Compte financier. Rapport de présentation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte financier. Rapport de présentation"

Transcription

1 Compte financier Rapport de présentation

2 Coordination éditoriale : Djamila Hamed, directrice de la communication. Crédit photos : Service audiovisuel de l Université d Evry et P. Sordoillet Direction de projet : Agence Sam&Co - Graphisme :

3 ÉDITO L université d Evry certifiée et autonome «Les comptes de l université font l objet d une certification annuelle par un commissaire aux comptes». D apparence anodine, cet alinéa de l article 18 de la LRU aura eu des répercussions importantes sur les universités. Pascal Pain, Agent comptable Force est de constater qu au moment de la promulgation de la loi en 2007, les comptes de notre université ne pouvaient être certifiés, faute de process fiables. La prise de conscience a eu lieu en 2008 ; les trois années qui ont suivi n ont pas été de trop pour nous préparer au défi de la qualité comptable : - intégration d un parc immobilier évalué à 120 millions d euros, - mise en place d un inventaire des actifs et d une politique d amortissement, - meilleur rattachement des charges et produits à l exercice, - changement de système d information comptable et financière. En parallèle, en, le budget de l université aura triplé suite au transfert de la paie des personnels que l Etat prenait à sa charge avant l autonomie. Si ces chantiers n ont pas toujours été faciles, retenonsen ici les résultats. C est grâce à un effort collectif de l ensemble de l administration universitaire que notre établissement a pu progresser sur cette voie. Que tous ceux qui ont participé de près ou de loin à ces travaux en soient ici remerciés. + L UEVE est certifiée sans réserve dès la 1 ère année de son autonomie Cette évolution aura été tout d abord une métamorphose pour la fonction comptable en la positionnant de façon plus transverse au sein de l établissement. Cantonné autrefois à un rôle de contrôleur des dépenses, le comptable est désormais recentré sur son cœur de métier : garantir une information comptable fiable. Imposée par la loi, la qualité comptable est aussi une obligation de gestion pour toute gouvernance ou direction générale permettant une prise de décisions éclairées dans un contexte où les ressources sont toujours plus contraintes. Enfin, l expérience nous a montré que la comptabilité pouvait aussi constituer un levier de modernisation des services publics en étant le vecteur de bonnes pratiques de gestion. Les comptes annuels de notre première année d autonomie ont été adoptés en Conseil d administration le 15 mai 2012, et pour la première fois certifiés par un auditeur externe indépendant. Voyons-y le signe que notre établissement a relevé le défi de son autonomie. C est une réussite qui rejaillit sur l ensemble de la communauté universitaire mais aussi sur ses partenaires et financeurs, auprès desquels elle renvoie une image renforcée de sérieux et de transparence propice à instaurer la confiance. Même si le chemin parcouru depuis 2008 est important, nous devons maintenir nos efforts afin de progresser encore dans nos organisations et modes de fonctionnement. Entretien filmé 2012 sera l année de la consolidation et de la pérennisation des bonnes pratiques. 3

4 Inaugurée en 1991, l université d Evry-Val-d Essonne (UEVE) fait partie des quatre universités nouvelles d Ilede-France créées dans le cadre du développement de l enseignement supérieur et de la déconcentration des universités parisiennes. Avec plus de 150 formations, l UEVE propose des enseignements en sciences et technologies, droit et sciences politiques, économie, gestion ainsi qu en sciences humaines et sociales. Reconnue pour son dispositif de professionnalisation, l UEVE peut s enorgueillir d une certification A+ par l Agence d évaluation nationale. Elle affiche l un des meilleurs taux d étudiants en apprentissage et en formation continue de France, à savoir 34% de ses diplômés. Enfin, la recherche est au cœur de ses missions. Avec ses 18 laboratoires internationalement reconnus, l Université d Evry fonde sa politique scientifique sur 3 grands axes de recherche orientés vers les sciences génomiques/post-génomiques et leurs applications à la santé et à l environnement (en lien étroit avec le bioparc Genopole ), les sciences exactes et les sciences humaines et sociales. 150 formations pluridisciplinaires, de Bac +2 à Bac étudiants 1 école d ingénieurs associée : l ENSIIE (Ecole Nationale Supérieure d Informatique pour l Industrie et l Entreprise) 18 laboratoires de recherche labellisés (CNRS, INSERM, INRA, CEA) 4 pôles de formation et de recherche: Sciences génomiques et post génomiques et ses applications à la santé et à l environnement Sciences et ingénierie Finance Travail, entreprises, emploi et politiques publiques 5 UFR (Unités de Formation et de Recherche) Sciences Fondamentales et Appliquées Sciences et Technologie Droit Sciences Sociales et de Gestion Langues, Art et Musique 1 IUT (Institut Universitaire de Technologie) avec 9 départements 1 er janvier : passage à l autonomie 506 enseignants & enseignants chercheurs 459 personnels administratifs et techniques 1 pôle «réussite étudiante» chargé de l accompagnement à l orientation et à l insertion professionnelle des étudiants 4 Rapport financier de l université d Evry Val d Essonne

5 Sommaire Édito de l agent comptable :... p. 3 L ueve en chiffres :... p. 4 Sommaire :... p. 5 Synthèse de l exécution budgétaire et comptable :...p. 6 à 9 Annexe aux états financiers :... p. 10 à 30 5

6 Synthèse de l exécution budgétaire et comptable

7 L exécution budgétaire retrace l ensemble des recettes et des dépenses de l exercice au regard des autorisations de crédits prévues au budget. 1- Les résultats de l exercice Montants en Prévision (BP + DBM) Réalisation (Compte financier) Taux d exécution Montant net des produits , ,49 99% Montant net des charges , ,21 97% - dont enveloppe "Fonctionnement hors masse salariale" , ,26 93% - dont enveloppe "Masse salariale" , ,95 98% Résultat de fonctionnement , ,72 Montant net des recettes d'investissement , ,69 16% Montant net des dépenses d'investissement , ,19 73% Solde d'exécution de la section d'investissement , ,50 Solde global d'exécution , ,22 L exercice budgétaire présente un résultat déficitaire de 398 k en fonctionnement et de k en investissement. Les dépenses ont été exécutées dans le respect des autorisations budgétaires données par le Conseil d administration comme en témoignent les taux d exécution inférieurs à 100% pour les 3 enveloppes «Fonctionnement hors masse salariale», «Masse salariale» et «Investissement». 2- La capacité d autofinancement La capacité d autofinancement (CAF) représente la capacité de l établissement à financer sur ses ressources propres, les besoins liés à son activité ou au renouvellement de son outil de production. Elle se calcule en corrigeant le résultat comptable de l exercice des opérations qui affectent le résultat mais qui ne donnent pas lieu à décaissements ou encaissements. Montants en k Capacité d autofinancement Total des produits Total des charges = Résultat de l'exercice : Dotation aux amortissements et provisions Reprise sur provisions et amortissements Neutralisation des amortissements Quote-part de subventions d investissement Plus-values de cession d actif 0 + Moins-values de cessions d actif 0 = Capacité d autofinancement de l exercice : Synthèse de l exécution budgétaire et comptable Rapport financier de l université d Evry Val d Essonne

