LA THÉORIE DES POINTS FIXES ET SES APPLICATIONS EN ANALYSE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA THÉORIE DES POINTS FIXES ET SES APPLICATIONS EN ANALYSE"

Transcription

1 LA THÉORIE DES POINTS FIXES ET SES APPLICATIONS EN ANALYSE JEAN LERAY Â la mémoire du profond mathématicien polonais JULES SCHAUDER, victime des massacres de I. INTRODUCTION 1. Soit <t>(x) une application continue d'un espace X en lui-même; on nomme points fixes de <j>(x) les solutions de l'équation (1) x = 0(a). Nous ne parlerons pas de Vétude locale de l'équation (1). Cette étude fut faite d'abord par E. Picard [11], à l'aide de la méthode des approximations successives; puis par E. Schmidt [15], à l'aide de développements en séries, <j)(x) étant supposée holomorphe.,la notion d'espace de Banach permit à T. H. Hildebrandt et L. M. Graves [3] de systématiser la méthode de E. Picard; il est aisé [9] de systématiser de même celle de E. Schmidt. C'est de Vétude globale de l'équation (1) que nous nous occuperons. Cette étude fut faite d'abord par Fredholm [4], F. Riesz [12], quand <t>(x) est linéaire et transforme les parties bornées de X en parties compactes; puis, quand (f>(x) n'est pas linéaire, par L. E. J. Brouwer [2], Birkhoff et Kellogg [1], Lefschetz [5], Schauder [14], Leray [6], [7], Rothe [13], Tychonoff [16], Nielsen [10], et Wecken [17] ; deux types d'hypothèses 1 furent utilisés et conduisirent à des théories bien différentes: certains auteurs supposèrent que X est un espace vectoriel et que 4>(x) prend ses valeurs dans un compact; d'autres supposèrent que X est compact et vérifie des hypothèses appropriées. Ces hypothèses compliquent ce second point de vue, que nous n'aurons pas le temps d'analyser en détail; c'est d'ailleurs le premier point de vue qui se présente quand on applique la théorie des points fixes à celle des équations aux dérivées partielles. Exposons-le d'abord, en résumant [9], qui synthétise [2], [1], [14], [6], [16], [10], [17]. IL LES POINTS FIXES D'UNE APPLICATION COMPLèTEMENT CONTINUE D'UN ESPACE VECTORIEL À VOISINAGES CONVEXES 2. Définitions. Soit X un espace vectoriel à voisinages convexes: c'est un espace vectoriel (sur le corps des nombres réels) possédant une topologie de Hausdorff, qui puisse être définie par un système fondamental de voisinages convexes. Soit V un voisinage symétrique de 0; les points x± et x 2 de X sont dits voisins d'ordre V quand xi x 2 V. 1 D'autres hypothèses furent utilisées avec succès par E. Rothe; nous ne disposons malheureusement pas de la place qu'exigerait l'exposé de ses recherches. 202,

