LA LETTRE D INFORMATION DE LA PRESSE MAGAZINE - NUMÉRO 9. P2 NEWS : Les podiums du mois. Comment les annonceurs utilisent la presse SOMMAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA LETTRE D INFORMATION DE LA PRESSE MAGAZINE - NUMÉRO 9. P2 NEWS : Les podiums du mois. Comment les annonceurs utilisent la presse SOMMAIRE"

Transcription

1 Document2 23/06/05 14:27 Page 1 MAGAZ INES LA LETTRE D INFORMATION DE LA PRESSE MAGAZINE - NUMÉRO 9 juillet 2005 ÉDITORIAL Le média multifacettes, multifonctions Catherine Chanson Directrice commerciale de la publicité de Prisma Presse Selon une étude récente, la presse magazine serait devenue un média complémentaire. Est-ce justifié? Réjouissons-nous d abord que le marché adopte l idée qu un dispositif plurimédia est, à budget constant, plus efficace qu un plan monomédia. Certes, toutes les études le démontrent, mais si cela devait se traduire intégralement dans les choix médias, l ensemble de la profession y gagnerait en performance! Pour autant, la presse magazine est un grand média à part entière ; un média qui sait être puissant. Ainsi, la presse télévision dont la part de marché est passée de 14 à 20 % entre 2000 et 2004 séduit, dans de plus en plus de secteurs, des annonceurs conquis par des supports dont les audiences sont sans équivalent dans les autres médias. Que les marques fidèles à ces magazines soient à même d en mesurer immédiatement l efficacité, confirme la réalité de la toute puissance de notre média. De même, la formidable diversité de la presse féminine ou de tous les magazines à centre d intérêt montre que la presse magazine est un média riche, vivant, qui influence, accompagne et sécurise le lecteur dans ses choix de consommation. Cette puissance est également décuplée par ce qui constitue la principale force de la presse magazine : la relation unique qu elle entretient avec ses lecteurs. En compagnie des meilleurs spécialistes, [le lecteur] est respecté, incité, excité, éveillé, avec le sentiment pas si fréquent qu il en a à la fois pour son argent et pour son temps ; et surtout chacun peut y trouver son plaisir singulier. Ce texte extrait d une critique de film est un bon résumé de ce qui fait de chaque magazine, pour chaque annonce, un support incomparable pour la faire apprécier et comprendre. 86 % voir page 2 SOMMAIRE Illustration : Laurent Blachier P2 NEWS : Les podiums du mois. Comment les annonceurs utilisent la presse magazine. P3 BEST PRACTICES Lancements : pourquoi Black & Decker et Bondex investissent les magazines. P4/5 EFFICACITÉ Le cas de Mitsubishi Motors France ou comment faire augmenter les ventes en augmentant la notoriété. P6/7/8 DOSSIER Audience (2 e volet) : l évolution de l étude AEPM d ici à cinq ans. Le panorama des études d audience en Europe et dans le monde. DOSSIER L audience du futur 9 L évolution de l étude d audience à cinq ans est l un des grands chantiers de l APPM. Son lancement est effectif avec la création d Audipresse. Xavier Dordor, directeur général de l APPM, explique ce qui va changer et pourquoi. Déjà reconnue comme l une si ce n est LA meilleure étude d audience de la presse dans le monde, l AEPM veut encore progresser sur la précision de ce qu elle mesure, sur le périmètre des titres étudiés et sur la communication de ses résultats avec les autres études : EuroPQN tout d abord, puis hors presse. Objectif : être une étude de référence toujours plus pertinente et performante, car un grand média doit s appuyer sur une grande étude, et vice versa. (dossier 2 e partie p. 6) 1

2 Document2 23/06/05 14:29 Page 3 NEWS LETTRE D INFORMATION DE LA PRESSE MAGAZINE Podiums Mai : très diversifié Annonceurs : les leaders du mois RENAULT 130 PAGES L ORÉAL 135 PAGES LECLERC 100 PAGES Annonceurs : les performances du mois NISSAN + 67 PAGES PHILIPS + 78 PAGES L ORÉAL + 57 PAGES L Oréal revient en tête de la pagination et en 3 e position des performances du mois. Renault confirme son poids et Nissan sa montée en puissance mais le performeur du mois s appelle Philips avec la campagne multipages et multiproduits. À noter Leclerc 3 e puissance et 4 e en progression (+52 pages). Secteurs : les leaders du mois Mesure Les annonceurs et la presse : qui l utilise et comment? La presse est le média le plus référencé par les annonceurs. TNS Media Intelligence, en liaison avec l UDA, vient de publier une étude sur cinq ans qui témoigne des pratiques des annonceurs. L APPM, pour Magazines, a demandé quelques tris spécifiques pour vous éclairer sur la presse, le média préféré des annonceurs, et corriger ainsi l assertion d un titre de presse professionnelle qui avait irrité avant de faire sourire : la presse est devenue un média de complément. Plus de 82 % des annonceurs ont utilisé la presse nationale en Qui dit mieux? Personne. La presse obtient ainsi la confiance de 8 annonceurs sur 10 avec des chiffres qui laissent loin derrière les médias concurrents. 80,1 % 82,4 % 69,1 % 71,7 % **TX Présence annonceurs 2000 **TX Présence annonceurs 2004 HABILLEMENT 885 PAGES TOILETTE BEAUTÉ 1461 PAGES TRANSPORT 833 PAGES Secteurs : les performances du mois Presse Magazines Radio 8,9 % 10,5 % Télévision Pub.extérieure 24,5 % 21,1 % Cinéma 5,8 % 5,5 % 1,4 % 1,2 % ALIMENTATION + 39 PAGES CORPORATE + 85 PAGES DISTRIBUTION + 39 PAGES Un palmarès des leaders, somme toute assez classique pour la presse mais plus surprenant pour les performances du mois. Familles de titres : les plus fortes progressions PRESSE VOYAGE + 15,6 % PRESSE AUTO + 26 % Source TNS : Média Intelligence PRESSE MASCULINE + 11,7 % La presse auto confirme sa bonne santé C est le nombre 86 % de décideurs en entreprise déclarant que le print tient un rôle-clé dans leur mix marketing. Un chiffre issu de l étude " Quel avenir pour le mediaplanning en Europe? " de MillwardBrown, dans laquelle l institut interroge les décideurs sur leur perception des moyens les plus efficaces pour atteindre leurs objectifs marketing. Cette confiance se renforce puisque la presse est le média qui progresse le plus en 4 ans (2,3%), la presse magazine détenant le record absolu de progression avec + 2,6% devant la radio (+1,6%) quand les autres médias voient leur référencement faiblir Cette confiance des annonceurs se confirme quel que soit le niveau de budget : Si on raisonne comme l UDA en terme de quintile (répartition des annonceurs par tranche de 20 % suivant leur niveau budgétaire), on s aperçoit que plus les annonceurs sont importants, plus ils référencent la presse magazine dans leurs plans médias : Ensemble des annonceurs Q1 Q2 Q3 Q4 Q5 Moyenne (rappel) % d annonceurs actifs en presse 100 % 95,3 % 94,4 % 89,9 % 82,1 % 82,4 % Cette confiance dans la presse s exprime aussi pour tous les annonceurs, quelle que soit leur stratégie média. Car en fait, plus les annonceurs utilisent de médias différents, _ les plus importants ayant les stratégies les plus diversifiées _, plus ils utilisent la presse nationale. Jugez plutôt. Annonceurs actifs sur 5 médias 4 médias 3 médias 2 médias 1 média % d annonceurs actifs en presse 100 % 99,5 % 97,4 % 94,4 % 68,7 % Ainsi près de 7 annonceurs sur 10 utilisent la presse et exclusivement la presse et, quand un deuxième média se fait jour dans un plan média, il s agit de la presse dans plus de 9 cas sur 10. Une des raisons pour laquelle la presse est utilisée aussi massivement est son ticket d entrée extrêmement attractif : le budget moyen investi par annonceur en est une des illustrations les plus évidentes : Presse Radio Télévision Publicité extérieure Cinéma Budget moyen 293 K 1486 K 5577 K 322 K 664 K EXCLUSIF Bien sûr, certains préfèreraient parfois un marché plus concentré et des investissements plus conséquents, client par client, titre à titre. L enjeu est là pour la presse : développer le nombre de GRP par campagne plutôt que de développer le nombre de clients. Retrouvez tous ces chiffres et bien d autres portant sur des analyses sectorielles (distribution, transports, services, toilette, beauté, dont sélectif et habillement) sur le site 2

