CRÉDIT AUX ENTREPRISES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CRÉDIT AUX ENTREPRISES"

Transcription

1 Interview Philippe Masset (ING) dresse l état des lieux du marchéducrédit. Page II Conseils Pour obtenir du crédit, il faut présenter son projet sous son meilleur jour. Page III Outsiders Les acteurs de niche semblent tirer un certain profit de la crise. Page V Wim Kempenaers Le crédit en temps de crise Si certains chefs d entreprise voient les portes des banques se fermer, il reste des possibilités de financement pour des projets porteurs. Il faut toutefois faire preuve de rigueur mais aussi de créativité et oser sortir des sentiers balisés par les grands acteurs du secteur.

2 II L Echo MERCREDI 27 MAI 2009 Les banques elles-mêmes ont plus de difficultés de financement. Pour Philippe Masset, le banquier retrouve son rôle de conseiller comprenant les besoins de son client. Saskia Vanderstichele Philippe Masset «Il est important que les entreprises soient attentives à leur financement» Pour Philippe Masset (ING), les entreprises doivent analyser leurs besoins à temps et envisager différentes solutions. INTERVIEW propos recueillis par Didier Béclard De nombreux chefs d entreprises disent éprouver de grandes difficultés pour obtenir des crédits auprès de leur(s) banquier(s). Ceux-ci se défendent d avoir à peine modifié leur gestion des crédits. Philippe Masset, responsable de la division Wholesale banking et membre du comité de direction d ING, banque de financement et d investissement, est un observateur attentif du marché des crédits. L état des lieux qu il dresse du marché actuel confirme et nuance ces deux points de vue. Certaines entreprises se plaignent de difficultés à obtenir des crédits. Qu en est-il? En ce qui concerne la situation d ING, en termes de demandes de crédit, on voit certainement une croissance moins forte que l année passée qui avait connu une forte progression de 12 à 13 % à un encours total de l ordre de 28 milliards d euros pour toutes les entreprisesausenslarge,donctoutcequin estpas «retail» (particuliers). Si on regarde sur deux ans, la croissance est de l ordre de 25 %. Mais depuis le début de cette année, on constate clairement une diminution du rythme à la fois des demandes et des octrois, de l ordre d une croissance à un chiffre. Par rapport à cela, je dirais que ING a une position volontariste par rapport au marché belge. Le Benelux est un marché très important au niveau des activités wholesale et nous voulons conforter et même accroître nos positions avec l objectif d être le numéro un du wholesale banking dans le Benelux. Nous disposons d un budget autorisé positif en matière de crédit pour cette année-ci et nous ne demandons pas mieux que de répondre aux demandes de nos clients. Ce qui ne veut pas dire n importe quoi, n importe comment. De façon plus générale, il y a moins de demandes dans le marché vu le contexte. Les entreprises ont des programmes d investissement moins importants, elles sont toutes plus prudentes et fatalement elles ont une demande de crédit moins importante. Donc c est relativement normal. Autre élément, les marchés financiers se remettent un peu mais sont encore loin d être au niveau d il y a 3 à 4 trimestres. Certains segments sont relativement fermés. Les outils dont les entreprises disposent sont donc moins nombreux. Dernier élément, le prix du crédit n est plus le même. On est passé d une situation d hyperliquidité où le financement était extrêmement facile et bon marché à une situation où le crédit est plus cher parce que les marchés financiers ne fonctionnent plus aussi bien et que la composante de risque par rapport à l activité économique est plus importante. Un dernier élément de complexité pour les entreprises réside, en Belgique, dans le retrait de certaines banques étrangères. Ce qui veut dire que le nombre de contreparties possibles pour les entreprises belges a également diminué. Comment a évolué le prix? Tout est fonction du cas, du niveau d endettement de la société, du secteur, de la durée. On parle potentiellement d une augmentation importante de la marge brute, du taux payé par le client. C est-à-dire qui a été multipliée par un certain coefficient. Il n est pas sot de dire que le prix payé par le client peut avoir été multiplié par 3, 4, 5 ou 6 ou même plus, pour donner un ordre de grandeur. C est la marge payée par le client, le coût de financement. Ce n est pas la marge du banquier qui a augmenté. Si on regarde l indicateur du coût de financement des banques, le CDS (credit default swap) à 5 ans, pour une banque avec un bon rating, on est pour l instant entre 75 et 150 points de base. C est une indication. Où se situent les difficultés? Tout ce qui est le long terme est encore extrêmement difficile, voire impossible. Tout ce qui est opération d acquisition ou de concentration à un haut niveau d endettement est extrêmement compliqué. Tout comme les grands crédits bancaires syndiqués. On assiste à une évolution fondamentale de la relation entre l entreprise et son ou ses banquiers. Un retour à une relation beaucoup plus étroite, plus interactive, multifacette, puisque le produit acquiert une véritable valeur de par sa rareté. Le banquier doit faire des choix dans la façon dont il va allouer les ressources dont il dispose et s orienter vers certains clients et pas d autres. L un des critères déterminants sera justement le relationnel et le multifacette de cette relation. Les entreprises ont vraiment intérêt à se recentrer sur leurs banques relationnelles parce que ce sont celles qui vont les soutenir. Pour le banquier aussi, c est le retour au rôle de vrai banquier, de conseiller. Comprenant les besoins et l approche de son client et étant à même de lui donner non seulement du crédit mais des solutions, une intégration de différents produits qui correspondent à ses besoins. Le marché évolue dans ce sens et c est dans ce sens qu on peut remplir son rôle de banquier. Mais d autres créneaux s ouvrent L émission d obligations d entreprises est en effet un beau contrexemple. Ce marché qui était complètement fermé s est rouvert magistralement depuis la fin de l année. Toutes les entreprises, en tout cas avec un rating A, peuvent émettre du papier, comme l ont fait InBev ou Bekaert en Belgique. Jusqu il y a peu, le créneau des augmentations de capital était très difficile. Maintenant il s est rouvert mais avec des décotes extrêmement importantes qui font que les actionnaires sont quasiment forcés de suivre. Les banques elles-mêmes ont plus de difficultés de financement. Ce n est pas tellement que les banques ne veulent pas, mais les banques font aussi face à des contraintes importantes en terme de financement, en terme d obligation de diminuer leur exposition, en terme de désendettement qui font que les banques doivent aussi revoir le panorama de leurs activités. Les normes plus strictes ont également une influence. On va vers une augmentation des régulations, notamment des exigences de fonds propres, ce qui veut dire pour les banques des possibilités moins larges et doncuneattitudeplusdéfensivedeleurpartquipeut setraduirepardesdiscussionsplusdifficilesaveccertains de leurs clients. Mais il faut aussi être vigilant à ce que ce déluge de législation ne nous empêche pas de jouer notre rôle de banquier parce que ce serait dommageable, non seulement pour nous mais surtout pour l économie et les entreprises. Certains types d entreprises rencontrent-ils plus de difficultés que d autres? Il y a toujours une demande positive de crédit mais à un rythme clairement plus faible que l année passée. En fonction des secteurs, les souffrances sont variables. Certains secteurs sont plus exposés, par exemple ceux liés à la métallurgie, l automobile. Ils souffrent et on y observe une augmentation des provisions de crédit. Si nous avons une attitude volontariste et positive, nous n en sommes pas moins rigoureux quant à l approche. Comme toujours, nous devons examiner la qualité du business case, du management, du bilan, des ratios, de façon à faire le bon choix et d amener la bonne solution. Les entreprises qui sont dans des secteurs plus difficiles ou celles qui ont des niveaux d endettement déjà élevés, ont vraiment des difficultés. Pas nécessairement à cause des banquiers, mais parce que les marchés ont horreur dessituationsd endettementtropélevéet lessanctionnent. Quels sont les types de projets qui ont le plus de chance d être acceptés? Les critères n ont pas changé. Ce qui est important, c est la qualité du projet au niveau de sa vision stratégique, du produit, du marché concerné, des ambitions chiffrées du projet, du management, des synergies possibles par rapport au portefeuille d activités de la société, et aussi le niveau d endettement. Les projets les entrepreneurs font aussi cet exercice sont soumis à des scénarios qui sont plus sévères qu avant. Avec les écarts économiques que nous connaissons, les écarts sur le cash flow peuvent être très importants. Ce qui était considéré dans le passé comme un scénario très négatif peut être considéré comme un scénario réaliste ou, en tout cas, envisageable parce que nous sommes dans un environnement où des fluctuations de dizaine de pour cent en termes de chiffre d affaires ou de cash flow sont loin d être exceptionnelles. Mais les entrepreneurs ne vont pas non plus se lancer dans des projets qui sont déraisonnables. Quel conseil donneriez-vous? Il est important que les entreprises soient attentives à leur financement. Les possibilités de se financer sont plus étroites, les contreparties bancaires plus difficiles à obtenir. Le grand conseil que nous donnons à nos prospects et à nos clients est d analyser leurs besoins à temps et d examiner les possibilités. Croire qu ils peuvent relancer un crédit syndiqué comme ils ont relancé les trois derniers est un leurre. Il faut préparer son coup, être créatif, penser à d autres solutions et se méfier des niveaux d endettement exagérés.