2 POINTS FIXES ET APPLICATIONS EN ANALYSE 203 Soit (j)(x) une application de X en lui-même complètement continue, c'est-à-dire qui applique continûment X dans une partie compacte de X; nous posons (x) = x ()>(x). G désignera une partie ouverte de X, G sa frontière et G = G U G son adhérence. 3. Les propriétés de $(x), du point de vue de la topologie générale. $(F) est fermé, quand F est fermé (autrement dit: l'application $>(x) est fermée). $^(0) est compact, quand C est compact. 4. La définition du degré topologique de $ (x). Supposons X de dimension finie et ^>(x) linéaire par morceaux, c'est-à-dire linéaire au voisinage de tout point n'appartenant pas à la réunion d'un ensemble d'hyperplans P\, n'ayant pas d'élément d'accumulation. Ces hyperplans décomposent X en domaines, que nous noterons Dj, D p, Z>7 suivant que le déterminant de <ï>(x) y est >0, =0, <0. Soit y un point de X étranger aux < >(6r), $(Px), et $(D V ) ; soit p [et n] le nombre des $((? Pi D^) [et des$(g fi DJ)] contenant y; p n est une fonction de y constante sur chacun des domaines d en lesquels $(G) décompose X; sa valeur est nommée degré topologique sur d de la restriction de < > à G et est notée on définit *(*, O, d); d (* f G, y) = d (#, G,d) si y Ç D même si y appartient à $(A) ou $(öj). Supposons X de dimension finie et <t>(x) complètement continue; soit y $ $(G) ; soit Fi un voisinage convexe et symétrique de 0 tel que le voisinage d'ordre Vi de y soit étranger à < (#) ; soit $i(#) une application linéaire par morceaux telle que $(x) et $i(x) soient voisins d'ordre Vi ; d ($i, G, y) est indépendant des choix de Vi et $i ; c'est, par définition, d ($, G, y). Cas général. Soit y ( $(G) ; soit Vi un voisinage convexe et symétrique de 0, tel que le voisinage d'ordre Vi de y soit étranger à $(G) ; soit $i(x) une application complètement continue, voisine d'ordre Vi de </>(#) et telle que< i(x) appartienne à un sous-espace Xi de dimension finie, contenant y; d ($i, G fl Xi, y) est indépendant des choix de Vi, $i(x) = x #I(œ)> Xi ; c'est par définition d ($, G, y). 5. Les propriétés du degré topologique. PROPRIéTé 5.1. d 0 ($, G, y) est un entier positif, nul ou négatif, défini quand $(#) x est complètement continue et que y $ $(G); d ($, G, y) reste constant quand $>, G, y varient continûment, en sorte que y $ $(G). En particulier, d ($, G, y) ne dépend que de y et de la restriction de $ à G; on peut même, ce qu'utilise le 7, définir d ($, G, y) en supposant $ défini seulement sur G. PROPRIéTé 5.2. Si d ($, G, y) ^ 0, alors y G $(0).

3 204 JEAN LERAY PROPRIéTé 5.3. Si les G a sont des parties ouvertes de G, deux à deux sans point commun et telles que < >(#) ^ y quand x Ç. G, x $ G a, alors PROPRIéTé 5.4. Soit ty(x) x une seconde application complètement continue, définie sur 3>(G); soient d a les domaines en lesquels < ((r) décompose X [autrement dit: les d a sont les composantes connexes du complémentaire de $($)]; si y $ ^(G), alors on a a #( *, G, y) = E #(*, G, d a )-d (% d a, y). a PROPRIéTé 5.5. Supposons X somme directe de deux espaces Xi et X 2 : X = Xi + X 2 ; x = Xi + x 2 ; $(a?) = $i(a?) + $ 2 (x), où x a X«, $«6 X«; on a $i(x) = ^i(x±, x 2 ) ; supposons $ 2 (x) = $ 2 (x 2 ) fonction seulement de x 2. Soit Gx une partie ouverte de Xi et D 2 un domaine de X 2 ; si y\ $ 3?i(ffi, D 2 ) et y 2 $ 3> 2 (D 2 ) y alors #(*, Gx + D 2,2/1 + 2/2) = d ($i, (?i, 2/1) 'd (^2, A, 2/2), d ($i(xi, x 2 ), Gi, 2/1) devant être calculé en supposant que x 2 est un point fixe, arbitraire de D L'indice des points fixes d'une application complètement continue <t>(x). Soit F un ensemble isolé de point fixes de <t>(x) : F a un voisinage G ne contenant d'autres points fixes que les points de F; F est compact; d ($, G, 0) est indépendant du choix de G, est nommé indice de F et est noté i(f). Les propriétés du degré ont pour conséquences immédiates les propriétés suivantes de l'indice: PROPRIéTé 6.1. Soit F l'ensemble des points fixes de <ß(x) contenus dans une partie ouverte G de X; F est compact et i(f) est défini, quand G ne contient aucun point fixe; i(f) est un entier positif, négatif, ou nul, qui reste constant quand <l>(x) et G varient continûment, sans que G ne contienne jamais de point fixe de <ß(x). COROLLAIRE 6.1. i(f) ne dépend que de la restriction de <l>(x) à G. COROLLAIRE 6.2. Si <ß(x) possède au point fixe a une différentielle 2 complètement continue X(x a), telle que a + X(x a) ait pour seul point fixe a, alors a est un point fixe isolé de (j>(x) ayant les mêmes indices comme point fixe de <t>(x) et comme point fixe de a + X(x a). PROPRIéTé 6.2. F n'est pas vide, si i(f) ^ 0. PROPRIéTé 6.3. Si F est la réunion d'un nombre fini de compacts F a, deux à deux sans point commun, alors i(f) = y] a i(f a ). 2 \(y) est linéaire homogène; il existe un voisinage F de 0 tel que, si e est un nombre réel tendant vers 0, le transformé par _1 [0(rc) a \(x a)] du voisinage de a d'ordre ev tende vers 0.

