation des équipements

QUESTIONNAIRE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation des équipements Page : 1/5 Nom du client : Adresse du client : Nom du rédacteur : Numéro téléphone : Adresse courriel : Date d envoi : Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation

Plus en détail

SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif

SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif sommaire 1) Pourquoi assainir? 2) Les lois et les obligations. 3) Technique de l ANC. 4) Déroulement de la visite. 1) Pourquoi assainir? Pour restituer

Plus en détail

Mettre en place une stratégie QSE. Pilotage et tableau de bord du système QSE

Mettre en place une stratégie QSE. Pilotage et tableau de bord du système QSE Mettre en place une stratégie...2 Pilotage et tableau de bord du système.2 Réussir les audits...3 Management de la Qualité ISO 9001...3 Management de l Environnement ISO 14001.4 Management de la Santé

Plus en détail

CORRIGE. 1.2.1 0.5 pt pour la représentation du cercle de Sinner. Act de la Température

CORRIGE. 1.2.1 0.5 pt pour la représentation du cercle de Sinner. Act de la Température CORRIGE 1. NETTOYAGE INDUSTRIEL 21,5 points 1.1 2,5 pts 1.1.1 2 pts (0,25 x 4 pour l explication des lettres et 0,25 x 4 explication du chiffre) U4 : Résistance à l usure élevée. P3 : Bonne résistance

Plus en détail

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT

Notice de Présentation. Zonage d assainissement Eaux Usées. Commune de LORIENT Notice de Zonage d assainissement Eaux Usées Commune de LORIENT SOMMAIRE Contexte... 3 Définitions... 3 Rappels réglementaires... 4 Description du plan de zonage d assainissement d eaux usées... 5 Annexe

Plus en détail

LAVEUR DESINFECTEUR 46 TURBO GETINGE. Always with you

LAVEUR DESINFECTEUR 46 TURBO GETINGE. Always with you LAVEUR DESINFECTEUR 46 TURBO GETINGE vitesse et performances Always with you 2 Série LD 46 TURBO GETINGE Série LD 46 TURBO GETINGE 3 VOUS PERMET DE FAIRE DAVANTAGE AVEC MOINS DE RESSOURCES Face à des ressources

Plus en détail

La production d eau chaude à partir de l énergie solaire

La production d eau chaude à partir de l énergie solaire La production d eau chaude à partir de l énergie solaire Prévenir les risques sanitaires en Etablissements de santé Etablissements sociaux et médico-sociaux d hébergement pour personnes âgées Eau et santé

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN. de votre dispositif d Assainissement Non Collectif SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif

GUIDE D ENTRETIEN. de votre dispositif d Assainissement Non Collectif SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif Décider, construire et vivre le Saulnois SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif GUIDE D ENTRETIEN de votre dispositif d Assainissement Non Collectif Sommaire Introduction p 3 Les ouvrages

Plus en détail

A chaque besoin votre solution S.I.D

A chaque besoin votre solution S.I.D A chaque besoin votre solution S.I.D Société Industrielle de Diffusion - 2, rue Antoine Etex - 94020 CRETEIL Cedex Tél : 01.45.17.43.00 - Fax : 01.43.99.98.65 - www.sid.tm.fr EN QUELQUES MOTS Le dégraissage

Plus en détail

Economies d eau et lavage des véhicules de service public

Economies d eau et lavage des véhicules de service public 1er avril 2009 1 Agence de l Eau Loire Bretagne Economies d eau et lavage des véhicules de service public Une expérience d usage des eaux de pluies pour le lavage d une flotte de camions bennes de collecte

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Hygiène au cabinet Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Environnement : air/eau Aération quotidienne des locaux Point d eau dans chaque salle de consultation

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ASSAINISSEMENT

QUESTIONNAIRE ASSAINISSEMENT Autorisations et conventions de raccordement pour effluents non domestiques QUESTIONNAIRE ASSAINISSEMENT A retourner à : COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DES COTEAUX DU VEXIN 80, rue des Coutures 78520 Limay Tél

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CATALOGUE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES CATALOGUE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES Etablissement Public Local d Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole de Lyon Saint-Genis Laval 4, chemin des Grabelières 69230 Saint-Genis Laval 04.78.56.75.75

Plus en détail

Schneider Electric Vers des process plus économes Francis NICOLAS 1

Schneider Electric Vers des process plus économes Francis NICOLAS 1 Schneider Electric Vers des process plus économes Francis NICOLAS 1 «Le contrôle avancé pour des process plus économes» L expertise contrôle avancé Pour améliorer la performance de vos procédés Respect