3 Document2 23/06/05 14:29 Page 4 LETTRE D INFORMATION DE LA PRESSE MAGAZINE La presse mag, nouveau choix média pour Black & Decker Black & Decker opte pour la presse magazine afin de lancer la gamme XT, une nouvelle famille d outils destinée à une cible masculine exigeante et avertie. Annonçant traditionnellement en télévision, Black & Decker a décidé d utiliser exclusivement la presse magazine pour soutenir son nouveau lancement, celui de la gamme XT, (campagne conçue par Idefi création). Explication : cette gamme comprend six outils de haute technologie (1) destinés à une cible masculine exigeante et avertie en matière de bricolage. Notre cible est précise et définie ; il faut donc utiliser, pour notre communication, un média adéquat, commente Aurélie Thizy, responsable marketing Black & Decker. La presse magazine nous permet de choisir notre lectorat ; elle est donc plus adaptée pour ce lancement que la télévision et son large public. Avec la gamme XT, Black & Decker affirme sa volonté de développer son territoire de marque et de renforcer ses positions dans l offre de produits destinée à une cible experte ; un territoire plutôt occupé jusque-là par le concurrent Bosch! Le plan médias, conçu par Universal McCann, repose sur trois grandes familles de magazines : La presse bricolage-décoration tout d abord, pour l affinité et pour faire connaître les produits. Puis des news et des titres scientifiques grand public pour donner du statut et optimiser la couverture dans un temps imparti court avec des médias à fort impact. Enfin, des titres de la presse sportive pour leur puissance sur la cible. Par son ciblage, la presse magazine minimise la déperdition ; elle valorise également la publicité par un contexte haut de gamme, tout en permettant une argumentation suffisante pour expliquer le produit. explique Sébastien Maes, 14 titres, 25 parutions sur un mois Pour toucher 76% de la cible, à trois reprises. Presse Objectif Titres Bricolage, Affinité, faire connaître Système D, Maison Bricolage Décoration les produits & Décoration, Maison & Travaux, Maison Magazine. News, Éco, Impact, Statut Le Nouvel Observateur, Scientifique L Express, Capital, Ça m intéresse, Sciences & Avenir et Sciences & Vie. Sportive Puissance sur la cible L Équipe Magazine,Auto Journal,Action Auto Moto et Automobile Magazine. BEST PRACTICES consultant média chez Universal McCann. En attente, une seconde vague publicitaire est prévue dans le courant du second semestre. (1) Perforateur pneumatique, perceuse sans fil à percussion, visseuse à chocs, scie sauteuse électronique ainsi que ponceuse à bande et excentrique, le tout garanti trois ans. Bondex soutient sa politique d innovation en presse mag Depuis quatre ans, la marque de lasure Bondex communique chaque année dans la presse magazine avec une montée en puissance régulière. Elle en remet une couche à l occasion de son nouveau lancement. La presse magazine est le pivot central de la stratégie de communication de Bondex pour soutenir sa politique d innovation. Après le lancement, en 2004, d une lasure de longue durée garantie 10 ans, la marque du groupe danois Dyrup (dont la campagne est créée par l agence allemande Aimaq Rapp Stolle) investit à nouveau dans les magazines pour lancer, cette année, la première lasure monocouche du marché. Elle y consacre les 2/3 de son plan média ; le 1/3 restant rappelant l existence de Bondex Protection 10 ans, qui a obtenu le 1 er prix Trophée de la Maison 2005 dans sa catégorie. Le plan médias, orchestré en direct par la marque, mixte 22 titres de la presse grand public et 4 titres de presse pro avec un total de 53 insertions (près de 15 millions de contacts utiles). Débutée en mars, la campagne se déroule jusqu en octobre, suivant ainsi la saisonnalité des ventes, souligne Corinne Sorbier, responsable communication et relations presse France & Belgique. La cible? Un couple avec enfants se situant dans la tranche d âge ans et propriétaire de sa maison (1). En conséquence, Nous ciblons les hommes, parce qu en général ce sont eux qui appliquent le produit, mais également les femmes qui sont prescriptrices, poursuit Corinne Sorbier. Proximité avec le lecteur, bonne reprise en main et visibilité. Le plan médias grand public s organise autour de deux grands axes. La presse décoration-art de vivre tout d abord, riche d un lectorat mixte, auquel Bondex dédie le visuel d une famille dans sa piscine (13 titres : Art & Décoration, Journal de la Maison, Marie-Claire Maison, Votre maison - Votre jardin...). La presse bricolage ensuite, plus masculine, dans laquelle Bondex installe une double page (visuel publicitaire + publi-informations) argumentant sur le produit (9 titres dont Système D, Faire Construire, Bricoler côté maison). D une façon générale, Bondex se montre fidèle, depuis quatre ans, dans le choix de ses titres, quitte à ajouter de nouveaux magazines, tels Prima Maison et Femme Actuelle Maison cette année. Le plan presse professionnelle (4 titres) vient soutenir ce dispositif ; les distributeurs étant nos premiers clients rappelle C. Sorbier la publicité paraît, après les avoir rencontrés, pour leur rappeler l existence du produit. Bondex, qui voit ses ventes de lasures progresser depuis depuis ans, attend que la publicité, un des maillons indispensables de la chaîne, contribue favorablement aux ventes et aux référencements. Les titres choisis apportent de la proximité avec le lecteur, une bonne reprise en main et de la visibilité. Cette presse permet de faire passer le message de façon plus étayée qu à la télévision. J attends de la presse magazine qu elle démontre son adéquation avec ma cible. Du reste, certains titres font des études poussées de leur lectorat. C est très appréciable, constate avec satisfaction Corinne Sorbier. (1) Les maisons individuelles représentaient 55% des logements en

4 Document2 23/06/05 14:29 Page 5 EFFICACITÉ LETTRE D INFORMATION DE LA PRESSE MAGAZINE L efficacité prouvée de l utilisation de la presse magazine Le cas de Mitsubishi Le souvenir assisté du modèle atteint 19 % avec toujours un plus fort impact sur le cœur de cible (27% avec au moins un enfant ; 28 % d hommes ). Sur présentation du visuel, la campagne obtient un score de reconnaissance très satisfaisant : 28 %, qui s élève à 38 % auprès des familles et à 34 % des hommes. - Effet sur la notoriété La comparaison entre exposés et non expo- Notoriété globale du 4 x 4 sés montre une progression de 8 points sur la notoriété spontanée de la marque Mitsubishi, qui passe de 21 à 29 %. Pour sa part, le modèle gagne 2,8 points de notoriété spontanée sur les exposés à la campagne, se situant déjà à la neuvième place des 4 x 4 connus. La notoriété globale du modèle (34,4 %), montre que la campagne a eu une efficacité significative permettant de multiplier par 2 la connaissance d (+ 16,6 points sur les exposés versus les non exposés). Le modèle atteint 40 % de notoriété auprès de son cœur de cible masculin, et 36 % auprès des jeunes familles. Objectif du test : Mesurer l impact (souvenir publicitaire, reconnaissance) de la campagne 2004 du modèle de Mitsubishi lancé en 2003 ; évaluer l apport du dispositif presse magazine sur la notoriété de la marque Mitsubishi et plus précisément d, en fonction de l exposition aux titres du plan. Caractéristiques de la campagne : Cibles : hommes, 30-40, AB, jeunes familles. Budget : 602 K bruts en presse magazine. Dispositif : Opération exclusive dans deuxmensuels puissants sur les cadres de la régie Interdeco, avec 4 insertions successives de mars à juin Un fort bruit publicitaire sur les 4 X 4 durant la campagne, avec seulement 6,7 % de PdV pour. Dispositif du test : Interrogation par téléphone de deux échantillons : 200 lecteurs abonnés aux deux titres et 200 non-lecteurs, non exposés à la campagne. Résultats du test Impact de la campagne Les exposés à la campagne citent spontanément la marque Mitsubishi, 2 e marque de 4 X 4 citée spontanément (9 %), et d autant plus les cibles potentielles : 17 % des foyers avec enfant, 15 % des moins de 50 ans, 12 % des hommes et 14 % de ceux qui expriment une intention d achat d automobile. Ils citent aussi spontanément les modèles de Mitsubishi : Pajero (3 e modèle cité avec 1,9 %) ; arrivant en septième position (0,8 %). non exposés exposés 17,8 % 34,4 % Notoriété globale d supérieure sur le coeur de cible 9 Souvenir spontané Mitsubishi au moins 1 enfant hommes 0,8 Souvenir spontané 34,4 % 36,2 % 40,2 % Récapitulatif des indicateurs (%) 19 Souvenir assisté 28,1 Reconnai. 29 Notoriété spontanée Mitsubishi Conclusion générale : Dans cette configuration pure de mesure de l efficacité d une campagne presse magazine, sans autre média utilisé, on a pu mesurer dans des conditions idéales l effet des insertions ; et il est significatif sur la présence à l esprit et la notoriété du modèle et de la marque. Source Interdeco Expert Indiv. 138 vs non exposés Indiv. 280 vs non exposés 2,8 Notoriété spontanée 34,4 Indiv. 193 vs non exposés Notoriété assistée 4

