HÖLDER CONTINUITY AND WAVELETS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HÖLDER CONTINUITY AND WAVELETS"

Transcription

1 Laurent SIMONS HÖLDER CONTINUITY AND WAVELETS Dissertation présentée en vue de l obtention du grade de Docteur en Sciences Promoteurs : Françoise BASTIN Samuel NICOLAY 24 Juin 2015

2 Plan Partie I Continuité höldérienne de fonctions particulières Partie II Ondelettes non-stationnaires Partie III Espaces S ν revus avec les coefficients d ondelettes dominants L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

3 Des fonctions continues nulle part dérivables? En 1872, Weierstrass montre que la fonction x + n=0 a n cos(b n πx) avec a (0, 1) et b 2 Z +1 tels que ab > 1 + 3π/2 est une fonction continue nulle part dérivable. K. Weierstrass. Ausgewählte Kapitel aus der Funktionenlehre, chapter Über continuirliche Funktionen eines reellen Arguments, die für keinen Werth des letzteren einen bestimmten Differentialquotienten besitzen, pages Springer, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

4 Des fonctions continues nulle part dérivables? En 1872, Weierstrass montre que la fonction x + n=0 a n cos(b n πx) avec a (0, 1) et b 2 Z +1 tels que ab > 1 + 3π/2 est une fonction continue nulle part dérivable. K. Weierstrass. Ausgewählte Kapitel aus der Funktionenlehre, chapter Über continuirliche Funktionen eines reellen Arguments, die für keinen Werth des letzteren einen bestimmten Differentialquotienten besitzen, pages Springer, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

5 Continuité höldérienne et exposant de Hölder Soient α > 0 et x 0 R. Une fonction f est continue au sens de Hölder avec un ordre α en x 0 s il existe C, δ > 0 et un polynôme P de degré strictement plus petit que α tels que f(x) P (x x 0 ) C x x 0 α pour tout x (x 0 δ, x 0 + δ). Notation : Λ α (x 0 ) désigne l espace des fonctions continues au sens de Hölder avec un ordre α en x 0 et est appelé espace de Hölder d ordre α en x 0. L exposant de Hölder de f en x 0 R est h f (x 0 ) := sup{α > 0 : f Λ α (x 0 )}. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

6 Continuité höldérienne et exposant de Hölder Soient α > 0 et x 0 R. Une fonction f est continue au sens de Hölder avec un ordre α en x 0 s il existe C, δ > 0 et un polynôme P de degré strictement plus petit que α tels que f(x) P (x x 0 ) C x x 0 α pour tout x (x 0 δ, x 0 + δ). Notation : Λ α (x 0 ) désigne l espace des fonctions continues au sens de Hölder avec un ordre α en x 0 et est appelé espace de Hölder d ordre α en x 0. L exposant de Hölder de f en x 0 R est h f (x 0 ) := sup{α > 0 : f Λ α (x 0 )}. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

7 Continuité höldérienne et exposant de Hölder Soient α > 0 et x 0 R. Une fonction bornée f est continue au sens de Hölder avec un ordre α en x 0 s il existe C > 0 et un polynôme P de degré strictement plus petit que α tels que f(x) P (x x 0 ) C x x 0 α pour tout x R. Notation : Λ α (x 0 ) désigne l espace des fonctions continues au sens de Hölder avec un ordre α en x 0 et est appelé espace de Hölder d ordre α en x 0. L exposant de Hölder de f en x 0 R est h f (x 0 ) := sup{α > 0 : f Λ α (x 0 )}. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

8 Continuité höldérienne et exposant de Hölder uniformes Soit α > 0. Une fonction bornée f est uniformément continue au sens de Hölder avec un ordre α (sur R) s il existe C > 0 tel que, pour tout x 0 R, il existe un polynôme P de degré strictement plus petit que α tel que pour tout x R. f(x) P (x x 0 ) C x x 0 α Notation : Λ α (R) désigne l espace des fonctions uniformément continues au sens de Hölder avec un ordre α (sur R) et est appelé espace de Hölder uniforme d ordre α (sur R). L exposant uniforme de Hölder de f (sur R) est h f (R) := sup{α > 0 : f Λ α (R)}. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

9 Continuité höldérienne et exposant de Hölder uniformes Soit α > 0. Une fonction bornée f est uniformément continue au sens de Hölder avec un ordre α (sur R) s il existe C > 0 tel que, pour tout x 0 R, il existe un polynôme P de degré strictement plus petit que α tel que pour tout x R. f(x) P (x x 0 ) C x x 0 α Notation : Λ α (R) désigne l espace des fonctions uniformément continues au sens de Hölder avec un ordre α (sur R) et est appelé espace de Hölder uniforme d ordre α (sur R). L exposant uniforme de Hölder de f (sur R) est h f (R) := sup{α > 0 : f Λ α (R)}. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

10 Partie I Continuité höldérienne de fonctions particulières Fonction de Darboux Bijection de Cantor Fonction de Riemann généralisée

11 1. Fonction de Darboux En 1875, Darboux montre que la fonction D définie par D(x) := + n=0 sin((n + 1)! x), x R, n! est continue et nulle part dérivable sur R. G. Darboux. Mémoire sur les fonctions discontinues, Annales de l Ecole Normale, 2(4):57-112, Proposition Pour tout δ (0, 1), D Λ 1 δ (R). Par conséquent, h D (R) = 1, h D (x) = 1 pour tout x R et D est une fonction monofractale. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

