Proposition de clarification du statut

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Proposition de clarification du statut"

Transcription

1 1373 ÉTUDE DOSSIER SOCIÉTÉ 1373 Holdings animatrices de leur groupe Proposition de clarification du statut Nombre d entreprises, et en particulier les plus importantes, sont organisées juridiquement sous forme de groupes de sociétés à la tête desquels est placée une société holding. La fiscalité patrimoniale des associés de ces structures (ISF, droits de mutation à titre gratuit, etc.) est souvent complexe et incertaine faute d une approche législative adaptée. La doctrine administrative actuelle ne permet pas de combler ce vide d une manière efficace et sure pour le contribuable. Rapport rédigé par : Jean-François Desbuquois, avocat associé, FIDAL Philippe Neau-Leduc, professeur agrégé des facultés de droit, université Panthéon-Sorbonne (Paris I), of Counsel FIDAL et Pascal Julien Saint Amand, notaire associé, groupe Althémis 1. Diagnostic des difficultés A. - Notion de «holding animatrice» 1 - Le législateur a créé depuis une trentaine d années de nombreux dispositifs fiscaux destinés à favoriser la création, la détention ou la transmission d entreprises (pactes Dutreil, paiement différé et fractionné des droits de mutation à titre gratuit, exonérations d ISF, etc.) Ces régimes sont en général rédigés en prévision de leur application à une société unique exerçant une activité de nature industrielle, commerciale, agricole, artisanale ou libérale. 1 BOI-PAT-ISF n BOI-ENR-DMTG , n Or, l analyse de l environnement économique français fait apparaître que bon nombre d entreprises, et notamment les plus importantes, sont maintenant organisées sous forme de «groupes de sociétés», détenus généralement par l intermédiaire d une société holding. Se pose donc la question de l application éventuelle des régimes de faveur évoqués à de tels groupes via leurs holdings. Le législateur n avait jusqu à très récemment (Loi de finances pour 2011) jamais traité cette question spécifiquement, se contentant parfois d autoriser une application indirecte des régimes par l intermédiaire de «sociétés interposées», ce qui revenait à privilégier une sorte de transparence permettant de neutraliser la présence d une société holding située au-dessus de la société éligible. La holding n était donc pas prise en compte pour elle-même. 3 - En revanche, l administration fiscale a pris position sur cette qualification qui concerne la quasi-totalité des régimes de faveur existant en matière de fiscalité patrimoniale des associés. La doctrine administrative distingue traditionnellement : - les «holdings animatrices de leur groupe», qu elle assimile purement et simplement aux sociétés ayant une activité éligible aux dispositifs de faveur ; - et les «holdings pures» qui ne relèvent pas directement du champ d application de ces régimes mais qui peuvent en bénéficier indirectement en tant que sociétés interposées lorsque les dispositifs légaux prévoient cette hypothèse expressément. 1 Définition des holdings animatrices de leur groupe a) Définition retenue par la doctrine administrative 4 - L Administration définit les holdings animatrices de leur groupe comme celles qui outre la gestion d un portefeuille de participations : - participent activement à la conduite de la politique du groupe et au contrôle des filiales ; - et rendent, le cas échéant et à titre purement interne au groupe, des services spécifiques administratifs, juridiques, comptables, financiers et immobiliers. 5 - Cette définition a vocation quasi-générale pour l Administration car elle est reprise pratiquement à l identique en matière : - d ISF pour les biens professionnels 1 ; - d engagements Dutreil «succession» 2 ; - d engagements Dutreil «ISF» 3 ; 3 BOI-PAT-ISF , n 50. Page 54 LA SEMAINE JURIDIQUE - NOTARIALE ET IMMOBILIÈRE - N NOVEMBRE 2012

2 ÉTUDE DOSSIER de paiement différé et fractionné des droits de mutation à titre gratuit dus sur les transmissions d entreprises, avec quelques variantes 4. b) Définition législative récente mais de portée limitée 6 - La notion de holding animatrice a été codifiée, pour la première fois à notre connaissance, lors du vote de la loi de finances pour 2011 et pour les seuls besoins de l application de l article V bis du CGI (réduction ISF-PME). L article V bis du CGI dispose : «Pour l application du présent article, une société holding animatrice s entend d une société qui, outre la gestion d un portefeuille de participations, participe activement à la conduite de la politique de leur groupe et au contrôle de leurs filiales et rend, le cas échéant et à titre purement interne, des services spécifiques, administratifs, juridiques, comptables, financiers et immobiliers». 7 - Dès lors, la définition retenue légalise simplement la doctrine administrative pour le mécanisme de réduction d ISF dans le cadre des investissements réalisés dans les PME. 2 Enjeux de qualification importants 8 - En pratique, les enjeux de cette question de qualification sont extrêmement importants pour deux raisons essentielles. De nombreux régimes fiscaux sont concernés et le nombre des sociétés holdings concernées croît de plus en plus. a) De nombreux régimes fiscaux concernés 9 - De nombreux régimes fiscaux de faveur en matière de fiscalité patrimoniale sont concernés par cette notion. Ce tableau récapitulatif en atteste. Régime de faveur Impôt sur le revenu : (CGI, art. 199 terdecies-0 A) ; d emprunts contractés jusqu au 31 décembre 2011 pour le rachat de (CGI, art. 199 terdecies-0 B) ; cession de titres de sociétés passibles tant en retraite, d un tiers par année (CGI, art D ter). Droits de mutation à titre onéreux : sur les droits de mutation dus sur les ces sions d entreprises aux salariés qui cinq ans (CGI, art. 732 ter). Extension aux holdings animatrices BOI-IR-RICI , n 20 BOI-IR-RI- CI , n 500 BOI-RPPM-PVBMI , n 90 BOI-ENR-DM- TOM , n 110 Régime de faveur Droits de mutation à titre gratuit : sions par donation ou succession de engagement Dutreil (CGI, art. 787 B) ; ans des droits de donation ou succes sion dus sur les entreprises (CGI, ann. III, art. 397 A et 404 GA à GD). ISF : biens professionnels (CGI, art. 885 O bis) ; sant l objet d un engagement Dutreil (CGI, art. 885 I bis) ; dataires sociaux ou salariés sous le régime de l engagement individuel de conservation (CGI, art. 885 I quater) ; limite de (CGI, art V bis) Extension aux holdings animatrices BOI-ENR-DMTG , n 50 BOI-ENR- -DG , n 160 BOI-PAT-ISF n 140 et s. BOI-PAT-ISF n 40 et 50 BOI-PAT-ISF n 20 BOI-PAT-ISF n 440 b) Des sociétés holdings de plus en plus nombreuses 10 - Il est difficile d évaluer le nombre précis de sociétés holdings en France mais il est certain qu il est important et en développement constant Les informations provenant de la base FIBEN 5, gérée par la Banque de France, donnent les précisions suivantes : - dans le panel des PME (de 10 à 250 salariés), la proportion des sociétés détenues par l intermédiaire d une holding est de 33 % ; - dans le segment haut de ces PME (entre 100 et 250 salariés), la proportion passe à 62 %. Les PME importantes étant souvent plus fortement valorisées, ce sont donc presque les deux tiers d entre elles qui se trouvent concernées par cette question Ce phénomène se développe d ailleurs, le gouvernement français ayant indiqué en 2010 que le nombre de holdings suivies par la Direction des grandes entreprises du ministère des Finances est passé de en 2007 à en B. - Difficultés rencontrées 1 «Holding animatrice» : notion imprécise et fluctuante, source d un important contentieux 13 - Le fait de revendiquer un régime de faveur par l intermédiaire d une holding animatrice entraîne un risque important de redressement si l administration fiscale entend contester la qualification. 4 BOI-ENR-DG , n Citée dans le rapport sur la transmission d entreprises par l Observatoire de la BPCE Courrier de Ch. Lagarde et É. Woerth adressé au Parlement en février LA SEMAINE JURIDIQUE - NOTARIALE ET IMMOBILIÈRE - N NOVEMBRE 2012 Page 55