8 3- Le tableau de financement et le fonds de roulement Il s agit ici de déterminer le mode de financement de l exercice écoulé, soit par les ressources dégagées de la gestion (autofinancement), soit par le fonds de roulement, soit par les subventions d investissements reçues. Tableau de financement en compte Montants en k Emplois Ressources Distributions mises en paiement au cours de l'ex. Capacité d'autofinancement de l'exercice Acquisitions d'éléments de l'actif immobilisé : Cessions ou réd. d'éléments de l'actif immobilisé : Charges à répartir sur plusieurs exercices Augmentation des capitaux propres: Réduction des capitaux propres (*) 538 Subventions d'investissement 632 Remboursements de dettes financières Augmentation des dettes financières Total des emplois 5228 Total des ressources Variation du fonds de roulement (ressource nette) 0 Variation du fonds de roulement (emploi net) (*) La réduction des capitaux propres correspond aux retraitements relatifs aux engagements sociaux suite au transfert à l université de la masse salariale autrefois prise en charge par l Etat. Les investissements de l exercice (4 690 k ) ont été financés par subvention (632 k ) et par la CAF (1 046 k ). L équilibre s est réalisé grâce à un prélèvement sur fonds de roulement (3 549 k ). Le fonds de roulement représente la marge de sécurité financière. Il finance le cycle d exploitation et traduit la solvabilité de l établissement. Fonds de roulement 31/12/ 31/12/2010 Biens mis à disposition Autres fonds propres 3 3 Réserves Résultat de l'exercice en attente d'affectation Subventions d'investissement (nettes) Dettes financières 0 0 Amortissements et provisions Provisions pour risques et charges Actif immobilisé brut : Montants en k = Total des ressources stables et durables : immobilisations incorporelles immobilisations corporelles immobilisations financières Charges à répartir sur plusieurs exercices 0 0 = Total des emplois stables : Fonds de roulement (Ressources stables - emplois durables) Variation du fonds de roulement : Au 31 décembre, le fonds de roulement représente 40 jours de fonctionnement. 9

9 Annexe aux états financiers 11

10 1Faits caractéristiques, comparabilité des comptes, principes comptables et méthodes d évaluation L exercice comptable commence le 1er janvier et s achève le 31 décembre (article 14 du décret n du 10 décembre 1953) Faits caractéristiques et comparabilité des comptes L UEVE a accédé à son autonomie le 1 er janvier L université d Evry Val d Essonne a accédé le 1er janvier aux responsabilités et compétences élargies (RCE) en matière budgétaire et de gestion des ressources humaines, prévues aux articles L , L et L à L du code de l Education. Ainsi, conformément à l article 18 de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), l université d Evry fait certifier pour la première fois en ses comptes annuels. Le commissaire aux comptes retenu est le cabinet PwC. Autre conséquence de l autonomie : l Etat a transféré à l université la masse salariale qu il prenait à sa charge jusqu en En effet, jusqu au 31 décembre 2010, l UEVE ne comptabilisait sur son budget propre que certaines charges de personnel : pour l essentiel, celles relatives aux personnels contractuels, aux vacations et cours complémentaires des personnels enseignants. Ainsi, depuis le 1er janvier, l établissement paie sur son budget l intégralité de ses collaborateurs qu ils soient enseignants, non enseignants, contractuels ou non contractuels. La masse salariale supportée par le budget de l université est ainsi passée de 17 à 63 millions d euros entre 2010 et. De ce fait, les charges de personnel ne sont pas comparables entre les exercices 2010 et tant en matière de rémunérations que de cotisations sociales. Les opérations de paie (liquidation, paiement des personnels et règlement des cotisations aux organismes sociaux) sont effectuées à façon par la Direction des Finances Publiques des Yvelines en vertu d une convention de prestation de service conclue en A noter qu en parallèle, l Etat a transféré le financement correspondant en abondant sa subvention pour charges de service public. L UEVE a changé de système d information budgétaire et comptable Le progiciel de gestion intégrée Sifac a remplacé le 1er janvier l ancien logiciel Nabuco. Sifac est un outil de gestion budgétaire, comptable et analytique adapté du logiciel SAP. Fiabilisation de l actif : intégration du patrimoine immobilier - Le patrimoine immobilier de l UEVE a été valorisé par un prestataire privé pour le compte de France Domaine en date de valeur du 31 décembre 2009, pour un montant de 120 millions d euros. Ce patrimoine immobilier Un parc immobilier total de 122 M qui n était pas intégré dans les comptes jusqu alors, a été comptabilisé à l actif en 2010 pour ce montant. En, en l absence de documentation des travaux d évaluation et constatant que certaines valeurs pouvaient s éloigner des valeurs du marché, l université a demandé aux services France Domaine de l Essonne de procéder à une nouvelle valorisation. Cette nouvelle évaluation, corroborée par des éléments de comparaison (indicateurs de marché), a conduit à ajuster en la valorisation du parc immobilier de 120 à 95 millions d euros. - A l occasion de cette régularisation, l université a intégré l approche par composants conformément aux règlements n et n du Comité de la réglementation comptable (CRC) repris dans le référentiel M9 par l instruction n M9 du 23 janvier 2006 de la Direction Générale des Finances Publiques. Cette approche permet d amortir les bâtiments à compter de selon 6 composants et en fonction de durées différenciées. Ces bâtiments ont été amortis en 2010 de façon uniforme selon une durée de vie résiduelle estimée à 30 ans. - Par un protocole signé en juillet, la région Ilede-France a mis à disposition de l État de façon anti- 12 Annexe aux états financiers Rapport financier de l université d Evry Val d Essonne