3 MERCREDI 27 MAI 2009 L Echo III Convaincre son banquier Cinq recommandations pour augmenter ses chances d obtenir un crédit. CONSEILS Erika Racquet Il est encore possible pour une entreprise d obtenir un crédit, insistent tant les grandes banques que les petits acteurs de niche. À quoi se montrent-ils dès lors attentifs? Pour quel genre de dossiers peut-on encore tenter sa chance? UN PROJET BIEN FICELÉ «Évaluerlescréditsestunmétieràpart.Ce n est pas une science exacte. C est donc en partie subjectif», commente Patrick Vissers, directeur business banking chez Delta Lloyd Bank. Pour un projet d extension ou un nouveau projet, un comité de crédit, comprenant des personnes qui connaissent le secteur d activité, examine l évaluation des recettes escomptées, l emplacement, la position concurrentielle. Mais aussi l historique, l expérience, voire la tradition familiale de l entrepreneur. «Il est souvent plus important qu un entrepreneur prouve qu il a bien réfléchi à tout, plutôt que tout soit correctement couché sur papier», commente Dirk Une banque veut avoir la certitude que son argent lui sera remboursé. vestissement d extension, c est un peu plus délicat. Si une forte augmentation des recettes est nécessaire pour assurer les remboursements, la banque fera preuve d une prudence de Sioux. «Nous examinons également les crédits déjà en cours au sein de l entreprise, les garanties offertes pour ces crédits ou celles qui peuvent encore être étendues», commente Eckers. La différence entre le montant du crédit et la valeur bancaire des garanties s appelle le «risque ouvert». «Ce risque ouvert est mesuré face au profil de risque de l entrepreneur qui dépend de nombreux facteurs. L entrepreneur peut l influencer en veillant par exemple que les remboursements des crédits soient fluides, en évitant les dépassements sur le compte à vue ou les retards auprès de l ONSS ou de l administration de la TVA.» ENTREPRENEUR FIABLE À la lumière de ce qui précède, la banque examine si vous êtes un entrepreneur fiable et consciencieux : connaissez-vous le marché, qu avez-vous déjà réalisé, quelles sont vos capacités managériales, quelle est votre motivation, quel est votre comportement en matière de paiement? Mais aussi avez-vous mûrement réfléchi à l ensemble des scénarios possibles, que signifie pour vous la crise dans votre secteur, quels sont vos points forts et vos points faibles. Votre administration et votre comptabilité aussi sont autant de preuves de votre professionnalisme pour la banque. Un compte annuel déposé tardivement soulèvera également des questions. Il se peut également que la banque vienne examiner la situation sur place. «Dans le cas d une demande d une certaine ampleur, une visite sur place est bien souvent incontournable, reconnaît Wouters. Nous venons discuter, mais aussi voir de nos propres yeux. Chez un distributeur automobile, par exemple, nous examinons le nombre de véhicules d occasion stationnés sur le parking : parvient-il à revendre les voitures qu il reprend lors de l achat d un nouveau véhicule? Attention : il ne s agit pas d une check-list dans laquelle le moindre point négatif est synonyme de point final, mais cela permet de creuser le dialogue.» APPORT PERSONNEL «Pour nous, la preuve que vous croyez en vous-même est le fait que vous souhaitiez vous aussi investir de l argent, explique Visser. Il ne s agit pas que l ensemble du risque repose sur les épaules de la banque, mais que nous soyons ensemble dans le même bateau.» La situation est également examinée sur le plan des fonds propres. «L entreprise peut-elle traverser une année difficile? Plus encore :l entreprise peut-elle survivre à la faillite d un client important, à des mauvais payeurs ou à des litiges?», explique Wouters. Le tampon des fonds propres peut compenser un tant soit peu une capacité de remboursement limite». Wouters, membre du comité de direction de la Bank J.Van Breda & C. «La crédibilité du projet est évaluée à l aune de trois questions : qui, quoi et comment?, explique Bart Eckers (BNP Paribas Fortis, marketing marché professionnel). Qui est l entrepreneur, quelle expérience a-t-il, qu a-t-il déjà prouvé, connaît-il le marché? En quoi consiste exactement ce projet? Et comment compte-t-il résoudre son besoin de financement, avec quelle forme de crédit, montant, durée?» RASSURER SUR SA CAPACITÉ DE REMBOURSEMENT La capacité de remboursement occupe une place cruciale dans l évaluation. Une banque veut avoir la certitude que son argentluiseraremboursé. «C estleplusimportant, souligne Vissers, bien plus que les garanties éventuelles». Un investissement de remplacement est le cas le plus simple : le chiffre d affaires existant et la marge bénéficiaire sont connus. Il n est pas difficile d évaluer l évolution avec une nouvelle machine ou une camionnette. Il en va de même pour les investissements permettant des économies ou un gain d efficacité, comme l achat d un propre immeuble. Pour un in- Corbis DES GARANTIES EN BÉTON «Un entrepreneur ne reçoit pas un crédit parce qu il a une garantie importante, mais parce que la banque croit dans son projet et dans la capacité de remboursement», commente Ecker. Même si les garanties sont en béton, un projet jugé irréaliste ne bénéficiera en principe d aucun crédit. Une garantie n est pas considérée comme une alternative à un remboursement normal, mais bien comme une assurance contre les imprévus. Wouters concède toutefois qu il existe également un lien direct avec le projet en question. «L ampleur de la garantie est fonction du type d entreprise et du secteur, de la mesure dans laquelle l entreprise est exposée à la crise». QUID DU STARTER? Au vu de ces critères, les starters semblent avoir peu de chances d obtenir un crédit. «Nous ne les excluons pas, mais pour eux, c est encore plus difficile», concède Visser. Wouters n y va pas par quatre chemins : «Le crédit n est pas un capital à risque, il n est pas indiqué s il n y a pas de flux de caisse récurrent. Dans ce cas, mieux vaut travailler sur fonds propres. Économiser. Ou travailler avec du capital-risque 'family, friends and fools' comme les business angels.» PUBLICITE Votre argent mérite un bon conseiller. Ma banque partenaire

