Le plan d entretien préventif normalisé et la gestion des risques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le plan d entretien préventif normalisé et la gestion des risques"

Transcription

1 Le plan d entretien préventif normalisé et la gestion des risques SANTECH avril

2 Objectifs d aujourd hui Présenter le plan et les réalisations du regroupement Montrer les résultats à ce jour dans un site pilote Présenter l expérience du CUSM Présenter les bonnes pratiques et les résultats concrets dans des établissements du réseau. 1

3 Le plan d entretien préventif normalisé pour le RSSS Denis Dufour Directeur des services techniques CSSS de l Ouest de l Île 10 avril 2008 SANTECH

4 Contexte Besoins importants du réseau à la suite de coupures budgétaires et d implantations ratées d outils de gestion au cours des années 1985 à 2002 Obtention de budgets importants en maintien d actifs récemment (PCFI) Pression supplémentaire des projets sur les services des installations matérielles Inventaires souvent inexistants ou pas à jour, systèmes d information inadéquats, contrats de service non suivis et entretien préventif en retard 3

5 Contexte L implantation des bonnes pratiques est remise à plus tard Importance donnée par le MSSS à l implantation d un plan d entretien et 2 % de la valeur de remplacement en entretien préventif et correctif On ne connaît pas le niveau de risques que l on gère Les outils actuels pour obtenir des budgets additionnels dans nos établissements ne sont ni pertinents et ni efficaces 4

6 Pourquoi un plan normalisé? Changer les pratiques passées prévoyant des plans irréalistes sans égard à la criticité et aux indicateurs de confort, de qualité de l air et de l eau, au développement durable, etc. Remotiver les employés sur le terrain Établir un plan d entretien fondé sur l optimisation du coût total de propriété et la réduction de la vétusté Répondre aux exigences de la reddition de comptes aux différentes instances Satisfaire les exigences des lois, des lignes directrices, des normes et des règlements Réduire les coûts d élaboration et d implantation d un plan d entretien pour tous les établissements 5

7 Mandat relatif au plan d entretien normalisé Développer un plan d entretien préventif pour les équipements, les systèmes et les composantes installés dans les bâtiments du réseau, incluant les travaux en régie interne et par contrat de service Le plan doit être transférable dans les progiciels de gestion des établissements Le plan d'entretien est évolutif de sorte que des mises à jour annuelles seront disponibles Le plan doit réfléter les relations aux lois, règlements et normes Le plan doit aussi servir de guide pour les actions requises des gestionnaires 6

8 Un regroupement proactif Le regroupement des DST de Montréal a décidé de former un comité et de s associer à la firme CIM - Conseil en immobilisation et management inc. pour développer un plan d entretien préventif normalisé pour les établissements du réseau Ce projet a reçu l aval de l Agence de santé et de services sociaux de Montréal et commence à percer dans d autres régions du Québec Les établissements participants (18 à ce jour) sont rendus à divers niveaux dans le projet de changement 7

9 Membres du regroupement à ce jour Centre jeunesse de Québec CSSS Ahuntsic-Mtl-Nord CSSS d Antoine-Labelle CSSS de la Côte-de-Gaspé CSSS de l Ouest-de-l Île CSSS de Saint-Jérôme CSSS Pierre-Boucher CSSS Richelieu-Yamaska CSSS Sud-Ouest-Verdun Centre universitaire de santé McGill Hôpital Douglas Hôpital général juif Hôpital Louis-H. Lafontaine Hôpital Maisonneuve-Rosemont Hôpital Rivière-des-Prairies Hôpital Sainte-Justine Institut de Cardiologie de Montréal Institut de gériatrie de Montréal 8

10 Établissements ayant reçu une proposition spécifique ou à l Intérieur d un projet écoénergétique CHSLD Juif Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal Institut Armand-Frappier CSSS Jardins-Roussillon CSSS des Basques CSSS Rimouski-Neigette CSSS du Suroît Centre jeunesse de Montérégie CSSS Vaudreuil-Soulanges CSSS de l Énergie CSSS d Arthabaska-et-de-l Érable CSSS de Trois-Rivières CSSS Cavendish CSSS du Cœur-de-l Île CSSS Dorval-Lachine-Lasalle CSSS Jeanne-Mance 9

11 Un regroupement proactif Étapes d un projet dans un établissement Révision des processus Acquisition de logiciel Mise à jour de l inventaire Implantation du plan d entretien normalisé Intégration de l analyse de vétusté (liste des besoins identifiés en investissements) Préparation d un dossier de gestion de risques 10

12 Un regroupement proactif Le plan d entretien préventif normalisé comprend: Familles d équipements Tâches pour les employés, les fournisseurs de services(dans le cas d un contrat) et pour les gestionnaires Grille de criticité et temps standards Grille d évaluation et de gestion des risques 11

13 Exemple de familles D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref visa Refroidisseurs à vis refroidi à l'air 1A D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref visa Refroidisseurs à vis refroidi à l'air 1M D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref visa Refroidisseurs à vis refroidi à l'air 1J D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref viso Refroidisseurs à vis refroidi à l'eau 1A D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref viso Refroidisseurs à vis refroidi à l'eau 1M D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref viso Refroidisseurs à vis refroidi à l'eau 1J D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref abs Refroidisseur à absorption 1A D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref abs Refroidisseur à absorption 1M D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref abs Refroidisseur à absorption 1J D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref abs Refroidisseur à absorption 3A D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau det freo Detecteur de fréon 1A D Système refroidissement tdr Tour de refroidissement tr refc Tour de refroidissement (courroie) 1A 12

14 Exemple de tâches REFROIDISSEUR À VIS REFROIDIE À L AIR Entretien mensuel ( ) Enregistrer les débits d eau ( ) Enregistrer les températures ( ) Enregistrer les pressions d'opération ( ) Vérifier et enregistrer les conditions de tension et d'ampérage des circuits électriques. ( ) Faire la mise au point des dispositifs de régulation et de sécurité. ( ) Vérifier le fonctionnement du système de purge. ( ) Remplacer, si requis, l'huile des pompes à vide. ( ) Vérifier la propreté du serpentin et la présence de résidus organiques, nettoyer au besoin ( ) Vérifier les pales des ventilateurs, les roulements de l'arbre du moteur et les grillages ( ) Vérifier l'usure, la tension et l'alignement des courroies si applicable, et ajuster au besoin ( ) Vérifier le niveau d'huile du compresseur, en ajouter au besoin. ( ) Vérifier la pression du liquide réfrigérant et ajouter au besoin. ( ) Vérifier l état et la propreté des serpentins et nettoyer au besoin ( ) Détecter toutes fuites de la tuyauterie ou des valves, resserrez les raccords au besoin. ( ) Vérifier toutes les composantes électriques et resserrer les connections au besoin ( ) Enregistrer et signaler les conditions anormales, les mesures prises, etc 13

15 Exemple de tâches (gestionnaires) 14

16 Exemples de temps standards TEMPS STANDARD DE MAINTENANCE PREVENTIVE D20. PLOMBERIE Projet : Mandataire : TEMPS MOYENS D2010. APPAREILS DE PLOMBERIE Appareils sanitaires (inspection annuelle de plomberie) 0,41 Fontaines réfrigérées (inspection annuelle) 0,44 D2020. RESEAU D'EAU DOMESTIQUE ALIMENTATION Valves d'entrée d'eau (inspection de plomberie) 0,50 Compteur d'eau (inspection mécanique) Inspection mécanique 0,50 Lecture 0,25 SURPRESSION Pompe de surpression (lubrification et inspection de plomberie) 1,25 Pompe de surpression d'eau domestique (lubrification et inspection de plomberie) 0,50 REDUCTION DE PRESSION Valve de réduction de pression d'eau (inspection mécanique) 0,43 COMPENSATION Valves de compensation d'eau (inspection de plomberie) 0,75 EAU CHAUDE Réservoir d'eau chaude (drainage et inspection plomberie) 1,36 DRAINS Drains de plancher (inspection et nettoyage) 2,00 PUISARD Puisard (nettoyage par vacuum) 0,91 Pompe de puisard (nettoyage et inspection de plomberie) 0,35 Pompe de puisard extérieure (nettoyage et inspection de plomberie) 6,00 15