4 POINTS FIXES ET APPLICATIONS EN ANALYSE 205 PROPRIéTé 6.4. Soient deux espaces Xi et X 2, une partie ouverte Gi de Xi, un domaine D 2 de X 2, une application complètement continue 0I(.TI, x 2 ) de Xi + X2 dans Xi et une application complètement continue <j>(x 2 ) de X 2 en lui-même. Supposons x\ T* <t>i(xi, x 2 ) pour xi G 1, x 2 G D 2 ; x 2 =é <l>(x 2 ) pour x 2 G t> 2 ; soit i Vindice des points fixes Xi + x 2 G 6?i + D 2 de <j>\(xi, x 2 ) + <j> 2 (x 2 ) ; soit ii l'indice des points fixes xi G Gi defa (x%, x 2 ), quand x 2 G D 2 ; soit i 2 l'indice des points fixes $2 G D 2 de (j> 2 (x 2 ). On a i = iv Ì2. Ces propriétés de l'indice permettent de prouver des théorèmes d'existence (d'après la propriété 6,2, il existe au moins un point fixe quand l'indice de l'ensemble des points fixes diffère de zéro; les propriétés 6.1 et 6.3 permettent de déterminer l'indice de l'ensemble des points fixes) et des théorèmes d'unicité (si l'indice de l'ensemble des points fixes est e = ± 1 et si le corollaire 6.2 et la propriété 9.1 permettent de prouver que chaque point fixe est isolé et a l'indice e, alors il existe un point fixe unique). 7. Le thêroème de Jordan-Brouwer. Soient F et F f deux parties fermées de X, entre lesquelles existe un homêomorphisme x <-> x f ; F et F' décomposent X en le même nombre de domaines, s'il existe un compact contenant toutes les valeurs prises par x x f. (On sait que cette hypothèse est essentielle: la sphère de Hilbert F: xl + x\ = 1 décompose l'espace en deux domaines; on peut l'appliquer isométriquement sur F f : x± = 0, x\ + #3 + = 1, dont le complémentaire constitue un seul domaine. PREUVE. Soient D\ et D M les domaines en lesquels F et F' décomposent X. Posons $(x) = x'^ty) = x; ona^$(«) = x et ^f(x f ) = œ'; d'après la propriété 5.4 les matrices d (<ï>, D\, D^) et d ($r, D M, Dx) sont inverses l'une de l'autre; elles sont donc carrées. On prouve de même : 8. L'invariance du domaine. L'image $(D) d'un domaine D par un homêomorphisme $>(x) est un domaine si $(x) x est complètement continue (hypothèse essentielle). 9. Les équations linéaires. Soit \(x) une application linéaire et homogène de X en lui-même, qui soit complètement continue sur un voisinage de l'origine convenablement choisi; soit p un nombre réel; soit A p (x) = x pk(x) t L'invariance du domaine a pour conséquence immédiate l'alternative de Fredholm: ou bien A p (x) a d'autres zéros que x = 0; ou bien A p (x) applique X sur lui-même. Il est aisé [8], en simplifiant des raisonnements de F. Riesz [12], d'en déduire les autres théorèmes de Fredholm. D'où:

5 206 JEAN LERAY PROPRIéTé 9.1. Soit n p la dimension de l'espace vectoriel constitué par les zéros de A p (x), Ap(A p (ao), ; soit n = X)O<P<I n p ; si x = 0 est le seul point fixe de X(#)> son indice est ( 1)". En particulier cet indice est le signe, pour p = 1, de la déterminante de Fredholm, si \(x) est une application du type de Fredholm: x(s) -> / K(s, t)x(t) dt. 10. Les classes de points fixes. Le procédé de Nielsen [10] et Wecken [17] permet de classer les points fixes de <j>(x) contenus dans G: les points fixes x\ et x 2 sont placés dans une même classe quand on peut les joindre par un chemin l tel que l et $(1) appartiennent à G et soient homotopes dans G. Chaque classe constitue évidemment un ensemble isolé de points fixes; donc son indice est défini et reste constant quand <ß(x) et G varient continûment, en sorte qu'aucun point fixe n'appartienne jamais à G. III. LES POINTS FIXES D'UNE APPLICATION CONTINUE D'UN COMPACT 11. Soit %(x) une application continue en lui-même d'un espace compact O; supposons que G soit un rétracte d'une partie ouverte G d'un espace vectoriel à voisinages convexes X: il existe une application continue ir(x) de G sur G dont la restriction à C, supposé intérieur à G, est l'identité. Il est clair que les points fixes de %(x) sont ceux de l'application complètement continue 0(#) = ir^(x): les point fixes de %(x) ont un indice possédant les propriétés énoncées au 6. Si X est l'espace de Hilbert, C est un espace LG*; rappelons les deux définitions équivalentes de ces espaces (Lefschetz): ce sont les compacts métrisables et localement connexes pour toutes les dimensions; ce sont les rétractes absolus de voisinages. [7] généralise et complète les résultats précédents: l'indice de l'ensemble des points fixes de (#) est le nombre de Lefschetz de %(x) ; plus généralement i(f) est le nombre de Lefschetz de restrictions convenables de %(x) quand / est l'ensemble des points fixes de %(x) contenus dans une partie ouverte g de C telle que lim 0 W (0) C g. n-*+oo On connaît le théorème de Lefschetz [5]: (x) a, au moins un point fixe quand son nombre de Lefschetz diffère de zéro. Ce théorème est une conséquence de la théorie précédente; mais il s'applique à certains espaces compacts auxquels cette théorie n'a pas été étendue. Le problème est ouvert de savoir si cette théorie est un cas particulier d'une théorie plus générale, applicable à tout espace compact. IV. LES APPLICATIONS DE LA THéORIE DES POINTS FIXES La théorie des points fixes a des applications variées: Équations intégrales non linéaires: [24, Chapitre I], Problème de Dirichlet pour les équations non linéaires, du type elliptique à deux variables indépendantes: [22]. Calcul des variations: [13], [22].

6 POINTS FIXES ET APPLICATIONS EN ANALYSE 207 Problème de Dirichlet posé par la théorie des fluides visqueux: [24, Chapitres ii, m]. Équations linéaires, du type elliptique, à conditions aux limites non linéaires: [20]. Problèmes de représentation conforme du type d'helmholtz posés par les écoulements de fluides parfaits avec jets ou sillages: [21], [23], [25], Problèmes posés par les écoulements des fluides parfaits et compressibles: [18], [19]. BIBLIOGRAPHIE La théorie des points fixes: 1. G. D. BIRKHOFF et O. D. KELLOGG, Invariant points in function space, Trans. Amer. Math. Soc. t. 23 (1922) pp L. E. J. BROUWER, Über Abbildungen von Mannigfaltigkeiten, Math. Ann. t. 71 (1912) pp , Beweis der Invarianz des n-dimensionalen Gebiets, Math. Ann. t. 71 (1912) pp T. H. HILDEBRANDT et L. M. GRAVES, Implicit functions and their differentials in general analysis, Trans. Amer. Math. Soc. t. 29 (1927) pp , I. FREDHOLM, Sur une classe d'équations fonctionelles, Acta Math. t. 27 (1903) pp S. LEFSCHETZ, Algebraic topology, Amer. Math. Soc. Colloquium Publications, vol. 27, New York, 1942, Chap. VIII, 5 et 6, pp J. LERAY et J. SCHAUDER, Topologie et équations fonctionnelles, Ann. École Norm» t. 51 (1934) pp J. LERAY, Topologie des espaces de Banach, C. R. Acad. Soi. Paris t. 200 (1935) pp J. LERAY, Sur les équations et les transformations, Journal de Mathématiques t. 24 (1945) pp , Valeurs propres et vecteurs propres d'un endomorphisme complètement continu d'un espace vectoriel à voisinages convexes, Acta Univ. Szeged, t. 12 (1950) pp , Théorie des équations dans les espaces vectoriels à voisinages convexes (à paraître; professé au Collège de France en ). 10. J. NIELSEN, Untersuchungen zur Topologie der geschlossenen zweiseitigen Flächen I, Acta Math. t. 50 (1927) pp U.E. PICARD, Traité d'analyse, t. 3, Chap. V. 12. F. RIESZ, Über lineare Funktionalgleichungen, Acta Math. t. 41 (1918) pp E. ROTHE, Über Abbildungsklassen von Kugeln des Hilbertschen Raumes, Compositio Math. t. 4 (1937) pp , Zur Theorie der topologischen Ordnung und der Vektorfelder in Banachschen Räumen, Compositio Math. t. 5 (1937) pp , Über den Abbildungsgrad bei Abblidungen von Kugeln des Hilbertschen Raumes, Compositio Math. t. 5 (1937) pp , The theory of topological order in some linear topological spaces, Iowa State College Journal of Science t. 13 (1939) pp , Gradient mappings and extrema in Banach spaces, Duke Math. J. t. 15 (1948) pp , Gradient mappings in Hilbert spaces, Ann. of Math. t. 47 (1946) pp , Completely continuous scalar and variational methods, Ann. of Math, t. 49 (1948) pp

7 208 JEAN LERAY 14. J. SCHAUDER, Der Fixpünktsatz in Funktionalräumen, Studia Mathematica t. 2 (1930) pp , Über den Zusammenhang zwischen der Eindeutigkeit und Lösbarkeit partieller Differentialgleichungen zweiter Ordnung von elliptischen Typus, Math. Ann. t. 106 (1932) pp E. SCHMIDT, Über die Auflösung der nichtlinearen Integralgleichungen und die Verzweigung ihrer Lösungen, Math. Ann. t. 65 (1908) pp A. TYCHONOFF, Ein Fixpunktsatz, Math. Ann. t. 111 (1935) pp F. WEGKEN", Fixpunktklassen, Math. Ann. t. 117 (1941) pp ; t. 118 (1943) pp , Les applications de la théorie des points fixes: 18. L. BERS, An existence theorem in two-dimensional gas dynamics, à paraître. 19. C. JACOB, Sur l'écoulement lent d'un fluide parfait, compressible, autour d'un obstaclecirculaire, Mathematica t. 17 (1941) pp , Sur les mouvements lents des fluides parfaits compressibles, Portugaliae Mathematica t. 1 (1939) pp , , Thèse (Paris), Mathematica t. 11 (1935) pp , 22 à J. KRAVTGHENKO, Thèse (Paris), Journal de Mathématiques t. 21 (1942). 22. J. LERAY, Discussion d'un problème de Dirichlet, Journal de Mathématiques t. 18 (1939) pp , Les problèmes de représentation conforme de Helmholtz, Comment. Math. Helv. t. 8 (1935) pp , Théorie des sillages et des proues, Comment. Math. Helv. t. 8 (1935) pp , Thèse, Journal de Mathématiques t. 12 (1933) pp ~ 25. J. LERAY et A. WEINSTEIN, Sur un problème de représentation conforme posé par la théorie de Helmholtz, C. R. Acad. Sci. Paris t. 198 (1934) pp COLLèGE DE FRANCE, PARIS, FRANCE.

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES Pour le Jeudi 14 Octobre 2010 NOTATIONS Soit V un espace vectoriel réel ; l'espace vectoriel des endomorphismes de l'espace vectoriel V est désigné par L(V ). Soit f un endomorphisme de l'espace vectoriel

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Introduction à la Topologie

Introduction à la Topologie Introduction à la Topologie Licence de Mathématiques Université de Rennes 1 Francis Nier Dragoş Iftimie 2 3 Introduction Ce cours s adresse à des étudiants de Licence en mathématiques. Il a pour objectif

Plus en détail

Compacité faible et Axiome du Choix Séminaire ERMIT

Compacité faible et Axiome du Choix Séminaire ERMIT Compacité faible et Axiome du Choix Séminaire ERMIT Marianne Morillon 12 et 19 février 2007 Questions Etant donné un espace normé E, on note par défaut. sa norme, B E sa boule unité large: B E := {x E

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Albert Cohen Dans ce cours, on s intéresse à l approximation numérique d équations aux dérivées partielles linéaires qui admettent une formulation

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q 1 Codes linéaires Un code de longueur n est une partie de F n q. Un code linéaire C de longueur n sur le corps ni F q est un sous-espace vectoriel de F n q. Par défaut, un code sera supposé linéaire. La

Plus en détail

On ne peut pas entendre la forme d un tambour

On ne peut pas entendre la forme d un tambour On ne peut pas entendre la forme d un tambour Pierre Bérard Institut Fourier Laboratoire de Mathématiques Unité Mixte de Recherche 5582 CNRS UJF Université Joseph Fourier, Grenoble 1 Introduction 1.1 Position

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939)

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) Par Boris Gourévitch "L'univers de Pi" http://go.to/pi314 sai1042@ensai.fr Alors ça, c'est fort... Tranches de vie Autour de Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) est transcendant!!! Carl Louis

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

Opérateurs non-bornés

Opérateurs non-bornés Master Mathématiques Analyse spectrale Chapitre 4. Opérateurs non-bornés 1 Domaine, graphe et fermeture Soit H un espace de Hilbert. On rappelle que H H est l espace de Hilbert H H muni du produit scalaire

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Sur certaines séries entières particulières

Sur certaines séries entières particulières ACTA ARITHMETICA XCII. 2) Sur certaines séries entières particulières par Hubert Delange Orsay). Introduction. Dans un exposé à la Conférence Internationale de Théorie des Nombres organisée à Zakopane

Plus en détail

Une borne supérieure pour l entropie topologique d une application rationnelle

Une borne supérieure pour l entropie topologique d une application rationnelle Annals of Mathematics, 161 (2005), 1637 1644 Une borne supérieure pour l entropie topologique d une application rationnelle By Tien-Cuong Dinh and Nessim Sibony Abstract Let be a complex projective manifold

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires 2MA01-Licence de Mathématiques Espaces vectoriels Exercice 1 Soit E un espace vectoriel. Pour x, y E et λ, µ K, montrer

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Séminaire BOURBAKI Novembre 2003 56ème année, 2003-2004, n o 924. LA CONJECTURE DE GREEN GÉNÉRIQUE [d après C. Voisin] par Arnaud BEAUVILLE

Séminaire BOURBAKI Novembre 2003 56ème année, 2003-2004, n o 924. LA CONJECTURE DE GREEN GÉNÉRIQUE [d après C. Voisin] par Arnaud BEAUVILLE Séminaire BOURBAKI Novembre 2003 56ème année, 2003-2004, n o 924 LA CONJECTURE DE GREEN GÉNÉRIQUE [d après C. Voisin] par Arnaud BEAUVILLE 1. Énoncé de la conjecture La conjecture de Green est une vaste

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

La programmation linéaire : une introduction. Qu est-ce qu un programme linéaire? Terminologie. Écriture mathématique

La programmation linéaire : une introduction. Qu est-ce qu un programme linéaire? Terminologie. Écriture mathématique La programmation linéaire : une introduction Qu est-ce qu un programme linéaire? Qu est-ce qu un programme linéaire? Exemples : allocation de ressources problème de recouvrement Hypothèses de la programmation

Plus en détail

SUR CERTAINES ÉQUATIONS FONCTIONNELLES. Ingénieur diplômé de l'école Supérieure d'électricité (Paris), Alexandrie,

SUR CERTAINES ÉQUATIONS FONCTIONNELLES. Ingénieur diplômé de l'école Supérieure d'électricité (Paris), Alexandrie, SUR CERTAINES ÉQUATIONS FONCTIONNELLES PAR M. JACQUES TOUCHARD, Ingénieur diplômé de l'école Supérieure d'électricité (Paris), Alexandrie, Egypte. Je me propose d'indiquer certaines équations fonctionnelles,

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels.

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay Exo7 Sujets de l année 28-29 1 Partiel Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. On suppose a + c = b + d = 1 et a b 1. ( ) a b c d 1. Soient (x 1,x

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples

Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples Franck LESIEUR Mathématiques et Applications, Physique Mathématique d Orléans UMR 6628 - BP 6759 45067 ORLEANS CEDEX 2 - FRANCE e-mail

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul dierentiel 2

CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul dierentiel 2 CNAM UE MVA 210 Ph. Duran Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul ierentiel 2 Jeui 26 octobre 2006 1 Formes iérentielles e egrés 1 Dès l'introuction es bases u calcul iérentiel, nous avons mis en

Plus en détail

Master de Recherche première année. Programme de cours 2008-2011

Master de Recherche première année. Programme de cours 2008-2011 Master de Recherche première année Mention : Mathématiques et Applications Spécialité : Mathématiques fondamentales et appliquées Responsable : Xue Ping WANG Programme de cours 2008-2011 Module M1 : Analyse

Plus en détail

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercice 1 On considére le sous-espace vectoriel F de R formé des solutions du système suivant : x1 x 2 x 3 + 2x = 0 E 1 x 1 + 2x 2 + x 3

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Séries de Fourier. T f (x) exp 2iπn x T dx, n Z. T/2 f (x) cos ( ) f (x) dx a n (f) = 2 T. f (x) cos 2πn x )

Séries de Fourier. T f (x) exp 2iπn x T dx, n Z. T/2 f (x) cos ( ) f (x) dx a n (f) = 2 T. f (x) cos 2πn x ) Séries de Fourier Les séries de Fourier constituent un outil fondamental de la théorie du signal. Il donne lieu à des prolongements et des extensions nombreux. Les séries de Fourier permettent à la fois

Plus en détail

Les relations de Plücker

Les relations de Plücker Université Claude Bernard LYON 1 Préparation à l'agrégation de Mathématiques Les relations de Plücker Michel CRETIN On montre que l'ensemble des sous-espaces vectoriels de dimension r de K n est la sous-variété

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t 3.La méthode de Dirichlet 99 11 Le théorème de Dirichlet 3.La méthode de Dirichlet Lorsque Dirichlet, au début des années 180, découvre les travaux de Fourier, il cherche à les justifier par des méthodes

Plus en détail

Maîtrise universitaire ès sciences en mathématiques 2012-2013

Maîtrise universitaire ès sciences en mathématiques 2012-2013 1 / 6 Remarques liminaires : Ce master à (3 semestres) permet 2 orientations distinctes : - Un master général : "Mathématiques, Systèmes dynamiques et phénomènes d'évolution" - Un master qui permet de

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Fausto Errico Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2012 Table des matières

Plus en détail

Probabilités. I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : ShotGun. 1- Définitions :

Probabilités. I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : ShotGun. 1- Définitions : Probabilités I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : 1- Définitions : Ω : Ensemble dont les points w sont les résultats possibles de l expérience Des évènements A parties de Ω appartiennent à A une

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Cours d Analyse 3 Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse 3 Fonctions de plusieurs variables Université Claude Bernard, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Santé 43, boulevard 11 novembre 1918 Spécialité Mathématiques 69622 Villeurbanne cedex, France L. Pujo-Menjouet pujo@math.univ-lyon1.fr

Plus en détail

De la composition de taux à l'espace vectoriel des taux

De la composition de taux à l'espace vectoriel des taux De la composition de taux à l'espace vectoriel des taux Marcel Délèze, Collège du Sud, 630 Bulle Dans la majorité des livres scolaires, les chapitres consacrés à l'utilisation des taux font intensément

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

MASTER MENTION MATHEMATIQUES. Objectifs et programme

MASTER MENTION MATHEMATIQUES. Objectifs et programme MASTER MENTION MATHEMATIQUES Objectifs et programme Responsable de la formation : Jörg Wildeshaus Secrétariat Bureau D 203 Tél. : 01 49 40 44 58 master-math@galilee.univ-paris13.fr Institut Galilée 99

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions Formes quadratiques Imen BHOURI 1 Ce cours s adresse aux étudiants de niveau deuxième année de Licence et à ceux qui préparent le capes. Il combine d une façon indissociable l étude des concepts bilinéaires

Plus en détail

CALCULATRICE AUTORISEE

CALCULATRICE AUTORISEE Lycée F. MISTRAL AVIGNON BAC BLANC 2012 Epreuve de MATHEMATIQUES Série S CALCULATRICE AUTORISEE DUREE : 4 heures Dès que le sujet vous est remis, assurez-vous qu il est complet Ce sujet comporte 3 pages

Plus en détail

Modèles bi-dimensionnels de coques linéairement élastiques: Estimations de l écart entre leurs solutions.

Modèles bi-dimensionnels de coques linéairement élastiques: Estimations de l écart entre leurs solutions. Problèmes mathématiques de la mécanique/mathematical problems in Mechanics Modèles bi-dimensionnels de coques linéairement élastiques: Estimations de l écart entre leurs solutions. Cristinel Mardare Laboratoire

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Jusqu'à présent. Au programme. Cardinalité Ensembles nis Ensembles dénombrables. Relations Opérations Relations. Conclusions. Nous avons déjà abordé

Jusqu'à présent. Au programme. Cardinalité Ensembles nis Ensembles dénombrables. Relations Opérations Relations. Conclusions. Nous avons déjà abordé Jusqu'à présent Nous avons déjà abordé Vers l'inni David Teller 23/01/2007 Les ensembles Le regroupement de valeurs caractérisées par des critères. Informatique Types. Physique Unités. Logique Domaines.

Plus en détail

2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert

2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert 2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert 2. Opérateurs non bornés: définitions et propriétés élémentaires Soit H un espace de Hilbert et A un opérateur dans H, c est-à-dire, une application linéaire

Plus en détail

Théorèmes du Point Fixe et Applications aux Equations Diérentielles

Théorèmes du Point Fixe et Applications aux Equations Diérentielles Université de Nice-Sophia Antipolis Mémoire de Master 1 de Mathématiques Année 2006-2007 Théorèmes du Point Fixe et Applications aux Equations Diérentielles Auteurs : Clémence MINAZZO - Kelsey RIDER Responsable

Plus en détail

Introduction à la Statistique Inférentielle

Introduction à la Statistique Inférentielle UNIVERSITE MOHAMMED V-AGDAL SCIENCES FACULTE DES DEPARTEMENT DE MATHEMATIQUES SMI semestre 4 : Probabilités - Statistique Introduction à la Statistique Inférentielle Prinemps 2013 0 INTRODUCTION La statistique

Plus en détail

E3A PC 2009 Math A. questions de cours. t C). On véri e que

E3A PC 2009 Math A. questions de cours. t C). On véri e que E3A PC 29 Math A questions de cours. Soit C 2 M 3 (R) Analyse : Si C = S + A, S 2 S 3 (R) et A 2 A 3 (R) alors t C = t S + t A = S A d où S = 2 (C +t C) et A = 2 (C t C). L analyse assure l unicité (sous

Plus en détail

Les travaux doivent être remis sous forme papier.

Les travaux doivent être remis sous forme papier. Physique mathématique II Calendrier: Date Pondération/note nale Matériel couvert ExercicesSérie 1 : 25 septembre 2014 5% RH&B: Ch. 3 ExercicesSérie 2 : 23 octobre 2014 5% RH&B: Ch. 12-13 Examen 1 : 24

Plus en détail

Retournement Temporel

Retournement Temporel Retournement Temporel Rédigé par: HENG Sokly Encadrés par: Bernard ROUSSELET & Stéphane JUNCA 2 juin 28 Remerciements Je tiens tout d'abord à remercier mes responsables de mémoire, M.Bernard ROUSSELET

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET TOUT E QU IL FUT SVOIR POUR LE REVET NUMERIQUE / FONTIONS eci n est qu un rappel de tout ce qu il faut savoir en maths pour le brevet. I- Opérations sur les nombres et les fractions : Les priorités par

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

Master of Science en mathématiques 2013-2014

Master of Science en mathématiques 2013-2014 Remarques liminaires : 1 Ce master à (3 semestres) permet 2 orientations distinctes : 1) Un master général en mathématiques 2) Un master qui permet de choisir des mineurs en finance, statistique, informatique

Plus en détail

Vision par Ordinateur

Vision par Ordinateur Vision par Ordinateur James L. Crowley DEA IVR Premier Bimestre 2005/2006 Séance 6 23 novembre 2005 Détection et Description de Contraste Plan de la Séance : Description de Contraste...2 Le Détecteur de

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail