Programme de développement. Comité plénier du 10 janvier 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme de développement. Comité plénier du 10 janvier 2012"

Transcription

1 Programme de développement des soins palliatifs ( ) Comité plénier du 10 janvier 2012

2 Axe 1: Poursuivre le développement de l offre hospitalière et favoriser l essor des dispositifs extrahospitaliers Axe 2: Elaborer une politique de formation et de recherche Axe 3: Renforcer l accompagnement offert aux proches

3 1. Soins palliatifs au sein des établissements de santé

4 Evolution de l offre de soins en court et moyen séjour (données SAE) USP LISP Unités Lits Etbts Lits (84 MCO, 21 SSR) 1265 (913 MCO, 352 SSR) 789 ( 465 MCO, 324 SSR) 4913 (3379 MCO, 1534 SSR) EMSP

5 Mesure n 1:«Développer les soins palliatifs au sein des structures hospitalières de court séjour» Mesure n 5: «Identifier des lits de soins palliatifs dans les services de soins de suite» Rappel des objectifs du programme : - «Créer une USP dans les établissements de santé dont le nombre de décès annuels est supérieur à 600» : en 2010, 33 établissements restent à équiper. - «Identifier des lits de soins palliatifs dans les établissements de santé dont le nombre de décès annuels est supérieur à 200» : en 2008, 348 établissements présentaient un nombre de décès annuels supérieur à 200. en 2010, les LISP sont recensés dans plus de 465 établissements de court séjour. -«Multiplier par 4 le nombre de LISP dans les services de SSR prenant en charge des patients en fin de vie» (soit 1600 lits en 2012 ) : en Perspectives 2012 : évaluer si le développement des LISP a eu les effets attendus : amélioration de la qualité de la prise en charge et diffusion de la démarche palliative, audelà de la simple conformité des LISP au référentiel de 2008.

6 Evolution de l activité 2009/2010 (données PMSI ATIH) Evolution des séjours du GHM Soins palliatifs Ex DG EX OQN Lit standard % % LISP % 0.3 % USP 14 % -7.8 % MCO Evolution des séjours ayant un diagnostic associé Soins palliatifs des 20 GHM qui concentrent 30 % (OQN) à 35 % (DG) de l ensemble des séjours avec un code DAS soins palliatifs Ex DG EX OQN Séjours avec DAS 11.3 % 14.3 % soins palliatifs Séjours avec DAS 2.5 % -1 % SSR 2010 Evolution 2007/2010 Nombre d'etablissements autorisés en SSR ayant une activité de soins palliatifs 1 163,00 6,89% Nombre de Jours correspondant à une activité de soins palliatifs ,00 3,79%

7 Mesure n 4 : «Organiser la prise en charge des soins palliatifs pédiatriques» Action 1 : Analyse des besoins (mission confiée à l Observatoire national de la fin de vie, remise du rapport annuel en février 2012) Action 2 : Organisation d une offre régionale Les 26 équipes ressources régionales en soins palliatifs pédiatriques créées en 2010 se sont constituées en fédération et travaillent sur un référentiel d évaluation de leur activité. Création d une MIG spécifique distincte de celle des EMSP, intégration dans guide MIGAC destiné aux ARS. 59 lits identifiés de soins palliatifs dans les services pédiatriques dans 21 établissements et 15 régions. Perspective 2012 : Action 3 : Travail à réaliser sur la notion de répit, identifier lorsque cela est pertinent des lits en SSR pédiatriques pour des séjours de répit (non spécifiques aux fins de vie),

8 Développement de l'hdj en soins palliatifs Depuis Juin 2011: Un groupe de travail s est réuni à deux reprises afin d identifier les besoins auxquels répond ce type d offre et les difficultés rencontrées par ceux qui souhaitent la développer. Plusieurs constats ressortent de ce travail : Hétérogénéité des différentes structures d HDJ Activité peu identifiée dans le PMSI car codée autrement qu avec le GHS spécifique soins palliatifs 7991 Certaines activités non prises en compte dans le système d information Des résistances symboliques au développement de cette offre Une véritable place au sein de la filière pour favoriser les sorties d USP, permettre le maintien à domicile, anticiper l admission en USP, régler des situations complexes qui ne peuvent l être par les EMSP. Perspectives 2012 : Projet de révision des conditions techniques de fonctionnement des structures alternatives à l hospitalisation. Elaboration d éléments de référence permettant de développer l HDJ.

9 Programme d actions concertées entre l HAS et l Observatoire national de la fin de vie : «Démarche qualité et diffusion de la culture palliative à l hôpital» Depuis Juin 2011 délimitation des 3 axes de collaboration : Axe 1 Amélioration des pratiques professionnelles Elaboration, diffusion et portage de critères de qualité en matière de prise de décision dans la mise en œuvre d une sédation pour détresse en phase terminale Contribution et portage des travaux relatifs au Développement Professionnel Continu (Evaluation et validation du référentiel national de DPC «Approche éthique de la prise de décision complexe dans les situations de fin de vie» Evolution des guides patients/médecins ALD: Insertion, dans les guides existants, des repères cliniques, éthiques et organisationnels issus des soins palliatifs. Elaboration de recommandations de bonnes pratiques : suivi et coordination sur 3 à 4 thèmes prioritaires avec les principales sociétés savantes pour des recommandations de bonnes pratiques professionnelles dans le champ de la fin de vie.