17 Grilles de criticité et de gestion de risques Ces deux sujets seront traités par mes collègues 16

18 Travaux du comité Six rencontres ont été tenues à ce jour Le projet de développement déposé par CIM a été révisé et adopté par le comité (août 2007) Il a été convenu de solliciter les établissements des autres régions à travers leur agence respective et individuellement La méthodologie de développement du plan d entretien a été étudiée, révisée et adoptée (septembre 2007) Lors du dépôt des familles d équipements, classifiées selon la nomenclature Uniformat II, les membres du comité ont apporté leurs commentaires qui ont été intégrés dans la liste finale (octobre et novembre 2007) Le plan d entretien pour la catégorie CVAC a été complété et présenté (novembre 2007) Le projet pilote au CSSS Sud Ouest et Verdun a été mis en branle à la réunion du 24 janvier 2008 Le plan d entretien (sauf pour architecture et équipements mobiles)a été approuvé et une présentation de la grille de criticité et de la méthode d évaluation des risques a été réalisée à la réunion de mars

19 Échéancier ÉTAPES DU MANDAT Septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars Avril Mai Création du comité et définition de la base de données Production de la liste des familles d'équipements et du format de fichier 3 Établissement de la cote de criticité 4 Détermination du type d'entretien 5 Approbation du programme d'entretien 6 Transfert de connaissances aux responsables de l'entretien et production du fichier de transfert Plan d entretien normalisé disponible pour juin

20 Plan d entretien normalisé Les résultats du site pilote Normand Gélinas Directeur adjoint des services techniques CSSS Sud-ouest-Verdun 10 avril 2008 SANTECH

21 Structure organisationnelle au CSSS Directeur adjoint DRM Bâtiment Coordonnateur Projets Coordonnateur Services techniques Chef de service Hôpital 1 CLSC (location) Chef de service Ouest 3 centres hébergement 1 CLSC (location) Chef de service Sud 3 centres hébergement Chef de service Est 2 centres hébergement 1 CLSC 20

22 Processus de gestion de requêtes Requêtes d entretien curatif Requêtes papier traitées localement Par les ouvriers À court terme interface WEB Requêtes d entretien préventif Traitées par secteur Par le chef de service 21

23 1 er site - Centre d hébergement Champlain Implication du personnel Mise à jour de l inventaire Relevé exhaustif des équipements ( 3 semaines) Mise à jour des listes existantes Rattachement des composantes aux différents équipements 22

24 Révision du plan et transfert à la GMAO Identification des dates des derniers entretiens Alimentation de la GMAO 23

25 Validation, tests auprès des employés Mise en opération du système 1er avril bons de travail Constat nombre d heures plus élevé que ressources disponibles (calcul d écart en cours) Gestion du changement Organisation du travail Ouvriers spécialisés Ajustements Réévaluation de certaines tâches Validation des données et des heures 24

26 Étapes à venir Criticité et temps standards Grille d évaluation à compléter Balancement des charges de travail Révision des contrats Implantation de la GMAO à l Hôpital de Verdun 25

27 CENTRE UNIVERSITAIRE DE SANTÉ MCGILL Plan d entretien préventif normalisé Par: Yanaï Elbaz Directeur général associé, Redéploiement, Planification et Gestion immobilière SANTECH 2008

28 Centre universitaire de santé McGill Créé en 1997, le CUSM est la première et la plus importante fusion volontaire de centres hospitaliers universitaires au Canada. L Hôpital général de Montréal 1822 L Hôpital Royal Victoria 1893 L Hôpital de Montréal pour enfants 1903 L Institut thoracique de Montréal 1903 L Hôpital neurologique de Montréal

29 Parc immobilier du CUSM 3.7 millions de pieds carrés 40 bâtiments répartis sur 5 sites HGM (futur Campus de la Montagne) HRV ITM HNM HME 28

30 Complexité des installations matérielles les infrastructures datent du début des années 1800 et 1900 (vétusté élevée) elles font partie intégrante d un site protégé (arrondissement historique et naturel du Mont Royal) ce qui rend toute construction architecturale beaucoup plus complexe (autorisations ministérielles requises) le projet de redéploiement sur 2 sites confronte également les gestionnaires à des décisions à court, moyen ou long terme 29

31 Complexités liées à sa gestion Par année, le CUSM représente: 360 projets de construction 46,000 requêtes formulées aux services techniques 64% satisfaites en 48 heures 80% satisfaites en 7 jours 100,000 heures (tournées de production et visites d entretien préventif) 60,000 heures d entretien préventif 30

32 En route vers l excellence Pourquoi implanter l entretien préventif? Offrir un meilleur service (patients et personnel) Contrôler les coûts ($) Mieux gérer et améliorer l efficacité Mesurer la performance Augmenter la fiabilité et la sécurité 31

33 Historique de maintenance (CUSM) Quelles initiatives furent mises de l avant par le CUSM au cours des 5 dernières années? 1. Bâtir une équipe solide et compétente: Mobiliser une équipe de gestion qualifiée (ingénieurs et architectes) pour superviser efficacement les employés Création d équipes spécialisées: - Projets mineurs (construction) - Projets d entretien - Projets éco-énergétiques (mise de l avant de nombreux projets d économie d énergie: 23M$ réalisés, 13M$ en cours, Total: 36M$) 32

34 Historique de maintenance (CUSM) Création de postes spécialisés: - Gestionnaire de réclamations d assurances - Contrôleur de chantiers de construction (permis municipaux, autorisations à obtenir du Ministère de la Culture, CSST, CCQ, etc.) - Coordonnateur en Système de Gestion Environnementale (SGE) - Ingénieur électrique pour l ensemble de nos sites Formation et mobilisation des employés syndiqués par l instauration d un programme de formation continue et accélérée 33

35 Historique de maintenance (CUSM) 2. Implanter l entretien préventif par l instauration de politiques et procédures 34

36 Historique de maintenance (CUSM) 3. Mettre en place un processus informatisé Pourquoi? Standardiser les processus Bâtir un historique Dégager des tendances Mesurer la performance Agir sur les bonnes problématiques (80/20) Dégager des objectifs «on ne peut pas améliorer ce que l on ne mesure pas» 35

37 Les résultats obtenus par le CUSM Quels sont les résultats obtenus par le CUSM? Le nombre de dégâts d eau à l Hôpital Royal Victoria passa de plus de 250 à moins de 50 par année Le nombre de thermographies des panneaux électriques passa de 0 à 600 par année Réduction de la consommation énergétique des sites de 3.4 à 2.45 giga joules par mètre carré et l on vise ultimement une réduction à 2.0 giga joules par mètre carré (soit une réduction de 41%) Réduction des gaz à effet de serre (GES) de 36% ou 33,000 tonnes de CO2 Initiation d un sondage pour cibler et améliorer le service à la clientèle (niveau de satisfaction = 84%) 36

38 Les résultats obtenus par le CUSM Certification «Visez Vert» de BOMA et LEED du Conseil du bâtiment durable du Canada Établissement d un plan de conservation et de fonctionnalité immobilière (PCFI) et d un plan directeur immobilier (PDI) De plus, grâce au support constant de l Agence de la santé et des services sociaux de Montréal par l augmentation du budget de maintien d actif au cours des dernières années, nous avons réussi à faire plus d entretien préventif dans nos bâtiments ce qui a fait en sorte de réduire considérablement le nombre de crises et de réparations urgentes. 37

