HÖLDER CONTINUITY AND WAVELETS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HÖLDER CONTINUITY AND WAVELETS"

Transcription

1 Laurent SIMONS HÖLDER CONTINUITY AND WAVELETS Dissertation présentée en vue de l obtention du grade de Docteur en Sciences Promoteurs : Françoise BASTIN Samuel NICOLAY 24 Juin 2015

2 Plan Partie I Continuité höldérienne de fonctions particulières Partie II Ondelettes non-stationnaires Partie III Espaces S ν revus avec les coefficients d ondelettes dominants L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

3 Des fonctions continues nulle part dérivables? En 1872, Weierstrass montre que la fonction x + n=0 a n cos(b n πx) avec a (0, 1) et b 2 Z +1 tels que ab > 1 + 3π/2 est une fonction continue nulle part dérivable. K. Weierstrass. Ausgewählte Kapitel aus der Funktionenlehre, chapter Über continuirliche Funktionen eines reellen Arguments, die für keinen Werth des letzteren einen bestimmten Differentialquotienten besitzen, pages Springer, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

4 Des fonctions continues nulle part dérivables? En 1872, Weierstrass montre que la fonction x + n=0 a n cos(b n πx) avec a (0, 1) et b 2 Z +1 tels que ab > 1 + 3π/2 est une fonction continue nulle part dérivable. K. Weierstrass. Ausgewählte Kapitel aus der Funktionenlehre, chapter Über continuirliche Funktionen eines reellen Arguments, die für keinen Werth des letzteren einen bestimmten Differentialquotienten besitzen, pages Springer, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

5 Continuité höldérienne et exposant de Hölder Soient α > 0 et x 0 R. Une fonction f est continue au sens de Hölder avec un ordre α en x 0 s il existe C, δ > 0 et un polynôme P de degré strictement plus petit que α tels que f(x) P (x x 0 ) C x x 0 α pour tout x (x 0 δ, x 0 + δ). Notation : Λ α (x 0 ) désigne l espace des fonctions continues au sens de Hölder avec un ordre α en x 0 et est appelé espace de Hölder d ordre α en x 0. L exposant de Hölder de f en x 0 R est h f (x 0 ) := sup{α > 0 : f Λ α (x 0 )}. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

6 Continuité höldérienne et exposant de Hölder Soient α > 0 et x 0 R. Une fonction f est continue au sens de Hölder avec un ordre α en x 0 s il existe C, δ > 0 et un polynôme P de degré strictement plus petit que α tels que f(x) P (x x 0 ) C x x 0 α pour tout x (x 0 δ, x 0 + δ). Notation : Λ α (x 0 ) désigne l espace des fonctions continues au sens de Hölder avec un ordre α en x 0 et est appelé espace de Hölder d ordre α en x 0. L exposant de Hölder de f en x 0 R est h f (x 0 ) := sup{α > 0 : f Λ α (x 0 )}. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

7 Continuité höldérienne et exposant de Hölder Soient α > 0 et x 0 R. Une fonction bornée f est continue au sens de Hölder avec un ordre α en x 0 s il existe C > 0 et un polynôme P de degré strictement plus petit que α tels que f(x) P (x x 0 ) C x x 0 α pour tout x R. Notation : Λ α (x 0 ) désigne l espace des fonctions continues au sens de Hölder avec un ordre α en x 0 et est appelé espace de Hölder d ordre α en x 0. L exposant de Hölder de f en x 0 R est h f (x 0 ) := sup{α > 0 : f Λ α (x 0 )}. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

8 Continuité höldérienne et exposant de Hölder uniformes Soit α > 0. Une fonction bornée f est uniformément continue au sens de Hölder avec un ordre α (sur R) s il existe C > 0 tel que, pour tout x 0 R, il existe un polynôme P de degré strictement plus petit que α tel que pour tout x R. f(x) P (x x 0 ) C x x 0 α Notation : Λ α (R) désigne l espace des fonctions uniformément continues au sens de Hölder avec un ordre α (sur R) et est appelé espace de Hölder uniforme d ordre α (sur R). L exposant uniforme de Hölder de f (sur R) est h f (R) := sup{α > 0 : f Λ α (R)}. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

9 Continuité höldérienne et exposant de Hölder uniformes Soit α > 0. Une fonction bornée f est uniformément continue au sens de Hölder avec un ordre α (sur R) s il existe C > 0 tel que, pour tout x 0 R, il existe un polynôme P de degré strictement plus petit que α tel que pour tout x R. f(x) P (x x 0 ) C x x 0 α Notation : Λ α (R) désigne l espace des fonctions uniformément continues au sens de Hölder avec un ordre α (sur R) et est appelé espace de Hölder uniforme d ordre α (sur R). L exposant uniforme de Hölder de f (sur R) est h f (R) := sup{α > 0 : f Λ α (R)}. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

10 Partie I Continuité höldérienne de fonctions particulières Fonction de Darboux Bijection de Cantor Fonction de Riemann généralisée

11 1. Fonction de Darboux En 1875, Darboux montre que la fonction D définie par D(x) := + n=0 sin((n + 1)! x), x R, n! est continue et nulle part dérivable sur R. G. Darboux. Mémoire sur les fonctions discontinues, Annales de l Ecole Normale, 2(4):57-112, Proposition Pour tout δ (0, 1), D Λ 1 δ (R). Par conséquent, h D (R) = 1, h D (x) = 1 pour tout x R et D est une fonction monofractale. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

12 1. Fonction de Darboux En 1875, Darboux montre que la fonction D définie par D(x) := + n=0 sin((n + 1)! x), x R, n! est continue et nulle part dérivable sur R. G. Darboux. Mémoire sur les fonctions discontinues, Annales de l Ecole Normale, 2(4):57-112, Proposition Pour tout δ (0, 1), D Λ 1 δ (R). Par conséquent, h D (R) = 1, h D (x) = 1 pour tout x R et D est une fonction monofractale. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

13 2. Bijection de Cantor En 1877, Cantor construit une bijection entre [0, 1] et [0, 1] 2, définie à partir du développement en fractions continues des nombres réels. G. Cantor. Ein Beitrag zur Mannigfaltigkeitslehre, Journal für die reine und angewandte Mathematik, 84: , Une fraction continue finie est une expression de la forme [a 1,..., a n ] = a a a n où a 1,..., a n N et n N. Les éléments a 1,..., a n sont appelé quotients partiels.. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

14 2. Bijection de Cantor En 1877, Cantor construit une bijection entre [0, 1] et [0, 1] 2, définie à partir du développement en fractions continues des nombres réels. G. Cantor. Ein Beitrag zur Mannigfaltigkeitslehre, Journal für die reine und angewandte Mathematik, 84: , Une fraction continue finie est une expression de la forme [a 1,..., a n ] = a a a n où a 1,..., a n N et n N. Les éléments a 1,..., a n sont appelé quotients partiels.. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

