Max Weber et la naissance de la sociologie allemande. Pierre FRANCOIS Le 23 septembre 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Max Weber et la naissance de la sociologie allemande. Pierre FRANCOIS Le 23 septembre 2010"

Transcription

1 Max Weber et la naissance de la sociologie allemande Pierre FRANCOIS Le 23 septembre 2010

2 Weber ( ) : quelques étapes Un juriste, professeur d économie, et fondateur de la sociologie ; L interrogation sur la rationalisation de la vie sociale en occident ; Un sociologue de l économie ; Le «Marx de la bourgeoisie»?

3 Une perspective compréhensive Les groupes sont constitués par des individus : l atome n est donc pas le groupe, mais l individu. Les individus ont ceci de particulier qu ils sont des objets qui pensent. Max Weber ( )

4 La science sociale selon Weber La sociologie est une science compréhensive : il faut reconstituer le sens que les acteurs donnent à leur action ; La sociologie est une science explicative : il faut pouvoir mettre au jour des rapports de cause à effets; La sociologie est une science comparative : il faut pouvoir comparer des situations a priori irréductiblement singulières.

5 Qu est-ce qu un idéal-type? L idéal-type est une notion abstraite : Ce n est pas un objet qu on rencontre dans la réalité ; Il peut par conséquent avoir les vertus de l abstraction : être clair, précis, univoque, relativement désindexé de situations singulières. Comment définit-on un idéal-type? L idéal-type repose avant tout sur une simplification du réel ; Le privilège méthodologique de la rationalité : placé dans cette situation, qu est-ce qu un acteur rationnel aurait fait?

6 Comment se sert-on d un idéal-type? Le principe : l idéal-type est un étalon auquel on rapporte le réel pour mesurer les proximités et les écarts ; La mise au jour du sens des actions en est facilité : on compare une action avec des idéaux-types dont on maîtrise la construction ; La mise au jour de relations causales : je dégage une causalité abstraite entre A et B ; je compare avec la consécution historique concrète, plus ou moins proche de mon idéal-type ; je vois ce qui excède ou ce qui fait défaut. Idéal-type et hypothèse : Rappel de la démarche hypothético-déductive ; Une bonne hypothèse est juste, elle est vérifiée un idéal-type n est jamais juste ; Une hypothèse suppose que les situations sont les mêmes un idéal-type vise à résoudre les difficultés engendrées par le fait que les situations historiques ne sont jamais les mêmes.

7 Les sciences sociales et les valeurs L abstention de jugements de valeur Weber plaide pour «l exigence très triviale que le chercheur tienne inconditionnellement séparées l une de l autre la constatation empirique des faits empiriques (y compris sa conduite d évaluateur des êtres humains empiriques qu il étudie) et sa pratique d évaluation, autrement dit quand il juge ces faits ( ) agréables ou désagréables et, en ce sens, prend une position appréciative ; encore une fois, il s agit là, en effet, de problèmes hétérogènes» (Essais sur la théorie de la science) Le rapport aux valeurs du chercheur : Il est inévitable, puisqu il motive le choix des objets et des questions qu il leur applique; Il doit être conscient, explicite et contrôlé la lecture bourdieusienne de Weber, et l impératif d une socio-analyse permanente.

8 Une application : L éthique économique des grandes religions mondiales Le point de départ : les régions allemandes et américaines qui ont connu le plus fort développement économique sont des régions protestantes et, plus précisément, calvinistes ; Une question : y aurait-il un lien entre l éthique protestante et le comportement intéressé, calculateur et égoïste du capitaliste?

9 Quelques précisions, quelques contresens La question n est pas : la doctrine (théologique) calviniste défendelle un comportement rationnel, égoïste, etc.? La séquence que vise Weber est la suivante: Celui qui croit en une doctrine religieuse adopte un certain comportement, réglé par des principes objectifs dont il n est pas nécessairement conscient et qui ne sont pas nécessairement explicités dans la doctrine religieuse à laquelle il croît ; Le puritain qui règle son comportement d après ces principes objectifs aura-t-il un comportement compatible, ou proche, de celui d un capitaliste? La démarche : construire des idéaux-types de comportement du puritain et du capitaliste ; les rapprocher et leur rapprocher des situations historiques concrètes.

10 L idéal-type du comportement capitaliste Le capitaliste recherche le profit pour lui-même. Il met en œuvre des moyens rationnels pour parvenir à ses fins.

11 L idéal-type du comportement puritain La doctrine calviniste et la Constitution de Westminster de 1647 : Dieu est absolu et transcendant : il est inaccessible aux hommes ; Il a créé le monde pour sa plus grande gloire : l homme doit travailler à le faire fructifier ; Les choses terrestres appartiennent à l ordre du péché ; L homme ne peut rien faire pour son salut : il a été damné ou sauvé, de toute éternité, par le decretum horribile. Les injonctions éthiques du calvinisme : La doctrine calviniste proscrit tout mysticisme ; Elle incite à l investissement intra-mondain ; Elle est psychologiquement insupportable : l homme cherche, non pas à gagner son élection, mais à savoir s il est élu ou s il ne l est pas ; Elle porte à la rationalité, car il faut entretenir un lien direct avec les textes.