12 1. Fonction de Darboux En 1875, Darboux montre que la fonction D définie par D(x) := + n=0 sin((n + 1)! x), x R, n! est continue et nulle part dérivable sur R. G. Darboux. Mémoire sur les fonctions discontinues, Annales de l Ecole Normale, 2(4):57-112, Proposition Pour tout δ (0, 1), D Λ 1 δ (R). Par conséquent, h D (R) = 1, h D (x) = 1 pour tout x R et D est une fonction monofractale. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

13 2. Bijection de Cantor En 1877, Cantor construit une bijection entre [0, 1] et [0, 1] 2, définie à partir du développement en fractions continues des nombres réels. G. Cantor. Ein Beitrag zur Mannigfaltigkeitslehre, Journal für die reine und angewandte Mathematik, 84: , Une fraction continue finie est une expression de la forme [a 1,..., a n ] = a a a n où a 1,..., a n N et n N. Les éléments a 1,..., a n sont appelé quotients partiels.. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

14 2. Bijection de Cantor En 1877, Cantor construit une bijection entre [0, 1] et [0, 1] 2, définie à partir du développement en fractions continues des nombres réels. G. Cantor. Ein Beitrag zur Mannigfaltigkeitslehre, Journal für die reine und angewandte Mathematik, 84: , Une fraction continue finie est une expression de la forme [a 1,..., a n ] = a a a n où a 1,..., a n N et n N. Les éléments a 1,..., a n sont appelé quotients partiels.. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

15 Convergents Soient a N N et j N. On définit les quantités p j (a) et q j (a) par récurrence comme suit : p 1 (a) := 1, q 1 (a) := 0, p 0 (a) := 0, q 0 (a) := 1 et { pk (a) := a k p k 1 (a) + p k 2 (a) q k (a) := a k q k 1 (a) + q k 2 (a) pour k {1,..., j}. Le quotient pj(a) q j(a) est appelé convergent d ordre j de a. Proposition Soit a N N. Pour tout j N, on a p j (a) q j (a) = [a 1,..., a j ]. De plus, la suite formée des convergents de a converge. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

16 Fractions continues infinies Si a N N, l expression [a 1, a 2,...] := lim j + [a 1, a 2,..., a j ] = est appelée fraction continue infinie. Notation : I = [0, 1] \ ([0, 1] Q) 1. 1 a 1 + a Proposition Pour tout a N N, [a 1, a 2,...] I. Inversement, pour tout x I, il existe a N N tel que x = [a 1, a 2,...]; de plus, a est unique. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

17 Fractions continues infinies Si a N N, l expression [a 1, a 2,...] := lim j + [a 1, a 2,..., a j ] = est appelée fraction continue infinie. Notation : I = [0, 1] \ ([0, 1] Q) Soit x = [a] I. Pour n N, on pose 1. 1 a 1 + a I n (x) := { y = [b] I : b j = a j si j {1,..., n} } et cet ensemble est appelé intervalle de rang n de I. On a I n+1 (x) I n (x) I pour tout n N et I n (x) = {x}. n N L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

18 Bijection de Cantor Si x = [a] I, on pose C 1 (x) := [a 1, a 3,..., a 2j+1,...] et C 2 (x) := [a 2, a 4,..., a 2j,...]. L application C : I I 2 ; x (C 1 (x), C 2 (x)) est une bijection et est appelée bijection de Cantor. Remarque Puisque les cardinaux de [0, 1] et I sont égaux, C peut être étendu en une bijection de [0, 1] dans [0, 1] 2. Proposition La bijection de Cantor est continue sur I. C est même un homéomorphisme entre I et I 2. Toute extension à [0, 1] de la bijection de Cantor est discontinue en tout point de [0, 1] Q. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

19 Bijection de Cantor Si x = [a] I, on pose C 1 (x) := [a 1, a 3,..., a 2j+1,...] et C 2 (x) := [a 2, a 4,..., a 2j,...]. L application C : I I 2 ; x (C 1 (x), C 2 (x)) est une bijection et est appelée bijection de Cantor. Remarque Puisque les cardinaux de [0, 1] et I sont égaux, C peut être étendu en une bijection de [0, 1] dans [0, 1] 2. Proposition La bijection de Cantor est continue sur I. C est même un homéomorphisme entre I et I 2. Toute extension à [0, 1] de la bijection de Cantor est discontinue en tout point de [0, 1] Q. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

20 Bijection de Cantor y = C 1 (x) y = C 2 (x) Proposition Soient x 0 R et f une fonction définie sur un voisinage de x 0. Posons log f(x) f(x 0 ) F f (x 0 ) := lim inf. x x 0 log x x 0 Si F f (x 0 ) [0, 1), alors h f (x 0 ) = F f (x 0 ). Si F f (x 0 ) = 1, alors h f (x 0 ) 1. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