15 Convergents Soient a N N et j N. On définit les quantités p j (a) et q j (a) par récurrence comme suit : p 1 (a) := 1, q 1 (a) := 0, p 0 (a) := 0, q 0 (a) := 1 et { pk (a) := a k p k 1 (a) + p k 2 (a) q k (a) := a k q k 1 (a) + q k 2 (a) pour k {1,..., j}. Le quotient pj(a) q j(a) est appelé convergent d ordre j de a. Proposition Soit a N N. Pour tout j N, on a p j (a) q j (a) = [a 1,..., a j ]. De plus, la suite formée des convergents de a converge. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

16 Fractions continues infinies Si a N N, l expression [a 1, a 2,...] := lim j + [a 1, a 2,..., a j ] = est appelée fraction continue infinie. Notation : I = [0, 1] \ ([0, 1] Q) 1. 1 a 1 + a Proposition Pour tout a N N, [a 1, a 2,...] I. Inversement, pour tout x I, il existe a N N tel que x = [a 1, a 2,...]; de plus, a est unique. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

17 Fractions continues infinies Si a N N, l expression [a 1, a 2,...] := lim j + [a 1, a 2,..., a j ] = est appelée fraction continue infinie. Notation : I = [0, 1] \ ([0, 1] Q) Soit x = [a] I. Pour n N, on pose 1. 1 a 1 + a I n (x) := { y = [b] I : b j = a j si j {1,..., n} } et cet ensemble est appelé intervalle de rang n de I. On a I n+1 (x) I n (x) I pour tout n N et I n (x) = {x}. n N L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

18 Bijection de Cantor Si x = [a] I, on pose C 1 (x) := [a 1, a 3,..., a 2j+1,...] et C 2 (x) := [a 2, a 4,..., a 2j,...]. L application C : I I 2 ; x (C 1 (x), C 2 (x)) est une bijection et est appelée bijection de Cantor. Remarque Puisque les cardinaux de [0, 1] et I sont égaux, C peut être étendu en une bijection de [0, 1] dans [0, 1] 2. Proposition La bijection de Cantor est continue sur I. C est même un homéomorphisme entre I et I 2. Toute extension à [0, 1] de la bijection de Cantor est discontinue en tout point de [0, 1] Q. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

19 Bijection de Cantor Si x = [a] I, on pose C 1 (x) := [a 1, a 3,..., a 2j+1,...] et C 2 (x) := [a 2, a 4,..., a 2j,...]. L application C : I I 2 ; x (C 1 (x), C 2 (x)) est une bijection et est appelée bijection de Cantor. Remarque Puisque les cardinaux de [0, 1] et I sont égaux, C peut être étendu en une bijection de [0, 1] dans [0, 1] 2. Proposition La bijection de Cantor est continue sur I. C est même un homéomorphisme entre I et I 2. Toute extension à [0, 1] de la bijection de Cantor est discontinue en tout point de [0, 1] Q. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

20 Bijection de Cantor y = C 1 (x) y = C 2 (x) Proposition Soient x 0 R et f une fonction définie sur un voisinage de x 0. Posons log f(x) f(x 0 ) F f (x 0 ) := lim inf. x x 0 log x x 0 Si F f (x 0 ) [0, 1), alors h f (x 0 ) = F f (x 0 ). Si F f (x 0 ) = 1, alors h f (x 0 ) 1. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

21 Bijection de Cantor y = C 1 (x) y = C 2 (x) Proposition Soient x 0 R et f une fonction définie sur un voisinage de x 0. Posons log f(x) f(x 0 ) F f (x 0 ) := lim inf. x x 0 log x x 0 Si F f (x 0 ) [0, 1), alors h f (x 0 ) = F f (x 0 ). Si F f (x 0 ) = 1, alors h f (x 0 ) 1. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

22 Bijection de Cantor Théorème d encadrement Soit n N. Si x = [a] I et y I n(x) \ I n+1 (x), alors on a n/2 1 log(a 2j 1 ) n j=1 n+3 1 log(a j + 1) + C 1(n) n n j=1 avec et C 1 (n) = log(2) 2 C 2 (n) = log(2) 2 log C 1(x) C 1 (y) log x y + log n/ log(a 2j 1 + 1) + C 2(n) n n j=1 1 n n log(a j ) j=1 ( { an log max a n+2 + 1, a }) n a n ( max { a2 n/ a 2 n/ , a }) 2 n/ a 2 n/ S. Nicolay, L. Simons. About the Multifractal Nature of Cantor s Bijection, Submitted. Il y a un résultat similaire pour C 2. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

23 Bijection de Cantor Théorème d encadrement Soit n N. Si x = [a] I et y I n(x) \ I n+1 (x), alors on a n/2 1 log(a 2j 1 ) n j=1 n+3 1 log(a j + 1) + n j=1 avec et C 1(n) n 0 C 1 (n) = log(2) 2 C 2 (n) = log(2) 2 log C 1(x) C 1 (y) log x y + log n/ log(a 2j 1 + 1) + n j=1 1 n n log(a j ) j=1 ( { an log max a n+2 + 1, a }) n a n ( max { a2 n/ a 2 n/ , a }) 2 n/ a 2 n/ C 2 (n) n S. Nicolay, L. Simons. About the Multifractal Nature of Cantor s Bijection, Submitted. Il y a un résultat similaire pour C 2. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

24 Bijection de Cantor Remarque Soient les suites a (1), a (2), a (3) N N définies par a (1) j := { r j si j est pair 1 si j est impair, a (2) j := r j and a (3) j := { 1 si j est pair r j si j est impair pour j N, où r > 1. Par le théorème d encadrement, on a h C1 ([a (1) ]) = 0, h C1 ([a (2) ]) = 1 2 and h C1 ([a (3) ]) 1. Corollaire La fonction C 1 est multifractale. Il y a un résultat similaire pour C 2. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

25 Bijection de Cantor Théorème d encadrement Soit n N. Si x = [a] I et y I n(x) \ I n+1 (x), alors on a n/2 1 log(a 2j 1 ) n j=1 n+3 1 log(a j + 1) + n j=1 avec et C 1(n) n 0 C 1 (n) = log(2) 2 C 2 (n) = log(2) 2 log f 1(x) f 1 (y) log x y + log n/ log(a 2j 1 + 1) + n j=1 1 n n log(a j ) j=1 ( { an log max a n+2 + 1, a }) n a n ( max { a2 n/ a 2 n/ , a }) 2 n/ a 2 n/ C 2 (n) n L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

26 Bijection de Cantor Théorème ergodique Pour tout k N {0}, presque toute suite a N N satisfait 1 lim n + n où κ k := j=1 n 1 log(a j + k) = lim n + n j=1 n log(a 2j + k) j=1 1 = lim n + n ( ) log(j+k)/ log(2) j(j + 2) n log(a 2j 1 + k) = log(κ k ), j=1 C. Ryll-Nardzewski. On the Ergodic Theorems (II): Ergodic Theory of Continued Fractions. Studia Mathematica, 12:74-79, R. Nair. On the Metrical Theory of Continued Fractions. In Proceedings of the American Mathematical Society, volume 120, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

27 Exposant de Hölder de la bijection de Cantor En combinant le théorème d encadrement et le théorème ergodique, on obtient l estimation suivante de l exposant de Hölder des composantes de la bijection de Cantor. Corollaire Pour presque tout x I, on a h C1 (x), h C2 (x) [ ] log(κ0 ) 2 log(κ 1 ), log(κ 1 ). 2 log(κ 0 ) En particulier, l exposant de Hölder de C 1 et C 2 est compris entre 0.35 et 0.72 presque partout. S. Nicolay, L. Simons. About the Multifractal Nature of Cantor s Bijection, Submitted. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

28 Exposant de Hölder de la bijection de Cantor Théorème d encadrement Bis Soit n N. Si x = [a] I et y I n (x) \ I n+1 (x), alors on a 2 log(q n/2 (a )) log(2) + 2 log(q n+3 (c)) log C 1(x) C 1 (y) log(2) + 2 log(q n/2 +3(d)) log x y 2 log(q n (a)) avec a := (a 2j 1 ) j N, c j := { { aj si j j 0 a2j 1 si j j 0 and d a j + 1 si j = j j := 0 a 2j si j = j 0 où j 0 est égal à n + 2 ou à n + 3 et j 0 à n/2 + 2 ou à n/2 + 3 (suivant les positions de y et C 1 (y) par rapport à celles de x et C 1 (x)). Il y a un résultat similaire pour C 2. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

29 Exposant de Hölder de la bijection de Cantor Théorème de Lévy Pour presque tout b N N, on a 1 lim n + n log(q π 2 n(b)) = 12 log(2). P. Lévy. Théorie de l addition des variables aléatoires. In Monographies des Probabilités, volume I. Gauthier-Villars, 2d édition, De plus, on a directement et lim n + lim n + 1 n + 3 log(q n+3(c)) = 1 n/2 + 3 log(q n/2 +3(d)) = 1 lim n + n log(q n(a)) 2 lim n + n log(q n/2 (a )) (si toutes ces limites existent). Il ne reste plus qu à montrer que ces quatre limites sont égales, ce qui n est pas évident... L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

30 Exposant de Hölder de la bijection de Cantor Théorème de Lévy Pour presque tout b N N, on a 1 lim n + n log(q π 2 n(b)) = 12 log(2). P. Lévy. Théorie de l addition des variables aléatoires. In Monographies des Probabilités, volume I. Gauthier-Villars, 2d édition, De plus, on a directement et lim n + lim n + 1 n + 3 log(q n+3(c)) = 1 n/2 + 3 log(q n/2 +3(d)) = 1 lim n + n log(q n(a)) 2 lim n + n log(q n/2 (a )) (si toutes ces limites existent). Il ne reste plus qu à montrer que ces quatre limites sont égales, ce qui n est pas évident... L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

31 Exposant de Hölder de la bijection de Cantor Proposition Soit x = [a] I et soit a := (a 2j 1 ) j N. Si 1 lim n + n log(q n(a)) = 1 lim n + n log(q n(a )) = π 2 12 log(2), alors on a h C1 (x) = 1 2. Il y a un résultat similaire pour C 2. Conjecture Pour presque tout x [0, 1], on a h C1 (x) = h C2 (x) = 1 2. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

32 Exposant de Hölder de la bijection de Cantor Proposition Soit x = [a] I et soit a := (a 2j 1 ) j N. Si 1 lim n + n log(q n(a)) = 1 lim n + n log(q n(a )) = π 2 12 log(2), alors on a h C1 (x) = 1 2. Il y a un résultat similaire pour C 2. Conjecture Pour presque tout x [0, 1], on a h C1 (x) = h C2 (x) = 1 2. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

33 3. Fonction de Riemann généralisée A la fin du 19 e siècle, Riemann propose la fonction R définie par R(x) := + n=1 sin(πn 2 x) n 2, x R, comme fonction continue nulle part dérivable. Théorème La fonction R n est seulement dérivable qu en les nombres rationnels 2p + 1 2q + 1 avec p Z et q N 0. G. H. Hardy. Weierstrass s Non-Differentiable Function. Transactions of the Amercian Mathematical Society, 17: , J. L. Gerver. The Differentiability of the Riemann Function at Certain Rational Multiples of π. American Journal of Mathematics, 92:33-55, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

34 Fonction de Riemann généralisée Théorème On a R Λ 1/2 (R) et h R (R) = 1/2. M. Holschneider, P. Tchamichian. Pointwise Analysis of Riemann s Nondifferentiable Function. Inventiones Mathematicae, 105: , S. Jaffard. The Spectrum of Singularities of Riemann s Function. Revista Matematica Iberoamericana, 12(2): , S. Jaffard, Y. Meyer. Wavelet Methods for Pointwise Regularity and Local Oscillations of Functions. In Memoirs of the American Mathematical Society, volume 587. American Mathematical Society, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

35 Fonction de Riemann généralisée Théorème On a R Λ 1/2 (R) et h R (R) = 1/2. Théorème Pour p Z et q N 0, on a ( ) 2p + 1 h R = 3 2q S. Jaffard. The Spectrum of Singularities of Riemann s Function. Revista Matematica Iberoamericana, 12(2): , S. Jaffard, Y. Meyer. Wavelet Methods for Pointwise Regularity and Local Oscillations of Functions. In Memoirs of the American Mathematical Society, volume 587. American Mathematical Society, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

36 Fonction de Riemann généralisée Théorème On a R Λ 1/2 (R) et h R (R) = 1/2. Théorème Si x = [a] R \ Q, alors h R (x) = τ(x) avec τ(x) := lim sup n + τ n, où τ n 2 (n N) est défini par x p n(a) q n (a) 1 qn τn (a) et (p n (a)/q n (a)) n N est la suite des convergents de a telle que p n (a) et q n (a) ne sont pas simultanément impairs. S. Jaffard. The Spectrum of Singularities of Riemann s Function. Revista Matematica Iberoamericana, 12(2): , S. Jaffard, Y. Meyer. Wavelet Methods for Pointwise Regularity and Local Oscillations of Functions. In Memoirs of the American Mathematical Society, volume 587. American Mathematical Society, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

37 Fonction de Riemann généralisée La fonction de Riemann généralisée est la fonction (continue et bornée) R α,β (α > 1 et β > 0) définie par R α,β (x) := + n=1 sin(πn β x) n α, x R. Si β (0, α 1), alors R α,β est continûment dérivable sur R. Si β α + 1, alors R α,β est une fonction continue nulle part dérivable sur R. W. Luther. The Differentiability of Fourier Gap Series and Riemann s Example of a Continuous, Nondifferentiable Function. Journal Approximation Theory, 48: , Si β [α 1, α + 1), quelques résultats partiels concernant la dérivabilité sont connus. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

38 Fonction de Riemann généralisée La fonction de Riemann généralisée est la fonction (continue et bornée) R α,β (α > 1 et β > 0) définie par R α,β (x) := + n=1 sin(πn β x) n α, x R. Théorème Si β > α 1, alors R α,β Λ α 1 β (R). F. Chamizo, A. Ubis. Some Fourier Series with Gaps. Journal d Analyse Mathématique, 101: , J. Johnsen. Simple Proofs of Nowhere-Differentiability for Weierstrass s Function and Cases of Slow Growth. Journal of Fourier Analysis and Applications, 16:17-33, Dans certains cas particuliers, des résultats ponctuels sont également connus... L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

39 Fonction de Riemann généralisée La fonction de Riemann généralisée est la fonction (continue et bornée) R α,β (α > 1 et β > 0) définie par R α,β (x) := + n=1 sin(πn β x) n α, x R. Théorème Si β > α 1, alors R α,β Λ α 1 β (R). Si β = α 1, alors R α,α 1 Λ 1 δ (R) pour tout δ (0, 1). De plus, pour β α 1, on a h Rα,β (R) = α 1 β. F. Bastin, S. Nicolay, L. Simons. About the Uniform Hölder Continuity of Generalized Riemann Function. Mediterranean Journal of Mathematics, published online:1-17, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

40 Transformée en ondelette continue Une fonction ψ est une ondelette si ψ L 1 (R) L 2 (R) et si elle vérifie la condition d admissibilité : ξ ˆψ(ξ) 2 ξ L 1 (R). La transformée en ondelette continue de la fonction bornée ou de carré intégrable f (par rapport à l ondelette ψ) est la fonction W ψ f définie par W ψ f(a, b) := f(x) 1 ( ) x b R a ψ dx, a > 0, b R. a Exemple En prenant l ondelette de Lusin ψ L définie par ψ L (x) := 1 π(x + i) 2, x R, on a + W ψl R α,β (a, b) = iaπ n=1 e iπnβ (b+ia) n α β, a > 0, b R. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

41 Transformée en ondelette continue Une fonction ψ est une ondelette si ψ L 1 (R) L 2 (R) et si elle vérifie la condition d admissibilité : ξ ˆψ(ξ) 2 ξ L 1 (R). La transformée en ondelette continue de la fonction bornée ou de carré intégrable f (par rapport à l ondelette ψ) est la fonction W ψ f définie par W ψ f(a, b) := f(x) 1 ( ) x b R a ψ dx, a > 0, b R. a Exemple En prenant l ondelette de Lusin ψ L définie par ψ L (x) := 1 π(x + i) 2, x R, on a + W ψl R α,β (a, b) = iaπ n=1 e iπnβ (b+ia) n α β, a > 0, b R. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

42 Transformée en ondelette continue Théorème Soient α (0, 1), ψ une ondelette telle que x x α ψ(x) L 1 (R) et f une fonction continue, bornée et à faible oscillation autour de 0. On a f Λ α (R) si et seulement s il existe C > 0 tel que pour tous a > 0 et b R. W ψ f(a, b) C a α S. Jaffard. The Spectrum of Singularities of Riemann s Function. Revista Matematica Iberoamericana, 12(2): , L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

43 Transformée en ondelette continue Théorème Soient α (0, 1), ψ une ondelette telle que x x α ψ(x) L 1 (R) et f une fonction continue, bornée et à faible oscillation autour de 0. Soit x 0 R. Si f Λ α (x 0 ), alors il existe C > 0 et η > 0 tels que ( ) α ) b W ψ f(a, b) C a (1 α x0 + a pour tous a (0, η) et b (x 0 η, x 0 + η). Inversement, s il existe α (0, α), C > 0 et η > 0 tels que ( ) α ) b W ψ f(a, b) C a (1 α x0 + a pour tous a (0, η) et b (x 0 η, x 0 + η), alors f Λ α (x 0 ). S. Jaffard. The Spectrum of Singularities of Riemann s Function. Revista Matematica Iberoamericana, 12(2): , L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

44 Fonction de Riemann généralisée Pour α > 1 et β α 1, on sait que h Rα,β (R) = α 1 β. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

45 Fonction de Riemann généralisée En fait, pour x R, on a R α,β (x) = sin(πx) + + n=2 sin(πn β x) n α. Proposition Soit α > 1. Pour tous a, b R tels que a < b, on a b lim β + a R α,β (x) dx = b a sin(πx) dx. Soient α > 1 et β N. La fonction R α,β est périodique de période 2 et on a 1 1 (R α,β (x) sin(πx)) 2 dx = ζ(2α) 1. F. Bastin, S. Nicolay, L. Simons. About the Uniform Hölder Continuity of Generalized Riemann Function. Mediterranean Journal of Mathematics, published online:1-17, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

46 Fonction de Riemann généralisée Remarque Soit β > 0. Pour tous a, b R tels que a < b, on a b lim α + a R α,β (x) dx = b a sin(πx) dx. Soient α > 1 et β N. La fonction R α,β est périodique de période 2 et on a 1 1 (R α,β (x) sin(πx)) 2 dx = ζ(2α) 1. Pour tout β > 0, la fonction R α,β converge uniformément sur R vers la fonction x sin(πx) lorsque α tend vers l infini. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

47 Fonction de Riemann généralisée Remarque Soit β > 0. Pour tous a, b R tels que a < b, on a b lim α + a R α,β (x) dx = b a sin(πx) dx. Soient α > 1 et β N. La fonction R α,β est périodique de période 2 et on a 1 1 (R α,β (x) sin(πx)) 2 dx = ζ(2α) 1. Pour tout β > 0, la fonction R α,β converge uniformément sur R vers la fonction x sin(πx) lorsque α tend vers l infini. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

48 Partie II Ondelettes non-stationnaires Base orthonormée d ondelettes non-stationnaire Transformée en ondelette continue non-stationnaire

49 Base orthonormée d ondelettes non-stationnaire Vers la non-stationnarité... Construction d une base orthonormée d ondelettes (non-statonnaire) composées d exponentielles-polynômes en utilisant une analyse multirésolution (non-stationnaire) basée sur les exponentielles-splines C. Vonesch, T. Blu, M. Unser. Generalized Daubechies Wavelet Families. IEEE on Signal Processing, 55(9): , Construction de bases orthonormées d ondelettes régulières à support compact (non-stationnaires) dans les espaces de Sobolev F. Bastin, P. Laubin. Regular Compactly Supported Wavelets in Sobolev Spaces. Duke Mathematical Journal, 87(3): , F. Bastin, P. Laubin. Compactly Supported Wavelets in Sobolev Spaces of Integer Order. Applied Computational Harmonic Analysis, 4(1):51-57, Construction d une base orthonormée d ondelettes infiniment dérivables et à support compact (non-stationnaire) N. Dyn, A. Ron. Multiresolution Analysis by Infinitely Differentiable Compactly Supported Functions, Applied Computational Harmonic Analysis, 2(1):15-20, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

50 Base orthonormée d ondelettes non-stationnaire Vers la non-stationnarité... Construction d une base orthonormée d ondelettes (non-statonnaire) composées d exponentielles-polynômes en utilisant une analyse multirésolution (non-stationnaire) basée sur les exponentielles-splines C. Vonesch, T. Blu, M. Unser. Generalized Daubechies Wavelet Families. IEEE on Signal Processing, 55(9): , Construction de bases orthonormées d ondelettes régulières à support compact (non-stationnaires) dans les espaces de Sobolev F. Bastin, P. Laubin. Regular Compactly Supported Wavelets in Sobolev Spaces. Duke Mathematical Journal, 87(3): , F. Bastin, P. Laubin. Compactly Supported Wavelets in Sobolev Spaces of Integer Order. Applied Computational Harmonic Analysis, 4(1):51-57, Construction d une base orthonormée d ondelettes infiniment dérivables et à support compact (non-stationnaire) N. Dyn, A. Ron. Multiresolution Analysis by Infinitely Differentiable Compactly Supported Functions, Applied Computational Harmonic Analysis, 2(1):15-20, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

51 Base orthonormée d ondelettes non-stationnaire Vers la non-stationnarité... Construction d une base orthonormée d ondelettes (non-statonnaire) composées d exponentielles-polynômes en utilisant une analyse multirésolution (non-stationnaire) basée sur les exponentielles-splines C. Vonesch, T. Blu, M. Unser. Generalized Daubechies Wavelet Families. IEEE on Signal Processing, 55(9): , Construction de bases orthonormées d ondelettes régulières à support compact (non-stationnaires) dans les espaces de Sobolev F. Bastin, P. Laubin. Regular Compactly Supported Wavelets in Sobolev Spaces. Duke Mathematical Journal, 87(3): , F. Bastin, P. Laubin. Compactly Supported Wavelets in Sobolev Spaces of Integer Order. Applied Computational Harmonic Analysis, 4(1):51-57, Construction d une base orthonormée d ondelettes infiniment dérivables et à support compact (non-stationnaire) N. Dyn, A. Ron. Multiresolution Analysis by Infinitely Differentiable Compactly Supported Functions, Applied Computational Harmonic Analysis, 2(1):15-20, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

52 Base orthonormée d ondelettes non-stationnaire Cas stationnaire Une base orthonormée d ondelettes de L 2 (R) est une base orthonormée de L 2 (R) de la forme 2 j/2 ψ(2 j k), j, k Z. où la fonction ψ est appelée ondelette mère. Cas non-stationnaire Une base orthonormée d ondelettes non-stationnaire de L 2 (R) est une base orthonormée de L 2 (R) de la forme 2 j/2 ψ (j) (2 j k), j, k Z, où les fonctions ψ (j) sont encore appelées ondelettes mères. C. de Boor, R. A. DeVore, A. Ron. On the Construction of Multivariate (Pre)Wavelets, Constructive Approximation, 9: , F. Bastin, P. Laubin. Regular Compactly Supported Wavelets in Sobolev Spaces. Duke Mathematical Journal, 87(3): , L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

53 Base orthonormée d ondelettes non-stationnaire Cas stationnaire Une base orthonormée d ondelettes de L 2 (R) est une base orthonormée de L 2 (R) de la forme 2 j/2 ψ(2 j k), j, k Z. où la fonction ψ est appelée ondelette mère. Cas non-stationnaire Une base orthonormée d ondelettes non-stationnaire de L 2 (R) est une base orthonormée de L 2 (R) de la forme 2 j/2 ψ (j) (2 j k), j, k Z, où les fonctions ψ (j) sont encore appelées ondelettes mères. C. de Boor, R. A. DeVore, A. Ron. On the Construction of Multivariate (Pre)Wavelets, Constructive Approximation, 9: , F. Bastin, P. Laubin. Regular Compactly Supported Wavelets in Sobolev Spaces. Duke Mathematical Journal, 87(3): , L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

54 Base orthonormée d ondelettes non-stationnaire Théorème (Cas stationnaire) Soit ψ L 2 (R) tel que ψ L 2 (R) = 1. Alors, {2 j/2 ψ(2 j k) : j, k Z} forme une base orthonormée d ondelettes de L 2 (R) si et seulement si pour presque tout ξ R et + j=0 ˆψ(2 j ξ) 2 = 1 j Z ˆψ(2 j ξ) ˆψ(2 j (ξ + 2qπ)) = 0 pour presque tout ξ R et pour tout q 2 Z +1. G. Gripenberg. A Necessary and Sufficient Condition for the Existence of a Father Wavelet. Studia Mathematica, 114(3): , E. Hernández, G. Weiss. A First Course on Wavelets. In S. G. Krantz, editor, Studies in Advanced Mathematics. CRC Press, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

55 Base orthonormée d ondelettes non-stationnaire Théorème (Cas non-stationnaire) Pour j Z, soit ψ (j) L 2 (R) tel que ψ (j) L2 (R) = 1. Si on a pour presque tout ξ R et + j=0 ˆψ ( j) (2 j ξ) 2 = 1 j Z ˆψ (p j) (2 j ξ) ˆψ (p j) (2 j (ξ + 2qπ)) = 0 pour presque tout ξ R et pour tous p Z et q 2 Z +1, alors {2 j/2 ψ (j) (2 j k) : j, k Z} est une base orthonormée d ondelettes non-stationnaire de L 2 (R). La réciproque est vraie s il existe α, A > 0 tels que, pour tout j N, on a (1 + ξ ) α ˆψ ( j) (ξ) 2 dξ A. R F. Bastin, L. Simons. About Nonstationary Multiresolution Analysis and Wavelets. Results in Mathematics, 63(1): , L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

MATHÉMATIQUES I. lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe

MATHÉMATIQUES I. lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe MATHÉMATIQUES I On dit qu une suite réelle a = ( a n ) n IN est ultimement périodique lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe n 0 IN et p IN tels que : ( R) n IN,

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Publications de Stéphane Jaffard

Publications de Stéphane Jaffard Publications de Stéphane Jaffard Revues avec comité de lecture Multifractional processes with a most general multifractal spectrum (en collaboration avec Antoine Ayache et Murad Taqqu) à paraitre dans

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

1 Espaces vectoriels normés

1 Espaces vectoriels normés Université Paris 7 Denis Diderot Année 2005/2006 Licence 2 MIAS MI4 1 Espaces vectoriels normés 1.1 Définitions Soit E un espace vectoriel sur R. Topologie des espaces vectoriels de dimension finie Définition

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. 1977 : Baccalauréat Math-Sciences, Lycée Medjez El Bab. 1981 : Maîtrise de Mathématiques, Faculté des Sciences de Tunis.

CURRICULUM VITAE. 1977 : Baccalauréat Math-Sciences, Lycée Medjez El Bab. 1981 : Maîtrise de Mathématiques, Faculté des Sciences de Tunis. CURRICULUM VITAE Nom : SIFI Prénom : Mohamed Date et lieu de Naissance : 05 / 02 / 1956 à Medjez El Bab. Nationalité : Tunisienne. Carte d identité nationale : No 0804651. Qualité : Professeur de Mathématiques

Plus en détail

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t 3.La méthode de Dirichlet 99 11 Le théorème de Dirichlet 3.La méthode de Dirichlet Lorsque Dirichlet, au début des années 180, découvre les travaux de Fourier, il cherche à les justifier par des méthodes

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

COURS COMMUN L1 MI & MIAGE

COURS COMMUN L1 MI & MIAGE COURS COMMUN L MI & MIAGE 5 janvier 03 Table des matières Propriétés du corps des nombres réels 3. A propos du corps des réels R.......................... 3.. Notion de corps..............................

Plus en détail

Formulaire de maths - Analyse dans R n

Formulaire de maths - Analyse dans R n Formulaire de maths - Analyse dans R n Nom Théorème ou formule Espaces vectoriels normés Norme sur E Application qui vérifie les propriétés de : séparation : homogénéité : inégalité triangulaire : Normes

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

Séries de Fourier. T f (x) exp 2iπn x T dx, n Z. T/2 f (x) cos ( ) f (x) dx a n (f) = 2 T. f (x) cos 2πn x )

Séries de Fourier. T f (x) exp 2iπn x T dx, n Z. T/2 f (x) cos ( ) f (x) dx a n (f) = 2 T. f (x) cos 2πn x ) Séries de Fourier Les séries de Fourier constituent un outil fondamental de la théorie du signal. Il donne lieu à des prolongements et des extensions nombreux. Les séries de Fourier permettent à la fois

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Application de la théorie des ondelettes

Application de la théorie des ondelettes - Application de la théorie des ondelettes Valérie Perrier Laboratoire de Modélisation et Calcul de l IMAG Institut National Polytechnique de Grenoble Valerie.Perrier@imag.fr Enseignement UNESCO Traitement

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Licence MIMP Semestre 1 Math 12A : Fondements de l Analyse 1 http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Septembre 2013 Table des matières Chapitre I. Les nombres réels et les suites numériques 1 1

Plus en détail

M42. Compléments d analyse (résumé).

M42. Compléments d analyse (résumé). Université d Evry-Val-d Essonne. Année 2008-09 D. Feyel M42. Compléments d analyse (résumé). Table. I. Rappels sur les suites. Limites supérieure et inférieure. II. Topologie élémentaire. III. Fonctions

Plus en détail

Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur. Sup Galilée - année 2008-2009

Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur. Sup Galilée - année 2008-2009 Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur Sup Galilée - année 2008-2009 Benoît Merlet Ces notes de cours s adressent aux élèves ayant suivi le cours. Elles contiennent peu d explications. Elles pourront

Plus en détail

Les généralisations de la notion mathématique d intégrale au 19 e siècle

Les généralisations de la notion mathématique d intégrale au 19 e siècle Les généralisations de la notion mathématique d intégrale au 19 e siècle Jean-Philippe Villeneuve 15 janvier 2009 Résumé Nous retrouvons au 19 e siècle quatre façons de définir ou de comprendre la notion

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Application des Ondelettes aux Signaux Fractales. Andrei Doncescu LAAS-CNRS

Application des Ondelettes aux Signaux Fractales. Andrei Doncescu LAAS-CNRS Application des Ondelettes aux Signaux Fractales Andrei Doncescu LAAS-CNRS Les Fractales n Définition Inachevée des fractales Fractal, ale, als : adj.

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

Cours d analyse 1 Licence 1er semestre. Guy Laffaille Christian Pauly

Cours d analyse 1 Licence 1er semestre. Guy Laffaille Christian Pauly Cours d analyse 1 Licence 1er semestre Guy Laffaille Christian Pauly janvier 006 Table des matières 1 Les nombres réels et complexes 5 1.1 Nombres rationnels................................... 5 1. Nombres

Plus en détail

Université Joseph Fourier, Grenoble. Suites numériques. Bernard Ycart

Université Joseph Fourier, Grenoble. Suites numériques. Bernard Ycart Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Suites numériques Bernard Ycart Vous savez déjà étudier une suite et calculer sa limite. La nouveauté réside dans la rigueur. La notion de convergence

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

MATHEMATIQUES Option Economique

MATHEMATIQUES Option Economique Concours EDHEC 9 Classes Préparatoires MATHEMATIQUES Option Economique La présentation, la lisibilité, l'orthographe, la qualité de la rédaction, la clarté et la précision des raisonnements entreront pour

Plus en détail

Mines Maths 2 MP 2012 Énoncé 1/5

Mines Maths 2 MP 2012 Énoncé 1/5 Mines Maths 2 MP 2012 Énoncé 1/5 ÉCOLE DES PONTS PARISTECH, SUPAÉRO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TÉLÉCOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINT-ÉTIENNE, MINES DE NANCY, TÉLÉCOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH

Plus en détail

1 Sujets donnés en option scientifique

1 Sujets donnés en option scientifique Les sujets suivants, posés aux candidats des options scientifique, économique, technologique et littéraire BL constituent la première version d un échantillon des sujets proposés lors des épreuves orales

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

- Module M2 - Fondamentaux d analyse

- Module M2 - Fondamentaux d analyse - Module M - Fondamentau d analyse Cléo BARAS, cleo.baras@ujf-grenoble.fr IUT - Grenoble Département Réseau et Télécommunications DUT - ère année Année universitaire 9- Web : http ://iut-tice.ujf-grenoble.fr/gtr/mathm/inde.asp

Plus en détail

Examen 2 Mathématiques L1S1 TD 1104 2015 2016 Université Paris 1

Examen 2 Mathématiques L1S1 TD 1104 2015 2016 Université Paris 1 Examen Mathématiques LS TD 04 05 06 Université Paris Nom : Prénom : Durée : heure. Calculatrice interdite. Aucun document autorisé. Chaque question de la partie QCM vaut un point. Identifiez toutes les

Plus en détail

Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. v n. lim. lim

Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com. v n. lim. lim Limite d une suite - Terminale S Exercices corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompriscom Reconnaitre les formes indéterminées Dans chaque cas, on donne la ite de et v n Déterminer si possible, ( +

Plus en détail

Relations binaires sur un ensemble.

Relations binaires sur un ensemble. Math122 Relations binaires sur un ensemble. TABLE DES MATIÈRES Relations binaires sur un ensemble. Relations d équivalence, relation d ordre. Table des matières 0.1 Définition et exemples...................................

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Direction des Admissions et concours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

Suites et Convergence

Suites et Convergence Suites et Convergence Une suite c est se donner une valeur (sans ambigüité) pour chaque N sauf peutêtre les premiers n. Donc une suite est une fonction : I R où I = N: = N. Notation : On note ( ) I R pour

Plus en détail

Cahier de textes Page 1 sur 9. Cahier de textes

Cahier de textes Page 1 sur 9. Cahier de textes Cahier de textes Page 1 sur 9 Cahier de textes Jeudi 04/09/2014 9h-12h et 13h30-16h30 : Cours sur la logique : - Conjonction, disjonction, implication, équivalence - Quelques formules. - Quantificateurs

Plus en détail

MATHS VUIBERT. Rappels de cours Conseils de méthode Exercices guidés Exercices d approfondissement Problèmes de synthèse Tous les corrigés détaillés

MATHS VUIBERT. Rappels de cours Conseils de méthode Exercices guidés Exercices d approfondissement Problèmes de synthèse Tous les corrigés détaillés VUIBERT MÉTHODES EXERCICES PROBLÈMES MATHS ECE 2 e année Tout le programme Rappels de cours Conseils de méthode Exercices guidés Exercices d approfondissement Problèmes de synthèse Tous les corrigés détaillés

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Sur certaines séries entières particulières

Sur certaines séries entières particulières ACTA ARITHMETICA XCII. 2) Sur certaines séries entières particulières par Hubert Delange Orsay). Introduction. Dans un exposé à la Conférence Internationale de Théorie des Nombres organisée à Zakopane

Plus en détail

MATHEMATIQUES 1ère ANNEE : Cours de remise niveau de mathématiques élémentaires pour les étudiants de 1ère année de l UCTM - Sofia

MATHEMATIQUES 1ère ANNEE : Cours de remise niveau de mathématiques élémentaires pour les étudiants de 1ère année de l UCTM - Sofia MATHEMATIQUES 1ère ANNEE : Cours de remise niveau de mathématiques élémentaires pour les étudiants de 1ère année de l UCTM - Sofia Philippe MORVAN Dimitar KOLEV Rennes/Sofia 2007 Table des matières 1

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Cours polycopié pour le module Mathématique II

Cours polycopié pour le module Mathématique II Université Paul Sabatier - UFR MIG - Département de Mathématique. Année scolaire 2009/2010. Cours polycopié pour le module Mathématique II Conventions. Dans ce qui suit, les mots en italiques sont ceux

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

Mesures gaussiennes et espaces de Fock

Mesures gaussiennes et espaces de Fock Mesures gaussiennes et espaces de Fock Thierry Lévy Peyresq - Juin 2003 Introduction Les mesures gaussiennes et les espaces de Fock sont deux objets qui apparaissent naturellement et peut-être, à première

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Dans ce module, introduction d une nouvelle notion qu est la continuité d une fonction en un point. En repartant de la définition et de l illustration graphique

Plus en détail

Programme de Première

Programme de Première BAC TECHNO STAV 66 I. Algèbre Programme de Première Objectif 1 - Effectuer de manière autonome des calculs numériques ou algébriques, résoudre des équations ou inéquations en vue de résoudre des problèmes

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

COMPORTEMENT ASYMPTOTIQUE D UNE FILE D ATTENTE À UN SERVEUR

COMPORTEMENT ASYMPTOTIQUE D UNE FILE D ATTENTE À UN SERVEUR Université Paris VII. Préparation à l Agrégation. (François Delarue) COMPORTEMENT ASYMPTOTIQUE D UNE FILE D ATTENTE À UN SERVEUR Ce texte vise à l étude du temps d attente d un client à la caisse d un

Plus en détail

ANALYSE MATHEMATIQUE. Jean SCHMETS

ANALYSE MATHEMATIQUE. Jean SCHMETS UNIVERSITE DE LIEGE Faculté des Sciences Institut de Mathématique ANALYSE MATHEMATIQUE Introduction aux espaces fonctionnels Notes du cours de la seconde candidature en sciences mathématiques ou en sciences

Plus en détail

Cours de mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire. Jean-Paul Widehem 2009-2010 Lycée Roland Garros

Cours de mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire. Jean-Paul Widehem 2009-2010 Lycée Roland Garros Cours de mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Jean-Paul Widehem 2009-2010 Lycée Roland Garros Table des matières partie 1. Récurrence et suites 1 Chapitre 1. Raisonnement par récurrence

Plus en détail

MATHS Rappels Suites, Fonctions, Développements limités

MATHS Rappels Suites, Fonctions, Développements limités INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE MATHS Rappels Suites, Fonctions, Développements limités Pascal Floquet Xuân Meyer Première Année à Distance Septembre 006 Jean-Claude Satge Table des matières

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail

Sommaire. Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires... 5. Chapitre 2 Variables aléatoires à densité... 65

Sommaire. Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires... 5. Chapitre 2 Variables aléatoires à densité... 65 Sommaire Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires............... 5 A. Généralités sur les variables aléatoires réelles.................... 6 B. Séries doubles..................................... 9

Plus en détail

TOPOLOGIE. une partie X d'un métrique est dite bornée ssi il existe une boule contenant X ; définition : diamètre : diam(x)=min{ r R

TOPOLOGIE. une partie X d'un métrique est dite bornée ssi il existe une boule contenant X ; définition : diamètre : diam(x)=min{ r R TOPOLOGIE 1) DISTANCE, ESPACES MÉTRIQUES a : distances : d'après le cours de M. Nicolas Tosel professeur en MP* au Lycée du Parc, Lyon Année 2004 2005 une distance est une application d de E dans R + telle

Plus en détail

Analyse II. Cours de deuxième année. donné à l Ecole normale supérieure de Lyon. année universitaire 2003-2004

Analyse II. Cours de deuxième année. donné à l Ecole normale supérieure de Lyon. année universitaire 2003-2004 Analyse II Cours de deuxième année donné à l Ecole normale supérieure de Lyon année universitaire 2003-2004 Cédric Villani Unité de Mathématiques Pures et Appliquées Ecole normale supérieure de Lyon 46

Plus en détail

1 - INTERPOLATION. J-P. Croisille. Semestre S7, master de mathématiques M1, année 2008/2009. Université Paul Verlaine-Metz

1 - INTERPOLATION. J-P. Croisille. Semestre S7, master de mathématiques M1, année 2008/2009. Université Paul Verlaine-Metz 1 - INTERPOLATION J-P. Croisille Université Paul Verlaine-Metz Semestre S7, master de mathématiques M1, année 2008/2009 1- INTRODUCTION Théorie de l interpolation: approximation de f(x) par une fonction

Plus en détail

Cours de Mathématiques pour la Licence Analyse Complexe. Sylvie Benzoni et Francis Filbet

Cours de Mathématiques pour la Licence Analyse Complexe. Sylvie Benzoni et Francis Filbet Cours de Mathématiques pour la Licence Analyse Complexe Sylvie Benzoni et Francis Filbet 7 mai 27 2 Table des matières 1 Rappels sur les nombres complexes 5 1 Introduction.................................

Plus en détail

1 Formalisme de la Mécanique Quantique

1 Formalisme de la Mécanique Quantique Théorie Spectrale et Mécanique Quantique Christian Gérard Département de Mathématiques, Bât. 425 UMR 8628 du CNRS Université de Paris-Sud F-91405 Orsay Cédex FRANCE email : Christian.Gerard@math.u-psud.fr

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Analyse. Gaëtan Bisson. bisson@gaati.org

Analyse. Gaëtan Bisson. bisson@gaati.org Analyse Gaëtan Bisson bisson@gaati.org Table des matières Nombres réels 4. Construction........................................ 4. Densité et distance..................................... 6.3 Exercices...........................................

Plus en détail

Cours de Topologie L3-math

Cours de Topologie L3-math Cours de Topologie L3-math Renaud Leplaideur Année 2014-2015 UBO 2 Table des matières 1 Rappels, préliminaires 5 1.1 Rappels sur les ensembles........................... 5 1.1.1 Formalisme ensembliste.........................

Plus en détail

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR 2. Cours de filière MAM, ISTIL deuxième année. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR 2. Cours de filière MAM, ISTIL deuxième année. Ionel Sorin CIUPERCA COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR 2 Cours de filière MAM, ISTIL deuxième année Ionel Sorin CIUPERCA Le but de ce cours est d introduire un outil très utilisé dans la modélisation mathématique

Plus en détail

Analyse - Résumés et exercices

Analyse - Résumés et exercices Analyse - Résumés et exercices Georges Skandalis Université Paris Diderot (Paris 7) - IREM Préparation à l Agrégation Interne 6 mars 205 Table des matières Suites de nombres réels. Développement décimal

Plus en détail

P (X) = (X a) 2 T (X)

P (X) = (X a) 2 T (X) Université Bordeaux I - année 00-0 MHT0 Structures Algébriques Correction du devoir maison Exercice. Soit P (X) Q[X]\Q.. Soit D(X) := pgcd(p (X), P (X)). a) Montrer que si deg D alors il existe α C tel

Plus en détail

EXERCICES SANS PRÉPARATION HEC 2005. Question 11 D après HEC 2005-11 F 2 EXERCICES SANS PRÉPARATION 2008. Question 7 HEC 2006-7 F 1 élève

EXERCICES SANS PRÉPARATION HEC 2005. Question 11 D après HEC 2005-11 F 2 EXERCICES SANS PRÉPARATION 2008. Question 7 HEC 2006-7 F 1 élève 30-1- 2013 J.F.C. p. 1 F 1 F 2 F 3 Assez simple ou proche du cours. Demande du travail. Délicat. EXERCICES SANS PRÉPARATION HEC 2005 Question 11 D après HEC 2005-11 F 2 X est une variable aléatoire de

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 4 : Dérivabilité. Terminale S1. Année scolaire 2008-2009 mise à jour 22 novembre 2008. Fig.

Cours de mathématiques. Chapitre 4 : Dérivabilité. Terminale S1. Année scolaire 2008-2009 mise à jour 22 novembre 2008. Fig. Cours de matématiques Terminale S1 Capitre 4 : Dérivabilité Année scolaire 008-009 mise à jour novembre 008 Fig. 1 Jean Dausset Fig. alliday Fig. 3 Joann Radon Il y a des gens connus et des gens importants-idée

Plus en détail

DES DISTRIBUTIONS DE PROBABILITÉ SINGULIÈRES. Marc BARBUT 1

DES DISTRIBUTIONS DE PROBABILITÉ SINGULIÈRES. Marc BARBUT 1 Math. Sci. hum / Mathematics and Social Sciences (48 e année, n 9, 2(2), p. -8) DES DISTRIBUTIONS DE PROBABILITÉ SINGULIÈRES Marc BARBUT RÉSUMÉ Ce texte n a rien d original. Son objectif est seulement

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7.

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7. Mathématiques pour l informatique IMAC première année - Soutien - Nombres complexes Rappels. Un nombre complexe z admet plusieurs représentations : représentation vectorielle z = (a, b) où a, b R représentation

Plus en détail

TS - Cours sur le logarithme népérien

TS - Cours sur le logarithme népérien Lcée Europole - R. Vidonne 1 TS - Cours sur le logarithme népérien Fonction carrée et racine carrée Considérons les fonctions f : R + R + g : R + R + 2 Dans un repère orthonormal, les courbes C f et C

Plus en détail

Méthodes d Analyse multifractale pour la classification de signaux et d images Stéphane Jaffard

Méthodes d Analyse multifractale pour la classification de signaux et d images Stéphane Jaffard Méthodes d Analyse multifractale pour la classification de signaux et d images Stéphane Jaffard Université Paris Est Créteil (France) Collaboration avec: Patrice Abry CNRS, Laboratoire de Physique, ENS

Plus en détail

208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples.

208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples. 208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples. Pierre Lissy May 29, 2010 Dans totue la suite, E désigne un espace vectoriel sur R ou C. 1 Norme. Espace vectoriel normé 1.1

Plus en détail

StatEnAction 2009/10/30 11:26 page 111 #127 CHAPITRE 10. Machines à sous

StatEnAction 2009/10/30 11:26 page 111 #127 CHAPITRE 10. Machines à sous StatEnAction 2009/0/30 :26 page #27 CHAPITRE 0 Machines à sous Résumé. On étudie un problème lié aux jeux de hasard. Il concerne les machines à sous et est appelé problème de prédiction de bandits à deux

Plus en détail

Première partie. Deuxième partie

Première partie. Deuxième partie PC 96-97 correction épreuve X97 Première partie. f étant convexe sur l intervalle [t, t 2 ], sa courbe représentative est en dessous la corde joignant les points (t, f(t )) et (t 2, f(t 2 )). Comme f(t

Plus en détail

1 Fonctions de plusieurs variables

1 Fonctions de plusieurs variables Université de Paris X Nanterre U.F.R. Segmi Année 006-007 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II. Chapitre 1 Fonctions de plusieurs variables Ce chapitre est conscré aux fonctions

Plus en détail

L3 Maths : Cours d Intégration (partie I)

L3 Maths : Cours d Intégration (partie I) L3 Maths : Cours d Intégration (partie I) Noureddine Igbida 1 2012-2013 1. Institut de recherche XLIM, UMR-CNRS 6172, Faculté des Sciences et Techniques, Université de Limoges 123, Avenue Albert Thomas

Plus en détail

Présentation du cours d Analyse Fonctionnelle

Présentation du cours d Analyse Fonctionnelle c1 Présentation du cours d Analyse Fonctionnelle Analyse Fonctionnelle signifie ici analyse sur des espaces de fonctions. Il s agit d un domaine des mathématiques qui s est développé dans la première moitié

Plus en détail

Introduction à la Topologie

Introduction à la Topologie Introduction à la Topologie Licence de Mathématiques Université de Rennes 1 Francis Nier Dragoş Iftimie 2 3 Introduction Ce cours s adresse à des étudiants de Licence en mathématiques. Il a pour objectif

Plus en détail

Les séries de Fourier

Les séries de Fourier . Les séries de Fourier Daniel Perrin La raison d être de ce cours est la présence des séries de Fourier au programme de nombreuses sections de BTS (électronique, optique, etc.) et, partant, au programme

Plus en détail