Le plan d entretien préventif normalisé et la gestion des risques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le plan d entretien préventif normalisé et la gestion des risques"

Transcription

1 Le plan d entretien préventif normalisé et la gestion des risques SANTECH avril

2 Objectifs d aujourd hui Présenter le plan et les réalisations du regroupement Montrer les résultats à ce jour dans un site pilote Présenter l expérience du CUSM Présenter les bonnes pratiques et les résultats concrets dans des établissements du réseau. 1

3 Le plan d entretien préventif normalisé pour le RSSS Denis Dufour Directeur des services techniques CSSS de l Ouest de l Île 10 avril 2008 SANTECH

4 Contexte Besoins importants du réseau à la suite de coupures budgétaires et d implantations ratées d outils de gestion au cours des années 1985 à 2002 Obtention de budgets importants en maintien d actifs récemment (PCFI) Pression supplémentaire des projets sur les services des installations matérielles Inventaires souvent inexistants ou pas à jour, systèmes d information inadéquats, contrats de service non suivis et entretien préventif en retard 3

5 Contexte L implantation des bonnes pratiques est remise à plus tard Importance donnée par le MSSS à l implantation d un plan d entretien et 2 % de la valeur de remplacement en entretien préventif et correctif On ne connaît pas le niveau de risques que l on gère Les outils actuels pour obtenir des budgets additionnels dans nos établissements ne sont ni pertinents et ni efficaces 4

6 Pourquoi un plan normalisé? Changer les pratiques passées prévoyant des plans irréalistes sans égard à la criticité et aux indicateurs de confort, de qualité de l air et de l eau, au développement durable, etc. Remotiver les employés sur le terrain Établir un plan d entretien fondé sur l optimisation du coût total de propriété et la réduction de la vétusté Répondre aux exigences de la reddition de comptes aux différentes instances Satisfaire les exigences des lois, des lignes directrices, des normes et des règlements Réduire les coûts d élaboration et d implantation d un plan d entretien pour tous les établissements 5

7 Mandat relatif au plan d entretien normalisé Développer un plan d entretien préventif pour les équipements, les systèmes et les composantes installés dans les bâtiments du réseau, incluant les travaux en régie interne et par contrat de service Le plan doit être transférable dans les progiciels de gestion des établissements Le plan d'entretien est évolutif de sorte que des mises à jour annuelles seront disponibles Le plan doit réfléter les relations aux lois, règlements et normes Le plan doit aussi servir de guide pour les actions requises des gestionnaires 6

8 Un regroupement proactif Le regroupement des DST de Montréal a décidé de former un comité et de s associer à la firme CIM - Conseil en immobilisation et management inc. pour développer un plan d entretien préventif normalisé pour les établissements du réseau Ce projet a reçu l aval de l Agence de santé et de services sociaux de Montréal et commence à percer dans d autres régions du Québec Les établissements participants (18 à ce jour) sont rendus à divers niveaux dans le projet de changement 7

9 Membres du regroupement à ce jour Centre jeunesse de Québec CSSS Ahuntsic-Mtl-Nord CSSS d Antoine-Labelle CSSS de la Côte-de-Gaspé CSSS de l Ouest-de-l Île CSSS de Saint-Jérôme CSSS Pierre-Boucher CSSS Richelieu-Yamaska CSSS Sud-Ouest-Verdun Centre universitaire de santé McGill Hôpital Douglas Hôpital général juif Hôpital Louis-H. Lafontaine Hôpital Maisonneuve-Rosemont Hôpital Rivière-des-Prairies Hôpital Sainte-Justine Institut de Cardiologie de Montréal Institut de gériatrie de Montréal 8

10 Établissements ayant reçu une proposition spécifique ou à l Intérieur d un projet écoénergétique CHSLD Juif Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal Institut Armand-Frappier CSSS Jardins-Roussillon CSSS des Basques CSSS Rimouski-Neigette CSSS du Suroît Centre jeunesse de Montérégie CSSS Vaudreuil-Soulanges CSSS de l Énergie CSSS d Arthabaska-et-de-l Érable CSSS de Trois-Rivières CSSS Cavendish CSSS du Cœur-de-l Île CSSS Dorval-Lachine-Lasalle CSSS Jeanne-Mance 9

11 Un regroupement proactif Étapes d un projet dans un établissement Révision des processus Acquisition de logiciel Mise à jour de l inventaire Implantation du plan d entretien normalisé Intégration de l analyse de vétusté (liste des besoins identifiés en investissements) Préparation d un dossier de gestion de risques 10

12 Un regroupement proactif Le plan d entretien préventif normalisé comprend: Familles d équipements Tâches pour les employés, les fournisseurs de services(dans le cas d un contrat) et pour les gestionnaires Grille de criticité et temps standards Grille d évaluation et de gestion des risques 11

13 Exemple de familles D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref visa Refroidisseurs à vis refroidi à l'air 1A D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref visa Refroidisseurs à vis refroidi à l'air 1M D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref visa Refroidisseurs à vis refroidi à l'air 1J D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref viso Refroidisseurs à vis refroidi à l'eau 1A D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref viso Refroidisseurs à vis refroidi à l'eau 1M D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref viso Refroidisseurs à vis refroidi à l'eau 1J D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref abs Refroidisseur à absorption 1A D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref abs Refroidisseur à absorption 1M D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref abs Refroidisseur à absorption 1J D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau ref abs Refroidisseur à absorption 3A D Système refroidissement ref Refroidisseur d'eau det freo Detecteur de fréon 1A D Système refroidissement tdr Tour de refroidissement tr refc Tour de refroidissement (courroie) 1A 12

14 Exemple de tâches REFROIDISSEUR À VIS REFROIDIE À L AIR Entretien mensuel ( ) Enregistrer les débits d eau ( ) Enregistrer les températures ( ) Enregistrer les pressions d'opération ( ) Vérifier et enregistrer les conditions de tension et d'ampérage des circuits électriques. ( ) Faire la mise au point des dispositifs de régulation et de sécurité. ( ) Vérifier le fonctionnement du système de purge. ( ) Remplacer, si requis, l'huile des pompes à vide. ( ) Vérifier la propreté du serpentin et la présence de résidus organiques, nettoyer au besoin ( ) Vérifier les pales des ventilateurs, les roulements de l'arbre du moteur et les grillages ( ) Vérifier l'usure, la tension et l'alignement des courroies si applicable, et ajuster au besoin ( ) Vérifier le niveau d'huile du compresseur, en ajouter au besoin. ( ) Vérifier la pression du liquide réfrigérant et ajouter au besoin. ( ) Vérifier l état et la propreté des serpentins et nettoyer au besoin ( ) Détecter toutes fuites de la tuyauterie ou des valves, resserrez les raccords au besoin. ( ) Vérifier toutes les composantes électriques et resserrer les connections au besoin ( ) Enregistrer et signaler les conditions anormales, les mesures prises, etc 13

15 Exemple de tâches (gestionnaires) 14

16 Exemples de temps standards TEMPS STANDARD DE MAINTENANCE PREVENTIVE D20. PLOMBERIE Projet : Mandataire : TEMPS MOYENS D2010. APPAREILS DE PLOMBERIE Appareils sanitaires (inspection annuelle de plomberie) 0,41 Fontaines réfrigérées (inspection annuelle) 0,44 D2020. RESEAU D'EAU DOMESTIQUE ALIMENTATION Valves d'entrée d'eau (inspection de plomberie) 0,50 Compteur d'eau (inspection mécanique) Inspection mécanique 0,50 Lecture 0,25 SURPRESSION Pompe de surpression (lubrification et inspection de plomberie) 1,25 Pompe de surpression d'eau domestique (lubrification et inspection de plomberie) 0,50 REDUCTION DE PRESSION Valve de réduction de pression d'eau (inspection mécanique) 0,43 COMPENSATION Valves de compensation d'eau (inspection de plomberie) 0,75 EAU CHAUDE Réservoir d'eau chaude (drainage et inspection plomberie) 1,36 DRAINS Drains de plancher (inspection et nettoyage) 2,00 PUISARD Puisard (nettoyage par vacuum) 0,91 Pompe de puisard (nettoyage et inspection de plomberie) 0,35 Pompe de puisard extérieure (nettoyage et inspection de plomberie) 6,00 15

17 Grilles de criticité et de gestion de risques Ces deux sujets seront traités par mes collègues 16

18 Travaux du comité Six rencontres ont été tenues à ce jour Le projet de développement déposé par CIM a été révisé et adopté par le comité (août 2007) Il a été convenu de solliciter les établissements des autres régions à travers leur agence respective et individuellement La méthodologie de développement du plan d entretien a été étudiée, révisée et adoptée (septembre 2007) Lors du dépôt des familles d équipements, classifiées selon la nomenclature Uniformat II, les membres du comité ont apporté leurs commentaires qui ont été intégrés dans la liste finale (octobre et novembre 2007) Le plan d entretien pour la catégorie CVAC a été complété et présenté (novembre 2007) Le projet pilote au CSSS Sud Ouest et Verdun a été mis en branle à la réunion du 24 janvier 2008 Le plan d entretien (sauf pour architecture et équipements mobiles)a été approuvé et une présentation de la grille de criticité et de la méthode d évaluation des risques a été réalisée à la réunion de mars

19 Échéancier ÉTAPES DU MANDAT Septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars Avril Mai Création du comité et définition de la base de données Production de la liste des familles d'équipements et du format de fichier 3 Établissement de la cote de criticité 4 Détermination du type d'entretien 5 Approbation du programme d'entretien 6 Transfert de connaissances aux responsables de l'entretien et production du fichier de transfert Plan d entretien normalisé disponible pour juin

20 Plan d entretien normalisé Les résultats du site pilote Normand Gélinas Directeur adjoint des services techniques CSSS Sud-ouest-Verdun 10 avril 2008 SANTECH

21 Structure organisationnelle au CSSS Directeur adjoint DRM Bâtiment Coordonnateur Projets Coordonnateur Services techniques Chef de service Hôpital 1 CLSC (location) Chef de service Ouest 3 centres hébergement 1 CLSC (location) Chef de service Sud 3 centres hébergement Chef de service Est 2 centres hébergement 1 CLSC 20

22 Processus de gestion de requêtes Requêtes d entretien curatif Requêtes papier traitées localement Par les ouvriers À court terme interface WEB Requêtes d entretien préventif Traitées par secteur Par le chef de service 21

23 1 er site - Centre d hébergement Champlain Implication du personnel Mise à jour de l inventaire Relevé exhaustif des équipements ( 3 semaines) Mise à jour des listes existantes Rattachement des composantes aux différents équipements 22

24 Révision du plan et transfert à la GMAO Identification des dates des derniers entretiens Alimentation de la GMAO 23

25 Validation, tests auprès des employés Mise en opération du système 1er avril bons de travail Constat nombre d heures plus élevé que ressources disponibles (calcul d écart en cours) Gestion du changement Organisation du travail Ouvriers spécialisés Ajustements Réévaluation de certaines tâches Validation des données et des heures 24

26 Étapes à venir Criticité et temps standards Grille d évaluation à compléter Balancement des charges de travail Révision des contrats Implantation de la GMAO à l Hôpital de Verdun 25

27 CENTRE UNIVERSITAIRE DE SANTÉ MCGILL Plan d entretien préventif normalisé Par: Yanaï Elbaz Directeur général associé, Redéploiement, Planification et Gestion immobilière SANTECH 2008

28 Centre universitaire de santé McGill Créé en 1997, le CUSM est la première et la plus importante fusion volontaire de centres hospitaliers universitaires au Canada. L Hôpital général de Montréal 1822 L Hôpital Royal Victoria 1893 L Hôpital de Montréal pour enfants 1903 L Institut thoracique de Montréal 1903 L Hôpital neurologique de Montréal

29 Parc immobilier du CUSM 3.7 millions de pieds carrés 40 bâtiments répartis sur 5 sites HGM (futur Campus de la Montagne) HRV ITM HNM HME 28

30 Complexité des installations matérielles les infrastructures datent du début des années 1800 et 1900 (vétusté élevée) elles font partie intégrante d un site protégé (arrondissement historique et naturel du Mont Royal) ce qui rend toute construction architecturale beaucoup plus complexe (autorisations ministérielles requises) le projet de redéploiement sur 2 sites confronte également les gestionnaires à des décisions à court, moyen ou long terme 29

31 Complexités liées à sa gestion Par année, le CUSM représente: 360 projets de construction 46,000 requêtes formulées aux services techniques 64% satisfaites en 48 heures 80% satisfaites en 7 jours 100,000 heures (tournées de production et visites d entretien préventif) 60,000 heures d entretien préventif 30

32 En route vers l excellence Pourquoi implanter l entretien préventif? Offrir un meilleur service (patients et personnel) Contrôler les coûts ($) Mieux gérer et améliorer l efficacité Mesurer la performance Augmenter la fiabilité et la sécurité 31

33 Historique de maintenance (CUSM) Quelles initiatives furent mises de l avant par le CUSM au cours des 5 dernières années? 1. Bâtir une équipe solide et compétente: Mobiliser une équipe de gestion qualifiée (ingénieurs et architectes) pour superviser efficacement les employés Création d équipes spécialisées: - Projets mineurs (construction) - Projets d entretien - Projets éco-énergétiques (mise de l avant de nombreux projets d économie d énergie: 23M$ réalisés, 13M$ en cours, Total: 36M$) 32

34 Historique de maintenance (CUSM) Création de postes spécialisés: - Gestionnaire de réclamations d assurances - Contrôleur de chantiers de construction (permis municipaux, autorisations à obtenir du Ministère de la Culture, CSST, CCQ, etc.) - Coordonnateur en Système de Gestion Environnementale (SGE) - Ingénieur électrique pour l ensemble de nos sites Formation et mobilisation des employés syndiqués par l instauration d un programme de formation continue et accélérée 33

35 Historique de maintenance (CUSM) 2. Implanter l entretien préventif par l instauration de politiques et procédures 34

36 Historique de maintenance (CUSM) 3. Mettre en place un processus informatisé Pourquoi? Standardiser les processus Bâtir un historique Dégager des tendances Mesurer la performance Agir sur les bonnes problématiques (80/20) Dégager des objectifs «on ne peut pas améliorer ce que l on ne mesure pas» 35

37 Les résultats obtenus par le CUSM Quels sont les résultats obtenus par le CUSM? Le nombre de dégâts d eau à l Hôpital Royal Victoria passa de plus de 250 à moins de 50 par année Le nombre de thermographies des panneaux électriques passa de 0 à 600 par année Réduction de la consommation énergétique des sites de 3.4 à 2.45 giga joules par mètre carré et l on vise ultimement une réduction à 2.0 giga joules par mètre carré (soit une réduction de 41%) Réduction des gaz à effet de serre (GES) de 36% ou 33,000 tonnes de CO2 Initiation d un sondage pour cibler et améliorer le service à la clientèle (niveau de satisfaction = 84%) 36

38 Les résultats obtenus par le CUSM Certification «Visez Vert» de BOMA et LEED du Conseil du bâtiment durable du Canada Établissement d un plan de conservation et de fonctionnalité immobilière (PCFI) et d un plan directeur immobilier (PDI) De plus, grâce au support constant de l Agence de la santé et des services sociaux de Montréal par l augmentation du budget de maintien d actif au cours des dernières années, nous avons réussi à faire plus d entretien préventif dans nos bâtiments ce qui a fait en sorte de réduire considérablement le nombre de crises et de réparations urgentes. 37

39 Prochaine étape: l audit 38

40 L audit de la maintenance Pourquoi instaurer un audit? 1. Pour s assurer que les bâtiments soient pleinement sécuritaires (tierce partie neutre et indépendante qui vient évaluer la qualité du travail déjà effectué par le CUSM) 2. Pour nous aider à réajuster notre niveau de maintenance et ainsi mettre en place les meilleures pratiques de gestion et d entretien 3. Pour documenter systématiquement l entretien de chacun de nos sites afin d assurer une continuité du transfert de connaissances 4. Pour déposer un rapport indépendant à la direction générale et au conseil d administration de l établissement 39

41 L audit de la maintenance En quoi consiste l audit? 1. À identifier le déficit d entretien (tâches préventives actuelles comparées au plan normalisé) Inspections techniques Comparaisons entre l'entretien réalisé et normalisé Analyse des rapports d'experts Priorisation des projets Conclusion pour chaque secteur 40

42 L audit de la maintenance 2. À prioriser les actions à court, moyen et long terme (exemple): Priorités Description Date de fin Responsable Risque Coûts 1 Réviser les anti-refoulements Aut M. Paul Moyen 12,000 $ 2 Modernisation de l'ascenseur #12 Hiv R. Scott Moyen 50,000 $ 3 Modifier le centre de contrôle des gaz Été 2009 J. Mathieu Faible 25,000 $ 41

43 Probabilité de survenance Négligeable Minimale Modérée Importante L audit de la maintenance 3. À identifier les risques : Risque de dommage La probabilité de survenance X l importance du dommage = NIVEAU DE RISQUE Négligeable Minimale Modérée Importante Importance du dommage 42

44 Cahier d audit Quels sont les secteurs visés? ascenseurs, eau domestique, équipements pétroliers, production de chaleur et de froids, CVCA, gaz médicaux, protection incendie, électricité et architecture Table des matières (ex: électricité) Lois et normes Liste d équipements Entretien préventif Projets Analyses d experts Études 43

45 Conclusion Le fait d avoir procédé à un examen de conscience avec l audit nous permet de nous assurer de façon systématique que nos bâtiments sont fonctionnels et sécuritaires pour nos patients et nos employés 44

46 La gestion de l entretien Une démarche éprouvée Jacques Bélanger Associé et directeur principal CIM 10 avril 2008 SANTECH

47 Les prérequis à la performance Volonté institutionnelle de changement Structure organisationnelle qui permet de réaliser le plan de match Révision des processus pour assurer l imputabilité, définir les tâches de chacun et optimiser les coûts et la productivité S assurer que le logiciel de GMAO répond aux exigences Implanter le plan normalisé tant pour l interne que pour les firmes externes et les gestionnaires Gérer le risque 46

48 Implantation La période complète d implantation est d environ 18 mois Les coûts s autofinancent par les économies générées et peuvent être inclus dans le PCFI (dépenses de maintien des actifs en investissement) ou dans un projet écoénergétique Ne pas négliger la gestion de changement 47

49 Analyse comparative des coûts Actuellement, très peu d établissements peuvent identifier séparément les dépenses des travaux préventifs, correctifs et fonctionnels Il est connu que plusieurs travaux d investissement sont réalisés à même le budget de fonctionnement (7801) Le MSSS désire que des catégories spécifiques soient utilisées à l intérieur de 7800 à 7809 à compter de Selon la circulaire MGF-038 du : 7801: entretien préventif et correctif (inclut le mobilier et l équipement de chambres mais exclut l équipement médical et informationnel) 7802 : entretien des équipements biomédicaux (sauf labos, imagerie et oncologie sous 6600, 6830 et 6840 même ceux inférieurs à $) 7805 : entretien des espaces loués 7806 : maintien des actifs Nous vous recommandons d utiliser le poste 7809 pour les travaux fonctionnels à même le fonctionnement. Le MSSS prévoit que ces coûts sont fondus dans le 7801au rapport AS

50 Analyse comparative des coûts En général, les établissements dépensent plus de 2 % de la valeur de remplacement dans le Mais quel est le pourcentage appliqué à l entretien préventif et correctif des bâtiments? Le défi est de convertir des dépenses associées aux travaux fonctionnels et de maintien des actifs (investissement à même le fonctionnement) en dépenses d entretien préventif et correctif Les résultats sont beaucoup plus probants que l on peut penser 49

51 Augmentation des coûts Analyse comparative des coûts Coûts d entretien / m3 (7801-CDBa) Établ. 1 Établ. 2 Établ.3 Comp. Réseau 10,00% 8,00% 6,00% 4,00% 2,00% 0,00% -2,00% -4,00% -6,00% -8,00% -10,00% -12,00% % d augmentation des coûts d entretien Établ 1 Établ 2 Établ 3 Comparatif Les établissements 1, 2 et 3 ont entrepris le changement contrairement aux comparables du réseau (12) retenus 50

52 Le plan normalisé d entretien c est: Connaître Évaluer son parc immobilier Les lois et règlements Les niveaux de service requis La charge de travail l écart entre les besoins et la disponibilité des ressources La criticité et les priorités Le risque Prendre des décisions éclairées pour gérer le risque 51

53 La situation actuelle Le MSSS demande 2 % en entretien préventif, correctif et fonctionnel mineur Les bonnes pratiques demandent 2 % excluant le fonctionnel Le réseau présente un total de 2,2 % dont environ 1,4 % (huit cas vécus) en préventif et correctif 0,8 % en fonctionnel et maintien d actifs c est trop Du 1,4 % peut être 0,3 % en préventif et 1,1% en correctif On recherche 1% en préventif Chiffres sous réserve garder en tête les ordres de grandeurs 52

54 Gérer le risque c est: Prévenir la réalisation du risque. Tenir des compte des impacts de la réalisation sur les personnes touchées par la situation. Réduire les conséquences ou les pertes en cas de réalisation du risque. Réf. : Manuel gestion des risques 53

55 Identification de la criticité 1. La famille d équipements mise en relation avec les lieux desservis. Critique Intermédiaire De base Aires communes 54

56 Tableau des aires de soins et des services RÉVISION: TABLEAU CROISÉ DES AIRES DE SOINS ET DES SERVICES TECHNIQUES FOURNIES À CET AIRE DE SOIN LÉGENDE DE LA CRITICITÉ DES ÉQUIPEMENTS: 1=NÉGLIGEABLE, 2= MINIMALE, 3=MODÉRÉE, 4=IMPORTANTE Définitions Aire de soins critiques Aire de soins où l'anesthésie générale est pratiquée de façon régulière dans le cadre de l'examen ou du traitement des malades et où le contact cardiaque entre un malade et l'appareillage électromédical est fréquent et essentiel Aire de soins intermédiaires Aire de soins où le contact corporel entre un malade et l'appareillage électromédical est fréquent ou normal Aire de soins de bases Aire de soins où le contact corporel entre un malade et l'appareillage électromédical n'est ni fréquent ni normal Aires de soins critiques Urgence Aires pour clientèle sur pied Salle de trauma ou de choc Aires pour clientèle sur civière Salle de chirurgie mineure Unités de soins intensifs Unités de soins intensifs néonataux Unité des naissances Bloc opératoire Salles d'opération Aires de circulation et accueil Aires de lavage/décontamination des instruments Aires de stérilisation des instruments Aires d'entreposage matériel stérile Salle de réveil Endoscopie Salles d'examen/procédure Aires de lavage/décontamination Aires de stérilisation des instruments et scopes Aires de circulation et accueil Aires d'entreposage matériel propre et stérile Hémodynamie Aire de circulation et d'accueil Salle de préparation pré examen/procédure et surveillance post examen/procédure Salle de procédure Salle technique adjacente à la salle de procédure Local de pharmacie Utilité souillée Utilité propre ou aire de rangement de matériel Eau domesti que Eau distillé??? Produits pétroliers, (réservoirs) Product ion de chaleur Eau chaude Product ion de froid Ascenseurs Ventilation Vent. pression (+) Vent. pression (- ) Vent. filtration élevée (HEPA) Gaz médicaux Évacuation air vicié/ contaminé Azote CO2 O2 AO3 Air médical Vacuum Protec tion incendie Élec tricité Génératrice alim. d'urgence Alarme - incendie Salle d'angio ou autre procédure radiologique (pace maker??) Total partiel des aires visées (certaines aires se retrouvant sur différentes unités) 55

57 La norme ISO Gestion du risque pour les équipements médicaux L importance du dommage (I) X Probabilité de survenance (P) = Le risque de dommage (R) 56

58 Comment établir le tableau des risques dans le bâtiment Les grilles ont pour fonction de quantifier les facteurs qui composent le risque Deux grilles sont nécessaires L importance du dommage Probabilité de survenance 57

59 Critères établis pour chaque élément Importance du dommage Probabilité de survenance Priorités Santé et Sécurité du public et usagers Essentiel au bon fonctionnement Protection de la propriété (optimisation des coûts) Mise aux normes Le risque associé à la mise aux normes doit être défendu dans les rénovations fonctionnelles et nouveaux projets de construction et non au PCFI ou au plan d entretien 58

60 Titre Importance du dommage Priorité Description Importance Notes Niveau 1 Santé et Sécurité du public 4 Danger de décès. Danger de blesser. Niveau 2 Santé et Sécurité des personnes 4 Danger de décès. Danger de blesser. Danger de prolonger le séjour d'un usager. Niveau 3 Essentiel au bon fonctionnement 3 Arrêt du service rendu. Dégradation du service rendu. Dégradation de l'équipement. Niveau 4 Protection de la propriété (optimisation des coûts) 2 Augmentation des coûts d'opération. Augmentation des coûts de maintenance. Niveau 5 Mise aux normes 1 Lois et règlements Normes. Guides. Ligne directrices. Légende Importance du dommage 1 : Négligeable 2 : Minimale 3 : Modérée 4 : Importante La plus haute cote donnée sera la cote d'importance du dommage qui sera retenue 59

61 La probabilité de survenance Critères : La qualité des systèmes de redondance Le pourcentage d'entretien préventif réalisé Appréciation de l'état général du système La disponibilité et les compétences des ressources internes et externes. 60

62 Probabilité de survenance Titre Probabilité de survenance Éléments Description Évaluation Notes Redondance La qualité des systèmes de redondance Inacceptable, (inexistant) 3 Tolérable 6 Bon 9 Excellent 12 Entretien Le pourcentage d'entretien préventif réalisé Préventif 0-24% 2, % % 7, % 10 L'état du Appréciation de l'état général du système Système Inacceptable 2,5 Vétusité Tolérable 5 Bon 7,5 Excellent 10 Normes Le système est-il conforme? Guide et lignes directrices 1 Normes 2 Lois et règlements 3 Le système est non conforme. 4 Ressources Disponibilté et compétence requise MOD, experts ext. Qualité éxécution Très difficile 1 Difficile 2 Modérée 3 Facile 4 Total des points = Probabilité de survenance Total des points Échelle Importante 1,0-10,0 4 Modérée 10,0-20,0 3 Minimale 20,0-30,0 2 Négligeable 30,0-40,0 1 61

63 Calcul du risque Titre Importance du dommage Probabilité de survenance Risque Résultat de 1 à 4 : Résultat de 5 à 8 : Résultat de 9 à 12 : Résultat de 13 à 16 : 1 : Négligeable 2 : Minimale 3 : Modérée 4 : Importante 1 : Négligeable 2 : Minimale 3 : Modérée 4 : Importante Calcul du risque (valeur calculée : Survenance * Importance) Valeurs possibles : de 1 à 16 Plus le chiffre est haut plus le risque est élevé Risque négligeable Risque minimale Risque modéré Risque important Calcul Conditions : DESCRIPTION DU PLAN D'ACTION/PLAN DE CONTINGENCE 62

64 Tableau récapitulatif (cas vécu) Optimisation du coût total de propriété dans l existant Cahier Gestion des risques, Tableau récapitulatif Entretien préventif 1 à 10 L'état du système 1 à 10 Total point survenance 1 à 40 Probabilité de survenance 1 à 4 Importance du dommage 1 à 4 Risque de dommage 1 à 16 Secteur d'activité Redondance 1 à 12 Normes 1 à 4 Ressources 1 à 4 1 Ascenseur Cedar Ascenseur Pines , , Ascenseurs Livingston , , Ascenseurs services Ascenseurs recherche , , Eau domestique Équipements pétroliers 12 7,5 7, Production de froid HVAC principaux 3 7, , Gaz médicaux , , Protection incendie Alarme incendie Électricité, Haute tension , , Électricité, Basse tension 6 7, , Génératrice , , Architecture 3 2, , Moyennes : 8,3 8,8 6,4 2,3 2,6 28,2 1,5 2,9 4,4 63

65 Risque de dommage importance du dommage RISQUE DE DOMMAGE importante modérée minimale négligeable négligeable minimale modérée importante probabilité de survenance 64

66 Probabilité de survenance Négligeable Minimale Modérée Importante Déterminer le plan d entretien et le PCFI Risque de dommage Zone de décision entretien et PCFI Zone aussi faible que raisonnablement possible, (AFRP) Essentiel préventif et PCFI Zone non acceptable Zone largement acceptable Plan d entretien non requis Néglige able M inimale M odérée Importante Importance du dommage 65

67 Montréal 440, boul. René-Lévesque Ouest, bureau 1700, Montréal (Québec) H2Z 1V7 T F Québec 2960, boul. Laurier, bureau 208, Québec (Québec) G1V 4S1 T F Courriel : Internet :

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction Guide de conception de projets GC-3.2.4 Fabrication et distribution de l'air comprimé et de l'eau réfrigérée (11/2007)

Plus en détail

Solutions Industries. Un partenaire pour accroître votre performance industrielle. www.cofelyservices-gdfsuez.net

Solutions Industries. Un partenaire pour accroître votre performance industrielle. www.cofelyservices-gdfsuez.net Solutions Industries Un partenaire pour accroître votre performance industrielle www.cofelyservices-gdfsuez.net Répondre aux défis des marchés industriels La mondialisation, la volatilité des tarifs énergétiques,

Plus en détail

PROJET DE REDÉPLOIEMENT DU CUSM

PROJET DE REDÉPLOIEMENT DU CUSM 1 1.1 INTRODUCTION 1.1.1 CONTEXTE Le projet de construction d un nouveau centre hospitalier est un projet qui chemine depuis un grand nombre d années déjà et dont la finalité première est de doter le Québec

Plus en détail

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants :

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants : POLITIQUE TITRE : NUMÉRO : AD 001-001 REMPLACE DOCUMENT(S) SUIVANT(S), S IL Y A LIEU : Politique de déplacement des bénéficiaires PERSONNEL VISÉ : gestionnaires personnel de soutien soins aux patients

Plus en détail

Projet de Plan directeur de gestion des matières résiduelles

Projet de Plan directeur de gestion des matières résiduelles CENTRE UNIVERSITAIRE DE SANTÉ McGILL MÉMOIRE Réduire pour mieux grandir Projet de Plan directeur de gestion des matières résiduelles De l agglomération de Montréal 2008-2012 4 juin 2008 Centre universitaire

Plus en détail

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES Durée : 6 jours Public : Plombiers, Electriciens, Chauffagistes Pré-requis : avoir suivi une formation climatisation

Plus en détail

Solutions managériales, technologiques et immobilières dans les secteurs institutionnel, commercial et industriel

Solutions managériales, technologiques et immobilières dans les secteurs institutionnel, commercial et industriel Solutions managériales, technologiques et immobilières dans les secteurs institutionnel, commercial et industriel UNE ÉQUIPE D EXPERTS- CONSEILS UNIQUE L ÉQUIPE CIM L équipe multidisciplinaire CIM se compose

Plus en détail

2011-01-18. Quels sont, pour le soignant, les enjeux soulevés lorsqu il donne un soin à un allophone? Enjeu de communication

2011-01-18. Quels sont, pour le soignant, les enjeux soulevés lorsqu il donne un soin à un allophone? Enjeu de communication Distance linguistique et soins de qualité dans une perspective d équité: Concilier une diversité d enjeux Bilkis Vissandjee *, Université de Montréal Alex Battaglini, CSSS Bordeaux-CartiervilleSaint-Laurent

Plus en détail

INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521

INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521 INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521 WWW.BURCAM.COM 2190 Boul. Dagenais Ouest LAVAL (QUEBEC) CANADA H7L 5X9 TÉL: 514.337.4415 FAX: 514.337.4029 info@burcam.com Votre pompe a été soigneusement emballée

Plus en détail

préventif des bâtiments

préventif des bâtiments Les défisd de l entretienl préventif des bâtiments Michel Jullien Directeur Les Consultants Ammco Inc. 5989 David-Lewis, Côte-St-Luc, Qc. H3X 4A1 Tél: (514) 739-1959, Télécopie: (514) 739-2897 www.ammco.ca

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Services sociaux

Ministère de la Santé et des Services sociaux Ministère de la Santé et des Services sociaux Projet de loi modifiant l organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux notamment par l abolition des agences régionales Contexte

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

ASHRAE Montréal STM Construction du centre de transport Stinson. 16 mars 2015

ASHRAE Montréal STM Construction du centre de transport Stinson. 16 mars 2015 ASHRAE Montréal STM Construction du centre de transport Stinson 16 mars 2015 Plan de présentation Présentation générale du projet Par M. Jocelyn Leblanc, directeur de projets STM Lignes directrices conception

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

Assemblée générale 20 février 2014. Heures de libération pour les résidents de l ARM

Assemblée générale 20 février 2014. Heures de libération pour les résidents de l ARM Assemblée générale 20 février 2014 Heures de libération pour les résidents de l ARM Centre universitaire de santé McGill (CUSM) Hôpital de Montréal pour enfants Hôpital général de Montréal Hôpital neurologique

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

Un entrepreneur détenant la licence appropriée. L entretien du système de chauffage*

Un entrepreneur détenant la licence appropriée. L entretien du système de chauffage* Soyez prévoyant Un entrepreneur détenant la licence appropriée Un système de chauffage installé selon les différents codes en vigueur et bien entretenu par du personnel qualifié est votre meilleur gage

Plus en détail

Modèle de curriculum vitae thématique. Pierre Dupont 3700 rue Berri Montréal (Québec)

Modèle de curriculum vitae thématique. Pierre Dupont 3700 rue Berri Montréal (Québec) Modèle de curriculum vitae thématique Pierre Dupont 3700 rue Berri Montréal (Québec) Résidence : 514) 873-0000 Bureau : (514) 873-1111 Télécopieur : (514) 873-9304 Courriel : pdupont@pdup.com Cadre infirmier

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

PLAN D ACTION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LANAUDIÈRE À L ÉGARD DE L INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LANAUDIÈRE À L ÉGARD DE L INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LANAUDIÈRE À L ÉGARD DE L INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES Mise à jour au 28 février 2013 Véronique Bibeau, Conseillère en gestion

Plus en détail

Propriétaire Ville de Fort Saskatchewan, Alberta Année de construction 2004 Superficie totale (empreinte au sol) 10 220 m 2 (110 000 pi 2 )

Propriétaire Ville de Fort Saskatchewan, Alberta Année de construction 2004 Superficie totale (empreinte au sol) 10 220 m 2 (110 000 pi 2 ) Profil de projet d innovation technologique en réfrigération PARB PROGRAMME D ACTION EN RÉFRIGÉRATION POUR LES BÂTIMENTS Centre multiloisirs Dow Centennial Centre (Alberta) CONSTRUCTION NEUVE Sommaire

Plus en détail

Mise en application des exigences. visant à améliorer la sécurité dans le bâtiment. pour les immeubles utilisés comme logement

Mise en application des exigences. visant à améliorer la sécurité dans le bâtiment. pour les immeubles utilisés comme logement Mise en application des exigences visant à améliorer la sécurité dans le bâtiment pour les immeubles utilisés comme logement Préparé par la : Direction de l expertise technique et du soutien à l industrie

Plus en détail

5211 Entretien général d immeubles. Fiches descriptives. Reconnaissance des acquis et des compétences FP2009-12

5211 Entretien général d immeubles. Fiches descriptives. Reconnaissance des acquis et des compétences FP2009-12 Formation professionnelle et technique et formation continue Direction de la formation continue et du soutien 5211 Entretien général d immeubles Fiches descriptives Reconnaissance des acquis et des compétences

Plus en détail

Le Casino de Montréal & les installations à multiples compresseurs

Le Casino de Montréal & les installations à multiples compresseurs 2014-12-02 Le Casino de Montréal & les installations à multiples compresseurs Luc Simard, ing. M.Sc Directeur de département, Réfrigération-Plomberie-Chauffage Refroidissement WSP Canada 2 Contenu de la

Plus en détail

Qualité des environnements intérieurs. 5. Extraction localisée. 5.1 Extraction localisée de base Condition préalable

Qualité des environnements intérieurs. 5. Extraction localisée. 5.1 Extraction localisée de base Condition préalable Nombre minimal de point requis = 6; 1. Évacuation des gaz de combustion 1.1 Mesures de base pour évacuer les gaz de combustion Condition préalable Il n y a aucun appareil de combustion qui n est pas raccordé;

Plus en détail

Le Lean Service. La méthode Lean appliquée au domaine des services. Bienvenue! Francis Bérubé Lean Six Sigma Black Belt Conseiller senior

Le Lean Service. La méthode Lean appliquée au domaine des services. Bienvenue! Francis Bérubé Lean Six Sigma Black Belt Conseiller senior Le Lean Service La méthode Lean appliquée au domaine des services Francis Bérubé Lean Six Sigma Black Belt Conseiller senior 27 avril 2011 Bienvenue! Pour commencer Quelles sont vos attentes? Quelles sont

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

PROGRAMME ACCÈSLOGIS QUÉBEC. Directives relatives aux coûts définitifs de réalisation à l intention de l auditeur indépendant

PROGRAMME ACCÈSLOGIS QUÉBEC. Directives relatives aux coûts définitifs de réalisation à l intention de l auditeur indépendant PROGRAMME ACCÈSLOGIS QUÉBEC Directives relatives aux coûts définitifs de réalisation à l intention de l auditeur indépendant Décembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 1. Objectif du programme 3 2. État audité des

Plus en détail

La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques

La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques AGPI (avril 2007) Alain Moreau, ing., M.Sc.A. Chercheur, chargé de projet Institut de recherche d Hydro-Québec Jean Lemay, ing. Gestionnaire de

Plus en détail

ENTENTE DE GESTION ET D IMPUTABILITÉ 2014 2015 LE CENTRE D'HÉBERGEMENT DE LA MAISON SAINT JOSEPH INC.

ENTENTE DE GESTION ET D IMPUTABILITÉ 2014 2015 LE CENTRE D'HÉBERGEMENT DE LA MAISON SAINT JOSEPH INC. ENTRE LE ET L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL Août 2014 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 CHAPITRE I : LES TERMES DE L ENTENTE DE GESTION ET D IMPUTABILITÉ... 4 1. BUT DE L ENTENTE...

Plus en détail

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2008

Plus en détail

CHAPITRE II Le génie du bâtiment SECTION 2.1 ENTRETIEN/CONSTRUCTION/RÉNOVATION

CHAPITRE II Le génie du bâtiment SECTION 2.1 ENTRETIEN/CONSTRUCTION/RÉNOVATION CHAPITRE II Le génie du bâtiment SECTION 2.1 ENTRETIEN/CONSTRUCTION/RÉNOVATION NORME DE SERVICE : Page : 1 ENTRETIEN/CONSTRUCTION/RÉNOVATION Chapitre : II Section : 2.1 Approuvé : Vraf 18/09/2002 Modifiée

Plus en détail

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon le 4 avril 2012 Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité Dominique COMBEAU, Pharmacien Hospitalier,

Plus en détail

agissons ensemble Octobre 2013 Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs

agissons ensemble Octobre 2013 Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Octobre 2013 Scénarios impliquant un produit toxique : Ammoniac La Brasserie Labatt du Canada, Montréal (Québec) Partenaire

Plus en détail

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER henri MONDOR d AURILLAC 1er congrès de l AFGRIS METHODE D ANALYSE ET DE PREVENTION DES RISQUES ET CERTIFICATION ISO 9002 Un couple pertinent pour les services techniques

Plus en détail

Guide de correspondance entre les normes d agrément du CQA et les normes de promotion de la santé

Guide de correspondance entre les normes d agrément du CQA et les normes de promotion de la santé Guide de correspondance entre les normes d agrément du CQA et les normes de promotion de la santé OMS-HPS Un outil à l usage des organisations Agence de la santé et des services sociaux de Montréal guide

Plus en détail

Chef de file en gestion immobilière. Guide sur la classification des immeubles de bureaux

Chef de file en gestion immobilière. Guide sur la classification des immeubles de bureaux Chef de file en gestion immobilière Guide sur la classification des immeubles de bureaux Table des matières 3 Démarche du projet 4 Introduction 5 Un guide pour les immeubles de bureaux de classe A, B ou

Plus en détail

Code de Sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) BOMA Québec

Code de Sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) BOMA Québec Code de Sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) BOMA Québec 13 mars 2012 Plan Présentation I - Législation actuelle pour les bâtiments occupés II - Futur Code de sécurité III - Structure du Code de sécurité

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

PROJET DE RÉHABILITATION DU 201 JARRY OUEST, MONTRÉAL

PROJET DE RÉHABILITATION DU 201 JARRY OUEST, MONTRÉAL annuel 0 PROJET DE RÉHABILITATION DU 0 JARRY OUEST, MONTRÉAL Original : 0-0- HQD-, document Page de annuel 0 Conformément à la décision D-00-0, le Distributeur dépose le suivi 0 des travaux du projet

Plus en détail

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Préambule Venir chez SE2M, c est vous faire profiter de notre expertise de plus de 10 ans d expérience dans l exercice de notre

Plus en détail

Ministère des Transports. Lignes directrices pour l aménagement routier lié à l aménagement foncier

Ministère des Transports. Lignes directrices pour l aménagement routier lié à l aménagement foncier Ministère des Transports Lignes directrices pour l aménagement routier lié à l aménagement foncier AVANT-PROPOS Aménagement routier Les travaux d aménagement des voies publiques («aménagements routiers»)

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

Présenté par. Carl Tremblay, ing.

Présenté par. Carl Tremblay, ing. Présenté par Carl Tremblay, ing. Familiariser les participants avec la réglementation québécoise. Familiariser les participants avec la notion de modification et de modernisation des appareils de transport

Plus en détail

Trousse d information Novembre 2004. Des outils pour s informer

Trousse d information Novembre 2004. Des outils pour s informer Trousse d information Novembre 2004 Des outils pour s informer Des outils pour s informer Ce cahier présente des outils qui permettent de pousser plus loin la recherche d'information. Une grande partie

Plus en détail

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Bureau du surintendant des institutions financières Novembre 2012 Table des matières 1.

Plus en détail

URBASOFT-AUTORISATION Gestion des processus des permis et autorisations

URBASOFT-AUTORISATION Gestion des processus des permis et autorisations URBASOFT-AUTORISATION Gestion des processus des permis et autorisations Pour qui? URBASOFT-AUTORISATION assiste le gestionnaire municipal dans le cadre des démarches administratives des activités d urbanisme

Plus en détail

Exposé du Congrès national des cadres en immobilier public (CNCIP) sur l'étalonnage

Exposé du Congrès national des cadres en immobilier public (CNCIP) sur l'étalonnage Réunion générale annuelle des administrateurs généraux fédéraux-provinciaux-territoriaux des travaux publics Exposé du Congrès national des cadres en immobilier public (CNCIP) sur l'étalonnage Août 2013

Plus en détail

Liste de vérification des documents à remettre au Ministère

Liste de vérification des documents à remettre au Ministère Septembre 2013 Outil Liste de vérification des documents à remettre au Ministère 5.3 Financement des améliorations locatives Ce document a été produit grâce à l aide financière du Ministère de la Famille.

Plus en détail

Outils et moyens pour implanter la continuité des opérations dans votre organisation

Outils et moyens pour implanter la continuité des opérations dans votre organisation Outils et moyens pour implanter la continuité des opérations dans votre organisation Colloque sur la sécurité civile, 15 février 2012 Mariette Trottier Ministère du Développement économique, de l Innovation

Plus en détail

STANDARD DE CONSTRUCTION MANUELS D ENTRETIEN ET D OPERATION 01300

STANDARD DE CONSTRUCTION MANUELS D ENTRETIEN ET D OPERATION 01300 PARTIE 1 - GENERALITES 1.1 LA SECTION PRESENTE A POUR BUT D EXPLIQUER, AU CONSEIL RESPONSABLE DE PREPARER LES MANUELS D ENTRETIEN ET D OPERATION, DE QUELLE FAÇON L UNIVERSITE DE SHERBROOKE DESIRE QUE CES

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Mauricie et Centre-du-Québec Établissement : Centre de santé et de services

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

RAPPORT D INSPECTION

RAPPORT D INSPECTION RAPPORT D INSPECTION Pour la propriété située au : 3900, rue Richard Montréal, QC Préparé pour : Mme Cliente Satisfaite Date de l inspection : jeudi, 4 sept, 2010 Inspecté par : Robert Zbikowski, I.A.B.

Plus en détail

PROFIL DE L EMPLOI. (centre de service) 316-TECINF012. Titre du responsable fonctionnel: Subordonné(s): Clientèle / Relation(s) professionnelle(s):

PROFIL DE L EMPLOI. (centre de service) 316-TECINF012. Titre du responsable fonctionnel: Subordonné(s): Clientèle / Relation(s) professionnelle(s): PROFIL DE L EMPLOI Titre de l emploi : Catégorie de l'emploi : Numéro du plan d'effectif : Technicien en informatique (centre de service) Soutien technique 316-TECINF001 316-TECINF012 Titre de la direction

Plus en détail

L évaluation et l amélioration de l expérience patient en milieu hospitalier : impact du Comité des usagers

L évaluation et l amélioration de l expérience patient en milieu hospitalier : impact du Comité des usagers L évaluation et l amélioration de l expérience patient en milieu hospitalier : impact du Comité des usagers Dieudonné Soubeiga, expert en sondages Marie-Suzanne Lavallée, directrice de la qualité Annie

Plus en détail

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation.

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation. chemise 20/02/07 16:49 Page 1 VEOLINK Votre contact : tout au long de votre projet VEOLINK Com VEOLINK Tech VEOLINK Advanced Control VEOLINK Star VEOLINK Data Base VEOLINK Maintenance VEOLINK Pro VEOLINK

Plus en détail

1. CONTRAT DE MAINTENANCE

1. CONTRAT DE MAINTENANCE 1. CONTRAT DE MAINTENANCE 1.1. Groupe électrogène Nr de contrat : Date d entrée en vigueur : Le présent contrat est conclu entre : AGENT SDMO SUD BE Contact : Téléphone Télécopie : Email : Lieu d installation

Plus en détail

MICHEL LANDRY. Baccalauréat en administration, option développement des ressources humaines, mineur en marketing

MICHEL LANDRY. Baccalauréat en administration, option développement des ressources humaines, mineur en marketing MICHEL LANDRY Parcours professionnel 35 années d expérience comme professionnel en gestion de la propreté - 26 ans à plein temps à titre de consultant et formateur de cadres dont 23 ans à titre de fondateur,

Plus en détail

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF information produit édition 04/2011 Une source de chaleur nouvelle Les nouvelles normes énergétiques BBC (Bâtiment Basse

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Sommaire. Je vous souhaite plein succès dans votre travail ainsi qu un agréable début de printemps! Avec mes salutations les meilleures

Sommaire. Je vous souhaite plein succès dans votre travail ainsi qu un agréable début de printemps! Avec mes salutations les meilleures Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports Base logistique de l armée BLA Affaires sanitaires / Pharmacie de l armée N 1/2013 Mai 2013 Infos Pharm A Sommaire Editorial

Plus en détail

allianceautopropane.com

allianceautopropane.com allianceautopropane.com QUI EST ALLIANCE AUTOPROPANE? LE PLUS GRAND RÉSEAU D AUTOPROPANIERS EN AMÉRIQUE Alliance AutoPropane est un réseau de propaniers qui se consacre à la distribution et à la vente

Plus en détail

Chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS) Association Canadienne Alarme Incendie (ACAI) 14 novembre 2013

Chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS) Association Canadienne Alarme Incendie (ACAI) 14 novembre 2013 Chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS) Association Canadienne Alarme Incendie (ACAI) 14 novembre 2013 Plan de la présentation 1. Mandat de la Régie du bâtiment- secteur bâtiment 2. Législation antérieure

Plus en détail

À VENDRE OU À LOUER LOCAL COMMERCIAL. www.momentoimmobilier.com. 7110, boul. Hamel Québec (QC) 2400 pi 2

À VENDRE OU À LOUER LOCAL COMMERCIAL. www.momentoimmobilier.com. 7110, boul. Hamel Québec (QC) 2400 pi 2 À VENDRE OU À LOUER LOCAL COMMERCIAL 7110, boul. Hamel Québec (QC) 2400 pi 2 Espace commercial au rez de chaussée Pignon sur rue Stationnements intérieurs exclusifs Positionnement stratégique, à proximité

Plus en détail

Theta Double service BFC, SGE, SGS pour 20/30/40 kw capacité de chauffe

Theta Double service BFC, SGE, SGS pour 20/30/40 kw capacité de chauffe heta Double service BFC, SGE, SGS pour 20/30/40 kw capacité de chauffe Un module pour la production de l ECS et du chauffage central Echangeur à plaques avec circulateur ECS primaire, une vanne trois voies,

Plus en détail

Le maintien d actifs une priorité gouvernementale. Les 1 er et 2 octobre 2014

Le maintien d actifs une priorité gouvernementale. Les 1 er et 2 octobre 2014 Présentation de la Direction de la gestion des investissements en infrastructures au Secrétariat du Conseil du trésor Colloque 2014 de l Association des gestionnaires de parcs immobiliers institutionnels

Plus en détail

Conseil d administration 322 e session, Genève, 30 octobre-13 novembre 2014 GB.322/PFA/3

Conseil d administration 322 e session, Genève, 30 octobre-13 novembre 2014 GB.322/PFA/3 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 322 e session, Genève, 30 octobre-13 novembre 2014 GB.322/PFA/3 Section du programme, du budget et de l administration Segment du programme, du

Plus en détail

PROJET DE FUSION VOLONTAIRE ÉTUDE DE FAISABILITÉ

PROJET DE FUSION VOLONTAIRE ÉTUDE DE FAISABILITÉ CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX D AHUNTSIC ET MONTRÉAL-NORD ET CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE BORDEAUX-CARTIERVILLE SAINT-LAURENT PROJET DE FUSION VOLONTAIRE ÉTUDE DE FAISABILITÉ JANVIER

Plus en détail

HEBERGEMENT DANS LE DATACENTER GDC2 DE VELIZY

HEBERGEMENT DANS LE DATACENTER GDC2 DE VELIZY HEBERGEMENT DANS LE DATACENTER GDC2 DE VELIZY Présentation des infrastructures Date: 30/08/2013 Version : 1.0 Toute utilisation ou reproduction même partielle est interdite. Page 1 Sommaire 1. PRESENTATION

Plus en détail

Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique

Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale des services sociaux, Direction des dépendances et de l itinérance Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 1

Tremplins de la Qualité. Tome 1 Tome 1 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANT-PROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

PLAN D ACTION 2015 À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION 2015 À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES INTRODUCTION En vertu de l article 61.1 de la Loi assurant l exercice des droits des personnes, en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et

Plus en détail

DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019

DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019 STRATÉGIE DES PARTENARIATS DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019 Catherine Giroux, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal Objectifs de la séance d information Présenter les orientations

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION ET DE MISE EN ŒUVRE Cadres de gestion des infrastructures publiques

GUIDE D ÉLABORATION ET DE MISE EN ŒUVRE Cadres de gestion des infrastructures publiques GUIDE D ÉLABORATION ET DE MISE EN ŒUVRE Cadres de gestion des infrastructures publiques Inventaire État des infrastructures Maintien des actifs Déficit de maintien d actifs Valeur de remplacement GUIDE

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

Carbone Des occasions d'affaires pour les entreprises québécoises

Carbone Des occasions d'affaires pour les entreprises québécoises PLAN DE COURS FORMATION SUR LE MARCHÉ DU CARBONE POSSIBILITES DE CRÉATION DE CRÉDITS DE GAZ À EFFET DE SERRE Mise en contexte Depuis quelques années, les activités de réduction de gaz à effet de serre

Plus en détail

La Réserve de Remplacement

La Réserve de Remplacement La Réserve de Remplacement Guide d utilisation mai 2006 Services familiaux et communautaires Habitation et soutien du revenu Province du Nouveau Brunswick La réserve de remplacement GUIDE D UTILISATION

Plus en détail

Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2007-2008

Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2007-2008 Rapport du Vérificateur général du Québec Tome III chapitre 3 Société immobilière du Québec : planification, attribution des contrats et dépenses des dirigeants Tome III 45 Chapitre 3 table des matières

Plus en détail

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE 108-15 Le 11 septembre 2015

Plus en détail

PLAN DE LA PRÉSENTATION

PLAN DE LA PRÉSENTATION Corporation d hébergement du Québec pour des immeubles en santé! Gestion des projets d immobilisations et de la gestion documentaire corporative sous SharePoint PLAN DE LA PRÉSENTATION Présentation de

Plus en détail

3 e symposium international

3 e symposium international 3 e symposium international de l Association internationale des Acheteurs et Approvisionneurs publics et privés de la Santé Bruxelles, les 18 et 19 octobre 2012 Les Achats: Du support à la coordination

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

Programme municipal RÉNOVATION RÉSIDENTIELLE MAJEURE

Programme municipal RÉNOVATION RÉSIDENTIELLE MAJEURE Programme municipal RÉNOVATION RÉSIDENTIELLE MAJEURE Le programme municipal de rénovation majeure, qui vise la rénovation de l ensemble d un bâtiment résidentiel, offre une aide financière aux propriétaires

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

Améliorer la Performance des Fournisseurs

Améliorer la Performance des Fournisseurs Les Solutions SQA de Solumina L Assurance Qualité Fournisseur Figure 1 Influence sur les affaires de nos clients actuels. Réduire des Stocks lors des Inspections Le Système de Contrôle Qualité Fournisseurs

Plus en détail

ORDRE DU JOUR. La gouvernance, la refonte des statuts et du règlement. Questions/Réponses. Les travaux de canalisation et leur financement

ORDRE DU JOUR. La gouvernance, la refonte des statuts et du règlement. Questions/Réponses. Les travaux de canalisation et leur financement ORDRE DU JOUR La gouvernance, la refonte des statuts et du règlement Le projet de budget Questions/Réponses Les travaux de canalisation et leur financement L éventuel passage en copropriété Conclusion

Plus en détail

La GMAO, au cœur de la performance technique des Hospices Civils de Lyon

La GMAO, au cœur de la performance technique des Hospices Civils de Lyon Visite de site : Retour d expérience La GMAO, au cœur de la performance technique des Hospices Civils de Lyon Dix ans après le lancement d un vaste «Projet maintenance», les HCL (Hospices Civils de Lyon)

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Le changement de fournisseur ne nécessite pas d intervention technique sur le réseau, ni de modification de votre installation de gaz.

Le changement de fournisseur ne nécessite pas d intervention technique sur le réseau, ni de modification de votre installation de gaz. FAQ - Professionnels Thématiques Votre projet Equipements Le marché de l'énergie La société Votre projet Le gaz peut-il être coupé si je change de fournisseur? Non! Le gestionnaire de réseau assure la

Plus en détail

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie Les sociétés de logement de service public gèrent un parc de

Plus en détail

Maison des Arts et Métiers Allée Pierre de Coubertin Apt 33400 TALENCE CONTRAT DE RESIDENCE UNIVERSITAIRE

Maison des Arts et Métiers Allée Pierre de Coubertin Apt 33400 TALENCE CONTRAT DE RESIDENCE UNIVERSITAIRE 1 Maison des Arts et Métiers Allée Pierre de Coubertin Apt 33400 TALENCE NOM Prénom Date et lieu de naissance : CONTRAT DE RESIDENCE UNIVERSITAIRE Ce contrat est régi par la loi 89-462 du 6 juillet 1989

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

MOORE, France, secrétaire d assemblée. GUAY, M. Jean-Marc ROBERGE, Mme Gaétane ROY, Mme Julie

MOORE, France, secrétaire d assemblée. GUAY, M. Jean-Marc ROBERGE, Mme Gaétane ROY, Mme Julie PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION SPÉCIALE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DES ETCHEMINS, TENUE LE 17 JUILLET 2014, À 18 H 30, AU CENTRE ADMINISTRATIF (SALLE DE RÉUNION

Plus en détail

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle 088 À l intention des médecins omnipraticiens 15 juillet 2013 Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle La Régie vous présente les modifications apportées

Plus en détail

Bilan d émissions de gaz à effet de serre réglementaire Otis France - 2011

Bilan d émissions de gaz à effet de serre réglementaire Otis France - 2011 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : OTIS S.A.S. Code NAF : 4329B Code SIREN : 521 07 800 Numéro de SIRET : 542107800 Nombre de salariés : 5 027 Adresse : 3 place de La Pyramide

Plus en détail

La terre comme source de chaleur: des solutions fiables.

La terre comme source de chaleur: des solutions fiables. ÉNERGIES RENOUVELABLES La terre comme source de chaleur: des solutions fiables. Pompes À chaleur SAUMURE eau pompes à chaleur eau eau Source d énergie inépuisable et efficace Rendement élevé et constant

Plus en détail