10 Programme d actions concertées entre l HAS et l Observatoire national de la fin de vie : «Démarche qualité et diffusion de la culture palliative à l hôpital» Axe 2 Organisation et politiques de services Suivi du déploiement du critère 13a de la certification Portage des démarches qualité auprès des acteurs-clé du développement des soins palliatifs (équipes mobiles, réseaux, coordinations régionales, etc.) Formation à distance des experts-visiteurs (EV) Elaboration d'un guide HAS/INPES «Soins palliatifs et accompagnement : quelles démarches pour améliorer la qualité de prise en charge des patients en fin de vie?» (Action "promotion de la santé", en direction des responsables qualité des établissements de santé). Critère «Prise en charge et accompagnement des décès dans les établissements de santé» (2013) Contribution aux travaux préparatoire au critère «Prise en charge et accompagnement des décès» de la certification, en lien avec le critère 13a.

11 Programme d actions concertées entre l HAS et l Observatoire national de la fin de vie : «Démarche qualité et diffusion de la culture palliative à l hôpital» Axe 3 Evaluation de l impact de la certification 8 Séminaires de travail «Qualité & fin de vie» entre 2011 et 2013 organisés sous l égide de l Observatoire national de la fin de vie et de la Haute Autorité de Santé (état des lieux des démarches qualité existantes dans le champ de la prise en charge des patients en fin de vie.) Projet de recherche «Evaluer l impact de la certification sur l amélioration de la prise en charge des patients en fin de vie» déposé au PHRC Elaboration, diffusion et évaluation d'indicateurs qualité généralisés sur la prise en charge des patients en fin de vie (Revue de la littérature internationale (2011); Organisation d'un Workshop européen «Quality indicators in End-of-Life Care» (Juin 2012); Mise en place d'une étude de faisabilité au travers d'un réseau national de recueil de données standardisées en USP ( ); Rendu des résultats de la phase test (2ème semestre 2014); Extension de l'expérimentation à des services «non-spécialisés» en soins palliatifs (1er semestre 2015); Intégration des indicateurs à la démarche de certification / généralisation

12 2. Les soins palliatifs à domicile Si le domicile n ait pas fait l objet d une mesure spécifique dans le cadre Si le domicile n ait pas fait l objet d une mesure spécifique dans le cadre du programme, la prise en charge à leur domicile des personnes en fin de vie constitue une préoccupation des acteurs de terrain et relève d une obligation d ordre éthique. Elle est présente dans la déclinaison de nombreuses mesures du plan.

13 Depuis Juin 2011: Revalorisation tarifaire pour les IDE Avenant 3 à la convention nationale des infirmiers IDEL Introduction dans la Liste des actes et des prestations d une majoration pour réalisation par un infirmier d un acte unique et d une majoration de coordination infirmier(e) Article 23.2 Majoration de coordination infirmier(e) Lorsque l infirmier(e) réalise à domicile un pansement lourd et complexe inscrit au titre XVI - chapitre 1 article 3 ou chapitre 2- article 5bis ; ou des soins inscrits au titre XVI à un patient en soins palliatifs. Ces prises en charge donnent lieu à la majoration de coordination infirmier(e) (MCI) du fait du rôle spécifique de l infirmier(e) en matière de coordination, de continuité des soins et de gestion des risques liés à l environnement. Perspectives 2012 : D autres pistes de réflexion sont étudiées : 1/ la prise en charge des symptômes d'inconfort et en particulier de la douleur (évaluation, mise en place des traitements, évaluation de l'efficacité et de la tolérance, spécificités des périodes de titration ou des périodes d'aggravation cliniques et de phase terminale). 2/ les soins de bouche dans les actes infirmiers.

14 Réforme de la tarification des SSIAD Depuis Juin 2011: Travaux en cours avec la DGCS afin de clarifier la mission des SSIAD lors de la phase palliative et non seulement la phase terminale. Perspectives 2012 : La mise en œuvre de la réforme de la tarification sera progressive à compter de Cette réforme est capitale pour faciliter le maintien à domicile de personnes en phase palliative.

15 Dérogations tarifaires Les dérogations tarifaires sont destinées à faciliter le maintien à domicile de patients relevant de soins palliatifs. Elles concernent des actions qui sont une valeur ajoutée pour la santé de la personne malade, pour son accompagnement ainsi que celui des proches Il est important de distinguer 2 types de dérogation: 1. La valorisation des réunions de coordination autour d un dossier patient est inscrite dans la loi HPST. 2. La rémunération de l intervention de psychologues libéraux au domicile des patients relevant de soins palliatifs, à l évidence, ne pourra pas passer dans le risque et pourrait rester financée par le FIQCS. A discuter avec la CNAMTS d une part et selon l évolution de la politique du «travail en réseau» d autre part

16 Mesure n 2 : «Développer les réseaux ayant une activité de soins palliatifs» Dans la grande majorité des régions métropolitaines, le développement des réseaux de santé en soins palliatifs (110 en 2008, 124 en 2010) a poursuivi un double objectif : -proposer aux acteurs du domicile une expertise et un appui en soins palliatifs -coordonner ces acteurs au sein d un secteur géographique déterminé, le plus souvent le territoire de proximité. Dans quelques régions, les réseaux de santé se sont progressivement orientés vers une fonction de coordination territoriale pluri-thématique, rapprochant les soins palliatifs, la douleur, la gérontologie ou encore les soins de support en cancérologie. En Nord-Pas-de-Calais et en Ile-de-France, les réseaux de soins palliatifs jouent un rôle important dans le déploiement de la démarche palliative dans les établissements médicosociaux. Il s agit de passer d une «politique des réseaux» à une «politique du travail en réseau», en développant la fonction de coordination. Perspectives 2012 : Orientations contenues dans le guide méthodologique destiné aux ARS

