Plan de l intervention

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan de l intervention"

Transcription

1

2 Plan de l intervention Présentation de la CNSA La maladie d Alzheimer: où en est-on aujourd hui Le plan Alzheimer: Les grands enjeux La mission de pilotage Les outils de suivi Les mesures 2

3 La CNSA Deux lois fondatrices : la loi du 30 juin 2004 et la loi du 11 février 2005 une double mission : contribuer au financement de la prise en charge de la perte d'autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées dans le respect de l'égalité de traitement des personnes concernées sur l'ensemble du territoire La CNSA est à la fois une caisse et une agence. 3

4 Le budget de la CNSA La CNSA retrace ses ressources et ses charges en 6 sous-sections : Section 1 : financement du fonctionnement des établissements et services médico-sociaux Section 2 : relative au concours APA versé aux départements Section 3 : relative au concours PCH versé aux départements Section 4 : financement des actions innovantes de modernisation, de professionnalisation des services en faveur des personnes âgées et handicapées Section 5 : finance des actions innovantes (hors celles qui relèvent de la section 4), des études et recherches, des coopérations structurelles à conduire avec d autres organismes Section 6 : relative aux frais de gestion de la CNSA 4

5 Schéma simplifié des crédits gérés par la CNSA (en /2008) Recettes fiscales départementales + Dotations globales de fonctionnement Financent : CSG CSA "Lundi de Pentecôte" 1,1 Milliards 2,3 Milliards Recettes propres de la CNSA 3,4 Milliards Concours aux départements Apport de la CNSA à l'ondam 2 Milliards Répartis par la CNSA entre les Conseils généraux PCH 500 Millions APA 1,5 Milliards AIDES A LA PERSONNE 1,4 Milliards OGD "personnes âgées". 6,6 Milliards Loi de financement de la Sécurité Sociale ONDAM voté par le Parlement 12,9 Milliards + 12,9 Milliards ONDAM + Apport CNSA = OGD (env. 14 Milliards) Répartis par la CNSA entre les Préfets OGD "personnes handicapées" FONCTIONNEMENT DES ETABLISSEMENTS 7,7 Milliards 5

6 Le rôle d agence de la CNSA La CNSA : assure une mission d appui, d expertise et d animation que ce soit au plan de la compensation individuelle (outil GEVA, observatoire des Aides Techniques) ou au niveau des établissements et services accompagne la mise en place des MDPH et l animation du réseau pour permettre: - l échange d expériences entre départements - la diffusion de bonnes pratiques - la comparaison des services rendus aux personnes 6

7 Personne handicapée/ Personne âgée PCH / APA Maison départemental e Services et établissements médico-sociaux DDASS Conseil général Conseil général DRASS CNSA 7

8 La CNSA aujourd hui ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES PARLEMENTAIRES ETAT ASSOCIATIONS PERSONNES AGEES ASSOCIATIONS PERSONNES HANDICAPEES CONSEIL DE LA CNSA PRESIDENT DU CONSEIL PERSONNES QUALIFIEES CONSEILS GENERAUX DIRECTEUR DE LA CNSA CONSEIL SCIENTIFIQUE AGENCE COMPTABLE SERVICE DE COMMUNICATION SECRETARIAT GENERAL DIRECTION COMPENSATION DE LA PERTE D AUTONOMIE DIRECTION ETABL. ET SERVICES MEDICO- SOCIAUX Réseau MDPH Réponses individualisées 8

9 La maladie d Alzheimer Où en est-on aujourd hui? 9

10 Les critères diagnostiques : aujourd hui NINCDS-ADRDA 1984 Troubles de la mémoire Atteinte d au moins une des fonctions suivantes : langage, praxies, perception, fonctions exécutives (raisonnement, comportement) jugement, conscience des déficits Difficultés dans la vie professionnelle et sociale 10

11 Plan Alzheimer /parcours du couple aidant - patient Connaissance de la maladie Médecin traitant Consultations spécialisées 11

12 William Utermohlen s Self-portrait from

13 Le diagnostic d Alzheimer : une logique par élimination Le diagnostic n est jamais certain, il règne une confusion absence de critères précis diagnostics Médecins peur de l erreur par l amalgame à une autre pathologie notamment psychiatrique Un diagnostic qui fait peur et donc qu on tend à repousser Présence forte de l image sociale de la maladie Sentiment d impuissance thérapeutique Crainte des réactions de l entourage Pas de bénéfice perçu du diagnostic précoce, la logique d élimination progressive avant de considérer l hypothèse Alzheimer domine Ipsos santé étude exploratoire 2008 INPES 13

14 Fréquence des troubles du comportement/évolution de la maladie Frequency (% of Patients) Social Withdrawal Suicidal Ideation Depression Paranoia Diurnal Rhythm Anxiety Accusatory Irritability Mood Change Agitation Wandering Socially Unacc. Delusions Months Before/After Diagnosis Aggression Hallucinations Sexually Inappropriate Jost BC, Grossberg GT. J Am Geriatr Soc. 1996; 44:

15 Soins : Nouvelles données Incurable ne veut pas dire pas sans traitement Intérêt de la réhabilitation (troubles du comportement) M J Graff BMJ /01/2008 Effectiveness of collaborative care for older Adults with alzheimer disease in primary care M.Callahan JAMA 2006;295(18) Techniques de soins appropriées réduisant les troubles du comportement Nursing staff spend an average of 23 minutes managing each negative behavior related to agitation Souder, E., O Sullivan, P., (2003) Disruptive behaviors of older adults in an institutional setting: Staff time required to manage disruptions, Journal of Gerontological Nursing, 29(8), Depending on frequency and the number of patients staff can spend up to 80 minutes per day for each patient in their care Prévention (facteurs cardio-vasculaires: TA, cholestérol, diabète) et facteurs liés aux modes de vie (comportement alimentaire, activité physique et sociales); reste à évaluer 15

16 Réhabilitation Alzheimer Insister moins sur la guérison que sur l adaptation Logement, conseil, aides Soutenir les capacités restantes et valoriser le positif Tenir compte de l histoire de la personne Prendre en compte le fait que le handicap affecte la famille entière Débuter dès le premier jour 16

17 Techniques de soins 17

18 Données de l Assurance Maladie Malades Avec traitement spécifique Sans traitement spécifique total ALD Autre ALD Pas ALD total

19 Recours soins ambulatoire source CNAMTS 2007 MG Neurologuespsychiatres Autres spécialistes Soins infirmiers Kine Alzheimer 92,9% 21,9% 62,5 52,4 37,9 Alzheimer >90 ans 89 % 7,5% 46,5 40,7 45,2 Ratio/autres malades 0,99 5,29 0,77 0,98 1,40 19