5 Document2 23/06/05 14:29 Page 6 François Cormier Communication Mitsubishi Motors France Magazines : Resituez-nous. François Cormier : a été lancé sur le marché en mai Ce modèle symbolisait le renouveau du style Mitsubishi Motors, avec un nouveau design et une nouvelle calandre. Il faisait également le lien entre les 4 x 4, segment historique de Mitsubishi*, et les berlines, puisque est un SUV (Sport Utility Vehicule), un véhicule de loisir, que l on peut également assimiler aux 4 x 4 urbains. Sa particularité est de n exister qu en version essence, alors que le marché français est très fortement " diesel-isé ". Quels étaient vos objectifs de vente 2003? F. C. : Ils n étaient pas très élevés : 600 véhicules en année de lancement, d où un budget en rapport, en soutien marketing. Comment êtes vous entrés en communication? F. C. : En 2003, nous avons fait un lancement plutôt confidentiel avec un peu de presse sur les CSP+, ce qui a relativement fonctionné, faisant ressortir le manque de notoriété de la marque. Mais il nous a permis de voir que s il était compliqué de lancer un modèle à essence, cela n était pas impossible et qu il y avait un marché pour des véhicules un peu atypiques du fait de leur marque (l achat d un véhicule japonais est moins spontané que celui d une berline française ), de leur motorisation et de leur prix (l étant relativement bien positionné). Parallèlement, nous avons regardé ce qui se passait sur le segment des coupés, cabriolets vendus dans des tranches de prix similaires aux nôtres et nous en avons déduit qu en augmentant la notoriété de la marque _ ne serait-ce que d un 1 % _ nous pourrions atteindre nos objectifs de volume. Pourquoi la presse magazine? F. C. : Compte tenu du budget, nous avons réfléchi sur trois moyens : la presse l Internet ou le marketing direct. Étant donné la puissance des titres retenus, nous pouvions, en presse, être vus par beaucoup de monde tout en parlant plus précisément à notre cible, CSP+. Quels ont été les résultats? F. C. : Nous avons augmenté la notoriété, qui LETTRE D INFORMATION DE LA PRESSE MAGAZINE a dépassé nos espérances, fixées à la fois sur le produit et sur la marque et nous avons atteint nos objectifs de vente en L opération comportait aussi un jeuconcours F. C. : Nous avions mis en place un dispositif packagé sur quatre mois et nous y avions inclus un jeu concours pour maximiser l effet de la page de pub, avoir un relais chez le concessionnaire et créer derrière une base de données. En effet, le jeu comportait trois questions nécessitant soit d aller en concession soit de se rendre sur notre site Internet. Ce jeu a créé beaucoup de trafic, avec cependant une part importante de déchet, une partie du lectorat n avait pas conscience que le véhicule n existait qu en motorisation essence. Certains d entre eux venus en concession dans l optique d un achat essence n ont pas permis aux concessionnaires de transformer cette visite en vente. Nous avons également fait un constat important : les jeux concours de cette envergure entraînent une majorité de réponses opportunistes de personnes qui ne portent pas forcément d intérêt majeur pour la marque ou le produit et qui ne participent que dans l espoir de gagner le véhicule. L objectif de notre stratégie CRM (Customer Relationship Management) étant de fidéliser nos clients et de conquérir de nouveaux prospects en transmettant des contacts qualifiés à notre réseau de concessionnaires, nous avons pris le parti de ne pas réitérer ce genre d opérations et d optimiser le ciblage et la qualification des opérations futures. Que faites-vous en 2005? F. C. : En 2005, nous ne communiquons pas nationalement sur, ayant basculé une partie du budget sur le terrain, afin de permettre aux concessionnaires de faire des offres agressives. Sur la Colt, nous avons arrêté la TV au profit d un mix puissant presse et affichage. Nous faisons d ailleurs beaucoup plus de presse télévision que l an dernier, car cette presse nous permet, grâce à sa puissance, d augmenter le visibilité et de générer du trafic. Nous savons que le mix affichage + presse télé nous offre une très forte réactivité par rapport aux offres que nous pouvons déployer. * Avec le Pajero, le Montero, le L200 Mitsubishi est particulièrement légitime sur le marché des 4 x 4 et a une image très forte, acquise notamment dans les compétitions sportives (Paris-Dakar...) EFFICACITÉ Score d impact 85% pour Herbal Essences La promesse d une expérience sensorielle et un double échantillonnage : les scores aussi sont au 7 e ciel! Herbal Essences C A M P A G N E Selon l étude Infoscore de Marie Claire, la double page Herbal Essences sur les shampooings et après-shampooings du groupe Procter & Gamble a obtenu un impact de 85 %. Cette opération spéciale, parue dans le numéro du mensuel féminin daté septembre 2004, comportait un double collage d'échantillon pour le shampooing et l'après-shampooing. Un très bon score donc à rapprocher de la moyenne de mémorisation des collages d'échantillon en double page quadri ( 81 %) et de la moyenne des DPQ Beauté ( 65 %). Ce score d impact prouve une fois de plus que les femmes reconnaissent comme une attention particulière de la marque et apprécient de pouvoir essayer le produit grâce à la complicité de leur magazine. Cette expérience semble encore plus profitable quand Herbal Essences offre un double échantillon ; pratique pour laquelle la marque s était déjà fait remarquer à l occasion de son lancement. Herbal Essences a commencé à communiquer en France en février 2004 ; Leo Burnett France adaptant les campagnes créées à Londres, explique Nathalie Maisonnave, directrice de clientèle à l agence. Cette annonce s inscrit dans la seconde phase de la campagne qui se décline en bi-média (presse magazine et télévision). Elle est partie d un insight consommateurs montrant que tout le monde pense que tous les shampooings font de beaux cheveux, poursuit-elle. D où la volonté de développer un discours différent axé autour du plaisir, d une expérience sensorielle apportée par des parfums enivrants et des textures sensuelles, tout en continuant à apporter du contenu et de la réassurance sur la beauté du cheveu. T E S T É E Karine Lyautey Account manager chez Mediaedge : cia Pourquoi la presse magazine? Nous avons choisi la presse pour quatre raisons principales : ce média nous apportait à la fois la puissance de mass médias tels que la TV ou l'affichage, mais aussi le ciblage fin, l'affinité, nécessaire à l'optimisation du budget, ce qui nous a permis de limiter la déperdition. De plus ce média nous a permis de mettre en scène l' de façon spectaculaire, ce qui est très important pour un véhicule nouveau, un SUV, encore peu connu du grand public. Enfin, nous avons pu ainsi coordonner cette action avec les opérations below-the-line et en concession en exploitant un code print commun. 5

6 Document2 23/06/05 DOSSIER 14:29 Page 7 L E T T R E D I N F O R M AT I O N D E L A P R E S S E M A G A Z I N E AEPM : l audience du futur lation pour pouvoir ensuite _ mais seulement ensuite _ tirer des zooms sur des cœurs de cibles : cadres, jeunes, urbains Encore faut-il que les études puissent communiquer! X. D. : C est pourquoi nous réfléchissons au périmètre de l étude AEPM pour accueillir un plus grand nombre de titres, nous cherchons des ponts avec les études ciblées (cadres notamment ). Enfin en premier lieu, nous travaillons au rapprochement des données AEPM et EuroPQN, c est à dire entre quotidiens et magazines. Si, à court terme, il n est sans doute pas possible d envisager une fusion des enquêtes, nous allons tout faire pour que ces études puissent déjà communiquer. Globalement, l étude AEPM ne faisait pas l objet de tellement de critiques X. D. : L étude actuelle dans sa méthodologie n est en effet ni critiquable ni critiquée. Elle est, dans le monde des études de mesure d audience de la presse, un des modèles pour tous les instituts et organismes internationaux. Le double CAPI a constitué une avancée pionnière spectaculaire. L architecture du système, son indépendance vis-à-vis des instituts, les systèmes de contrôle bâtis par Jean-Louis Marx sont enviés. Ce dernier revient d ailleurs des États-Unis et confirme que nous sommes au moins aussi performants en France, si ce n est plus : ils en sont encore au papier-crayon. Mais si l AEPM n est Comment? On ne peut prétendre pas contestée en X. D. : Nous avons termes d étude, elle à aucune mesure d efficacité lancé un rapprocheest perfectible sur ce ment des données de si diffusion et audience qu elle mesure, sur le l AEPM et de l Euro ne sont pas périmètre des titres PQN sous l égide du étudiés et sur la comdes maillons forts. CESP, afin que tous munication de ses les utilisateurs puisrésultats avec les autres études, presse et hors sent travailler sur une bande unique et évapresse à une époque où les stratégies sont pluluer des plans mixte PQ + magazines. Cette rimédias voire médias hors médias. bande commune servira au mediaplanning ainsi qu au développement des outils de gestion des plans médias : croisement avec Que répondez-vous à ceux qui disent d autres données de type piges, impact ou que l utilité est plutôt dans les études panels pour constituer des bilans de camciblées ou que l étalon n est pas tant la pagne avec GRP, couverture et répétition mesure d audience que l efficacité? comme cela existe dans les médias électrox. D. : Ce sont deux notions différentes. niques. Les études d audience de référence L efficacité est la résultante d une chaîne de doivent être une charpente pour toutes ces mesures (cf Magazines n 6), elle s évalue au données additives. niveau du contact et de ses effets (marques ou comportements, ). Mais il faut, pour Quel est le timing envisagé? être prédictif, définir au préalable le contact et en mesurer le nombre. On ne peut préx. D. : Il est toujours difficile de s engager, tendre à aucune mesure d efficacité si diffumais allons-y. La première bande commune sion et audience ne sont pas des maillons devrait voir le jour à l été si l avis du CESP se forts. Quant au ciblage, on a besoin d une confirme; les premiers rapprochements des étude d audience forte sur l ensemble popudonnées seront présentés à la rentrée et les 6 Illustration : Laurent Blachier Magazines : Quelle philosophie sous-tend l évolution de l étude AEPM? Xavier Dordor : Pour moi, un grand média s appuie sur une grande étude, et vice versa. La presse notamment magazine est un très grand média et doit s affirmer autour d une étude pertinente, performante et pérenne. Pertinente pour exprimer la réalité du média, performante pour en mesurer la puissance et le ciblage, pérenne parce que l audience est une monnaie d échanges sur laquelle le système médias / hors médias s est construit. On ne change pas la parité d une monnaie tous les quatre matins. C est parce que les éditeurs sont conscients de ces exigences, travaillent en permanence à renforcer l étude d audience de la presse, qu ils investissent fortement en 2005 pour développer de profondes et nombreuses réformes. modifications du terrain AEPM démarreront en janvier 2006, si les test sont probants. Dans ce cas, et dans ce cas seulement, le périmètre des titres pourra s agrandir Ce programme a un coût X. D. : L étude AEPM, financée à 100 % par les éditeurs, coûte près de 3M d euros, le coût du programme de test 2005 est quant à lui de près de Les éditeurs n ont pas hésité à lancer un test aussi lourd que le doublement de la vague AEPM mai juin : interviews pour la PSL (programmation simultanée des logos des titres à l écran, pour accroître le nombre de titres étudiés dans un temps raisonnable d interview). Quid de l étude AEPM à cinq ans? X. D. : En terme de périmètre, elle doit constituer une base de la mesure d audience de l ensemble de l écrit. En terme d indice de lecture, une évolution n est pas inenvisageable, la question futurologique de l évolution de la LDP (1) agitant le monde entier de la presse. D ailleurs cette question de la précision de l indice de mesure de l audience concerne également les autres médias. Pour la TV, l institut mesure la présence pendant plus de 8 secondes consécutives dans la pièce où est allumé le poste. Quid pour un écran de 4 minutes? Quid de la notion de présence? En radio, on raisonne en quart d heure. Tous ces indices sont imprécis ; ce sont toujours des conventions, les plus professionnelles possible.

7 Document2 23/06/05 14:29 Page 8 Aujourd hui, on parle de lecture d un numéro moyen. Où allez-vous? X. D. : Cela concerne plus les quotidiens dont le rythme de lecture ne suit pas toujours le rythme de leur parution, pour les cadres sup. notamment. À l avenir, pour l écrit, on se dirigera vers la lecture d un numéro donné pour cerner au mieux le dénombrement du contact. La LDP ou la LNM seraient alors reconstituées et non plus mesurées directement. On peut aussi penser à l audience non seulement d un numéro mais d une publicité donnée. Cela signifiera que nous pourrons en parallèle parler de la qualité et de la richesse du contact de presse et qualifier ce que nous dénombrons pour bien différencier la presse. Afin d y arriver, nous avons besoin de mettre en place une grande concertation; c est pourquoi nous créons la société Audipresse, véritable société d études au service de la presse. Qu est-ce que la création d Audipresse va changer pour les utilisateurs? X. D. : Les utilisateurs déjà présents au Conseil de surveillance de l AEPM avaient un rôle consultatif, trop passif pour certains. Aujourd hui, dans Audipresse, ils rentrent de plain-pied dans l instance, avec la nomination de trois gérants et ils représentent 1/3 des participants à la Commission Études ; l un ou l autre de ces organismes se réunissant au moins une fois par mois. Cette nouvelle organisation fondée sur la réflexion et le dialogue va permettre aux éditeurs de construire ensemble et avec les utilisateurs l évolution des études d aujourd hui et d inventer les études de demain. Est-ce une ouverture vers les agences? X. D. : Je dirais plutôt une accentuation : la création de la société Audipresse s inscrit au sein de l APPM, dans une grande concertation avec les agences médias, avec lesquelles nous débattons de l EDI, des tarifs, des justificatifs, des bilans de campagne, de la facturation et des règlements En matière de concertation d études, c est également Audipresse qui aura vocation à dialoguer avec les instituts pour améliorer les outils dans le sens demandé par le marché. Précisément? X. D. : Questionnaires, échantillon et sur échantillons, appel d offres sur études ciblées, ponts entre les médias Les chantiers sont ouverts et nous travaillons sur un plan à cinq ans. Aujourd hui les seuls éditeurs présents à l AEPM sont les éditeurs de magazines. Mais ces grands groupes de presse magazine sont déjà éditeurs de quotidiens (Hachette, Bayard, Dassault,Amaury ). Au plus vite, l AEPM est naturellement ouverte à d autres formes de presse dont les quotidiens dans un total œcuménisme. Notre but commun : simplifier l accès au média presse dont les professionnels connaissent l indispensable qualité média, mais dont la diversité des familles et des acteurs était parfois un frein. Pierre Conte (Publiprint) : " Pour revaloriser le média presse, il nous faut être le plus transparent possible " Magazines : Pourquoi vouloir changer l étude d audience de la presse? Pierre Conte : Depuis cinq ans, quelle que soit l évolution de sa diffusion _ baisse, hausse, stabilité _ la presse et notamment la PQN ont perdu des parts de marché, comparativement aux autres médias. Le nouveau management du groupe Figaro estime que les imperfections des études d audience de la presse en sont l une des causes majeures. Car un grand média ne peut être en forme que s il dispose d une étude d audience sur laquelle tout le monde s accorde et que tout le monde défend. Qui rangez-vous derrière ce tout le monde? P. C. : Le minimum syndical, c est que tous les éditeurs défendent leur étude. Ensuite, cela concerne les utilisateurs. Avec la création d Audipresse, c est la première réforme où le CRTM _ c est à dire l UDA et les agences média _ entre dans les organes de tête qui prennent les décisions stratégiques quant à la conception, au contrôle, au suivi de l étude. En dehors d établir des ponts entre l étude de la presse magazine et celle de la PQN, sur quelles pistes faut-il travailler? P. C. : Sur les cibles cadres d entreprises et CSP+ qui sont très compliquées à interroger. Nous avons déjà une bonne appréhension de ces cibles très importantes, par exemple pour la presse d actualité mais tout ce qui permettrait de l améliorer, comme la possibilité d appeler en entreprise ou sur des mobiles, serait très intéressant. Les utilisateurs réclament des résultats plus rapprochés ; les éditeurs sont plus frileux... P. C. Je comprends les craintes immédiates, mais nous ne pouvons pas vendre des produits dont la perception reste imprécise quand, en TV, on a le lendemain matin les résultats d un spot qui a capoté ou quand, en radio, on voit tous les trois mois des delta de 15 %! Si l on veut revaloriser le media presse, il nous faut être le plus transparent possible. La stratégie d arrière-garde, celle de l autruche, que la presse a pratiqué avec beaucoup de talent, n est, à coup sûr, pas la bonne! Quid de l étude des nouveaux titres? P.C. : D expérience, les études ont besoin d un minimum de terrain et de durée pour être significatives. On ne peut pas se pencher sur les nouveaux titres sans régler le problème de la périodicité. Cela demande de faire des échantillons plus gros avec plus d enquêteurs. Mais ce qui prime avant tout, c est la cohérence de l étude car il n est pas question de mettre en danger l essentiel pour un nouveau venu. En l occurrence, ce sont les techniciens qui sont maîtres de la réponse. Louis Gillet (Manchette Publicité) : La transparence permet de vendre au juste prix Magazines : Qu attendez-vous en premier de cette réforme? Louis Gillet : N avoir qu une mesure d audience pour la presse quotidienne nationale (j y inclus Aujourd hui en France) et pour la presse magazine, qui soit fiable, reconnue d utilité publique et défendue par tout le monde. Cela signifie-t-il une étude unique? L. G. Qu il s agisse de pont entre les études AEPM et EuroPQN ou d une seule étude, peu importe, tant que cela mène au même résultat : une bande unique permettant de faire du mediaplanning, de manière à simplifier le travail des acheteurs. Aujourd hui, cela coûte plus cher à une agence média de faire un plan presse. Il faut savoir qu un acheteur presse gère 4 fois moins de CA qu un acheteur télé! Que pensez-vous d Audipresse? L. G. : C est un bon moyen d avoir une étude d audience globale de la presse, qui puisse être sur le print l équivalent de Médiamétrie sur les médias audiovisuels. Comment voudriez-vous voir évoluer la vente d espace en presse? L. G. : Pour que la presse puisse gagner des parts de marché, il faut qu elle se place sur le même plan que les autres médias et vende non plus seulement des pages mais, comme en télévision, des périodes d action avec un certain nombre de GRP garantis sur cible. Des périodes d action durant lesquelles se relaieront des quotidiens, des hebdos, des mensuels avec un coût GRP à peu près équivalent à ce qu il aurait été en télévision, mais un plan plus précis car en affinité et avec moins de déperdition. Vous êtes partisan d une publication plus rapide des chiffres de vente, ce que vous avez mis en place au sein du groupe Amaury. On le sait, ce sujet ne fait pas l unanimité. Quelle conclusion tirez-vous de votre expérience? L.G. : Amener de la transparence dans les chiffres permet de vendre au juste prix. Si les tarifs sont faits en fonction de la réalité des audiences et de la diffusion, ils permettent de moins négocier, donc de ne pas entrer dans la spirale infernale : on augmente les tarifs pour donner plus de négos. Fournir les ventes par jour pour le quotidien ou par semaine pour le magazine s avère donc un bon moyen de tenir le commerce.tout le monde ne peut pas le faire en jour daté, mais peut le faire en jour nommé. Par exemple un quotidien du lundi avec ses petites annonces n est pas le même qu un quotidien du week-end avec un supplément. Il serait logique que les tarifs soient différents. Quid des gratuits? L. G. : Compte tenu de l impact des gratuits auprès des agences médias, je me demande si l on ne devrait pas calculer nos tarifs comme eux sur le tirage. Il n y a pas à avoir de scrupules car, étant donné qu on compare des choses non comparables, la presse payante semble avoir des tarifs élevés. J ai toujours été partisan que l OJD contrôle le tirage et la mise en distribution des journaux gratuits et que ceux-ci soient aussi étudiés dans les études d audience de la presse mais avec les règles existantes et non en essayant d imposer les leurs. 7

8 Document2 23/06/05 14:29 Page 9 DOSSIER LETTRE D INFORMATION DE LA PRESSE MAGAZINE L audience dans 24 pays d Europe À l occasion de la Journée de la Presse Magazine, Olivier Lê Van Truoc, directeur technique et méthodes Ipsos Media, s est attaché à faire ressortir les fondamentaux de la mesure d audience de la presse dans 24 pays d Europe. Face à face Téléphone Auto-administré Face à face & téléphone Face à face & Auto-ad. Dans 22 pays sur 24, les dispositifs d études sont réalisés en continu. Partout, on considère que l audience ne doit pas se faire de manière ponctuelle mais que, pour rendre compte des variations saisonnières, des pics de diffusion, elle doit être mesurée de manière homogène tout au long de l année, commente Olivier Lê Van Truoc. Excepté au Pays-Bas (recueil via Internet sur panel) on mène des études ad hoc avec des échantillons renouvelés d une vague à l autre et importants. Ainsi, l Irlande, le plus petit pays, travaille sur un échantillon de personnes, près de 10 fois plus important que la base des sondages politiques qui ont été publiés récemment à l occasion du référendum sur l Europe! La taille de l échantillon monte jusqu à personnes en Russie ( du fait de son vaste territoire, des enquêtes multi-locales qui y sont menées et des sur-échantillons sur Moscou, Saint Pétersbourg ). Cette exigence commune d un échantillon de grande taille cache toutefois une vraie hétérogénéité, où les grands pays fondateurs de l Europe ne s inscrivent pas dans le peloton de tête (1 enquêté sur 100 habitants au Danemark ; 1 sur en France ou en Italie ). Définition large de la lecture, norme LDP et question filtre La définition de la lecture est large dans tous les pays qu il s agisse de lire, parcourir lire ou feuilleter, lire, parcourir, consulter. On cherche vraiment à rendre compte de l ensemble des actes de lecture du plus furtif au plus intense et ce, quelle que soit la date de parution du numéro et le lieu de lecture, commente Olivier Lê Van Truoc. La LDP, qui est notre indicateur en France est aussi la norme en Europe avec trois exceptions notables : en Suède (habitudes probabilisées), Pologne (nombre de numéros lus) et en Ukraine (lecture du dernier numéro paru ). Enfin, le questionnaire comprend presque systématiquement une question filtre avec des périodes de référence variables, des questions d habitude de lecture et de date de dernière lecture. Dans 22 pays sur 24, il existe une enquête unique pour la presse quotidienne et la presse magazine. Outre la France qui travaille aujourd hui dans Audipresse à créer des passerelles entre ses deux études AEPM et EuroPQN, l exception est l Italie (un seul système d étude avec deux enquêtes distinctes en face à face et des ponts permettant la fusion). On relève également que dans sept pays, soit près d un pays sur trois, l étude d audience de la presse s inscrit dans une relation plurimédias. Par exemple, elle mesure la presse +la radio + la TV + le cinéma en Espagne, Allemagne et Tchéquie. Si partout, le nombre de titres étudié est élevé, il reste assez variable, allant de 80 en Autriche (total PQ + PM) à plus de 700 (en comptant les régionaux) en Russie. Pour la presse magazine seule, ils varient de 17 en Irlande à 265 au Royaume-Uni ; la France avec ses 170 titres se situe dans la bonne moyenne, un peu en dessous de ses grands voisins anglais (265) et allemands (240), mais au-dessus de l Italie (140), de la Belgique (145), des Pays-bas (130), de l Espagne (155). Excepté en Suède ( postal) aux Pays-Bas (net) et pour une partie de l échantillon en Allemagne (questionnaire auto-administré), la mesure est administrée par un enquêteur ; le face à face (au domicile, dans 16 pays) étant la méthodologie la plus fréquemment employée (Cf. graphique), devant le téléphone (6 études). Concernant les durées d interview, malgré des temps variables, les deux études françaises EuroPQN (17 n) et AEPM (40 n) s inscrivent dans la moyenne. La France fait aussi école sur le système du CAPI double écran adopté par le Royaume-Uni et la Belgique et dès cet automne par l Italie. Le CASI (computer assisted self interviewing) se développe également (Pays-Bas et 10 à 15 % de l échantillon en Allemagne). Les logos des titres sont les aides mémorielles les plus employées (16 études avec présentation de logos (dont 10 en individuel et 12 en couleur) ; 3 études présentant les noms des titres et une (UK mixant les deux approches). Et en dehors de l Europe? Jean-Louis Marx, directeur de l AEPM a, pour sa part, brossé le panorama des études d audience en Europe en 2003 mais également dans une dizaine d autres pays dans le monde. Que se passe-t-il en Afrique du Sud, Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, Etats-Unis, Inde, Japon et Mexique? Tour d horizon La population de référence : Comme en Europe, les grands pays développés travaillent généralement sur la totalité de la population, hormis au Japon qui se concentre sur les populations urbaines. Une pratique qui est plutôt celle des pays émergents : Inde, Chine, Corée du Sud, Argentine, Brésil, Mexique. Par ailleurs, si les interviews débutent là encore pour la majorité des pays, sur des populations de ou 15 ans, les enquêtes interrogent à partir de 6 ans au Mexique (jusqu à 65 ans), 10 ans au Brésil, 11 ans en Corée du Sud (jusqu à 59 ans) mais a contrario à partir de 18 ans aux États-Unis. Et comme on le voit, plusieurs pays ont édicté une borne supérieure (64 ans en Argentine, 69 ans au Japon). L échantillon : Les pays qui traquent l'audience des urbains travaillent évidemment sur des tailles d'échantillon plus petites : interviewés en Corée du Sud, en Argentine, au Japon... Mais cela n'explique pas tout puisqu on ne compte que interviews aux États-Unis et au Canada qui travaillent respectivement sur les 18 ans et + et sur les 12 ans et +. L Inde, pour sa part interroge peronnes par an, soit l équivalent de la population de Bordeaux! Cet échantillon est le plus souvent totalement aléatoire ou aléatoire sur adresses (comme aux États-Unis et en Chine pour l étude CNRS-China National Readership Survey). Toutefois, le Brésil joue les exceptions : 50 % sur quotas ; 50 % en random route (une porte sur dix). Le calcul de l audience : Il s établit généralement sur la dernière lecture dans l intervalle de périodicité, sauf dans deux pays où elle est plus restrictive : au Japon (identification des numéros lus) et en Afrique du Sud (première lecture dans l intervalle de périodicité). Quid de l Australie (c'est un calcul auquel je n'ai jamais rien compris : la définition de l'audience change selon la périodicité)? Plus d info sur pressemagazine.com Prochain numéro le 30 août Si vous préférez recevoir la e-lettre d information de la presse magazine, inscrivez-vous sur Magazines, la lettre d information de la presse magazine, est édité par l Association pour la promotion de la presse magazine (APPM), 45, rue de Courcelles, Paris.Tél. : Directeur de la publication : Xavier Dordor. Rédactrice en chef : Françoise Vidal. Réalisation : Stromboli ( ). Magazines est imprimé sur papier Fine 110 g fabriqué par UPM, partenaire de l APPM et des grands groupes de presse magazine. 8

Chapitre 1 : Le plan média (media planning)

Chapitre 1 : Le plan média (media planning) Chapitre 1 : Le plan média (media planning) Introduction Cela consiste à sélectionner les médias et à définir leurs modes d utilisation. Objectif : rechercher l efficacité maximum des médias dans la contrainte

Plus en détail

1 ER MAGAZINE TÉLÉ GRATUIT NATIONAL DISTRIBUÉ DIRECTEMENT DANS VOTRE BOÎTE AUX LETTRES!

1 ER MAGAZINE TÉLÉ GRATUIT NATIONAL DISTRIBUÉ DIRECTEMENT DANS VOTRE BOÎTE AUX LETTRES! 1 ER MAGAZINE TÉLÉ GRATUIT NATIONAL DISTRIBUÉ DIRECTEMENT DANS VOTRE BOÎTE AUX LETTRES! La presse TV représente le plus fort potentiel en terme de puissance media, avec une audience proche de 64 millions

