L édition phonographique. Synthèse prospective Emploi-Compétences

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L édition phonographique. Synthèse prospective Emploi-Compétences"

Transcription

1 L édition phonographique Synthèse prospective Emploi-Compétences

2 ...Première partie Au cœur du patrimoine artistique Vous avez dit phonographique?... 4 Les entreprises et les effectifs... 9 La formation Deuxième partie Des changements majeurs De nombreux facteurs d évolution...17 Une diversification des activités...22 et une réorganisation des métiers troisième partie Des défis pour demain Pour une mutation réussie actions clés Des avancées significatives première partie Au cœur du patrimoine artistique la musique avant toute chose», écrivait Verlaine. «De Il parlait de poésie, certes, mais la distance n est-elle pas infime, parfois, entre une chanson à texte, une œuvre musicale et un poème? La production musicale occupe une place majeure dans le patrimoine culturel, artistique d un pays. Un patrimoine dont l édition phonographique est l artisan majeur. Sans elle, pas de création artistique de qualité, ni de carrière durable Lancez le son! _ 2 3 _

3 Au cœur du patrimoine artistique Vous avez dit phonographique? phonographique Aux yeux ou plutôt aux oreilles de certains, le mot a peut-être une connotation un peu désuète. Il évoque en effet le phonographe, cet appareil devenu rare aujourd hui, remisé dans les greniers, un bien bel outil qui fut remplacé dans les années L édition 50 par l électrophone, lequel est lui aussi, désormais, condamné aux étals des brocantes! Avec, à ses côtés, alignés en piles, les fameux disques en vinyle sur lesquels ont chanté et dansé tant de Français et que s arrachent aujourd hui des millions de collectionneurs. S arrachera-t-on de la même manière, demain, les supports actuels, physiques ou dématérialisés (CD, clés USB, MP3 )? est riche des millions d œuvres, de chansons, de courants musicaux qu elle a gravés et immortalisés, de décennie en décennie, et qui sont aujourd hui diffusés dans le monde entier. Riche des centaines d artistes qu elle révèle, jour après jour, contribuant à la découverte et à la promotion des styles, des courants, des tendances dont on parlera encore demain et après-demain. À l instar des industries du cinéma et du livre, à l image de tous les arts en général, elle contribue à l élan culturel d un pays, à son histoire et à son patrimoine artistiques. Tout simplement, elle fait partie de nos loisirs, de notre vie. Lequel d entre nous n a pas, sur les lèvres ou à l esprit, à un moment de la journée, un air, une chanson qu il aime et qui, parfois, lui rend la vie un peu plus facile? Pris dans le tourbillon de toutes ces chansons et musiques, on a sans doute un peu oublié aujourd hui le mot phonogramme. Il dit pourtant bien ce qu il en est, à savoir «le tracé de l enregistrement des vibrations sonores de la voix humaine». Cette activité constitue le cœur de métier de l édition phonographique, répertoriée dans la nomenclature NAF 2008* sous le code Z «Enregistrement sonore et édition musicale». Creadedesigner/Fotolia (*) La nomenclature d activités françaises a fait l objet d un décret commun qui oblige l ensemble des organismes publics à utiliser la nomenclature, ou ses dérivés, dans les textes officiels, décisions, travaux, études, etc. Chaque établissement se voit attribuer un code NAF en fonction de la nature de son activité principale. _ 4 _

4 Au cœur du patrimoine artistique Ce code comprend les activités visées par le champ d application de la convention collective nationale (CCN) en vigueur dans la profession, lequel concerne globalement «la production, l édition ou la distribution de phonogrammes ou de vidéogrammes musicaux ou d humour». Ainsi que le soulignent les professionnels de l édition phonographique et cela n est pas une lapalissade, rien, pour l artiste, ne remplacera cet «enregistrement des vibrations sonores de la voix humaine». Ne seraitce que parce que tous les chanteurs et musiciens ne font pas de la scène et des tournées. La production d un CD, d un album, d un single, reste donc en quelque sorte, pour celui qui veut faire connaître son art au public, un passage obligé. Mais l édition phonographique, c est aussi le travail effectué en amont de l enregistrement, à savoir la création artistique en tant que telle. La recherche et le repérage de l artiste chanteur, musicien, auteur compositeur, les conseils, l aide technique qu on lui apporte, l accompagnement dont il bénéficie pour toucher le plus large public, se faire un nom et gérer sa carrière. est ainsi un maillon essentiel de la chaîne de la création musicale. Tout un univers qui, finalement, reste mal connu, en comparaison avec celui du showbiz à proprement parler. Des métiers variés regroupe de nombreux métiers appartenant à différentes catégories socioprofessionnelles. Parmi les salariés permanents, on peut, schématiquement, distinguer les professions de front office, réunies autour du projet artistique, et celles de back office, qui correspondent Richard Dumas CCN La convention collective nationale de l édition phonographique a été signée le 30 juin 2008 par les partenaires sociaux. Cet accord, qualifié d «historique» par Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication de l époque, comble un vide de plus de quinze années. Il comporte, entre autres, des textes concernant la formation professionnelle et la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC), point traité en 3 e partie de la synthèse. LES VENTES PAR RÉPERTOIRE Classique : 8 % Variété nationale : 55 % Variété internationale : 37 % Total 2009 : 588 millions d euros à des emplois administratifs semblables à ceux que l on trouve dans toutes les entreprises (avec toutefois des particularités liées au métier du disque). La première catégorie regroupe notamment le directeur artistique, le directeur de label, le responsable marketing, les chefs de produits/projet, des cadres artistiques et assistants artistiques, les webmasters Mais le projet ne pourrait voir le jour sans le personnel auquel on fait appel pour un travail et une période donnés : les techniciens du spectacle (qui exercent une multitude de métiers : ingénieur du son, régisseur, machiniste, styliste, perchman, et tant d autres ) et les artistes interprètes (chanteurs, musiciens, choristes, diseurs, etc.). Ces métiers sont également gérés par les «tourneurs» de concerts. La commercialisation occupe bien sûr une place importante avec les grands comptes, la télévente, les techniciens des supports commerciaux et les techniciens commerciaux, les chargés de publicité et les promoteurs terrain. Promotion et communication, assurées notamment par les cadres des relations publiques et de la communication, sont également le nerf de la «guerre». Côté back office, figurent notamment les cadres de services administratifs et financiers (contrôle de gestion, comptabilité, royalties ), la partie fabrication et logistique (chefs de projet fabrication, chargés de logistique de stocks, la gestion du numérique qui devient primordiale), ainsi que les ouvriers du tri, de l emballage et de l expédition des produits Toute une chaîne, là encore, qui travaille pour une activité pas tout à fait comme les autres. Chacun, à son niveau, avec savoir-faire et enthousiasme, avec passion. à retenir Le secteur qui vient de se structurer en branche professionnelle assure le cycle complet de la production (découverte et accompagnement de l artiste, enregistrement de son œuvre, pressage, marketing, promotion et distribution). Ces activités peuvent être regroupées au sein d une même structure ou partagées entre plusieurs acteurs (l un d eux exploite la licence par exemple). _ 7 _