17 Mesure 8 : «Développer et favoriser l'intervention d aides à domicile et assurer leur formation» Ce dispositif financé dans le cadre du Fonds National d'action Sanitaire et Sociale (FNASS) couvre les dépenses liées au maintien à domicile des personnes en phase terminale au travers de trois axes :. La prise en charge d heures d aides à domicile répond aux situations urgentes et temporaires (nuits, week-ends) sans limite de temps mais avec un montant forfaitaire par intervention. (2 600 à selon les plafonds de ressources avec un reste à charge de 10 % ou de 15 %.) La prise en charge de prestations non remboursables (médicaments et matériels) Accessoires non inscrits à la Liste des Produits et Prestations tels que fauteuils de repos, matelas antiescarres dont le tarif de remboursement est inférieur au prix public, des dépenses de médicaments non remboursables, dès lors qu elles sont justifiées médicalement. La formation des aides à domicile Cette intervention peut couvrir le coût de la formation (rémunération des intervenants) et le temps d'indemnisation des aides à domicile (une journée de formation en moyenne). En 2009: aides à domicile ont été formées (221 coût moyen). En 2010 : 437 personnes formées : L objectif de former aides à domicile d'ici 2012 avait été atteint en 2 ans avec personnes dès fin En raison de la signature tardive de la COG , les Caisses n'ont consommé en 2010 que 79,37% des crédits budgétés soit 11,38% par rapport à La COG prévoit 6,5M pour 2010 & 2011 et 7M pour 2012 & 2013).

18 Mesure n 9: expérimentation des «maisons d accompagnement» Depuis Juin 2011: Ouverture le 15 juin de deux structures: La maison de vie (Franche Comté, 7 chambres) La maison de Lionel (Rhône Alpes, 14 lits d hébergement complet et 3 lits d accueil de jour). La maison consacrée aux enfants et adolescents, l Oasis (Midi Pyrénées) a ouvert le 29 décembre 2010 (Capacité : 5 lits + 1 suite familiale) Suivi de l activité des structures et des difficultés rencontrées par la DGOS et la DGCS. Perspectives 2012 : - Evaluation interne - Enquête par entretiens qualitatifs sur site menée par la Croix rouge française afin d explorer les besoins et les attentes des personnes accompagnées et de leurs proches - Evaluation externe : recrutement d un évaluateur par la DGOS. Début des travaux en janvier 2012 et remise du rapport en juillet L évaluation a pour objectif de déterminer les besoins réels des personnes accueillies, la plus-value de ce dispositif par rapport aux prises en charge existantes et s il apparaît pertinent de généraliser ce type de réponse et si tel est le cas sous les formes expérimentées ou sous des formes ajustées.

19 3. Démarche palliative dans les établissements médico-sociaux

20 Mesure n 6 : «Rendre effective l intervention des équipes mobiles de soins palliatifs dans les EHPAD» Depuis Juin 2011: 362 EMSP Lieux d intervention recensés pour la première fois dans la SAE % 67% Les 314 équipes ayant répondu sont intervenues pour patients. (2009 : 292 EMSP ayant répondu, patients) 4% 6% Au sein d'établissements sanitaires (y compris USLD) Au sein d'établissements médico-sociaux (y compris EHPAD) Au domicile des patients Interventions pour lesquelles le lieu n'a pas été précisé Etablissements de santé sans EMSP Sur les établissements de santé ne disposant pas de leur propre EMSP, 30 % ont établi une convention avec l EMSP d un autre établissement. Mise à jour du guide MIGAC destiné aux ARS rappelant l objectif du programme. Perspectives 2012 : Dernière délégation de mesures nouvelles destinées à développer l intervention dans les EHPAD. Nécessité de recueillir des éléments qualitatifs pour rendre compte du travail d acculturation réalisé par les équipes.

21 Mesure n 7: «Expérimenter la présence d infirmières de nuit formées aux soins palliatifs dans les EHPAD» Cf présentation annexe réalisée par la DGCS et la CNSA

22 Axe 1: Poursuivre le développement de l offre hospitalière et favoriser l essor des dispositifs extrahospitaliers Axe 2: Elaborer une politique de formation et de recherche Axe 3: Renforcer l accompagnement offert aux proches

23 Création d une filière universitaire «Médecine Palliative - Médecine de la Douleur». Recommandation mission Léonetti Arrêté de création d une filière universitaire «à la signature»: le principe a été validé par le bureau de la conférence des doyens le 1 er février 2011, puis par le bureau de conférence des CNU le 21 avril Projet de création d une intersection entre les deux sous-sections de médecine interne (53 01) et de thérapeutique (48 04), avec deux options : médecine palliative et médecine de la douleur 5 postes de Professeurs associés ont été créés en 2010 (3 postes pour l option médecine palliative et 2 postes pour l option médecine de la douleur) et 5 autres en 2011 DESC «médecine de la douleur / médecine palliative», (cf formation initiale) Des postes de chefs de cliniques peuvent être dégagés si, parmi les étudiants en DESC émergent des personnes susceptibles d assumer de futures fonctions universitaires. Ceci est à prévoir et à discuter avec chaque doyen. Perspectives 2012 :dépôt d un dossier d habilitation pour la création d un master national Soins palliatifs, éthique et maladies graves (élaboration en lien avec le collège national des enseignement universitaires de SP) avec - un Master 1 destiné à former les professionnels dont l activité est totalement dédiée aux soins palliatifs.. - Un Master 2 avec plusieurs options ou parcours possibles destinés à préparer soit à un exercice et une compétence, soit à la pratique de fonctions universitaires (encadrement et responsabilités, équipe mobile de soins palliatifs, recherche, pédagogie)