Plus en détail

YouTube. De la stratégie de marque à l achat en magasin

YouTube. De la stratégie de marque à l achat en magasin YouTube De la stratégie de marque à l achat en magasin INTRODUCTION En 203, dans un contexte de ralentissement économique, la technologie, elle, continue d étendre sa présence dans nos vies : selon Médiamétrie

Plus en détail

LES ÉTAPES DE LA STRATÉGIE DE COMMUNICATION

LES ÉTAPES DE LA STRATÉGIE DE COMMUNICATION LES ÉTAPES DE LA STRATÉGIE DE COMMUNICATION SRC1 2012 Les étapes de la stratégie de communication 1. Objectifs de communication 2. Cibles de communication 3. Principes fondamentaux d une stratégie de communication

Plus en détail

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que :

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que : NetObserver Europe TOUT SAVOIR SUR LES INTERNAUTES Communiqué de presse Paris, Mars 2008 Enseignements de la 16 ème vague de l étude NetObserver Europe : Des différences sensibles entre générations d internautes

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

La marque média en action! Citroën C3 & PRISMA MEDIA

La marque média en action! Citroën C3 & PRISMA MEDIA La marque média en action! Citroën C3 & PRISMA MEDIA Katia FOURNIGAULT Direction Marketing et communication CITROEN Régine CATANZANO - Directrice de la publicité Grands Comptes PRISMA MEDIA Contexte Lancement

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Veille Opérationnelle Chapitre 5 Mesure de l efficacité des moyens de communication

Veille Opérationnelle Chapitre 5 Mesure de l efficacité des moyens de communication Annonce presse, spot télé, affichage Évalue ensemble de la campagne I) Définitions Pré-tests : ce sont des études qualitatives portant sur des projets et soumises à un public limité représentatif de la

Plus en détail

UNE DÉMONSTRATION DE L EFFICACITÉ DE LA PUBLICITÉ SUR LES CHAÎNES THÉMATIQUES

UNE DÉMONSTRATION DE L EFFICACITÉ DE LA PUBLICITÉ SUR LES CHAÎNES THÉMATIQUES UNE DÉMONSTRATION DE L EFFICACITÉ DE LA PUBLICITÉ SUR LES CHAÎNES THÉMATIQUES E-MOTE : UN DOUBLE OBJECTIF Mettre en avant la diversité des programmes des chaînes thématiques de manière originale, surprenante

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

pour La formation professionnelle vue par les salariés

pour La formation professionnelle vue par les salariés pour La formation professionnelle vue par les salariés Introduction Quelle est la vision des salariés sur la formation continue : quel est leur bilan sur 2009? Quelles sont leurs priorités pour 2010? Comment

Plus en détail

Pourquoi choisir la solution publicitaire Google AdWords?

Pourquoi choisir la solution publicitaire Google AdWords? Pourquoi choisir la solution publicitaire Google AdWords? À chaque instant, partout dans le monde, professionnels et internautes utilisent des mots-clés sur Google pour se trouver les uns les autres. Et

Plus en détail

www.audipresse.fr N 1 QUOI DE NEUF CHEZ AUDIPRESSE?

www.audipresse.fr N 1 QUOI DE NEUF CHEZ AUDIPRESSE? www.audipresse.fr #L ACTU N 1 QUOI DE NEUF CHEZ AUDIPRESSE? #1 Le MULTI RE@DING se fait un nom! A u cours de la présentation des derniers résultats de l étude ONE au Pavillon Gabriel, le 21 mars dernier,

Plus en détail

Pourquoi ce guide? Ce guide vous éclaircira sur ses différents points et vous permettra de comprendre l intérêt d organiser des jeux-concours.

Pourquoi ce guide? Ce guide vous éclaircira sur ses différents points et vous permettra de comprendre l intérêt d organiser des jeux-concours. Pourquoi ce guide? L équipe de Jouer Gagnant Concept (et jorganiseunjeuconcours.com) a décidé de mettre en place un guide afin de vous aider à en savoir plus sur les jeux-concours. Pour cela, nous avons

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le 23 juillet 2015 «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC La nouvelle campagne de marque HSBC

Plus en détail

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures Sondage Ifop pour la Fédération nationale de la presse spécialisée Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume

Plus en détail

Du Marketing au Plan Média

Du Marketing au Plan Média Du Marketing au Plan Média IUT Michel de Montaigne - Licence Professionnelle Thomas Piette - Yoann Doux Questions + de 15ans avec une voiture : 43 710 000 2 voitures : 18 293 000 ; 3 voitures: 3 701 000

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE SOMMAIRE 1) L étude en quelques mots....p 3 Qui? Quoi? Quand? Comment? Pourquoi? 2) Quid des applications mobiles & des musées..p

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

L influence des contextes éditoriaux et des marques médias sur la perception et la prescription de la publicité B to B

L influence des contextes éditoriaux et des marques médias sur la perception et la prescription de la publicité B to B L influence des contextes éditoriaux et des marques médias sur la perception et la prescription de la publicité B to B OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE 2 Objectifs et méthodologie : les objectifs Objectifs :

Plus en détail

Les 5 points clés d une. Communication professionnelle efficace

Les 5 points clés d une. Communication professionnelle efficace Les 5 points clés d une Communication professionnelle efficace Communiquez comme une multinationale avec le budget d une TPE! www.communication-professionnelle.com wwwwww La communication est un volet

Plus en détail

Les stratégies d investissements cross media des marques

Les stratégies d investissements cross media des marques Les stratégies d investissements cross media des marques Eric Trousset Nicolas Cour 16 avril 2008 Comment la presse magazine s inscrit-elle dans les approches cross media? Presse magazine et internet :

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE Marie-Claire Capobianco, Membre du Comité Exécutif de BNP Paribas et Directeur des Réseaux France Bernard Roy, Directeur de la Stratégie de La Banque Postale Laurent Goutard, Directeur

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Lancement Selligent pour l Audi A3 Sportback - Une histoire d amour CRM

ÉTUDE DE CAS Lancement Selligent pour l Audi A3 Sportback - Une histoire d amour CRM ÉTUDE DE CAS Lancement Selligent pour l Audi A3 Sportback - Une histoire d amour CRM ENTREPRISE Audi SECTEUR D ACTIVITÉ Automobile Le client Audi AG est un constructeur automobile allemand qui dessine,

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Campagne d information sur les viandes de bœuf, veau et porc frais Contrôles campagne. Novembre 2010 Juin 2011

Campagne d information sur les viandes de bœuf, veau et porc frais Contrôles campagne. Novembre 2010 Juin 2011 Campagne d information sur les viandes de bœuf, veau et porc frais Contrôles campagne Novembre 2010 Juin 2011 10/10/2011 Rappel : Le dispositif de contrôle mis en place Le dispositif de contrôle, remporté

Plus en détail

COMMUNICATION. Le cinéma partenaire de vos communications. Kinepolis, bien plus qu'un cinéma. .biz. Informations sur www.kinepolis

COMMUNICATION. Le cinéma partenaire de vos communications. Kinepolis, bien plus qu'un cinéma. .biz. Informations sur www.kinepolis COMMUNICATION Le cinéma partenaire de vos communications Informations sur www.kinepolis Kinepolis, la solution pour vos communications Kinepolis, ce sont des cinémas à fort trafic, leaders incontestés

Plus en détail

Sondage LH2 Sport, en partenariat avec le magazine Sport Stratégies :

Sondage LH2 Sport, en partenariat avec le magazine Sport Stratégies : SPORT Sondage LH2 Sport, en partenariat avec le magazine Sport Stratégies : Frédéric BOCQUET Directeur du département LH2 SPORT 46, rue de l Échiquier 75010 PARIS Tel: 01 55 33 20 36 Fax: 01 55 33 21 00

Plus en détail

Baromètre des Usages Multiécrans. Descriptif et conditions budgétaires

Baromètre des Usages Multiécrans. Descriptif et conditions budgétaires Baromètre des Usages Multiécrans Descriptif et conditions budgétaires Octobre 2014 Contexte A travers ces baromètres semestriels, iligo a l ambition d analyser la perception, les usages mais surtout l

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

MAR A KE K TI T N I G

MAR A KE K TI T N I G MARKETING 4 éléments du marketing I. LE PRODUIT II. LA DISTRIBUTION III. LE PRIX IV. LA COMMUNICATION Fournir un produit / service de façon efficiente au consommateur et communiquer leurs caractéristiques

Plus en détail

Cumul 01/01/2008 à 31/12/2008

Cumul 01/01/2008 à 31/12/2008 Investissements publicitaires 2008 : un peu de soleil dans l eau froide. Le panorama de l année 2008 est maussade, pour tous les médias sauf pour Internet et encore, la fin de l année pour le numérique

Plus en détail

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Introduction La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Un principe simple mais imparable : «Attirez votre cible vers vos offres» La stratégie «pull», ou stratégie d attraction, consiste à

Plus en détail

Baromètre Allopass Le micro-paiement : quelle réalité aujourd hui?