4 IV L Echo MERCREDI 27 MAI 2009 Champion des émissions d obligations, AB InBev a inondé le marché de 11,5 milliards de dollars depuis le début de l année. Bloomberg Le retour des obligations de sociétés Le marché des capitaux reprend le rôle des emprunts bancaires comme financier des entreprises. Carl Pansaerts Untsunami d obligations de société inonde l Europe. Depuis le nouvel an, les entreprises européennes ont vendu pour 300 milliards d euros d obligations de société : la moitié par des entreprises financières, l autre moitié par des non financières. En comparaison : pour l ensemble de 2008, les entreprises non financières n ont récolté que 130 milliards d euros. Dans notre pays, c est le brasseur AB InBev qui est le champion. Si l émission prévue de 3milliards de dollars estunsuccès,lecompteursesitueraà11,5milliardsdedollars depuis le nouvel an. Et les obligations de société pour les épargnants privés se vendent aussi comme des petits pains. Bekaert, Belgacom, AB InBev, GDF Suez et Solvay ontrassemblédepuislafindel annéepasséeplusde2milliards chez les petits épargnants belges et luxembourgeois. Peter De Coensel, responsable de la gestion des obligations de société chez Petercam, explique cet immense succès. «Les bilans des banques, à la suite des diminutions de valeur du côté des actifs, se réduisent sérieusement. À cause du tampon de capital limité du côté du passif, cela réduit aussi l allocation de nouveaux emprunts bancaires. Depuis le nouvel an, nous remarquons aussi que le marché des emprunts bancaires s effondre. À l heure actuelle, on rembourse même davantage d emprunts bancaires qu il n en est accordé de nouveaux.» «Les grandes entreprises sont également moins intéressées par des emprunts bancaires. Si jusqu il y a quelques années, la durée moyenne était de cinq ans, c est maintenant en moyenne 365 jours et donc réajustable tous les ans. À cause de l incertitude quant aux conditions futures, les entreprises considèrent les emprunts bancaires comme moins intéressants. Ils optent pour la certitude via l émission d obligations de société avec une durée de cinq ans ou plus.» Les entreprises veulent également être moins dépendantes des banques. «Le groupe français Veolia Environnement a déclaré en avril, lors de l émission de 750 millions d euros en obligations, qu un des objectifs était de devenir moins dépendant des banques», explique Concepcion Moreno, analyste en investissement chez Petercam, aussi à propos du succès croissant des obligations de société. PRIX COÛTANT Ce succès est également lié au prix coûtant total de l émission d une obligation. «La facture pour les entreprises, depuis l introduction de l euro, a diminué jusqu à 0,2 à 0,4 %du montant récolté. C est quatre à cinq fois moins que dans les années nonante, indique De Coensel. La récolte de capital via une obligation de société devient extrêmement attrayante en comparaison avec l émission de nouvelles actions». Enfin, la faim de l investisseur joue également un rôle, qu il s agisse maintenant de petits épargnants ou d institutionnels comme les gestionnaires de fortune, les fonds de pension ou les assureurs. «Ils sont attirés par des coupons annuels s élevant souvent à 6, 7 ou 8%. Cette faim stimule l offre des obligations de société.» De Coensel s attend à ce que le flot des obligations de sociétégonfleencore. «Ilyaénormémentdeliquiditéssurles côtés. Le papier à court terme, après déduction des coûts, ne rapporte quasiment rien. Les obligations de société offrent une excellente alternative : un coupon élevé souvent aussi élevé si pas plus élevé que le rendement annuel moyen du dividende sur les actions mais avec moins de risque, car de nombreuses entreprises devront réduire fortement leur dividende, ou même l annuler.» Les entreprises qui envisagent l émission d une obligation de société ont deux options, dit De Coensel. «Un placement privé chez un nombre limité d investisseurs institutionnels, ou un placement public chez des institutionnels et/ou chez un investisseur privé. Il y a moins de règles liées au placement privé. En Les entreprises veulent être moins dépendantes des banques. moyenne, ce sont des montants entre 20 et 100 millions d euros qui sont récoltés. L étiquette du prix est assez basse, notamment parce qu il y a moins d obligations de rapportage et moins de budget de marketing nécessaire pour vendre les obligations. Le placement privé est couramment utilisé par les entreprises non cotées.» «Pour un placement public, il y a davantage de règles. Par exemple, un prospectus approuvé par le superviseur prend plus de temps, et il est surtout, mais pas nécessairement, destiné à des entreprises cotées et à des montants plus élevés.etilestpluscher,notammentàcausedesroadshows,du prospectus et des coûts de marketing.» De Coensel souligne que les entreprises doivent comparer et bien peser les avantages et désavantages des uns et des autres avant de faire appel au marché des capitaux. «Les principaux avantages des obligations de société?ilyaladéductibilitéfiscaledespaiementsdesrentes, qui sont un poste de coûts. Les obligations de société offrent aux entreprises un financement à long terme stable selon des conditions conformes au marché. Et contrairement à une augmentation de capital via la bourse, il n y a pas de dilution des actionnaires existants. En outre, le marché des capitaux peut fournir des montants extrêmement élevés.» Mais il y a également des désavantages, signale De Coensel. «Le désavantage le plus important est qu une société non cotée qui fait un placement public, doit fournir une grande quantité d informations et doit aussi pouvoir présenter un parcours solide. On ne fait cela que si on est suffisamment solide. Mieux vaut, pour celui qui l est dans une moindre mesure, choisir un placement privé.» ROADSHOW Un élément très important du placement d une obligationdesociétéestleroadshow, ditmoreno. «Letopmanagement de la société émettrice généralement l administrateur délégué, le directeur financier et le responsable du service des relations avec les investisseurs va par exemple à Londres, Paris et Francfort. Ils ont des contacts avec des analystes de crédit et avec des candidats investisseurs, surtoutdesgestionnairesdefortune,desfondsdepensionetdes assureurs. L emprunt et l objectif sont expliqués en détail, le plan stratégique de la société est expliqué. Chacun à la possibilité de poser des questions approfondies, par exemple quant à la durabilité des résultats et la capacité de maîtrise des ratios de dettes.» Qu un placement soit couronné de succès, dépend notamment du roadshow, mais également du rating d une société. «Non pas qu il faille avoir un rating, dit encore De Coensel. Bekaert et Heineken ont récemment récolté de l argent, alors qu aucun des deux n a de rating de crédit. Beaucoup d entreprises font également appel au marché des capitaux sans rating. Un rating est assez cher, et si le montant récolté est relativement peu élevé, il est en fait superflu parce que l obligation n entre quand même pas en ligne de compte pour être reprise à l Iboxx, un important indice européen pour les obligations de société. Pour ce dernier, l obligation doit s élever à au moins 500 millions d euros et avoir un rating.» «En outre, dit Moreno, les temps sont révolus où les entreprises demandaient un rating tant à S & P, qu à Moody s et à Fitch. On se limite actuellement à deux ou même à une seule agence de rating, comme récemment Suez Environnement lors de sa première émission d obligations.» «Celui qui n a pas de rating, doit tabler sur sa notoriété, par exemple via une cotation en bourse, poursuit De Coensel. Une société sans rating et/ou cotation en bourse peut malgré tout placer avec succès une obligation de société, mais alors dans son propre pays et moyennant une notoriété suffisante.» Si vous êtes moins connu, si vous voulez récolter sur le marché des capitaux une quantité d argent restreinte, si vous n avez pas de rating et si vous ne voulez pas libérer trop d informations sensibles, mieux vaut choisir la voie d un placement privé. «L investisseur qui souscrit à ce placement privé doit dans ce cas être conscient que ce n est généralement qu une fois par an, lors de la publication des résultats annuels, qu il recevra des informations sur la marche des affaires dans la société. La négociabilité de ces obligations est également un point délicat. Les propriétaires d obligations émises via un placement public sont bien mieux tenus au courant de ce qui se passe dans la société, ne fût-ce que parce qu il s agit de toute manière d une entreprise cotée.» La Région wallonne pallie la défaillance des banques Par ces temps de crise, les banques continuent à affirmer qu elles sont toutes prêtes à mettre des fonds à la disposition des entreprises, mais que ce sont ces dernières qui manquent de projets d investissement à financer. Ce genre de réaction fait évidemment bondir celui qui, fort d un dossier administratif en ordre (ONSS, etc.), s est vu refuser catégoriquement le crédit, au motif que son projet était trop risqué (sous entendu, «pour l époque»). Et il faut vivre dans une tour d ivoire pour ignorer que les entrepreneurs dans ce cas sont de plus en plus nombreux. Que faire quand cette situation se présente? Pourquoi ne pas frapper à la porte de la Région Wallonne? Celle-ci dispose en effet d outils spécifiques pour aider les PME. Encore faut-il savoir à quelle porte frapper SRIW? NON. La SRIW aide les entreprises par le biais de prêts ou de prises de participation, mais son rayon d action se limite aux grandes structures. Sogepa? NON. La Sogepa aide elle aussi les entreprises par le biais de prêts ou de prises de participations, mais son rayon d action se limite aux acteurs en difficulté ou à ceux opérant dans le secteur sidérurgique. AWEx? NON. Comme son nom l indique, l Agence Wallonne à l Exportation n intervient que dans le domaine de l export. Sowalfin? OUI. La Sowalfin, pour Société Wallonne de Financement et de Garanties des petites et moyennes entreprises, se définit comme l outil d accompagnement financier des TPE et PME wallonnes. Cette SA d intérêt public a été instituée pour favoriser la création et le développement des PME en Wallonie par la mise à disposition de produits financiers spécifiques et adaptés. C est donc la bonne porte.elleréunitsousunmêmetoit la FWPMI (prêts subordonnés), la SGRW (garanties), et coordonne les neuf invests wallons, eux-mêmes spécialisés dans les prises de participation au niveau local ; en temps normal, la Sowalfin cofinance un crédit, autrement dit, elle n a pas vocation de se substituer à une banque, mais de la compléter. Néanmoins, les récentes mesures anti-crise ont débouché sur une extension de ses missions puisque, désormais, une entreprise, un commerçant ou un titulaire de profession libérale qui éprouve des difficultés à se financer pour des raisons exogènes peut, sous certaines conditions, espérer obtenir toute forme de crédit auprès de la Sowalfin en cas de défaillance des banques. «Cette mesure a vocation de maintenir la tête du demandeur hors del eau,enpartantduprincipequesi on laisse la situation se dégrader, cela risque de coûter plus cher, à lui et à la communauté», explique le ministre wallon de l économie, Jean-Claude Marcourt. CIW? OUI. La porte de la petite dernière, la Caisse d Investissement de Wallonie (CIW), est également une bonne adresse pour les PME. La distinction essentielle avec la Sowalfin réside dans l origine des fonds mis à disposition, puisqu alors que la Sowalfin est capitalisée par l Etat, la CIW l est par les particuliers et l épargne privée. L idée n est pas d octroyer un crédit à meilleur compte union européenne oblige, les conditions du marché prévalent, mais d octroyer un crédit. Avec ou sans le partenariat d une banque traditionnelle, dans la mesure où celle-ci sera peut-être plus encline à considérer un projet dans lequel elle n est pas la seule à supporter le risque. Fabian Lacasse