39 Prochaine étape: l audit 38

40 L audit de la maintenance Pourquoi instaurer un audit? 1. Pour s assurer que les bâtiments soient pleinement sécuritaires (tierce partie neutre et indépendante qui vient évaluer la qualité du travail déjà effectué par le CUSM) 2. Pour nous aider à réajuster notre niveau de maintenance et ainsi mettre en place les meilleures pratiques de gestion et d entretien 3. Pour documenter systématiquement l entretien de chacun de nos sites afin d assurer une continuité du transfert de connaissances 4. Pour déposer un rapport indépendant à la direction générale et au conseil d administration de l établissement 39

41 L audit de la maintenance En quoi consiste l audit? 1. À identifier le déficit d entretien (tâches préventives actuelles comparées au plan normalisé) Inspections techniques Comparaisons entre l'entretien réalisé et normalisé Analyse des rapports d'experts Priorisation des projets Conclusion pour chaque secteur 40

42 L audit de la maintenance 2. À prioriser les actions à court, moyen et long terme (exemple): Priorités Description Date de fin Responsable Risque Coûts 1 Réviser les anti-refoulements Aut M. Paul Moyen 12,000 $ 2 Modernisation de l'ascenseur #12 Hiv R. Scott Moyen 50,000 $ 3 Modifier le centre de contrôle des gaz Été 2009 J. Mathieu Faible 25,000 $ 41

43 Probabilité de survenance Négligeable Minimale Modérée Importante L audit de la maintenance 3. À identifier les risques : Risque de dommage La probabilité de survenance X l importance du dommage = NIVEAU DE RISQUE Négligeable Minimale Modérée Importante Importance du dommage 42

44 Cahier d audit Quels sont les secteurs visés? ascenseurs, eau domestique, équipements pétroliers, production de chaleur et de froids, CVCA, gaz médicaux, protection incendie, électricité et architecture Table des matières (ex: électricité) Lois et normes Liste d équipements Entretien préventif Projets Analyses d experts Études 43

45 Conclusion Le fait d avoir procédé à un examen de conscience avec l audit nous permet de nous assurer de façon systématique que nos bâtiments sont fonctionnels et sécuritaires pour nos patients et nos employés 44

46 La gestion de l entretien Une démarche éprouvée Jacques Bélanger Associé et directeur principal CIM 10 avril 2008 SANTECH

47 Les prérequis à la performance Volonté institutionnelle de changement Structure organisationnelle qui permet de réaliser le plan de match Révision des processus pour assurer l imputabilité, définir les tâches de chacun et optimiser les coûts et la productivité S assurer que le logiciel de GMAO répond aux exigences Implanter le plan normalisé tant pour l interne que pour les firmes externes et les gestionnaires Gérer le risque 46

48 Implantation La période complète d implantation est d environ 18 mois Les coûts s autofinancent par les économies générées et peuvent être inclus dans le PCFI (dépenses de maintien des actifs en investissement) ou dans un projet écoénergétique Ne pas négliger la gestion de changement 47

49 Analyse comparative des coûts Actuellement, très peu d établissements peuvent identifier séparément les dépenses des travaux préventifs, correctifs et fonctionnels Il est connu que plusieurs travaux d investissement sont réalisés à même le budget de fonctionnement (7801) Le MSSS désire que des catégories spécifiques soient utilisées à l intérieur de 7800 à 7809 à compter de Selon la circulaire MGF-038 du : 7801: entretien préventif et correctif (inclut le mobilier et l équipement de chambres mais exclut l équipement médical et informationnel) 7802 : entretien des équipements biomédicaux (sauf labos, imagerie et oncologie sous 6600, 6830 et 6840 même ceux inférieurs à $) 7805 : entretien des espaces loués 7806 : maintien des actifs Nous vous recommandons d utiliser le poste 7809 pour les travaux fonctionnels à même le fonctionnement. Le MSSS prévoit que ces coûts sont fondus dans le 7801au rapport AS

50 Analyse comparative des coûts En général, les établissements dépensent plus de 2 % de la valeur de remplacement dans le Mais quel est le pourcentage appliqué à l entretien préventif et correctif des bâtiments? Le défi est de convertir des dépenses associées aux travaux fonctionnels et de maintien des actifs (investissement à même le fonctionnement) en dépenses d entretien préventif et correctif Les résultats sont beaucoup plus probants que l on peut penser 49

51 Augmentation des coûts Analyse comparative des coûts Coûts d entretien / m3 (7801-CDBa) Établ. 1 Établ. 2 Établ.3 Comp. Réseau 10,00% 8,00% 6,00% 4,00% 2,00% 0,00% -2,00% -4,00% -6,00% -8,00% -10,00% -12,00% % d augmentation des coûts d entretien Établ 1 Établ 2 Établ 3 Comparatif Les établissements 1, 2 et 3 ont entrepris le changement contrairement aux comparables du réseau (12) retenus 50

52 Le plan normalisé d entretien c est: Connaître Évaluer son parc immobilier Les lois et règlements Les niveaux de service requis La charge de travail l écart entre les besoins et la disponibilité des ressources La criticité et les priorités Le risque Prendre des décisions éclairées pour gérer le risque 51

53 La situation actuelle Le MSSS demande 2 % en entretien préventif, correctif et fonctionnel mineur Les bonnes pratiques demandent 2 % excluant le fonctionnel Le réseau présente un total de 2,2 % dont environ 1,4 % (huit cas vécus) en préventif et correctif 0,8 % en fonctionnel et maintien d actifs c est trop Du 1,4 % peut être 0,3 % en préventif et 1,1% en correctif On recherche 1% en préventif Chiffres sous réserve garder en tête les ordres de grandeurs 52

54 Gérer le risque c est: Prévenir la réalisation du risque. Tenir des compte des impacts de la réalisation sur les personnes touchées par la situation. Réduire les conséquences ou les pertes en cas de réalisation du risque. Réf. : Manuel gestion des risques 53

55 Identification de la criticité 1. La famille d équipements mise en relation avec les lieux desservis. Critique Intermédiaire De base Aires communes 54

56 Tableau des aires de soins et des services RÉVISION: TABLEAU CROISÉ DES AIRES DE SOINS ET DES SERVICES TECHNIQUES FOURNIES À CET AIRE DE SOIN LÉGENDE DE LA CRITICITÉ DES ÉQUIPEMENTS: 1=NÉGLIGEABLE, 2= MINIMALE, 3=MODÉRÉE, 4=IMPORTANTE Définitions Aire de soins critiques Aire de soins où l'anesthésie générale est pratiquée de façon régulière dans le cadre de l'examen ou du traitement des malades et où le contact cardiaque entre un malade et l'appareillage électromédical est fréquent et essentiel Aire de soins intermédiaires Aire de soins où le contact corporel entre un malade et l'appareillage électromédical est fréquent ou normal Aire de soins de bases Aire de soins où le contact corporel entre un malade et l'appareillage électromédical n'est ni fréquent ni normal Aires de soins critiques Urgence Aires pour clientèle sur pied Salle de trauma ou de choc Aires pour clientèle sur civière Salle de chirurgie mineure Unités de soins intensifs Unités de soins intensifs néonataux Unité des naissances Bloc opératoire Salles d'opération Aires de circulation et accueil Aires de lavage/décontamination des instruments Aires de stérilisation des instruments Aires d'entreposage matériel stérile Salle de réveil Endoscopie Salles d'examen/procédure Aires de lavage/décontamination Aires de stérilisation des instruments et scopes Aires de circulation et accueil Aires d'entreposage matériel propre et stérile Hémodynamie Aire de circulation et d'accueil Salle de préparation pré examen/procédure et surveillance post examen/procédure Salle de procédure Salle technique adjacente à la salle de procédure Local de pharmacie Utilité souillée Utilité propre ou aire de rangement de matériel Eau domesti que Eau distillé??? Produits pétroliers, (réservoirs) Product ion de chaleur Eau chaude Product ion de froid Ascenseurs Ventilation Vent. pression (+) Vent. pression (- ) Vent. filtration élevée (HEPA) Gaz médicaux Évacuation air vicié/ contaminé Azote CO2 O2 AO3 Air médical Vacuum Protec tion incendie Élec tricité Génératrice alim. d'urgence Alarme - incendie Salle d'angio ou autre procédure radiologique (pace maker??) Total partiel des aires visées (certaines aires se retrouvant sur différentes unités) 55