21 Bijection de Cantor y = C 1 (x) y = C 2 (x) Proposition Soient x 0 R et f une fonction définie sur un voisinage de x 0. Posons log f(x) f(x 0 ) F f (x 0 ) := lim inf. x x 0 log x x 0 Si F f (x 0 ) [0, 1), alors h f (x 0 ) = F f (x 0 ). Si F f (x 0 ) = 1, alors h f (x 0 ) 1. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

22 Bijection de Cantor Théorème d encadrement Soit n N. Si x = [a] I et y I n(x) \ I n+1 (x), alors on a n/2 1 log(a 2j 1 ) n j=1 n+3 1 log(a j + 1) + C 1(n) n n j=1 avec et C 1 (n) = log(2) 2 C 2 (n) = log(2) 2 log C 1(x) C 1 (y) log x y + log n/ log(a 2j 1 + 1) + C 2(n) n n j=1 1 n n log(a j ) j=1 ( { an log max a n+2 + 1, a }) n a n ( max { a2 n/ a 2 n/ , a }) 2 n/ a 2 n/ S. Nicolay, L. Simons. About the Multifractal Nature of Cantor s Bijection, Submitted. Il y a un résultat similaire pour C 2. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

23 Bijection de Cantor Théorème d encadrement Soit n N. Si x = [a] I et y I n(x) \ I n+1 (x), alors on a n/2 1 log(a 2j 1 ) n j=1 n+3 1 log(a j + 1) + n j=1 avec et C 1(n) n 0 C 1 (n) = log(2) 2 C 2 (n) = log(2) 2 log C 1(x) C 1 (y) log x y + log n/ log(a 2j 1 + 1) + n j=1 1 n n log(a j ) j=1 ( { an log max a n+2 + 1, a }) n a n ( max { a2 n/ a 2 n/ , a }) 2 n/ a 2 n/ C 2 (n) n S. Nicolay, L. Simons. About the Multifractal Nature of Cantor s Bijection, Submitted. Il y a un résultat similaire pour C 2. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

24 Bijection de Cantor Remarque Soient les suites a (1), a (2), a (3) N N définies par a (1) j := { r j si j est pair 1 si j est impair, a (2) j := r j and a (3) j := { 1 si j est pair r j si j est impair pour j N, où r > 1. Par le théorème d encadrement, on a h C1 ([a (1) ]) = 0, h C1 ([a (2) ]) = 1 2 and h C1 ([a (3) ]) 1. Corollaire La fonction C 1 est multifractale. Il y a un résultat similaire pour C 2. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

25 Bijection de Cantor Théorème d encadrement Soit n N. Si x = [a] I et y I n(x) \ I n+1 (x), alors on a n/2 1 log(a 2j 1 ) n j=1 n+3 1 log(a j + 1) + n j=1 avec et C 1(n) n 0 C 1 (n) = log(2) 2 C 2 (n) = log(2) 2 log f 1(x) f 1 (y) log x y + log n/ log(a 2j 1 + 1) + n j=1 1 n n log(a j ) j=1 ( { an log max a n+2 + 1, a }) n a n ( max { a2 n/ a 2 n/ , a }) 2 n/ a 2 n/ C 2 (n) n L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

26 Bijection de Cantor Théorème ergodique Pour tout k N {0}, presque toute suite a N N satisfait 1 lim n + n où κ k := j=1 n 1 log(a j + k) = lim n + n j=1 n log(a 2j + k) j=1 1 = lim n + n ( ) log(j+k)/ log(2) j(j + 2) n log(a 2j 1 + k) = log(κ k ), j=1 C. Ryll-Nardzewski. On the Ergodic Theorems (II): Ergodic Theory of Continued Fractions. Studia Mathematica, 12:74-79, R. Nair. On the Metrical Theory of Continued Fractions. In Proceedings of the American Mathematical Society, volume 120, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

27 Exposant de Hölder de la bijection de Cantor En combinant le théorème d encadrement et le théorème ergodique, on obtient l estimation suivante de l exposant de Hölder des composantes de la bijection de Cantor. Corollaire Pour presque tout x I, on a h C1 (x), h C2 (x) [ ] log(κ0 ) 2 log(κ 1 ), log(κ 1 ). 2 log(κ 0 ) En particulier, l exposant de Hölder de C 1 et C 2 est compris entre 0.35 et 0.72 presque partout. S. Nicolay, L. Simons. About the Multifractal Nature of Cantor s Bijection, Submitted. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

28 Exposant de Hölder de la bijection de Cantor Théorème d encadrement Bis Soit n N. Si x = [a] I et y I n (x) \ I n+1 (x), alors on a 2 log(q n/2 (a )) log(2) + 2 log(q n+3 (c)) log C 1(x) C 1 (y) log(2) + 2 log(q n/2 +3(d)) log x y 2 log(q n (a)) avec a := (a 2j 1 ) j N, c j := { { aj si j j 0 a2j 1 si j j 0 and d a j + 1 si j = j j := 0 a 2j si j = j 0 où j 0 est égal à n + 2 ou à n + 3 et j 0 à n/2 + 2 ou à n/2 + 3 (suivant les positions de y et C 1 (y) par rapport à celles de x et C 1 (x)). Il y a un résultat similaire pour C 2. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

29 Exposant de Hölder de la bijection de Cantor Théorème de Lévy Pour presque tout b N N, on a 1 lim n + n log(q π 2 n(b)) = 12 log(2). P. Lévy. Théorie de l addition des variables aléatoires. In Monographies des Probabilités, volume I. Gauthier-Villars, 2d édition, De plus, on a directement et lim n + lim n + 1 n + 3 log(q n+3(c)) = 1 n/2 + 3 log(q n/2 +3(d)) = 1 lim n + n log(q n(a)) 2 lim n + n log(q n/2 (a )) (si toutes ces limites existent). Il ne reste plus qu à montrer que ces quatre limites sont égales, ce qui n est pas évident... L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

30 Exposant de Hölder de la bijection de Cantor Théorème de Lévy Pour presque tout b N N, on a 1 lim n + n log(q π 2 n(b)) = 12 log(2). P. Lévy. Théorie de l addition des variables aléatoires. In Monographies des Probabilités, volume I. Gauthier-Villars, 2d édition, De plus, on a directement et lim n + lim n + 1 n + 3 log(q n+3(c)) = 1 n/2 + 3 log(q n/2 +3(d)) = 1 lim n + n log(q n(a)) 2 lim n + n log(q n/2 (a )) (si toutes ces limites existent). Il ne reste plus qu à montrer que ces quatre limites sont égales, ce qui n est pas évident... L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

31 Exposant de Hölder de la bijection de Cantor Proposition Soit x = [a] I et soit a := (a 2j 1 ) j N. Si 1 lim n + n log(q n(a)) = 1 lim n + n log(q n(a )) = π 2 12 log(2), alors on a h C1 (x) = 1 2. Il y a un résultat similaire pour C 2. Conjecture Pour presque tout x [0, 1], on a h C1 (x) = h C2 (x) = 1 2. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

32 Exposant de Hölder de la bijection de Cantor Proposition Soit x = [a] I et soit a := (a 2j 1 ) j N. Si 1 lim n + n log(q n(a)) = 1 lim n + n log(q n(a )) = π 2 12 log(2), alors on a h C1 (x) = 1 2. Il y a un résultat similaire pour C 2. Conjecture Pour presque tout x [0, 1], on a h C1 (x) = h C2 (x) = 1 2. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

33 3. Fonction de Riemann généralisée A la fin du 19 e siècle, Riemann propose la fonction R définie par R(x) := + n=1 sin(πn 2 x) n 2, x R, comme fonction continue nulle part dérivable. Théorème La fonction R n est seulement dérivable qu en les nombres rationnels 2p + 1 2q + 1 avec p Z et q N 0. G. H. Hardy. Weierstrass s Non-Differentiable Function. Transactions of the Amercian Mathematical Society, 17: , J. L. Gerver. The Differentiability of the Riemann Function at Certain Rational Multiples of π. American Journal of Mathematics, 92:33-55, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

34 Fonction de Riemann généralisée Théorème On a R Λ 1/2 (R) et h R (R) = 1/2. M. Holschneider, P. Tchamichian. Pointwise Analysis of Riemann s Nondifferentiable Function. Inventiones Mathematicae, 105: , S. Jaffard. The Spectrum of Singularities of Riemann s Function. Revista Matematica Iberoamericana, 12(2): , S. Jaffard, Y. Meyer. Wavelet Methods for Pointwise Regularity and Local Oscillations of Functions. In Memoirs of the American Mathematical Society, volume 587. American Mathematical Society, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

35 Fonction de Riemann généralisée Théorème On a R Λ 1/2 (R) et h R (R) = 1/2. Théorème Pour p Z et q N 0, on a ( ) 2p + 1 h R = 3 2q S. Jaffard. The Spectrum of Singularities of Riemann s Function. Revista Matematica Iberoamericana, 12(2): , S. Jaffard, Y. Meyer. Wavelet Methods for Pointwise Regularity and Local Oscillations of Functions. In Memoirs of the American Mathematical Society, volume 587. American Mathematical Society, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

36 Fonction de Riemann généralisée Théorème On a R Λ 1/2 (R) et h R (R) = 1/2. Théorème Si x = [a] R \ Q, alors h R (x) = τ(x) avec τ(x) := lim sup n + τ n, où τ n 2 (n N) est défini par x p n(a) q n (a) 1 qn τn (a) et (p n (a)/q n (a)) n N est la suite des convergents de a telle que p n (a) et q n (a) ne sont pas simultanément impairs. S. Jaffard. The Spectrum of Singularities of Riemann s Function. Revista Matematica Iberoamericana, 12(2): , S. Jaffard, Y. Meyer. Wavelet Methods for Pointwise Regularity and Local Oscillations of Functions. In Memoirs of the American Mathematical Society, volume 587. American Mathematical Society, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

37 Fonction de Riemann généralisée La fonction de Riemann généralisée est la fonction (continue et bornée) R α,β (α > 1 et β > 0) définie par R α,β (x) := + n=1 sin(πn β x) n α, x R. Si β (0, α 1), alors R α,β est continûment dérivable sur R. Si β α + 1, alors R α,β est une fonction continue nulle part dérivable sur R. W. Luther. The Differentiability of Fourier Gap Series and Riemann s Example of a Continuous, Nondifferentiable Function. Journal Approximation Theory, 48: , Si β [α 1, α + 1), quelques résultats partiels concernant la dérivabilité sont connus. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

38 Fonction de Riemann généralisée La fonction de Riemann généralisée est la fonction (continue et bornée) R α,β (α > 1 et β > 0) définie par R α,β (x) := + n=1 sin(πn β x) n α, x R. Théorème Si β > α 1, alors R α,β Λ α 1 β (R). F. Chamizo, A. Ubis. Some Fourier Series with Gaps. Journal d Analyse Mathématique, 101: , J. Johnsen. Simple Proofs of Nowhere-Differentiability for Weierstrass s Function and Cases of Slow Growth. Journal of Fourier Analysis and Applications, 16:17-33, Dans certains cas particuliers, des résultats ponctuels sont également connus... L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

39 Fonction de Riemann généralisée La fonction de Riemann généralisée est la fonction (continue et bornée) R α,β (α > 1 et β > 0) définie par R α,β (x) := + n=1 sin(πn β x) n α, x R. Théorème Si β > α 1, alors R α,β Λ α 1 β (R). Si β = α 1, alors R α,α 1 Λ 1 δ (R) pour tout δ (0, 1). De plus, pour β α 1, on a h Rα,β (R) = α 1 β. F. Bastin, S. Nicolay, L. Simons. About the Uniform Hölder Continuity of Generalized Riemann Function. Mediterranean Journal of Mathematics, published online:1-17, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

40 Transformée en ondelette continue Une fonction ψ est une ondelette si ψ L 1 (R) L 2 (R) et si elle vérifie la condition d admissibilité : ξ ˆψ(ξ) 2 ξ L 1 (R). La transformée en ondelette continue de la fonction bornée ou de carré intégrable f (par rapport à l ondelette ψ) est la fonction W ψ f définie par W ψ f(a, b) := f(x) 1 ( ) x b R a ψ dx, a > 0, b R. a Exemple En prenant l ondelette de Lusin ψ L définie par ψ L (x) := 1 π(x + i) 2, x R, on a + W ψl R α,β (a, b) = iaπ n=1 e iπnβ (b+ia) n α β, a > 0, b R. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

41 Transformée en ondelette continue Une fonction ψ est une ondelette si ψ L 1 (R) L 2 (R) et si elle vérifie la condition d admissibilité : ξ ˆψ(ξ) 2 ξ L 1 (R). La transformée en ondelette continue de la fonction bornée ou de carré intégrable f (par rapport à l ondelette ψ) est la fonction W ψ f définie par W ψ f(a, b) := f(x) 1 ( ) x b R a ψ dx, a > 0, b R. a Exemple En prenant l ondelette de Lusin ψ L définie par ψ L (x) := 1 π(x + i) 2, x R, on a + W ψl R α,β (a, b) = iaπ n=1 e iπnβ (b+ia) n α β, a > 0, b R. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

42 Transformée en ondelette continue Théorème Soient α (0, 1), ψ une ondelette telle que x x α ψ(x) L 1 (R) et f une fonction continue, bornée et à faible oscillation autour de 0. On a f Λ α (R) si et seulement s il existe C > 0 tel que pour tous a > 0 et b R. W ψ f(a, b) C a α S. Jaffard. The Spectrum of Singularities of Riemann s Function. Revista Matematica Iberoamericana, 12(2): , L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

43 Transformée en ondelette continue Théorème Soient α (0, 1), ψ une ondelette telle que x x α ψ(x) L 1 (R) et f une fonction continue, bornée et à faible oscillation autour de 0. Soit x 0 R. Si f Λ α (x 0 ), alors il existe C > 0 et η > 0 tels que ( ) α ) b W ψ f(a, b) C a (1 α x0 + a pour tous a (0, η) et b (x 0 η, x 0 + η). Inversement, s il existe α (0, α), C > 0 et η > 0 tels que ( ) α ) b W ψ f(a, b) C a (1 α x0 + a pour tous a (0, η) et b (x 0 η, x 0 + η), alors f Λ α (x 0 ). S. Jaffard. The Spectrum of Singularities of Riemann s Function. Revista Matematica Iberoamericana, 12(2): , L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

44 Fonction de Riemann généralisée Pour α > 1 et β α 1, on sait que h Rα,β (R) = α 1 β. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

45 Fonction de Riemann généralisée En fait, pour x R, on a R α,β (x) = sin(πx) + + n=2 sin(πn β x) n α. Proposition Soit α > 1. Pour tous a, b R tels que a < b, on a b lim β + a R α,β (x) dx = b a sin(πx) dx. Soient α > 1 et β N. La fonction R α,β est périodique de période 2 et on a 1 1 (R α,β (x) sin(πx)) 2 dx = ζ(2α) 1. F. Bastin, S. Nicolay, L. Simons. About the Uniform Hölder Continuity of Generalized Riemann Function. Mediterranean Journal of Mathematics, published online:1-17, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

46 Fonction de Riemann généralisée Remarque Soit β > 0. Pour tous a, b R tels que a < b, on a b lim α + a R α,β (x) dx = b a sin(πx) dx. Soient α > 1 et β N. La fonction R α,β est périodique de période 2 et on a 1 1 (R α,β (x) sin(πx)) 2 dx = ζ(2α) 1. Pour tout β > 0, la fonction R α,β converge uniformément sur R vers la fonction x sin(πx) lorsque α tend vers l infini. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

47 Fonction de Riemann généralisée Remarque Soit β > 0. Pour tous a, b R tels que a < b, on a b lim α + a R α,β (x) dx = b a sin(πx) dx. Soient α > 1 et β N. La fonction R α,β est périodique de période 2 et on a 1 1 (R α,β (x) sin(πx)) 2 dx = ζ(2α) 1. Pour tout β > 0, la fonction R α,β converge uniformément sur R vers la fonction x sin(πx) lorsque α tend vers l infini. L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

48 Partie II Ondelettes non-stationnaires Base orthonormée d ondelettes non-stationnaire Transformée en ondelette continue non-stationnaire

49 Base orthonormée d ondelettes non-stationnaire Vers la non-stationnarité... Construction d une base orthonormée d ondelettes (non-statonnaire) composées d exponentielles-polynômes en utilisant une analyse multirésolution (non-stationnaire) basée sur les exponentielles-splines C. Vonesch, T. Blu, M. Unser. Generalized Daubechies Wavelet Families. IEEE on Signal Processing, 55(9): , Construction de bases orthonormées d ondelettes régulières à support compact (non-stationnaires) dans les espaces de Sobolev F. Bastin, P. Laubin. Regular Compactly Supported Wavelets in Sobolev Spaces. Duke Mathematical Journal, 87(3): , F. Bastin, P. Laubin. Compactly Supported Wavelets in Sobolev Spaces of Integer Order. Applied Computational Harmonic Analysis, 4(1):51-57, Construction d une base orthonormée d ondelettes infiniment dérivables et à support compact (non-stationnaire) N. Dyn, A. Ron. Multiresolution Analysis by Infinitely Differentiable Compactly Supported Functions, Applied Computational Harmonic Analysis, 2(1):15-20, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

50 Base orthonormée d ondelettes non-stationnaire Vers la non-stationnarité... Construction d une base orthonormée d ondelettes (non-statonnaire) composées d exponentielles-polynômes en utilisant une analyse multirésolution (non-stationnaire) basée sur les exponentielles-splines C. Vonesch, T. Blu, M. Unser. Generalized Daubechies Wavelet Families. IEEE on Signal Processing, 55(9): , Construction de bases orthonormées d ondelettes régulières à support compact (non-stationnaires) dans les espaces de Sobolev F. Bastin, P. Laubin. Regular Compactly Supported Wavelets in Sobolev Spaces. Duke Mathematical Journal, 87(3): , F. Bastin, P. Laubin. Compactly Supported Wavelets in Sobolev Spaces of Integer Order. Applied Computational Harmonic Analysis, 4(1):51-57, Construction d une base orthonormée d ondelettes infiniment dérivables et à support compact (non-stationnaire) N. Dyn, A. Ron. Multiresolution Analysis by Infinitely Differentiable Compactly Supported Functions, Applied Computational Harmonic Analysis, 2(1):15-20, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

51 Base orthonormée d ondelettes non-stationnaire Vers la non-stationnarité... Construction d une base orthonormée d ondelettes (non-statonnaire) composées d exponentielles-polynômes en utilisant une analyse multirésolution (non-stationnaire) basée sur les exponentielles-splines C. Vonesch, T. Blu, M. Unser. Generalized Daubechies Wavelet Families. IEEE on Signal Processing, 55(9): , Construction de bases orthonormées d ondelettes régulières à support compact (non-stationnaires) dans les espaces de Sobolev F. Bastin, P. Laubin. Regular Compactly Supported Wavelets in Sobolev Spaces. Duke Mathematical Journal, 87(3): , F. Bastin, P. Laubin. Compactly Supported Wavelets in Sobolev Spaces of Integer Order. Applied Computational Harmonic Analysis, 4(1):51-57, Construction d une base orthonormée d ondelettes infiniment dérivables et à support compact (non-stationnaire) N. Dyn, A. Ron. Multiresolution Analysis by Infinitely Differentiable Compactly Supported Functions, Applied Computational Harmonic Analysis, 2(1):15-20, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

52 Base orthonormée d ondelettes non-stationnaire Cas stationnaire Une base orthonormée d ondelettes de L 2 (R) est une base orthonormée de L 2 (R) de la forme 2 j/2 ψ(2 j k), j, k Z. où la fonction ψ est appelée ondelette mère. Cas non-stationnaire Une base orthonormée d ondelettes non-stationnaire de L 2 (R) est une base orthonormée de L 2 (R) de la forme 2 j/2 ψ (j) (2 j k), j, k Z, où les fonctions ψ (j) sont encore appelées ondelettes mères. C. de Boor, R. A. DeVore, A. Ron. On the Construction of Multivariate (Pre)Wavelets, Constructive Approximation, 9: , F. Bastin, P. Laubin. Regular Compactly Supported Wavelets in Sobolev Spaces. Duke Mathematical Journal, 87(3): , L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

53 Base orthonormée d ondelettes non-stationnaire Cas stationnaire Une base orthonormée d ondelettes de L 2 (R) est une base orthonormée de L 2 (R) de la forme 2 j/2 ψ(2 j k), j, k Z. où la fonction ψ est appelée ondelette mère. Cas non-stationnaire Une base orthonormée d ondelettes non-stationnaire de L 2 (R) est une base orthonormée de L 2 (R) de la forme 2 j/2 ψ (j) (2 j k), j, k Z, où les fonctions ψ (j) sont encore appelées ondelettes mères. C. de Boor, R. A. DeVore, A. Ron. On the Construction of Multivariate (Pre)Wavelets, Constructive Approximation, 9: , F. Bastin, P. Laubin. Regular Compactly Supported Wavelets in Sobolev Spaces. Duke Mathematical Journal, 87(3): , L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

54 Base orthonormée d ondelettes non-stationnaire Théorème (Cas stationnaire) Soit ψ L 2 (R) tel que ψ L 2 (R) = 1. Alors, {2 j/2 ψ(2 j k) : j, k Z} forme une base orthonormée d ondelettes de L 2 (R) si et seulement si pour presque tout ξ R et + j=0 ˆψ(2 j ξ) 2 = 1 j Z ˆψ(2 j ξ) ˆψ(2 j (ξ + 2qπ)) = 0 pour presque tout ξ R et pour tout q 2 Z +1. G. Gripenberg. A Necessary and Sufficient Condition for the Existence of a Father Wavelet. Studia Mathematica, 114(3): , E. Hernández, G. Weiss. A First Course on Wavelets. In S. G. Krantz, editor, Studies in Advanced Mathematics. CRC Press, L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

55 Base orthonormée d ondelettes non-stationnaire Théorème (Cas non-stationnaire) Pour j Z, soit ψ (j) L 2 (R) tel que ψ (j) L2 (R) = 1. Si on a pour presque tout ξ R et + j=0 ˆψ ( j) (2 j ξ) 2 = 1 j Z ˆψ (p j) (2 j ξ) ˆψ (p j) (2 j (ξ + 2qπ)) = 0 pour presque tout ξ R et pour tous p Z et q 2 Z +1, alors {2 j/2 ψ (j) (2 j k) : j, k Z} est une base orthonormée d ondelettes non-stationnaire de L 2 (R). La réciproque est vraie s il existe α, A > 0 tels que, pour tout j N, on a (1 + ξ ) α ˆψ ( j) (ξ) 2 dξ A. R F. Bastin, L. Simons. About Nonstationary Multiresolution Analysis and Wavelets. Results in Mathematics, 63(1): , L. Simons (ULg) Hölder Continuity and Wavelets 24 juin / 41

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Publications de Stéphane Jaffard

Publications de Stéphane Jaffard Publications de Stéphane Jaffard Revues avec comité de lecture Multifractional processes with a most general multifractal spectrum (en collaboration avec Antoine Ayache et Murad Taqqu) à paraitre dans

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t 3.La méthode de Dirichlet 99 11 Le théorème de Dirichlet 3.La méthode de Dirichlet Lorsque Dirichlet, au début des années 180, découvre les travaux de Fourier, il cherche à les justifier par des méthodes

Plus en détail

Séries de Fourier. T f (x) exp 2iπn x T dx, n Z. T/2 f (x) cos ( ) f (x) dx a n (f) = 2 T. f (x) cos 2πn x )

Séries de Fourier. T f (x) exp 2iπn x T dx, n Z. T/2 f (x) cos ( ) f (x) dx a n (f) = 2 T. f (x) cos 2πn x ) Séries de Fourier Les séries de Fourier constituent un outil fondamental de la théorie du signal. Il donne lieu à des prolongements et des extensions nombreux. Les séries de Fourier permettent à la fois

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Sur certaines séries entières particulières

Sur certaines séries entières particulières ACTA ARITHMETICA XCII. 2) Sur certaines séries entières particulières par Hubert Delange Orsay). Introduction. Dans un exposé à la Conférence Internationale de Théorie des Nombres organisée à Zakopane

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Mesures gaussiennes et espaces de Fock

Mesures gaussiennes et espaces de Fock Mesures gaussiennes et espaces de Fock Thierry Lévy Peyresq - Juin 2003 Introduction Les mesures gaussiennes et les espaces de Fock sont deux objets qui apparaissent naturellement et peut-être, à première

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

Introduction à la Topologie

Introduction à la Topologie Introduction à la Topologie Licence de Mathématiques Université de Rennes 1 Francis Nier Dragoş Iftimie 2 3 Introduction Ce cours s adresse à des étudiants de Licence en mathématiques. Il a pour objectif

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

P (X) = (X a) 2 T (X)

P (X) = (X a) 2 T (X) Université Bordeaux I - année 00-0 MHT0 Structures Algébriques Correction du devoir maison Exercice. Soit P (X) Q[X]\Q.. Soit D(X) := pgcd(p (X), P (X)). a) Montrer que si deg D alors il existe α C tel

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Adriana Climescu-Haulica Laboratoire de Modélisation et Calcul Institut d Informatique et Mathématiques Appliquées de

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes Zohra Guessoum 1 & Farida Hamrani 2 1 Lab. MSTD, Faculté de mathématique, USTHB, BP n 32, El Alia, Alger, Algérie,zguessoum@usthb.dz

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Cécile Durot 1 & Yves Rozenholc 2 1 UFR SEGMI, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, cecile.durot@gmail.com 2 Université

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Équation de Langevin avec petites perturbations browniennes ou

Équation de Langevin avec petites perturbations browniennes ou Équation de Langevin avec petites perturbations browniennes ou alpha-stables Richard Eon sous la direction de Mihai Gradinaru Institut de Recherche Mathématique de Rennes Journées de probabilités 215,

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Fibonacci et les paquerettes

Fibonacci et les paquerettes Fibonacci et les paquerettes JOLY Romain & RIVOAL Tanguy Introduction Quand on entend dire que l on peut trouver le nombre d or et la suite de Fibonacci dans les fleurs et les pommes de pin, on est au

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables et applications pour l ingénieur

Fonctions de plusieurs variables et applications pour l ingénieur Service Commun de Formation Continue Année Universitaire 2006-2007 Fonctions de plusieurs variables et applications pour l ingénieur Polycopié de cours Rédigé par Yannick Privat Bureau 321 - Institut Élie

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

MESURE ET INTÉGRATION EN UNE DIMENSION. Notes de cours

MESURE ET INTÉGRATION EN UNE DIMENSION. Notes de cours MSUR T INTÉGRATION N UN DIMNSION Notes de cours André Giroux Département de Mathématiques et Statistique Université de Montréal Mai 2004 Table des matières 1 INTRODUCTION 2 1.1 xercices.............................

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

Développements limités usuels en 0

Développements limités usuels en 0 Développements limités usuels en 0 e x sh x ch x sin x cos x = + x! + x! + + xn n! + O ( x n+) = x + x3 3! + + xn+ (n + )! + O ( x n+3) = + x! + x4 4! + + xn (n)! + O ( x n+) = x x3 3! + + ( )n xn+ (n

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Fausto Errico Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2012 Table des matières

Plus en détail

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence Chapitre 3 Mesures stationnaires et théorèmes de convergence Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée p.1 I. Mesures stationnaires Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

Rappels sur les suites - Algorithme

Rappels sur les suites - Algorithme DERNIÈRE IMPRESSION LE 14 septembre 2015 à 12:36 Rappels sur les suites - Algorithme Table des matières 1 Suite : généralités 2 1.1 Déition................................. 2 1.2 Exemples de suites............................

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Opérateurs non-bornés

Opérateurs non-bornés Master Mathématiques Analyse spectrale Chapitre 4. Opérateurs non-bornés 1 Domaine, graphe et fermeture Soit H un espace de Hilbert. On rappelle que H H est l espace de Hilbert H H muni du produit scalaire

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours.

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours. Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail

Équations non linéaires

Équations non linéaires Équations non linéaires Objectif : trouver les zéros de fonctions (ou systèmes) non linéaires, c-à-d les valeurs α R telles que f(α) = 0. y f(x) α 1 α 2 α 3 x Equations non lineaires p. 1/49 Exemples et

Plus en détail

MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE

MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE Titulaire : A.M. Tilkin 8h/semaine 1) MATIERE DE 4 e ANNEE a) ALGEBRE - Rappels algébriques concernant la résolution d équations et d inéquations (fractionnaires

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Echantillonnage Non uniforme

Echantillonnage Non uniforme Echantillonnage Non uniforme Marie CHABERT IRIT/INP-ENSEEIHT/ ENSEEIHT/TéSASA Patrice MICHEL et Bernard LACAZE TéSA 1 Plan Introduction Echantillonnage uniforme Echantillonnage irrégulier Comparaison Cas

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

Travail en collaboration avec F.Roueff M.S.Taqqu C.Tudor

Travail en collaboration avec F.Roueff M.S.Taqqu C.Tudor Paramètre de longue mémoire d une série temporelle : le cas non linéaire Travail en collaboration avec F.Roueff M.S.Taqqu C.Tudor Notion de longue mémoire Les valeurs d une série temporelle X = (X l )

Plus en détail

Moments des variables aléatoires réelles

Moments des variables aléatoires réelles Chapter 6 Moments des variables aléatoires réelles Sommaire 6.1 Espérance des variables aléatoires réelles................................ 46 6.1.1 Définition et calcul........................................

Plus en détail

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires 2MA01-Licence de Mathématiques Espaces vectoriels Exercice 1 Soit E un espace vectoriel. Pour x, y E et λ, µ K, montrer

Plus en détail

3. Conditionnement P (B)

3. Conditionnement P (B) Conditionnement 16 3. Conditionnement Dans cette section, nous allons rappeler un certain nombre de définitions et de propriétés liées au problème du conditionnement, c est à dire à la prise en compte

Plus en détail

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Biologie, chimie, physique et sciences de la Terre (BCPST) Discipline : Mathématiques Seconde année Préambule Programme

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Martingales dans l étude de quelques arbres aléatoires

Martingales dans l étude de quelques arbres aléatoires Martingales dans l étude de quelques arbres aléatoires Brigitte CHAUVIN Brigitte.Chauvin@math.uvsq.fr Monastir, 18-20 Octobre 2010 Contents 1 Introduction 1 2 Arbres binaires de recherche 2 2.1 Définitions.....................................

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques.

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. 14-3- 214 J.F.C. p. 1 I Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. Exercice 1 Densité de probabilité. F { ln x si x ], 1] UN OVNI... On pose x R,

Plus en détail