12 Portrait du calviniste en capitaliste Il s investit dans le monde, il y travaille ; Il y recherche la réussite comme le signe de son élection ; S il réussit, il ne peut en tirer ni gloire, ni plaisir : il réinvestit l argent gagné. Il fait tout cela avec des moyens rationnels.

13 Du sens aux causes La démarche de Weber, à ce stade, est compréhensive : il s agit de mettre au jour une affinité de sens entre le comportement puritain et le comportement capitaliste ; Pour mettre au jour une relation causale, il faut mener une comparaison entre les différentes éthiques économiques découlant des grandes religions mondiales ; Weber se lance donc dans un gigantesque chantier comparatif dans lequel il analyse l éthique économique issu du judaïsme antique, du confucianisme et du taoïsme, de l hindouisme et du bouddhisme. Sa conclusion se fait alors causale : «Il n a jamais existé qu un seul moyen de briser la magie et de rationaliser le mode de vie : celui des grandes prophéties rationnelles. Toute prophétie, à vrai dire, ne détruit pas la puissance de la magie, mais même un prophète, qui se légitime par des miracles et autres moyens magiques, brise les ordres sacrés traditionnels. Ce sont les prophéties qui ont engendré le désenchantement du monde et qui ont ainsi posé les fondements de notre science et de notre technique moderne ainsi que du capitalisme» (Histoire économique générale, p. 379).

La rationalisation du droit chez Max Weber

La rationalisation du droit chez Max Weber La rationalisation du droit chez Max Weber Aujourd hui, Max Weber (1864-1920) est considéré comme un des pères fondateurs de la sociologie moderne, et on retrouve l héritage de Weber chez beaucoup de sociologues

Plus en détail

Cours no 12. La bureaucratie et la technocratie: L impact et l influence de ces modes de gestion dans l administration publique

Cours no 12. La bureaucratie et la technocratie: L impact et l influence de ces modes de gestion dans l administration publique Cours no 12 La bureaucratie et la technocratie: L impact et l influence de ces modes de gestion dans l administration publique Plan du cours Bureaucratie et technocratie : Définition Similitudes et différences

Plus en détail

L Avare de Molière peut être considéré comme un bon exemple d idéal-type.

L Avare de Molière peut être considéré comme un bon exemple d idéal-type. MAX WEBER 1864-1920 Neutralité axiologique - Distinction totale entre le savant et le politicien - Connaître ce qui est, définir ce qui devrait être - Distinction entre la production de connaissances scientifiques

Plus en détail

Identités et relations

Identités et relations Identités et relations Qui suis-je? Qui sommes-nous? L élève explore l identité, les valeurs et les croyances, la santé personnelle, physique, mentale, sociale et spirituelle. Il étudie la valeur du «moi».

Plus en détail

La réception de l œuvre de Weber en France a été tardive,

La réception de l œuvre de Weber en France a été tardive, Introduction La réception de l œuvre de Weber en France a été tardive, malgré l attention que lui avait accordée Raymond Aron dès la fin des années 1930 [Aron, 1938a, 1938b]*. Les premières traductions

Plus en détail

Sociologie des organisations

Sociologie des organisations + S7- EAO 5 Sociologie des organisations Ecole Centrale Marseille Laetitia PIET 2A-PROMO 2013 Novembre 2011 1-Rationalisation et bureaucratie Théories classiques de l organisation + Plan 2 1. L organisation

Plus en détail

LA DEMARCHE DE RECHERCHE

LA DEMARCHE DE RECHERCHE LA DEMARCHE DE RECHERCHE I. Différentes méthodes d'acquisition des connaissances... 1 II. Les trois grandes phases d'une démarche de recherche... 2 A. La phase conceptuelle ou théorique... 2 B. Phase méthodologique...

Plus en détail

Sociologie des Organisations BUREAUCRATIE. Fernanda Faini

Sociologie des Organisations BUREAUCRATIE. Fernanda Faini Sociologie des Organisations BUREAUCRATIE Fernanda Faini L organisation bureaucratique Modèle wébérien Standardisationdes procédures Garantie de efficience, régularité, plein temps Divisiondes tâches et

Plus en détail

Demander à la salle de définir le verbe impliquer

Demander à la salle de définir le verbe impliquer Demander à la salle de définir le verbe impliquer Impliquer, c'est établir les conditions de la participation des salariés à la réalisation de l'objectif que se fixe tout créateur d'entreprise : faire

Plus en détail

L ensemble des nombres réels

L ensemble des nombres réels Université Pierre et Marie Curie 1M001 L ensemble des nombres réels 1 Entiers, rationnels et réels N = {0, 1,...} est l ensemble des entiers naturels. Z = {...,, 1, 0, 1,,...} est l ensemble des entiers

Plus en détail

UE 7 Management Le programme

UE 7 Management Le programme UE 7 Management Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction au management

Plus en détail

Le programme de seconde

Le programme de seconde Le programme de seconde Inspection Pédagogique Régionale. Novembre 2009 OBJECTIFS Introduction La seconde est une classe de détermination. Le programme de mathématiques y a pour fonction : de conforter

Plus en détail

Parcours-type de formation en sciences des religions - intervention et SASEC

Parcours-type de formation en sciences des religions - intervention et SASEC Parcours-type de formation en sciences des religions - intervention et SASEC Votre feuille de route pour vos études Faculté de théologie et de sciences des religions 2 Sommaire Introduction... 3 Vous êtes

Plus en détail

CHERCHER CYCLE 2 CYCLE 3 CYCLE 4 CYCLE 2 CYCLE 3 CYCLE 4. CP CE1 CE2 CM1 CM2 6 ème 5 ème 4 ème 3 ème

CHERCHER CYCLE 2 CYCLE 3 CYCLE 4 CYCLE 2 CYCLE 3 CYCLE 4. CP CE1 CE2 CM1 CM2 6 ème 5 ème 4 ème 3 ème CHERCHER Extraire d un document les informations utiles, les S engager dans une démarche de résolution de Prélever et organiser les informations nécessaires à la résolution de problèmes à partir de supports

Plus en détail

Définition et diversité des entreprises

Définition et diversité des entreprises Définition et diversité des entreprises plan I. Introduction II. Définition d entreprise III. L approche économique IV. L approche sociologique V. L approche juridique VI. L approche systémique Réalisé

Plus en détail

les racines carrées :

les racines carrées : les racines carrées : 1) Introduction : il existe un et un seul nombre positif dont le carré est 4 c est 2. il existe un et un seul nombre positif dont le carré est 9, c est 3. Existe il un nombre positif

Plus en détail

Fiche professeur. La structure gonflable

Fiche professeur. La structure gonflable Fiche professeur La structure gonflable Niveaux et objectifs pédagogiques 4 e : notion de volume, calcul de volumes, utilisation d une échelle et proportionnalité, grandeurs composées. 3 e : consolidation

Plus en détail

LAÏCITE, SERVICE PUBLIC ET PETITE ENFANCE.

LAÏCITE, SERVICE PUBLIC ET PETITE ENFANCE. LAÏCITE, SERVICE PUBLIC ET PETITE ENFANCE. Jean Claude BOUAL Secrétaire général adjoint EGALE Les deux concepts de laïcité et de service public ont été forgés à la même époque, la fin du 19ème siècle et

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHESE SUR L INTERPROFESSIONNALITE CAPITALISTIQUE

RAPPORT DE SYNTHESE SUR L INTERPROFESSIONNALITE CAPITALISTIQUE Comité FNUJA du 3 juillet 2010 RAPPORT DE SYNTHESE SUR L INTERPROFESSIONNALITE CAPITALISTIQUE Par Marie DUTAT Co-Présidente de la Commission Prospective UJA de Lille Par Alexandra PERQUIN Présidente de

Plus en détail

Économie politique classique. Jean-Marie Harribey 2009

Économie politique classique. Jean-Marie Harribey 2009 Économie politique classique Jean-Marie Harribey 2009 Travail commandé et travail incorporé (de Smith à Marx) Travail incorporé Travail commandé Travail incorporé dans la marchandise grâce à dans la future

Plus en détail

Lecture efficace. Pour les étudiants du baccalauréat en droit. Service de soutien à l apprentissage Automne 2015.

Lecture efficace. Pour les étudiants du baccalauréat en droit. Service de soutien à l apprentissage Automne 2015. Lecture efficace Pour les étudiants du baccalauréat en droit Service de soutien à l apprentissage Automne 2015 Services-conseils Objectif de l atelier «Lecture efficace»: Me rendre plus autonome et plus

Plus en détail

2. La société est marquée par le désenchantement du monde et la rationalisation des rapports sociaux.

2. La société est marquée par le désenchantement du monde et la rationalisation des rapports sociaux. CHAPITRE 7 LA RATIONALISATION DES ACTIVITES SOCIALES L ANALYSE DE MAX WEBER I. L ETHIQUE PROTESTANTE ET L ESPRIT DU CAPITALISME A. MAX WEBER 1. Biographie (1864-1920) Enfance et formation Age adulte 2.

Plus en détail

Charte de la mobilité dans la fonction publique de l Etat Tout le monde s engage...

Charte de la mobilité dans la fonction publique de l Etat Tout le monde s engage... MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Charte de la mobilité dans la fonction publique de l Etat Tout le monde s engage... > Charte de la mobilité dans la fonction publique de

Plus en détail

L ADOPTION. 1. L adoption, c est quoi? 2. Un enfant privé de famille, qu est- ce que c est?

L ADOPTION. 1. L adoption, c est quoi? 2. Un enfant privé de famille, qu est- ce que c est? L ADOPTION «L adoption d enfant est un mode récent de création de filiation entre un enfant et un ou des adultes. Il a été introduit ( ) pour répondre au souci de l enfant sans famille ( ), mais pas pour

Plus en détail

la Composition (d histoire)

la Composition (d histoire) la Composition (d histoire) Définition : la composition est une démonstration. l'épreuve se décompose en trois temps : 1- l'analyse du sujet. 2- la Construction du plan. 3- la Rédaction du devoir. l'analyse

Plus en détail

Renforcement sismique d un bâtiment en maçonnerie

Renforcement sismique d un bâtiment en maçonnerie Renforcement sismique d un bâtiment en maçonnerie Ménad CHENAF (CSTB) Journée Technique de l AFPS - 12/06/2014 2014 2/27 Guide DRBE : travail effectué entre 2008 et 2012 par un Groupe de Travail conjoint

Plus en détail

La bureaucratie LA BUREAUCRATIE MAX WEBER

La bureaucratie LA BUREAUCRATIE MAX WEBER La bureaucratie LA BUREAUCRATIE MAX WEBER La bureaucratie : Max Weber MAX WEBER : 1864/1920 Sociologue allemand Question centrale : de quel type d autorité vont avoir besoin les entreprises? quelles sont

Plus en détail

Charte d investissement responsable

Charte d investissement responsable Cette brochure est imprimée sur du papier composé à 60 % de papier recyclé FSC et à 40 % de fibres fraîches certifiées FSC. Sommaire 4 Caisse de pensions de l'etat de Vaud un investisseur de référence

Plus en détail

- S. AKIR Préparation CRPE Session 2014 Français CRPE. L Analyse de textes. Fiche établie d après l e-learning ForPorf CRPE Master Juin 2013

- S. AKIR Préparation CRPE Session 2014 Français CRPE. L Analyse de textes. Fiche établie d après l e-learning ForPorf CRPE Master Juin 2013 Méthodologie 1/6 Fiche établie d après l e-learning ForPorf CRPE Master Juin 2013 L Analyse suppose de rendre compte de l ensemble du corpus proposé de façon argumentée en référence aux textes et documents

Plus en détail

D E R O U L E M E N T

D E R O U L E M E N T AFFIAI SI C/ CAPAB V SPI C1/ Faire preuve de curiosité à l égard de son environnement S1/ va à la recherche d informations complémentaires S2/ connaît les lieux, les activités et les événements qui concernent

Plus en détail

Maîtriser les techniques du consultant

Maîtriser les techniques du consultant Maîtriser les techniques du consultant > Développer son réseau relationnel > Respect mutuel et management > PNL et conseil > Parcours coach professionnel > Les fondamentaux de la gestion de projet 16 >

Plus en détail

Les ateliers en maternelle

Les ateliers en maternelle Les ateliers en maternelle Les différents types d ateliers Les ateliers dirigés Il est dirigé par l enseignant-e. Privilégier un atelier de construction de savoir : situation de recherche ou problème,

Plus en détail

Réalisé par: SEBBAH Fatima Ezahra ELMASLOHI Rahma BEKKADA Sara

Réalisé par: SEBBAH Fatima Ezahra ELMASLOHI Rahma BEKKADA Sara Université Hassan II Mohammedia - Casablanca Faculté des Sciences Juridiques Économiques et Sociales Ain Sebaâ Réalisé par: SEBBAH Fatima Ezahra ELMASLOHI Rahma BEKKADA Sara 2010/2011 Introduction I) Présentation

Plus en détail

Cette note propose des outils pratiques afin de faire de l'évaluation une étape positive à la fois pour l'apprenti(e) et la collectivité.

Cette note propose des outils pratiques afin de faire de l'évaluation une étape positive à la fois pour l'apprenti(e) et la collectivité. Fiche pratique RH Direction Expertise statutaire et ressources humaines Pôle Recrutement et conseil RH 05 59 90 18 23 apprentissage@cdg-64.fr CONTRATS D'APPRENTISSAGE - Evaluer le travail de l'apprenti

Plus en détail

La liberté de pensée est indépendante de la liberté d agir.

La liberté de pensée est indépendante de la liberté d agir. C O R R I G É Éléments d analyse NOTIONS EN JEU La liberté; l État; la société; autrui. THÈSE ADVERSE La liberté de pensée est indépendante de la liberté d agir. PROCÉDÉ D ARGUMENTATION L auteur s appuie

Plus en détail

1 Priorités sur les opérations

1 Priorités sur les opérations OBJECTIFS du chapitre Numéro Arithmétique Pour toi N1 Mener des calculs avec des expressions numériques N2 Mener des calculs avec des fractions N3 Utiliser les puissances de 10 et déterminer l écriture

Plus en détail

C1 LOGIQUE ENTREPRENEURIALE & LOGIQUE MANAGERIALE ENTREPRENDRE & DIRIGER ENTREPRENDRE & GERER

C1 LOGIQUE ENTREPRENEURIALE & LOGIQUE MANAGERIALE ENTREPRENDRE & DIRIGER ENTREPRENDRE & GERER C1 LOGIQUE ENTREPRENEURIALE & LOGIQUE MANAGERIALE ENTREPRENDRE & DIRIGER ENTREPRENDRE & GERER I. LA LOGIQUE ENTREPRENEURIALE : UN ETAT D ESPRIT & UNE DEMARCHE A. La logique entrepreneuriale : L esprit

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 1998 10 42 0171 Catégorie : C* Dernière modification : 17/04/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Technicien en acoustique

Plus en détail

TABLES DES MATIÈRES. Sommaire Liste des abréviations Préface Introduction générale... 21

TABLES DES MATIÈRES. Sommaire Liste des abréviations Préface Introduction générale... 21 TABLES DES MATIÈRES Sommaire... 11 Liste des abréviations... 13 Préface... 17 Introduction générale... 21 PREMIÈRE PARTIE LE DÉPASSEMENT DES CONCEPTS D USAGER ET DE CONSOMMATEUR : L EXISTENCE D UN CONCEPT

Plus en détail

Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES

Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES IMBS3 - ISCID-CO, site de Dunkerque, 2015/2016 Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES Fiche de Mathématiques 2 - Notions générales sur les tests. 1 Notions générales

Plus en détail

Les étapes d une démarche d apprentissage en situation problème. D après un document de Hélène Lagarde CPAIEN

Les étapes d une démarche d apprentissage en situation problème. D après un document de Hélène Lagarde CPAIEN Les étapes d une démarche d apprentissage en situation problème D après un document de Hélène Lagarde CPAIEN 1 Représentations initiales Qu est qu une situation d apprentissage? 2 Quels sont les objectifs?

Plus en détail

L importance des déterminants en promotion de la santé

L importance des déterminants en promotion de la santé L importance des déterminants en promotion de la santé Journées régionales d échanges de pratiques PRC 26 novembre 2015 Anne Perrève SSU Fabienne Gelas Aides Auvergne Ludivine Doly Kuchcik Dispensaire

Plus en détail

KURT LEWIN : (9Septembre Février 1947)

KURT LEWIN : (9Septembre Février 1947) KURT LEWIN : (9Septembre 1890-12Février 1947) Psychologue et sociologue Américain, Kurt est né dans une famille juive en Allemagne ; il fut le deuxième d une famille de quatre enfants ses parents étaient

Plus en détail

Psychologie du comportement du consommateur

Psychologie du comportement du consommateur Psychologie du comportement du Partie I : Marché et Consommateurs Qu est-ce que le comportement du? Impact des s sur la stratégie marketing Impact du marketing sur les s Ethique Marketing et politique

Plus en détail

COMPARAISON DES OUTILS DE SIMULATION D ECLAIRAGE NATUREL

COMPARAISON DES OUTILS DE SIMULATION D ECLAIRAGE NATUREL COMPARAISON DES OUTILS DE SIMULATION D ECLAIRAGE NATUREL 14 novembre 2013 Lyon Journée technique architecture et confort éclairage naturel Groupe de travail Outil de VAD Ville et Aménagement Durable-19

Plus en détail

L évaluation des postes

L évaluation des postes L évaluation des postes Plan L évaluation des postes : Définition Les principaux objectif d une évaluation des postes Le processus d évaluation Les finalités d une évaluation des postes Les méthodes d

Plus en détail

L avenir des sites de marques passe par le contenu éditorial

L avenir des sites de marques passe par le contenu éditorial L avenir des sites de marques passe par le contenu éditorial Baromètre sur les attentes des consommateurs vis-à-vis des sites de marques sur Internet Vague 2 Mars 2012 Une étude réalisée pour 1 Ce rapport

Plus en détail

Présentation de la formation

Présentation de la formation Certificat d Etudes Administratives Enseignement A Distance Présentation de la formation OBJECTIFS Acquérir les outils et les méthodes nécessaires à la réussite des concours administratifs (A, B ou C).

Plus en détail

LE HOME STAGING OFFRE UN AVANTAGE CONCURRENTIEL DECISIF

LE HOME STAGING OFFRE UN AVANTAGE CONCURRENTIEL DECISIF LE HOME STAGING OFFRE UN AVANTAGE CONCURRENTIEL DECISIF Le Home Staging ne permet pas de vendre plus cher, il permet d attirer plus d acquéreurs potentiels. La façon dont vous vivez et la façon dont votre

Plus en détail

Les plans expérimentaux

Les plans expérimentaux Les plans expérimentaux I) Avant propos : résumé des épisodes précédents Comme nous l avons précisé précédemment, la méthode expérimentale est la seule méthode qui permette de d établir un lien de causalité

Plus en détail

LES NON-DITS DE L ORIGINE. Étienne Klein

LES NON-DITS DE L ORIGINE. Étienne Klein LES NON-DITS DE L ORIGINE Étienne Klein Même si nul ne sait quelle fut l origine de l univers, nous ne nous privons pas d en parler. Mais en parler, est-ce la dire? Chacun voit qu à son sujet différentes

Plus en détail

Colloque CLARA 14 Novembre «Pour une AMP respectueuse de la dignité humaine et la liberté de tous»

Colloque CLARA 14 Novembre «Pour une AMP respectueuse de la dignité humaine et la liberté de tous» Colloque CLARA 14 Novembre 2009 «Pour une AMP respectueuse de la dignité humaine et la liberté de tous» 1 Aspects juridiques de la GPA en Belgique Par Nicole Gallus, spécialiste en droit de la famille,

Plus en détail

LES APPROCHES QUALITATIVES

LES APPROCHES QUALITATIVES LES APPROCHES QUALITATIVES L objectif est d interviewer et d analyser les personnes prises séparément ou en groupe afin de dégager des hypothèses explicatives. Ces dernières seront ensuite vérifiées a

Plus en détail

A l issue de l enquête publique, quel est le rôle du CE? 1/ Le rapport 2/ Les conclusions

A l issue de l enquête publique, quel est le rôle du CE? 1/ Le rapport 2/ Les conclusions A l issue de l enquête publique, quel est le rôle du CE? 1/ Le rapport 2/ Les conclusions 1 Déroulement de l enquête publique «environnement» Dépôt du dossier par le MOa auprès de l autorité organisatrice

Plus en détail

Evaluation d impact: enjeux et méthodes

Evaluation d impact: enjeux et méthodes INSEE- DMS CAE - 26 avril 2013 De quoi parle-t-on ici? Évaluation de politiques publiques : souvent abordée dans le débat public sous l angle budgétaire Nombres de bénéficiaires, coût, mise en œuvre...

Plus en détail

(République arabe d Egypte)

(République arabe d Egypte) LOI Nº 94 DE L ANNÉE 2003 RELATIVE À LA CRÉATION DU CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L HOMME (*) (République arabe d Egypte) Au nom du peuple Le Président de la République L Assemblée du peuple a adopté

Plus en détail

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre?

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre? Offre de formation 2013 Le pouvoir d agir Appui à la vie associative Projets sociaux des collectivités locales Projet associatif Actions citoyennes Bénévolat Développement social local La participation

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17. (8.008 signes)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17. (8.008 signes) Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17 (8.008 signes) La reconnaissance du volontariat Quelles responsabilités pour le volontaire

Plus en détail

Dans ce cadre, l objectif sera à la fois :

Dans ce cadre, l objectif sera à la fois : 17 juillet 2014 Propos introduction de Maurice GEORGES, directeur des services de la navigation aérienne, à la table ronde sur les métiers des ICNA. Comme vient de le rappeler Monsieur le Secrétaire d

Plus en détail

Les étapes du processus d enseignement d un élément de savoir

Les étapes du processus d enseignement d un élément de savoir Remarque préalable Ce texte s inspire largement du texte de la CIIP-LEP pour les mathématiques 9-10-11 que l on peut consulter sur le site du PER (http://e.maths-m.ch/contenu/didac/etapesduprocessus.pdf).

Plus en détail

Savoir s orienter dans le temps

Savoir s orienter dans le temps HG 01Annexe Histoire-géographie, Monique Lebedel Savoir s orienter dans le temps Pour montrer l ampleur des difficultés, d un élève dyslexique dans l apprentissage de la notion d ordre chronologique voici

Plus en détail

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Les échanges de bonnes pratiques dans le secteur social et médico-social trouvent aujourd hui un vecteur privilégié au

Plus en détail

Institut Universitaire de Formation Technique

Institut Universitaire de Formation Technique MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE République Togolaise Travail Liberté - Partie Institut Universitaire de Formation Technique FORMATEC N d ordre : N PFE/LP-239/2013 CONCEPTION DE

Plus en détail

L AUTORÉGULATION DE LA PROFESSION D AVOCAT SITUATION EN FRANCE. Armand MARX Bâtonnier de Strasbourg

L AUTORÉGULATION DE LA PROFESSION D AVOCAT SITUATION EN FRANCE. Armand MARX Bâtonnier de Strasbourg L AUTORÉGULATION DE LA PROFESSION D AVOCAT SITUATION EN FRANCE Armand MARX Bâtonnier de Strasbourg INTERMEDIATE MEETING / STAGE FBE Geneva, 10 th 13 th October 2012 Avant de parler autorégulation ou indépendance

Plus en détail

AFAK Association Marocaine pour le Civisme et le Développement

AFAK Association Marocaine pour le Civisme et le Développement CIVISME, CITOYENNETE, DEMOCRATIE ET DEVELOPPEMENT AFAK Association Marocaine pour le Civisme et le Développement La démocratie et le développement sont-ils possibles sans mise à niveau des comportements

Plus en détail

Le retour aux études:

Le retour aux études: Le retour aux études: comment y trouver un sens? AQISEP 2013 Sara Savoie, M.A.,M.Ed., orthopédagogue, Université du Québec à Montréal et conseillère d'orientation Lyne Rhéaume, Baccalauréat en relations

Plus en détail

CSE II. Biométrie et statistiques B2 1710E

CSE II. Biométrie et statistiques B2 1710E CSE II Biométrie et statistiques B2 1710E 1 Rappel : Présentation des données sous forme de tableaux et de graphiques : effectif, fréquence relative Calcul des paramètres de tendance centrale et de dispersion

Plus en détail

Contrôle aimantation CONTROLE DE L AIMANTATION DES VOITURES

Contrôle aimantation CONTROLE DE L AIMANTATION DES VOITURES CONTROLE DE L AIMANTATION DES VOITURES Le règlement du LSR prévoit, outre l interdiction des aimants additionnels, le contrôle de l aimantation globale du véhicule. -1) Pourquoi? - Contrairement aux machines

Plus en détail

RÉSOLUTION DE PROBLÈMES AU CYCLE 3. Animation pédagogique P. Corbet CPAIEN Beyrouth

RÉSOLUTION DE PROBLÈMES AU CYCLE 3. Animation pédagogique P. Corbet CPAIEN Beyrouth RÉSOLUTION DE PROBLÈMES AU CYCLE 3 Animation pédagogique P. Corbet CPAIEN Beyrouth M. Malin est fermier. C est l heure de la traite des vaches. Sa voisine vient chercher son litre de lait. M. Martin a

Plus en détail

Jeu Vidéo Pédagogique dans le cadre d un projet de valorisation du site castral de Donzy

Jeu Vidéo Pédagogique dans le cadre d un projet de valorisation du site castral de Donzy Marion GIRARD Master 2 Patrimoine Industriel Scientifique Technique Université de Savoie Année Universitaire 2010-2011 Jeu Vidéo Pédagogique dans le cadre d un projet de valorisation du site castral de

Plus en détail

Statut de l homme aujourd hui (partie 1) : Les bouleversements des rôles et de l identité masculine : quels facteurs explicatifs?

Statut de l homme aujourd hui (partie 1) : Les bouleversements des rôles et de l identité masculine : quels facteurs explicatifs? Union des Fédérations des Associations de Parents de l'enseignement Catholique Avenue des Combattants, 24-1340 Ottignies 010.42.00.50 010.42.00.59 Siège social : rue Belliard, 23A - 1040 Bruxelles Compte

Plus en détail

CHAPITRE 5. Les processus de réalisation

CHAPITRE 5. Les processus de réalisation CHAPITRE 5 Les processus de réalisation 1/ LE CHOIX DES PROCÉDÉS DE RÉALISATION Les contraintes liées à la réalisation d'un objet technique et aux procédés Le ou les procédés choisis doivent permettre

Plus en détail

Les Objets Abstraits : le Point de Vue de la Langue Naturelle

Les Objets Abstraits : le Point de Vue de la Langue Naturelle 1 Ecole Normale Supérieure Les lundi de la philosophie Novembre 13, 2006 Les Objets Abstraits : le Point de Vue de la Langue Naturelle Friederike Moltmann CNRS-IHPST fmoltmann@univ-paris1.fr 1. Exemples

Plus en détail

Conduire avec méthodes vos projets pastoraux

Conduire avec méthodes vos projets pastoraux Conduire avec méthodes vos projets pastoraux La journée en pratique 08h45 09h00 Accueil Laudes Pause 12h00 12h30 13h30 Messe Déjeuner Reprise Pause 17h30 Clôture Objectifs de la journée Connaître les fondamentaux

Plus en détail

Le contexte du Kit RSE

Le contexte du Kit RSE MARS 2015 Le contexte du Kit RSE Un constat La norme ISO 26 000, référence en matière de responsabilité sociétale des entreprises (RSE), est complexe à mettre en œuvre Les entreprises agro-alimentaires

Plus en détail

PROJET DE RECUEIL DE RÉCITS

PROJET DE RECUEIL DE RÉCITS PROJET DE RECUEIL DE RÉCITS La coconstruction de récit : jumelage entre des élèves d adaptation scolaire et des élèves de classe ordinaire Émilie Lapointe, Congrès ITA 2016 (v1. 7) IDÉE DE DÉPART Souhait

Plus en détail

Animation pédagogique du 14 mars 2012 École du Château Saint-André de l Eure. La dictée, support d'apprentissage 1

Animation pédagogique du 14 mars 2012 École du Château Saint-André de l Eure. La dictée, support d'apprentissage 1 Animation pédagogique du 14 mars 2012 École du Château Saint-André de l Eure La dictée, support d'apprentissage 1 La dictée, stop ou encore? Pourquoi, comment? Plutôt encore Pluto encore? Plus tôt encore?

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 02/2014

Directives de la CHS PP D 02/2014 français Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 02/2014 Conditions à respecter par les fondations de placement qui dépassent, en application

Plus en détail

La structure d un argument

La structure d un argument La structure d un argument Pour être valable, un argument doit être approfondi, analysé et explicité. Il nécessite un travail de recherche préalable. Les échanges de la vie quotidienne sont fondés sur

Plus en détail

Séminaire Management. Qu est-ce que le management? 12/07/2009 Marie-odile Legrand 1

Séminaire Management. Qu est-ce que le management? 12/07/2009 Marie-odile Legrand 1 Séminaire Management Qu est-ce que le management? 12/07/2009 Marie-odile Legrand 1 Qu est-ce que le management? Plan A- Essai de définition B -Management et comportement organisationnel C- Management et

Plus en détail

Jean-François Sénéchal, Ph.D.

Jean-François Sénéchal, Ph.D. Débuter en recherche D une nuit de noces mal préparée! Idéaux et contraintes Le rôle social du chercheur en science Jean-François Sénéchal, Ph.D. Chargé d enseignement, Faculté de philosophie de l Université

Plus en détail

Le coin sciences. en maternelle

Le coin sciences. en maternelle Le coin sciences en maternelle Sciences en maternelle: découverte du monde Quelle «découverte»? Découvrir un vrai monde grâce à d authentiques objets et phénomènes, à d authentiques activités et démarches

Plus en détail

COOPÉRATION PLURIDISCIPLINAIRE

COOPÉRATION PLURIDISCIPLINAIRE COOPÉRATION PLURIDISCIPLINAIRE MÉDECIN TRAITANT / MÉDECIN CONSEIL / MÉDECIN DU TRAVAIL INTÉRÊT D UNE COOPÉRATION PRÉCOCE SITUATION FRÉQUENTE LOMBO SCIATIQUE ET SIÈGE Secrétaire dans société commerciale

Plus en détail

ACTIVITES PROFESSIONNELES DE FORMATION : BREVET D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DE GESTIONNAIRE D UNITES COMMERCIALES

ACTIVITES PROFESSIONNELES DE FORMATION : BREVET D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DE GESTIONNAIRE D UNITES COMMERCIALES MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION ACTIVITES

Plus en détail

- Compétence 1 : Interroger les réalités sociales dans une perspective historique (présent et passé)

- Compétence 1 : Interroger les réalités sociales dans une perspective historique (présent et passé) Le programme de formation de l école québécoise Première année du 2 e cycle du secondaire Histoire et éducation à la citoyenneté Les compétences : - Compétence 1 : Interroger les réalités sociales dans

Plus en détail

Séance 3 (20 novembre 2003) : Max Weber et la sociologie compréhensive.

Séance 3 (20 novembre 2003) : Max Weber et la sociologie compréhensive. Nicolas Belorgey - EAPB Séance 3 (20 novembre 2003) : Max Weber et la sociologie compréhensive. enregistrer Fiches pour étudiants étrangers Nous avons vu l école durkheimienne, qui incarne un courant quantitativiste

Plus en détail

Grille pour la formulation de questions éthiques

Grille pour la formulation de questions éthiques Grille pour la formulation de questions éthiques Jean-Philippe Perreault Faculté de théologie et de sciences religieuses Université Laval jean-philippe.perreault@ftsr.ulaval.ca Résumé Quelques pistes et

Plus en détail

Classe de CM2 ( 3 ère année de cycle III) Compétences du socle commun : Objectifs présents dans les progressions ( B.

Classe de CM2 ( 3 ère année de cycle III) Compétences du socle commun : Objectifs présents dans les progressions ( B. Compétence 3 : Mathématiques «Construire des drapeaux» Classe de CM2 ( 3 ère année de cycle III) Compétences du socle commun : Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

Plus en détail

Dossier. Découverte. Professionnelle

Dossier. Découverte. Professionnelle Nom :. Collège Jean Rostand Prénom :.. Dossier Ma Découverte Professionnelle Année scolaire. Année scolaire. Schaal/pommeau Page 1 SOMMAIRE I Présentation de l élève -Mon portrait -Qui suis-je? Mon projet?

Plus en détail

cycle 3 CPDCS77 Meaux Nord Mars 2014

cycle 3 CPDCS77 Meaux Nord Mars 2014 Les problèmes au cycle 3 CPDCS77 Meaux Nord Mars 2014 Au cycle 3 Du CE2 au CM2, dans les quatre domaines du programme, l élève enrichit ses connaissances, acquiert de nouveaux outils, et continue d apprendre

Plus en détail

THÉORIES DES ORGANISATIONS (2 séances) 3 et 10 novembre 2005 Eric GODELIER HSS1

THÉORIES DES ORGANISATIONS (2 séances) 3 et 10 novembre 2005 Eric GODELIER HSS1 THÉORIES DES ORGANISATIONS (2 séances) 3 et 10 novembre 2005 Eric GODELIER HSS1 Qu est-ce qu une organisation? : Un objet commun à de nombreuses disciplines scientifiques (Sciences de la vie et de la nature,

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 Avis du 8 septembre 2010 I. Introduction a. Absence de cadre conceptuel

Plus en détail

TRAITER L INFORMATION SYSTEMES DE NUMERATION

TRAITER L INFORMATION SYSTEMES DE NUMERATION TRAITER L INFORMATION SYSTEMES DE NUMERATION INTRODUCTION Nous sommes habitués, depuis notre enfance à utiliser le système numérique décimal, à tel point que nous ne voyons même plus la manière dont ce

Plus en détail

Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire

Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire Cécile Delesalle (Vérès Consultants) et Gérard Marquié (Institut national de la jeunesse et de l éducation populaire).

Plus en détail

10 avril Survol des domaines d expertise nécessaires à la mise en œuvre des projets en analytique

10 avril Survol des domaines d expertise nécessaires à la mise en œuvre des projets en analytique 10 avril 2013 Survol des domaines d expertise nécessaires à la mise en œuvre des projets en analytique Plan de la présentation Qu entend-on par «Data Analytics»? Feuille de route de l analytique Visualisation

Plus en détail

Le bénévolat aujourd hui

Le bénévolat aujourd hui Le bénévolat aujourd hui Enjeux individuels et collectifs Juin 2015 Cécile BAZIN Marie DUROS - Jacques MALET Recherches & Solidarités Un réseau associatif d experts et d universitaires : Sans but lucratif,

Plus en détail

Quelles sont les causes de l abstention en France depuis 1980 et cela traduit-il un désintéret pour la vie politique?

Quelles sont les causes de l abstention en France depuis 1980 et cela traduit-il un désintéret pour la vie politique? L ABSTENTION Quelles sont les causes de l abstention en France depuis 1980 et cela traduit-il un désintéret pour la vie politique? L Abstention au vote Les facteurs sociaux du vote L abstention :L'abstention

Plus en détail

APPEL À COMMUNICATIONS

APPEL À COMMUNICATIONS APPEL À COMMUNICATIONS FORUM MONDIAL DE L ÉCONOMIE SOCIALE - GSEF2016 7 AU 9 SEPTEMBRE 2016 MONTRÉAL, QUÉBEC, CANADA 1 GSEF EN BREF Le Forum mondial de l économie sociale-gsef2016 constitue la troisième

Plus en détail

L'opinion des Français suite à la conférence de presse de François Hollande du mardi 14 janvier 2014

L'opinion des Français suite à la conférence de presse de François Hollande du mardi 14 janvier 2014 NOTE DETAILLEE L'opinion des Français suite à la conférence de presse de François Hollande du mardi 14 janvier 2014 Etude Harris Interactive pour LCP Enquête réalisée en ligne le 14 janvier (à partir de

Plus en détail

Les grands domaines des mathématiques

Les grands domaines des mathématiques Les grands domaines des mathématiques La classification de Bossut, 1784 «Les mathématiques ont pour objet de mesurer, ou plutôt de comparer les grandeurs ; par exemple les distances, les surfaces, les

Plus en détail