24 Mesure n 10 : «Conforter la recherche clinique en soins palliatifs» Bilan de la recherche pluridisciplinaire sur la fin de vie en France réalisé par l Observatoire national de la fin de vie. CONSTATS RESSORTANT DE L'ENQUETE 1. Avancées notables depuis 10 ans: plusieurs projets multicentriques, faisant appel à des méthodes variées, ont trouvé des appuis méthodologiques et des sources de financement. 2. Les montages démontrent beaucoup de volonté et d inventivité, ils varient en fonction des opportunités locales. Très peu de de collaborations internationales. 3. Faiblesse des financements, manque de formation et de ressources méthodologiques adaptées à la complexité des sujets. 4. Les projets restent très fragiles, il n'y a pas d équipes de recherche «labellisées» dans le champ de la fin de vie. Pour les professionnels, la charge de travail est trop lourde, le temps et les moyens dédiés à la recherche insuffisants. 5. Malgré la faiblesse des moyens, les approches et les thématiques sont extrêmement diversifiées et mal connues. 6. Si la construction d équipes de recherche interdisciplinaires nécessite de pouvoir fédérer un nombre suffisant de chercheurs de disciplines différentes, elle suppose aussi le soutien des institutions concernées. 7. Une animation scientifique est jugée indispensable, son ou ses opérateurs restant à définir.

25 Mesure n 10 : «Conforter la recherche clinique en soins palliatifs» Bilan de la recherche pluridisciplinaire sur la fin de vie en France réalisé par l Observatoire national de la fin de vie (suite) ANALYSE 1. Malgré le dynamisme et l engagement des acteurs, et du fait de leur nombre limité, les besoins de nouvelles connaissances considérés comme prioritaires par les professionnels et les pouvoirs publics ne sont pas couverts par les recherches en cours. 2. Des bases documentaires aux sociétés savantes et aux logiques d évaluation, rien n est conçu pour la pluridisciplinarité. Compte tenu des «exigences» actuelles de reconnaissance institutionnelle de la recherche, les acteurs ont et auront besoin d un soutien pour que leurs efforts soient payants. 3. En comparaison avec les soutiens mis en place par certains pays, dont nos voisins, les soutiens actuels semblent sous-dimensionnés, et insuffisamment axés sur la formation à la recherche et sur la structuration de celle-ci.

26 Mesure 11 : «Adapter le dispositif de formation médicale» 1. Formation initiale Depuis Juin 2011: Arrêté du 20 juillet Deuxième partie du 2ème cycle : thèmes d enseignement devant faire l objet de séminaires Article 1 - À compter de l'année universitaire , Douleur et soins palliatifs font partie des thèmes d'enseignement jugés prioritaires devant faire l'objet de séminaires, en plus de la pratique de la médecine générale Intégration des questions afférentes à la fin de vie dans le cadre de la réforme des études médicales. Niveau licence: depuis la rentrée , participation aux UE «Santé, Société, Humanités» en L1 et L2 dans le champ «Sciences humaines et sociales» Niveau master: Audition de R Aubry dans le cadre de la sous-commission des études médicales de la commission pédagogique nationale des études de santé (CPNES) Novembre 2011, Création d une UE interdisciplinaire mêlant les futurs professionnels de santé sur la communication, l approche éthique d une situation complexe et la coopération entre acteurs de santé Relecture de situations vécues par les étudiants lors de leurs stages en (en fin de second cycle) Inclusion dans certaines UE d une formation aux soins palliatifs adaptée aux problématiques spécifiques de la discipline Des propositions concrètes seront élaborées par les professeurs associés, dans le cadre du Collège national des enseignants universitaires avant la fin du mois de Juin

27 Mesure 11 : «Adapter le dispositif de formation médicale» 1. Formation initiale (suite) DESC «médecine de la douleur / médecine palliative», 31 postes d assistants spécialistes financés en 2010, 38 en 2011 (32 en option soins palliatifs, 6 en option douleur), très majoritairement issus du DES de médecine générale. Projets en lien avec le plan cancer Projet d un séminaire obligatoire «soins palliatifs et décision médicale», de 3 jours intégré dans les enseignements interrégionaux des DES et DESC d oncologie concernant l approche éthique et particulièrement les questions dans le domaine de la fin de vie Projet d un stage optionnel pour les étudiants en DES de cancérologie dans une Unité de Soins Palliatifs de CHU

28 Mesure 11 : «Adapter le dispositif de formation médicale» 2. Formation continue Expérimentation d un programme de Développement Professionnel Continu (DPC) : Approche éthique de la prise de décision en soins palliatifs: formation pluridisciplinaire Expérimentations en région Pays de Loire et Bretagne terminées Depuis Juin 2011: 22 septembre : Evaluation du dispositif Décembre : Proposition d évolution du cahier des charges national Cette formation a été intégrée dans la circulaire DGOS relative aux axes et actions de formation prioritaires, concernant la fonction publique hospitalière. Perspectives 2012 : De janvier à avril 2012 : élaboration avec la HAS d une méthode d analyse de pratiques Juin 2012 : expérimentation du DPC en Bourgogne

