AILISA : les Work Packages. SP1-Capteurs et Instruments. Appartements. Intelligents. «HIS» (Projet TIISSAD ACI 1999)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AILISA : les Work Packages. SP1-Capteurs et Instruments. Appartements. Intelligents. «HIS» (Projet TIISSAD ACI 1999)"

Transcription

1 Objectifs du Projet AILISA Le projet AILISA Apartements Intelligents pour une Longévité Effective TIMC, Grenoble (N. Noury, V. Rialle, Pr J. emongeot), Hop. Charles Foi, Paris (Pr F. Piette, Pr J. Belmin, r S. Moulias ), CHU Toulouse,La Grave (r P. Rumeau ), Inserm E35, Paris (r F. Levi, Pr J. Clairambault), Inserm U3, Paris (Pr Toumie, Pr Manh Cuong o ), LRP, Paris (Pr P. Bidaut, V. Pasqui ), Lip, Paris (Pr A. rogoul ), RBI, Grenoble (R. Baghai, C Villemazet), TAM, Ai en Provence (r J.L. Weber,. Blanc), ATRAL, Grenoble (J.P. Villeroy, P. Veju), LEM, Paris (C. Hervé) Médical : les Plus et les Moins des systèmes technologiques de télésurveillance (Vu du patient, Vu du soignant) Scientifique : détection précoce et prise en charge des situations à risque (Paradigme de la chute) Éthique : limite de la substitution de l assistance humaine à l assistance automatisée Pérennisation des plateforme d epérimentations (équipement et équipes constituées) Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC 1/ Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC / RNTS MENRT "Télésurveillance, Assistance, Maintien à omicile" Appartements Intelligents pour une Longévité Effective Objectifs: Mise en place des plateformes validations Cliniques, Technologiques et d Usages Validation sur ces plateformes des dispositifs: Habitat Intelligent en Santé (TIISSA) Robot éambulateur (MONIMA) Vêtement de Téléassistance Médicale Nomade (VTAMN) Ouverture des plateformes à d autres epérimentations technologiques nationales (Mutualisation des acquis) Hop. Charles Foi Ivry/Seine Aide à l Industrialisation des technologies CHU Toulouse Toulouse Paris TIMC-IMAG-CNRS LIP, LRP, INSERM (E35,U3) Robosoft Grenoble CCAS, CHU ATRAL, RBI, TAM RNTS MENRT "Télésurveillance, Assistance, Maintien à omicile" Appartements Intelligents pour une Longévité Effective omotique Médicale (HIS) Vêtement d assistance médicale (VTAMN) Hop. Charles Foi Ivry/Seine Usages (Médical, socio-éthique) Robotique Assistante (MONIMA) CHU Toulouse Toulouse Chef de projet : Laboratoire TIMC-IMAG (N. Noury, J. emongeot) LIP, LRP, INSERM (E35,U3) Paris Robosoft CCAS, CHU Grenoble TIMC-IMAG-CNRS ATRAL, RBI, TAM Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC 3/ Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC /

2 RNTS MENRT "Télésurveillance, Assistance, Maintien à omicile" Appartements Intelligents pour une Longévité Effective Calendrier: ébut du projet: Janvier 00 ébut epérimentations: Eté 00 Avancement des sous-projets (Fusion de données, outils logiciels, éthique) Préparation industrialisation: Sept 005 et séminaire fin de projet: éc 00 «Ouverture» des plateformes: Janvier 007 Hop. Charles Foi Ivry/Seine CHU Toulouse Toulouse Paris TIMC-IMAG-CNRS LIP, LRP, INSERM (E35,U3) Robosoft Grenoble CCAS, CHU ATRAL, RBI, TAM AILISA : les Work Packages SP1: Capteurs et Instruments (TIMC) SP: Assistance robotisée (LRP) SP3: Fusion de données (TIMC) SP: Outils logiciels (LIP) SP5: Qualité des signau ambulatoires (TAM) SP: Préparation Industrialisation (ATRAL) SP7: Activité et Physiologie (CFX) SP: Chute (CHUT) SP9: Aspects éthiques (LEM) SP: Epérimentation Hopital Charles Foi (CFX) SP11: Epérimentation CHU Toulouse (CHUT) SP: Epérimentation CCAS Grenoble (TIMC) Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC 5/ Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC / SP1-Capteurs et Instruments «HIS» (Projet TIISSA ACI 1999) Responsable : TIMC Participants : TAM, RBI, ATRAL Commandes électriques centralisées dans le tableau électrique Equipements domotiques des sites epérimentau, installation et maintenance (technologie de la plateforme epérimentale «HIS» à la Faculté de Médecine de Grenoble - projet TIISSA) les gilets, issus du prototype VTAMN, modifiés (liaison radio courte portée). Réalisation d un système de collecte automatique des données de l epérimentation, et mise à disposition des équipes cliniques. Pèse personne dans la salle de bains Le laboratoire dans le local technique Tensiomètre et Oymètre dans la Chambre élivrables : les équipements des plateformes epérimentales, ainsi que le serveur. étecteurs de présence dans la cuisine..et dans le salon Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC 7/ Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC /

3 Vetement de TéléAssistance Médicale Nomade (RNTS 000) SP-Robots d assistance Cheminement bus Electrode ECG sêche tissée Responsable : LRP Participants : ROBOTSOFT Mise en situation du déambulateur intelligent (développé dans le cadre du projet MONIMA3). Position étecteur Chute Position Capteur T cutanée Position électronique pneumogramme Algorithmes de «signature» de risque par combinaison des signau capteurs avec ceu issus des capteurs d état du déambulateur. Evaluation d usage (quantification à partir d une situation physiologique contrôlée). élivrable : 1 déambulateur MONIMA3, 1 rapport final Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC 9/ Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC / Le robot déambulateur Monimad3 (RNTS 003) SP3-Fusion de données Responsable : TIMC Participants : LIP Rendre compte de l état d un système observé à l aide de multiples capteurs. L Analyse séparée de chaque signal avec franchissement de seuils est insuffisante (spécificité et sensibilité). techniques de «fusion de données» : les différents capteurs constituent un tout. onnées en quantité importante, sources multiples, sources hétérogènes, niveau d'abstraction différents, bruitées, incertaines, redondantes et d'une durée de vie quelconque obtenir un ensemble réduit d'information synthétique et précis, dans lequel la confiance est grande, et le bruit minimisé au possible. Aide à la verticalisation/ au tranferts Assistance au déplacement (obstacles) Fusion à divers niveau symboliques : théorie de l évidence, théorie des possibilités. élivrables : 1 rapport bibliographique sur les diverses techniques de fusion multicapteurs, 1 rapport final, 1 ou des algorithmes, 1 maquette logicielle sous MatLab ou LabView. Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC 11/ Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC /

4 Responsable : LIP SP-Outils logiciels Participants : TIMC Outils d Intelligence Artificielle nécessaires au diagnostic et à la détection des situations à risques. Complément du sous-projet «Fusion de onnées» : approche multi-eperts (conception de plusieurs agents logiciels, dotés chacun d'une technique de diagnostic et capables de négocier pour parvenir à un accord), approche adaptative "écologique" (conception d une population importante d'agents très simples - automates, par eemple -, vivant dans le milieu produit par les données issues des capteurs, et qui sont entraînés, par évolution artificielle, à reconnaître des situations a risque). Informatique évolutionniste, systèmes multi-agents, etraction de connaissances, donne d ores et déjà des résultats prometteurs dans de nombreu domaines. Paradigme de la prédiction des chutes élivrables : 1 rapport bibliographique sur les systèmes multi-agents adaptatifs et leurs applications à l etraction de connaissances, 1 rapport final, 1 ou des algorithmes, 1 maquette logicielle. Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC 13/ SP5-Qualité de la télésurveillance physiologique ambulatoire Responsable : TAM Participants : TIMC, U3 Evaluation de la qualité des signau physiologiques (rythme cardiaque, respiration, capteur de chute) acquis en ambulatoire au cours de différentes situations représentatives de la vie de la personne âgée à son domicile. ECG ambulatoire : respect des standards de qualité nécessaires à l interprétation de troubles du rythme (R-R) et de souffrance myocardique liés à la modification du segment ST (comparaison à un enregistrement holter). Rythme respiratoire : capacité du dispositif à maintenir une mesure de la fréquence respiratoire dans les situations de la vie quotidienne (référence à la mesure sur le même sujet en position de repos assis ou allongé). étecteur de chute : epérimentation préliminaire du capteur avec un groupe de 7 sujets sains sur un banc de test normalisé de chute physiologique (laboratoire de physiologie du mouvement). L objet sera d établir les paramètres précurseurs de la chute en partant des signau délivrés par le capteur et de distinguer la signature de la chute de celles d activités habituelles (se pencher, s allonger). Première tâche ( mois) : rédiger le protocole d évaluation des capteurs, Seconde tâche ( mois) : réaliser les évaluations en statique, puis les epérimentations sur les plateformes, Troisième tâche ( mois) : établir un rapport d évaluation et une synthèse des conditions et des limites d utilisation du concept VTAMN dans la détection en continu d alarmes relatives à l apparition d un risque physiologique majeur lié à un trouble du rythme cardiaque, respiratoire ou traumatique. élivrables : protocole d évaluation des capteurs nomades, rapport d évaluation. Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC 1/ SP-Industrialisation SP7-Activité et Physiologie Responsable : ATRAL Participants : TAM, RBI, ROBOSOFT imension industrielle du projet AILISA Groupe de professionnels : envisager l industrialisation, dès leur conception, des prototypes Impacts des choi technologiques sur l ergonomie, sur les coûts de fabrication et d installation, et dans le respect des normes industrielles. élivrables : 1 rapport concernant les directives Responsable : Pr BELMIN (CFX) Participants : TIMC, INSERM 35 Réunir les connaissances médicales sur les relations entre données physiologiques et activité, et leurs évolutions conjointes. Couplage physiologique entre le cycle circadien «activité-repos» généré par les noyau supra chiasmatiques et les rythmes circadiens cellulaires (Chronobiologie et chronothérapie). Etablissement des protocoles de surveillance de la personne sur la plateforme. élivrables : 1 rapport bibliographique, 1 protocole de surveillance, un rapport final. Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC 15/ Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC 1/

5 SP-Chute Responsable : r P. RUMEAU (CHUT) Participants : TIMC, U3, CFX, + U55 (F Steenkeste) Réunir toutes les connaissances médicales sur la chute et sur sa «prédiction». élivrables : 1 rapport bibliographique, 1 protocole de surveillance, un rapport final. SP9-Evaluation éthique Responsable : LEM (Professeur C Hervé) / Groupe de coordination : V Rialle et r P Rumeau Participants : r P Rumeau et r S Moulias (aspects médicau et psychiatriques), V Rialle (aspects technologiques) Favoriser l adoption des nouvelles technologies par les personnes en bénéficiant et par les personnes assurant la vigilance à partir d alarmes technologiques. Penser une relation entre la personne vieillissante ou handicapée et les soignants potentiels dans le cadre d un nouveau contrat avec acceptation de la prise de responsabilité Cadre juridique : la loi Hurier-Serusclat, la «irective sur les produits défectueu», les recommandations de la éclaration d Helsinki (19), les prescriptions de la CNIL L objectif de l analyse éthique : apporter à un comité d éthique à venir des éléments d évaluation précis fondés sur des données concrètes obtenues au moyen d une démarche évaluative prospective rigoureuse. La relation soignant-soigné instaurée par la médiation technique et le nouveau contrat médico-social capable de concilier sécurité et vie privée de la personne âgée et de préserver cette nouvelle relation soignant-soigné. La dimension sociologique de l analyse éthique doit permettre d affiner la connaissance du processus d appropriation du système par les patients et par leurs aidants par la définition de profils-types d utilisateurs. Il s agira de spécifier les conditions d acceptabilité des dispositifs epérimentés, compte tenu d éventuels effets en retour sur le positionnement identitaire et relationnel des usagers (patients, aidants et non professionnels). La démarche éthique commencera dès la phase pré-epérimentale. A partir d une connaissance initiale du système, de ses objets bénéfiques potentiels et de ses coûts en liberté et intimité prévisibles, une présentation approimative et intelligible du projet pourra être définie. Il sera ainsi possible d évaluer l accueil a priori de ce dispositif par la population ciblée générale d une part et par la population bénéficiaire (personnes âgées inclues dans l étude). Une première approche du ressenti de la population ciblée se fera à travers la présentation du projet et d un court questionnaire à des membres de la population âgée par la voie de clubs du troisième âge, de membres d Université du troisième âge, d association de parents de patients Alzheimer, de médecins généralistes en deu groupes (capacitaires de gérontologie et omnipraticiens) et de membres de la Société Française de Gérontologie et de Gériatrie. L analyse de cette première approche permettra l élaboration d une grille d entretien initiale à l intention des patients potentiellement bénéficiaires et à leur aidant principal. Plus de la moitié des patients devront avoir un aidant principal pour permettre une analyse croisée. Le dispositif sera présenté, selon les modalités sus-citées, puis le ressenti sera recueilli sous forme d un questionnaire court directif suivi d une phase d entretien non directif, qui donnera lieu à une interprétation qualitative permettant de détecter des problématiques qui n avaient pas été perçues lors de la formulation des hypothèses de départ. Les entretiens seront réalisés au plus près des conditions de vie habituelles des intéressés pour minimiser les biais mnésiques et affectifs. Les patients déments, utilisateurs potentiels majeurs de ce dispositif, seront intégrés dans la démarche évaluative. Ils bénéficieront d une procédure spécifique permettant la prise en compte des effets cognitifs de leur pathologie dans l interprétation de leurs réponses. Cette passation nécessitera l intervention d une personne formée à la prise en charge psychogériatrique. La phase epérimentale suivante visera à l évaluation site par site de l utilisation réelle du dispositif : à l initiation, en per-epérimental, à posteriori. Les modalités seront adaptées pour les personnels techniques, soignants, sociau, les patients et leur famille. Un fond commun dans le questionnaire permettra des comparaisons quantifiées et qualitatives inter-groupes. Cette évaluation donnera lieu à des réunions de site et des réunions générales consécutives. Lors des réunions générales chaque site sera représenté par au moins un membre du personnel epérimental et un membre du personnel soignant non epérimental. Les représentants du personnel rapporteront le sentiment des patients et de leur famille. Ces réunions se feront au lancement, après 1 mois d inclusion effective des patients, à si mois d étude et à l issue. A chacune de ces étapes, la réalisation d entretiens non directifs permettra de poursuivre l analyse des évolutions du positionnement identitaire et relationnel des usagers au regard du contete epérimental. L objet est de «monitorer» le ressenti et d améliorer les procédures dans le sens d une meilleure acceptation du dispositif. élivrables : Bibliographique, les Protocoles d évaluations, le rapport scientifique d eploitation des résultats. Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC 17/ Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC / SP, 11, - Validations cliniques Calendrier : Générau Responsable CFX (Services des Pr BELMIN et PIETTE) : r Sophie MOULIAS Responsable CHUT (Service du Pr VELLAS) : r Pierre RUMEAU Responsable CCAS Grenoble : TIMC (+ Vacataires) AILISA - Planning WP "Générau" Suivi projet éfinir les protocoles communs et spécifiques, Mener les epérimentations Participer à l évaluation des outils logiciels. Evaluation d usage (entretiens semi-dirigés). Réunion de lancement Réunion de fin des études Séminaire Inter RNTS Réunion de début des epérimentations Réunion Pré-Résultats cliniques Séminaire mi-parcours Réunion avancement fusion Réunion avancement Outils logiciels Réunion avancement Ethique Réunion avancement Industrialisation Séminaire national Résultats élivrables : 1 Protocole d epérimentation par site, 1 rapport final d epérimentation par site. Final =Janvier 00, X= Balise, = Balise avec élivrable Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC 19/ Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC 0/

6 Calendrier : Technologies Calendrier : Scientifiques AILISA - Planning WP "Technologies" SPT1- Capteurs et Instruments AILISA - Planning WP "Scientifiques" éfinition de la plateforme Réalisations et mise au point Installations SPS7-Chute SPT- Robots d'assistance Biblio éfinition de la plateforme Mise en Service CFX Protocole epérimental SPT3-Fusion de données SPS-Activité et Physiologie Bibliographie Conception algorithmes Biblio SPT-Outils logiciels Bibliographie Protocole epérimental Conception algorithmes SPS9-Ethique SPT5- Qualité du suivi ambulatoire Protocole epérimental éfinition de la plateforme Enquêtes Mises au point Résultats SPT-Industrialisaton Recommandations T Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC 1/ Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC / Calendrier - Epérimentations AILISA : Groupe de pilotage AILISA - Planning WP"Epérimentations" SPM-Hop Charles Foi Rédaction protocole Epérimentation "HIS" Evaluations "VTAMN" Evaluations "Monimad" Evaluations "ParaChute" Evaluations "TéléPathe" SPM-Toulouse La Grave Rédaction protocole Epérimentation "HIS" Evaluations "VTAMN" Evaluations "ParaChute" SPM13-Grenoble CCAS Rédaction protocole Epérimentation "HIS" Evaluations "ParaChute" Evaluations "TéléPathe" Monsieur le Professeur François Piette, chef de service à l Hopital Charles Foi, représente la plateforme d évaluation de Paris. Monsieur le Professeur Philippe Toumie, représente l ae «Chute». Monsieur le octeur Pierre Rumeau, chef de clinique à La Grave, représente la plateforme d évaluation de Toulouse. Monsieur Ramine Baghai, PG de la société RBI, représente le groupe des industriels. Monsieur Norbert Noury, Maître de Conférences au laboratoire TIMC-IMAG, est chef du projet AILISA Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC 3/ Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC /

7 AILISA : Réunions d avancement epuis le démarrage, 5 réunions se sont tenues : le 0 Février 00 : réunion de lancement du projet. le Avril 00 : réunion d avancement n. le 5 Juillet 00 : réunion d avancement n 3. le 13 Octobre 00 : réunion d avancement n. le 17 écembre 00 : réunion d avancement n 5. La présente : Séminaire AILISA des et 11 Mars : réunion d avancement n. AILISA: communications Communications : N. Noury et al. (pour le consortium AILISA) «AILISA : un appartement intelligent pour la télésurveillance médicale en gérontologie», in Technologies au service du soin à domicile, 1me journée de l Institut Universitaire de Gerontologie, 11 Mai 00, La Pitié-Salpétrière-Paris, pp 11-. N. Noury et al. (pour le consortium AILISA) «AILISA : Un appartement intégrant la télésurveillance médicale en gérontologie, applications à la maladie d Ahlzeimer», 1éres journées Amista-Alzheimer, sous le haut patronage du Pr Jean-Raoul Montiès et du Pr Jean-François Mattéi, ancien ministre de la Santé, Aubagne-France, -7 Novembre 00. N. Noury «Quels capteurs pour un patient nomade? Le projet AILISA», VisioConférences entres les sites de Paris, Toulouse, Rennes, Amiens, Lyon, Québec, lors des 5me journées inter-régionales de la Télésanté, club des acteurs en Télémédecine CATEL, actes des journées pp 5-, Lyon, 5 Octobre 00. Articles : N. Noury et al. (pour le groupe AILISA) «AILISA : plateformes d évaluations pour des technologies de télésurveillance médicale et d assistance en gérontologie», Journal Gérontologie et Société (à paraître). G. Le Bellego, N. Noury, G. Virone, M. Mousseau, S. Laetitia, E. Mairesse, J. emongeot, Measurement and Model of the Activity of a Patient in his Hospital Suite, IEEE Trans. on Inf. Tech. in Biomedicine (à paraître). : AILISA: rapport mi-parcours, Janvier 005. Séminaires universitaires : N. Noury, «Mobile health, from Health Smart Homes to Wearable sensors», séminaire ( heures) donné à l Université Technologique d Ostrava-République Tchèque, le vendredi 3 décembre 00. N. Noury, «omotique et MédicoVigilance - e la domotique de confort à la domotique de Télévigilance Médicale», Séminaire ( heures) donné à l Ecole Centrale d Electronique de Paris, le jeudi 5 Novembre 00 Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC 5/ Séminaire Inter-Projets RNTS «AILISA» - &11 Mars 005 Présentation AILISA Norbert Noury TIMC /

L approche éthique en gérontechnologie

L approche éthique en gérontechnologie Colloque européen L art de vieillir chez soi Guéret 29 septembre Technologies et vieillissement: Jusqu où ne pas aller trop loin? L approche éthique en gérontechnologie Gérard Cornet; Alain Franco, Vincent

Plus en détail

en EHPAD : aujourd hui et demain :

en EHPAD : aujourd hui et demain : Place des Gérontechnologies en EHPAD : aujourd hui et demain : Dr A. Piau 1, S. Bismuth 2, P. Rumeau 1, Pr F. Nourhashémi 1 1- Gérontopôle, CHUT 2- Département de médecine générale, CHUT Définitions Gerontechnology

Plus en détail

Capteurs pour la santé et l autonomie. Nouvelles approches technologiques. pour le suivi sur les lieux de vie

Capteurs pour la santé et l autonomie. Nouvelles approches technologiques. pour le suivi sur les lieux de vie Capteurs pour la santé et l autonomie Nouvelles approches technologiques pour le suivi sur les lieux de vie Santé : nécessité de nouvelles approches Le nouveau contexte créé par les technologies de l information

Plus en détail

Association à but non lucratif créée en 2004, MEDeTIC est agréée Entreprise Solidaire et a le statut «Jeune Entreprise Innovante» :

Association à but non lucratif créée en 2004, MEDeTIC est agréée Entreprise Solidaire et a le statut «Jeune Entreprise Innovante» : 1 Association à but non lucratif créée en 2004, MEDeTIC est agréée Entreprise Solidaire et a le statut «Jeune Entreprise Innovante» : Recherche et Développement dans le domaine de l utilisation des Nouvelles

Plus en détail

Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014. Alice ROUYER LISST Université Toulouse II Le Mirail/ Jean Jaurès

Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014. Alice ROUYER LISST Université Toulouse II Le Mirail/ Jean Jaurès Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014 L habitat intelligent : pourquoi? Quel contexte? Deux processus congruents : le vieillissement démographique la prolifération des dispositifs intelligents dans notre

Plus en détail

Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux «le pourcentage de résidents âgés nécessitant des soins pour des plaies simples ou complexes était de 8,6% selon l étude PATHOS menée en 2009

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Le panorama de la télé-t HAD en France Jean-Baptiste LAVAULT Directeur de projets télésantt santé,, CATEL Issu du rapport réalisé en décembre 2007 par le CATEL pour le compte de l ARH Basse-Normandie 1

Plus en détail

L ASSOCIATION MEDeTIC

L ASSOCIATION MEDeTIC L ASSOCIATION MEDeTIC MEDECINE ET DEVELOPPEMENT DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION L Association MEDeTIC établit des pratiques de soins et des programmes de santé destinés à la population

Plus en détail

Centre d Investigation Clinique Innovation Technologique de Lille Biocapteurs & e-santé : innovation & usages

Centre d Investigation Clinique Innovation Technologique de Lille Biocapteurs & e-santé : innovation & usages Développement et évaluation des dispositifs médicaux. De l idée au marché : Quelle place pour les structures hospitalo-universitaires? Centre d Investigation Clinique Innovation Technologique de Lille

Plus en détail

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les Carbet des aidants sur les Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées Dossier de presse Le réseau Gérontologie-Alzheimer organise, le 16 novembre 2013 à l Auditorium de la Mairie de Rémire-Montjoly,

Plus en détail

Roger, 72 ans, Fan de skateboard adore échanger avec son petit fils tous les week-ends. Yves Morel. Nov 14

Roger, 72 ans, Fan de skateboard adore échanger avec son petit fils tous les week-ends. Yves Morel. Nov 14 Roger, 72 ans, Fan de skateboard adore échanger avec son petit fils tous les week-ends. Yves Morel Nov 14 BAZILE AU SERVICE DES SENIORS Bazile a développé un positionnement unique d opérateur téléphonique

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

TASDA : Technopôle Alpes Santé à Domicile et Autonomie

TASDA : Technopôle Alpes Santé à Domicile et Autonomie TASDA : Technopôle Alpes Santé à Domicile et Autonomie CNR Santé - 28 juin 2011 CNR Santé - Atelier - 28 juin 2011 1 TASDA Qu est-ce que le TASDA? Association loi 1901 créée le 04/12/2009 Porteurs-fondateurs

Plus en détail

PLAN D AMELIORATION CONTINUE DE LA QUALITE 2012-2013

PLAN D AMELIORATION CONTINUE DE LA QUALITE 2012-2013 PLAN D AMELIORATION CONTINUE DE LA QUALITE 2012-2013 MAISON D ACCUEIL SPECIALISEE DE BASSENS M.ALIOTTI (AAHRH) 1 SYNTHESE DU PLAN D AMELIORATION CONTINUE DE LA QUALITE I. Introduction II. Les améliorations

Plus en détail

Création de centres d expertise nationaux

Création de centres d expertise nationaux Création de centres d expertise nationaux la CNSA soutien la création de centres d expertise nationaux associant dans un même projet chercheurs, entreprises et professionnels de la compensation du handicap

Plus en détail

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours Atelier 2 Stéphane Belin secours 1 La personne âgée: Contexte sociétal Augmentation des P.A. d ici à 2050 : + 62,3 % pour les > de 60 ans. + 149,9 % pour les > de 80 ans Au cours des 15 prochaines années

Plus en détail

4 ème réunion PAERPA EHPAD

4 ème réunion PAERPA EHPAD 4 ème réunion PAERPA EHPAD Jeudi 16 avril 2015 14h30 17h Délégation territoriale de Paris 1 Cartographie des EHPAD PAERPA (9-10-19) En attente carte stagiaire géographe 2 Ordre du jour 1. Actions déployées

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

Basse - Normandie. Hypothèses, Indicateurs et Démarche d évaluation médico économique

Basse - Normandie. Hypothèses, Indicateurs et Démarche d évaluation médico économique Basse - Normandie Hypothèses, Indicateurs et Démarche d évaluation médico économique Projets CICAT & TELAP «Suivi des plaies» Présentation réalisée par Dr JP Blanchère ARS de Basse Normandie Directeur

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2 Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

Journée DES Santé Publique 15.12.2014

Journée DES Santé Publique 15.12.2014 Journée DES Santé Publique 15.12.2014 Sommaire 1. Pathologies concernées par le plan des MND 2. Plan Alzheimer 2008-2012 1. Présentation 2. Évaluation 3. Retour d expérience 3. Plan Maladies Neuro-Dégénératives

Plus en détail

Conférence sur la commande publique. d innovation dans la e-santé

Conférence sur la commande publique. d innovation dans la e-santé Conférence sur la commande publique d innovation dans la e-santé mardi 1er octobre 2013 Hôtel de Région Salon d honneur - Marseille Conférence sur la commande publique d innovation dans la e-santé 1 Table

Plus en détail

CONTEXTE. Enquête portant sur la qualité de vie des patients atteints d hémophilie A ou B proposée et financée par l InVS;

CONTEXTE. Enquête portant sur la qualité de vie des patients atteints d hémophilie A ou B proposée et financée par l InVS; Surveillance de la qualité de vie des patients hémophiles QV HÉMOPHILIE Coordination de l étude: Pr. Serge BRIANCON Ecole de Santé Publique, Faculté de Médecine de Nancy Service d Epidémiologie et d Evaluation

Plus en détail

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie La fonction d Assistant de Soins en Gérontologie consiste en une assistance dans les actes de la vie quotidienne des personnes fragilisées par

Plus en détail

Téléphonie et Télématique au service de la surveillance de paramètres médicaux au domicile

Téléphonie et Télématique au service de la surveillance de paramètres médicaux au domicile Téléphonie et Télématique au service de la surveillance de paramètres médicaux au domicile M.D Jean-Michel Souclier *La téléphonie est un système de télécommunication qui a pour but la transmission de

Plus en détail

Dématérialisation dans le domaine du service aux personnes âgées. 24 septembre 2008 INOP 2008 page 1

Dématérialisation dans le domaine du service aux personnes âgées. 24 septembre 2008 INOP 2008 page 1 Dématérialisation dans le domaine du service aux personnes âgées 24 septembre 2008 INOP 2008 page 1 Le contexte L action sociale auprès des personnes âgées dans les Yvelines : 215 000 personnes de plus

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

Interopérabilité d'un système de capteurs en télémédecine

Interopérabilité d'un système de capteurs en télémédecine Interopérabilité d'un système de capteurs en télémédecine Par P. Finet 1, 2,3, B. Gibaud 2,3, O. Dameron 4 and R. Le Bouquin Jeannès 2,3 1 Centre Hospitalier Intercommunal Alençon-Mamers, Alençon, F-61000

Plus en détail

Plate-forme collaborative Page 1

Plate-forme collaborative Page 1 MARS 2013 Plate-forme collaborative Page 1 Lieu de coordination associant les acteurs du champ sanitaire et social du territoire Monts et Barrages, dans le but d assurer aux personnes prises en charge

Plus en détail

LES NOUVEAUX SERVICES «De la téléalarme sociale à la téléassistance multiservices»

LES NOUVEAUX SERVICES «De la téléalarme sociale à la téléassistance multiservices» LES NOUVEAUX SERVICES «De la téléalarme sociale à la téléassistance multiservices» Dr Christophe Boutineau Secrétaire Général AFRATA Président Filassistance Services (Groupe CNP Assurances / CDC) «Profession:

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

Améliorer la qualité de vie des personnes âgées, atteintes de maladies chroniques à domicile: proposition d un modèle organisationnel de soins

Améliorer la qualité de vie des personnes âgées, atteintes de maladies chroniques à domicile: proposition d un modèle organisationnel de soins Améliorer la qualité de vie des personnes âgées, atteintes de maladies chroniques à domicile: proposition d un modèle organisationnel de soins intégrant les techniques de l information et de la communication,

Plus en détail

4- Type d activité prise en compte : activité de soins, d enseignement, ou de recherche (article 3 de l arrêté du 23 juillet 2003)

4- Type d activité prise en compte : activité de soins, d enseignement, ou de recherche (article 3 de l arrêté du 23 juillet 2003) FICHE TECHNIQUE RELATIVE AUX CONDITIONS DE MOBILITE EXIGEES DES CANDIDATS AU CONCOURS DE PROFESSEUR DES UNIVERSITES - PRATICIEN HOSPITALIER DES CENTRES HOSPITALIERS ET UNIVERSITAIRES Textes de références

Plus en détail

Exploration des besoins des personnes âgées en matière de gérontechnologie

Exploration des besoins des personnes âgées en matière de gérontechnologie Exploration des besoins des personnes âgées en matière de gérontechnologie Frédéric Balard, docteur en ethnologie, équipe «Démographie et Santé» (INSERM) Genèse du rapport Cadre théorique du projet Ouverture

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

L. Rullier. 19h30) ; 28/11(15h30-19h30) Lundis 21/11(17h30-19h30) 19h30)

L. Rullier. 19h30) ; 28/11(15h30-19h30) Lundis 21/11(17h30-19h30) 19h30) L. Rullier Lundis 21/11(17h30-19h30) 19h30) ; 28/11(15h30-19h30) 19h30) I- Réflexions autour du vieillissement et de la vieillesse Quel âge avons-nous? Représentations de la vieillesse Le vieillissement

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

DIPLOME UNIVERSITAIRE EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT, EDUCATION POUR LA SANTE

DIPLOME UNIVERSITAIRE EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT, EDUCATION POUR LA SANTE DIPLOME UNIVERSITAIRE EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT, EDUCATION POUR LA SANTE PROGRAMME 2014-2015 LIEU DE LA FORMATION : HOPITAL ST JACQUES, 85 RUE ST JACQUES 44 200 NANTES Tramway ligne n 2 arrêt

Plus en détail

Contrat de soins / Document individuel de prise. Définition des objectifs de la prise en charge

Contrat de soins / Document individuel de prise. Définition des objectifs de la prise en charge DUREE DEFINITION CONTRAT DE SOINS Contrat de soins / Document individuel de prise en charge au SSIDPA Le contrat de soins définit les droits et les obligations de l'établissement et de l usager avec toutes

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

Référence n 1. Critère d évaluation n 1.25. Indicateur(s) Cotation. Elément(s) de preuve et analyse. Proposition(s) d amélioration (le cas échéant)

Référence n 1. Critère d évaluation n 1.25. Indicateur(s) Cotation. Elément(s) de preuve et analyse. Proposition(s) d amélioration (le cas échéant) Chapitre I - Le projet d établissement ou de service Partie 1 - Élaboration, diffusion et réactualisation du projet d établissement ou de service Référence n 1 En application de la loi 2002-2, l établissement

Plus en détail

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Présentation des formateurs Cheminement de l usager à l IRDPQ Équipe et rôles des intervenants Plans d intervention Ergothérapie

Plus en détail

Troubles de la mémoire : Neuropsychologie et Psychiatrie

Troubles de la mémoire : Neuropsychologie et Psychiatrie Troubles de la mémoire : Neuropsychologie et Psychiatrie 2004-2005 COURS A L'HÔPITAL CHARLES FOIX DANS L'AMPHITHEATRE JEAN VIGNALOU SESSION I. ASPECTS FONDAMENTAUX ET METHODOLOGIE 25 27 Novembre 2004 Jeudi

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle

DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle 2 rue du Dr Marcland 87025 Limoges cedex Tél. 05 55 43 58 00 Fax 05 55 43 58 01 www.unilim.fr DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D IMPLANTATION EN STIMULATION ET DEFIBRILLATION 3 ème Cycle Règlement ARTICLE I

Plus en détail

PROCES VERBAL CONSEIL DE LA VIE SOCIALE / EHPAD RECOUVRANCE 8 MARS 2013

PROCES VERBAL CONSEIL DE LA VIE SOCIALE / EHPAD RECOUVRANCE 8 MARS 2013 PROCES VERBAL CONSEIL DE LA VIE SOCIALE / EHPAD RECOUVRANCE 8 MARS 2013 Préparation du tiramisu!! La chorale des Colombiers au CANTOU ORDRE DU JOUR Approbation du procès verbal Présentation de la mise

Plus en détail

La chute à domicile. Protocole d évaluation expérimentale des performances de détecteurs de chute du marché

La chute à domicile. Protocole d évaluation expérimentale des performances de détecteurs de chute du marché Evaluation expérimentale des performances de détecteurs de chute Bien vivre à domicile!... Pour la détection et l alerte en cas de chute Protocole La chute à domicile Protocole d évaluation expérimentale

Plus en détail

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Le centre d excellence d en soins infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Odette Roy, inf., MSc., MAP, PhD. Adjointe à la directrice des soins infirmiers et de la prestation sécuritaire des

Plus en détail

Télésanté et Télémédecine 24h/24 et 7j/7

Télésanté et Télémédecine 24h/24 et 7j/7 Télésanté et Télémédecine 24h/24 et 7j/7 www.h2ad.net Un Partenariat Basé sur l'innov Au travers de solutions innovantes en télésanté, de son expertise dans l acquisition et le traitement de données de

Plus en détail

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile.

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile. Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile Hélène Heckenroth l'auteur déclare n'avoir aucun conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique

Plus en détail

IMMED Monitoring vidéo porté

IMMED Monitoring vidéo porté IMMED Monitoring vidéo porté L indexation vidéo au service du soin des personnes Projet financé par PEPS S2TI CNRS et des bourses BQR de l Université Bordeaux 1 1 Contexte Maladies et dépendances liées

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

La téléassistance comme moyen de prévention de la perte d autonomie à domicile

La téléassistance comme moyen de prévention de la perte d autonomie à domicile La téléassistance comme moyen de prévention de la perte d autonomie à domicile Christelle ROULET Chargée de mission Conseil général Pôle PA-PH Évelyne SANCIER Directrice de SIRMAD téléassistance Définition

Plus en détail

la Communication (TIC) par les personnes âgées

la Communication (TIC) par les personnes âgées Acceptabilité des Technologies de l Information l et de la Communication (TIC) par les personnes âgées Association MEDeTIC J. REERINK-BOULANGER 1 Partenariat de recherche: MEDeTIC & LAUREPS/CRPCC Activités

Plus en détail

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE?

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Séminaire Aristote 12 juin 2013 QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Jean-Pierre Blanchère Coordinateur Département «e-santé et domotique» Pôle TES Justifications de la télémédecine

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Région Centre SI PAERPA. Rencontre inter-régionale Asip Santé 10 avril 2014

Région Centre SI PAERPA. Rencontre inter-régionale Asip Santé 10 avril 2014 Région Centre SI PAERPA Rencontre inter-régionale Asip Santé 10 avril 2014 10/04/2014 2 Expérimentation centrée sur le Lochois composée de 8 cantons (97 communes) Population totale: 103 741 hbts Population

Plus en détail

Repérage et Suivi des Personnes Agées Fragiles «Actions de Communication»

Repérage et Suivi des Personnes Agées Fragiles «Actions de Communication» Repérage et Suivi des Personnes Agées Fragiles «Actions de Communication» Expérience du Gérontopôle de Toulouse Neda Tavassoli Equipe Régionale Vieillissement et Prévention de la Dépendance (ERVPD) Personnes

Plus en détail

EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN

EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN CHARGE EN APA DES AJA JOURNÉE DU 16 JUIN 2014, PARIS SANDRA BINIEK, PROFESSEUR D ACTIVITÉ PHYSIQUE ADAPTÉE LEILA GOFTI-LAROCHE, PHARMD, PHD Etablissements de santé

Plus en détail

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes.

Introduction. pour ANTICIPER > Développement d un logiciel de gestion des actions de prévention pour les professionnels préventionnistes. Pour un meilleur accompagnement de votre parcours à domicile Introduction Mutualité Française Puy-de-Dôme a développé un nouveau système d information santé favorisant la coordination des acteurs de santé

Plus en détail

ALZHEIMER Malades, familles, entourage, le Conseil général est à vos côtés

ALZHEIMER Malades, familles, entourage, le Conseil général est à vos côtés ALZHEIMER Malades, familles, entourage, le Conseil général est à vos côtés Quand la mémoire vacille Souvenirs enterrés, mémoire défaillante, oubli des gestes d autonomie les plus élémentaires, la maladie

Plus en détail

Dossier médico-social en ligne

Dossier médico-social en ligne Réseau d Aide au diagnostic, à la Prise en charge des Détériorations cognitives et de Maladies neurologiques chroniques en Franche-Comté et au niveau National Dossier médico-social en ligne Une équité

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION Intitulé de la filière : Génie Electrique & Télécommunication (GET) Options : Génie Electrique & Contrôle Industriel Génie des Systèmes Electroniques & Télécommunications OBJECTIFS DE LA FORMATION Les

Plus en détail

La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile

La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile Habitat et vieillissement La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile Diagnostic autonomie et vieillissement Colloque FREGIF Paris Page 1 Le CSTB : au service la qualité et de la sécurité de la

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION UN NOUVEAU PROGRAMME.... LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION LA FORMATION SE DEROULE SUR 3 ANS SOIT 6 SEMESTRES Rentrée en septembre, sortie en juin Semestre 1 -> 15 semaines à l IFSI

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Génie logiciel, système d'information de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III

Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III de la NYHA Emmanuel ANDRES et Samy TALHA Service de Médecine Interne,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

Journée régionale d échange et de réflexions Le Neubourg jeudi 7 octobre 2010.

Journée régionale d échange et de réflexions Le Neubourg jeudi 7 octobre 2010. Journée régionale d échange et de réflexions Le Neubourg jeudi 7 octobre 2010. La géronto-technologie Définition Les seniors et internet Les applications adaptées L éthique L expérimentation Des RV Bibliographie

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION Intitulé de la filière : Génie Electrique & Télécommunication (GET) Options : Génie Electrique & Contrôle Industriel Génie Electronique & Télécommunication OBJECTIFS DE LA FORMATION Les objectifs de la

Plus en détail

Proyecto Telemedicina

Proyecto Telemedicina Seminario Internacional Desarrollo de Servicios Sociales para Personas Mayores 3-4 octubre 2013 Proyecto Telemedicina Dr Jean-Philippe Flouzat Médico geriatra, Consejero Médico Social de la Agencia Regional

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

L apport des technologies pour la détection de la fragilité et la prévention de la dépendance chez le sujet âgé

L apport des technologies pour la détection de la fragilité et la prévention de la dépendance chez le sujet âgé L apport des technologies pour la détection de la fragilité et la prévention de la dépendance chez le sujet âgé Eric Campo Journée découverte "De la détection de la fragilité à la dépendance : les apports

Plus en détail

Prise en charge coordonnée personne âgée à domicile

Prise en charge coordonnée personne âgée à domicile Quelques chiffres : 2010, création de la coordination pour le Maintien A Domicile (MAD) 2014, file active : 188patients Travail en coopération avec 35 cabinets MG, 27 cabinets IDEL, 15 kinés, 13 pharmacies.

Plus en détail

Pénibilité au travail

Pénibilité au travail Datum (Tag.Monat.Jahr) Pénibilité au travail Service Ressources Humaines / Mercedes Benz Molsheim Sommaire 1 2 3 4 Rappel du contexte Intervention de l ACTAL Mesures retenues Notre bilan 1. Rappel du contexte

Plus en détail

Thèmes de mémoire Master 1 Ergonomie cognitive et conseil psychologique.

Thèmes de mémoire Master 1 Ergonomie cognitive et conseil psychologique. ANNEE 2013-2014 Thèmes de mémoire Master 1 Ergonomie cognitive et conseil psychologique. Responsable : Catherine Gouédard. La fiche de candidature (projet, intérêts et motivations) est téléchargeable en

Plus en détail

APRADIS PICARDIE Association Gestionnaire PROPOSITION D ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX DES CENTRES COMMUNAUX D ACTION SOCIALE DE L UDCCAS DE LA SOMME

APRADIS PICARDIE Association Gestionnaire PROPOSITION D ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX DES CENTRES COMMUNAUX D ACTION SOCIALE DE L UDCCAS DE LA SOMME APRADIS PICARDIE Association Gestionnaire IRFFE CFA ESSAS CREAI Picardie PROPOSITION D ANALYSE DES BESOINS SOCIAUX DES CENTRES COMMUNAUX D ACTION SOCIALE DE L UDCCAS DE LA SOMME Département d Etudes, de

Plus en détail

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Le bilan réalisé par l infirmier libéral pour le patient, permet de conduire les actions du suivi à domicile de l insuffisant

Plus en détail

RECO. Prévention des TMS dans les activités d aide et de soins en établissement R.471

RECO. Prévention des TMS dans les activités d aide et de soins en établissement R.471 RECO DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITÉS DE SERVICES 1 DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITÉS DE SERVICES 2 Prévention des TMS dans les activités d aide et de soins en établissement Pour vous

Plus en détail

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Définition de la maltraitance En 1987, le Conseil de l Europe

Plus en détail

- Prévention des chutes accidentelles chez la personne âgée (novembre 2005, éditée par l HAS)

- Prévention des chutes accidentelles chez la personne âgée (novembre 2005, éditée par l HAS) Evaluation des Pratiques Professionnelles : Evaluation de la prise en charge du risque apriori de chute des patients admis en service de soins de suite et de réadaptation. Introduction La chute n est jamais

Plus en détail

DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures

DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures BO Santé du 20 juin 07 ANNEXE III RÉFÉRENTIEL DE FORMATION ES DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures La personne de la naissance à la fin de vie : Approche pluridisciplinaire : physiologique,

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

«Étude sur l appropriation et les usages au sein d un ENT en IUFM»

«Étude sur l appropriation et les usages au sein d un ENT en IUFM» «Étude sur l appropriation et les usages au sein d un ENT en IUFM» Premières analyses M. Déro Recherche IUFM Nord Pas-de de-calais 2007-2009 2009 - R/RIU/07/001 1 Journée de la recherche en IUFM Nord Pas-de

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. maintien à domicile personnes âgées - handicapées. Aide à domicile

LIVRET D ACCUEIL. maintien à domicile personnes âgées - handicapées. Aide à domicile C E N T R E C O M M U N A L A C T I O N S O C I A L E LIVRET D ACCUEIL maintien à domicile personnes âgées - handicapées Aide à domicile Portage de repas Téléalarme 1 SOMMAIRE AVANT-PROPOS L aide à domicile

Plus en détail

Docteur Georges VAN CANG Nathalie ZANDECKI

Docteur Georges VAN CANG Nathalie ZANDECKI Hôpital Vincent Van Gogh : 1ère institution hospitalière belge certifiée ISO 9001/2000 Quels défis, quelle valeur ajoutée pour l institution et les patients? Docteur Georges VAN CANG, Directeur médical

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

Carniel, centre de contacts basé en plein centre de Marseille, dispose de 100 positions et s organise suivant 3 entités :

Carniel, centre de contacts basé en plein centre de Marseille, dispose de 100 positions et s organise suivant 3 entités : Prestations Carniel Qui sommes-nous? Carniel, centre de contacts basé en plein centre de Marseille, dispose de 100 positions et s organise suivant 3 entités : Activateur de Relation Client Pour des actions

Plus en détail

D O M A S A N T É, U N S E R V I C E I N N O VA N T. Innovation dans la prise en charge globale de la personne dépendante à domicile

D O M A S A N T É, U N S E R V I C E I N N O VA N T. Innovation dans la prise en charge globale de la personne dépendante à domicile D O M A S A N T É, U N S E R V I C E I N N O VA N T Innovation dans la prise en charge globale de la personne dépendante à domicile SPPASAD Offre de service Globale pour assurer le maintien à domicile

Plus en détail

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 Grégory GUILLAN Formateur I.F.S.I. Charles Foix Octobre 2011 1 Raisonnement et démarche clinique L infirmier(ère) comprend le problème de santé d un patient et

Plus en détail

IMMED : Monitoring vidéo par caméra portée N ANR-09-BLAN-0165

IMMED : Monitoring vidéo par caméra portée N ANR-09-BLAN-0165 N ANR-09-BLAN-0165 Monitoring vidéo o par caméra portée e pour l'analyse des activités s instrumentales de la vie quotidienne dans le cadre du traitement des démencesd Rémi Mégret 1, Jenny Benois-Pineau

Plus en détail

Projet Addictions sans substance. Questionnaire

Projet Addictions sans substance. Questionnaire Projet Addictions sans substance Questionnaire Ce projet a pour objectif d établir un état des lieux de l accueil et de l accompagnement dans les structures du secteur médico-social, des addictions sans

Plus en détail

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1 Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste JLAR 2 avril 2015 1 Déclaration d aucun conflit d intérêt JLAR 2 avril 2015 2 Plan de la présentation Place du mémoire IADE dans le nouveau cursus Rôle du directeur

Plus en détail