Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff"

Transcription

1 Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff Lingmin LIAO Travaux en collaboration avec Yann Bugeaud, Dong Han Kim et Micha l Rams Université Paris-Est Créteil Séminaire de Probabilités et Théorie Ergodique LAMFA, Université de Picardie Jules Verne 20/01/2015 Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 1/33

2 Plan 1 Problèmes 2 Approximation uniforme liée aux rotations irrationnelles (avec Kim) 3 Approximation uniforme liée aux β-développements (avec Bugeaud) 4 Approximation uniforme liée aux puissances des nombres réels (avec Bugeaud et Rams) 5 Démonstrations sur les puissances des nombres Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 2/33

3 Problèmes Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 3/33

4 I. Dirichlet Notons la distance plus proche à l entier. Théorème de Dirichlet Uniforme (1842) : Soient θ, Q deux nombres réels avec Q > 1. Il existe un entier n tel que 1 n Q, et nθ < Q 1. Autrement dit, θ : Q > 1, nθ < Q 1 a une solution 1 n Q } = R. Théorème de Dirichlet Asymptotique (Corollaire) : Pour tout réel θ, il existe une infinité de nombres entiers n tel que nθ < n 1. Autrement dit, θ : nθ < n 1 pour une infinité de n } = R. Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 4/33

5 II. Approximation à grande vitesse Pour w > 1, quelle est la taille de l ensemble L w := θ : nθ < n w pour une infinité de n }? Lemme de Borel-Cantelli : si w > 1, il est de mesure de Lebesgue 0. Jarník 1929, Besicovith 1934 : Pour w > 1, dim H (L w ) = dim H θ : nθ < n w i.o. n } = 2/(w + 1). Parallèlement, on pourra aussi travailler sur l ensemble U w := θ : Q > 1, nθ < Q w a une solution 1 n Q }. Khintchine 1926 : Pour tout w > 1, U w est vide. Preuve : Théorie de fraction continue. Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 5/33

6 III. Avec un terme non-homogène? Levesley 1998 : pour tout θ R \ Q, w 1, posons L w (y) :=θ : nθ y < n w pour une infinité de n}. Alors dim H (L w (y)) = 2/(w + 1). Question ouverte : Fixons un terme non-homogène y. Quelle est la dimension de Hausdorff de l ensemble U w (y) := θ : Q 1, nθ y < Q w a une solution 1 n Q }? Remarque : } y + p U w (y) \ : n N, p Z L w (y). n Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 6/33

7 IV. Problèmes sur les termes non-homogènes Bugeaud 2003, Troubetzkoy-Schmeling 2003 : Pour tout θ R \ Q, w 1, posons L w [θ] :=y : nθ y < n w pour une infinité de n}. Alors dim H (L w [θ]) = 1/w. Question de Bugeaud and Laurent 2005 : pour un irrationnel θ fixé, quelle est la dimension de Hausdorff de l ensemble U w [θ] := y : Q 1, nθ y < Q w a une solution 1 n Q }. Remarque : U w [θ] \ nθ : n N} L w [θ]. Réponse de Kim et L : la deuxième partie de cet exposé. Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 7/33

8 V. Un peu de dynamique? Soit T θ la rotation sur R/Z définie par T θ (x) := x + θ mod 1. Alors U w := θ : N 1, T n θ (0) 0 < N w a une solution 1 n N}, U w (y) := θ : N 1, T n θ (0) y < N w a une solution 1 n N}, U w [θ] := y : N 1, T n θ (0) y < N w a une solution 1 n N}. En général, considérons une famille de transformations T θ } θ Θ (Θ R) sur un espace métrique (X, d) (par exemple, β-transformations). Soit r n une suite positive décroissant vers 0 (par exemple, r n = β nv, avec v > 0). Fixons x, y X, nous étudions les ensembles suivants : U(x, y) := θ Θ : N 1, d(t n θ x, y) < r N a une solution 1 n N}. U(θ, x) := y X : N 1, d(t n θ x, y) < r N a une solution 1 n N}. Appr. Asymp : Boshernitzan, Chazottes, Fayad, Hill-Velani... Pour la β-transformation T β, l appr. asymp. a été étudié par : Persson-Schmeling 2008, Shen-Wang 2013, Li-Persson-Wang-Wu 2014, et l appr. unif. par : Bugeaud et L, (La 3 partie de cet exposé). Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 8/33

9 VI. Relation avec le temps d atteinte Soit (T θ ) θ Θ (Θ R) une famille de systèmes sur un espace métrique (X, d). Definissons et R θ (x, y) := lim inf r 0 Alors (fixant x, y X), on a τr θ (x, y) = infn : Tθ n x B(y, r)}, log τr θ (x, y), R θ (x, y) := lim sup log r r 0 log τr θ (x, y). log r L w = θ : d(t n θ x, y) < n w i.o.} θ : R θ (x, y) 1/w}, U w = θ : N 1, 1 n N, d(t n θ x, y) < N w } θ : R θ (x, y) 1/w}. D où, U w est (presque) plus petit que L w. On aura la même chose si on fixe (θ, x) ou (θ, y). Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 9/33

10 VII. Problèmes sur les puissances des nombres réels Fixons y R et b > 1, on s intéresse aux ensembles et U(y, b) := L(y, b) := x > 1 : x n y < b n pour une infinité de n}, } x > 1 : N 1, x n y b N a une solution 1 n N. Dimension de Hausdorff de L(y, b) : Pollington 1980, Bugeaud Moshchevitin 2012, Kahane Dimension de Hausdorff de U(y, b) : Bugeaud L Rams (la quatrième partie de cet exposé). Question : Fixons x > 1 et b > 1. Quelles sont les dimensions de L(x, b) := y : x n y < b n pour une infinité de n}, } U(x, b) := y : N 1, x n y b N a une solution 1 n N? Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 10/33

11 Approximation uniforme liées aux rotations irrationnelles (avec Kim) Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 11/33

12 I. Dimension de U w [θ] := y : Q 1, 1 n Q, nθ y < Q w } Pour θ Q c, posons w(θ) := supβ > 0 : lim inf j j β jθ = 0}. Theorem (L, D.H. Kim) Soit θ un irrationnel avec w(θ) 1. Alors dim H (U w [θ]) est égale à 1, w < 1 w(θ), log( k 1 j=1 lim (n1/w j n j θ ) n 1/w+1 k ) 1 k log(n k n k θ 1, ) w(θ) < w < 1, log( k 1 j=1 lim n j n j θ 1/w ) k log(n k n k θ 1, 1 < w < w(θ), ) 0, w > w(θ). où n k est la sous-suite (maximale) de (q k ) telle que n 1/w k n k θ < 1, if 1/w(θ) < w < 1, n k n k θ 1/w < 2, if 1 < w < w(θ). Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 12/33

13 II. Graphes et comparaison 1 2 w w w 0 w 0 1/w case 1 : w 0 = w(θ) > case 2 : w(θ) = 1 1/w Remarque : pour les nombres de Liouville (w(θ) = ) : dim H (U w [θ]) = 0 w 1. Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 13/33

14 III. Exemples (i) Soit θ un irrationnel avec w(θ) = w 0 > 1 et q k+1 > q w0 k pour tout k. Alors pour chaque 1/w 0 < 1/w < w 0, on a dim H (U w [θ]) = w 0 w ( 1 w 1 w 0 (ii) Soit θ un irrationnel avec w(θ) = w 0 > 1. Supposons que la sous-suite k i } telle que q ki+1 > q w0 k i vérifie : a n+1 = 1 for n k i and > (q ki ) 2i. Alors, on a q ki+1 dim H (U w [θ]) = ). 1 ( 1 w 0+1 w + 1), for 1 1/w < w 0 0, for 1/w < 1. Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 14/33

15 IV. Exemples-continu (iii) Soit θ = 5 1 2, qui a quotients partiels : a k = 1 pour tout k. Alors w(θ) = 1, et U w [θ] = T pour w = 1. D où, 1, 1/w 1, dim H (U w [θ]) = 0 1/w < 1. (iv) Soit θ un irrationnel avec quotients partiels a k = k pour tout k. Alors w(θ) = 1 et 1, 1/w > 1, 1 dim H (U w [θ]) = 2, 1/w = 1, 0 1/w < 1. Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 15/33

16 V. Liens avec les dynamiques sur espaces homogènes Theorem (Y. Cheung (Ann. Math 2011)) L ensemble (θ 1, θ 2 ) : δ > 0, Q 1, 1 n Q, max nθ 1, nθ 2 } < δ a pour la dimension de Hausdorff 4/3. Remarque : L ensemble est appelé l ensemble des points singuliers. Posons G = SL 3 R, Γ = SL 3 Z. Pour t > 0, x = (x 1, x 2 ), posons e t x 1 g t = 0 e t 0, h x = 0 1 x e 2t Le vecteur x est singulier ssi (g t h x Γ) t 0 est une trajectoire divergente du flot homogène sur G/Γ induit par g t. Généralisation à dimension d : Cheung et Chevallier 2014, arxiv. Q 1 2 }. Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 16/33

17 Approximation uniforme liée aux β-développements (avec Bugeaud) Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 17/33

18 I. β-transformation Rényi : β-transformation T β : [0, 1) [0, 1) est définie par Posons T β (x) := βx βx. d β,1 (x) = βx, d β,n (x) = d β,1 (T n 1 β (x)) for n 1. Alors x = βx β + T βx β = d β,1 β + d β,2 β 2 + d β,3 β 3 +. Suite d β (x) = d β,1 (x)d β,2 (x) β-développement de x. Développement de 1 : sera obtenu par le prolongement : T β (1) = β β. Exemple : β = , 1 = 1 β + 1 β β β 4 +. développement de 1 = 110 = Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 18/33

19 II. Suite admissible de Parry et β-shift Une suite a 1 a 2 est appelée admissible si x (0, 1], d β (x) = a 1 a 2. Ordre lexicographique : a 1 a 2 b 1 b 2 si et seulement si k 1, a i = b i pour i < k et a k < b k. Notons a 1 a 2 b 1 b 2, si a 1 a 2 b 1 b 2 ou a 1 a 2 = b 1 b 2. Le β-shift S β sur l alphabet 0, 1,..., β } est l adhérence de l ensemble des suites admissibles. Theorem (Parry 1960) Une suite a 1 a 2 est admissible si et seulement si pour tout n 1 a n a n+1 d β(1). Une suite a 1 a 2 est dans S β si et seulement si pour tout n 1 a n a n+1 d β(1). Ici d β (1) := lim x 1 d β (x) est le β-développement infinie de 1. Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 19/33

20 III. Approximation uniforme sur β-développement x [0, 1], β > 1 un nombre réel. Définissons } v β (x) := sup v 0; Tβ n (x) < (β n ) v pour une infinité de n } ˆv β (x) := sup ˆv 0; N 1, Tβ n (x) < (β N ) ˆv a une solution 1 n N. Théorème (Bugeaud-L) Soit β > 1 un nombre réel. Soient θ et ˆv deux nombre réels positifs avec ˆv < 1 et θ 1/(1 ˆv), alors dim(x : ˆv β (x) = ˆv} x : v β (x) = θˆv}) = De plus, dim(x : ˆv β (x) = 1}) = 0, et dimx : ˆv β (x) ˆv} = dimx : ˆv β (x) = ˆv} = θ 1 θˆv (1 + θˆv)(θ 1). ( 1 ˆv ) ˆv Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 20/33

21 IV. Approximation uniforme sur β-développement Théorème (Bugeaud-L) Soient θ et ˆv deux nombre réels positifs avec ˆv < 1 et θ 1/(1 ˆv), alors dim(β > 1 : ˆv β (1) = ˆv} β > 1 : v β (1) = θˆv}) = De plus, dim(β > 1 : ˆv β (1) = 1}) = 0, et dimβ > 1 : ˆv β (1) ˆv} = Remarques : Shen-Wang 2013 : Persson-Schmeling 2008 : ( 1 ˆv ) ˆv dimx [0, 1] : v β (x) v} = v. dimβ > 1 : v β (1) v} = v. θ 1 θˆv (1 + θˆv)(θ 1). Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 21/33

22 Approximation uniforme liée aux puissances des nombres réels (avec Bugeaud et Rams) Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 22/33

23 I. Distribution des puissances modulo 1 Notons } la partie fractionnaire d un nombre réel. Weyl 1916 : Soit x > 1 un nombre réel. Alors pour presque tout réel ξ, la suite ξx n } est équidistribuée. Koksma 1935 : Soit ξ 0 un réel. Alors pour presque tout réel x > 1, la suite ξx n } est équidistribuée. Ensemble exceptionnel : Pollington 1979 : Soit x > 1 un nombre réel. L ensemble des nombres ξ tels que ξx n } n est pas dense (donc n est pas équidistribuée), a pour dimension de Hausdorff 1. Pollington 1980 : Soit ξ 0 un réel. Pour tout δ > 0, l ensemble } x > 1 : ξx n } [0, δ] pour tout n 1 a pour dimension de Hausdorff 1. D où, l ensemble des nombres x > 1 tels que ξx n } n est pas dense (donc n est pas équidistribuée), a pour dimension de Hausdorff 1. Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 23/33

24 II. Distribution des puissances modulo 1 Bugeaud Moshchevitin 2012, Kahane 2014 : Soit (b n ) une suite arbitraire dans [0, 1], et δ > 0. L ensemble } x > 1 : x n b n δ à partir d un certain rang a pour dimension de Hausdorff 1. Question de Kahane : pour X > 1 2ɛ, } dim H 1 < x < X : x n b n δ à partir d un certain rang =? Candidate : log(2δx)/ log X. Remarque : Vijayaraghavan 1948 a démontré que pour tout δ > 0, il y a un nombre infini non dénombrable de nombres réels x > 1, tels que x n δ. Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 24/33

25 III. Approximation asymptotique de x n } Koksma 1945 : Soit (ɛ n ) une suite de réels avec 0 ɛ n 1/2 pour tout n 1. Si ɛ n <, alors pour presque tout x > 1, il existe n 0 (x), tel que x n ɛ n pour tout n n 0 (x). Si (ɛ n ) est croissante et ɛ n =, alors pour presque tout x > 1 x n ɛ n pour une infinité de n. Mahler Szekeres 1967 : pour presque tout x > 1, lim n xn 1/n = 1. Corvaja Zannier 2004 : pour tout nombre algébrique x tel que x m n est pas Pisot pour tout m 1, lim n x n 1/n = 1. Bugeaud Dubickas 2008 : caractérisation complète pour tous les nombres algébriques. Il y a au plus deux points limites pour la suite x n 1/n. Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 25/33

26 IV. Bonne approximation asymptotique de x n } Pour x > 1, posons P (x) := lim inf n x n 1/n. Mahler Szekeres 1967 : P (x) = 0 x est transcendant. Remarquons que pour b > 1, x > 1 : P (x) < 1/b } = x > 1 : x n < b n pour une infinité de n }. Question : Quelle est la taille de x > 1 : P (x) < 1/b }? Bugeaud Dubickas 2008 : Pour tout réel X > 1, et b > 1, dim H 1 < x < X : P (x) < 1/b } = De plus dim H x > 1 : P (x) < 1/b } = 1. log X log(bx). Preuve : principe de transfert de masse (Beresnevich Velani 2006) : Leb(lim sup B(x n, r n )) = 1 H s (lim sup B(x n, r 1/s n )) =. Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 26/33

27 V. Bonne approximation de x n } (continu) Bugeaud L Rams, en préparation : une preuve constructive pour le résultat de Bugeaud Dubickas. Plus général, pour une suite arbitraire (y n ) de réels, dim H 1 < x < X : x n y n < b n pour une infinité de n } = D où, pour une suite (z k ), dim H k=1 Donc, on a aussi dim H log X log(bx). 1 < x < X : x n z k < b n pour une infinité de n } = log X log(bx). k=1 x > 1 : x n z k < b n pour une infinité de n } = 1, et pour A [0, 1], union finie des intervalles dans [0, 1], dim H x > 1 : l ensemble des points limites de x n } = A } = 1. Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 27/33

28 VI. Approximation uniforme Pour x > 1 et y R, définissons P y (x) par ( 1 sup τ 1 : N 1, x n y τ N a une solution 1 n N}). Pour y R, on s intéresse à l approximation uniforme suivante E(y, τ) :=x > 1 : P y (x) < 1/τ} } = x > 1 : N 1, x n y τ N a une solution 1 n N. De plus, on travaille aussi sur E(y, τ, b) := z > 1 : P y (x) < 1/τ} z > 1 : P y (x) < 1/b}, où P y (x) := lim inf n x n y 1/n. Question : dimensions de Hausdorff de E(y, τ) et de E(y, τ, b)? Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 28/33

29 VII. Résultats Théorème (Bugeaud L Rams, en préparation) Supposons b = τ θ avec θ > 1. Alors pour tout y R, ( ) log X θ dim H E(y, τ, b) ]1, X[ θ 1 log τ log X + θ log τ. En maximisant par rapport à θ (θ = 2 log X/(log X log τ)), on a ( ) ( ) 2 log X log τ dim H E(y, τ) ]1, X[. log X + log τ Corollaire (Bugeaud L Rams, en préparation) Pour tout y R, pour tout b τ > 1, dim H E(y, τ, b) = dim H E(y, τ) = 1. Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 29/33

30 Démonstrations sur les puissances des nombres Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 30/33

31 I. Construction du sous-ensemble On va construire un sous-ensemble F de E(X, y, τ, b) := 1 < z < X : z n y < b n pour une infinité de n et N 1, z n y < τ N a une solution 1 n N}. Supposons b = τ θ avec θ > 1. Posons n k = θ k. Considérons les points 1 < z < X tels que [ ] (m z n k y < b n k 1 ) 1 ( m, z + y n k 1 ) 1, m + y + n k b n k b n. k Alors z E(X, y, β, b) = E(X, y, β, τ θ ). Niveau 1 : I n1 (m, y, b) := [(m + y b n1 ) 1/n1, (m + y + b n1 ) 1/n1 ], où m ]1, X n1 [ est un entier. Niveau 2 : pour un intervalle [c, d] au niveau 1, ses fils-intervalles sont I n2 (m, y, b) := [(m + y b n2 ) 1/n2, (m + y + b n2 ) 1/n2 ] avec m [c n2, d n2 ]. Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 31/33

32 II. Compter les nombres et les longueurs Par construction, pour les intervalles fondamentaux contenant z F, on aura chaque intervalle [c k, d k ] au niveau k contient au moins m k (z) = 2n k+1 c n k+1 1 k /n k b n k d n k 1 k sous-intervalles au niveau k + 1. ( z θ 1 b ) θ k la distance entre intervalles au niveau k + 1 contenu dans l intervalle [c k, d k ] au niveau k est au moins ɛ k (z) = (1 2/b n k+1 )/n k+1 d n k+1 1 k ( z θ 1 b ) θ k. Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 32/33

33 III. Dimension locale La dimension locale de z F est minorée par log(m 1 (z) m k 1 (z)) log m k (z)ɛ k (z) (θ 1) log z log b = θk 1 (θ 1) log bz θ k (θ 1) log z log b ε (k) (θ 1) log bz ( (θ 1) log z log b ) k 1 j=1 θk log θ k log bz avec ε (k) 0 lorsque k. En utilisant la relation b = τ θ, on a une borne inférieure de E(X, y, τ, b) : (θ 1) log X log b (θ 1) log bx = log X θ θ 1 log β log X + θ log β. Lingmin LIAO, Université Paris-Est Créteil Approximation diophantienne uniforme et dimension de Hausdorff 33/33

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

VIII Relations d ordre

VIII Relations d ordre VIII Relations d ordre 20 février 2015 Dans tout ce chapitre, E est un ensemble. 1. Relations binaires Définition 1.0.1. On appelle relation binaire sur E tout triplet R = (E, E, Γ) où Γ est une partie

Plus en détail

Meilleures approximations diophantiennes simultanées

Meilleures approximations diophantiennes simultanées Meilleures approximations diophantiennes simultanées Nicolas Chevallier décembre 200 Contents Introduction 2 Meilleures approximations diophantiennes 2 2. Définition et inégalité fondamentale.......................

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Cours de Topologie L3-math

Cours de Topologie L3-math Cours de Topologie L3-math Renaud Leplaideur Année 2014-2015 UBO 2 Table des matières 1 Rappels, préliminaires 5 1.1 Rappels sur les ensembles........................... 5 1.1.1 Formalisme ensembliste.........................

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

COURS COMMUN L1 MI & MIAGE

COURS COMMUN L1 MI & MIAGE COURS COMMUN L MI & MIAGE 5 janvier 03 Table des matières Propriétés du corps des nombres réels 3. A propos du corps des réels R.......................... 3.. Notion de corps..............................

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

Sommaire. Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires... 5. Chapitre 2 Variables aléatoires à densité... 65

Sommaire. Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires... 5. Chapitre 2 Variables aléatoires à densité... 65 Sommaire Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires............... 5 A. Généralités sur les variables aléatoires réelles.................... 6 B. Séries doubles..................................... 9

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Exo7 Topologie générale Exercice 1 1. Rappeler les définitions d une borne supérieure (inférieure) d un ensemble de nombres réels. Si A et B sont deux ensembles

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Théorie des ensembles

Théorie des ensembles Théorie des ensembles Cours de licence d informatique Saint-Etienne 2002/2003 Bruno Deschamps 2 Contents 1 Eléments de théorie des ensembles 3 1.1 Introduction au calcul propositionnel..................

Plus en détail

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR. MAM 3, Polytech Lyon. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR. MAM 3, Polytech Lyon. Ionel Sorin CIUPERCA COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR MAM 3, Polytech Lyon Ionel Sorin CIUPERCA Le cours s adresse en principal à des élèves des écoles d ingénieurs, filière modélisation mathématique. Une partie

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. := {x} := {A X x A} est un

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. := {x} := {A X x A} est un TOPOLOGIE - SÉRIE 1 Exercice 1. Soit f : A B une application. Prouver que (a) A f 1 fa pour tout A A, avec égalité si f est injective; (b) ff 1 B B pour tout B B, avec égalité si f est surjective; Exercice

Plus en détail

Théorie de la mesure. S. Nicolay

Théorie de la mesure. S. Nicolay Théorie de la mesure S. Nicolay Année académique 2011 2012 ii Table des matières Introduction v 1 Mesures 1 1.1 Sigma-algèbres................................. 1 1.2 Mesures.....................................

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Suites : Calcul et comportement asymptotique.

Suites : Calcul et comportement asymptotique. 4 Chapitre 3 Suites : Calcul et comportement asymptotique. 3. Méthodes de définition. Comment définir une suite (u n ) n N de réels? Par l expression de son terme général, Par une formule de récurrence

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

TIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES

TIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES Bulletin de la SOCIÉTÉ MATHÉMATIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES Bernard Host & Alejandro Maass Tome 135 Fascicule 3 2007 SOCIÉTÉ MATHÉMATIQUE DE FRANCE Publié avec le concours du

Plus en détail

Un peu de topologie. Espaces métriques. Documents disponibles sur www.math.polytechnique.fr/ laszlo. Enseignants :

Un peu de topologie. Espaces métriques. Documents disponibles sur www.math.polytechnique.fr/ laszlo. Enseignants : Documents disponibles sur www.math.polytechnique.fr/ laszlo Un peu de topologie Enseignants : F. Golse (golse@math.polytechnique.fr), Y. Laszlo (laszlo@math.polytechnique.fr), C. Viterbo (viterbo@math.polytechnique.fr)

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Mesure et Intégration (Notes de cours de L3)

Mesure et Intégration (Notes de cours de L3) Mesure et Intégration (Notes de cours de L3) Ahmed Zeriahi Version préliminaire-octobre 2011 Avertissement : Ceci est une version préliminaire des notes du cours que l auteur a dispensé en troisème année

Plus en détail

Plan du cours. Espaces métriques. Espaces vectoriels normés

Plan du cours. Espaces métriques. Espaces vectoriels normés L3 Maths, 1 er semestre 20112012 Espaces métriques Plan du cours On suppose connues les propriétés élémentaires des nombres réels et des espaces vectoriels et, uniquement pour les exemples, quelques propriétés

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

Introduction à l Optimisation Numérique

Introduction à l Optimisation Numérique DÉPARTEMENT STPI 3ÈME ANNÉE MIC Introduction à l Optimisation Numérique Frédéric de Gournay & Aude Rondepierre Table des matières Introduction 5 Rappels de topologie dans R n 7 0.1 Ouverts et fermés de

Plus en détail

Algèbres de von Neumann et théorie ergodique des actions de groupes

Algèbres de von Neumann et théorie ergodique des actions de groupes Algèbres de von Neumann et théorie ergodique des actions de groupes Séminaire Tripode, ENS Lyon, Juin 2008. Stefaan Vaes 1/22 Sujet de l exposé 1 Introduction aux relations d équivalence dénombrables,

Plus en détail

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t 3.La méthode de Dirichlet 99 11 Le théorème de Dirichlet 3.La méthode de Dirichlet Lorsque Dirichlet, au début des années 180, découvre les travaux de Fourier, il cherche à les justifier par des méthodes

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail

COMPORTEMENT ASYMPTOTIQUE D UNE FILE D ATTENTE À UN SERVEUR

COMPORTEMENT ASYMPTOTIQUE D UNE FILE D ATTENTE À UN SERVEUR Université Paris VII. Préparation à l Agrégation. (François Delarue) COMPORTEMENT ASYMPTOTIQUE D UNE FILE D ATTENTE À UN SERVEUR Ce texte vise à l étude du temps d attente d un client à la caisse d un

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

Probabilités 5. Simulation de variables aléatoires

Probabilités 5. Simulation de variables aléatoires Probabilités 5. Simulation de variables aléatoires Céline Lacaux École des Mines de Nancy IECL 27 avril 2015 1 / 25 Plan 1 Méthodes de Monte-Carlo 2 3 4 2 / 25 Estimation d intégrales Fiabilité d un système

Plus en détail

Relations binaires sur un ensemble.

Relations binaires sur un ensemble. Math122 Relations binaires sur un ensemble. TABLE DES MATIÈRES Relations binaires sur un ensemble. Relations d équivalence, relation d ordre. Table des matières 0.1 Définition et exemples...................................

Plus en détail

Analyse - Résumés et exercices

Analyse - Résumés et exercices Analyse - Résumés et exercices Georges Skandalis Université Paris Diderot (Paris 7) - IREM Préparation à l Agrégation Interne 6 mars 205 Table des matières Suites de nombres réels. Développement décimal

Plus en détail

Systèmes différentiels. 1 Généralités, existence et unicité des solutions

Systèmes différentiels. 1 Généralités, existence et unicité des solutions Systèmes différentiels Cours de YV, L3 Maths, Dauphine, 2012-2013 Plan du cours. Le cours a pour but de répondre aux questions suivantes : - quand une équation différentielle a-t-elle une unique solution

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Albert Cohen Dans ce cours, on s intéresse à l approximation numérique d équations aux dérivées partielles linéaires qui admettent une formulation

Plus en détail

ANALYSE MATHEMATIQUE. Jean SCHMETS

ANALYSE MATHEMATIQUE. Jean SCHMETS UNIVERSITE DE LIEGE Faculté des Sciences Institut de Mathématique ANALYSE MATHEMATIQUE Introduction aux espaces fonctionnels Notes du cours de la seconde candidature en sciences mathématiques ou en sciences

Plus en détail

Université Joseph Fourier, Grenoble. Suites numériques. Bernard Ycart

Université Joseph Fourier, Grenoble. Suites numériques. Bernard Ycart Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Suites numériques Bernard Ycart Vous savez déjà étudier une suite et calculer sa limite. La nouveauté réside dans la rigueur. La notion de convergence

Plus en détail

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. x f 1 B i f(x) B i x f 1 (B i ). f 1 ( i I B i) = i I f 1 (B i ); en effet. f 1 B i = f 1 B i et f 1 (B \ B ) = A \ f 1 B ; i I

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. x f 1 B i f(x) B i x f 1 (B i ). f 1 ( i I B i) = i I f 1 (B i ); en effet. f 1 B i = f 1 B i et f 1 (B \ B ) = A \ f 1 B ; i I TOPOLOGIE - SÉRIE 1 Exercice 1. Soit f : A B une application. Prouver que (a) A f 1 fa pour tout A A, avec égalité si f est injective; (b) ff 1 B B pour tout B B, avec égalité si f est surjective; Preuve.

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Séminaire TEST. 1 Présentation du sujet. October 18th, 2013

Séminaire TEST. 1 Présentation du sujet. October 18th, 2013 Séminaire ES Andrés SÁNCHEZ PÉREZ October 8th, 03 Présentation du sujet Le problème de régression non-paramétrique se pose de la façon suivante : Supposons que l on dispose de n couples indépendantes de

Plus en détail

Suites et Convergence

Suites et Convergence Suites et Convergence Une suite c est se donner une valeur (sans ambigüité) pour chaque N sauf peutêtre les premiers n. Donc une suite est une fonction : I R où I = N: = N. Notation : On note ( ) I R pour

Plus en détail

Cours d analyse 1 Licence 1er semestre. Guy Laffaille Christian Pauly

Cours d analyse 1 Licence 1er semestre. Guy Laffaille Christian Pauly Cours d analyse 1 Licence 1er semestre Guy Laffaille Christian Pauly janvier 006 Table des matières 1 Les nombres réels et complexes 5 1.1 Nombres rationnels................................... 5 1. Nombres