5 Au cœur du patrimoine artistique Les résultats sont-ils à la hauteur de cette implication? Depuis 2002, la branche traverse une période de crise pour les raisons que l on analysera en 2 e partie de cette synthèse. Son chiffre d affaires a ainsi chuté de plus de 55 % entre 2002 et 2009, passant de 1,302 milliard à 588 millions d euros. En 2009, le marché de la musique enregistrée (ventes gros éditeurs hors taxes, nettes de retours et remises) a poursuivi sa baisse (- 3,2 %), mais de façon plus modérée que les années précédentes (- 15 % en 2008, - 17 % en 2007). En 2009, la vente de supports physiques (CD, DVD) représentait 512 millions d euros, contre 76 millions d euros pour la vente de supports dématérialisés (téléchargement Internet, téléphonie mobile, streaming, abonnements ). D un éditeur à l autre On ne fait pas toujours très bien le distinguo entre éditeur de musique et éditeur phonographique. S ils ont des points communs (côté éditeurs indépendants, il arrive même qu une seule entité juridique englobe ces deux activités), ils ont toutefois des rôles distincts : l L éditeur musical (ou graphique) signe des contrats de cession de droits avec des auteurs et assure aux œuvres de ces derniers une diffusion et une exploitation commerciale, notamment et en premier lieu par l édition de la partition musicale. l L éditeur ou producteur phonographique produit l enregistrement de l œuvre. Il choisit donc un artiste-interprète, s investit pour développer la carrière de celui-ci ou, simplement, faire fructifier son œuvre. Le producteur phonographique établit une relation contractuelle avec l artiste (contrat d artiste ou d enregistrement exclusif). Ce n est pas obligatoirement lui qui effectue la fabrication et la distribution des supports «matériels» que sont les disques ; il peut demander à une «maison de disques» d assurer contractuellement, via une licence, ce processus. Clive Bardat Le streaming est une technologie qui permet de lire, visionner et écouter des fichiers sans les télécharger. Principe : une «mise en mémoiretampon» (buffering) des données téléchargées vers l auditeur par un serveur. Elle permet une lecture en transit d un fichier. Les webradios, par exemple, proposent ainsi une écoute et une bibliothèque de titres en streaming qui permettent d écouter à la demande les artistes de son choix et de se créer des albums en ligne. Les entreprises et les effectifs La branche compte environ 600 entreprises employant au moins un salarié (*), classées selon trois catégories. La première rassemble quatre majors : Universal Music, Sony Music, Warner Music et EMI Music. Issues de différentes fusions depuis ces dernières années, filiales nationales de groupes français et internationaux, elles représentent 70 % du marché. Les sociétés indépendantes constituent la seconde catégorie. Plutôt positionnées sur des niches, elles sont aussi plus fragiles en période de crise. La 3 e catégorie est composée des microéditeurs (de 0 à moins de 5 salariés). Ceux-ci forment un tissu dense et atomisé de très petites entreprises (TPE) ou microstructures à la frontière de l économie, plus ou moins viables à moyen terme. (*) Les chiffres diffèrent selon les sources (Sirene, Dads, Afdas, Audiens) mais convergent vers ce chiffre. Benoît Peverelli _ 8 9 _

6 Au cœur du patrimoine artistique 25,9 %, un CA de moins de 0,5 million). 20,9 % comptabilisent un CA de 1 à moins de 2 millions, 4,1 %, un CA allant de 2 à moins de 5 millions, 3,9 %, un CA de 5 à moins de 10 millions. Seules quatre sociétés enregistraient, en 2006, un chiffre d affaires supérieur à 100 millions d euros. Des effectifs en baisse Pierre-Eric/Bailly 61% 50 % des entreprises ont été créées après 2000, majoritairement entre 2000 et Le nombre d entreprises est à la baisse (- 19 % entre 2007 et 2008). Cette baisse concerne davantage celles de plus de 10 salariés, la tendance étant à l augmentation des TPE. Les structures sont généralement mono-établissement ; on des salariés de la branche ont moins compte en moyenne 1,06 établissement par entreprise. de 40 ans On observe toutefois, à l inverse de ce qu on note pour les entreprises elles-mêmes, une augmentation du nombre d établissements depuis ces trente dernières années. Les entreprises employant des salariés permanents sont situées pour près de 70 % d entre elles en Ile-de-France, la région Rhône-Alpes venant en 2 e position (4,5 %), la région Provence-Alpes-Côte d Azur en 3 e (3,7 %), les Pays de la Loire en 4 e avec 2,1 %, suivis de Midi-Pyrénées et Bretagne avec 1,9 %. Les unités de plus de 10 salariés sont toutes implantées en Ile-de-France et en Rhône-Alpes. Leur catégorie juridique est variée, mais les sociétés à responsabilité limitée (SARL) l emportent largement (76 %). On trouve ensuite les SARL unipersonnelles (8 %), les associations déclarées (6 %), les sociétés par actions simplifiées SAS (5 %), les SA à conseil d administration (3 %), les commerçants (2 %) et enfin les sociétés par actions simplifiées à associé unique (SASU) avec 1 %. Les entreprises de plus de 10 salariés sont uniquement des SA et des SAS. 67 % d entre elles réalisent un chiffre d affaires annuel inférieur à un million d euros (41 % enregistrent un CA de 0,5 à moins de 1 million, Geofff/Fotolia La branche emploie environ salariés permanents. 6 % des entreprises concentrent à elles seules 67 % des effectifs, et ceux-ci sont, selon les sources, entre 54 % et 64 % à travailler dans les structures de plus de 50 salariés. Le nombre d emplois, qui a connu une relative stabilité entre 1978 et 1999 (avec tout de même un déficit de 4 %), accuse une baisse sensible depuis Entre cette date et 2007, le secteur a perdu 603 salariés. C est surtout vrai dans les établissements de plus de 250 salariés, en partie au profit des TPE, la décroissance dans les majors se poursuivant (elles ont encore perdu le quart de leurs effectifs entre 2006 et 2008, soit 322 personnes). Comme on l a vu, de nombreux métiers et catégories socioprofessionnelles font vivre la branche de l édition phonographique. On trouve plus de cadres, de techniciens, d agents de maîtrise et de professions intermédiaires que dans les autres secteurs de l industrie française. Employés, professions la répartition des entreprises par taille 100 % 90 % 80 % 70 % 60 % 50 % 40 % 30 % 20 % 10 % 0 % Afdas 2009 De 1 à 4 salariés 92 % 5 % 1 % De 5 à 9 salariés De 10 à 19 salariés 0,4 % De 20 à 49 salariés De 50 à 249 salariés 0,8 % 0,1 % Plus de 250 salariés Dans leur écrasante majorité, les sociétés sont de très petites entreprises (TPE) (moins de 10 salariés). Et dans cette tranche, la plupart ont des effectifs très faibles : soit de 1 à 2 salariés, soit de 3 à 5. _ _

7 Au cœur du patrimoine artistique La formation intermédiaires, cadres administratifs et commerciaux dominent (ils composent à eux seuls 57 % du personnel). Cadres et professions intermédiaires sont moins représentés dans les entreprises employant moins de 10 personnes. Qu en est-il de la répartition hommes/femmes? Les deux sexes sont presque à égalité. 57 % des salariés sont des hommes. Ils occupent surtout des postes de cadres dirigeants, de cadres et d ouvriers, les femmes exerçant des fonctions de cadres, mais également d employés, de techniciens, d agents de maîtrise et des professions intermédiaires. Côté contrats, 27 % de femmes sont en contrat à durée déterminée (CDD), contre 19 % d hommes (source Audiens). La jeunesse du secteur est à remarquer : 61 % des salariés ont moins de 40 ans. est, de tous les secteurs industriels, celui qui compte le plus grand nombre de jeunes salariés. Sur le plan de l ancienneté en revanche, la profession est sous la moyenne nationale. Plus de 50 % des personnes ont peu d ancienneté ; celle-ci est égale ou supérieure à cinq ans. L effectif des artistes et des techniciens intermittents du spectacle est important. Il représente près de personnes, réparties comme suit : hommes (589 cadres techniciens, non cadres techniciens et artistes) et femmes (82 cadres techniciens, 431 non cadres techniciens et artistes). Là encore, la moyenne d âge est peu élevée : chez les hommes, 16 % ont entre 25 et 29 ans, 39 % entre 30 et 39 ans ; chez les femmes, pour les mêmes tranches d âge, le taux est, respectivement, de 19 % et 36 % (source Audiens). Claude Gassian à noter Parmi les effectifs intermittents, les artistes sont majoritaires (73 % environ). La formation initiale Il n y a pas de formation initiale spécifique, ce qui n empêche pas les professionnels d être très diplômés : 8 % des salariés possèdent un diplôme de 3 e cycle universitaire, 9 % ont un niveau licence et plus, 11 % ont suivi un 2 e cycle universitaire, et 8 %, un 1 er cycle universitaire. 13 % sont titulaires d un DUT ou d un BTS, 15 %, du bac, d un brevet de technicien 19 % ont un niveau CAP, BEP, 9 % ont le brevet des collèges. Les spécialités de diplômes sont éclectiques. En tête, la comptabilité et la gestion (19 % des salariés se sont intéressés à ces disciplines), suivies des lettres et arts pluridisciplinaires (15 %), de l accueil, hôtellerie, tourisme (13 %). 11 % des salariés se sont formés à la musique et aux arts du spectacle, 9 % aux spécialités plurivalentes échanges-gestion, 9 % ont suivi des formations générales, 8 % se sont spécialisés dans les mathématiques et les statistiques, les 7 % restants ayant suivi des itinéraires n appartenant pas à ces diverses catégories. Le nombre d emplois diminue dans les entreprises de plus de 250 salariés, en partie au profit des TPE Artwork/Yeahh Studio _ _

8 Au cœur du patrimoine artistique La formation continue Il existe plusieurs dispositifs : < Le plan de formation mis en place dans les entreprises de moins de 10 salariés. 101 personnes l ont suivi en C est moins qu en 2007 (110 personnes) et beaucoup moins qu en 2006 (169 bénéficiaires). Le taux d accès de 12,25 % est légèrement inférieur à la moyenne nationale (13,8 % en 2006). Ce plan concerne à 78 % le secteur édition d enregistrements sonores. 53 % des stagiaires sont des femmes et 47 % des hommes, les ans et les ans étant les plus nombreux. Formations préférées : langues et PAO, puis commerce-vente-marketing. Durée des sessions : entre 21 et 59 heures pour 62 % d entre elles. < Le plan de formation destiné aux entreprises de 10 salariés et plus. 675 personnes en ont bénéficié en 2008 (contre 772 en 2007 et 696 en 2006), soit un taux d accès de 33 %, légèrement inférieur à la moyenne nationale (36 % en 2006). Il est en vigueur quasi intégralement dans le secteur édition d enregistrements sonores. Là encore, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à en bénéficier (51 % contre 49 %) et, parmi les stagiaires, ce sont les ans qui sont les plus représentés, «talonnés» par les ans et les ans. Les ingénieurs et les cadres sont les plus nombreux. Là encore, les langues, puis la bureautique sont les formations les plus prisées. 33 % des sessions s échelonnent de 21 à 59 heures, 29 % de 10 à 20 heures, 30 % durent moins de 10 heures. JB Mondino à noter Comme on le verra en 3 e partie de cette synthèse, des accords ont été signés récemment en faveur de la formation professionnelle et d une politique de ressources humaines et de gestion prévisionnelle des emplois optimisée. ments sonores et la production de films pour le cinéma). On observe une tendance à l augmentation de l âge des bénéficiaires, lesquels sont majoritairement des commerciaux, des assistants de gestion, des attachés de clientèle et des assistants marketing. Spécialités de formation qui ont le vent en poupe : le commerce, la vente, le marketing, la comptabilité, la publicité, les fonctions administratives, puis l audiovisuel et le cinéma. Ces formations, dont le niveau augmente, sont plus qualifiantes et certifiantes et moins diplômantes. De fait, leur durée est plus courte : 61 % de CP de 6 à 12 mois en 2008, contre 64 % de 19 à 24 mois en Ce qui représente en équivalent heures 35 % de contrats de moins de 500 heures, 33 % de 800 à 999 heures et 31 % de à heures (contre 58 % en 2006). < Le congé bilan de compétences (CBC). 39 CBC ont été accordés en 2008 (contre 25 en 2007), le taux de demandes augmentant de 1,02 % entre 2006 et 2008 (moyenne nationale : 0,2 %). Comme pour les CIF, c est dans les entreprises de plus de 10 salariés qu on trouve le plus grand nombre de CBC, le taux de congés étant plus important dans celles employant 10 personnes et plus. Davantage de femmes (61 % contre 39 % pour les hommes) en bénéficient. Âge : une majorité de ans, et surtout de ans. La catégorie socioprofessionnelle la plus représentée est celle des cadres ingénieurs travaillant dans l édition d enregistrements sonores. < Le congé individuel de formation (CIF). Le nombre de CIF a chuté par rapport à 2007 (8 en 2008, 15 en 2007 et 7 en 2006), mais le taux d accès 0,31 % reste supérieur à la moyenne nationale (0,2 % en 2006). Le nombre de CIF est supérieur dans les entreprises de plus de 10 salariés. Ils concernent les salariés (les 2/3 étant des hommes) des deux secteurs d activité fondamentaux : l édition d enregistrements sonores, et la reproduction d enregistrements sonores. Tranche d âge la plus représentée : ans. Les stagiaires en majorité des conducteurs régleurs et des magasiniers caristes optent pour les formations «transport-permis de conduire», «bâtiment-travaux publics» et «commerce-vente-marketing». À la différence des contrats de professionnalisation, les CIF ont une finalité diplômante (50 % de diplômes d État d enseignement technique ou professionnel, suivis de 30 % de certificats de qualification professionnelle). à retenir Agréé par l État, l Afdas est l organisme collecteur des contributions formation des entreprises de la branche professionnelle de l édition phonographique. Son rôle est déterminant dans la prise en charge des besoins de financement des entreprises, des salariés et intermittents du spectacle. Les salariés peuvent contacter directement un conseiller de l Afdas dans la rubrique «contact personnalisé» du portail < Le contrat de professionnalisation (CP). 49 ont été signés en 2008, contre 36 en 2006 (+ 36 %). Le taux de recours a augmenté, lui, de 1,4 % pendant cette même période (il est supérieur à la moyenne nationale). Le nombre de CP est supérieur dans les entreprises de 10 salariés. À l inverse, le taux de recours est plus important dans les structures comptant moins de 10 salariés. Les CP bénéficient en grande majorité aux salariés (dont 61 % de femmes) travaillant dans l édition d enregistrements sonores (très loin derrière, les activités artistiques, la reproduction d enregistre- DIF : d abord les langues 34 salariés ont fait valoir en 2008 leur droit individuel à la formation (DIF), et cela, très largement dans le secteur édition d enregistrements sonores. Bénéficiaires : d abord des ingénieurs et des cadres, des employés et des techniciens, les stagiaires femmes étant contrairement aux moyennes nationales plus nombreuses que les hommes. Les ans l emportent sur les autres tranches d âge. Les spécialités de formation les plus prisées sont : les langues, la PAO et le multimédia. 66 % des actions de formation durent entre 21 et 59 heures, 25 %, plus de 60 heures. _ _

9 De nombreux facteurs d évolution Deuxième partie Des changements majeurs phonographique est confrontée à des changements L édition profonds qui ont un impact sur ses activités, ses revenus et ses emplois. Depuis ces dernières années, elle tente de s adapter au nouveau contexte et de se positionner sur un marché bouleversé. Cela passe notamment par une diversification de ses activités et une réorganisation de ses métiers, mais aussi une évolution des compétences des équipes. De nombreux facteurs d évolution Les facteurs liés aux nouvelles technologies qui ont déclenché la crise Chaque nouveau cycle technologique dans l histoire de l industrie du disque a provoqué des bouleversements (variations d activités, de revenus). Au début des années 1980, le passage du disque vinyle au CD avait provoqué une chute des ventes de 15 %. Depuis 2002, c est le passage du support physique (CD, DVD) au support dématérialisé qui a des répercutions sur les revenus des éditeurs. Les ventes de supports physiques ont chuté de 64 % entre 2002 et Dans le même temps, la croissance du chiffre d affaires réalisé sur la vente de supports dématérialisés n a absolument pas permis de combler la perte subie sur la vente de supports physiques : le chiffre d affaires global des éditeurs phonographiques a baissé de 53 % entre 2002 et Le téléchargement illégal, le développement des logiciels peer to peer (qui permettent aux internautes d échanger des fichiers) ont considérablement accentué les difficultés de la transition. En 2008, 8 millions de John Londono, Artwork/Rud pixelz _ _

10 De nombreux facteurs d évolution personnes auraient téléchargé des contenus illégaux équivalant à un volume de 778 millions de titres (un titre téléchargé légalement pour quatorze illégalement). La musique est devenue le produit culturel le plus «piraté», devant les films, les séries télé et les jeux vidéo. Les autres contenus culturels (cinéma, audiovisuel), la presse, la télévision et surtout la radio doivent faire face eux aussi à leur propre mutation du fait du développement numérique ; dans certains cas, cela se répercute fortement sur le secteur de la musique (côté radio notamment). Les facteurs liés à la diffusion de la musique enregistrée La crise de la diffusion des supports physiques entraîne mécaniquement une crise de la distribution aux détaillants, qui touche les majors lesquelles intègrent la distribution à leurs activités de production, mais aussi quelques indépendants (Wagram, Naïve ou Pias sont également distributeurs). La crise affecte également les détaillants eux-mêmes. Les grandes surfaces spécialisées (FNAC, Virgin, espaces culturels Leclerc, etc.) représentent désormais 54 % de la commercialisation des supports physiques. Les grandes surfaces généralistes, qui réduisent les linéaires de façon encore plus drastique que les grandes surfaces spécialisées, ont, elles, perdu des parts de marché. La concentration en centrales d achat de ces détaillants rend plus difficiles la tâche des commerciaux et les actions de promotion ciblées en magasins sur un territoire. Beaucoup de disquaires indépendants ont disparu. Certains producteurs, généralement positionnés sur des niches, possèdent leurs propres magasins, mais à retenir Il existe trois nouveaux circuits de diffusion. 1- La location de musique par abonnement. Développé sur téléphonie mobile et certaines plateformes Internet, le principe permet, moyennant un abonnement, d écouter ou de télécharger en illimité de la musique. 2- L achat à l acte au prix unitaire. Pour que ce système soit rentable, les sites de vente à l acte multiplient les modes de diffusion au-delà du seul téléchargement unitaire : streaming, transfert vers un lecteur portable, etc. 3- L accès gratuit grâce à la publicité, un modèle qui n a toutefois pas encore démontré sa viabilité économique. le recul des ventes pourrait réduire leurs parts de marché. En termes de chiffre d affaires, les circuits traditionnels dominent encore. Toutefois, les nouveaux circuits de diffusion des supports numériques se développent. Les distributeurs numériques ou agrégateurs proposent des services de numérisation, d encodage, etc. et permettent de mettre en ligne des catalogues sur les principales plateformes de téléchargement (Apple, FNAC, Virgin, Amazon ). Les opérateurs de téléphonie offrent des services tels que les plateformes mobiles de téléchargement ; les fournisseurs d accès à Internet passent des contrats avec des éditeurs phonographiques afin d avoir accès aux catalogues ; les sites d écoute et le streaming sont désormais accessibles sur les téléphones mobiles et les sites communautaires (MySpace, YouTube, Dailymotion ). Les éditeurs phonographiques concluent avec ces nouveaux acteurs des contrats qui leur permettent de devenir partenaires plutôt que de simples négociateurs de licences (c est le cas d Universal et de la téléphonie mobile avec Universal Mobile). à noter Une dizaine d opérateurs se sont positionnés sur ces marchés de la diffusion, dominés par itunes (développé par Apple afin de «booster» ses ventes d ipod), pour l achat à l acte. Mais il est probable que ces diffuseurs se concentrent et, dans ce cas, ne survivraient que ceux ayant acquis une dimension internationale. _ _

11 De nombreux facteurs d évolution Les facteurs concurrentiels Plusieurs de ces nouveaux acteurs élargissent leurs activités. Les distributeurs numériques ou agrégateurs s investissent, par exemple, dans le marketing et la promotion et demain, peut-être, dans le merchandising et la gestion des droits. Des opérateurs de téléphonie mobile comme SFR jeunes talents publient des titres sur le Web, s associent avec des festivals pour l enregistrement et la représentation, soutiennent le spectacle vivant (retransmission de concert sur mobile, partenariat avec des salles, etc.). Si les médias (télé, radios) diffusent moins de musique qu avant, ils se positionnent sur les contenus et, eux aussi, sur le spectacle vivant. Une orientation prise également par les plateformes de téléchargement dont certaines, en outre, se lancent dans la production d artistes (MySpace par exemple). Les éditeurs doivent aussi compter avec la concurrence des tourneurs et des organisateurs de spectacles dont certains contrats incluent la production. Enfin, les blogs (même si certains professionnels relativisent l impact de cet outil de communication) réalisent un véritable travail éditorial et de promotion. Les facteurs sociétaux Les nouveaux supports génèrent chez le consommateur de nouveaux comportements et pratiques culturelles. Le téléchargement illégal y est pour beaucoup : le concept de la gratuité de la musique gagne l opinion publique ; la musique est un bien partageable, d où une mutualisation et des échanges de pair à pair importants. Certains consommateurs deviennent des prescripteurs, notamment via les blogs. Cette évolution affecte durement l industrie musicale. La faible rémunération de l écoute et le fait qu une majorité des consommateurs opte pour le titre et non plus pour l album entraînent une dévalorisation du travail des éditeurs (et bien sûr une baisse de revenus). La mobilité du public, l abolition du temps et de l espace dans l écoute de musique enregistrée contraignent les éditeurs à plus de réactivité. Le cycle de vie des produits est plus court, la consommation de nouveautés plus rapide. Une production nationale importante La France est le 3 e pays en termes de poids de la production nationale, derrière les États-Unis et le Japon. Ailleurs en Europe, on note une baisse importante de la production nationale (c est le cas notamment en Belgique). à noter La loi IPRED, adoptée en Suède, en 2009, qui permet de repérer l adresse IP des contrevenants, semble avoir des résultats positifs. Au 1 er semestre 2009, les ventes de musique en ligne ont augmenté de 57 % et celles des albums, de 9 %. Les facteurs d évolution juridiques et fiscaux Depuis 2001, époque où est apparu le téléchargement illégal, la branche a réagi : dépôts de plaintes contre les éditeurs de logiciels peer to peer et les internautes pirates, poursuite de certaines plateformes pour violation du droit d auteur. Pour protéger la profession et s adapter à l économie numérique, la réglementation nationale et européenne a évolué. >Mesures juridiques. Une loi Droit d auteur et droits voisins dans la société de l information (DADVSI) a été adoptée en 2006, suivie de la loi Création & Internet créant la Haute autorité de diffusion des œuvres et de protection des droits sur Internet (Hadopi) et instituant un mécanisme de «riposte graduée». Celui-ci prévoit deux messages d avertissement aux internautes dans l illégalité avant une éventuelle sanction. Mais l application de ces textes est parfois difficile. On a observé que les M (Digital Right Management) ou MTP (mesures techniques de protection) mis en place par la loi DADVSI dans le but de limiter le nombre de copies, empêchaient une interopérabilité dans la lecture des contenus. Résultat : ces moyens se sont révélés faiblement pertinents pour la vente à l unité. >Mesures fiscales. L idée de faire passer la TVA à 5,5 % n a pas encore abouti. En revanche, le crédit d impôt phonographique, en vigueur depuis juillet 2007 et prorogé en 2009, permet aux entreprises de récupérer une part de leurs dépenses de production et de développement à hauteur de 20 %. Un levier pour maintenir la production et l emploi, tant pour les artistes et les techniciens intermittents que pour les effectifs permanents. La branche souhaite cependant que ce dispositif, complexe dans sa mise en œuvre, soit amélioré afin d en tirer le meilleur parti. Interopérabilité Possibilité d écouter un fichier musical acquis légalement sur tout type de lecteur. _ _

12 De nombreux facteurs d évolution Une diversification des activités Pour faire face à ces évolutions, la branche se réorganise. On observe une diminution des entreprises de plus de 20 salariés (- 44 % entre 2000 et 2007), et ces dernières font l objet d une concentration croissante. Des majors achètent des indépendants (ainsi, en 2007, Universal Music a racheté V2 Music Group) et, la possession de catalogues importants devenant essentielle du fait du développement de la musique en ligne, les rachats de catalogues sont légion (Universal Music Group a racheté BMG Publishing). Autre évolution : l augmentation du nombre de très petites structures. Les entreprises diversifient leurs activités. Certaines investissent dans le spectacle vivant en produisant ou coproduisant des spectacles (pour ce faire, Warner Music France a pris le contrôle de la société de concerts Jean-Claude Camus). D autres, afin d augmenter leurs rémunérations, créent des partenariats avec des fabricants de produits dérivés ou des sociétés spécialisées dans le merchandising. D autres pistes sont explorées, comme l insertion de musique dans un film, une publicité ou des jeux vidéo (publishing et synchronisation), qui rapportent également des revenus complémentaires aux éditeurs. Ces activités de l édition musicale sont développées par les majors et les indépendants les plus importants. La création de plateformes portant le nom du label et permettant une vente directe au consommateur, l édition de livres, la distribution de vidéos pour le compte de chaînes de télévision font également partie des «orientations». Cette diversification concourt à une stratégie du «360», initiée par les majors. Il s agit pour l éditeur d être présent sur la totalité de la filière de la production musicale. Pour cela, il multiplie les modes d exploitation et les sources de revenus à partir d un artiste, qui devient le centre de gravité du processus de production et d exploitation, une «marque» en quelque sorte. «Ingrédients» : le licensing, l élaboration de contenus vidéo et de supports numériques, le merchandising et l investissement dans le spectacle vivant Un label est une unité créatrice au sein d une maison de disques, chargée de découvrir des artistes ou dédiée à un genre musical. Sorte d unité de recherche et de développement, le label regroupe les postes stratégiques (directeur de label, directeur artistique, directeur marketing ). Gilles Parnalland/Fotolia Tania et Vincent ChloÉ Sadoun _ _

13 De nombreux facteurs d évolution et une réorganisation des métiers Philippe Delacroix Les mutations que connaît l édition phonographique ont bien évidemment des conséquences sur l emploi et les fonctions au sein des entreprises. Ces dernières années, la branche a dû mettre en place plusieurs plans sociaux et, comme on l a dit, a perdu 13 % de ses effectifs globaux depuis La perte a même atteint 25 % chez les majors, principal bassin d emplois de la branche, entre 2006 et Cette baisse devrait hélas se poursuivre, les supports numériques générant moins d emplois que les supports physiques. Une redistribution des fonctions et une évolution des métiers se dessinent. Certaines fonctions support (comptabilité, informatique, contrôle de gestion et des royalties) sont de plus en plus externalisées, parfois hors de nos frontières (en Inde, en République tchèque ). Les fonctions de distribution et de commercialisation, très touchées par la baisse des ventes des supports physiques, connaissent une baisse significative du nombre de salariés. Les effectifs des fonctions artistiques et de marketing-promotion devraient, eux, se maintenir, car ces activités sont rattachées à ce qui constitue le cœur de métier de la branche et qu elles sont très concernées par la diversification «360». Cette «refondation» n est pas sans créer des problèmes de ressources humaines aux entreprises : reconversion de certains salariés, amélioration des compétences, recrutement. Outre les évolutions attendues (voir tableau), les phénomènes concomitants de diminution du nombre de salariés et d un élargissement des activités entraînent un besoin fort de polycompétence. Les équipes devront avoir des compétences transversales dans des domaines clés : maîtrise de l anglais, recherche de financements créés par l État, de partenariats, etc., connaissance des nouvelles technologies (supports d écoute, outils et acteurs de la diffusion), capacité à s adapter aux évolutions du secteur, créativité marketing aboutissant à des projets originaux. La formation des salariés, le recrutement de nouveaux profils constituent donc des priorités pour la branche. D où la nécessité d une politique forte de ressources humaines et de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. L évolution des métiers FonctiONS métiers problématique pour les entreprises Métiers Distribution physique Logisticien reconversion en déclin Magasinier commercialisation VRP support Finance, comptabilité, royalties Externalisation Yann Orhan Métiers en Artistique directeur artistique évolution mutation A assistant artistique des compétences et/ou Marketing/promotion Directeur marketing de recrutement chef de projet attaché de presse support Juriste Métiers en Commercialisation Commercial sur support Web Recrutement émergence ou nouveaux supports distribution numérique Développeur informatique ingénieur informatique Production son et image Webmaster _ _

14 pour une mutation réussie troisième partie Des défis pour demain La profession prépare résolument l avenir, lequel demeure incertain. Pour réussir son adaptation aux nouvelles donnes, elle a arrêté, sur les propositions du contrat d étude prospective, une dizaine d actions qui constituent autant de défis pour demain. Certaines sont déjà des réalités et d autres, bien engagées. Au cœur des priorités : la formation, une politique forte de ressources humaines et de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. Pour une mutation réussie Artwork/Autrement le design D après le contrat d étude prospective réalisé, la situation de la branche peut évoluer selon trois scénarios. Le scénario A, «perte de valeur de la musique enregistrée», a été d emblée écarté par la profession. Elle privilégie le scénario B, celui de «la mutation réussie». C est à partir de ce scénario qu ont été élaborées les recommandations que l on verra plus loin. Le scénario C est celui du «déplacement de la valeur ajoutée de la musique enregistrée», sorte d intermédiaire entre les deux autres. Certains l estiment «probable». Mais, nous l avons dit, c est le scénario B qui est privilégié, même s il ne constitue pas un «scénario miracle» et si la bataille est loin d être gagnée. Quels en sont les postulats? < L environnement économique et la réglementation évoluent favorablement. Grâce à l application de la loi Création & Internet Hadopi, le nombre de téléchargements illégaux diminue. Des outils définis conjointement par la profession et les fournisseurs d accès à Internet permettent de mieux les contrôler. Les technologies «de contournement» sont limitées. < L État, défendant la création française, intervient plus largement et aide à la régulation. < Les nouveaux canaux de diffusion et de consommation se concentrent sur des modèles viables et rémunérateurs pour les producteurs. Les modes de diversification et/ou d accompagnement de l œuvre musicale (merchandising, synchronisation ) permettent une croissance du chiffre d affaires. < Les entreprises traditionnelles parviennent à s adapter aux mutations du marché. Elles maîtrisent les catalogues, confirment leur savoir-faire en matière de production, renforcent leur politique de diversification et leur stratégie du «360». Elles anticipent et innovent (prospection efficace des tendances sociétales et des modes de consommation, offre enrichie de supports de consommation répondant à une diversification des marchés ). Elles sont moins nombreuses et reconfigurent leurs équipes. _ _

