C dc COUR DES COMPTES RAPPORT N 65 JUIN 2013 AUDIT DE GESTION ETAT DE GENEVE GOUVERNANCE GLOBALE DES SYSTEMES D INFORMATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "C dc COUR DES COMPTES RAPPORT N 65 JUIN 2013 AUDIT DE GESTION ETAT DE GENEVE GOUVERNANCE GLOBALE DES SYSTEMES D INFORMATION"

Transcription

1 RAPPORT N 65 JUIN 2013 AUDIT DE GESTION ETAT DE GENEVE GOUVERNANCE GLOBALE DES SYSTEMES D INFORMATION C dc

2 LA La Cour des comptes est chargée du contrôle indépendant et autonome des services et départements de l'administration cantonale, du Pouvoir judiciaire, des institutions cantonales de droit public, des organismes subventionnés ainsi que des institutions communales. La Cour des comptes vérifie d'office et selon son libre choix la légalité des activités et la régularité des recettes et des dépenses décrites dans les comptes, et s'assure du bon emploi des crédits, fonds et valeurs gérés par les entités contrôlées. Elle organise librement son travail et dispose de larges moyens d'investigation. Elle peut notamment requérir la production de documents, procéder à des auditions, à des expertises, se rendre dans les locaux de l'entité contrôlée. Sont soumis au contrôle de la Cour des comptes : les départements, la chancellerie et ses services, l administration du Pouvoir judiciaire, le Service du Grand Conseil, les institutions cantonales de droit public, les autorités communales et les institutions et services qui en dépendent, les institutions privées où l'etat possède une participation financière majoritaire, les organismes bénéficiant de subventions de l'etat ou des communes. Les rapports de la Cour des comptes sont rendus publics : ils consignent ses observations, les conclusions de ses investigations, les enseignements qu'il faut en tirer et les recommandations conséquentes. La Cour des comptes prévoit en outre de signaler dans ses rapports les cas de réticence et les refus de collaborer survenus lors de ses contrôles. La Cour des comptes publie également un rapport annuel comportant la liste des objets traités, celle de ceux qu'elle a écartés, celle des rapports rendus avec leurs conclusions et recommandations et les suites qui y ont été données. Les rapports restés sans effets ni suites sont également signalés. Vous pouvez participer à l'amélioration de la gestion de l'etat en contactant la Cour des comptes. Toute personne, de même que les entités soumises à son contrôle, peuvent communiquer à la Cour des comptes des faits ou des pratiques qui pourraient être utiles à l'accomplissement de ses tâches. Contactez la Cour par téléphone, courrier postal, fax ou courrier électronique. Cour des comptes - 8 rue du XXXI-Décembre - CP Genève 3 tél fax

3 SYNTHESE La gouvernance des systèmes d information (SI) présente des risques élevés notamment en raison des montants financiers en jeu (environ 158 millions en charges de fonctionnement, 52.8 millions en crédit de programme et 17.6 millions en crédits d ouvrage pour l année 2012) ainsi que de l impact des SI sur la mise en œuvre des objectifs stratégiques et du bon fonctionnement de l administration. À la demande du conseiller d État en charge du département de la sécurité (DS), la Cour a procédé à une analyse de la gouvernance globale des systèmes d information de l État de Genève, plus particulièrement de l organisation et de l articulation entre les acteurs majeurs des systèmes d information (direction générale des systèmes d information, unités administratives chargées des systèmes d information, etc.). L audit de la Cour fait ressortir d importantes faiblesses concernant principalement : - la gouvernance globale des SI (composition des organes de gouvernance et positionnement, notamment) ; - la multiplicité des acteurs, l absence de clarté suffisante dans la définition des rôles et responsabilités, l hétérogénéité des activités et méthodologies utilisées, lesquelles augmentent la difficulté d assurer une gouvernance adéquate (planification des SI, décisions technologiques dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie des SI, gestion du portefeuille de projets, etc.) ; - le pilotage de la DGSI et les outils de suivi ; - la gestion des ressources (planification - imputations non justifiées du point de vue des projets/activités - et compétences des collaborateurs internes, gestion des externes sous contrat de location de services - dont le taux est très élevé, entre autres). À noter que ces faiblesses sont toujours d actualité, malgré les recommandations contenues dans le rapport n 21 de juin 2009 de la Cour relatif à la gestion du CTI et les mesures annoncées par la DGSI dans le cadre des suivis annuels de la Cour ; - la mission, les rôles et responsabilités des différents acteurs intervenant dans le domaine de la sécurité informatique et de la gestion des risques. Sur la base de ces constats, la Cour a émis 12 recommandations visant à faire évoluer l organisation de la gouvernance des SI dans son ensemble. Les mesures proposées permettront d agir sur l ensemble des faiblesses constatées, à savoir notamment : - l organisation globale des SI : en instaurant un organe de gouvernance des SI au plus haut niveau, en faisant évoluer ou en supprimant les différents organes existants, en effectuant une analyse des ressources à disposition afin d éliminer les inefficiences potentielles aussi bien au niveau de la DGSI que des unités chargées des SI (dotation en ressources versus besoins réels) ; - la planification et la stratégie des SI : en redéfinissant le processus en vue d établir un plan directeur informatique validé au plus haut niveau (telle une délégation du Conseil d Etat) et les plans d action qui en découlent ; - le pilotage de la DGSI : en améliorant rapidement les outils de suivi financiers et non financiers pour les rendre plus fiables ; en analysant les compétences de certains collaborateurs et cadres ainsi que la pertinence du recours à des ressources sous contrat de location de services, puis en prenant toutes les mesures nécessaires ; - la sécurité et la gestion des risques : en redéfinissant la mission, les rôles et responsabilités des différents acteurs. TABLEAU DE SUIVI DES RECOMMANDATIONS Dans le cadre de ses missions légales, la Cour des comptes doit effectuer un suivi des recommandations émises aux entités auditées, en distinguant celles ayant été mises en œuvre et celles restées sans effet. A cette fin, elle a invité l audité à remplir le "tableau de suivi des recommandations et actions" qui figure au chapitre 6, et qui synthétise les améliorations à apporter et indique leur niveau de risque, le responsable de leur mise en place ainsi que leur délai de réalisation. La Cour souligne la collaboration particulièrement constructive de l audité, de même que son adhésion aux 12 recommandations. Audit de gestion Gouvernance globale des systèmes d information 3 / 46