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

Introduction à la Topologie

Introduction à la Topologie Introduction à la Topologie Licence de Mathématiques Université de Rennes 1 Francis Nier Dragoş Iftimie 2 3 Introduction Ce cours s adresse à des étudiants de Licence en mathématiques. Il a pour objectif

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Introduction à la simulation de Monte Carlo

Introduction à la simulation de Monte Carlo Introduction à la simulation de 6-601-09 Simulation Geneviève Gauthier HEC Montréal e 1 d une I Soit X 1, X,..., X n des variables aléatoires indépendantes et identiquement distribuées. Elles sont obtenues

Plus en détail

M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES

M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES I. Logique. II. Ensemble. III. Relation, fonction, application. IV. Composition, réciprocité. V. Relation d

Plus en détail

THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION

THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION Université Pierre et Marie Curie Licence de Mathématiques Années 2004-2005-2006 LM 363 THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION Cours de P. MAZET Edition 2004-2005-2006 Table des matières Table des matières

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Cours polycopié pour le module Mathématique II

Cours polycopié pour le module Mathématique II Université Paul Sabatier - UFR MIG - Département de Mathématique. Année scolaire 2009/2010. Cours polycopié pour le module Mathématique II Conventions. Dans ce qui suit, les mots en italiques sont ceux

Plus en détail

Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur. Sup Galilée - année 2008-2009

Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur. Sup Galilée - année 2008-2009 Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur Sup Galilée - année 2008-2009 Benoît Merlet Ces notes de cours s adressent aux élèves ayant suivi le cours. Elles contiennent peu d explications. Elles pourront

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Licence MIMP Semestre 1 Math 12A : Fondements de l Analyse 1 http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Septembre 2013 Table des matières Chapitre I. Les nombres réels et les suites numériques 1 1

Plus en détail

Relations binaires. 1 Produits cartésiens et graphes. 2 Relations binaires. 1.1 Produit cartésien E F. 1.2 Graphe dans E F. 2.

Relations binaires. 1 Produits cartésiens et graphes. 2 Relations binaires. 1.1 Produit cartésien E F. 1.2 Graphe dans E F. 2. Relations binaires 1 Produits cartésiens et graphes 1.1 Produit cartésien E F Soient E et F deux ensembles non vides. E F = {(x; y) / x E et y F } Si E = F, E F = E 2 (carré cartésien) Soit (a; b) E F.

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

4 Espaces topologiques vectoriels

4 Espaces topologiques vectoriels 4 Espaces topologiques vectoriels Il existe des exemples importants d espaces vectoriels pour lesquels la notion naturelle de convergence n est pas engendrée par une norme. C est le cas, par exemple, de

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Plan du module. Licence 2 Informatique 2005/2006. 1ère partie - Systèmes relationnels. 2ème partie - Algèbre. 3ème partie - Séries

Plan du module. Licence 2 Informatique 2005/2006. 1ère partie - Systèmes relationnels. 2ème partie - Algèbre. 3ème partie - Séries Informatique 20h cours/30h théorique TD 2 Informatique Systèmes -Informatiquethéorique 2 relationnels 2005/2006 Informatique -Informatiquethéorique Relations 22005/2006 n-aires 2 Informatique 2005/2006

Plus en détail

Sur certaines séries entières particulières

Sur certaines séries entières particulières ACTA ARITHMETICA XCII. 2) Sur certaines séries entières particulières par Hubert Delange Orsay). Introduction. Dans un exposé à la Conférence Internationale de Théorie des Nombres organisée à Zakopane

Plus en détail

Espaces métriques complets. Espaces de Banach

Espaces métriques complets. Espaces de Banach Chapitre 5 Espaces métriques complets. Espaces de Banach La droite réelle est complète, car toute suite numérique de Cauchy converge. Cette propriété n est plus vraie pour le corps des nombres rationneles,

Plus en détail

Les mots de Sturm. Fathi BEN ARIBI 20 décembre 2008

Les mots de Sturm. Fathi BEN ARIBI 20 décembre 2008 Les mots de Sturm Fathi BEN ARIBI 20 décembre 2008 1 Objectifs Dans cette présentation, nous donnerons quelques résultats de combinatoire des mots. Avant tout, il est nécessaire d introduire quelques notations

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Intégrale de Lebesgue

Intégrale de Lebesgue Intégrale de Lebesgue L3 Mathématiques Jean-Christophe Breton Université de Rennes 1 Septembre Décembre 2014 version du 2/12/14 Table des matières 1 Tribus (σ-algèbres) et mesures 1 1.1 Rappels ensemblistes..............................

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

1 Espaces vectoriels normés

1 Espaces vectoriels normés Université Paris 7 Denis Diderot Année 2005/2006 Licence 2 MIAS MI4 1 Espaces vectoriels normés 1.1 Définitions Soit E un espace vectoriel sur R. Topologie des espaces vectoriels de dimension finie Définition

Plus en détail

StatEnAction 2009/10/30 11:26 page 111 #127 CHAPITRE 10. Machines à sous

StatEnAction 2009/10/30 11:26 page 111 #127 CHAPITRE 10. Machines à sous StatEnAction 2009/0/30 :26 page #27 CHAPITRE 0 Machines à sous Résumé. On étudie un problème lié aux jeux de hasard. Il concerne les machines à sous et est appelé problème de prédiction de bandits à deux

Plus en détail

Cours élémentaire d arithmétique. Valentin Vinoles

Cours élémentaire d arithmétique. Valentin Vinoles Cours élémentaire d arithmétique Valentin Vinoles décembre 2009 Introduction «Wir müssen wissen. Wir werden wissen.» (Nous devons savoir. Nous saurons.) David Hilbert Voici un document présentant les principales

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

Le théorème du point xe. Applications

Le théorème du point xe. Applications 49 Le théorème du point xe. Applications 1 Comme dans le titre de cette leçon, le mot théorème est au singulier, on va s'occuper du théorème du point xe de Picard qui a de nombreuses applications. Le cas

Plus en détail

L3 Maths : Cours d Intégration (partie I)

L3 Maths : Cours d Intégration (partie I) L3 Maths : Cours d Intégration (partie I) Noureddine Igbida 1 2012-2013 1. Institut de recherche XLIM, UMR-CNRS 6172, Faculté des Sciences et Techniques, Université de Limoges 123, Avenue Albert Thomas

Plus en détail

Probabilités et Statistiques. Raphaël KRIKORIAN Université Paris 6

Probabilités et Statistiques. Raphaël KRIKORIAN Université Paris 6 Probabilités et Statistiques Raphaël KRIKORIAN Université Paris 6 Année 2005-2006 2 Table des matières 1 Rappels de théorie des ensembles 5 1.1 Opérations sur les ensembles................... 5 1.2 Applications

Plus en détail

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité).

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Lycée Jacques Monod février 05 Exercice : Voici les graphiques des questions. et.. A 4 A Graphique Question. Graphique Question..

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Statistiques et probabilités : Loi Normale. Les I.P.R. et Formateurs de l Académie de LILLE

Statistiques et probabilités : Loi Normale. Les I.P.R. et Formateurs de l Académie de LILLE Statistiques et probabilités : Loi Normale Les I.P.R. et Formateurs de l Académie de LILLE Bulletin officiel spécial 8 du 13 octobre 2011 Cadre général : loi à densité Définition Une fonction f définie

Plus en détail

Analyse. Gaëtan Bisson. bisson@gaati.org

Analyse. Gaëtan Bisson. bisson@gaati.org Analyse Gaëtan Bisson bisson@gaati.org Table des matières Nombres réels 4. Construction........................................ 4. Densité et distance..................................... 6.3 Exercices...........................................

Plus en détail

Mesures gaussiennes et espaces de Fock

Mesures gaussiennes et espaces de Fock Mesures gaussiennes et espaces de Fock Thierry Lévy Peyresq - Juin 2003 Introduction Les mesures gaussiennes et les espaces de Fock sont deux objets qui apparaissent naturellement et peut-être, à première

Plus en détail

Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND. Mathématiques. Analyse. en 30 fiches

Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND. Mathématiques. Analyse. en 30 fiches Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND Mathématiques Analyse en 30 fiches Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND Mathématiques Analyse en 30 fiches Dunod, Paris, 009 ISBN

Plus en détail

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal 19 Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal Dans un premier temps, E est un espace vectoriel réel de dimension n 1. 19.1 Espaces vectoriels euclidiens Dénition 19.1 On dit qu'une forme bilinéaire

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

FONCTION EXPONENTIELLE ( ) 2 = 0.

FONCTION EXPONENTIELLE ( ) 2 = 0. FONCTION EXPONENTIELLE I. Définition Théorème : Il eiste une unique fonction f dérivable sur R telle que f ' = f et f (0) =. Démonstration de l'unicité (eigible BAC) : L'eistence est admise - Démontrons

Plus en détail

Mémoire de Master 2 Recherche. Compactification d espaces de configurations

Mémoire de Master 2 Recherche. Compactification d espaces de configurations Mémoire de Master 2 Recherche Compactification d espaces de configurations Nicolas Martin 14 juin 2013 Encadré par Claude Sabbah Centre de mathématiques Laurent Schwartz École Polytechnique 1 Sommaire

Plus en détail

ANALYSE FONCTIONELLE ET THÉORIE DES OPÉRATEURS. COURS et EXERCICES

ANALYSE FONCTIONELLE ET THÉORIE DES OPÉRATEURS. COURS et EXERCICES MASTER (MATHÉMATIQUES PURES) ANALYSE FONCTIONELLE ET THÉORIE DES OPÉRATEURS COURS et EXERCICES Emmanuel Fricain - 2009-2010 - 2 Table des matières 1 Opérateurs bornés... 7 1.1 Adjoint d une application

Plus en détail

Division de Polynômes

Division de Polynômes LGL Cours de Mathématiques 00 Division de Polynômes A INTRODUCTION Motivations: * Résoudre des équations d un degré supérieur à * Représenter des fonctions algébriques en se basant et sur des fonctions

Plus en détail