11 cipée, le bâtiment de la première tranche de l Institut de biologie génétique et bioinformatique (IBGBI) situé boulevard de France à Évry. Conformément au même protocole, l université d Évry Val d Essonne en est devenue l occupant-exploitant le 28 juillet. Contrôlé de fait par l université, l IBGBI a été comptabilisé à son actif pour 26,7 millions d euros sur la base du coût de construction supporté par le maître d ouvrage Principes et méthodes d évaluation Référentiel comptable L université est soumise depuis le 1er janvier au décret n du 27 juin 2008 relatif au budget et au régime financier des établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel bénéficiant des responsabilités et compétences élargies. Elle applique par ailleurs la réglementation budgétaire, financière et comptable applicable aux établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel codifiée par l instruction n M93 du 21 décembre 2010 de la Direction Générale des Finances Publiques. Ce référentiel comptable, largement inspiré du Plan comptable général, intègre notamment les nouveaux règlements concernant les actifs et les passifs diffusés par l instruction DGFiP n M9 du 23 janvier TVA et sectorisation d activités Enfin, en ce qui concerne la taxe sur la valeur ajoutée, l UEVE applique les dispositions de l instruction fiscale 3 A-4-08 n 63 du 13 juin 2008 en vertu de laquelle elle a constitué deux secteurs d activités distincts : - Un secteur exonéré pour les activités d enseignement et de formation qui sont exonérées de TVA du fait de la loi. Ainsi, le chiffre d affaires facturé au titre de ces activités ne donne pas lieu à collecte de TVA. En contrepartie, les achats qui sont rattachés à ce secteur supportent une TVA non déductible. - Un secteur taxable pour certaines activités de recherche. Le chiffre d affaires de ces dernières est soumis à la TVA et les achats correspondants bénéficient du droit à déduction dans sa totalité. A noter que les dépenses qualifiées de mixtes, c està-dire qui ne peuvent pas être affectées précisément à l une ou l autre de ces activités, supportent la TVA selon un prorata de déduction de 3%. Ainsi, ces achats sont inscrits dans les comptes de charges ou d immobilisations pour leur montant hors taxe déductible. Corrections d erreurs Les retraitements liés aux corrections d erreurs et/ou régularisations sur exercices clos ont été comptabilisés via les comptes de capitaux propres et sont donc exclus du résultat de l exercice. Ces opérations sont conformes à l avis n du 30 juin 2010 du Conseil de la normalisation des comptes publics (CNoCP) repris dans le référentiel M9-3 de la Direction Générale des Finances Publiques. Elles concernent en les engagements sociaux évalués au 31 décembre 2010, relatifs à la masse salariale prise en charge par l Etat jusqu à cette date. Cf Immobilisations incorporelles et corporelles Les immobilisations acquises à titre onéreux sont comptabilisées à leur coût d acquisition. Ce coût est constitué du prix d achat, des droits et taxes non récupérables et le cas échéant des frais de livraison et de mise en service. Elles sont amorties selon le mode linéaire au prorata temporis, à compter de leur date de mise en service. Un plan d amortissement propre à chaque catégorie d immobilisations a été adopté par le Conseil d administration. Les cadences demeurent néanmoins indicatives. Elles peuvent être modifiées, au cas par cas et sur justifications, afin de traduire au mieux la durée d utilisation spécifique d un actif. Les immobilisations incorporelles : Elles sont dans la pratique essentiellement composées de logiciels acquis. Les logiciels dont le coût unitaire est supérieur à 800 hors taxe déductible sont inscrits à l actif. 13

12 Les cadences d amortissement sont les suivantes : Intitulés : Concessions, brevets, licences, logiciels, droits et valeurs similaires Logiciels Autres droits et valeurs Durées 3 ans 5 ans Les biens immobiliers : Le patrimoine immobilier bâti et non bâti reçu en affectation est comptabilisé à sa valeur vénale au 1 er janvier selon l estimation faite en mars 2012 par les services de France Domaine Essonne. Cette valorisation corrige celle communiquée par France Domaine en Les bâtiments sont amortis selon une répartition par composants et selon les cadences suivantes adoptées en Conseil d administration le 7 décembre 2010 : Composants Extérieurs au sol : Voirie Assainissement - Mobilier urbain Structure : Poteau Fondations Plancher Enveloppes : Ravalement Couverture Etanchéité TIC : Informatique Téléphonie Fluides : Chauffage - Electricité Ascenseur - Sanitaires Agencements : Cloisons - Menuiseries intérieures Durée 25 ans 50 ans 20 ans 7 ans 30 ans 20 ans Considérant qu elle n a pas la charge du renouvellement des bâtiments reçus en affectation, l UEVE a décidé de neutraliser la charge de leur amortissement comme l y autorise l instruction M 9-3. Cette neutralisation se traduit par la constatation d un produit exceptionnel en contrepartie d une reprise des capitaux propres. Les travaux et agencements sont amortis selon les mêmes principes mais leur charge d amortissement n est pas neutralisée. Compte tenu du fait que les bâtiments ont été intégrés dans les comptes pour leur valeur vénale, les travaux et agencements antérieurs ont été sortis de l actif. Les biens meubles : Tout bien dont le coût unitaire est supérieur à 800 hors taxe déductible est inscrit à l actif. A ce principe, l université aménage deux exceptions. Ainsi, sont également inscrits à l actif : - Les ordinateurs fixes ou portables quel que soit leur prix unitaire, - Les biens inférieurs à 800 acquis par lot. Un lot est défini comme un ensemble cohérent de biens identiques correspondant à un premier aménagement ou à un renouvellement global d une unité de lieu. Exemple : l acquisition de 25 tables correspondant au premier équipement d une salle de cours. 14 Annexe aux états financiers Rapport financier de l université d Evry Val d Essonne

13 Les biens meubles sont amortis selon les cadences suivantes adoptées en Conseil d administration le 7 décembre 2010 : Intitulés : Installations techniques, matériels et autres immobilisations corporelles Installations techniques ou complexes Matériel scientifique Matériel d enseignement Matériel de transport Matériel de bureau Matériel informatique Mobilier de bureau et autres Autres Durée 10 ans 5 ans 10 ans 5 ans 5 ans 4 ans 10 ans 5 ans Subventions d investissement Les subventions destinées à financer des opérations d investissement sont enregistrées au moment de leur notification dans les capitaux propres. Elles sont reprises en résultat exceptionnel au même rythme que l amortissement des immobilisations qu elles financent Valeurs mobilières de placement Les valeurs mobilières de placement sont comptabilisées à leur coût d acquisition. Les plus et moins-values de cession sont comptabilisées selon la règle du «premier entré, premier sorti». En fin d exercice, leurs valeurs comptables sont comparées aux dernières valeurs de marché connues. Les moins-values latentes donnent lieu à la comptabilisation d une dépréciation Rattachement des charges et des produits à l exercice Droits d inscriptions : Les droits d inscriptions perçus au titre d une année universitaire sont répartis à hauteur de 4/12 ème sur l exercice civil qui s achève (septembre à décembre) et 8/12 ème sur l exercice suivant. Considérant que la méthode dite à l avancement conduit à une meilleure information, l université a fait le choix de comptabiliser le chiffre d affaires de ses contrats pluriannuels en fonction de leur avancement. En ce qui concerne la recherche, l avancement est déterminé selon un prorata calculé en fonction des coûts réellement encourus au titre de chacun des contrats. En ce qui concerne la formation continue et par apprentissage, l avancement est déterminé en fonction de la durée. Ainsi, pour un contrat calé sur l année universitaire /2012, le prorata de rattachement à est de 4/12 ème soit un tiers. En fonction du rythme de facturation propre à chacun des contrats, les retraitements donnent lieu à la comptabilisation soit de produits à recevoir soit de produits constatés d avance. Les contrats sont considérés sans résultat prévisionnel. Les cours complémentaires et les vacations d enseignement : Ces charges qui sont dues au titre d une année universitaire sont rattachées à hauteur de 4/12ème sur l exercice civil qui s achève (septembre à décembre) et 8/12 ème sur l exercice suivant. Elles donnent lieu à la comptabilisation d une charge à payer. Les congés payés non pris et les jours épargnés sur compte épargne temps (CET) : Ces jours, qui représentent une dette envers le personnel, sont évalués en fin d exercice. Ils donnent lieu à la comptabilisation d une charge à payer pour le seul personnel non enseignant. Contrats pluriannuels : Les contrats concernés sont les contrats conclus au titre de la recherche et les contrats de formations continue et par apprentissage. 15