57 La norme ISO Gestion du risque pour les équipements médicaux L importance du dommage (I) X Probabilité de survenance (P) = Le risque de dommage (R) 56

58 Comment établir le tableau des risques dans le bâtiment Les grilles ont pour fonction de quantifier les facteurs qui composent le risque Deux grilles sont nécessaires L importance du dommage Probabilité de survenance 57

59 Critères établis pour chaque élément Importance du dommage Probabilité de survenance Priorités Santé et Sécurité du public et usagers Essentiel au bon fonctionnement Protection de la propriété (optimisation des coûts) Mise aux normes Le risque associé à la mise aux normes doit être défendu dans les rénovations fonctionnelles et nouveaux projets de construction et non au PCFI ou au plan d entretien 58

60 Titre Importance du dommage Priorité Description Importance Notes Niveau 1 Santé et Sécurité du public 4 Danger de décès. Danger de blesser. Niveau 2 Santé et Sécurité des personnes 4 Danger de décès. Danger de blesser. Danger de prolonger le séjour d'un usager. Niveau 3 Essentiel au bon fonctionnement 3 Arrêt du service rendu. Dégradation du service rendu. Dégradation de l'équipement. Niveau 4 Protection de la propriété (optimisation des coûts) 2 Augmentation des coûts d'opération. Augmentation des coûts de maintenance. Niveau 5 Mise aux normes 1 Lois et règlements Normes. Guides. Ligne directrices. Légende Importance du dommage 1 : Négligeable 2 : Minimale 3 : Modérée 4 : Importante La plus haute cote donnée sera la cote d'importance du dommage qui sera retenue 59

61 La probabilité de survenance Critères : La qualité des systèmes de redondance Le pourcentage d'entretien préventif réalisé Appréciation de l'état général du système La disponibilité et les compétences des ressources internes et externes. 60

62 Probabilité de survenance Titre Probabilité de survenance Éléments Description Évaluation Notes Redondance La qualité des systèmes de redondance Inacceptable, (inexistant) 3 Tolérable 6 Bon 9 Excellent 12 Entretien Le pourcentage d'entretien préventif réalisé Préventif 0-24% 2, % % 7, % 10 L'état du Appréciation de l'état général du système Système Inacceptable 2,5 Vétusité Tolérable 5 Bon 7,5 Excellent 10 Normes Le système est-il conforme? Guide et lignes directrices 1 Normes 2 Lois et règlements 3 Le système est non conforme. 4 Ressources Disponibilté et compétence requise MOD, experts ext. Qualité éxécution Très difficile 1 Difficile 2 Modérée 3 Facile 4 Total des points = Probabilité de survenance Total des points Échelle Importante 1,0-10,0 4 Modérée 10,0-20,0 3 Minimale 20,0-30,0 2 Négligeable 30,0-40,0 1 61

63 Calcul du risque Titre Importance du dommage Probabilité de survenance Risque Résultat de 1 à 4 : Résultat de 5 à 8 : Résultat de 9 à 12 : Résultat de 13 à 16 : 1 : Négligeable 2 : Minimale 3 : Modérée 4 : Importante 1 : Négligeable 2 : Minimale 3 : Modérée 4 : Importante Calcul du risque (valeur calculée : Survenance * Importance) Valeurs possibles : de 1 à 16 Plus le chiffre est haut plus le risque est élevé Risque négligeable Risque minimale Risque modéré Risque important Calcul Conditions : DESCRIPTION DU PLAN D'ACTION/PLAN DE CONTINGENCE 62

64 Tableau récapitulatif (cas vécu) Optimisation du coût total de propriété dans l existant Cahier Gestion des risques, Tableau récapitulatif Entretien préventif 1 à 10 L'état du système 1 à 10 Total point survenance 1 à 40 Probabilité de survenance 1 à 4 Importance du dommage 1 à 4 Risque de dommage 1 à 16 Secteur d'activité Redondance 1 à 12 Normes 1 à 4 Ressources 1 à 4 1 Ascenseur Cedar Ascenseur Pines , , Ascenseurs Livingston , , Ascenseurs services Ascenseurs recherche , , Eau domestique Équipements pétroliers 12 7,5 7, Production de froid HVAC principaux 3 7, , Gaz médicaux , , Protection incendie Alarme incendie Électricité, Haute tension , , Électricité, Basse tension 6 7, , Génératrice , , Architecture 3 2, , Moyennes : 8,3 8,8 6,4 2,3 2,6 28,2 1,5 2,9 4,4 63

65 Risque de dommage importance du dommage RISQUE DE DOMMAGE importante modérée minimale négligeable négligeable minimale modérée importante probabilité de survenance 64

66 Probabilité de survenance Négligeable Minimale Modérée Importante Déterminer le plan d entretien et le PCFI Risque de dommage Zone de décision entretien et PCFI Zone aussi faible que raisonnablement possible, (AFRP) Essentiel préventif et PCFI Zone non acceptable Zone largement acceptable Plan d entretien non requis Néglige able M inimale M odérée Importante Importance du dommage 65

67 Montréal 440, boul. René-Lévesque Ouest, bureau 1700, Montréal (Québec) H2Z 1V7 T F Québec 2960, boul. Laurier, bureau 208, Québec (Québec) G1V 4S1 T F Courriel : Internet :

L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE pour de meilleurs soins

L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE pour de meilleurs soins L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE pour de meilleurs soins Antonin Bouchard, ing., D.E.S.S. Directeur associé, exploitation & redéploiement 10 avril 2008 Colloque San-Tech Collaboration: M. Vincent Lacouline OBJECTIFS

Plus en détail

PLANIFIER ET CHOISIR SA VISION STRATÉGIQUE Défis pour une meilleure gestion des services techniques du réseau de la santé du Québec

PLANIFIER ET CHOISIR SA VISION STRATÉGIQUE Défis pour une meilleure gestion des services techniques du réseau de la santé du Québec PLANIFIER ET CHOISIR SA VISION STRATÉGIQUE Défis pour une meilleure gestion des services techniques du réseau de la santé du Québec Yanaï Elbaz Directeur général associé, Redéploiement, planification et

Plus en détail

Solutions Industries. Un partenaire pour accroître votre performance industrielle. www.cofelyservices-gdfsuez.net

Solutions Industries. Un partenaire pour accroître votre performance industrielle. www.cofelyservices-gdfsuez.net Solutions Industries Un partenaire pour accroître votre performance industrielle www.cofelyservices-gdfsuez.net Répondre aux défis des marchés industriels La mondialisation, la volatilité des tarifs énergétiques,

Plus en détail

Gestion intégrée de l énergie à la Ville de Montréal

Gestion intégrée de l énergie à la Ville de Montréal Gestion intégrée de l énergie à la Ville de Montréal Patrice Leroux, ing. PA LEED, CEM Chef de section Énergie et Environnement Yannik Sauvé, MGP Conseiller planification énergie Julien Harvey-Vaillancourt,