Baromètre Allopass Le micro-paiement : quelle réalité aujourd hui? pour Baromètre Allopass Le micro-paiement : quelle réalité aujourd hui? Eric Giordano, Directeur Général Pôle Paiement Hi-media Yves-Marie Cann, Directeur d Etudes Ifop 22 octobre 2009 Section 1 : La méthodologie

Plus en détail

C O M M U N I Q U E. Contact presse : Stéphane Martin T. +33 (0)1 41 41 4 3 2 1

C O M M U N I Q U E. Contact presse : Stéphane Martin T. +33 (0)1 41 41 4 3 2 1 C O M M U N I Q U E Boulogne-Billancourt, le 29 décembre 2009 Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-après le Communiqué de Presse du SNPTV relatif au bilan de l audience TV et de la publicité TV

Plus en détail

Le Marché Publicitaire au 1 er semestre 2012 : La décroissance revient

Le Marché Publicitaire au 1 er semestre 2012 : La décroissance revient Le Marché Publicitaire au 1 er semestre 2012 : La décroissance revient Après une année 2011 stable, les recettes publicitaires des médias enregistrent, en valeur nette, une baisse significative de - 4,6%

Plus en détail

Le marché publicitaire baisse au 1 er semestre 2013 mais

Le marché publicitaire baisse au 1 er semestre 2013 mais Merci de mentionner «Source IREP FRANCE PUB 2013» Pour toute reproduction de ces résultats. Le marché publicitaire baisse au 1 er semestre 2013 mais Au 1 er semestre 2013, les recettes publicitaires nettes

Plus en détail

ELABORATION D UN PLAN MARKETING EN VUE D UNE CAMPAGNE DE MARKETING DIRECT

ELABORATION D UN PLAN MARKETING EN VUE D UNE CAMPAGNE DE MARKETING DIRECT Institut National des Sciences de Gestion Département de Marketing Marketing et Stratégies Commerciales ELABORATION D UN PLAN MARKETING EN VUE D UNE CAMPAGNE DE MARKETING DIRECT MARKETING DIRECT Rédigé

Plus en détail

Les Français et les paris sportifs à l occasion de la Coupe du Monde de Football 2010. Juin 2010

Les Français et les paris sportifs à l occasion de la Coupe du Monde de Football 2010. Juin 2010 Les Français et les paris sportifs à l occasion de la Coupe du Monde de Football 2010 Juin 2010 Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon de 1011 personnes, représentatif

Plus en détail

EN QUELQUES MOTS. L AGENCE Cinetic communication IMPRESSION STRATÉGIE MARKETING DESIGN PUBLICITAIRE DÉVELOPPEMENT WEB

EN QUELQUES MOTS. L AGENCE Cinetic communication IMPRESSION STRATÉGIE MARKETING DESIGN PUBLICITAIRE DÉVELOPPEMENT WEB www.cinetic.ca L AGENCE Cinetic communication EN QUELQUES MOTS STRATÉGIE MARKETING DESIGN PUBLICITAIRE DÉVELOPPEMENT WEB IMPRESSION Par la diversité grandissante des plateformes publicitaires, CINETIC

Plus en détail

IUT Info-Com 2 ème année LE MARKETING DIRECT. Sandrine Michel. Formation 2012. sandrine.michel@gmail.com

IUT Info-Com 2 ème année LE MARKETING DIRECT. Sandrine Michel. Formation 2012. sandrine.michel@gmail.com Sandrine Michel 1 LE MARKETING DIRECT Formation 2012 sandrine.michel@gmail.com Objectifs : Comprendre ce qu est le marketing direct Comprendre comment il s inscrit dans le secteur de la communication Connaître

Plus en détail

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Sondage réalisé par pour LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Objectifs et méthodologie Objectifs La Fondation BMW a mandaté l institut d études BVA

Plus en détail

BRANCHE NATIONALE DES LOUEURS DE VÉHICULES COURTE DURÉE

BRANCHE NATIONALE DES LOUEURS DE VÉHICULES COURTE DURÉE BRANCHE NATIONALE DES LOUEURS DE VÉHICULES COURTE DURÉE POIDS DU SECTEUR 16 millions de locations 200 000 voitures achetées (10% du marché) 2,5 Milliards CA 12 000 salariés 4 200 agences de location LA

Plus en détail

AdWords Faites la promotion de votre entreprise sur Google avec MidiMédia

AdWords Faites la promotion de votre entreprise sur Google avec MidiMédia Faites la promotion de votre entreprise sur Google avec MidiMédia Nous créons vos annonces Nos experts, créent vos annonces et choisissent des mots clés qui sont des mots ou des expressions en rapport

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Avec TesterTout.com, découvrez vos envies

Avec TesterTout.com, découvrez vos envies Dossier de presse Avril 2010 Avec TesterTout.com, découvrez vos envies Lancement de TesterTout.com Agence Marketing Editrice du 1 er programme gratuit d envoi de cadeaux pour tous Contact Aurélien Deschodt

Plus en détail

«Les Français & l automobile»

«Les Français & l automobile» Conférence de Presse 6 juin 2012 3 ème édition du baromètre «Les Français & l automobile» Guillaume Paoli Directeur Associé Qui sommes-nous? Un positionnement unique : > Le premier distributeur automobile

Plus en détail

Efficross Parfums Femmes Ma Dame de Jean-Paul Gaultier Présentation du 7 avril 2009

Efficross Parfums Femmes Ma Dame de Jean-Paul Gaultier Présentation du 7 avril 2009 1 Efficross Parfums Femmes Ma Dame de Jean-Paul Gaultier Présentation du 7 avril 2009 Nathalie Mandavit, GfK CR Dominique Imbault, BPI Gilbert Saint Joanis, Audipresse Agenda Objectifs et méthodologie

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Conférence de Presse 25 mai 2011 2eme édition du baromètre «Les Français & l automobile» Guillaume Paoli Directeur Associé AramisAuto.

Conférence de Presse 25 mai 2011 2eme édition du baromètre «Les Français & l automobile» Guillaume Paoli Directeur Associé AramisAuto. Conférence de Presse 25 mai 2011 2eme édition du baromètre «Les Français & l automobile» Guillaume Paoli Directeur Associé AramisAuto.com QUI SOMMES NOUS? Un positionnement unique : le premier distributeur

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse Dossier de Presse 2011 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contact Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Sommaire

Plus en détail

Usage quotidien des réseaux sociaux

Usage quotidien des réseaux sociaux Edito A l heure du Web 2.0, les réseaux sociaux font partie de notre vie quotidienne. Nous les utilisons aussi bien dans le cadre de notre vie personnelle que professionnelle. Il en est de même pour les

Plus en détail

Édition. Conseil. Identité Visuelle. Campagne de pub

Édition. Conseil. Identité Visuelle. Campagne de pub Conseil Campagne de pub Identité Visuelle Édition Web L agence au sens large et aux idées précises Agence de publicité Print I Digital I Design Le conseil Pour lancer ou promouvoir un produit, un service,

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

NetObserver Europe. TOUT SAVOIR SUR LES INTERNAUTES Communiqué de presse Paris, Septembre 2008

NetObserver Europe. TOUT SAVOIR SUR LES INTERNAUTES Communiqué de presse Paris, Septembre 2008 NetObserver Europe TOUT SAVOIR SUR LES INTERNAUTES Communiqué de presse Paris, Septembre 2008 Constat issu de la 17 ème vague de l étude NetObserver Europe : Des différences de profils et de comportement

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

LA COMMUNICATION PUBLICITAIRE

LA COMMUNICATION PUBLICITAIRE LA COMMUNICATION PUBLICITAIRE I. Introduction On estime à plus de 385 milliards d euros le budget publicitaire mondial, dont 11 milliards pour la France, Procter and Gamble, le plus grand annonceur au

Plus en détail

LA MARQUE LE MONDE ET LE MONDIAL DE L AUTOMOBILE 2012 Du 29 septembre au 14 octobre 2012

LA MARQUE LE MONDE ET LE MONDIAL DE L AUTOMOBILE 2012 Du 29 septembre au 14 octobre 2012 LA MARQUE LE MONDE ET LE MONDIAL DE L AUTOMOBILE 2012 Du 29 septembre au 14 octobre 2012 Juin 2012 LA MARQUE LE MONDE ET LE MONDIAL DE L AUTOMOBILE 2012 La marque Le Monde assure la couverture du Mondial

Plus en détail

La Cote des Montres au cœur du marché horloger

La Cote des Montres au cœur du marché horloger La Cote des Montres au cœur du marché horloger Premier showroom horloger sur Internet, lacotedesmontres.com est devenu le rendez-vous incontournable des hommes et des femmes sensibles aux modes, des amateurs

Plus en détail

LINK EXPRESS TESTEZ VOS COMMUNICATIONS EN 48 HEURES

LINK EXPRESS TESTEZ VOS COMMUNICATIONS EN 48 HEURES LINK EXPRESS TESTEZ VOS COMMUNICATIONS EN 48 HEURES 1 L approche LinkExpress La solution de pré-test la plus complète en un temps record EVALUATION EN 48 HEURES avec des résultats analysés, synthétisés

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS?

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? Soutenance 3 décembre 2012 Auteur : Isabelle Maloizel Directeur de thèse : Monsieur Michel Bellanger Responsable

Plus en détail

Notions de marketing en restauration. Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud

Notions de marketing en restauration. Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud Notions de marketing en restauration Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud Introduction Formation sur le marketing appliqué aux futurs métiers de nos élèves. L objectif est de vous aider dans

Plus en détail

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin Ipsos Public Affairs / GEF Février 2007 Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles Regards croisés hommes/femmes GEF Qui sommes-nous? Créé en janvier 2002, GEF regroupe 9 associations

Plus en détail

16DEPARTEMENT DES VOSGES

16DEPARTEMENT DES VOSGES Acte Certifié exécutoire le : 30/01/ Pôle Vie Publique Direction de l'information, de la communication et du marketing - Service communication du territoire 16DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations

Plus en détail

Observatoire de l image des banques 2015. 8 Juillet 2015

Observatoire de l image des banques 2015. 8 Juillet 2015 Observatoire de l image des banques 2015 8 Juillet 2015 Méthodologie Mode de recueil Une étude en face à face, réalisée à domicile par système CAPI (Computer Assisted Personal Interview). Cible Un échantillon

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Bienvenue chez Bürkert Bürkert, le partenaire idéal de votre réussite. Quel que soit votre problème en matière de fluidique, nous mettons tout en œuvre pour vous apporter la solution

Plus en détail

La séance photo à 8,50 Euros? Analyse du marché des séances photo des photographes professionnels

La séance photo à 8,50 Euros? Analyse du marché des séances photo des photographes professionnels La séance photo à 8,50 Euros? Analyse du marché des séances photo des photographes professionnels XXLPIX Mars 2013 Une séance photo à 8,50 Euro? À propos de cette étude de marché XXLPIX GmbH teste régulièrement

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

RAPPORT DE M. LE PRESIDENT

RAPPORT DE M. LE PRESIDENT Pôle Vie Publique Direction de l'information, de la communication et du marketing - Service communication du territoire 19DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du

Plus en détail

Les Français et le courrier publicitaire. Rapport

Les Français et le courrier publicitaire. Rapport Les Français et le courrier publicitaire Rapport Sommaire 1. Présentation de l'étude 2. Principaux enseignements 3. Résultats détaillés 4. Les habitudes en termes de courrier 5. Appréciation des différents

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2013. Contacts Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2013. Contacts Presse Dossier de Presse 2013 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contacts Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Caroline

Plus en détail

Baromètre Jeunesse Vague 3

Baromètre Jeunesse Vague 3 pour Baromètre Jeunesse Vague 3 Juin 2011 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A Les jeunes, la confiance et leur avenir 6 B Les jeunes et l avenir professionnel 11 C Les jeunes

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Afin de mieux comprendre les enjeux liés à la conquête, il est souhaitable de connaître l importance des dépenses réalisées en la

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

Faire connaître. Faire aimer. Faire venir. Faire acheter

Faire connaître. Faire aimer. Faire venir. Faire acheter Faire connaître Faire aimer Faire venir Faire acheter Clear Channel France - 4 Place des Ailes - 92100 Boulogne-Billancourt Tél : +33 (0)1 41 86 86 86 - Fax : +33 (0)1 41 86 86 90 www.clearchannel.fr www.epicea.com

Plus en détail

Le courrier publicitaire, l indispensable de votre mix média

Le courrier publicitaire, l indispensable de votre mix média Le courrier publicitaire, l indispensable de votre mix média En préambule Des résultats qui s'inscrivent dans le cadre d'une réflexion entamée depuis 1997 > La dernière étude remonte à 2002 Un double objectif

Plus en détail

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues REAL2 143504-LLP-1-2008-1-FR-KA2-KA2NW 2010/06/06 Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues Motiver à apprendre et apprendre à motiver Cracovie, Pologne, 18 21 septembre

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

Les jeunes et le Service Civique : connaissance, représentations et potentiel d attractivité

Les jeunes et le Service Civique : connaissance, représentations et potentiel d attractivité Les jeunes et le Service Civique : connaissance, représentations et potentiel d attractivité Les principaux enseignements FD/EP N 113392 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion

Plus en détail

Fiche Synthétique. Marketing. Mesure de l utilité des points de contact Secteur «Soins des cheveux»

Fiche Synthétique. Marketing. Mesure de l utilité des points de contact Secteur «Soins des cheveux» Fiche Synthétique Marketing Mesure de l utilité des points de contact Secteur «Soins des cheveux» Mars 2014 1 1. Objectifs Déterminer les meilleures occasions de contact entre les marques du secteur des

Plus en détail

La Qualité des données de cadrage. Jérôme NERAUDAU Directeur Etudes & Méthodes Scientifiques

La Qualité des données de cadrage. Jérôme NERAUDAU Directeur Etudes & Méthodes Scientifiques La Qualité des données de Jérôme NERAUDAU Directeur Etudes & Méthodes Scientifiques Sommaire La qualité des données de I Les données INSEE a) Les différentes sources utilisables b) La mise au point d une

Plus en détail

QUESTIONNAIRE LANCEMENT DE LA NOUVELLE KIA PICANTO

QUESTIONNAIRE LANCEMENT DE LA NOUVELLE KIA PICANTO QUESTIONNAIRE LANCEMENT DE LA NOUVELLE KIA PICANTO Dossier suivi par : Maja MIJATOVIC Tél. : 01 46 52 60 73 Email : m.mijatovic@kia.fr Réf. MKG-PDT-2011-168 Date: 17.06.2011 Priorité Elevé Normal Destinataire

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

AGENCE AUDIOVISUELLE. POUR UNE communication

AGENCE AUDIOVISUELLE. POUR UNE communication AGENCE AUDIOVISUELLE POUR UNE communication percutante VOS IDÉES SOUS UN NOUVEL ANGLE :: Démarquez-vous! Les vidéos - modernes, tendances et ludiques - dynamisent votre image. C est le meilleur moyen de

Plus en détail

FICHE PRATIQUE CM Viadeo

FICHE PRATIQUE CM Viadeo FICHE PRATIQUE CM Viadeo 1. Présentation Histoire : Viadeo a été fondé en France en 2004 par Dan Serfaty et Thierry Lunati pour leur permettre de rester en contact avec leurs réseaux d entrepreneurs entre

Plus en détail

Les clés de succès d une campagne Internet. Emmanuel Barbet. Havas Digital

Les clés de succès d une campagne Internet. Emmanuel Barbet. Havas Digital Les clés de succès d une campagne Internet Emmanuel Barbet. Havas Digital Un média qui répond aux mêmes fondamentaux que les autres Temps Combien de temps être présent sur le site? Notion de régularité

Plus en détail

Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente

Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente La communication en magasin purement tournée vers la promotion

Plus en détail

LA STRATÉGIE «BIG DATA» DE ROULARTA MEDIA GROUP PREND DE L AMPLEUR GRÂCE À SELLIGENT TARGET

LA STRATÉGIE «BIG DATA» DE ROULARTA MEDIA GROUP PREND DE L AMPLEUR GRÂCE À SELLIGENT TARGET LA STRATÉGIE «BIG DATA» DE ROULARTA MEDIA GROUP PREND DE L AMPLEUR GRÂCE À SELLIGENT TARGET Le groupe, véritable machine à idées des médias, tire parti de l analyse comportementale pour optimiser son marketing

Plus en détail

Un site web performant

Un site web performant Un site web performant Vivian VIDAL Fondateur Dirigeant du cabinet 4V Co fondateur du groupement id rezo Expert en stratégie marketing Expert en marketing touristique vidal@4v.fr http://www.facebook.com/4v.marketing.tourisme

Plus en détail

CLEAR CHANNEL MONITOR. L efficacité de vos campagnes en Publicité Extérieure analysée sous toutes leurs composantes

CLEAR CHANNEL MONITOR. L efficacité de vos campagnes en Publicité Extérieure analysée sous toutes leurs composantes CLEAR CHANNEL MONITOR ou L efficacité de vos campagnes en Publicité Extérieure analysée sous toutes leurs composantes Mieux comprendre le média, réussir vos campagnes! Fort de partenaires référents dans

Plus en détail

Le marché perd un point de moins au 1 er semestre (par rapport à la même période de l année précédente)

Le marché perd un point de moins au 1 er semestre (par rapport à la même période de l année précédente) 1 ER SEMESTRE 2015 Le marché perd un point de moins au 1 er semestre (par rapport à la même période de l année précédente) LES EVOLUTIONS À RETENIR S1 2014 / S1 2013 S1 2015 / S1 2014 POINT* gagné Total

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

20 000 professionnels

20 000 professionnels Tous les matins, 20 000 professionnels lisent autoactu.com Soyez au cœur de leurs discussions Communiquez sur autoactu.com Autoactu.com 3 avenue des Pavillons 92270 Bois-Colombes - 01 41 19 49 20 - contact@autoactu.com

Plus en détail