3 1373 ÉTUDE DOSSIER a) Différents motifs de contestation α) Contentieux classique 14 - La notion de holding animatrice donne lieu depuis des années à un contentieux abondant et classique sur deux sujets principaux : la notion de groupe contrôlé par la holding, d une part, et le caractère effectif de l animation d autre part. De nombreux arrêts de la Cour de cassation témoignent de la fréquence et de l importance des litiges entre l Administration et les redevables sur la compréhension de cette définition Notion de groupe - La qualification de holding animatrice pose traditionnellement deux types de questions au regard de la notion de groupe, celle qui a trait au nombre de filiales et celle qui renvoie au taux de détention dans les filiales Nombre de filiales - Groupe constitué d une holding et d une seule filiale - L arrêt Mantelet 7 rendu par la chambre commerciale de la Cour de cassation le 2 juin 1992 prend position sur l hypothèse d un groupe qui ne serait composé que d une seule filiale. Dans cette décision, la Cour de cassation reconnaît implicitement mais nécessairement cette possibilité, contrairement à ce que soutenait l Administration en l espèce. En revanche, l arrêt Sorepal Industrie rendu le 14 septembre 2010 par la Cour de cassation conduit désormais certains commentateurs, même si les faits sont lointains, à s interroger sur la pérennité de cette hypothèse Société en recherche de participations - Une société qui ne fait partie d aucun groupe sur le plan juridique ne peut être qualifiée de holding animatrice. Il en a été jugé ainsi pour une société dont la seule activité était de rechercher des participations à l extérieur Taux de détention dans les filiales - Une autre question concerne le taux de participation que la holding doit détenir dans le capital de ses filiales pour pouvoir être considérée comme animatrice. Doit-elle nécessairement détenir la majorité des droits de vote? Aucun seuil minimum de détention dans le capital de la ou des filiales n a été fixé : la participation doit toutefois être suffisante pour permettre à la holding d exercer une influence réelle sur sa filiale et pour pouvoir être comptabilisée en titres de participation (une participation de 1,3 % dans le capital d une filiale a été jugée insuffisante 9 ). La participation n a toutefois sans doute pas à être nécessairement majoritaire 10, notamment dans un contexte de capital social «éclaté» Animation du groupe - Notion d animation - Les critères de l animation requise pour prétendre au régime de faveur ont également été précisés par l arrêt Mantelet rendu par la Cour de cassation le 2 juin Ainsi, constituent des titres d une holding animatrice les actions d une société qui entretient avec une autre des relations de société mère à fille dans des conditions où la mère est appelée à contrôler, gérer et animer la filiale et ne se borne pas simplement à gérer son portefeuille Effectivité de l animation - La Cour de cassation a pu indiquer à plusieurs reprises que la preuve d une animation effective de la société holding pour prétendre à l exonération des titres en tant que biens professionnels doit résulter d éléments concrets qui ne se réduisent pas à la seule participation au capital ou à l exercice de mandats sociaux ou de fonctions de direction Plus récemment, la Cour de cassation confirmait ces critères dans un arrêt du 23 novembre en indiquant qu il était important de savoir si, au-delà de la rédaction de l objet social, la société avait une activité autre que la seule gestion de son patrimoine. En l espèce, la Cour devait retenir que le contribuable ne démontrait pas que la holding exerçait effectivement une activité d animation de ses filiales Il ne suffit donc pas de démontrer que la société a théoriquement un rôle de gestion et d animation, il convient d apporter la preuve d éléments concrets à l appui de ses prétentions pour démontrer que la société holding agit effectivement comme animatrice de son groupe Identité de dirigeants - Le fait que le dirigeant d une société holding exerce également une fonction de direction dans une ou plusieurs filiales ne suffit pas, en soi, à établir que cette société de tête anime effectivement son groupe et participe activement à la conduite de sa politique et au contrôle des filiales pour emporter la qualification de holding animatrice 14. L identité de dirigeants entre une holding et ses sociétés filiales ne suffit donc pas à démontrer la fonction animatrice de la holding Importance des moyens matériels et humains de la holding - Un critère inopérant - La jurisprudence a pu décider que le fait qu une holding dispose de moyens humains importants pour être l animatrice de son groupe et qu elle soit à l origine des décisions prises au sein de la filiale ne suffisait pas, en soi, à caractériser le rôle d animation de la holding à l égard de sa filiale. En l espèce, les magistrats ont considéré que les conditions mises en évidence ne concernaient pas les dirigeants eux-mêmes mais les sociétés et que la question n est pas de savoir si la mère «dispose» des moyens d animer les 15 7 Cass. com., 2 juin 1992, Mantelet : JurisData n ; Bull. civ. 1992, IV, 220 ; JCP N 1993, II, p. 96 ; RJF 8-9/92, n Cass. com., 16 juin 1992, Salat : RJF 10/92, n CA Paris, 10 mars 2006 : RJF 8-9/06, n BOI-PAT-ISF n 220 qui envisage le cumul des rémunérations perçues par le dirigeant dans la holding animatrice, lorsqu elle n a pas d activité industrielle propre, et 11 Cass. com., 2 juin 1992, préc. note (7). 12 Cass. com., 19 nov. 1991, n : JurisData n ; Bull. civ. 1991, IV, 350 ; JCP N 1992, II, p Cass. com., 15 févr : RJF 7/94, n Cass. com., 8 juill : JurisData n ; RJF 12/97, n Cass. com., 23 nov. 2010, n : JurisData n ; BF Lefebvre 3/11, Cass. com., 15 févr : RJF 7/94, n 854 ; BOI- PAT-ISF n Cass. com., 19 nov : RJF 2/92, 270 ; BOI-PAT- ISF n 180. Page 56 LA SEMAINE JURIDIQUE - NOTARIALE ET IMMOBILIÈRE - N NOVEMBRE 2012

4 ÉTUDE DOSSIER Un critère inutile - L arrêt Gros rendu le 27 septembre apporte des précisions supplémentaires sur les critères de qualification d une holding animatrice. La Cour retient que la participation de la holding au contrôle et à la direction des filiales ne suppose pas nécessairement, contrairement à ce que soutenait la cour d appel 17, l existence de structures importantes au sein de la société holding et n est en aucun cas subordonnée à la fourniture de prestations de services administratifs, juridiques, comptables, financiers ou immobiliers rendus de manière habituelle 18. C est donc bien la réalité de l animation et non l existence des structures mises place qui prévaut Preuve de l animation effective - PV et rapports - La qualité de holding animatrice peut être établie par le rôle essentiel joué par le dirigeant de la holding auprès des filiales du groupe. Ce rôle est notamment démontré par les comptes rendus de conseils d Administration et par les rapports des commissaires aux comptes. De même, la holding peut mettre en évidence son rôle d animation au moyen de prestations de services rendues aux filiales qui consistent à étudier et à conseiller les investissements assurant la croissance externe du groupe ou les orientations stratégiques Conventions d animation - Dans l analyse des liens nécessaires entre la holding et les filiales à animer, la Cour de cassation a rendu ensuite une décision intéressante sur le fond et sur la procédure. Alors que le contribuable tentait de caractériser l animation exercée par la société holding en excipant de conventions d assistance administrative et comptable et de conseil, la chambre commerciale de la Cour de cassation considère dans un arrêt Elias rendu le 8 février que les juges du fond ont dénaturé la teneur des conventions produites. En appel, les juges avaient, en effet, jugé insuffisante la production de ces conventions pour démontrer le rôle d animation effective en retenant que ces conventions interdisaient toute intervention dépassant la simple information des filiales. Fait assez rare en l espèce, la Cour de cassation contrôle le fond des conventions et considère que la cour d appel a dénaturé les conventions en cause qui prévoyaient, tout au contraire, que les organes dirigeants des filiales devaient respecter la politique générale du groupe définie exclusivement et effectivement par la holding. Sur renvoi, la cour d appel de Paris 21 constate que les six contrats d assistance administrative et comptable et de conseil en gestion d entreprise conclus par la holding avec ses filiales prévoyaient bien que les dirigeants de chacune des filiales devaient respecter la politique générale du groupe définie seule et exclusivement par la holding pour en conclure que la fonction de détermination de la politique générale réservée exclusivement à la holding par contrat était effectivement appliquée au sein du groupe et, qu en tout état de cause, l Administration n avait pas établi que les filiales ont mené une politique différente de celle définie par la holding. β) Contentieux nouveau : animation de l intégralité des participations 28 - Une difficulté nouvelle est apparue lors de contentieux récents dans lesquels les services de contrôle considèrent désormais qu une holding qui détient des participations dans plusieurs filiales doit impérativement toutes les animer pour pouvoir être qualifiée d animatrice de son groupe. Autrement dit, le simple fait de ne pas animer une seule participation, si minime soit-elle, alors que parfois plusieurs dizaines d autres beaucoup plus importantes le sont sans conteste, disqualifierait intégralement la holding en holding pure Cette exigence apparaît nouvelle, injustifiée, et inéquitable : - elle est nouvelle et n a jamais été à notre connaissance exposée de façon expresse dans la doctrine administrative, ce qui crée un risque supplémentaire non négligeable pour la sécurité juridique des contribuables. En effet, ces derniers auraient peut-être pu prétendre à d autres régimes de faveur en considérant la holding comme une société interposée s ils avaient eu connaissance du risque de requalification de la holding animatrice ; - elle paraît injustifiée car on ne voit pas en quoi le fait de ne pas animer une participation parmi d autres pourrait changer la qualification de l activité de la holding vis-à-vis du reste de ses participations qui, elles, le sont bien. La doctrine administrative a d ailleurs reconnu l existence de holdings animatrices ayant une seconde activité distincte de la seule animation de ses filiales 22 ; - elle est inéquitable car elle conduit à appliquer aux holdings animatrices un régime moins favorable que celui des sociétés industrielles qui détiennent des actifs non liés à l exploitation de leur activité industrielle. Les titres de ces dernières bénéficient, en effet, de l exonération des biens professionnels pour l ISF sur la quotepart correspondant aux actifs affectés à l activité industrielle mais non sur celle correspondant aux actifs hors exploitation (CGI, art. 885 O ter) 23. La disqualification complète de la nature animatrice d une société holding dès lors qu elle détiendrait une participation non animée, même minime, condamnerait en revanche toute exonération d ISF à raison de la totalité des actifs, y compris pour les participations animées De surcroît, sur un plan pratique, cette exigence non fondée sur un quelconque texte est susceptible de remettre en cause la qualification de la plupart des holdings de groupes significatifs (notamment dans les ETI). Paradoxalement, plus les groupes sont importants et détiennent un grand nombre de participations, plus le risque que l une d elles ne soit pas animée existe. La plupart des grands groupes industriels français sont en cause. 16 Cass. com., 27 sept : JurisData n ; Bull. civ. 2005, IV, n 183 ; RJF 1/06, n CA Paris, 1 re ch. B, 11 sept. 2003, n : RJF 3/04, BOI-PAT-ISF n Cass. com., 27 sept. 2005, préc. note (16). 20 Cass. com. 8 fév 2005 : JurisData n ; Bull. civ. 2005, IV, n 24 ; RJF 4/05, CA Paris, 7 juill. 2006, n : RJF 1/07, n BOI-PAT-ISF n Pour lequel le projet de loi de finances pour 2013 envisage une évolution. LA SEMAINE JURIDIQUE - NOTARIALE ET IMMOBILIÈRE - N NOVEMBRE 2012 Page 57

5 1373 ÉTUDE DOSSIER b) Enjeux de la qualification 31 - L enjeu pratique de la disqualification d une holding animatrice est considérable pour le redevable. En effet, tous les régimes utiles et spécifiques qui auraient pu être mis en place sur une telle holding supposée animatrice tomberaient alors, sans possibilité d invoquer à la place la qualification de société interposée, qui implique des modalités très différentes de mise en œuvre (à titre d exemple, l engagement Dutreil est pris soit sur les titres de la holding, si elle est animatrice, soit par elle sur les titres de ses filiales si elle est une holding pure). Les difficultés rencontrées dans l analyse des critères de qualification sont donc une cause importante d insécurité juridique. 2 Inadaptation de la classification retenue entre holding animatrice et holding pure 32 - Plus fondamentalement, le classement alternatif à des fins fiscales des holdings qui oppose actuellement les holdings animatrices de groupe aux holdings pures n apparaît pas opérant en pratique, ni cohérent au plan logique. En effet, de nombreuses holdings ne correspondent strictement ni à l une ni à l autre de ces deux catégories On rencontre ainsi par exemple des sociétés qui, outre des participations dans des filiales, exercent une activité industrielle ou commerciale propre, ou d autres qui fournissent des prestations de services non seulement à leurs filiales mais également à d autres sociétés extérieures à leur groupe. Ces sociétés ne relèvent strictement d aucune des deux catégories identifiées par la doctrine administrative. On remarquera d ailleurs que l Administration se heurte elle-même à cette difficulté, ce qui la conduit parfois à aménager son classement Elle a ainsi reconnu ponctuellement l existence de : - holdings animatrices ayant une activité autonome de celle de ses filiales 24 ; - et de holdings actives non animatrices qui, outre la détention des titres de leurs filiales, poursuivent une activité supplémentaire juridiquement autonome par rapport à l activité de leurs filiales Propositions 35 - Ce qui fonde le régime spécifique des holdings animatrices de leur groupe et leur rapprochement avec les sociétés «opérationnelles», c est que la doctrine administrative, à juste titre, analyse leur activité comme étant au plan fiscal de nature industrielle ou commerciale Ce raisonnement a été exprimé à plusieurs reprises : - «ces sociétés utilisent ainsi leurs participations dans le cadre d une activité industrielle ou commerciale qui mobilise des moyens spécifiques» 26 ; - «la souscription effectuée au capital d une société holding est éligible à la réduction d impôt sur le revenu lorsque cette société souscrit au capital d une société holding animatrice qui est considérée comme exerçant une activité commerciale» 27. La difficulté provient donc du fait que toutes les conséquences logiques de cette analyse n ont pas été tirées D une part, l Administration considère, en effet, que le régime des holdings animatrices ne procède que d une tolérance administrative qui doit être soumise à un principe d interprétation stricte alors qu en reconnaissant que ces sociétés ont bien une activité de nature industrielle ou commerciale, elle devrait leur reconnaître une application de plein droit des régimes applicables aux sociétés industrielles et commerciales, toutes autres conditions étant supposées remplies (notamment l exclusion des actifs non affectés à l activité éligible pour l exonération d ISF au titre des biens professionnels ou activité éligible prépondérante pour l application des engagements Dutreil) D autre part, en opposant aux «holdings pures» qui n ont qu une activité civile les holdings animatrices qui ne forment qu une souscatégorie des autres holdings ayant une activité industrielle ou commerciale propre, l Administration ne parvient pas à classer ni à traiter logiquement ces holdings qui ne relèvent strictement ni de la catégorie «holdings pures» ni de la catégorie «holdings animatrices», dès lors que ces deux catégories sont exclusives l une de l autre. En conséquence, la solution suivante, articulée autour de deux principes complémentaires, peut être proposée : A. - Définir la notion de holding animatrice 39 - Il nous semble d abord primordial que le législateur définisse avec précision la notion de holding animatrice dont les enjeux sont d importance pour mettre un terme à une insécurité juridique dommageable. Il nous paraît souhaitable qu il développe à ce titre les éléments qui suivent. 1 Une définition 40 - Il est proposé de retenir la définition suivante : «est animatrice la holding qui participe activement à la conduite de la politique du groupe et au contrôle des filiales». À ce propos, il conviendrait de préciser : - qu il n est pas indispensable que la holding animatrice anime l intégralité de ses participations, - qu une holding peut être animatrice quels que soient sa forme juridique, son régime fiscal, et sa nationalité. 2 Des critères de qualification 41 - Il est proposé de retenir un double critère cumulatif : - la définition de la politique du groupe, - et le contrôle de son application par les filiales. 24 BOI-PAT-ISF , n BOI-PAT-ISF , n BOI-PAT-ISF , n BOI-IR-RICI , n 20. Page 58 LA SEMAINE JURIDIQUE - NOTARIALE ET IMMOBILIÈRE - N NOVEMBRE 2012

6 ÉTUDE DOSSIER Des présomptions 42 - Il est proposé d instituer une présomption réfragable de qualification de holding animatrice dans les trois hypothèses suivantes : Cas n 1 - Une convention d animation a été conclue par une holding avec une ou plusieurs filiales ; Cas n 2 - Les deux critères suivants sont cumulativement remplis : - la holding exerce le contrôle sur une ou plusieurs filiales ayant la forme de SAS (ou société en commandite par actions) au sens de l article du Code de commerce, - et la holding est présidente de la ou des filiales SAS (ou société en commandite par actions ). Cas n 3 - Les deux critères suivants sont cumulativement remplis : - la holding exerce le contrôle au sens de l article L du Code de commerce sur une ou plusieurs filiales, - et la holding leur procure des prestations de services par exemple de nature administrative, comptable, financière, immobilière, etc. 4 Une procédure de rescrit 43 - Il est proposé d instituer une procédure de rescrit préalable permettant à un redevable de s assurer de la juste analyse de la qualification auprès de l administration fiscale. Le redevable devrait déposer un dossier comportant les renseignements nécessaires à l analyse et les pièces justificatives. L Administration disposerait d un délai de trois mois pour rendre son avis. En cas de confirmation expresse de cette qualification, ou de défaut de réponse dans le délai, la holding serait réputée animatrice pendant une durée de deux années, et les opérations et déclarations fiscales effectuées par le contribuable sur la base de cette qualification dans ce délai ne pourraient pas être remises en cause de ce chef. de participations, ont une activité propre de nature industrielle ou commerciale, artisanale, agricole ou libérale, mais qui ne pourraient pas être considérées comme des holdings animatrices, pourraient malgré tout bénéficier des régimes de faveur si elles en remplissent les conditions. Seraient par exemple concernées les sociétés holding exploitant un fonds de commerce ou industriel propre, celles effectuant des prestations de services à l intérieur du groupe ou hors du groupe 45 - Ces holdings actives pourraient bénéficier de plein droit des régimes destinés aux entreprises ayant une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale, toutes autres conditions desdits régimes étant supposées remplies. Elles le seraient selon les mêmes modalités et limites que les sociétés industrielles ou commerciales et donc sans avantage particulier par rapport à ces dernières. À ce titre les éléments d actifs non affectés à l activité éligible seraient retraités lorsque le régime fiscal concerné le prévoit (ex. CGI, art. 885 O ter) Seules les holdings pures continueraient à ne pas être éligibles directement aux régimes spéciaux, sauf dans l hypothèse où le régime légal prévoirait une application par l intermédiaire d une société interposée. Conclusion 47 - Notre préconisation : nous recommandons que la FNDP retienne cette proposition qui nous paraît seule de nature à assurer la sécurité juridique de l ensemble des holdings. B. - Admettre toutes les holdings ayant une activité éligible au bénéfice des régimes de faveur 44 - Il est proposé de reconnaître par la loi que toutes les autres holdings actives, c est-à-dire toutes celles qui, outre la détention 28 Pour lequel le projet de de loi de finances pour 2013 envisage une évolution. LA SEMAINE JURIDIQUE - NOTARIALE ET IMMOBILIÈRE - N NOVEMBRE 2012 Page 59

Holding animatrice Club Expert Patrimoine

Holding animatrice Club Expert Patrimoine Club Expert Patrimoine 9 janvier 2014 Me Pascal JULIEN SAINT-AMAND Notaire, ancien avocat fiscaliste, Docteur en droit français, Docteur en droit européen, Chargé d enseignement à Paris-Dauphine, Chargé

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

Holding animatrice : A défaut de définition, quels contours?

Holding animatrice : A défaut de définition, quels contours? Holding animatrice : A défaut de définition, quels contours? Par Bruno Solle, Avocat Associé Godet Gaillard Solle Maraux & Associés 153 rue du Faubourg Saint Honoré - 75008 PARIS Courriel : bsolle@ggsm.fr

Plus en détail

EURUS UNIVERSITE D AUTOMNE. Vendredi 17 octobre 2014. Marne-la-Vallée HOLDING ANIMATEUR DE GROUPE

EURUS UNIVERSITE D AUTOMNE. Vendredi 17 octobre 2014. Marne-la-Vallée HOLDING ANIMATEUR DE GROUPE EURUS UNIVERSITE D AUTOMNE Vendredi 17 octobre 2014 Marne-la-Vallée HOLDING ANIMATEUR DE GROUPE Précisions et Incertitudes dans l attente d une instruction administrative I Régimes fiscaux de faveur A)

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Holding animatrice ou Holding passive?

Holding animatrice ou Holding passive? Holding animatrice ou Holding passive? Février 2014 Henry Royal Royal Formation Formation & Conseil juridique et fiscal du chef d entreprise 1 Tél : 06 12 59 00 16 contact@royalformation.com www.royalformation.com

Plus en détail

Impôt de solidarité sur la fortune La holding animatrice malmène le conseil

Impôt de solidarité sur la fortune La holding animatrice malmène le conseil Impôt de solidarité sur la fortune La holding animatrice malmène le conseil Publié le 17.04.2015 Fotolia Par Valentine Clément (vclement@agefi.fr) Les entrepreneurs usent fréquemment du caractère animateur

Plus en détail

ISF : holding animatrice L administration refuse toute détention de participations passives

ISF : holding animatrice L administration refuse toute détention de participations passives ISF : holding animatrice L administration refuse toute détention de participations passives Par Olivier de Saint Chaffray, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Devant l importance de cette conférence

Plus en détail

Holding animatrice. Holding passive

Holding animatrice. Holding passive Holding animatrice Holding passive Juillet 2015 Henry Royal Royal Formation Formation & Conseil juridique et fiscal du chef d entreprise 1 Tél : 06 12 59 00 16 contact@royalformation.com www.royalformation.com

Plus en détail

La société holding.animatrice de groupe?

La société holding.animatrice de groupe? La société holding.animatrice de groupe? Enjeux et définitions, Holding animatrice, Convention de management fees, Problématiques du dirigeant (ISF, transmission) Qu est-ce qu une holding? Une holding

Plus en détail

Transmission d entreprise et optimisation

Transmission d entreprise et optimisation Transmission d entreprise et optimisation Intervenants: Damien Dreux Expert Comptable, Anne Lichtenstern Avocat, Alexandre Thurel Notaire, Myriam Constant Allianz. Sommaire Le Marché et les intervenants

Plus en détail

ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX

ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX Droit de la famille Organisation et transmission patrimoniale Fiscalité Droit de l entreprise PATRIMOTHEME - MAI 2014 ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX Plusieurs régimes d'exonération,

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 6 mai 2014 N de pourvoi: 13-11420 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00428 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Baraduc, Duhamel et

Plus en détail

PACTE DUTREIL TRANSMISSION ET ISF

PACTE DUTREIL TRANSMISSION ET ISF PACTE DUTREIL TRANSMISSION ET ISF 1 1 PACTE DUTREIL TRANSMISSION 1. Le pacte Dutreil permet de transmettre une société en bénéficiant d une exonération de DMTG à concurrence de 75% sur la valeur des parts

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

31 Pacte fiscal PACTE FISCAL. Présentation du régime d exonération partielle... 2500

31 Pacte fiscal PACTE FISCAL. Présentation du régime d exonération partielle... 2500 31 Pacte fiscal Présentation du régime d exonération partielle... 2500 L engagement collectif de conservation Titres pouvant faire l objet d un pacte... 2501 Personnes physiques ou morales signataires

Plus en détail

ISF et biens professionnels : Un chemin semé d embuches

ISF et biens professionnels : Un chemin semé d embuches ISF et biens professionnels : Un chemin semé d embuches NEWSLETTER n 14 189 du 6 MAI 2014 Interview de Me PASCAL JULIEN ST AMAND (Notaire à Paris- Président du groupe ALTHEMIS) par JACQUES DUHEM La date

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) avertissement... liste des Abréviations... dédicace... remerciements... préface... VII IX XI XIII XV partie I RÉDUIRE LES DROITS DE MUTATION

Plus en détail

Présenté par Damien Corbin Responsable Régional Gestion Privée

Présenté par Damien Corbin Responsable Régional Gestion Privée Pacte Dutreil et transmission d entreprise Aspect donation/succession ISF Novembre 2014 Présenté par Damien Corbin Responsable Régional Gestion Privée Pacte Dutreil Aspect transmission Relativement récent

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Fiscalité de la transmission d entreprise

Fiscalité de la transmission d entreprise Fiscalité de la transmission d entreprise Salon des entrepreneurs Février 2006 Fiscalité de la transmission d entreprise Introduction 1 Introduction Existe-t-il une fiscalité de la transmission d entreprise?

Plus en détail

ISF: Exonération des titres détenus par les dirigeants Précisions du BOFiP quant aux fonctions de direction

ISF: Exonération des titres détenus par les dirigeants Précisions du BOFiP quant aux fonctions de direction ISF: Exonération des titres détenus par les dirigeants Précisions du BOFiP quant aux fonctions de direction Les parts ou actions de sociétés soumises à l'impôt sur les sociétés sont considérés comme des

Plus en détail

Approche de solutions pour limiter la taxe sur les salaires dans les sociétés holdings

Approche de solutions pour limiter la taxe sur les salaires dans les sociétés holdings Approche de solutions pour limiter la taxe sur les salaires dans les sociétés holdings Lors d acquisition de sociétés, il est usuel de constituer une société holding qui se portera acquéreur des titres

Plus en détail

TRANSMISSION DE L ENTREPRISE FAMILIALE

TRANSMISSION DE L ENTREPRISE FAMILIALE TRANSMISSION DE L ENTREPRISE FAMILIALE Marie-Christine LARCHER, Notaire Laurent BENOUDIZ, Expert comptable MCL 1 INTRODUCTION Transmettre l entreprise familiale requiert une préparation qui permettra de

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Introduction. Une exonération consacrée par la jurisprudence. L arrêt «La Costa» : exonération fiscale des revenus d immeubles situés en France

Introduction. Une exonération consacrée par la jurisprudence. L arrêt «La Costa» : exonération fiscale des revenus d immeubles situés en France L arrêt «La Costa» : exonération fiscale des revenus d immeubles situés en France Stéphan LE GOUEFF 1 et Eric JUNGBLUT 2 Luxembourg Introduction Le 23 avril 2002, la Cour administrative Luxembourgeoise

Plus en détail

ISF - Assiette - Exonération des biens professionnels - Condition relative à l'activité des sociétés

ISF - Assiette - Exonération des biens professionnels - Condition relative à l'activité des sociétés Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-PAT-ISF-30-30-40-10-20130218 DGFIP ISF - Assiette - Exonération des biens

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES

EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES 10/01/2014 Afin de favoriser la transmission d entreprise, la relance de l économie, différents dispositifs ont pour objet de limiter l imposition des plus-values

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA FISCALITÉ D ENTREPRISE

L ESSENTIEL DE LA FISCALITÉ D ENTREPRISE ÉRIC SPIRIDION L ESSENTIEL DE LA FISCALITÉ D ENTREPRISE LES ESSENTIELS DE LA FINANCE, 2011 ISBN : 978-2-212-54872-3 Chapitre 1 Le champ d application des bénéfices industriels et commerciaux l ESSENTIEL

Plus en détail

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil ISF Point information Octobre 2014 ISF Point information 2 SOMMAIRE Pages RAPPEL DE QUELQUES REGLES 3 à 6 PROBLEMATIQUE LIEE AU PATRIMOINE PROFESSIONNEL 7 à 13 LES CLIGNOTANTS FISCAUX 14 ISF Point information

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple!

La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple! La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple! Août 2013 La SFPFL (Société de participations financières de profession libérale) est un outil juridique supplémentaire mis à la disposition

Plus en détail

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Réglementation du service public Prestation de sécurité sociale Orientation sexuelle La haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité a été saisie

Plus en détail

Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17

Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17 Sommaire Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17 Section 1 : les opérations de trésorerie... 17 A Définitions des opérations de trésorerie...

Plus en détail

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR A l origine, la Société par Actions Simplifiée (SAS) a été créée (par la loi n 94-1 du 13 novembre

Plus en détail

LE PACTE DUTREIL : Formalités

LE PACTE DUTREIL : Formalités LE PACTE DUTREIL : Formalités Cette brochure réalisée par Christophe BONHOMME, BG2A Reims, et Dominique MATHELIE GUINLET, COJC Bordeaux Edition Juillet 2013 Le réseau JURIS DEFI c est : Des professionnels

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail DROIT SOCIAL CHSCT : RECENTES EVOLUTIONS LEGALES ET JURISPRUDENTIELLES Véronique VINCENT Septembre 2013 Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT), partenaire social au domaine

Plus en détail

De quelques questions/réponses relatives à la prime de partage des profits

De quelques questions/réponses relatives à la prime de partage des profits De quelques questions/réponses relatives à la prime de partage des profits (Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 art 1 er I à XI, XIII à XIV,

Plus en détail

CONFERENCE DU 14 JUIN 2006 COMMENT OPTIMISER LA FISCALITE D UNE OPERATION DE TRANSMISSION D ENTREPRISE ---------------

CONFERENCE DU 14 JUIN 2006 COMMENT OPTIMISER LA FISCALITE D UNE OPERATION DE TRANSMISSION D ENTREPRISE --------------- ESSEC INSTITUT DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE INTERCESSIO CONFERENCE DU 14 JUIN 2006 ---------------- COMMENT OPTIMISER LA FISCALITE D UNE OPERATION DE TRANSMISSION D ENTREPRISE --------------- Agnès

Plus en détail

Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014

Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014 Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014 Les plus-values réalisées par les particuliers à l occasion de la cession de valeurs mobilières ou de droits sociaux sont en principe imposables à

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 3 octobre 2013 N de pourvoi: 12-24957 ECLI:FR:CCASS:2013:C201507 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Didier et Pinet,

Plus en détail

LABOUR NEWS - TRAVAIL

LABOUR NEWS - TRAVAIL LABOUR NEWS - TRAVAIL Qu est-ce qu un faux indépendant : quelle est la limite entre le statut de salarié et le statut d indépendant? Une personne physique peut très bien se trouver, d un point de vue administratif,

Plus en détail

La Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2016 (ci-après «LFSS 16») a été définitivement adoptée le 30 novembre.

La Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2016 (ci-après «LFSS 16») a été définitivement adoptée le 30 novembre. Loi de finances pour 2016, de finances rectificative pour 2015 et Loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2016 Actualités en matière de fiscalité des personnes physiques Les travaux relatifs aux

Plus en détail

Avocat spécialiste en droit fiscal

Avocat spécialiste en droit fiscal Jean-Marie Baldo Avocat spécialiste en droit fiscal 1 Les opérations juridiques - La vente à un tiers : - La vente du fonds de commerce - La vente des parts ou actions de la société - La vente de l immobilier

Plus en détail

COMMENT REUSSIR LA CESSION DE SON ENTREPRISE. CCI de Bordeaux 25 novembre 2015

COMMENT REUSSIR LA CESSION DE SON ENTREPRISE. CCI de Bordeaux 25 novembre 2015 COMMENT REUSSIR LA CESSION DE SON ENTREPRISE CCI de Bordeaux 25 novembre 2015 COMMENT REUSSIR LA CESSION DE SON ENTREPRISE 8 étapes pour aboutir N 1 : Réaliser un bilan retraite et réfléchir au repreneur

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. Vu le recours, enregistré le 19 juillet 2013, du ministre chargé du budget ;

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. Vu le recours, enregistré le 19 juillet 2013, du ministre chargé du budget ; Cour Administrative d Appel de Nancy N 13NC01324 Inédit au recueil Lebon 2ème chambre - formation à 3 M. MARTINEZ, président M. Daniel JOSSERAND-JAILLET, rapporteur M. GOUJON-FISCHER, rapporteur public

Plus en détail

Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015. Avocat spécialiste en Droit Fiscal. ed@donorio.com - www.donorio.com

Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015. Avocat spécialiste en Droit Fiscal. ed@donorio.com - www.donorio.com Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015 Avocat spécialiste en Droit Fiscal ed@donorio.com - www.donorio.com Membre ANACOFI-CIF N E001954 La législation française relative à l assujettissement

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

transmission d entreprises

transmission d entreprises transmission d entreprises MEMO PRATIQUE un nombre important d entreprises changeront de main dans les dix ans à venir. La transmission d une entreprise est une opération délicate : elle nécessite une

Plus en détail

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Plan du guide I- LES INVESTISSEMENTS CONCERNES a) L investissement direct dans une PME b) L investissement grâce à une société holding c) L

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des abréviations... VII XI INTRODUCTION GÉNÉRALE... 1 PREMIÈRE PARTIE Fiscalité directe (impôt sur le revenu et impôt

Plus en détail

Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés?

Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés? Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés? Les salariés, de plus en plus nombreux, accomplissant des carrières internationales et ayant bénéficiés

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations ACQUISITION DE TITRES : LA GARANTIE D ACTIF ET DE PASSIF Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques,

Plus en détail

le flash actualité Avril 2014

le flash actualité Avril 2014 le flash actualité Avril 2014 Thème : Conformité des contrats collectifs santé prévoyance retraite Une période transitoire a été instituée par le décret du 9 janvier 2012 pour la mise en conformité des

Plus en détail

3. JAPON - FRANCE - Convention fiscale - Ratification du protocole - Entrée en vigueur

3. JAPON - FRANCE - Convention fiscale - Ratification du protocole - Entrée en vigueur Lettre d'information - Janvier 2008 ENTREPRISES 1. LUXEMBOURG - FRANCE - Convention fiscale - Ratification du protocole 2. UE - FRANCE - Procédure en manquement - Taxation de l'électricité et de l'énergie

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Septembre - Octobre 2012 1 SOMMAIRE Actualité patrimoniale et juridique p. 3 Les modalités d application du Trust enfin définies (BOI-PAT-ISF-30-20-30-20121016 et BOI-ENR-DMTG-30-20121016)

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 F-17-07 N 133 du 31 DECEMBRE 2007 IMPOT SUR LE REVENU. TRAITEMENTS ET SALAIRES. REGIME SPECIAL D IMPOSITION DES SALARIES ET MANDATAIRES SOCIAUX

Plus en détail

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance 24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance La gestion de patrimoine du chef d entreprise. Les options d investissements dans chaque pays. Les informations essentielles à connaitre Le 23 Octobre 2015

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 96 DU 12 NOVEMBRE 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 7 G-6-10 INSTRUCTION DU 28 OCTOBRE 2010 MUTATIONS A TITRE GRATUIT. SUCCESSIONS. PLAN D EPARGNE RETRAITE POPULAIRE

Plus en détail

Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise!

Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise! Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise! Août 2005 Comité de la Transmission d entreprise du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables

Plus en détail

BIG Entreprises > l analyse du patrimoine professionnel > son impact dans le patrimoine privé du chef d entreprise

BIG Entreprises > l analyse du patrimoine professionnel > son impact dans le patrimoine privé du chef d entreprise BIG Entreprises > l analyse du patrimoine professionnel > son impact dans le patrimoine privé du chef d entreprise Pourquoi BIG Entreprises? La transmission d entreprise : mythe ou réalité? 15 000 entreprises

Plus en détail

1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE

1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE 1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE 1 QU EST-CE QU UN GROUPE? 1 Les différentes notions de groupe Dans une première approche, nous pouvons définir le groupe comme un ensemble d entreprises reliées entre

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête

Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête Rappel du «dispositif mécénat» issu de la Loi Aillagon, un dispositif unique au monde La loi n 2003-709 du 1er août 2003 relative

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF =

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF = FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME Un avantage fiscal institué par la loi TEPA afin de permettre aux redevables de l ISF de bénéficier d une réduction d ISF en investissant

Plus en détail

Les Guides des Avocats de France LES HOLDINGS

Les Guides des Avocats de France LES HOLDINGS Les Guides des Avocats de France LES HOLDINGS La holding est un outil juridique de plus en plus utilisé par les praticiens pour répondre à des besoins très divers tendant toujours à la détention de participations

Plus en détail

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX I. Différentes formes juridiques d exercice de son activité : L entreprise individuelle ou la Société - A :

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Editorial

La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Editorial La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Taxe professionnelle 2 Impôt de solidarité sur la fortune 4 Editorial Le cabinet Simon Associés s agrandit et développe un pôle fiscal en accueillant Pierrick

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 64 DU 29 JUIN 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 A-10-09 INSTRUCTION DU 25 JUIN 2009 CREDIT D IMPOT POUR DEPENSES DE PROSPECTION COMMERCIALE (C.G.I., art. 244

Plus en détail

CONCLUSIONS. Melle C. VEROT, Commissaire du Gouvernement

CONCLUSIONS. Melle C. VEROT, Commissaire du Gouvernement N 281033 SA GUERLAIN 10 ème et 9 ème sous-sections réunies Séance du 7 mars 2008 Lecture du 11 avril 2008 CONCLUSIONS Melle C. VEROT, Commissaire du Gouvernement Pour assurer son développement en Asie,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 E-6-01 N 69 du 10 AVRIL 2001 5 F.P. / 37 E 4211 INSTRUCTION DU 30 MARS 2001 BENEFICES AGRICOLES. LIQUIDATION ET MODALITES D IMPOSITION. DEDUCTION

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la SPFPL et que vous n avez jamais osé demander

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la SPFPL et que vous n avez jamais osé demander Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la SPFPL et que vous n avez jamais osé demander Conférence du 17 septembre 2014 Hervé CHEMOULI Cabinet CHEMOULI DALIN STOLOFF & Associés Sommaire I. Origines

Plus en détail

Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen et Thiriez, avocat(s)

Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen et Thiriez, avocat(s) Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. N de pourvoi: 10-20891 Publié au bulletin Rejet M. Lacabarats (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

Les clés de la transmission. Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire

Les clés de la transmission. Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire Les clés de la transmission Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire Sommaire La transmission : un enjeu stratégique Une réglementation en adaptation continue Les attentes des chefs d entreprise Les clés

Plus en détail

1 L essentiel OPTIMISER L IMMOBILIER DANS UNE SCI. Objet civil. Objet civil. Société de personnes. Conséquences de la personnalité morale.

1 L essentiel OPTIMISER L IMMOBILIER DANS UNE SCI. Objet civil. Objet civil. Société de personnes. Conséquences de la personnalité morale. 1 L essentiel Objet civil Définition... 1 Les règles fondamentales applicables aux sociétés civiles... 2 Des associés identifiés... 3 Critères de qualification : droit commun... 4 critère de la forme ou

Plus en détail

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE Les contributions volontaires en nature constituent des apports gratuits (en travail, biens, services) spécifiques au secteur associatif. Leur poids économique dans

Plus en détail

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96)

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) G ISF SONT EXONERES Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) L'article 6 de la loi de finances pour 1996 (n 95-1346 du 30 décembre 1995 - JO du 31 décembre 1995, p. 19030 et 19031): - précise le champ

Plus en détail

EXONERATION PARTIELLE D ISF POUR CERTAINES PARTS DE FCPE (La présente note d information est accompagnée d un bulletin de demande d attestation)

EXONERATION PARTIELLE D ISF POUR CERTAINES PARTS DE FCPE (La présente note d information est accompagnée d un bulletin de demande d attestation) EXONERATION PARTIELLE D ISF POUR CERTAINES PARTS DE FCPE (La présente note d information est accompagnée d un bulletin de demande d attestation) Cette note ne présente aucun caractère contractuel. La recherche

Plus en détail