Plus en détail

positive CSSS de Vaudreuil-Soulanges Brigitte Duquette, inf, B.Sc. Conseillère cadre en prévention et contrôle des infections

positive CSSS de Vaudreuil-Soulanges Brigitte Duquette, inf, B.Sc. Conseillère cadre en prévention et contrôle des infections La contamination croisée positive CSSS de Vaudreuil-Soulanges Brigitte Duquette, inf, B.Sc. Conseillère cadre en prévention et contrôle des infections Lina Lauzier, inf., M. Sc. Directrice des soins infirmiers,

Plus en détail

La géothermie. Hôpital Rivière-des-Prairies. Colloque-exposition SAN-TECH 2008. Avril 2008 EN PARTENARIAT AVEC

La géothermie. Hôpital Rivière-des-Prairies. Colloque-exposition SAN-TECH 2008. Avril 2008 EN PARTENARIAT AVEC La géothermie Hôpital Rivière-des-Prairies Colloque-exposition SAN-TECH 2008 EN PARTENARIAT AVEC 1 Participants André Rochette Ecosystem Yvette Fortier HRDP Michel Lapointe HRDP 2 L Hôpital Rivière-des-

Plus en détail

Congrès OIIQ 2012. La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers

Congrès OIIQ 2012. La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers CSSS Laval Présentation modélisation et simulation, cliniques externes Congrès OIIQ 2012 La simulation : un atout pour la réorganisation des services hospitaliers Le cas du bloc d endoscopie du CSSS du

Plus en détail

Comment évaluer si l entretien de votre bâtiment est fait de façon raisonnable?

Comment évaluer si l entretien de votre bâtiment est fait de façon raisonnable? Comment évaluer si l entretien de votre bâtiment est fait de façon raisonnable? Sebastiano DePani, ing. M.Sc.A GES Technologies inc. 6705, Jean Talon Est, bureau 100 Montréal (Québec) H1S 1N2 Tél.: (514)

Plus en détail

technicien en bâtiments temps complet 35 heures/semaine chef de service des ressources financières, matérielles et informationnelles

technicien en bâtiments temps complet 35 heures/semaine chef de service des ressources financières, matérielles et informationnelles DESCRIPTION DE POSTE I IDENTIFICATION DE L'EMPLOI Titre : Statut : Supérieur immédiat : Direction : technicien en bâtiments temps complet 35 heures/semaine chef de service des ressources financières, matérielles

Plus en détail

FICHE FONCTION RESPONSABLE SERVICE ENTRETIEN ET TRAVAUX NEUFS

FICHE FONCTION RESPONSABLE SERVICE ENTRETIEN ET TRAVAUX NEUFS POUR CANDIDATER : Mariane.Colmant@dupont.com ETAT SIGNALETIQUE SERVICE : MAINTENANCE SITE : SASSENAGE (38) Intitulé du poste : Responsable Service Entretien et Travaux Neufs Cette fiche fonction sera révisée

Plus en détail

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302*

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Transports Canada Transport Canada TP 14693F (05/2007) Aviation civile Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Imprimé au Canada Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes

Plus en détail

DIRECTION DES RESSOURCES FINANCIÈRES ET MATÉRIELLES GESTIONNAIRE ADMINISTRATIF (SECTEUR ENTRETIEN DES BÂTIMENTS)

DIRECTION DES RESSOURCES FINANCIÈRES ET MATÉRIELLES GESTIONNAIRE ADMINISTRATIF (SECTEUR ENTRETIEN DES BÂTIMENTS) Le Cégep de l Outaouais accueille, dans ses trois campus et à son centre d études collégiales de la Vallée-de-la-Gatineau, 5150 étudiants à qui il offre un riche éventail de 5 programmes préuniversitaires

Plus en détail

Politiques des équipements et des infrastructures

Politiques des équipements et des infrastructures POLITIQUE DES ÉQUIPEMENTS ET DES INFRASTRUCTURES Le conseil municipal, le conseil d agglomération, les conseils d arrondissement et le comité exécutif de Montréal, à titre d administrateurs de fonds publics

Plus en détail

Génie biomédical et services techniques Direction associée gestion des immobilisations et des technologies médicales Direction générale adjointe

Génie biomédical et services techniques Direction associée gestion des immobilisations et des technologies médicales Direction générale adjointe Les immobilisations des établissements publics Enveloppes régionales de maintien des actifs (équipements médicaux, équipements généraux et mobilier) Exercice 2009-2010 Génie biomédical et services techniques

Plus en détail

Le leadership des gestionnaires de bâtiments institutionnels : une cible, un bilan, un défi! Sujets discutés. Atteinte des cibles.

Le leadership des gestionnaires de bâtiments institutionnels : une cible, un bilan, un défi! Sujets discutés. Atteinte des cibles. Le leadership des gestionnaires de bâtiments institutionnels : une cible, un bilan, un défi! Michel Fournier, ingénieur Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques Sujets discutés Atteinte des

Plus en détail

E-02 Politique sur la gestion des immobilisations Recueil sur la gouvernance

E-02 Politique sur la gestion des immobilisations Recueil sur la gouvernance E-02 Politique sur la gestion des immobilisations Anciennement «Politique sur la gestion du budget d immobilisations» adopté par le C.A. le 26 février 2002 Amendé par le C.A. le 3 mai 2011 (résolution

Plus en détail

L efficacité énergétique: Une démarche prioritaire

L efficacité énergétique: Une démarche prioritaire L efficacité énergétique: Une démarche prioritaire Notre organisation (au 31 octobre 2012) 1 ère institution bancaire au Québec 19 920 employés 451 succursales au Canada 2,4 millions de clients particuliers

Plus en détail

La permanence des correctifs: ça veut dire quoi, concrètement, dans les lieux de travail? Rapport annuel de gestion 2011

La permanence des correctifs: ça veut dire quoi, concrètement, dans les lieux de travail? Rapport annuel de gestion 2011 24 e colloque santé et sécurité au travail Abitibi-Témiscamingue 24 octobre 2012 La permanence des correctifs: ça veut dire quoi, concrètement, dans les lieux de travail? Guylaine Bourque, ing. Rapport

Plus en détail

Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied

Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied : : A P P L I E D S U P P O R T : : Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied Maximisez votre investissement technologique LE SUCCÈS DE VOTRE ENTREPRISE DÉPEND DE LA PERFORMANCE DE VOS CAPACITÉS

Plus en détail

Commissionnement continu avec garantie de performance, un modèle très performant. Pierre Lapointe

Commissionnement continu avec garantie de performance, un modèle très performant. Pierre Lapointe Commissionnement continu avec garantie de performance, un modèle très performant Pierre Lapointe 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 1. Mise en contexte 1.1. Positionnement de COFELY : AMÉRIQUE DU NORD 800 employés

Plus en détail

KWATROE Consultants INC.

KWATROE Consultants INC. Avenir des arénas aux Îles-de-la-Madeleine Étude de coût comparative Mars 2015 Mandat de la firme Kwatroe Consultant inc: Actualiser les coûts de l étude réalisée par notre firme en 2008 Estimation budgétaire

Plus en détail

Vers une saine gestion de l eau potable AGPI 12 et 14 mars 2013

Vers une saine gestion de l eau potable AGPI 12 et 14 mars 2013 Vers une saine gestion de l eau potable AGPI 12 et 14 mars 2013 1 Contexte Gouvernement du Québec : Stratégie québécoise d économie d eau potable (2011) Objectif 1 : réduction de la consommation d eau

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

La «Télégestion énergétique» Optimiser, former, économiser

La «Télégestion énergétique» Optimiser, former, économiser un bâtiment aujourd hui, pour la vie Vos systèmes CVAC sont-ils efficaces? En êtes-vous certains? La «Télégestion énergétique» Optimiser, former, économiser 10 octobre 2002 Pierre Chénier, ing. Chef PAIP-Construction

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA PRÉSENTATION

SOMMAIRE DE LA PRÉSENTATION SOMMAIRE DE LA PRÉSENTATION 1. Contexte hospitalier du CUSM. 2. Pourquoi fait-on du maintien d actifs? 3. Pourquoi fait-on du développement durable? 4. Quel est le lien entre maintien d actifs et développement

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information...