20 Taux d hospitalisation PMSI 2007 Taux (au moins 1 recours) Ratio MA/autres pers Taux MA diagnostic principal ans 38,5 1,37 11,7 % >90 36,8 0,98 6,5% total 40,6 1,24 10,5 GHM + fréquents (hors neuropsy) : AVC, chirurgie orthopédique, infections respiratoires, GHM fréquents : cataracte, endoscopie, chimiothérapies et radiothérapies, cathétérisme vasculaires 20

21 Traitements médicamenteux. Consommation moyenne en 2006 de médicaments anti-alzheimer en nbre unités standards pour 1000 habitants- Source CNAMTS France Espagne Italie Royaume U Allemagne Anticholinesterasique mémantine 2 même année 88% 33% 21% 21

22 Remboursement moyen source CNAM-2007 honoraires paramed pharmacie dispositifs autres Total : 4823 euros Ratio/autres personnes : 2,17 22

23 23

24 Etude opinion INPES, novembre 2008: représentations Échantillon 2013 personnes 74% pensent que l âge entraine des troubles de la mémoire 91% souhaiteraient connaître leur diagnostic 38 % s estiment mal informés 54% ont entendu parler du plan 16% en connaissent le contenu 87% pense que le plan va améliorer la prise en charge Recherche d un traitement = principale préoccupation: 65% pensent qu un traitement sera découvert de leur vivant 24

25 Peur de la maladie Vous, personnellement, parmi les maladies 90 suivantes, quelles sont 80 celles que vous redoutez le plus pour vous-même 70 ou pour vos proches? 60 Sondage TNS-Sofrès réalisé du 19 au 21 février 2008 auprès d un échantillon national de 950 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus cancer maladie alzheimer maladie cv accident cerebral SIDA sclerose en plaques Parkinson 25

26 Des attentes communes On retrouve plusieurs axes d attentes communs au grand public et aux professionnels de santé sur différents points de vue : Structures Information pratique Coordination ATTENTES Effort financier Professionnalisation Recherche Ipsos santé étude exploratoire 2008 INPES 26

27 Pour tous Une maladie anxiogène et culpabilisante Absence de maîtrise de la maladie Sentiment d impuissance des différents acteurs Une maladie qui fait peur Une maladie taboue Un peu comme le cancer ou le sida à leurs débuts, quand le niveau de connaissances sur ces pathologies étaient faibles. Déni de la maladie Une maladie culpabilisante Sentiment très intense chez les aidants Ipsos santé étude exploratoire 2008 INPES 27

28 Un besoin de rationnel Côté grand public Peu de connaissances = de nombreuses hypothèses (sur les causes, les risques, la prévention ) ouverture à toutes sortes de spéculations Côté professionnels de santé Peu de connaissances = beaucoup de doutes, d incertitudes une impression de vide (absence d arsenal thérapeutique, absence de certitude diagnostique, absence de recommandations ) En commun, un besoin important de tangible/ de certitude 28

29 Projections du nombre de personnes âgées dépendantes et du nombre prévisible d aidants Grand A. et al., BEH 2006 ; n 5-6 :

30 Efficacité des méthodes de prise en charge Plate forme (mesure 1) Pinquart, M. and S. Sörensen. Int Psychogeriatr : publications analysées 30

31

32 32

33 Le Plan La prise en charge future est liée à la recherche thérapeutique, mais aussi aux débats sur le 5 ème risque dépendance, nouvelle branche de sécurité sociale Met à l épreuve la solidarité collective et constitue un enjeu de société Fait suite à deux plans et Enjeu politique: promotion au rang de priorité nationale de santé lors de la campagne présidentielle de 2007, priorité présidentielle 33

34 Le plan axes, 11 objectifs, 44 mesures Axe 1 : Améliorer la qualité de vie des malades et des aidants Axe 2 : Connaître pour agir Axe 3 : Se mobiliser pour un enjeu de société Met l accent sur une prise en charge moins médicale que sociale 34

35 Le plan Alzheimer Les principes du plan: Nécessité d une prise en charge globale de la personne et des aidants Intégration de la recherche, santé et solidarité Le système doit s organiser autour du malade et de sa famille 35

36 1. Les grands enjeux

37 Les grands enjeux du Plan Des moyens financiers ambitieux 200 M pour la recherche 200 M pour les soins 1,2 milliard d pour le médico-social Pour trois grands axes et 44 Mesures Exigence éthique Information et déclinaison locale Dimension européenne 37

38 2. Mission de pilotage

39 2.1. Lettre de mission Mise en place d une mission pilotée par madame Florence LUTSMAN Animer, coordonner et appuyer l action des ministères impliqués Participer à la coordination entre les pouvoirs publics et l ensemble des acteurs structure de suivi du plan coopération internationale dont PFUE membre du CA de la FCS Evaluation continue du plan définir des indicateurs quantifiés suivre l exécution du plan organiser sa communication dans la transparence évaluer ses résultats s assurer de la réalisation et du financement effectifs des mesures 39

40 2.2 Outils de suivi Tableau de suivi Un pilote par mesure Partenaires associés par les pilotes tout au long de la mise en œuvre des actions Un comité de pilotage par mois Participants : tous les pilotes (DGS, DHOS, DGAS, DSS, ministère de la recherche, CNSA, ANR, HAS, INPES,ANESM, CNAMTS, cabinets) Un comité de suivi tous les 3 mois Membres associés : France Alzheimer, Fondation MEDERIC Alzheimer, LEEM, représentants des DRASS et ARH, CNRPA, UNPS, ADF, Collectif Alzheimer) Un comité ministériel restreint autour du Président de la République deux fois par an. 40

41 2.3. Outils de suivi Indicateurs en cours d élaboration Données suivies par les pilotes Indicateurs globaux Enquête médico-économique (dom. et établissements) : DRESS Enquête d opinion : INPES Données épidémiologiques des cohortes : FCS Données institutionnelles de santé publique : INVS (ex : analyse des données issues du système d information des consultations mémoire) 41

42 3. Mesures

43 Axe n 1: Améliorer la qualité de vie des malades et des aidants: les 6 objectifs Apporter un soutien accru aux aidants (M 1 à 3) Renforcer la coordination entre tous les intervenants (M 4 et 5) Permettre aux personnes atteintes et à leurs proches de choisir le soutien à domicile (M 6 et 7) Améliorer l accès au diagnostic et optimiser le parcours de soins (M 8 à 15) Améliorer l accueil en établissement pour une meilleure qualité de vie des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer (M 16 à 19) Valoriser les compétences et développer les formations des professionnels (M 20) 43

44 Axe 1: Améliorer la qualité de vie des malades et des aidants - Perspectives à 6 mois Mesures 11 et 12 : création de 3 CMRR et 24 CM Mesure 13 : renforcement de CM à forte activité Mesure 16 : EHPAD Définition d unités adaptées Création de places Renforcement de places Mesure 17 : création de 24 unités spécialisées au sein des services de SSR Mesure 19 : cahier des charges et appel à projets du centre national pour la maladie à début précoce: centre multi-sites Paris-Lille-Rouen 44

45 Axe n 2: connaître pour agir 2 objectifs Objectif 7: faire un effort sans précédent sur la recherche ( mesures 21 à 33) Objectif 8: organiser un suivi épidémiologique ( mesure n 34) 45

46 Axe n 3: se mobiliser pour un enjeu de société Objectif 9 : informer et sensibiliser le grand public (mesures 35 à 37):l enquête d opinion de l INPES Objectif 10 : promouvoir une réflexion et une démarche éthique (mesures 38 à 41): l espace national de réflexion éthique Objectif 11 : faire de la maladie d Alzheimer une priorité européenne (mesures 42 à 44) 46

47 Axe 1 : Améliorer la qualité de vie des malades et des aidants 47

48 Axe 1: Améliorer la qualité de vie des malades et des aidants Meilleur accès au diagnostic Réduire les délais d attente Création de 38 consultations mémoire et 3 centres mémoire de ressources et de recherche supplémentaires. Accompagnement de l annonce Information précise sur la prise en charge de la maladie. Création des MAIA, maisons pour l autonomie et l intégration des malades d Alzheimer, porte d entrée unique. Mise en place de coordonnateurs qui proposent un plan d aide et de soins intégré Numéro de téléphone national et site internet local pour informer les familles et les orienter vers les maisons de l autonomie. Accompagnement spécifique pour les malades jeunes. 48

49 L aide aux aidants Etre accompagné 2 jours de formation pour les aidants (mesure 2) Numéro unique information (mesure 35) Répit Accompagnement et répit (mesure 1) Expérimentation de 10 plateformes en

50 Mesure n 1: développement et diversification des structures de répit: Évaluation des dispositifs existants : AJ-HT Etat des lieux préalable quantitatif : places autorisées et installées, autorisées et non installées Préparation d une étude qualitative pour mai 2009, sur 9 mois: attentes, freins ( dont transports), éléments facilitateurs pour la création, la mise en œuvre et le fonctionnement ( élaboration d un guide du créateur) Expérimenter des formules de répit innovantes Typologie des formules par la Fondation Médéric Alzheimer 2 expérimentations: plateformes d offres de répit et d accompagnement ( évaluation par GERONTOCLE) et expérimentation de formules de répit innovantes Recommandations sur le contenu thérapeutique Recommandations de bonnes pratiques professionnelles confiées à l ANESM à partir de l étude menée par le gérontopôle de Toulouse (résultats du consensus formalisé): parution 9/3/2009 Etude concernant le bénéfice sur le couple aidant-aidé: FCS en 2010 Accélérer les créations de places 21,3M en 2008 pour 3250 places d AJ-HT : 2125 AJ et 1125 HTpar an sur 5 ans 15 M au titre des transports vers les AJ 50

51 Plates formes de répit innovantes appel à projets lancé le 26 janvier 2009 pour expérimenter des «plateformes d accompagnement et de répit» offrant sur un même territoire toute une palette de formules (accueil de jour, répit à domicile, ateliers de réhabilitation, rencontres d aidants, activités sociales et culturelles ): 95 dossiers recevables Il est doté de 1 M pour 10 sites. Sur la base des résultats de cette expérimentation, de telles plateformes seront implantées dès 2010 sur l ensemble du territoire. 51

52 Missions des plateformes d accompagnement et de répit Formules (exemples) Accueil de jour Répit/relais à domicile Garde itinérante de nuit Accueil de nuit Hébergement temporaire Accueil familial Répit pour l aidant Soutien de l aidant Objectifs Maintien de la vie sociale Animation à domicile Groupe de parole / discussion Coping individuel Séjours vacances Activités culturelles & artistiques Autres activités pour le couple Atelier de réhabilitation Activités physiques Stimulation sensorielle Dimension thérapeutique 52

53 Mesure n 2: formation des aidants familiaux Deux jours de formation par an seront proposés aux aidants familiaux en 2009, pour les aider à construire un projet de vie avec la personne devenue malade (mesure 2). Cette formation sera dispensée par des organismes agréés. Son financement par la Caisse nationale de solidarité pour l autonomie (CNSA) devrait être autorisé par la future loi portant réforme de l'hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires. 53

54 Le contenu des deux jours de formation pour les aidants 1. La maladie d'alzheimer : connaître la maladie et comprendre ses manifestations - 6 heures (savoir et comprendre) - La maladie (1h) - Comprendre les différents troubles et symptômes (4h) - Les différentes aides possibles (1 h) 2. Le retentissement des troubles dans la vie quotidienne et sur l'autonomie, pour la personne malade (difficultés mais aussi capacités préservées) et pour son entourage - 6 heures (savoir faire et pouvoir faire) - Les activités élémentaires et les actes de la vie quotidienne - Les activités complexes - La vie sociale et relationnelle : communication, comportements et attitudes - Faire face aux troubles du comportement et des attitudes 3. Ressources et limites de l'aidant familial - 2 heures (savoir être et pouvoir être) - Apprendre à se préserver et à identifier ses limites - Mobiliser les aides disponibles 54

55 Objectif n 2 Renforcer la coordination des intervenants auprès des personnes: mesures n 4 et 5 55

56 Mesures n 4 et 5 Création des Maison pour l autonomie et l intégration des malades Alzheimer Porte entrée unique Sanitaire et sociale À partir de coordinations existantes( CLIC, réseaux ) Expérimentations en 2009 et 2010 Une équipe projet 56

57 Pourquoi les MAIA Des problèmes à résoudre L utilisation inappropriée de ressources coûteuses (hôpitaux, APA, soins ambulatoires) par méconnaissance ou difficulté d accès aux ressources moins coûteuses Les délais dans l obtention des services La transmission inadéquate d information notamment entre hôpital et ville et sanitaire et social La multiplicité des évaluations redondantes sans outil de mesure standardisé (6 en moyenne /cas complexe) Suivi des prestations et financement: indicateurs de performance, de qualité, de satisfaction 57

58 Trop de pilotes Action Sanitaire Action Sociale Échelon National CNAM UNCAM RSI CCMSA Ministères Santé et protection sociale CNSA Mutuelles UNCCAS IRC AGIRC ARRCO CNAV CNAF Échelon Régional ARH CRAM/CRAV/CGSS Conseil Régional DRASS Préfecture de Région URCAM URRAM (Union Régionale de la Mutualité) URAF (Union Régionale des Associations Familiales) Échelon Départemental ou Local Individus / Assurés MSA CPAM RSI (Régime Social des Indépendants) DDASS Centres Hospitaliers/Cliniques privées/mas/usld/fam/ssr HAD Réseaux de soins/ SSIAD Couverture médicale ( médecine de ville, hospitalière ) S S Médecine de ville ou ambulatoire Accès à la HAD/USLD/MAS Réseaux de soins/ssiad Conseil Général CAF Préfecture Prestation handicap CLIC services à domicile AS UDAF Institutions de Retraite Complémentaire MDPH CCAS/CIAS MARPA / EHPAD dont Ets UGECAM / CPR RMI/APA (C.G) Prestations CAF Prestations CNAV/IRC Prestations pour aide à Accès aux établissements domicile EHPAD Décision financeur Coordination service A AS 58

59 Des acquis certains mais insuffisants CLICS Réseaux de soins Coordination gérontologique Initiatives locales «la cour des comptes et l office parlementaire d évaluation des politique de santé proposent la promotion d un système de correspondant unique de la personne pour la coordination des soins.» 59

60 Les demandes des malades et de leurs familles Une porte d entrée unique: les familles ne savent pas où s adresser dans cette multitude de dispositifs cloisonnés et mal articulés Un référent unique Une simplification des démarches 60

61 Dans tous les cas Pour toutes les questions MAIA maison pour l autonomie et l intégration (mesure 4) Mise en place d une équipe de pilotage du projet 17 sites expérimentateurs 61

62 L expérimentation MAIA: les objectifs généraux Un engagement fort, une mesure phare du plan Alzheimer Un engagement des 17 sites retenus pour une mission de santé publique Objectifs: Définir avec les sites expérimentaux des critères de labellisation pour une généralisation ( ) Proposer le(s) dispositif(s) MAIA le plus adapté(s) Définir des notions imprécises (territorialité, budget, coût..) 62

63 Les expérimentations MAIA Les enjeux Partir de l existant, éviter les doublons Associer ensemble les professionnels des secteurs sanitaires et médico-social, social Enjeu de participation des médecins traitants Enjeu de temps: deux ans=très court 63

64 Les MAIA Une méthode, deux concepts Les deux concepts sont l intégration et la gestion de cas: niveau de preuves Deux mesures associées: mesure n 4 et la mesure n 5 64

65 Bon niveau de preuve en Gérontologie DARLINGTON (RU): diminution des coûts sociétaux, diminution du taux d institutionnalisation, augmentation du nombre de j à la maison, pas de diff de mortalité à 12 mois, amélioration satisfaction, moral ONLOK (US): amélioration de l autonomie, meilleur accès aux soins spécialisés, moindre institutionnalisation, diminution des coûts per capita (21%) et répartition vers les services PACE (US): moindre utilisation des spécialistes, utilisation moindre de l hôpital à handicap constant, diminution des coûts (5-15%), utilisation plus appropriée des médicaments S/HMO (US) vs NHS: utilisation 3,5 fois moindre des lits d'aigus pour 11 pathologies fréquentes (AVC, Insuffisance respiratoire), meilleur respect des règles de bonnes pratiques REVERETO (Italie): réduction de l utilisation de l hôpital et de l institutionnalisation, amélioration de l autonomie, diminution des coûts (29%) SIPA (Canada): meilleur respect des règles de bonnes pratiques, amélioration accessibilité des aides, moindre utilisation de l hôpital 65

66 L intégration C est un modèle organisationnel, innovant: Basé sur les structures partenariales Qui mettent en œuvre la coordination, la coopération puis la coresponsabilisation pour une plus grande efficience des structures Afin que les malades d Alzheimer aient un vécu de continuité, de diversification, de flexibilité et d adaptation de ces services aux changements de leurs besoins Dans le respect de leur autonomie mais sans qu ils soient livrés à eux mêmes 66

67 Éléments d un réseau intégré 1. Concertation des partenaires 2. Porte d'entrée unique 3. Gestion par cas 4. Plan de services individualisé 5. Outil unique d évaluation (avec système de classification) 6. Système d information 67

68 Gestion par cas : Le coordonnateur Il est spécialisé dans la prise en charge des cas complexes et le référent médico-social est le référent des situations plus simples Il travaille dans un des organismes du réseau local grâce à la construction d un cadre réglementaire stable de partenariat des différents organismes Il a accès à tous les services et/ou prestations sans barrières de prérogatives institutionnelles Il est chef d orchestre et porte parole de la personne et de son entourage 68

69 Gestionnaire de Cas Un correspondant unique, responsable de la prise en charge globale des situations complexes, interlocuteur direct de la personne et du médecin traitant Un champ d'action aussi bien social que sanitaire Une action continue dans le temps Responsable de l évaluation globale des besoins de la personne et de l élaboration de son plan de services individualisé partant de sa demande +/- de celle de sa famille 69

70 Evaluation de la situation 70

71 L expérimentation MAIA La méthode Participative avec une concertation à 3 niveaux: Stratèges et financeurs:niveau national, régional et départemental Opérationnel: localement Clinique: acteurs intervenants auprès de la personne Nécessitant des changements de pratiques professionnelles: nouvelles stratégies de prise en charge, interdisciplinarité Appui d une équipe projet nationale: gouvernance du changement. accompagnement méthodologique et un contact privilégié pour les pilotes locaux. La formation : pilotes locaux et GC 71

72 Financeurs AM, CAF, Conseil général, Aide sociale, CNAV, Etat Milieux hospitaliers Services Aide à domicile Médecine de ville Ressources médicales et paramédicales Pharmacie, SSIAD, HAD, secteur psy, AS maia Services des CG CLIC, EMS, MDPH Services sociaux CCAS, AS Habitat, tutelles Logement PRESTATAIRES Ambulanciers, prothésistes, services de soins infirmières à domicile (SSIAD), Associations de services à domicile POPULATION 72

73 L expérimentation MAIA La méthode Un engagement fort entre sites expérimentateurs et EPN qui devra permettre d aboutir à : Un état des lieux La construction du calendrier de chaque site L établissement d une feuille de route pour chacun des sites La production de documents La participation-réponses aux évaluations régulières sur la base d indicateurs qui seront communiqués aux sites 73

74 La coordination essaie d organiser la complexité. 74

75 maia L intégration la simplifie 75

76 76

77 Projets portés par : Les expérimentations MAIA l association d action gérontologique du bassin burgien (01) l association Institut de la maladie d Alzheimer de Marseille (13) le Conseil général du Cher (18) le Réseau de santé Alzheimer du canton de Saint Pol de Léon (29) la MDPH du Gers (32) le CLIC de la Communauté Urbaine de Bordeaux (33) le Conseil général de l Isère (38), pour l implication des professionnels libéraux le Conseil général de Haute-Loire (43) le Conseil général de Meurthe et Moselle (54) l association EOLLIS (59) le CLIC de Montreuil et soutenu par le réseau Méotis (62) le CLIC de l agglomération Clermontoise (63) le Conseil Général du Haut Rhin (68) le CIDPA (centre d information départemental personnes âgées) de la Sarthe (72) le GCSMS dans le 20ème arrondissement de Paris (75) le réseau gérontologique du Val-de-Marne (94) Mondial Assistance sur le département du Val d Oise (95) en lien le réseau gérontologique de Survilliers 77

78 Objectif 3 Permettre aux malades et à leurs proches de choisir le soutien à domicile 78

79 Mesures 6 et 7 il est prévu de développer des équipes d intervention spécialisée à domicile. Sur prescription médicale, des ergothérapeutes ou des psychomotriciens, aidés d assistants de soin en gérontologie et d infirmières coordinatrices, pourront intervenir à domicile. dès l annonce de la maladie, ces professionnels pourront : informer, conseiller et accompagner la personne malade et son entourage ; évaluer les besoins et proposer un plan d intervention ; mettre en place des séances de «réhabilitation» et de stimulation proposer des aides techniques et/ou une adaptation du logement. 40 équipes «pilotes» vont être sélectionnées au premier trimestre 2009 et feront l objet d une évaluation avant de procéder à leur généralisation. 79

80 SPASAD et SSIAD renforcés Lancement de l appel à candidatures le 16 mars Sélection des projets en juin ,5 assistants de soin en gérontologie, 1psychomotricien ou ergothérapeute, ¼ IDE coordonnatrice, 15% de fonctionnement Coût à la place= euros 80

81 Mesure n 7 Sur le volet recherche (mesure 7), 2 projets visant à améliorer le soutien à domicile grâce aux nouvelles technologies ont été retenus par l Agence nationale de la recherche en 2008 pour un montant de 1 M : le premier consiste à mettre au point un robot pour l assistance à la déambulation de personnes atteintes de troubles de la marche et de l orientation avec monitoring de leur état physiologique; le second vise à développer une plate-forme d assistance pour les malades d Alzheimer au stage léger. Un nouvel appel à projet sur ces thématiques a été lancé en décembre

82 Objectif 4 : optimiser le parcours de soins (mesures 8 à 15) Un diagnostic précoce, pourquoi? (mesure 8) Bénéficier d un diagnostic suffisamment tôt permet au patient de prendre les décisions utiles pour : - préparer son avenir (mandat de protection future, désignation de la personne de confiance, financement de la prise en charge, choix de l institutionnalisation ou du maintien à domicile, don d organe ou tissus ) - recevoir des traitements (médicamenteux ou non) susceptibles de retarder l évolution de la maladie ; - bénéficier d un suivi par des professionnels spécialisés - avoir accès à l innovation thérapeutique et à la recherche clinique en s inscrivant dans des protocoles de recherche. D après une enquête de l Institut national de prévention et d éducation pour la santé auprès de la population générale française, 91% des personnes interrogées souhaiteraient connaître leur diagnostic si elles avaient des signes évocateurs de la maladie 82

83 Mesure n 8: mise en place d un dispositif d annonce et d accompagnement La précocité du diagnostic est un élément majeur de la qualité de la prise en charge des patients atteints de la maladie d Alzheimer. Cette mesure vise à améliorer l accès à des structures spécialisées et à raccourcir les délais d attente en parachevant le maillage territorial des consultations mémoire et des centres mémoire de ressources et de recherche. Les besoins ont été basés sur la proposition d un centre de mémoire, de ressources et de recherche (CMRR) par région et une consultation mémoire (CM) pour habitants de plus de 75 ans. 83

84 Le diagnostic En 2008, le dispositif de diagnostic (consultations mémoire à l hôpital et de neurologues en libéral) a été renforcé : 2 nouveaux Centres mémoire de ressources et de recherche (CMRR) ont été créés dans le Limousin et en Auvergne pour Le dernier CMRR est en cours de constitution en Corse afin que chaque région comporte au moins un CMRR (mesure 12) 21 nouvelles consultations mémoire ont été créées pour 1,62 M (mesure 11) 212 consultations mémoire sur les 401 existantes au 1er janvier 2008 et 17 CMRR ont été renforcés en personnel pour 11,29 M (mesure 13). 84

85 Création de 21 CM pour 1,76 M Création de 2 CMRR (Auvergne et Limousin) Renforcement de 212 CM et 17 CMRR pour 11,3 M 85

86 Les 21 consultations mémoire créées en 2008 Marseille (13) Montargis (45) Confolens (16) Auray (56) Bergerac (24) Céret (66) Carhaix (29) Prades (66) Nîmes (30) Draguignan (83) L Union (31) Fontenay le Comte (85) 3 à Montpellier (34) Challans (85) Pézenas (34) La Jonchère Saint Maurice (87) Redon (35) Auxerre (89) Cayenne (Guyane) 86

87 L annonce du diagnostic développer un dispositif d annonce intégrant l information sur la maladie d Alzheimer mais aussi sur l accompagnement médical, social et humain. Mesure 8 : publication par la HAS en mai 2008 des recommandations professionnelles pour le diagnostic et la prise en charge de la maladie d Alzheimer et élaboration de recommandations concernant l annonce et les modalités de suivi de la maladie d Alzheimer prévues juin

88 Le médecin généraliste Le médecin traitant est le pivot de l organisation des soins: sélection de 42 sites (maisons de santé, centres de santé ) pour évaluer les modes de rémunération actuels (paiement à l acte et forfait pour les affections de longue durée) et en expérimenter de nouveaux (mesure 9) Une carte d information «maladie d Alzheimer» (mesure 10) a été créée avec l aide de l association France Alzheimer début Portée par le malade, elle lui permet de recevoir une prise en charge adaptée, notamment en situation d urgence. A ce jour, cartes ont été commandées par 392 médecins. Une campagne d information et de sensibilisation des médecins généralistes a eu lieu en décembre

89 Mesure n 14: surveillance des accidents iatrogènes Etude de prévalence des effets indésirables médicamenteux chez les patients atteints de MAMA: validation du protocole de l enquête et résultats prévus en septembre: AFSSAPS Formation des professionnels gériatres et médecins généralistes: améliorer la prescription dont celle des psychotropes chez le sujet âgé 89

90 Le bon usage des médicaments (mesure 15) Un état des lieux de la prescription des psychotropes chez la personne âgée a été réalisé par la Haute autorité de santé en En 2007, 3% des personnes de plus de 65 ans et 6% des personnes de plus de 85 ans se sont vu prescrire de façon régulière des neuroleptiques ; ce chiffre atteint 18% chez les patients Alzheimer alors que cette prescription s avère délétère au long cours chez les malades d Alzheimer. Des campagnes d information et de sensibilisation des professionnels à cette thématique ont été organisées en 2008 Des recommandations de bonnes pratiques professionnelles sont parues: cf HAS 90

91 Objectif n 5: Améliorer l accueil en établissement des personnes malades (mesures 16 à 19) 91

92 Mesure 16: unités spécifiques en EHPAD Définition des unités spécifiques: unités adaptées pour malades présentant des troubles du comportement. Les projets de cahier des charges des PASA (pôles d activités et de soins adaptés) et des UHR (unités d hébergement renforcées) ont été élaborés par la DGAS Réalisation d outils d aide à la mise en œuvre d unités Guide sur l accompagnement et le cadre bâti pour personnes âgées atteintes de détérioration intellectuelle Réévaluation de la tarification des unités Alzheimer Mieux prendre en compte les besoins spécifiques Installation et modernisation d unités adaptées dans le cadre du plan d aide à l investissement CNSA: PAI Création d un prix architecture Alzheimer Création d unités et procédure d identification des unités ( labelliser les unités ) Articulation avec la réforme des USLD Recommandations pour l accompagnement médico-psychosocial des MA en structures d hébergement: ANESM 92

93 Pour les moments difficiles Service de soins de suite cognitivo-comportemental (mesure 17) 5 créées en 2008, 15 en 2009 Equipe spécialisée à domicile (mesure 6) 93

94 Gestion crises Carte information SSR : mesure n 17, circulaire DHOS-DGS unités cognitivo-comportementales objectif : amender les troubles du comportement et résoudre les problèmes pour un retour à domicile au sein de service existant, renforcement de personnel, crédits investissement 94

95 A Domicile Soins spécialisés Soins de réhabilitation (mesure 6) 40 équipes (400 places ) en 2009 Par des professionnels formés Formations professionnels et nouvelles compétences (mesure 20) Nouvelle spécialité : assistante soins en gérontologie Psychomotriciens + 55 places Ergothérapeutes : modification contenu de leur formation initiale 95

96 Pour les malades jeunes Compétences médicales Centre de référence malade jeunes (mesure 19) Réponses sociales Hébergement (mesure 18) 96

97 Mesure n 18 : Hébergement des malades jeunes Création d un Centre national pour les malades Alzheimer jeunes Enquête pour connaître les besoins en hébergement En fonction des résultats: unités dédiées spécifiquement dans des établissements de référence (MAS, FAM, EHPAD) 97

98 Missions du centre national de référence pour la maladie d Alzheimer à début précoce Le centre a pour objectif de développer les connaissances et d organiser la prise en charge de la maladie à début précoce autour de 5 grandes missions : Renforcer la recherche sur les formes précoces et créer des synergies internationales entre les équipes Organiser un suivi épidémiologique des patients jeunes Organiser sur tout le territoire une activité de consultations pour les malades d Alzheimer jeunes Contribuer à l évaluation des besoins spécifiques de ces malades, en particulier d hébergement Développer l information et la formation des malades jeunes, de leurs proches et des professionnels de santé 98

99 Objectif n 6 : Valoriser les compétences et développer les formations - Décalage entre les besoins et les personnes formées les compétences des professionnels - Passerelles insuffisamment développées entre sanitaire et médico-social - Perspectives d évolutions de carrière trop restreintes - Profusion de métiers de niveau 5 (17) - Nombreuses conventions collectives 99

100 Métiers de la réhabilitation Psychomotriciens et ergothérapeutes Augmentation quotas et modification formation initiale Sur prescription médicale : Dès le diagnostic (réhabilitation pour trouble cognitif à domicile) En cas de crise (réhabilitation pour trouble du comportement) Assistants de soins en gérontologie Expérimentations dans le cadre du plan métiers 100

101 Nouvelle fonction : Assistant de soins en gérontologie Techniques de soins «spécifiques» Surveillance et signalement Accompagnement : malade et aidant Mise en œuvre d activité de réhabilitation Utilisation optimale des capacités restantes pour vie quotidienne Développement d une vie sociale Participation à l évaluation des procédés et des résultats 101

102 Equipes dans SSIAD Unités spécifiques EHPAD Service de soins de suites et réadaptation Assistant de soins en gérontologie Soins spécifiques Formation continue Activités de stimulation sociales et cognitives Soutien aidant accompagnement personnes Aide soignante Aide médicopsychologique Auxiliaire de vie sociale Auxiliaire de gérontologie, autres métiers niveau 5 102

103 Lieux d exercice SSIAD Création de 500 équipes (5000 places SSIAD renforcés) EHPAD Unités d activités et de soins adaptés Service de soins de suite «cognitivocomportementaux» Formation des professionnels en EHPAD 103

104 Axe 2: la recherche Connaître pour agir «Une vision pour l Alzheimer» Un constat sévère sur l état de la recherche. dispersion des forces vives de la recherche médicale française Absence d investissement significatif en faveur de la recherche en sciences sociales 104

105 Objectif 7 Faire un effort sans précédent sur la recherche (mesures 21 à 33) 105

106 Les pistes de recherche sur la Maladie d Alzheimer et les maladies apparentées Apo E Neuro- Inflammation transmetteurs RAS 10% 5% 5% 5% 5% 5% 5% 5% 5% Unité neurovasculaire Omegas 3 nutriments ROL Neuro- stéroides Facteurs trophiques 50% 15% 35% APP et Peptide A β 1-42 immunisation secrétases barrière cérébro- méningée 106

Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012

Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012 Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012 1 er février 2008 Sommaire 10 MESURES PHARES 6 RESUME DES FINANCEMENTS 7 SYNTHESE DES FINANCEMENTS PAR MESURE 8 AXE I. AMELIORER LA QUALITE DE VIE DES

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Bilan national de l enquête d activité 2012 Les plateformes d accompagnement et de répit Bilan national de l enquête d activité 2012 I 2 I DGCS

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009.

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009. Chiffres clés 21 Créée en 24, la CNSA contribue au financement des politiques d aide à l autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées. Elle consacre en particulier une grande part de son

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie

MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES DE LA CNSA OCTOBRE 2014 Méthode MAIA : un modèle organisationnel national

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire E.H.P.A.D E.H.P.A.D (Etablissement d hébergement pour personnes agées dépendantes) Un

Plus en détail

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation DU et Capacité «médecin coordonnateur en EHPAD» Le 15 décembre 2010 Katy Jarny Responsable Conseil & Formation - I - Les différentes formules

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

Mise en place d un essai thérapeutique

Mise en place d un essai thérapeutique C Mémoire Mise en place d un essai thérapeutique Analyse et mise en place d un protocole Montpellier le 17 Mars 2010 Renaud DAVID Mathilde LAYE Sommaire Présentation du protocole Mise en place Déroulement

Plus en détail

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014 Dispositifs d aides aux personnes âgées 1 Les acteurs de la gérontologie Où trouver l information sur les aides aux personnes âgées: Les CCAS: Centre Communaux d Action Sociale, outils social des mairies.

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

UN PROGRAMME POUR LA GERIATRIE

UN PROGRAMME POUR LA GERIATRIE UN PROGRAMME POUR LA GERIATRIE 5 objectifs, 20 recommandations, 45 mesures pour atténuer l impact du choc démographique gériatrique sur le fonctionnement des hôpitaux dans les 15 ans à venir Rapport rédigé

Plus en détail

PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS DE LA PERTE D AUTONOMIE

PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS DE LA PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS ET DE LA PERTE D AUTONOMIE 2012-2016 Actualisation septembre 2012 L ACTUALISATION DU PRIAC 2012/2016 : les principes Rappel de la définition

Plus en détail

CALENDRIER DU PLAN AUTISME 2013-2017

CALENDRIER DU PLAN AUTISME 2013-2017 P a g e 1 CALENDRIER DU PLAN AUTISME 2013-2017 Repérage et diagnostic 2013 1) Réseau national Elaboration du cahier charges 2) Carnet de santé : Analyse Données 3) Outils ADOS ADI : - Avis juridique -

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004 Recrute Le/la directeur(trice) adjoint(e) de l établissement I. Les missions et l

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Un de vos proches ou vous-même avez été diagnostiqué malade d Alzheimer, ce guide peut vous aider

Un de vos proches ou vous-même avez été diagnostiqué malade d Alzheimer, ce guide peut vous aider Guide d aide à l orientation des malades et des familles Un de vos proches ou vous-même avez été diagnostiqué malade d Alzheimer, ce guide peut vous aider La maladie d Alzheimer et les maladies apparentées

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre.

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. 1 Qu est-ce qu un aidant familial Une personne qui vient en aide, à titre non professionnel

Plus en détail

GIP Ecole Supérieure Montsouris

GIP Ecole Supérieure Montsouris > - ouverture et excellence GIP Ecole Supérieure Montsouris En 1988, la faculté de médecine de Créteil crée la première Maîtrise Sciences et Techniques (MST) Santé Mentale - Editorial - GIP Ecole Supérieure

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010.

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Contexte L expérimentation NMR est organisée depuis 2 ans sous l égide de la Direction Générale de la

Plus en détail

Le dispositif d intégration MAIA, ses acteurs, ses outils. Aspects éthiques et déontologiques LE DISPOSITIF

Le dispositif d intégration MAIA, ses acteurs, ses outils. Aspects éthiques et déontologiques LE DISPOSITIF Section éthique et déontologie du CNOM Rapporteur : Dr. Bernard LE DOUARIN Juillet 2012 Le dispositif d intégration MAIA, ses acteurs, ses outils. Aspects éthiques et déontologiques LE DISPOSITIF Personnes

Plus en détail

dans la Loire... I ACCUEILS DE JOUR

dans la Loire... I ACCUEILS DE JOUR DES PROFESSIONNELS DU CONSEIL GÉNÉRAL DE LA LOIRE proches de chez vous Roanne 31-33 rue Alexandre Raffin 42300 Roanne Autonomie 53 rue de la République 42600 Montbrison 23 rue d'arcole 42000 Montbrison

Plus en détail

I. Qu est ce qu un SSIAD?

I. Qu est ce qu un SSIAD? 1 Plan Introduction I. Qu est ce qu un SSIAD? II. L accompagnement du SSIAD III. Présentation du SSIAD de Meyssac et de Beynat IV. Les personnes prises en soin dans le SSIAD V. Présentation d une situation

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Calendrier des formations INTER en 2011

Calendrier des formations INTER en 2011 Calendrier des formations INTER en 2011 THEMES Liste des formations INTER MOTIVEZ ET DYNAMISEZ VOS EQUIPES 98 % de participants satisfaits et se sentant reconnus à la sortie de nos formations! L environnement

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION HÉBERGEMENT EN ÉTABLISSEMENT D ACCUEIL POUR PERSONNES ÂGÉES DOSSIER D INSCRIPTION Vous envisagez de vous inscrire dans un établissement d accueil pour personnes âgées. Afin de faciliter vos démarches,

Plus en détail

Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde

Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde Perception des systèmes de soins Retours d expérience sur les programmes de santé d Europ Assistance dans le monde 1 er décembre

Plus en détail

La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, Le 03 avril 2014. Direction générale de l offre de soins - DGOS

La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, Le 03 avril 2014. Direction générale de l offre de soins - DGOS La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, DGOS. Le 03 avril 2014 Session Santé Numérique : quelle est la place de la France en Europe? Etat des lieux et comparatifs La position

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé?

Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé? Guide méthodologique Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé? Octobre 2012 Direction générale de l offre de soins Sommaire Synthèse... 2 Introduction... 3 Partie

Plus en détail

Hôpitaux de Jour. Accueils de Jour. Hôpitaux de Jour et Accueils de Jour. «Un programme pour la Gériatrie»

Hôpitaux de Jour. Accueils de Jour. Hôpitaux de Jour et Accueils de Jour. «Un programme pour la Gériatrie» Hôpitaux de Jour Accueils de Jour B. Durand-Gasselin Capacité de Gériatrie Janvier 2007 Hôpitaux de Jour et Accueils de Jour Hôpitaux de Jour Historique Définition Les HJ en France : l AP HJ PA Preuves

Plus en détail

La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer

La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer Evelyne Gaussens Directrice générale de l HPGM (91) 24/05/2013 Présentation de l Hôpital gériatrique

Plus en détail

FIR. Fonds d Intervention Régional. Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne

FIR. Fonds d Intervention Régional. Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne FIR Fonds d Intervention Régional Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne SOMMAIRE 1 2 3 4 5 6 Les dépenses engagées par thématique L accès aux soins La modernisation, la performance

Plus en détail

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD Retour d expérience suite à la visite de certification V2014 Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD 1 Retour d expérience Présentation _Visite Certification du CH de Nontron_Janvier V2014_Centre Hospitalier

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE 11 FÉVRIER 2014 Contacts Presse : Burson Marsteller I & E Courriel : tanaquil.papertian@bm.com Tanaquil PAPERTIAN Téléphone : 01

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Les onze propositions issues des États généraux des malades du cancer et de leurs proches de la Ligue contre le cancer

Les onze propositions issues des États généraux des malades du cancer et de leurs proches de la Ligue contre le cancer Oncologie (2005) 7: 78-83 78 Springer 2005 DOI 10.1007/s10269-005-0158-4 Les onze propositions issues des États généraux des malades du cancer et de leurs proches de la Ligue contre le cancer Comité du

Plus en détail

Les résidences du Centre Hospitalier

Les résidences du Centre Hospitalier Les résidences du Centre Hospitalier QUIMPER Résidence Ty Glazig Résidence Ty Creac h Résidence Ker Radeneg CONCARNEAU Résidence Avel Ar Mor Résidence Les Embruns Résidence Les Brisants POUR VOUS AIDER

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Logements foyers pour personnes âgées : enfin des perspectives claires pour les CCAS/CIAS gestionnaires!

Logements foyers pour personnes âgées : enfin des perspectives claires pour les CCAS/CIAS gestionnaires! Logements foyers pour personnes âgées : enfin des perspectives claires pour les CCAS/CIAS gestionnaires! Maj : 25 mai Contexte Avec 70% du parc national (soit 110 000 places), les CCAS/CIAS sont les principaux

Plus en détail

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités Discours Sous réserve du prononcé IXe journée de l Hospitalisation à domicile Fédération nationale des établissements d hospitalisation à domicile

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA SANTE Poitou-Charentes ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES Enquête auprès des établissements de Poitou-Charentes Etude commanditée

Plus en détail

ET DE LA STRATEGIE. Note de Synthèse. Domaine : Financement Version : 1 Mise à jour : 04/03/2012

ET DE LA STRATEGIE. Note de Synthèse. Domaine : Financement Version : 1 Mise à jour : 04/03/2012 DIRECTION DES AFFAIRES INSTITUTIONNELLES ET DE LA STRATEGIE Note de Synthèse CAMPAGNE TARIFAIRE 2012 : ENVELOPPE MIGAC Domaine : Financement Version : 1 Mise à jour : 04/03/2012 Diffusion: Vos contacts

Plus en détail

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES

Le Syndicat des Médecins de Famille PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1 MCo/LJ/8033/04/UNOF Paris, le 12 janvier 2004 PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA PERMANENCE DE SOINS DES MEDECINS GENERALISTES 1. Exposé des motifs : La Permanence des soins est une mission d'intérêt général,

Plus en détail

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce 3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce «Le 3 ème plan autisme vise à répondre à la faiblesse criante de la prise en charge de l autisme en France tout en laissant le choix aux familles

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

La Mutualité en chiffres Édition 2011

La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 6 Sommaire Message du directeur général de la Mutualité Française

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

Cours de Santé Publique octobre 2008

Cours de Santé Publique octobre 2008 Cours de Santé Publique octobre 2008 Professeur Hélène Sancho Garnier Dr Kéla Djoufelkit EPIDAURE 1. Principes d une démarche d assurance qualité et évaluation des pratiques professionnelles. 2. Organisation

Plus en détail

dernier avis d imposition du foyer ; justificatifs des ressources des 3 derniers mois du foyer ; factures acquittées. Aide unique.

dernier avis d imposition du foyer ; justificatifs des ressources des 3 derniers mois du foyer ; factures acquittées. Aide unique. Placement en établissement médicalisé ou spécialisé Cette aide permet de faire face à la charge financière importante que représente le placement en établissement spécialisé de l adhérent ou de l ayant

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

TELEMEDINOV. la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée. Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique

TELEMEDINOV. la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée. Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique TELEMEDINOV la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique Présentation Michel RIOLI directeur du projet LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

Note créée le 19/03/2014

Note créée le 19/03/2014 Note créée le 19/03/2014 La télémédecine : présentation générale et expérimentations 2014 Note d information réalisée par pôle santé et soins Auteure : Fanny Gaspard, Conseillère technique aide et soins

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire Telecom Bretagne, Institut Telecom M@rsouin, CREM Myriam.legoff@telecom-bretagne.eu

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 Date : février 2015 Auteurs : Catherine Pourin, Jean-Luc Quenon et toute l équipe du CCECQA Le programme de travail du CCECQA est décliné selon les axes retenus en 2015 : Indicateurs

Plus en détail

Alzheimer. Mémento. S informer, comprendre Des repères pour mieux vous orienter.

Alzheimer. Mémento. S informer, comprendre Des repères pour mieux vous orienter. Alzheimer Mémento S informer, comprendre Des repères pour mieux vous orienter. 35853_ 3/09/0 :55 age Préambule La maladie d Alzheimer et les maladies apparentées constituent un défi majeur pour notre société

Plus en détail

Méthodologie des jardins d éveil

Méthodologie des jardins d éveil Méthodologie des jardins d éveil Conformément à l engagement du Président de la République, 200 000 offres d accueil du jeune enfant seront crées d ici à 2012 pour répondre aux besoins de l ensemble des

Plus en détail

Introduction :... 5. Première partie : la prise en charge de la personne... 9

Introduction :... 5. Première partie : la prise en charge de la personne... 9 1 Sommaire Introduction :... 5 Première partie : la prise en charge de la personne... 9 B. Le traitement des demandes auxquelles il ne peut pas être répondu de manière immédiate.... 10 C. Le traitement

Plus en détail