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE)

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) 1. NOTE DE PRESENTATION DE L ENTREPRISE 1.1. Organisation générale 1.1.1. Lettre de demande d agrément

Plus en détail

Entretien des locaux. «Faut qu ça brille»

Entretien des locaux. «Faut qu ça brille» Entretien des locaux «Faut qu ça brille» Besson Martine cadre hygièniste ARLIN Auvergne Oui, mais pas seulement! L entretien de l environnement à 2 objectifs : Maintenir une propreté visuelle par le nettoyage

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION Coagulation Floculation - Décantation 07-1055A

MANUEL D UTILISATION Coagulation Floculation - Décantation 07-1055A Concepteur de solutions et de services pour la recherche et le développement COAGULATION FLOCULATION - DECANTATION MANUEL D UTILISATION Coagulation Floculation - Décantation 07-1055A BP46 Route d Heyrieux

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

Eau et agriculture : «Gestion des effluents fermiers : présent, avenir»

Eau et agriculture : «Gestion des effluents fermiers : présent, avenir» Eau et agriculture : «Gestion des effluents fermiers : présent, avenir» La gestion future : dispositifs en expérimentation Plateforme technologique PFT GH 2 0 4 ème Semaine de l eau - Journée Technique

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX POUR L AFFICHAGE ENVIRONNEMENTAL DES PRODUITS DE CONSOMMATION METHODOLOGIE D'EVALUATION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DES LESSIVES

PRINCIPES GENERAUX POUR L AFFICHAGE ENVIRONNEMENTAL DES PRODUITS DE CONSOMMATION METHODOLOGIE D'EVALUATION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DES LESSIVES PRINCIPES GENERAUX POUR L AFFICHAGE ENVIRONNEMENTAL DES PRODUITS DE CONSOMMATION METHODOLOGIE D'EVALUATION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DES LESSIVES BP X30-323-2 publié en décembre 2012 Coordination technique

Plus en détail

Schéma d une station d épuration

Schéma d une station d épuration Schéma d une station d épuration 14 2 11 1 9 1 Relevage - dégrillage 2 Dessableur - déshuileur 3 Réacteur biologique 4 Clarificateur 5 Cuve à eau de service 6 Cave à boues 7 Dégazeur 6 7 8 4 Toutes nos

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Réglementation Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Sommaire Avant de s installer, les démarches à suivre p.3/4 Concevoir la cuisine p.5 Hygiène - Les bonnes pratiques

Plus en détail

Quantification et Gestion des Effluents Non Domestiques (END) sur la commune de POLIGNY.

Quantification et Gestion des Effluents Non Domestiques (END) sur la commune de POLIGNY. Quantification et Gestion des Effluents Non Domestiques (END) sur la commune de POLIGNY. Présentation M. BEAU Pierre-Alexis, 20 ans, En 2 ème année de BTSA GEMEAU, Gestion Et Maitrise de l Eau à l ENIL

Plus en détail

Sciences et Technologies Bioindustrielles. Module 1 Qualité

Sciences et Technologies Bioindustrielles. Module 1 Qualité Sciences et Technologies Bioindustrielles L enseignement de Sciences et technologies bioindustrielles sera assuré par un professeur de Biochimie- Génie Biologique. Il est recommandé que ce professeur intervienne

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation SOMMAIRE 1 Introduction et présentation generale... 3 2 Presentation technique... 4 2.1

Plus en détail

Gestion de l eau dans les ateliers de transformation de l enseignement agricole. Quels enjeux?

Gestion de l eau dans les ateliers de transformation de l enseignement agricole. Quels enjeux? Gestion de l eau dans les ateliers de transformation de l enseignement agricole Quels enjeux? L eau est un patrimoine commun dont la valeur est reconnue par tous. Charte européenne de l eau, 1967 Atteindre

Plus en détail

LES PRIMES DE PERFORMANCE ÉPURATOIRE années 2013 à 2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 LES PRIMES

LES PRIMES DE PERFORMANCE ÉPURATOIRE années 2013 à 2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 LES PRIMES PROGRAMME D ACTION 2013-2018 LES PRIMES Les modalités d attribution des primes 2013 à 2018 sont définies par la délibération modifiée n 2012-25 du 25 octobre 2012 du conseil d administration de l agence

Plus en détail