14 2Notes relatives aux postes de bilan Sauf mention particulière, les montants sont exprimés en milliers d euros Actif Montants en ACTIF Notes de renvoi à l annexe BRUT Exercice 2010 Amortissements et dépréciations NET NET Immobilisations incorporelles 205 Logiciels et droits similaires , , , ,08 Immobilisations corporelles 211 Terrains , , , Agencements de terrains 4 701,10-714, , , Constructions , , , , Installations techniques, matériels et outillage , , , , Autres immobilisations corporelles , , , , Immobilisations corporelles en cours , , ,14 Immobilisations financières 27 Autres immobilisations financières , , , ,94 Total actif immobilisé , , , ,18 Créances 2 41 Créances clients et comptes rattachés , , , ,54 42 à 47 Autres créances , , ,90 0,00 50 Valeurs mobilières de placement , , , , Disponibilités , , ,94 Total actif circulant , , , , Charges constatées d avance , , ,58 Total comptes de régularisation ,62 0, , ,58 TOTAL , , , ,37 Une valorisation du parc immobilier fiabilisée en 16 Annexe aux états financiers Rapport financier de l université d Evry Val d Essonne

15 Actif immobilisé....note 1 Immobilisations incorporelles : Les immobilisations incorporelles ont varié de la façon suivante sur l exercice : Immobilisations incorporelles (valeurs brutes) Valeur au 31/12/2010 Augmentations Diminutions Valeur au 31/12/ Logiciels et droits similaires TOTAL Les amortissements sur immobilisations incorporelles ont varié de la façon suivante sur : Amortissements des immobilisations incorporelles Valeur au 31/12/2010 Dotations Diminutions Aucune dépréciation n a été comptabilisée en ce qui concerne les immobilisations incorporelles. Valeur au 31/12/ Logiciels et droits similaires TOTAL Immobilisations corporelles : Les immobilisations corporelles ont varié de la façon suivante sur l exercice : Immobilisations corporelles (valeurs brutes) Valeur au 31/12/2010 Ajustement de valorisation Augmentations Diminutions Valeur au 31/12/ Terrains c/ Agencements terrains c/ Constructions c/ Instal. tech., mat. et outillage c/ Autres immob. corporelles c/ Immobilisations en cours c/ TOTAL L université a reçu en affectation de la part de l Etat un parc immobilier composé de m² de terrains et d un peu moins de m² de bâtiments. Ce parc est réparti au 31 décembre sur 10 sites implantés sur les communes suivantes : Evry Brétigny sur Orge Lisses Communes d implantation Bâtiment Ile-de-France Bâtiment Maupertuis Bibliothèque universitaire Bâtiment des 1 ers cycles Bâtiment du Facteur Cheval Site Monseigneur Roméro (IUT) Bâtiment Jean Rostand (IUT) IBGBI Site de Brétigny (IUT) Bâtiment du Pelvoux Sites 17

16 Les principales variations des immobilisations corporelles en s expliquent par les raisons suivantes : Livraison de la tranche 1 de l Institut de biologie génétique et bioinformatique : L université a inscrit en à son actif l Institut de biologie génétique et bioinformatique (IBGBI) qu elle contrôle conformément au protocole signé en juillet entre l université, la Région Ile-de-France et l Etat. Ce bâtiment est évalué à milliers d euros, montant qui correspond au coût de construction supporté par la Région Ile-de-France, maître d ouvrage de l opération. Sa mise en service a été fixée au 8 septembre, date de passage de la commission de sécurité qui a rendu un avis favorable à l ouverture du site. La tranche 1 représente environ m². Elle sera complétée d une tranche 2 d une surface équivalente dont la livraison est prévue en L inscription à l actif a été comptabilisée en contrepartie du compte 102 «Biens mis à la disposition des établissements». L IBGBI est amorti de façon différenciée selon six composants. Son amortissement est neutralisé comme pour les autres constructions reçues en affectation compte tenu du fait que l université n a pas la charge de son renouvellement. Ajustement de la valorisation du parc immobilier : Le patrimoine immobilier qui n était pas intégré dans les comptes jusqu alors a été comptabilisé à l actif en Cette intégration a été faite sur la base d une valorisation effectuée en 2009 par un prestataire privé (Deloitte) pour le compte de France domaine. La valorisation exprimée en valeur vénale de marché à la date du 31 décembre 2009 s élève à 120 millions d euros se décomposant en 82 millions d euros pour le bâti et 38 millions d euros pour le non bâti. Intégration du nouvel institut de biologie +26 M En l absence de documentation suffisante des travaux d évaluation et constatant que certaines valeurs pouvaient s éloigner des valeurs du marché, l université a décidé de consulter les services locaux de France domaine à Evry afin de valider les valorisations faites par Deloitte en La nouvelle évaluation effectuée en mars 2012 qui est corroborée par des éléments de comparaison (indicateurs de marché) a conduit l université à corriger les valorisations initiales. Cette évaluation a été également l occasion de fiabiliser les surfaces de chaque bien. En effet des divergences avaient été constatées entre les valeurs retenues par Deloitte lors de la première évaluation en 2009 et celles issues des plans détenus par la Direction du patrimoine immobilier de l université. Les corrections comptabilisées en contrepartie du compte 102 «Biens mis à la disposition des établissements» ont porté sur - les terrains qui dans leur ensemble étaient manifestement surévalués : k - les bâtiments : k En ce qui concerne les bâtiments, les ajustements les plus significatifs ont concernés les sites de Pelvoux (-8M ) et de Brétigny, plus particulièrement le château de la Fontaine (+ 3,8 M ). Des investissements de l exercice pour k : Les principaux investissements sont les suivants : - Maintenance des bâtiments k - Equipements informatiques k - Travaux relatifs à l accessibilité et la sécurité des bâtiments k - Premier équipement de l institut de biologie k Les amortissements sur immobilisations corporelles ont varié de la façon suivante sur : Amortissements des immobilisations corporelles Valeur au 31/12/2010 Ajustement de valorisation Dotations Diminutions Valeur au 31/12/ Agencements terrains Constructions Instal. tech., matériel et outillage Autres immobilisations corporelles TOTAL Annexe aux états financiers Rapport financier de l université d Evry Val d Essonne

