Rapport consultatif: Signature et distribution électroniques de documents d assurance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport consultatif: Signature et distribution électroniques de documents d assurance"

Transcription

1 Rapport consultatif: Signature et distribution électroniques de documents d assurance Novembre 2013

2 Novembre 2013 Signature et distribution électroniques de documents d assurance Rapport consultatif Le Centre d étude de la pratique d assurance a donné au cabinet d avocats Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. le mandat de produire le rapport consultatif ci-joint pour permettre aux membres du CSIO de mieux comprendre quelles sont les exigences juridiques nécessaires à la conception et à la mise en œuvre d un processus de signature et de distribution électroniques efficace et conforme. Le rapport traite également des dispositions sur les lignes directrices concernant les «meilleures pratiques» pour les courtiers et les assureurs qu il faut prendre en compte dans la conception et la mise en œuvre du processus de distribution et d archivage fondé sur une signature électronique. Le CSIO estime que ce rapport tiendra lieu de document de base pour nos membres qui font des recherches sur les meilleures façons de profiter des avantages de la technologie de la signature électronique, de réaliser des gains d efficacité dans le flux des travaux et de faire vivre une expérience améliorée à la clientèle. Le rapport renferme : Résumé des exigences juridiques applicables à l utilisation des signatures électroniques, des enregistrements électroniques et de la distribution électronique dans le secteur de l assurance de dommages au Canada Résumé des exigences juridiques nécessaires à la conception et à la mise en œuvre d un processus de signature et de distribution électroniques efficace et conforme Identification des lignes directrices sur les «meilleures pratiques» à prendre en compte dans le cadre de la mise en œuvre de la solution de signature électronique Glossaire de termes courants qui portent sur les signatures électroniques Note importante : Le présent rapport est uniquement de nature consultative. Il ne renferme pas de conseils juridiques ni d autres conseils de professionnels. Si vous avez besoin d obtenir des conseils juridiques, n hésitez pas à consulter un avocat qualifié.

3 - 2 - LA SIGNATURE ET LA DISTRIBUTION ÉLECTRONIQUES DE DOCUMENTS D ASSURANCE Par Daniel Fabiano, Fasken Martineau DuMoulin s.r.l Introduction Bien que les obstacles juridiques aux documents électroniques et aux signatures électroniques aient été largement éliminés, le secteur de l assurance a continué de s en remettre à l approche traditionnelle de signature de contrat fondée sur des documents en papier et sur la signature manuelle. Cette approche traditionnelle cadre de moins en moins avec les attentes de la clientèle, car les autres membres du secteur des services financiers appuient les documents électroniques et les signatures électroniques. Les clients en viennent à s attendre que toutes leurs transactions financières puissent et devraient être facilitées au moyen de processus électroniques. Internet facilite un flux régulier de contrats en ligne, souvent grâce à l utilisation de la carte de crédit, des déclarations en ligne simples, et à un clic sur le bouton «J accepte». Ces contrats ont recours aux signatures électroniques et à la distribution électronique de renseignements clés (dont une copie du contrat de base). Bien qu un contrat d assurance comporte plus de risques qu une transaction portant sur des biens de consommation, d autres institutions financières permettent et concluent des transactions de prêts et de titres relativement risquées au moyen de la signature électronique et de la technologie des documents sécurisées. Les courtiers et les sociétés d assurance tirent profit des nombreux avantages évidents d un processus de documents électroniques. Ainsi, ils sont en mesure de suivre l évolution des attentes des consommateurs. Dans le cadre de la transition vers les documents électroniques et les signatures électroniques, les courtiers et les sociétés d assurance doivent comprendre les exigences juridiques. Au Canada, l assurance est régie par le gouvernement fédéral et les provinces, tout comme l usage des documents électroniques et des signatures électroniques. De plus, certaines lois sur l assurance ont été modifiées de manière à inclure des renvois spécifiques aux documents électroniques. Vu cet amalgame de lois, ce document vise à présenter des commentaires généraux et un aperçu complet du paysage juridique canadien de l usage des documents électroniques et signatures électroniques dans le secteur de l assurance des dommages. 1 Daniel Fabiano est associé au bureau de Toronto du cabinet de droit international des affaires et de litiges Fasken Martineau DuMoulin s.r.l.

4 - 3 - Bien que nous ayons demandé la contribution d avocats dans tout le Canada, le présent document ne donne pas de conseils juridiques ni d autres conseils professionnels. Si vous avez besoin d un avis juridique, vous devriez consulter un avocat qualifié. Vous trouverez à la fin du document une liste d avocats et de cabinets d avocats qui ont été consultés dans le cadre de ce projet dont vous pouvez retenir les services pour obtenir un avis définitif qui s applique à votre situation. 2. Terminologie Les définitions de plusieurs termes utilisés dans le présent document peuvent varier. Afin d éviter la confusion, nous avons établi un glossaire des termes clés joint au document. Vous trouverez également une liste des lois fédérales et provinciales pertinentes qui ont été consultées pour rédiger le présent document. 3. Exigences juridiques (a) Exclusions En substance, la loi sur le commerce électronique est d application générale. Autrement dit, elle s applique aux activités commerciales, sauf si ces activités sont expressément exclues ou font l objet d autres dispositions juridiques qui interdisent ou réglementent l usage de l information électronique ou des documents électroniques. En général, la loi sur le commerce électronique ne s applique pas : 2 aux testaments et aux codicilles; aux fiducies créées par les testaments ou les codicilles; aux procurations portant sur des affaires financières ou des soins personnels; aux documents qui créent ou transfèrent des intérêts fonciers et exigent que l enregistrement s applique aux tiers; aux titres négociables. Les lois sur l assurance imposent des exclusions additionnelles à l étendue du commerce électronique qui se rapporte à l assurance 3. Bien que les lois varient au Canada, certains avis, certaines déclarations et certains documents similaires ne peuvent être réalisés par voie électronique ou par avis ou document électronique, notamment : un avis d annulation d un contrat d assurance (pour le non-paiement d une prime); 2 3 La loi sur le commerce électronique au Manitoba, au Nouveau-Brunswick et au Québec n exclut pas expressément les testaments ou les codicilles, les fiducies créées par testament ou par codicille ou les procurations. La loi sur l assurance de certaines provinces (dont l Alberta, la Colombie-Britannique et le Manitoba (modifications en attente de la sanction royale)) et du gouvernement fédéral a été modifiée de manière à faire expressément mention de la loi sur le commerce électronique et à prévoir une approche plus unifiée de l utilisation des documents électroniques dans le secteur de l assurance.

5 - 4 - certaines modifications à une police d assurance par l assureur (p. ex. une modification par un assureur à la suite d une perte payable à une personne autre que l assuré(e) 4 ); la nomination du fiduciaire d un bénéficiaire, ou une modification ou révocation de la nomination par déclaration; la nomination d un tiers ayant les droits et les intérêts de l assuré (politique concernant un tiers) relativement au décès de l assuré. En outre, certains craignent qu une désignation de bénéficiaires puisse se révéler être une «disposition testamentaire» et puisse être déclarée invalide si elle n est pas établie «par écrit» comme les lois successorales provinciales l exigent. En Colombie-Britannique, des modifications apportées à l Insurance Act (Colombie-Britannique) ont apaisé cette incertitude en autorisant la désignation électronique de bénéficiaires. La loi sur les assurances des autres provinces et territoires, appliquée à l assurance de dommages, ne prévoit pas spécifiquement les désignations électroniques de bénéficiaires 5, quoique la jurisprudence semble évoluer vers une reconnaissance accrue des signatures électroniques 6. (b) Consentement aux procédés électroniques La loi sur le commerce électronique ne contraint personne à avoir recours à des moyens électroniques pour faire des affaires. De fait, ces lois prévoient que personne ne peut être contraint d utiliser, de fournir ou d accepter de l information ou un document sous forme électronique le consentement est nécessaire. Il va sans dire que ce consentement peut être exprès (p. ex. une déclaration écrite ou verbale de consentement à l utilisation de procédés électroniques) ou implicite, c est-à-dire qu il découle de la conduite d une personne. Pour que le consentement implicite prenne effet, il doit y avoir des motifs raisonnables de croire que le consentement est véritable et qu il s applique de façon pertinente à l information ou au document Il s agit d une exigence du paragraphe 126(1) de la Loi sur les assurances (Nouveau-Brunswick) sur les polices d assurance-incendie. Voir également la condition légale 15 (Avis) de la même loi. Le Fair Practices Regulation pris en application de l Insurance Act (Alberta) permet de désigner des bénéficiaires par des moyens électroniques; toutefois, la disposition s applique seulement à l assurance-vie ou à l assurance-accident et à l assurance-maladie. Dans Re Buckmeyer Estate, 2008, SKQB 141 (CanLII), un exécuteur a présenté une demande d homologation pour déterminer la validité d un testament existant et pour obtenir une ordonnance sur la question de savoir si un courriel ultérieur a valablement modifié une désignation de bénéficiaire. Le tribunal a statué qu une signature de courriel était une signature effective en vertu de la loi provinciale sur le commerce électronique, et qu elle pouvait être homologuée comme une déclaration tel que défini par l alinéa 133e) de The Saskatchewan Insurance Act. Cette disposition ne précise pas d exigence de document écrit et définit une «déclaration» comme un instrument signé par l assuré : (i) relativement à un avenant à la police; ou (ii) qui identifie le contrat; ou (iii) qui décrit l assurance ou le fonds d assurance ou une partie de celui-ci; dans lequel il désigne, modifie ou révoque la désignation de son représentant successoral ou un bénéficiaire comme une personne à qui ou pour laquelle l argent de l assurance est payable. Voir également, dans un contexte autre que celui de l assurance qui concerne la reconnaissance de la loi électronique du Nouveau-Brunswick, Druet c. Girouard, 2012 NBCA 40.

6 - 5 - Dans le cadre de l usage de moyens électroniques pour conclure des contrats et distribuer des documents et de l information, il importe de s assurer que le consentement, exprès ou implicite, est clair et que les parties ont consenti à la conclusion d un contrat électronique et à la distribution continue de l information par des moyens électroniques 7. (c) Exigence de l écrit Comme les autres genres d institutions financières, les compagnies d assurance sont soumises à de nombreuses exigences selon lesquelles l information doit être consignée «par écrit». En vertu de la loi sur le commerce électronique (et grâce au soutien des modifications à la loi sur l assurance apportées dans des provinces et territoires), l information ou un document sous forme électronique peut satisfaire à l exigence de l écrit prévue par la loi pourvu que la version électronique soit accessible pour consultation ultérieure. De même, s il est exigé de fournir l information ou un document à une autre personne «par écrit», cette exigence peut être remplie si le destinataire peut conserver l information ou le document sous forme électronique et y avoir accès pour consultation ultérieure. En outre, la loi de certaines provinces permet à l information ou aux documents électroniques de satisfaire à une exigence prévue par la loi même si cette exigence s applique expressément à une forme non électronique (c est-à-dire si l exigence prévue par la loi est propre à un document sur papier). En général, il est alors exigé que le document électronique soit structuré de la même façon ou essentiellement de la même façon que la version non électronique, et que l intéressé puisse le conserver et y avoir accès pour consultation ultérieure. (d) Version électronique en remplacement du document papier original Dans certaines circonstances, l exigence de la loi peut s appliquer expressément à un document «original» (p. ex. si un document original doit être fourni à une personne). Règle générale, la loi sur le commerce électronique permet de conserver ou de fournir une version électronique plutôt qu un document papier original. Un document électronique peut remplacer ce document original aux conditions suivantes : le document électronique est conservé sous la même forme que le document papier original, ou sous une forme qui représente avec exactitude l information contenue dans le document papier original; il existe une «garantie fiable» quant à l «intégrité» de l information contenue dans le document électronique depuis la création initiale du document; l information contenue dans le document électronique sera accessible pour consultation ultérieure par toute personne qui a le droit d avoir accès au document écrit ou qui est autorisée à exiger sa production. L information ou un document ne peut être conservé si la 7 Bien que la question dépasse le cadre de ce document, il y a lieu de remarquer que le gouvernement fédéral a proposé la législation visant l élimination des pourriels qui pourrait entrer en vigueur en Elle est censée régir tous les «messages électroniques commerciaux» en exigeant le consentement du destinataire (exprès ou, dans certaines circonstances, implicite) et prescrire des formes de communication à des fins de conformité.

7 - 6 - personne qui fournit l information ou un document électronique empêche ou entrave son impression ou son entreposage par le destinataire. De plus, dans les cas où un document électronique est envoyé ou reçu en remplacement d un document papier original, il faut conserver l information sur l origine et la destination ainsi que la date et l heure de la transmission ou de la réception. Il est clair que l «intégrité» est cruciale dans la conservation des documents électroniques en remplacement des documents papiers originaux. Dans l évaluation de l «intégrité» du document électronique, il s agit essentiellement de déterminer si l information contenue dans le document est demeurée complète et intacte, outre les changements qui découlent de la communication, de l entreposage et de l affichage réguliers. Les organisations doivent choisir un support électronique de conservation du document qui est stable et qui assure qu il ne sera pas altéré au cours de son cycle de vie de la création, au cours de l accès, de la transmission et de la copie, pendant la conservation, et jusqu à l archivage ou la destruction. Toute évaluation de l intégrité d un document électronique doit prendre en compte les mesures de sécurité appliquées pour protéger le document pendant tout son cycle de vie. L intégrité est cruciale dans le processus de modification d un document électronique, que la modification soit effectuée directement dans le document ou qu elle soit documentée séparément, par exemple dans un document modificatif. Afin d assurer l intégrité d une modification à un document électronique, la personne qui a le pouvoir d effectuer la modification doit consigner le nom de la personne qui a demandé la modification, l heure et le motif de la modification, ainsi que le nom de la personne qui a apporté la modification. Toute modification peut faire partie intégrante du document même si elle est consignée dans un document distinct. (e) Formules électroniques Les organisations qui ont recours à des formules électroniques préprogrammées pour faciliter la création de documents électroniques doivent fournir aux utilisateurs un moyen de corriger des erreurs dans le document et d aviser l organisation des erreurs, à défaut de quoi le document pourrait être inexécutoire ou la transaction sous-jacente pourrait être annulée. Il importe de noter qu outre la notion de consentement dont il a été question précédemment, les clients ne peuvent être contraints d utiliser certaines formules dans leurs transactions avec leurs assureurs, à moins que la loi l exige. Dans une décision récente de la Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan, il a été statué que les clients peuvent modifier leurs désignations de bénéficiaires simplement en envoyant un message par courriel renfermant l information exigée pour respecter l alinéa 133e) de The Saskatchewan Insurance Act, et qu un courriel peut renfermer une signature électronique valide 8. Cette Loi n exige pas que l assuré signe une formule en particulier fournie par la compagnie d assurance. (f) Signature électronique Les lois canadiennes sur le commerce électronique autorisent généralement les signatures électroniques. Ces lois définissent habituellement une «signature électronique» comme une 8 Voir Love v. Love, 2011 SKQB 176 (CanLII), ainsi que Buckmeyer Estate, Re, 2008 SKQB 260 (CanLII).

8 - 7 - information électronique créée ou adoptée par une personne pour signer un document et qui est incorporée, jointe ou associée au document 9. La question de savoir si une signature électronique remplit l exigence prévue par la loi d une signature sur un document dépend des circonstances qui entourent ce document, dont toute entente pertinente, l objet de la création du document, le moment de la signature électronique, et le degré de fiabilité de la signature électronique, tant pour ce qui est de l identification de la personne que pour l association de la signature électronique avec le document électronique pertinent, parce que la forme de la signature électronique peut varier, des signatures numériques codées aux simples signatures numérisées (représentation électronique d une signature). Certains textes de loi (dont la loi fédérale sur les assurances) imposent une exigence en matière de preuve concernant les signatures électroniques utilisées dans les documents d assurance. Ces textes législatifs exigent que la technologie ou le procédé utilisé pour traiter ou pour créer une signature électronique puisse prouver que la signature créée au moyen de la technologie ou du processus : est propre à la personne qui signe le document électronique; est incorporée, jointe ou associée au document électronique; peut identifier la personne qui utilise la technologie ou le procédé pour signer le document 10. De plus, les organismes publics peuvent préciser les exigences additionnelles concernant l utilisation des signatures électroniques sur les documents présentés à ces organismes publics. Par exemple, les organismes publics peuvent indiquer les normes sur la technologie de l information et les autres exigences qui portent sur les signatures électroniques. Ces exigences s appliquent seulement aux documents présentés à des organismes publics et ne s appliqueraient généralement pas à l échange de documents entre un assureur et un assuré. Il convient de noter qu au Québec, le paysage juridique dans le domaine des signatures électroniques est moins simple et clair que dans les autres provinces; toutefois, les lois pertinentes 9 10 De plus, dans le cadre de l examen de la conformité à ces lois, on pourrait établir une distinction entre (i) le caractère suffisant d une signature électronique pour valider une formule, un contrat ou une demande d assurance; et (ii) la distribution d avis électroniques à un assuré auxquels celui-ci doit se remettre si ces avis lui ont été traditionnellement communiqués en personne, par courrier régulier ou par courrier recommandé. Voir par exemple, l art. 112 et la condition légale 15 (assurance-incendie) de la Loi sur les assurances du Nouveau- Brunswick; l art. 29 de la Insurance Act de la Nouvelle-Écosse; les art. 3, 4 et 23 de la Insurance Contracts Act de Terre-Neuve-et-Labrador; les art. 85, 86 et 101 et les conditions légales 5 et 15 (assurance-incendie), et les conditions légales 8 et 9 (assurance-auto) de la Island Insurance Act de l Île-du-Prince-Édouard sur les modes de distribution traditionnels des avis. Bien que la jurisprudence continue d évoluer, l on s attend à ce que les systèmes de livraison des avis électroniques seront examinés de plus près du point de vue de la forme et du fond des avis électroniques. Loi sur les sociétés d assurances (Canada), art

9 - 8 - et le Code civil du Québec permettent les signatures électroniques en principe, et les signatures électroniques sont largement utilisées au Québec 11. (g) Formation d un contrat électronique La loi sur le commerce électronique permet de constituer des contrats valides (offre et acceptation) par des moyens électroniques, notamment en touchant ou en cliquant sur une icône appropriée ou à un autre endroit à l écran de l ordinateur, ou en parlant. Comme dans le cas de l utilisation des signatures électroniques, le paysage juridique du Québec sur la constitution de contrats électroniques en matière de produits financiers n est pas tout à fait clair en raison de certains commentaires de l Autorité des marchés financiers (l «AMF») du Québec. En 2012, à la suite d une consultation publique sur la distribution des produits d assurance par Internet, l AMF a proposé que plusieurs dispositions de la Loi sur la distribution des produits et services financiers du Québec interdisent implicitement aux assureurs et aux courtiers de faire des propositions d assurance et de conclure des contrats par Internet 12. Nous constatons toutefois que l AMF ne s est pas engagée dans des activités d exécution qui soient conformes à cette suggestion et qu en faisant cette suggestion, l AMF a reconnu que certaines entités interprètent la Loi plus libéralement et de façon à permettre de telles activités en ligne. Dans les faits, nous constatons que plusieurs compagnies d assurance font des propositions et concluent des contrats d assurance au Québec par Internet. (h) Moment de réception du contrat ou document électronique L information électronique ou un document électronique n est pas «fourni» à une personne s il est simplement mis à la disposition de cette personne pour qu elle puisse y avoir accès il faut davantage, par exemple, faire parvenir un document électronique à une adresse courriel fournie La loi sur le commerce électronique du Québec exige qu une signature soit apposée sur un document, peu importe le support, pour qu il soit satisfait aux exigences de l article 2827 du Code civil du Québec. Elle prévoit également qu une telle signature sera valide si l intégrité du document est assurée et si le lien entre la signature et le document a été établi au moment de la signature et a été maintenu depuis. L article 2827 du Code civil du Québec prévoit que «[l]a signature consiste dans l'apposition qu'une personne fait à un acte de son nom ou d'une marque qui lui est personnelle et qu'elle utilise de façon courante, pour manifester son consentement». Cette disposition introduit l exigence selon laquelle si une signature n est pas le «nom» d une personne, la marque qui lui est personnelle et qu elle utilise au lieu du nom doit être employée «de façon courante» pour signifier une intention d être lié. Dans Re: Meunier, 2005, QCCS (CanLII), la Cour supérieure du Québec a confirmé la validité d une signature constituée du nom d une personne en caractères d imprimerie (ce n était pas de cette façon que la personne signait généralement les documents). Compte tenu de l affaire, le nom de la personne tapé à l ordinateur peut constituer une signature. Dans Roussel c. Desjardins Sécurité financière, 2012, QCCQ3835 (CanLII), la Cour a conclu qu une version numérisée de la signature d un avocat imprimée sur un document judiciaire était une «signature» en vertu de l article 2827 du Code civil du Québec. Les commentaires du ministère de la Justice sur cette disposition du Code civil du Québec mentionnent l intention qu un concept de «marque qui lui est personnelle» puisse englober un code électronique qui identifie une personne; toutefois, le code électronique doit être utilisé «de façon courante» pour signifier une intention. Compte tenu de ce qui précède, si une Cour détermine si, dans les circonstances, une personne avait l intention d indiquer son consentement à un document juridique, la Cour évaluera les moyens utilisés par la personne pour «signer» un document. La valeur probante accordée à la simple saisie du nom ou des initiales d une personne comme signature pourrait être moindre. Les articles 27, 28 et 39 de la Loi et les articles 6, 10 et 12 du Règlement sur l exercice des activités des représentants pris en application de la Loi.

10 - 9 - par la personne à cette fin, ou montrer l information électronique à la personne dans le cadre d une transaction effectuée en ligne. En ce qui concerne les contrats, un contrat électronique est constitué lorsqu il est transmis à la contrepartie (il est constitué lors de l envoi de l acceptation). Le contrat est constitué lorsqu il entre dans un système d information hors du contrôle de l expéditeur. Si l expéditeur et le destinataire utilisent le même système, le contrat est formé lorsqu il peut être extrait et traité par le destinataire. En ce qui a trait aux autres documents électroniques (comme les avis), un document électronique est généralement considéré comme «transmis» dans les mêmes circonstances. De même, un document électronique est généralement présumé «reçu» lorsqu il entre dans le système d information du destinataire et lorsqu il peut être extrait et traité par le destinataire. Si toutefois le destinataire n a pas désigné de système en particulier aux fins de recevoir de l information ou des documents du genre de ceux qui lui ont été envoyés, il n est présumé de la réception que lorsque le destinataire a connaissance que l information ou le document se trouve dans son système d information, et une fois que le destinataire peut les extraire et les traiter. En d autres termes, si le destinataire n a pas précisé que le courrier électronique est son moyen de recevoir un document électronique en particulier, et que l expéditeur a choisi d envoyer ce document par courriel, l expéditeur doit aviser le destinataire du message par courriel d une façon ou d une autre le message par courriel à lui seul ne suffit pas. L information électronique ou un document électronique est réputé avoir été envoyé du lieu d affaires de l expéditeur et reçu au lieu d affaires du destinataire. 4. Authentification, répudiation et preuve (a) Authentification L un des défis que présentent les transactions électroniques consiste à s assurer que la personne qui signe un document ou qui donne des directives est autorisée à le faire. Dans le cadre des transactions conclues avec des consommateurs en personne, les photographies prises par le gouvernement et d autres identifications peuvent être utilisées pour valider l identité du consommateur (p.ex. un permis de conduire). Les transactions en ligne sont autre chose, et d autres formes d authentification jouent un rôle crucial pour faire face aux problèmes de la répudiation et de la fraude dans l environnement en ligne. Les options permettant de valider l autorité ou l identité comprennent notamment : un défi de questions et réponses (ou de «secrets mis en commun», dans lequel une personne doit fournir certains renseignements qu une autre personne n est pas susceptible de connaître); un réacheminement vers un site Web sécurisé comportant une procédure d ouverture de session et un mot de passe; une signature vocale; la capture d images vidéo; et un avis par courriel. En général, la loi sur le commerce électronique et la loi sur l assurance n énoncent pas de mesures d authentification précises pour les transactions en ligne. Dans le cadre de l adaptation d un processus d authentification en personne à un environnement en ligne ou électronique, les organisations devraient :

11 veiller à ce que leurs protocoles d authentification respectent la même norme juridique que celle qui est imposée à l activité applicable cela pourrait exiger que les organisations revoient les exigences juridiques de la vérification de l identité ou de l autorité applicable à certaines activités et étudient comment les adapter adéquatement; examiner laquelle des différentes options et technologies d authentification est la mieux adaptée à la validation de l autorité ou de l identité, compte tenu des exigences juridiques et de la probabilité de fraude qui découle de cette activité. (b) Répudiation Tout procédé de signature électronique doit tenir compte du risque que la contrepartie d une transaction (p. ex. la personne qui remplit la demande d assurance) peut répudier le dossier électronique même s il renferme la signature électronique de cette personne. La répudiation peut reposer sur divers motifs, dont la modification du dossier électronique après sa signature, ou l utilisation de la signature électronique sans autorisation. En définitive, la répudiation est une difficulté pour le caractère exécutoire d un document en particulier. Elle constitue toujours une préoccupation dans toute transaction et le risque de répudiation peut être augmenté dans un environnement en ligne, sauf si des mesures d atténuation du risque sont utilisées. De telles mesures doivent traiter des questions suivantes : Identité la signature électronique est celle de la personne qui est censée signer le document; Intention la personne a apposé sa signature avec l intention de signer le document; Intégrité la signature électronique est liée au document pour que les modifications apportées au document puissent être détectées. L une des méthodes de gestion du risque de répudiation est la forme de la signature. Pour établir si une personne a signé un document, l on se fie généralement à la signature de la personne comme preuve de son accord à l égard du contenu du document. À un extrême, une signature manuscrite originale peut être difficile à reproduire. Il est encore plus difficile de reproduire (ce qui constitue l autre extrême technologique) une signature numérique (qui est basée sur le chiffrement à clé publique/privée). Entre ces deux extrêmes se situent de nombreuses options de signature électronique qui sont plus ou moins fiables, selon les circonstances. Il importe de choisir un mode de signature électronique sûr et fiable pour les documents qui présentent un risque plus élevé de répudiation. Une autre méthode de gestion du risque de répudiation des documents électroniques consiste à maintenir une piste de vérification qui s accompagne de mesures de non-répudiation. Ainsi, il est possible de s assurer que les changements apportés au document électronique font l objet d un suivi et peuvent être expliqués et validés et que les changements non autorisés peuvent être bloqués afin qu ils ne modifient pas le document. Les documents électroniques peuvent, de nombreuses façons, offrir plus de sécurité et de protection contre la répudiation que les

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM SIGNATURES ÉLECTRONIQUES

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM SIGNATURES ÉLECTRONIQUES Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416 943-5838 Courriel : pward@mdfa.ca APA-0016 Le 23 janvier 2003 AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM SIGNATURES ÉLECTRONIQUES

Plus en détail

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES Compte rendu des décisions de la réunion de la TNMP à Québec (les 20 et 21 novembre 2003) : Les Parties ont présenté un

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée

Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée Table des matières Contexte 1 Modifications proposées à l assurance responsabilité exigée des SRL 1 Modifications complémentaires

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE Loi sur le droit à l information et la protection de la vie privée Affaire : 2013-1598-AP-852 Le 3 février 2014 «Un Ministère a failli à son obligation

Plus en détail

LETTRE DE DÉCLARATION CANADIENNE #1 DÉCLARATION D OPÉRATIONS ET AUTRES OBLIGATIONS

LETTRE DE DÉCLARATION CANADIENNE #1 DÉCLARATION D OPÉRATIONS ET AUTRES OBLIGATIONS International Swaps and Derivatives Association, Inc. LETTRE DE DÉCLARATION CANADIENNE #1 DÉCLARATION D OPÉRATIONS ET AUTRES OBLIGATIONS publiée le 23 avril 2014 par International Swaps and Derivatives

Plus en détail

RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES

RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES Interprétation RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES 1. (1) Les définitions qui suivent s appliquent aux présentes règles : «Loi» La Loi sur l identification

Plus en détail

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE PROJET GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE Juillet 2013 Guide sur l utilisation des véhicules de garantie Autorité de marchés financiers Page 1 Juillet 2013 Introduction Ce guide présente

Plus en détail

Énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services Canada, Inc.

Énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services Canada, Inc. Énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services Canada, Inc. Merci de vous procurer et de lire l énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Ce site appartient à la société PLEXO Inc., (ci-après le «propriétaire du site»).

Ce site appartient à la société PLEXO Inc., (ci-après le «propriétaire du site»). Modalités d utilisation Modalités d utilisation du site web https://sante.plexo.ca IMPORTANT! VOTRE ACCÈS À CE SITE WEB DE PLEXO INC. EST ASSUJETTI À DES CONDITIONS QUI VOUS LIENT JURIDIQUEMENT. VEUILLEZ

Plus en détail

Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale

Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale Veuillez passer en revue les conditions ci-après régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale (les «conditions»). Vous devez les

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

DANS L AFFAIRE. intéressant la législation en valeurs mobilières des territoires suivants : Québec. Île-du-Prince-Édouard. Manitoba.

DANS L AFFAIRE. intéressant la législation en valeurs mobilières des territoires suivants : Québec. Île-du-Prince-Édouard. Manitoba. ALPHA EXCHANGE INC. DÉCISION N 2012-PDG-24 DANS L AFFAIRE intéressant la législation en valeurs mobilières des territoires suivants : Québec Île-du-Prince-Édouard Manitoba Nouvelle-Écosse Nunavut Saskatchewan

Plus en détail

Le CGFPN propose des modifications à la LGF

Le CGFPN propose des modifications à la LGF 31 mars 2015 Volume 1 Numéro 1 Un bulletin d information du Conseil de Le Bilan gestion financière des Premières nations ÉDITION SPÉCIALE - PROPOSITIONS LIÉES À LA LOI SUR LA GESTION FINANCIÈRE DES PREMIÈRES

Plus en détail

POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER

POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER -+ POLITIQUE DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS DE BBA GROUPE FINANCIER En tant qu entreprise de services, BBA se conforme à la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Modification des lois régissant l assurance-vie et la protection du vivant en Alberta et en Colombie-Britannique

Modification des lois régissant l assurance-vie et la protection du vivant en Alberta et en Colombie-Britannique Modification des lois régissant l assurance-vie et la protection du vivant en Alberta et en Colombie-Britannique Contexte L Alberta et la Colombie-Britannique ont modifié leur législation dans le but de

Plus en détail

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société Association canadienne des courtiers de fonds mutuels Mutual Fund Dealers Association of Canada 121 King Street W., Suite 1600, Toronto (Ontario) M5H 3T9 Tél. : (416) 361-6332 Téléc. : (416) 943-1218 SITE

Plus en détail

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA PRÉPARATION DES DÉCLARATIONS FISCALES GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA Des conseils simples pour réclamer des crédits de taxe sur intrants à l égard de transactions effectuées au moyen

Plus en détail

Les formes d organisation de l entreprise au Canada

Les formes d organisation de l entreprise au Canada Les formes d organisation de l entreprise au Canada Plusieurs formes d organisation de l entreprise peuvent être mises à contribution pour gérer une entreprise au Canada, chacune comportant ses propres

Plus en détail

Liste de contrôle relative à la politique en matière de protection de la vie privée

Liste de contrôle relative à la politique en matière de protection de la vie privée Fiche-conseil Liste de contrôle relative à la Pourquoi les organismes de bienfaisance enregistrés doivent-ils avoir une politique en matière de protection? Des lois ont été adoptées par le gouvernement

Plus en détail

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 CHRONIQUE TPS/TVQ 231 BONNE FOI : CRÉDITS ET REMBOURSEMENTS DE TAXE SUR INTRANTS LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 2.

Plus en détail

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs Déposer une plainte Guide à l intention des investisseurs Le présent guide contient de l information sur ce qui suit : des conseils sur la façon de déposer des plaintes efficaces; le rôle de la Commission

Plus en détail

a c e a c e f Un compte de banque, c est un droit! association coopérative d économie familiale des Basses-Laurentides

a c e a c e f Un compte de banque, c est un droit! association coopérative d économie familiale des Basses-Laurentides Un compte de banque, c est un droit! Les moyens pour défendre vos droits a c e a c e f association coopérative d économie familiale des Basses-Laurentides 42b, rue Turgeon Sainte-Thérèse, Québec J7E 3H4

Plus en détail

LISTE DE CONTRÔLE DU LIQUIDATEUR

LISTE DE CONTRÔLE DU LIQUIDATEUR PLANIFICATION FISCALE ET SUCCESSORALE LISTE DE CONTRÔLE DU LIQUIDATEUR Liste de contrôle étape par étape des tâches et des responsabilités d un liquidateur Le travail de liquidateur peut être exigeant

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

Services de dépôt et de compensation CDS inc. (la «CDS») Modifications importantes aux Règles de la CDS Institutions financières

Services de dépôt et de compensation CDS inc. (la «CDS») Modifications importantes aux Règles de la CDS Institutions financières Services de dépôt et de compensation CDS inc. (la «CDS») Modifications importantes aux Règles de la CDS Institutions financières L'Autorité des marchés financiers publie le projet, déposé par la CDS, de

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

Vos ventes sont-elles en ligne avec la Loi?

Vos ventes sont-elles en ligne avec la Loi? Vos ventes sont-elles en ligne avec la Loi? Introduction à l environnement légal sur Internet Benoît Trotier Avocat Novembre 2013 En collaboration pour le RCEQ. Québec Trois-Rivières Montréal Affiliations

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Norme canadienne 55-102 Système électronique de déclaration des initiés (SEDI)

Norme canadienne 55-102 Système électronique de déclaration des initiés (SEDI) Norme canadienne 55-102 Système électronique de déclaration des initiés (SEDI) PARTIE 1 DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION 1.1 Définitions PARTIE 2 RÈGLES DE DÉPÔT SEDI 2.1 Dépôt du profil d initié 2.2 Dépôt

Plus en détail

Guide sur la politique de la protection des renseignements personnels et des données électroniques de Groupe Cloutier Inc. Annexe 16 Septembre 2015

Guide sur la politique de la protection des renseignements personnels et des données électroniques de Groupe Cloutier Inc. Annexe 16 Septembre 2015 Guide sur la politique de la protection des renseignements personnels et des données électroniques de Groupe Cloutier Inc. Annexe 16 Septembre 2015 Table des matières 1. Protection des renseignements personnels...

Plus en détail

(Ordonnance n 109/08) Efficace le 1 septembre, 2008 CODE DE DÉONTOLOGIE VISANT LES TRANSACTIONS D ACHAT DIRECT

(Ordonnance n 109/08) Efficace le 1 septembre, 2008 CODE DE DÉONTOLOGIE VISANT LES TRANSACTIONS D ACHAT DIRECT OBJECTIF CODE DE DÉONTOLOGIE VISANT LES TRANSACTIONS D ACHAT DIRECT Le Code de déontologie («Code») établit les normes minimales que les intermédiaires en gaz naturel doivent respecter lorsqu ils achètent,

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

Contrat d agent associé

Contrat d agent associé Contrat d agent associé Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «agent associé») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal :

Plus en détail

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME Pour obtenir des renseignements, veuillez communiquer avec : Service de l assurance

Plus en détail

APERÇU DES OBLIGATIONS

APERÇU DES OBLIGATIONS Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l'interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Institutions Vérification interne Personne-ressource

Plus en détail

Office d enregistrement des titres et des instruments. Formulaire électronique d Hypothèque 6.0 Guide d utilisation

Office d enregistrement des titres et des instruments. Formulaire électronique d Hypothèque 6.0 Guide d utilisation Office d enregistrement des titres et des instruments Formulaire électronique d Hypothèque 6.0 Guide d utilisation Un prestataire de services pour la province du Manitoba Mise à jour 2016-04-06 Version:

Plus en détail

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation Norme canadienne 23-101 Règles de négociation PARTIE 1 DÉFINITION ET INTERPRÉTATION 1.1 Définition 1.2 Interprétation PARTIE 2 LE CHAMP D APPLICATION DE LA RÈGLE 2.1 Le champ d application de la règle

Plus en détail

ET LE NOUVEAU RÈGLEMENT DU BARREAU DU QUÉBEC

ET LE NOUVEAU RÈGLEMENT DU BARREAU DU QUÉBEC ET LE NOUVEAU RÈGLEMENT DU BARREAU DU QUÉBEC règlement Juris Concept logiciel comptabilité normes d exercice avocats Barreau du Québec gestion des rappels tenue des dossiers comptes clients suivi des échéances

Plus en détail

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Groupe de travail sur les normes en matière de sondage Avril 2011 Les opinions exprimées dans le présent document ne doivent

Plus en détail

EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients

EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients Table des matières Introduction à EDC en Direct... 2 Section A : Mise en marche... 3 Section B : Approbations de crédit... 5 Demander une approbation

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Les rapports d inspection

Les rapports d inspection Introduction Les rapports d inspection et la Loi sur l accès à l information municipale et la protection de la vie privée Projet conjoint de la ville de Newmarket et du Bureau du commissaire à l information

Plus en détail

Annexe A Exigences par province ou territoire Agents et courtiers d assurances I.A.R.D.

Annexe A Exigences par province ou territoire Agents et courtiers d assurances I.A.R.D. Annexe A Exigences par province ou territoire Agents et courtiers d assurances I.A.R.D. Document à joindre à la demande : Les non-résidents doivent joindre une attestation de droit de pratique de la BC

Plus en détail

Document de travail. Business Corporations Act Securities Transfer Act

Document de travail. Business Corporations Act Securities Transfer Act Document de travail Business Corporations Act Securities Transfer Act 1.0 Introduction La Division de la consommation, du travail et des services financiers du ministère de l Environnement, du Travail

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2 ÉCHANGE D EFFETS DE PAIEMENT EN LIGNE ÉLECTRONIQUE AUX FINS DE LA COMPENSATION ET DU RÈGLEMENT 2013 ASSOCIATION CANADIENNE DES

Plus en détail

Introduction. Application

Introduction. Application Politique sur l accessibilité de Primerica et plan d accessibilité pluriannuel (le «plan d accessibilité») (Règlement de l Ontario 191/11) relatif à la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées

Plus en détail

DOSSIER PERSONNEL DE PLANIFICATION SUCCESSORALE

DOSSIER PERSONNEL DE PLANIFICATION SUCCESSORALE Université d Ottawa University of Ottawa DOSSIER PERSONNEL DE PLANIFICATION SUCCESSORALE UN HÉRITAGE POUR L AVENIR Donner à une université, c est laisser un héritage aux générations futures. C est permettre

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux Groupe JInvestors Le 23 mai 2012 Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22e étage C.P. 246, tour de la Bourse Montréal (Québec) H4Z 1G3 Télécopieur:

Plus en détail

Ministère de la Formation et des Collèges et Universités. Système d information d Emploi Ontario. Inscription de niveau de sécurité moyen à ONe-Key

Ministère de la Formation et des Collèges et Universités. Système d information d Emploi Ontario. Inscription de niveau de sécurité moyen à ONe-Key Ministère de la Formation et des Collèges et Universités Système d information d Emploi Ontario SIEO Inscription de niveau de sécurité moyen à ONe-Key pour les abonnés des agences de formation par l apprentissage

Plus en détail

Parti libéral du Canada. Procédures d enregistrement au Scrutin pour l élection d un chef

Parti libéral du Canada. Procédures d enregistrement au Scrutin pour l élection d un chef Parti libéral du Canada Procédures d enregistrement au Scrutin pour l élection d un chef Ces procédures sont établies par le Comité sur le scrutin pour l élection d un chef en vertu du paragraphe 63 (2)

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques

Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques COMMUNIQUÉ DE PRESSE Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques Processus à quatre étapes avec une participation importante des souscripteurs

Plus en détail

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE DE SÉCURITÉ SUR LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATIQUE ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS 1055, 116 e Rue Ville Saint-Georges (Québec) G5Y

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Lignes directrices sur la surveillance vidéo au moyen d appareils non dissimulés dans le secteur privé Mars 2008

Lignes directrices sur la surveillance vidéo au moyen d appareils non dissimulés dans le secteur privé Mars 2008 FEDERAL Commissaire à la protection de la vie privée du Canada PROVINCIAL Commissaire à l'information et à la protection de la vie privée de l'alberta Commissaire à l'information et à la protection de

Plus en détail

Principes Critères Protocole Compétences. aux fins de l obtention du titre de. ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A)

Principes Critères Protocole Compétences. aux fins de l obtention du titre de. ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A) Principes Critères Protocole Compétences aux fins de l obtention du titre de ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A) I INTRODUCTION L arbitrage est un processus par lequel les parties prenantes à un différend

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

RÉGLEMENTATION DES MEMBRES. avis

RÉGLEMENTATION DES MEMBRES. avis RÉGLEMENTATION DES MEMBRES INVESTMENT DEALERS ASSOCIATION OF CANADA avis ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES Personne-ressource : M. Alexander : (416) 943-5885 malexander@ida.ca

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE POUR LES PAIEMENTS STPGV MAL ACHEMINÉS

LIGNE DIRECTRICE POUR LES PAIEMENTS STPGV MAL ACHEMINÉS Canadian Payments Association Association canadienne des paiements 1212-50 O Connor Ottawa, Ontario K1P 6L2 (613) 238-4173 Fax: (613) 233-3385 LIGNE DIRECTRICE POUR LES PAIEMENTS STPGV le 5 octobre 2000

Plus en détail

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet 1 Table des matières Contenu 1. Préambule 3 2. Autorisation d accès 3 3. Accès technique à SanitasNet et identification 3 4. Coûts 4 5.

Plus en détail

Ordonnance sur les services de certification électronique

Ordonnance sur les services de certification électronique Ordonnance sur les services de certification électronique (OSCert) 784.103 du 12 avril 2000 (Etat le 23 mai 2000) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 28, 62 et 64 de la loi du 30 avril 1997 sur les

Plus en détail

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME Les petits déjeuner du CT M Réunion n 4 du Club de Laboratoires Accrédités Dématérialisation des données Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes

Plus en détail

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité Ontario Energy Commission de l énergie Board de l Ontario P.O. Box 2319 C.P. 2319 2300 Yonge Street 2300, rue Yonge 26th. Floor 26 e étage Toronto ON M4P 1E4 Toronto ON M4P 1E4 Telephone: (416) 481-1967

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE LA LOI SUR LES ARCHIVES. L.R.T.N.-O. 1988, ch. A-6. (Mise à jour le : 13 août 2012)

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE LA LOI SUR LES ARCHIVES. L.R.T.N.-O. 1988, ch. A-6. (Mise à jour le : 13 août 2012) CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE LA LOI SUR LES ARCHIVES (Mise à jour le : 13 août 2012) MODIFIÉE PAR LES LOIS DU NUNAVUT SUIVANTES : L.Nun. 2007, ch. 8, art. 2 art. 2 en vigueur le 8 novembre 2007 L.Nun.

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Modalités d utilisation de l agence

Modalités d utilisation de l agence Modalités d utilisation de l agence VOTRE AUTORITÉ Propositions Vous pouvez recevoir des propositions portant sur des risques d assurance pour lesquels vous détenez un permis et nous les présenter aux

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION NORME 5 NORME ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION Bien que cette Norme apparaisse dans le Code canadien de sécurité pour les transporteurs routiers, il est important de noter qu'elle s'applique à tous les

Plus en détail

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE 14/11/2008 L écrit est associé depuis des siècles à son support, le papier. Le développement des nouvelles technologies de l information et de la communication

Plus en détail

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Index A n o 9 CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Fondement législatif Articles 650, 651 et 654 de la Loi sur les sociétés d assurances (la «Loi») Définitions

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU TELEPAIEMENT DES IMPOTS, DROITS, TAXES, CONTRIBUTIONS ET REDEVANCES. Il a été convenu ce qui suit :

CONVENTION RELATIVE AU TELEPAIEMENT DES IMPOTS, DROITS, TAXES, CONTRIBUTIONS ET REDEVANCES. Il a été convenu ce qui suit : CONVENTION RELATIVE AU TELEPAIEMENT DES IMPOTS, DROITS, TAXES, CONTRIBUTIONS ET REDEVANCES Entre : L Etat du Sénégal représenté par le Directeur général des Impôts et des Domaines, d une part ; «BANQUE»,

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification NORMES CANADIENNES DE MISSIONS DE CERTIFICATION (NCMC) JUILLET 2015 NCMC 3000, Missions d attestation autres que les audits ou examens d informations financières historiques

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION ERDF / relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement

MODELE DE CONVENTION ERDF / <Fournisseur> relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement Direction Technique MODELE DE CONVENTION ERDF / relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement Identification : ERDF-FOR-CF_42E Version : 1 Nombre de pages : 10 Version

Plus en détail

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action Titre du projet : Évaluation de la Loi sur les contraventions Centre de responsabilité : Réponse de la direction et Plan d action Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action On devrait

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

AVIS D ACQUISITION FORCÉE

AVIS D ACQUISITION FORCÉE Le présent document est important et exige votre attention immédiate. Si vous avez des doutes sur la façon d y donner suite, vous devriez consulter votre courtier en valeurs mobilières, votre avocat ou

Plus en détail

Convention de partage de la prime Modèle

Convention de partage de la prime Modèle Convention de partage de la prime Modèle Les parties détiennent conjointement le contrat d assurance vie. Le titulaire du capital-décès (CD) (normalement, le capital assuré) paie «un montant raisonnable»

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Cessation d emploi et protection d assurance collective

Cessation d emploi et protection d assurance collective SOINS MÉDICAUX ET SOINS DENTAIRES / INVALIDITÉ, VIE ET MMA 14-11 Cessation d emploi et protection d assurance collective Le présent bulletin est une mise à jour du numéro 07-02 de l Info- Collective. Parmi

Plus en détail

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 3.8. Autres décisions. .. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 3.8. Autres décisions. .. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182 3.8 Autres décisions.. 15 mai 2014 - Vol. 11, n 19 182 3.8 AUTRES DÉCISIONS 3.8.1 Dispenses DÉCISION N : 2014-SACD-10009062 Le 7 février 2014 DANS L AFFAIRE DE LA LÉGISLATION EN VALEURS MOBILIÈRES DU QUÉBEC

Plus en détail

OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL

OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL Renseignements et documents exigés Novembre 2008 Ouvrir un compte personnel TABLE DES MATIÈRES I. À PROPOS DE L OCRCVM 1 II. OUVERTURE D UN COMPTE 1 III. DEMANDE D OUVERTURE

Plus en détail

Destinataire : Sociétés pétrolières et gazières relevant de l Office national de l énergie et parties intéressées

Destinataire : Sociétés pétrolières et gazières relevant de l Office national de l énergie et parties intéressées Dossier : Ad GA RG OPR 0301 Destinataire : Sociétés pétrolières et gazières relevant de l Office national de l énergie et parties intéressées Avis de projet de modification réglementaire (APMR) 2011-01

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Guide de l investisseur sur le dépôt d une plainte

Guide de l investisseur sur le dépôt d une plainte Guide de l investisseur sur le dépôt d une plainte Protéger les investisseurs et favoriser des marchés financiers justes et efficaces partout au Canada. L Organisme canadien de réglementation du commerce

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation

Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation En vertu de l article 16.1 de la Loi électorale du Canada, le directeur général des élections établit des lignes directrices et des notes d interprétation

Plus en détail

TITRE : Directives quant aux règles d utilisation des équipements informatiques et des télécommunications

TITRE : Directives quant aux règles d utilisation des équipements informatiques et des télécommunications TITRE : Directives quant aux règles d utilisation des équipements informatiques et des télécommunications NO 1 Adoption par la direction générale : Date : Le 1 er octobre 2003 Dernière révision : 01/10/03

Plus en détail

Accord de libre circulation au Québec

Accord de libre circulation au Québec Accord de libre circulation au Québec Le 15 octobre 2009 Winnipeg (Manitoba) Introduction FÉDÉRATION DES ORDRES PROFESSIONNELS DE JURISTES DU CANADA Le présent accord a pour objectif d étendre la portée

Plus en détail

MESSAGE IMPORTANT AUX FOURNISSEURS D AVANTAGES MÉDICAUX POUR LE COMPTE D ANCIENS COMBATTANTS CANADA

MESSAGE IMPORTANT AUX FOURNISSEURS D AVANTAGES MÉDICAUX POUR LE COMPTE D ANCIENS COMBATTANTS CANADA MESSAGE IMPORTANT AUX FOURNISSEURS D AVANTAGES MÉDICAUX POUR LE COMPTE D ANCIENS COMBATTANTS CANADA Dispositions relatives aux avantages et exigences en matière de paiement pour les avantages médicaux

Plus en détail

INSTRUCTIONS POUR ÉTABLIR UN COMPTE ACOL SRAAC ET POUR

INSTRUCTIONS POUR ÉTABLIR UN COMPTE ACOL SRAAC ET POUR INSTRUCTIONS POUR ÉTABLIR UN COMPTE ACOL SRAAC ET POUR REMPLIR LA DEMANDE D ABONNEMENT CLIENT SRAAC ET L ACCORD FINANCIER ACOL Si vous avez des questions après avoir pris connaissance des documents ci-inclus,

Plus en détail

Bulletin Commerce international et droit douanier

Bulletin Commerce international et droit douanier Bulletin Commerce international et droit douanier Août 2009 Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l. Le Canada cherche à imposer des droits de douane sur les frais de gestion et les paiements de

Plus en détail