29 Mesure 11 : «Adapter le dispositif de formation médicale» 2. Formation continue (suite) Depuis Juin 2011: La diffusion de la démarche palliative avait fait l objet d un axe de formation prioritaire en Cette démarche sera renouvelée en 2012 grâce à la LETTRE-CIRCULAIRE N DGOS/RH4/2011/210 du 6 juin 2011 relative aux axes et actions de formation nationales prioritaires à caractère pluriannuel, concernant ( ) la fonction publique hospitalière. 3 axes ont été retenus : 1/ Formation à la démarche palliative et à l accompagnement des personnes en fin de vie des personnels des USP, EMSP et services disposant de LISP. 2/ Formation à la démarche palliative et à l accompagnement des personnes en fin de vie des personnels confrontés à des situations de fin de vie en dehors des services spécialisés. 3/ Développement d une approche éthique de la prise de décision en soins palliatifs dans le cadre d un programme de DPC

30 Mesure n 12: «Mettre en œuvre des actions de formation MobiQual dans les EHPAD et les services de soins à domicile» Depuis Juin 2011: Diffusion élargie aux services intervenant à domicile : SSIAD, HAD, ainsi que les instituts de formation initiale (IFSI, IFAS, IFCS) sont conviés aux journées régionales. En 2010, 1037 outils soins palliatifs ont été diffusés (diffusion journées régionales, diffusion suivant des demandes directes et actions spécifiques) Les données 2011 seront synthétisées en début d année. Perspectives 2012 : A ce jour l évaluation de l appropriation des thématiques est réalisée à partir de questionnaires collectés à l issue des sessions de formation ou de la diffusion de l outil par la SFGG. Une évaluation extérieure de l acculturation permise par cet outil nécessite d être conduite.

31 Axe 1: Poursuivre le développement de l offre hospitalière et favoriser l essor des dispositifs extrahospitaliers Axe 2: Elaborer une politique de formation et de recherche Axe 3: Renforcer l accompagnement offert aux proches

32 Mesure n 14: «Soutien des proches et des aidants» À domicile, des missions de soins et d accompagnement en fin de vie incombent souvent aux proches de la personne malade. Une formation des professionnels intervenant auprès des aidants familiaux a été envisagée. Pour rappel, cette mesure avait été suspendue en avril 2011 du fait du désengagement financier de la CNSA au regard des contraintes pesant sur la section IV de son budget. Un arbitrage politique est en cours permettant d entrevoir un financement (d un montant moins élevé) de la mesure. Depuis Juin 2011: Le cahier des charges est réalisé Perspectives 2012 : Contenu pédagogique détaillé à préciser avec les OPCA impliqués Organisation de sessions de formation tests en 2012 sous réserve de l obtention des crédits CNSA

33 Mesure 16 : «Formation des bénévoles d accompagnement» Dans le cadre du Fonds National d'action Sanitaire et Sociale (FNASS), des crédits sont alloués depuis 2000 par la CNAMTS à la SFAP et redistribués aux associations pour la formation des bénévoles. Objectif du programme : former bénévoles par an Bénévoles accompagnants au 31 décembre Formation initiale Formation continue Total formation Financements M 191 associations M 192 associations Toutes les régions de métropole sont aujourd'hui représentées. Seules la Réunion et la Guadeloupe le sont en outre mer. Cette couverture géographique concerne 92 départements sur 100.

34 Allocation journalière d accompagnement d une personne en fin de vie. Rappel : Décret n du 11 janvier 2011 et ci rculaire du 24 mars 2011 Depuis Juin 2011: Le recours à l AJAP se développe progressivement. Régime général (janvier à août 2011) Bénéficiaires accompagnés MSA ( janvier à juin 2011) RSI Bénéficiaires accompagnants Allocations payées taux plein (journées) Allocations payées ½ taux (demi journées) Nombre moyen d allocations payées accordées par bénéficiaire accompagnant jours pleins Nombre moyen d allocations payées accordées par bénéficiaire accompagnant ½ jours Perspectives 2012 : Le décret permettant d étendre le bénéfice de l allocation aux fonctionnaires sera examiné par la Commission consultative d évaluation des normes le 5 janvier : Publication attendue mi janvier.

35 Mesure n 17: «Améliorer l information des professionnels de santé et du grand public» Depuis Juin 2011: Le centre national de ressources (CNDR) «Soin palliatif» soutenu par le Ministère de la santé, a lancé à l occasion de la journée mondiale des soins palliatifs en octobre 2011 sa plate-forme interactive de référence à destination du grand public et des professionnels. Le service de téléphonie sociale «Accompagner la fin de la vie : s informer, en parler» ( , ouvert du mardi au vendredi, de 14h à 19h) a enregistré en 2010, 74 appels par mois en moyenne (66,5 en 2009, 84 en 2008 et 94 en 2007). Les proches des personnes en fin de vie restent les principaux appelants en Les professionnels de santé représentent 35,5% des appelants. Un pourcentage supérieur aux autres années qui correspond à la diffusion des plaquettes d information de l INPES.

36 Préparation de l après programme L évaluation du programme par le Haut Conseil en Santé Publique Depuis Juin 2011: Travaux avec le HCSP pour construire une méthodologie d évaluation des effets du programme sur la réalité du développement de la culture palliative. Cette méthodologie d évaluation de l impact devrait être remise par le HCSP en Mars Perspectives 2012 : Recherche de financements; Saisine du HCSP pour la réalisation de l évaluation dans toutes ses dimensions (mise en œuvre, résultats, premiers effets)

37 Préparation de l après programme Réflexions sur une instance de suivi rattachée aux différentes directions centrales concernées qui permette de s assurer du développement de la culture palliative intégrée à la pratique des acteurs de santé via Les différents plans de santé publique (en particulier les plans maladies chroniques, cancer, Alzheimer, AVC ) l organisation de la santé (travail en réseau coordonné, nouveaux métiers, transferts de compétences et de tâches mais aussi poursuite de ce qui est entrepris en matière d offre graduée LISP, EMSP USP ) la formation universitaire et la formation continue, la recherche avec des équipes mixtes «sciences humaines et médecine» pour aborder les questions de fin de vie, en particulier les questions d ordre éthique les conclusions de l évaluation de l impact du programme qui se construit avec le HCSP

Programme de développement. Comité national de suivi du développement des soins palliatifs et de l accompagnement du 18 septembre 2012

Programme de développement. Comité national de suivi du développement des soins palliatifs et de l accompagnement du 18 septembre 2012 Programme de développement des soins palliatifs (2008-2012) Comité national de suivi du développement des soins palliatifs et de l accompagnement du 18 septembre 2012 Axe 1: Poursuivre le développement

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

CALENDRIER DU PLAN AUTISME 2013-2017

CALENDRIER DU PLAN AUTISME 2013-2017 P a g e 1 CALENDRIER DU PLAN AUTISME 2013-2017 Repérage et diagnostic 2013 1) Réseau national Elaboration du cahier charges 2) Carnet de santé : Analyse Données 3) Outils ADOS ADI : - Avis juridique -

Plus en détail

ET DE LA STRATEGIE. Note de Synthèse. Domaine : Financement Version : 1 Mise à jour : 04/03/2012

ET DE LA STRATEGIE. Note de Synthèse. Domaine : Financement Version : 1 Mise à jour : 04/03/2012 DIRECTION DES AFFAIRES INSTITUTIONNELLES ET DE LA STRATEGIE Note de Synthèse CAMPAGNE TARIFAIRE 2012 : ENVELOPPE MIGAC Domaine : Financement Version : 1 Mise à jour : 04/03/2012 Diffusion: Vos contacts

Plus en détail

Bilan du programme national de développement des soins palliatifs

Bilan du programme national de développement des soins palliatifs Bilan du programme national de développement des soins palliatifs 2008 2012 Juin 2013 2 SOMMAIRE Introduction.5 Rappel des mesures du programme 7 Le développement d une offre de soins palliatifs intégrée

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Convention constitutive

Convention constitutive Convention constitutive Entre les parties signataires, Vu les textes législatifs suivants : - l article L. 6321-1 du Code de Santé Publique relatif aux réseaux de santé - la loi n 2002-303 du 4 mars 2002

Plus en détail

15 janvier 2014 * PROGRAMME MOBIQUAL

15 janvier 2014 * PROGRAMME MOBIQUAL 15 janvier 2014 * PROGRAMME MOBIQUAL PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE ET DES OUTILS * Sébastien DOUTRELIGNE responsable diffusion nationale, suivi et évaluation Éléments constitutifs Une action nationale initiée

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD Retour d expérience suite à la visite de certification V2014 Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD 1 Retour d expérience Présentation _Visite Certification du CH de Nontron_Janvier V2014_Centre Hospitalier

Plus en détail

Les onze propositions issues des États généraux des malades du cancer et de leurs proches de la Ligue contre le cancer

Les onze propositions issues des États généraux des malades du cancer et de leurs proches de la Ligue contre le cancer Oncologie (2005) 7: 78-83 78 Springer 2005 DOI 10.1007/s10269-005-0158-4 Les onze propositions issues des États généraux des malades du cancer et de leurs proches de la Ligue contre le cancer Comité du

Plus en détail

La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, Le 03 avril 2014. Direction générale de l offre de soins - DGOS

La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, Le 03 avril 2014. Direction générale de l offre de soins - DGOS La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, DGOS. Le 03 avril 2014 Session Santé Numérique : quelle est la place de la France en Europe? Etat des lieux et comparatifs La position

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe. Un éclairage pour un déploiement national

La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe. Un éclairage pour un déploiement national La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe Un éclairage pour un déploiement national Journée Télémédecine ASIP Santé 3 mai 2012 Pascale MARTIN - ANAP Agence Nationale d Appui à la Performance

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail

PROJET D ECOLE 2012 2015

PROJET D ECOLE 2012 2015 PROJET D ECOLE 2012 2015 Former les futurs professionnels à l excellence des pratiques de soins Rédaction : P. Lombardo, Directeur des Soins en charge de l IFSI d Annecy IFSI Annecy Projet d Ecole 2012-2015

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé?

Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé? Guide méthodologique Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé? Octobre 2012 Direction générale de l offre de soins Sommaire Synthèse... 2 Introduction... 3 Partie

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010.

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Contexte L expérimentation NMR est organisée depuis 2 ans sous l égide de la Direction Générale de la

Plus en détail

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Bilan national de l enquête d activité 2012 Les plateformes d accompagnement et de répit Bilan national de l enquête d activité 2012 I 2 I DGCS

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs?

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Aude Le Divenah Praticien hospitalier, chargée de mission, Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Les soins palliatifs se

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

DROIT- ECONOMIE - GESTION. Sciences économiques. Sciences économique Santé, Emploi - Formation

DROIT- ECONOMIE - GESTION. Sciences économiques. Sciences économique Santé, Emploi - Formation 2012-2016 Niveau : MASTER Année Domaine : Mention : DROIT- ECONOMIE - GESTION Sciences économiques M1 Spécialité : Sciences économique Santé, Emploi - Formation 60 ES Volume horaire étudiant : 302 h 87

Plus en détail

et ATIH Diapositive n 1 Direction générale de l offre de soins - DGOS

et ATIH Diapositive n 1 Direction générale de l offre de soins - DGOS et ATIH Diapositive n 1 Quel financement pour les SSR? Un modèle innovant Hélène de Faverges mission SSR - DGOS Dr Joëlle Dubois - ATIH FHF Rhône-Alpes Conférence SSR : vers une organisation coordonnée

Plus en détail

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation DU et Capacité «médecin coordonnateur en EHPAD» Le 15 décembre 2010 Katy Jarny Responsable Conseil & Formation - I - Les différentes formules

Plus en détail

Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012

Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012 Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012 1 er février 2008 Sommaire 10 MESURES PHARES 6 RESUME DES FINANCEMENTS 7 SYNTHESE DES FINANCEMENTS PAR MESURE 8 AXE I. AMELIORER LA QUALITE DE VIE DES

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques _ Sous-direction observation de la santé et de l assurance maladie _ Bureau établissements

Plus en détail

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire Telecom Bretagne, Institut Telecom M@rsouin, CREM Myriam.legoff@telecom-bretagne.eu

Plus en détail

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014 Dispositifs d aides aux personnes âgées 1 Les acteurs de la gérontologie Où trouver l information sur les aides aux personnes âgées: Les CCAS: Centre Communaux d Action Sociale, outils social des mairies.

Plus en détail

Centre de Formation des Professionnels de Santé

Centre de Formation des Professionnels de Santé Centre de Formation des Professionnels de Santé Hôpital de la Cavale Blanche 29609 BREST Cedex CATALOGUE DES FORMATIONS 2014 SOMMAIRE FORMATIONS CONTINUES Responsabilité, législation :...p.3 - Obligations

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie

MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES DE LA CNSA OCTOBRE 2014 Méthode MAIA : un modèle organisationnel national

Plus en détail

Note créée le 19/03/2014

Note créée le 19/03/2014 Note créée le 19/03/2014 La télémédecine : présentation générale et expérimentations 2014 Note d information réalisée par pôle santé et soins Auteure : Fanny Gaspard, Conseillère technique aide et soins

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie Bilan de la démarche de certification V 2010 Haute-Normandie Juin 2013 La certification V 2010 en Haute Normandie Bilan au 1 er juin 2013 Etat d avancement de la démarche Au 1 er juin 2013, 69 établissements

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 Date : février 2015 Auteurs : Catherine Pourin, Jean-Luc Quenon et toute l équipe du CCECQA Le programme de travail du CCECQA est décliné selon les axes retenus en 2015 : Indicateurs

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : GESTION DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES ET SOCIAUX www.managementpublic.univ-cezanne.fr Aix-en-Provence : 21,

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation Bureau R4 Dossier suivi par Denise Bauer Tél. : 01 40 56 52 78 Mel. : denise.bauer@sante.gouv.fr

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient

Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du patient Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Responsabilités, autorités et délégations de responsabilité dans le cadre de la prise en charge médicamenteuse du

Plus en détail

PROJET DE CAHIER DES CHARGES DES PROJETS PILOTES PAERPA

PROJET DE CAHIER DES CHARGES DES PROJETS PILOTES PAERPA Ministère des Affaires sociales et de la Santé COMITE NATIONAL SUR LE PARCOURS DE SANTE DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE PROJET DE CAHIER DES CHARGES DES PROJETS PILOTES PAERPA Janvier

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS DE LA PERTE D AUTONOMIE

PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS DE LA PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS ET DE LA PERTE D AUTONOMIE 2012-2016 Actualisation septembre 2012 L ACTUALISATION DU PRIAC 2012/2016 : les principes Rappel de la définition

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNEE 2013 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2013 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient.

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient. Le développement des programmes d éducation thérapeutique du patient 2 ans après la loi Hôpital, patients, santé, territoire : quel bilan? Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique

Plus en détail

I. MODALITES DE RECOURS A DU TEMPS DE TRAVAIL ADDITIONNEL

I. MODALITES DE RECOURS A DU TEMPS DE TRAVAIL ADDITIONNEL Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières (RH4) Personne chargée du dossier : Isabelle COUAILLIER Adjointe

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

Note relative au lancement de la campagne ENCc MCO portant sur les données 2010

Note relative au lancement de la campagne ENCc MCO portant sur les données 2010 Agence Technique de l Information sur l Hospitalisation SIRET n 180 092 298 00033 code APE : 8411 Z 117, boulevard Marius Vivier Merle 69329 LYON CEDEX 03 Téléphone : 04 37 91 33 10 Télécopie : 04 37 91

Plus en détail

La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer

La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer Evelyne Gaussens Directrice générale de l HPGM (91) 24/05/2013 Présentation de l Hôpital gériatrique

Plus en détail

NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF

NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF ASSOCIATION LOI 1901 CONVENTION CONSTITUTIVE SOMMAIRE ARTICLE 1 OBJET DU RESEAU ET OBJECTIFS POURSUIVIS ARTICLE 2 AIRE GEOGRAPHIQUE DU RESEAU ET POPULATION CONCERNEE ARTICLE

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

La Mutualité en chiffres Édition 2011

La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 6 Sommaire Message du directeur général de la Mutualité Française

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

En 2011, le service Ameli-direct, anciennement appelé «Infosoins» puis «Adresses et Tarifs» connaît les modifications suivantes :

En 2011, le service Ameli-direct, anciennement appelé «Infosoins» puis «Adresses et Tarifs» connaît les modifications suivantes : @ AMELI-DIRECT VERSION 3.3 2006-2011 : INFOSOINS DEVIENT AMELI-DIRECT Dès la COG 2006-2009, l Assurance Maladie s engage à développer à l intention de ses assurés un système d information tant sur le fonctionnement

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

Deveaux Sébastien Coordonateur de soins Septembre 2013

Deveaux Sébastien Coordonateur de soins Septembre 2013 Unité d enseignement 1.2.S3 Deveaux Sébastien Coordonateur de soins Septembre 2013 Programme Chiffres 2012 Questions Dotation Globale/T2A Sécurité Sociale Les mutuelles Financement et remboursement des

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

à Mesdames et Messieurs les Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour information

à Mesdames et Messieurs les Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour information CIRCULAIRE CIR-2/2012 Document consultable dans Médi@m Date : 03/01/2012 Domaine(s) : gestion des prestations en nature à Mesdames et Messieurs les Directeurs CPAM CARSAT UGECAM CGSS CTI Agents Comptables

Plus en détail

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire E.H.P.A.D E.H.P.A.D (Etablissement d hébergement pour personnes agées dépendantes) Un

Plus en détail

Formations 2014/2015

Formations 2014/2015 Institut de Formation en Soins Infirmiers Paris Saint-Joseph Département de formation continue Formations 2014/2015 «Apprendre tout au long de la vie» Notre enjeu : vous guider dans la réalisation de votre

Plus en détail

La présente note vise à expliciter de façon synthétique le contexte de lancement et le contenu du Projet ITEP coordonné et piloté par la CNSA.

La présente note vise à expliciter de façon synthétique le contexte de lancement et le contenu du Projet ITEP coordonné et piloté par la CNSA. Projet ITEP La présente note vise à expliciter de façon synthétique le contexte de lancement et le contenu du Projet ITEP coordonné et piloté par la CNSA. I. LE CADRE JURIDIQUE Les Instituts Thérapeutiques,

Plus en détail

Toute équipe mobile comprend. Aspects infirmiers du travail d Équipe Mobile de Soins Palliatifs. Cadre réglementaire et missions d une EMSP

Toute équipe mobile comprend. Aspects infirmiers du travail d Équipe Mobile de Soins Palliatifs. Cadre réglementaire et missions d une EMSP Med Pal 2005; 4: 80-84 Masson, Paris, 2005, Tous droits réservés Martine Nectoux, Infirmière clinicienne, Juvignac, Patrick Thominet, Cadre de santé, EMSP Pitié Salpêtrière, Paris. Summary The nurse s

Plus en détail

LICENCE. Parcours Santé Soins Infirmiers. BAC + 1 2 3 4 5 Domaine

LICENCE. Parcours Santé Soins Infirmiers. BAC + 1 2 3 4 5 Domaine LICENCE 2013-2014 Mention Administration économique et sociale (AES) Parcours Santé Soins Infirmiers BAC + 1 2 3 4 5 Domaine 1. Editorial du responsable La licence AES-santé s'inscrit dans la perspective

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE RAPPORT RELATIF AUX AGREMENTS DES CONVENTIONS ET ACCORDS APPLICABLES AUX SALARIES DES ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MEDICO-SOCIAUX PRIVES A BUT NON LUCRATIF POUR 2010

Plus en détail

REGLEMENT DU DIPLOME DE MASTER DROIT ECONOMIE GESTION MENTION "ECONOMIE APPLIQUEE"

REGLEMENT DU DIPLOME DE MASTER DROIT ECONOMIE GESTION MENTION ECONOMIE APPLIQUEE REGLEMENT DU DIPLOME DE MASTER DROIT ECONOMIE GESTION MENTION "ECONOMIE APPLIQUEE" SPECIALITE FINANCE DE MARCHE, EPARGNE INSTITUTIONNELLE ET GESTION DE PATRIMOINE (Dispositions générales Contrôle des connaissances

Plus en détail

Infirmieres libérales

Infirmieres libérales Détail des programmes- Feuillets complémentaires à la plaquette générale Infirmieres libérales Stages courts 2012 Durées et dates disponibles sur un calendrier en annexe Santé formation Formations gratuites

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

Master Santé publique

Master Santé publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Santé publique Université Toulouse III- Paul Sabatier- UPS (déposant) Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Stratégie de déploiement

Stratégie de déploiement Messageries Sécurisées de Santé (MSSanté) Mars 2014 Page 1 La présente note vise à éclairer la démarche de mise en place d un système de messageries sécurisées de santé en concertation avec l ensemble

Plus en détail

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 350 h/an Access : 225 h/an de septembre à mai Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Sous la responsabilité de l infirmier, l aide-soignant s occupe de l hygiène

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE 11 FÉVRIER 2014 Contacts Presse : Burson Marsteller I & E Courriel : tanaquil.papertian@bm.com Tanaquil PAPERTIAN Téléphone : 01

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

Accompagnement de fin de vie des enfants et adolescents polyhandicapés en établissements et services médico-sociaux

Accompagnement de fin de vie des enfants et adolescents polyhandicapés en établissements et services médico-sociaux Accompagnement de fin de vie des enfants et adolescents polyhandicapés en établissements et services médico-sociaux Cette enquête est réalisée en partenariat avec le Groupe Polyhandicap France (GPF) et

Plus en détail