17 Les retraitements liés à la nouvelle valorisation du patrimoine immobilier ont conduit à corriger les amortissements constatés sur les constructions. Les bâtiments inscrits à l actif au 1/1/2010 ont été amortis en 2010 à hauteur de k. Considérant que la nouvelle valorisation effectuée par les services locaux de France domaine remplace la précédente en date de valeur de 1er janvier, l ajustement a conduit à régulariser les amortissements constatés précédemment en contrepartie du compte 102 «Biens mis à la disposition des établissements». L amortissement relatif aux bâtiments reçus en affectation de l Etat est neutralisé à hauteur de k. La neutralisation se traduit par la comptabilisation d un produit exceptionnel en contrepartie d une reprise des capitaux propres. Aucune dépréciation n a été comptabilisée en ce qui concerne les immobilisations corporelles. Immobilisations financières Les immobilisations financières n ont pas varié sur l exercice : Immobilisations financières Valeur au 31/12/2010 Augmentations Diminutions Valeur au 31/12/ Participations et créances rattachées Autres immobilisations financières TOTAL Une dépréciation a été constatée à hauteur de 77 k en ce qui concerne un dépôt de garantie Créances....note 2 Les créances de l actif circulant sont composées des postes suivants : Créances (actif circulant) Valeur au 31 décembre 2010 Valeur au 31 décembre - Subventions à recevoir c/441 et Comptes de TVA c/ Débiteurs divers c/ Autres Total Autres créances : Créances Clients et Comptes rattachés Total Créances (Actif circulant) : Le poste «Créances Clients et Comptes rattachés» inclut des produits à recevoir détaillés ci-dessous : Produits à recevoir Valeur au 31 décembre 2010 Valeur au 31 décembre Mises à disposition de personnel 33 4 Formation continue Formation par apprentissage Prestations de recherche 0 57 Autres Total : Le poste «Créances Clients et Comptes rattachés» est déprécié de 500 k au 31 décembre. Cette dépréciation est la traduction du risque de non recouvrement sur certaines créances clients. Dépréciations Dépréciations au 31/12/2010 Dotations Reprises Dépréciations au 31/12/ Créances Clients et Comptes rattachés

18 Trésorerie....note 3 La trésorerie nette de l établissement est composée des éléments suivants : Trésorerie Valeur au 31 décembre 2010 Valeur au 31 décembre - Sicav Actions (LCL) c/ Sicav «Trésor première monétaire» c/ Bons du trésor c/ Total Valeurs mobilières de placement : Valeurs à l encaissement c/ Compte de dépôt (DFT) et caisse Intérêts courus 0 0 Total Disponibilités Paiements émis non débités à la clôture Trésorerie nette : L université dispose de deux comptes de dépôt : l un auprès de la Direction des finances publiques de l Essonne (DDFiP) l autre auprès de LCL le Crédit Lyonnais. Les lignes de placement sont détenues en comptes-titres : - Sicav Actions auprès de LCL le Crédit Lyonnais - Sicav Trésor première monétaire auprès de la DDFiP. L ensemble du portefeuille «Sicav Actions» est déprécié de 46 % par rapport à sa valeur d acquisition (2000) : Dépréciations Dépréciations au 31/12/2010 Dotations Reprises Dépréciations au 31/12/ Valeurs mobilières de placement Charges constatées d avance...note 4 Il s agit de charges ayant été comptabilisées en mais qui se rattachent à Sont essentiellement concernées les charges relatives aux contrats de maintenance, abonnements ou loyers payables d avance. Charges constatées d avance Valeur au 31 décembre 2010 Valeur au 31 décembre Charges constatées d avance c/ Une trésorerie nette de 14 M 20 Annexe aux états financiers Rapport financier de l université d Evry Val d Essonne

19 2-2. Passif Montants en PASSIF Notes de renvoi à l annexe Exercice Exercice Biens mis à disposition , , Dons et legs en capital 2 720, , Réserves , ,69 12 Résultat de l exercice , ,75 13 Subventions d investissement (net) , ,75 Total capitaux propres , , Provisions pour risques , , Autres provisions pour risques et charges ,00 Total provisions pour risques et charges , , Emprunts et dettes auprès des établissements de crédit , , Avances et acomptes reçus sur commandes en cours 1 764, ,76 40 Dettes Fournisseurs et Comptes rattachés , , Dettes fiscales et sociales , , Dettes sur immobilisations et Comptes rattachés , , Autres dettes , ,82 Total dettes , , Produits constatés d avance , ,35 Total comptes de régularisation , ,35 Total , ,37 21

20 Capitaux propres :... note 5 Les capitaux propres ont varié comme suit en : Valeur au 31/12/2010 Augmentations Diminutions Valeur au 31/12/ Biens mis à disposition (c/102) Ajustement de la valorisation des terrains Ajustement de la valorisation des bâtiments (valeur brute) Ajustement de la valorisation des bâtiments (amortissements 2010) Intégration de l IBGBI Neutralisation de l amort. des bât. () Dons et legs (c/103) 3 3 Réserves facultatives (c/1068) Affectation du résultat Corrections passifs sociaux antérieurs à Résultat Résultat Total : Subventions d équipement Valeur au 31/12/2010 Subventions reçues Quotes-parts reprises au compte de résultat Cessions et sorties Valeur au 31/12/ Subventions - Organismes publics Subventions - Autres Reprises subventions - Organismes publics Reprises sur subventions - Autres Total : Les capitaux propres de l université sont composés : - de la valeur des biens immobiliers remis en affectation par l Etat. Cf. note 1. Suite à leur intégration dans les comptes en 2010, ces derniers ont fait l objet d une nouvelle évaluation. Un ajustement de cette valeur a été fait au cours de l exercice. En, l université a mis en service le nouvel Institut de biologie génétique et bioinformatique (IBGBI). Ce bâtiment a été inscrit à l actif en contrepartie du compte 102 «Biens mis à la disposition des établissements» pour 26,7 millions d euros. Considérant qu elle n a pas la charge du renouvellement des constructions qu elle a reçues en affectation de l Etat, l université a décidé de neutraliser leur amortissement. Cette neutralisation se traduit par la comptabilisation d un produit exceptionnel en contrepartie d une reprise des capitaux propres. - de dons et legs. - des réserves de l établissement qui représentent le montant cumulé des résultats d exploitation des exercices précédents depuis la création en Les résultats sont affectés en réserves sur décision du Conseil d administration. - du résultat déficitaire de l exercice. - des subventions reçues pour le financement d investissements. Ces subventions sont reprises au compte de résultat au même rythme que celui de l amortissement des biens qu elles financent. A noter que le conseil régional d Ile-de-France finance le premier équipement de l Institut de biologie génétique et bioinformatique (IBGBI) à hauteur de 850 k. Cette subvention a été comptabilisée en subvention d investissement pour 420 k au cours de l exercice. Des réserves s élevant à plus de 13M 22 Annexe aux états financiers Rapport financier de l université d Evry Val d Essonne

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

Documents de synthèse Regroupements

Documents de synthèse Regroupements Documents de synthèse Regroupements Pré-requis : o Connaitre les documents de synthèse (bilan et tableau de résultat) selon les trois systèmes : Système de base, Système abrégé, Système développé. Objectif

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

-12 Résultat net de l'exercice (excédent ou déficit Poste Résultat des l'exercice (excédent) 12000 Poste Résultat de l'exercice (déficit) 12900

-12 Résultat net de l'exercice (excédent ou déficit Poste Résultat des l'exercice (excédent) 12000 Poste Résultat de l'exercice (déficit) 12900 -10 Fonds associatifs et réserves Poste Fonds associatifs sans droit de reprise 102000 Poste Valeur du patrimoine intégré 102100 Poste Fonds statutaires (à déclarer en fonction des statuts) 102200 Poste

Plus en détail

AUDIT FRANCE ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DES FRANCAS DE L HERAULT. Association loi 1901 Siège social : 27 rue Lafeuillade 34070 MONTPELLIER

AUDIT FRANCE ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DES FRANCAS DE L HERAULT. Association loi 1901 Siège social : 27 rue Lafeuillade 34070 MONTPELLIER AUDIT FRANCE ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DES FRANCAS DE L HERAULT Association loi 1901 Siège social : 27 rue Lafeuillade 34070 MONTPELLIER EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2010 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES

Plus en détail

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 SOCIETE DE TAYNINH 2013 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 B. Etats financiers au 30 juin 2013 C. Rapport des commissaires aux comptes

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

Etats Comptables et Fiscaux

Etats Comptables et Fiscaux adps 18 bis rue de bruxelles 75009 paris Etats Comptables et Fiscaux 31/12/2014 Téléphone : Etats Financiers Bilan Actif adps Edition du 17/03/15 RUBRIQUES BRUT Amortissements Net (N) Net (N-1) 31/12/2014

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

Imagine Canada États financiers

Imagine Canada États financiers États financiers 31 décembre 2014 Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant 1-2 État des produits et des charges 3 État de l évolution des actifs nets 4 État de la situation financière

Plus en détail

MAISON DE QUARTIER DES CHAMPS ELYSEES

MAISON DE QUARTIER DES CHAMPS ELYSEES DES CHAMPS ELYSEES Place Troisdorf 91000 EVRY Comptes Annuels au : 31 décembre 2014 SIRET : 32631653600019 Action Expertise - SECE - Société d'expertise Comptable et de Conseils aux Entreprises 110, boulevard

Plus en détail

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Sommaire PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Thème 1 Les notions de patrimoine et d activité de l entreprise 15 1 Bilan de départ simplifié 15 2 Bilans successifs et détermination

Plus en détail

C V 1 Extrait du Plan Comptable Général

C V 1 Extrait du Plan Comptable Général C.V Extrait du Plan Comptable Général C V 1 Extrait du Plan Comptable Général Sont reproduits les seuls comptes détaillés dans ce cours ou ceux qui nous semblent compréhensibles. Les comptes spécifiques

Plus en détail

BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

BILAN ET COMPTE DE RESULTAT 3 PLACE ARNOLD BILAN ET COMPTE DE RESULTAT - Bilan actif-passif - Compte de résultat - Détail des comptes bilan actif passif - Détail compte de résultat C.D. 63 B.P. 4 67116 STRASBOURG-REICHSTETT 03 88

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT Société anonyme au capital de 103 312 500. Siège social : 33, rue du Quatre Septembre, 75002

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS FONDATION D ENTREPRISE CHANEL 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS Exercice du 18 juin 2011 au 31 décembre 2012 SOMMAIRE COMPTES ANNUELS ANNEXE 6 1. Faits caractéristiques

Plus en détail

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE 1 LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE CLASSE 1 : COMPTES DE CAPITAUX 10. Capitaux propres 106. Réserves 107. Capital 108. Compte de l'exploitant

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS ARRETES AU 31 DECEMBRE 2012

RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS ARRETES AU 31 DECEMBRE 2012 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS ARRETES AU 31 DECEMBRE 2012 Association «AL BAWSALA» JUILLET 2013 Av. Hédi Karray - Imm.Luxor 2 ème Etage - Centre Urbain Nord -1082 Tunis SARL

Plus en détail

ASSOCIATION F.N.A.S.S.

ASSOCIATION F.N.A.S.S. Comptes annuels ASSOCIATION F.N.A.S.S. 12 RUE DE CAMBRAI - CS80011 59046 LILLE CÉDEX Exercice clos le 31 décembre 2013 SIRET : 783 713 688 00084 ASSOCIATION F.N.A.S.S. Exercice clos le 31 décembre 2013

Plus en détail

1. Fonds propres, provisions et impôts différés, dettes à plus d un an

1. Fonds propres, provisions et impôts différés, dettes à plus d un an Plan Comptable Minimum Normalisé (PCMN) des services résidentiels, d accueil de jour et de placement familial pour personnes handicapées Mise à jour au 01.01.2002 1. Fonds propres, provisions et impôts

Plus en détail

COMPTES ANNUELS du 01/01/2013 au 31/12/2013

COMPTES ANNUELS du 01/01/2013 au 31/12/2013 185 T AVENUE DE FABRON CZ MR GAUTHIER BERNARD COMPTES ANNUELS du 01/01/2013 au 31/12/2013 - Bilan actif-passif - Compte de résultat - Détail des comptes bilan actif passif - Détail compte de résultat Le

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

PLAN COMPTABLE NORMALISE

PLAN COMPTABLE NORMALISE PLAN COMPTABLE NORMALISE Classe 1 : COMPTES DE CAPITAUX, DE PROVISIONS ET DE DETTES FINANCIERES 10 Capital ou dotation des succursales et comptes de l exploitant 101 Capital souscrit (Sociétés de capitaux

Plus en détail

COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010

COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010 F D C N FDC COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010. ACTIF. PASSIF. RESULTAT 2 BILAN ACTIF CONSOLIDATION durée de l'exercice 12 mois Brut Am.& Prov. ACTIF IMMOBILISE Immobilisations

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles. Mairie de Saint-Julien-en-Genevois. Fiche d identité de l association

DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles. Mairie de Saint-Julien-en-Genevois. Fiche d identité de l association DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles Mairie de Saint-Julien-en-Genevois Nom et coordonnées de l association Fiche d identité de l association Nom de l'association Objet Adresse de

Plus en détail

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER REMARQUES PRELIMINAIRES Les ménages n ont pas d obligation de tenir une comptabilité. En revanche, d une part, certaines situations liées à un état de dépendance

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Arrêté du 27 décembre 2011 portant homologation des règlements n o 2011-01, n o 2011-02, n o 2011-03,

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014

ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014 ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014 Les comptes de l année 2014 sont présentés sous la même forme que ceux des années précédentes

Plus en détail

REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière

REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière Ce document a pour objet de décrire l ensemble des règles d imputation des dépenses et de préciser les biens pouvant être considérés comme des

Plus en détail

COMITE DEPARTEMENTAL d'equitation de l'ain

COMITE DEPARTEMENTAL d'equitation de l'ain COMITE DEPARTEMENTAL d'equitation de l'ain 13 ROUTE DE SEILLON 01000 BOURG EN BRESSE Bilan Association Présenté en Euros Période du 01/09/2013 au 31/08/2014 édité le 27/10/2014 COMITE DEPARTEMENTAL d'equitation

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

C IV 3 Les documents de synthèse (présentation simplifiée)

C IV 3 Les documents de synthèse (présentation simplifiée) C IV 3 Les documents de synthèse (présentation simplifiée) Voici les documents de synthèse conformes au Plan Comptable Général. Pour les rendre accessibles, nous n en avons reproduit que les lignes rencontrées

Plus en détail

Plan comptable marocain www.lacompta.org

Plan comptable marocain www.lacompta.org Plan comptable marocain www.lacompta.org Comptabilité pour étudiants et professionnels Raccourcies : cliquez sur un compte pour afficher ses sous comptes CLASSE 1 : COMPTES DE FINANCEMENT PERMANENT 11

Plus en détail

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut Comptes sociaux au 31 décembre 2013 A. Bilan ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut 2013 Amort. et dépréc. Immobilisations incorporelles 3-4 21 280 1 926 19 354 19 071 Immobilisations corporelles 3-4 7

Plus en détail

MEN DAF A3 L EXTOURNE Mode opératoire GFC- 2014/2015

MEN DAF A3 L EXTOURNE Mode opératoire GFC- 2014/2015 L extourne est une méthode de traitement des charges à payer et des produits à recevoir qui donne la compétence à l ordonnateur pour solder les opérations de l année N-1 exercice antérieur- en année N

Plus en détail

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants :

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants : 1 http://www.boutique.afnor.org/livre/la-comptabilite-en-pratique-des-ecritures-comptables-a-l-interpretation-des-comptes-annuels/article/674901/fa092236 PREPARATION DES COMPTES ANNUELS Contrôler et justifier

Plus en détail

Annexe aux comptes annuels de l exercice clos le. 31.08.2013 Montants exprimés en Euros. Ce rapport contient 12 pages

Annexe aux comptes annuels de l exercice clos le. 31.08.2013 Montants exprimés en Euros. Ce rapport contient 12 pages ABCD Avenir Agricole et Rural Annexe aux comptes annuels de l exercice clos le 31.08.2013 Montants exprimés en Euros Avenir Agricole et Rural Ce rapport contient 12 pages 2014 KPMG S.A., société anonyme

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : LES AMORTISSEMENTS I DEFINITION... 2 II LES OPERATIONS COMPTABLES... 2

FICHE TECHNIQUE : LES AMORTISSEMENTS I DEFINITION... 2 II LES OPERATIONS COMPTABLES... 2 FICHE TECHNIQUE : LES AMORTISSEMENTS Sommaire I DEFINITION... 2 II LES OPERATIONS COMPTABLES... 2 A/ L amortissement réel... 2 B/ L amortissement neutralisé... 2 1 - Biens acquis sur dotation... 3 2 -

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 OBJECTIF 01. La norme comptable NC 01 - "Norme comptable générale" définit

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe :

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe : L'AVIS DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES SUR LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE Hervé Stolowy, Professeur au Groupe HEC, diplômé d'expertise comptable L'avis n xx de l'oec "Le tableau des flux de trésorerie",

Plus en détail

BILAN ACTIF 9 090.00 34 704.56 34 704.56 9 090.00 70 000.00 53.97 70 053.97 9 090.00 104 758.53

BILAN ACTIF 9 090.00 34 704.56 34 704.56 9 090.00 70 000.00 53.97 70 053.97 9 090.00 104 758.53 BILAN ACTIF ACTIF Eercice N Eercice N-1 20/06/2013 12 20/06/2012 11 Brut Amortissements et Provisions Net Net Ecart N / N-1 Euros % IMMOBILISATIONS INCORPORELLES Frais d'établissement Frais de recherche

Plus en détail

PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS Nomenclature des comptes

PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS Nomenclature des comptes PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS Nomenclature des comptes Ce Plan Comptable des Associations est extrait du Plan Comptable Général 1999 et il intègre les nouveaux comptes issus de l'arrêté du 8avril 1999

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

- En fonction de sa nature chaque opération sera enregistrée dans un compte. - Les documents de synthèse : le livre journal

- En fonction de sa nature chaque opération sera enregistrée dans un compte. - Les documents de synthèse : le livre journal RAPPELS : La comptabilité permet : - d enregistrer les entrées et sorties d argent - d informer les adhérents du club et ses partenaires (institutionnels et autres) - de contrôler et de prouver - de prévoir.

Plus en détail

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d information pour les copropriétaires Le décret comptable Quelques repères......pour mieux comprendre Juin 2007 Plan du guide

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES GDF SUEZ TRADING

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES GDF SUEZ TRADING PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COTES ANNUELS) GDF SUEZ TRADING Société par actions simplifiée au capital de 351 200 000. Siège social : 1, place Samuel de Champlain, 92400

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

Mesdames et messieurs les préfets de région (pour exécution),

Mesdames et messieurs les préfets de région (pour exécution), Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

COMMUNICATION FINANCIèRE Des Banques Populaires Régionales

COMMUNICATION FINANCIèRE Des Banques Populaires Régionales COMMUNICATION FINANCIèRE Des Banques Populaires Régionales AU 30 JUIN 2011 Banque Populaire du centre sud Valeurs en caisse, Banques centrales, Trésor public, Service des chèques postaux 182 505 183 673

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013 États financiers de La Fondation canadienne du rein Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4 État de la situation financière... 5 État

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX DES COMPTES DIVISIONNAIRES Directive n 03/11-UEAC-195-CM-22 relative au plan

Plus en détail

Plan d'édition ADGV UNION EXERCICE 2010 - BILAN ACTIF

Plan d'édition ADGV UNION EXERCICE 2010 - BILAN ACTIF Plan d'édition ADGV UNION EXERCICE 2010 - BILAN ACTIF IMMOB. INCORPORELLES 0.00 Concessions, Brevets et Droits Similaires 5 352.10 20532000 LOGICIELS 5 352.10 Amortissements et Provisions Concessions,

Plus en détail

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux BILAN AU 31 DÉCEMBRE 2005 ACTIF DEC 2005 DEC 2004 PASSIF DEC 2005 DEC 2004 Valeurs en caisse,banques centrales, Trésor public, Banques centrales, Trésor public, Servicesdes 197 427 113 253 Service des

Plus en détail

2014 CLASSE 1 : COMPTES DE CAPITAUX 10 : FONDS ASSOCIATIFS ET RESERVES

2014 CLASSE 1 : COMPTES DE CAPITAUX 10 : FONDS ASSOCIATIFS ET RESERVES Liste des comptes du plan de référence spécifique à Eglise Evangélique Luthérienne de France (Inspection de Paris) pour l'année 2014 CLASSE 1 : COMPTES DE CAPITAUX 10 : FONDS ASSOCIATIFS ET RESERVES 1021

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES 2011

COMPTES CONSOLIDES 2011 COMPTES CONSOLIDES 2011 Les chiffres clés 2011 Développement Patrimoine au 31/12/2011 Livraisons 2011 En cours de construction 2011 Projets en étude au 31/12/2011 59 904 logements 1 198 logements 2 054

Plus en détail

RÈGLEMENT N 2014-01 du 14 janvier 2014. Règlement homologué par arrêté du 8 septembre 2014 publié au Journal Officiel du 15 octobre 2014

RÈGLEMENT N 2014-01 du 14 janvier 2014. Règlement homologué par arrêté du 8 septembre 2014 publié au Journal Officiel du 15 octobre 2014 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2014-01 du 14 janvier 2014 Relatif au plan comptable des organismes de placement collectif à capital variable Règlement homologué par arrêté du 8 septembre 2014

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

DEMANDE D INTERVENTION DE LA SNCI EN FAVEUR D UN PROJET DE CREATION / REPRISE D UNE ENTREPRISE

DEMANDE D INTERVENTION DE LA SNCI EN FAVEUR D UN PROJET DE CREATION / REPRISE D UNE ENTREPRISE DEMANDE D INTERVENTION DE LA SNCI EN FAVEUR D UN PROJET DE CREATION / REPRISE D UNE ENTREPRISE 1 INFORMATIONS RELATIVES A L ENTREPRISE REQUERANTE IDENTIFICATION DE L ENTREPRISE Raison sociale Adresse Activité

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional <%moiscx%>

Rapport pour la commission permanente du conseil régional <%moiscx%> Rapport pour la commission permanente du conseil régional Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france LA POLITIQUE REGIONALE POUR LES PERSONNES EN SITUION DE

Plus en détail

Comptes annuels États financiers 2013

Comptes annuels États financiers 2013 Comptes annuels États financiers 2013 SOMMAIRE PREAMBULE... 2 1. Les missions de la CPRPSNCF... 2 2. L organisation comptable et financière... 3 3. La certification des comptes... 3 4. Convention de présentation...

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

2 3 4 AUtre 26 Colombie- Britannique 160 Provinces DE L ATLANTIQUE 68 PROVINCES DES PRAIRIES 223 ONTARIO 656 QUÉBEC 1 217 0 5 10 15 20 25 30 0 5 10 15 20 25 30 35 0 10 20 30 40 50 60 ATTEINTE D UN RÈGLEMENT

Plus en détail

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.)

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) 31 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des revenus et dépenses et de l actif net... 3 État de

Plus en détail

AVIS N 89 MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE

AVIS N 89 MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE AVIS N 89 MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Avis portant plan et règles de fonctionnement des comptes et présentation des états financiers des entités d assurances et /ou de réassurances.

Plus en détail

N O M E N C L A T U R E 2014 COMPTES DE CAPITAUX 10 DOTATIONS, CAPITAL ET RESERVES

N O M E N C L A T U R E 2014 COMPTES DE CAPITAUX 10 DOTATIONS, CAPITAL ET RESERVES PLAN COMPTABLE M31 AU 1 e r JANVIER 2014 C H A P I T R E CLASSE 1 COMPTES DE CAPITAUX 10 DOTATIONS, CAPITAL ET RESERVES 102 Dotations 102 1021 Dotation initiale 102 1022 Complément de dotation 103 Autres

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Royaume du Maroc Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Dans le cadre de la mise en place d'un dispositif permettant le

Plus en détail

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE Qu est ce que la comptabilité? La comptabilité est un ensemble d enregistrement, de traitement, au niveau interne elle permet aux dirigeants de faire des choix.

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Paris, le 14 février 2014 8h Information réglementée C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Indicateurs clés : Loyers IFRS à 43,3 M (+12,1%)

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

Exercices. financière. d analyse. 5 e édition 2010-2011. avec corrigés détaillés. Béatrice et Francis Grandguillot

Exercices. financière. d analyse. 5 e édition 2010-2011. avec corrigés détaillés. Béatrice et Francis Grandguillot Exercices d analyse financière avec corrigés détaillés Béatrice et Francis Grandguillot 5 e édition 2010-2011 Béatrice et Francis GRANDGUILLOT sont professeurs de comptabilité-gestion et de fiscalité dans

Plus en détail

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux responsables

Plus en détail

Comptes Consolidés 30/06/2014

Comptes Consolidés 30/06/2014 Comptes Consolidés 30/06/2014 Table des matières BILAN... 2 COMPTE DE RESULTAT... 3 NOTE ANNEXE AUX COMPTES CONSOLIDES... 4 Note 1 - Faits marquants de la période et évènements post clôture... 4 Note 2

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

Comptes Consolidés 31/12/2013

Comptes Consolidés 31/12/2013 Comptes Consolidés 31/12/2013 Table des matières BILAN... 2 COMPTE DE RESULTAT... 3 NOTE ANNEXE AUX COMPTES CONSOLIDES... 4 Note 1 - Faits marquants de la période et évènements post clôture... 4 Note 2

Plus en détail

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier.

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier. Dossier Financier Ce dossier complète notre dossier économique en apportant un éclairage financier sur notre projet. Il s appuie sur l organisation que nous avons mise en place et sur l expérience de démarrage

Plus en détail

UNADFI. 10, rue du Père Julien Dhuit 75020 PARIS. RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES Exercice clos le 31 décembre 2000

UNADFI. 10, rue du Père Julien Dhuit 75020 PARIS. RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES Exercice clos le 31 décembre 2000 EXPERT COMPTABLE DE LA RÉGION PARIS LLE-DE FRANCE UNADFI Union nationale des associations pour la défense des familles et de l'individu 10, rue du Père Julien Dhuit 75020 PARIS RAPPORT DU Exercice clos

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail