Faciliter la transmission d entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Faciliter la transmission d entreprise"

Transcription

1 Série de guides Comment les Fonds structurels peuvent soutenir la politique en faveur des PME Faciliter la transmission d entreprise Entreprises et industrie 3

2

3 3 Série de guides Comment les Fonds structurels peuvent soutenir la politique en faveur des PME Faciliter la transmission d entreprise Un «smart guide» pour encourager et soutenir la transmission d entreprise avec l aide des Fonds structurels de l UE

4 4 Élaboré par la Commission européenne, le présent guide se fonde sur les informations recueillies dans le cadre de plusieurs études et projets réalisés dans ce domaine. Bien que les travaux aient été effectués sous la direction des fonctionnaires de la Commission, les points de vue exprimés dans le présent document ne reflètent pas nécessairement la position de cette dernière. Pour de plus amples informations, veuillez vous adresser à: Commission européenne Direction générale des entreprises et de l industrie Unité E.1: Entrepreneuriat 2020 Courriel: Internet: Des traductions du présent document dans un certain nombre de langues européennes sont disponibles à l adresse suivante: Si le présent guide a pour but de fournir des informations sur l utilisation des Fonds structurels de l UE, les auteurs déclinent toute responsabilité juridique quant à l exactitude et l exhaustivité de ces dernières. Toute demande spécifique concernant l utilisation des Fonds structurels de l UE devra toujours être examinée au regard des règles applicables en vigueur à la date et dans le pays de la demande. Le présent document fait partie d une série de guides. Les titres publiés à ce jour sont les suivants: 1. Développer la mentalité et les compétences entrepreneuriales dans l UE 2. Encourager l utilisation des normes pour soutenir la croissance, la compétitivité et l innovation 3. Faciliter la transmission d entreprise 4. Le guide de l innovation dans les services Ni la Commission européenne ni aucune personne agissant en son nom ne peut être tenue responsable de l usage qui pourrait être fait des informations contenues dans la présente publication, ni des erreurs éventuelles qui, malgré le soin apporté à sa préparation et à son contrôle, pourraient s y glisser. La présente publication ne reflète pas nécessairement l avis ou la position de l Union européenne. ISBN DOI /60635 Copyright: Union européenne, 2013 Imprimé en Belgique Reproduction autorisée, moyennant mention de la source, sauf spécification contraire. L utilisation et la reproduction de tout matériel émanant d une tierce partie, protégé par le droit d auteur et identifié comme tel, requièrent la permission du ou des détenteurs des droits d auteur.

5 5 Avant-propos La transmission constitue la troisième phase fondamentale du cycle de vie d une entreprise, après sa création et sa croissance. Elle comporte des aspects juridiques complexes et implique, en outre, une évaluation de la société, la recherche d un repreneur et la cession de la direction de l entreprise. Ce processus prend du temps et nécessite une solide préparation. Les entreprises viables qui finissent par fermer leurs portes parce qu elles n ont pas prêté suffisamment attention à ces aspects ne sont que trop nombreuses. Pour leur environnement économique, pareille fermeture signifie la perte d un grand nombre d emplois de qualité. Les incitations à la création de nouvelles entreprises font l objet d une attention soutenue. Toutefois, il importe de veiller également à la continuité et au développement des entreprises existantes qui sont viables. Les décideurs politiques oublient souvent que créer une nouvelle entreprise n est pas la seule façon de garantir l emploi. Cela étant, la dimension régionale des Fonds structurels destinés aux activités économiques individuelles devrait contribuer notablement à soutenir les projets concrets qui visent à améliorer le déroulement des transmissions d entreprise. Le présent guide propose des mesures pertinentes qu il serait utile de prendre au niveau régional avec l aide du Fonds européen de développement régional (FEDER). Ce guide s adresse aux décideurs politiques, aux parties prenantes concernées et aux autorités de gestion agissant à l échelon régional, en espérant qu il leur inspirera des actions concrètes pour améliorer le soutien à la transmission d entreprise dans l intérêt du développement régional. Antonio Tajani Vice-président de la Commission européenne chargé de l industrie et de l entrepreneuriat Johannes Hahn Membre de la Commission européenne chargé de la politique régionale

6 6

7 7 Table des matières 1 Résumé Objectif du guide Qu entend-on par transmission d entreprise? Importance de la transmission d entreprise Pourquoi la politique de cohésion doit-elle soutenir la transmission d entreprise? Mesures à prendre Cadre conceptuel Enjeux et obstacles du modèle de transmission d entreprise Appariement des préférences Mise en confiance Problèmes émotionnels et psychologiques Aspects juridiques à prendre en considération dans le cadre de la formation, des conseils et de la sensibilisation Récapitulatif des mesures déjà prises Mesures à prendre pour aller plus loin Soutien et sensibilisation Cadre réglementaire favorable à la transmission d entreprise et surveillance systématique Financement des transmissions d entreprise Services de conseil aux entreprises Organisation de «marchés» transparents pour la transmission d entreprise Bonnes pratiques Mesures de sensibilisation Conseils et tutorat Mise en relation Financement Autres exemples de bonnes pratiques...38

8 8

9 9 Résumé 1.1 Objectif du guide Les Fonds structurels devraient grandement contribuer à soutenir les projets concrets qui visent à améliorer la transmission d entreprise. Le présent document a ainsi pour finalité de suggérer un éventail de mesures qu il serait utile de prendre dans tous les États et dans toutes les régions, avec l aide des Fonds structurels européens. Il s adresse aux décideurs politiques et aux autorités de gestion au niveau régional. Ce guide présente: la nécessité et les répercussions potentiellement positives d une intervention publique pour faciliter la transmission d entreprise dans l Union européenne (UE) au moyen des Fonds structurels; un récapitulatif des mesures déjà prises par la Commission et par les États membres; des suggestions de mesures de soutien à la transmission d entreprise; plusieurs exemples de bonnes pratiques destinés à insuffler des idées de mesures pouvant être incluses dans les programmes opérationnels (PO) des Fonds structurels. 1.2 Qu entend-on par «transmission d entreprise»? Dans la présente publication, l expression «transmission d entreprise» désigne le transfert de la propriété d une entreprise à une autre personne ou entreprise qui assure la continuité de l existence et de l activité commerciale de l entreprise reprise. Cette transmission peut s effectuer entre parents d une même famille, par rachat de l entreprise par les employés (cession à des dirigeants/employés n appartenant pas à la famille de l entrepreneur) ou par cession à des personnes extérieures ou des sociétés existantes, y compris dans le cas d une prise de contrôle ou d une fusion 1. Dans la plupart des petites entreprises et dans bon nombre de moyennes entreprises, le transfert de propriété va de pair avec le transfert de 1 Rapport final du groupe d experts sur la transmission des petites et moyennes entreprises, Commission européenne, mai 2002.

10 10 la fonction de direction. Dans le cas des sociétés à responsabilité limitée, la cession de 51 % des parts peut être considérée comme une transmission d entreprise. Dans le cas des sociétés anonymes forme juridique adoptée surtout par les grandes entreprises où la propriété est distincte de la fonction de direction, les transmissions sont de nature différente et n ont pas lieu dans le sens entendu par le présent guide. Les entreprises sont parfois cédées ou prises sous contrôle à la seule fin d utiliser leur bâtiment ou leur emplacement et les activités spécifiques qu elles exerçaient ne sont pas poursuivies. Cette pratique peut ne pas être considérée comme une transmission au sens du présent document. De plus, certaines entreprises ne sont pas transmissibles, pour toute une série de raisons, comme un potentiel de rendement trop faible ou une situation de faillite. Dans d autres cas, les entrepreneurs préfèrent fermer leur entreprise plutôt que de la transmettre ou sont dans l impossibilité de trouver un successeur (repreneur). Le départ à la retraite de l entrepreneur reste l élément déclencheur de nombreuses transmissions d entreprise. Ceci dit, le départ à la retraite du dirigeant n est qu une des causes possibles d une transmission d entreprise : de fait, certaines transmissions sont liées à des décisions personnelles dans le chef du cédant (retraite anticipée, changement de profession, etc.), à une évolution de l environnement concurrentiel de sa société (mutation des marchés, nouveaux produits, nouveaux canaux de distribution, etc.) ou à des circonstances difficiles ou imprévues (divorce, maladie, décès, etc.) 1.3 Importance de la transmission d entreprise La recommandation de la Commission du 7 décembre 1994 et la communication de la Commission sur la transmission des petites et moyennes entreprises du 28 mars 1998 se concentraient, dans une large mesure, sur les droits de succession et de donation ainsi que sur l imposition sur le revenu. Toutes deux visaient, principalement, les transmissions au sein de la famille, l âge étant la raison première des transmissions. Il semble néanmoins que ce schéma soit en train d évoluer. La communication publiée en 2006 par la Commission européenne et intitulée «La transmission d entreprise La continuité grâce à un nouveau départ» rappelle aux États membres combien il est important de mettre en place un environnement favorable aux transmissions d entreprise. Il n y a pas de contradiction entre un certain taux de décès d anciennes entreprises et leur remplacement par de nouvelles entreprises, d une part, et une économie innovatrice en expansion, d autre part. Toutes les entreprises ne sont pas transmissibles. En outre, une transmission est plus difficile quand il s agit d une petite entreprise ou, quand l entreprise est fortement incarnée par son dirigeant, celui-ci y jouant un rôle prédominant. La transmission est une phase normale de la vie de l entreprise et de son dirigeant. Et malgré les différences observées d un pays à l autre, les mêmes tendances se dégagent dans tous les États membres 2 : une importance accrue est accordée à la question de la transmission d entreprise, en raison de la hausse constante du nombre de transmissions attendue dans les dix prochaines années; le nombre de transmissions d entreprise à des tiers, hors du cadre familial, ne cessera de croître; les entrepreneurs seront toujours plus nombreux à ne rester dans la même entreprise que durant une période limitée, et non durant toute leur carrière; les transmissions seront de plus en plus liées à des décisions personnelles (retraite anticipée; changement de profession, d intérêts ou de situation familiale, etc.) et à l évolution de l environnement concurrentiel (mutation des marchés, nouveaux produits, nouveaux canaux de distribution, etc.), et plus uniquement à l âge. 2 Rapport final du groupe d experts sur la transmission des petites et moyennes entreprises, Commission européenne, mai 2002.

11 11 La plupart des États ne disposent pas de statistiques sur les transmissions d entreprise et, lorsque des données sont disponibles, les définitions utilisées varient considérablement. Le manque de données descriptives (transmissions ayant effectivement eu lieu) et prédictives (transmissions potentielles) fiables sur les transmissions d entreprise a pour conséquence de priver les gouvernements des éléments nécessaires pour étayer l élaboration et l application de politiques spécifiques destinées à faciliter la transmission d entreprise. Dans ce contexte, il serait extrêmement judicieux de définir une approche, des outils méthodologiques et des indicateurs communs, qui permettent d établir un mécanisme commun de surveillance régulière de la transmission d entreprise en Europe. 1.4 Pourquoi la politique de cohésion doit-elle soutenir la transmission d entreprise? Les entrepreneurs en herbe oublient souvent que la création d une entreprise n est pas la seule façon de se lancer dans les affaires. Chaque année, des milliers de petites entreprises existantes, dont le propriétaire prend sa retraite ou aspire à de nouveaux défis, sont contraintes de fermer, faute d avoir pu trouver un repreneur. Assurer une transition sans heurt est un processus long et parfois complexe. Une simplification de ce processus permettrait de réduire, dans une large mesure, le «gaspillage» auquel la fermeture d une entreprise peut donner lieu, en matière de compétences, d emplois, de présence sur le marché et de clientèle (goodwill). Les transmissions d entreprise permettent de préserver, en moyenne, cinq emplois, alors que la création d une nouvelle entreprise n en génère que deux, en moyenne. Qui plus est, le taux de réussite des entreprises transmises est plus élevé que celui des entreprises nouvellement créées. Considérant que le nombre d entreprises transmises chaque année dans l Union européenne (UE) est estimé à et que cellesci représentent quelque deux millions d emplois, les instances européennes se doivent de faciliter la transmission d entreprise et d élaborer des services de soutien plus efficaces. Au terme de son étude menée en 2011 sur la dynamique des entreprises («Business Dynamics»), en vue de mesurer les répercussions des transmissions d entreprise non efficientes sur la création d emplois et d entreprises en Europe, la Commission est parvenue à la conclusion que l Europe perd environ sociétés par an, lesquelles représentent emplois, du seul fait du manque d efficience du processus de transmission d entreprise. Les entreprises les plus petites sont celles pour lesquelles le risque d un échec de la transmission est le plus élevé, dans la mesure où elles sont souvent étroitement liées aux compétences et à la personnalité de leur propriétaire, deux éléments qui ne sont pas aisément transmissibles. Qui plus est, il est fréquent que la faible valeur de leurs actifs incorporels rende leur évaluation impossible, étant donné que les principaux actifs ayant de la valeur dans ces entreprises sont les entrepreneurs eux-mêmes. Outre la taille de l entreprise, sa forme juridique et son âge représentent deux autres facteurs émergents de vulnérabilité. 1.5 Mesures à prendre Compte tenu de l importance de la transmission d entreprise pour l économie européenne, il convient de renforcer ce processus grâce à l adoption des mesures suivantes 3 : sensibilisation: une des causes à l origine des principaux problèmes rencontrés dans les transmissions d entreprise est la planification trop tardive du processus de transmission. Sensibiliser les chefs d entreprise à la nécessité de préparer la transmission longtemps à l avance constitue donc le point de départ d une transmission réussie; établissement d un cadre réglementaire favorable à la transmission d entreprise: faciliter la transmission d entreprise implique de disposer du cadre réglementaire approprié. La Commission européenne a abordé cette question dans sa recommandation sur la transmission des petites et moyennes entreprises 4 et a invité les États membres à améliorer leur environnement juridique et fiscal pour faciliter les transmissions d entreprise. Bien que certaines 3 «A good practice guide of measures for supporting the transfer of businesses to new ownership», Commission européenne, Recommandation de la Commission sur la transmission des petites et moyennes entreprises (JO L 385 du , p. 14).

12 12 avancées aient déjà été enregistrées dans l application de cette recommandation, des efforts doivent encore être déployés; financement des transmissions d entreprise: en règle générale, les entreprises faisant l objet d une reprise sont de plus grande taille au moment de leur transmission que les nouvelles entreprises au moment de leur constitution. Par conséquent, l acquisition d une entreprise existante requiert souvent davantage de capitaux que le démarrage d une nouvelle entreprise. Des prêts à taux préférentiels et l apport de garanties et de capital social sous diverses formes pendant une période limitée pourraient contribuer à réduire le problème du financement d une acquisition et permettre ainsi à davantage de candidats acquéreurs de reprendre une entreprise; création de services de conseils aux entreprises: en raison des problèmes complexes soulevés par la transmission d entreprise concernant, entre autres, le droit successoral, l imposition, la préparation à la vente de la société et la valorisation (détermination de la valeur de l entreprise), il importe que les personnes concernées puissent bénéficier de conseils dispensés par des spécialistes, tels que des cabinets de conseil aux entreprises, des fiscalistes, des juristes, des comptables, des banques et des notaires, pour mener à bien le processus de transmission; organisation de «marchés» transparents pour la transmission d entreprise: le nombre de transmissions d entreprise à des tiers ne cesse de croître. C est pourquoi il apparaît de plus en plus important de faciliter la mise en relation entre les cédants et les acquéreurs potentiels. Toutefois, le marché de la cession et de la reprise de petites entreprises manque parfois de transparence. De nombreux cédants et repreneurs potentiels figurent dans les «portefeuilles» des comptables, des cabinets de conseil et des banquiers. Cependant, la portée restreinte de ces portefeuilles réduit la probabilité de mettre adéquatement en relation les candidats cédants et repreneurs.

13 13 CADRE CONCEPTUEL 2.1 Enjeux et obstacles du modèle de transmission d entreprise La transmission d une entreprise d une personne à une autre constitue un processus complexe qui représente bien plus qu un transfert juridique de propriété en contrepartie d un prix. Mener à bien une transmission d entreprise nécessite de surmonter de nombreux problèmes, qui sont souvent de nature émotionnelle et psychologique. Les transmissions d entreprise présentent plusieurs caractéristiques importantes par lesquelles elles se distinguent de la vente (ou de la donation) de la plupart des autres actifs. Traditionnellement, la transmission entre parents d une même famille (d une génération à la suivante) constituait la solution la plus courante à ces problèmes 5, dans la mesure où le contexte familial, le cadre relationnel existant, la confiance et le partage des informations sur l entreprise elle-même facilitaient, en principe, le transfert économique des actifs, des informations, des connaissances, des relations commerciales, etc. La transmission d une entreprise entraîne certains coûts de transaction qui peuvent fortement réduire la valeur de l entreprise cédée, voire constituer des obstacles insurmontables qui empêchent le développement de vastes marchés de la transmission d entreprise en dehors des familles. À l intérieur des familles, les coûts de transaction liés à la transmission d une entreprise peuvent souvent être réduits au point de rendre la transmission possible et rentable. Il ne peut être nié cependant que, dans certains cas, la détérioration des relations familiales compromet le transfert économique de l entreprise. Les familles sont des groupes sociaux qui ont leurs propres problèmes et ceux-ci peuvent parfois empêcher la transmission de l entreprise 6. D autres facteurs, tels que des difficultés spécifiques à une industrie ou à un secteur, peuvent également compliquer la transmission au sein de la famille 7. L enquête sur la dynamique des entreprises qui a débuté en 2010 permet d établir un classement des facteurs qui augmentent les risques d échec de la transmission pour les petites et moyennes entreprises (PME). 5 Voir, par exemple: Bjuggren, Per-Olof et Sund, Lars-Göran, «A Transaction Cost Rationale for Transition of the Firm within the Family», Small Business Economics, vol. 19, 2002, p Pour un aperçu, voir: Handler, Wendy C., «Succession in Family Business: A Review of the Research», Family Business Review, vol. VII, nº 2, 1994, p Voir, entre autres: Getz, Donald et Petersen, Tage, «Identifying Industry-Specific Barriers to Inheritance in Small Family Businesses», Family Business Review, vol. 17, nº 3, 2004, p (18).

14 14 Indicateurs financiers [haut niveau d endettement de l entreprise] Âge de l entreprise [moins de 3 ans] Taille de l entreprise [micro-entreprises] Forme juridique [entreprises individuelles] Secteur d activités [construction] Indicateurs financiers [niveau du coefficient de capitalisation des résultats] Secteur d activités [commerce] Forme juridique [société de personnes] Secteur d activités [hôtels et restaurants] Taille de l entreprise [petites entreprises] Âge de l entreprise [de 3 à 5 ans] Secteur d activités [transports et communications] Secteur d activités [immobilier, location et services aux entreprises] Secteur d activités [industrie] Qui acquiert l entreprise? [transmissions à des acquéreurs individuels] Qui acquiert l entreprise? [transmissions à un ou plusieurs salariés] Qui acquiert l entreprise? [transmissions à un parent] Qui acquiert l entreprise? [transmissions à une autre société] Taille de l entreprise [moyennes entreprises] Âge de l entreprise [de 5 à 10 ans] Forme juridique [sociétés à responsabilité limitée] Âge de l entreprise [plus de 10 ans] Catégorie de réponse élevé Moyen Faible 1,95 2,16 2,20 2,24 2,42 2,48 2,66 2,66 2,68 2,69 2,74 2,78 2,86 2,87 2,87 2,92 3,03 3,08 3,10 3,14 3,24 3,32 Source: Business Dynamics Survey 2010 Remarque 1 : les données se fondent exclusivement sur les points de vue et perceptions des répondants à l enquête. Remarque 2 : les répondants ont été invités à répondre à la question suivante: «Déterminez les facteurs expliquant que les PME sont plus exposées à un risque d échec de la transmission (taux 1 incidence très négative, 2 incidence négative, 3 incidence positive, 4 incidence très positive, 0 pas d incidence). Les chiffres peu élevés indiquent que les facteurs rendent les PME plus vulnérables. Le graphique illustre la moyenne des réponses. Les nombreuses caractéristiques particulières d une transmission d entreprise peuvent être classées en quatre catégories 8 : 1) Mettre en relation les cédants et acquéreurs en tenant compte de leurs attentes respectives; 2) Mise en confiance (asymétries de l information); 3) Problèmes émotionnels et psychologiques; 4) Problèmes techniques Mise en relation cédants/acquéreurs La plupart des entreprises sont uniques à maints égards et ce qui convenait au propriétaire en place n est pas forcément du goût de l acquéreur ou du repreneur potentiel. Même si l on s en tient aux caractéristiques de base d une entreprise, c est à dire son secteur et sa taille, il peut être difficile de mettre en relation un acquéreur potentiel et un vendeur potentiel dans la même zone géographique et à un moment donné 9. La grande majorité des personnes qui souhaitent devenir chefs d entreprise préfèrent créer une nouvelle entreprise plutôt que d en reprendre une existante. La décision de devenir chef d entreprise n est motivée qu en partie par des raisons purement économiques (sauf peut-être dans les cas où elle est prise dans le but d échapper au chômage ou à une situation similaire). Les autres motivations pour devenir chef d entreprise sont la volonté d épanouissement personnel et le souhait de concrétiser une idée. Selon l Eurobaromètre Flash de 2004, 53 % des Européens préféreraient créer une société de toutes pièces et 29 % seulement pencheraient plutôt pour la reprise d une entreprise existante 10. Cette situation s explique par deux raisons. Premièrement, le fait de créer une entreprise permet au nouvel entrepreneur de la façonner exactement comme il le désire: il a non seulement plus de liberté quant à ses choix commerciaux au sens strict, mais il peut aussi plus aisément faire en sorte que sa propre entreprise réponde à ses besoins personnels, en l implantant à proximité de son lieu de résidence, par exemple. Deuxièmement, la création d une entreprise exige normalement moins de moyens financiers qu une reprise. Selon certaines estimations, l investissement que requiert la reprise d une affaire existante est supérieur de 60 % à celui qu implique la création d une entreprise 11. Pour le propriétaire et cédant potentiel d une entreprise, il n a pas beaucoup d autres choix que de la céder s il veut assurer sa pérennité et son développement par la suite. Si la transmission à un membre de sa famille se révèle impossible, il pourrait être tenté de liquider l entreprise «morceau par morceau», avec comme une perte considérable de valeur de l entreprise (représentée par les relations avec les clients, notamment). Les raisons évoquées ci-dessus expliquent la différence numérique fréquemment observée entre 8 «Favoriser les bourses d opportunités pour la transmission d entreprise en Europe», Rapport du groupe d experts, Commission européenne, «Favoriser les bourses d opportunités pour la transmission d entreprise en Europe», Rapport du groupe d experts, Commission européenne, Eurobaromètre Flash, «L esprit d entreprise». Les chiffres enregistrés aux États-Unis sont assez similaires: 54 % de la population préféreraient créer une nouvelle entreprise et 30 % seulement pencheraient plutôt pour la reprise d une entreprise existante. Il existe cependant des différences considérables entre les États européens: en Grèce, 66 % des personnes interrogées ont marqué une préférence pour la création d entreprise, alors qu en République tchèque, 32 % seulement sont dans ce cas. 11 Deutsche Ausgleichsbank, citée d après: «Forum européen sur la transmission des entreprises», Commission européenne, 1997, p. 5.

15 15 l offre et la demande dans les bases de données sur les transmissions d entreprise. En effet, deux tiers des annonces contenues dans ces bases de données concernent des offres d entreprise à céder et un tiers seulement émanent de personnes recherchant activement une entreprise à reprendre Mise en confiance De manière générale, il existe d importantes asymétries d information entre les acquéreurs et les vendeurs d entreprises (notamment de petites entreprises), en ce sens que le propriétaire connaît beaucoup mieux les points forts et les points faibles de son entreprise que le repreneur potentiel. Lorsqu il négocie les conditions de la transmission, il a intérêt à exagérer les points forts et à minimiser les problèmes. Sachant cela, le repreneur peut se montrer méfiant à l égard des informations fournies par le propriétaire 12. Les problèmes d asymétrie d information trouvent généralement leur solution dans l ambition de sauvegarder sa réputation: les avantages en matière d information ne sont pas exploités par crainte de compromettre de futures opportunités. Toutefois, un vendeur ne sera soucieux de préserver sa réputation que s il a un intérêt dans des transactions futures que la détérioration de sa réputation risquerait de mettre en péril. Dans le cas des transmissions d entreprise, cette situation ne se présentera que rarement, puisque l ancien propriétaire partira souvent à la retraite après la transmission. La mise en confiance sera également rendue difficile par le fait que le vendeur potentiel ne souhaite généralement pas que son intention de vendre soit largement divulguée. C est la raison pour laquelle les annonces placées dans les bases de données sont souvent de nature plutôt vague et générale, ce qui les rend assez peu attrayantes aux yeux du repreneur potentiel qui souhaite, en général, se faire une idée plus précise avant d établir le contact avec le vendeur. Dans la plupart des cas, un intermédiaire peut intervenir utilement en essayant de convaincre le chef d entreprise qu une certaine quantité d informations est nécessaire pour rendre l annonce suffisamment intéressante. Cela dit, les problèmes concernant les asymétries d information et le manque de confiance caractérisent non seulement la relation entre acquéreurs et vendeurs potentiels, mais également les relations avec les organismes intermédiaires. C est ainsi que les annonceurs potentiels sur une bourse d opportunités en ligne ont parfois des doutes quant à la fiabilité des organismes qui assurent la gestion de la base de données. Nombreux sont les chefs d entreprise qui craignent un manque de discrétion s ils acceptent de divulguer des informations sur leur société. En outre, les intermédiaires privés éventuels sont quelquefois soupçonnés d être davantage intéressés par la conclusion rapide d une affaire que par la qualité des contacts établis Problèmes émotionnels et psychologiques De nombreux entrepreneurs, en particulier ceux qui ont créé et édifié leur propre société au fil des ans, sont très réticents à l idée de lâcher prise et de préparer la transmission de leur entreprise. Quand il a lieu, le transfert de savoir-faire et de compétences ne s effectue que très tardivement. Il en résulte que la transmission est souvent insuffisamment préparée. Ce problème ne touche pas uniquement l entrepreneur qui transmet sa société, mais affecte aussi le repreneur ou successeur ainsi que ses plus proches collaborateurs, puisqu il limite le temps de préparation dont ils peuvent disposer 13. Dans certaines situations imprévues (maladie, accident, décès), le manque de préparation et d ouverture peut avoir des répercussions assez sérieuses et graves sur la continuité de l entreprise. C est le cas, en particulier, dans les petites entreprises où l entrepreneur assume l intégralité des responsabilités dans l entreprise et où les perspectives quant à l avenir de celle-ci sont limitées. Des difficultés peuvent surgir, par ailleurs, si le cédant et son successeur sont tous deux en fonction dans la même entreprise. Pour le propriétaire en place (cédant), l entreprise à transmettre représente souvent l accom- 12 «Favoriser les bourses d opportunités pour la transmission d entreprise en Europe», Rapport du groupe d experts, Commission européenne, Rapport final du groupe d experts sur la transmission des petites et moyennes entreprises, Commission européenne, mai 2002.

16 16 plissement de toute une vie de travail. Il a donc tendance à attribuer à son entreprise une valeur purement émotionnelle et entend, dans une certaine mesure, être indemnisé de sa perte. L acquéreur, quant à lui, n est pas disposé à payer pour ce type de valeur qui, par sa nature même, ne peut lui être transférée. D une certaine manière, cette valeur émotionnelle sera tout simplement perdue lors de la transmission 14. Ce n est que dans le cas où le cédant entretient un lien privilégié avec le repreneur (autrement dit, sur le plan économique, si les préférences du repreneur concordent en partie avec ses propres préférences) que la perte de valeur émotionnelle peut être atténuée. Pareille convergence de préférences peut être considérée comme probable entre un parent et son enfant, mais peut aussi exister entre un propriétaire d entreprise et un acquéreur. En conséquence, deux conditions doivent être satisfaites: d une part, il importe que vendeur et acquéreur s entendent sur le plan émotionnel et psychologique, et pas seulement sur le plan commercial; d autre part, le propriétaire en place doit avoir l assurance que son entreprise se retrouvera dans de bonnes mains. Pour instaurer la confiance entre l acquéreur et le vendeur, mais aussi pour que ce dernier puisse au moins dans une certaine mesure transmettre la valeur «émotionnelle» de son entreprise, il peut être utile de prévoir une période de tutorat plus longue, durant laquelle le propriétaire cédant se retirera de l entreprise de manière progressive. La taille de la société détermine aussi la manière dont celle-ci traitera les problèmes que soulève la transmission de l entreprise. Aujourd hui, le propriétaire d une grande entreprise a plus fréquemment et plus aisément recours à des spécialistes qui peuvent lui soumettre des suggestions personnalisées pour affronter les différents aspects du processus de transmission (questions juridiques, fiscales, financières et managériales). Les aspects interpersonnels et psychologiques semblent passer au second plan dans les grandes entreprises car ils sont souvent supplantés par les implications économiques et financières de la transmission, pour ne pas dire «enfouis» sous le poids de celles-ci. Ces questions méritent, néanmoins, d être traitées, tout comme il est essentiel également de sensibiliser les propriétaires à la nécessité de planifier le processus de continuité 15. Dans les entreprises de très grande taille, la gestion de la continuité relève souvent de la responsabilité de quelques directeurs désignés et s inscrit dans le cadre du processus intégré et habituel de gestion prévisionnelle et de planification de l avenir. Dans ces sociétés, la transmission est perçue, en quelque sorte, comme l un des processus de changement auxquels est soumise la vie de l entreprise. Elle est donc considérée en tant que partie intégrante de l exploitation de l entreprise et elle est gérée sur la base d un projet (ou de plusieurs projets plus ou moins intégrés). Le plus souvent, le propriétaire d une petite entreprise n est pas conscient du problème de la continuité de son entreprise. Il considère généralement sa société comme une «partie» de lui-même. Comme il est très accaparé par sa gestion au quotidien, il ne peut pas ou ne veut pas consacrer suffisamment d attention à la planification du changement de propriété de son entreprise. Plus précisément, il ne pense pas à le faire dans le cadre d un plan ou d un projet structuré, pour la simple raison qu il ne mesure pas toujours l importance vitale de cette planification. Cet obstacle psychologique est très grave, dans la mesure où il empêche le propriétaire de franchir la première étape, qui consiste à prendre conscience du problème. Une fois cette étape franchie, il est possible d analyser systématiquement la situation afin de planifier la transmission et la continuité de l entreprise, à l aide des bons outils Aspects juridiques à prendre en considération dans le cadre de la formation, des conseils et de la sensibilisation La transmission d une entreprise suppose le transfert de plusieurs types d actifs (matériel, 14 «Favoriser les bourses d opportunités pour la transmission d entreprise en Europe», Rapport du groupe d experts, Commission européenne, Rapport final du groupe d experts sur la transmission des petites et moyennes entreprises, Commission européenne, mai 2002.

17 17 biens immobiliers, véhicules, etc.) qui peuvent être régis par des dispositions particulières et distinctes pour chacun d eux. Cette complexité est encore accrue par les différentes dispositions fiscales applicables à la transmission des actifs. En outre, il n est pas rare que plus de deux parties soient concernées. La transmission d une entreprise ne se limite pas à une transaction entre le propriétaire/vendeur et l acquéreur. La famille du propriétaire peut aussi avoir son mot à dire, tout comme ce peut être le cas, par exemple, des établissements de crédit qui financent l opération. Si certains moyens d exploitation tels que les machines, les fournitures et les actifs financiers peuvent être transférés selon des modalités relativement simples, la transmission d une entreprise s accompagne également du transfert d actifs incorporels, tels que les connaissances du propriétaire (concernant les marchés, les concurrents, les clients, les salariés, les technologies, etc.), les relations humaines (avec les clients, les salariés, etc.), l autorité et la réputation de l entreprise 16. Dans le cas d une entreprise en activité, la fixation d un prix et l accord sur ce prix peuvent également représenter un problème complexe, dont la solution peut exiger de recourir à un spécialiste extérieur. La législation nationale notamment le droit des sociétés et les formalités fiscales et administratives constituent aussi des obstacles à la transmission. Parmi les divers exemples d obstacles de ce genre, il convient de citer les droits de succession et de donation élevés, les aspects financiers, les entraves au changement de forme juridique d une entreprise lors des préparatifs en vue de la transmission et les problèmes empêchant la poursuite des activités des sociétés de personnes lorsqu un associé décède ou prend sa retraite Récapitulatif des mesures déjà prises La transmission d entreprise est l un des dossiers clés de la politique de la Commission européenne en faveur des entreprises. Le 7 décembre 1994, la Commission européenne a adopté, à l adresse des États membres, une recommandation officielle sur la transmission des petites et moyennes entreprises (PME) 18. Dans sa recommandation, la Commission a invité les États membres à améliorer leur environnement juridique et fiscal pour faciliter les transmissions d entreprise, à mener des actions de sensibilisation et à apporter un soutien à la transmission. Les mesures proposées dans la recommandation visent à 19 : sensibiliser les chefs d entreprises et les encourager à préparer la transmission longtemps à l avance; améliorer l environnement financier des PME en leur offrant des instruments appropriés pour la transmission d entreprise; permettre aux PME d adopter la forme juridique la plus adéquate afin de se préparer à la transmission (par exemple, en se constituant en société anonyme simplifiée); assurer la continuité des sociétés de personnes et des entreprises individuelles en cas de décès de l un des associés ou du propriétaire de l entreprise; réduire les impôts sur les successions et sur les donations; encourager la transmission à des tiers, par exemple en mettant en place un régime fiscal facilitant la transmission à des salariés. À la suite de sa communication adoptée en mars 1998, la Commission a poursuivi ses travaux sur le soutien pratique à apporter à la transmission d entreprise. Un appel à propositions a été publié dans le courant de la même année, en vue de cofinancer des projets de sensibilisation à la transmission d entreprise et de fournir une aide pratique pouvant prendre la forme, par exemple, de formations pour les chefs d entreprise et les intermédiaires. En décembre 2000, la direction générale des en- 16 Idem 17 Rapport final du groupe d experts sur la transmission des petites et moyennes entreprises, Commission européenne, mai JO L 385 du , p. 14 (ci après «la recommandation»); voir aussi la communication contenant l exposé des motifs de cette recommandation (JO C 400 du , p. 1). 19 Séminaire européen sur la transmission des entreprises, rapport final, Vienne, 2002.

18 18 treprises de la Commission européenne a lancé un projet «Procédure Best» axé sur la transmission d entreprise. Celui-ci avait pour objectif principal de suivre l application de la recommandation de la Commission de 1994 sur la transmission d entreprise, de définir des mesures de soutien à la transmission d entreprise et de proposer des domaines d action prioritaires pour l avenir. Un groupe d experts a été constitué spécifiquement pour aider la Commission à mener à bien ce projet. Selon les estimations établies par ces experts, environ un tiers de toutes les entreprises de l Union changeront de mains au cours des dix prochaines années, la proportion variant entre 25 % et 40 % en fonction des États membres. En d autres termes, les experts ont estimé à le nombre moyen de petites et moyennes entreprises (dont PME et sociétés unipersonnelles) qui, chaque année, seront transmises à un repreneur; ces transmissions pourraient affecter quelque 2,4 millions d emplois 20. En ce qui concerne l application de la recommandation de la Commission, le groupe d experts a constaté qu à peine la moitié des 21 mesures fiscales et juridiques définies par la Commission avaient été mises en pratique. Les experts ont estimé que, dans deux des cinq domaines qu ils considéraient comme primordiaux pour le soutien à la transmission d entreprise, les progrès réalisés par les États membres étaient relativement satisfaisants. Treize des États membres avaient introduit des dispositions spéciales pour les droits de succession et l impôt sur les donations, et dix avaient pris des mesures pour faciliter les transmissions à des tiers. Dans les autres domainesclés (mesures spécifiques facilitant la transmission aux salariés, exonérations pour la retraite anticipée et allégements fiscaux pour les capitaux réinvestis dans une autre PME), seuls sept ou huit États membres avaient adopté des mesures. Par ailleurs, les experts ont constaté qu il existe de nombreuses actions en faveur de la transmission d entreprise mais celles-ci ne sont pas structurées et n atteignent donc pas nécessairement le public visé. Les experts ont recensé, au total, 53 mesures de soutien à la transmission d entreprise, qui ont été intégrées dans la base de données SMIE sur les mesures et initiatives de soutien aux entreprises. En conclusion de ses travaux, le groupe d experts a présenté les propositions suivantes concernant la mise en place de mesures de soutien: créer un «centre européen de la transmission d entreprise», c est-à-dire une plateforme européenne virtuelle, ayant pour mission de coordonner la collecte d informations, de diffuser les meilleures pratiques à travers l Europe et de faciliter la coopération transfrontalière. Des centres similaires devraient aussi être mis sur pied au niveau national; créer une bourse européenne d opportunités pour la cession et la reprise d entreprise en liaison avec le centre européen de la transmission d entreprise, afin de relier les bases de données nationales existantes et d encourager les États ne disposant pas encore de pareilles bases de données à en établir; organiser des manifestations régulières au niveau européen sur des questions spécifiques concernant la transmission d entreprise, en vue d échanger les meilleures pratiques; exploiter les résultats de ces manifestations comme thèmes de réunions et de séminaires aux niveaux national, régional et local; mettre au point des outils alternatifs ou supplémentaires de formation et de gestion, taillés sur mesure pour les entreprises existantes et futures gérées par leur propriétaire ainsi que pour les petites sociétés familiales; lancer, à l initiative des pouvoirs publics, des programmes de soutien et des recherches concernant la transmission d entreprise; accorder autant d attention à la transmission qu à la création d entreprise. 20 «A good practice guide of measures for supporting the transfer of businesses to new ownership», Commission européenne, 2003.

19 19 Le séminaire européen sur la transmission des entreprises qui s est tenu à Vienne les 23 et 24 septembre 2002 a permis d arriver à la conclusion que la sensibilisation est le point de départ d une transmission réussie. Le soutien pratique intervient seulement après. Du fait de la nature complexe des transmissions d entreprise, les personnes concernées doivent pouvoir bénéficier de conseils professionnels pour piloter le processus de transmission. Il apparaît que de nombreuses aides sont disponibles, mais il convient d accroître leur visibilité et de mieux les coordonner. Pour appréhender toutes les facettes de la transmission d entreprise, il convient d adopter une approche holistique et de ne pas ignorer l aspect émotionnel 21. Tant le projet «Best» que le séminaire européen sur la transmission des entreprises sont parvenus à la conclusion qu il y a lieu d accorder le même degré d attention aux transmissions d entreprise qu à la création de nouvelles sociétés. Selon des recherches menées en Autriche et présentées lors du séminaire 22, 96 % des entreprises transmises avec succès à un repreneur sont toujours en activité au terme des cinq premières années suivant la reprise. Leurs chances de survie sont donc plus élevées que celles des nouvelles entreprises, puisque celles-ci ne sont que 75 % à être encore en activité cinq ans après leur création. C est pourquoi il est essentiel de sensibiliser davantage les instances politiques à l importance de la transmission d entreprise et d encourager cette option en tant que variante possible à la création de sa propre entreprise. La communication publiée en 2006 par la Commission européenne et intitulée «La transmission d entreprise La continuité grâce à un nouveau départ» rappelle aux États membres combien il est important de créer les conditions appropriées pour les transmissions d entreprise. Elle rend compte des initiatives précédentes et actuelles de la Commission européenne et des États membres en vue de faciliter la transmission d entreprise, et met en lumière un certain nombre de bonnes pratiques. La communication précise qu il y a encore matière à amélioration: seulement 55 % des mesures énumérées dans la recommandation de 1994 ont été appliquées (anciens États membres 60 %, nouveaux États membres 45 %). Il semble que les solutions adoptées par les nouveaux États membres pour faire face aux problèmes afférents au droit des entreprises soient plus efficaces; cette situation s explique peut-être par le fait que la législation relative aux entreprises n a été élaborée que récemment dans un grand nombre de ces pays et a pu se fonder sur des exemples performants. Les anciens États membres ont mis en place davantage de mesures de soutien, sont plus actifs en matière de sensibilisation et garantissent un cadre plus favorable pour les cessions aux salariés 23. Afin de déterminer les facteurs de réussite de l organisation de «bourses d opportunités» (appelées dans le jargon «matching platforms») pour la transmission d entreprise, les États membres de l UE et d autres pays participant au programme pluriannuel pour l entreprise et l esprit d entreprise ont constitué un groupe d experts, lequel a été chargé d analyser les bourses d opportunités (bases de données) existantes et de formuler des conclusions quant à la meilleure façon de les organiser. Le rapport 2006 du groupe d experts, intitulé «Favoriser les bourses d opportunités pour la transmission d entreprise en Europe», décrit neuf bases de données et bourses d opportunités proposées par des organismes publics ou semi-publics en Belgique (Overnamemarkt en Flandre et Sowaccess en Wallonie), en Allemagne (Nexxt-Change), en France (Passer le relais), en Italie (Borsa delle Imprese), au Luxembourg (Bourse d entreprises), aux Pays- Bas (Ondernemingsbeurs), en Autriche (Nachfolgebörse) et en Finlande (Yrittajat). La plupart de ces bases de données n ont été établies qu en 2003 environ. En 2006, elles contenaient déjà les noms de plus de entreprises transmissibles, ce qui correspond à quelque 7 % de l ensemble des entreprises pouvant faire l objet d une cession chaque année (et, en moyenne, à quelque 0,2 % des entreprises d un pays). Selon les estimations annuelles, une entreprise sur quatre figurant dans les bases de données trouve un repreneur (soit un taux de réussite estimé à 25 %; il existe cependant peu d éléments pour corro- 21 «A good practice guide of measures for supporting the transfer of businesses to new ownership», Commission européenne, «Business transfers and successions in Austria», Institut autrichien de recherche sur les petites entreprises (IfGH), Ces appréciations doivent être interprétées avec une certaine prudence car, les mesures étant différentes, leur efficacité n est pas comparable.

20 20 borer cette estimation car plusieurs opérateurs ne procèdent à aucun suivi des entreprises, une fois qu elles ont quitté leur base de données). La plupart des bases de données sont nationales; dans le cas de l Italie, elles sont organisées sur une base régionale 24. Les bases de données publiques peuvent être consultées par toute personne disposant d un accès standard à l internet. Toutefois, les modalités et les restrictions applicables au placement d une annonce varient. Dans certains cas, il n existe aucune restriction, tandis que dans d autres cas, l organisme qui gère la base de données procédera à un contrôle préalable et, dans d autres encore, seuls les intermédiaires (banques, cabinets de conseil, etc.) seront autorisés à introduire une entrée dans la base de données. De janvier 2007 à août 2009, une action pilote baptisée «A Helping Hand for SMEs Mentoring Business Transfer» a été mise en place. Les activités menées dans le cadre de ce projet ont été coordonnées par EUROCHAMBRES, en collaboration avec la Chambre régionale de commerce et d industrie Rhône-Alpes, puis mises en application par trente-trois chambres de commerce dans dix-huit États membres de l UE. L objectif global de l action pilote était de fournir «a minimum of 10,000 full man-days of mentoring to a total of at least 1,000 mentees» [un minimum de jours-hommes complets de tutorat à au moins «poulains» au total]. Cette action pilote s est achevée sur les résultats suivants: 9 067,3 jours-hommes complets de tutorat assurés (91 %), 937 «poulains» recrutés (94 %) et 890 dossiers clôturés (89 %). 2.3 Mesures à prendre pour aller plus loin Soutien et sensibilisation Le problème majeur en matière de transmission d entreprise réside dans le fait que les chefs d entreprise n envisagent nullement ou pas assez tôt de céder leur entreprise. Dans la plupart des États européens, ils vieillissent sans songer à la poursuite des activités de leur entreprise lorsqu ils prendront leur retraite. Les raisons de cette attitude sont à rechercher, essentiellement, dans le fait que la retraite constitue un sujet sensible pour les entrepreneurs et que ceux-ci s imaginent que le processus de transmission sera rapide et aisé, de sorte qu ils n ont pas besoin de s y préparer à l avance. Le déficit d acquéreurs potentiels et le manque de sensibilisation des propriétaires de société à l égard de la transmission d entreprise représentent un défi majeur pour l économie européenne et pour la continuité des PME dans les États européens sur lesquelles notre économie toute entière s est construite car ils peuvent entraîner la disparition de nombreuses entreprises qui contribuent à la croissance économique 25. La Commission européenne a conscience des enjeux et a lancé plusieurs projets, au cours de la dernière décennie, en vue d y faire face. L objectif fondamental de ces initiatives est, d une part, de sensibiliser les décideurs politiques et les autres parties prenantes dans les États membres aux pièges liés à la préparation insuffisante de nombreux entrepreneurs prenant leur retraite et, d autre part, d organiser des moyens d échange des bonnes pratiques et des compétences. Étant donné que le cadre réglementaire relève, pour une large part (droit fiscal, droit des entreprises, etc.), de la responsabilité des États membres, il est essentiel d agir au niveau national. À l heure actuelle, les efforts consentis pour éveiller les consciences sont insuffisants. Seule la moitié des États membres a pris des mesures adéquates. Tout comme les chefs d entreprise qui prennent leur retraite, les nouveaux entrepreneurs en herbe méritent une attention particulière car la reprise d une entreprise existante constitue souvent une variante intéressante à la création d une nouvelle entreprise. La Commission recommande, dès lors, d intensifier les actions visant à conscientiser les chefs d entreprise à la nécessité de planifier la transmission de leur société suffisamment longtemps à l avance. Ces actions peuvent notamment être prises par l intermédiaire des chambres de commerce ou d autres points de contact, tels 24 «Favoriser les bourses d opportunités pour la transmission d entreprise en Europe», Rapport du groupe d experts, Commission européenne, «Mapping of stakeholders, issues, solutions, good practices and technical deal-breakers in SME transfers», TRANSEO 2011 Mapping Working Group.

TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise. Enquête

TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise. Enquête TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise Enquête Préambule La transmission de son entreprise est le dernier acte du dirigeant et souvent l un des plus importants de sa vie professionnelle. Au plan macro

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

Guide de planification de la transition d entreprise

Guide de planification de la transition d entreprise Guide de planification de la transition d entreprise Votre conseiller de confiance Depuis plus de 100 ans, des générations de Canadiens comptent sur le savoir-faire des conseillers PME CIBC pour gérer

Plus en détail

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.3.2015 COM(2015) 130 final EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION des rapports d activité annuels des États membres en matière de crédits à l exportation au sens du règlement

Plus en détail

STRATÉGIE DE LA COPROPRIÉTÉ. Aidez les propriétaires d entreprise à protéger leur avoir commercial et personnel tout en maximisant leur épargne!

STRATÉGIE DE LA COPROPRIÉTÉ. Aidez les propriétaires d entreprise à protéger leur avoir commercial et personnel tout en maximisant leur épargne! STRATÉGIE DE LA COPROPRIÉTÉ Aidez les propriétaires d entreprise à protéger leur avoir commercial et personnel tout en maximisant leur épargne! La situation Jacques Robichaud et Richard Larivée sont actionnaires

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Quel type d assurance-vie convient le mieux aux propriétaires d entreprise? Tout

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

LA RELÈVE D ENTREPRISE

LA RELÈVE D ENTREPRISE LA RELÈVE D ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES La planification, une étape essentielle 3 La transmission de l entreprise à un membre de la famille 4 La transmission de l entreprise à un associé, à l équipe

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

De l entreprise individuelle à la société. Faire le bon choix, au bon moment

De l entreprise individuelle à la société. Faire le bon choix, au bon moment De l entreprise individuelle à la société Faire le bon choix, au bon moment De l entreprise individuelle à la société De l entreprise individuelle à la société De l entreprise individuelle à la société

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

VENDRE SON ENTREPRISE. Quelle stratégie?

VENDRE SON ENTREPRISE. Quelle stratégie? VENDRE SON ENTREPRISE Quelle stratégie? PLAN DE L INTERVENTION 1 ère partie : Pierre Haenel CCI 49 bien connaitre son entreprise pour faire les bons choix les différents réseaux d intermédiaires Les facteurs

Plus en détail

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Bettina Splittgerber 03.08 1 Les changements démographiques en Allemagne 2 L

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ La présente recherche décrit les principales préoccupations financières des Canadiens âgés, dans

Plus en détail

Sommaire. Objectif de ce livret. Qui sommes-nous? Quels sont nos métiers? Un constat simple. Compréhension des enjeux et des défis

Sommaire. Objectif de ce livret. Qui sommes-nous? Quels sont nos métiers? Un constat simple. Compréhension des enjeux et des défis L entrepreneur face à ses choix patrimoniaux Sommaire Objectif de ce livret Qui sommesnous? Quels sont nos métiers? Un constat simple Compréhension des enjeux et des défis Suivi d un processus équitable

Plus en détail

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014 Améliorer durablement la qualité de l audit Juin 2014 L enjeu Selon les résultats du plus récent cycle d inspection du Conseil canadien sur la reddition de comptes (CCRC), sur le plan de la qualité de

Plus en détail

7.3. Les différents modes de transmission

7.3. Les différents modes de transmission 7.3. Les différents modes de transmission La manière d exercer l activité et le choix de la forme juridique ont des répercussions importantes sur le processus de transmission 7.3.1. Les impacts du choix

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie

Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie Accumulation et transfert de patrimoine au moyen d un contrat d assurance vie Le point de vue du particulier L assurance vie est bien connue pour sa capacité de procurer des liquidités qui permettent de

Plus en détail

d'entreprise Etude régionale

d'entreprise Etude régionale TRANSMISSION d'entreprise Etude régionale Les besoins des cédants potentiels d entreprise en Provence-Alpes-Côte d Azur Synthèse des 9 874 réponses à l enquête réalisée dans le cadre du programme PERFORMANCE

Plus en détail

LES SITES D INFORMATION

LES SITES D INFORMATION LES SITES D INFORMATION http://www.actinbusiness.com p. 2 http://www.actoria.fr p. 4 http://www.caravanedesentrepreneurs.com p. 6 http://www.coachinvest.com p. 8 http://www.mbcapital.com p. 10 http://www.netpme.fr

Plus en détail

édition 2014 La transmission d entreprise en 10 questions e nt re p re nd re a v e c v ous

édition 2014 La transmission d entreprise en 10 questions e nt re p re nd re a v e c v ous édition 2014 La transmission d entreprise en 10 questions e nt re p re nd re a v e c v ous La transmission d entreprise en 10 questions Introduction La transmission d entreprise constitue une étape importante

Plus en détail

«Mode, luxe, métiers d art : comment transmettre votre PME?» Présentation du guide pratique du cédant

«Mode, luxe, métiers d art : comment transmettre votre PME?» Présentation du guide pratique du cédant Dossier de presse Sommaire «Mode, luxe, métiers d art : comment transmettre votre PME?» : Un guide pratique à l issue du dispositif de soutien aux TPE/PME Conférence du 5 mars 2014 Communiqué de presse

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général Nations Unies A/65/63/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 30 juillet 2010 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Points 130 et 137 de l ordre du jour provisoire* Examen de l efficacité

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Démystification de la planification de la relève dans une firme de génie-conseil : Comment assurer une transition sans heurt et à votre avantage

Démystification de la planification de la relève dans une firme de génie-conseil : Comment assurer une transition sans heurt et à votre avantage Démystification de la planification de la relève dans une firme de génie-conseil : Comment assurer une transition sans heurt et à votre avantage SOMMAIRE La relève est un processus complexe... 4 Un plan

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur des logiciels et des services infonuagiques Novembre 2014 L International Accounting Standards Board (IASB)

Plus en détail

Examen par les pairs: l économie sociale préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels

Examen par les pairs: l économie sociale préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels Add title 2 préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels L examen par les pairs tenu à Paris (France) les 10 et 11 décembre 2012 était organisé par la Direction générale française

Plus en détail

Le business plan est un document, en principe sur support papier, qui fournit des renseignements sur:

Le business plan est un document, en principe sur support papier, qui fournit des renseignements sur: BUSINESS PLAN 1. PRÉAMBULE Il existe une multitude de raisons d établir un business plan et maintes façons de le réaliser. Les sujets de réflexion varient également d une entreprise à l autre en fonction

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Table des matières. MODULE 1 Évaluation de vos talents d entrepreneur

Table des matières. MODULE 1 Évaluation de vos talents d entrepreneur Table des matières MODULE 1 Introduction. 2 Résultats visés 3 Notes à l intention du formateur. 3 Compétences en gestion. 4 Habiletés financières... 5 Compétences en marketing. 6 Compétences personnelles.

Plus en détail

La coordination des soins de santé en Europe

La coordination des soins de santé en Europe La coordination des soins de santé en Europe Droits des personnes assurées et des membres de leur famille selon les règlements (CE) n 883/2004 et (CE) n 987/2009 La coordination des soins de santé en

Plus en détail

Fonds Social Européen 2015

Fonds Social Européen 2015 A PPEL À PROJETS ET C R ITÈRES DE SÉLECTION C r éation-reprise d entreprises Fonds Social Européen 2015 La Région Auvergne est autorité de gestion du FSE pour la période de programmation européenne 2014-2020.

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

The Promotion of Employee Ownership and Participation

The Promotion of Employee Ownership and Participation The Promotion of Employee Ownership and Participation Study prepared by the Inter-University Centre for European Commission s DG MARKT (Contract MARKT/2013/0191F2/ST/OP) Final report October 2014 French

Plus en détail

Planification de la transition d une entreprise

Planification de la transition d une entreprise Planification de la transition d une entreprise Le processus de planification de la transition d une entreprise Créer une entreprise et la faire prospérer n est pas chose facile. Effectuer la transition

Plus en détail

www.cauxseine.fr/emploi LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet

www.cauxseine.fr/emploi LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet - Vous êtes demandeur d emploi et cherchez de nouvelles pistes. Vous avez déjà pensé créer votre propre emploi. - Vous exercez une activité professionnelle,

Plus en détail

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Luxembourg Introduction à Altraplan Luxembourg La compagnie Altraplan Luxembourg est une compagnie d assurances créée en 1996, se targuant d une expertise inégalée dans

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

La propriété d un contrat d assurance vie : guide à l intention des conseillers professionnels

La propriété d un contrat d assurance vie : guide à l intention des conseillers professionnels La propriété d un contrat d assurance vie : guide à l intention des conseillers professionnels Unité de Planification Fiscale et Successorale Qui détient l assurance vie? Votre client a besoin d une assurance

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.12.2011 SEC(2011) 1611 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT Accompagnant le document Proposition de règlement du Parlement

Plus en détail

Charte du management des risques du groupe La Poste

Charte du management des risques du groupe La Poste Direction de l'audit et des Risques du Groupe Direction des Risques du Groupe Destinataires Tous services Contact Béatrice MICHEL Tél : 01 55 44 15 06 Fax : E-mail : beatrice.michel@laposte.fr Date de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/FID/2007/2 16 mai 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS E COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION

Plus en détail

Améliorez votre rentabilité Réussissez vos projets

Améliorez votre rentabilité Réussissez vos projets Avec les conseillers d entreprise du Groupe Chambre d Agriculture Améliorez votre rentabilité Réussissez vos projets Actions économiques et financières. Pour analyser objectivement votre situation. Pour

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE En vigueur en date du 1er avril 2014 1. Objet Le comité des ressources

Plus en détail

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec Avis légal L incorporation des courtiers est un sujet très complexe, lequel ne saurait évidemment être traité en profondeur dans le présent document. Ce fascicule vise à sensibiliser les courtiers quant

Plus en détail

l entrepreneuriat social

l entrepreneuriat social L Initiative pour l entrepreneuriat social de la Commission européenne Marché intérieur et services La version électronique de la présente brochure est disponible à l adresse : http://ec.europa.eu/internal_market/publications/docs/sbi-brochure/sbi-brochure-web_fr.pdf

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Politique relative aux transactions d initiés

Politique relative aux transactions d initiés Politique relative aux transactions d initiés FÉVRIER 2014 Table des matières 1. Introduction... 2 2. Restrictions visant les transactions d initiés... 2 a) Restrictions visant les transactions d initiés...

Plus en détail

Susan Gerrett, Pl. Fin. Maurice Gosselin, DBA, CA, FCMA Carl Thibeault, CMA, MBA

Susan Gerrett, Pl. Fin. Maurice Gosselin, DBA, CA, FCMA Carl Thibeault, CMA, MBA Susan Gerrett, Pl. Fin. Maurice Gosselin, DBA, CA, FCMA Carl Thibeault, CMA, MBA 1 L ensemble des concepts élaborés n ont pas pour but de remplacer l expertise de vos professionnels dont votre fiscaliste.

Plus en détail

Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises

Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises Transfert de technologie vers la Chine pourquoi s inquiéter? Les entreprises européennes souhaitent pénétrer le marché

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

La transmission d un cabinet d EC et de CAC

La transmission d un cabinet d EC et de CAC La transmission d un cabinet d EC et de CAC Ou les cordonniers sont les plus mal chaussés! Par Nathalie GORRY et Boris SAUVAGE Avec la participation de Fabrice ZINSSNER de Gan Assurances 1 Objectifs de

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Pallier la pénurie d entrepreneurs 2014 OCDE/UNION EUROPÉENNE 2015 Chapitre 4 Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Ce chapitre traite des activités d indépendant et d entrepreneuriat

Plus en détail

Secteur de l électricité Dette insurmontable

Secteur de l électricité Dette insurmontable Chapitre 3 Section 3.04 Ministère des Finances Secteur de l électricité Dette insurmontable Chapitre 3 Section 3.04 Contexte Nos rapports annuels antérieurs contenaient des mises à jour de la dette insurmontable

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur de l immobilier Janvier 2015 L International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Pourquoi vous préparer à transmettre votre entreprise?

Pourquoi vous préparer à transmettre votre entreprise? GUIDE DU CEDANT Pourquoi vous préparer à transmettre votre entreprise? Quels que soient la taille ou le type de l entreprise, sa cession est un acte de gestion qui ne s improvise pas. Les conséquences

Plus en détail

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Le membre ou

Plus en détail

I. Faire le point sur son projet, ses motivations. Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1

I. Faire le point sur son projet, ses motivations. Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1 Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1 Se poser les bonnes questions Cette toute première phase de réflexion, pas forcément simple ni évidente, devra se faire en deux temps. Ainsi, vous serez d abord

Plus en détail

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT Les informations disponibles sur la présente documentation ont pour seule fin de donner une information générale à son lecteur. Elles ne constituent pas un

Plus en détail

A P P E L À P R O J E T S. C r é a t i o n - r e p r i s e d e n t r e p r i s e s. Fonds Social Européen 2016

A P P E L À P R O J E T S. C r é a t i o n - r e p r i s e d e n t r e p r i s e s. Fonds Social Européen 2016 A P P E L À P R O J E T S C r é a t i o n - r e p r i s e d e n t r e p r i s e s Fonds Social Européen 2016 La Région Auvergne est autorité de gestion du FSE pour la période de programmation européenne

Plus en détail

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE I. Introduction 1. En substance, le transfert de technologie est le processus par lequel une technologie, des compétences, un savoir-faire ou

Plus en détail

POLITIQUE D ACCEPTATION DES DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D ACCEPTATION DES DONS ET COMMANDITES ANNEXE 1 POLITIQUE D ACCEPTATION DES DONS ET COMMANDITES (Approuvée par le C.A. le 12 mai 2004) 1. PRINCIPES DE BASE La Fondation assume la responsabilité d émettre des reçus officiels pour fins d impôts

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Capitalisation restreinte et retenue d impôt visant le prêt commercial

Capitalisation restreinte et retenue d impôt visant le prêt commercial Le 3 mars 2014 Les contribuables canadiens, y compris les multinationales établies au Canada, qui participent à des mécanismes de prêt sans lien de dépendance pourraient, contre toute attente, être touchés

Plus en détail

Réduction de l impôt à payer au décès

Réduction de l impôt à payer au décès SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE TRANSFERT DU PATRIMOINE STRATÉGIE N o 9 Réduction de l impôt à payer au décès Personne ne se réjouit à l idée de mourir et personne ne veut payer

Plus en détail

Promotion de l esprit d entreprise parmi les femmes

Promotion de l esprit d entreprise parmi les femmes Promotion de l esprit d entreprise parmi les femmes Rapport Best n 2 2004 Direction générale Entreprises Commission européenne Rapports Best Les rapports Best sont le fruit de projets qui, menés dans le

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09

Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09 Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09 Introduction Pourquoi cette consultation? Les systèmes de santé

Plus en détail

Les cohabitants et l immobilier

Les cohabitants et l immobilier Les cohabitants et l immobilier 3Des cohabitants non mariés achetant ensemble un terrain à bâtir ou une habitation acquièrent ce bien en copropriété. Cela veut dire que le terrain ou l habitation appartient

Plus en détail

Services financiers Chrysler. Le Groupe Banque TD acquiert Services financiers Chrysler

Services financiers Chrysler. Le Groupe Banque TD acquiert Services financiers Chrysler Services financiers Chrysler Le Groupe Banque TD acquiert Services financiers Chrysler Le 21 décembre 2010 Énoncés prospectifs De temps à autre, la TD fait des énoncés prospectifs, écrits et verbaux, y

Plus en détail

SOWACCESS Partenaire neutre en transmission

SOWACCESS Partenaire neutre en transmission SOWACCESS Partenaire neutre en transmission d entreprises en Wallonie Verviers, le 27 mars 2014 Société wallonne d acquisitions et de cessions d entreprises 1 Le Groupe SOWALFIN, Société wallonne de financement

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr Fiche à jour au 14 décembre 2012 Matière : Droit du travail Auteur : Stéphanie Ariagno

Plus en détail

ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT

ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT ENTREPRISES EUROPÉENNES: TROP DE FAILLITES DUES AUX RETARDS DE PAIEMENT 03 Ni la Commission européenne, ni aucune personne agissant en son nom, n est responsable de l usage qui pourrait être fait des informations

Plus en détail

Concevoir un système fiscal pour les petites et microentreprises (2):

Concevoir un système fiscal pour les petites et microentreprises (2): Outils d action Designing a tax system for micro and small businesses: Guide for practitioners, IFC, décembre 2007. Concevoir un système fiscal pour les petites et microentreprises (2): conseils pour l

Plus en détail

Ministère de la Sécurité publique

Ministère de la Sécurité publique 4 Ministère de la Sécurité publique 1 LA GESTION DES RISQUES : UNE DISCIPLINE QUI S IMPOSE La gestion des risques est aujourd hui utilisée dans de nombreux domaines où les risques représentent une préoccupation

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

Projet de critères et de normes de gestion des risques applicables aux systèmes de paiement importants

Projet de critères et de normes de gestion des risques applicables aux systèmes de paiement importants Projet de critères et de normes de gestion des risques applicables aux systèmes de paiement importants Mémoire de l Association canadienne des paiements en réponse à la Banque du Canada Le 21 août 2015

Plus en détail

imaginez mieux 02/11

imaginez mieux 02/11 mieux la force La force d une structure Depuis 1981, Force financière Excel a forgé les outils de son développement. Imaginez un cabinet de services financiers qui vous appuie avec toute la force de sa

Plus en détail

La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise

La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise IBM Janvier 2007 La simplification de l IT pour répondre aux objectifs de l entreprise Une étude de la série «Les implications pour le DSI» d après l enquête Dirigeants d entreprise 2006 Page 2 Sommaire

Plus en détail

Factoring Quand liquidité rime avec sécurité

Factoring Quand liquidité rime avec sécurité Quand liquidité rime avec sécurité Plus de souplesse grâce au factoring. Votre entreprise va connaître une croissance organique, vous souhaitez vous développer à l étranger ou simplement accroître votre

Plus en détail

L éducation postsecondaire : la clé pour atteindre l autosuffisance

L éducation postsecondaire : la clé pour atteindre l autosuffisance Résumé du plan action pour transformer l éducation postsecondaire du Nouveau-Brunswick 1 Introduction Le Nouveau-Brunswick est en voie de traverser une période de croissance et de possibilités historiques.

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Document réalisé par Peter Ulrich, économiste Les membres du Service de proximité aux TPE : 1 Le contexte

Plus en détail

Les reprises et cessions d'entreprises

Les reprises et cessions d'entreprises Les reprises et cessions d'entreprises 007 / 00 Etude réalisée pour : Méthodologie Le CSOEC et l ACFCI Echantillon : Echantillon de 0 dirigeants repreneurs ou futurs cédants, issu d un échantillon national

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) OMPI PCT/CAL/VI/2 ORIGINAL : anglais DATE : 29 mars 1996 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ DES

Plus en détail

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Chapitre 2. Le financement au service du développement Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Dans le monde en développement, l Amérique latine fait figure de pionnière

Plus en détail

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS COMPÉTENTS ET POLYVALENTS Les professionnels comptables en entreprise, un élément moteur du succès durable des organisations Les professionnels comptables en entreprise exercent au sein des organisations

Plus en détail

Une approche sur-mesure

Une approche sur-mesure L offre de services de HSBC Private Bank en France Le cœur de notre métier consiste à vous fournir des conseils de qualité et à mettre en œuvre les solutions d investissements permettant de répondre précisément

Plus en détail