5 MERCREDI 27 MAI 2009 L Echo V La crise financière est un allié Les acteurs de niche semblent accorder davantage de crédits que les grandes banques. Alors que les grandes banques, et c est un euphémisme, ne sont pas dans une très bonne situation, d autres tournent bien. Ce sont les petits acteurs de niche orientés vers les indépendants, les entreprises (familiales) et les professions libérales, comme par exemple : Banque J. Van Breda & C, Delta Lloyd Bank et BKCP. Non seulement elles voient leurs dépôts gonfler, mais les crédits qu ils accordent augmentent aussi. Quelle est donc leur recette? «Une approche personnelle, des conseils sur mesure et une relation àlongtermeavecunseulinterlocuteur», déclarent-elles presque en chœur. Outre ce qui concerne leur groupe cible, ces trois banques appliquent une même approche. Elles affirment fièrement avoir des collaborateurs très proches de leurs clients et qui ont l habitude de penser de la même façon que les indépendants. Il y a aussi des différences, même s il s agit souvent de nuances. La Banque J. Van Breda se présente clairement comme la banque qui aide l entrepreneur «pas l entreprise, mais l entrepreneur» à développer des moyens propres en combinaison avec la gestion des préoccupations financières de la société. «Notre atout est notre assistance dans la gestion des moyens propres, déclare Dirk Wouters, un des quatre membres du comité de direction. Avec des questions concernant sa fortune privée et ses décisions professionnelles, le client s adresse à la même personne. On se trouve par exemple devant le choix de s accorder un dividende ou de réserver le bénéfice. C est le choix entre le développement direct du capital privé et la croissance de la société dont le propriétaire bénéficiera dans une phase ultérieure. Chez nous, la concertation a lieu avec la même personne, alors que chez d autres, le private banking et le corporate banking sont deux organisations séparées, impliquant ainsi au moins deux contacts différents.» Les gens recherchent un banquier qui ne se contente pas de vendre uniquement un produit. Il y a un an à peine, Delta Lloyd Bank a créé une branche séparée de business banking, même si un client-entrepreneur pouvait déjà obtenir un crédit d entreprise. La nouvelle branche a rapidement eu le vent en poupe. «La crise s avère être un allié, déclare Patrick Vissers, directeur de business banking. Les gens recherchent un banquier qui ne se contente pas de vendre uniquement un produit, mais qui leur donne aussi des conseils. Nous prenons pour point de départ l histoire complète de l entreprise et nous cherchons une solution sur mesure.» Il donne l exemple d un médecin qui souhaitait agrandir son habitation et son cabinet et qui demandait un L image de marque des petites banques a été relativement épargnée. Jerry De Brie tarif pour une solution spécifique. «Nous l avons interrogé plus en détail, et en fin de compte, nous lui avons conseillé de créer d abord une société, d optimiser ensuite ses honoraires et seulement alors de demander un crédit.» Vissers souligne qu un banquier doit également oser contredire son client. Jef Vandenbergh, porte-parole de Delta Lloyd Bank, ajoute que cette force d attraction des acteurs de niches est également due à une moindre dégradation de leur image de marque. «Nous sommes des banquiers de l ancienne école : nous n accordons de crédit qu à mesure que nous recevons des dépôts, et nous tenons cet équilibre à l œil. Pour cette raison, nous ne faisons que peu appel au marché interbancaire». Et cela ne laisse pas les clients indifférents : le plus grand nombre de questions concernant la santé financière de la banque en est la preuve. Aujourd hui, il n y a pas que la banque qui veut savoir si son client potentiel est rentable et solvable, l inverse est également vrai. Delta Lloyd Bank rassemble aussi le conseil sur le patrimoine privé et sur le financement de l affaire chez un seul interlocuteur. La banque place toutefois un peu moins l accent sur le développement continu du patrimoine privé. C est chez BKCP que ce lien est le moins fort. «La banque accorde déjà depuis 1929 du crédit aux entrepreneurs, dit le porte-parole Dominiek Vanwynsberghe. Nous avons ainsi accumulé beaucoup de know-how. Ces deux dernières années, nous avons fait davantage de publicité en direction des particuliers pour qu ils placent leur épargne chez nous, mais cela ne signifie pas que notre approche des clients professionnels a changé.» L accent est placé sur les crédits, de toute la gamme des crédits de caisse à l ouverture de crédit et jusqu au paiement anticipés des impôts. L entrepreneur peut également s adresser à BKCP pour ses affaires privées et y trouver une gamme de produits avec un bon rendement. Mais BKCP ne se profile pas dans ce créneau. «Nous sommes une petite banque, déclare Vanwynsberghe, avec l avantage que les lignes de décisions sont très courtes et que l entrepreneur obtient rapidement une réponse. Mais en conséquence, nous ne sommes pas des spécialistes à tous les niveaux.» PAS DE PRIX BRADÉS Aucune de ces banques de niche ne se profile comme un casseur de prix. «Un bon conseil et un prix correct, ça plaît, dit Vissers, plutôt qu être moins cher à tout prix, mais alors sans conseil.» «Nous ne proposons pas de tarif plancher, dit encore Vanwynsberghe. Cela dépend du projet, et également, par exemple, des garanties». Il fait remarquer que BKCP fait partie du groupe coopératif Crédit Mutuel. «Dans le groupe, la maximalisation du bénéfice n est pas la première priorité. Pour l entrepreneur, cela signifie évidemment que nous pouvons être un peu plus flexibles. Dans le passé, on disait : si une grande banque vous dit non, tentez votre chance au Crédit professionnel. Cet aspect ne joue plus autant, mais il y a encore de petits entrepreneurs qui préfèrent une petite banque comme la nôtre. Oui, même les débutants sont les bienvenus.» E.R. Une approche personnelle, des conseils sur mesure et un seul interlocuteur sont les points communs des outsiders du marché. Photonews Fonds de participation rue de Ligne Bruxelles PUBLICITE La moitié de votre crédit en poche avant même d aller à la banque?

6 VI L Echo MERCREDI 27 MAI 2009 Des entreprises en quête de crédit en temps de crise PUBLICITE La diversité des situations au travers de deux cas concrets. La société Resarm, qui occupe une quinzaine de personnes à Barchon, est spécialisée dans la fine mécanique : elle réalise un chiffre d affaires annuel de l ordre de 2,25 millions d euros dans le segment de niche des matières plastiques techniques ou composites, où elle opère pour une clientèle d industriels aussi diversifiée qu ArcelorMittal, Alstom, la SNCB, Techspace Aéro ou des compagnies pétrolières scandinaves offshore. Son patron René Gaillard, peut compter sur son banquier. «Par deux fois, en tout cas, nous n avons eu aucune difficulté à le convaincre d être notre partenaire financier. Et pourtant, si nos affaires ne se portent pas trop mal, on ne peut pas affirmer que c était du sans risque», explique-t-il. En 2003, l entreprise, alors filiale d un groupe franco-allemand, est victime d un incendie. Pour ce motif et pour une raison de taille insuffisante, l actionnaire souhaite s en séparer. Gaillard, 59 ans à l époque, n en est qu un employé, même si c est au titre de directeur général. Avec sa fille, ils se lancent dans le défi d un «management buy out». Le montage financier, qui porte sur plusieurs dizaines de milliers d euros, est bouclé grâce au concours de leur banquier et de la Sowalfin, qui intervient pour environ un tiers. «Avant le rachat, Resarm était confiné aux seuls marchés de la Belgique et du Luxembourg. Après, nous pouvions rayonner partout sauf en France et en Allemagne. Nous ne nous en sommes pas privés», poursuit René Gaillard. De fait, de 5%alors, la part de l export dans les revenus de l entreprise passe à 55 %. Quand, il y a quelques mois et alors que sévit déjà la crise, les dirigeants de Resarm repartent Par deux fois, nous n'avons eu aucune difficulté à convaincre notre banquier. pour un second montage financier un peu plus important que le précédent, afin de financer un projet d expansion portant sur l acquisition de nouveaux équipements et sur l extension du hall, ils obtiennent aussi aisément que précédemment le soutien de leurs désormais fidèles partenaires financiers. F.L. Bottom line: spécialistes. Une personne de contact Arnaud Laviolette Head of Wholesale Banking Clients Belgium Vous n avez pas besoin de parler à chaque spécialiste, analyste ou chef de produit afin d obtenir les bons conseils financiers pour votre entreprise. Contactez simplement votre relationship manager. Il se charge de tout. ingwholesalebanking.com/bottomline ING Belgique SA Avenue Marnix 24, B-1000 Bruxelles RPM Bruxelles TVA BE BIC (SWIFT): BBRUBEBB Compte: (IBAN: BE ). Copyright (c) ING Belgique - avril Éditeur responsable: Philippe Wallez Avenue Marnix 24, 1000 Bruxelles. «Malgré toutes les belles campagnes, on se retrouve face à un mur» All Services Net, société de Zaventem spécialisée dans le placement de portes et de fenêtres, était, jusqu en octobre 2008, une PME florissante. Avec un carnet de commandes bien rempli elle a déménagé dans un bâtiment plus grand. Lorsque le gérant Marcel Kunkeler a sollicité un crédit d investissement de euros à cette fin, il a senti que quelque chose n allait pas. «Le dossier déjà approuvé par l agence locale a été révoqué par le siège de Louvain. Je pense que les banques savaient déjà au printemps 2008 ce qui les attendait.» Kunkeler n a pas laissé tomber et a adressé sa demande au fonds de participation fédéral qui donne, via Initio, des emprunts aux entreprises qui débutent ou s étendent. «Cela ne devait pas poser de problème, mais j ai appris que je n entrais pas en ligne de compte parce que le délai légal de quatre mois était dépassé.» Entre-temps, Kunkeler est également confronté à des problèmes structurels. «Plusieurs grands clients qui avaient perdu de l argent, ont annulé leurs commandes. Notre chiffre d affaires a fait un plongeon, d une moyenne de euros par mois à environ la moitié de ce chiffre.» En moins d un an, c était le deuxième coup dur et la stabilité financière de l entreprise est sérieusement mise en péril. «En février et mars 2008, nous avions déjà perdu euros lorsque 3 clients tombèrent en faillite. Mais comme nous avions beaucoup de missions, nous avons étendu notre personnel de 8 à 12 employés, pour tout maîtriser.»kunkeler bat humblement sa coulpe. «C était sans doute un mauvais calcul car nous n avons pas pu former ces gens comme il fallait et nous devions payer un surplus de euros à l ONSS.» Le capital opérationnel était à tel point réduit qu à la fin 2008, All Services Net n avait plus d argent pour acheter le matériel nécessaire pour exécuter les commandes. A ce moment Marcel Kunkeler a fait des tentatives pour obtenir des banques un crédit pont. «Notre banquier était Fortis, il était exclu de frapper à leur porte. Les autres banques, comme KBC, avaient lancé des campagnes disant qu elles n allaient pas laisser tomber les entrepreneurs. Quand je suis allé chez eux,c étaitcommesijemetrouvais devant un mur. Certaines ont répondu après quelques jours que ça n allait pas, d autres n ont répondu qu après plusieurs mois». Les banques motivaient généralement leur refus par la solvabilité fragile de l entreprise. «Ce n est pas un secret que nos fonds propres ont été sérieusement entamés après ce que nous avons subi l année passée. Mais personne ne semble vouloir voir qu il s agit d un cercle vicieux.» All Services doit encore recevoir plus de euros de ses clients. «Pour eux aussi, la situation est très difficile. Entre-temps, nous sommes contraints de refuser des commandes parce que nous ne disposons plus de capital opérationnelpourlesexécuter.quandonapprend alors que KBC obtient 20 milliards du contribuable, la pilule est doublement amère quand on vous refuse du crédit parce que vous n êtes soi-disant pas solvable.» Kunkeler ne donne plus grande chance à sa société. «Si nous ne trouvons pas rapidement une solution, nous déposons notre bilan. Et je ne suis pas le seul à être dans cette situation». W.D.B.

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Á propos du Wealth Management. Et sur la riche expérience de KBC.

Á propos du Wealth Management. Et sur la riche expérience de KBC. Á propos du Wealth Management. Et sur la riche expérience de KBC. À chaque patrimoine familial sa propre histoire. Avec beaucoup de persévérance et de sagacité, vous vous êtes constitué un patrimoine

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36%

Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% B r u x e l l e s, l e 2 6 f é v r i e r 2015 Crelan sort renforcée de sa fusion: le bénéfice du Groupe augmente de 36% Crelan récolte 200 millions EUR de capital coopératif et accueille plus de 25.000

Plus en détail

Exposition à 100 % de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis SA 1

Exposition à 100 % de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis SA 1 AG Protect+ Select Observation 1 Exposition à 100 % de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis SA 1 Obtenez le meilleur du potentiel des actions européennes 2! Les actions européennes

Plus en détail

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque.

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. Crédit Agricole (A+ / Aa3) Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Crédit Agricole CIB est une obligation émise en livre turque (TRY) par Crédit

Plus en détail

Une opportunité de diversification et des coupons attrayants en couronne suédoise.

Une opportunité de diversification et des coupons attrayants en couronne suédoise. Crédit Agricole (A+ / Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? P. 2 Crédit Agricole CIB est une obligation émise en couronne suédoise (SEK) par Crédit Agricole CIB et vous donne droit à un coupon annuel de brut pendant

Plus en détail

CARDIF LUX VIE L assureur d un monde qui change

CARDIF LUX VIE L assureur d un monde qui change CARDIF LUX VIE L assureur d un monde qui change cardifluxvie.lu Cardif Lux Vie célèbre ses 20 ans En 2014, Cardif Lux Vie célèbre son 20 ème anniversaire : 20 ans d expertise internationale au service

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

BIL Belgique À vos côtés, pour vous.

BIL Belgique À vos côtés, pour vous. FR banque privée BIL Belgique À vos côtés, pour vous. BELGIUM BIL Belgique À vos côtés, pour vous. Enseigne réputée et reconnue dans la plus pure tradition des banques privées internationales, BIL Belgique

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Louvain-la-Neuve, le 27 mars 2009, 16h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET PROFITABILITÉ : BSB TIENT SES PROMESSES! La croissance de la société s est

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Le Microcrédit Relance

Le Microcrédit Relance La Ministre Céline Fremault soutient une nouvelle aide pour favoriser la relance des petites entreprises bruxelloises Le Microcrédit Relance Un partenariat CEd Crédal Conférence de presse du 17 décembre

Plus en détail

Cardif Lux Vie en bref

Cardif Lux Vie en bref Cardif Lux Vie en bref Compagnie d assurance née de la fusion de deux acteurs historiques au Luxembourg, Cardif Lux International et Fortis Luxembourg Vie. - Depuis le 31 décembre 2011, Cardif Lux Vie

Plus en détail

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine Generali Espace Lux Au service de la structuration de votre patrimoine Vous recherchez des solutions pour optimiser la structuration de votre patrimoine ou vous accompagner dans votre mobilité? Generali

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

la force d un placement la certitude d un coupon élevé

la force d un placement la certitude d un coupon élevé placements la force d un placement la certitude d un élevé optinote multiwin brut de durant 5 ans protection du capital liée à l période de souscription du 9 mai 2011 au 8 juillet 2011 clôture anticipée

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous.

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie Assemblée annuelle Le 5 mai 2011 Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Je suis heureux de pouvoir m adresser à vous à l occasion de cette assemblée

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

Déterminez votre profil d investisseur FINTRO. PROCHE ET PRO.

Déterminez votre profil d investisseur FINTRO. PROCHE ET PRO. Déterminez votre profil d investisseur FINTRO. PROCHE ET PRO. Du profil d investisseur au conseil en placements Lorsque votre banque vous donne un conseil en placements, elle doit tenir compte de votre

Plus en détail

Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds

Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds Transactions Assistance direction financière Entreprises en difficulté Levée de fonds Il n y a rien dans le monde qui n ait son moment décisif, et le chef-d oeuvre de la bonne conduite est de connaître

Plus en détail

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit

L Assurance-crédit. Qu est-ce que l assurance-crédit? l Assurance-crédit L Assurance-crédit Qui ne désire pas éviter que sa société doive constituer des provisions, ou pire encore, passer en perte des créances sur clients? Vous pouvez y arriver à peu de frais en souscrivant

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

Stock-options et Attributions Gratuites d Actions

Stock-options et Attributions Gratuites d Actions Stock-options et Attributions Gratuites d Actions 1 P remière banque privée en France en termes d actifs sous gestion, BNP Paribas a mis en place une organisation et des équipes totalement dédiées à la

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

Crédit Agricole CIB Financial Solutions (FR) NOK 3,10% 2020. Deutsche Bank. Une opportunité d investissement en couronne norvégienne.

Crédit Agricole CIB Financial Solutions (FR) NOK 3,10% 2020. Deutsche Bank. Une opportunité d investissement en couronne norvégienne. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en couronne norvégienne. A quoi vous attendre? Crédit Agricole CIB Financial Solutions (FR) Type d investissement Ce produit est une obligation. En souscrivant

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Bienvenue chez Private Estate Life

Bienvenue chez Private Estate Life Bienvenue chez Private Estate Life Introduction à Private Estate Life La compagnie Private Estate Life est une compagnie d assurance-vie établie à Luxembourg depuis 1991 dont l objectif est de devenir

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Table de matière. Règlement de gestion des fonds d investissement internes Allianz Invest V908 FR Ed. 06/15 2

Table de matière. Règlement de gestion des fonds d investissement internes Allianz Invest V908 FR Ed. 06/15 2 Table de matière CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DES FONDS D INVESTISSEMENT INTERNES. 3 1. AI Europe... 3 2. AI Court Terme... 3 3. AI Patrimoine... 4 4. AI Emergents... 5 5. AI Strategy Neutral... 6

Plus en détail

Financer la transmission de votre entreprise

Financer la transmission de votre entreprise Financer la transmission de votre entreprise Laurent Genest Directeur principal, Transfert d entreprises Banque Nationale Claude Lafond Directeur principal, Investissements Caisse de dépôt et placement

Plus en détail

Présentation des résultats annuels 2007 aux analystes

Présentation des résultats annuels 2007 aux analystes Présentation des résultats annuels 2007 aux analystes Questions-réponses La slide 20 présente la sensibilité aux risques de marché. Pouvez-vous nous expliquer la différence avec la sensibilité EEV? Nous

Plus en détail

VISEZ PLUS HAUT FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT : GESTION SOUS MANDAT. C onfiez votre epargne a un professionnel. www.fortuneo.be

VISEZ PLUS HAUT FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT : GESTION SOUS MANDAT. C onfiez votre epargne a un professionnel. www.fortuneo.be VISEZ PLUS HAUT FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT : GESTION SOUS MANDAT C onfiez votre epargne a un professionnel www.fortuneo.be POURQUOI CHOISIR LA GESTION SOUS MANDAT? Vous souhaitez INVESTIR mais vous

Plus en détail

ENTREPRISES EN EXPANSION ET FABRICANTS : OCCASIONS ET BESOINS Sondage Points de vue BDC. Recherche et intelligence de marché de BDC Juin 2013

ENTREPRISES EN EXPANSION ET FABRICANTS : OCCASIONS ET BESOINS Sondage Points de vue BDC. Recherche et intelligence de marché de BDC Juin 2013 ENTREPRISES EN EXPANSION ET FABRICANTS : OCCASIONS ET BESOINS Sondage Points de vue BDC Recherche et intelligence de marché de BDC Juin 2013 Faits saillants MÉTHODOLOGIE 140 professionnels provenant d

Plus en détail

votre patrimoine aussi mérite un architecte

votre patrimoine aussi mérite un architecte En Belgique, le Groupe AXA vous propose un large éventail de produits bancaires et d assurances qui offrent à votre situation personnelle une solution adaptée. votre patrimoine aussi mérite un architecte

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

Faites des affaires en toute sécurité Nous vous couvrons.

Faites des affaires en toute sécurité Nous vous couvrons. Faites des affaires en toute sécurité Nous vous couvrons. Le progrès implique toujours des risques Frederick B. Wilcox Qu est-ce qui vous empêche de dormir? La peur de ne pas être payé? L accès au financement

Plus en détail

Une approche sur-mesure

Une approche sur-mesure L offre de services de HSBC Private Bank en France Le cœur de notre métier consiste à vous fournir des conseils de qualité et à mettre en œuvre les solutions d investissements permettant de répondre précisément

Plus en détail

Personal Financial Services Fonds de placement

Personal Financial Services Fonds de placement Personal Financial Services Fonds de placement Un investissement dans des fonds de placement, c est la promesse de rendements attractifs pour un risque contrôlé. Informez-vous ici sur le fonctionnement

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

CBC Corporate Insurance. Des affaires à dimension humaine.

CBC Corporate Insurance. Des affaires à dimension humaine. CBC Corporate Insurance. Des affaires à dimension humaine. CBC Corporate Insurance. Chacun de vous est notre client le plus important! Chez CBC Corporate Insurance, nous sommes convaincus qu il est possible

Plus en détail

Bienvenue dans l univers de We Group

Bienvenue dans l univers de We Group Bienvenue dans l univers de We Group Le 19 mai 2005 Laurent Jaquier fonde la société We Group SA avec son siège social à Bulle. We Group SA est une société indépendante soumise au secret professionnel

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

Service Actions. l Discipline en matière d actions l

Service Actions. l Discipline en matière d actions l Service Actions l Discipline en matière d actions l Pourquoi investir en actions? Les actions génèrent à long terme un rendement supérieur à celui des obligations. À une seule condition : que vous ne mettiez

Plus en détail

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS ÉPARGNE patrimoniale chiffres clés 2012 LE GROUPE AG2R LA MONDIALE* Un groupe d assurance de protection sociale, paritaire et mutualiste Un assureur complet de la personne : Prévoyance, Santé, Épargne,

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

Présentation du Groupe CMNE. 5 Éditorial 6 Profil et Chiffres clés 7 Implantation 8 Organigramme financier 9 Organisation du Groupe

Présentation du Groupe CMNE. 5 Éditorial 6 Profil et Chiffres clés 7 Implantation 8 Organigramme financier 9 Organisation du Groupe Rapport Annuel 08 4 Présentation du Groupe CMNE 5 Éditorial 6 Profil et Chiffres clés 7 Implantation 8 Organigramme financier 9 Organisation du Groupe Éditorial 5 Eric Charpentier Philippe Vasseur Pour

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Soyez paré à une hausse éventuelle des taux.

Soyez paré à une hausse éventuelle des taux. Crédit Agricole CIB (AA- / Aa) Anticipation Bond 06 II STRATÉGIE p. Pendant une durée de 6 ans, Crédit Agricole CIB Anticipation Bond 06 II vous permettra de profiter d une éventuelle remontée des taux

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

GENERALI ESPACE LUX. La Solution FID Expert

GENERALI ESPACE LUX. La Solution FID Expert GENERALI ESPACE LUX La Solution FID Expert Vous recherchez des solutions pour optimiser la structuration de votre patrimoine ou vous accompagner dans votre mobilité? est une offre exclusive dédiée à une

Plus en détail

Type d assurance-vie. Garanties

Type d assurance-vie. Garanties Smart Invest Bon Demography 2, fonds d investissement lié au produit d assurance Smart Invest Portfolio d AG Insurance 1 Exposition à 100% du montant net investi via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis

Plus en détail

Investissements directs dans l immobilier en Suisse

Investissements directs dans l immobilier en Suisse Taux d intérêts trop bas? Pertes de capital dues à des produits financiers trop compliqués et pas compréhensibles? Pas de diversification? De trop grands risques dans le portefeuille? Crainte d une future

Plus en détail

«Les aides financières à la création et au développement d entreprises»

«Les aides financières à la création et au développement d entreprises» «Les aides financières à la création et au développement d entreprises» par Dominique DETHY Responsable PME-Service Union des Classes Moyennes 1 Les aides financières à la préparation du projet Les aides

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Visez un rendement potentiellement intéressant

Visez un rendement potentiellement intéressant Société Générale Acceptance Interest Linked Bond Callable 09 II À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Société Générale Acceptance Interest Linked Bond Callable 09 II est un instrument de dette structuré. Le produit

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

SECTION 1 : Connaissances et expérience

SECTION 1 : Connaissances et expérience SECTION 1 : Connaissances et expérience Question 1 : Vos connaissances en matière d investissements sont o plutôt faibles 0,0 o moyennes 5,0 o très bonnes 10,0 Question 2 : ACTIONS : Connaissez-vous ce

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

Crédit et risque. Profil de risque de l entreprise. 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? 2. Comment un crédit est-il conclu?

Crédit et risque. Profil de risque de l entreprise. 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? 2. Comment un crédit est-il conclu? Crédit et risque Profil de risque de l entreprise 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? Petit Robert : confiance qu inspire quelqu un ou quelque chose, opération par laquelle une personne met

Plus en détail

Crelan Fund. EconoFuture. EconoNext. Sicav belge. EconoStocks

Crelan Fund. EconoFuture. EconoNext. Sicav belge. EconoStocks Crelan Fund Sicav belge EconoFuture EconoNext EconoStocks Crelan Fund Crelan Fund est une sicav belge à compartiments multiples, qui sont gérés par Econopolis Wealth Management, le gestionnaire de patrimoine

Plus en détail

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID)

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) POUR UNE MEILLEURE PROTECTION DE L INVESTISSEUR SOMMAIRE DES SERVICES FINANCIERS PLUS TRANSPARENTS 3 LES PRINCIPAUX THÈMES VISÉS

Plus en détail

Paiements anticipés échelonnés. Gagnez quatre fois! Plan de paiements anticipés KBC à des fins professionnelles

Paiements anticipés échelonnés. Gagnez quatre fois! Plan de paiements anticipés KBC à des fins professionnelles Paiements anticipés échelonnés. Gagnez quatre fois! Plan de paiements anticipés KBC à des fins professionnelles Et vous? Avez-vous déjà épuisé toutes vos possibilités fiscales? Le fisc incite les indépendants,

Plus en détail

Vous êtes actionnaires? objectif. CAsh. Aux côtés des actionnaires pour la rentabilité financière de vos investissements

Vous êtes actionnaires? objectif. CAsh. Aux côtés des actionnaires pour la rentabilité financière de vos investissements Vous êtes actionnaires? Aux côtés des actionnaires pour la rentabilité financière de vos investissements Vous êtes actionnaires? Vous avez investi dans une entreprise et vous vous posez 4 questions essentielles

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21 Vos ratios en poche Sommaire Introduction 3 Les bases pour comprendre les ratios 4 Les ratios de rentabilité 8 Les ratios de valeur ajoutée 11 Les ratios de liquidité 14 Les ratios de solvabilité 17 Aller

Plus en détail

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE Donnez de l assurance à votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas Cardif assure

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

L affacturage : trois services

L affacturage : trois services L affacturage : trois services Toute entreprise cherche à optimiser ses résultats. Il est clair que l affacturage y contribue efficacement en proposant des réponses aux 3 principaux besoins générés par

Plus en détail

Contexte : le développement du warrantage au Niger et la problématique du refinancement.

Contexte : le développement du warrantage au Niger et la problématique du refinancement. 1 Contexte : le développement du warrantage au Niger et la problématique du refinancement. 1999, première expérience : une technique intéressante mais des IMF sous-liquides Le crédit warranté s est développé

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

KBC-Online for Business

KBC-Online for Business KBC-Online for Business Découvrez KBC-Online for Business. L automatisation ne peut plus être dissociée de la vie quotidienne, ni surtout de la vie économique. KBC prend les devants et met à la disposition

Plus en détail

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international ENTREPRISES cycle d exploitation commerce international CyclÉa CGA Performance CGA Export Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international Les engagements de CGA En cédant

Plus en détail

Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 2, fonds d investissement lié au produit d assurance Smart Invest Portfolio d AG Insurance 1

Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 2, fonds d investissement lié au produit d assurance Smart Invest Portfolio d AG Insurance 1 Smart Invest Bon Deep Value 90 Europe 2, fonds d investissement lié au produit d assurance Smart Invest Portfolio d AG Insurance 1 Exposition à 100% du montant net investi via un dépôt auprès de BNP Paribas

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire sur le profil d investisseur Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire 1. Quand aurez-vous besoin de toucher à ce portefeuille de placement,

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Situation des PME et perspectives de croissance en France

Situation des PME et perspectives de croissance en France Situation des PME et perspectives de croissance en France Résumé : - Les entreprises françaises ont su résister à la crise grâce à la consolidation de leur bilan au cours des années 2000 ; - Le maintien

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Page 2. Une façon simple pour améliorer la trésorerie de l entreprise

Page 2. Une façon simple pour améliorer la trésorerie de l entreprise Page 2 1. Qui je suis? Tout d abord, si vous ne me connaissez pas encore, permettez-moi de me présenter. Après tout qu estce qui me donne l autorité pour vous parler? Quelles preuves avez-vous que je peux

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Gérard Huguenin Petit guide pour s enrichir au quotidien

Gérard Huguenin Petit guide pour s enrichir au quotidien Gérard Huguenin Petit guide pour s enrichir au quotidien Groupe Eyrolles, 2005, 2007 ISBN 10 : 2-7081-3782-4 ISBN 13 : 978-2-7081-3782-0 Table des matières Sommaire....................................................5

Plus en détail

CONSULTANTE EN IMMOBILIER. Micol Singarella

CONSULTANTE EN IMMOBILIER. Micol Singarella CONSULTANTE EN IMMOBILIER Micol Singarella - Avez vous entendu parler de toutes les bonnes affaires sur Berlin mais pas encore de moi? Pas de problème, il est encore temps! Je suis une consultante en agence

Plus en détail

Raymond McManus. Présentation aux investisseurs. Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada

Raymond McManus. Présentation aux investisseurs. Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada Financière Banque Nationale Présentation à la conférence des chefs de la direction des banques canadiennes Présentation aux investisseurs Raymond McManus Président et chef de la direction Banque Laurentienne

Plus en détail

J ai une belle opportunité de développement

J ai une belle opportunité de développement CF 002 Avril 2010 w w w. lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent w w w.franceac tive.org Financeur solidaire pour l emploi J ai une belle opportunité de développement

Plus en détail

Groupe du financement et des investissements

Groupe du financement et des investissements Groupe du financement et des investissements Exposé à l intention des délégués commerciaux Robert Pelletier, représentant en chef, Asie Adam Smith, Associé principal, Solut. de financement à l intern,

Plus en détail