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information... MÉMOIRE DE L AQESSS SUR LE PROJET DE LOI N o 133 «LOI SUR LA GOUVERNANCE ET LA GESTION DES RESSOURCES INFORMATIONNELLES DES ORGANISMES PUBLICS ET DES ENTREPRISES DU GOUVERNEMENT» L Association québécoise

Plus en détail

Solutions managériales, technologiques et immobilières dans les secteurs institutionnel, commercial et industriel

Solutions managériales, technologiques et immobilières dans les secteurs institutionnel, commercial et industriel Solutions managériales, technologiques et immobilières dans les secteurs institutionnel, commercial et industriel UNE ÉQUIPE D EXPERTS- CONSEILS UNIQUE L ÉQUIPE CIM L équipe multidisciplinaire CIM se compose

Plus en détail

préventif des bâtiments

préventif des bâtiments Les défisd de l entretienl préventif des bâtiments Michel Jullien Directeur Les Consultants Ammco Inc. 5989 David-Lewis, Côte-St-Luc, Qc. H3X 4A1 Tél: (514) 739-1959, Télécopie: (514) 739-2897 www.ammco.ca

Plus en détail

Notre solution : Souplesse des systèmes

Notre solution : Souplesse des systèmes Projet d efficacité énergétique Notre solution : Souplesse des systèmes et équipements efficaces! par Daniel Bussière, ing. 1 Objectifs du projet Atteindre les objectifs de réduction fixés par le ministère

Plus en détail

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques

Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Emerson montre aux centres de données comment réduire ses coûts énergétiques Face à des budgets de plus en plus serrés, des inquiétudes sur l empreinte écologique, ainsi que des coûts de plus en plus élevés

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

Optimisation du processus de gestion des plaintes et des commentaires à la SAAQ

Optimisation du processus de gestion des plaintes et des commentaires à la SAAQ Permis Immatriculation Optimisation du processus de gestion des plaintes et des commentaires à la SAAQ Prévention Véhicules lourds Présentation à l ARGP Mars 2012 Victimes d accident Présenté par Nancy

Plus en détail

Optimisation du chauffage et de la distribution de l ECD au Complexe Southwest One

Optimisation du chauffage et de la distribution de l ECD au Complexe Southwest One Optimisation du chauffage et de la distribution de l ECD au Complexe Southwest One (Prix Energia 2013) (Méritas Technologique ASHRAE 2015) ASHRAE Stan Katz, LEED PA Directeur Général - Énergie, Tuyauterie

Plus en détail

Mise en service. Formation nationale sur la mise en service, 2006. Exposé présenté par Paul Sra et Mike Cavan

Mise en service. Formation nationale sur la mise en service, 2006. Exposé présenté par Paul Sra et Mike Cavan Mise en service Formation nationale sur la mise en service, 2006 Exposé présenté par Paul Sra et Mike Cavan 1 Portée de l exposé Aperçu sur la mise en service Exigences de mise en service par rapport aux

Plus en détail

Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM

Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM Plan de la présentation Partie 1 : Répondre au besoin d une relève pour une main-d œuvre qualifiée dans les URDM

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 Mise à jour : 19 mai 2016 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE

Plus en détail

Notre engagement qualité. ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère. développer la qualité de vie

Notre engagement qualité. ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère. développer la qualité de vie Notre engagement qualité ISO 9001 - ISO 14001 Qualité architecturale et paysagère développer la qualité de vie Notre engagement qualité... p. 2 Notre politique qualité globale... p. 4 Notre système de

Plus en détail

Dans le cadre de l Initiative des Innovateurs énergétiques et du programme Mesures volontaires et Registre du Défi-climat canadien (MVR inc.

Dans le cadre de l Initiative des Innovateurs énergétiques et du programme Mesures volontaires et Registre du Défi-climat canadien (MVR inc. &pjhs0dulh9lfwrulq 3/$1' $&7,21685/$ *(67,21'(/ e1(5*,( Dans le cadre de l Initiative des Innovateurs énergétiques et du programme Mesures volontaires et Registre du Défi-climat canadien (MVR inc.) 7DEOHGHVPDWLqUHV

Plus en détail

Au nom du président, M. Peter Degadt, Le secrétaire, C. Decoster

Au nom du président, M. Peter Degadt, Le secrétaire, C. Decoster SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 09/04/2009 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Direction générale de l Organisation des Etablissements de Soins CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS HOSPITALIERS.

Plus en détail

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction Guide de conception de projets GC-3.2.4 Fabrication et distribution de l'air comprimé et de l'eau réfrigérée (11/2007)

Plus en détail

Politique environnementale et de développement durable Plan d'actions environnementales 2015 2020

Politique environnementale et de développement durable Plan d'actions environnementales 2015 2020 Politique environnementale et de développement durable Plan d'actions environnementales 2015 2020 La direction de l Hôpital général juif (HGJ) s'engage { respecter ses engagements en matière d environnement,

Plus en détail

Champions. TRAVAILLER avec des CHAMPIONS RAPPORTE! de la construction commerciale et industrielle. Hors série

Champions. TRAVAILLER avec des CHAMPIONS RAPPORTE! de la construction commerciale et industrielle. Hors série Champions de la construction commerciale et industrielle VOLUME 1 NUMÉRO 1 POUR VOS PROJETS DE CONSTRUCTION COMMERCIALE ET LA MAINTENANCE DE VOS IMMEUBLES : TRAVAILLER avec des CHAMPIONS RAPPORTE! PP 41614528

Plus en détail

Nouvelle Norme ISO 50001: Systèmes de management de l énergie. 26 e congrès de l AQME, 2 mai 2012

Nouvelle Norme ISO 50001: Systèmes de management de l énergie. 26 e congrès de l AQME, 2 mai 2012 Nouvelle Norme ISO 50001: Systèmes de management de l énergie 26 e congrès de l AQME, 2 mai 2012 1 AGENDA Un coup d œil sur ISO 50001 Mise en œuvre de la norme ISO 50001 Bénéfices des systèmes de gestion

Plus en détail

La Ville de Montréal optimise ses processus d évaluation et de dotation avec le Système Tests en ligne basé sur la technologie uvox.

La Ville de Montréal optimise ses processus d évaluation et de dotation avec le Système Tests en ligne basé sur la technologie uvox. APERÇU Client La Ville de Montréal Profil du client 19 arrondissements 20 services corporatifs 25 000 employés La Ville de Montréal optimise ses processus d évaluation et de dotation avec le Système Tests

Plus en détail

Journée nationale de sensibilisation à la prévention des risques

Journée nationale de sensibilisation à la prévention des risques Journée nationale de sensibilisation à la prévention des risques Présentation: Expérience de la CJO en matière de gestion des risques 17 mars 2015 Présentée par Autor : Noureddine / Author Data / Date

Plus en détail

6. Les allocations d investissements

6. Les allocations d investissements Les allocations d investissements 6. Les allocations d investissements 6.1 La portée, les objets et les reports 6.2 Le parc mobilier 6.3 Le parc immobilier 6.4 L enveloppe de rattrapage pour les travaux

Plus en détail

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon le 4 avril 2012 Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité Dominique COMBEAU, Pharmacien Hospitalier,

Plus en détail

Réduction de 4,4 GWh de la consommation électrique des systèmes CVCA d un bâtiment institutionnel. Stéphan Gagnon, ing.

Réduction de 4,4 GWh de la consommation électrique des systèmes CVCA d un bâtiment institutionnel. Stéphan Gagnon, ing. Réduction de 4,4 GWh de la consommation électrique des systèmes CVCA d un bâtiment institutionnel Stéphan Gagnon, ing., CEM, LEED GA Plan de la présentation Genèse du projet Mode de réalisation Description

Plus en détail

EEC.11 - Conception de base en mécanique du bâtiment Compétences formulées en objectifs et standards

EEC.11 - Conception de base en mécanique du bâtiment Compétences formulées en objectifs et standards EEC.11 - Conception de base en mécanique du bâtiment Compétences formulées en objectifs et standards Table des matières Code et titre de compétence Page 01UJ Analyser la fonction de travail...3 AE3A Analyser

Plus en détail

5/23/2014. Norme de santé et sécurité psychologique et autres normes dans le marché

5/23/2014. Norme de santé et sécurité psychologique et autres normes dans le marché La norme nationale sur la santé et sécurité psychologiques au travail, la norme "Entreprise en santé" et la norme "Conciliation travail famille": Comment s'y retrouver et comment choisir? Présentée par:

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST)

Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST) Conseil national de recherches du Canada Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST) Vérification interne, CNRC SEPTEMBRE 2010 1.0 Sommaire et conclusion Contexte Ce rapport présente les

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013 Direction de l audit de Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques Le 5 décembre 2013 Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques BUT Le présent document

Plus en détail

DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019

DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019 STRATÉGIE DES PARTENARIATS DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019 Catherine Giroux, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal Objectifs de la séance d information Présenter les orientations

Plus en détail

La réforme des services de santé et des services sociaux au Québec

La réforme des services de santé et des services sociaux au Québec et des services sociaux au Québec David Levine Président-directeur général Agence de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux de Montréal, 2005 Une réforme majeure Un

Plus en détail

LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES

LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES LES CONTRATS D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE CVC: MISE EN ŒUVRE D UN PROJET D EFFICACITE ENERGETIQUE LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES RQE du 26 octobre 2012 -Nantes

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

La gestion d une flotte : un défi au Quotidien chez Gaz Métro

La gestion d une flotte : un défi au Quotidien chez Gaz Métro La gestion d une flotte : un défi au Quotidien chez Gaz Métro Atelier du Parc fédéral 2007 30 octobre 2007 Roger Constantin Chef de service gestion de la flotte Gaz Métro Plan de la présentation Objectifs

Plus en détail

Congrès de l Association d établissements de santé et de services sociaux

Congrès de l Association d établissements de santé et de services sociaux Congrès de l Association d établissements de santé et de services sociaux Yves Bolduc Ministre de la Santé et des Services sociaux 13 mai 2011 1 Messages Le système de santé et de services sociaux du Québec

Plus en détail

PROJET DE RÉHABILITATION DU 201 JARRY OUEST, MONTRÉAL

PROJET DE RÉHABILITATION DU 201 JARRY OUEST, MONTRÉAL annuel 0 PROJET DE RÉHABILITATION DU 0 JARRY OUEST, MONTRÉAL Original : 0-0- HQD-, document Page de annuel 0 Conformément à la décision D-00-0, le Distributeur dépose le suivi 0 des travaux du projet

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES Durée : 6 jours Public : Plombiers, Electriciens, Chauffagistes Pré-requis : avoir suivi une formation climatisation

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

Système de gestion des risques associés aux matières dangereuses dans les procédés industriels

Système de gestion des risques associés aux matières dangereuses dans les procédés industriels Système de gestion des risques associés aux matières dangereuses dans les procédés industriels CRAIM présentation du 24 novembre 2014 Par: Bertin Ouellet, ing. Ingénieur principal des procédés pour Nemaska

Plus en détail

Description de l expérience de travail Plombier

Description de l expérience de travail Plombier Description de l expérience de travail Plombier Renseignements personnels (Veuillez écrire en caractères d'imprimerie.) Prénom officiel Initiale du second prénom Nom de famille officiel Date de naissance

Plus en détail

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS ÉTUDE DE CAS GROUPE CGI INC. Fondé en 1976, le Groupe CGI inc. est l une des plus grandes firmes internationales indépendantes à œuvrer dans le secteur des technologies de l information et des processus

Plus en détail

Système de gestion environnementale et politique d achat intégrant des critères environnementaux. Le Réseau d échanges 25 septembre 2006

Système de gestion environnementale et politique d achat intégrant des critères environnementaux. Le Réseau d échanges 25 septembre 2006 Système de gestion environnementale et politique d achat intégrant des critères environnementaux Le Réseau d échanges 25 septembre 2006 1 PLAN Qu est-ce qu un système de gestion environnementale (SGE)?

Plus en détail

Fiche d opportunité SOLUTION. (Nom du cadre client responsable du DA) (Nom du demandeur) (Nom du ou de la pilote)

Fiche d opportunité SOLUTION. (Nom du cadre client responsable du DA) (Nom du demandeur) (Nom du ou de la pilote) Outil no. 1 Page Fiche d opportunité 1/2 Définition du besoin À compléter par le demandeur Identification de la demande Type de demande cible requise Coûts estimé ($) Efforts estimés (J/P) cible requise

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001 SARL Capital de 24 000 Siret 350 521 316 00025 NAF 741G créée en 1989 1bis rue Marcel PAUL - 91742 MASSY Cedex Adresse postale : 6 rue SORET 91600 Savigny sur Orge Tél : 33 (0)1 69 44 20 33 Fax : 33 (0)826

Plus en détail

MON04FR01. 1. Objectif. 2. Portée. Évaluation de la faisabilité d une étude. Pages 10. Entrée en vigueur (jj-mmm-aaaa) 03-sep-2013. Approbation du MON

MON04FR01. 1. Objectif. 2. Portée. Évaluation de la faisabilité d une étude. Pages 10. Entrée en vigueur (jj-mmm-aaaa) 03-sep-2013. Approbation du MON Titre Codification Évaluation de la faisabilité d une étude MON04FR01 Pages 10 Entrée en vigueur (jj-mmm-aaaa) 03-sep-2013 Approbation du MON Nom et titre (Inscrire en lettres moulées) PAUL FORTIN, MD

Plus en détail

Info Source: Sources de renseignements du gouvernement fédéral et sur les fonctionnaires fédéraux 2015

Info Source: Sources de renseignements du gouvernement fédéral et sur les fonctionnaires fédéraux 2015 Info Source: Sources de renseignements du gouvernement fédéral et sur les fonctionnaires fédéraux 2015 P a g e 1 Musée canadien de l immigration du Quai 21 Info Source : Sources de renseignements du gouvernement

Plus en détail

Vers une saine gestion de l eau AGPI 12 et 14 mars 2013

Vers une saine gestion de l eau AGPI 12 et 14 mars 2013 Stratégie québécoise d économie d eau potable Vers une saine gestion de l eau AGPI 12 et 14 mars 2013 Résumé et prochainesétapes PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. RÉSUMÉ DE LA STRATÉGIE 2. RÉSULTATS 2011 3. OUTILS

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. COMPOSITION ET QUORUM Le Comité des ressources humaines et de la rémunération (le «Comité») est composé d au moins trois administrateurs,

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

Guide de gestion des actifs en immobilisations

Guide de gestion des actifs en immobilisations Guide de gestion des actifs en immobilisations Claude Bruxelle, ing., Ph.D. CLAUDE BRUXELLE CONSULTANT Plan de la présentation Introduction Mise en contexte Démarche de gestion des actifs en immobilisations

Plus en détail

PROPOSER UNE SOLUTION OPEN SOURCE AU GOUVERNEMENT DU QUEBEC

PROPOSER UNE SOLUTION OPEN SOURCE AU GOUVERNEMENT DU QUEBEC PROPOSER UNE SOLUTION OPEN SOURCE AU GOUVERNEMENT DU QUEBEC PLAN DE MATCH LE WEB A QUÉBEC 23 au 25 février 2011 - Version 1.0 Mario Lapointe ing. MBA CISA CGEIT mario.lapointe@metastrategie.com Au programme

Plus en détail

Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence. Michèle Dussault et Louise Potvin

Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence. Michèle Dussault et Louise Potvin Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence Michèle Dussault et Louise Potvin Un réseau intégré au service de l Urgence Michèle Dussault, MD B.Sc. Chef intérimaire Département d Urgence

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES Améliorer de façon continue les performances environnementales de leurs produits et services

ACTIONS GLOBALES Améliorer de façon continue les performances environnementales de leurs produits et services FICHE ACTION Camping L Océano d Or ACTIONS GLOBALES Améliorer de façon continue les performances environnementales de leurs produits et services ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibiliser et former leurs

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître. Jean Mireault, M.D., M.Sc.

L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître. Jean Mireault, M.D., M.Sc. L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître Jean Mireault, M.D., M.Sc. Objectifs de la présentation Démontrer l importance de l utilisation des données dans l engagement médical Présenter

Plus en détail

Être conforme à la norme PCI. OUI, c est possible!

Être conforme à la norme PCI. OUI, c est possible! Être conforme à la norme PCI OUI, c est possible! Présentation Réseau Action TI 8 mai 2013 Johanne Darveau Directrice systèmes, portefeuille de projets et support applicatif Technologies de l information

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTIOND UNE STRUCTURE DE FORMATION

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTIOND UNE STRUCTURE DE FORMATION «LA MAÎTRISE DES DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES LIÉES À L EXPLOITATION DES BÂTIMENTS» TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTIOND UNE STRUCTURE DE FORMATION L Institut de l énergie et de l environnement de la Francophonie

Plus en détail

Votre Partenaire pour vos projets d Automatismes de bâtiments Tertiaires et Industriels

Votre Partenaire pour vos projets d Automatismes de bâtiments Tertiaires et Industriels Votre Partenaire pour vos projets d Automatismes de bâtiments Tertiaires et Industriels Spécialisée dans le domaine de la gestion technique des bâtiments tertiaires et industriels, notre société développe

Plus en détail

Eddy Cloutier ing. PA LEED, PCMV

Eddy Cloutier ing. PA LEED, PCMV Récupération de chaleur Les technologies et leurs applications CONGRÈS DE L AGPI 2009 Eddy Cloutier ing. PA LEED, PCMV Plan de match! Introduction Les 3R de l énergie d un bâtiment Où l énergie s enfuit-elle?

Plus en détail

ORGANISER CP3 : Organiser et optimiser les activités de maintenance

ORGANISER CP3 : Organiser et optimiser les activités de maintenance CP3.1 : Définir et/ou optimiser la stratégie de La liste des biens Déterminer les indicateurs de Les indicateurs sont correctement disponibilité des biens déterminés La politique de Les données de production

Plus en détail

Destinataire : Sociétés pétrolières et gazières relevant de l Office national de l énergie et parties intéressées

Destinataire : Sociétés pétrolières et gazières relevant de l Office national de l énergie et parties intéressées Dossier : Ad GA RG OPR 0301 Destinataire : Sociétés pétrolières et gazières relevant de l Office national de l énergie et parties intéressées Avis de projet de modification réglementaire (APMR) 2011-01

Plus en détail

Inspection des systèmes de plomberie et de chauffage

Inspection des systèmes de plomberie et de chauffage Inspection des systèmes de plomberie et de chauffage Présentation à la 44 ième rencontre du RTHQ Mai 2011 Sommaire Codes applicables Produits approuvés Évacuation Ventilation Alimentation en eau potable

Plus en détail

Modernisation des programmes d aides techniques du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS)

Modernisation des programmes d aides techniques du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale des services sociaux Modernisation des programmes d aides techniques du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) Convergez vers

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE PRINCIPE L audit interne

Plus en détail

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers 1 Colloque annuel du comité énergie et gestion technique, 22 mars 2013 Votre partenaire

Plus en détail

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé.

Procédure. BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Cote DSPD-13-14 Réservé à la Direction général Procédure Titre : BCM (bilan comparatif des médicaments) des usagers à l admission, au transfert et au congé. Destinataires : Direction de l hébergement Direction

Plus en détail

Tableau des services de l'ingénieur et des documents à soumettre GÉNIE MÉCANIQUE et ÉLECTRIQUE

Tableau des services de l'ingénieur et des documents à soumettre GÉNIE MÉCANIQUE et ÉLECTRIQUE Tableau des services de l'ingénieur et des documents à soumettre GÉNIE MÉCANIQUE et ÉLECTRIQUE ÉLÉMENT DE L INGÉNIEUR Déterminer les objectifs du projet avec l'architecte et le client Participer à une

Plus en détail

Mise à jour : septembre 2011. Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes

Mise à jour : septembre 2011. Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes Mise à jour : septembre 2011 Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes Table des matières 1. L évaluation de la performance... 1 2. Les mécanismes d évaluation...

Plus en détail

ANALYSE DU MARCHE (PROJET EUROPÉEN BUDI) DANS LA REGION RHONE-ALPES ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE

ANALYSE DU MARCHE (PROJET EUROPÉEN BUDI) DANS LA REGION RHONE-ALPES ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE ACTIONS PILOTES POUR DEVELOPPER LE MARCHE DES CERTIFICATS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE (PROJET EUROPÉEN BUDI) ANALYSE DU MARCHE DANS LA REGION RHONE-ALPES Novembre 2005 Rédigé par RAEE Table des matières

Plus en détail

AUDIT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : VALIDEZ VOS POTENTIELS D ÉCONOMIE. Des outils performants pour qualifier vos priorités d actions

AUDIT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : VALIDEZ VOS POTENTIELS D ÉCONOMIE. Des outils performants pour qualifier vos priorités d actions AUDIT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : VALIDEZ VOS POTENTIELS D ÉCONOMIE Des outils performants pour qualifier vos priorités d actions 1 L AUDIT ÉNERGÉTIQUE: UNE ÉTAPE PRÉALABLE À LA MISE EN ŒUVRE DE TOUTE DÉMARCHE

Plus en détail

L évaluation environnementale : Un outil évolutif efficace pour la protection de la biodiversité en temps de récession économique?

L évaluation environnementale : Un outil évolutif efficace pour la protection de la biodiversité en temps de récession économique? L évaluation environnementale : Un outil évolutif efficace pour la protection de la biodiversité en temps de récession économique? François Boulanger, ACÉE & Claire Michaud, TC SIFÉE, Paris, Septembre

Plus en détail

POLITIQUE en matière de gestion intégrée de la santé, sécurité et bien-être au travail

POLITIQUE en matière de gestion intégrée de la santé, sécurité et bien-être au travail POLITIQUE en matière de gestion intégrée de la santé, sécurité et bien-être au travail Ce document s'adresse à tout le personnel La Direction des ressources humaines est responsable de son application

Plus en détail

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante D-99-49 R-3415-98 6 avril 1999 PRÉSENTS : M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs Société en commandite Gaz Métropolitain (SCGM) Demanderesse Et Association

Plus en détail