4 TABLE DES MATIERES Liste des principales abréviations utilisées CADRE ET CONTEXTE DE L AUDIT MODALITÉS ET DÉROULEMENT DE L AUDIT CONTEXTE GÉNÉRAL Gouvernance des systèmes d information (SI) Principales bases légales Principaux acteurs et chiffres clés Délégation du Conseil d État à internet Collège des secrétaires généraux Collège spécialisé des systèmes d'information (CSSI) Comité sécurité des SI (ComSec-SI) Commission de gestion du portefeuille des projets (CGPP) Direction générale des systèmes d'information (DGSI) Unités administratives chargées des SI ANALYSE Organisation globale des systèmes d information Contexte Constats Risques découlant des constats Observations de l audité Planification et stratégie des systèmes d information Contexte Constats Risques découlant des constats Observations de l audité Pilotage et outils de suivi Contexte Constats Risques découlant des constats Observations de l audité Sécurité et gestion des risques Contexte Constats Risques découlant des constats Observations de l audité RECOMMANDATIONS CONCLUSIVES TABLEAU DE SUIVI DES RECOMMANDATIONS ET ACTIONS DIVERS Glossaire des risques Remerciements Audit de gestion Gouvernance globale des systèmes d information 4 / 46

5 Liste des principales abréviations utilisées AeL AFAI CESI CFI CGPP CHA CIGREF Club Urba-EA ComSec-SI CRA CSSI CTI DARES DF DGSI DIME DIP DS DSE DU ETP IFACI Administration en ligne Association Française de l Audit et du Conseil Informatiques Centre d expertise des SI Comptabilité financière intégrée Commission de gestion du portefeuille des projets Chancellerie Association regroupant des grandes entreprises et organismes français dans tous les secteurs d activité (banque, assurance, énergie, distribution, industrie, services ) et ayant pour mission de «promouvoir la culture numérique comme source d innovation et de performance» Association française inter-entreprises ayant pour objectif de favoriser les partages d'expériences et les échanges entre praticiens de l'urbanisme des systèmes d information et de l architecture d entreprise ainsi que de promouvoir la reconnaissance et l organisation de ces fonctions Comité sécurité des systèmes d information Compte rendu d activités Comité sécurité des systèmes d information Centre des technologies de l information (ancienne appellation de la direction générale des systèmes d information) Département des affaires régionales, de l économie et de la santé Département des finances Direction générale des systèmes d information Département de l intérieur, de la mobilité et de l environnement Département de l instruction publique, de la culture et du sport Département de la sécurité Département de la solidarité et de l emploi Département de l urbanisme Equivalents temps plein Institut français de l audit et du contrôle internes _ Audit de gestion Gouvernance globale des systèmes d information 5 / 46

6 ISACA LSE OT PJ PPFVA RAD RCE RCPA RCTI ROGSI ROI RSGC RSSI SCI SI SITG Association internationale de professionnels des domaines de la gouvernance, de la sécurité, de la gestion des risques et de l audit des systèmes d information Loi fédérale sur le service de l emploi et la location de services (LSE, RS ) Observatoire technologique Pouvoir judiciaire Petit projet à forte valeur ajoutée Rapid Application Development Règlement pour l organisation du Conseil d Etat de la République et canton de Genève (RCE, B ) Règlement concernant la protection des applications et des systèmes informatiques dans l administration cantonale (RCPA, B ) Règlement du centre des technologies de l information (RCTI, B ) Règlement sur l'organisation de la gestion des systèmes d'information (ROGSI, B ) Retour sur investissement Règlement sur les secrétaires généraux de départements et le collège des secrétaires généraux (RSGC, B ) Responsable de la sécurité des SI Système de contrôle interne Systèmes d information Système d information du territoire à Genève Audit de gestion Gouvernance globale des systèmes d information 6 / 46

7 1. CADRE ET CONTEXTE DE L AUDIT Par une communication datée du 26 novembre 2012, le conseiller d État en charge du département de la sécurité (DS) a saisi la Cour des comptes d une demande d effectuer «un audit de gouvernance des systèmes d information et de communication à l échelle globale de l État de Genève». Du point de vue de l analyse des risques par la Cour des comptes, la gouvernance des systèmes d information (SI) présente des risques élevés notamment en raison des montants financiers en jeu (environ 158 millions en charges de fonctionnement, 52.8 millions en crédit de programme et 17.6 millions en crédits d ouvrage pour l année 2012) ainsi que de l impact des SI sur la mise en œuvre des objectifs stratégiques et du bon fonctionnement de l administration (risque opérationnel). Dès lors qu'il appartient à la Cour de s'assurer notamment de la légalité des activités et des opérations, de la régularité des comptes, ainsi que du bon emploi des crédits, fonds et valeurs mis à disposition d'entités publiques et d entités privées subventionnées, la Cour est compétente (art. 1 al. 2 LICC). Par lettre du 14 février 2013 adressée au conseiller d État en charge du DS, la Cour est entrée en matière sur la demande qui lui était faite. Cet audit a pour objectif principal d analyser un aspect essentiel de la gouvernance globale des systèmes d information de l État de Genève, à savoir l organisation et l articulation entre les acteurs majeurs des systèmes d information (direction générale des systèmes d information, unités administratives chargées des systèmes d information, etc.). En conséquence et afin de garder une dimension raisonnable à l audit, la Cour a notamment décidé de ne pas inclure dans son analyse les points suivants : - Une évaluation des processus du CobIT telles la gestion des ressources humaines, la gestion de la sécurité, l évaluation et la gestion des risques ou encore la gestion de la qualité ; - L analyse des processus et opérations de la DGSI et des unités chargées des systèmes d information dans les départements ; - L analyse des choix technologiques et des solutions informatiques ; - L analyse des projets informatiques ; - L analyse des flux financiers. Ces thèmes pourront faire l objet d audits ultérieurs de la Cour. Souhaitant être la plus efficace possible dans ses travaux, la Cour examine lors de ses investigations l ensemble des rapports d audits préalables effectués par des tiers, tant internes qu externes (rapports de l Inspection Cantonale des Finances, rapports de la Commission de Contrôle de Gestion du Grand Conseil, rapports de la Commission d Évaluation des Politiques Publiques, etc.), de même que les plans de mesures P1 / P2 / P+ du Conseil d État, portant sur les mêmes thématiques que le présent rapport. En outre, conformément à son souhait de contribuer à une coordination efficace des activités des différentes instances de contrôle actuellement à l œuvre à l État de Genève, la Cour a examiné la planification semestrielle des contrôles de l Inspection cantonale des finances (ICF) et l a informée de sa mission. Audit de gestion Gouvernance globale des systèmes d information 7 / 46

8 2. MODALITÉS ET DÉROULEMENT DE L AUDIT La Cour a conduit cet audit entre les mois de février et juin 2013 sur la base des documents remis par les principaux acteurs concernés ainsi qu en menant des entretiens ciblés notamment avec : - La chancelière d État ; - Les secrétaires généraux des départements de l instruction publique, de la culture et du sport (DIP), de l intérieur, de la mobilité et de l environnement (DIME), de la sécurité (DS) et de la solidarité et de l emploi (DSE) ; - Les responsables des unités administratives chargées des systèmes d information : o De la chancellerie ; o Des départements de l administration cantonale ; o Du Pouvoir judiciaire ; - Le président de la commission de gestion du portefeuille des projets (CGPP) ; - Le directeur général et le directeur général adjoint de la direction générale des systèmes d information (DGSI) ; - Les directeurs des 4 directions opérationnelles de la DGSI ; - Le directeur de la sécurité et des événements spéciaux de la DGSI ; - Le directeur de la direction administrative et de gestion de la DGSI. Comme prévu par sa base légale, il est à relever que la Cour privilégie avec ses interlocuteurs une démarche constructive et participative visant à la recherche de solutions améliorant le fonctionnement de l administration publique. De ce fait, la Cour a proposé aux intervenants rencontrés différentes possibilités d amélioration de leur gestion, dont la faisabilité a pu être évaluée et la mise en œuvre appréciée sous l angle du principe de proportionnalité. La Cour a conduit son audit conformément aux normes internationales d audit et aux codes de déontologie de l International Federation of Accountants (IFAC) et de l Organisation Internationale des Institutions Supérieures de Contrôle des Finances Publiques (INTOSAI), dans la mesure où ils sont applicables aux missions légales de la Cour. En pratique, la méthodologie de la Cour des comptes est la suivante : 1 ère phase : Planification Cette phase consiste à définir et à mobiliser les ressources et les compétences les mieux adaptées à la mission, que ce soit auprès des collaborateurs de la Cour des comptes ou auprès de tiers, et à déterminer les outils méthodologiques à utiliser. 2 ème phase : Préparation de l audit Cette phase consiste à identifier auprès de l entité auditée quels sont ses bases légales et ses intervenants-clés, à comprendre son organisation et son fonctionnement, à collecter des données chiffrées et à procéder à l analyse des risques qui lui sont propres. À ce stade, un plan de mission est rédigé avec notamment les objectifs de la mission, les moyens à disposition, les travaux dévolus à chaque intervenant de la Cour et les délais impartis dans le déroulement de la mission. 3 ème phase : Récolte d informations Cette phase consiste à déterminer les sources de l information pertinente, à savoir quelles sont les personnes-clés à contacter et quelles sont les informations Audit de gestion Gouvernance globale des systèmes d information 8 / 46

9 qui sont nécessaires à l atteinte des objectifs. Ensuite, les collaborateurs de la Cour et/ou les tiers mandatés procèdent à des entretiens et collectent les informations requises. 4 ème phase : Vérification et analyse de l information Cette phase consiste d une part à s assurer que les informations récoltées sont fiables, pertinentes, complètes et à jour et d autre part à les analyser et à les restituer sous la forme de documents de travail. 5 ème phase : Proposition de recommandations Cette phase consiste à établir les constatations significatives, à déterminer les risques qui en découlent et enfin à proposer des recommandations afin de rétablir la légalité des opérations, la régularité des comptes ou d améliorer la structure ou le fonctionnement de l organisation. 6 ème phase : Rédaction du rapport Cette phase consiste à rédiger le rapport conformément aux documents de travail et à la structure adoptée par la Cour des comptes. 7 ème phase : Validation du rapport Cette phase consiste à discuter le contenu du rapport avec l entité auditée, avec pour objectif de passer en revue les éventuelles divergences de fond et de forme et de s accorder sur les priorités et délais des recommandations. La Cour qualifie les constats de ses audits en fonction d une typologie des risques Ainsi, chaque thème développé dans ce rapport fait l objet d une mise en contexte, de constats, de risques découlant des constats et de recommandations (numérotées en référence aux constats) soumis aux observations de l audité. Les risques découlant des constats sont décrits et qualifiés en fonction de la typologie des risques encourus, risques définis dans le Glossaire qui figure au chapitre 7. Afin de faciliter le suivi des recommandations, la Cour a placé au chapitre 6 un tableau qui synthétise les améliorations à apporter et pour lequel l entité auditée indique le niveau de risque, le responsable de leur mise en place ainsi que leur délai de réalisation. Audit de gestion Gouvernance globale des systèmes d information 9 / 46

10 3. CONTEXTE GÉNÉRAL 3.1. Gouvernance des systèmes d information (SI) Selon le guide d audit «Gouvernance du Système d Information 1», «la gouvernance par l entreprise ou l organisation de son SI est une démarche de pilotage, concernant l ensemble des responsables et pas seulement la direction des SI (DSI), ayant pour objectifs : - d apporter une contribution maximale à la création de valeur pour l organisation ; - d aligner le système d information sur la stratégie de l organisation ; - d optimiser l utilisation des ressources ; - et de maîtriser les risques en fonction des enjeux de l organisation. [ ] La gouvernance du SI est donc une démarche de management concernant l ensemble des responsables, qui s inscrit dans la gouvernance de l entreprise ou de l organisation et vise à développer la confiance entre les parties prenantes». Afin de faciliter la lecture de l analyse de la Cour (chapitre 4), il sied de décrire succinctement deux éléments techniques importants : Le plan directeur informatique Le plan directeur informatique a pour but d identifier, de qualifier et de préparer la mise en œuvre de la stratégie qui devra être suivie dans les années à venir afin de développer un système d information de manière cohérente et efficiente (planification stratégique). Sa conception passe généralement par les six étapes clés suivantes 2 : - Planification du projet : vise à s assurer que les aspects stratégiques (missions, objectifs) sont connus de tous. Ces éléments servent de base à l établissement du plan directeur. C est ici que les priorités, les contraintes, les facteurs clés de succès sont identifiés et communiqués. - Analyse (situation actuelle et besoins) : la situation actuelle de l existant (cartographie des SI) ainsi que les besoins actuels et à moyen terme sont identifiés. - Orientations générales et possibilités d action : c est à cette étape que débute l intégration des informations permettant de définir l orientation informationnelle pour l État qui doit être en cohérence avec les objectifs stratégiques. - Scénarios possibles : les options sont examinées et les choix sont orientés selon les objectifs des départements, les priorités, les ressources (humaines et financières) disponibles. Cette étape permet de produire des analyses comparatives entre les scénarios et de comparer les coûts/bénéfices attendus. - Choix de l orientation : c est à cette étape que le choix est effectué et qu il est ensuite détaillé dans une planification (priorités, calendrier, engagements, ressources). - Mise en œuvre du plan directeur : mise en place des moyens de pilotage permettant de s assurer que les réalisations correspondent au plan directeur et de prendre des mesures correctives si nécessaire. 1 Guide publié en juin 2011 par le Cigref, l IFACI et l AFAI. 2 Source : Développement économique, innovation et exportation, Québec. Audit de gestion Gouvernance globale des systèmes d information 10 / 46