15 pour une mutation réussie Toutes ces conditions réunies devraient permettre une stabilisation de la baisse des emplois (la branche reste toutefois inquiète à ce sujet) et créer «une dynamique des compétences». Des compétences renouvelées et des profils plus pointus sont indispensables afin de répondre aux besoins dans plusieurs domaines : commercial (pour la distribution numérique), marketing et promotion (pour accompagner l enrichissement de l offre et répondre à la diversification des entreprises nouvelles technologies, stratégie marketing globale, nouveaux outils ). Autres «ingrédients» : une bonne gestion des compétences, un transfert des connaissances et des savoir-faire, une polycompétence permettant de s adapter aux évolutions du marché et de bâtir des projets originaux Vers de nouveaux profils et de nouvelles compétences 10 actions clés La profession a retenu 10 actions clés à mener pour réussir son adaptation 1- Sensibiliser les entreprises à la nécessité d avoir une politique de gestion des ressources humaines (GRH). Moins d une dizaine d entreprises disposent d un service RH car la branche comprend beaucoup de petites structures. En outre, la passion du métier fait qu on est moins sensible à cette question que dans d autres secteurs. Longtemps, on ne s est pas préoccupé du recrutement, de la mobilité, de la gestion des départs, etc. Ainsi, le recrutement pour les postes artistiques, ceux liés à la promotion et à la communication, s effectue par cooptation ou par le réseau, ou en faisant appel à des personnes travaillant déjà dans la profession. La mobilité professionnelle est limitée par la taille des entreprises et la spécialisation des compétences. La mobilité externe existe, mais elle n est pas généralisée. Photos Gilles Parnalland/Fotolia 2 - Mobiliser et professionnaliser les dirigeants de TPE et PME et les responsables RH à la GRH, en mettant à leur disposition une boîte à outils, des conseillers, en favorisant l échange de pratiques 3 - Outiller les entreprises en matière de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC). Il est important qu elles anticipent les besoins pour pouvoir accompagner les projets stratégiques. Des moyens simples peuvent être mis en place (fiches méthodologiques, formation, conseil, etc.). 4 - Élaborer, à l échelle de la branche, un dispositif de formation continue permettant de répondre aux défis d adaptation des salariés aux nouvelles exigences. Cela suppose une analyse de l offre actuelle et son adéquation aux besoins des entreprises, la mise en place de formations spécifiques, etc. 5 - S investir plus significativement dans l orientation de la formation initiale, ce qui permettrait de faire évoluer, ou de mettre en place, des certifications spécifiques. 6 - Mobiliser les salariés pour qu ils développent leurs atouts d employabilité, en les rendant davantage acteurs de leur parcours et en les aidant à élaborer des projets professionnels. Il est indispensable de valoriser leurs compétences (en recourant notamment à la validation des acquis de l expérience VAE ) et, par ailleurs, de leur proposer en priorité les nouveaux postes avant de recourir aux recrutements externes 7 - Préparer les mobilités externes en favorisant les passerelles entre la branche et les secteurs qui recrutent. Analyser pour cela les possibilités de «passage» existantes, échanger entre organisations professionnelles, faire intervenir des cabinets de reclassement 8 - Étudier les possibilités de mise en commun de postes pointus à temps partagé via des rapprochements d entreprises, des échanges d expériences 9 - Mettre en place un outil de veille et d alerte sur la situation des entreprises et de l emploi Ajouter plus explicitement le volet emploi dans les sollicitations adressées aux pouvoirs publics afin d obtenir d eux un soutien économique et de régulation. à noter Un observatoire prospectif des métiers et des qualifications de l édition phonographique a été créé, placé sous la tutelle de la CPNEF/EP et géré par l Afdas. Son rôle : «assurer une veille sur les métiers et les évolutions du secteur, identifier les changements susceptibles d affecter le niveau et le contenu des qualifications et fournir toutes informations permettant d éclairer les partenaires sociaux sur les orientations à donner prioritairement à la formation. _ _

16 pour une mutation réussie Des avancées significatives Outre la convention collective nationale de l édition phonographique signée, on l a vu dans la 1 re partie, le 30 juin 2008, par les partenaires sociaux, la branche s est déjà significativement engagée en matière de gestion des ressources humaines et de formation. Ainsi, l accord de branche relatif à la formation professionnelle du 15 avril 2006 a été étendu le 9 février L objet principal est de définir les objectifs et les moyens de la formation professionnelle continue. Cet accord de branche donne toute leur place aux divers dispositifs et actions de formation (DIF, CIF, entretien professionnel, contrat de professionnalisation ) ainsi qu au bilan de compétences et à la validation des acquis de l expérience (VAE). Des accords sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) et sur la place des seniors dans l entreprise ont également été mis en place. L avenant n 3 à l accord de formation prévoit le relèvement du niveau des cotisations de la formation professionnelle continue pour les entreprises de 10 à moins de 20 salariés. En outre, dès avant la conclusion de ces accords, la branche a mis en place une commission paritaire nationale emploi formation/édition phonographique (CPNEF/EP) aux termes d un accord conclu le 13 avril Cette commission participe à l élaboration et au suivi de la mise en œuvre de la politique de l emploi et de la formation et dispose d une attribution générale de promotion de la formation professionnelle, en liaison avec l évolution de l emploi. Le CEP a été suivi par un Comité de pilotage ci-composé : le ministère de l Économie, de l Industrie et de l Emploi, Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) ; le ministère de la Culture et de la Communication ; le Syndicat national de l édition phonographique (SNEP) et ses représentants : Emi Music France, Sony Music France, Universal Music France ; l Union des producteurs de phonogrammes français indépendants et son représentant : Wagram Music ; les représentants des organisations syndicales représentatives de salariés : Fédération Communication, Conseil, Culture CFDT (F3C-CFDT), Fédération des travailleurs des Industries du Livre, du Papier et de la Communication CGT (FilPac-CGT), Confédération française de l encadrement - Confédération générale des cadres (CFE-CGC), Force Ouvrière (FO-SNPEP), Confédération Française des Travailleurs Chrétiens (CFTC) ; les représentants de l organisme paritaire collecteur agréé AFDAS. SYNTHÈSE N 51 Publiée par la Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle 7, square Max-Hymans, Paris Cedex 15. Conception et réalisation : Bayard Presse/Senior Expert 18, rue Barbès, Montrouge. Rédaction : Patrick Coudreau. Mise en pages : Richard Gillery et Eric Merki. Secrétariat de rédaction : Martine Kanters. Couverture : Phovoir/Bib. Mon regard/fotolia Imprimé en France par SACI PRINT Date de publication : ISSN en cours. _ 30

17 En réponse aux attentes des partenaires sociaux, la Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle a engagé avec les branches professionnelles une série d études sur l emploi et la formation : les Contrats d études prospectives. Ces travaux traduisent la volonté des pouvoirs publics de susciter des démarches collectives impliquant les branches et les entreprises pour structurer les politiques d emploi et de ressources humaines. Le CEP de l édition phonographique, à partir duquel a été élaboré ce document de synthèse, dresse un état des lieux économique, social et organisationnel du secteur et en propose une vision prospective à l horizon Les nouvelles technologies, le «piratage», la baisse des ventes des supports physiques (CD, DVD) affectent durement le volume d affaires des éditeurs phonographiques. Diversifier les activités, créer des plateformes permettant une vente directe au consommateur, se lancer plus encore dans la stratégie du «360» qui consiste à être présent sur l ensemble de la filière de la production musicale les moyens de rebondir ne manquent pas. Pour s adapter et assurer son avenir, l édition phonographique s est engagée dans un programme ambitieux qui fait la part belle à la formation et à une politique forte de gestion des ressources humaines. L étude dont est tirée cette synthèse a été réalisée par le consortium Ambroise Bouteille et Associés. Cette synthèse n 51 est publiée par la Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle, 7, square Max-Hymans, Paris Cedex 15. Elle est disponible sur le site du ministère de l Économie, de l Industrie et de l Emploi.

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

Professions de la photographie

Professions de la photographie DONNÉES 200 & REPÈRES TENDANCES Professions de la photographie 0267 SOMMAIRE DONNÉES ÉCONOMIQUES...................................... 4 Dénombrement des entreprises................................ 4 Dénombrement

Plus en détail

DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DANS LE SPECTACLE VIVANT ET L AUDIOVISUEL EN RHÔNE-ALPES. Décembre

DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DANS LE SPECTACLE VIVANT ET L AUDIOVISUEL EN RHÔNE-ALPES. Décembre DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION DANS LE SPECTACLE VIVANT ET L AUDIOVISUEL EN RHÔNE-ALPES Décembre 2013 Diagnostic de l emploi et de la formation dans le spectacle vivant et l audiovisuel en Rhône-Alpes

Plus en détail

Panorama de branche. Industries et commerce de la récupération

Panorama de branche. Industries et commerce de la récupération Panorama de branche Industries et commerce de la récupération Industries et commerce de la récupération Avant-propos méthodologique La partie «données économiques» prend en compte l ensemble du secteur

Plus en détail

Emploi et Formation Secteur Publicité

Emploi et Formation Secteur Publicité Rapport statistique Emploi et Formation Secteur Publicité 2009-2010 AFDAS / R&D - Septembre 2012 Sommaire 1. DONNEES SUR L EMPLOI 3 1.1. POINT METHODOLOGIQUE ET PRECAUTIONS D USAGE 4 1.2. LES ENTREPRISES

Plus en détail

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 Février 2015 - N 15.004 L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 En résumé : En 2013, l emploi intermittent du spectacle concerne 254 000 salariés, 111 000 employeurs relevant du

Plus en détail

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES 17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES Partage des revenus de la musique enregistrée : Les vrais chiffres Pour définir exactement la réalité du partage

Plus en détail

Discours. Monsieur le Ministre, cher Michel, Mesdames et Messieurs, chers amis,

Discours. Monsieur le Ministre, cher Michel, Mesdames et Messieurs, chers amis, Discours Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé à l occasion du lancement du comité de suivi des bonnes pratiques dans les moyens de paiement en ligne pour

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Observatoire des Métiers des Professions Libérales 52-56, rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 77 -

Plus en détail

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises mardi 22 septembre 2009 La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises Baptiste MAUREL 04 67 22 80 35 ///

Plus en détail

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem. +Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.ca Dans le cadre du colloque «L articulation commerce-culture à l ère

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION 588 Communication Le domaine fonctionnel Communication regroupe les emplois permettant de présenter et de promouvoir l image et l action des services de l État et des politiques publiques en direction

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique. Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son)

Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique. Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son) Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son) Animation : Nathalie BOCHER-LENOIR, Sejer/Editis Avec la participation

Plus en détail

Appel à projets «Culture numérique» Cahier des charges

Appel à projets «Culture numérique» Cahier des charges 1 Contexte Appel à projets «Culture numérique» Cahier des charges L émergence de nouvelles formes d innovation, de médiation et d accès à la culture via l usage croissant des technologies de l information

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Culture Sector. United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization

Culture Sector. United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization Culture Sector 10 Contrats pour la musique écrit par JEAN VINCENT en collaboration avec GERARD LOUISE Maquette et design : Christine Hengen

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

TOURNEUR MANAGER. Développeur d artistes. Formation professionnelle

TOURNEUR MANAGER. Développeur d artistes. Formation professionnelle TOURNEUR MANAGER Développeur d artistes Formation professionnelle Dossier pédagogique 2014 1 Tourneur - Manager Développeur d artistes Les musiques actuelles reposent sur des économies plurielles, mêlant

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

Focus sur. métiers du numérique. métiers. les. Contexte régional. La piste. des

Focus sur. métiers du numérique. métiers. les. Contexte régional. La piste. des La piste des métiers Focus sur les métiers du numérique D ans sa définition la plus large, la filière numérique regroupe les entreprises des secteurs producteurs de biens et services numériques : électronique

Plus en détail

MP3 et musique en ligne. 1 Delphine Marty - Philippe Bourinet - Marc Herrera - Christel Brothier - IUP e-marketing / UV 34 D.

MP3 et musique en ligne. 1 Delphine Marty - Philippe Bourinet - Marc Herrera - Christel Brothier - IUP e-marketing / UV 34 D. MP3 et musique en ligne 1 Delphine Marty - Philippe Bourinet - Marc Herrera - Christel Brothier - IUP e-marketing / UV 34 D.Faure - 14/03/03 - 1 - Le marché phonographique 2 Delphine Marty - Philippe Bourinet

Plus en détail

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension Université ParisDauphine Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension L Observatoire des Métiers de la Publicité a confié à Luc Boyer et Aline Scouarnec, dans le cadre d une étude prospective,

Plus en détail

Protocole d accord sur l Observatoire prospectif des métiers et des qualifications du Spectacle Vivant

Protocole d accord sur l Observatoire prospectif des métiers et des qualifications du Spectacle Vivant Protocole d accord sur l Observatoire prospectif des métiers et des qualifications du Spectacle Vivant Préambule Dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle tout au long de la vie, et conformément

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 À L ACCORD DU 10 JUIN 2011 RELATIF

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

PROPOSITIONS POUR LES ARTISTES INTERPRÈTES

PROPOSITIONS POUR LES ARTISTES INTERPRÈTES PROPOSITIONS POUR LES ARTISTES INTERPRÈTES www.spedidam.fr communication@spedidam.fr 16 rue Amélie - 75007 PARIS Tél : 01 44 18 58 58 Fax: 01 44 18 58 59 PRÉSENTATION DE LA SPEDIDAM 1 2 3 4 QU EST-CE QUE

Plus en détail

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes Quadrat-Études 45 rue de Lyon, Paris 12 ème Contact : Laurent POUQUET Tél : 17551427-6 82 69 25 94 laurent.pouquet@quadrat-etudes.fr Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des

Plus en détail

CERNER LE SUJET ECJS

CERNER LE SUJET ECJS CERNER LE SUJET ECJS LE SUJET CONTEXTE SE POSER DES QUESTIONS Le piratage informatique ECJS Problème de la réglementation des usages d internet par le droit Pour qui ou pour quoi le piratage informatique

Plus en détail

Portrait de branche - Cabinets d expertises en automobile - Edition 2007

Portrait de branche - Cabinets d expertises en automobile - Edition 2007 Portrait de branche - Cabinets d expertises en automobile - Edition 2007 Introduction/définition Les données présentées ici concernent les entreprises libérales du secteur des cabinets d expertises en

Plus en détail

Sylvain Dejean, Raphaël Suire, Eric Darmon, Thierry Pénard Juillet 2012

Sylvain Dejean, Raphaël Suire, Eric Darmon, Thierry Pénard Juillet 2012 Sylvain Dejean, Raphaël Suire, Eric Darmon, Thierry Pénard Juillet 2012 Depuis la fin des années 90 et l apparition de Napster, les pratiques audio/vidéo en ligne n ont cessé de se développer. Face à une

Plus en détail

Axes de travail et plan d action 2015

Axes de travail et plan d action 2015 19 novembre 2014 Axes de travail et plan d action 2015 SOMMAIRE Introduction... 3 Partager l information sur les métiers, l emploi et la formation professionnelle en LR ; être plus utile et plus accessible...

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Science politique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

La branche de l'imprimerie et des Industries Graphiques

La branche de l'imprimerie et des Industries Graphiques La branche de l'imprimerie et des Industries Graphiques CEP National Retour d une consultation auprès de 500 professionnels et donneurs d ordres 1. Le périmètre de l étude 2. Les principaux facteurs d

Plus en détail

Licence professionnelle Management et gestion de la relation clients

Licence professionnelle Management et gestion de la relation clients Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management et gestion de la relation clients Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

INDUSTRIES DE SANTÉ. 6 DÉFIS RH À relever en soutien de la compétitivité des entreprises et de l évolution professionnelle des salariés

INDUSTRIES DE SANTÉ. 6 DÉFIS RH À relever en soutien de la compétitivité des entreprises et de l évolution professionnelle des salariés La lettre d information des défis RH lancés pour les entreprises de la filière Industries de santé INDUSTRIES DE SANTÉ Avril 2014 n 1 ACtionS/déveLoPPement/emPLoi/ComPétenCeS 6 DÉFIS RH À relever en soutien

Plus en détail

Bilan quantitatif Afdas

Bilan quantitatif Afdas Bilan quantitatif Afdas Les entreprises relevant de la plateforme Répartition des entreprises par activité et par département Activités 75 77 78 91 92 93 94 95 Total Laboratoires 2 0 0 0 4 4 1 0 11 Post-production

Plus en détail

AVENANT N 7 DU 26 FÉVRIER 2010

AVENANT N 7 DU 26 FÉVRIER 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3103 Convention collective nationale IDCC : 2121. ÉDITION AVENANT N 7 DU 26 FÉVRIER 2010 RELATIF AUX

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3300 Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ ACCORD DU 15 OCTOBRE

Plus en détail

De la loi DADVSI (2005) à la loi Hadopi (2009) Les enjeux des échanges de contenus culturels numériques sur les réseaux «P2P»

De la loi DADVSI (2005) à la loi Hadopi (2009) Les enjeux des échanges de contenus culturels numériques sur les réseaux «P2P» De la loi DADVSI (2005) à la loi Hadopi (2009) Les enjeux des échanges de contenus culturels numériques sur les réseaux «P2P» Schéma d un mouvement social déclencheur Fin de l action collective institutionnalisation

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 2009 DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 NEGOCIA et PROCOS se sont engagés avec succès, depuis 9 ans, dans la formation de «Développeur d enseigne». Les chiffres parlent d eux-mêmes :

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire Musique éthique Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire 1. Contexte Aujourd hui, la filière musicale est dominée par une poignée de «majors». La suprématie de la logique économique

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

Synthèse de la CNCH du 19 juin 2008

Synthèse de la CNCH du 19 juin 2008 ACTIONS EN MATIÈRE D'INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES DU MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Synthèse de la CNCH du 19 juin 2008 LE CONTEXTE La Commission nationale Culture-Handicap La

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais Synthèse des résultats Septembre 2013 Etude coordonnée par Dispositif soutenu et financé par Le

Plus en détail

ENQUÊTE EMPLOI DU TEMPS

ENQUÊTE EMPLOI DU TEMPS ENQUÊTE EMPLOI DU TEMPS Enquête 2009-2010 Cahier des cartes 1 2 0 T R A N C H E S D E R E V E N U M E N S U E L N E T D U M É N A G E Il s agit du revenu net (de cotisations sociales et de C.S.G.) avant

Plus en détail

Numéro 11 Les Certificats de Qualifications Professionnelles de la branche : un franc succès

Numéro 11 Les Certificats de Qualifications Professionnelles de la branche : un franc succès Numéro 11 Les Certificats de Qualifications Professionnelles de la branche : un franc succès Décembre 2011 La lettre de l bservatoire de l emploi et des métiers en mutualité Editorial La fin de l année

Plus en détail

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Étude établie par le troisième pôle 2014 ETUDE D OPPORTUNITÉ ET DE FAISABILITÉ

Plus en détail

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr IAE La Rochelle Ecole universitaire de management iae.univ-larochelle.fr L EDITO Thierry Poulain-Rehm Directeur de l IAE La Rochelle Vincent Taveau Président du conseil de l IAE La Rochelle Avec un environnement

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) DUT Services et réseaux de communication Autorité responsable de la certification (cadre 2) Ministère de l Enseignement

Plus en détail

Elaboration du plan France Numérique 2020

Elaboration du plan France Numérique 2020 Paris, le 30 septembre 2011 Elaboration du plan France Numérique 2020 Réponse de l ARPP à la consultation publique Organisme de régulation professionnelle de la publicité en France, l Autorité de Régulation

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

Les métiers de la banque et des assurances

Les métiers de la banque et des assurances 18 juin 2015 Les métiers de la banque et des assurances Auteure : Itto BEN HADDOU-MOUSSET 1. Un secteur en mutation depuis les années 1980 L Ile-de-France est la région qui abrite les effectifs bancaires

Plus en détail

Guide des métiers des Ressources Humaines

Guide des métiers des Ressources Humaines Guide des métiers des Ressources Humaines IUT de TOURS Département GEA Licence professionnelle Gestion des Ressources Humaines 2010-2011 Laëtitia MORAND Monique PLOQUIN Anthony PLOTU Aurélie TOUBLANC Enseignant

Plus en détail

Modalités de prise en charge

Modalités de prise en charge ATTENTION : Certaines des modalités de prise en charge de l année 2015 pourront faire l objet de modifications en cours d année. 2015 Modalités de prise en charge Fonds paritaire interprofessionnel de

Plus en détail

Le 1 er comparateur dédié au téléchargement et au streaming de musique. Dossier de presse 2011 Lancement de Hubluc.com

Le 1 er comparateur dédié au téléchargement et au streaming de musique. Dossier de presse 2011 Lancement de Hubluc.com Le 1 er comparateur dédié au téléchargement et au streaming de musique. Dossier de presse 2011 Lancement de Hubluc.com Communiqué de presse 2011 Trouvez toute la musique, achetez au meilleur prix. Hubluc.com

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

APPUI TECHNIQUE : Rapport final

APPUI TECHNIQUE : Rapport final 2014 APPUI TECHNIQUE : ATTENTES «FORMATION» DES ENTREPRISES DE MOINS DE 300 SALARIES DU SECTEUR DE L HOTELLERIE, LA RESTAURATION ET LES ACTIVITES DE LOISIRS Rapport final Sommaire Objectifs et méthode

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Entrepreneuriat de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Crédit photo : Hlp - DISSAUX La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Mars 2014 (à partir de l étude validée en juin 2013) CONTEXTE Dans un marché mondial

Plus en détail

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006 La rémunération des concepteurs en théâtre au Québec de 2004 à 2006 Conseil québécois du théâtre - novembre 2007 Dans le cadre des travaux préparatoires des SECONDS ÉTATS GÉNÉRAUX DU THÉÂTRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Liste relative au champ d application de l annexe VIII pour la production cinématographique

Liste relative au champ d application de l annexe VIII pour la production cinématographique CIRCULAIRE N 2015-18 DU 14 SEPTEMBRE 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX006-TPE Titre Liste relative au champ d application de l annexe VIII pour la production cinématographique Objet Avenant n

Plus en détail

Liste relative au champ d application de l annexe VIII pour le spectacle vivant privé

Liste relative au champ d application de l annexe VIII pour le spectacle vivant privé CIRCULAIRE N 2015-12 DU 1 ER JUILLET 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX007-TPE Titre Liste relative au champ d application de l annexe VIII pour le spectacle vivant privé Objet Avenant n 3 du

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Mise de jeu 2 La certification des formations

Mise de jeu 2 La certification des formations Mise de jeu 2 La certification des formations Une formation certifiante délivre un diplôme reconnu par le RNCP Le plus souvent, les formations certifiantes ou qualifiantes sont celles qui mènent à «un

Plus en détail

LE 3 e CYCLE DE FORMATION À LA PRATIQUE EN AMATEUR

LE 3 e CYCLE DE FORMATION À LA PRATIQUE EN AMATEUR Schéma d'orientation pédagogique de la musique avril 2008 FICHE PÉDAGOGIQUE A3 LE 3 e CYCLE DE FORMATION À LA PRATIQUE EN AMATEUR Sommaire Introduction I Différents profils d élèves pour différentes situations

Plus en détail

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Une approche volontariste et ambitieuse Favoriser l intégration des personnes handicapées demandeuses

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la direction de projets audiovisuels Le master Création, Production, Images. Cinéma interactif et transmédia de l Institut

Plus en détail

Développement du numérique LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE POSITION DE LA FIEEC

Développement du numérique LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE POSITION DE LA FIEEC Développement du numérique LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE POSITION DE LA FIEEC Novembre 2012 La FIEEC est une Fédération de l'industrie qui rassemble 29 syndicats professionnels dans les secteurs de

Plus en détail

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce étude de fonctions & rémunérations & Commerce & Commerce SOMMAIRE Introduction Remarques méthodologiques 1. Chef de département p.5 2. Directeur de magasin p.6 3. Directeur régional p.7 4. Directeur de

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Filière de la musique enregistrée : quels sont les véritables revenus des artistes interprètes?

Filière de la musique enregistrée : quels sont les véritables revenus des artistes interprètes? Filière de la musique enregistrée : quels sont les véritables revenus des artistes interprètes? Principaux résultats Combien un interprète gagne t-il lorsqu il enregistre et vend des CD? Les sources et

Plus en détail

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé D après les données du Contrat d étude prospective des Industries de Santé 2012 les chiffres clés u Près de 200 000 salariés,

Plus en détail

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE SUR LA VALIDATION DES ACQUIS ET DE L EXPERIENCE DU 6 JUIN 2006

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE SUR LA VALIDATION DES ACQUIS ET DE L EXPERIENCE DU 6 JUIN 2006 ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE SUR LA VALIDATION DES ACQUIS ET DE L EXPERIENCE DU 6 JUIN 2006 Entre : La Direction de Distribution Casino France, représentée par M. Gérard MASSUS, Directeur des Ressources

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

le statut de l artiste et les cumuls d activités

le statut de l artiste et les cumuls d activités Association départementale pour le développement des arts vivants dans le Morbihan Fiche 19 Le statut de l artiste le statut de l artiste et les cumuls d activités Le statut de l artiste du spectacle 1)

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DE CONCOURS ET DE VACANCE D EMPLOIS MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE Avis relatif au calendrier prévisionnel complémentaire des recrutements pour 2006 (fonction publique de

Plus en détail