11 Les cartographies des SI Une cartographie des SI est un outil d aide à la décision qui vise à donner une image de la situation actuelle et future des SI. Cet outil permet d en connaître toutes les facettes (métier, fonctionnel, applicatif et technique) dans le but : - D avoir une vision commune et partagée des SI de l'état de Genève ; - D identifier la situation actuelle, future ainsi que les modalités pour y parvenir ; - De mieux maîtriser l intégration des nouveaux projets ; - De mettre en évidence les redondances éventuelles ; - De permettre la mise en place de composants transversaux. Source : Club Urba-EA POS du SI : plan d occupation fonctionnel du SI Audit de gestion Gouvernance globale des systèmes d information 11 / 46

12 3.2. Principales bases légales S agissant des systèmes d information, le Conseil d État a édicté les trois règlements suivants : - Le règlement du centre des technologies de l information du 22 décembre 2004 (B , RCTI) régit le CTI (actuellement DGSI). il définit notamment sa mission, ses compétences, sa structure et son fonctionnement ; - Le règlement sur l'organisation de la gestion des systèmes d'information du 6 avril 2011 (B , ROGSI) «a pour but de définir les rôles et responsabilités des différents services chargés des systèmes d information au sein de l administration cantonale» ; - Le règlement concernant la protection des applications et des systèmes informatiques dans l administration cantonale du 5 avril 2000 (B , RCPA) a pour but de s assurer que les applications et systèmes soient protégés contre les risques qui menacent leur disponibilité, leur intégrité et leur confidentialité Principaux acteurs et chiffres clés Au sein de l État de Genève, sur le plan organisationnel, la gestion des SI s effectue d une part de manière transversale (direction générale des systèmes d information (DGSI) et autres intervenants) et, d autre part, de manière «verticale», au sein d unités administratives départementales chargées des SI : - Pouvoir judiciaire : direction des systèmes d information ; - Chancellerie : service organisation et systèmes d information ; - Département des finances : unité des systèmes d information ; - Département de l instruction publique, de la culture et du sport : direction des systèmes d information ; - Département de la sécurité : systèmes d information, logistique et organisation ; - Département de l urbanisme : direction de l organisation et des systèmes d information ; - Département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement : service des systèmes d information et de géomatique, centre de compétence du SITG ; - Département de la solidarité et de l emploi : service des systèmes d information et organisation ; - Département des affaires régionales de l économie et de la santé : direction des systèmes d information et archives. Audit de gestion Gouvernance globale des systèmes d information 12 / 46

13 En l absence de schéma global disponible au sein de l administration, la Cour a créé un schéma simplifié présentant les principaux intervenants impliqués dans la gestion des SI : D un point de vue financier, la DGSI ainsi que chaque unité administrative chargée des SI disposent de leur propre budget de fonctionnement. Un crédit de programme (investissement) géré par la DGSI est également disponible afin de conserver et maintenir à niveau le socle des technologies de l information 3. Enfin, des demandes de crédits d ouvrage (investissement) sont régulièrement déposées afin de financer de nouveaux projets informatiques : refonte de l outil informatique de l administration fiscale cantonale, refonte de l application «amendes d ordre et contraventions», etc. 3 La DGSI procède aux renouvellements et/ou remplacements nécessaires dus à l obsolescence des infrastructures et aux améliorations liées aux évolutions techniques, qu il s agisse d immobilisations corporelles (PC, imprimantes, serveurs, périphériques, baies de stockage, robots de sauvegarde, câblage réseau, fibre optique, téléphones, fax, switchs, routeurs) ou incorporelles (applications, logiciels). Le crédit inclut également les crédits pour de nouveaux équipements destinés aux départements et aux écoles (essentiellement des PC et des périphériques), ainsi que les nouveaux petits projets applicatifs pour les offices et services, lesquels ne font pas l objet d un projet de loi spécifique. Audit de gestion Gouvernance globale des systèmes d information 13 / 46

14 Délégation du Conseil d État à internet Selon l article 31 al. 1 du règlement pour l organisation du Conseil d État de la République et canton de Genève du 25 août 2005 (RCE, B ), «le Conseil d État peut constituer parmi ses membres des délégations chargées, à titre permanent ou temporaire, de l examen ou du suivi d affaires de grande importance et de lui soumettre des propositions». Selon l extrait du procès-verbal de la séance du Conseil d État du 17 avril 2013, le Conseil d État a décidé d instituer une délégation du Conseil d État à internet présidée par le conseiller d État en charge du DS Collège des secrétaires généraux La chancelière d État, le vice-chancelier, ainsi que les secrétaires généraux des départements forment le collège des secrétaires généraux. Selon l article 5 du règlement sur les secrétaires généraux de départements et le collège des secrétaires généraux du 31 mai 1966 (RSGC, B ), le collège «a la responsabilité de coordonner et d harmoniser la gestion des fonctions transversales de l administration cantonale. Il édicte à cette fin les directives nécessaires». Suite à l arrêté du Conseil d État du 13 juin 2007 relatif à l organisation des fonctions transversales qui précise que le collège des secrétaires généraux est chargé de procéder à la mise en place de la nouvelle organisation, le Conseil d État a décidé, selon l extrait du procès-verbal de la séance du Conseil d État du 7 mars 2012, d instaurer les collèges spécialisés permanents suivants : finances, ressources humaines, contrôle interne, systèmes d information, logistique et communication. La mission principale de ces collèges spécialisés permanents est d assurer la coordination transversale dans leur domaine respectif, de proposer des solutions de manière concertée et de mettre en œuvre ce qui est décidé par les autorités compétentes. Selon l extrait du procès-verbal de la séance du Conseil d État du 20 février 2013, le Conseil d État a décidé d instituer et de reconduire les collèges spécialisés permanents suivants : finances, ressources humaines, contrôle interne, systèmes d information, logistique, communication et affaires juridiques Collège spécialisé des systèmes d'information (CSSI) Selon l article 7 du ROGSI, «la coordination transversale des systèmes d'information est assurée par le collège spécialisé des systèmes d information. Celui-ci est subordonné au collège des secrétaires généraux. Le collège a pour mission de coordonner la mise en œuvre opérationnelle dans le domaine des systèmes d information et a notamment pour rôle : a) d assurer la compatibilité et l interopérabilité des systèmes d information; b) de veiller à ce que l administration tire pleinement parti du potentiel des systèmes d information; c) d harmoniser et de partager les projets intéressant plusieurs systèmes d information; d) de veiller à la mise en œuvre de la sécurité des systèmes d'information par les départements; e) de veiller à l'utilisation de standards». Audit de gestion Gouvernance globale des systèmes d information 14 / 46

15 Le CSSI est composé des directeurs des systèmes d information des départements, de la chancellerie, de l archiviste d État et du directeur de l office cantonal de la statistique. Il est présidé par le directeur général des systèmes d information Comité sécurité des SI (ComSec-SI) Selon l article 5 du RCPA, «le comité «sécurité informatique» est chargé notamment de définir la politique générale en matière de sécurité des systèmes et applications informatiques». Le comité sécurité des SI est un sous-comité du CSSI. Il est composé de tous les responsables des systèmes d information départementaux. Il est présidé par le directeur de la sécurité et des événements spéciaux de la DGSI. Le comité sécurité des SI s organise en groupe de travail pour traiter des thèmes particuliers Commission de gestion du portefeuille des projets (CGPP) Selon l arrêté départemental du DCTI du 18 février 2011, les missions de la CGPP 4 sont les suivantes : - «présélectionner les nouveaux projets d investissements en les priorisant sur la base des critères adoptés par le Conseil d État ; - allouer les crédits nécessaires aux petits projets dans le cadre du montant prévu à cette fin dans le budget d investissements (crédit de programme) ; - suivre, dans le cadre de l examen annuel des projets, le respect des engagements pris par le département en matière de ROI 5 des projets ; - évaluer tout projet lié aux technologies de l information prévu dans le cadre d un programme ou présenté hors processus budgétaire ; - une fois l an, passer en revue tous les projets en cours dans la perspective de l envoi de la fiche de suivi demandé par la commission des finances ; - formuler toute proposition permettant d atteindre les objectifs fixés par le Conseil d État en matière d investissements». La composition actuelle de la CGPP est la suivante : - Un secrétaire général adjoint du DS, président de la CGPP ; - Le directeur administratif et support, office des bâtiments, DU ; - Le secrétaire général du Pouvoir judiciaire ; - Le directeur du budget à la direction générale des finances de l État, DF ; - La directrice des finances à la direction du cycle d orientation, DIP. 4 Une analyse complète de la CGPP figure dans le rapport no 13 de la Cour des comptes publié le 30 juin Retour sur investissement. Audit de gestion Gouvernance globale des systèmes d information 15 / 46

16 Direction générale des systèmes d'information (DGSI) La Direction générale des systèmes d'information (DGSI) est rattachée au Département de la sécurité (DS). Son activité fait partie des activités de support et prestations de moyen de l État et plus particulièrement du programme «P05 développement et gestion des systèmes informatiques». Selon le compte de fonctionnement 2012 par politique publique et par programme, ce programme vise à : - «Assurer la gestion, le développement, l évolution et l exploitation des systèmes d information et de communication de l État de Genève dans certains cas 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, notamment pour garantir le fonctionnement des centrales d alarmes et d engagement 117 et 144 ; - En particulier, maintenir les infrastructures de l État dans le domaine des technologies de l information et de la communication dont les 29'400 postes de travail (ordinateurs «personnels») répartis sur 500 sites géographiques, les serveurs informatiques et le réseau de télécommunication, incluant la téléphonie ; - Garantir un niveau de sécurité de l information conforme aux exigences légales et aux besoins de l État». Le programme P05 contient les prestations «environnement informatique et support utilisateurs», «gestion du portefeuille de projets» et «gestion des infrastructures informatiques». La DGSI est dirigée par une direction générale. Quelques entités y sont directement rattachées telles que la direction sécurité et évènements spéciaux, la direction administrative et gestion, le centre d expertise des SI (CESI) et l observatoire technologique (OT) (voir le schéma au point 3.3). Dans sa partie opérationnelle, la DGSI est composée de quatre directions qui sont elles-mêmes structurées en services et secteurs 6 : - Pôle clients : «est chargé du suivi de la relation client, notamment en analysant les besoins des services, et en élaborant avec eux leur stratégie informatique et son évolution» ; - Centre de solutions : «conçoit, délivre et maintient des solutions exploitables en conformité avec les standards de la DGSI» ; - Infrastructures : «est chargée de maintenir et de faire évoluer le réseau informatique, les télécommunications, les infrastructures et la sécurité informatique de l'état, afin de prendre en charge dans les meilleures conditions les solutions mises en place pour les clients» ; - Services : «a pour tâche de mettre à disposition des utilisateurs un environnement de travail informatisé adéquat, et de garantir son bon fonctionnement et son utilisation correcte». 6 Source : Audit de gestion Gouvernance globale des systèmes d information 16 / 46

17 Au 1 er mars 2013, la DGSI comptait 367 équivalents temps plein (ETP) internes, dont 53 auxiliaires et agents spécialisés, ainsi que 194 externes sous contrat de location de services (L.S.E) 7, selon la répartition suivante : Internes Externes (L.S.E) Direction générale Secrétariat de direction Observatoire technologique Centre d'expertise des SI (CESI) Direction administrative et gestion Sécurité et événements spéciaux Direction pôle clients Direction centre de solutions Direction infrastructures Direction services Total D un point de vue financier, les charges de fonctionnement de la DGSI pour l année 2012 se sont élevées à près de 140 millions et les revenus à environ 2 millions selon le détail suivant : CHARGES 132'715' '814'346 (1) 30 Charges de personnel 43'233'410 43'837'117 (2) 31 Dépenses générales 44'809'381 38'838'528 (3) 33 Amortissements, provisions, irrécouvrables 44'664'993 57'127' Imputations internes 7'264 10'810 REVENUS 1'484'543 1'949' Recettes diverses 1'298'563 1'581' Subventions acquises 129' ' Imputations internes 56'813 0 RESULTAT (REVENUS - CHARGES) -131'230' '865'175 (1) Ce montant intègre une diminution d'environ 14 millions liée à l'activation des charges de personnel en investissements (montant déduit des charges de personnel pour être intégré dans les investissements). Hors activation, les charges de personnel de la DGSI s élèvent donc à environ 58 millions ( ). (2) Les charges relatives aux externes sous contrat L.S.E. sont comprises dans cette rubrique. (3) L augmentation de la rubrique entre 2011 et 2012 s explique par des amortissements résultant de bouclements de loi importants en Par ailleurs, les dépenses d investissement relatives aux crédits d ouvrage se sont élevées à 17.6 millions pour l année 2012 et à 19.4 millions pour l année La location de services est une forme de travail temporaire régie par la loi fédérale sur le service de l emploi et la location de services du 6 octobre 1989 (RS , LSE) et son ordonnance du 16 janvier 1991 (RS , OSE). Elle met en jeu trois acteurs : un employeur (l'agence de location de services ou le bailleur de services), un salarié (le travailleur intérimaire) et une société dans laquelle ce salarié est détaché (l'entreprise d'accueil ou l'entreprise locataire de services). Audit de gestion Gouvernance globale des systèmes d information 17 / 46

18 Enfin, comme mentionné précédemment, la DGSI gère un crédit de programme de millions pour les exercices 2011 à 2014 (L 10726) afin de conserver et maintenir à niveau le socle des technologies de l information de l ensemble de l administration cantonale. Le tableau ci-après met en évidence la répartition de ce crédit (en milliers de francs) : Total (7) Budget Réel Budget Réel Budget Budget DF 10'008 10'506 9'900 8'657 8'500 DIP 6'981 5'956 5'800 5'079 5'000 DS 2'100 1'906 2'300 2'189 1'800 CHA 1'646 1'488 1'196 1'308 1'100 DU 2' ' DSE 1' '200 1'270 1'200 DARES '355 DIME PJ '500 1'445 1'200 Centre de solutions DGSI (1) 3'200 3'282 2'000 2'825 1'600 Pôle clients DGSI (2) 1' PPFVA (3) 2' ' '000 Rad (4) 1'200 1'200 1' DIP Pédago 1'300 1'400 1'300 1'282 1'300 1' Infrastructures / Services (5) 28'400 28'882 28'400 26'894 28'400 28'400 Total 63'668 59'211 60'764 52'833 54'300 54' '400 (1) Montants relatifs aux évolutions des outils métiers du centre de solutions ainsi qu à de nouvelles versions d outils de développement. (2) Montants relatifs au développement de produits métiers pour le pôle clients. (3) Un PPFVA est un petit projet à forte valeur ajoutée. Selon sa définition, il doit répondre aux critères suivants : - viser un objectif précis permettant de délivrer de substantielles nouvelles fonctionnalités ou de nouvelles prestations. Concrètement, il s'agit de créer une nouvelle immobilisation ou d'ajouter une valeur à une immobilisation existante ; - porter sur les familles des immobilisations incorporelles existantes, à l'exclusion du matériel. (4) Le centre de solutions et le pôle clients ont mis en place en fin d année 2010 une possibilité d effectuer des projets Rad (Rapid Application Development) qui permet un contact direct entre les demandeurs et le développeur et de trouver des solutions rapides (moins de 4 mois entre le premier contact et la livraison de l application) à des besoins qui étaient auparavant comblés par les départements avec des applications Excel, Access ou Filemaker. (5) Infrastructures et services liés aux systèmes d information de la DGSI, postes de travail, serveurs, câblage réseaux et télécommunications, etc. (6) Montant global non encore ventilé. (7) Réel réel budget budget Depuis 1998, le CTI (devenu depuis lors la DGSI) a connu de nombreux projets de réorganisation. Le dernier projet de réorganisation a été initié en 2013 par le nouveau directeur général de la DGSI. Celui-ci fait suite au projet de mise en place de la nouvelle organisation du CTI démarré en juillet 2008 et finalisé en février Il a pour objectif d améliorer la gouvernance des SI de l État de Genève. Dans ce cadre, la DGSI a entamé une refonte du ROGSI en janvier 2013 qui devrait aboutir d ici à l été Audit de gestion Gouvernance globale des systèmes d information 18 / 46

19 Unités administratives chargées des SI Selon l article 6 du ROGSI, les unités administratives chargées des systèmes d information «assurent le conseil et le support des services de l administration cantonale dans ce domaine». Comme mentionné précédemment, elles regroupent les sept départements de l administration ainsi que la chancellerie et le Pouvoir judiciaire. Toujours selon l article 6 du ROSGI, «elles ont notamment pour tâches : - d élaborer et de mettre en œuvre une stratégie départementale en matière de systèmes d'information ; - d assimiler les différents métiers du département pour pouvoir identifier les systèmes d'information, les flux de données et d'informations et rechercher, avec les offices et services concernés, les moyens à mettre en œuvre pour traiter ces flux ; - de conseiller et d assister la direction du département, les directions générales et les services dans l'élaboration et la gestion de leur système d'information ainsi que dans tout projet lié (depuis les phases de conception jusqu à la mise en œuvre) selon la méthodologie standard. Dans ce cadre, elles élaborent des tableaux de bord, des suivis de projets et des outils de communication ; - de coordonner, sur le plan organisationnel, le développement des systèmes d'information du département en veillant à leur intégration harmonieuse dans les systèmes d'information transversaux et inter-institutions et d'assurer l'accompagnement au changement ; - de gérer et de répartir entre les services du département les moyens alloués aux systèmes d information ; - d assurer le suivi financier des projets liés aux systèmes d information; - d établir et de suivre les niveaux de service au niveau de l organisation et de l utilisation des outils informatiques ; - d assister les directions générales et les services pour la mise en valeur de leur patrimoine informationnel ; - de mettre en œuvre la sécurité des systèmes d'information du département ; - d assurer le pilotage, la gestion et l activité opérationnelle du ou des centres de compétence qui lui sont rattachés». Au total, les unités administratives chargées des SI regroupent ETP et réalisent en majorité des tâches d analyse des besoins et projets et de centre de compétences / helpdesk 8 : Activités des unités (en ETP) CHA DF DIP DS DU DIME DSE DARES PJ Total Management Conseil organisationnel / veille technologique Centre de compétences / Helpdesk (proximité) Analyse des besoins et projets Sécurité Autres (logistique,...) Total Le présent tableau ne comprend pas les ETP du service école média du DIP qui peuvent inclure des activités liées aux SI, comme le helpdesk. 8 Le tableau représente un regroupement simplifié par catégories effectué par la Cour. Audit de gestion Gouvernance globale des systèmes d information 19 / 46

20 Répartition des ETP par département (source : tableau des activités des unités) Répartition des ETP par activité (source : tableau des activités des unités) Audit de gestion Gouvernance globale des systèmes d information 20 / 46

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 Les 12 recommandations de la Cour des comptes ont été approuvées. Actuellement

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

N 78 État de Genève : audit de gestion relatif à la gestion du parc des véhicules (MOVE) rapport publié le 8 mai 2014

N 78 État de Genève : audit de gestion relatif à la gestion du parc des véhicules (MOVE) rapport publié le 8 mai 2014 N 78 État de Genève : audit de gestion relatif à la gestion du parc des véhicules (MOVE) rapport publié le 8 mai 014 Le rapport contient 14 recommandations toutes acceptées par l audité. Au 30 juin 015,

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DE L INRA...

PRESENTATION GENERALE DE L INRA... Marché à procédure adaptée (MAPA) pour l assistance à maîtrise d ouvrage afin d accompagner l Inra dans la phase de lancement de l instrumentation de ses processus sur le périmètre fonctionnel de la gestion

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

sur la gestion de l informatique et des télécommunications dans l administration cantonale

sur la gestion de l informatique et des télécommunications dans l administration cantonale Ordonnance du 3 novembre 2015 Entrée en vigueur : immédiate sur la gestion de l informatique et des télécommunications dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Sur la proposition

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

DIRECTIVE TRANSVERSALE. CONTRÔLE PÉRIODIQUE DE L ACCOMPLISSEMENT DES TÂCHES (ART 22 LIAF) EGE-02-34_v1

DIRECTIVE TRANSVERSALE. CONTRÔLE PÉRIODIQUE DE L ACCOMPLISSEMENT DES TÂCHES (ART 22 LIAF) EGE-02-34_v1 REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Groupe interdépartemental LIAF DIRECTIVE TRANSVERSALE CONTRÔLE PÉRIODIQUE DE L ACCOMPLISSEMENT DES TÂCHES (ART 22 LIAF) Domaine : Subventions (LIAF) Date : 07.03.2011 Entrée

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

UE 5 Management des systèmes d informations. Le programme

UE 5 Management des systèmes d informations. Le programme UE 5 Management des systèmes d informations Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1.

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Charte du Comité Audit et Risque (CAR) du Conseil d administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV)

Charte du Comité Audit et Risque (CAR) du Conseil d administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV) Charte du Comité Audit et Risque (CAR) du Conseil d administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV) 1. CADRE ET PRINCIPES GÉNÉRAUX Le Comité Audit et Risque (CAR) de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV)

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 11476 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 11 juin 2014 Projet de loi de bouclement de la loi 10112 ouvrant un crédit de 5 405 000 F destiné à financer

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE N 61 Ville de Genève Département des finances et du : Audit de légalité et de gestion de la rapport publié le 14 décembre 2012 La Cour a émis 11 recommandations, toutes acceptées spontanément par l audité.

Plus en détail

Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

Le Conseil d Etat du canton de Fribourg .0.5 Ordonnance du mai 005 relative aux sites Internet de l Etat Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu l article 9 let. c de la loi du 6 octobre 00 sur l organisation du Conseil d Etat et de l administration

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

Projet de loi ouvrant un crédit d investissement de 1 400 000 F pour l extension de l infrastructure bureautique de la police

Projet de loi ouvrant un crédit d investissement de 1 400 000 F pour l extension de l infrastructure bureautique de la police Secrétariat du Grand Conseil PL 9334 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 24 août 2004 Messagerie Projet de loi ouvrant un crédit d investissement de 1 400 000 F pour l extension de l infrastructure

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004 Recrute Le/la directeur(trice) adjoint(e) de l établissement I. Les missions et l

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada IGF Québec : Journée thématique sur la gestion des risques Philippe Lajeunesse, Directeur principal Planification

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 9961 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 29 novembre 2006 Messagerie Projet de loi ouvrant un crédit d'investissement de 547 000 F pour la réalisation d

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) 418.01 du 28 novembre 2014 (Etat le 1 er janvier 2015) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

ISO/CEI 27001. Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences

ISO/CEI 27001. Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 27001 Deuxième édition 2013-10-01 Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences Information technology

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg .0.8 Ordonnance du 4 avril 007 relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu les articles 8 à 88 de la loi

Plus en détail

Les rôles respectifs des acteurs et des Instances dans la conduite d un projet informatique

Les rôles respectifs des acteurs et des Instances dans la conduite d un projet informatique Les rôles respectifs des acteurs et des Instances dans la conduite d un projet informatique Conduite de projet dossier Le souci de maîtriser des projets informatiques a donné lieu à de multiples tentatives

Plus en détail

Nom: DOS SANTOS. Date: 23/08/2014 IDENTIFICATION DU POSTE. Localisation géographique: 26 Rue Desaix, 75015 Paris

Nom: DOS SANTOS. Date: 23/08/2014 IDENTIFICATION DU POSTE. Localisation géographique: 26 Rue Desaix, 75015 Paris FICHE DE DESCRIPTION DE POSTE DIRECTION DE L INFORMATION LEGALE ET ADMINISTRATIVE TITULAIRE DU POSTE Nom: Prénom: Visa: RESPONSABLE HIERARCHIQUE DIRECT Nom: DOS SANTOS Prénom: Joseph Visa: Date: 23/08/2014

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Société anonyme au capital de 2 860 004,76 euros Siège social : Zone Artisanale MARCILLE LA VILLE (53440) 316 514 553 RCS LAVAL

Société anonyme au capital de 2 860 004,76 euros Siège social : Zone Artisanale MARCILLE LA VILLE (53440) 316 514 553 RCS LAVAL Société anonyme au capital de 2 860 004,76 euros Siège social : Zone Artisanale MARCILLE LA VILLE (53440) 316 514 553 RCS LAVAL RAPPORT DU PRESIDENT SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

La fiabilisation des comptes dans les collectivités territoriales Enjeux, perspectives, mise en oeuvre

La fiabilisation des comptes dans les collectivités territoriales Enjeux, perspectives, mise en oeuvre La fiabilisation des comptes dans les collectivités territoriales Enjeux, perspectives, mise en oeuvre 23 janvier 2014 Marie-Pierre Calmel, Secrétaire générale Sommaire Présentation générale du Conseil

Plus en détail

ouvrant un crédit d'investissement de 409 000 F pour la réalisation d'une application de gestion des emplois de solidarité

ouvrant un crédit d'investissement de 409 000 F pour la réalisation d'une application de gestion des emplois de solidarité Secrétariat du Grand Conseil PL 10539 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 2 septembre 2009 Projet de loi ouvrant un crédit d'investissement de 409 000 F pour la réalisation d'une application

Plus en détail

Statuts egov Innovation Center

Statuts egov Innovation Center Statuts egov Innovation Center (version 10.10.2013) Préambule L association «egov Innovation Center» est une association à but non lucratif s inscrivant dans une dimension d intérêt public. L association

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL

PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL N 35/6.13 DEMANDE D'UN CREDIT DE CHF 35'000.00 POUR LA MISE EN PLACE DU LOGICIEL DE RESER- VATION DE SALLES, DE CHF 34'000.00 POUR LA MISE EN PLACE DU LOGICIEL

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE. «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application»

MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE. «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application» MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application» SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 4 1.1. Généralités... 4 1.2. Domaine d application...

Plus en détail

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 INSTRUCTION n 2015-25 du 6 mars 2015 Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 Emetteurs : Direction des Ressources humaines et des Relations sociales - Direction du Développement RH Correspondants

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Séminaire international Dresde 23.10.2015

Séminaire international Dresde 23.10.2015 Séminaire international Dresde 23.10.2015 Procédures et expériences d audit dans le domaine de la culture pour des formes juridiques différentes Fanny Bourgeois Expert réviseur agréé Didier Cheseaux Expert

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

Recommandations pour la collecte et le traitement de données

Recommandations pour la collecte et le traitement de données Recommandations pour la collecte et le traitement de données Sommaire Contexte, objectif et démarche 1 1 Identification du besoin 2 2 Conception et définition du processus de la collecte de données 3 3

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014. L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes :

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014. L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes : RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014 I PRESENTATION DU CABINET 1.1. - Description des entités CAC L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes : - La Société FIDECOMPTA

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

TdB Informatique de l'acv: dictionnaire des indicateurs

TdB Informatique de l'acv: dictionnaire des indicateurs TdB Informatique de l'acv: dictionnaire des indicateurs Informations générales sur le document Type de document Stratégie Standard Document de référence Exigence d application Obligatoire Recommandé Domaine

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

Manuel Qualité. Toutes les activités de l ICEDD sont dans le domaine d application du référentiel ISO 9001 :2000.

Manuel Qualité. Toutes les activités de l ICEDD sont dans le domaine d application du référentiel ISO 9001 :2000. Manuel 1 Objectif Décrire brièvement l organisation du système mis en place à l ICEDD afin de démontrer le respect des exigences de la norme ISO 9001 : 2000. Accessoirement, cela peut faciliter la recherche

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE

CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE 1. Présentation de l Anses L'Anses, Agence nationale de sécurité

Plus en détail

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE)

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) du Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 7, al. 3, deuxième phrase, 8, al. 4, 10,

Plus en détail

Rapport annuel de transparence

Rapport annuel de transparence Rapport annuel de transparence Exercice clos le : 31 décembre 2010 Fiduciaire Audit Conseil Chapitre : 1. Présentation du Cabinet SOMMAIRE 1. Présentation du Cabinet... 3 1.1. Le cabinet en France... 3

Plus en détail

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017 Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Article 1er Objet : 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE N 32 (Etat de Genève) : audit de gestion, relatif à l utilisation de l application de conduite opérationnelle du personnel de police (COPP) au sein de la police judiciaire rapport publié le 30 août 2010

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Fédération Française de Canoë-Kayak 87 quai de la Marne 94340 Joinville le Pont Cedex REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Sommaire Article I. Objet...3

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 11180 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 22 mai 2013 Projet de loi de bouclement de la loi 10188 ouvrant un crédit d'investissement de 25 602 000 F, destiné

Plus en détail

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international Commission paritaire nationale de l'emploi de la métallurgie Qualification : MQ 90 12 38 0079 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 6 juin 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D'IDENTITÉ

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %)

CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %) La Municipalité de Montreux met au concours un poste de : Tâches principales : CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %) Conseiller et aider la Municipalité, les services, les supérieurs hiérarchiques et les

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Chargé(e) de prestations comptables

Chargé(e) de prestations comptables Code fiche BUD001 Chargé(e) de prestations comptables Définition synthétique de l emploi-type Assure la gestion opérationnelle des actes d exécution de la dépense, des recettes non fiscales et de gestion

Plus en détail

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Altaïr Conseil 33, rue Vivienne 75 002 Paris - Tél. : 01 47 33 03 12 - Mail : contact@altairconseil.fr Constats Des projets de plus en plus nombreux

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS Direction de l audit interne www.cnrs.fr NE DAI 0 0 00 CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS INTRODUCTION La présente charte définit la mission, le rôle et les responsabilités de la Direction de l audit interne

Plus en détail

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME 31.03.2010 Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME Jean NICOLET 31.03.2010 Membre de la Commission

Plus en détail

RÈGLEMENT 172.62.1 relatif à l informatique cantonale (RIC)

RÈGLEMENT 172.62.1 relatif à l informatique cantonale (RIC) Adopté le 21.01.2009, entrée en vigueur le 01.01.2009 - Etat au 01.06.2010 (en vigueur) RÈGLEMENT 172.62.1 relatif à l informatique cantonale (RIC) du 21 janvier 2009 LE CONSEIL D ÉTAT DU CANTON DE VAUD

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail